Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'industrie invisible

 | 
Jean-Michel Minovez

Conclusion générale

Texte intégral

1Le Midi n’a donc pas été une région moins industrielle dans le textile que le reste de la France. Jusqu’à la Révolution française, il a même occupé une place de tout premier plan. Mais, entre la Révolution et la Restauration, une phase de désindustrialisation qui débuta a semblé condamner l’ensemble de la filière et faire du Midi un espace avant tout agricole. Or, le Midi pyrénéen devient au xxe siècle la première région française dans l’industrie du cardé et dans le textile d’habillement lainier. Cette situation révèle une grande capacité de certains territoires à s’adapter aux nouvelles conditions de la production et des échanges sur la longue durée. Cela s’est traduit par la meilleure exploitation possible des conditions de leur environnement, capitalisant les expériences et les réservoirs de savoir-faire industriels accumulés au long des siècles de pratique.

2Il faut remonter loin pour trouver l’origine de la force du Midi. C’est au tournant des xve et xvie siècles que les nouvelles structures de production textile se mettent en place, le xviie siècle marquant un virage en la matière. C’est à ce moment-là que s’établissent des relations de nature productive et commerciale qui donnent naissance à des formes modernes d’organisation de la production dans le cadre de nouveaux marchés. La grande draperie s’appuie d’abord fortement sur une fabrication destinée au Levant. Les basses étoffes gagnent les marchés nationaux en croissance et sont l’objet d’un commerce d’exportation soutenu vers les Espagne, les colonies, les États allemands, la Péninsule italienne et la Suisse. De la même manière, les produits qui font la fortune de la France méridionale sont issus des mutations que la draperie connaît à la fin du Moyen Âge. Cette dernière marque le triomphe du cardé dans la grande draperie et celui des étoffes combinées dans la petite draperie.

3Cette réussite est indissociable de la capacité des groupes sociaux de marchands à créer les conditions institutionnelles nécessaires, à savoir jouer de ces dernières à l’intérieur du territoire ou à l’international. Elle dépend aussi des nouvelles logiques de l’échange adaptées aux zones et places de marché ainsi qu’à la forme prise par les liens de clientèles, notamment entre Marseille et le Levant pour la grande draperie, entre négociants de la France méridionale et ceux de Bayonne, Cadix, Lyon pour la petite draperie. Elle est liée, enfin, à la forme donnée à l’organisation de la production qui se partage entre Kaufsystem et Verlagsystem. Ces systèmes reposent sur la nature des relations que les hommes entretiennent avec le milieu, l’économie étant encastrée dans la société où l’homme « subsiste en vertu d’une interaction institutionnalisée entre lui-même et son environnement naturel ». Dans le cadre des structures sociales existantes, où une partie essentielle de la production est redistribuée sur place, et où existent des relations de réciprocité qui se maintiennent au moins jusqu’au xixe siècle, la pluriactivité y occupe une place très importante. On peut même penser qu’elle continue de jouer, encore au xxe siècle, un rôle majeur dans le processus de régulation fondé sur la permanence d’interactions entre l’homme et son environnement.

4Ces conditions de la réussite ne sont nullement subies. Elles participent plutôt d’une articulation complexe entre de nombreux phénomènes parmi lesquels la demande détermine la production. Cette dernière tient compte des rapports de concurrence au niveau national et international ; l’ensemble produit d’incessants réajustements qui représentent une tension constante entre volonté de rationalisation et nécessité d’adaptation rapide aux attentes du commerce. Ils sont à l’origine d’apparentes contradictions entre pratiques marchandes et institutions d’État. En effet, la nature de la production et les techniques employées, inscrites dans la durée, ne sont pas exemptes d’adaptations. Plus nombreuses qu’on ne l’imagine – mais souvent invisibles car résultant de multiples bricolages – elles entrent parfois en contradiction avec la volonté de l’État de réglementer. Elles sont aussi une force des territoires dans leur capacité à répondre au mieux aux attentes de la demande qui n’est pas seulement le fait du consommateur final avec lequel le producteur n’a, en général, aucun rapport. Elle est aussi celui des marchands qui orientent la production, donnent naissance parfois aux espaces de production et en infléchissent souvent leurs limites. Les fabricants paraissent alors faiblement acteurs de processus qui les dépassent : cela se traduit inévitablement par des tensions suivies de conflits, en croissance au xviiie siècle.

5La machine à produire et à vendre, en apparence parfaitement huilée, se grippe entre le dernier tiers du xviiie siècle et la Restauration. Le Midi paraît vivre sur ses acquis à la fin de l’Ancien Régime et reste en partie passif face aux attentes nouvelles des marchés. La Révolution, au-delà de la crise géante qu’elle représente, en est un excellent révélateur. Elle catalyse les mutations et redistribue les cartes au niveau national et international. L’industrie du Midi est-elle pour autant condamnée dans la première moitié du xixe siècle ?

6La situation est plus contrastée qu’on l’a dit jusqu’alors. Si l’on observe bien un effondrement dans presque tout le Sud-Ouest – dont peu de territoires parviennent à se relever –, les anciens marchés retrouvent une certaine vigueur et permettent au Bas-Languedoc de connaître, au moins jusqu’en 1830, une certaine vigueur. Là où la production se fonde majoritairement sur le drap de troupe, de véritables moments de prospérité marquent la période qui va jusqu’au Second Empire. Dans le marché civil, quelques territoires du Tarn, de l’Ariège et de l’Hérault témoignent d’une belle capacité d’adaptation en innovant dans les nouveaux tissus cardés. Castres, Mazamet, Lavelanet, Saint-Pons, Bédarieux se lancent dans le créneau du cardé lourd laissé libre pour partie par les grands centres nationaux de la laine. Les cuirs-laine font d’abord la fortune des centres tarnais et ariégeois avant que les nouveautés ne prennent définitivement le dessus.

7Cela se fait sans réforme massive de structure. Les techniques évoluent lentement ; on exploite au mieux les procédés qui ont fait leur preuve ; leur adaptation, par des bricolages constants, permet de les rendre plus efficaces et d’accroître la productivité. La réforme la plus importante semble tenir à la prise en main de leur destinée par les fabricants. Ces derniers sont à l’origine d’innovations en produits qui font la réussite de leur entreprise, puis du territoire dans lequel ils évoluent. Ils tentent de maîtriser les marchés en supprimant les intermédiaires jusqu’à atteindre les commerçants de détail.

8La Grande Dépression marque un coup d’arrêt à l’expansion des territoires en croissance ; elle projette ceux qui étaient déjà en difficulté dans la ruine. D’importantes réformes de structure ont lieu dans le domaine de la mécanisation de la fabrication, sans que nous devions pour autant en exagérer l’importance. Le modèle de vente par voyageur, avec la pratique de l’échantillonnage et la vente à la commission, tend aussi à se généraliser. On cherche aussi à diversifier les sources énergétiques et l’approvisionnement en matières premières. Mais la structure des entreprises évolue peu. Elle reste fondée sur un système hétérogène de petits établissements nombreux aux relations industrielles complexes, aux capacités financières modestes. Une des conséquences est la pratique des bas salaires. La fidélisation des salariés ne saurait donc être liée à ce critère défavorable. Elle provient de la prise en compte de la flexibilité interne d’un marché variable de la main-d’œuvre, de l’évolution du statut des ouvriers aux différents âges avec la pratique du turnover local, ainsi que de la possibilité de s’établir à son compte, de l’intégration enfin du modèle de revenu familial par les ouvriers et les artisans.

9La structure dominée par de petits établissements de production représente aussi une force car elle contraint les acteurs du territoire à développer des interrelations. Dans les trois premières décennies du xxe siècle, elle évolue dans le sens d’un gonflement du nombre des donneurs d’ordres et des entreprises spécialisées. Ces dernières se substituent aux petites structures rurales et à une partie des artisans des bourgs, jetant ainsi les bases du modèle à venir de la sous-traitance. Les entrepreneurs spécialisés ne peuvent travailler qu’en nouant des relations poussées avec les entreprises situées en amont et en aval de la filière. Les intégrés ne peuvent ignorer les spécialisés qu’ils mobilisent en sous-traitance. Personne ne peut faire sans les façonniers qui représentent la base de la flexibilité productive du territoire, surtout pas les fabricants sans matériel. Les façonniers et les ouvriers n’ont d’ailleurs que le choix de s’investir pleinement dans un secteur qui offre la presque totalité des emplois industriels du territoire et de la zone géographique environnante.

10Voulue ou subie, la coopération entre les acteurs de la fabrication s’impose à tous du fait de l’enchevêtrement des interrelations que créent les formes spécifiques d’organisation de la production, du travail, du capital et des marchés. L’acceptation par les ouvriers et les artisans d’une telle structuration des rapports de production ne peut être comprise sans la prise en compte de l’encastrement des actions économiques dans le système local des relations sociales situé dans la durée. Ces relations reposent sur des familles fondamentalement attachées au mode de vie rural et pratiquant la pluriactivité depuis de nombreuses générations. Dans ce cadre, la question de l’attachement au pays et au mode de vie rural occupe une place essentielle.

11La réussite des territoires du Midi qui gagnent se fonde aussi sur des aspects économiques et techniques. Dès l’entre-deux-guerres, le Midi pyrénéen s’est affirmé comme une des premières régions de production du cardé en France. Son efficacité a reposé sur la capacité à poursuivre l’amélioration des cardés classiques, y compris les plus lourds, et à développer une gamme de nouveautés toujours plus étendue. Dans la seconde moitié du xxe siècle, le phénomène s’accentue et permet à la région d’occuper la première position dans l’industrie de la laine cardée et dans le tissage d’habillement de la laine en France, grâce à la fabrication en grandes séries et aux productions de niches, notamment dans la haute couture et la haute nouveauté. L’adoption, en Ariège, du peigné pour la confection de pantalons légers à destination du prêt-à-porter masculin joue un très grand rôle dans les années 1960 et 1970. Par la suite, le développement des tissus techniques porte la croissance de Midi-Pyrénées, en particulier celle du Pays d’Olmes. Pour la première fois de son histoire, la région voit sa productivité augmenter rapidement grâce à de lourds investissements en matériel. Le réseau dense de PMI flexibles, innovantes et créatives qui ont fait la force historique de Midi-Pyrénées en souffre. Dans bien des cas, seules les plus grandes entreprises ont pu se lancer dans une telle politique de développement. La crise des années 1970, puis les profondes restructurations effectuées à partir du milieu des années 1980, aggravent le phénomène.

12En Ariège, beaucoup d’entreprises disparaissent alors du fait de la concentration qui s’accentue, profitant à quelques grands groupes, eux-mêmes en restructuration. La diminution de la démographie des PMI réduit le flux des « économies externes », affaiblissant le territoire, le menaçant même par l’insuffisance d’une masse critique d’entreprises suffisante. L’organisation souffre aussi du glissement des donneurs d’ordres de la sphère productive en direction de la sphère commerciale et de la transformation de nombre d’entrepreneurs spécialisés autonomes en simples façonniers. Globalement, c’est la créativité même des territoires, une de leurs forces essentielles, qui est ainsi remise en cause.

13Les pouvoirs publics avaient aidé massivement les grandes entreprises en crise dans les années 1970 et 1980 sans enrayer pour autant leur disparition ou leur profond affaiblissement. Cela avait eu le mérite d’engager des politiques sociales d’accompagnement des restructurations. Mais cela a laissé les systèmes productifs localisés dans l’oubli, alors qu’un soutien s’imposait. Depuis dix ans, l’État et les collectivités locales se sont lancés dans un fort accompagnement de ces territoires afin de susciter les coopérations considérées comme la force principale des districts. L’intervention paraît survenir tardivement, lorsque les territoires sont en cours de disparition. Cela signifie-t-il pour autant l’inutilité d’une politique de soutien ? Les grands groupes demeurent avec leurs réseaux de sous-traitants. Ils poursuivent une forte politique d’innovation à destination des marchés de niches et de grandes séries de produits fortement innovants, tant dans le domaine des étoffes destinées à la confection que des tissus techniques. Ils valorisent leurs compétences-clefs en en construisant de nouvelles sur la base des acquis précédents. Si l’on y ajoute la mobilisation des acteurs institutionnels, largement absents auparavant, on assiste alors à des processus d’encastrement ou de réencastrement.

14Les territoires textiles du Midi et d’ailleurs, représentent donc toujours un vecteur d’avenir possible de l’industrie française. Mais leur aspect structural – organisation dans l’espace des leurs éléments constitutifs – ne s’établissent plus seulement au sein du territoire. Leur aspect fonctionnel – c’est-à-dire des processus touchant aux flux, aux évolutions – ne sont plus seulement des « économies externes » mais de plus en plus des relations nourries avec des acteurs extérieurs. Il semble alors que la croissance des entreprises du textile puisse se passer des territoires, l’organisation en réseaux faite d’encastrement et de désencastrement, semblant dorénavant primer.

© CNRS Éditions, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site