Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'industrie invisible

 | 
Jean-Michel Minovez

Partie II. Le temps de l'affirmation des territoires modernes de l'industrie, Années 1870-Années 1920

Innovations décalées et marchés en mutation

Texte intégral

1Entre 1870 et les années 1920, la géographie du textile du Midi connaît de profonds bouleversements, aboutissement d’un long processus de recomposition territoriale où de très vieux espaces de production disparaissent, se maintiennent difficilement et, plus rarement, se développent. Cela se fait sur la base de la poursuite d’innovations décalées dans les domaines techniques, par l’adoption de nouveaux genres et l’adaptation de l’offre à une demande sans cesse mouvante. Au sein de ce processus, le positionnement du cardé face au triomphe du peigné occupe une place essentielle. Le cardé a-t-il encore une place ? Dans l’affirmative, quelle place accorder à l’innovation radicale et à l’amélioration mesurée dans une production qui a fait ses preuves ? L’efficacité dans les choix de production ne peut être pensée séparément d’une mutation des conditions de production et des échanges. Les méthodes de vente exigent d’être réformées pour rationaliser les coûts et saisir au mieux les attentes du consommateur. Les gains de productivité doivent s’accroître pour rester compétitif tout en conservant une organisation compatible avec les objectifs de production visés, et les possibilités économiques et sociales des territoires.

L’aboutissement d’un long processus de recomposition territoriale

2Dans le dernier tiers du xixe siècle, l’essentiel de l’industrie textile du Midi s’effondre. Les industries des Pyrénées, marginales depuis la Restauration, disparaissent. Celles du Bas-Languedoc sombrent à leur tour, incapables de s’adapter aux attentes du marché. Une poignée de places industrielles se maintiennent dans la draperie à l’intérieur de trois territoires de la laine, structurés autour de Castres, de Mazamet/Labastide-Rouairoux et du Pays d’Olmes. Cela ne se fait pas sans heurts. Les crises du dernier tiers du xixe siècle les affectent aussi profondément mais, à la différence de tous les autres, ils parviennent à survivre. Se dessine ainsi une nouvelle carte des territoires français de la laine cardée dans laquelle ils occupent désormais une position de premier plan.

L’effondrement de l’essentiel du cardé du Midi

La marginalisation de l’Aude, de l’Aveyron et de la Lozère

L’Aude

  • 1 AD Aude, 14 M, 18 ; Rapport du président de la Chambre de Commerce de Carcassonne au ministre de l (...)
  • 2 Ibid. ; Lettre du sous-préfet de Limoux au préfet de l’Aude, 15 mars 1871.
  • 3 Ibid. ; Rapport […], 10 mars 1871, supra cit.

3Les difficultés observées dans le département de l’Aude sous le Second Empire se poursuivent et s’aggravent dans le dernier tiers du xixe siècle. La Guerre de 1870-1871 a d’abord provoqué un brutal ralentissement de l’activité. Les ventes se sont effondrées à Carcassonne. Ces dernières s’effectuant habituellement aux mois de juillet, août et septembre, l’annonce des hostilités immobilise « dans les magasins des masses de pièces ». En outre, le crédit fait défaut et les exportations sont presque totalement suspendues1. La situation n’est pas meilleure dans l’arrondissement de Limoux où les affaires sont stagnantes depuis septembre 1870. Les commandes pour l’armée ont permis le maintien d’un minimum d’activité2. Il en va de même à Carcassonne qui a écoulé l’ensemble de ses stocks auprès de l’administration de la Guerre. Ses manufactures ont pu même travailler en novembre et décembre à de nouvelles fournitures en drap de troupe3.

  • 4 Ibid. ; Statistique industrielle, 1872.
  • 5 Ibid. ; Statistique industrielle, 1872-1875 ; AD Aude, 14 M, 19 ; Statistique industrielle, 1876-1 (...)
  • 6 AD Aude, 14 M, 20 ; Réponse du sous-préfet de Limoux au préfet de l’Aude à l’enquête parlementaire (...)
  • 7 Ibid. ; Réponse des industriels à l’enquête […], Raynaud à Carcassonne, 28 octobre 1884.
  • 8 Ibid. ; Réponse des industriels à l’enquête […], Cavaillès à Montolieu, 29 octobre 1884.
  • 9 Ibid. ; Réponse du sous-préfet de Castelnaudary au préfet de l’Aude à l’enquête parlementaire part (...)
  • 10 Ibid. ; État des principaux établissements industriels de la ville de Limoux, 1881.
  • 11 Ibid. ; Réponse des industriels à l’enquête […], Compagnie de la Manufacture de La Trivalle à Carc (...)

4Le retour à la paix ne provoque pas le redémarrage de l’activité civile et à Limoux les entreprises « sont en grande souffrance » en 18724. La situation perdure tout au long de la décennie 1870, mais les informations sont des plus laconiques dans les états statistiques et permettent mal de saisir l’ampleur de la crise. Constatons cependant que dès 1873-1874, les manufactures de draps de Chalabre et de Limoux ont commencé à fermer les unes après les autres5. En 1884, il n’en restait plus qu’une dans l’arrondissement, celle de Croux à Sainte-Colombe-sur-l’Hers, en grande difficulté6. Carcassonne voit aussi l’essentiel de ses manufactures de draps disparaître, au point qu’il n’en subsisterait que deux ou trois en 18847. Montolieu s’effondre : l’entreprise n’a plus qu’une cinquantaine d’ouvriers, alors qu’elle en occupait un millier quinze ans plus tôt8. La manufacture de Cenne-Monestiés était dans une situation meilleure que celles de l’arrondissement de Limoux avant 1872 ; alors qu’elle produisait encore à cette date 6 000 pièces avec 600 ouvriers, elle n’en a plus que 200 qui fabriquent 500 draps9. Seule l’industrie de l’effilochage résiste, comme d’ailleurs à Limoux10. Les filatures ferment également ; l’importante « Compagnie de la manufacture de la Trivalle » à Carcassonne qui produisait du fil à façon avec 600 ouvriers, arrête son activité en 188111.

  • 12 J.-C. Daumas, Les territoires de la laine. Histoire de l’industrie lainière en France au xixe sièc (...)
  • 13 Renseignements fournis par la Chambre de commerce de Carcassonne, 1910 publiés par le Ministère du (...)

5La Grande Dépression donne le coup de grâce au territoire audois de la laine. En 1878, la fabrication du département ne représente plus que 2 000 000 de francs12. L’absence d’états statistiques après 1889 ne permet pas de suivre l’évolution ultérieure des draperies. Les renseignements fournis par la chambre de commerce de Carcassonne permettent toutefois de constater que le redressement n’a pas eu lieu après la fin de la Grande Dépression. L’Aude sombre dans la marginalité avec un chiffre d’affaires de seulement 1 600 000 francs en 191013.

L’Aveyron

  • 14 AD Aveyron, 6 M, 736 ; Lettre du sous-préfet de Saint-Affrique au préfet de l’Aveyron, 28 février (...)
  • 15 AD Aveyron, 8 M, 6 ; Lettre du préfet de l’Aveyron au ministre de l’agriculture et du commerce, 11 (...)
  • 16 AD Aveyron, 6 M, 737 ; Lettre du sous-préfet de Saint-Affrique au préfet de l’Aveyron, 1er octobre (...)

6Après la dure décennie 1860, théâtre d’un premier repli très net de l’activité drapière, la guerre de 1870 et les années qui suivent marquent une pose dans le déclin de l’industrie drapière de l’Aveyron. L’usine Rachou de Camarès travaille jour et nuit et les autres fabriques, surtout celles de Saint-Affrique, redoublent d’activité afin de tisser molletons et couvertures nécessaires à l’équipement des armées14. La conjoncture reste satisfaisante en 1872 dans toutes les manufactures de l’arrondissement de Saint-Affrique, même si c’est surtout l’usine Rachou qui est très dynamique15. La production ne faiblit pas en 1873 et l’emploi se maintient : « Il n’y a ni chômage, ni réduction [des] heures de travail »16.

  • 17 AD Aveyron, 8 M, 6 ; Lettre du sous-préfet de Saint-Affrique au préfet de l’Aveyron, 31 mars 1876.
  • 18 F. Boulet, Un canton rural reculé du sud Aveyron à la poursuite du développement et des progrès du (...)
  • 19 Notons que le sous-préfet de Saint-Affrique en 1840 dans sa lettre d’accompagnement à l’expédition (...)
  • 20 AD Aveyron, 6 M, 741 ; Extrait de l’enquête parlementaire sur la situation des ouvriers de l’indus (...)
  • 21 Ibid. ; Minute d’un rapport du préfet de l’Aveyron au ministre de l’intérieur, 1884.
  • 22 AD Aveyron, 6 M, 738 ; Rapport du sous-préfet d’Espalion au préfet de l’Aveyron, 25 février 1886.
  • 23 AD Aveyron, 6 M, 739 ; Minute d’un rapport du préfet de l’Aveyron au ministre du commerce et de l’ (...)

7Entre 1874 et 1876, la situation se dégrade brutalement ; alors que les commandes de draps de troupe demeurent vigoureuses et permettent à Rachou de prospérer, il en va très différemment pour les autres industriels car « les étoffes de laine sont abandonnées [et] les fabricants ne cherchent plus qu’à faire face aux demandes qui leur sont faites et qui deviennent de plus en plus rares »17. Une entreprise disparaît et l’effectif ouvrier chute de moitié à Saint-Affrique. Loin de n’être qu’un phénomène conjoncturel, la crise se transforme en dépression et, jusqu’en 1894, la situation n’évolue guère18. Dans les années 1880, les sources commencent à négliger le textile. D’autres industries en plein essor paraissent désormais bien plus dignes d’intérêt aux yeux des représentants locaux de l’État. Le fromage de Roquefort19 dans l’arrondissement de Saint-Affrique – dont la « production a pris une grande extension [et] est exportée dans le monde entier »20 –, la chamoiserie, la ganterie, la mégisserie et la tannerie dans l’arrondissement de Millau et, dans une moindre mesure à Saint-Affrique, occupent la première place21. Le phénomène est général et si Saint-Geniez continue d’être citée, c’est en raison de sa seule entreprise drapière réellement importante qui, comme Rachou, fabrique des draps de troupe22. En 1890, seul le fromage de Roquefort est mentionné pour l’arrondissement de Saint-Affrique et l’on souligne, à Millau, la croissance de la ganterie qui « atteint actuellement un état de prospérité inconnu jusqu’à ce jour »23.

  • 24 Ibid. ; Statistiques sommaires des industries principales, années 1894-1895.
  • 25 AD Aveyron, 8 M, 7 ; Rapport du sous-préfet d’Espalion au préfet de l’Aveyron, août 1913.
  • 26 Ibid. ; Rapport du sous-préfet de Saint-Affrique au préfet de l’Aveyron, 9 août 1913.

8En 1894, l’activité drapière subit un nouveau choc : trois entreprises sur cinq disparaissent à Saint-Affrique où les effectifs ouvriers fondent de moitié24. Au début du xxe siècle, l’industrie textile ne représente plus grand chose. Le sous-préfet d’Espalion omet totalement d’en parler dans ses rapports, tant la fabrication de Saint-Geniez paraît négligeable par rapport à la culture de la vigne et des céréales dans l’arrondissement25. Dans celui de Saint-Affrique, le sous-préfet s’intéresse surtout au fromage de Roquefort « la seule industrie importante ». Il mentionne, certes, les fabriques de draps de troupe de Saint-Affrique et de Camarès, mais constate qu’elles « n’occupent qu’un nombre très restreint d’ouvriers et d’ouvrières »26.

La Lozère

  • 27 AD Lozère, M, 4173 ; Lettre du préfet de la Lozère au ministre de l’agriculture et du commerce, 24 (...)
  • 28 Ibid. ; Lettre du préfet de la Lozère au ministre de l’agriculture et du commerce, 24 juin 1880.

9En Lozère, où les commandes militaires ne jouent qu’un rôle marginal, l’effondrement tient à une crise des débouchés civils qui va en s’aggravant dans la seconde moitié du xixe siècle. Perceptibles sous le Second Empire avec la baisse du nombre des métiers battants et l’augmentation des broches inactives des mule-jennys, les difficultés s’accroissent subitement dès les premières années de la Grande Dépression. Les filatures s’écroulent car, non seulement la Lozère ne consomme pas les fils qu’elle produit, mais encore elle importe ceux du Nord qui, « malgré le prix du transport, sont vendus à un prix relativement inférieur »27. Cela tient à l’équipement « primitif » des filatures locales. Conscients du processus, « les industriels hésitent à sacrifier des sommes relativement considérables pour arriver à un résultat aléatoire »28. Car le problème concerne aussi la nature des tissés.

  • 29 Ibid. ; Lettre du préfet de la Lozère au ministre de l’agriculture et du commerce, 16 octobre 1881
  • 30 Ibid. ; Lettre du préfet de la Lozère au ministre de l’agriculture et du commerce, 9 janvier 1882.
  • 31 Ibid. ; Lettre du sous-préfet de Mende au préfet de la Lozère, 15 mars 1881.
  • 32 AD Lozère, 2 P, 153 ; Contributions directes : carnets des établissements industriels imposables a (...)
  • 33 AD Lozère, M, 4173 ; Rapport sur la situation industrielle et commerciale, arrondissement de Marve (...)
  • 34 AD Lozère, 2 P, 153 ; Contributions directes : carnets des établissements industriels imposables a (...)

10Même si les sources sont peu nombreuses pour étudier finement le phénomène, on perçoit nettement qu’à partir de 1880 les entreprises de filature et de tissage du département sont en grande difficulté. Elles n’occupent plus que très peu d’ouvriers et les plus petits établissements sont sans travail29. Dans les deux années qui suivent, l’industrie de la Lozère est « presque anéantie », aux dires du préfet30. En 1881, alors que le nombre de tisserands ne cesse de régresser, il ne reste plus que la filature de Bourrillon et Mély en activité. Celles de Dartalier et celle de Roche chôment depuis plusieurs années ; quant à celle des frères Bonnafous, elle a été supprimée à l’automne 1880 et son matériel est en cours de vente en mars 188131. La filature de Montbel, appartenant à Casimir Porvalier, arrête son activité dès 1873 ; en 1886, elle est transformée en scierie mécanique, exploitée par un certain Laurent Laurens. La filature de Jaffard et de Roche à Ramille disparaît aussi avant 1885. D’autres souffrent et sont mises en sommeil, sans disparaître pour autant. Ainsi, en 1878, la filature de Pineton, établie sur la Colagne et appartenant à Dominique Chapel d’Espinassous, ne met en fonction que six des mule-jennys sur les neuf opérationnelles en 187132. En 1885, c’est l’ensemble de l’usine qui est au chômage. Elle l’est encore en 1888, comme celle d’Odilon Talansier33. Quant à celle de Bourrillon, au quartier Saint-Jean, elle ne fait tourner que 800 broches en 1885 alors que 1 920 étaient actives en 1865. Pour les établissements de Mende, on est passé d’environ 6 000 broches en 1865 à quelque 1 200 en 1885. Le processus est identique pour l’ensemble des activités lainières ; le nombre d’ateliers de tissage diminue, ceux de Rocher, Issarte et Bonnafous n’existent plus en 1885. Deux teintureries sur trois et trois foulons sur cinq disparaissent. Celui d’Alexandre Tuzel situé à la Vernède cesse même son activité en décembre 1864 ; il est transformé en scierie exploitée par un certain Guy en 1871. Un autre, du même Tuzel, installé au rez-de-chaussée de la filature de Montbel appartenant à Casimir Porvalier, est au chômage en 188534.

  • 35 Qui est la principale zone de filature avec Mende et de loin la plus importante zone de tissage.
  • 36 AD Lozère, 2 P, 154 ; id., Perceptions de Mende, 1849-1886.
  • 37 AD Lozère, 2 P, 151 ; id., Perceptions : Aumont, Grandrieu, Le Malzieu, Fournels, Saint-Chély-d’Ap (...)
  • 38 AD Lozère, M, 4173 ; Lettre du préfet de la Lozère au ministre de l’agriculture et du commerce, 18 (...)
  • 39 Y. Pourcher, La trémie et le rouet. Moulins, industrie textile et manufactures de Lozère à travers (...)

11Le processus décrit pour Marvejols35 est valable pour Mende36 comme pour l’ensemble de la Lozère37. Désormais, le travail des filatures se limite au filage à façon pour les habitants du pays et à la fabrication de quelques draps destinés aux communautés religieuses38. Aussi, lorsqu’au début du xxe siècle surviennent les mesures d’expulsion prises contre les congrégations religieuses, la dernière production d’une certaine ampleur s’effondre. L’industrie de la Lozère ne survit que grâce au tissage de quelques flanelles et à une timide reconversion dans la bonneterie de laine39.

La fin d’un des plus grands du cardé : quand l’Hérault s’éteint

12L’érosion de l’industrie de la laine dans l’Hérault est moins brutale et surtout décalée dans le temps. Après une nette baisse au début de la période dépressionnaire, du fait de la chute de la production pour le commerce, le maintien récessif d’une fabrication de draps de troupe étale le processus de désindustrialisation sur plusieurs décennies.

La conjoncture d’ensemble

  • 40 Le centre de Saint-Pons est réactivé par la création d’entreprises de filature et d’effilochage au (...)
  • 41 F. Teisserenc, L’industrie lainière dans l’Hérault, Paris, Arthur Rousseau éditeur, 1908, p. 95-12 (...)

13Une première approche globale peut être envisagée à partir de l’évolution de la démographie des entreprises dans le dernier tiers du xixe siècle. On constate que Riols perd 20 % de ses manufactures dans les premières années de difficultés ; en 1885, elle n’en possède que 10, sur les 25 de 1865 ; à la fin du siècle, il n’y a plus de fabrication dans ce centre. Il en de même à Saint-Pons, dont la chute est plus rapide : 10 établissements en 1875 contre 23 en 186540 ; en 1880, il n’y en a plus que six et les cinq derniers ferment leurs portes entre 1890 et 1895. Mais les disparitions ne concernent pas seulement les industries spécialisées dans les nouveautés, celles travaillant les draps forts et les molletons subissent le même sort. Ainsi, La Salvetat perd-elle ses quatre usines après 1880 et Saint-Chinian, qui possédait 10 fabriques en 1865, n’en a plus en 1895. Au tournant du xixe et du xxe siècle, les quatre centres travaillant pour le marché civil intérieur ont donc disparu. Plus à l’Est, Lodève, Clermont, Villeneuvette et Bédarieux vont perdurer, mais dans une situation de grande faiblesse. La plus puissante Lodève, décline très fortement puisqu’elle passe de 17 établissements en 1865 à 11 en 1885. À Clermont, pour la même période, quatre fabriques sur sept subsistent. Les fermetures à Bédarieux sont un peu décalées et n’ont lieu qu’après 1880. La chute est alors rapide : de 15 établissements on passe à sept en 1885. En 1909, Lodève n’a plus que quatre usines, Clermont et Bédarieux, une seule et Villeneuvette poursuit son activité dans son site unique datant du xviie siècle. Certes, la chute est moins importante que ne le laisse paraître la réduction du nombre de fabriques, le processus s’étant accompagné d’un mouvement de concentration41. L’analyse de l’évolution de l’activité textile à travers l’étude de la conjoncture par type de production permet de confirmer le mouvement de repli tout en mettant en évidence des chronologies spécifiques. L’approche, après 1870, ne prend plus en compte que la mutation des nouveautés et des draps de troupe, les draps pour le Levant ayant sombré dans la marginalité.

Graphique 3 : L’effondrement de l’industrie du drap dans l’Hérault entre 1865 et 1909.

Les nouveautés

  • 42 AD Hérault, 6 M, 1641 ; Situation industrielle de l’Hérault. 1871.
  • 43 AD Hérault, 6 M, 1642 ; Situation industrielle de l’Hérault. Arrondissement de Saint-Pons. 3e trim (...)
  • 44 AD Hérault, 6 M, 1645 ; Lettre du sous-préfet de Saint-Pons au préfet de l’Hérault, 5 janvier 1875
  • 45 Ibid. ; Situation industrielle de l’Hérault. Arrondissement de Saint-Pons. 3e trimestre 1875.
  • 46 Ibid. ; Lettre du sous-préfet de Saint-Pons au préfet de l’Hérault, 5 février 1875.
  • 47 Ibid. ; Situation industrielle de l’Hérault. Arrondissement de Saint-Pons. 2e trimestre 1875.
  • 48 AD Hérault, 6 M, 1646-1647 ; Situation industrielle de l’Hérault. 1876 et 1877.
  • 49 AD Hérault, 6 M, 1647 ; Lettre du sous-préfet de Saint-Pons au préfet de l’Hérault, 24 janvier 187 (...)
  • 50 AD Hérault, 6 M, 1648 ; Lettre du sous-préfet de Saint-Pons au préfet de l’Hérault, 5 mars 1878.
  • 51 AD Hérault, 6 M, 1649-1653 ; Situation industrielle de l’Hérault. 1879-1883.
  • 52 AD Hérault, 6 M, 1653 ; Situation industrielle de l’Hérault. Arrondissement de Béziers. 3e trimest (...)
  • 53 AD Hérault, 6 M, 1656 ; Lettre du sous-préfet de Saint-Pons au préfet de l’Hérault, 15 avril 1886.
  • 54 AD Hérault, 6 M, 1656-1663 ; Situation industrielle de l’Hérault. 1886 et 1893. Après 1893, soit p (...)

14Les années 1870 marquent la poursuite du repli structurel de toutes les manufactures travaillant pour le commerce. Dès 187142 et jusqu’en 1872, les autorités relèvent bien le ralentissement de l’activité et l’accroissement des faillites mais tablent sur un redémarrage probable43. En 1875, la situation est aggravée par les « guerres intestines de Buenos-Aires »44 et les grandes inondations qui affectent tant les lieux de production que les lieux d’échange comme les foires de Toulouse du 24 juin45. L’industrie de Saint-Chinian, en forte décadence, devient « presque nulle »46, alors que celle de Saint-Pons est de plus en plus languissante47. La situation ne s’améliore pas dans le courant des années 1876 et 187748, si ce n’est à l’extrême fin de la période où les usines de Saint-Pons connaissent de nouveau une activité importante49. Mais c’est de courte durée et, dès le premier trimestre de l’année 1878, les établissements de Saint-Pons et de Riols ne fonctionnent que la moitié du temps alors que ceux de Saint-Chinian chôment totalement50. La situation reste inchangée dans les années qui suivent51 ; les entreprises, en particulier celles de Bédarieux, ne peuvent « lutter avec la concurrence étrangère, [sur le marché des] articles de fantaisie »52. Le sous-préfet de Saint-Pons constate alors que la fabrication de draps de commerce disparaît complètement de l’arrondissement53 ; elle ne se relèvera plus. Après sa quasi disparition à Lodève dans les années 1850, l’affaiblissement de celle de Bédarieux dans les années 1860, c’est le tour de celle de l’arrondissement de Saint-Pons dans les années 1870. Elle survit péniblement jusqu’à son effondrement final dans les années 1890. À cette date, l’ensemble des manufactures des arrondissements de Lodève et de Béziers ont cessé toute activité54.

Les draps d’uniforme

  • 55 AD Hérault, 6 M, 1642 ; Situation industrielle et commerciale. Arrondissement de Lodève, 7 mars 18 (...)
  • 56 Ibid. ; Situation industrielle et commerciale. Arrondissement de Lodève, 3e trimestre de 1872.

15L’industrie ne survit alors dans l’Hérault qu’à travers la production de draps de troupe, elle-même en récession. Le maintien pendant vingt ans des règles de l’adjudication de 1864 permet à Lodève de conserver un chiffre d’affaires moyen de 5 600 000 francs en moyenne dans les années 1870 et au début des années 1880. La Guerre de 1870-1871 relance vigoureusement l’activité : « les commandes considérables du gouvernement […] sont la cause de l’impulsion extraordinaire donnée à la fabrication des draps de troupe »55. Dès le troisième trimestre de 1872, le ralentissement se fait sentir sensiblement en raison de l’achèvement des commandes et des incertitudes sur le niveau de commande de nouvelles fournitures56.

  • 57 AD Hérault, 6 M, 1644 ; Lettre du sous-préfet de Lodève au préfet de l’Hérault, 24 janvier 1884.
  • 58 AD Hérault, 6 M, 1645 ; Situation industrielle et commerciale. Arrondissement de Lodève, 3e trimes (...)
  • 59 AD Hérault, 6 M, 1646 ; Lettre du sous-préfet de Lodève au préfet de l’Hérault, 5 avril 1876.
  • 60 Ibid. ; Situation industrielle et commerciale. Arrondissement de Lodève, 2e trimestre de 1876.
  • 61 AD Hérault, 6 M, 1646-1647 ; Situation industrielle et commerciale. Arrondissement de Lodève, 3e t (...)
  • 62 AD Hérault, 6 M, 1647 ; Lettre du sous-préfet de Lodève au préfet de l’Hérault, 24 octobre 1877.
  • 63 AD Hérault, 6 M, 1650 ; Situation industrielle et commerciale. Arrondissement de Lodève, 1er trime (...)
  • 64 AD Hérault, 6 M, 1650-1654 ; Situation industrielle et commerciale. Arrondissement de Lodève, 2e t (...)

16La situation s’améliore à partir de 1874 du fait de la prorogation des marchés pour quatre années supplémentaires57. Les inondations de 1875 provoquent une forte mais courte perturbation au troisième trimestre de 187558. Au premier trimestre de 1876, l’activité d’abord soutenue, connaît un ralentissement sensible : « les commandes faites par l’État [sont] presque entièrement achevées »59. Aussi, à partir du second trimestre et en l’absence de commandes supplémentaires, 300 ouvriers sont renvoyés et les autres ne travaillent que quelques jours dans la semaine60. La situation empire même, malgré la prorogation des marchés pour une année supplémentaire61. Il faut attendre la mi-septembre 1877 pour que les affaires reprennent, grâce aux commandes de plusieurs puissances étrangères62 et à celles de l’État. Au début de 1880, on observe un nouveau ralentissement63, suivi d’une relance entre juillet 1880 et avril 1881. De prorogation en prorogation, alternent ainsi activité vigoureuse et crises violentes, jusqu’à l’adjudication de 188464.

  • 65 AD Hérault, 6 M, 1654 ; Lettre du sous-préfet de Lodève au préfet de l’Hérault, 2 avril 1884.
  • 66 AD Hérault, 6 M, 1654-1656 ; Situation industrielle et commerciale. Arrondissement de Lodève, 2e t (...)
  • 67 AD Hérault, 6 M, 1656 ; Lettre du sous-préfet de Lodève au préfet de l’Hérault, 7 avril 1886.
  • 68 AD Hérault, 6 M, 1657 ; Lettre du sous-préfet de Lodève au préfet de l’Hérault, 2 août 1887.
  • 69 AD Hérault, 6 M, 1658 ; Lettre du sous-préfet de Lodève au préfet de l’Hérault, 25 août 1888.
  • 70 Ibid. ; Lettre du sous-préfet de Lodève au préfet de l’Hérault, 4 janvier 1889.
  • 71 Ibid. ; Délibération de la Chambre consultative des arts et manufactures de Lodève, 26 décembre 18 (...)
  • 72 AD Hérault, 6 M, 1659 ; Lettre du sous-préfet de Lodève au préfet de l’Hérault, 4 janvier 1890.
  • 73 AD Hérault, 6 M, 1661 ; Lettre du sous-préfet de Lodève au préfet de l’Hérault, 1er avril 1891.
  • 74 AD Hérault, 6 M, 1660 ; Lettre du sous-préfet de Lodève au préfet de l’Hérault, 31 décembre 1890.

17Les résultats de cette dernière n’améliorent pas la situation, ils ont même tendance à l’aggraver, dans la mesure où ils ne permettent pas au centre textile d’obtenir le nombre de lots qui lui aurait permis de maintenir les chiffres d’affaires précédents : la diminution est estimée à 21 %65. Le chiffre d’affaires n’excède pas 4 500 000 de francs entre 1885 et 1893. La reprise est donc des plus lentes66. Il faut attendre 1886 pour que les commandes de l’administration de la Guerre et de la Marine relancent l’activité67. La désastreuse adjudication réservée de 1887 marque un nouveau coup d’arrêt à la fabrication ; Lodève n’obtient que six lots et demi soit trois et demi de moins que précédemment, une maison deux lots, une autre un seul, les sept autres un demi-lot chacune. À Clermont, une entreprise n’a rien68. Les quelques commandes de couvertures69 n’empêchent pas la région de continuer à traverser une crise particulièrement aiguë70. La situation devient très grave en 1889 car l’administration de la guerre décide de limiter ses commandes au minimum prévu par l’adjudication, soit 11 000 mètres par lot. Cela ne représente même pas ce que les industriels ont déjà en magasin. Aussi, en l’absence de nouvelles commandes, ils envisagent « d’arrêter brusquement leur fabrication et de fermer leurs usines »71. Sans se résoudre à cette dernière extrémité, ils limitent leur production au cinquième d’une année normale72. Seule l’adjudication de couvertures, favorable à Lodève, empêche le chômage total en 1890. Il en est de même en 1891 avec l’obtention, le 17 avril, de 25 lots de 1 000 couvertures73. Sinon, rien ne laisse prévoir une quelconque amélioration avant les nouvelles adjudications de 189374.

  • 75 AD Hérault, 6 M, 1664-1666 ; Situation industrielle et commerciale de l’Hérault, 1894-1903.
  • 76 F. Teisserenc, L’industrie lainière dans l’Hérault, op. cit., p. 116.
  • 77 Ibid., p. 119.
  • 78 Ibid., p. 95-124.
  • 79 J.-C. Daumas, Les territoires de la laine. Histoire de l’industrie lainière en France au xixe sièc (...)

18L’insuffisance de la documentation ne permet pas de mesurer l’évolution de la conjoncture entre 1894 et 1902, les informations étant soit absentes en 1904 et entre 1900 et 1902 soit trop laconiques entre 1895 et 189975. Mais la poursuite du déclin de l’activité au début du xxe siècle ne laisse rien présager de bon pour la période 1894-1899. Grâce aux évaluations de Fulcran Teisserenc qui permettent de combler, en partie, les lacunes des sources manuscrites, on connaît un peu moins mal la période qui court de 1902 à la Première Guerre mondiale. En 1902, l’Hérault se voit attribuer un nombre important de lots : 62 sur les 153 mis en adjudication. Lodève en obtient 39, pourtant, son chiffre d’affaires continue de diminuer et, de 1903 à 1908, il n’est que de 2 500 000 de francs en moyenne par an. Le bénéfice est encore plus bas car les prix des draps fixés en 1902 a été établi sur ceux de la laine, bas au moment de l’adjudication, mais qui connaissent une envolée ensuite. Les pertes sont alors importantes entre 1905 et 190776. La situation ne s’améliore pas à l’adjudication suivante. L’Hérault n’obtient que 57 lots sur les 153 proposés, Lodève seulement 35. Sur les six entreprises, une n’a rien et une autre ne se représentait pas. La crise précédente fait encore sentir ses effets négatifs et même s’aggrave quand l’État limite ses commandes au minimum. Lodève ne réalise alors qu’un chiffre d’affaires de 1 600 000 francs en moyenne annuelle77. La chute des industries de draps d’uniforme finit de consommer l’effondrement des entreprises lainières de l’Hérault. Alors que le chiffre d’affaires total avoisinait les 18 500 000 francs en 186578, il n’était plus que de 4 800 000 en 1900 et de 2 600 000 en 191079.

Castres et Mazamet en difficulté, Labastide-Rouairoux et Lavelanet croissent

  • 80 J.-C. Daumas, Les territoires de la laine. Histoire de l’industrie lainière en France au xixe sièc (...)
  • 81 Ibid., p. 64.

19Les seuls territoires industriels anciens qui se maintiennent et dont la réussite remonte au moins au xviiie siècle sont ceux de Castres et de Mazamet. Il semble que l’apogée soit atteint au début de la Grande Dépression pour les deux centres. Mazamet en 1878 aurait eu un chiffre d’affaires compris entre 20 et 25 millions de francs, ce qui est certes bien peu, comparativement aux 320 millions de Roubaix, aux 153 de Reims, aux 90,5 de Fourmies ou aux 78,3 d’Elbeuf, mais qui le place en tête des centres du Midi, après Vienne. En 1910, Castres ne produirait plus que pour 8,5 millions de textiles lainiers et Mazamet 12,5 ; encore s’agit-il d’évaluations portant sur l’ensemble des aires dépendant des deux chambres de commerce. Le déclin est donc simplement décalé par rapport à celui de tous les centres du cardé, dont le chiffre d’affaires a fléchi après l’apogée des années 186080. Seule Vienne semble profiter d’une belle croissance à la fin du xixe siècle. Toutefois, Labastide-Rouairoux connaît son décollage masqué par la récession mazamétaine. Il semble néanmoins que la plus belle réussite soit le fait de Lavelanet dont le chiffre d’affaires s’accroît de 170 % entre la fin du Second Empire et les années qui précèdent la Première Guerre mondiale81.

Castres se maintient avec difficulté

  • 82 J. Loup, L’industrie lainière dans le Tarn, Toulouse, Librairie des étudiants, 1910, p. 206-208.
  • 83 C. Fohlen, L’industrie textile au temps du Second Empire, Paris, Plon, 1956, p. 339.
  • 84 J. Levain, J. Rougerie, A. Straus, « Contribution à l’étude des mouvements de « longue durée » : l (...)
  • 85 C. Fohlen, L’industrie textile au temps du Second Empire, op. cit., p. 337.
  • 86 J. Levain, J. Rougerie et A. Straus, « Contribution à l’étude des mouvements de « longue durée » : (...)

20Les tissus mélangés de Castres – notamment les « péruviennes » – souffrent d’au moins deux inconvénients majeurs : ce sont des tissus bas de gamme et lourds. Les ventes auraient sensiblement baissé dans la seconde moitié du xixe siècle car, selon Jean Loup, elles étaient soumises, jusqu’en 1889, au même tarif de transport que les étoffes pure laine. Or, elles valaient six à huit fois moins que les draperies. Éloignées des centres de consommation, elles subissaient alors la concurrence de centres mieux positionnés, Roubaix en particulier82. La diminution des tarifs de transport aurait dû résoudre en grande partie la situation, il n’en a rien été. La réussite de Roubaix avait en effet reposé, dans la première moitié du xixe siècle, sur l’essor des tissus mélangés d’une part et des étoffes en pure laine de l’autre. En 1860, le chiffre d’affaires du tissage s’y élève à 180 millions de francs dont 100 millions de tissus mélangés. La supériorité de Roubaix s’affirmait aussi par un processus de modernisation technique, opéré presque d’un coup, entre 186083 et 1869, lui permettant de disposer d’un appareil de production performant et nettement supérieur en qualité à celui de Castres84. Si, à partir de 1860, la fabrication des tissus mélangés « riche » et de « goût » régresse sensiblement à Roubaix au profit des productions pure laine85, on assiste, à partir des années 1890, à un retour des tissus mélangés à Roubaix-Tourcoing. Il ne s’agit plus d’une fabrication de qualité mais, au contraire, de tissus à bas prix que Roubaix fabrique en quantité considérable pour l’habillement féminin des campagnes86, concurrençant directement Castres dans ce domaine.

  • 87 Ibid., p. 83.
  • 88 Sources contemporaines et analyses de Claude Fohlen ont attribué cette responsabilité à la mise en (...)
  • 89 J. Loup, L’industrie lainière dans le Tarn, op. cit., p. 48.

21Castres avait donc pu se développer au xixe siècle dans un genre bien spécifique : le tissu mélangé à motifs. La place ne se situe pas dans le même créneau que Roubaix qui vise la gamme supérieure, ou celui de Bradford, spécialisé dans le bas de gamme uni87. La vogue des tissus pure laine, beaucoup plus demandés par les magasins et les confectionneurs français et par les marchés extérieurs, conduit Roubaix à délaisser le marché des tissus mélangés88. Son positionnement sur le même segment du marché menace sensiblement la cité tarnaise. Les étoffes castraises, tissées à base de laine cardée, plus pesantes que celles du Nord en laine peignée, subissent la désaffection pour les fabrications lourdes. Or, sur les huit millions et demi de francs de la production de Castres en 1908, sept millions, soit plus de 82 %, étaient représentés par les tissus mélangés89.

  • 90 R. Hubac, « L’industrie castraise », in Revue de géographie des Pyrénées et du Sud-Ouest, tome 5, (...)
  • 91 P. Gau et N. de Nardi, Le bassin d’emploi de Castres-Mazamet. Évolution économique et urbanisation (...)

22La Première Guerre mondiale intervient comme un catalyseur des transformations. Durant le conflit, les entreprises textiles castraises fabriquent comme toutes celles du Midi des draps pour les troupes. Aux tissus produits partout, la place industrielle ajoute sa spécificité avec la fabrication massive de bonneteries. La guerre finie, la reprise est des plus lentes. La chambre de commerce de Castres estime que la production est tombée aux trois dixièmes de la normale. Le rétablissement n’est obtenu qu’avec l’adoption de nouveaux genres de tissus et une orientation marquée en direction des nouveautés90. Cela permet à Castres de retrouver à la fin des années 1920, et dans un contexte de fortes fluctuations, un degré de production globalement similaire à celui d’avant 191491.

  • 92 Il se limite toutefois à l’analyse du nombre de broches de filature, la connaissance précise de la (...)
  • 93 J. Loup, L’industrie lainière dans le Tarn, op. cit., p. 49-50.
  • 94 R. Hubac, « L’industrie castraise », loc. cit., p. 160-161.

23En l’absence de statistiques de production, le niveau d’équipement peut nous fournir un indice de cette conjoncture92. En 1909, Castres et ses environs immédiats comptent environ 30 000 broches ; il faudrait prendre en compte les 2 000 de Vabre et celles de Brassac et de Roquecourbe que l’on ignore93. En 1929, le potentiel castrais est compris entre 25 000 et 30 000 broches auxquelles il faut ajouter les 9 000 de Vabre, Brassac et Roquecourbe94. On peut alors émettre l’hypothèse que la capacité de fabrication s’est au mieux maintenue entre le début du xxe siècle et la dépression des années 1930.

Mazamet décline, Labastide-Rouairoux se développe

  • 95 J. Loup, L’industrie lainière dans le Tarn, op. cit., p. 68 et p. 207.
  • 96 R. Cazals, Les révolutions industrielles à Mazamet, 1750-1900, Paris/Toulouse, La Découverte-Maspe (...)
  • 97 J. Levain, J. Rougerie et A. Straus, « Contribution à l’étude des mouvements de « longue durée » : (...)
  • 98 J. Loup, L’industrie lainière dans le Tarn, op. cit., p. 68-70.
  • 99 A. Pawlowski, L’industrie textile française, Paris, J. Ch. et A. Brun, 1925, p. 145 et p. 147.

24Alors que Castres a souffert d’une inadaptation de sa production dans la seconde moitié du xixe siècle, Mazamet a su prendre le virage de la nouveauté tout en maintenant une importante production de molletons et de flanelles. À l’apogée de sa production textile, la zone de Mazamet aurait fabriqué, en 1878, 12 à 15 millions de nouveautés et 8 à 10 millions de molletons et de flanelles. La production était recherchée sur le marché national, elle gagnait aussi pour une faible part les marchés suisse et belge95. Pourtant, dès la fin du Second Empire, des signes de difficulté se font sentir qui tiennent essentiellement au déclin de Mazamet en tant que place industrielle ; Rémy Cazals considère, en effet, que le processus est enclenché dès la période 1868-1871. Dans les années 1880, la situation s’aggrave96. En 1890, le montant des ventes n’est plus que de 18 millions de francs, de 16 en 1900 et en 1910 de 12,597. Encore cette position doit-elle beaucoup à la croissance de Labastide-Rouairoux, dont le développement est inversement proportionnel aux difficultés mazamétaines98. Le centre semble, en effet, connaître son essor autour de 1910. À la veille de la Première Guerre mondiale, on expédiait par la gare de Labastide-Rouairoux un volume de draperies (environ 932 tonnes) supérieur à celui partant par la gare de Mazamet (moins de 808 tonnes). Dès cette date, il est possible que le centre de la haute vallée du Thoré, se développant dans l’ombre de Mazamet, ait fini par l’égaler voire le devancer99.

Graphique 4 : Expéditions de draps, molletons et flanelles à partir de la gare de Mazamet, 1880-1908 (en kg).

Graphique 5 : Arrivages des laines en suint et des peaux en laine en gare de Mazamet, 1880-1908 (en kg).

Graphique 6 : Arrivages des peaux en laine et de la houille en gare de Mazamet, 1880-1908 (en kg).

Graphique 7 : Expéditions des laines et des peaux brutes à partir de la gare de Mazamet, 1880-1908 (en kg).

25Pour Jean Loup – repris sur ce point par Rémy Cazals – le développement de l’industrie du délainage était pour beaucoup dans les difficultés rencontrées par la draperie à Mazamet : cette industrie « présente cette particularité de permettre de réaliser un très gros chiffre d’affaires avec un personnel relativement restreint ». Aussi :

  • 100 J. Loup, L’industrie lainière dans le Tarn, op. cit., p. 55-56.

« plusieurs industriels de Mazamet, qui, tout d’abord avaient organisé un délainage à côté de leur fabrique ont fermé la seconde pour développer le premier, précisément parce qu’ils trouvaient fort avantageux de n’avoir pas à recruter et à diriger un très nombreux personnel ouvrier100. »

  • 101 R. Cazals, Les révolutions industrielles à Mazamet, 1750-1900, op. cit., p. 182-209.
  • 102 Cf. Graphiques 4 à 7. Les premières courbes ont été publiées par Jean Loup (J. Loup, L’industrie l (...)

26S’il n’y a pas de doute quant au déclin du textile conjointement au développement du délainage, leurs chronologies respectives nous conduisent à nuancer les liens de cause à effet. « La victoire du délainage » date des années 1880101 et se poursuit dans les années 1890 pour culminer au début du xxe siècle. L’analyse des données chiffrées fournies par la chambre de commerce portant sur les arrivages de peaux en laine et les expéditions de laines à partir de la gare de Mazamet en fournit les bases statistiques solides. Alors que les envois ne se montent qu’à 2 633 tonnes en 1880, ils atteignent leur maximum en 1904 avec 20 673 tonnes, ce qui représente un accroissement considérable de 685 % ; de la même manière, les arrivées des laines en peaux en gare de Mazamet ne s’élèvent qu’à 8 657 tonnes en 1880 alors qu’elles montent jusqu’à 47 197 tonnes en 1903, ce qui représente un accroissement de 445 %102.

  • 103 AD Tarn, 10 M3, 3 ; Statistiques des industries principales du département, 1828-1876 et AD Tarn, (...)
  • 104 C. Fohlen, L’industrie textile au temps du Second Empire, op. cit., p. 182.

27C’est donc plusieurs années après le début de la Grande Dépression et dans les années qui suivent que le délainage connaît une croissance exponentielle à Mazamet. Or les difficultés du textile débutent dès la fin du Second Empire, se poursuivent après la Guerre de 1870 et s’aggravent dès les premières années de la Grande Dépression, donc bien antérieurement à la révolution du délainage. Les situations trimestrielles en témoignent103. Aussi, contrairement à ce que conclut Claude Fohlen, Mazamet n’est pas « revivifié par l’introduction du délainage, en 1851, par la Maison Cormouls-Houlès »104, mais conserve encore pendant deux décennies un réel dynamisme dans le drap de fantaisie.

  • 105 Sans négliger pour la capitale normande du cardé l’impact de l’inadaptation de l’appareil de produ (...)
  • 106 J. Loup, L’industrie lainière dans le Tarn, op. cit. repris par R. Cazals, Les révolutions industr (...)
  • 107 A. Pawlowski, L’industrie textile française, op. cit., p. 147.

28Puis, comme à Elbeuf105, la production de nouveauté se révèle inadaptée aux attentes du marché. La Revue commerciale et industrielle de la Chambre de Commerce s’en fait l’écho. Parlant de la baisse globale de la draperie, elle insiste plus particulièrement sur les nouveautés qui paraissent les plus touchées106 alors que Labastide-Rouairoux assure son développement grâce, notamment, à sa spécialisation dans l’exécution de tissus pour casquettes107.

  • 108 R. Cazals, « La révolution industrielle », in L’industrie de la laine en Languedoc depuis la préhi (...)
  • 109 É. Cormouls-Houlès, Mazamet en 1930. Un centre d’activité économique du Midi de la France, Toulous (...)

29Aussi, les expéditions de draperies à partir de la gare de Mazamet s’effondrent : elles sont de 1 580 tonnes en 1880 et seulement de 947 en 1889, chiffre le plus bas de la période. Une reprise très nette, mais courte, est observable entre 1892 et 1895 puisque les envois passent de 1 025 à 1 647 tonnes. Mais dès l’année suivante, elles sont de nouveau nettement récessives et en 1897 on atteint seulement 1 175 tonnes. Les volumes se stabilisent alors en moyenne autour d’une valeur proche (1 228 tonnes) jusqu’en 1908. La reprise de la période 1892-1895, pas plus que la stabilisation entre 1897 et 1908, n’enrayent le processus de déclin de Mazamet. Durant les deux dernières décennies du xixe siècle et au début du xxe siècle, la production et les ventes de nouveautés poursuivent leur baisse ; il est même possible que certains fabricants les abandonnent ou du moins n’en fassent qu’une fabrication d’appoint au profit des molletons et des flanelles, toujours en vogue. Dès la fin du xixe siècle, Jules Tournier & Fils, comme Gau-Bosc ou Frédéric Prat semblent ainsi s’être spécialisés dans ces produits108. Dans les années 1920, les flanelles et les molletons restent la partie essentielle des fabrications de Baraillé & Maurel – ancienne maison Augé et Fau – de Boudou jeune, de Josué Brénac, de Casimir Escande & Fils et de Jules Tournier & Fils109.

  • 110 J.-C. Daumas, Les territoires de la laine. Histoire de l’industrie lainière en France au xixe sièc (...)
  • 111 C. Fohlen, L’industrie textile au temps du Second Empire, op. cit., p. 182.

30Plus encore qu’Elbeuf, Mazamet était restée immobile face aux nouvelles attentes du marché. La situation paraît d’autant plus absurde que la place du Midi produit des quantités considérables de laines propres à être peignées. Pourtant, elle en expédie une grande partie vers les centres du Nord, achète des fils peignés à Roubaix-Tourcoing pour alimenter sa bonneterie et dépend de Roubaix dans ses approvisionnements de laine cardée sur laquelle repose l’industrie de la draperie locale110. Il est alors difficile de soutenir que le délainage « avait sauvé l’industrie drapière méridionale » en permettant le développement de la filature d’autant que Claude Folhen, s’appuie sur le nombre de broches des filatures, en 1861, de l’Hérault, du Tarn, de l’Aude et de l’Ariège pour étayer sa conclusion111. Or, à cette date, le délainage, on l’a vu, n’en est qu’à ses balbutiements. En outre, les établissements du Midi traitent de la laine cardée et non de la laine peignée.

  • 112 R. Cazals, Les révolutions industrielles à Mazamet, 1750-1900, op. cit., p. 209.
  • 113 É. Cormouls-Houlès, Mazamet en 1930. Un centre d’activité économique du Midi de la France, op. cit (...)

31Au fond, Mazamet semblait être devenue plus une ville de négociants que d’industriels, « le délainage étant moins industrie que commerce spéculatif », comme le souligne Rémy Cazals112. Toutefois, quelques courageux industriels du textile poursuivent une politique de recherche et d’adaptation, qui fait encore de Mazamet, au début du xxe siècle, le deuxième centre de laine cardée du Midi, après Vienne. La manufacture d’Alba La Source reste la plus importante société à porter son effort presque exclusivement sur les nouveautés en production de tissus avec Jules Tournier & Fils, à la fabrication beaucoup plus variée113.

  • 114 J. Loup, L’industrie lainière dans le T arn, op. cit., p. 69.
  • 115 A. Lévy, « D’une guerre à l’autre (1920-1945) », in R. Cazals (dir.), Histoire de Castres, Mazamet (...)
  • 116 J. Loup, L’industrie lainière dans le Tarn, op. cit., p. 68.

32Comme à Castres, le déclin est enrayé par la Première Guerre mondiale qui redynamise temporairement l’industrie du drap de la zone de la chambre de commerce de Mazamet. Cependant, l’analyse du nombre de broches montre une stagnation de l’industrie textile entre le début du xxe siècle et la dépression des années 1930 ; en 1909, on comptait 25 000 broches à Mazamet et à Labastide-Rouairoux114 ; en 1929, Mazamet en aurait 26 000, alors que Labastide-Rouairoux en totaliserait 15 000115, moins qu’à l’apogée de Mazamet seule dans les années 1870116. Au total sur l’ensemble de la période, il n’est pas sûr que le territoire ait connu une croissance d’ensemble positive. La forte baisse de Mazamet à la fin du xixe siècle n’est pas corrigée par la reprise des premières décennies du xxe siècle et le développement de Labastide ne compense pas, à l’échelle du territoire, le déclin de la place mazamétaine.

Le Pays d’Olmes, seul territoire en croissance significative ?

  • 117 Alors que la draperie française connaît une reprise sensible entre 1872 et 1875, Lavelanet est for (...)
  • 118 AD Ariège, 14 M, 18/1 à 5 ; Situations trimestrielles (1856-1890).

33Face au déclin de Castres et de Mazamet et à la croissance encore modeste de Labastide-Rouairoux, Lavelanet paraît être le seul territoire en croissance significative depuis la deuxième moitié du xixe siècle. La place ariégeoise est pourtant durement affectée par les crises, d’abord entre 1873 et 1877117. La production tombe à 8 000 pièces, les faillites se succèdent, le nombre d’entreprises chute de 60 à 40, la population ouvrière fond : pour l’ensemble du Pays d’Olmes, sur un total de 3 000 travailleurs « au-dedans » et « au dehors », on passe à 1 500, pour la seule place de Lavelanet les effectifs régressent de 1 200 à 800. Toutefois, la draperie française traverse une phase dépressive nettement marquée de 1876 à 1880 ; Lavelanet, au contraire, connaît une phase florissante entre 1878 et 1883. Dans les années suivantes, la draperie marque le pas en France. Mais, alors que l’industrie française du cardé connaît une phase de croissance vigoureuse entre 1884 et 1890, Lavelanet ne sort pas du marasme : 1888 ne représente qu’un répit, 1889 et 1890 étant à nouveau de mauvaises années118.

  • 119 Ainsi, lors de la forte phase de croissance correspondant essentiellement à la Monarchie de Juille (...)

34Malheureusement, les statistiques industrielles se font muettes à partir des années 1890. Des sources indirectes permettent cependant d’approcher l’état de la conjoncture lavelanétienne entre 1890 et 1914. Un indice de l’évolution économique de la capitale du Pays d’Olmes est fourni par l’évolution de sa population, bon révélateur de la croissance textile dans un pays de mono-industrie. En effet, la courbe du mouvement général de la population suit fidèlement les phases de croissance et de récession de la draperie régionale. Les ouvriers, très sensibles au chômage de longue durée, quittent la ville de Lavelanet en période dépressive. Au contraire, lors des phases de croissance de l’activité textile, les populations des villages de la zone industrielle de Lavelanet et des cantons limitrophes immigrent vers le principal centre pourvoyeur d’emplois du petit pays119.

  • 120 R. Jolibert, « La population de l’Ariège de l’an XII à 1982 », in Bulletin de la Société ariégeois (...)
  • 121 AD Ariège, 14 M, 10 ; Industrie lainière. Enquête générale de 1930.

35Le mouvement de la population, par son orientation et l’intensité de son évolution, obéit très sensiblement aux inflexions de la conjoncture des draperies de Lavelanet. Aussi il ne semble pas périlleux de penser, – alors que l’ensemble des communes rurales et les petites villes de « l’Est aquitain » connaissent une poursuite de leur régression démographique – que la croissance de la population de Lavelanet, entre 1891 et 1911, révèle une évolution parallèle de la production textile. Entre ces deux dates, la population passe de 2 981 à 3 531 habitants et croît donc de 18,5 %. La période formée par la dernière décennie du xixe et la première du xxe siècle, jusqu’à la Grande Guerre, est donc marquée par une nette croissance des entreprises textiles de Lavelanet. Le processus est interrompu durant la Première Guerre mondiale : la croissance n’est que de 2 % entre 1911 et 1921, alors qu’en Ariège, on assiste à une baisse sévère de la population de 13 %. L’effort de guerre a donc profité à Lavelanet. Ensuite, la poussée démographique est très vigoureuse dans les années 1920 puisque, entre 1921 et 1926, la population passe de 3 608 à 4 827, ce qui représente une croissance positive de 34 %120. Les résultats de l’enquête générale de 1930 sur l’industrie lainière confirment la tendance que laissait entrevoir l’évolution de la population : entre le 1er janvier 1914 et le 31 décembre 1929, le nombre d’ouvriers employés dans les entreprises de tissage de laine cardée de l’Ariège se serait accru de près de 82 % et celui des filatures de près de 83 %121.

Carte 14 : Hiérarchie des centres français de draperie à travers leur chiffre d’affaires en 1906 (en millions de francs)

  • 122 AD Ariège, 14 M, 11 ; Rapport de l’ingénieur des mines Mussy, 5 novembre 1869.
  • 123 Ministère du Commerce, de l’Industrie, des Postes et des Télégraphes, Évaluation de la production, (...)
  • 124 M. Chevalier, La vie humaine dans les Pyrénées ariégeoises, Paris, M.-Th. Génin, 1956, reprint, Ta (...)
  • 125 A. Pawlowski, L’industrie textile française, op. cit., p. 153.
  • 126 M. Chevalier, La vie humaine dans les Pyrénées ariégeoises, op. cit., p. 936.
  • 127 A. Pawlowski, L’industrie textile française, op. cit., p. 153.
  • 128 M. Chevalier, La vie humaine dans les Pyrénées ariégeoises, op. cit., p. 936.
  • 129 AD Ariège, 14 M, 10 ; Industrie lainière. Enquête générale de 1930.

36Les statistiques ponctuelles permettent de confirmer la montée en puissance de l’industrie du Pays d’Olmes au cours de la Grande Dépression et jusqu’à la Première Guerre mondiale. Le chiffre d’affaires, qui n’était encore que de 2 400 000 francs en 1869122, passe à 6 000 000 en 1910123. L’analyse de la croissance du potentiel de la filature et du tissage mécanique confirme ensuite la forte poussée durant la période de conflit ; elle montre aussi, contrairement à Castres et à Mazamet, la poursuite du développement au cours des années vingt ; alors que le potentiel de filature n’était encore que de 18 500 broches en 1914, il monte à 30 000 à l’issue de la guerre124. En 1923, il est de 33 905 broches, faisant dorénavant du Pays d’Olmes le plus grand centre de filature cardée du Midi, hors Vienne125. On ne dispose malheureusement pas de statistiques pour l’entre-deux-guerres après 1923, on sait en revanche que le potentiel est de 56 000 broches en 1950, laissant penser à une poursuite de la croissance durant les années 1920 et 1930, le second conflit mondial ayant été une phase récessive126. L’étude de l’équipement en matériel de tissage mécanique semble confirmer cette analyse. Limité à 400 métiers en 1914, il se situerait entre 1 000 et 1 100 en 1923, selon Auguste Pawlowski, faisant de Lavelanet un centre de même niveau que Castres et devançant Mazamet127. L’évaluation paraît réaliste car les effectifs employés au tissage laissent penser à un doublement au moins du nombre de métiers dans les années vingt ; cette dernière hypothèse paraît même basse si l’on prend en compte, d’une part, les 1 160 métiers en fonctionnement en 1950128, d’autre part, les 330 ouvriers occupés au tissage en 1914 pour 400 métiers battants alors qu’en 1929, on comptait 600 ouvriers au tissage. Le recours de plus en plus important aux groupes de métiers pouvant être conduits par un seul ouvrier semble confirmer l’accroissement très sensible du nombre de machines modernes129 et donc de la capacité productive du Pays d’Olmes durant cette période.

Graphique 8 : La croissance démographique de Lavelanet, an XII-1931.

Une nouvelle hiérarchie des territoires français du cardé dans les années 1920

L’affirmation de cinq places dans trois territoires industriels du Midi

37Alors que la période qui va de la Révolution à la Restauration s’est traduite par une recomposition de l’espace de production de l’industrie lainière en faveur de la Champagne, de la Normandie, du Nord et de l’Alsace, le xixe siècle voit le Midi, passée une phase prononcée de désindustrialisation, occuper une place grandissante au détriment de toutes les régions, à l’exception du Nord et de l’Alsace. Cette mutation tient, on l’a vu, à la croissance du Tarn sur la totalité de la période – malgré la phase de déclin correspondant approximativement à la Grande Dépression – puis à la montée en puissance du Pays d’Olmes, fin xixe, début xxe siècle, alors que les territoires du Bas-Languedoc s’effondraient.

  • 130 A. Pawlowski, L’industrie textile française, op. cit., p. 145 et p. 147.

38En effet, au début du xxe siècle, la hiérarchie des territoires de la laine du Midi est sensiblement modifiée par rapport à ce qu’elle était vers 1830. L’Aude et l’Hérault, départements à l’industrie lainière alors la plus puissante jusqu’au début de la Monarchie de Juillet, deviennent marginaux. Le Tarn qui s’était fortement développé jusqu’aux années 1870 faiblit. La zone de Mazamet reste la première dans la production lainière du Midi, grâce à la croissance de Labastide-Rouairoux130. Aussi, il est très probable qu’en 1910, Castres – en tant que place – occupe la première position après avoir tenu la seconde dans le Tarn, tout au long du xixe siècle, sa vitalité relative ayant été éclipsée par l’insolente réussite de Mazamet dans la nouveauté. Le Pays d’Olmes, où Lavelanet opère une percée au moins aussi forte que celle de Labastide-Rouairoux, la talonne. Aussi, à la veille de 1914, quatre centres – Castres, Lavelanet, Labastide-Rouairoux et Mazamet – se placent presque au même niveau de production dans le Midi, Laroques-d’Olmes se situant encore à un seuil inférieur.

  • 131 J.-C. Daumas, L’amour du drap. Blin & Blin. Elbeuf, 1827-1975. Histoire d’une entreprise lainière (...)
  • 132 L. Romier, L’industrie lainière, in H. Hauser et H. Hitier (rapporteurs généraux), Enquête sur la (...)

39La Première Guerre mondiale ne modifie pas sensiblement les équilibres internes du Midi. Si l’industrie textile de Mazamet semble réactivée par le conflit, les autres centres du Sud-Ouest en croissance renforcent sensiblement leur potentiel. C’est la conséquence directe de l’invasion de la partie septentrionale du pays qui dépouille la France de ses principales régions lainières : Ardennes, Champagne et Nord, ne laissant à l’industrie nationale que les centres normands d’Elbeuf et Louviers, celui de Vienne et ceux du Midi131. 95 % du potentiel français en filature peignée et 45 % de celui de la laine cardée sont ainsi confisqués132.

  • 133 J.-C. Daumas, L’amour du drap. Blin & Blin. Elbeuf, 1827-1975. Histoire d’une entreprise lainière (...)
  • 134 A. Aftalion, L’industrie textile en France pendant la guerre, op. cit., p. 43-45.
  • 135 J.-C. Daumas, L’amour du drap. Blin & Blin. Elbeuf, 1827-1975. Histoire d’une entreprise lainière (...)
  • 136 A. Aftalion, L’industrie textile en France pendant la guerre, op. cit., p. 71.

40Toutes les places industrielles se situant en zone non occupée ont su tirer partie de la perte temporaire de territoires : Normandie, Isère et Midi, sont les trois régions qui contribuent le plus à l’effort de guerre en fournissant 75,8 % des 89,5 millions de tonnes de tissus pour l’armée133. Mais c’est Elbeuf qui profite le plus de la situation. C’est là que les industriels de Champagne et du Nord se replient préférentiellement pour y installer leur matériel : à eux seuls, les filateurs de Reims y montent 30 000 broches de peigné134. La place normande produit à elle seule 27,4 % des besoins militaires, soit 24,5 millions de tonnes135. C’est ensuite Vienne, dont le potentiel de cardé est le plus élevé du pays, qui exploite au mieux la situation. L’évolution ne se fait pourtant pas simplement car l’appareil de production, presque tout entier tourné vers les draps à base d’effilochés, a « dû opérer des prouesses pour s’adapter à la fabrication du drap de troupe qui n’en n’admettait pas »136.

  • 137 Aussi, pour profiter de l’aubaine, le nombre de métiers à tisser la laine s’accroît aussi à Lyon q (...)
  • 138 Ibid., p. 72.
  • 139 A. Serrano, L’industrie textile en Pays d’Olmes au xixe siècle, Mémoire de maîtrise d’histoire, Un (...)

41L’Ariège et le Tarn sont aussi en partie dans ce cas. Ce dernier développe aussi sensiblement son potentiel puisque 33 000 broches neuves, anglaises principalement, y sont montées dans le cardé. Elbeuf et Lavelanet ajoutent aussi plusieurs milliers de broches. Le potentiel productif augmente donc en France non occupée sans pour autant compenser les pertes occasionnées par le conflit137. La stimulation principale est venue de l’accroissement considérable des commandes en draps de troupe. Le plus souvent, l’intendance fournissait la laine et les matières colorantes, rarement le charbon. Elle vendait la laine au fabricant à un prix laissé sans changement pendant toute la guerre. Plus rarement, comme à Limoges ou à Lavelanet, elle passa de véritables marchés à façon. Dans ce cas, elle ne faisait pas payer la laine qu’elle livrait et n’acquittait que le prix de la transformation en produit fabriqué138. Pour s’assurer de l’efficacité des opérations, peu après la déclaration de guerre, un délégué de l’intendance militaire s’installa en Pays d’Olmes ; il donna les consignes pour les battues et pour un travail à plein régime, dans la fabrication de draps, de bandes molletières et de moufles139.

  • 140 A. Aftalion, L’industrie textile en France pendant la guerre, op. cit., p. 43.
  • 141 Ibid., p. 79 et sq.

42Toutefois, la croissance n’a pas été seulement portée par « la multiplication des commandes militaires », la sollicitation « des populations civiles, bien que restreinte n’en était pas insignifiante », elle augmentait « la demande sur les centres textiles des régions non occupées »140 sans pour autant permettre de satisfaire le marché. Aussi, on assista à un « énorme accroissement des importations des tissus de laine »141.

  • 142 A. Pawlowski, L’industrie textile française, op. cit., p. 144-154.

43L’armistice se solde par une dure crise de reconversion qui n’affaiblit pas cependant le potentiel de production. Le retour à une économie de paix stabilisée et dominée par une fabrication pour le marché civil, permet de confirmer la domination de la zone de Castres et du Pays d’Olmes. Les deux territoires font maintenant jeu égal en occupant, conjointement, la première place dans le Midi avec respectivement 1 200 et 1 150 métiers mécaniques et un potentiel respectif en filature de 32 000 et 33 905 broches. Mazamet et Labastide-Rouairoux viennent ensuite avec un équipement respectif en métiers à tisser de 600 et 700 et de 22 000 et 16 000 broches de filature. L’Hérault tout entier, brièvement réactivé par les commandes militaires lors de la Première Guerre mondiale, n’a plus que 27 000 broches de filature et 710 métiers en tout, soit moins que chacun des potentiels de Castres et du Pays d’Olmes. Alors que le Midi Pyrénéen dans son ensemble renforce son équipement (103 905 broches et 3 650 métiers), le Bas-Languedoc glisse progressivement vers la marginalité (27 300 broches et 710 métiers)142.

Carte 15 : Nombre de broches de filature cardée en France en 1923.

Carte 16 : Nombre de métiers à tisser la laine en France en 1923.

Le Midi pyrénéen, deuxième région française du cardé

  • 143 Ibid., p. 45-48 et p. 54-57.
  • 144 L. Romier, L’industrie lainière, op. cit., p. 29.
  • 145 Lucien Romier estime que la part de l’industrie alsacienne dans la production française tant de fi (...)

44La bonne santé du cardé du Midi pyrénéen ne place pas encore ses territoires en tête des régions lainières françaises dans ce domaine ; le volume de tissage de Roubaix (35 055 métiers) et de Fourmies (9 808 métiers) donne l’impression d’une domination sans partage du Nord dans ce paysage industriel143. De la même manière, l’Alsace que l’on a pu oublier, parce qu’elle est d’abord spécialisée dans le coton, aussi parce qu’elle a été intégrée au IIe Reich durant presque cinquante ans, accroît sensiblement le potentiel de production lainier français. On pensait qu’elle pourrait amener plus de 10 000 métiers144 ; mais les démontages de machines opérés par les Allemands font que l’on ne trouve, en 1923, qu’environ 5 000 métiers à Guebwiller, Colmar et Sainte-Marie-aux-Mines. Cela lui permet, toutefois, d’occuper la deuxième place des régions lainières françaises, après le Nord, en matière de tissage145.

  • 146 A. Pawlowski, L’industrie textile française, op. cit., passim.

45Le fait le plus marquant se situe plutôt dans la place qu’occupe dorénavant le Midi pyrénéen par rapport à tous les anciens grands centres du cardé français. En effet, si le potentiel de filature reste encore supérieur en Normandie avec 123 000 broches pour 103 905 dans le Midi pyrénéen et 102 480 en Champagne, le Tarn et l’Ariège sont en tête dans le tissage avec 3 650 métiers devant la Champagne (3 386 métiers) et la Normandie (2 893 métiers). La région lyonnaise avec l’Isère paraît décrochée avec 2 160 métiers et 72 680 broches de filature. Toutefois, la force du Midi pyrénéen réside dans la somme de ses territoires industriels. Pris isolément, ils restent encore pour quelques décennies moins puissants que les grandes places qui se sont affirmées au xixe siècle : Elbeuf, Reims et Vienne, voire Sedan, pour la filature, mais non pour le tissage146. Malgré tout, dès le début des années 1920, le Midi pyrénéen, pris dans son ensemble, occupe la deuxième place dans l’industrie du cardé français grâce au volume de son outillage tant dans la filature que dans le tissage d’habillement.

Face à la Grande Dépression et au triomphe du peigné : s’adapter

46La Grande Dépression pose d’une manière brutale la question de l’adaptation des structures productives du Midi à la poursuite de l’aventure industrielle. L’organisation de la production montre ses limites. Les produits sont-ils adaptés à la demande ? N’y a-t-il d’autre salut que l’abandon du cardé au profit du peigné si porteur ? Le cardé est-il perfectible et les marchés existent-ils pour une production réformée ? Comment diminuer les frais et saisir pleinement les tendances du marché alors que nombre de centres restent fidèles à la distribution en foire ?

Grande Dépression, reprise et débouchés extérieurs

Grande Dépression et protectionnisme

  • 147 J. Levain, J. Rougerie et A. Straus, « Contribution à l’étude des mouvements de « longue durée » : (...)

47La recomposition observable dans les années 1920 est l’aboutissement d’un long processus qui s’est établi durant le xixe siècle et dont la Grande Dépression a été l’accélérateur. L’Aude, l’Aveyron et la Lozère connaissent donc des difficultés sensibles dès avant 1870, l’Hérault n’existe plus vraiment que grâce aux draps d’uniforme, l’Ariège connaît une croissance encore difficilement décelable et le Tarn paraît être dans un état de prospérité laissant penser qu’il atteint là son apogée. La Grande Dépression vient bouleverser les positions en catalysant des processus amorcés au moins dès le Second Empire. La décroissance paraît plus rapide et plus brutale que partout ailleurs en France où, après un net infléchissement positif de la croissance au début des années 1870, on observe une forte récession à partir du milieu des années 1890, comme l’atteste l’évolution des indices de la préparation de laine – -1,46 % entre 1894 et 1905 – de la filature – -3,75 % entre 1894 et 1905 – et du tissage – -3,82 % entre 1893 et 1905. La divergence de temporalité entre le Midi et l’essentiel du reste de la France tient beaucoup à la vitalité conservée par l’industrie lainière durant la Grande Dépression dans le domaine du peigné, pratiquement absent, à cette époque, de la fabrication de la France méridionale alors qu’il est le principal vecteur de développement à Reims, Fourmies et surtout Roubaix. En revanche, les territoires du cardé, comme Elbeuf, sont tout aussi touchés durant la Grande Dépression, l’onde Elbeuvienne s’arrêtant en 1873-1874, les crises lainières de 1877 et de 1883-1884 y étant particulièrement sensibles147. L’effondrement de l’essentiel de l’industrie lainière du Midi révèle, avec une acuité plus grande, la condamnation générale du cardé en tant que fabrication motrice du textile français.

  • 148 J.-C. Daumas, Les territoires de la laine. Histoire de l’industrie lainière en France au xixe sièc (...)
  • 149 Exposition universelle internationale de 1889 à Paris, Rapport général, p. 345.
  • 150 AN, F12, 6887 ; Chambre syndicale des tissus et nouveautés, Rapport sur les traités de commerce, P (...)
  • 151 Ministère du Commerce de l’Industrie, des postes et télégraphes, des transports maritimes et de la (...)
  • 152 Ibid., p. 458.

48Les contemporains l’avaient bien relevé en considérant que la mode, peu favorable aux tissus de laine en général et du cardé en particulier, était responsable du recul français. Ils y ajoutaient la fermeture des marchés des pays clients – qui avaient développé leur industrie nationale – et l’érection des barrières douanières148. Après 1870, « l’Amérique du Nord élevait ses droits de douane à 80 %, l’Espagne se protégeait par une taxe de 30 %, la Russie par un droit de 40 %, l’Amérique du Sud était troublée par des révolutions intestines. [En outre], l’Angleterre qui voyait également diminuer son commerce avec ces pays, déversait sur notre marché le trop-plein de sa production. Les importations de tissus étrangers, évaluées à 20 millions en 1861 et à 42 millions en 1867, montaient à 79 millions en 1876. »149 Si le Royaume-Uni et l’Allemagne150 sont souvent cités parmi les pays principalement responsables de la situation, il est aussi fait référence à l’Autriche-Hongrie, à l’Italie et aux États-Unis. Ces derniers ont, pour la première fois en 1915, des exportations qui dépassent les importations. Bien que leur concurrence ne menace pas les entrepreneurs français, ils s’emparent de la place de l’Allemagne sur le marché sud-américain151. Quoi qu’il en soit, entre 1889 et 1910, les exportations françaises de draperies ont diminué de 52 millions de francs alors que l’Angleterre voyait les siennes augmenter de 80 millions et l’Allemagne de 210 millions152.

  • 153 L. Romier, L’industrie lainière, op. cit., p. 38-44 synthétisé par J.-C. Daumas, Les territoires d (...)

49Toutefois, la concurrence étrangère et l’effondrement des exportations françaises ne peuvent s’expliquer seulement par des causes exogènes. L’organisation même de la production, son système de distribution, ses choix productifs – dans les types et les qualités – la structure du crédit, y occupent une place bien plus importante. Ainsi, quelques maisons avaient bien créé des succursales à l’étranger, d’autres disposaient de représentants, mais beaucoup continuaient à s’en remettre à des commissionnaires. Eux-mêmes, par manque de « moyens en matière de crédits, de transport et de renseignements commerciaux traitaient la plus grande partie de leurs affaires par l’intermédiaire de Londres et de Hambourg », au risque de devenir de simples façonniers dépendant de l’étranger. De plus, à l’exception de l’industrie du Nord, les fabricants français ne disposaient pas de moyens en crédit à long terme pour l’exportation, crédits indispensables pour atteindre certains marchés. L’absence de banque d’exportation s’avérait en outre particulièrement préjudiciable à la collecte de renseignements, aussi les entreprises françaises agissaient elles le plus souvent à l’aveugle. Enfin, les transports semblaient faire aussi défaut et même Roubaix-Tourcoing trouvait plus d’avantage à exporter par Anvers plutôt que par Dunkerque153.

  • 154 À partir des travaux de D. T. Jenkins et J. C. Malin, « European Competition in Woollen Cloth, 187 (...)

50La supériorité britannique reposait également sur sa maîtrise de l’emploi de la laine renaissance. En optant pour le créneau des tissus bon marché, les fabricants d’outre-Manche n’en écartaient pas pour autant celui de la qualité. L’incorporation de ces matières, en quantité toujours plus importante, n’a pas entraîné la dégradation des produits. Ils composaient des mélanges adaptés le plus souvent à des étoffes de qualité moyenne et inférieure et ne négligeaient pas ceux des plus fines. En cela, ils se montraient plus performants que leurs homologues français dont la stratégie était fondée sur la réduction des coûts par la dégradation de la qualité. Le résultat fut négatif à l’exportation. La France subit davantage la concurrence étrangère et la pression des tarifs douaniers. Les Britanniques ont su faire évoluer leur offre en passant des tissus mélangés aux étoffes en pure laine peignée : de 38 % en 1879 à 56 % en 1907 et à 68 % en 1912, leur part s’est accrue régulièrement. L’importation de fil français n’y est pas pour rien ; au point que l’on peut se demander si l’amélioration de la position des tissages anglais à l’exportation, conjointement à l’effritement français, n’était pas due à ces très bons fils peignés venus de France. Cependant, les difficultés françaises ne touchent pas que le peigné ; les exportations de cardé, qui s’étaient accrues jusqu’en 1895, reculent sensiblement jusqu’à la veille de la guerre (-64 %). Au contraire, les ventes anglaises sont en pleine croissance (+125 %) entre 1900 et 1913154.

La concurrence sur le marché intérieur

  • 155 L. Romier, L’industrie lainière, op. cit., p. 34.
  • 156 P. Verley, L’Échelle du monde. Essai sur l’industrialisation de l’Occident, Paris, Gallimard, 1997 (...)
  • 157 L. Romier, L’industrie lainière, op. cit., p. 32.
  • 158 Ibid., p. 34.

51L’affaiblissement incontestable de la position de la France sur les marchés extérieurs ne doit pas conduire à surévaluer le rôle de la concurrence étrangère sur le marché intérieur, en particulier celui des grandes puissances industrielles, comme les sources et les remarques des contemporains le laisseraient entendre. Au tournant des xixe et xxe siècles, l’Angleterre continue de jouir d’une position acquise depuis longtemps et qui, selon Lucien Romier, « d’un certain point de vue ne gêne personne » car « l’Angleterre export[e] des tissus d’un type très défini, qui complèt[ent] [la] production [française] plutôt qu’ils ne lui [font] concurrence »155. On retrouve là le partage du marché qui existait avant la Grande Dépression156. Quant à l’Allemagne, ses ventes en direction de la France diminuent sensiblement à la même période. L’effort entrepris à partir de 1909-1910 pour conquérir le marché français dans une gamme similaire à celle de Vienne échoue en partie, « en raison de la mauvaise qualité et du mauvais goût des articles fournis. [Dès] lors et jusqu’à la veille de la guerre, le chiffre des affaires allemandes en France continu[e] de baisser157 ». La menace, si elle existe à cette époque, est plus à rechercher du côté des puissances industrielles en devenir, de l’Italie en particulier, qui « s’efforce d’élargir son débouché en offrant à la clientèle française des imitations à bas prix »158.

  • 159 G. Sayet, Exposition internationale du Nord de la France. Roubaix 1911. Rapport Général, Roubaix, (...)
  • 160 L. Romier, L’industrie lainière, op. cit., p. 36.
  • 161 « Les tissus de la fabrication castraise sont exclusivement vendus en France », cf. AN, F12, C, 73 (...)
  • 162 A. Aftalion, L’industrie textile en France pendant la guerre, op. cit., p. 78.

52Mais la montée en puissance de l’Italie, pas plus que les tentatives malheureuses de l’Allemagne, ne viennent menacer la croissance des territoires du Midi. Le Pays d’Olmes, comme Vienne, centrent leurs productions sur des tissus « prolétaires »159. Elles trouvent largement leur place sur le marché intérieur sans avoir à rechercher de débouchés extérieurs. Vienne n’exporte alors que 4 % de sa fabrication160. Comme tous les centres du cardé. Vienne, mais aussi Elbeuf, Mazamet, Castres161, Châteauroux, exportent peu avant la Première Guerre mondiale « et encore moins après 1914 »162. Bien que fortement restreint, le débouché extérieur du cardé ne disparaît pas. Il se redressera, même, par la suite.

Efficacité des facteurs de production et goût français

  • 163 P. Verley, L’Échelle du monde. Essai sur l’industrialisation de l’Occident, op. cit., p. 625-626.

53La faiblesse française sur les marchés d’exportation s’explique en partie par le coût des matières premières, du combustible, des machines et par la taille insuffisante des marchés. Les entrepreneurs considèrent également que les ouvriers français travaillent moins vite et coûtent plus cher qu’un ouvrier anglais. Or la question se pose d’abord en terme d’efficacité des facteurs de production et sur l’écart de productivité entre la France, l’Angleterre mais aussi l’Allemagne et la Suisse163.

  • 164 Gaston Grandgeorge, Léon Tabourier (G. Grandgeorge et L. Tabourier, L’industrie textile en France (...)
  • 165 D. T. Jenkins, J. C. Malin, « European Competition in Woollen Cloth, 1870-1914 : the Role of Shodd (...)

54Ce différentiel s’observe dans la filature comme dans le tissage. La France reste fidèle aux self-acting, voire aux mule-jennys, alors qu’en Europe du Nord-Ouest le métier continu est déjà fortement développé. Le tissage y est largement mécanisé tandis qu’en France la mutation s’opère lentement. Sous le Second Empire et au début de la Grande Dépression, les contemporains n’en avaient pas toujours eu une idée très claire. À la fin du xixe siècle, ils en saisissent mieux les contours et réclament des réformes. L’inadaptation des structures productives françaises et la supériorité de la productivité de l’Allemagne et de l’Angleterre sont particulièrement bien vues par Gaston Grandgeorge, Léon Tabourier et Émile Lefèvre164. Selon eux, l’industrie française aurait souffert de prix de revient trop élevés par rapport à l’Angleterre et à l’Allemagne du fait d’une inadaptation de l’outillage et de l’organisation de la production. En France, les petites entreprises dominaient, comme la fabrication en petites séries, alors qu’en Allemagne et au Royaume-Uni, un petit nombre de produits était fabriqué en grandes quantités par de grosses entreprises165 aux structures modernes, ce qui permettait d’abaisser les coûts de production. On glisse alors d’une industrie fondée sur l’adaptation à la demande à une structure productive où les facteurs de l’offre priment dans la décision de produire en masse.

  • 166 L. Romier, L’industrie lainière, op. cit., p. 24.

55Est-ce pour autant la condamnation de l’industrie française, en particulier du Midi ? La production en petites séries, qui permet une grande adaptation à la demande, est très profitable à la nouveauté en laine cardée. Aussi, pour conserver leurs débouchés, les fabricants français se sont appuyés encore plus sur ce qui avait fait leur force dans la durée : « goût et ingéniosité des patrons et des ouvriers, organisation personnelle et fragmentaire de l’industrie française qui entraîne la variété de l’outillage et de la fabrication, recherche innée de la qualité ou de la finesse, etc. »166

  • 167 D. T. Jenkins, J. C. Malin, « European Competition in Woollen Cloth, 1870-1914 : the Role of Shodd (...)
  • 168 En dehors du savoir-faire de ses filateurs, la supériorité du fil peigné français résultait du fai (...)
  • 169 A. Aftalion, L’industrie textile en France pendant la guerre, op. cit., p. 78.

56Mais cette position de fashion leader, acquise par la France, concerne avant tout les tissus en pure laine peignée167, moelleux et souples, qui ont fait la réputation de Reims, de la Picardie avant que Roubaix ne s’en empare. Percevant au mieux les tendances de la mode et exploitant la supériorité du fil peigné français168, le Nord accroît sensiblement sa production et ses exportations. Avant la guerre « c’étaient les lainages et nouveautés de Roubaix-Tourcoing, de Reims, de Picardie, qui entraient pour la plus grosse part dans nos envois à l’étranger »169.

Une mutation mesurée de l’offre

Le cardé est-il condamné ?

Les draps cardés face au triomphe du peigné

  • 170 J.-C. Daumas, Les territoires de la laine. Histoire de l’industrie lainière en France au xixe sièc (...)
  • 171 W. Rey, L’économie de la laine, Verviers, Vinche, 1943, p. 37.
  • 172 Comme dans les années 1970, cf. M. Battiau, Les industries textiles de la région Nord-Pas-de-Calai (...)

57Le triomphe du peigné, nettement perceptible au tournant des xixe et xxe siècles, s’amorce dans les années 1860 lorsqu’il l’emporte sur le cardé. Il ne cesse ensuite de progresser atteignant en 1910 les quatre cinquièmes du chiffre d’affaires du tissage de la laine170. Cela ne signifie pas pour autant une régression continue du cardé qui connaît des phases de demande à nouveau active, comme à la fin des années 1920171 et même très postérieurement à la période étudiée172. Mais la tendance générale consacre le triomphe du peigné. Ce dernier est celui des qualités moyennes. Leur filature ne pouvant s’exécuter qu’avec des fibres fines d’une certaine longueur, on n’obtient jamais des étoffes de qualité inférieure ; n’étant généralement pas foulées – lorsqu’elles le sont, elles ne reçoivent qu’un léger traitement –, elles ne permettent pas de réaliser, non plus, des tissus de grande qualité obtenus seulement avec les meilleurs apprêts, tant dans la tenue que par l’apparence.

  • 173 J.-C. Daumas, L’amour du drap. Blin & Blin. Elbeuf, 1827-1975. Histoire d’une entreprise lainière (...)

58Aussi, est-ce la draperie cardée qui offre la gamme la plus étendue de produits. Les plus grossiers sont ceux fabriqués à base des matières premières médiocres : mauvaises laines, nombreux effilochés de qualité variable, déchets médiocres, donnant de mauvais fils. Leur tissage ne rattrape pas les défauts de départ ; les apprêts peuvent au mieux atténuer les imperfections, mais ils sont par nature peu nombreux et peu soignés, ce que le faible prix des pièces finies justifie. À l’inverse, les meilleures qualités de laine, relativement courtes et très feutrantes, jointes aux apprêts les plus soignés permettent d’obtenir des draps très fins pour les beaux uniformes civils et militaires des officiers et hauts fonctionnaires, pour les costumes de cérémonie, et les tissus fins des vêtements féminins. Ils représentent, toutefois, une part qui ne cesse de régresser au profit des qualités moyennes. Même les clientèles aisées s’en éloignent. Considérés comme trop chers, elles leur préfèrent les peignés sans durée mais à la belle apparence173.

  • 174 F. Chenoune, Des habits et des hommes : histoire de l’élégance et de la mode masculine, Paris, Fla (...)
  • 175 P. Lamoitier et D. de Prat, Traité théorique et pratique de tissage des tissus de laine à l’usage (...)

59Les qualités moyennes se définissent d’abord négativement en n’étant pas tout ce qui est fin et très fin et tout ce qui n’est pas grossier. Elles peuvent aussi se décrire positivement en prenant en compte toute la palette des étoffes qui vont des bons draps tissés exclusivement à base de laines neuves jusqu’aux draps ordinaires associant laine neuve, laine renaissance et autres fibres textiles. Jusqu’aux années 1920, les gammes moyennes restent dominantes dans les tissus pour dame et les pardessus pour homme. Elles permettent, pour quelque temps encore, de confectionner des pantalons, des vestons et des gilets pour hommes en bon drap cardé ordinaire174. Mais la concurrence très forte du peigné restreint progressivement ce débouché qui ne concerne souvent plus, dans les années 1930, que le créneau du cardé renaissance que Vienne a su si bien occuper175. Face à la récession du marché des qualités moyennes dans le cardé uni, il reste à exploiter au mieux les possibilités offertes par les commandes en tissus administratifs, à développer la production des tissus d’ameublement, des couvertures et, surtout, à accroître la production de nouveautés à la belle apparence.

Les cardés traditionnels : des produits dépassés ?

  • 176 R. Cazals et J. Valentin, Carcassonne ville industrielle au xviiie siècle, Carcassonne, Service éd (...)
  • 177 C. Marquié, « En Languedoc : des manufactures royales aux usines (1666-1954) », in S. Caucanas et (...)

60Les draps ne sont pas pour autant condamnés, même les plus traditionnels. Le succès des manufactures du Midi de la France s’est fondé, jusqu’à l’apparition des nouveautés, essentiellement sur la draperie lourde aux couleurs unies, ainsi que sur les molletons et flanelles. La draperie lourde tirait l’essentiel de ses effets de l’apprêt et l’armure n’y jouait qu’un rôle secondaire. Le choix se limitait au caractère croisé ou lisse de l’étoffe. Le foulage, plus ou moins prononcé, agissait sur la surface des poils redressés pour les rabattre, les coucher et les lisser, faisant entièrement disparaître la contexture du tissu. Les niveaux de qualité des draps s’établissaient alors en fonction de la finesse des laines employées, du titrage du fil, de la beauté de la teinture, du nombre et de la qualité des apprêts finaux. Les manufactures royales de Languedoc avaient produit une belle qualité de draps sans atteindre cependant le niveau de perfection de Sedan, de Louviers ou d’Elbeuf. Tout au long du xixe siècle et même dans la première moitié du xxe, les entrepreneurs du Midi sont restés fidèles à ce genre de fabrication ; les nouvelles productions semblent, dans bien des cas, directement inspirées des modèles de l’Ancien Régime. On a voulu voir dans l’échec de Carcassonne le maintien de cette production traditionnelle176 paraissant même de moins bonne qualité qu’à l’époque moderne177 – ce qui semblait représenter un caractère aggravant – alors que Mazamet se lançait dans la nouveauté et Castres dans les tissus mélangés.

  • 178 M. Chevalier, La vie humaine dans les Pyrénées ariégeoises, op. cit., p. 937.

61Il est vrai que dans le Midi, à l’exclusion des entreprises complètement axées sur les commandes de l’État dans le sud du Rouergue ou dans l’Hérault, un seul territoire de la laine cardée se caractérise par une stratégie différente dans la durée : le Pays d’Olmes. D’abord développé sur des modèles de draps traditionnels pendant les deux premiers tiers du xixe siècle, il n’a pas abandonné ce genre de tissus lorsque les nouveautés sont apparues. Les draps plus ou moins lourds et unis ont continué d’être fabriqués. Lorsque la commande publique a touché le territoire, elle a soutenu cette production à un niveau supérieur de celui qu’elle aurait atteint si la région était restée spécialisée dans le seul marché civil. Mais la production de draps de vêtements pour homme maintenait, aux côtés des draps d’uniforme, une production élevée de draperie lourde unie178.

  • 179 Ministère du commerce, de l’industrie des postes et des télégraphes, Exposition universelle intern (...)
  • 180 Exposition universelle internationale de 1900 à Paris, Rapport du jury international, p. 54.
  • 181 AD Ariège, 9 U, 732 ; Acte de la « Société anonyme des établissements Ricalens » à Laroque-d’Olmes (...)
  • 182 Tissu serré de la famille des gabardines, à côtes obliques très en relief, pour les uniformes ou l (...)
  • 183 Tissu serré à côtes longitudinales destiné à la confection féminine.
  • 184 AD Ariège, 14 M, 16 ; Lettre de Dumons frères au préfet de l’Ariège, 20 juillet, 1936.
  • 185 Exposition universelle internationale de 1900 à Paris, Rapport du jury international, p. 54.

62Au tournant des xixe et xxe siècles, ces produits représentent même une force de développement. Dans les années 1890, la mode s’oriente à nouveau vers des tissus unis, favorisant les territoires du Midi alors que Paris et la Picardie offrent une image moins brillante dans leur fabrication de tissus de haute nouveauté179. Ainsi Ricalens, un des deux plus importants établissements intégrés du Pays d’Olmes, et Dumons, un des deux plus gros intégrés de Lavelanet, continuent de fabriquer des cuirs-laine dans l’entre-deux-guerres alors que Lasbordes à Castres propose, avec ses tissus mélangés, des « draps cuirs » en 1900180. Ricalens a déposé à cet effet la marque « cuirolaine ». C’est le même entrepreneur qui propose la marque connue « Le Mouton »181. Avec les « Whipcord »182 ou les « Bedford »183 de Dumons184, elle représente toujours cette gamme de draperie classique et plutôt épaisse que l’on retrouve dans les draperies communes et courantes de Marie Puech-Azam à Mazamet ou encore dans les « tissus bretons », héritiers des étoffes combinées de l’époque moderne ; certains fabricants mazamétains, comme Boudou jeune, les proposent encore en 1900185.

63Ces productions trouvent leur place sur le marché entre celles de qualité supérieure de Sedan ou de Normandie et les draps prolétaires de l’Isère. Sans bénéficier du niveau des apprêts elbeuviens – parce qu’inutile et donc non recherché pour ce type de produits –, les tissus sont tout de même de belle apparence. Le niveau de laine vierge employé dans les mélanges y reste significatif, ce qui les différencie des produits viennois.

  • 186 Ibid.
  • 187 J.-C. Daumas, L’amour du drap. Blin & Blin. Elbeuf, 1827-1975. Histoire d’une entreprise lainière (...)

64À Mazamet non plus, les produits traditionnels n’ont pas disparu et quelques grands entrepreneurs continuent de fabriquer des flanelles et des molletons. Cette production finit même par l’emporter à nouveau à mesure que déclinent les nouveautés. Ainsi, à l’Exposition de 1900, Jules Tournier & Fils et Boudou jeune présentent ces types de produits qui deviennent leur spécialité essentielle186. Certes, la commande militaire n’est pas à négliger, mais le marché civil absorbe une partie de cette fabrication. La flanelle est, avec les tissus peignés, très demandée par la clientèle féminine qui délaisse les draps de dame traditionnels187. Ne recevant que très peu d’apprêts, cette production diffère, pour cela, de celle du Pays d’Olmes. En effet, les flanelles et les molletons sont des draperies de laine cardée en laine douce et moelleuse, issue d’agneaux, de blousses, etc. Les molletons sont légèrement foulés au savon, tirés à poil d’un seul ou des deux côtés alors que les flanelles sont des tissus cardés légers dont le poids au mètre carré peut varier entre 130 et 180 gr ; à l’inverse des draps cardés et des couvertures elles ne sont en général pas foulées. Elles subissent un lainage qui augmente leur pouvoir calorifuge, et peut-être aussi, leur pouvoir absorbant.

  • 188 AN, F12, 6886 ; Réponses des chambres de commerce au ministre du Commerce, de l’Industrie et des C (...)
  • 189 AN, F12, 6886 ; Ibid., Chambre de commerce d’Elbeuf.
  • 190 Ibid., Chambre de commerce de Sedan.
  • 191 Ibid., Chambre de commerce d’Elbeuf.
  • 192 Ibid., Chambre de commerce de Sedan.
  • 193 Ibid., Chambre de commerce d’Elbeuf.
  • 194 Ibid. et Lettre du président de la chambre de commerce d’Elbeuf au ministre de l’Agriculture et du (...)
  • 195 J.-C. Daumas, Les territoires de la laine. Histoire de l’industrie lainière en France au xixe sièc (...)
  • 196 AD Ariège, 14 M, 19/1, no 10 ; Manufacture de draps de la Maison Étienne Dumas de Lavelanet, dépar (...)
  • 197 J.-C. Daumas, Les territoires de la laine. Histoire de l’industrie lainière en France au xixe sièc (...)
  • 198 La notion de tissu « lourd » est très subjective. Notons que les différents corps consultatifs ent (...)
  • 199 En 1908, les tissus étrangers compris entre 500 et 700 gr/m2 ne représentent que 8 % des importati (...)

65Ainsi, à Mazamet comme en Pays d’Olmes, les productions traditionnelles continuent d’occuper une place importante dans la fabrication, sans que cela relève d’un marché de niche faiblement porteur. Leurs entrepreneurs savent se positionner commercialement entre les fabrications des autres grands du cardé. Hormis les molletons et les flanelles, ils délaissent les tissus les plus légers de moins de 250 gr/m2 pour lesquels Roubaix et Reims excellent avec, en 1892, près de 80 % de la fabrication pour la première188 et 94 % pour la seconde189. Il est vrai qu’il s’agit là pour l’essentiel de robes, production pour laquelle le Midi n’a jamais su se positionner d’une manière significative. Pour les mêmes raisons, ils ne sont pas présents sur la gamme des produits situés entre 250 et 400 gr/m2 où l’on trouve les tissus pour femmes et plus généralement les nouveautés d’été avec les zéphyrs, les draps légers, abandonnés presque entièrement à Sedan190 et surtout à Elbeuf191. Ils commencent à être bien présents sur les produits pesant entre 400 et 550 gr/m2, des nouveautés d’hiver, petits façonnés, des draps forts, taupelines et satins demi-force, draps légers d’administration, d’uniforme et de livrée. Mais la concurrence sur ces produits est très rude ; intérieure d’abord, car elle représente une part importante de la fabrication des centres français comme Sedan (30 % de sa production en 1892)192 et Elbeuf (35 % de sa production en 1892)193 ; extérieure ensuite, les elbeuviens parlant d’exportations à perte dès 1873 et d’une concurrence étrangère qui se maintient encore fortement sur ces gammes en 1892194, dans un contexte général de recul des exportations195. Pour les tissus pesant entre 550 et 700 gr/m2 (des draps forts, taupelines, satins et façonnés), la pression étrangère est moins forte alors que la concurrence entre centres français l’est au contraire : Sedan (30 % de sa production en 1892) et Elbeuf (40 % de sa production en 1892). Ce n’est que pour la production la plus lourde, excédant les 700 gr/m2, que la concurrence est moins forte, extérieure et aussi intérieure ; à Sedan, comme à Elbeuf, les moskowas, paletos, édredons forts, etc. ne représentent que 5 % de la production locale. Or, depuis la Restauration, les draperies du Midi ont tenté de se positionner sur les créneaux les moins concurrentiels pour elles. Les draps larges pesaient entre 580 et 620 gr/m2. Lorsque les industriels n’ont plus pu lutter contre la puissance des grands centres du nord, ils ont opté pour une fabrication encore plus lourde : les cuirlaine pesant entre 770 et 860 gr/m2. Lorsqu’ils ont choisi les nouveautés, le Pays d’Olmes opte pour des produits lourds de plus de 700 gr/m2 à partir du Second Empire196. Le beau dynamisme des centres encore en croissance tient à leur « spécialisation heureuse »197, indissociable cependant d’une capacité à se diversifier, en se positionnant sur le marché très concurrentiel de la nouveauté, tout en gardant une position dominante dans les tissus cardés les plus lourds198, pour lesquels la concurrence française et internationale est la plus faible199.

Quelle place pour le peigné dans le Midi ?

La solution : innover dans le peigné ?

  • 200 Par la gêne que cela procure à la division de la chaîne dont les fils s’accrochent entre eux ce qu (...)
  • 201 Bulletin de la Société d’Agriculture, commerce, sciences et arts de la ville de Mende, 1883, cité (...)

66Mais tous les territoires n’ont pas su s’adapter aux nouvelles conditions du marché ; ils sont parfois restés figés dans une trop grande spécialisation d’un type de produit moins demandé ou fortement concurrencé. La Lozère, majoritairement fidèle à la laine peignée, est de ceux-là. On ne peut pas attribuer la responsabilité de la situation à une absence totale de réaction de la part des manufacturiers lozériens. Mendras, entrepreneur à Marvejols, représente une bonne illustration de patrons à la recherche de solutions face à la crise de son territoire. Ayant pris conscience que les meilleurs escots du Gévaudan sont « sensiblement moins fins que le mérinos et le cachemire » des usines de Reims et d’Amiens, il a tenté de rendre l’escot plus fin en sélectionnant le « cœur » des meilleures laines du pays. Il cherche à supprimer l’aspect « poilu » des fibres locales, obstacle au bon fonctionnement du métier mécanique200. Ce perfectionnement doit permettre de développer d’autres sortes de tissus peignés légers comme les mérinos ou les cachemires – qui concurrencent les escots lozériens – ou encore les voiles et les étamines201.

  • 202 J.-C. Daumas, Les territoires de la laine. Histoire de l’industrie lainière en France au xixe sièc (...)
  • 203 Ibid., p. 162-165.
  • 204 Ibid., p. 223-230 et 345-348.

67L’entreprise semble pourtant d’emblée vouée à l’échec car totalement à contre-courant de l’évolution du marché. En effet, depuis 1878, Reims connaît des temps difficiles et la crise est nettement perceptible lorsqu’on analyse l’évolution négative des statistiques portant sur les structures de production entre 1875 et 1904. Dès 1881, la situation est désastreuse pour le mérinos simple ; elle s’aggrave même au cours des premiers mois de 1886. Quant au cachemire, les conditions ne sont pas meilleures puisqu’en 1887, la demande étant très faible, on ne le fabrique pas et on tend même à l’abandonner202. Fourmies connaît les mêmes difficultés mais avec un décalage dans le temps, la crise étant réellement sensible à partir des années 1890. Spécialisée dans les mêmes produits que Reims, auxquels il faut ajouter les mousselines et les serges fines, Fourmies voit ses ventes stagner dans la dernière décennie du xixe siècle, avant d’entamer un processus de dégradation203. Reims, comme Fourmies, sont victimes de la désaffection pour des produits qui ne répondent plus aux critères de la mode du moment, les consommateurs se tournant de plus en plus vers des tissus fantaisie tissés avec des fils plus gros. D’une certaine manière, sans le savoir ni le rechercher, cela aurait pu profiter aux entrepreneurs lozériens incapables d’atteindre dans leurs filatures les titrages des grands centres du nord de la France. Mais la bataille était perdue d’avance ; le marché des étoffes peignées légères fantaisie à fil plus gros que les fabriques de Fourmies et de Reims ne savaient pas produire, était déjà dans les mains de Roubaix204.

Quand la commande publique se déplace et l’habit religieux s’effondre

  • 205 Y. Pourcher, La trémie et le rouet. Moulins, industrie textile et manufactures de Lozère à travers (...)
  • 206 Ibid., p. 130.
  • 207 Les grands centres du cardé qui subissent l’érosion de leurs marchés, aggravée par la Grande Dépre (...)

68La Lozère victime, d’une part, de la concurrence devenue trop forte des manufactures du Nord, d’autre part, de produits ne parvenant pas à se situer au niveau de qualité exigé par les marchés, subissait aussi les conséquences de l’étroitesse de ses débouchés. Au cours du xixe siècle, les entrepreneurs locaux avaient fini par perdre la presque totalité des marchés civils. Leur maintien ne dépendait plus que d’une demande récessive en vêtements sacerdotaux. Aussi, les mesures d’expulsion prises contre les congrégations religieuses ont-elles porté un coup fatal à la production lozérienne au début du xxe siècle205. Le territoire de la laine ne survit plus que grâce à la commande publique et aux quelques usines qui ont évolué vers l’intégration complète. Mais elles sont peu nombreuses et les commandes ne représentent plus que peu de chose. Au xxe siècle, l’usine Roujon, dernier établissement de Marvejols, participe, jusqu’à sa disparition, à la fourniture de couvertures et de tissus à l’Armée, aux Postes et au Ministère de la Justice206. Mais la concurrence devient vive dans la production des tissus administratifs207.

  • 208 AD Hérault, 9 M, 9 ; Minute d’une lettre du préfet de l’Hérault au ministre de l’intérieur, octobr (...)
  • 209 AD Hérault, 9 M, 9 ; Lettre du sous-préfet de Lodève au préfet de l’Hérault, 21 octobre 1882.
  • 210 F. Teisserenc, L’industrie lainière dans l’Hérault, op. cit., p. 91.
  • 211 AD Hérault, 6 M, 1658 ; Délibération de la Chambre consultative des arts et manufactures de Lodève (...)
  • 212 F. Teisserenc, L’industrie lainière dans l’Hérault, op. cit., p. 91-95.

69Les cahiers des charges maintiennent aussi des niveaux d’exigence élevés. Celui de 1864, de prorogation en prorogation, sert de base à toutes les commandes en draps de troupe jusqu’en 1883. À partir de 1882, l’État réfléchit à l’établissement d’une nouvelle réglementation. Les fabricants ayant été échaudés par les conséquences de celle de 1864, les rumeurs portant sur le prochain cahier des charges produisent les plus vives émotions dans le département de l’Hérault. On craint que le niveau d’exigence soit tel qu’il contraigne les entreprises héraultaises à fusionner ou disparaître208 tout en favorisant un tout petit nombre de grandes maisons qui finiraient par détenir le monopole des fournitures de l’État : la Société anonyme des fournitures militaires, Seillière et Balsan209. Au bout du compte, le cahier des charges adopté en 1884 qui fixe les règles pour la période allant du 1er janvier 1885 au 31 décembre 1893, garantit une certaine continuité puisqu’il prévoit « pour les anciens titulaires des lots réservés qu’on ne pouvait leur enlever et qu’ils fabriquaient au même prix »210. Toutefois, le nombre de lots augmente et est porté à 72 mais le minimum n’est plus que de 11 000 mètres et le maximum de 40 000, le cautionnement en produit se montant à 5 500 mètres211. Le cahier des charges de 1884 est remplacé par celui de 1893 ; le nombre de lots augmente encore puisqu’il porte sur 100 lots de draps de soldat et 20 de sous-officier. Celui de 1902, pour les troupes métropolitaines, monte à 120 lots de draps de soldat et reste fixé à 20 pour ceux de sous-officiers auxquels il faut ajouter les lots des troupes coloniales. Les quantités exigibles par lot diminuent encore ; elles ne sont plus que de 6 000 mètres au minimum et de 12 000 au maximum et les cautionnements sont de 3 461 mètres pour les draps de soldat et de 1 500 mètres pour ceux des sous-officiers. Le cahier des charges de 1908, qui a cours jusqu’en 1915, est sensiblement identique212.

  • 213 J.-C. Daumas, L’amour du drap. Blin & Blin. Elbeuf, 1827-1975. Histoire d’une entreprise lainière (...)
  • 214 M. Chevalier, La vie humaine dans les Pyrénées ariégeoises, op. cit., p. 936.
  • 215 AD Ariège, 14 M, 16 ; Établissements industriels divers : affaires générales, correspondance. 1934 (...)

70La concurrence n’est pas forcément venue du Nord. Celle d’Elbeuf a continué à s’accentuer et les autres centres du Midi sont aussi montés en puissance. La Première Guerre mondiale amplifie le phénomène, comme on a pu le voir213. Le Pays d’Olmes en profite pour accroître sensiblement son potentiel en filature et en tissage214. Il ne se réduit pas après la guerre, car la production s’oriente à nouveau largement en direction des marchés civils. Cependant, les industriels intégrés continuent à soumissionner auprès des intendances de l’armée et de la marine tels Dumons à Lavelanet et Ricalens à La roque215. Comme pour les centres tarnais ou Elbeuf, les commandes administratives permettaient au Pays d’Olmes de limiter les effets des fluctuations de la conjoncture tout en facilitant l’amortissement des immobilisations des usines intégrées.

  • 216 F. Teisserenc, L’industrie lainière dans l’Hérault, op. cit., p. 115-124.

71Cela les différenciait très nettement des usines du Rouergue et du Bas-Languedoc. Il est certain que les usines de l’Hérault et de l’Aveyron, respectant les cahiers des charges, ne produisent pas une moins bonne qualité qu’Elbeuf, Roubaix et les centres du Midi pyrénéen pour les draps de troupe et de l’administration. Mais leur hyperspécialisation les fragilise considérablement. En effet, la caractéristique de la commande publique étant fondée sur le principe de l’adjudication de lots aux volumes importants, lorsqu’une entreprise remporte un marché, elle doit produire beaucoup en un temps restreint. En revanche, si elle n’obtient que des commandes mineures, son lourd appareil de production contraint au chômage partiel ou total, ce qui, dans le cadre d’une industrie fortement mécanisée, n’est pas viable. Tous les centres français sont soumis aux mêmes contraintes ; mais ce qui différencie les centres de l’Ouest et du Nord et ceux du Bas-Languedoc et du Rouergue est l’incapacité de la majorité de ces derniers à conserver une part significative de fabrication pour les marchés privés civils. Leurs frais généraux sont alors considérables et condamnent l’essentiel de leur industrie, faute de développement d’une gamme de produits plus large, cherchant à atteindre la consommation des classes moyennes. Dans un contexte marqué de désindustrialisation, seules subsistent alors quelques rares usines (Teisserenc et Vitalis) parmi les plus modernes, aux immobilisations les plus importantes, susceptibles de répondre aux exigences grandissantes de l’État216.

La victoire des « qualités moyennes »

Maîtriser des produits nouveaux et spécifiques

  • 217 J.-C. Daumas, L’amour du drap. Blin & Blin. Elbeuf, 1827-1975. Histoire d’une entreprise lainière (...)

72Les centres du cardé ne sont pas pour autant condamnés. Ceux qui travaillent pour les marchés civils bénéficient de l’évolution de la mode qui s’oriente, à partir de la fin du xixe siècle, vers la consommation de fils plus gros ; cela lamine les productions peignées les plus fines et favorise au contraire les centres du cardé dont la production peut tenter de s’approcher de celle de Roubaix. Ce n’est pas sans incidences dans le contexte des années 1890-1895 où le drap noir a été presque totalement remplacé dans les vêtements pour homme par le peigné et les tissus de cheviotte217.

  • 218 AD Ariège, 14 M, 18/5 ; Statistiques industrielles. Observations, année 1888.
  • 219 AD Ariège, 16 J, 16 ; Archives Bourrel. Filature Ponsein et Bourrel à Laroque-d’Olmes. États des m (...)

73On connaît mal le détail des étoffes produites sous la Troisième République dans le Midi, hormis les grandes catégories et encore d’une manière imparfaite. On sait toutefois qu’en Pays d’Olmes, les industriels « se sont imposés de réels sacrifices pour produire des tissus se rapprochant de ceux provenant des centres de fabrication français ou étrangers »218. On dispose, en outre, de quelques rares archives d’entreprises, comme celles de Ponsein et Bourrel de Laroque d’Olmes ; leurs états des marchandises vendues permettent d’observer qu’ils produisaient des cheviottes au xixe siècle219.

  • 220 F. Teisserenc, L’industrie lainière dans l’Hérault, op. cit., p. 117.
  • 221 Bulletin de la Société d’Agriculture, commerce, sciences et arts de la ville de Mende, 1883, cité (...)
  • 222 Exposition universelle internationale de 1900 à Paris, Rapport du jury international, p. 54.

74Rien ne dit qu’elles ont occupé une place importante localement, les sources faisant totalement défaut. Elles ne représentaient toutefois pas la panacée pour les fabriques du Midi : les cheviottes cardées de Bédarieux ne sont produites qu’en petites quantités et n’enrayent pas le déclin du centre220 ; il en est de même dans l’Aude ; quant aux cheviottes lozériennes, au fil peigné plus gros que celui du Nord, elles ne parviennent pas non plus à sauver ce territoire industriel, face à la concurrence du Nord221. À Mazamet, seul Jules Tournier et fils en présente à l’exposition de 1900, l’entreprise restant d’abord spécialisée dans les molletons et les flanelles en laine cardée222.

  • 223 Registres des procès-verbaux des dépôts de brevets faits à la préfecture. 1830-1942. Registre, 190 (...)
  • 224 Registres des procès-verbaux des dépôts de brevets faits à la préfecture. 1830-1942. Registres no  (...)

75Mais il ne s’agissait pas toujours de coller à la mode en copiant les genres qui réussissaient bien ailleurs ; des industriels inventaient ou adaptaient certains produits aux capacités productives de la région. L’invention la plus importante est, sans conteste, l’épaulette américaine pour laquelle Léon Fonquernie, entrepreneur de la deuxième plus grande entreprise intégrée de Laroque-d’Olmes, dépose le 13 juillet 1907 un brevet pour une machine permettant de la fabriquer dans les meilleures conditions223. On trouve encore Ferdinand Maury, industriel à Lavelanet, agissant pour le compte de la raison sociale Maury fils & Compagnie établie à Lavelanet pour la fabrication de draps qui, cherchant à profiter du développement du marché colonial, dépose le 4 mars 1886 un brevet « pour la fabrication des burnous arabes sur les métiers à tisser ordinairement en usage pour la fabrication des étoffes de laine ou de coton »224.

Les nouveautés, toujours

76Toutefois, les nouveautés continuent de porter le développement du Pays d’Olmes, de Mazamet et désormais de Labastide-Rouairoux. Il ne s’agit pas d’un produit nouveau puisqu’il s’était d’abord développé à Mazamet vers 1830 puis à Lavelanet à partir des années 1860. Mais la capacité à poursuivre l’innovation dans ces produits et à s’adapter aux goûts du moment fait que ces fabrications continuent de porter le développement de Labastide et surtout du Pays d’Olmes, alors que l’on observe un ralentissement des ventes et de la production aussi bien à Mazamet que dans l’Hérault.

77Le terme générique « nouveautés » renvoie à une grande diversité de tissus tant dans les motifs et les apprêts que dans les matières les composant. Si l’on ajoute la grande variation sur des temps plus ou moins courts des différents paramètres évoqués pour chacun des territoires de la laine, cela rend particulièrement complexe l’analyse des évolutions divergentes de développement. Malgré tout, on peut constater que le haut de gamme comme les produits grossiers demeurent sanctionnés par le commerce alors que les fabrications intermédiaires continuent de trouver acquéreur dans le cadre d’un marché globalement récessif.

  • 225 J. Loup, L’industrie lainière dans le Tarn, op. cit., p. 207.
  • 226 Exposition universelle internationale de 1900 à Paris, Rapport du jury international, p. 54.
  • 227 J. Loup, L’industrie lainière dans le Tarn, op. cit.
  • 228 J.-C. Daumas, L’amour du drap. Blin & Blin. Elbeuf, 1827-1975. Histoire d’une entreprise lainière (...)

78Mazamet a connu la consécration pour la qualité et la finesse de ses tissus en 1878 avec le début de la récession de la place. Si au début du xxe siècle les nouveautés conservent toujours une assez grande valeur225, leur expansion n’est plus la même. À l’exposition de 1900, seul Alba la Source & Puech en présentent semblant maintenir le niveau d’exigence passé. Leur « fabrication soignée » leur permet d’obtenir une médaille d’or226. Le niveau de fabrication ne semble pas représenter un avantage puisque le repli dans les manufactures de Mazamet s’observe d’abord dans ce genre de production227. Le phénomène est identique à Elbeuf où la belle nouveauté trop chère est moins recherchée par le consommateur. Les entrepreneurs de la place normande recourent alors à des matières toujours moins nobles, abandonnant progressivement les belles laines neuves et fines de France et d’Allemagne pour les remplacer par les fibres de La Plata alors que parallèlement d’autres matières entrent dans une part toujours plus importante dans les mélanges ; les blousses, les déchets et le coton représentent plus de 47 % du mélange en 1899 et près de 72 % en 1913228.

  • 229 AD Ariège, 14 M, 11 ; Rapport de l’ingénieur des mines Mussy, 5 novembre 1869, f° 5-6 et 9.
  • 230 Mélanges conservés au Musée du textile et du peigne en corne de Lavelante.
  • 231 B. Evans, La transition industrielle dans le canton de Mirepoix, 1914, Mémoire de maîtrise, Univer (...)
  • 232 M. Chevalier, La vie humaine dans les Pyrénées ariégeoises, op. cit., p. 937.

79Le Pays d’Olmes ne rencontre pas ce type de difficultés car il ne produit les nouveautés les plus fines qu’à partir de la seconde moitié du xxe siècle. Dès l’origine, ses draps sont tissés à base de laines d’Amérique du Sud et des meilleurs effilochés229. Les sources précises font défaut pour suivre l’évolution de la composition des tissus dans le temps, mais les cahiers de mélanges, pour l’entre-deux-guerres, montrent la part grandissante prise par les effilochés, les blousses, les déchets divers et le coton ; parallèlement, les effilochés commencent à être concurrencés par les fibres artificielles230. C’est donc un produit moyen qui permet au Pays d’Olmes de voir sa croissance se poursuivre. Dès la sortie de la Grande Dépression, les nouveautés deviennent, en effet, son produit phare et les manufacturiers, comme les négociants, les mettent en avant dans leur argumentation commerciale ; les papiers à en-tête des entreprises sont là pour le prouver231. Le déclin des productions traditionnelles renforce encore la position des nouveautés ; entre les deux guerres et juste après le second conflit mondial, elles occupent 70 % de la production de la zone de Lavelanet et de Laroque232.

  • 233 AD Aveyron, 6 M, 736 ; Rapport de l’ingénieur des Mines, 7 avril 1870.
  • 234 AD Hérault, 6 M, 1645 ; Lettre du sous-préfet de Saint-Pons au préfet de l’Hérault, 5 février 1875
  • 235 F. Teisserenc, L’industrie lainière dans l’Hérault, op. cit., p. 101-102, p. 111 et p. 126.

80Si le Pays d’Olmes a su se développer en se positionnant dans la production moyenne, sachant exploiter la régression de la qualité observable sur le marché, les productions de l’Hérault, grossières dans leur fabrication, peu innovantes dans leurs dessins et le choix de leurs couleurs, sont entrées, au contraire, dans un déclin irréversible. Bédarieux, en se contentant de tissus aux motifs les plus simples avec des laines communes du pays, rencontre des difficultés importantes à partir des années 1860233. Saint-Chinian qui ne fabrique plus que des « articles de qualité inférieure » touchés par le « discrédit », a une « industrie […] presque nulle » en 1875234. Le recours aux effilochages pouvait aider à résoudre le problème technique et diminuer les coûts, d’autant qu’un atelier s’était installé à Colombières pour fournir Riols et Saint-Chinian. Mais il s’agissait d’effilochages de basse qualité employés pour les étoffes communes et qui n’entraient que dans la trame des nouveautés. Si l’on s’inquiétait de voir cette fabrication concurrencée par les draperies fines d’Elbeuf et de Sedan avec lesquelles elles n’avaient rien de commun235, c’était plutôt du côté des centres tarnais, et surtout ariégeois et viennois, qu’il fallait chercher la menace dans la gamme des nouveautés de qualité intermédiaire.

  • 236 AD Hérault, 6 M, 1656 ; Copie d’un mémoire du Président de la Chambre de Commerce de Montpellier, (...)
  • 237 J. Levain, J. Rougerie et A. Straus, « Contribution à l’étude des mouvements de « longue durée » : (...)
  • 238 C. Saint-Pierre, L’industrie du département de l’Hérault. Études scientifiques, économiques et sta (...)
  • 239 P. Verley, L’Échelle du monde. Essai sur l’industrialisation de l’Occident, op. cit., p. 600.

81Les plus chères ne sont pas rentables car elles emploient des matières trop coûteuses. Les produits les moins onéreux sont aussi ceux qui offrent le moins d’élasticité-prix, ce qui les condamne car les possibilités de diminution des coûts par l’abaissement significatif du prix-matière sont limitées. Dans un contexte de réduction des marchés du cardé, seule résiste la nouveauté intermédiaire dont le prix peut continuer à régresser. Cela relativise sensiblement les responsabilités attribuées au « traité maudit » dans la récession globale des centres du cardé, en particulier pour ceux spécialisés dans les nouveautés, quoi qu’en dise le président de la Chambre de Commerce de Montpellier. Pour lui, les difficultés auraient commencé à se faire sentir entre 1867 et 1876 pour s’aggraver ensuite. Dans les premières années de l’application du traité franco-britannique de 1860, les industries françaises avaient pu résister à la concurrence britannique en raison d’un coût supérieur de leur main-d’œuvre. Ensuite, les progrès des mélanges de matières et du machinisme anglais, en rendant les produits héraultais deux fois plus chers que ceux de la concurrence, condamnent l’industrie régionale faute de réaction des entrepreneurs236. En réalité, c’est bien l’effondrement des prix, commencé dès les années 1860 et amplifié dans la décennie suivante, qui précipite les centres du cardé dans la récession237. La situation est aggravée dans l’Hérault par l’importance conservée du marché des États-Unis238, où les Anglais peuvent amortir de grandes séries de fabrication et où les industriels américains contrefont les productions françaises, dès les années 1850239.

Les méthodes de vente : pesanteurs du passé et tentatives d’adaptation

Vers le déclin définitif des ventes en foire

  • 240 P. Léon, « Vie et mort d’un grand marché international. La foire de Beaucaire (xviiie-xixe siècles (...)

82L’inadaptation de l’offre ne représente pas la seule cause de la désagrégation des territoires de la laine du Midi. La conservation des moyens de diffusion et de distribution qui finissent par devenir obsolètes y est aussi pour beaucoup. Ainsi, en Bas-Languedoc, les centres du cardé restent fidèles à la vente en foire. Beaucaire, qui n’a plus qu’un rôle régional240 représente toujours un espace d’attraction majeur. De la même manière, Toulouse est encore un débouché important pour les draperies des Pyrénées centrales.

  • 241 AD Ariège, 14 M, 18/4 ; Statistique industrielle. Observations, 1er trimestre 1876.
  • 242 A. Audiganne, Les populations ouvrières et les industries de la France. Études comparatives, Paris (...)

83Jusqu’aux années 1870, la production du Pays d’Olmes s’écoulait presque en totalité aux quatre grandes foires de Toulouse d’avril, de juin, d’août et de décembre241. Pour Lavelanet, comme pour Mazamet, « les départements du midi sont un marché d’une importance tout à fait capitale, et dont la ville de Toulouse peut être considérée comme le point central ». Armand Audiganne l’a bien souligné : « L’usage des maisons de la cité des Montagnes Noires est […] de porter leurs marchandises ou d’envoyer au moins des représentants pour faire des offres à toutes les grandes foires [des] départements méridionaux. » Mais, dans ce cas, la différence entre les deux villes manufacturières tient notamment au fait que les Lavelanétiens s’en remettent encore beaucoup à des intermédiaires à partir de Toulouse alors qu’à Mazamet le système de diffusion-distribution est plus diversifié car « des commis-voyageurs, partis des bords de l’Arnette, ont soin de visiter périodiquement » et directement une clientèle extérieure à la région242.

Voyageurs, échantillonnages et ventes à la commission l’emportent

  • 243 AD Ariège, 14 M, 18/4 ; Statistique industrielle. Observations, 1876-1880.
  • 244 A. Audiganne, Les populations ouvrières et les industries de la France. Études comparatives, op. c (...)

84Dans le dernier tiers du xixe siècle, cette pratique se généralise au détriment des places de négoce. Ainsi, restés longtemps fidèles à la vente presque exclusive en foire, les fabricants du Pays d’Olmes sont poussés à moderniser leur mode d’écoulement afin de mieux saisir les tendances du marché et d’adapter la fabrication, en qualité et en quantité. La vente aux foires de Toulouse reposait donc sur des intermédiaires. Dans la première moitié des années 1870, les fabricants choisissent de négocier directement leur production ; les industriels s’en chargent eux-mêmes ou recourent à des voyageurs de commerce243. Avec plusieurs décennies de décalage, ils réalisent cette mutation qu’Armand Audiganne avait observée pour Mazamet et qui tient « à la fois au désir systématique des fabricants de se mettre en rapport direct avec les marchands en détail, et à l’éloignement où l’on se trouve encore des voies habituelles suivies par le commerce. Ainsi on s’applique à éviter l’emploi des intermédiaires244 ».

  • 245 Mais pas à l’étranger semble-t-il. Il faut dire que même les grands centres du cardé comme Elbeuf, (...)

85Cette mutation est liée à une seconde : produire l’essentiel des draps sur commissions de commandes prises sur présentation d’échantillons. L’année textile est alors sensiblement modifiée et ne coïncide pas avec l’année civile. Elle débute au quatrième trimestre de l’année précédente. Durant cette période, la production est pratiquement arrêtée. Les établissements se préoccupent de connaître les tendances de la mode de l’année à venir. Les entrepreneurs décident des modèles qu’ils produiront les mois suivants. Les ateliers travaillent à la fabrication des échantillons correspondants. Au cours du premier trimestre de l’année civile suivante, deuxième trimestre de l’année textile, patrons et voyageurs partent en tournée partout en France245. Ils présentent les échantillons et prennent les commandes. Sur cette base, les fabricants lancent la production qui s’effectue du premier au troisième trimestre de l’année civile.

  • 246 AD Ariège, 14 M, 18/4 ; Statistique industrielle. Observations, 3e trimestre 1879.
  • 247 Ibid., Statistique industrielle. Observations, 3e trimestre 1876.
  • 248 Ibid., Statistique industrielle. Observations, 4e trimestre 1882.
  • 249 AN, C, 7318 ; Dossier 1434 ; Chambre de commerce de Castres. Réponse au questionnaire de la commis (...)

86La production dépasse cependant systématiquement les commissions car les industriels se réservent la possibilité de répondre à des ordres tardifs. Dans le cas d’une trop forte demande, il leur arrive de renoncer à certaines commandes, incapables qu’ils sont de pouvoir répondre dans les délais à une telle pression du marché246. En outre, ils continuent de porter une partie de leurs draps aux foires de Toulouse. Les surplus des marchandises produites en prévision de commissions plus importantes et qui restent, en année normale ou en année de crise, dans les magasins, y sont écoulés. Aussi, si les industriels commencent la commercialisation de leurs produits dès le premier trimestre de l’année civile, c’est surtout au cours du second et du troisième qu’ils effectuent l’essentiel de leurs ventes. Ces dernières se déroulent sur place pour les « marchandises sur commande » puis aux foires de Toulouse « pour les marchandises en magasins » où « les maisons de détail viennent faire leurs achats, ainsi que certaines maisons importantes »247. Le quatrième trimestre de l’année civile est marqué par la chute des ventes, même avec des stocks résultant d’invendus. La production du Pays d’Olmes reste, en effet, presque totalement centrée sur les tissus épais. Les goûts ayant évolué, les consommateurs ne veulent plus d’étoffes de ce type pour les habits d’été, aussi, les foires de décembre ne jouent-elles plus aucun rôle dans l’écoulement de la fabrication de Lavelanet. Spécialisés dans les tissus d’hiver et de demi-saison, les industriels ariégeois ne tissent alors pratiquement pas d’octobre à janvier, période à laquelle d’autres centres se consacrent à la fabrication d’étoffes d’été248. Il en est de même à Castres, encore au début du xxe siècle, où l’activité est soutenue entre mars et novembre et ralentie par la suite ; l’intensité est, elle-même, dépendante des commandes en réassortiments249.

Choix techniques réfléchis ou retard d’adaptation ?

  • 250 AD Ariège, 14 M, 18/5 ; Statistiques industrielles. Observations, année 1888.
  • 251 Ibid., Statistiques industrielles. Observations, année 1888.
  • 252 L’industrie lainière française. Son importance. Sa situation actuelle. Ses desiderata, Rapport pré (...)
  • 253 P. Gau et N. de Nardi, Le bassin d’emploi de Castres-Mazamet. Évolution économique et urbanisation (...)
  • 254 Ainsi à Sedan, sur un total de 4 997 métiers à tisser, si 1 616 d’entre eux provenaient d’Angleter (...)

87La restructuration que connaît le Midi dans le dernier tiers du xixe siècle ne se limite pas à la réforme des méthodes de diffusion et de distribution. Elle touche aussi l’outillage et son emploi et, dès les années 1880, on assiste à l’amorce d’une phase d’adaptation technique. En Ariège, le préfet note que les « industriels semblent vouloir entrer dans la voie du progrès »250 mais « l’outillage en provenance allemande ou belge n’arrive sur place qu’au prix d’énormes sacrifices »251. Cette situation n’est pas propre au Pays d’Olmes puisque l’ensemble des industriels français s’approvisionnent majoritairement à l’étranger, les industriels français de construction de machines-outils n’étant pas parvenus à se hisser au niveau de la concurrence internationale. La dépendance est forte du côté « des métiers à filer self-acting renvideurs pour fils cardés, des métiers à tisser la draperie lourde, du matériel pour carderie, du matériel pour apprêts et des machines accessoires252 ». Dans le Tarn, des industriels ont tenté de développer une industrie de la machine-outil pour l’industrie textile. Ils ne sont toutefois jamais arrivés à couvrir ne serait-ce que les besoins des entreprises des aires productives de Castres et de Mazamet253. Mais cela ne doit par conduire, a contrario, à sous-estimer la capacité de l’industrie à fournir du matériel performant254.

  • 255 « […] en raison même de la nécessité d’une reconstitution intégrale ou partielle de leurs installa (...)

88Le processus de renouvellement en matériel a touché essentiellement deux opérations : le filage et encore plus le tissage. En moindre mesure, d’autres opérations étaient concernées, touchant en particulier à l’ennoblissement des tissus cardés, autres que les nouveautés, qui tiraient leurs effets de l’apprêt. Si la Grande Dépression a représenté une période de mise à niveau technique, les décalages dans l’adoption des nouvelles technologies ont étalé le remplacement des équipements jusqu’à la Première Guerre mondiale. Celle-ci a joué un rôle d’accélérateur dans le perfectionnement des usines situées hors des zones de combats. Après le conflit, soit du fait des destructions opérées, soit en raison de l’obsolescence des équipements, les industriels qui n’avaient pas réalisé leur réforme entre 1914 et 1918 perfectionnent à leur tour leur matériel255. Cette modernisation est étroitement liée à la croissance et à la diversification des sources énergétiques et des matières premières. Toutefois, des territoires en crise n’opèrent cette mutation que partiellement. L’écart se creusant alors avec les autres centres, l’activité textile s’y trouve, à court terme, condamnée ou réduite à la marginalité.

La mécanisation du tissage

Un processus tardif ?

  • 256 AD Lozère, M, 4173 ; Rapports sur la situation industrielle et commerciale de la Lozère, 1865-1885
  • 257 Ibid., Enquête sur la main-d’œuvre industrielle de Lozère, 1880.
  • 258 AD Lozère, M, 4176 ; Mémoire sur les fabriques des cadisseries du département de la Lozère, 1812.
  • 259 Y. Pourcher, La trémie et le rouet. Moulins, industrie textile et manufactures de Lozère à travers (...)
  • 260 Bulletin de la Société d’Agriculture, commerce, sciences et arts de la ville de Mende, 1883, cité (...)
  • 261 AD Lozère, 32S, 2 ; Enregistrement des machines à vapeur, 1833-1885.
  • 262 AD Lozère, M, 4173 ; Rapports sur la situation industrielle et commerciale de la Lozère, 1865-1885
  • 263 Y. Pourcher, La trémie et le rouet. Moulins, industrie textile et manufactures de Lozère à travers (...)
  • 264 AD Lozère, 32 S, 2 ; Enregistrement des machines à vapeur, 1833-1885.
  • 265 AD Lozère, M, 4180 ; Situation industrielle et commerciale de la Lozère, 1879-1885.
  • 266 P. Marres, Les Grands Causses. Étude de géographie physique et humaine, Tours, Arrault et Cie, 193 (...)

89La Lozère fait partie de ces territoires qui n’ont que partiellement réalisé la réforme de structure. Les ateliers de tissage restent tous des établissements recourant aux métiers à bras en bois jusqu’à la Grande Dépression. Le choc de la première décennie de crise entraîne la disparition de nombre de métiers. Dans les années 1880, moins de 400 métiers à bras, peut-être même moins de trois cents, battent en Lozère256, si l’on en croit l’enquête de 1880 qui paraît cependant évaluée257. On est loin des 8 000 appareils qui fonctionnaient dans les villes et les campagnes du Gévaudan encore sous la Restauration258, ou des plus de 1 000 du milieu du xixe siècle259. Quelques manufacturiers procèdent à la mécanisation de leur outil de production dans les années 1880. On connaît bien celle réalisée par Mendras père et fils à Marvejols grâce à leur mémoire présenté lors du concours de la Société d’agriculture et d’industrie du département de la Lozère en 1883. Prenant exemple sur les réalisations du nord et de l’est de la France, ils construisent un atelier éclairé abondamment par le haut, entièrement cimenté, pouvant accueillir jusqu’à 100 métiers à tisser mécaniques actionnés par des engrenages et des transmissions qui se meuvent à quatre mètres de hauteur. L’entreprise débute d’abord avec 20 machines dont la productivité, double de celles des métiers en bois, permet de tisser des étoffes avec une parfaite régularité et une grande solidité260. Il est probable que cet établissement a vu le jour en 1879261. En 1885, le processus de mécanisation est encore très limité262 et les sources postérieures nous renseignent peu sur ce point ; on sait cependant que le phénomène a été le même pour les usines Roujon et Talansier263, ainsi que pour Delmas qui est peut-être la première entreprise dans les années 1870 à se doter d’un tissage mécanique264. En 1884, il n’y a encore que six métiers mécaniques à Marvejols265. La mécanisation semble s’être peu développée au-delà de ces entreprises qui sont logiquement presque les seules à se maintenir dans la première moitié du xxe siècle266.

  • 267 AD Aveyron, 6 M, 739 ; Situations industrielles trimestrielles, 1887.
  • 268 V. Cros, L’industrie de la laine dans le Camarès au xixe siècle (1810-1908), Mémoire de maîtrise, (...)

90Le Rouergue ne montre pas beaucoup plus de dynamisme. La baisse des commandes militaires se confirme à Saint-Affrique ; une forme de résignation s’empare alors des entrepreneurs qui se replient sur le marché civil en régression. L’équipement technique évolue au même rythme que partout ailleurs dans le Midi spécialisé dans ce type de production : les métiers à tisser restent des mécaniques traditionnelles en bois jusqu’à ce qu’en 1887, Bannes et Caldier introduisent les premiers métiers mécaniques267. À Camarès, au contraire, Rachou poursuit l’accroissement du nombre de ces métiers pour répondre aux sollicitations des armées. On sait qu’en 1873 il passe de 45 à 60. L’usine continuant à se développer jusqu’au premier conflit mondial, il est probable que le nombre de métiers a dû aussi s’accroître, mais rien ne permet de l’affirmer268.

  • 269 Mais que l’on n’a pas pu recouper et qui doit donc être considéré avec beaucoup de prudence.
  • 270 A. Serrano, L’industrie textile en Pays d’Olmes au xixe siècle, op. cit., p. 106-107.
  • 271 AD Ariège, 14 M, 18/5 ; Statistiques industrielles, 1880-1890.
  • 272 Ibid., Statistiques industrielles, 1883 et M. Chevalier, La vie humaine dans les Pyrénées ariégeoi (...)
  • 273 V. Dumons, « La fabrication lavelanetienne », in Association économique ariégeoise, 1919, no 6 et (...)
  • 274 AD Ariège, 14 M, 10 ; Industrie lainière. Enquête générale de 1930.
  • 275 J.-C. Daumas, L’amour du drap. Blin & Blin. Elbeuf, 1827-1975. Histoire d’une entreprise lainière (...)
  • 276 D’après les chiffres de V. Dumons, « La fabrication lavelanetienne », in Association économique ar (...)

91En Pays d’Olmes, où le tissage n’avait jamais été aussi présent qu’en Gévaudan ou en Rouergue, la mécanisation débute lentement mais se poursuit par une montée en puissance continue à partir des années 1880. Une mention isolée269 laisse entendre que les premiers métiers mécaniques sont apparus à Mirepoix. Mais les sources font le plus souvent état de Lavelanet comme étant à l’origine de l’innovation en Ariège. La date d’apparition est incertaine270, mais on peut supposer, sans grand risque de se tromper, que les premières installations y ont été réalisées entre 1881 et 1886271. En 1883, l’usine Croux serait alors l’unique tissage mécanique, avec seulement douze métiers272. En 1896, ils s’élevaient à une centaine en Pays d’Olmes273. Entre 1881-1886 et 1903-1905, la part des instruments en bois régresse lentement. Celle des métiers mécaniques s’accroît ensuite très sensiblement jusqu’à la Première Guerre mondiale, puis dans les années 1920, comme cela a déjà pu être souligné274. Comparativement à Elbeuf qui n’avait pas été un exemple de précocité dans la mécanisation du tissage, le Pays d’Olmes fait montre, encore une fois, d’un décalage dans l’innovation : en 1880, Elbeuf possédait seulement 8 % de métiers mécaniques, mais déjà 45 % en 1890 puis 66 % en 1895275 alors qu’à Lavelanet et Laroque-d’Olmes, il n’y en a aucun en 1880, et à peine 25 % en 1895276.

  • 277 S. Saboy, Lavelanet et les enfants du textile, xixe- xxe siècles, op. cit., p. 17.
  • 278 Les cardes à laine viennent très majoritairement de la maison Schlumberger et Cie de Guebwiller, l (...)
  • 279 M. Chevalier, La vie humaine dans les Pyrénées ariégeoises, op. cit., p. 935.
  • 280 P. Lamoitier et D. de Prat, Traité théorique et pratique de tissage des tissus de laine, op. cit.,(...)
  • 281 L. Romier, L’industrie lainière, op. cit., p. 13.
  • 282 Les façonniers qui se sont équipés au début du xxe siècle conservent leur matériel. De nouveaux fa (...)
  • 283 Voir à cet effet les matériels conservés aux musées de Lavelanet et de Labastide-Rouairoux ainsi q (...)

92La provenance des métiers mécaniques semble variée en Pays d’Olmes. On y recense des métiers anglais et allemands277, alors que le matériel de filature est souvent belge. Aucun document ne permet à ce jour d’en connaître précisément l’origine en Ariège ; cela n’est pas sans conséquences lorsqu’on sait que la majorité des machines allemandes employées à Fourmies, dans le Cambrésis et à Avesne-Aisne, sont d’abord alsaciennes278. La situation est sensiblement différente en Ariège ; les enquêtes orales et les métiers retrouvés en Pays d’Olmes semblent indiquer que les matériels viennent presque toujours de la Sächsische Webstuhlfabrik de Louis Schönherr située à Chemnitz en Saxe d’où les appelations en Pays d’Olmes de « métiers Schönherr » ou « métiers saxons »279. L’entreprise propose, en effet, une gamme de machines adaptées aux besoins de la région allant des métiers pour nouveautés, aux métiers pour draperie, mi-lourds, pour le tissage des articles intermédiaires entre la nouveauté et la grosse draperie, lourds, pour les draps les plus denses. Au départ portant sur des non automatiques, l’offre glisse en direction des métiers à manivelles automatiques280. La supériorité de ce matériel tiendrait, selon Lucien Romier, au fait que « les Allemands […] fournissaient un matériel sûr, à bon marché, livraient immédiatement les pièces de rechange demandées, se chargeaient des réparations, etc. ; or, pour s’en tenir au petit travail, celui des pièces de rechange et des réparations, les constructeurs français l’accomplissaient souvent avec plus de lenteur et de frais »281. Le passage d’une technologie à l’autre ne s’effectuant que lentement en Pays d’Olmes, les premiers métiers mécaniques vont battre dans les usines du Pays d’Olmes au moins jusqu’aux années 1940. Par la suite, ils continuent de fonctionner chez les façonniers bien après 1950282. Les mécaniques Jacquard sont toujours réservées aux nouveautés. Les systèmes restent les plus simples lorsqu’il s’agit de recourir aux armures fondamentales classiques ; toutefois, l’obtention de certains effets conduit à équiper les métiers à mécaniques d’armure283.

  • 284 J. Loup, L’industrie lainière dans le Tarn, op. cit., p. 46-47.
  • 285 Ibid., p. 49 et 69.
  • 286 J.-C. Daumas, Les territoires de la laine. Histoire de l’industrie lainière en France au xixe sièc (...)
  • 287 En 1958, Midi-Pyrénées ne possède encore que 117 métiers à tisser automatiques pour 2 272 non auto (...)

93La situation est assez semblable dans le Tarn. Elle diffère cependant par le fait que ces territoires de la laine avaient connu une première mécanisation fondée sur le recours aux métiers en fer à pédales. Au début du xxe siècle, il en restait quelques-uns à Mazamet, alors qu’à Castres et dans les environs, 400 à 500 continuaient à battre. Mais, comme partout ailleurs dans les centres spécialisés dans la production pour le marché, les deux dernières décennies du xixe siècle avaient vu le nombre de métiers mécaniques non automatiques se développer. Les métiers à pédales étaient peu productifs et faiblement évolutifs, la tentative de les transformer pour pouvoir tisser à plusieurs navettes s’était avérée un échec du fait de la difficulté de les mettre en action284. En 1909, 400 à 500 métiers mécaniques non automatiques battaient à Mazamet et à Labastide-Rouairoux pour 800 à Castres et dans sa région285. Le Tarn possédait alors un potentiel de tissage mécanique assez similaire à celui de Vienne qui en 1914 faisait battre 1 560 métiers mécaniques286. L’effort de modernisation du Midi s’effectue donc progressivement en Pays d’Olmes, encore plus que dans le Tarn, sur la base d’un équipement en métiers non automatiques. Ailleurs, comme en Lozère, la mutation est timide et ne fait que refléter la poursuite ou la fin d’un processus de désindustrialisation. Avec la Première Guerre mondiale, le potentiel de tissage se renforce dans le Tarn, et plus encore en Pays d’Olmes, avec l’achat de nouveaux métiers non automatiques. La croissance des années 1920 se fonde sur le même type de matériels alors qu’ailleurs – en particulier en Nord-Pas-de-Calais – les entreprises s’équipent de métiers automatiques. Cette structure se maintient pendant plusieurs décennies287.

Des industriels peu innovants ?

94Le décalage dans les innovations, principalement dans les domaines de la filature et du tissage, ne doit pas laisser pour autant penser à une passivité de tous les entrepreneurs du Midi face aux nouveaux défis techniques. L’adoption décalée des innovations peut représenter une réponse adaptée aux conditions de production et d’échange des territoires tarnais et ariégeois de la laine. En outre, les dernières décennies du xixe et les premières du xxe siècle sont encore l’occasion pour les entrepreneurs, directeurs d’usines, mécaniciens et serruriers de chercher à innover. Certes, il ne s’agit que de proposer rarement de nouvelles machines et les brevets sont, dans l’ensemble, peu nombreux, mais ils reflètent, par les adaptations qu’ils suggèrent, le souci de perfectionner les procédés.

  • 288 AD Ariège, 14 M, 24 ; Registres des procès-verbaux des dépôts de brevets faits à la préfecture. 18 (...)
  • 289 Ibid.
  • 290 AD Ariège, 14 M, 24 ; Registres des procès-verbaux des dépôts de brevets faits à la préfecture. 18 (...)
  • 291 Ibid.
  • 292 Ibid.

95Ainsi, en Pays d’Olmes, Jean Bénazet, commissionnaire à Lavelanet, présente le 20 novembre 1882 « un procédé industriel ayant pour objet le montage et tissage de fils de laine cardée et dégraissée pour la production de tissus »288 ; Antoine Maris, contremaître tisseur dans la même ville dépose, le 14 mars 1884, un brevet « pour un compteur mécanique pour les métiers à tisser, servant à compter les fils en travers ou de trame par mille duites »289 ; Paul Jacques Espert, contremaître de tissage à Lavelanet, invente le 21 février 1911 « un cadre perfectionné pour rot de métier à tisser »290 ; Robert Daulzer, directeur d’usine à Laroque-d’Olmes, dépose le 16 mars 1920 un brevet « pour un mouvement d’arrêt de la trame pour métier à tisser »291 ; Émile Labrousse et Paul Labrousse frères font de même à Lavelanet le 29 mars 1924, « pour une boîte à navettes pour métier à tisser »292.

Les autres opérations en mutation lente

Les progrès décalés de la mécanisation de la filature

96Dans la filature, les mule-jennys qui avaient fini par l’emporter presque partout devenaient à leur tour obsolètes face aux self-acting ou renvideurs. Ces derniers avaient au moins le triple avantage d’effectuer automatiquement les opérations d’étirage, de tordage et de renvidage, de préparer un plus grand nombre de fils à la fois et de garder le niveau de qualité de traitement de la fibre qu’offraient les mule-jennys.

  • 293 M. Chevalier, La vie humaine dans les Pyrénées ariégeoises, op. cit., p. 935.
  • 294 Exposition universelle internationale de 1889 à Paris, Rapport général, p. 351.
  • 295 C. Fohlen, L’industrie textile au temps du Second Empire, op. cit., p. 453-454.
  • 296 J.-C. Daumas, L’amour du drap. Blin & Blin. Elbeuf, 1827-1975. Histoire d’une entreprise lainière (...)
  • 297 J.-C. Daumas, Les territoires de la laine. Histoire de l’industrie lainière en France au xixe sièc (...)
  • 298 D’après les déclarations de Monsieur Bautista, ancien ouvrier filateur chez Fonquernie et ancien c (...)

97En Pays d’Olmes, les mule-jennys ont continué à dominer jusqu’au début du xxe siècle. Les self-acting – ou renvideurs –, n’ont fait leur apparition qu’après 1880 et ils n’ont remplacé vraiment les mule-jennys que dans les deux décennies qui ont précédé la Première Guerre mondiale293 alors qu’au niveau national « l’application de métier self-acting devenait chaque jour plus générale » à partir des années 1860294. Ainsi, l’Alsace réalise l’innovation dès cette décennie295. En 1870, Roubaix l’utilise déjà sur une large échelle ; Elbeuf, qui, bien que lente dans son processus de mécanisation, s’en équipe à partir de 1870296 ; Vienne ne monte plus que des renvideurs à partir de 1867 et, à la fin du xixe siècle, n’a plus de mule-jennys297. Dans les années 1920, il semblerait que les industriels de Lavelanet n’emploient que des renvideurs298. Les mule-jennys connaissent alors, comme précédemment les jennys, une nouvelle, puis une fin de vie, chez quelques artisans façonniers des campagnes ariégeoises ou haut-garonnaises.

  • 299 F. Teisserenc, L’industrie lainière dans l’Hérault, op. cit., p. 65.

98L’Ariège ne paraît donc pas particulièrement en pointe dans la mutation technique du filage lorsqu’on la compare aux territoires de la laine du nord de la France. Elle l’est encore moins vis-à-vis de l’Hérault dont les usines employaient des métiers continus dès la fin du xixe siècle. On les réservait toutefois à la filature de la chaîne plus grosse et plus résistante, alors que les renvideurs continuaient d’être employés pour la préparation de la trame299. Mais l’innovation était ici imposée par la nécessité d’obtenir une haute productivité pour pouvoir répondre rapidement aux commandes massives de l’armée sur des temps courts.

  • 300 Comité central de la laine, Continu ou renvideur pour la laine cardée ?, Documents techniques – Ma (...)
  • 301 AD Tarn, 116 J ; Inventaire du matériel de l’usine Bourguet, 1940.
  • 302 D’autres statistiques postérieures permettent de confirmer la domination persistante du nombre de (...)

99Ainsi, l’Ariège, mais aussi le Tarn, qui avaient adopté les renvideurs d’une manière décalée dans le temps ne les délaissaient que tardivement au profit des continus. Il faut dire que l’on obtenait un meilleur fil avec les renvideurs ; l’opération du tirage du fil étant dissociée de la torsion – ce que permettait les allers-retours du chariot –, elle donnait des fils plus souples qu’avec le continu qui, par définition, exerçait les deux actions d’une manière simultanée et produisait ainsi des fils plus rigides. Alors continua-t-on de réserver encore longtemps la filature de la trame au renvideur, n’affectant qu’une partie de la filature de la chaîne au continu300. À Labastide-Rouairoux, les renvideurs dominent toujours en 1940 chez Bourguet ; on trouve en effet cinq Bosson de 2 000 broches qui côtoient depuis peu deux continus Gessner, l’un de 440, l’autre de 400 broches301 : 10 000 broches pour les renvideurs, 840 pour les continus, la mutation est donc encore timide302.

L’ennoblissement maîtrisé

  • 303 M. Chevalier, La vie humaine dans les Pyrénées ariégeoises, op. cit.

100Les apprêts qui ont été assez tôt mécanisés avec des moyens modernes semblent le seul secteur ne connaissant pas le décalage technique que l’on observe partout ailleurs. La teinture, en revanche, continue parfois à recourir à des moyens traditionnels, avec la permanence de vieilles chaudières en cuivre303. Cela n’exclut pas la maîtrise des couleurs et des nuances ; leurs combinaisons sont déterminantes avec la variété des armures associées aux apprêts finaux adaptés ; cela permet de fournir au marché des produits au plus près des attentes de la mode faisant de l’ennoblissement un ensemble d’opérations clefs dans la réussite industrielle d’un territoire. On insistera ici sur celles qui occupent une place essentielle dans la valorisation de la pièce d’étoffe ; réussies ou originales, elles confèrent une qualité particulière au tissu qui en fait un objet recherché ; ratées ou banales, elle ne permettent de livrer au marché que des produits grossiers ou quel conques.

  • 304 P. Lamoitier et D. de Prat, Traité théorique et pratique de tissage des tissus de laine, op. cit.,(...)

101Les opérations préliminaires, dont le lavage et le dégraissage, le lainage et le foulage, et les apprêts finaux – notamment le tondage –, font partie de ces traitements aux conséquences déterminantes pour l’aspect et la tenue finale du tissu. Les différents lavages et dégraissages ne sont pas compliqués en eux-mêmes, mais, comme dans toutes les opérations employant de l’eau en ébullition, ils font appel à un grand savoir-faire dans les calculs des temps de passage des draps dans l’eau bouillante et les températures à appliquer aux divers types de tissus. Le dosage de la soude nécessaire pour les différents bains est tout aussi capital. Réussies, ces opérations ne donnent certes aucune plus-value à la pièce d’étoffe ; ratées, la laine ébouillantée est jaunie et la pièce insuffisamment dégraissée laisse apparaître des taches après teinture et perd de sa valeur304.

  • 305 Ibid., p. 556-559.
  • 306 Registres des procès-verbaux des dépôts de brevets faits à la préfecture. 1830-1942. Registres no  (...)

102De la même manière, la mécanisation du lainage par l’action des chardons métalliques qui habillent les cylindres – appelés aussi brosses ou encore travailleurs – grattent le drap pour lui donner une apparence duveteuse, fournie, couverte et n’appellent plus le tour de main des laineurs manuels. Mais l’intensité du lainage dépend de la qualité du drap : à tissus légers, lainage léger, aux gros draps, lainage plus énergique. Il faut cependant toujours veiller à ce qu’il ne soit pas trop prononcé au risque de produire sur l’étoffe des parties faibles ou effondrées. Les besoins diffèrent en fonction des tissus à apprêter ; aussi, existe-t-il plusieurs types de laineuses sur le marché offrant des variantes dans le fonctionnement des travailleurs et disposant de commandes spéciales305. Peut-être que les besoins spécifiques de la production du Pays d’Olmes poussent Guillaume Fonquernie, serrurier mécanicien demeurant à Laroque d’Olmes, à déposer le 28 juillet 1884 un brevet « pour un appareil appelé laineuse-garnisseuse et destiné à garnir les draps »306.

  • 307 P. Lamoitier et D. de Prat, Traité théorique et pratique de tissage des tissus de laine, op. cit.,(...)

103Beaucoup plus complexe et déterminant est en revanche le travail au foulon. Grâce à son automatisation, la pression réglable en largeur et en longueur, permettait une progression dans le foulage comme une variation de l’apprêt en fonction de l’effet attendu, brisant la fibre, l’obligeant à s’enchevêtrer. Mais, pour rendre au tissu le toucher attendu, sans en éliminer la douceur tout en conservant sa fermeté, les ouvriers et les contremaîtres devaient calculer au mieux le nombre de passages, la pression à exercer, les mélanges de produits à utiliser. Trop fort, le foulage feutrait le tissu et lui enlevait souplesse et moelleux ; trop faible, la pièce manquait de clos et présentait des clairières plus ou moins accentuées et régulières. Le travail était encore plus exigeant dans le cas des apprêts drapés. Plus minutieux et plus longs que les apprêts foulés, ils nécessitaient que le tissu soit lainé deux fois, en première et en deuxième eau, subissant le battage et la tonte, parfois tondu à nouveau entre les deux lainages. En effet, l’étoffe pouvait être tondue « à nouveau après le lainage en deuxième eau, bouillie pendant plusieurs heures, lainée à poil et contre-poil, lavée à l’eau froide, lavée à l’eau fraîche, ramée, séchée, lainée à sec, tondue à nouveau, pressée, vaporisée, et parfois repressée à froid307 ». On saisit ici toute l’importance que pouvait revêtir le savoir-faire dans la parfaite maîtrise de ces opérations. Il contribuait à faire la différence entre les centres de fabrication. Le Pays d’Olmes avait acquis cette maîtrise qui devait se confirmer par la suite.

  • 308 Tonte irrégulière qui se traduit par des places où le poil n’a pas été tondu ou l’a été insuffisam (...)
  • 309 Places où le drap a été trop tondu.
  • 310 Places où le drap a été déchiré ou arraché.
  • 311 Registres des procès-verbaux des dépôts de brevets faits à la préfecture. 1830-1942. Registres no  (...)

104Au sortir du foulon, les draps étaient teints ; ils étaient séchés puis tondus si la teinture avait eu lieu en laine ou en fil, cas le plus fréquent pour les tissus civils du Midi. Cette dernière opération ne faisait pas appel à une maîtrise particulière de la part des ouvriers si ce n’est pour éviter les risques « d’entre deux »308, de « rongeurs »309 et de « machures »310. Malgré ces quelques dangers pouvant résulter d’un mauvais emploi du matériel par manque de surveillance ou mauvais réglage, l’opération se limitait le plus souvent à ajuster la distance entre les couteaux et la table, tout en maintenant le tissu en tension, ce que le procédé de la tondeuse, perfectionné depuis longtemps, avait permis d’obtenir en donnant naissance à plusieurs types de machines adaptées aux différents tissus à apprêter. Pourtant, Antoine Sabatié et Irénée Navarre serruriers mécaniciens associés à Lavelanet, déposent le 30 avril 1883 un brevet pour un procédé « de tondage des draps par rayures intermittentes »311. C’est bien encore la recherche d’un effet particulier distinguant les étoffes que l’innovation cherchait à obtenir.

Croissance et diversification des sources énergétiques et des matières premières

L’hydromécanique, toujours. La vapeur, un peu. L’électricité, les balbutiements

105La mécanisation des opérations de la draperie et la concentration en machines qui en a résulté ont posé avec plus d’acuité le problème des sources énergétiques et de leurs limites. Si l’hydromécanique reste l’option privilégiée des entrepreneurs, elle ne peut exister sans une énergie associée : celle de la vapeur. L’apparition de l’électricité bouleversera la donne.

  • 312 A. Armengaud, Les populations de l’Est-Aquitain au début de l’époque contemporaine. Recherches sur (...)
  • 313 R. Cazals, Les révolutions industrielles à Mazamet, 1750-1900, op. cit., p. 99-100.
  • 314 J. Loup, L’industrie lainière dans le Tarn, op. cit., p. 168.

106En « 1860 l’industrie mazamétaine n’utilisait pas encore de machines à vapeur parce qu’elle n’en avait pas besoin », nous dit Rémy Cazals. Peut-être devrait-on nuancer le propos et considérer que l’énergie hydraulique avait apporté dans des conditions acceptables la force motrice nécessaire aux usines. Par rapport aux effets attendus ou supposés de l’innovation, l’achat de machines à vapeur se serait avéré coûteux non seulement en investissement, mais aussi en fonctionnement, en raison notamment du prix élevé du charbon. Ce dernier parvient à Mazamet par roulage, le chemin de fer ne desservira la ville qu’en 1866, à partir de Castres312. Aussi, le recours à la vapeur ne se fait-il que progressivement à partir de 1865 « pour prévenir les inconvénients qui résultent du manque d’eau à certaines époques de l’année ». En 1875, certains industriels n’ont toujours pas de machine à vapeur. Pour les autres, elle est un auxiliaire des moteurs hydrauliques et le restera après l’arrivée du chemin de fer313. Au début du xxe siècle, la plupart des usines « n’ont des machines à vapeur que comme force motrice de secours ». Elles utilisent aussi des moteurs à gaz pauvre314.

  • 315 AD Ariège, 14 M, 18/5 ; Situations trimestrielles, Puissance en chevaux des moteurs à vapeur et hy (...)
  • 316 Maurel, « Extrait du rapport sur le projet de barrage du Touyre à Cadeillou », in L’Associaition É (...)

107La vapeur ne fournit qu’une force d’appoint en Pays d’Olmes. Elle ne pénètre les usines qu’à partir des années 1870. Si les situations industrielles entre 1880 et 1887 mentionnent la présence de moteurs à vapeur, leurs chiffres sont difficilement exploitables du fait des estimations annuelles aux variations aberrantes. Elles permettent toutefois d’attester la présence de la nouvelle énergie315. Celle-ci ne se développe par pour autant d’une manière notable. Après la Première Guerre mondiale, on cherche toujours à accroître les moyens hydromécaniques dans une industrie en pleine croissance316.

  • 317 AD Lozère, 32 S, 2 ; Enregistrement des machines à vapeur, 1833-1885.
  • 318 F. Boulet, Un canton rural reculé du sud Aveyron à la poursuite du développement et des progrès du (...)
  • 319 V. Cros, L’industrie de la laine dans le Camarès au xixe siècle (1810-1908), op. cit.
  • 320 A. Hortus, L’industrie de la laine dans le Lodévois : étude économique et sociale (1789-1851), op. (...)

108En Lozère, malgré les difficultés rencontrées par les fabriques, l’effort d’équipement en machines à vapeur se poursuit entre 1860 et 1884 puisque huit machines sont installées dans des teintureries et des filatures. On note aussi la mise en place de l’une d’elles dans l’atelier de tissage de Mendras à Marvejols dans les années 1870317. Le phénomène est beaucoup plus tardif à Saint-Affrique où la première machine n’est installée qu’en 1887 chez Bannes et Caldier318. En revanche, à Camarès319, les entreprises soumissionnaires aux commandes militaires ont été contraintes de s’équiper plus tôt et significativement, comme dans l’Hérault320. Au total, le nombre de machines à vapeur reste très faible dans le Midi. Les territoires spécialisés dans les tissus pour le marché ne l’adoptent que marginalement et tardivement.

  • 321 C. Bouneau, Modernisation et territoire. L’électrification du grand Sud-Ouest de la fin du xixe si (...)
  • 322 P. Laurens, « Évolution du génie civil dans les aménagements hydroélectriques en montagne de 1895 (...)
  • 323 M. Chevalier, La vie humaine dans les Pyrénées ariégeoises, op. cit., p. 936 et p. 944.
  • 324 R. Cazals, J. Faury, A. Lévy, « Au temps de Jaurès (vers 1880-1920) », in R. Cazals (dir.), Histoi (...)
  • 325 AD Ariège, 7 S, 470 ; Rivière du Touyre : Laroque-d’Olmes, Léon Fonquernie, une usine électrique. (...)
  • 326 S. Saboy, Lavelanet et les enfants du textile, xixe- xxe siècles, op. cit., p. 44.
  • 327 A. Lévy, « D’une guerre à l’autre (1920-1945) », in Histoire de Castres, Mazamet, la montagne, op. (...)
  • 328 J. Loup, L’industrie lainière dans le Tarn, op. cit., p. 168.

109L’arrivée de l’électricité au début du xxe siècle change profondément la donne dans l’approvisionnement énergétique ; sans conduire à renoncer pour autant aux avantages de l’hydromécanique, elle dynamise l’industrie régionale321. En Ariège, avant la Première Guerre mondiale, est réalisé le premier plus grand équipement hydroélectrique de la chaîne des Pyrénées. Alimentée par le barrage de Naguilhes et la chute d’Orlu (la plus haute du monde à l’époque), la centrale hydroélectrique du même nom est mise en service en 1908322. Dès 1912, une connexion apporte le courant dans le Pays d’Olmes, et jusqu’à Toulouse et Castres323. L’électricité avait pourtant fait son apparition vingt ans auparavant dans quelques usines hydroélectriques isolées ; Dourgne en disposait dès 1892 et Martinel avait créé celle du Banquet en 1897324 ; Léon Fonquernie en avait construit une dès 1899 à Laroque-d’Olmes325. Jusqu’en 1912, comme dans les usines Dumons, l’électricité était d’abord employée pour l’éclairage326. Dans le Tarn, c’est surtout à partir des années 1920 que la nouvelle énergie se développe comme force motrice de l’industrie327. Avant la guerre, la Société Pyrénéenne d’Énergie Électrique fournit du courant à quelques usines du département, mais cela concerne surtout les mégisseries de Graulhet328.

  • 329 M. Chevalier, La vie humaine dans les Pyrénées ariégeoises, op. cit., p. 936.
  • 330 J.-L. Escudier, « Un processus de concentration industrielle : les entreprises de production et de (...)
  • 331 M. Chevalier, La vie humaine dans les Pyrénées ariégeoises, op. cit., p. 954-955.
  • 332 A. Lévy, « D’une guerre à l’autre (1920-1945) », in Histoire de Castres, Mazamet, la montagne, op. (...)

110Ces centrales privées permettent donc, dès avant le premier conflit mondial, de développer l’usage industriel de l’électricité. Mais c’est, selon Michel Chevalier, avec le courant d’Orlu que le processus prend réellement son essor, le succès étant immédiat329. L’opération est en effet très rentable, comme l’attestent les résultats de la Société Pyrénéenne d’Énergie Électrique330. Toutefois, jusqu’aux années 1930, l’usage de l’électricité comme force motrice du textile rencontre des difficultés du fait de l’irrégularité et de l’insuffisance de la production de courant. La construction des usines de production d’aluminium d’Auzat (1908) puis de Sabart (1929) aggrave la situation puisque l’Ariège doit importer de l’électricité pour satisfaire ses besoins, surtout en période d’étiage. Il faut attendre 1935 pour que s’effectue le rattachement définitif des centrales du bassin de l’Ariège au réseau général avec la construction d’une ligne de 60 000 V par la Compagnie du Midi entre Ax-les-Thermes et Portet-Saint-Simon. Cela règle les problèmes posés par l’irrégularité de la production d’électricité ariégeoise qui fournit le Sud-Ouest en courant durant le printemps et en importe le reste du temps331. Avant cette date, l’électricité ne peut représenter la solution industrielle unique. Le phénomène n’est pas propre au Pays d’Olmes ; dans le Tarn, c’est surtout à partir des années 1920 que la nouvelle énergie se développe comme force motrice de l’industrie332.

Déchets et sous-produits

  • 333 Exposition universelle internationale de 1889 à Paris, Rapport général, p. 343.
  • 334 On sait qu’en 1864, les mélanges de matières premières en Pays d’Olmes comportent déchets de laine (...)

111Au sein des facteurs de production, l’énergie n’est pas la seule à connaître des transformations sensibles. À partir du dernier tiers du xixe siècle, la composition des produits lainiers évolue aussi. Avec le recours de plus en plus important aux déchets – tels les effilochés – se développe l’emploi d’un sous-produit du peignage : la blousse. « D’abord utilisée timidement vers 1862, la blousse ne tarda pas à trouver sa place dans la draperie unie, et principalement dans le drap noir ou son mélange avec la laine mère donne plus de finesse et de moelleux : la blousse blanche pouvant, à l’inverse de la blousse teinte, se filer à des taux élevés, on comprend tout le parti qu’en tirèrent les fabricants pour les draps teints en pièce »333. Mais les sources manquent pour mesurer la chronologie du phénomène de mutation dans le Midi334.

Des fibres naturelles à la fibranne

  • 335 Les fibres chimiques sont constituées des fibres artificielles et des fibres synthétiques. Ces der (...)
  • 336 M. Battiau, Le Textile. Vers une nouvelle donne mondiale ?, Paris, CDU-SEDES, 1985, p. 24-29.

112Quoi qu’il en soit, jusqu’à l’entre-deux-guerres, la laine – associée ou non à d’autres fibres textiles – a continué à dominer d’une manière écrasante l’industrie de la filature et du tissage. Ses qualités d’élasticité, d’isolation, de toucher, d’absorption de l’humidité en ont fait pendant longtemps un produit irremplaçable. L’arrivée des fibres chimiques sur le marché modifie sensiblement la situation ; les premières335 sont représentées par les fibres artificielles, ou fibres cellulosiques. Elles sont obtenues à partir de molécules que l’on trouve à l’état naturel. Leur composant principal est la cellulose, d’où leur dénomination. Elles sont inventées à la fin du xixe siècle en Allemagne, en France par Chardonnet et en Angleterre par Cross et Bevan dont les procédés s’imposent finalement336.

  • 337 W. Rey, L’économie de la laine, op. cit., p. 158.

113L’objectif était de produire chimiquement des fibres aussi performantes mais moins chères que le plus prestigieux des textiles naturels. La fibre que l’on obtient a une bonne élasticité, absorbe bien l’humidité mais n’a qu’une faible résistance à la rupture une fois mouillée. Fabriquée en continu, elle se présente sous la forme de longs filaments – appelés rayonne – destinés au tissage ou au tricotage, sans passage à la filature. Pour l’industrie de la laine, les fibres sont craquées : longues pour le peigné, courtes pour le cardé et prennent le nom de fibranne. Elles sont alors filées seules ou associées aux fibres naturelles. Elles ont, au départ, un coût important qui les limite aux articles de prix élevé. Alors qu’elles connaissent un fort développement en Italie et en Allemagne, elles restent d’un emploi encore confidentiel en France337.

  • 338 Ibid., p. 57-64.
  • 339 Comité central de la laine, L’Industrie lainière française, 1984, Tableau général de la production

114Les fibres cellulosiques se sont sensiblement développées dans l’entre-deux-guerres, surtout au cours des années 1930, et ont trouvé un créneau important. Elles ont été en concurrence dans la filature cardée avec les effilochés, les blousses et les laines neuves338. Les statistiques régionales manquent pour connaître la répartition de leur emploi à cette époque. Les sources postérieures permettent d’attester la part importante prise par ces nouveaux produits dans les années 1940, confirmant leur forte croissance des années 1930, au rythme de la décrue des laines neuves. Si Vienne est en tête de la consommation des fibres artificielles, les centres du Nord et du Midi viennent ensuite, faisant presque jeu égal339.

115Le processus de modernisation de la commercialisation, de l’appareil de production et de son organisation, amorcé sous la Monarchie de Juillet et le Second Empire, s’accélère avec la Grande Dépression. Alors que tout laisse penser à une victoire sans partage du peigné, le cardé conserve une bonne position grâce à sa diversité, à des innovations dans la composition des mélanges et l’adaptation aux goûts des consommateurs. Le Midi bénéficie de la tendance à la « moyennisation » de la qualité des produits qui profite plus à Lavelanet qu’à Mazamet. Cela est facilité par la généralisation, tardive et indispensable, de la vente à la commission par des voyageurs sur présentation d’échantillons. Mais l’équilibre financier impose l’accélération de la mutation de l’outillage, car le maintien de l’activité se joue aussi en terme de baisse des coûts de production.

116Aussi, dans la filature, la mule-jenny se généralise et se perfectionne. Puis la self-acting la remplace. La réforme de structure n’est vraiment totale qu’au début du xxe siècle dans les centres importants du Midi. Au même moment, la mécanisation du tissage s’effectue. Très peu présente vers 1880, la décennie 1890 marque l’accélération de la mutation qui se poursuit jusqu’à la Première Guerre mondiale. Celle-ci accélère le passage au métier mécanique non automatique dont le parc continue de croître dans les années 1920. Le décalage dans les innovations perdure donc, sans empêcher le volume global de l’équipement de s’accroître et d’accélérer les gains de productivité.

117Alors que l’Aude, l’Aveyron, la Lozère et les départements pyrénéens se marginalisent et que l’Hérault s’éteint, cinq places (Castres, Mazamet et Labastide-Rouairoux dans le Tarn, Lavelanet et Laroque-d’Olmes en Ariège) dans trois territoires de la laine (Castrais, Mazamet-Labastide-Rouairoux et le Pays d’Olmes), émergent. Une autre géographie du textile et une nouvelle hiérarchie des espaces industriels de la laine du Midi apparaissent. Ces territoires centrent leur production sur les nouveautés, les étoffes drapées lourdes, les molletons et les flanelles grâce à un outillage peu important d’une technologie qui a déjà fait ses preuves.

Notes

1 AD Aude, 14 M, 18 ; Rapport du président de la Chambre de Commerce de Carcassonne au ministre de l’agriculture et du commerce, 10 mars 1871.

2 Ibid. ; Lettre du sous-préfet de Limoux au préfet de l’Aude, 15 mars 1871.

3 Ibid. ; Rapport […], 10 mars 1871, supra cit.

4 Ibid. ; Statistique industrielle, 1872.

5 Ibid. ; Statistique industrielle, 1872-1875 ; AD Aude, 14 M, 19 ; Statistique industrielle, 1876-1880 ; AD Aude, 14 M, 20 ; Statistique industrielle, 1881-1884.

6 AD Aude, 14 M, 20 ; Réponse du sous-préfet de Limoux au préfet de l’Aude à l’enquête parlementaire particulière à la crise agricole et industrielle à la situation ouvrière, 26 novembre 1884.

7 Ibid. ; Réponse des industriels à l’enquête […], Raynaud à Carcassonne, 28 octobre 1884.

8 Ibid. ; Réponse des industriels à l’enquête […], Cavaillès à Montolieu, 29 octobre 1884.

9 Ibid. ; Réponse du sous-préfet de Castelnaudary au préfet de l’Aude à l’enquête parlementaire particulière à la crise agricole et industrielle à la situation ouvrière, 7 novembre 1884.

10 Ibid. ; État des principaux établissements industriels de la ville de Limoux, 1881.

11 Ibid. ; Réponse des industriels à l’enquête […], Compagnie de la Manufacture de La Trivalle à Carcassonne, 27 octobre 1884.

12 J.-C. Daumas, Les territoires de la laine. Histoire de l’industrie lainière en France au xixe siècle, Villeneuve-d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2004, p. 64.

13 Renseignements fournis par la Chambre de commerce de Carcassonne, 1910 publiés par le Ministère du Commerce, de l’Industrie, des Postes et des Télégraphes, Évaluation de la production, d’après les renseignements fournis par les Chambres de commerce (1910) et les statistiques administratives (1912), Première partie (Résultats par département), Paris, Imprimerie Nationale, 1917, 738 p.

14 AD Aveyron, 6 M, 736 ; Lettre du sous-préfet de Saint-Affrique au préfet de l’Aveyron, 28 février 1871.

15 AD Aveyron, 8 M, 6 ; Lettre du préfet de l’Aveyron au ministre de l’agriculture et du commerce, 11 mai 1872.

16 AD Aveyron, 6 M, 737 ; Lettre du sous-préfet de Saint-Affrique au préfet de l’Aveyron, 1er octobre 1873.

17 AD Aveyron, 8 M, 6 ; Lettre du sous-préfet de Saint-Affrique au préfet de l’Aveyron, 31 mars 1876.

18 F. Boulet, Un canton rural reculé du sud Aveyron à la poursuite du développement et des progrès du xixe siècle. Le développement proto-industriel du textile dans le canton de Saint-Affrique, de 1744 au début du xxe siècle, Mémoire de maîtrise, Université Toulouse II-Le Mirail, 2002, p. 128-129.

19 Notons que le sous-préfet de Saint-Affrique en 1840 dans sa lettre d’accompagnement à l’expédition des résultats de la statistique industrielle et commerciale du royaume n’insistait que sur un aspect qu’il considérait remarquable : l’implication de Rigal qui venait « d’affermer toutes les caves de Roquefort » : AD Aveyron, 6 M, 740 ; Lettre du sous-préfet de Saint-Affrique au préfet de l’Aveyron, 15 juillet 1846.

20 AD Aveyron, 6 M, 741 ; Extrait de l’enquête parlementaire sur la situation des ouvriers de l’industrie et de l’agriculture en France, 1884.

21 Ibid. ; Minute d’un rapport du préfet de l’Aveyron au ministre de l’intérieur, 1884.

22 AD Aveyron, 6 M, 738 ; Rapport du sous-préfet d’Espalion au préfet de l’Aveyron, 25 février 1886.

23 AD Aveyron, 6 M, 739 ; Minute d’un rapport du préfet de l’Aveyron au ministre du commerce et de l’industrie, 28 juin 1890.

24 Ibid. ; Statistiques sommaires des industries principales, années 1894-1895.

25 AD Aveyron, 8 M, 7 ; Rapport du sous-préfet d’Espalion au préfet de l’Aveyron, août 1913.

26 Ibid. ; Rapport du sous-préfet de Saint-Affrique au préfet de l’Aveyron, 9 août 1913.

27 AD Lozère, M, 4173 ; Lettre du préfet de la Lozère au ministre de l’agriculture et du commerce, 24 mai1880.

28 Ibid. ; Lettre du préfet de la Lozère au ministre de l’agriculture et du commerce, 24 juin 1880.

29 Ibid. ; Lettre du préfet de la Lozère au ministre de l’agriculture et du commerce, 16 octobre 1881.

30 Ibid. ; Lettre du préfet de la Lozère au ministre de l’agriculture et du commerce, 9 janvier 1882.

31 Ibid. ; Lettre du sous-préfet de Mende au préfet de la Lozère, 15 mars 1881.

32 AD Lozère, 2 P, 153 ; Contributions directes : carnets des établissements industriels imposables aux droits de patentes. Perceptions de Marvejols, 1846-1889.

33 AD Lozère, M, 4173 ; Rapport sur la situation industrielle et commerciale, arrondissement de Marvejols, 1885.

34 AD Lozère, 2 P, 153 ; Contributions directes : carnets des établissements industriels imposables aux droits de patentes. Perceptions de Marvejols, 1846-1889.

35 Qui est la principale zone de filature avec Mende et de loin la plus importante zone de tissage.

36 AD Lozère, 2 P, 154 ; id., Perceptions de Mende, 1849-1886.

37 AD Lozère, 2 P, 151 ; id., Perceptions : Aumont, Grandrieu, Le Malzieu, Fournels, Saint-Chély-d’Apcher, Le Massegros, Nasbinals, Pont de Montvert, 1846-1889 et AD Lozère, 2 P, 152 ; id., Perceptions : Le Bleymard, Bagnols, La Canourgue, Chanac, Chateauneuf, Florac, Meyreuis, Sainte-Énimie, 1846-1888.

38 AD Lozère, M, 4173 ; Lettre du préfet de la Lozère au ministre de l’agriculture et du commerce, 18 mars 1882.

39 Y. Pourcher, La trémie et le rouet. Moulins, industrie textile et manufactures de Lozère à travers leur histoire, Montpellier, Presses du Languedoc, 1989, p. 170.

40 Le centre de Saint-Pons est réactivé par la création d’entreprises de filature et d’effilochage au xxe siècle sous la dépendance de Labastide-Rouairoux.

41 F. Teisserenc, L’industrie lainière dans l’Hérault, Paris, Arthur Rousseau éditeur, 1908, p. 95-124.

42 AD Hérault, 6 M, 1641 ; Situation industrielle de l’Hérault. 1871.

43 AD Hérault, 6 M, 1642 ; Situation industrielle de l’Hérault. Arrondissement de Saint-Pons. 3e trimestre 1872.

44 AD Hérault, 6 M, 1645 ; Lettre du sous-préfet de Saint-Pons au préfet de l’Hérault, 5 janvier 1875.

45 Ibid. ; Situation industrielle de l’Hérault. Arrondissement de Saint-Pons. 3e trimestre 1875.

46 Ibid. ; Lettre du sous-préfet de Saint-Pons au préfet de l’Hérault, 5 février 1875.

47 Ibid. ; Situation industrielle de l’Hérault. Arrondissement de Saint-Pons. 2e trimestre 1875.

48 AD Hérault, 6 M, 1646-1647 ; Situation industrielle de l’Hérault. 1876 et 1877.

49 AD Hérault, 6 M, 1647 ; Lettre du sous-préfet de Saint-Pons au préfet de l’Hérault, 24 janvier 1878.

50 AD Hérault, 6 M, 1648 ; Lettre du sous-préfet de Saint-Pons au préfet de l’Hérault, 5 mars 1878.

51 AD Hérault, 6 M, 1649-1653 ; Situation industrielle de l’Hérault. 1879-1883.

52 AD Hérault, 6 M, 1653 ; Situation industrielle de l’Hérault. Arrondissement de Béziers. 3e trimestre 1883.

53 AD Hérault, 6 M, 1656 ; Lettre du sous-préfet de Saint-Pons au préfet de l’Hérault, 15 avril 1886.

54 AD Hérault, 6 M, 1656-1663 ; Situation industrielle de l’Hérault. 1886 et 1893. Après 1893, soit pour des raisons de lacune statistique, soit en raison des informations de nature lapidaire, on ne peut plus suivre avec précision l’évolution de la situation industrielle de l’Hérault.

55 AD Hérault, 6 M, 1642 ; Situation industrielle et commerciale. Arrondissement de Lodève, 7 mars 1871.

56 Ibid. ; Situation industrielle et commerciale. Arrondissement de Lodève, 3e trimestre de 1872.

57 AD Hérault, 6 M, 1644 ; Lettre du sous-préfet de Lodève au préfet de l’Hérault, 24 janvier 1884.

58 AD Hérault, 6 M, 1645 ; Situation industrielle et commerciale. Arrondissement de Lodève, 3e trimestre de 1875 ; ibid. ; Lettre du sous-préfet de Lodève au préfet de l’Hérault, 10 janvier 1876.

59 AD Hérault, 6 M, 1646 ; Lettre du sous-préfet de Lodève au préfet de l’Hérault, 5 avril 1876.

60 Ibid. ; Situation industrielle et commerciale. Arrondissement de Lodève, 2e trimestre de 1876.

61 AD Hérault, 6 M, 1646-1647 ; Situation industrielle et commerciale. Arrondissement de Lodève, 3e trimestre de 1876 – 3e trimestre de 1877.

62 AD Hérault, 6 M, 1647 ; Lettre du sous-préfet de Lodève au préfet de l’Hérault, 24 octobre 1877.

63 AD Hérault, 6 M, 1650 ; Situation industrielle et commerciale. Arrondissement de Lodève, 1er trimestre de 1880.

64 AD Hérault, 6 M, 1650-1654 ; Situation industrielle et commerciale. Arrondissement de Lodève, 2e trimestre de 1880 – 1er trimestre de 1884.

65 AD Hérault, 6 M, 1654 ; Lettre du sous-préfet de Lodève au préfet de l’Hérault, 2 avril 1884.

66 AD Hérault, 6 M, 1654-1656 ; Situation industrielle et commerciale. Arrondissement de Lodève, 2e trimestre de 1884 – 1er trimestre de 1886.

67 AD Hérault, 6 M, 1656 ; Lettre du sous-préfet de Lodève au préfet de l’Hérault, 7 avril 1886.

68 AD Hérault, 6 M, 1657 ; Lettre du sous-préfet de Lodève au préfet de l’Hérault, 2 août 1887.

69 AD Hérault, 6 M, 1658 ; Lettre du sous-préfet de Lodève au préfet de l’Hérault, 25 août 1888.

70 Ibid. ; Lettre du sous-préfet de Lodève au préfet de l’Hérault, 4 janvier 1889.

71 Ibid. ; Délibération de la Chambre consultative des arts et manufactures de Lodève, 26 décembre 1888.

72 AD Hérault, 6 M, 1659 ; Lettre du sous-préfet de Lodève au préfet de l’Hérault, 4 janvier 1890.

73 AD Hérault, 6 M, 1661 ; Lettre du sous-préfet de Lodève au préfet de l’Hérault, 1er avril 1891.

74 AD Hérault, 6 M, 1660 ; Lettre du sous-préfet de Lodève au préfet de l’Hérault, 31 décembre 1890.

75 AD Hérault, 6 M, 1664-1666 ; Situation industrielle et commerciale de l’Hérault, 1894-1903.

76 F. Teisserenc, L’industrie lainière dans l’Hérault, op. cit., p. 116.

77 Ibid., p. 119.

78 Ibid., p. 95-124.

79 J.-C. Daumas, Les territoires de la laine. Histoire de l’industrie lainière en France au xixe siècle, op. cit., p. 64. Daumas donne 22 millions en 1860 et 18,5 millions en 1869 pour l’ensemble du département de l’Hérault.

80 J.-C. Daumas, Les territoires de la laine. Histoire de l’industrie lainière en France au xixe siècle, op. cit., p. 65.

81 Ibid., p. 64.

82 J. Loup, L’industrie lainière dans le Tarn, Toulouse, Librairie des étudiants, 1910, p. 206-208.

83 C. Fohlen, L’industrie textile au temps du Second Empire, Paris, Plon, 1956, p. 339.

84 J. Levain, J. Rougerie, A. Straus, « Contribution à l’étude des mouvements de « longue durée » : la croissance de l’industrie lainière en France au xixe siècle : ses allures et ses déterminants », in Recherches et travaux, Institut d’histoire économique et sociale de l’université de Paris I-Panthéon-Sorbonne, déc. 1984, bull. no 13, p. 65 et p. 82.

85 C. Fohlen, L’industrie textile au temps du Second Empire, op. cit., p. 337.

86 J. Levain, J. Rougerie et A. Straus, « Contribution à l’étude des mouvements de « longue durée » : la croissance de l’industrie lainière en France au xixe siècle : ses allures et ses déterminants », […], bull. no 13, loc. cit., p. 113.

87 Ibid., p. 83.

88 Sources contemporaines et analyses de Claude Fohlen ont attribué cette responsabilité à la mise en place du traité de libre-échange qui aurait livré la production nationale, celle de Roubaix en particulier, à celle de Bradford. Jean-Claude Daumas a montré en quoi cette régression devait beaucoup plus à la dynamique qui animait les tissus de pure laine sensiblement plus demandés par les magasins et les confectionneurs français et par les marchés extérieurs (cf. J.-C. Daumas, Les territoires de la laine. Histoire de l’industrie lainière en France au xixe siècle, op. cit., p. 226-228).

89 J. Loup, L’industrie lainière dans le Tarn, op. cit., p. 48.

90 R. Hubac, « L’industrie castraise », in Revue de géographie des Pyrénées et du Sud-Ouest, tome 5, 2, 1934, p. 158.

91 P. Gau et N. de Nardi, Le bassin d’emploi de Castres-Mazamet. Évolution économique et urbanisation, Thèse de doctorat de 3e cycle en urbanisme et aménagement, Université de Toulouse II-Le Mirail, 1986, p. 18-22.

92 Il se limite toutefois à l’analyse du nombre de broches de filature, la connaissance précise de la quantité de métiers à tisser faisant aussi défaut. Elle fournit toutefois un bon indice statistique dans la mesure où la filature et la production de tissus et de bonneterie sont fortement liées dans l’industrie de la laine cardée.

93 J. Loup, L’industrie lainière dans le Tarn, op. cit., p. 49-50.

94 R. Hubac, « L’industrie castraise », loc. cit., p. 160-161.

95 J. Loup, L’industrie lainière dans le Tarn, op. cit., p. 68 et p. 207.

96 R. Cazals, Les révolutions industrielles à Mazamet, 1750-1900, Paris/Toulouse, La Découverte-Maspero/Privat, 1983, p. 174.

97 J. Levain, J. Rougerie et A. Straus, « Contribution à l’étude des mouvements de « longue durée » : la croissance de l’industrie lainière en France au xixe siècle : ses allures et ses déterminants », […], bull. no 13, loc. cit., Tableau no 1 : Centres principaux. Chiffres d’affaires tissus, p. 63.

98 J. Loup, L’industrie lainière dans le Tarn, op. cit., p. 68-70.

99 A. Pawlowski, L’industrie textile française, Paris, J. Ch. et A. Brun, 1925, p. 145 et p. 147.

100 J. Loup, L’industrie lainière dans le Tarn, op. cit., p. 55-56.

101 R. Cazals, Les révolutions industrielles à Mazamet, 1750-1900, op. cit., p. 182-209.

102 Cf. Graphiques 4 à 7. Les premières courbes ont été publiées par Jean Loup (J. Loup, L’industrie lainière dans le Tarn, op. cit., p. 67), puis par René Brenac, (R. Brenac, « Les industries de Mazamet », in Revue de géographie des Pyrénées et du Sud-Ouest, III, 1932, p. 159), ensuite par Rémy Cazals (R. Cazals, Les révolutions industrielles à Mazamet, 1750-1900, op. cit., p. 193), enfin les plus complètes par Jean-Claude Daumas (J.-C. Daumas, Les territoires de la laine. Histoire de l’industrie lainière en France au xixe siècle, op. cit., p. 31).

103 AD Tarn, 10 M3, 3 ; Statistiques des industries principales du département, 1828-1876 et AD Tarn, 13 M1, 7 à 53 ; Rapports relatifs à la situation industrielle dans le département, An 9-1933.

104 C. Fohlen, L’industrie textile au temps du Second Empire, op. cit., p. 182.

105 Sans négliger pour la capitale normande du cardé l’impact de l’inadaptation de l’appareil de production, le manque de capitaux, l’insuffisance de l’équipement institutionnel, les salaires élevés et le manque de main-d’œuvre dans les difficultés rencontrées, force est de constater la responsabilité de l’inadaptation de la politique commerciale dans la crise traversée par Elbeuf ; l’entêtement à produire des draps unis d’une part et surtout des nouveautés de laine cardée d’autre part y est pour beaucoup alors que la mode est au peigné (J.-C. Daumas, L’amour du drap. Blin & Blin. Elbeuf, 1827-1975. Histoire d’une entreprise lainière familiale, Besançon, Presses universitaires franccomtoises, 1999, p. 155-175 ; J.-C. Daumas, Les territoires de la laine. Histoire de l’industrie lainière en France au xixe siècle, op. cit., p. 118-139).

106 J. Loup, L’industrie lainière dans le Tarn, op. cit. repris par R. Cazals, Les révolutions industrielles à Mazamet, 1750-1900, op. cit., p. 207.

107 A. Pawlowski, L’industrie textile française, op. cit., p. 147.

108 R. Cazals, « La révolution industrielle », in L’industrie de la laine en Languedoc depuis la préhistoire jusqu’à nos jours, Montpellier-Carcassonne, APALR-Les Audois, 1995, p. 61.

109 É. Cormouls-Houlès, Mazamet en 1930. Un centre d’activité économique du Midi de la France, Toulouse/Paris, Privat/Didier, 1931, tome 3, p. 130.

110 J.-C. Daumas, Les territoires de la laine. Histoire de l’industrie lainière en France au xixe siècle, op. cit., p. 365.

111 C. Fohlen, L’industrie textile au temps du Second Empire, op. cit., p. 182.

112 R. Cazals, Les révolutions industrielles à Mazamet, 1750-1900, op. cit., p. 209.

113 É. Cormouls-Houlès, Mazamet en 1930. Un centre d’activité économique du Midi de la France, op. cit., tome 3, p. 130.

114 J. Loup, L’industrie lainière dans le T arn, op. cit., p. 69.

115 A. Lévy, « D’une guerre à l’autre (1920-1945) », in R. Cazals (dir.), Histoire de Castres, Mazamet, la montagne, Toulouse, Privat, 1992, p. 249.

116 J. Loup, L’industrie lainière dans le Tarn, op. cit., p. 68.

117 Alors que la draperie française connaît une reprise sensible entre 1872 et 1875, Lavelanet est fortement marquée par la crise en 1873-1874. Durant la profonde phase dépressive traversée par la draperie française entre 1875 et 1880, Lavelanet voit son activité s’effondrer en 1876-1877.

118 AD Ariège, 14 M, 18/1 à 5 ; Situations trimestrielles (1856-1890).

119 Ainsi, lors de la forte phase de croissance correspondant essentiellement à la Monarchie de Juillet fondée sur l’explosion de la production de cuirs-laine, la population passe de 1 852 à 3 062 individus, ce qui représente une croissance de 65 %. Le Second Empire est à la fois marqué par l’apogée de cette fabrication puis de sa ruine à l’origine de la phase d’adaptation fondée, sur une période de mécanisation et d’introduction des nouveautés plus rémunératrices. La population passe alors de 3 062 à 3 292, marquant la poursuite de la croissance de plus de 7,5 %. La phase de la Grande Dépression représente, comme nous avons pu le voir, une phase très dure pour le Pays d’Olmes au point d’avoir menacé son existence même. Les crises de 1873-1874 et de 1876-1877 l’attestent pleinement ; la population passe alors, entre 1871 et 1876, de 3 292 à 3 095 ce qui représente une diminution de 6 %. La Grande Dépression n’est pas cependant une période continue de crise puisque, entre 1878 et 1883, les draperies de la région connaissent une phase florissante mais rapidement suivie à nouveau d’une période de difficultés, peu marquée cependant, entre 1883 à 1887. La population s’élève alors, entre 1876 et 1886, de 3 095 à 3 246, enregistrant une croissance de 4,9 %. La phase de difficulté de 1886-1887 est suivie d’un court répit en 1888 avant la forte crise de 1889-1890 ; la population baisse, entre 1886 et 1891, de 3 246 à 2 981, ce qui représente une diminution supérieure à 8 %.

120 R. Jolibert, « La population de l’Ariège de l’an XII à 1982 », in Bulletin de la Société ariégeoise des Sciences, Lettres et Arts, 1984, p. 113-170.

121 AD Ariège, 14 M, 10 ; Industrie lainière. Enquête générale de 1930.

122 AD Ariège, 14 M, 11 ; Rapport de l’ingénieur des mines Mussy, 5 novembre 1869.

123 Ministère du Commerce, de l’Industrie, des Postes et des Télégraphes, Évaluation de la production, d’après les renseignements fournis par les Chambres de commerce (1910) et les statistiques administratives (1912), Première partie (Résultats par département), Paris, Imprimerie Nationale, 1917.

124 M. Chevalier, La vie humaine dans les Pyrénées ariégeoises, Paris, M.-Th. Génin, 1956, reprint, Tarascon-sur-Ariège, Resonances, 1980, p. 936.

125 A. Pawlowski, L’industrie textile française, op. cit., p. 153.

126 M. Chevalier, La vie humaine dans les Pyrénées ariégeoises, op. cit., p. 936.

127 A. Pawlowski, L’industrie textile française, op. cit., p. 153.

128 M. Chevalier, La vie humaine dans les Pyrénées ariégeoises, op. cit., p. 936.

129 AD Ariège, 14 M, 10 ; Industrie lainière. Enquête générale de 1930.

130 A. Pawlowski, L’industrie textile française, op. cit., p. 145 et p. 147.

131 J.-C. Daumas, L’amour du drap. Blin & Blin. Elbeuf, 1827-1975. Histoire d’une entreprise lainière familiale, op. cit., p. 316.

132 L. Romier, L’industrie lainière, in H. Hauser et H. Hitier (rapporteurs généraux), Enquête sur la production française et la concurrence étrangère, tome II, Industries textiles, industries du vêtement, Paris, Association Nationale d’Expansion Économique, 1917, p. 15.

133 J.-C. Daumas, L’amour du drap. Blin & Blin. Elbeuf, 1827-1975. Histoire d’une entreprise lainière familiale, op. cit., p. 316.

134 A. Aftalion, L’industrie textile en France pendant la guerre, op. cit., p. 43-45.

135 J.-C. Daumas, L’amour du drap. Blin & Blin. Elbeuf, 1827-1975. Histoire d’une entreprise lainière familiale, op. cit., p. 316.

136 A. Aftalion, L’industrie textile en France pendant la guerre, op. cit., p. 71.

137 Aussi, pour profiter de l’aubaine, le nombre de métiers à tisser la laine s’accroît aussi à Lyon qui se met à substituer le travail de la laine à celui de la soie, ibid., p. 45.

138 Ibid., p. 72.

139 A. Serrano, L’industrie textile en Pays d’Olmes au xixe siècle, Mémoire de maîtrise d’histoire, Université de Toulouse II-Le Mirail, 1997, p. 218.

140 A. Aftalion, L’industrie textile en France pendant la guerre, op. cit., p. 43.

141 Ibid., p. 79 et sq.

142 A. Pawlowski, L’industrie textile française, op. cit., p. 144-154.

143 Ibid., p. 45-48 et p. 54-57.

144 L. Romier, L’industrie lainière, op. cit., p. 29.

145 Lucien Romier estime que la part de l’industrie alsacienne dans la production française tant de filature que de tissage de laine devait représenter 23 % (L. Romier, L’industrie lainière, op. cit., p. 35).

146 A. Pawlowski, L’industrie textile française, op. cit., passim.

147 J. Levain, J. Rougerie et A. Straus, « Contribution à l’étude des mouvements de « longue durée » : la croissance de l’industrie lainière en France au xixe siècle : ses allures et ses déterminants », in Recherches et travaux, Institut d’histoire économique et sociale de l’université de Paris I-Panthéon-Sorbonne, déc. 1983, bull. no 12, p. 63, p. 66 et p. 81-83.

148 J.-C. Daumas, Les territoires de la laine. Histoire de l’industrie lainière en France au xixe siècle, op. cit., p. 51.

149 Exposition universelle internationale de 1889 à Paris, Rapport général, p. 345.

150 AN, F12, 6887 ; Chambre syndicale des tissus et nouveautés, Rapport sur les traités de commerce, Paris, Imp. Édouard Duruy, 1890 : « depuis 1872, d’autres nations et surtout nos voisins les Allemands ont monté des usines nombreuses et importantes. Puissamment favorisés par le bon marché de la main-d'œuvre […] nous luttons à grand’peine contre ces redoutables concurrents ».

151 Ministère du Commerce de l’Industrie, des postes et télégraphes, des transports maritimes et de la marine marchande, Rapport général sur l’industrie française, sa situation, son avenir, (D’après les travaux des sections du comité consultatif des arts et manufactures et de la direction des études techniques), Première partie, Étude de la situation des principales industries avant la guerre et de leur expansion possible, Tome premier, Énergie mécanique. – Industries métallurgiques. – Constructions mécaniques et métalliques. – Textiles. Bois et papier, Paris, Imprimerie nationale, 1919, p. 552-553.

152 Ibid., p. 458.

153 L. Romier, L’industrie lainière, op. cit., p. 38-44 synthétisé par J.-C. Daumas, Les territoires de la laine. Histoire de l’industrie lainière en France au xixe siècle, op. cit., p. 51-53.

154 À partir des travaux de D. T. Jenkins et J. C. Malin, « European Competition in Woollen Cloth, 1870-1914 : the Role of Shoddy », in Business History, 1990, XXXII, 4, p. 66-86 synthétisés par J.-C. Daumas, Les territoires de la laine. Histoire de l’industrie lainière en France au xixe siècle, op. cit., p. 53-58.

155 L. Romier, L’industrie lainière, op. cit., p. 34.

156 P. Verley, L’Échelle du monde. Essai sur l’industrialisation de l’Occident, Paris, Gallimard, 1997, p. 543-615.

157 L. Romier, L’industrie lainière, op. cit., p. 32.

158 Ibid., p. 34.

159 G. Sayet, Exposition internationale du Nord de la France. Roubaix 1911. Rapport Général, Roubaix, Imprimerie du Journal de Roubaix, 1912.

160 L. Romier, L’industrie lainière, op. cit., p. 36.

161 « Les tissus de la fabrication castraise sont exclusivement vendus en France », cf. AN, F12, C, 7318, Dossier 1434 ; Chambre de commerce de Castres. Réponse au questionnaire de la commission d’enquête de la Chambre des Députés sur l’industrie textile, 1904, f° 6.

162 A. Aftalion, L’industrie textile en France pendant la guerre, op. cit., p. 78.

163 P. Verley, L’Échelle du monde. Essai sur l’industrialisation de l’Occident, op. cit., p. 625-626.

164 Gaston Grandgeorge, Léon Tabourier (G. Grandgeorge et L. Tabourier, L’industrie textile en France en 1897, Paris, Imprimerie Nationale, 1898-1899) et Émile Lefèvre (É. Lefèvre, Histoire économique de la laine, Reims, H. Leroy, Imprimeur-Éditeur, 1906) cités à partir de J.-C. Daumas, Les territoires de la laine. Histoire de l’industrie lainière en France au xixe siècle, op. cit., p. 53.

165 D. T. Jenkins, J. C. Malin, « European Competition in Woollen Cloth, 1870-1914 : the Role of Shoddy », loc. cit., p. 68.

166 L. Romier, L’industrie lainière, op. cit., p. 24.

167 D. T. Jenkins, J. C. Malin, « European Competition in Woollen Cloth, 1870-1914 : the Role of Shoddy », loc. cit., p. 68 ; E. M. Sigsworth, J. M. Blackman, « The Woollen and Worsted Industries », in Aldcroft Derk H. (dir.), The Development of British Industry and Foreign Competition, 1875-1914, Londres, George Allen & Unwin, 1968, p. 142-145 cités par J.-C. Daumas, Les territoires de la laine. Histoire de l’industrie lainière en France au xixe siècle, op. cit., p. 57.

168 En dehors du savoir-faire de ses filateurs, la supériorité du fil peigné français résultait du fait qu’il était élaboré à sec par des renvideurs alors que les matières britanniques étaient traitées avec plus d’huile sur des continus qui produisaient un fil plus serré ; les produits français se prêtaient mieux à une teinture de qualité qui permettait d’obtenir des couleurs plus délicates et plus brillantes (J.-C. Daumas, Les territoires de la laine. Histoire de l’industrie lainière en France au xixe siècle, op. cit., p. 57).

169 A. Aftalion, L’industrie textile en France pendant la guerre, op. cit., p. 78.

170 J.-C. Daumas, Les territoires de la laine. Histoire de l’industrie lainière en France au xixe siècle, op. cit., p. 46.

171 W. Rey, L’économie de la laine, Verviers, Vinche, 1943, p. 37.

172 Comme dans les années 1970, cf. M. Battiau, Les industries textiles de la région Nord-Pas-de-Calais : étude d’une concentration géographique d’entreprises et sa remise en cause, Lille, ART Lille III, 1976, p. 644.

173 J.-C. Daumas, L’amour du drap. Blin & Blin. Elbeuf, 1827-1975. Histoire d’une entreprise lainière familiale, op. cit., p. 172.

174 F. Chenoune, Des habits et des hommes : histoire de l’élégance et de la mode masculine, Paris, Flammarion, 1993.

175 P. Lamoitier et D. de Prat, Traité théorique et pratique de tissage des tissus de laine à l’usage des fabricants, compositeurs, dessinateurs, metteurs en cartes, contremaîtres, ouvriers et des écoles professionnelles de tissage, Paris et Liège, 1923, 2e éd., Librairie Polytechnique Ch. Béranger, 1930, p. 519-523.

176 R. Cazals et J. Valentin, Carcassonne ville industrielle au xviiie siècle, Carcassonne, Service éducatif des Archives de l’Aude/CDDP, 1984.

177 C. Marquié, « En Languedoc : des manufactures royales aux usines (1666-1954) », in S. Caucanas et R. Cazals (dir.), Du moulin à l’usine. Implantations industrielles du xe au xxe siècle, Actes du colloque international de Carcassonne, 11 et 12 mai 2004, Toulouse, Privat, 2005, p. 139.

178 M. Chevalier, La vie humaine dans les Pyrénées ariégeoises, op. cit., p. 937.

179 Ministère du commerce, de l’industrie des postes et des télégraphes, Exposition universelle internationale de 1900 à Paris, Rapport du jury international, Classe 82, Fils et tissus de laine peignée et de laine cardée, Rapport de M. Charles Marteau manufacturier président de la société industrielle de Reims membre de la commission permanente des valeurs de douane, Paris, Imprimerie nationale, 1901, p. 10 (désormais : Exposition universelle internationale de 1900 à Paris, Rapport du jury international).

180 Exposition universelle internationale de 1900 à Paris, Rapport du jury international, p. 54.

181 AD Ariège, 9 U, 732 ; Acte de la « Société anonyme des établissements Ricalens » à Laroque-d’Olmes, 11 octobre 1928, f° 6.

182 Tissu serré de la famille des gabardines, à côtes obliques très en relief, pour les uniformes ou la consommation civile pour pantalons et imperméables.

183 Tissu serré à côtes longitudinales destiné à la confection féminine.

184 AD Ariège, 14 M, 16 ; Lettre de Dumons frères au préfet de l’Ariège, 20 juillet, 1936.

185 Exposition universelle internationale de 1900 à Paris, Rapport du jury international, p. 54.

186 Ibid.

187 J.-C. Daumas, L’amour du drap. Blin & Blin. Elbeuf, 1827-1975. Histoire d’une entreprise lainière familiale, op. cit., p. 227 ; voir aussi J.-C. Daumas, Les territoires de la laine. Histoire de l’industrie lainière en France au xixe siècle, op. cit., p. 47.

188 AN, F12, 6886 ; Réponses des chambres de commerce au ministre du Commerce, de l’Industrie et des Colonies sur la production en tissus de laine de toute espèce pour 1891. Chambre de commerce de Roubaix.

189 AN, F12, 6886 ; Ibid., Chambre de commerce d’Elbeuf.

190 Ibid., Chambre de commerce de Sedan.

191 Ibid., Chambre de commerce d’Elbeuf.

192 Ibid., Chambre de commerce de Sedan.

193 Ibid., Chambre de commerce d’Elbeuf.

194 Ibid. et Lettre du président de la chambre de commerce d’Elbeuf au ministre de l’Agriculture et du Commerce, 7 janvier 1874.

195 J.-C. Daumas, Les territoires de la laine. Histoire de l’industrie lainière en France au xixe siècle, op cit., p. 48-51.

196 AD Ariège, 14 M, 19/1, no 10 ; Manufacture de draps de la Maison Étienne Dumas de Lavelanet, département de l’Ariège, 1819 et ibid., no 10 ; Manufacture de draps de la Maison Jean-Baptiste Dastis de Lavelanet, département de l’Ariège, 1819 ; AD Ariège, 14 M, 11 ; Rapport de l’ingénieur des mines Mussy, 5 novembre 1869.

197 J.-C. Daumas, Les territoires de la laine. Histoire de l’industrie lainière en France au xixe siècle, op. cit., p. 66.

198 La notion de tissu « lourd » est très subjective. Notons que les différents corps consultatifs entendus dans l’enquête de 1890 avaient donnés des valeurs comprises entre 200 et 400 gr/m2 pour définir la limite entre « lourd » et « léger ». Les chambres de commerce produisant les tissus les plus légers comme celles de Reims et d’Amiens ainsi que la chambre syndicale de Paris avaient opté pour la valeur la plus basse, la chambre de commerce de Tourcoing pour 260 gr/m2, celles de Louviers et d’Elbeuf pour 400 gr/m2, quant à la chambre de commerce de Vienne, elle avait choisi tout d’abord pour la même valeur, adoptant ensuite celle de 300 gr/m2, cf. AN, F12, 6887 ; Tarif général des douanes. Notes sur les propositions de la commission et les amendements déposés à la chambre des députés, s. d. (1909).

199 En 1908, les tissus étrangers compris entre 500 et 700 gr/m2 ne représentent que 8 % des importations et ceux de plus de 700 gr/m2 moins de 2 %, cf. AN, F12, 6887 ; Importations en France en 1908.

200 Par la gêne que cela procure à la division de la chaîne dont les fils s’accrochent entre eux ce qui peut provoquer des casses du fait de la marche rapide et brutale des métiers.

201 Bulletin de la Société d’Agriculture, commerce, sciences et arts de la ville de Mende, 1883, cité par Y. Pourcher, La trémie et le rouet. Moulins, industrie textile et manufactures de Lozère à travers leur histoire, op. cit., p. 166-168.

202 J.-C. Daumas, Les territoires de la laine. Histoire de l’industrie lainière en France au xixe siècle, op. cit., p. 191-195.

203 Ibid., p. 162-165.

204 Ibid., p. 223-230 et 345-348.

205 Y. Pourcher, La trémie et le rouet. Moulins, industrie textile et manufactures de Lozère à travers leur histoire, op. cit., p. 170.

206 Ibid., p. 130.

207 Les grands centres du cardé qui subissent l’érosion de leurs marchés, aggravée par la Grande Dépression, se lancent, comme Elbeuf, dans la production de draps d’uniforme pour l’armée, la marine, les compagnies de chemin de fer, les transports urbains, les lycées, les séminaires, etc. Titulaire d’un lot de drap de troupe en 1885, Elbeuf en obtenait huit en 1894. À partir de la fin du xixe siècle, le drap d’uniforme a toujours représenté une part importante de la production totale du centre normand : 12,8 % en 1899, 11,9 % en 1901, 9,6 % en 1909, 13,7 % en 1911 (J.-C. Daumas, L’amour du drap. Blin & Blin. Elbeuf, 1827-1975. Histoire d’une entreprise lainière familiale, op. cit., p. 223 et 226).

208 AD Hérault, 9 M, 9 ; Minute d’une lettre du préfet de l’Hérault au ministre de l’intérieur, octobre 1882.

209 AD Hérault, 9 M, 9 ; Lettre du sous-préfet de Lodève au préfet de l’Hérault, 21 octobre 1882.

210 F. Teisserenc, L’industrie lainière dans l’Hérault, op. cit., p. 91.

211 AD Hérault, 6 M, 1658 ; Délibération de la Chambre consultative des arts et manufactures de Lodève, 26 décembre 1888.

212 F. Teisserenc, L’industrie lainière dans l’Hérault, op. cit., p. 91-95.

213 J.-C. Daumas, L’amour du drap. Blin & Blin. Elbeuf, 1827-1975. Histoire d’une entreprise lainière familiale, op. cit., p. 316.

214 M. Chevalier, La vie humaine dans les Pyrénées ariégeoises, op. cit., p. 936.

215 AD Ariège, 14 M, 16 ; Établissements industriels divers : affaires générales, correspondance. 1934-1937.

216 F. Teisserenc, L’industrie lainière dans l’Hérault, op. cit., p. 115-124.

217 J.-C. Daumas, L’amour du drap. Blin & Blin. Elbeuf, 1827-1975. Histoire d’une entreprise lainière familiale, op. cit., p. 227.

218 AD Ariège, 14 M, 18/5 ; Statistiques industrielles. Observations, année 1888.

219 AD Ariège, 16 J, 16 ; Archives Bourrel. Filature Ponsein et Bourrel à Laroque-d’Olmes. États des marchandises vendues dans les foires.

220 F. Teisserenc, L’industrie lainière dans l’Hérault, op. cit., p. 117.

221 Bulletin de la Société d’Agriculture, commerce, sciences et arts de la ville de Mende, 1883, cité par Y. Pourcher, La trémie et le rouet. Moulins, industrie textile et manufactures de Lozère à travers leur histoire, op. cit., p. 168.

222 Exposition universelle internationale de 1900 à Paris, Rapport du jury international, p. 54.

223 Registres des procès-verbaux des dépôts de brevets faits à la préfecture. 1830-1942. Registre, 1904-1942.

224 Registres des procès-verbaux des dépôts de brevets faits à la préfecture. 1830-1942. Registres no 1 & 2, 1830-1887.

225 J. Loup, L’industrie lainière dans le Tarn, op. cit., p. 207.

226 Exposition universelle internationale de 1900 à Paris, Rapport du jury international, p. 54.

227 J. Loup, L’industrie lainière dans le Tarn, op. cit.

228 J.-C. Daumas, L’amour du drap. Blin & Blin. Elbeuf, 1827-1975. Histoire d’une entreprise lainière familiale, op. cit., p. 170.

229 AD Ariège, 14 M, 11 ; Rapport de l’ingénieur des mines Mussy, 5 novembre 1869, f° 5-6 et 9.

230 Mélanges conservés au Musée du textile et du peigne en corne de Lavelante.

231 B. Evans, La transition industrielle dans le canton de Mirepoix, 1914, Mémoire de maîtrise, Université de Toulouse II-Le Mirail, 2004 ; S. Saboy, Lavelanet et les enfants du textile, xixe- xxe siècles, Lavelanet, AMPTC/Musée du textile et du peigne en corne, 2005 ; sources dans la soussérie 14 M des archives départementales de l’Ariège.

232 M. Chevalier, La vie humaine dans les Pyrénées ariégeoises, op. cit., p. 937.

233 AD Aveyron, 6 M, 736 ; Rapport de l’ingénieur des Mines, 7 avril 1870.

234 AD Hérault, 6 M, 1645 ; Lettre du sous-préfet de Saint-Pons au préfet de l’Hérault, 5 février 1875.

235 F. Teisserenc, L’industrie lainière dans l’Hérault, op. cit., p. 101-102, p. 111 et p. 126.

236 AD Hérault, 6 M, 1656 ; Copie d’un mémoire du Président de la Chambre de Commerce de Montpellier, 4 mai 1886.

237 J. Levain, J. Rougerie et A. Straus, « Contribution à l’étude des mouvements de « longue durée » : la croissance de l’industrie lainière en France au xixe siècle : ses allures et ses déterminants », […], bull. no 12, loc. cit., p. 81-82.

238 C. Saint-Pierre, L’industrie du département de l’Hérault. Études scientifiques, économiques et statistiques, Montpellier, Imprimerie typographique de Gras, 1865.

239 P. Verley, L’Échelle du monde. Essai sur l’industrialisation de l’Occident, op. cit., p. 600.

240 P. Léon, « Vie et mort d’un grand marché international. La foire de Beaucaire (xviiie-xixe siècles) », in Revue de géographie de Lyon, no 4, 1953, p. 309-328.

241 AD Ariège, 14 M, 18/4 ; Statistique industrielle. Observations, 1er trimestre 1876.

242 A. Audiganne, Les populations ouvrières et les industries de la France. Études comparatives, Paris, Capelle, 1862, 2 vol, reprint, New-York, Burt Franklin, 1970, p. 191.

243 AD Ariège, 14 M, 18/4 ; Statistique industrielle. Observations, 1876-1880.

244 A. Audiganne, Les populations ouvrières et les industries de la France. Études comparatives, op. cit., p. 191-192.

245 Mais pas à l’étranger semble-t-il. Il faut dire que même les grands centres du cardé comme Elbeuf, Sedan ou Vienne ne faisaient pas d’exportation directe, s’en remettant pour cela à des commissionnaires, cf. J.-C. Daumas, Les territoires de la laine. Histoire de l’industrie lainière en France au xixe siècle, op. cit., p. 52, d’après L. Romier, L’industrie lainière, op. cit.

246 AD Ariège, 14 M, 18/4 ; Statistique industrielle. Observations, 3e trimestre 1879.

247 Ibid., Statistique industrielle. Observations, 3e trimestre 1876.

248 Ibid., Statistique industrielle. Observations, 4e trimestre 1882.

249 AN, C, 7318 ; Dossier 1434 ; Chambre de commerce de Castres. Réponse au questionnaire de la commission d’enquête de la Chambre des Députés sur l’industrie textile, 1904, f° 3.

250 AD Ariège, 14 M, 18/5 ; Statistiques industrielles. Observations, année 1888.

251 Ibid., Statistiques industrielles. Observations, année 1888.

252 L’industrie lainière française. Son importance. Sa situation actuelle. Ses desiderata, Rapport présenté aux Pouvoirs Publics par le Comité Central de la Laine, Groupement général de l’Industrie et du Commerce lainiers français, Paris, Février 1928, p. 39.

253 P. Gau et N. de Nardi, Le bassin d’emploi de Castres-Mazamet. Évolution économique et urbanisation, op. cit.

254 Ainsi à Sedan, sur un total de 4 997 métiers à tisser, si 1 616 d’entre eux provenaient d’Angleterre, 653 d’Allemagne et 434 de Belgique, 1 494 (30 %) avaient été fabriqués en France, cf. Die industrie im besekten Frankreich, Bearbeitet im Auftrage des Generalquatertiermeifters, Drud von R. Oldenbourg, München, 1916, traduction intégrale, L’industrie en France occupée, ouvrage établi par le Grand Quartier général allemand en 1916, Paris, Imprimerie nationale, 1923, p. 135. (Désormais : Grand Quartier général allemand, L’industrie en France occupée).

255 « […] en raison même de la nécessité d’une reconstitution intégrale ou partielle de leurs installations, beaucoup de nos usines lainières disposent présentement des outillages les plus perfectionnés qui soient au monde. Par ailleurs, beaucoup des usines restées intactes n’ont pas hésité à faire les sacrifices nécessaires pour se maintenir à la hauteur de leurs concurrents. » (L’industrie lainière française. Son importance. Sa situation actuelle. Ses desiderata, Rapport présenté aux Pouvoirs Publics par le Comité Central de la Laine, Groupement général de l’Industrie et du Commerce lainiers français, Paris, Février 1928, p. 4).

256 AD Lozère, M, 4173 ; Rapports sur la situation industrielle et commerciale de la Lozère, 1865-1885.

257 Ibid., Enquête sur la main-d’œuvre industrielle de Lozère, 1880.

258 AD Lozère, M, 4176 ; Mémoire sur les fabriques des cadisseries du département de la Lozère, 1812.

259 Y. Pourcher, La trémie et le rouet. Moulins, industrie textile et manufactures de Lozère à travers leur histoire, op. cit., p. 125.

260 Bulletin de la Société d’Agriculture, commerce, sciences et arts de la ville de Mende, 1883, cité par Y. Pourcher, La trémie et le rouet. Moulins, industrie textile et manufactures de Lozère à travers leur histoire, op. cit., p. 164-166.

261 AD Lozère, 32S, 2 ; Enregistrement des machines à vapeur, 1833-1885.

262 AD Lozère, M, 4173 ; Rapports sur la situation industrielle et commerciale de la Lozère, 1865-1885.

263 Y. Pourcher, La trémie et le rouet. Moulins, industrie textile et manufactures de Lozère à travers leur histoire, op. cit., p. 140 et p. 170.

264 AD Lozère, 32 S, 2 ; Enregistrement des machines à vapeur, 1833-1885.

265 AD Lozère, M, 4180 ; Situation industrielle et commerciale de la Lozère, 1879-1885.

266 P. Marres, Les Grands Causses. Étude de géographie physique et humaine, Tours, Arrault et Cie, 1935 et Marquis de Villeneuve-Bargemon, « L’industrie de la laine à Marvejols jadis et naguère », in Revue du Gévaudan, 3, 1982 cités à partir de Giselle Boyer : G. Boyer, Le passé industriel lainier de la Lozère. 2, Le temps de fabriques, Mende, Service éducatif des Archives de la Lozère, s. d., DOC. 2.3.8. et DOC. 2.3.9.

267 AD Aveyron, 6 M, 739 ; Situations industrielles trimestrielles, 1887.

268 V. Cros, L’industrie de la laine dans le Camarès au xixe siècle (1810-1908), Mémoire de maîtrise, sous la direction de J.-M. Olivier, Université Toulouse II-Le Mirail, 2002, p. 82-89.

269 Mais que l’on n’a pas pu recouper et qui doit donc être considéré avec beaucoup de prudence.

270 A. Serrano, L’industrie textile en Pays d’Olmes au xixe siècle, op. cit., p. 106-107.

271 AD Ariège, 14 M, 18/5 ; Statistiques industrielles, 1880-1890.

272 Ibid., Statistiques industrielles, 1883 et M. Chevalier, La vie humaine dans les Pyrénées ariégeoises, op. cit., p. 935.

273 V. Dumons, « La fabrication lavelanetienne », in Association économique ariégeoise, 1919, no 6 et no 7 cité par M. Chevalier, La vie humaine dans les Pyrénées ariégeoises, op. cit., p. 934.

274 AD Ariège, 14 M, 10 ; Industrie lainière. Enquête générale de 1930.

275 J.-C. Daumas, L’amour du drap. Blin & Blin. Elbeuf, 1827-1975. Histoire d’une entreprise lainière familiale, op. cit., p. 166.

276 D’après les chiffres de V. Dumons, « La fabrication lavelanetienne », in Association économique ariégeoise, loc. cit. cité par M. Chevalier, La vie humaine dans les Pyrénées ariégeoises, op. cit., p. 934.

277 S. Saboy, Lavelanet et les enfants du textile, xixe- xxe siècles, op. cit., p. 17.

278 Les cardes à laine viennent très majoritairement de la maison Schlumberger et Cie de Guebwiller, les machines à filer en gros et les renvideurs de F. J. Grün de Guebwiller, puis de chez André Koechlin de Mulhouse, de Martinot-Galland de Bitschwiller, de Schlumberger et Cie de Guebwiller et de Stehelin et Cie de Bitschwiller. Les fournisseurs à l’Est du Rhin étant tout à fait marginaux : 13 machines sur 1 219, cf. Grand Quartier général allemand, L’industrie en France occupée, p. 110.

279 M. Chevalier, La vie humaine dans les Pyrénées ariégeoises, op. cit., p. 935.

280 P. Lamoitier et D. de Prat, Traité théorique et pratique de tissage des tissus de laine, op. cit., 1930, p. 267-269.

281 L. Romier, L’industrie lainière, op. cit., p. 13.

282 Les façonniers qui se sont équipés au début du xxe siècle conservent leur matériel. De nouveaux façonniers acquièrent les métiers d’occasion dont se séparent les industriels qui optent pour des produits plus modernes achetés en Italie ou au Japon. Entre 1947 et 1954, plus de 250 métiers ont été ainsi démontés et réinstallés chez des façonniers qui les louent ou les ont acheté (M. Tanière, « La région industrielle de Lavelanet. Notes de géographie sociale », in Revue de géographie des Pyrénées et du Sud-Ouest, tome XXV, 1, 1954, p. 66).

283 Voir à cet effet les matériels conservés aux musées de Lavelanet et de Labastide-Rouairoux ainsi que les cartes postales montrant les ateliers de tissage en Ariège et dans le Tarn avec des métiers équipés de systèmes Jacquard et de mécaniques armure dont on distingue clairement les ratières.

284 J. Loup, L’industrie lainière dans le Tarn, op. cit., p. 46-47.

285 Ibid., p. 49 et 69.

286 J.-C. Daumas, Les territoires de la laine. Histoire de l’industrie lainière en France au xixe siècle, op. cit., p. 146 d’après C. Chatain, L’industrie drapière viennoise. Son état passé et présent, Vienne, Henri Martin imprimeur-éditeur, 1925.

287 En 1958, Midi-Pyrénées ne possède encore que 117 métiers à tisser automatiques pour 2 272 non automatiques : c’est ainsi la région française à l’équipement le moins moderne. Le rapport entre métiers automatiques et métiers non automatiques en Midi-Pyrénées est de 0,078 en 1958. À comparer à Région 1 – Paris : 0,364, Région 1 bis – Ardennes : 0,149, Région 2 - Normandie-Bretagne : 0,119, Région 3 – Reims : 0,295, Région 4 – Centre : 0,082, Région 5 - Sud-Est : 0,163, Région 7 – Alsace : 0,199, cf. Comité central de la laine, L’Industrie lainière française, 1984, Tableau général de la production.

288 AD Ariège, 14 M, 24 ; Registres des procès-verbaux des dépôts de brevets faits à la préfecture. 1830-1942. Registres no 1 & 2, 1830-1887.

289 Ibid.

290 AD Ariège, 14 M, 24 ; Registres des procès-verbaux des dépôts de brevets faits à la préfecture. 1830-1942. Registre, 1904-1942.

291 Ibid.

292 Ibid.

293 M. Chevalier, La vie humaine dans les Pyrénées ariégeoises, op. cit., p. 935.

294 Exposition universelle internationale de 1889 à Paris, Rapport général, p. 351.

295 C. Fohlen, L’industrie textile au temps du Second Empire, op. cit., p. 453-454.

296 J.-C. Daumas, L’amour du drap. Blin & Blin. Elbeuf, 1827-1975. Histoire d’une entreprise lainière familiale, op. cit., p. 158.

297 J.-C. Daumas, Les territoires de la laine. Histoire de l’industrie lainière en France au xixe siècle, op. cit., p. 146-147 d’après C. Chatain, L’industrie drapière viennoise. Son état passé et présent, op. cit.

298 D’après les déclarations de Monsieur Bautista, ancien ouvrier filateur chez Fonquernie et ancien contremaître de filature chez Ricalens.

299 F. Teisserenc, L’industrie lainière dans l’Hérault, op. cit., p. 65.

300 Comité central de la laine, Continu ou renvideur pour la laine cardée ?, Documents techniques – Matériel textile, no 158.

301 AD Tarn, 116 J ; Inventaire du matériel de l’usine Bourguet, 1940.

302 D’autres statistiques postérieures permettent de confirmer la domination persistante du nombre de renvideurs sur les continus. En effet, au sortir du second conflit mondial, le matériel de filature cardée reste largement dominé par les renvideurs. Les continus commencent à se développer en Midi-Pyrénées, en Rhône-Alpes et dans le Nord-Pas-de-Calais. Leur diffusion est toutefois limitée, puisqu’en 1958, Midi-Pyrénées compte moins de 20 000 broches de continus pour 160 000 de renvideurs, le Nord-Pas-de-Calais moins de 20 000 broches de continus pour 87 307 de renvideurs, Rhône-Alpes et la Provence 13 045 broches de continus pour 47 771 de renvideurs. Des trois principales régions lainières Midi-Pyrénées semble posséder le matériel le moins moderne puisque le rapport entre le nombre de broches de continus et celui des renvideurs est de 0,11 alors qu’il atteint 0,20 en Nord-Pas-de-Calais et 0,27 en Rhône-Alpes et Provence, cf. Comité central de la laine, L’Industrie lainière française, 1984, Tableau général de la production.

303 M. Chevalier, La vie humaine dans les Pyrénées ariégeoises, op. cit.

304 P. Lamoitier et D. de Prat, Traité théorique et pratique de tissage des tissus de laine, op. cit., p. 534-535.

305 Ibid., p. 556-559.

306 Registres des procès-verbaux des dépôts de brevets faits à la préfecture. 1830-1942. Registres no 1 & 2, 1830-1887.

307 P. Lamoitier et D. de Prat, Traité théorique et pratique de tissage des tissus de laine, op. cit., p. 562.

308 Tonte irrégulière qui se traduit par des places où le poil n’a pas été tondu ou l’a été insuffisamment.

309 Places où le drap a été trop tondu.

310 Places où le drap a été déchiré ou arraché.

311 Registres des procès-verbaux des dépôts de brevets faits à la préfecture. 1830-1942. Registres no 1 & 2, 1830-1887.

312 A. Armengaud, Les populations de l’Est-Aquitain au début de l’époque contemporaine. Recherches sur une région moins développée (vers 1845-vers 1871), Paris/La Haye, Mouton, 1961, p. 549.

313 R. Cazals, Les révolutions industrielles à Mazamet, 1750-1900, op. cit., p. 99-100.

314 J. Loup, L’industrie lainière dans le Tarn, op. cit., p. 168.

315 AD Ariège, 14 M, 18/5 ; Situations trimestrielles, Puissance en chevaux des moteurs à vapeur et hydrauliques, synthèses annuelles en marge des situations trimestrielles, 1881-1887.

316 Maurel, « Extrait du rapport sur le projet de barrage du Touyre à Cadeillou », in L’Associaition Économique Ariégeoise, no 1, nov. 1917.

317 AD Lozère, 32 S, 2 ; Enregistrement des machines à vapeur, 1833-1885.

318 F. Boulet, Un canton rural reculé du sud Aveyron à la poursuite du développement et des progrès du xixe siècle, op. cit., p. 113.

319 V. Cros, L’industrie de la laine dans le Camarès au xixe siècle (1810-1908), op. cit.

320 A. Hortus, L’industrie de la laine dans le Lodévois : étude économique et sociale (1789-1851), op. cit., p. 135.

321 C. Bouneau, Modernisation et territoire. L’électrification du grand Sud-Ouest de la fin du xixe siècle à 1946, Talence, la Fédération historique du Sud-Ouest, 1997.

322 P. Laurens, « Évolution du génie civil dans les aménagements hydroélectriques en montagne de 1895 à 1988 », in F. Cardot (dir.), Des entreprises pour produire de l’électricité, Association pour l’histoire de l’électricité en France, 1988, p. 45-58.

323 M. Chevalier, La vie humaine dans les Pyrénées ariégeoises, op. cit., p. 936 et p. 944.

324 R. Cazals, J. Faury, A. Lévy, « Au temps de Jaurès (vers 1880-1920) », in R. Cazals (dir.), Histoire de Castres, Mazamet, la montagne, op. cit., p. 226.

325 AD Ariège, 7 S, 470 ; Rivière du Touyre : Laroque-d’Olmes, Léon Fonquernie, une usine électrique. (1899-1910).

326 S. Saboy, Lavelanet et les enfants du textile, xixe- xxe siècles, op. cit., p. 44.

327 A. Lévy, « D’une guerre à l’autre (1920-1945) », in Histoire de Castres, Mazamet, la montagne, op. cit., p. 252.

328 J. Loup, L’industrie lainière dans le Tarn, op. cit., p. 168.

329 M. Chevalier, La vie humaine dans les Pyrénées ariégeoises, op. cit., p. 936.

330 J.-L. Escudier, « Un processus de concentration industrielle : les entreprises de production et de distribution d’électricité en Languedoc-Roussillon (1895-1945) », in N. Marty et E. Castañer Muñoz (dir.), L’histoire et le patrimoine de la société industrielle en languedoc-Roussillon – Catalogne. Les enjeux de la recherche et de la conservation, Actes du colloque international organisé par le CRHiSM, Perpignan-Paulilles, Novembre 2003, Perpignan, Presses universitaires de Perpignan, 2007, p. 61.

331 M. Chevalier, La vie humaine dans les Pyrénées ariégeoises, op. cit., p. 954-955.

332 A. Lévy, « D’une guerre à l’autre (1920-1945) », in Histoire de Castres, Mazamet, la montagne, op. cit., p. 252.

333 Exposition universelle internationale de 1889 à Paris, Rapport général, p. 343.

334 On sait qu’en 1864, les mélanges de matières premières en Pays d’Olmes comportent déchets de laines et bourres sans qu’il soit précisé la présence éventuelle de blousses (AD Ariège, 14 M, 18/2 ; Situations trimestrielles, Causes des augmentations et des diminutions, 3e trimestre 1864). L’approvisionnement s’effectuant presque totalement à l’extérieur du territoire, il est fort probable que les blousses ont dû rapidement entrer dans les mélanges ariégeois, comme partout ailleurs.

335 Les fibres chimiques sont constituées des fibres artificielles et des fibres synthétiques. Ces dernières, inventées et développées à partir des années 1940, sont obtenues par polymérisation des structures simples de faibles poids moléculaires.

336 M. Battiau, Le Textile. Vers une nouvelle donne mondiale ?, Paris, CDU-SEDES, 1985, p. 24-29.

337 W. Rey, L’économie de la laine, op. cit., p. 158.

338 Ibid., p. 57-64.

339 Comité central de la laine, L’Industrie lainière française, 1984, Tableau général de la production.

Table des illustrations

Légende Graphique 3 : L’effondrement de l’industrie du drap dans l’Hérault entre 1865 et 1909.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/22638/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 159k
Légende Graphique 4 : Expéditions de draps, molletons et flanelles à partir de la gare de Mazamet, 1880-1908 (en kg).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/22638/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 65k
Légende Graphique 5 : Arrivages des laines en suint et des peaux en laine en gare de Mazamet, 1880-1908 (en kg).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/22638/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 103k
Légende Graphique 6 : Arrivages des peaux en laine et de la houille en gare de Mazamet, 1880-1908 (en kg).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/22638/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 102k
Légende Graphique 7 : Expéditions des laines et des peaux brutes à partir de la gare de Mazamet, 1880-1908 (en kg).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/22638/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 83k
Légende Carte 14 : Hiérarchie des centres français de draperie à travers leur chiffre d’affaires en 1906 (en millions de francs)
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/22638/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 98k
Légende Graphique 8 : La croissance démographique de Lavelanet, an XII-1931.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/22638/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende Carte 15 : Nombre de broches de filature cardée en France en 1923.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/22638/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 106k
Légende Carte 16 : Nombre de métiers à tisser la laine en France en 1923.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/22638/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 106k

© CNRS Éditions, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540