Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'industrie invisible

 | 
Jean-Michel Minovez

Partie II. Le temps de l'affirmation des territoires modernes de l'industrie, Années 1870-Années 1920

Entreprises et entrepreneurs : archaïsme des structures ou règne de la petite entreprise souple et dynamique ?

Texte intégral

  • 1 Pour reprendre l’expression de Rémy Cazals qui mériterait d’être discutée (R. Cazals, « En Langued (...)

1Les structures de production et d’échange ont donc évolué lentement dans les territoires de la laine du Midi, le plus souvent en décalage par rapport à ceux du nord du pays. On a cherché les causes du phénomène dans le manque supposé « d’esprit d’entreprise » des patrons du Midi. On observerait également peu de continuité dynastique chez les drapiers de la zone d’étude. Seuls ceux de Mazamet auraient montré le contraire grâce à leur « conscience de place »1 – facteur de coopération entre eux – et à leur homogénéité culturelle caractérisée par leur appartenance majoritaire au protestantisme. Cette caractéristique, qui était aussi celle de nombreux patrons de l’Hérault et du Rouergue, n’a pas empêché leurs centres de péricliter. À l’inverse, on ne peut pas dire non plus que la continuité entrepreneuriale ait joué un rôle dans la réussite des patrons catholiques du Pays d’Olmes au demeurant faiblement liés par des pratiques de coopération.

  • 2 À la fin du xxe siècle encore, le bassin de Castres-Mazamet conserve des structures capitalistes t (...)
  • 3 « […] l’industrie lainière française n’en est pas moins restée, jusqu’à nos jours, une industrie à (...)
  • 4 « […] la plupart des entreprises lainières de quelque envergure ont dû abandonner la forme des exp (...)

2Toutefois, il serait hasardeux de conclure si rapidement à des contrastes d’attitudes autant marqués ainsi qu’à la faiblesse des « économies externes ». Il faut revenir à ce qui fonde l’industrie lainière dans le Midi à savoir les entrepreneurs et leurs familles2. Comme partout en France, même lorsque les nouvelles formes juridiques ont vu le jour, les affaires n’en sont restées pas moins des « sociétés de famille »3. Leur transmission paraît fortement liée à des contingences conjoncturelles et familiales autant qu’aux structures économiques, sociales et culturelles des places et des territoires industriels. Au sein des données de nature sociale et économique, le rôle joué par la prise de risque et les difficultés à financer l’activité prennent une importance telle qu’ils justifient la recherche de nouveaux moyens d’administrer les entreprises et de rassembler les capitaux4. Mais la mutation vers les nouvelles formes juridiques reste à étudier, tout comme la structure et les flux du financement industriel.

3Les formes juridiques des entreprises et leur capitalisation sont à la fois cause et conséquence de l’organisation originale de territoires industriels. L’émergence de petites entreprises, adaptées aux conditions locales de production, donne naissance, presque mécaniquement, à d’importantes « économies externes ». Mais la structure et les types d’entreprises restent mal connus, comme les relations qu’elles tissent entre elles. L’exemple plus particulier du Pays d’Olmes doit nous permettre de les révéler et de mettre en lumière la constitution de systèmes productifs au niveau local formant les structures à l’origine du développement de l’industrie lainière du Midi tout au long du xxe siècle. Les limites de leur organisation devront toutefois être soulignées, en particulier l’absence d’encastrement du système des entreprises et la faiblesse de l’encadrement institutionnel. Bien que la présente étude prenne fin avec la dépression des années 1930, on n’hésitera pas à proposer des incursions jusqu’à la fin du xxe siècle. Elles doivent permettre de mieux comprendre le rôle joué par les structures et les flux qui se mettent en place, entre la fin du xixe siècle et le début du xxe, dans le développement vigoureux que le Midi pyrénéen connaît entre les années 1920 et 1980, juste ralenti par la Deuxième Guerre mondiale.

Une affaire de familles

4Bien que l’investissement industriel soit une affaire de familles pour l’ensemble des espaces de production du Midi, les comportements divergent parfois sensiblement en terme de continuité entrepreneuriale. Aux beaux exemples dynastiques s’opposent des discontinuités dans presque toutes les places lainières. Mais certaines d’entre elles développent des pratiques assez homogènes. Aussi, il semble possible d’opposer les attitudes des patronats de part et d’autre de la Montagne Noire, alors que la situation paraît beaucoup plus contrastée ailleurs. En revanche, en Pays d’Olmes, le renouvellement presque constant représente la règle.

Des comportements sensiblement différents de part et d’autre de la Montagne Noire ?

  • 5 J. Faury et R. Cazals, « Industrie, suffrage universel, instruction publique : grandes conquêtes d (...)
  • 6 R. Cazals, Les révolutions industrielles à Mazamet, 1750-1900, op. cit., p. 171-174.
  • 7 P. Gau et N. de Nardi, Le bassin d’emploi de Castres-Mazamet. Évolution économique et urbanisation (...)
  • 8 R. Cazals, Les révolutions industrielles à Mazamet, 1750-1900, op. cit., p. 250-253.
  • 9 Exposition universelle internationale de 1900 à Paris, Rapport du jury international, p. 54.
  • 10 R. Cazals, Les révolutions industrielles à Mazamet, 1750-1900, op. cit., p. 250-253.

5Sous l’Empire, on note déjà la présence d’industriels dynamiques et laborieux : David et Jean-Louis Guibal de Castres, Pierre Olombel, Jean Rives et David Calibel à Mazamet, loués pour leur grande expérience et leur très bonne réputation. Au milieu du xixe siècle, on retrouve certains d’entre eux tels Olombel et Calibel décrits par Audiganne en compagnie d’Houlès et de son gendre Cormouls. À Castres, à la même époque, les maisons Guibal ont disparu et on identifie à leur place Barbe, Batut et Laval5. Lors de l’exposition universelle de 1878, on compte parmi les exposants encore un Olombel et un Rives, Cormouls-Houlès aux côtés d’Alba-La-Source, Armengaud, Benezech, Bonnafous, Boudou jeune, Brenac, Gau, Louët, Puech frères, Rives Ulysse, Salvaing jeune, et Tournier. Dans les années qui suivent, les difficultés du textile et les profits du délainage provoquent le glissement de l’essentiel des entrepreneurs du premier secteur industriel vers le second à Mazamet. Mais, dans les premières décennies du xxe siècle, on retrouve toujours quelques grandes familles d’entrepreneurs : Alba-La-Source, Tournier et Boudou6. Les Tournier sont une ancienne dynastie qui négocie des produits textiles depuis le xvie siècle et dont l’implication industrielle dure jusqu’à la fin du xxe siècle. Sous l’Empire, Jules Tournier s’est établi comme fabricant ; en 1865, il a associé ses fils à l’affaire7 ; dans la deuxième moitié du xixe siècle, l’entreprise connaît un exceptionnel développement. Édouard Alba-La-Source a fondé son entreprise vers 1860 ; acquéreur du moulin Gau en 1875, il en fait la plus grande usine textile du bassin à la suite d’importants travaux8. Non loin de là, la maison Boudou, fondée en 18069, possède l’usine de l’Ardorel – ou de la Condomine – construite en 1850 ; l’entreprise poursuit son développement après 190010. À travers l’étude de quelques maisons, il est possible de mesurer la tendance à la poursuite de l’engagement industriel à Mazamet. Mais le centre connaît des disparitions d’entrepreneurs et des vocations tardives. Pour saisir l’originalité du patronat mazamétain – si elle existe – il resterait à mener un véritable travail prosopographique.

  • 11 AD Aude, 14 M, 18 ; Rapport du président de la Chambre de Commerce de Carcassonne au préfet de l’A (...)
  • 12 AD Aude, 14 M, 9 ; Liste des principaux fabricants des draps de Carcassonne, 1821.
  • 13 C. Marquié, L’industrie textile carcassonnaise au xviiie siècle. Étude d’un groupe social : les ma (...)
  • 14 AD Aude, 14 M, 17 ; Principaux établissements industriels et ateliers de la ville de Carcassonne, (...)

6Il est plus facile de conclure à la faible propension à s’investir à long terme chez les patrons carcassonnais, tant ils sont rapides à quitter leur activité. En effet, si l’on en croit le président de la Chambre de commerce de Carcassonne, la masse des fabricants est à la tête de petites entreprises de fondation récente : « Ils n’ont, c’est un malheur et un tort peut-être, ni les moyens ni l’intention de prétendre à un long et vaste avenir. Il est presque de tradition dans le pays que les exploitations industrielles changent assez fréquemment de mains, et cette disposition qui diminue fatalement l’essor de l’industrie, empêche que les établissements fondés prennent jamais de grands développements. »11 Malheureusement, les sources pour le dernier tiers du xixe siècle ne nous permettent pas d’étudier avec précision le phénomène. En revanche, quelques traces portant sur les périodes précédentes confirment ce comportement. Ainsi, en comparant la liste des 22 principaux fabricants en 182112 à celle des 14 de 1789, on constate que l’on ne retrouve que six noms entre les deux dates : Besaucelle, Castel, Cathala, Darles, Laperrine et Pech. La Révolution n’est pas à l’origine de cette propension puisque sept fabricants présents en 1789 sont absents du registre de 1755 et sur les 23 de 1742 on constate la disparition de huit d’entre eux en 175513. Au xixe siècle, le phénomène se poursuit : en 1868, sur un état de 14 noms14, on n’en retrouve que trois de la liste de 1821 : Clergue, Roustié et Sicre. Aucun ne fait partie des fabricants du xviiie siècle, le renouvellement paraît complet à cette date par rapport à la période de la Révolution.

Beaux exemples dynastiques et discontinuités en Rouergue, Gévaudan et Hérault

  • 15 AD Aveyron, 6 M, 736 ; Relevé des manufacturiers et fabricants de quelque genre que soient leurs p (...)
  • 16 AD Aveyron, 9 M, 12 ; Minute de la préfecture de l’Aveyron. Le préfet aux présidents des chambres (...)
  • 17 AD Aveyron, 8 M, 3 ; Lettre du maire de Saint-Geniez au préfet de l’Aveyron, 14 octobre 1839.
  • 18 F. Boulet, Un canton rural reculé du sud Aveyron à la poursuite du développement et des progrès du (...)
  • 19 AD Aveyron, 9 M, 12 ; Minute de la préfecture de l’Aveyron. Le préfet aux présidents des chambres (...)
  • 20 AD Aveyron, 6 M, 736 ; Liste des principaux industriels de l’arrondissement de Saint-Affrique.
  • 21 V. Cros, L’industrie de la laine dans le Camarès au xixe siècle (1810-1908), op. cit., p. 66 et sq (...)
  • 22 AD Aveyron, 9 M, 12 ; Minute de la préfecture de l’Aveyron. Le préfet aux présidents des chambres (...)

7Dans les régions atteintes par la désindustrialisation, la continuité est forcément moins marquée. On trouve néanmoins de beaux exemples dynastiques. Ainsi, en Aveyron, la famille Solanet à Saint-Geniez impliquée depuis 181715, en association avec Muret et les frères Palangié16, dans la fabrication de draps de troupe17, continue ses activités dans les années 1920. C’est toutefois dans le sud du Rouergue que l’on observe les plus importantes permanences. À Saint-Affrique, les plus gros négociants et marchands-fabricants : les Grand, Grand Pilande et Grand Pradeille sont présents dans le commerce des draps depuis le xvie siècle. La vocation commerçante et industrielle des Mazarin, Caldier ou Rachou est plus récente : elle remonte au xviiie siècle. La désindustrialisation à Saint-Affrique dans la seconde moitié du xixe siècle s’accompagne de l’arrêt de l’activité de familles d’industriels et de commerçants drapiers actifs depuis plusieurs générations18. Les Caldier, qui maintiennent leur activité à Saint-Affrique jusqu’aux années 192019, s’installent dans d’autres centres de production, comme Bédarieux. La continuité ne s’observe pas seulement autour d’un lieu de production ; les Rachou le prouvent bien20. Délaissant Saint-Affrique en 1862-1863, ils développent leur activité à Camarès, y construisent une nouvelle usine en 190821 et deviennent les plus importants industriels du textile de l’Aveyron. Ils sont toujours présents au début des années 193022 et leur activité va se poursuivre bien au-delà.

  • 23 AD Lozère, M, 4173 ; Situation de l’industrie à Marvelols, 1881 ; id., Enquête sur la main-d’œuvre (...)
  • 24 Y. Pourcher, La trémie et le rouet. Moulins, industrie textile et manufactures de Lozère à travers (...)
  • 25 AD Lozère, 2 P, 153 ; Contributions directes : carnets des établissements industriels imposables a (...)
  • 26 Y. Pourcher, La trémie et le rouet. Moulins, industrie textile et manufactures de Lozère à travers (...)

8Il en est de même en Lozère. Les sources sont peu nombreuses et n’autorisent qu’un panorama rapide : quelques listes de fabricants23, des études généalogiques24 ainsi que les registres des patentes25 permettent d’approcher les familles d’entrepreneurs de Marvejols, le principal centre manufacturier. Les grandes familles d’industriels ont des origines dans le commerce de la cadiserie sous la Restauration. Sur les treize négociants de 1826, on trouve quatre noms : les Chapel d’Espinassoux, les Talansier, les Ollier et les Bardon, les trois premiers ayant représenté les plus puissants des lignages locaux auxquels sont venus s’ajouter quelques années plus tard les Mendras et les Roujon. Le fondateur de l’activité industrielle moderne à Marvejols est Dominique-Jean-Marie Chapel d’Espinassoux. Il crée une filature mécanique à Pineton et fait fabriquer des tissus au début du xixe siècle. La poursuite de l’entreprise pour les deux premières générations ne se fait pas en ligne directe mais d’oncle à neveu. Au moment de la Grande Dépression, les difficultés d’adaptation mettent fin à l’activité industrielle de la famille en 1898. En 1826, il y a déjà deux Talansier : Simon et Antoine qui négocient des cadis à Marvejols. C’est avec Camille que l’aventure industrielle de la famille débute vraiment « qui réunit dans sa fabrique les ouvriers disséminés autrefois dans les ateliers de la famille ». Avec son frère, Léopold, aussi manufacturier à Marvejols, ils donnent naissance à trois manufacturiers en exercice à la fin du xixe siècle : Louis-Marie, fils de Camille et Paul-Marie et Marie-Maurice, fils de Léopold. Leur activité se poursuit au xxe siècle et le dernier établissement de la famille ferme ses portes en 1939. Pour les Ollier, aussi, tout commence sous la Restauration avec Guillaume, négociant en cadiserie. Devenu industriel, il laisse l’affaire à son fils Paulin-Alexis dans les années 1870. Celle-ci est toujours active à la veille des années 1920. Dans le sillage de ces industriels précurseurs, Jacques Roujon se lance dans le textile dans les années 1830. D’abord employé chez Chapel d’Espinassoux, il s’installe à son compte dans le négoce de la draperie. Son fils aîné, Jean-Baptiste-Basile, devient manufacturier alors que son cadet, Jules-Marie demeure négociant. Deux des fils de ce dernier sont manufacturiers : Joseph-Octave-Marie et Gaston-Marie-Honoré-Jean-Baptiste dont le fils de ce dernier, Jules-Jacques, termine l’aventure industrielle de la famille Roujon en 1969. La seconde famille venue tardivement à l’industrie et qui occupe une place essentielle est celle des Mendras. Au début des années 1840, Pierre-Sylvain-Isaac-Auguste est négociant et son fils, Léon-Paul, manufacturier deux décennies plus tard. Deux de ses enfants sont manufacturiers à la fin du xixe siècle : Marie-Maurice et Marie-Auguste-Ernest. Les activités industrielles ne s’arrêtent qu’en 196226.

  • 27 A. Hortus, L’industrie de la laine dans le Lodévois : étude économique et sociale (1789-1851), Mém (...)
  • 28 AD Hérault, 6 M, 1657 ; Lettre du sous-préfet de Lodève au préfet de l’Hérault, 2 août 1887.

9Dans le patronat Lodévois aussi, on observe de beaux exemples de continuité familiale27, en particulier pour les dynasties les plus puissantes. Alors que les plus anciennes lignées d’entrepreneurs comme les Ménard, les Vallat, les Martel et les Rouaud, encore là au milieu du xixe, ont disparu à la fin du siècle, les Teisserenc et les Vitalis, déjà présents sous la Monarchie de Juillet, et même sous le Premier Empire, deviennent les deux principales lignées d’industriels de Lodève. Ils sont également ceux qui terminent l’aventure des draps de troupe au xxe siècle dans l’Hérault. Ils ne font pas pour autant figure d’exception puisque des patrons moins puissants, comme les Puech, les Jourdan, les Martin, les Calvet ou les Soudan, toujours en activité à la fin des années 189028, ont des ascendants présents dans l’industrie du drap à Lodève depuis aussi longtemps. Enfin, la disparition des noms ne signifie pas interruption familiale dans l’industrie. L’étude sommaire des liens de parenté à Lodève montre l’importance des mariages entre membres de familles d’industriels ; il faudrait, par une étude plus approfondie, mesurer la place des gendres et des neveux dans le processus de continuité. Les Fabreguettes, à Clermont et les Maistre à Villeneuvette, devraient faire l’objet des mêmes investigations.

Un renouvellement presque constant en Pays d’Olmes

  • 29 Étienne Dumas, Jean-Baptiste Dastis, Croux, Authié, Joly, Arcizet, Casimir Fau (AD Ariège, 14 M, 1 (...)
  • 30 C. Laprotte, L. Dumons, P. Christaud, C. Bourges et fils, A. Serrus, J. Lanta, J. Roudière, G. Sic (...)
  • 31 AD Ariège, 14 M, 19/1, no 10 ; Manufacture de draps de la Maison Étienne Dumas de Lavelanet, dépar (...)
  • 32 Dastis n’est plus mentionné dans les sources comme facturier après 1866 (AD Ariège, 14 M, 2 ; Préf (...)
  • 33 Dumas n’est plus présent que quelques années en association avec Osmin, Authié l’est aussi en asso (...)

10Aux continuités plus ou moins marquées du Bas-Languedoc oriental et du versant septentrional de la Montagne Noire, s’opposerait le renouvellement rapide des zones de Carcassonne et du Pays d’Olmes. Entre la Monarchie de Juillet29 et les années 1870, le groupe des fabricants de Lavelanet s’accroît en se renouvelant. L’expansion du Second Empire y est probablement pour beaucoup. Nombreux sont les nouveaux noms qui apparaissent30. L’existence des entreprises excède rarement une à deux générations. Les manufacturiers des origines, créateurs de la nouvelle industrie à Lavelanet31, ont soit disparu (Dastis32, Coussou), soit sont mentionnés pour la dernière fois dans les années 1870 (Dumas, Authié)33.

  • 34 B. Evans, La transition industrielle dans le canton de Mirepoix, 1789-1914, op. cit., p. 208-209.
  • 35 Roques Jean-Baptiste, Roques Hector, Escolier-Diant, Baumale Vincent, Bezombes Raymond, Bonnet Émi (...)
  • 36 Ils amorcent une continuité qui dure jusqu’aux années 1980.
  • 37 AD Ariège, 14 M, 10 ; Enquête de 1930. Liste des entreprises de la draperie et AD Ariège, 14 M, 20 (...)
  • 38 Calvet, Castel, Couquet jeune, Couquet Désiré, Maris aîné, Roudière Émile, Roubineau et Cie.
  • 39 Bigou, Audouy et Clergue, Mas, Laporte, Evary, Bouichou et Pont, Gadal et Cie, Bergère frères, Laf (...)

11La Grande Dépression semble ensuite être aussi un moment de grand renouvellement du milieu des fabricants de draps dans tout le Pays d’Olmes. À Laroque-d’Olmes, les familles Maurel et Sage qui avaient contrôlé l’essentiel de l’activité textile depuis la Révolution, abandonnent la fabrication. Seul Gervais Maurel se maintient dans l’effilochage. Adrien Sage, en revanche, cesse de travailler et deux industriels de Lavelanet, Barbe et Averous, reprennent son usine exploitant la foulerie et les apprêts34. À Lavelanet, l’essentiel des manufacturiers qui ont participé à la demande d’admission à l’exposition universelle de 1878 ne sont pas recensés en 190635. Mais des familles importantes, comme les Dumons ou les Roudière, se maintiennent36. On les retrouve, par exemple, trente ans plus tard au sein d’un milieu patronal fortement renouvelé37 : aux côtés de quelques entreprises qui n’en sont qu’à la deuxième génération d’entrepreneurs38, on relève une majorité de nouveaux industriels39.

  • 40 AD Ariège, 6 U, 874 ; Acte de société fondant la Société lavelanétienne des Moulines, 1929.
  • 41 AD Ariège, 6 U, 862 ; Formation de la société en nom collectif Escolier & Diant, 1906.
  • 42 Ibid., Formation de la SARL Escolier & Diant, 1931.
  • 43 B. Evans, La transition industrielle dans le canton de Mirepoix, 1789-1914, op. cit., p. 209.
  • 44 AD Ariège, 9 U, 732 ; Actes de la société Fonquernie et fils, 1925-1935.
  • 45 B. Evans, La transition industrielle dans le canton de Mirepoix, 1789-1914, op. cit., p. 209 et p. (...)
  • 46 AD Ariège, 9 U, 732 ; Actes de sociétés de Ricalens frères, fabricants de laines et feutres, 1917- (...)
  • 47 AD Ariège, 14 M, 5 ; Enquête de 1906. Cantons de Mirepoix et de Lavelanet, 1906.
  • 48 AD Ariège, 14 M, 20/5 ; Liste d’industriels. Exposition internationale de 1937.

12En dehors des Dumons – famille essentielle de l’industrie de la laine en Ariège – quatre autres, formant le reste des plus importantes sociétés du Pays d’Olmes, s’établissent entre la fin du xixe et le début du xxe siècle. À Lavelanet, Antoine Alfred Escolier – dit Antonin – né à Sainte-Colombe non loin de Lavelanet le 1er octobre 1870 et Jean-François Diant né à Pont-Évêque Les Vienne en Isère le 13 octobre 187540 joignent leurs destins le 15 octobre 190641. Leurs fils respectifs poursuivent l’activité en association avec les pères après 193142. À Laroque-d’Olmes, Léon Fonquernie qui a commencé à travailler avec son oncle Berger à Aigues-Vives avant d’y fonder sa propre entreprise, se transporte à Laroque. Il y loue l’usine de Nestor Maurel, alors arrêtée, pour y débuter la fabrication de draps, puis l’acquiert le 30 novembre 190343. Il poursuit son activité dans les décennies suivantes, seul, puis en association avec ses fils44. À la même période, on trouve Antonin Ricalens et Bertrand qui exploitent ensemble l’ancienne usine de Léo Bez, dans laquelle ils se livrent à la teinture et à l’effilochage. En 1901, avec Auguste Maurel, Antonin Ricalens achète l’usine dans laquelle il poursuit l’activité d’effilochage avant de construire en 1909 une fabrique de draps et de métiers en 190945. Il poursuit son activité avec son fils Étienne46 dont l’activité de fabricant d’étoffes avait commencé avant celle de son père47. De son côté, Bertrand s’associe à Cabrol48.

13Entre 1870 et 1940 s’esquisse avec les Dumons un processus tardif de transmission dynastique des entreprises. Les Maurel à Laroque d’Olmes ont anticipé ce modèle, dès la Révolution, mais abandonnent la production textile à la fin du xixe siècle. Les Fonquernie et les Ricalens, qui ne font qu’amorcer le processus dynastique à Laroque d’Olmes entre la fin du xixe et le début du xxe siècle, ont une destinée comparable. En dehors de ces exceptions, l’implication industrielle des fabricants de draps dans le territoire de la laine ariégeois s’effectue au mieux sur deux générations et rarement sur trois ; cela n’empêche pas pour autant la poursuite du développement du centre grâce à un constant renouvellement du milieu patronal.

Les « sociétés de famille » à travers l’exemple ariégeois

  • 49 En 1942, il n’y avait qu’un seul guichet permanent de banque locale en Ariège : il se situait à La (...)
  • 50 P. Verley, Entreprises et entrepreneurs du xviiie siècle au début du xxe siècle, Paris, Hachette, (...)

14Ces affaires de famille, qui reposaient le plus souvent sur un entrepreneur individuel, mobilisant ou non les réseaux familiaux, parvenaient, en s’appuyant sur l’autofinancement, à créer et à développer leur propre entreprise. Ce modèle, très présent dans les premiers temps de l’industrialisation, a montré ses limites. Très rapidement, surtout chez les intégrés, la nécessité de disposer de plus de trésorerie et de fonds d’investissement plus lourds pour les immobilisations, a conduit à rechercher des appuis extérieurs. Les petites et moyennes entreprises ne pouvaient guère compter sur les banques. Les grandes ne prêtaient pas aux structures industrielles modestes et les établissements régionaux et locaux sont restées longtemps peu nombreux49. Les sociétés de commerce étaient alors appelées « au secours des familles »50. La légalisation fondée sur le Code de commerce de 1807 a d’abord incité à recourir préférentiellement aux structures en nom collectif. La loi du 24 juillet 1867 apporte une modification essentielle en permettant de fonder avec plus de facilité les sociétés anonymes. Quoique plusieurs fois amendée et complétée, elle ne modifie pas fondamentalement la donne pour la masse des entreprises mais offre une solution juridique et financière satisfaisante pour les établissements grands et moyens. Le bouleversement est surtout dû à la loi du 7 mars 1925 qui crée les sociétés à responsabilité limitée, donnant la possibilité à beaucoup d’entreprises du textile de se doter d’un modèle adapté à leurs besoins.

15Aussi, à travers l’exemple ariégeois, on peut analyser comment, après avoir recouru à l’autofinancement et aux investissements externes de proximité, les entrepreneurs élargissent le drainage des capitaux en s’appuyant sur les négociants et les banques locales. Enfin, le développement des institutions financières de niveau départemental et les réseaux qui y sont associés représentent aussi une opportunité efficace, mais limitée en nombre, de financement de l’industrie.

De l’autofinancement aux investissements externes de proximité

La domination presque totale des sociétés en nom collectif

16Le recours aux sociétés de commerce n’exclut par la constitution d’associations sur une base familiale. Des petits entrepreneurs comme Olive, de plus grands : Dumons, Fonquernie et Ricalens, de petits négociants tels que Monié et des grands, c’est le cas de Bruneau, constituent des sociétés en nom collectif. Mais, dans la majorité des cas, l’établissement de ces formes juridiques est le fait d’un nombre réduit d’individus appartenant à des familles différentes.

  • 51 AD Ariège, 6 U, 857 ; Basile Monié et Compagnie, commerce de draps et de nouveautés, 1899. Soula e (...)
  • 52 AD Ariège, 6 U, 861 ; Acte de la société en participation « J. Gabarrou et Cie », 2 octobre 1902.
  • 53 Ibid., Basile Monié et Compagnie, commerce de draps et de nouveautés, 1899.

17C’est bien l’incapacité de trouver dans l’entourage direct des sommes suffisantes qui pousse à ce type d’alliances. La preuve en est parfois donnée par l’état des contractants. Nombreux sont ceux qui n’ayant aucun rapport avec l’activité textile ou industrielle, recherchent dans l’investissement industriel des gains supérieurs aux rentes traditionnelles. Par exemple, Soula, boulanger à Lavelanet, s’associe à Jean-Baptiste Monié51, André Baille docteur en médecine à Lavelanet à Justin Gabarrou52, Pascal Fernand Pons boucher à Basile François Monié53. Jean-Baptiste Monié est bien incapable de recueillir seul les 10 000 francs du fonds social. Il n’apporte que 2 000 francs alors que Soula en verse 8 000. Gabarrou ne met que 5 000 francs sur les 20 000 requis du fonds social, Basile François Monié 2 000 francs sur les 10 000 nécessaires.

  • 54 Ibid., Basile Monié et Compagnie, commerce de draps et de nouveautés, 1899.
  • 55 Ibid., Acte de la société en nom collectif « Émile Croux et compagnie », 9 novembre 1899.
  • 56 AD Ariège, 6 U, 874 ; Acte de la société en nom collectif « Cathala et Maugard », 14 juin 1930.

18Le statut d’origine des contractants les contraint souvent à s’associer. Issus de milieux modestes, certains ne disposent pas d’une accumulation préalable de capital suffisante pour se lancer seuls dans l’aventure industrielle. Ainsi, Jean-Baptiste Monié n’est que commis fabricant quand il débute la production de draps. Lorsque sa société se développe, elle le fait avec l’arrivée d’un autre commis fabricant, Gustave Cazeneuve, qui n’apporte que 2 000 francs au fonds social54, la même somme que Monié six ans plus tôt. De même, Basile François Monié est un simple représentant de commerce qui ne possède que 20 % du fonds social de « Basile Monié et compagnie ». Philibert Leblanc est contremaître à Lavelanet lorsqu’il s’engage dans la société « Émile Croux et compagnie »55. C’est aussi le cas des tisserands qui décident d’accéder au statut de fabricant spécialisé en contrôlant fabrication et commercialisation des draps comme les tisserands Cathala et Maugard56.

  • 57 AD Ariège, 7 U, 845 ; Acte de la société en nom collectif « Olive et fils » à Saint-Quintin, 1er j (...)
  • 58 AD Ariège, 6 U, 860 ; Acte de la société en nom collectif « Dumons frères », 22 décembre 1897.
  • 59 AD Ariège, 6 U, 863 ; Acte de la société en nom collectif « Dumons frères », 22 novembre 1908.
  • 60 AD Ariège, 6 U, 862 ; Acte de la société en nom collectif « Escolier et Diant », 19 octobre 1906.

19D’autres, bien qu’issus du milieu des fabricants, sont conduits à pratiquer les mêmes types d’alliances pour des niveaux d’engagement financier similaires. On privilégie d’abord les associations familiales. Ainsi Marie Guiraud, surnommée Virginie, veuve de Louis Marie Abraham Théodore Olive, et Gédéon Camille Omer Olive, son fils, s’associent pour moitié à une hauteur de 14 000 francs en 187457. Le processus n’exclut pas ceux qui sont, au tournant des xixe et xxe siècles, les intégrés les plus importants. Ainsi, Jean-Pierre-Léon Dumons, administrateur de la Banque de France, industriel à Lavelanet et Victor-Joseph Dumons, industriel à Lavelanet son frère, versent respectivement en 1897 18 000 et 12 000 francs pour couvrir un fonds social de 30 000 francs58. En 1907, la somme totale n’a pas changé mais les deux frères contribuent dorénavant au même niveau59. De même, Antoine Escolier et François Diant n’apportent chacun que 10 000 francs à la création de leur association en 190660.

  • 61 Ibid., Acte de la société en nom collectif « Bruneau et Compagnie », 16 mai 1902.
  • 62 Ibid., Acte modificatif de la société en nom collectif « Bruneau et Compagnie », 22 janvier 1912.

20Des fabricants et commerçants de draps, agissant ou non comme donneurs d’ordres de la fabrique, souvent dénommés exagérément négociants, sont dans le même cas. Les plus importants appartiennent à la famille Bruneau. Eux aussi s’allient pour constituer un capital d’une certaine ampleur, pour se situer à un niveau nettement supérieur à ce que l’on observe habituellement en Pays d’Olmes. Aussi, en 1902, Pierre Bruneau et ses deux enfants, François Julien – dit Jules en famille – négociant à Lavelanet et Lucie Marie Bruneau, négociante, épouse de Paul François Laguerre, créent une société en nom collectif dont le fonds social s’élève à 195 000 francs constitué à parts égales. Mais le véritable entrepreneur est Jules qui consacre « spécialement tout son temps et tous ses soins » à l’entreprise « et re[çoit] de ce fait à titre d’appointements une somme de 200 francs par mois »61. En 1912, la société « Bruneau et Compagnie » passe en totalité à Jules et Lucie Marie qui reçoivent la donation, par moitié, des parts de leur père62.

  • 63 Ibid., Acte de la société en participation « J. Gabarrou et Cie », 2 octobre 1902.
  • 64 AD Ariège, 6 U, 861 ; Acte de la société en nom collectif « Émile Croux et compagnie », 9 novembre (...)
  • 65 AD Ariège, 6 U, 857 ; Acte de la société en nom collectif « B. Baudru & Cie » à Lavelanet, 22 octo (...)

21Toutefois, les Bruneau semblent faire figure d’exception ; tous les autres négociants sont de bien moins grande envergure. On a pu voir que Jean Gabarrou n’apportait que 25 % des parts d’une société à fonds social de 20 000 francs63. Jean-Raymond-Émile Croux investit encore moins dans la petite association avec Philibert Leblanc, chacun d’eux ne versant que 2 500 francs d’un bien maigre fonds social64. Benjamin Baudru s’engage à un niveau plus élevé mais encore très moyen puisqu’il ne verse que 15 000 francs, l’autre moitié étant fournie par le banquier Hector Roques65.

De la société en nom collectif à la société à responsabilité limitée

22Au bout du compte, la domination des sociétés en nom collectif est presque totale. Le souci des associés d’être intéressés à la direction des affaires excluait la commandite. La société anonyme était quasiment ignorée aussi. On a souvent évoqué le fait que, le capital social étant représenté par des actions négociables, il existait un risque de perte de contrôle des entreprises pour les familles fondatrices. En réalité, le risque est inexistant dans les petites structures et très limité dans les associations d’une certaine importance où les actions sont détenues à plus de moitié par quelques actionnaires fondateurs. En outre, aucune entreprise de la région n’est cotée en bourse et la cession des actions, comme l’accroissement de capital, sont étroitement surveillés par le conseil d’administration. Le capital social est donc particulièrement stable dans le temps et permet aux familles fondatrices de ces sociétés anonymes de contrôler aisément l’entreprise. Les exemples de la « Banque ariégeoise » et de la « Société anonyme des établissements Ricalens » en fournissent une bonne illustration.

23En réalité, si les entrepreneurs se détournent de cette forme juridique, c’est qu’elle n’apporte aucun avantage à des associations limitées à deux ou trois personnes. Les administrateurs délégués, puis le président des sociétés anonymes, ont leur responsabilité engagée sur l’ensemble de leurs biens personnels, tout comme les associés en nom collectif. La sanction pour les individus en cas de faillite est donc identique pour des structures à faible nombre d’associés. Enfin, la gestion d’une société anonyme est beaucoup plus contraignante. Bref, si les sociétés de commerce qui se créent n’ont pas à rechercher de grandes quantités de capitaux, la société en nom collectif représente la meilleure solution juridique pour les petites et moyennes entreprises, avant l’apparition de la société à responsabilité limitée (SARL).

  • 66 T. W. Guinnane, R. Harris, N. R. Lamoreaux et J.-L. Rosenthal, « Pouvoir et propriété dans l’entre (...)

24Le modèle de la SARL modifie en effet totalement le paysage institutionnel par la flexibilité de la gouvernance interne qu’elle permet, tout en conservant les avantages de la personnalité juridique et de la société par actions connus dans les sociétés anonymes66. Alors qu’un certain nombre d’entrepreneurs continuent de créer ou de modifier leur association en choisissant toujours la forme juridique en nom collectif, beaucoup lui substituent la nouvelle forme juridique ou fondent leur entreprise sur celle-ci. Le changement essentiel qu’elle apporte tient au fait que les associés ne répondent pas personnellement des dettes sociales qui n’ont d’autres gages que les biens apportés à la société ou acquis par elle, les gérants comme les autres. Le capital social est totalement contrôlé puisque les parts sociales ne peuvent être cédées à des tiers étrangers à la société qu’avec le consentement de la majorité des associés représentant au moins les trois-quarts du capital social. La société étant dirigée par un ou plusieurs gérants, cela permet d’associer tous les partenaires à la gestion d’une petite structure où l’assemblée des associés se confond souvent avec l’ensemble des gérants.

  • 67 AD Ariège, 6 U, 874 ; Acte de la SARL « Vives, Bertrand et Monnereau », 1929.
  • 68 Ibid., Acte de la SARL « Bonnet, Carbonneau et Cie », 11 janvier 1929.
  • 69 Ibid., Acte de la SARL « J. Thibaudau, Allabert et Cie », 1929.

25Ainsi, la SARL offre l’avantage aux fondateurs de ce type de société de pouvoir diriger librement leur association comme dans le cadre des sociétés en nom collectif. Elle supprime le risque lié à l’engagement des biens personnels, présent aussi dans le cadre des sociétés anonymes, pour les administrateurs délégués et le président. Elle s’avère donc particulièrement efficace pour les entreprises petites et moyennes qui dominent dans les territoires de la laine du Midi. Elle ne laisse la place aux sociétés anonymes que dans les grandes entreprises. La constitution d’un capital social d’une certaine ampleur les contraint à créer des actions. De nombreuses petites sociétés passent alors du statut en nom collectif à celui de SARL pendant que de nouvelles entreprises apparaissent et adoptent la nouvelle forme juridique. La croissance de la première décennie du xxe siècle et le fort développement au cours des années 1920 favorisent la création de nouvelles sociétés. C’est le cas pour des tisserands qui décident d’accéder au statut de fabricant spécialisé en contrôlant fabrication et commercialisation des draps. Ainsi, les trois tisserands Jacques Vives de Lavelanet, Norbert Bertrand et Étienne Monnereau de Laroque-d’Olmes s’associent pour « la fabrication et la vente de draps et draperies en tous genres, et en général, toutes opérations industrielles et commerciales, mobilières et financières se rattachant directement ou indirectement à cette industrie ». Leur modeste société à un capital social de 25 500 francs ; chaque associé apporte 8 500 francs en numéraire67. On retrouve le même type d’alliance entre Pierre Bonnet, Paul Carbonneau, Noël Pont et Jean-Baptiste Bouychou dans une association au capital social de 40 000 francs, 10 000 francs étant amenés par chacun des sociétaires, presque entièrement en numéraire68. C’est encore le cas de Joseph Thibaudeau, Édouard Allabert, Pierre Gironce, Julien Gironce, Raymond Joffres qui apportent chacun 20 000 francs en numéraire69.

  • 70 AD Ariège, 6 U, 862 ; Acte de la SARL « Escolier & Diant », 15 mai 1931.

26On trouve aussi des intégrés pour opter pour ce type d’association. Ainsi Antoine Escolier et François Diant, unis en indivision depuis l’expiration de leur société en nom collectif le 1er janvier 1916, choisissent de créer une société à responsabilité limitée le 15 mai 1931. C’est probablement le désir d’associer à leurs affaires leurs deux fils respectifs, Jean Escolier et Jean Diant, qui les conduit à la fonder. Ils accroissent également les possibilités de l’entreprise qui atteint un capital social de 600 000 francs réparti équitablement entre chacun des associés70.

  • 71 AD Ariège, 6 U, 874 ; Acte de la SARL « Société lavelanétienne des moulines », 1929.

27C’est le même statut juridique qu’Antoine Escolier et François Diant choisissent lorsqu’ils s’associent à Prosper Pierre Noël Lucien Félix Maris Graulle, Joseph Alphonse Léon Roubineau dit Joseph, Antoine Émile Aristide Pépin Couquet dit Émile, tous industriels à Lavelanet. Chacun apporte 40 000 francs en numéraire pour « l’acquisition, la mise en valeur, la location, la prise en affermage, de tous immeubles à usage industriel et autres, l’aménagement de ces immeubles en vue d’une utilisation industrielle quelconque, plus spécialement leur affectation à l’industrie textile, l’exploitation de ces immeubles et tous ateliers et usines rentrant dans le cadre de l’industrie du tissage et de la filature et de toutes autres industries connexes, la fabrication et la vente de draperies en tous genres, la prise, l’acquisition, l’exploitation, de tous procédés et brevets concernant l’objet de la société, la prise d’intérêt par voie d’apport, fusion, participation, dans toutes entreprises se rattachant à l’objet social »71.

  • 72 AD Ariège, 6 U, 861 ; Acte de dissolution de la société en nom collectif « Bruneau et Compagnie », (...)
  • 73 Ibid., Acte de la SARL « Bruneau et Compagnie », 30 mai 1928.
  • 74 AD Ariège, 9 U, 732 ; Acte de dissolution de la société en nom collectif « A. et E. Ricalens fils  (...)
  • 75 AD Ariège, 6 U, 862 ; Acte de la société en nom collectif « Escolier et Diant », 19 octobre 1906.
  • 76 Ibid., Acte de la SARL « Escolier & Diant », 15 mai 1931.

28L’apparition des SARL n’entraîne pas la disparition des sociétés en nom collectif. Les transformations de statut juridique ne sont pas toujours immédiates et des entrepreneurs, même après 1925, continuent d’opter pour la structure en nom collectif. Ainsi, lorsque la société en nom collectif « Bruneau et Compagnie » est dissoute le 13 décembre 1925, seul François Julien poursuit l’activité de négoce en ayant « le droit de se dire successeur de la maison commerciale » et de jouir « de tous les droits et prérogatives attachés à cette raison sociale »72. Il faut attendre le 30 mai 1928 pour qu’une SARL voit le jour entre François Julien Bruneau et sa fille Victorine Marie Madeleine Bruneau ; le capital social n’est plus que de 80 000 francs apportés par moitié par le père et la fille73. De même, Antonin Ricalens et Étienne Ricalens son fils ne dissolvent leur société qu’en 192874. Enfin, notons que lorsque Antoine Escolier et François Diant s’associent pour la première fois en 1906, ils choisissent encore la forme juridique en nom collectif75 et la conservent jusqu’à son expiration légale le 1er janvier 1916. À cette date, et aussi étonnant que cela puisse paraître en terme de bonne gestion et de préservation des intérêts de chacune des parties, « la réalisation de l’objet social, tel que défini dans l’ancienne société entre Antoine Escolier et François Diant, s’est poursuivie après que le fonds d’industrie et les divers biens de l’ancienne société soient tombés en indivision et par moitié entre les deux associés » et ce, jusqu’au 15 mai 193176.

La société anonyme seule structure juridique adaptée aux grandes entreprises ?

  • 77 T. W. Guinnane, R. Harris, N. R. Lamoreaux et J.-L. Rosenthal, « Pouvoir et propriété dans l’entre (...)
  • 78 J. Levain, J. Rougerie et A. Straus, « Contribution à l’étude des mouvements de « longue durée » : (...)

29Toutefois, si les formes juridiques en nom collectif ont permis la création et le développement de petites et moyennes entreprises, elles paraissent inadaptées au développement des plus gros intégrés en Pays d’Olmes. Au xxe siècle, bon nombre vont finir par glisser vers le statut de société anonyme permettant de drainer les quantités de capitaux nécessaires à la croissance des structures, du moins avant l’apparition des SARL77. Toutefois, avant 1930, seuls les Ricalens franchissent le pas. Beaucoup craignent de perdre le contrôle de leur entreprise et cherchent, tout en ouvrant le capital de l’entreprise, les moyens d’en conserver la maîtrise. Ce sont ces mêmes inquiétudes qui font, qu’au début du xxe siècle, Roubaix n’a encore qu’un tout petit nombre de firmes ayant adopté cette forme juridique. Cela n’est pas sans conséquence sur les limites à la concentration – horizontale ou verticale – indispensable pourtant aux économies d’échelle à réaliser pour lutter efficacement contre la concurrence des industries fortement concentrées, anglaise et désormais allemande78.

  • 79 AD Ariège, 9 U, 732 ; Acte de dissolution de la société en nom collectif « A. et E. Ricalens fils  (...)

30Aussi, les Ricalens, père et fils, dissolvent-ils leur société en nom collectif en 192879 et fondent la « Société anonyme des établissements Ricalens » à Laroque-d’Olmes le 11 octobre 1928 :

« La société a pour objet l’industrie et le commerce des laines, chiffons, draps, feutres et toute industrie ou commerce s’y rattachant, la prise en affermage avec ou sans promesse de vente ou l’acquisition par voie d’apport ou autrement de tout ou partie des biens mobiliers actifs ou passifs dépendant de maisons ou sociétés ayant un objet identique ou similaire à celui de la société, la constitution de tous syndicats, participations ou société sous toutes formes la prise d’intérêts en quelque pays et sous quelque forme que ce soit, notamment par voie d’apport, participations, souscription ou achat d’actions, d’obligations ou de tous titres quelconques, ou encore sous forme de commandite dans toutes entreprises ou sociétés ayant un objet principal ou secondaire se rattachant directement ou indirectement à celui de la présente société ou de nature à favoriser le développement de ses affaires et généralement toutes opérations immobilières financières ou commerciales se rattachant directement ou indirectement à l’objet de la société ou à tous objets similaires ou connexes ».

31Le capital de la société est fixé à 22 millions de francs réparti en 44 000 actions de 500 francs chacune. Antonin et Étienne Ricalens réalisent un apport estimé à 10 000 000 francs. 20 000 actions leur sont attribuées en rémunération des apports dont 15 000 actions de catégorie B et 5 000 actions de catégorie A à vote plural. Antonin et Étienne Ricalens reçoivent chacun 7 500 actions de catégorie B et 2 500 actions de catégorie A. Les 24 000 actions catégorie B de surplus sont à souscrire et à libérer en numéraire.

32La création de la société anonyme permet de rassembler un capital jamais atteint par aucune des sociétés ariégeoises de l’industrie textile tout en permettant aux Ricalens d’en contrôler étroitement l’administration grâce à la nature, le nombre et la répartition des actions. En effet, « les délibérations de l’assemblée générale sont prises à la majorité des voix des membres présents ; en cas de partage, la voix du président de l’assemblée est prépondérante. Chaque membre de l’assemblée a autant de fois cinq voix qu’il possède et représente d’actions de catégorie A et autant de voix qu’il possède ou représente d’actions de catégorie B ». En cas d’assemblée générale extraordinaire les « délibérations sont prises à la majorité des deux tiers des voix des membres présents ».

  • 80 Ibid., Acte de la « Société anonyme des établissements Ricalens » à Laroque-d’Olmes, 11 octobre 19 (...)

33Antonin et Étienne Ricalens détiennent 80 000 voix alors que le reste des actionnaires, tous ensemble, n’en ont que 24 000. Ainsi, les deux actionnaires principaux possèdent conjointement plus des deux tiers des voix ; cela leur permet de contrôler intégralement la nouvelle société en obtenant systématiquement la majorité absolue aux assemblées générales ordinaires et d’être maîtres d’entériner ou de rejeter toute proposition d’une assemblée générale extraordinaire éventuelle. Ils maîtrisent donc toutes les augmentations éventuelles de capital social et plus généralement toute modification de statut. La seule difficulté ne peut venir que d’un désaccord entre eux80. Le système de répartition des voix a permis aux deux Ricalens d’être élus administrateurs délégués, Antonin comme président et Étienne comme vice-président du conseil d’administration. Ils continuent seuls à détenir l’exécutif de la société.

  • 81 « Nous attirons votre attention sur le fait que dans votre société seule une partie des actions d’ (...)
  • 82 Cela se fait en juin 1935 car il est laissé deux ans aux sociétés pour se conformer à la nouvelle (...)
  • 83 AD Ariège, 9 U, 732 ; Acte modificatif de la « Société anonyme des établissements Ricalens » à Lar (...)

34Cette situation, en partie due au privilège du vote plural détenu par les Ricalens et qui a été jugé essentiel81 à la création de la société pour garantir justement son contrôle, est remise en cause peu après par la loi du 16 novembre 1933 qui supprime les actions à vote plural. La loi prévoit que les actions peuvent être transformées en actions ordinaires au porteur ou en actions ordinaires nominatives jouissant immédiatement d’un droit de vote double. Les actions de type B sont donc échangées en actions ordinaires nominatives, avec un droit de vote double82. Toutefois, Antonin et Étienne Ricalens possèdent chacun 10 000 actions attribuées en rémunération d’apports et 1 000 actions acquises au moment de la souscription. Ils disposent donc de 22 000 actions, soit le même nombre que l’ensemble des autres actionnaires. La voix du président étant prépondérante, ils conservent la majorité absolue en assemblée générale ordinaire83.

Élargir le drainage des capitaux : le rôle des négociants et des banques locales

Un « système de crédit de proximité »

  • 84 M. Lescure, « Le dualisme bancaire français (du milieu du xixe siècle au milieu du xxe siècle) », (...)
  • 85 L. Bergeron, « Pour une histoire des banques locales en France (xixe-xxe siècles) », in J. Schneid (...)
  • 86 M. Lescure et A. Plessis (dir.), Banques locales et banques régionales en France au xixe siècle, P (...)
  • 87 H. Bonin, Les banques françaises de l’entre-deux-guerres, Paris, PLAGE, 2000.

35Le recours aux sociétés anonymes demeurant faible, le problème de la recherche de capitaux reste entier, en particulier pour les sociétés de commerce d’une certaine ampleur. Aussi, le drainage de capitaux ne peut-il plus se passer du recours aux banques. En Ariège, ces dernières se développent timidement au niveau local à partir des années 1870 et dans le Midi Pyrénéen84. Louis Bergeron a attiré très tôt l’attention sur l’importance que pouvaient jouer les petits établissements de crédit dans un espace circonscrit85. Leur démographie s’était considérablement accrue à partir des années 1830 ; puis, à la fin du xixe siècle, les difficultés avaient commencé à se faire sentir ; nombre d’entre elles disparaissaient86 pendant que d’autres accédaient au rang de banque régionale, surtout dans l’entre-deux-guerres87.

  • 88 J. Faury et R. Cazals, « Industrie, suffrage universel, instruction publique : grandes conquêtes d (...)
  • 89 C. Lastécouères, Les feux de la banque. Oligarchie et pouvoir financier dans le Sud-Ouest (1848-19 (...)

36Par leur propre action et l’exploitation de leurs réseaux, elles jouent un certain rôle. Celui-ci ne doit pas être surestimé dans l’investissement industriel et dans leur participation, sous différentes formes, au capital social des entreprises textiles. Rémy Cazals a souligné que dans le Tarn, où le développement du réseau bancaire est plus précoce qu’en Ariège, il « n’a pas provoqué la croissance de l’industrie »88. Les banques offrent, surtout, ce qui manque le plus au quotidien à toutes les entreprises, quelle que soit leur taille : le moyen de créer de la trésorerie à travers l’escompte. Ici, même de très petits établissements le pratiquent avant que l’apparition des succursales des grands établissements ne conduise, comme dans le Sud-Ouest aquitain étudié par Christophe Lastécouères, à une répartition entre banques locales spécialisées dans le crédit en compte courant, et banques centralisées spécialisées dans l’escompte du papier commercial89.

Du négoce à la banque

  • 90 Mode de financement que l’on perçoit bien à travers des études monographiques mais qui restent à m (...)
  • 91 Mais il manque l’essentiel de sources qui permettent de mesurer l’ampleur prise par le système de (...)
  • 92 AD Ariège, 7 U, 850-860 ; Faillites. Registres chronologiques indiquant les différents actes depui (...)
  • 93 J. Labasse, Les capitaux et la région. Étude géographique. Essai sur le commerce et la circulation (...)
  • 94 C. Lastécouères, Les feux de la banque. Oligarchie et pouvoir financier dans le Sud-Ouest (1848-19 (...)

37Jusqu’au début du XXe siècle, le système de crédit a continué à fonctionner selon des principes traditionnels. Les notaires90 et les négociants représentaient les seules institutions aptes à offrir une petite capacité d’emprunt et une pratique de l’escompte des effets de commerce. L’étude des dossiers de faillites des industriels et des commerçants de la draperie montre la place très importante occupée par les négociants dans le système de crédit, les banques étant encore très peu présentes. Les négociants donneurs d’ordres et les fabricants d’une certaine ampleur ont souvent été amenés à développer, en parallèle à leur activité principale, une seconde centrée sur les opérations financières91. Faillites et participations au capital social des entreprises font apparaître des noms de banquiers ou d’établissements bancaires avec lesquels les industriels du Pays d’Olmes entretiennent l’essentiel de leurs relations. C’est le cas de Roques, Roques et Bruneau, Bastide père et fils, Balthazar Bastide, Caralp, Bruneau, à Lavelanet, d’Achille Bourel, Théodore Maurel, Gervais Maurel, à Laroque-d’Olmes, d’Alfred Cairol-Caramaing, Escollier et Cailhau, et François Brustier à Mirepoix92. Au territoire de l’industrie semble correspondre un territoire bancaire sans que l’on puisse dire que la banque ordonne le territoire93 puisqu’ici elle est une réponse décalée aux besoins en crédits de l’industrie. Ainsi, l’organisation en place en Pays d’Olmes est bien un « système de crédit de proximité », reposant sur des réseaux où la dimension relationnelle est essentielle94.

  • 95 AD Ariège, 6 U, 857 ; Acte de la société en nom collectif « Daliot et Lazerges » à Labastide-de-Sé (...)
  • 96 Ibid., Acte de la société en nom collectif « Daliot et Lazerges » à Labastide-de-Sérou, 2 janvier (...)
  • 97 Ibid., Acte de la société en nom collectif « Not et Labat » d’Ax, 13 septembre 1881.

38La majorité des établissements relève avant tout d’un processus micro-bancaire. Il s’agit à l’origine de négociants. Xavier Daliot, propriétaire et marchand de grains et Henri Lazerges, propriétaire et négociant, tous deux de Labastide-de-Sérou, fondent le 10 décembre 1879 la société en nom collectif « Daliot et Lazerges ». Elle a pour objet « les opérations de banque et d’escompte en général et accessoirement toutes les opérations s’y rattachant ». Chacun « des associés se réserve néanmoins expressément la faculté de pouvoir continuer son commerce ou son industrie particulière et dans ce cas les engagements qu’ils pourront consentir n’engageront pas la société mais seulement celui d’entre eux qui les aura contractés ». Le fonds social n’est que de 10 000 francs apportés par moitié en numéraire par les deux associés95. En 1885, ce dernier s’accroît grâce à Daliot dont la part monte à 28 000 francs. Il semble que Lazerges soit plus impliqué dans la gestion courante de la banque puisqu’il perçoit, outre les pourcentages et parts de bénéfices prévus pour chacun des associés « une somme de 500 francs pour rétribution de ses peines et soins qu’il prendra avant tout partage de bénéfices »96. La banque « Not et Labat » d’Ax, fondée le 13 septembre 1881, relève de la même catégorie puisqu’elle est le fait de Jean Not, propriétaire, conseiller général de l’Ariège, maire de la commune d’Ignaux et demeurant à Ax et de Gaspard Labat, propriétaire et négociant demeurant à Ax. Le fonds social n’est que de 20 000 francs apportés par moitié en numéraire par les associés97.

  • 98 AD Ariège, 7 U, 845 ; Acte modificatif de la société en commandite « Saurat et Cie » à Pamiers, 11 (...)
  • 99 AD Ariège, 6 U, 857 ; Acte de la société en nom collectif « Baby et Delrieu », 15 décembre 1880.

39Les créateurs de banques locales ne sont pas systématiquement des négociants. Certains sont déjà banquiers. Ils développent leur entreprise en cherchant à s’associer avec des individus apportant des capitaux et/ou leurs compétences spécifiques. Ainsi, lorsque Charles Saurat, banquier demeurant à Pamiers crée la société en commandite « Saurat et Cie » à Pamiers, il s’associe à Jules Simorre, propriétaire et négociant en grains, demeurant aux Allemans car « Saurat exploite une maison de banque et de commission à Pamiers rue de la République maison Riolet [et] l’accroissement successif de ses affaires et de ses relations lui a fait sentir la nécessité d’augmenter le chiffre du capital sur lequel ses opérations ont été basées ». Chacun des associés apporte en numéraire la moitié du fonds social de 30 000 francs. Mais Saurat est seul commandité et gérant alors que Simorre est simple commanditaire ; aussi, « Saurat a seul la gestion et la signature de la société […] » et consacre « tout son temps et tous ses soins aux affaires de la société. Il a droit [pour cela] à un traitement annuel de 2 000 francs […] indépendamment de la part proportionnelle dans les bénéfices de la société »98. La fondation d’une banque locale est aussi l’occasion de lier, comme dans l’industrie, des individus engagés dans les activités bancaires mais ne pouvant pas créer seuls leur propre établissement. Ainsi, Pierre Simon Baby banquier, et Eugène Delrieu employé de banque, s’associent en apportant chacun la moitié en numéraire du fonds social de 50 000 francs de la société en nom collectif qu’ils fondent le 15 décembre 1880 à Foix99.

Dépasser le niveau local : les banques à influence départementale et les réseaux

Le « Crédit Industriel de l’Ariège »

  • 100 Une étude pointue des volumes d’affaires, des types de crédit, des clientèles et des réseaux, avai (...)
  • 101 AD Ariège, 6 U, 857 ; Acte modificatif de la société en nom collectif « Tersouly, Courbières et Ci (...)

40À côté de ces micro-établissements, se développe une banque locale qui aspire, dès l’origine, à jouer un rôle départemental100. Tout en restant modeste, l’entreprise tranche par rapport aux autres par un rayonnement et un capital social plus importants. Le premier établissement est créé les 16 et 23 août 1879 sous le nom de « Crédit Industriel de l’Ariège » qui prend à partir du 27 février 1880 le nom de « Caisse Commerciale et Industrielle de l’Ariège »101. Son objet porte sur :

« Les opérations de banque et d’escompte en général et accessoirement 1°  les paiements à bureau ouvert, sans délais de recouvrement, de tous les coupons de valeurs industrielles cotées à La Bourse de Paris ; 2°  les achats et ventes pour compte de tiers de rentes sur l’État et actions ou obligations industrielles par l’intermédiaire d’un agent de change ; 3°  les prêts sur titres de toutes valeurs mobilières ; 4°  la participation aux emprunts d’État ou de villes ; 5°  la protection et l’appui effectif nécessaires pour favoriser l’industrie et le commerce du département de l’Ariège et notamment l’émission de toutes actions et obligations de sociétés industrielles ou autres ; 6°  enfin la création d’une caisse de dépôts en numéraire contre lequel les déposants recevront des intérêts convenus entre les parties. Il est toutefois stipulé pour ce dernier chef d’opérations que les dépôts ne pourront avoir lieu que pour un an au moins, clause à laquelle devra convenir le déposant. »

41La raison sociale de l’établissement, « Tersouly, Courbières et Cie », situe très bien sur quelles épaules reposent la création et la direction effective de l’entreprise. C’est d’abord une création familiale autour de la famille Tersouly et de son chef Jean, ainsi que d’un employé supérieur de banque et fondé de pouvoirs, Courbière, qui amène sa compétence particulière et reconnue. En effet, si les fondateurs sont Joseph Courbières, chef de comptabilité et chargé de la procuration spéciale de la maison de banque Jules Peyre et compagnie, banquiers à Toulouse, – Joseph Courbières demeurant à Toulouse, rue Cany, Faubourg Saint-Cyprien –, Jean Tersouly, propriétaire, banquier et entrepreneur de travaux publics demeurant à Foix agissant en son nom personnel et en qualité de mandataire d’Adolphe Reveilhac, entrepreneur de travaux publics, domicilié à Foix, demeurant actuellement à Brünnen canton de Schwitz (Suisse), de Marie Tersouly, sans profession, veuve de Jean Pomiès en son vivant propriétaire et imprimeur, demeurant à Foix et de Jenny Davesne, sans profession, épouse de Jean Tersouly, seuls Jean Tersouly et Joseph Courbières ont la signature sociale – avec possibilité de procuration.

  • 102 Ibid., Acte de fondation de la société en nom collectif « Tersouly, Courbières et Cie » sous le no (...)

42L’essentiel du capital social de 300 000 francs est réuni par la seule famille Tersouly et son réseau de relations : Jean Tersouly apporte 150 000 francs, Jenny Davesne-Tersouly, 50 000 francs, Adolphe Reveilhac, 50 000 francs et Marie Tersouly, 50 000 francs. Joseph Courbières « fait apport de son travail, de ses aptitudes et connaissances ». C’est la reconnaissance de ces qualités qui le font nommer gérant de l’entreprise et lui permettent de percevoir une rétribution relativement élevée. En effet, « les associés seront intéressés de la manière suivante » sur les bénéfices : Jean Tersouly et Jenny Davesne-Tersouly, 50 %, Adolphe Reveilhac, 15 %, Marie Tersouly, 15 % et Joseph Courbières, 18 % ; « il est réservé 2 % qui seront attribués à un ou plusieurs employés désignés par le conseil des associés ». Joseph Courbières perçoit, en outre, 5 000 francs d’honoraires par an. Après cinq ans de fonctionnement, sa part de bénéfices est portée à 25 %, l’augmentation étant prise sur la part de Jean Tersouly. Il est toutefois interdit à Joseph Courbières « d’être attaché à une maison de banque dans le département de l’Ariège en qualité d’associé, d’intéressé ou même d’employé »102.

De la « Caisse Commerciale et Industrielle de l’Ariège » et de la « Banque Roques et Bruneau » à la « Banque ariégeoise »

43La réussite de l’entreprise installée à Foix et la volonté de jouer un rôle réellement départemental poussent les associés de la « Caisse Commerciale et Industrielle de l’Ariège » à ouvrir des succursales. Il s’agit pour cela de drainer plus de capitaux et de s’appuyer sur un nombre plus élevé d’individus à compétence bancaire. Le 16 octobre 1880, Jean Tersouly et Joseph Courbières s’associent avec Hector Roques banquier demeurant à Lavelanet, Hippolyte Trinqué, maître de forges et maire de Saint-Girons. En leurs noms et en celui de Cyprien de Bellisen, député et François Aynié, percepteur à Ax, ils déposent les statuts de la société anonyme « Banque ariégeoise ». Aux compétences bancaires et financières de Courbières et de Tersouly, s’ajoutent celles des banquiers Roques de Lavelanet, Riscle de Foix et Aynié. Roques fait en outre apport de sa clientèle tout comme la « Caisse Commerciale et Industrielle de l’Ariège ». Il est prévu dans ce cas que leur soient « attribué[es] en représentation de cet apport 300 actions entièrement libérées au porteur ».

  • 103 Ibid., Acte de fondation de la société anonyme « Banque ariégeoise » à Foix, 16 octobre 1880.
  • 104 Ibid., Acte de la société anonyme « Banque ariégeoise » à Foix, souscription des actions, 16 octob (...)

44Mais les apports financiers des fondateurs ne peuvent suffire à constituer le capital social de la nouvelle banque. Aussi, est-il fait appel à une souscription afin de parvenir à la constitution d’un fonds de 2 000 000 de francs divisé en 4 000 actions de 500 francs chacune, 3 700 étant proposées à la souscription103. La constitution du capital souscrit met en lumière la domination du réseau familial des Tersouly qui repose d’abord sur une alliance de personnes. Aussi, les capitaux ont-ils été d’abord recueillis au plus près, à Foix, auprès de la famille Tersouly : Jean, (670 actions), Marie (200), du réseau le plus proche : Antoine Réveilhac (400), Joseph Courbières (180) et aussi des fuxéens Cyprien de Bellisen (330), Exupère Riscle (130), Jules Trinqué, propriétaire (50) et Albert Degeilh, juge de paix (20). Le réseau est aussi représenté par les banquiers et financiers avec Hector Roques (250), Félix Soueix, propriétaire à Saint-Girons (100) et François Aynié, percepteur en congé à Ax (340). On trouve ensuite quelques individus dont il n’est pas toujours aisé de cerner le lien avec les membres fondateurs ; les plus importants sont Isidore Lautier, joaillier à Toulouse (300), Hippolyte Trinqué, négociant à Saint-Girons (200), Bertrand Bouche, rentier à Toulouse (150), Paul Fortanier, avocat, propriétaire à Mas-Grenier (Tarn) (200), puis Céline Eychenne, rentière à Carcassonne (80), Jules Cazave, pharmacien à Lavelanet (80) et Félix Labatut, notaire à Labastide-de-Sérou. Le réseau bancaire, hors les quelques membres fondateurs, se réduit à sa plus simple expression ; seuls Xavier Daliot et Henri Lazerges banquiers à Labastide-de-Sérou participent à la souscription et ce dans de très faibles proportions puisqu’ils ne se chargent que de dix actions. Au total, le réseau immédiat des Tersouly et Courbières à Foix uniquement permet de drainer 54 % du montant des actions souscrites. Si on ajoute seulement les membres fondateurs hors de Foix, on atteint plus de 61 % du total104.

  • 105 Ibid., Procès-verbal de l’assemblée générale de la société anonyme « Banque ariégeoise » à Foix, 1 (...)

45Les 300 actions restantes sont réparties en fonction de l’apport estimé des clientèles des deux banques concernées. « M. Courbières, au nom de la société Tersouly, Courbières et Compagnie, déclare qu’il est fait apport par la dite société à la Banque ariégeoise de toute sa clientèle, la dite société Tersouly, Courbières et Compagnie devant être dissoute à partir du 1er janvier prochain ». « M. Roques […] déclare qu’il ne peut apporter à la banque ariégeoise l’entière clientèle de la société Roques et Bruneau, M. Bruneau ayant résolu d’établir à Lavelanet une maison de banque pour son compte personnel à compter de la dissolution de la société Roques et Bruneau qui doit avoir lieu le premier janvier prochain ; mais M. Roques ajoute qu’il fait apport de sa clientèle personnelle qui était acquise à la maison de banque qu’il dirigeait avant la fondation de la société Roques et Bruneau qui avait été fondée depuis longtemps par son père. Il ajoute que cette clientèle est importante et procurera des bénéfices à la Banque ariégeoise dès l’ouverture de ses opérations » et demande à ce titre que lui soient attribuées des actions créées par la Banque ariégeoise en « représentation de son apport ». En conséquence et après délibération de l’assemblée générale, il est attribué 200 actions à Jean Tersouly et 60 à Joseph Courbières en représentation de l’apport de la clientèle de la « Caisse Commerciale et Industrielle de l’Ariège » et 40 actions à Hector Roques pour celle de sa part dans la banque Bruneau et Roques de Lavelanet105.

  • 106 Ibid., Acte portant sur la répartition du capital social de la société anonyme « Banque ariégeoise (...)
  • 107 Ibid., Procès-verbal de l’assemblée générale de la société anonyme « Banque ariégeoise » à Foix, 3 (...)
  • 108 Ibid.
  • 109 Ibid., Acte de dissolution de la société en nom collectif « Tersouly, Courbières et Cie » sous le (...)

46Le quart des sommes des actions à souscrire ayant été libéré comme prévu par les statuts106, il est créé, en outre, 1 100 actions de jouissance ou parts de fondateurs au profit des six membres du premier conseil d’administration : Tersouly, Courbières, Roques, Trinqué, de Bellisen, Aynié107. La direction de la banque est ensuite élue : Jean Tersouly, président, Trinqué, vice-président, Riscle, secrétaire. La Banque ariégeoise possède son siège à Foix et trois succursales : Saint-Girons, Pamiers et Lavelanet avec, pour directeurs respectifs, Soueix, Riscle et Roques. Courbières et Aynié sont désignés administrateurs délégués avec les titres respectifs de directeur et de sous directeur108. Les intérêts de Roques étant maintenant réunis dans la « Banque ariégeoise », la maison Bruneau et Roques est dissoute le 1er janvier 1881 comme la « Caisse Commerciale et Industrielle de l’Ariège » l’est le 31 décembre 1880109.

Le peu de vigueur des réseaux bancaires

  • 110 AD Ariège, 9 U, 732 ; Déclaration de souscription et de versements de la « Société anonyme des éta (...)

47Les banques locales ariégeoises ne sont pas les seuls moyens de crédits des entreprises textiles. Les industriels et les négociants ont su jouer aussi des offres bancaires d’autres villes proches, notamment dans le département de l’Aude. Les banques ariégeoises sont également en affaires avec elles. Parfois, le réseau touche à des horizons plus lointains qui tiennent peut-être à la nature des relations personnelles des industriels ou des banquiers locaux. Il profite aussi du développement des grandes banques de dépôts qui installent leurs succursales dans le département, à Lavelanet en particulier. Ainsi, lorsque les Ricalens cherchent à réunir les 22 millions de francs du capital social de la société anonyme créée en 1926, ils recourent, par ordre d’importance, à la Banque Chaix d’Avignon, puis à la Société générale, agence de Lavelanet, à la Banque Étienne Bastide à Lavelanet et à la Banque nationale de Crédit, agence de Lavelanet110.

  • 111 AD Ariège, 7 U, 850-860 ; Faillites. Registres chronologiques indiquant les différents actes depui (...)

48Toutefois, au-delà de l’Ariège, il semble difficile de parler, en général, de l’existence d’un réseau bancaire de niveau régional. Tout au plus constate-t-on une certaine intensité de relations, au demeurant très variables liées à l’existence et à la quantité d’opérations traitées par les établissements de crédit pour des créanciers communs que l’on peut entrevoir à travers quelques exemples. Cela concerne, d’abord, des établissements les plus proches du Pays d’Olmes : Pamiers, bien plus industrielle et commerciale que Foix, joue un rôle important avec Rambaud, Émile Paris, Pierre Pujol, Jean-Baptiste Delpech ; Foix est cependant aussi présente avec Tersouly, Eugène Delrieu ou Capdeville ; les centres voisins de l’Aude font aussi l’objet de quelques liens avec Narcisse Anduze, Espandellier à Chalabre ou Léon Rouquette, Salvaire à Limoux ; les centres régionaux plus éloignés, places de commerce et industrielles, sont aussi concernés avec Cadenat fils aîné à Castelnaudary, Cabrol et Salvaire à Castres ou Courtois et Cie, Rachou et Jules Peyre à Toulouse ; Carcassonne, enfin, centre de production d’effilochages et de commerce de laines, permet aux entrepreneurs du Pays d’Olmes d’entretenir des relations financières avec les banques Louis Aynard et Cie, Eugène Castel, Lagarrigue ou Besaucèle111.

Le système des entreprises : hétérogénéité des acteurs et absence d’encastrement

49Le développement des banques locales permet de constater que les territoires de la laine, même les plus excentrés, pouvaient disposer de moyens externes de financement. Mais, au total, c’est par le recours au capital familial et aux associations entre entrepreneurs ou entre industriels et financiers au sein de sociétés que le drainage de capitaux s’effectue. La plupart du temps, il ne concerne qu’un fonds social limité. Cela a une incidence directe sur la taille des entreprises, leur champ d’action et le système qui les régit.

  • 112 J.-C. Daumas, Les territoires de la laine. Histoire de l’industrie lainière en France au xixe sièc (...)

50Les mutations dans les rapports au marché sont en grande partie dues à des contraintes exogènes essentiellement fondées sur la concurrence exercée par les grands centres du cardé. Les mutations organisationnelles et les relations entre les entreprises qui reposent, quant à elles, sur des processus locaux ont aussi joué un rôle déterminant dans la structuration du territoire du Pays d’Olmes. Cependant, à l’image de ce que l’on observe partout ailleurs en France, on ne constate pas d’encastrement du système des entreprises tel que Giacomo Becattini a pu le décrire pour les districts industriels italiens112. En outre, la faiblesse de l’encadrement institutionnel paraît être la règle.

Des entreprises nombreuses aux structures hétérogènes

  • 113 AD Ariège, 14 M, 18/1 à 5 ; Situations trimestrielles (1856-1890).
  • 114 AD Ariège, 14 M, 5 ; Liste des établissements industriels de l’Ariège établie par le directeur des (...)
  • 115 AD Aude, 14 M, 18 ; Rapport du président de la Chambre de Commerce de Carcassonne au préfet de l’A (...)

51Tous les industriels ne sortent pas du creuset des négociants et marchands-fabricants des origines. Beaucoup sont issus d’autres milieux – de l’artisanat notamment – qui ne sont pas nécessairement liés au textile. Cela est probablement dû à la modestie de l’activité originelle et à la faible potentialité du milieu manufacturier à fournir les nouveaux industriels. Le milieu patronal s’est donc constitué progressivement tout en restant relativement ouvert. Partant d’un effectif faible de petits fabricants, la démographie des entreprises a peu évolué jusque vers 1850. D’une vingtaine au début du xixe siècle à Lavelanet même, elle a pu atteindre 50 établissements dans les années 1850 pour s’élever à 60 à partir des années 1860113 et n’être plus que de quarante au début du xxe siècle114. Cette évolution s’est effectuée en même temps qu’un processus de concentration déjà amorcé – mais qui restait très modeste encore – et au développement de fabricants sans matériel. Le fait que le milieu entrepreneurial soit resté en partie ouvert rend difficile la définition de types patronaux faute aussi d’une population statistique suffisamment représentative. Ce modèle est aussi celui du département de l’Aude115. Souvent, on a attribué à cette situation la faiblesse des établissements de ce département et le peu d’esprit d’entreprise. L’exemple du Pays d’Olmes tend à relativiser ces positions aussi tranchées.

  • 116 Escolier-Diant et Dumons frères à Lavelanet, Fonquernie et Ricalens à Laroque d’Olmes.
  • 117 R. Cazals, Les révolutions industrielles à Mazamet, 1750-1900, op. cit., p. 71-89.

52Cette hétérogénéité dans la constance de l’implication industrielle se double d’une seconde liée à la nature de la spécialisation des entreprises. Arrivée à maturité, la région est dominée par quelques fabricants intégrés116. Mais l’essentiel des patrons est constitué d’industriels spécialisés, avec ou sans matériel. Le processus n’est pas nouveau puisque la réforme de structure avait consisté pour quelques fabricants du Pays d’Olmes à dominer l’ensemble des opérations de la draperie. Cette mutation, les marchands-fabricants tarnais, en particulier les Mazamétains, l’avaient amorcée dès la fin du xviiie siècle en maîtrisant la teinture et les apprêts dans ce que Rémy Cazals avait appelé les « premiers actes révolutionnaires » ; c’est avec la mécanisation de la filature que les entreprises intégrées ont finalement vu le jour, comme en Ariège117. Parallèlement, de nouvelles entreprises se créaient au cours des phases de croissance sur la base d’unités spécialisées, parfois de très petite dimension, et sans grands moyens financiers et organisationnels, comme l’étude des actes de sociétés a pu le montrer.

  • 118 J.-C. Daumas, Les territoires de la laine. Histoire de l’industrie lainière en France au xixe sièc (...)

53Si l’existence d’entreprises d’une relative importance contrôlant l’ensemble des opérations de la draperie peut représenter un facteur favorable susceptible de jouer un rôle d’entraînement pour l’industrie locale, elle crée chez les patrons une hiérarchie qui peut être préjudiciable à une possible coopération. Bien que mal connues car faiblement documentées, les relations entre les entreprises françaises ne permettent pas de montrer un marché local caractérisé par une combinaison de concurrence et de coopération intense, même à Roubaix-Tourcoing où « la réduction continue et de grande ampleur du nombre des entreprises et le renforcement de la concentration qui l’a accompagnée souligne bien qu’une concurrence vigoureuse domine les relations entre les entreprises de la place ». Cela n’exclut pas des relations de solidarité et de coopération entre les entreprises, mais leur étendue est limitée. Elles sont notamment fondées sur la traditionnelle solidarité familiale du patronat nordiste. Mais rien de semblable n’est observable ailleurs ; au contraire, des attitudes individualistes et opportunistes s’y développent118.

  • 119 AD Hérault, 9 M, 9 ; Lettre du sous-préfet de Lodève au préfet de l’Hérault, 21 mars 1864.

54Ainsi, en Pays d’Olmes, ce comportement qui est favorisé par l’hétérogénéité de la structure des entreprises est grandement accentué par leur émiettement et la présence d’une majorité d’établissements spécialisés. Si cette configuration rend les patrons interdépendants, elle ne crée pas forcément la coopération en ce sens que les fabricants spécialisés du tissage occupent une place particulière par rapport aux industriels de l’amont et de l’aval de la fabrication qui se trouvent vis-à-vis d’eux dans une situation de dépendance au point parfois de se sentir plus solidaires des ouvriers que de leurs homologues. La grève de 1906 a montré que des petits patrons d’usines d’apprêts pouvaient venir en aide aux ouvriers en grève en se cachant des patrons du tissage de peur qu’ils ne les sanctionnent par la suite en ne leur donnant plus leurs draps à apprêter. Cet aspect n’existe même pas à Lodève où les patrons se placent tous dans les mêmes créneaux de production. Ainsi, Coty, sous-préfet de Lodève, observant en 1864 les relations entre les patrons de Lodève, constate qu’elles se caractérisent par « les rivalités d’une industrie similaire, le mauvais esprit qui anime les fabricants de draps […], les haines vivaces et quelquefois scandaleuses qui les divisent, malgré le degré de parenté très proche qui les unit presque tous, le mystère dont chacun d’eux essaie de s’entourer […] »119.

  • 120 AD Ariège, 15 M, 14 ; Dossiers des syndicats, 1892-1938.
  • 121 AD Ariège, 15 M, 29/2 ; Grève de 1905-1906.
  • 122 J.-C. Daumas, Les territoires de la laine. Histoire de l’industrie lainière en France au xixe sièc (...)
  • 123 R. Cazals, Les révolutions industrielles à Mazamet, 1750-1900, op. cit., p. 233 et R. Cazals, Avec (...)

55Cependant, les intérêts patronaux se rejoignent le plus souvent quant il s’agit de gérer la main-d’œuvre face aux revendications de stabilité de l’emploi, de diminution de la durée du travail et d’augmentation des salaires. Aussi, en Pays d’Olmes, la fondation en 1900 des trois organisations patronales locales répond-elle à la création du Syndicat ouvrier textile de Lavelanet et environs en 1897120. Leurs intérêts communs s’expriment à nouveau lors de la naissance de la Fédération patronale qui regroupe leurs syndicats à partir de 1906. Cette dernière est d’ailleurs fondée durant la grande grève de 1905-1906. Les patrons y font la démonstration d’une absence totale de volonté de négocier et décident en janvier 1905 le lock out général à Lavelanet. En février 1906, la plupart des manufactures de Laroque d’Olmes et de Dreuilhe ferment aussi leurs portes par solidarité avec les patrons de Lavelanet. Aucune négociation n’a lieu dans les mois qui suivent, les industriels tentent même de criminaliser le mouvement ouvrier en poursuivant les grévistes en justice121. Ici, comme partout ailleurs, les grèves du secteur textile paraissent particulièrement âpres et les patrons font la démonstration de leur conception archaïque des relations sociales par l’absence de recherche de compromis122, comme à Mazamet123.

56Ces manifestations de solidarité patronale, structurelles avec la création de la Fédération, conjoncturelles par un comportement commun en phase de crise, ne signifient pas pour autant l’existence d’une solidarité et d’une coopération au quotidien entre les entrepreneurs. L’émergence des nouvelles organisations patronales, leur corporatisme comme leurs dates de création le démontrent. En effet, le Syndicat des fabricants de draperies et autres tissus de Lavelanet et environs, apparu le 10 octobre 1900, répond lui-même à la naissance du Syndicat des filateurs de Lavelanet et environs le 16 juin 1900 et du Syndicat des apprêteurs de draps de Lavelanet et environs le 1er juillet 1900. Filateurs et apprêteurs se sont regroupés pour s’entendre sur les tarifs à exiger des fabricants et pour encadrer les contentieux éventuels. Soumis au bon vouloir des fabricants qui distribuaient le travail au mieux de leurs intérêts en jouant de la concurrence entre les établissements pour obtenir de bas prix, leur absence d’organisation les affaiblissait aussi en cas de litige. Fragilisés à leur tour du fait de leur inorganisation, les fabricants créèrent leur propre syndicat afin d’opposer un front uni aux patrons de l’amont et de l’aval de la fabrication. Mais leur coopération ne pouvait pas être non plus très efficace tant les intérêts différaient entre les plus grands à la tête des établissements intégrés, les moyens souvent spécialisés ou semi-intégrés, les petits toujours sans matériel, et les très petits, simples tisserands-patrons ou fabricants en chambre, de loin les plus nombreux.

  • 124 Ibid., p. 354.
  • 125 AD Ariège, 14 M, 5 ; Etablissements industriels. Listes, situations, enquêtes. 1906.
  • 126 AD Ariège, 14 M, 10 ; Industrie lainière. Enquête générale de 1930.
  • 127 AD Ariège, 14 M, 16 ; Lettre du commissaire spécial au préfet de l’Ariège. Renseignements – Etabli (...)

57Cette grande dispersion des entreprises en Pays d’Olmes obéit à la structure partout observable dans les centres du cardé124 ; elle est ici toutefois plus marquée. Dire que la pyramide est incomplète et déséquilibrée est un euphémisme. En effet – et sans prendre en compte les tisserands-patrons – la presque totalité des entreprises a un effectif inférieur à 100 ouvriers ; en 1906, sur 43 établissements recensés, 38 n’atteignent pas un effectif de 50 ; seuls quatre d’entre eux dépassent les 100 : Escolier-Diant (172 ouvriers) et Dumons frères (120 ouvriers) à Lavelanet, Fonquernie (152 ouvriers) et Ricalens (281 ouvriers) à Laroque d’Olmes. L’effectif moyen n’atteint pas 33 ouvriers par entreprise125. Après la Première Guerre mondiale, la situation change sensiblement ; entre 1914 et 1929, les effectifs s’accroissent de plus de 82 % et la moyenne par entreprise fait plus que doubler126. Les entreprises les plus importantes continuent à se développer ; Ricalens reste l’usine la plus importante, ses effectifs atteignent dorénavant 550 ouvriers127. Mais, au bout du compte, le territoire reste dominé par des structures de dimension modeste.

  • 128 R. Cazals, Les révolutions industrielles à Mazamet, 1750-1900, op. cit., p. 250-256.
  • 129 J. Loup, L’industrie lainière dans le Tarn, op. cit., p. 158-165.
  • 130 P. Gau et N. de Nardi, Le bassin d’emploi de Castres-Mazamet. Évolution économique et urbanisation (...)

58La situation est sensiblement identique dans le Tarn. Les plus grands entrepreneurs sont des intégrés ; on les rencontre surtout à Mazamet avec Alba La Source, Boudou et Tournier128. À Castres, la structure est beaucoup plus éclatée et il n’existe qu’un seul grand intégré travaillant pour l’armée ; il regroupe pour cela toutes les activités de la draperie y compris un atelier d’effilochage. La production pour le marché est dominée par des fabricants qui font essentiellement filer et apprêter à façon et emploient des artisans et beaucoup d’ouvriers travaillant encore à domicile. L’intégration fait cependant des progrès puisqu’on observe la constitution d’entreprises semi-intégrées associant filature et tissage alors que d’autres de même nature se dotent d’ateliers d’apprêts ; débuté dès les années 1870, le processus prend des proportions significatives à partir des années 1890129. Cette structure tend à se maintenir tout au long du xxe siècle. En effet, à la différence du Pays d’Olmes qui finit par être dominé par quelques grands groupes après la seconde guerre mondiale, le Tarn conserve dans les dernières décennies du xxe siècle une organisation caractérisée par la surreprésentation de petits et moyens établissements et la sous-représentation d’entreprises de grande taille, le taux de concentration technique étant de 10,2 % pour le département du Tarn alors que la moyenne pour la région Midi-Pyrénées est de 31,7 %130.

Graphique 9 : L’organisation productive dans la filière lainière dans le Midi pyrénéen entre la fin du xixe siècle et les années 1970.

Des relations industrielles complexes

  • 131 Il resterait à montrer si la démarche, qui n’intéresse qu’un petit nombre de familles locales, peu (...)

59La domination, tout au long de la période, de quelques intégrés de dimension moyenne, associés à une majorité de fabricants spécialisés, impliquait un minimum d’entente entre les acteurs. Cela n’est pas sans effet sur la coupure qui demeure entre les intégrés dont le devenir dépend peu d’une éventuelle coopération alors que les entreprises spécialisées sont toujours contraintes à l’interdépendance. L’essentiel des établissements spécialisés l’est dans le tissage. Certains regroupent aussi le filage et le cardage ; on aboutit ainsi à la formation d’usines semi-intégrées ; en fabrication, elles ne dépendent plus de l’extérieur que pour les opérations d’ennoblissement. Aussi, comme les autres, elles restent interdépendantes par le lien avec les fournisseurs de matières premières en amont, de la teinture et des apprêteurs en aval. Des usines spécialisées ont vu le jour dans la préparation des matières premières ; avec l’accroissement de l’usage des laines renaissance, des établissements d’effilochages se sont développés. Les filatures, mécanisant le cardage et le filage depuis le début du xixe siècle, sont de moins en moins spécialisées et développent de plus en plus des activités de tissage ; elles fournissent aussi de la laine filée à la bonneterie. Quelques teinturiers indépendants traitent les produits en laine, en fil ou en pièce. Les fabricants, avec ou sans matériel, confient après tissage leurs étoffes aux apprêteurs qui se chargent du foulage et des dernières opérations d’apprêt. Les relations de complémentarité peuvent atteindre des niveaux d’intensité variable au point de relever d’une véritable coopération lorsqu’elles intègrent des usines portant sur des opérations différentes appartenant à une même famille, ce qui est rare131.

  • 132 Qui permet de comparer la situation avant la guerre de 1914 et fait le point sur l’état de l’indus (...)
  • 133 D. Barjot, Histoire économique de la France au xixe siècle, Paris, Nathan, 1995, p. 224.

60Dans les trois premières décennies du xxe siècle, la structure évolue dans le sens d’un gonflement du nombre des donneurs d’ordres et des entreprises spécialisées, comme tend à le prouver l’enquête de 1930132. Elles se substituent aux petites structures rurales et à une partie des artisans des bourgs, jetant ainsi les bases du modèle à venir de la sous-traitance133.

Les fabricants en chambre

  • 134 Audouy et Clergue, Azéma, Cazaux et Savary, F. Bigou aîné, Bigou et Cie, Gadal et Monié, Ichard fr (...)

61L’évolution la plus originale consiste dans l’accroissement du nombre des « fabricants sans matériel » ou « fabricants en chambre », dénommés ainsi parce qu’ils emploient – outre des industriels spécialisés – des tisserands indépendants, « ouvriers en chambre » ou « artisans en chambre » qui possédaient ou non l’outil de production. Sur les 28 entreprises recensées dans l’enquête de 1930 à Lavelanet, on compte 13 donneurs d’ordres de ce type qui assument l’entière responsabilité du processus de production sans posséder ni outil ni matériel134.

  • 135 AD Ariège, 7 U, 853 ; Bilan de la faillite de Olive fils jeune fabriquant de draps à Saint-Quintin (...)

62Olive, fabriquant de draps à Saint-Quintin, est de ceux-là. Il ne possède que quelques dévidoirs, des ourdissoirs, et treize plateaux à emballer les draps. Cela laisse penser qu’il se limitait à ourdir, tout ou partie, les chaînes et à emballer les draps vendus ensuite par des négociants locaux et de Toulouse, Castres, Mazamet, Clermont-l’Hérault, Vienne, Elbeuf ou Marseille. Il achète ses matières premières au sieur Berdot, commissionnaire en laines demeurant à Lavelanet, représentant le sieur Cocheteux négociant à Roubaix et aux effilocheurs Calmet à Chalabre, Bergé à Mirepoix et Albouz à Castelnaudary. Il fait filer chez Pradelles à Labastide-sur-l’Hers, Mathieu Doumenach à Lavelanet, Bernadou à Lagarde, Vivié à Laroque d’Olmes, ou Gaudy à Lavelanet. Il fait teindre chez Jacques Sarda à Lavelanet. Ses draps sont tissés à Saint-Quintin chez Sylvain Verges ( ?), Julie Mourregon, Guillaume Cabanac, Marie Cathala, Joseph Cabanac, Marie Bazille ou Baptiste Granes. Il fait apprêter ses draps chez Oscar Bastide à Villeneuve-d’Olmes et chez Fonquernie à Dreuilhe puis à Lavelanet135.

  • 136 A. Beltran, « La France (1880-1914) », in D. Barjot (dir.), Industrialisation et sociétés en Europ (...)
  • 137 Ce processus reste observable au cours du xxe siècle quand les grandes entreprises s’impliquaient (...)

63La forte présence des fabricants en chambre laisse penser que le textile régional demeure, comme ailleurs, un secteur marqué par ses origines dans lequel le « capitalisme commercial » reste encore bien présent136. Aussi, le territoire conserve toutes les forces que lui donnent la maîtrise des démarches commerciales et le recours à la sous-traitance. Il dispose alors d’atouts supplémentaires par rapport aux grandes entreprises industrielles qui, toujours plus organisées autour de la maîtrise des aspects techniques de la production, négligent les aspects commerciaux et les réseaux137.

La souplesse des relations entre donneurs d’ordres

  • 138 Les huit entreprises spécialisées le tissage sont : Toussaint Bergère, Boulbel et Cie, Guillaume B (...)

64L’existence des fabricants en chambre, comme celle de petites entreprises spécialisées, représentent une force du territoire et plus généralement des centres du cardé. Alors qu’il n’existe encore en 1929 à Lavelanet que deux intégrés, on dénombre huit entreprises spécialisées seulement dans le tissage et cinq entreprises spécialisées, ou semi-intégrées, cumulant filature et tissage138.

  • 139 D’une manière générale, dans le « cardé, en filature comme en tissage, la petite taille des entrep (...)

65Qu’ils soient fabricants en chambre ou spécialisés dans le tissage, les entrepreneurs exercent une domination sur le produit puisqu’ils se chargent du choix et des mélanges de matières premières, des armures, de l’ennoblissement et de la vente. Toutes les opérations sont effectuées à façon sauf pour l’entrepreneur de tissage qui exerce lui-même cette opération. Cette organisation donne beaucoup de souplesse entre les cycles de production et même à l’intérieur de chacun d’eux : à chaque étape, il est possible d’envisager des modifications, la production peut-être aussi nettement plus diversifiée. Cela permet, en particulier, de répondre facilement à la demande d’une clientèle qui, dans les nouveautés notamment, est en attente de produits uniques, ce qui est plus difficile à réaliser dans les entreprises intégrées aux procédures de fabrication beaucoup plus lourdes139.

66Dans le Tarn, où le nombre de spécialisés est le plus important, les relations entre les entreprises sont dominées par les commandes des donneurs d’ordres du tissage et des fabricants sans matériel. En Pays d’Olmes, le poids des fabricants intégrés dans la filière les conduit à exercer aussi un rôle important dans ce domaine, concurremment aux entreprises du tissage et des fabricants sans matériel. En effet, les fabricants intégrés peuvent aussi charger les industriels spécialisés dans les phases de fortes commandes ; la lourdeur des immobilisations pousse les intégrés à être presque toujours en sous capacité de production. Ils ne peuvent donc adopter cette stratégie qu’en présence d’une sous-traitance locale suffisamment développée.

  • 140 F. Pons, « Conscience de place. La place textile de Mazamet », P. Guillaume (dir.), Les solidarité (...)
  • 141 J.-L. Syssau, La sous-traitance dans l’industrie lainière, Thèse de doctorat d’État es sciences de (...)

67Chez les spécialisés, les entreprises de tissage ne sont pas les seules à charger. De la même manière, certaines d’entre elles ne sont que façonnières. La différence entre les spécialisés façonniers et les donneurs d’ordres tient à la volonté ou à la capacité à disposer d’une organisation commerciale. Les moins puissants structurellement et financièrement sont souvent ceux qui se limitent à répondre aux sollicitations de leurs collègues ; c’est généralement le cas des artisans et des associations ouvrières. En réalité, l’organisation des entreprises et leur diversité autorisent une bien plus grande souplesse rendant particulièrement plastique la dichotomie par trop théorique façonniers/chargeurs. Elle se caractérise par la possibilité, chez un donneur d’ordres, de se transformer en façonnier au gré des besoins de ses collègues et des disponibilités de son appareil de production. Les sources écrites font défaut pour l’attester alors que les entretiens oraux la mettent bien en lumière car une telle structure existait encore à la fin du xxe siècle dans le Tarn140, alors qu’elle disparaît en Pays d’Olmes dans la seconde moitié du siècle en raison de la domination des groupes Roudière et Dumons puis Thierry qui réduisent tous les spécialisés au rang de façonniers141.

  • 142 M. Daynac, « Tradition et adaptation dans un bassin de PMI : Castres-Mazamet », loc. cit., p. 198- (...)

68Avant cette mutation de structures, deux types de relations dominent entre les entreprises textiles du Tarn et de l’Ariège. On les retrouve tout au long du xxe siècle142. L’une régit les relations entre « collègues-concurrents », l’autre celle entre chargeurs et façonniers. La première résulte de la cohabitation concurrentielle entre entreprises d’une même spécialité, jalouses de leur clientèle et de leur originalité, ce qui limite les possibilités d’entraide ; la seconde établit des relations entre entreprises assurant la commercialisation des produits et celles se contentant de les fabriquer à façon sans se soucier du débouché.

Graphique 10 : L’organisation productive et commerciale du textile du Pays d’Olmes à la fin du xixe siècle.

  • 143 AD Hérault, 6 M, 1649 ; Situation industrielle de la sous-préfecture de Béziers, septembre 1879.
  • 144 F. Teisserenc, L’industrie lainière dans l’Hérault, op. cit., p. 115-124.
  • 145 L’apogée dans ce domaine a dû être atteint à la fin des années 1950, avant le développement des gr (...)

69L’efficacité du système de relations repose sur l’existence d’une masse critique suffisante de fabricants spécialisés et de donneurs d’ordres. Cela ne s’est pas toujours fait sans difficultés. Si le Tarn semble avoir toujours eu un nombre important de petites structures, il n’en est pas de même du Pays d’Olmes dont la démographie d’entreprises est sensiblement réduite dans le dernier tiers du xixe siècle avant de croître ensuite. Lorsqu’elle atteint un faible niveau, c’est l’ensemble du territoire industriel qui est menacé. Les industries de l’Hérault en fournissent un bon exemple. Dès que les entrepreneurs de Lodève eurent réussi à occuper une place importante dans la fourniture de draps militaires, ils durent sous-traiter une partie de leur fabrication en direction d’autres centres héraultais et du sud de l’Aveyron. Ils ont bénéficié ainsi de ce que l’on nommera plus tard une sous-traitance de capacité qui leur a permis de faire l’économie d’un appareil de production surdimensionné et impossible à amortir. Lorsque les difficultés surviennent à partir des années 1870, l’affaiblissement des centres du Languedoc ne remet pas en cause cette structure. Lodève, par exemple, profite de la diminution des commandes de Bédarieux pour charger ses entrepreneurs. Arrivés en fin de fabrication des lots, les industriels lodévois ralentissent le rythme en commençant par les commandes périphériques avant de mettre leurs propres usines en chômage partiel143. Les entreprises des centres voisins, affaiblies par le « manque de commissions » et la poursuite de la chute des marchés civils, disparaissent presque toutes. Lodève ne pouvant compter alors que sur ses propres forces, se trouve en situation économique non viable144. La masse critique des entreprises est devenue trop faible dans l’Hérault car le niveau de sous-traitance a chuté en deçà d’un seuil acceptable pour le territoire. Au contraire, en Pays d’Olmes, la fin du XIXe siècle et le début du xxe sont marqués, pour plus d’un demi-siècle, par l’accroissement et la diversification du nombre d’acteurs145.

Manque de coopération et faiblesse de l’encadrement institutionnel

70Le développement qui s’est appuyé sur l’imbrication entre fabricants spécialisés et le rôle dynamisant de quelques donneurs d’ordres, ne peut donc être assimilé à de la coopération. En outre, les carences, pour la favoriser, de l’État comme des collectivités locales et des institutions de commerce, étaient trop importantes.

Les institutions consulaires, l’État et les entreprises : la faiblesse des liens

  • 146 En 1866 sont élus pour le renouvellement par tiers de la chambre : Croux Jean-Baptiste-Sylvain fab (...)
  • 147 C. Marquié, De la Chambre de Commerce de Carcassonne à la Chambre de Commerce et d’Industrie de Ca (...)

71Bien peu de documents nous permettent de suivre l’activité des institutions du commerce et de l’industrie. Ainsi, le fonctionnement de la Chambre consultative des Arts et Manufactures de Foix, dont aucune source n’a été conservée, nous est presque totalement inconnu. Il faut dire que les notables locaux ont largement délaissé ces institutions tandis que l’État leur manifestait peu d’intérêt. Elles avaient pourtant pour fonction de « faire connaître les besoins et les moyens d’amélioration des manufactures, fabriques, arts et métiers ». En réalité, les fabricants en draps qui dominent dans les chambres de Chalabre et de Limoux – et probablement à Foix146 – se réunissent peu et délibèrent rarement147. Il faut entre autres voir là le penchant d’industriels et de négociants à régler individuellement leurs propres problèmes et soucieux de ne pas livrer d’informations innovantes à des homologues perçus d’abord comme des concurrents.

  • 148 La préparation de telles manifestations aurait dû incomber à la Chambre consultative puis à la Cha (...)

72Le peu de traces laissées par la Chambre consultative nous fait deviner la faible coopération des entrepreneurs dans le cadre institutionnel, laquelle apparaît plus clairement à l’étude des sources laissées par des manifestations ponctuelles comme les Expositions à Paris des produits de l’industrie nationale ou les Expositions internationales. Les rapports préparatoires, la constitution des comités, les états des objets envoyés à Paris accompagnés de notes d’industriels et des autorités administratives, les récompenses et les correspondances en fournissent les indices148.

  • 149 AD Ariège, 14 M, 21 ; Lettre du commissaire général du gouvernement français aux États-Unis pour l (...)
  • 150 AD Ariège, 14 M, 19/2 ; Expositions à Paris des produits de l’industrie nationale, 1839.
  • 151 AD Ariège, 14 M, 20/1 à 4 ; Expositions internationales. Comité départemental et sous-comités, 187 (...)

73Pour leur préparation149, on constate peu de motivation des industriels à présenter leur candidature. Le préfet en est souvent réduit à solliciter directement les entrepreneurs mais ne réussit pas toujours à les convaincre150. Toutefois, la constitution des comités locaux et départementaux donne l’occasion à ces derniers d’échanger sur leurs pratiques et d’analyser les produits qui représentent ce qui se fait de mieux dans le département. Ceux de Lavelanet y sont les plus assidus151. Impulsées par l’État, à partir du ministère du commerce et de l’industrie et relayées dans le département par le préfet, les expositions permettent de pallier les carences des institutions consulaires. Mais, par leur nature même, elles sont ponctuelles et ne constituent que des manifestations exogènes de coopération. Elles ont au moins le mérite de montrer, dans une conception libérale des institutions, le rôle que l’État continue de s’assigner en matière de soutien et d’encouragement de l’industrie.

La carence des municipalités

  • 152 AD Ariège, 15 M, 37 ; Divers rapports d’inspecteurs et de commissaire de police spéciale, de sous- (...)

74Les collectivités publiques ne jouent qu’un rôle limité. Les municipalités, en particulier, sont sans moyens et influent faiblement sur la destinée économique du territoire industriel. Leur rôle se limite souvent à la gestion de la main-d’œuvre. Même dans ce cas, lorsque la crise ou les difficultés d’adaptation structurelles surviennent, elles n’interviennent qu’en complément du soutien de l’État central, par l’octroi d’aides financières ponctuelles152.

  • 153 M. Chevalier, La vie humaine dans les Pyrénées ariégeoises, op. cit., p. 972.

75De la même manière, leur poids reste faible face aux grandes institutions privées ou publiques. Elles laissent aux industriels la conduite de la politique énergétique qui dépend de leur seule initiative et du choix qu’il font pour la production de leur force. Même impuissance face à l’État lors des négociations d’une liaison ferroviaire : Lavelanet n’obtient sa gare qu’en 1903 et malgré les protestations des Ariégeois, la ligne sous-pyrénéenne qui devait relier Foix à l’Aude ne sera jamais réalisée. Au bout du compte, le Pays d’Olmes restera « un cul-de-sac mal desservi »153.

Institutions et formation : la modestie

76Tout au long de la période, la formation technique a fait largement défaut. Beaucoup d’ouvriers commençaient à entrer dans l’industrie, enfants, comme rattacheurs. Ils évoluaient au sein des entreprises dans les emplois offerts dans la filature. L’âge venant, on glissait vers le tissage et les apprêts. Mais ces derniers métiers exigeaient une maîtrise technique que seule une formation longue permettait d’atteindre. Le tissage, en particulier, depuis que la fabrication des nouveautés imposait l’emploi des mécaniques petit Jacquard, requérait une qualification supérieure à celle nécessaire pour actionner les métiers les plus simples.

  • 154 Contrairement au Nord qui avait réellement réussi dans ce domaine, cf. J.-C. Daumas, Les territoir (...)
  • 155 AD Hérault, 9 M, 244 ; École des Arts et Sciences industrielles de Toulouse (1840).
  • 156 AD Hérault, 9 M, 294 ; École pratique de commerce et d’industrie de Mazamet (Tarn), 1899-1938 ; de (...)
  • 157 AD Hérault, 9 M, 295 ; École pratique de commerce et d’industrie de Narbonne (Aude), 1906-1938.

77Même si le Midi n’est pas resté à l’écart du processus de développement des écoles professionnelles, l’enseignement supérieur ne s’y est que peu développé154. On avait vu se créer à Toulouse une École des Arts et Sciences industrielles dès 1840155 ; le phénomène reste isolé et les écoles forment avant tout des ouvriers. C’est le cas de l’École pratique de commerce et d’industrie de Mazamet, de celle de Mende156 ou encore de Narbonne157 au tournant des xixe et xxe siècles.

  • 158 AD Hérault, 9 M, 244 ; École pratique de Vienne (1923) ; AD Hérault, 9 M, 297 ; École pratique de (...)
  • 159 S. Saboy, Lavelanet et les enfants du textile, xixe- xxe siècles, op. cit., p. 55-59.

78En Pays d’Olmes, c’est l’École pratique de Vienne158 qui sert de modèle à la création de cours de rentrayage en 1930. Ils complètent les cours techniques textiles de Lavelanet ouverts dans les années 1920. Au xixe siècle, un embryon de formation professionnelle avait existé, en particulier dans la dernière décennie, permettant de former une sorte de promotion dont les élèves étaient orientés vers le tissage, la teinture ou les apprêts. Mais il faut attendre le 7 juin 1921 pour que le conseil municipal de Lavelanet crée un enseignement de tissage. Il se déroule sur trois ans, à raison de deux heures par semaine, le soir de 20 à 22 heures, au 8 de la rue Saint-Jean. Il est dispensé par trois professeurs : Marcel Primoût – dessinateur chez Victor Dumons – enseigne la fabrication, Alphonse Baumale, les armures, Joseph Delsaut, le tissage. La formation est sanctionnée par un certificat d’aptitude professionnelle pour le tissage et la fabrication. Bien que les cours soient municipaux, les frais sont assumés par les patrons à 84 % en 1921 et à 53 % en 1922, une subvention de l’État venant diminuer la participation proportionnelle des patrons aux recettes de fonctionnement. La ville de Lavelanet ne contribue qu’à environ 10 % du budget, subventions et prestations en nature comprises159.

79Ce n’est vraiment qu’après la Seconde Guerre mondiale, avec l’engagement de l’État, que l’on assiste à la création d’un centre d’enseignement technique, puis d’un lycée d’enseignement professionnel proposant, enfin, une véritable formation technique, pratique et théorique, aux aspirants ouvriers du textile du Pays d’Olmes.

80Même si la continuité entrepreneuriale est demeurée faible dans le Midi, ce qui paraît avoir été une caractéristique de la majorité de ses territoires, jusqu’à la fin de la période étudiée, ses entreprises lainières sont toutes restées contrôlées par les entrepreneurs et leurs familles. En cela, elles ne différaient guère de ce que l’on observait partout ailleurs en France. Dans l’attente d’études prosopographiques portant sur les patronats des différents centres, il semble malaisé de tirer des conclusions sur les spécificités supposées de leur comportement et de leur culture. On peut avancer en revanche, sans risque d’erreur, que la réussite n’est pas liée à la transmission dynastique des entreprises. L’exemple du Pays d’Olmes le montre bien.

81Au début du xxe siècle, le souci d’alléger les niveaux de responsabilité, celui de régler certains problèmes de captation de capitaux sans pour autant perdre le contrôle des entreprises ont conduit les patrons à opérer une mutation dans le choix de la forme juridique des entreprises. Alors que l’exploitation individuelle ou en nom collectif dominaient largement jusqu’aux années 1920, les sociétés anonymes et surtout les SARL se développent ensuite. L’étude des quelques banques locales montre qu’il ne faut pas négliger leur rôle dans la pratique de l’escompte ainsi que dans la participation directe à l’investissement industriel, même si les réseaux bancaires restent faibles comme en Pays d’Olmes. Elles favorisent la croissance de la démographie des entreprises mais pas l’accroissement de leur capital individuel. Ce dernier reste particulièrement faible. Si l’on excepte la croissance du capital social de quelques intégrés à Lavelanet, Laroque ou Mazamet, le tissu des entreprises spécialisées du Pays d’Olmes (comme du Castrais d’ailleurs) se caractérise par la présence de petites et même de micro-entreprises, ce qui en fait une des originalités fortes de la région.

82Cela n’empêche pas la constitution de territoires de l’industrie, au contraire. Par la croissance significative des entreprises spécialisées ou semi-intégrées et des donneurs d’ordres sans matériel (fabricants en chambre ou fabricants sans matériel), se met en place une organisation dans l’espace d’éléments formant un tout cohérent. Leur spécialisation les contraint à nouer des relations qui se traduisent par des flux à l’origine de systèmes productifs à l’échelle locale. Pourtant, dans le cas du Pays d’Olmes, on constate une absence d’encastrement du système des entreprises. Ces dernières sont plus enchevêtrées par des interrelations liées à une organisation verticale que par un véritable jeu de coopération. Tout aussi faible est le nombre d’institutions assurant le maintien et le fonctionnement de l’ensemble du système productif. Les entreprises créent bien quelques règles qui permettent une gestion du marché du travail et une régulation des relations entre entreprises donneurs d’ordres et façonnières empêchant une concurrence sauvage entre les acteurs ; mais l’encadrement des institutions consulaires, de l’État et des collectivités locales reste indigent, tout au long de la période d’étude.

83Toutefois, la structure des territoires industriels qui s’est mise en place a fourni les moyens adaptés au développement local. La faible capitalisation et la petite taille des entreprises, loin de représenter des formes archaïques d’organisation, fondent les bases de la croissance de l’entre-deux guerres ainsi que celle des Trente Glorieuses, grâce à leur souplesse favorisant inventivité et réactivité, facteur du dynamisme régional.

Notes

1 Pour reprendre l’expression de Rémy Cazals qui mériterait d’être discutée (R. Cazals, « En Languedoc lainier (1750-1950) : réflexion sur la conscience de place », in Guillaume Pierre (dir.), Les solidarités. Le lien social dans tous ses états, Actes du colloque de Bordeaux, 16-17 juin 2000, Pessac, MSH d’Aquitaine, 2001, p. 153-169).

2 À la fin du xxe siècle encore, le bassin de Castres-Mazamet conserve des structures capitalistes très liées à la propriété familiale de l’entreprise et le contrôle extérieur au bassin y est rare (M. Daynac, « Tradition et adaptation dans un bassin de PMI : Castres-Mazamet », in C. Dupuy et J.-P. Gilly (ed.), L’industrie de Midi-Pyrénées : entre tradition et modernité, Toulouse, Presses de l’Université des sciences sociales de Toulouse, 1994, p. 198). Quand il existe, il est le fait de sociétés issues de groupes du Pays d’Olmes : Chargeurs pour De Cathalo et Michel Thierry pour Carreman. Le souci de contrôle familial qui perdure fait que les entreprises répugnent toujours à ouvrir leur capital (M. Daynac, « Tradition et adaptation dans un bassin de PMI : Castres-Mazamet », loc. cit., p. 204). La situation est assez similaire en Pays d’Olmes ; l’apparition des groupes André Roudière et Michel Thierry ne change rien dans un premier temps. Il faut attendre, dans les dernières décennies du xxe siècle, la prise de participation du groupe Revillon chez Roudière et la vente de la partie tissage d’habillement du groupe Michel Thierry pour voir le capital de groupes financiers arriver en Pays d’Olmes. Les autres entreprises toutefois familiales, n’ont pas toujours répugné à ouvrir partiellement leur capital ; elles veillaient alors à conserver ainsi le contrôle de leur affaire tout en drainant les capitaux qui leur faisaient défaut dans la poursuite ou le développement de leur activité.

3 « […] l’industrie lainière française n’en est pas moins restée, jusqu’à nos jours, une industrie à caractère nettement familial. », L’industrie lainière française. Son importance. Sa situation actuelle. Ses desiderata, Rapport présenté aux Pouvoirs Publics par le Comité Central de la Laine, Groupement général de l’Industrie et du Commerce lainiers français, Paris, Février 1928, p. 13.

4 « […] la plupart des entreprises lainières de quelque envergure ont dû abandonner la forme des exploitations individuelles ou en nom collectif, pour revêtir la forme des sociétés anonymes ou à responsabilité limitée. Si elles ont été impérieusement amenées à ces transformations, tant par la nécessité de répartir sur davantage de têtes la lourde responsabilité de leur gestion de plus en plus complexe, que par le souci de préserver contre les atteintes d’une gestion fiscale imprévoyante les réserves, à défaut desquelles elles seraient condamnées à s’étioler […] », L’industrie lainière française. Son importance. Sa situation actuelle. Ses desiderata, Rapport présenté aux Pouvoirs Publics par le Comité Central de la Laine, Groupement général de l’Industrie et du Commerce lainiers français, Paris, Février 1928, p. 14.

5 J. Faury et R. Cazals, « Industrie, suffrage universel, instruction publique : grandes conquêtes du xixe siècle (1815-vers 1880) », in R. Cazals (dir.), Histoire de Castres, Mazamet, la montagne, op. cit., p. 199-201.

6 R. Cazals, Les révolutions industrielles à Mazamet, 1750-1900, op. cit., p. 171-174.

7 P. Gau et N. de Nardi, Le bassin d’emploi de Castres-Mazamet. Évolution économique et urbanisation, op. cit., p. 64.

8 R. Cazals, Les révolutions industrielles à Mazamet, 1750-1900, op. cit., p. 250-253.

9 Exposition universelle internationale de 1900 à Paris, Rapport du jury international, p. 54.

10 R. Cazals, Les révolutions industrielles à Mazamet, 1750-1900, op. cit., p. 250-253.

11 AD Aude, 14 M, 18 ; Rapport du président de la Chambre de Commerce de Carcassonne au préfet de l’Aude, 29 janvier 1873.

12 AD Aude, 14 M, 9 ; Liste des principaux fabricants des draps de Carcassonne, 1821.

13 C. Marquié, L’industrie textile carcassonnaise au xviiie siècle. Étude d’un groupe social : les marchands-fabricants, Carcassonne, Société d’Études Scientifiques de l’Aude, 1993, p. 264.

14 AD Aude, 14 M, 17 ; Principaux établissements industriels et ateliers de la ville de Carcassonne, 29 mai 1868.

15 AD Aveyron, 6 M, 736 ; Relevé des manufacturiers et fabricants de quelque genre que soient leurs produits manufacturés ou fabriqués et inscrits sur les matrices des patentes de 1861.

16 AD Aveyron, 9 M, 12 ; Minute de la préfecture de l’Aveyron. Le préfet aux présidents des chambres de commerce de Rodez et de Millau, 4 mars 1930.

17 AD Aveyron, 8 M, 3 ; Lettre du maire de Saint-Geniez au préfet de l’Aveyron, 14 octobre 1839.

18 F. Boulet, Un canton rural reculé du sud Aveyron à la poursuite du développement et des progrès du XIXe siècle, op. cit., p. 73-123 (notamment p. 85-90) et p. 184-194.

19 AD Aveyron, 9 M, 12 ; Minute de la préfecture de l’Aveyron. Le préfet aux présidents des chambres de commerce de Rodez et de Millau, 4 mars 1930.

20 AD Aveyron, 6 M, 736 ; Liste des principaux industriels de l’arrondissement de Saint-Affrique.

21 V. Cros, L’industrie de la laine dans le Camarès au xixe siècle (1810-1908), op. cit., p. 66 et sq et p. 86 et sq.

22 AD Aveyron, 9 M, 12 ; Minute de la préfecture de l’Aveyron. Le préfet aux présidents des chambres de commerce de Rodez et de Millau, 4 mars 1930.

23 AD Lozère, M, 4173 ; Situation de l’industrie à Marvelols, 1881 ; id., Enquête sur la main-d’œuvre industrielle de Lozère, 1880 ; Liste des négociants de la ville de Marvejols, 1826, publiée par Giselle Boyer : G. Boyer, Le passé industriel lainier de la Lozère. 2, Le temps de fabriques, op. cit., DOC. 2.2.5.1.

24 Y. Pourcher, La trémie et le rouet. Moulins, industrie textile et manufactures de Lozère à travers leur histoire, op. cit., p. 135-158.

25 AD Lozère, 2 P, 153 ; Contributions directes : carnets des établissements industriels imposables aux droits de patentes. Perceptions de Marvejols, 1846-1889.

26 Y. Pourcher, La trémie et le rouet. Moulins, industrie textile et manufactures de Lozère à travers leur histoire, op. cit.

27 A. Hortus, L’industrie de la laine dans le Lodévois : étude économique et sociale (1789-1851), Mémoire de maîtrise, Université de Montpellier III, 1968, p. 101-103, p. 115-120 et p. 154-169.

28 AD Hérault, 6 M, 1657 ; Lettre du sous-préfet de Lodève au préfet de l’Hérault, 2 août 1887.

29 Étienne Dumas, Jean-Baptiste Dastis, Croux, Authié, Joly, Arcizet, Casimir Fau (AD Ariège, 14 M, 17 ; Statistique industrielle, département de l’Ariège, 1839).

30 C. Laprotte, L. Dumons, P. Christaud, C. Bourges et fils, A. Serrus, J. Lanta, J. Roudière, G. Sicre, Rougé fils, Boudouresque et Clanet, A. Candelon, Audabram Jean-Baptiste, B. Audabram, O. Maury, P. Roquefort, Salva fils (AD Ariège, 14 M, 20/2 ; Dossier demande d’admission à l’exposition universelle de Paris de 1878).

31 AD Ariège, 14 M, 19/1, no 10 ; Manufacture de draps de la Maison Étienne Dumas de Lavelanet, département de l’Ariège, 1819 et ibid., no 10 ; Manufacture de draps de la Maison Jean-Baptiste Dastis de Lavelanet, département de l’Ariège, 1819.

32 Dastis n’est plus mentionné dans les sources comme facturier après 1866 (AD Ariège, 14 M, 2 ; Préfecture de l’Ariège, renouvellement de la Chambre consultative des Arts et Manufactures, 12 décembre 1866).

33 Dumas n’est plus présent que quelques années en association avec Osmin, Authié l’est aussi en association avec Rouyré alors que Caussou a disparu (AD Ariège, 14 M, 20/2 ; Dossier de demande d’admission à l’exposition universelle de Paris de 1878).

34 B. Evans, La transition industrielle dans le canton de Mirepoix, 1789-1914, op. cit., p. 208-209.

35 Roques Jean-Baptiste, Roques Hector, Escolier-Diant, Baumale Vincent, Bezombes Raymond, Bonnet Émile, Calvet Baptiste, Castel Jean-Pierre, Cazeneuve Gustave, Combes Jean, Couquet Pierre, Courset Alexandre, Dousse Ernest, Lapasset Jean-Pierre, Magna Léopold, Maris Alexandre, Monié Jérôme, Monié Joseph, Pidoux Firmin, Roubineau Hippolyte, Rougé Joseph, Rougé Victor, Rouyre Albert (AD Ariège, 14 M, 5 ; Liste des établissements industriels de l’Ariège, 1906 et id., Enquête de 1906. Cantons de Mirepoix et de Lavelanet, 1906).

36 Ils amorcent une continuité qui dure jusqu’aux années 1980.

37 AD Ariège, 14 M, 10 ; Enquête de 1930. Liste des entreprises de la draperie et AD Ariège, 14 M, 20/5 ; Liste d’industriels. Exposition internationale de 1937.

38 Calvet, Castel, Couquet jeune, Couquet Désiré, Maris aîné, Roudière Émile, Roubineau et Cie.

39 Bigou, Audouy et Clergue, Mas, Laporte, Evary, Bouichou et Pont, Gadal et Cie, Bergère frères, Laffont, Pousse, Azéma, Savary et Cie, Soum, Rivière, Bergère, Toussaint, Ichard, Sourrouille, Carbonneau, Maugard, Bonnet et Carbonneau, Mourareau, Bigou et Vexane.

40 AD Ariège, 6 U, 874 ; Acte de société fondant la Société lavelanétienne des Moulines, 1929.

41 AD Ariège, 6 U, 862 ; Formation de la société en nom collectif Escolier & Diant, 1906.

42 Ibid., Formation de la SARL Escolier & Diant, 1931.

43 B. Evans, La transition industrielle dans le canton de Mirepoix, 1789-1914, op. cit., p. 209.

44 AD Ariège, 9 U, 732 ; Actes de la société Fonquernie et fils, 1925-1935.

45 B. Evans, La transition industrielle dans le canton de Mirepoix, 1789-1914, op. cit., p. 209 et p. 231.

46 AD Ariège, 9 U, 732 ; Actes de sociétés de Ricalens frères, fabricants de laines et feutres, 1917-1928.

47 AD Ariège, 14 M, 5 ; Enquête de 1906. Cantons de Mirepoix et de Lavelanet, 1906.

48 AD Ariège, 14 M, 20/5 ; Liste d’industriels. Exposition internationale de 1937.

49 En 1942, il n’y avait qu’un seul guichet permanent de banque locale en Ariège : il se situait à Lavelanet. Dans le Tarn, seuls Lisle-sur-Tarn, Gaillac et Castres sont concernés. À la même date, on trouve des guichets permanents de banques régionales au Mas-d’Azil et à Pamiers en Ariège, et à Lavaur, Castres, Labastide-Rouairoux et Mazamet dans le Tarn. Quant au Crédit industriel et commercial, il n’est installé en Ariège qu’à Saint-Girons et, dans le Tarn, uniquement à Castres, cf. M. Lescure, « Le dualisme bancaire français (du milieu du xixe siècle au milieu du xxe siècle) », in H. Bonin et C. Lastécouères (dir.), Les banques du grand Sud-Ouest des années 1900 à nos jours, Paris, PLAGE, 2006, p. 70-72. Notons, en outre, que la Société générale ne comportait aucune agence en Ariège à la fin du xixe siècle, alors qu’il en existait à Albi, Auch, Bayonne, Béziers, Carcassonne, Castres, Sète, Gaillac, Lodève, Montauban, Narbonne, Nîmes, Pau, Rodez, Tarbes et Toulouse, cf. H. Bonin, Histoire de la Société générale. I, 1864-1890. La naissance d’une banque moderne, Genève, Droz, 2006, p. 646.

50 P. Verley, Entreprises et entrepreneurs du xviiie siècle au début du xxe siècle, Paris, Hachette, 1994, p. 97.

51 AD Ariège, 6 U, 857 ; Basile Monié et Compagnie, commerce de draps et de nouveautés, 1899. Soula et Monié, fabrique de draps (1873-1879).

52 AD Ariège, 6 U, 861 ; Acte de la société en participation « J. Gabarrou et Cie », 2 octobre 1902.

53 Ibid., Basile Monié et Compagnie, commerce de draps et de nouveautés, 1899.

54 Ibid., Basile Monié et Compagnie, commerce de draps et de nouveautés, 1899.

55 Ibid., Acte de la société en nom collectif « Émile Croux et compagnie », 9 novembre 1899.

56 AD Ariège, 6 U, 874 ; Acte de la société en nom collectif « Cathala et Maugard », 14 juin 1930.

57 AD Ariège, 7 U, 845 ; Acte de la société en nom collectif « Olive et fils » à Saint-Quintin, 1er juillet 1874.

58 AD Ariège, 6 U, 860 ; Acte de la société en nom collectif « Dumons frères », 22 décembre 1897.

59 AD Ariège, 6 U, 863 ; Acte de la société en nom collectif « Dumons frères », 22 novembre 1908.

60 AD Ariège, 6 U, 862 ; Acte de la société en nom collectif « Escolier et Diant », 19 octobre 1906.

61 Ibid., Acte de la société en nom collectif « Bruneau et Compagnie », 16 mai 1902.

62 Ibid., Acte modificatif de la société en nom collectif « Bruneau et Compagnie », 22 janvier 1912.

63 Ibid., Acte de la société en participation « J. Gabarrou et Cie », 2 octobre 1902.

64 AD Ariège, 6 U, 861 ; Acte de la société en nom collectif « Émile Croux et compagnie », 9 novembre 1899.

65 AD Ariège, 6 U, 857 ; Acte de la société en nom collectif « B. Baudru & Cie » à Lavelanet, 22 octobre 1873.

66 T. W. Guinnane, R. Harris, N. R. Lamoreaux et J.-L. Rosenthal, « Pouvoir et propriété dans l’entreprise. Pour une histoire internationale des sociétés à responsabilité limitée », in Annales HSS, no 1-2008, p. 73-110.

67 AD Ariège, 6 U, 874 ; Acte de la SARL « Vives, Bertrand et Monnereau », 1929.

68 Ibid., Acte de la SARL « Bonnet, Carbonneau et Cie », 11 janvier 1929.

69 Ibid., Acte de la SARL « J. Thibaudau, Allabert et Cie », 1929.

70 AD Ariège, 6 U, 862 ; Acte de la SARL « Escolier & Diant », 15 mai 1931.

71 AD Ariège, 6 U, 874 ; Acte de la SARL « Société lavelanétienne des moulines », 1929.

72 AD Ariège, 6 U, 861 ; Acte de dissolution de la société en nom collectif « Bruneau et Compagnie », 13 décembre 1925.

73 Ibid., Acte de la SARL « Bruneau et Compagnie », 30 mai 1928.

74 AD Ariège, 9 U, 732 ; Acte de dissolution de la société en nom collectif « A. et E. Ricalens fils » à Laroque-d’Olmes, 1928.

75 AD Ariège, 6 U, 862 ; Acte de la société en nom collectif « Escolier et Diant », 19 octobre 1906.

76 Ibid., Acte de la SARL « Escolier & Diant », 15 mai 1931.

77 T. W. Guinnane, R. Harris, N. R. Lamoreaux et J.-L. Rosenthal, « Pouvoir et propriété dans l’entreprise. Pour une histoire internationale des sociétés à responsabilité limitée », in Annales HSS, no 1-2008, p. 73-110.

78 J. Levain, J. Rougerie et A. Straus, « Contribution à l’étude des mouvements de « longue durée » : la croissance de l’industrie lainière en France au xixe siècle : ses allures et ses déterminants », […], bull. no 13, loc. cit., p. 100.

79 AD Ariège, 9 U, 732 ; Acte de dissolution de la société en nom collectif « A. et E. Ricalens fils » à Laroque-d’Olmes, 1928.

80 Ibid., Acte de la « Société anonyme des établissements Ricalens » à Laroque-d’Olmes, 11 octobre 1928.

81 « Nous attirons votre attention sur le fait que dans votre société seule une partie des actions d’apports jouissait dès l’origine du privilège de vote plural qui fut considéré comme essentiel lors du contrat afférent aux apports faits à l’origine de la constitution de votre société » : AD Ariège, 9 U, 732 ; Acte modificatif de la « Société anonyme des établissements Ricalens » à Laroque-d’Olmes, 29 juin 1935.

82 Cela se fait en juin 1935 car il est laissé deux ans aux sociétés pour se conformer à la nouvelle loi.

83 AD Ariège, 9 U, 732 ; Acte modificatif de la « Société anonyme des établissements Ricalens » à Laroque-d’Olmes, 29 juin 1935.

84 M. Lescure, « Le dualisme bancaire français (du milieu du xixe siècle au milieu du xxe siècle) », loc. cit., p. 70-72.

85 L. Bergeron, « Pour une histoire des banques locales en France (xixe-xxe siècles) », in J. Schneider (dir.), Wirtschftskräfte und Wirtschaftswege, vol. 3, Auf dem Weg zur Industrialisierung, Stuttgart, Fs. Hermann Kellenbenz III, 1978, p. 449-559.

86 M. Lescure et A. Plessis (dir.), Banques locales et banques régionales en France au xixe siècle, Paris, Albin Michel, 2004.

87 H. Bonin, Les banques françaises de l’entre-deux-guerres, Paris, PLAGE, 2000.

88 J. Faury et R. Cazals, « Industrie, suffrage universel, instruction publique : grandes conquêtes du xixsiècle (1815-vers 1880) », loc. cit., p. 201.

89 C. Lastécouères, Les feux de la banque. Oligarchie et pouvoir financier dans le Sud-Ouest (1848-1941), Paris, CTHS, 2006, p. 22.

90 Mode de financement que l’on perçoit bien à travers des études monographiques mais qui restent à mener pour les entreprises textiles étudiées par une exploitation systématique de sources fines. On constate toutefois, à travers l’étude des dossiers de faillites, que les notaires sont peu présents et en tous cas largement sous-représentés par rapport aux négociants omniprésents.

91 Mais il manque l’essentiel de sources qui permettent de mesurer l’ampleur prise par le système de la banque locale. Il reste à étudier, lorsqu’elles existent les archives d’entreprises dont quelques-unes ont été conservées.

92 AD Ariège, 7 U, 850-860 ; Faillites. Registres chronologiques indiquant les différents actes depuis l’ouverture jusqu’à la clôture de chaque faillite (1837-1924).

93 J. Labasse, Les capitaux et la région. Étude géographique. Essai sur le commerce et la circulation des capitaux dans la région lyonnaise, Paris, A. Colin, 1955, p. 171 cité par Christophe Lastécouères, note infra cit., p. 231.

94 C. Lastécouères, Les feux de la banque. Oligarchie et pouvoir financier dans le Sud-Ouest (1848-1941), op. cit., passim.

95 AD Ariège, 6 U, 857 ; Acte de la société en nom collectif « Daliot et Lazerges » à Labastide-de-Sérou, 10 décembre 1879.

96 Ibid., Acte de la société en nom collectif « Daliot et Lazerges » à Labastide-de-Sérou, 2 janvier 1885.

97 Ibid., Acte de la société en nom collectif « Not et Labat » d’Ax, 13 septembre 1881.

98 AD Ariège, 7 U, 845 ; Acte modificatif de la société en commandite « Saurat et Cie » à Pamiers, 11 mai 1896.

99 AD Ariège, 6 U, 857 ; Acte de la société en nom collectif « Baby et Delrieu », 15 décembre 1880.

100 Une étude pointue des volumes d’affaires, des types de crédit, des clientèles et des réseaux, avait été envisagée à partir des sources de la Banque de France. Mais ces dernières se sont avérées inaccessibles dans les temps impartis pour l’écriture de ce livre, du fait de l’absence d’autorisation de consultation obtenue dans les temps. Une recherche ultérieure sur les volumes d’affaires sera prochainement menée dans ce sens.

101 AD Ariège, 6 U, 857 ; Acte modificatif de la société en nom collectif « Tersouly, Courbières et Cie » sous le nom de « Caisse Commerciale et Industrielle de l’Ariège », 27 février 1880.

102 Ibid., Acte de fondation de la société en nom collectif « Tersouly, Courbières et Cie » sous le nom de « Crédit Industriel de l’Ariège », 16 et 23 août 1879.

103 Ibid., Acte de fondation de la société anonyme « Banque ariégeoise » à Foix, 16 octobre 1880.

104 Ibid., Acte de la société anonyme « Banque ariégeoise » à Foix, souscription des actions, 16 octobre 1880.

105 Ibid., Procès-verbal de l’assemblée générale de la société anonyme « Banque ariégeoise » à Foix, 10 décembre 1880.

106 Ibid., Acte portant sur la répartition du capital social de la société anonyme « Banque ariégeoise » à Foix, 10 décembre 1880.

107 Ibid., Procès-verbal de l’assemblée générale de la société anonyme « Banque ariégeoise » à Foix, 30 décembre 1880.

108 Ibid.

109 Ibid., Acte de dissolution de la société en nom collectif « Tersouly, Courbières et Cie » sous le nom de « Caisse Commerciale et Industrielle de l’Ariège », 31 décembre 1880.

110 AD Ariège, 9 U, 732 ; Déclaration de souscription et de versements de la « Société anonyme des établissements Ricalens » à Laroque-d’Olmes, 13 octobre 1926 : Les 24 000 actions qui devaient être souscrites l’ont été. Il a été versé en espèce le quart du montant des actions, soit trois millions de francs : 682 500 francs à la Société générale, agence de Lavelanet, 519 375 francs à la Banque nationale de Crédit, agence de Lavelanet, 546 250 francs à la Banque Étienne Bastide à Lavelanet, 1 251 875 francs à la Banque Chaix d’Avignon.

111 AD Ariège, 7 U, 850-860 ; Faillites. Registres chronologiques indiquant les différents actes depuis l’ouverture jusqu’à la clôture de chaque faillite (1837-1924).

112 J.-C. Daumas, Les territoires de la laine. Histoire de l’industrie lainière en France au xixe siècle, op. cit., p. 332.

113 AD Ariège, 14 M, 18/1 à 5 ; Situations trimestrielles (1856-1890).

114 AD Ariège, 14 M, 5 ; Liste des établissements industriels de l’Ariège établie par le directeur des contributions directes, Foix, le 3 novembre 1906. Mais l’évaluation reste difficile à réaliser, du fait des réserves que l’on peut exprimer quant à la fiabilité des sources aux valeurs toujours approchantes et arrondies et à partir du moment où on intègre dans les calculs les fabricants en chambre, simples tisserands-patrons et dont l’effectif semble avoir connu une tendance à l’accroissement constant tout au long de la période, même au xxe siècle, jusqu’à l’apogée de l’activité.

115 AD Aude, 14 M, 18 ; Rapport du président de la Chambre de Commerce de Carcassonne au préfet de l’Aude, 29 janvier 1873.

116 Escolier-Diant et Dumons frères à Lavelanet, Fonquernie et Ricalens à Laroque d’Olmes.

117 R. Cazals, Les révolutions industrielles à Mazamet, 1750-1900, op. cit., p. 71-89.

118 J.-C. Daumas, Les territoires de la laine. Histoire de l’industrie lainière en France au xixe siècle, op. cit., p. 366-368 ; J.-C. Daumas, « Deux modèles de capitalisme familial : capitalisme dynastique et capitalisme viager dans l’industrie française au xixe siècle » in J.-C. Daumas (ed.), Le capitalisme familial : logiques et trajectoires, Actes de la journée d’études de Besançon du 17 janvier 2002, Besançon, Presses universitaires franc-comtoises, 2003, p. 179-206. Francesca Carnevali a bien démontré pour l’Angleterre et les États-Unis ces phénomènes opportunistes et les institutiions qui sont créées pour les contrecarrer : F. Carnevali, « “Crooks, Thieves, and Receivers” : Transactions Costs in Nineteenth-Century Industrial Birmingham », in Economic History Review, 62, 3, 2004, p. 533-550 ; F. Carnevali, « Knowledge and Trust : the regulation of Cooperation in Industrial Districts. Birmingham (UK) and Providence (USA) », in J.-C. Daumas, P. Lamard et L. Tissot (ed.), Les territoires de l’industrie en Europe (1750-2000). Entreprises, régulations et trajectoires, Actes du colloque organisé dans le cadre de la MSH de Franche-Comté Claude-Nicolas Ledoux, Besançon, 27-29 octobre 2004, « Les Cahiers de la MSH » Ledoux, Besançon, Presses Universitaires de Franche-Comté, 2007, p. 223-238.

119 AD Hérault, 9 M, 9 ; Lettre du sous-préfet de Lodève au préfet de l’Hérault, 21 mars 1864.

120 AD Ariège, 15 M, 14 ; Dossiers des syndicats, 1892-1938.

121 AD Ariège, 15 M, 29/2 ; Grève de 1905-1906.

122 J.-C. Daumas, Les territoires de la laine. Histoire de l’industrie lainière en France au xixe siècle, op. cit., p. 333.

123 R. Cazals, Les révolutions industrielles à Mazamet, 1750-1900, op. cit., p. 233 et R. Cazals, Avec les ouvriers de Mazamet dans la grève et l’action quotidienne, 1909-1914, Paris, Maspero, 1978, p. 51 et p. 152.

124 Ibid., p. 354.

125 AD Ariège, 14 M, 5 ; Etablissements industriels. Listes, situations, enquêtes. 1906.

126 AD Ariège, 14 M, 10 ; Industrie lainière. Enquête générale de 1930.

127 AD Ariège, 14 M, 16 ; Lettre du commissaire spécial au préfet de l’Ariège. Renseignements – Etablissements Ricalens à Laroque d’Olmes, 28 mai 1935.

128 R. Cazals, Les révolutions industrielles à Mazamet, 1750-1900, op. cit., p. 250-256.

129 J. Loup, L’industrie lainière dans le Tarn, op. cit., p. 158-165.

130 P. Gau et N. de Nardi, Le bassin d’emploi de Castres-Mazamet. Évolution économique et urbanisation, op. cit., p. 25.

131 Il resterait à montrer si la démarche, qui n’intéresse qu’un petit nombre de familles locales, peut rappeler, à un moindre niveau, le comportement du patronat roubaisien.

132 Qui permet de comparer la situation avant la guerre de 1914 et fait le point sur l’état de l’industrie textile avant la crise de 1929.

133 D. Barjot, Histoire économique de la France au xixe siècle, Paris, Nathan, 1995, p. 224.

134 Audouy et Clergue, Azéma, Cazaux et Savary, F. Bigou aîné, Bigou et Cie, Gadal et Monié, Ichard frères, Lafont et Gleise, Maurice Laporte, Maris fils (André), Roubineau Joseph et Cie, Soum et Pousse, Mourareau, Bigou et Vexane, Jacques Vives (AD Ariège, 14 M, 10 ; Enquête de 1930. Liste des entreprises de la draperie).

135 AD Ariège, 7 U, 853 ; Bilan de la faillite de Olive fils jeune fabriquant de draps à Saint-Quintin, enregistré le 23 juillet 1877.

136 A. Beltran, « La France (1880-1914) », in D. Barjot (dir.), Industrialisation et sociétés en Europe occidentale du début des années 1880 à la fin des années 1960. France, Allemagne-RFA, Italie, Royaume-Uni et Benelux, Paris, CNED-SEDES, 1997, p. 89.

137 Ce processus reste observable au cours du xxe siècle quand les grandes entreprises s’impliquaient peu dans le territoire dans lequel elles évoluaient : P. Pommier, D. Thierry et J.-M. Bergère, Entreprises et développement économique local, Paris, La Documentation française, 2004, p. 8.

138 Les huit entreprises spécialisées le tissage sont : Toussaint Bergère, Boulbel et Cie, Guillaume Bouychou, Carbonneau et Bonnet, Désiré Couquet, Gadal et Baillard, Maugard et Cathala, Émile Roudière ayant aussi un atelier de teinture. Les cinq entreprises spécialisées ou semi-intégrées cumulant filature et tissage sont : Bergère frères, Baptistin Calvet, Dukacinski frères, La Ruche (Carbonneau et Cie), Émile Couquet possédant aussi un atelier de teinture. Rappelons qu’à la même date, les deux intégrés sont : Escolier & Diant et Dumons frères (AD Ariège, 14 M, 10 ; Enquête de 1930. Liste des entreprises de la draperie).

139 D’une manière générale, dans le « cardé, en filature comme en tissage, la petite taille des entreprises était bien adaptée à des marchés qui semblent avoir été plus étroits et plus instables » (J.-C. Daumas, Les territoires de la laine. Histoire de l’industrie lainière en France au xixe siècle, op. cit., p. 354).

140 F. Pons, « Conscience de place. La place textile de Mazamet », P. Guillaume (dir.), Les solidarités 2. Du terroir à l’État, op. cit., p. 307.

141 J.-L. Syssau, La sous-traitance dans l’industrie lainière, Thèse de doctorat d’État es sciences de gestion de l’université de Lille I, s. l., s. n., 1985, t. 1, p. 363-385.

142 M. Daynac, « Tradition et adaptation dans un bassin de PMI : Castres-Mazamet », loc. cit., p. 198-199 et D. Talbot, « Recherche, industrie et services : structures et mutations », in C. Dupuy et J.-P. Gilly (ed.), Midi-Pyrénées. Dynamisme industriel et renouveau rural, Paris, La documentation Française, 1997, p. 113-114.

143 AD Hérault, 6 M, 1649 ; Situation industrielle de la sous-préfecture de Béziers, septembre 1879.

144 F. Teisserenc, L’industrie lainière dans l’Hérault, op. cit., p. 115-124.

145 L’apogée dans ce domaine a dû être atteint à la fin des années 1950, avant le développement des grands groupes. Le Pays d’Olmes – autour de Lavelanet, Laroque-d’Olmes, Villeneuve-d’Olmes, Montferrier, l’Aiguillon, Bélesta, Lagarde – comptait alors 102 entreprises occupant 3 500 ouvriers et 500 artisans ; il faisait battre 1 500 métiers à tisser et filer 100 000 broches (Placard apposé sur l’usine Dumons à Lavelanet aujourd’hui Musée du textile et du peigne en corne).

146 En 1866 sont élus pour le renouvellement par tiers de la chambre : Croux Jean-Baptiste-Sylvain fabricant, Dastis Jean-Pierre-Justin, fabricant de draps et Joly Urbain, teinturier, tous de Lavelanet, (AD Ariège, 14 M, 2 ; Préfecture de l’Ariège, 11 décembre 1866 et ibid., 12 décembre 1866).

147 C. Marquié, De la Chambre de Commerce de Carcassonne à la Chambre de Commerce et d’Industrie de Carcassonne-Limoux-Castelnaudary, 1802-2002, Carcassonne, CCICLC, 2002, p. 24-25.

148 La préparation de telles manifestations aurait dû incomber à la Chambre consultative puis à la Chambre de commerce de Foix après sa création tardive. On peut imaginer sans peine, pour les raisons évoquées précédemment, que les élus consulaires ne devaient pas y faire preuve de plus d’empressement que dans les circonstances habituelles. La confirmation nous en est donnée par la difficulté qu’il pouvait y avoir parfois à constituer un jury de qualité.

149 AD Ariège, 14 M, 21 ; Lettre du commissaire général du gouvernement français aux États-Unis pour l’Exposition de Saint-Louis, 6 décembre 1902 et Note du préfet de l’Ariège adressée à M. Dumons Léon, industriel à Lavelanet, 18 décembre 1902.

150 AD Ariège, 14 M, 19/2 ; Expositions à Paris des produits de l’industrie nationale, 1839.

151 AD Ariège, 14 M, 20/1 à 4 ; Expositions internationales. Comité départemental et sous-comités, 1878-1897.

152 AD Ariège, 15 M, 37 ; Divers rapports d’inspecteurs et de commissaire de police spéciale, de sous-préfets, de maires et du préfet de l’Ariège, 1930-1933.

153 M. Chevalier, La vie humaine dans les Pyrénées ariégeoises, op. cit., p. 972.

154 Contrairement au Nord qui avait réellement réussi dans ce domaine, cf. J.-C. Daumas, Les territoires de la laine. Histoire de l’industrie lainière en France au xixe siècle, op. cit., p. 369-370.

155 AD Hérault, 9 M, 244 ; École des Arts et Sciences industrielles de Toulouse (1840).

156 AD Hérault, 9 M, 294 ; École pratique de commerce et d’industrie de Mazamet (Tarn), 1899-1938 ; de Mende (Lozère), 1901-1938.

157 AD Hérault, 9 M, 295 ; École pratique de commerce et d’industrie de Narbonne (Aude), 1906-1938.

158 AD Hérault, 9 M, 244 ; École pratique de Vienne (1923) ; AD Hérault, 9 M, 297 ; École pratique de Vienne (Isère), 1924-1938.

159 S. Saboy, Lavelanet et les enfants du textile, xixe- xxe siècles, op. cit., p. 55-59.

Table des illustrations

Légende Graphique 9 : L’organisation productive dans la filière lainière dans le Midi pyrénéen entre la fin du xixe siècle et les années 1970.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/22641/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 175k
Légende Graphique 10 : L’organisation productive et commerciale du textile du Pays d’Olmes à la fin du xixe siècle.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/22641/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 134k

© CNRS Éditions, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540