Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'industrie invisible

 | 
Jean-Michel Minovez

Partie II. Le temps de l'affirmation des territoires modernes de l'industrie, Années 1870-Années 1920

Le temps de l’affirmation des territoires modernes de l’industrie, Années 1870-Années 1920

Texte intégral

1Les deux premiers tiers du xixe siècle ont été marqués par de profondes transformations des territoires de la laine du Midi. Dans le Sud-Ouest, dès la Restauration, la majorité d’entre eux disparaissent ou ne se maintiennent que d’une manière résiduelle. Il n’y a guère que dans le Tarn et l’Ariège pour la draperie, dans les Hautes et les Basses-Pyrénées pour la bonneterie, que quelques places se développent, grâce à l’adaptation de l’offre et aux mutations mesurées des techniques et de l’organisation de la production. En Bas-Languedoc et dans le Massif central, la désindustrialisation intervient après 1850. L’inadaptation des produits à la demande, l’effondrement définitif des marchés du Levant et des Amériques, l’impasse dans laquelle l’Hérault s’est engagé – en glissant progressivement en direction d’une mono-industrie tournée vers les draps de troupe – déstabilisent profondément les territoires du Midi méditerranéen, du Rouergue et du Gévaudan.

  • 1 Albert Broder faisait état de son profond pessimisme d’une France marquée par « l’illusion de la p (...)
  • 2 L’industrie lainière française s’est mal adaptée à l’évolution de la demande mondiale par manque d (...)

2C’est dans ce contexte que survient la Grande Dépression qui porte, dans bien des cas, un coup fatal à ces territoires déjà en grande difficulté1. Même les places les plus dynamiques comme Castres et Mazamet, sont sensiblement affectées. Il faut encore innover dans les cycles de production, ainsi que dans le choix des produits2 et de l’énergie, des méthodes de diffusion et de distribution et dans l’organisation du travail.

3Mais les réformes nécessitent des capitaux. Les manufacturiers du Midi en possèdent peu et leur capacité de mobilisation extérieure reste limitée. Elles requièrent un minimum de coopération entre les acteurs. Leur hétérogénéité et leurs pratiques individuelles – voire individualistes – ne la facilitent pas. Quant aux ouvriers, les mutations des formes du travail sont mal vécues et débouchent, au début du xxe siècle, sur de véritables explosions sociales.

4Malgré une accumulation de facteurs défavorables, quelques territoires – dans le Tarn, l’Ariège et les Hautes-Pyrénées – poursuivent leur croissance dans l’industrie de la laine. Ainsi, entre les deux phases de dépression, celle des années 1873-1896 et celle des années 1930, le Midi pyrénéen s’impose comme une grande zone de production lainière française alors que le Bas-Languedoc s’endort définitivement.

Notes

1 Albert Broder faisait état de son profond pessimisme d’une France marquée par « l’illusion de la puissance » entre 1848 et 1881, affectée profondément par la Grande Dépression et qui ne se redresse vraiment qu’à partir du début de xxe siècle grâce à une « brillante reprise », cf. Y. Breton, A. Broder, M. Lutfalla (ed.), La longue stagnation en France. L’autre grande dépression, 1873-1897, Paris, Economica, 1997, en particulier deux des communications d’Albert Broder : « La longue stagnation française. Panorama général », p. 9-58 et « Les échanges extérieurs et la longue stagnation », p. 193-224.

2 L’industrie lainière française s’est mal adaptée à l’évolution de la demande mondiale par manque de diversification. Fidèle à des biens de consommation de qualité destinés aux classes moyennes et supérieures, fondée sur le savoir-faire, le « goût » et la réputation, l’offre française ne suivait pas le processus de « moyennisation » de la qualité des produits. Le marché intérieur s’en ressentait et la part des ventes sur les marchés internationaux diminuait, cf. P. Verley, « l’insertion de la France dans les réseaux internationaux de l’échange (fin xixe-xxe siècle) », in M. Lévy-Leboyer (dir.), L’économie française dans la compétition internationale au XXe siècle, Colloque du Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 3 et 4 octobre 2002, Paris, CHEFF, 2006, p. 25-26. Le tout s’effectuait dans un contexte de contraction de la demande textile au niveau international : Alors que les exportations mondiales connaissent un multiplication par 1,77 à prix constants entre 1899 et 1913, l’accroissement des tissus n’est que de 1,44, celui des vêtements de 1,23 et celui des filés de 1,13, soit une croissance en rapport avec la croissance moyenne des ventes respectivement de-19 %,-30 % et-36 % (A. Maizels, Industrial Growth and World Trade, Cambridge, Cambridge University Press, 1971, p. 435). Ce ralentissement, Patrick Verley le percevait déjà dans une publication en 1987 : dans la décennie 1860, l’industrie textile est le deuxième secteur de blocage après l’agriculture dû à la crise cotonnière et au plafonnement des lainages, cf. P. Verley, « Secteurs forts et secteurs faibles dans l’économie française des années 1860 : une simulation économétrique », in P. Fridenson et A. Strauss (dir.), Le capitalisme français, xixe- xxe siècle. Blocages et dynamisme d’une croissance, Paris, Fayard, 1987, p. 165-167.

© CNRS Éditions, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540