Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'industrie invisible

 | 
Jean-Michel Minovez

Partie I. Le temps des effondrements et des adaptations, Années 1780-Années 1870

La dynamique des choix

Texte intégral

  • 1 P. Verley, L’Échelle du monde. Essai sur l’industrialisation de l’Occident, op. cit., p. 626.

1La succession des crises de l’industrie lainière entre 1830 et 1870 a conduit nombre de contemporains et d’historiens à mettre l’accent sur une série de facteurs jugés responsables ; on a invoqué le prix des matières premières, du combustible, des machines, l’insuffisance de la taille des marchés, l’inadaptation de l’outil de production, la mauvaise volonté et le coût de la main-d’œuvre1. Or, le Midi n’est pas resté immobile face aux mutations de structure et il a aussi négocié, avec plus ou moins d’efficacité, le virage du second âge de la proto-industrie. L’impulsion est souvent venue de l’extérieur mais l’innovation a pu aussi s’appuyer sur des initiatives locales. Les mutations se sont effectuées par étapes, étalées dans le temps et souvent en décalage par rapport aux territoires de la laine de la France septentrionale. Cela ne s’est pas fait sans heurts : aux conflits latents s’ajoutent les dures luttes ouvrières, en particulier dans l’Hérault.

L’innovation technique : impulsions locales et dépendances extérieures

  • 2 L’impact du système Douglas dans le Midi est connu grâce aux correspondances qui précèdent et qui (...)
  • 3 L. Bergeron, « Douglas, Ternaux, Cockerill aux origines de la mécanisation de l’industrie lainière (...)

2Cela a été souvent souligné, entre 1802 et le début des années 1810, « dans les limites de la France d’avant les annexions, la première phase de la mécanisation de l’industrie lainière reste traditionnellement associée à […] James Douglas2, c’est-à-dire à celle d’une expérience privilégiée par le soutien de l’État pendant près d’une décennie »3. En 1808-1809, un autre système prenait son essor : celui des machines de William Cockerill. Technologie importée, elle allait être adoptée par les manufacturiers et provoquer la création d’ateliers de construction mécanique. On copie les machines venues de l’extérieur. On en crée aussi de nouvelles. On adapte et on bricole constamment.

« Aux origines de la mécanisation » : Douglas et Cockerill

Première impulsion aux effets limités : le système Douglas

  • 4 L. Bergeron, « Douglas, Ternaux, Cockerill aux origines de la mécanisation de l’industrie lainière (...)
  • 5 Voir, par exemple, AD Aveyron, 9 M, 8 ; Lettre du ministre de l’intérieur au préfet de l’Aveyron, (...)

3Sans être totalement ignoré, le système Douglas n’a d’abord connu qu’une faible diffusion dans le Midi. La frilosité des fabricants pousse l’État à prendre le décret du 3 septembre 1808 qui prévoit l’octroi de primes et d’avances aux industriels qui choisiraient de s’équiper avec des assortiments Douglas dans cette région « où se fabrique la plus grande quantité de draps ordinaires destinés à la consommation du peuple, au commerce du Levant et à l’habillement des troupes »4. Le ministre de l’intérieur, Crétet, s’adresse alors aux préfets de l’Ariège, de l’Aude, du Gard, de la Haute-Garonne, de l’Hérault, de la Lozère et du Tarn pour qu’ils repèrent les fabricants « qui mérit[ent] qu’on leur prête la somme nécessaire pour obtenir l’un des assortiments des machines : le prix de chacun de ces assortiments est de 20 000 francs et cette somme ne sera avancée qu’autant que l’on aura fourni pour sûreté du remboursement qui est fixé à quatre ans, une hypothèque sur un immeuble libre de la valeur de 30 000 francs au moins »5.

  • 6 A. Hortus, L’industrie de la laine dans le Lodévois : étude économique et sociale (1789-1851), op. (...)
  • 7 AD Aveyron, 9 M, 8 ; Lettre d’Antoine Grand-Pilande au préfet de l’Aveyron, 27 février 1809.
  • 8 AD Aveyron, 9 M, 8 ; Procès-verbal de vérification de mise en activité des mécaniques achetées par (...)
  • 9 L. Bergeron, « Douglas, Ternaux, Cockerill aux origines de la mécanisation de l’industrie lainière (...)

4Les encouragements de l’État ne trouvent toujours que peu d’écho chez les fabricants méridionaux. Ce sont surtout les manufacturiers fortement engagés dans la production des draps de troupe qui se montrent intéressés par un système devant permettre l’accroissement de leur productivité devenu indispensable à la réduction des délais de livraison exigée par l’État. À Lodève, Causse, Calvet, François Vallat ainsi qu’un mécanicien, Antoine Privat, passent commande en 1808. Les machines sont installées 1’année suivante. Mais l’expérience s’avère coûteuse et « cet exemple dégoût[e] les personnes qui auraient été tentées de le suivre »6. À Saint-Affrique, Antoine Grand-Pilande procède à des essais en 1808 et commande en 1809 un assortiment complet en sollicitant la prime du cinquième de la valeur d’achat7. Dès le mois de mai de la même année, une grande machine à laver, un embrisoir, trois cardes, une machine à ouvrir la laine, huit métiers à filer, un dévidoir à 20 écheveaux, une machine à garnir ou lainer les étoffes sont installés dans l’immeuble de sa manufacture de trois étages à Saint-Affrique8. En Pays d’Olmes, Clauzel est un des premiers à se mécaniser par l’achat d’un assortiment Douglas qu’il installe à Mirepoix9.

  • 10 A. Hortus, L’industrie de la laine dans le Lodévois : étude économique et sociale (1789-1851), op. (...)
  • 11 É. Baux, « Les draperies audoises sous le Premier Empire », in Revue d’histoire économique et soci (...)

5Mais ces expériences sont isolées. Malgré les mesures incitatives, même à Lodève, les fabricants sont réticents à adopter les nouvelles mécaniques. Le sous-préfet Fabreguettes en explique les causes possibles en 1809 au préfet de l’Hérault. Il souligne que « Douglas lui-même faisait payer les filatures qu’il fait faire dans ses ateliers et par ses mécaniques plus cher qu’on ne paye les filatures à la main, l’on ne saurait se promettre aucune économie dans l’introduction du nouveau système de mécanique »10. Au-delà de la difficulté de rentabiliser l’investissement se pose le problème du capital à réunir. L’opération pour la majorité des petits industriels du Midi est une bien grosse mise de fonds en regard des moyens d’autofinancement et du crédit disponibles11.

  • 12 L. Bergeron, « Douglas, Ternaux, Cockerill aux origines de la mécanisation de l’industrie lainière (...)

6Comme le souligne Louis Bergeron en citant Guibal le jeune, manufacturier à Castres, les entrepreneurs méridionaux sont conscients de la nécessité d’évoluer techniquement pour lutter contre la concurrence des établissements du Nord en mutation. Mais ils y regardent à deux fois avant de s’engager dans une innovation qui, n’ayant pas encore fait ses preuves, est susceptible d’être rapidement dépassée par les « progrès de l’art qui n’[est] alors que dans son enfance ». Elle paraît, en outre, fort coûteuse, son prix étant grevé par les coûts de transport qui désavantagent les fabriques du Midi12.

La poussée technologique industrialisante : l’effet Cockerill

  • 13 AD Aude, 14 M, 9 ; Le Président du Conseil des Prud’hommes au maire de Carcassonne, 24 décembre 18 (...)
  • 14 P. Lebrun et al., Essai sur la révolution industrielle en Belgique, 1770-1847, op. cit. ; P. Lebru (...)

7Le « système de M. Douglas […] qui ne paraît pas avoir eu des résultats […] avantageux » est alors supplanté par l’outillage Cockerill13. Les effets de la signature d’un contrat d’exclusivité pour la fourniture d’assortiments de mécaniques à filer entre Iwan Simonis et Jean-François Biolley et William Cockerill y joue un rôle déterminant. Ce dernier équipe en 1801 les premiers ateliers vierviétois de mécaniques pour le cardage et le filage. Deux de ses fils, William et James, étendent l’innovation à d’autres fabriques de la ville. L’organisation proto-industrielle de la vallée de la Vesdre s’en trouve bouleversée et l’industrie verviétoise connaît alors une prospérité sans précédent. À partir de 1807, les Cockerill s’installent définitivement à Liège et débutent les exportations de leur matériel bien au-delà du département de l’Ourthe14.

8Leur matériel, nettement moins onéreux et techniquement plus performant que le système Douglas, ne provoque par pour autant l’élan d’acquisition que l’on pouvait escompter. La réussite est tout d’abord limitée en France puisqu’elle ne touche que la Rhénanie et Sedan entre 1807 et 1809. En 1809, on trouve seulement un assortiment à Reims et à Orléans, l’effort d’équipement étant surtout réalisé par le département de la Roer. C’est à partir de 1811, et surtout en 1812-1813, que l’ensemble des régions lainières françaises achète un grand nombre d’assortiments Cockerill. On note l’entrée en force des entreprises normandes d’Elbeuf et de Louviers ainsi que celles du Midi. Dans ce dernier cas, ce sont les départements de l’Aude et de l’Ariège qui sont en pointe. L’Aude se détache cependant nettement avec 39 assortiments : dix uniquement chez Gaudy, Vène et fils à Chalabre, six chez Sérail Père, Fils, Benoît, Vidal, Boyer, Brunet Fils, Beiteille et Carles Fils à Carcassonne, deux chez Monisse, Barthe et Delcasse, quatre chez Majorel, Astruc et Balancard, quatre encore chez Anduze et Rouzand aîné à Limoux, six chez Émmanuel Viviès-Fournil à Sainte-Colombe, trois enfin chez Germain Joly et Martin Pratz à Couiza. L’Ariège, qui avait ignoré les machines de Douglas, fait partie des départements adoptant le nouveau procédé, mais moins complètement que le département de l’Aude. Seules, trois places du Pays d’Olmes sont d’abord concernées : Lavelanet, Lagarde et Léran. À Lagarde, on note l’effort particulier réalisé par Castres et Saint-Martin & Fils dans l’achat de cinq assortiments complets. À Léran où œuvrent Lafitte, Lasaignes et Gournac, on trouve aussi deux ensembles complets. Tel n’est pas le cas à Lavelanet où l’effort d’équipement d’Étienne Dumas, de Jean-Baptiste Dastis, de Caussou et de Laprotte porte d’abord sur la filature en fin avec huit métiers et sur le cardage avec six droussettes et deux cardes auxquelles viennent s’ajouter deux métiers à filer en gros et un diable.

  • 15 L. Bergeron, « Douglas, Ternaux, Cockerill aux origines de la mécanisation de l’industrie lainière (...)
  • 16 A. Hortus, L’industrie de la laine dans le Lodévois : étude économique et sociale (1789-1851), op. (...)
  • 17 L. Bergeron, « Douglas, Ternaux, Cockerill aux origines de la mécanisation de l’industrie lainière (...)

9Après la chute de l’Empire, l’effort d’équipement se poursuit. En 1816, les fabricants de Carcassonne acquièrent à eux seuls seize assortiments : Andrieu Cadet et Proustic Aîné, deux chacun, Esprit Aynard et Barralier, six chacun alors que Sarrail Père et Fils se contentent d’une droussette. Le Tarn débute avec l’achat par Galibert-Dauque Frères de huit assortiments à Castres et de quatre par David Cabibel à Mazamet. L’Hérault, qui avait été échaudé par l’expérience Douglas, passe aussi au système Cockerill : Philippe Pascal et Fils de Lodève achètent quatre assortiments et Boulade Despines, à Saint-Pons, un seul auquel s’ajoutent cependant six machines à filer, une drousette et un dévidoir15. Mais Lodève avait adopté la nouvelle technologie, au moins depuis 1811 ; des constructeurs avaient déjà débuté sur place la fabrication de mécaniques imitées des machines Cockerill16. Il existait aussi un établissement Cockerill pour lequel on ne dispose pas d’informations17.

Copier et construire des machines dans le Midi

Mécaniciens et serruriers : apports extérieurs et artisans méridionaux

10Passée la phase d’achats extérieurs coûteux, techniquement insatisfaisants en partie, succède une période de développement de construction régionale de machines imitées ou inspirées des modèles anglais, belges et de la France septentrionale. Des brevets portant sur de nouvelles mécaniques sont aussi déposés dans le Midi. Tous les grands centres de fabrique se lancent dans l’aventure. L’Aude qui avait été le département méridional le plus prompt à s’équiper en mécaniques achetées à l’extérieur est aussi celui qui fabrique, avec l’Hérault, le plus d’assortiments pour les territoires de la laine du Midi, le Tarn connaissant un développement décalé de sa production de machines-outils.

  • 18 « C’est à Chalabre qu’ils [les menuisiers, serruriers et monteurs] se sont formés à l’école des bo (...)
  • 19 Il s’agit de Jacques-François Mazeline, mécanicien-serrurier à Louviers, inventeur d’une machine à (...)

11Les apports extérieurs paraissent déterminants dans le développement des ateliers de construction mécanique méridionaux. Le passage des ouvriers et des « maîtres » de Cockerill en 1812-1813 lors des premières acquisitions d’assortiments de filature a pu jouer un rôle déterminant pour certains centres18. Dans la durée, c’est l’installation définitive de mécaniciens étrangers – Anglais notamment à Lodève et à Carcassonne – ou venus d’autres grands centres textiles français comme Jacques Mazeline19, qui dynamise la fabrication méridionale. Les mécaniciens et les serruriers locaux participent aussi au mouvement et sont parfois les seuls constructeurs, comme à Limoux.

  • 20 AD Aude, 14 M, 9 ; Lettre du maire de Carcassonne au ministre de l’intérieur, 25 janvier 1826.
  • 21 AD Aude, 14 M, 9 ; Copie conforme signée du maire de Limoux d’un extrait du registre des délibérat (...)
  • 22 AD Aude, 14 M, 9 ; Réponses de la Chambre consultative des manufactures de Chalabre aux diverses q (...)
  • 23 AD Aude, 14 M, 9 ; Lettre du maire de Carcassonne au ministre de l’intérieur, 25 janvier 1826.
  • 24 AD Aude, 14 M, 9 ; Copie conforme signée du maire de Limoux d’un extrait du registre des délibérat (...)

12À Carcassonne et à Limoux, seules quelques maisons se sont spécialisées dans ce type de constructions. Elles produisent « des machines à ouvrir, carder, filer, tisser, lainer, tondre, brosser, coucher et polir les draps, à percer les cuirs et couper les fils de fer pour la fabrication des cardes ». Il s’agit d’établissements modestes et leur manque de crédit les conduit à ne produire que sur commande. Les plus importants, et peut-être les seuls à être spécialisés dans la production de machines pour l’industrie lainière, se situent à Carcassonne. Il s’agit des établissements de Jacques Mazeline qui travaille avec quinze ouvriers français et de Thomas Brown, un Anglais, qui n’emploie que six à huit ouvriers français20. À Limoux, qui possède aussi une production diversifiée, l’atelier le plus notable est celui du mécanicien Lejonque. Ceux du menuisier Pons et des serruriers Serres et Boussel, du fait de la spécialisation professionnelle de ces derniers et du volume de leur production, pratiquent cette activité en complément de leur métier principal21. Ils doivent travailler comme les constructeurs de Chalabre où il n’existe pas « d’atelier général de ces constructions. Deux menuisiers, trois serruriers et deux monteurs, tous bons ouvriers, employant du bois et du fer d’excellente qualité de la contrée, travaillent séparément chacun à ce qui les concerne et ont plus ou moins d’aides selon les commandes »22. Mais la production, discontinue et incomplète, n’a pour but que de fournir les fabricants locaux. À Carcassonne en revanche, elle permet d’approvisionner d’autres centres textiles. Alors que l’arrondissement s’était d’abord équipé avec environ 50 machines importées des usines Cockerill de Liège, leur nombre avait environ doublé dans la ville, grâce à la production locale : Mazeline ayant fabriqué 300 machines de toutes espèces, Brown 100 et Guiraud et Houard 20 et ce entre 1819 et 182523. Pour la même période, Limoux n’en fabrique que 122, pour 325 qu’elle emploie : 55 chez Lejonque, 31 chez Pons, 20 chez Boussel et 16 chez Serres24.

  • 25 AD Aveyron, 9 M, 8 ; Préfecture de l’Aveyron, Fabrication de machines, 7 novembre 1825.
  • 26 R. Cazals, Les révolutions industrielles à Mazamet, 1750-1900, op. cit., p. 120.
  • 27 A. Hortus, L’industrie de la laine dans le Lodévois : étude économique et sociale (1789-1851), op. (...)
  • 28 AD Aveyron, 9 M, 8 ; Préfecture de l’Aveyron, Fabrication de machines, 7 novembre 1825.
  • 29 AD Aude, 14 M, 9 ; Lettre du maire de Carcassonne au ministre de l’intérieur, 25 janvier 1826.

13Dans l’Hérault, après beaucoup de réticences à l’innovation, Lodève se mécanise par des achats extérieurs, fabrique ensuite des machines qui équipent les établissements héraultais, puis ceux de Rodez et de Saint-Geniez en Aveyron25, ainsi qu’une partie de ceux du Tarn, à Mazamet notamment26. Tout semble avoir commencé en 1811, lorsque deux Anglais, « constructeurs de mécaniques », s’installent à Lodève. L’un s’établit à son compte, alors que le second fonde une société avec des fabricants locaux. La production sur place et les facilités de paiement qu’ils consentent augmente la détermination des entrepreneurs à adopter les nouveaux procédés27. Le processus de construction mécanique gagne Saint-Affrique28, puis le Tarn qui bénéficie de l’arrivée des mécaniciens carcassonnais Guiraud et Houard qui « ont transporté leurs ateliers dans le département »29.

  • 30 AD Aude, 14 M, 9 ; Réponses de la Chambre consultative des manufactures de Chalabre aux diverses q (...)
  • 31 AD Aude, 14 M, 9 ; Le Président du Conseil des Prud’hommes au maire de Carcassonne, 24 décembre 18 (...)
  • 32 AD Aude, 14 M, 9 ; Lettre du maire de Carcassonne au ministre de l’intérieur, 25 janvier 1826.

14Partout, la construction concerne d’abord des assortiments complets de filature formés de drousses, de cardes et de métiers à filer en gros et en fin fabriqués sur le modèle « perfectionné » du système Cockerill. Les centres les plus importants se lancent aussi dans la production de machines pour les apprêts voire le tissage. L’Aude paraît encore la plus dynamique en la matière sous la Restauration. Les tables à tondre de Jacques Mazeline sont vendues à Carcassonne comme à Chalabre30. Thomas Brown en négocie aussi au même prix – soit à 200 francs – mais il est surtout réputé pour ses machines d’apprêts – proposées aussi par Mazeline – qu’il a su perfectionner en simplifiant les laineuses – bon marché de surcroît : 1 200 francs – au point de rendre le travail « si facile qu’on y emploie deux tiers de moins de temps ». Il a mis aussi au point des machines à brosser à très bas prix – 350 francs – si bien « que le moindre fabricant peut en faire usage sans aucune gêne »31. Jacques Mazeline est aussi un précurseur dans la mécanisation du tissage puisqu’il fait breveter son invention qu’il construit et négocie au prix de 600 francs ; « quatre fabricants de draps ayant reconnu les avantages de son métier à tisser […] lui [en] ont fait une commande de 140 »32.

Les machines méridionales : un bon rapport qualité/prix

  • 33 L’assortiment Cockerill se composait d’une machine à drousser à 4 200 F, une à carder à 4 200 F, u (...)
  • 34 AD Aude, 14 M, 9 ; Lettre du maire de Carcassonne au ministre de l’intérieur, 25 janvier 1826.
  • 35 AD Aveyron, 9 M, 8 ; Préfecture de l’Aveyron, Fabrication de machines, 7 novembre 1825.
  • 36 AD Aude, 14 M, 9 ; Réponses de la Chambre consultative des manufactures de Chalabre aux diverses q (...)
  • 37 AD Aude, 14 M, 9 ; Lettre du maire de Carcassonne au ministre de l’intérieur, 25 janvier 1826.

15Mais toutes les machines-outils construites dans la France méridionale n’ont pas le même impact sur le marché. La plus belle réussite est sans conteste celle des assortiments de filature. Le système Cockerill l’avait rapidement emporté sur le concurrent Douglas pour des raisons techniques et économiques : les assortiments Douglas étaient proposés au prix de 20 000 francs environ alors que ceux des Cockerill tournaient autour de 12 000 francs33. L’imitation de la fabrication liégeoise dans les ateliers de construction mécanique du Midi abaissait les prix d’une manière très significative. En 1825, Jacques Mazeline propose ses assortiments composés d’une drousse, d’une carde, d’un métier à filer en gros, de quatre métiers à filer en fin et d’un dévidoir, à 6 000 francs ; Thomas Brown vend ses machines à ouvrir la laine, à filer, à drousser et carder à respectivement 500, 350 et 2 000 francs ce qui laisse entrevoir un total d’environ 4 à 5 000 francs pour un assortiment complet34 ; à Saint-Affrique les assortiments complets se négocient à 4 000 francs35, à Chalabre 6 500 francs36. L’économie est considérable et n’est pas réalisée au détriment de la qualité. Dans tout l’arrondissement, on est « très content » de la production locale qui « fonctionne parfaitement bien [et] n’a rien à envier aux étrangers et aux habitants du Nord de la France pour la perfection de la filature »37.

  • 38 AD Aude, 14 M, 9 ; Lettre du maire de Carcassonne au ministre de l’intérieur, 25 janvier 1826.
  • 39 AD Aude, 14 M, 9 ; Le Président du Conseil des Prud’hommes au maire de Carcassonne, 24 décembre 18 (...)

16Il en va différemment des machines destinées au tissage et aux apprêts. La dépendance reste forte vis-à-vis du Nord, en particulier pour les tondeuses ; les tables à tondre sont technologiquement dépassées et ne peuvent rivaliser ni avec les tondeuses longitudinales de John Collier, ni avec les tondeuses rotatives à lames hélicoïdales de Poupart de Neuflize. La dépendance et la concurrence sont moins sérieuses pour ce qui est des machines à brosser et à lainer, pour lesquelles les mécaniciens Brown et Mazeline gagnent des parts de marché38. Quant aux métiers à tisser, les résultats « laissent […] à désirer dans le rapport de la force de l’étoffe et surtout sur l’activité du travail »39.

  • 40 AD Aveyron, 6 M, 736 ; Statistique des établissements mettant en œuvre la laine et le coton. Rappo (...)
  • 41 AD Aveyron, 6 M, 736 ; Mémoire sur les techniques de production de l’usine Rachou à Camarès, s. n. (...)
  • 42 R. Cazals, Les révolutions industrielles à Mazamet, 1750-1900, op. cit., p. 120 et 173.
  • 43 AD Aveyron, 6 M, 736 ; Mémoire sur les techniques de production de l’usine Rachou à Camarès, s. n. (...)

17Qu’advient-il des ateliers de construction mécanique du Midi après la Restauration ? Il est malaisé de le dire avec précision, tant il est difficile de suivre leur évolution faute de sources directes les concernant. La majorité d’entre eux disparaissent. Ainsi, Saint-Affrique, qui fabriquait des appareils pour le cardage et le filage, n’emploierait plus, à la fin du Second Empire, que du matériel acheté essentiellement à Louviers chez Calvet Bognat40. La dépendance du Midi en machines-outils s’accroît ainsi au rythme des progrès technologiques. Les grands centres n’en abandonnent pas cependant leurs ateliers de construction : Castres fabrique des métiers à tisser mécaniques ; la forte mécanisation du tissage de Lodève favorise dans les années 1850 et 1860 le développement d’ateliers spécifiques de construction comme celui de Melet41 ou de Brunel42. Les petits centres textiles en perte de vitesse ne sont pas pour autant exclus puisqu’à Saint-Affrique Jules Jacob produit des métiers à tisser mécaniques à 650 francs pièce notamment pour les usines Rachou de Camarès à la même époque43. Mais, le maintien ou le développement des ateliers de construction mécanique dans les territoires de la laine du Midi, ne permettent pas de satisfaire les besoins locaux.

Bricoler et adapter

  • 44 D. Woronoff, « Le quotidien des techniques : de la répétition aux aménagements », in M. Merger et (...)

18La faiblesse de l’équipement en construction mécanique ne signifie pas absence d’innovation technique. Les dépôts de brevets d’invention jusqu’au xxe siècle attestent une pratique de bricolage et d’adaptation des machines produites ailleurs. Ils constituent autant de traces d’un processus qui a été plus répandu. Beaucoup d’innovations réalisées empiriquement et produites progressivement par une recherche constante de l’efficacité des gestes de production, par une « répétition détournée » à l’origine d’une « foule de micro-changements », restent peu perceptibles44, d’autant qu’elles n’ont pas donné forcément lieu à un dépôt de brevet. Les registres qui y ont trait permettent de saisir la place occupée par les mécaniciens, serruriers et autres artisans locaux ainsi que par les filateurs, tisserands et autres employés ou patrons du textile dans cette pratique. Elle est l’expression de l’inventivité des petits pas qui n’en révèle pas moins une réelle vitalité innovante.

  • 45 AD Ariège, 14 M, 23 ; Brevets d’inventions. Registres des procès-verbaux des dépôts de brevets fai (...)

19En Pays d’Olmes, on dénombre beaucoup de mécaniciens et de serruriers ; plusieurs déposent des demandes de brevet, singulièrement pour les machines de la draperie. Parmi ces inventeurs, on compte Alexandre Delglat, filateur mécanicien et Pierre Casse serrurier mécanicien, demeurant à Laroque d’Olmes. Le 6 septembre 1853, ils déposent une demande de brevet acceptée le 3 novembre 1853. Elle porte sur le perfectionnement « [d’]une machine dite carde fileuse à boudin continu servant à filer les laines en gros » inventée par Hippolyte Baïsse. Trois ans plus tard, le 29 janvier 1856, ils déposent un nouveau brevet afin de protéger une amélioration de leur machine créant un « entonnoir à boudin continu »45.

  • 46 AD Ariège, 14 M, 23 ; Brevets d’inventions. Registres des procès-verbaux des dépôts de brevets fai (...)
  • 47 Ibid., Registres no 1 & 2, 1830-1887.
  • 48 AD Ariège, 14 M, 11 ; Rapport de l’ingénieur des mines Mussy, 5 novembre 1869, f° 2 et 6.

20Cette dynamique n’est pas limitée au seul Pays d’Olmes. Le reste du département de l’Ariège ne demeure pas à l’écart de l’innovation. Le 7 décembre 1865, Auguste Séguier, filateur à Foix, effectue à son tour une demande de brevet et l’obtient pour une « machine à doubler la laine, la retordre, dévider et pelotonner simultanément ». Il dépose, le 3 juin 1867, une demande de « certificat d’addition pour changements et modifications apportés à sa machine »46. L’innovation ne se limite pas non plus au domaine de la filature ; les apprêts sont aussi concernés. Ainsi, le 13 décembre 1845, Jean Nadal, affineur de draps demeurant à Laroque d’Olmes dépose une demande de brevet « pour une nouvelle méthode d’apprêt de draps »47. Enfin, on note que sous le Second Empire, à Lavelanet, les hommes ont su, sans changer de système, améliorer le cardage entre 1855 et 1865 en portant progressivement la production d’un assortiment de trois cardes de 30 kg à 45 puis à 50 kg par jour48.

Le décalage dans les innovations

21Le Midi a participé à la recherche de l’amélioration de la productivité. Cela s’est fait grâce à une mécanisation fondée d’abord sur l’achat de matériels fabriqués hors du sud de la France puis sur le développement d’ateliers locaux pour en réaliser. Toutefois, les gains de productivité sont inférieurs à ceux des grands centres de laine cardée. Ils passent d’une adaptation indispensable mais mesurée, liée aux conditions locales. Ils tiennent aussi à la prise en compte de toutes les économies possibles qui passent par l’abaissement du coût des matières premières, de la laine en particulier. Le recours aux effilochages, le choix des laines exotiques (Amérique du sud, Australie, Afrique du Nord) y occupent une place essentielle. L’exploitation maximale des ressources énergétiques naturelles est aussi un facteur important.

Des innovations techniques sans révolution

22Longtemps, les opérations de la draperie sont restées fondées sur des systèmes techniques anciens. Marquées dès le départ par une forte division du travail, elles n’en reposaient pas moins essentiellement sur la force et le savoir-faire des hommes. Si dès le Premier Empire, cardage et filature connaissent un début de mécanisation, les autres tâches demeurent sans changement, les mutations s’étalant dans le temps.

Opérations préparatoires et teinture en laine

  • 49 AD Aveyron, 6 M, 736 ; Statistique des établissements mettant en œuvre la laine et le coton. Rappo (...)
  • 50 AD Aveyron, 9 M, 8 ; Préfecture de l’Aveyron, Fabrication de machines, 7 novembre 1825.
  • 51 A. Hortus, L’industrie de la laine dans le Lodévois : étude économique et sociale (1789-1851), op. (...)

23Les opérations préliminaires et la teinture, pour partie, en offrent un bon exemple. En Ariège, certaines opérations de la draperie ne sont pas mécanisées ; la majorité des opérations préliminaires reste essentiellement manuelle, aux méthodes enracinées, dans le geste et l’outillage. Ainsi, le triage des laines, qui sépare les toisons en fonction de leur finesse et de leur qualité, est toujours fait à la main par des femmes à la journée, pour le compte des fabricants. La tâche est dévoreuse de main-d’œuvre. Le lavage s’effectue lui aussi à bras. À Saint-Affrique, où « sauf dans un seul établissement, tous les fabricants font encore laver aux pieds en rivière, après avoir échaudé la laine au préalable »49. Pourtant, dès la Restauration, les laveuses mécaniques font leur apparition chez Antoine Grand-Pilande ; les laines y sont lavées à chaud dans un bain au sel de soude, puis battues dans l’eau courante50. Quant à Lodève, ce sont 24 dégraisseuses qui sont en fonction en 1838, supprimant totalement le travail manuel51.

  • 52 M. Chevalier, La vie humaine dans les Pyrénées ariégeoises, Paris, M.-Th. Génin, 1956, reprint, Ta (...)
  • 53 AD Ariège, 14 M, 11 ; Rapport de l’ingénieur des mines Mussy, 5 novembre 1869.
  • 54 C. Saint-Pierre, L’industrie du département de l’Hérault. Études scientifiques, économiques et sta (...)

24Dans la teinture, les méthodes évoluent beaucoup plus lentement. Ainsi, à Lavelanet, on utilise encore, même après 1918, « d’antiques chaudières en cuivre à feu direct, dont certaines [sont] centenaires52 ». Dans la montagne, le travail s’effectue en totalité chez des teinturiers de village alors que, dans les centres textiles, il est réalisé, soit à façon par des teinturiers indépendants, soit par des ouvriers à la journée, pour le compte des fabricants53. Les centres les plus en avance techniquement n’agissent guère différemment dans ce domaine. À Lodève, à la fin du Second Empire, on continue de teindre à la cuve. Le vert clair et le vert foncé sont obtenus « en donnant d’abord un jaune à la gaude ». La finition se fait à la cuve dans laquelle on teint aussi en bleu foncé, bleu de ciel, gris de fer bleuté et gris argentin. Pour cela, on plonge la laine dans la cuve, retenue dans un filet. La durée de l’opération reste à l’appréciation de l’ouvrier qui juge à quel moment il est bon de soumettre la couleur à l’action de l’air pour fixer la teinte, le travail s’effectuant sans mordançage. La laine est ensuite égouttée et lavée à l’eau54.

La filature : carder et filer

  • 55 AD Aveyron, 6 M, 736 ; Statistique des établissements mettant en œuvre la laine et le coton. Rappo (...)

25La laine – teinte ou non – est apportée par son propriétaire à la « filature » où, selon la formule consacrée, « à la mécanique », depuis l’introduction des systèmes Douglas et Cockerill. Préalablement au cardage en Ariège, elle est mélangée à bras avec 10 % d’huile fine pour les draps communs et 15 % pour les draps fins. Elle est ensuite battue et ouverte au loup ou au diable. Ce sont des ventilateurs munis de dents qui « écarquillent » et mélangent les fibres d’origines diverses. En Aveyron, on réserve le « loup à hérissons pour les laines grande matière, [le] diable seulement pour les autres »55.

  • 56 AD Ariège, 14 M, 11 ; Rapport de l’ingénieur des mines Mussy, 5 novembre 1869, f° 2 et 6.
  • 57 Exposition universelle internationale de 1889 à Paris, Rapport général, p. 339.
  • 58 AD Ariège, 14 M, 17 ; Statistique industrielle, département de l’Ariège, 1839.
  • 59 AD Aveyron, 6 M, 736 ; Statistique des établissements mettant en œuvre la laine et le coton. Rappo (...)

26Les matières sont alors cardées. L’opération consiste à mélanger les fibres aussi régulièrement que possible, à les étirer pour former une nappe et créer enfin des boudins de fil floche, plus ou moins grossier56. Après le remplacement de la carde à loquette par la carde à boudins fil continu dans les années 183057, on se met à employer généralement des assortiments de cardes formés de trois machines intervenant successivement : la carde briseuse, la carde repasseuse ou intermédiaire et la carde finisseuse. Dans la montagne ariégeoise, les « filatures » se limitent, en réalité, à de simples carderies ne comprenant que deux machines et conservant les anciens systèmes58. Cette pratique perdure très tardivement en Ariège et en Rouergue où la laine destinée à Saint-Affrique pour les molletons ne « passe que deux fois aux cardes » en 187059.

  • 60 Ibid. et AD Ariège, 14 M, 11 ; Rapport de l’ingénieur des mines Mussy, 5 novembre 1869, f° 2 et 6.
  • 61 AD Ariège, 14 M, 11 ; Rapport de l’ingénieur des mines Mussy, 5 novembre 1869, f° 2 et 6.

27Au rythme de la disparition de la filature manuelle en Ariège, la mécanisation du filage conduit les « filatures » à concentrer les opérations du cardage et du filage dans un même lieu, ; au même moment, une troisième cardeuse est introduite dans les assortiments. Toutefois, ces évolutions ne s’opèrent qu’au cours du Second Empire60. À Lavelanet, les mutations sont plus précoces, le cardage s’effectuant toujours avec des assortiments de trois cardes61.

  • 62 Exposition universelle de Londres de 1862. Rapports des membres de la section française du jury in (...)
  • 63 Ministère de l’agriculture et du commerce division du commerce extérieur, Exposition universelle d (...)
  • 64 Exposition universelle de Londres. Liste des exposants français auxquels des médailles ont été déc (...)
  • 65 AD Ariège, 14 M, 11 ; Rapport de l’ingénieur des mines Mussy, 5 novembre 1869, f° 6 et 7.
  • 66 R. Cazals, Les révolutions industrielles à Mazamet, 1750-1900, op. cit., p. 114.

28Après 1865, le système n’étant plus perfectible, les nouvelles cardes du système Mercier – qui permettent d’obtenir 90 à 100 kg de fil floche – sont substituées aux anciennes mécaniques. En effet, au milieu du xixe siècle, des progrès sensibles sont réalisés dans la mécanisation du cardage et quelques assortiments de qualité dominent le marché tels ceux « de MM. Platt frères, d’Oldham, ceux de MM. Houget, Teston et Célestin Martin de Verviers, et ceux de M. Mercier de Louviers »62. Cette dernière société, présentée comme une association d’ouvriers et de patrons à l’Exposition universelle de Londres en 1851 pour la fabrication de machines pour la laine63, est fortement remarquée par le jury qui lui décerne la grande médaille – Council medals – pour la qualité de son innovation64 qui va se répandre alors dans les centres lainiers français. Cependant, les nouveaux assortiments coûtant de 9 à 10 000 francs au lieu de 2 500 à 3 000 francs pour les anciens, la substitution est seulement amorcée à Lavelanet ; mais Mussy pense qu’elle est « en bonne voie d’être continuée au fur et à mesure de l’usure des anciens appareils [et] ne tardera pas à être adoptée chez tous les filateurs pouvant faire les avances nécessaires »65. Quelques années avant, Mazamet s’était dotée des mêmes assortiments66.

  • 67 AD Ariège, 14 M, 11 ; Rapport de l’ingénieur des mines Mussy, 5 novembre 1869, f° 2, 3 et 7.
  • 68 J. Loup, L’industrie lainière dans le Tarn, op. cit., p. 41.
  • 69 AD Ariège, 14 M, 11 ; Rapport de l’ingénieur des mines Mussy, 5 novembre 1869, f° 2, 3 et 7.
  • 70 Exposition universelle internationale de 1889 à Paris, Rapport général, p. 339.

29Malgré l’innovation réalisée en matière de filage en 1812 chez les fabricants les plus dynamiques du Pays d’Olmes, l’équipement de la majeure partie des entrepreneurs va rester, dans la première moitié du xixe siècle, centré sur des jennys de 40, 60 ou 80 broches67. Dans le Tarn, ce n’est que dans la décennie suivant 1845 que les jennys de 40 broches sont remplacées par des mule-jennys en fer de 200 broches68. On trouve toutefois des filatures entièrement manuelles dans certaines vallées des arrondissements de Saint-Girons et de Foix ; aussi, en 1869, 20 % des matières sont encore filées à la quenouille dans la production des cuirs-laine de la montagne69. Autour de Lavelanet, ce procédé a depuis longtemps disparu, mais l’élaboration du fil continue d’y être réalisée en grande partie grâce à des jennys. Alors « que le métier mule-jenny de 100 à 300 broches, mû par un moteur mécanique [tend à se] substitu[er] au métier à main de 40 à 60 broches, […] abaissa[nt] [ainsi] de 10 % environ le prix de la filature », en France, dès le début des années 183070.

  • 71 Ibid., f° 7.
  • 72 R. Cazals, Les révolutions industrielles à Mazamet, 1750-1900, op. cit., p. 114 et p. 157.
  • 73 AD Lozère, 2 P, 151-154 ; Contributions directes : carnets des établissements industriels imposabl (...)
  • 74 F. Boulet, Un canton rural reculé du sud Aveyron à la poursuite du développement et des progrès du (...)
  • 75 AD Aveyron, 8 M, 4 ; Renseignements concernant le commerce et l’industrie adressés par les sous-pr (...)
  • 76 AD Aveyron, 6 M, 736 ; Rapport du sous-préfet de Saint-Affrique au préfet de l’Aveyron, 28 février (...)
  • 77 F. Teisserenc, L’industrie lainière dans l’Hérault, op. cit., p. 65.

30Il faut attendre le changement du système de cardes pour que les industriels du Pays d’Olmes les abandonnent définitivement et leur substituent des mule-jennys en fer71, à l’image de ce que l’on avait pu observer à Mazamet, vingt ans plus tôt, lorsque Pierre-Élie Houlès et d’autres filateurs les adoptaient à partir de 184472. Il est probable que la Lozère effectue aussi le même type d’innovation vers la même époque73. En Aveyron, la mutation est encore plus précoce, puisque l’analyse des cadastres nous permet de constater que la majorité de créations de filatures et d’établissements intégrés datent de la période 1829-183774, ce que le sous-préfet nous confirme75. Cependant, en 1871, dans l’arrondissement de Saint-Affrique, si on compte 5 630 broches de mule-jenny, il reste encore 460 « tours à bras »76. Dans l’Hérault le passage a été plus précoce qu’ailleurs dans le Midi77, résultat de l’impérieuse nécessité pour les centres tournés vers la commande publique de s’équiper en moyens techniques à productivité supérieure.

  • 78 AD Ariège, 14 M, 11 ; Mines. Statistiques de l’industrie minérale. Tableau des établissements mett (...)
  • 79 AD Lozère, 2 P, 153 ; Contributions directes : carnets des établissements industriels imposables a (...)

31En Ariège, comme dans le Tarn, les présentations globales de l’innovation laissent entendre que toutes les nouvelles machines étaient constituées de 200 broches. En réalité, ce nombre variait environ de 120 à 250. On peut en conclure que l’équipement a été acquis dans la durée et qu’il existait des instruments aux technologies différentes, le nombre de broches augmentant, au rythme du perfectionnement des techniques. Ainsi, en Ariège, sous le Second Empire, les mule-jennys de 120 broches dominent dans les campagnes et dans les sites urbains hors du Pays d’Olmes. La filature Bribes dispose à Ax d’une machine de ce type, la veuve Durandeau à Foix, de deux, comme Marfaing à Foix et Duthil à Pamiers, alors que Vignaux à Labastide-de-Sérou, Tortech à Lacour, Rayon à Aucasein, Berdal à Castillon et Abadie à Saint-Girons n’en ont qu’une. Les mule-jennys autour de 200 broches dominent cependant ; c’est le cas en Pays d’Olmes. On n’y compte qu’une filature avec des machines inférieures à ce nombre ; Dubié à Léran est le seul à en détenir trois de 170. Sinon, à Lavelanet, Dastis a cinq machines de 200 broches, comme Presty ; Dumons, en a quatre, Croux deux, comme Monié, et Bonnet, une seule ; à Villeneuve-d’Olmes, Raffel en à quatre et Gabarrou trois ; à Fougax, Sartres en à trois, à Mirepoix, Maury en possède deux et à Montferrier Arnaud Soubries n’en a qu’une. En dehors du Pays d’Olmes en Ariège, on trouve aussi, à la même époque, quelques rares fileuses de 200 broches ; la filature Cassé à Foix, celles de Duthil de Pamiers et de Tondu à Saint-Lizier en possèdent une chacune. Le Pays d’Olmes est le seul à avoir des machines supérieures à ce nombre avec des mule-jennys entre 207 et 240 broches ; à Labastide-sur-l’Hers, Coulon a trois machines de 207 broches, Gaudy à Lavelanet, cinq de 212, Olive à Lagarde, trois de 213, à Laroque Delgla trois et Nestor Maurel deux de 220, comme Mouton à Montferrier ; Fonquernie à Dreuilhe en a trois de 240 broches78. La situation semble identique en Lozère et bien que nous ne disposions pas d’informations aussi précises que pour l’Ariège, on peut relever qu’à Mende la filature de Saint-Laurent avait six mule-jennys de 160 broches et deux de 200 en 1853, celle de Montbel six de 180 broches et deux de 200 en 1865 ; celle de Pineton une de 250 broches, six de 240 et deux de 160 en 1871, celle de Montplaisir trois de 180 broches en 185579.

  • 80 Il ne reste guère que la filature d’Alexandre Soubries à Montferrier pour continuer de filer avec (...)
  • 81 Comme Marfaing et Cassé à Foix.
  • 82 On ne trouve qu’une seule jenny de 30 broches chez Vignaux à Saint-Girons.
  • 83 AD Ariège, 14 M, 11 ; Mines. Statistiques de l’industrie minérale. Tableau des établissements mett (...)

32Si en Pays d’Olmes les jennys ont presque toutes disparu80, en revanche, avec 29 machines (mais seulement 1 470 broches) pour quinze mule-jennys (et 2 040 broches), elles représentent arithmétiquement la majorité de l’équipement du reste du département de l’Ariège. Dans les campagnes, elles continuent de dominer largement, les mule-jennys étant essentiellement implantées dans les ateliers urbains. Si quelques filatures ne les utilisent plus qu’en complément des mule-jennys81, la majorité des établissements ne filent qu’avec des jennys. Les instruments de 40 broches dominent presque par tout82 ; Bergay à Vicdessos en a deux, Gleizes au Pla de Quérigut, Grarde à Ax, Olive à Luzenac, Bonnail à Albiès, Charrie à Bouan, Maury à Auzat, Villary à Auzat, Laffont à Niaux, Fournié à Saurat, Cazabau à Saurat, Gleize à Tarascon, Isard à Pamiers, Gabarrou au Mas-d’Azil, Sentenac à Seix, Gabarrou à Massat en ont chacun une. On trouve ensuite des machines de 60 broches ; Cassé à Foix en détient trois alors que Dunglas à Arjont, Roudeille à Saint-Girons et Monié à Labastide-de-Sérou n’en ont qu’une chacun. Isard à Pamiers est le seul à posséder des jennys de 80 broches, comme Marfaing à Foix, mais le premier en possède quatre, le second une seule83.

  • 84 J.-C. Daumas, L’amour du drap. Blin & Blin. Elbeuf, 1827-1975. Histoire d’une entreprise lainière (...)
  • 85 AD Ariège, 14 M, 11 ; Rapport de l’ingénieur des mines Mussy, 5 novembre 1869, f° 3.
  • 86 AD Ariège, 14 M, 11 ; Rapport de l’ingénieur des mines Mussy, 5 novembre 1869, f° 7.

33La transformation est donc graduelle, dans le cardage, comme dans la filature ; elle fait montre de décalages par rapport aux mutations des grands centres du nord, de l’est ou de l’ouest de la France. Ainsi, Elbeuf qui avait été rétive à mécaniser la filature commence à s’équiper de self-acting vers 187084 alors que le Pays d’Olmes n’en était encore qu’à généraliser l’usage de la mule-jenny. Ce décalage est aussi sensible au niveau régional entre les territoires du cardé. En Ariège, la différence est sensible entre le Pays d’Olmes, les centres urbains hors de ce territoire et enfin les campagnes et la montagne. Dans ce dernier groupe, l’innovation consiste à s’équiper d’abord, avec les assortiments de cardes et les vieux métiers de rebut du centre industriel de Lavelanet85. Parallèlement, les filateurs commencent à se doter de métiers à retordre de 30 à 40 broches. Analogues au métier à filer, ils donnent au fil le retord propre aux draps nouveautés ; mais en 1869, le procédé même s’il tend à s’étendre, reste encore peu pratiqué86.

Le tissage

  • 87 F. Teisserenc, L’industrie lainière dans l’Hérault, op. cit., p. 66.

34Le fil obtenu est ensuite ourdi, le plus souvent à la main puis, progressivement, mécaniquement87. Le tissage s’effectue aussi principalement sur des métiers traditionnels à bras à bâti en bois. Mais, l’apparition de nouvelles étapes, la production de pièces larges et la nécessité de rationalisation qui se développe dans les entreprises travaillant pour les draps de troupe, favorisent l’émergence et le développement d’innovations.

Navette volante

  • 88 AD Ariège, 14 M, 19/1 ; Observations sommaires sur l’industrie et le commerce du canton de Lavelan (...)
  • 89 AD Aveyron, 9 M 9 ; Extrait des registres de la préfecture du département de l’Aveyron, 1er nivôse (...)
  • 90 AD Aveyron, 9 M 8 ; Extrait des registres de la préfecture du département de l’Aveyron, 15 thermid (...)

35La première de ces innovations consiste dans l’adoption de la navette volante. L’invention n’est pas nouvelle. Elle est due à John Kay en 1733. Pourtant, même dans les manufactures de draps larges, elle n’est pas employée et on préfère recourir toujours à deux tisserands. Au début du xixe siècle, avec ou sans encouragements de l’État, les manufactures qui travaillent dorénavant presque exclusivement des draps larges l’adoptent. C’est un choix spontané dans les établissements innovants du Pays d’Olmes88. L’État intervient parfois, comme en Aveyron. Chaptal, ministre de l’intérieur ayant ordonné que la connaissance du procédé soit étendue, le préfet de l’Aveyron a créé par un décret du 15 thermidor de l’an XI, approuvé par le ministre le 12 fructidor suivant89, une école pratique constituée d’un « atelier […] disposé et monté dans une partie des bâtiments de la préfecture ». Chaque sous-préfet devait alimenter l’école en envoyant dix élèves de son arrondissement pour y être formés, l’objectif étant de produire plus et à moindre coût des étoffes et des toiles dans les fabriques de Rodez, de Saint-Affrique et de Saint-Geniez qui « travaillent des étoffes propres au grand et petit habillement des troupes de la République » et de celles de « Saint-Antonin, de Sauveterre, de Villefranche, de Saint-Cyprien et de plusieurs autres cantons qui fournissent des toiles à la marine »90.

Métiers mécaniques

36La nécessité d’accroître la productivité et la rentabilité des entreprises travaillant pour l’État pousse certains manufacturiers à adopter les métiers mécaniques. Aussi après les premières tentatives guère concluantes, comme l’atteste l’échec des métiers Mazeline, les recherches aboutissent à des machines suffisamment performantes pour que soit envisagée leur utilisation systématique dans certains centres.

  • 91 A. Hortus, L’industrie de la laine dans le Lodévois : étude économique et sociale (1789-1851), op. (...)
  • 92 F. Teisserenc, L’industrie lainière dans l’Hérault, op. cit., p. 105.
  • 93 C. Saint-Pierre, L’industrie du département de l’Hérault. Études scientifiques, économiques et sta (...)

37Ainsi, à Lodève, une société de douze industriels se forme en 1845 pour acquérir des métiers à tisser mécaniques. Une seule fabrique est équipée, dans un premier temps, du fait de l’opposition ouvrière91. Mais sous le Second Empire, la ville connaît une totale réforme de structure dans ce domaine. Elle touche les douze entreprises spécialisées dans les fournitures militaires et les cinq qui travaillent pour les marchés civils. L’ensemble des 800 métiers employés est ainsi mécanisé en 186592. Dans les autres centres de l’Hérault travaillant dans le drap d’uniforme, la réforme n’est pas encore complète en 1865 : Bédarieux ne possède que 280 métiers mécaniques, Clermont 121 et Villeneuvette 60 alors qu’ils conservent, respectivement, 76, 164 et 60 métiers à bras. En revanche, à la même date, les places travaillant pour le marché civil n’ont pas débuté leur mutation de structure et la totalité des métiers – soit 200 à Saint-Pons, 220 à Riols, 100 à Saint-Chinian et 40 à La Salvetat – sont tous à bras93.

  • 94 AD Aveyron, 8 M, 5 ; Commerce et industrie. Rapport et renseignements, 1862-1871 et V. Cros, L’ind (...)

38À Camarès, Mazarin et Rachou, patrons expatriés de Saint-Affrique et participant aux adjudications militaires, dotent la ville de métiers à tisser mécaniques anglais. La mutation est d’abord timide, puisqu’en 1862 on n’en compte que trois de ce genre à l’usine Mazarin. Le changement de politique adjudicataire de l’État produit l’impulsion décisive dans la mécanisation de la production locale. Les frères Rachou, Achille et Émile qui viennent de rejoindre Mazarin à Camarès, louent leur usine et y installent plus de 40 métiers mécaniques ; en 1864, on en compte déjà 4594.

  • 95 R. Cazals, Les révolutions industrielles à Mazamet, 1750-1900, op. cit., p. 120 et 173.
  • 96 J. Loup, L’industrie lainière dans le Tarn, op. cit., p. 38-39.
  • 97 J. Loup, L’industrie lainière dans le Tarn, op. cit., p. 46.
  • 98 AN, C, 7318 ; Enquêtes parlementaires. Enquête sur l’industrie textile, 1904.
  • 99 J. Loup, L’industrie lainière dans le Tarn, op. cit., p. 49 et 69.

39Le processus est le même à Mazamet. Dans un premier temps, Cormouls-Houlès n’avait que cinq métiers mécaniques acquis à Lodève, sur les 55 rassemblés dans son établissement en 186095. En effet, en 1830, Pierre-Élie Houlès, le fondateur de l’entreprise qui avait commencé à fabriquer en 1823, livrait à la marine, pour Brest et Lorient, d’importantes quantités de molletons ; il y ajoutait, en 1832, des bonnets de marine. Les marchés militaires se développèrent alors96. À la fin du Second Empire selon Jean Loup97, dans les années 1880 selon la Chambre de Commerce de Castres98, la poussée s’opère dans la mécanisation du tissage d’abord par l’achat de métiers en fer à pédales autour de Castres et de Mazamet puis, ensuite, sur celui des métiers mécaniques non automatiques99.

Mécanique Jacquard et mécanique armure petit Jacquard

  • 100 R. Cazals, Les révolutions industrielles à Mazamet, 1750-1900, op. cit., p. 173.
  • 101 C. Saint-Pierre, L’industrie du département de l’Hérault. Études scientifiques, économiques et sta (...)

40Mais toutes les innovations dans le tissage ne sont pas stimulées seulement par l’adaptation aux besoins des commandes militaires. La réussite des centres comme Mazamet, Castres, Lavelanet ou Labastide-Rouairoux voire, un temps, de Saint-Pons et de Bédarieux, réside d’abord dans leur capacité à développer une offre pour les marchés civils. Or, les métiers mécaniques n’apportent pas d’avantages déterminants dans ce domaine avant 1870. Ils peuvent même représenter un frein. Cormouls-Houlès considérait que les pertes de temps qu’ils occasionnent dans leur mise en œuvre « rendent pour ainsi dire nuls les avantages du métier mécanique pour le tissage des articles nouveautés »100. Cela limite donc leur généralisation dans les fabriques de Mazamet, de Saint-Pons et de l’Hérault qui travaillent pour les marchés civils101. Aussi, beaucoup de métiers employés demeurent des outils traditionnels, à bras, à bâti en bois. Toutefois, l’émergence des nouveautés pousse à une réforme de structure, les nouveaux tissus présentant une variété de dessins et de couleurs en constante mutation. Les plus complexes appellent à adopter le système Jacquard, alors que les plus courantes se satisfont de la mécanique armure petit Jacquard, peu coûteuse et aisément adaptable au métier traditionnel.

  • 102 AD Ariège, 14 M, 11 ; Rapport de l’ingénieur des mines Mussy, 5 novembre 1869, f° 7.
  • 103 J. Levain, J. Rougerie et A. Straus, « Contribution à l’étude des mouvements de « longue durée » : (...)
  • 104 « Les collets sont des cordes que l’on suspend à chaque crochet et qui sont terminées par un mousq (...)
  • 105 M. Daumas, Histoire générale des techniques. 3/L’expansion du machinisme, 1725-1860, Paris, PUF/Qu (...)
  • 106 P. Lamoitier et D. de Prat, Traité théorique et pratique de tissage des tissus de laine, op. cit.,(...)
  • 107 Avec douze marches, leur largeur est déjà si faible que le tisserand doit travailler pieds nus et (...)

41Pour cette raison, le petit Jacquard connaît un réel succès en Pays d’Olmes102, comme d’ailleurs dans les campagnes elbeuviennes103. Ce montage à mécanique armure est un dérivé du célèbre système. Celui-ci est constitué d’un chariot d’entraînement pour le prisme perforé, la mécanique permettait l’utilisation du chapelet de rectangles en carton, mis au point par Falcon, combiné avec un ensemble de crochets et d’aiguilles, inventé par Vaucanson. Lorsqu’une aiguille rencontre une perforation, le crochet qui est lié se soulève entraînant avec lui des collets portant un certain nombre d’arcades avec maillons dans lesquels sont rentrés les fils de chaîne104. Le nombre de crochets pouvant être considérable, il peut y avoir autant de fils à évolutions différentes que de crochets. La perforation des cartons donne donc la forme des dessins à reproduire par le tisserand qui, grâce à ce mécanisme simple mais ingénieux, peut exécuter des étoffes aux dessins les plus compliqués aussi facilement qu’une étoffe unie105. Le petit Jacquard diffère du Jacquard en cela qu’il n’actionne pas des collets mais fait mouvoir des lames, 26 au plus dans la draperie. Les possibilités de dessins sont donc réduites mais le nombre malgré tout élevé de lames permet d’en envisager une variété assez considérable106. Auparavant, les possibilités étaient plus réduites car on n’actionnait qu’un faible nombre de lames, compte tenu de l’effectif associé des marches à mettre en œuvre. En Pays d’Olmes, on a retrouvé des métiers à six marches, ce qui est le minimum pour créer des duites fantaisies. On sait qu’il en a existé ailleurs avec une douzaine. Au-delà, il aurait été impossible à manipuler, mais avant tout, il eut été très difficile techniquement d’installer plus de marches ; elles n’auraient pas trouvé leur place sous le métier107 ; de plus un tisserand n’aurait pas retenu l’ordre des opérations à effectuer : il s’en serait suivi une grande lenteur de travail et une quantité considérable d’erreurs. Aussi, le petit Jacquard, grâce à l’automatisation de la levée des lames par des crochets commandés avec des cartons perforés, libère le tisserand du souci de la levée des marches ; le nombre de lames, alors plus important, permet un accroissement considérable des possibilités de dessins ; le travail de tissage enfin est plus rapide et régulier, ce qui évite les erreurs de manipulation des marches.

  • 108 AD Ariège, 14 M, 11 ; Rapport de l’ingénieur des mines Mussy, 5 novembre 1869, f° 7.
  • 109 M. Daumas, Histoire générale des techniques, op. cit., p. 681-682.
  • 110 AD Ariège, 14 M, 11 ; Rapport de l’ingénieur des mines Mussy, 5 novembre 1869, f° 7.

42Ces avantages ont conduit Mussy à considérer que ce montage à mécanique armure « est devenu tout à fait indispensable pour les draps nouveautés »108. En outre, ce procédé, garnissant « uniquement des métiers à bras, avec la cadence de travail modéré desquels sa construction encore en partie réalisée en bois s’accordait parfaitement »109, se trouvait tout à fait adapté à l’organisation proto-industrielle. En effet, le fabricant fournissait les cartons perforés et portait la chaîne ourdie aux tisserands « sur une échelle variable d’après les dessins désirés »110.

  • 111 C. Brisson, L’industrie lainière et drapière à Elbeuf et à Louviers, Elbeuf, Syndicat patronal de (...)
  • 112 R. Cazals, Les révolutions industrielles à Mazamet, 1750-1900, op. cit., p. 114.

43Toutefois, les industriels lavelanetiens innovaient dans ce domaine, mais fortement en décalage avec la concurrence : Elbeuf depuis quarante ans et Mazamet depuis trente avaient adopté la mécanique Jacquard. Théodore Chennevière l’avait introduite en 1825, lorsque la capitale normande du cardé reprenait la fabrication des nouveautés111. À Mazamet, c’est encore Pierre-Élie Houlès qui, en 1837, monta les premiers métiers de ce type. Mais l’innovation ne se répand pas dans le centre tarnais aussi vite qu’on aurait pu l’imaginer. Pour Rémy Cazals, une grande partie des tissus étant plus simples, cela n’en nécessitait pas la généralisation112. En effet, comme en Pays d’Olmes, la mécanique armure suffisait dans la majorité des cas.

  • 113 P. Lamoitier et D. de Prat, Traité théorique et pratique de tissage des tissus de laine, op. cit.,(...)
  • 114 J.-C. Daumas, Les territoires de la laine. Histoire de l’industrie lainière en France au xixe sièc (...)
  • 115 AD Ariège, 14 M, 11 ; Mines. Statistiques de l’industrie minérale. Tableau des établissements mett (...)

44Une autre raison semble devoir être avancée. Elle tient aux problèmes techniques posés par l’installation des métiers à tisser à mécanique Jacquard au domicile de façonniers. Encombrants du fait de leur cage contenant les parties essentielles de la mécanique113, leur hauteur rendait difficile, voire impossible, leur installation chez les ouvriers à domicile. Jean-Claude Daumas a bien montré pourquoi, à Elbeuf, le développement des nouveautés avait provoqué la concentration du tissage en ville à partir des années 1830, les paysans ne pouvant s’équiper d’un métier Jacquard à la fois trop coûteux et trop encombrant114. À l’inverse, la mécanique armure n’avait pas cet inconvénient matériel ; la boîte de levée – de levée et de rabat selon les modèles – offrait un encombrement limité. Le procédé pouvait alors être aisément diffusé dans tous les ateliers. La réussite est fulgurante en Ariège puisque, sur environ 1 000 métiers à tisser non mécaniques en 1869, le Pays d’Olmes en possédait à lui seul 830, dont la moitié était montée avec la mécanique armure petit Jacquard115.

Les apprêts

  • 116 A. Hortus, L’industrie de la laine dans le Lodévois : étude économique et sociale (1789-1851), op. (...)
  • 117 Exposition universelle internationale de 1889 à Paris, Rapport général, p. 340.
  • 118 J.-C. Daumas, Les territoires de la laine. Histoire de l’industrie lainière en France au xixe sièc (...)
  • 119 AD Ariège, 14 M, 11 ; Rapport de l’ingénieur des mines Mussy, 5 novembre 1869, f° 7 et 8.

45Le drap tissé, dont la teinture a été effectuée en fil, est ensuite envoyé au foulon par le fabricant. En Ariège, jusqu’au début du Second Empire, le feutrage s’effectue uniquement dans des auges à marteaux mis en mouvement par un moteur hydraulique. À Lodève, ils sont rapidement remplacés par un système à cylindre qui s’impose entre 1836 et 1844116. Cela montre une implantation précoce des « foulons à l’anglaise [qui] commençaient à être employés » partout en France à la même époque, remplaçant « l’action des anciennes piles […] par la pression entre deux cylindres [et donnant] un drap plus égal, plus ferme, moins exposé aux tares »117. Cependant, le procédé des cylindres ne se généralise vraiment qu’avec les machines perfectionnées par Benoît à Nîmes et surtout par Vallery et Lacroix à Rouen au milieu du xixe siècle. Reprenant le principe des rouleaux lamineurs dans le foulage en largeur, elles ajoutent un système de planches pour le foulage en longueur entre lesquelles le drap était forcé de passer en les écartant. « Cette machine représentait la perfection » mais n’empêchait pas la permanence des machines à fouler anciennes ni même, dans certains cas, la pratique du foulage aux pieds118. Ainsi, dans la montagne ariégeoise, les anciens moulins foulons ont perduré, alors qu’à Lavelanet le « foulon à cylindres de bois rotatifs en forme de laminoirs », au rendement deux fois plus élevé que dans l’ancien système, s’impose dès les années 1850119.

  • 120 AD Ariège, 14 M, 11 ; Rapport de l’ingénieur des mines Mussy, 5 novembre 1869, f° 7 et 8.
  • 121 AD Aude, 14 M, 9 ; Lettre du maire de Carcassonne au ministre de l’intérieur, 25 janvier 1826.
  • 122 AD Ariège, 14 M, 17 ; Statistique industrielle des manufactures fabriques et usines et autres étab (...)

46En Pays d’Olmes, le drap foulé est ensuite lavé à la « mondeuse », appareil en bois très ancien dans le pays, qui a la forme d’un large laminoir120, puis passé à la garnisseuse : ce travail, fait depuis longtemps à la machine, est perfectionné. Les anciennes garnisseuses produites en grand nombre à Carcassonne, Limoux et même Chalabre sous la Restauration121 à « chardons parallèles à l’axe du cylindre tournant » – dont les trois premières avaient été introduites en 1821122 – ont été abandonnées pour de nouveaux appareils plus complexes au rendement plus élevé, dits « velouteuses à chardons obliques à l’axe des cylindres ».

  • 123 AD Ariège, 14 M, 11 ; Rapport de l’ingénieur des mines Mussy, 5 novembre 1869, f° 8.
  • 124 AD Ariège, 14 M, 17 ; Statistique industrielle…, supra cit., 1825 et AD Ariège, 14 M, 19/2 ; Le Pr (...)
  • 125 M. Daumas, Histoire générale des techniques, op. cit., p. 686 et G. Gayot, Les draps de Sedan, 164 (...)
  • 126 AD Aude, 14 M, 9 ; Réponses de la Chambre consultative des manufactures de Chalabre aux diverses q (...)
  • 127 M. Daumas, Histoire générale des techniques, op. cit., p. 684-687.

47Le drap garni est ensuite tondu mécaniquement grâce à « un appareil très perfectionné depuis longtemps »123. On sait, en effet, que les trois manufactures les plus en pointe du Pays d’Olmes avaient adopté, dès 1821, « des tondeuses de la maison Poupart de Neuflize »124. C’est en 1814 que le baron de Neuflize acquiert le brevet de cette machine et procède à un travail concret de recherche en vue de sa réalisation. Il s’assure le concours du mécanicien parisien d’origine anglaise John Collier, lui-même constructeur d’une tondeuse longitudinale. Disponible sur le marché dès 1819, la tondeuse rotative à lames hélicoïdales offre l’exemple assez rare d’une machine réalisée dès le départ sous sa forme définitive125. Toutefois, Mussy ne nous indique pas si l’ensemble des manufacturiers a bien recours à ce type de tondeuse. En effet, un grand nombre « de tables à tondre mécanisées », élaborées simultanément entre 1784 et 1817 et produites dans les ateliers de construction mécanique de l’Aude sous la Restauration126, pouvaient répondre à la définition d’une mécanisation ancienne du tondage, sans que l’on puisse pour autant parler ici de perfection127.

  • 128 AD Aveyron, 9 M, 8 ; Préfecture de l’Aveyron, Fabrication de machines, 7 novembre 1825.
  • 129 AD Aveyron, 6 M, 736 ; Statistique des établissements mettant en œuvre la laine et le coton. Rappo (...)
  • 130 AD Aude, 14 M, 9 ; Réponses de la Chambre consultative des manufactures de Chalabre aux diverses q (...)
  • 131 AD Aude, 14 M, 9 ; Copie conforme signée du maire de Limoux d’un extrait du registre des délibérat (...)
  • 132 A. Hortus, L’industrie de la laine dans le Lodévois : étude économique et sociale (1789-1851), op. (...)

48À Rodez, par exemple, on compte 25 tables à tondre. À Saint-Affrique, sous la Restauration, 15 tables sont encore en service contre seulement deux tondeuses128 ; on n’y trouve plus, à la fin du Second Empire, que des tondeuses longitudinales129. À Chalabre, six tables à tondre côtoient quatre tondeuses transversales en 1825130 et à Limoux 42 tables à tondre sont employées avec une tondeuse longitudinale de John Collier et 11 transversales de Poupart de Neuflize à la même époque131. En 1824, les tables à tondre sont encore omniprésentes à Lodève qui ne possède qu’une tondeuse longitudinale ; quatorze ans plus tard, la révolution des structures est réalisée avec 40 tondeuses transversales132.

  • 133 AD Ariège, 14 M, 11 ; Rapport de l’ingénieur des mines Mussy, 5 novembre 1869, f° 3.

49Les innovations technologiques dans les apprêts, même anciennes, n’entraînent pas la généralisation des pratiques. Ainsi, en dehors du Pays d’Olmes, les techniques évoluent plus lentement dans le département de l’Ariège : « le tondage se fait parfois à bras » et le garnissage s’effectue « tantôt à bras avec des peignes de chardons, tantôt à la mécanique par cylindres garnis de chardons » ; les deux opérations tendent, toutefois, à se faire à la mécanique133.

  • 134 M. Lévy-Leboyer, Les banques européennes et l’industrialisation internationale dans la première mo (...)
  • 135 AD Ariège, 14 M, 11 ; Rapport de l’ingénieur des mines Mussy, 5 novembre 1869, f° 8.

50Cependant, certains procédés anciens ont perduré tardivement. Si les manufacturiers ont fini par abandonner le décatissage des draps à la vapeur – comme à Elbeuf134 –, on continue d’employer la presse pour l’apprêt de certaines étoffes, « dans laquelle le drap est comprimé sous une vis en bois avec des plaques de fonte chaude ». Cette opération, qui a pour but de cacher les petits défauts, concerne surtout une partie des cuirs-laine ; mais elle n’est pratiquée ni pour la production la plus fine, ni pour les nouveautés135. La presse à froid continue également d’être utilisée et perfectionnée par un système hydraulique.

L’essor des nouvelles fibres : laines vierges et effilochés

Laines et effilochés

51Dans un contexte d’innovations décalées dans les étapes techniques, où les gains de productivité restent inférieurs à ceux réalisés dans les grands centres de laine cardée, les coûts des salaires et des matières premières paraissent déterminants dans l’équilibre financier et la viabilité immédiate des entreprises. Si les rémunérations restent peu élevées – bien qu’à partir de 1862 une tendance à la hausse soit observable – le prix toujours plus haut des laines et leur faible élasticité menacent cette industrie, fondée essentiellement sur la production de draps lourds et grands consommateurs de fibres.

52L’implantation sur de nouveaux marchés et la modification des réseaux de distribution, l’innovation de produits et l’adoption des nouveautés, la poursuite du progrès technique et la transformation de l’outil de production, la recherche de nouveaux financements et la modification de la structure des entreprises, sont autant de variables sur lesquelles les industriels jouent pour assurer leur pérennité. Mais, le poste de dépense qui grève avant tout les bénéfices est la matière première.

  • 136 AD Ariège, 14 M, 19/1, no 10 et 11 ; Réponses à un questionnaire pour les manufactures de Dumas et (...)

53Au début du xixe siècle, en Ariège, les laines employées provenaient des montagnes locales pour les drapets et des burats, alors que les fibres tirées de Narbonne, des Corbières, du Roussillon et de l’Espagne entraient dans la fabrication des draps larges136. Avec l’adoption des cuirs-laine, la structure se maintient à l’identique au cours de la première moitié du siècle, malgré une régression du recours aux laines locales. Cependant, devant l’augmentation du coût des matières premières, les manufacturiers du Pays d’Olmes recherchent un substitut à la laine vierge ; aussi, ont-ils introduit dans les mélanges des quantités variables d’effilochages.

  • 137 J.-C. Daumas, Les territoires de la laine. Histoire de l’industrie lainière en France au xixe sièc (...)
  • 138 Ibid., p. 139-141.

54Ils obéissent, en cela, au modèle méridional qui consiste à recourir précocement à cette nouvelle matière, alors qu’en France son emploi ne se généralise vraiment qu’après 1880. Dans les grands centres du cardé, on préférait réduire les coûts de production par l’emploi de fibres exotiques et la mécanisation, le recours aux matières de récupération étant considéré comme un avilissement de la qualité. Or, les meilleurs effilochages « étaient préférables aux qualités inférieures de laine nouvelle » et ils permettaient « d’obtenir un tissu plus plein et plus moelleux »137. Les industriels de Vienne l’ont pleinement compris aussi la réussite remarquable de la place tient-elle au perfectionnement de la qualité des tissus et à la diversification des collections dans l’heureuse spécialisation des draps pour homme en laine renaissance138.

  • 139 AD Ariège, 14 M, 11 ; Rapport de l’ingénieur des mines Mussy, 5 novembre 1869, f° 5.
  • 140 AD Ariège, 14 M, 18/2 ; Situations trimestrielles, Causes des augmentations et des diminutions, 2e(...)
  • 141 Ibid., 3e trimestre 1864.
  • 142 AD Ariège, 14 M, 18/3 ; Situations trimestrielles, Observations, 3e trimestre 1867.
  • 143 D’après les comparaisons effectuées entre les observations faites pour le 4e trimestre 1870 et le (...)
  • 144 AD Ariège, 14 M, 11 ; Rapport de l’ingénieur des mines Mussy, 5 novembre 1869, f° 8 et 9.

55Dans le Midi, le début de cet emploi coïncide avec la phase de baisse des prix des draperies cardées. Pour y répondre et rester compétitifs, les manufacturiers du Pays d’Olmes diminuent leur prix moyen de 36 % en ayant recours aux laines renaissances. Les fabriques connaissent alors une réelle prospérité mais de courte durée, car les industriels introduisent dans leurs étoffes « de trop grandes quantités de défilochages de vieux draps mélangés aux laines vierges »139. Au deuxième trimestre 1863, les autorités notent les effets pervers de cette pratique qui « altère […] les produits et jette du discrédit sur les marchandises »140. Les difficultés commerciales ne modifient pas, pourtant, ce comportement : dans un premier temps, il semble même s’aggraver. Aux effilochages s’ajoutent « des déchets de laines […] et [des] bouts de fils appelés bourres » qui constituent ensemble un tiers des matières ; le « mélange [obtenu] forme une qualité qui se vend à de très bas prix et souvent ne se vend pas du tout ». Toutefois, dès le troisième trimestre de 1864, on peut noter que « d’heureuses innovations apportées dans la fabrication » font que « cet état de choses dur[ant] depuis longtemps, […] tend à disparaître de plus en plus »141. En réalité, ce n’est pas l’emploi des effilochages qui est à l’origine des difficultés mais leur qualité et leur rapport à la laine vierge. En effet, alors que la production repart à partir de juillet 1866142 jusqu’au troisième trimestre de 1870143, les effilochages ne sont pas pour autant abandonnés : ils « entrent pour un quart, un tiers, parfois même moitié dans la confection des draps [en fonction de] la qualité désirée », pour un prix variant de soixante-quinze centimes à deux francs cinquante le kg. Pour les draps communs, on ajoute à la laine en moyenne un tiers d’effilochages bon marché ; pour les draps fins on mélange généralement un quart d’effilochages chers144.

  • 145 Ibid., f° 1.

56Les difficultés tiennent aussi au prix et à la qualité des laines vierges employées encore à cette époque. Les fibres locales ont progressivement régressé dans les fabrications du Pays d’Olmes car « les laines des montagnes de l’Ariège sont de qualité médiocre, elles sont rudes, d’un travail assez difficile, grossières et donnent beaucoup de déchets ». On « n’en veut à aucun prix » à Lavelanet et le peu qui s’emploie ne produit qu’une « qualité de drap très inférieur ». Sous le Second Empire, elles n’entrent plus que dans la fabrication de quelques tissus grossiers destinés à vêtir les habitants des montagnes145. Depuis la Monarchie de Juillet, les laines arrivent principalement des Corbières. Elles sont acquises aux foires de juin et d’août à Chalabre. D’autres achats proviennent d’Espagne.

  • 146 M. Chevalier, La vie humaine dans les Pyrénées ariégeoises, op. cit., p. 933.
  • 147 C. Saint-Pierre, L’industrie du département de l’Hérault. Études scientifiques, économiques et sta (...)
  • 148 R. Cazals, Les révolutions industrielles à Mazamet, 1750-1900, op. cit., p. 168.
  • 149 AD Ariège, 14 M, 18/2 ; Lettre du maire de Lavelanet au préfet de l’Ariège, 26 août 1863.

57À partir de 1848, la diversification se poursuit avec des importations de laines d’Algérie146. Il en est de même dans l’Hérault avec celles du Maroc et de l’Algérie147. Cormouls-Houlès, de Mazamet, ouvre pour cela en 1855 un comptoir à Oran148. En 1863, Lavelanet recourt toujours aux laines des Corbières, d’Espagne et y ajoute celles d’Afrique. Cela ne règle pas pourtant les problèmes car, dès que les manufactures sont en pleine activité, les demandes en matière première sont fortes et les prix s’élèvent en conséquence ; ainsi, en 1863, l’accroissement de la production des usines du nord de la France provoque une inflation de 20 % du prix des laines d’Espagne et d’Afrique149.

  • 150 AD Ariège, 14 M, 11 ; Rapport de l’ingénieur des mines Mussy, 5 novembre 1869, f° 8 et 9.
  • 151 F. Teisserenc, L’industrie lainière dans l’Hérault, op. cit., p. 102.
  • 152 B. Evans, La transition industrielle dans le canton de Mirepoix, 1789-1914, Mémoire de maîtrise, U (...)
  • 153 Voir à ce sujet les quelques pages très denses de Jérôme Bonhôte dans : CAUE du Tarn, Massaguel et (...)
  • 154 En dehors des archives citées ci-dessous, voir C. Marquié, « Le patronat du textile carcassonnais (...)
  • 155 AN, F12, 4484 ; Préfecture de l’Aude. Situation industrielle 2e trimestre 1876 ; ibid., Préfecture (...)

58Or, même après l’adoption des toisons américaines, le prix de cette matière première continue d’entrer à hauteur de 46 % dans la fabrication d’un cuir-laine et de 42 % dans celle d’un drap nouveauté150. Les coûts représentés par les laines traditionnelles sont tels qu’ils grèvent considérablement les bénéfices des entreprises du Pays d’Olmes : ils ne sont pas étrangers aux difficultés rencontrées par les draperies de la région entre 1855-1856 et 1866. Ce sont les mêmes problèmes que rencontrent les établissements héraultais qui ne parviennent pas à produire « à meilleur compte »151. On intègre alors toujours des effilochés en Ariège, produits localement – à Lavelanet et peut-être plus à Mirepoix et à Laroque152 – ou achetés à Dourgne et Massaguel153, anciens centres drapiers tarnais reconvertis dans la préparation des matières premières. On retrouve le même phénomène dans le département de l’Aude154. En 1876, Carcassonne compte sept établissements d’effilochage, Montolieu un, Chalabre trois, Castelnaudary trois de plumes et chiffons. En 1884, on en trouve aussi un à Saint-Denis, deux à Limoux et six à Cenne-Monestiés. En 1887, on compte un établissement à Brousse, deux à Tandebronde, six à Cenne-Monestiés, un à Fondiès-Cabardès, deux à Limoux, un à Saint-Denis, un à Saissac, deux à Villemagne155.

Laines d’Amérique, d’Australie et d’ailleurs

  • 156 R. Cazals, Les révolutions industrielles à Mazamet, 1750-1900, op. cit., p. 168.
  • 157 Mussy nous indique en 1869 que « la matière première est de la laine d’Amérique introduite dans le (...)
  • 158 C. Saint-Pierre, L’industrie du département de l’Hérault. Études scientifiques, économiques et sta (...)
  • 159 AD Ariège, 14 M, 11 ; Rapport de l’ingénieur des mines Mussy, 5 novembre 1869, f° 6 ; R. Cazals, L (...)

59Dans ce contexte, au milieu du xixe siècle, est réalisée une véritable révolution dans les approvisionnements : les laines d’Argentine et d’Uruguay, auxquelles s’ajoutent ensuite celles d’Australie, se substituent aux matières européennes et africaines. Amorcée dès les années 1850 à Mazamet156, cette conversion a lieu en Pays d’Olmes vers 1864-1866 seulement157. Dans l’Hérault, la mutation est à peine plus précoce ; elle a été encouragée par la mise en rapport direct avec La Plata due à Teisserenc. Ce négociant de Montpellier est le premier à importer directement de Melbourne des laines brutes d’Australie avec son clipper, le Ville-de-Montpellier158. Le bouleversement tient au meilleur rapport qualité/prix des fibres américaines et australiennes comparé aux européennes. L’offre de peaux américaines de moutons morts à la suite d’épidémies ou abattus pour la boucherie est, en effet, largement supérieure à la demande, ce qui a pour conséquence d’en mettre sur le marché des quantités considérables à bas prix, avec des fibres de qualité159. Ainsi, à la fin du Second Empire, en Pays d’Olmes, les premières sont accessibles à trois francs le kg, la qualité supérieure l’étant à quatre francs, alors que les produits supérieurs des Corbières pourtant de moins bonne qualité, sont plus chers. On n’achète plus d’ailleurs que des produits français à trois francs le kg, d’une qualité inférieure et moins fine que n’importe quelle laine d’Amérique.

  • 160 D. Woronoff, Histoire de l’industrie en France du xvie siècle à nos jours, Paris, Seuil, 1994, p.  (...)
  • 161 R. Cazals, Les révolutions industrielles à Mazamet, 1750-1900, op. cit., p. 168.

60Toutefois, pour profiter au même niveau de ces avantages, les industries du sud de la France semblent moins bien placées que celles du nord dont les approvisionnements sont plus faciles directement « ou, plus souvent, par l’intermédiaire du marché régulateur de Londres »160. Pourtant, sous le Second Empire, de grandes quantités de fibres en provenance d’Amérique sont importées par les fabriques de l’Ariège et encore plus par celles du Tarn, le mouvement étant à la fois plus précoce et d’une bien plus grande ampleur à Mazamet où un certain nombre de maisons de négoce ont créé les conditions d’un contrôle du marché par l’ouverture de comptoirs ; ainsi, entre 1856 et 1877, neuf sont ouverts à Buenos-Aires, quatre à Montevideo entre 1866 et 1877161.

  • 162 M. Chevalier, La vie humaine dans les Pyrénées ariégeoises, op. cit., p. 934.
  • 163 A. Pawlowski, L’industrie textile française, Paris, J. Ch. et A. Brun, 1925, p. 141.

61Cette remarquable implantation commerciale permet à Mazamet d’acquérir une supériorité dans l’approvisionnement des laines d’Amérique. Aussi, en Pays d’Olmes, si les grands industriels conservent quelque indépendance dans leurs achats de laines d’Amérique, si d’autres en commandent directement aux négociants de Roubaix ou à leurs commissionnaires, beaucoup s’adressent aux négociants mazamétains pour leur fourniture162. Cette position permet au centre textile tarnais de développer une nouvelle branche d’industrie : le délainage. Son démarrage semblerait dater de 1856. La cité tarnaise n’est à l’origine ni de l’invention, ni des premiers essais ; la nouvelle industrie avait été tentée par Montpellier en 1847 et par Bédarieux en 1851 ; cette année-là, Aussillon l’avait expérimentée pour la première fois dans le Tarn163. Mais c’est à Mazamet que revient l’innovation décisive.

  • 164 AD Ariège, 14 M, 11 ; Rapport de l’ingénieur des mines Mussy, 5 novembre 1869, f° 6.
  • 165 AD Ariège, 14 M, 18/3 ; Situations trimestrielles, Observations, 4e trimestre 1868 : « L’emploi de (...)
  • 166 AD Ariège, 14 M, 18/4 ; Situations trimestrielles, Observations, 3e trimestre 1878.
  • 167 AD Ariège, 14 M, 11 ; Rapport de l’ingénieur des mines Mussy, 5 novembre 1869, f° 6.

62Après les tâtonnements de départ, le procédé s’est perfectionné grâce à un étuvage contrôlé qui avait un double avantage : par séparation entière de la laine et de la peau, on obtenait une plus grande quantité de fibres que par les procédés traditionnels. Le cuir était récupéré et pouvait être employé dans les mégisseries. Peut-être qu’à l’imitation de la place tarnaise, les industriels de Lavelanet se lancent-ils aussi dans le délainage ; en 1869, « la séparation de la laine des peaux et le travail des peaux constituent dans le pays une industrie spéciale et toute récente »164 ; il semblerait que l’entreprise ne débute qu’en 1868165. Cependant, elle n’atteint pas ici le niveau d’échelle du Tarn. Seuls, deux ou trois grands industriels se livrent à cette industrie à partir de peaux d’Amérique qu’ils achètent sur les marchés de Bordeaux et de Marseille166. Ces dernières sont ensuite travaillées à Lavelanet, « à la façon pour le compte des fabricants », la laine leur étant « vendue lavée et en bon état »167. Mais le délainage ne s’implante pas durablement en Pays d’Olmes, pas plus qu’à Montpellier ou Bédarieux. À Mazamet, en revanche, les effets de la crise de la draperie lors de la Grande Dépression, couplés à la mise en place d’un formidable réseau commercial et à l’élargissement des approvisionnements de laine à l’Australie, au Cap et à d’autres origines, font de la ville tarnaise un des grands centres du délainage mondial. L’Ariège ne peut plus être compétitive, ni dans ses approvisionnement, ni dans le traitement des peaux, dans une industrie devenue essentiellement spéculative.

  • 168 R. Cazals, Les révolutions industrielles à Mazamet, 1750-1900, op. cit., p. 192-194.
  • 169 M. Chevalier, La vie humaine dans les Pyrénées ariégeoises, op. cit., p. 937.
  • 170 A. Pawlowski, L’industrie textile française, op. cit., p. 143.

63Tout se joue dans la différence entre le cours de la laine à la vente et celui des peaux de mouton à l’achat. La réussite dépend de l’importance des volumes de stockage et des quantité de capitaux mobilisables pour acheter au bon moment, tout en étant en capacité de vendre, ensuite, dans les meilleures conditions168. Seul le centre tarnais dispose de tous ces atouts. Aussi, le délainage finit-il par disparaître en Pays d’Olmes. L’essentiel des approvisionnements de Lavelanet en laines provient ensuite de la zone de Mazamet169. En 1914, on comptait 52 usines pour la ville seule, tandis qu’une vingtaine d’autres se répartissait sur Saint-Amans-Soult, Aussillon, Pont-de-l’Arn, Aiguefonde, Saint-Amans-Valtoret, Lacabarède, Albine et Cancalières. Alors que la gare de Mazamet recevait plus de 35 tonnes de toisons en 1922, celle de Saint-Amans-Soult n’en réceptionnait pas plus de 10 et celles de Lacabarède et de Labruguière un peu plus de deux tonnes chacune ; ces tonnages provenaient pour moitié environ de Bordeaux puis, pour environ un quart chacune, de Sète et de Marseille, cette dernière ayant perdu son rôle prépondérant dans les importations de matières170. C’est donc une région entière qui est dynamisée par l’activité de délainage du Tarn.

  • 171 J. Levain, J. Rougerie et A. Straus, « Contribution à l’étude des mouvements de « longue durée » : (...)
  • 172 AD Aveyron, 6 M, 736 ; Statistique des établissements mettant en œuvre la laine et le coton. Rappo (...)
  • 173 Y. Pourcher, La trémie et le rouet. Moulins, industrie textile et manufactures de Lozère à travers (...)
  • 174 AD Lozère, M, 4173 ; Rapport sur la situation industrielle et commerciale, arrondissement de Marve (...)
  • 175 AD Aveyron, 6 M, 736 ; Statistique des établissements mettant en œuvre la laine et le coton. Rappo (...)
  • 176 C. Saint-Pierre, L’industrie du département de l’Hérault. Études scientifiques, économiques et sta (...)

64Tous les centres n’opèrent pourtant pas la mutation en direction des fibres sud-américaines, du moins, pas au même rythme. Malgré une croissance rapide qui s’accélère, les volumes de laine importée ne dépassent ceux des laines indigènes qu’en 1870, à l’échelle française171. Ainsi, les Rachou emploient principalement dans leur usine de Camarès des laines de Buenos-Aires de deuxième qualité et des fibres du Maroc qu’ils font venir directement par Marseille ; les matières sont transportées par bateau de Marseille à Agde, puis par chemin de fer, jusqu’à Graissessac pour être ensuite voiturées jusqu’à Camarès172. Le Gévaudan reste fidèle aux laines du pays, en particulier à celles de Châteaunef, de Langogne, du Malzieu et de Serverette173 à côté de filés achetés aux manufactures du Nord, dans lesquels les fibres étrangères trouvent leur place174. Au sud du Rouergue, on emploie les laines indigènes de Saint-Affrique, de Camarès, de la Sorgue, mais surtout du Larzac et de Sevezou. On y mélange aussi des fibres plus fines d’Arles et de plus grossières du Gard175. Dans l’Hérault, les toisons d’Argentine et d’Australie tendent à remplacer les autres ; mais en 1865, la majorité des matières premières est régionale ; les laines du Maroc et d’Algérie les complètent176.

  • 177 J. Levain, J. Rougerie et A. Straus, « Contribution à l’étude des mouvements de « longue durée » : (...)
  • 178 Ministère du commerce, de l’industrie et des colonies, Exposition universelle internationale de 18 (...)
  • 179 M. Blin, Exposition universelle internationale de 1878 à Paris. Les fils et tissus de laine cardée (...)

65Si des territoires n’adoptent pas les nouvelles fibres et si d’autres n’en sont qu’aux balbutiements, cela tient non seulement à la persistance d’approvisionnements de proximité mais aussi à un défaut majeur des laines d’Amérique du Sud. Elles sont remplies de « graterons », ces débris végétaux inextricablement mêlés aux filaments de laine, que l’on n’élimine qu’au prix d’un travail féminin fastidieux. L’invention de l’égrateronneuse en 1867 permet de diminuer les interventions manuelles et d’obtenir une matière première utilisable à faible coût jusqu’à l’invention de l’épaillage chimique encore plus efficace177. En effet, « outre les graterons, les laines coloniales étaient en quelque sorte imprégnées d’autres débris végétaux que les moyens mécaniques étaient impuissants à faire disparaître et qui exigeaient [le maintien] d’opérations coûteuses : l’époutillage et l’épincetage ». L’épaillage chimique, par l’action d’acides portés à une certaine température, permet de détruire les substances végétales, sans pour autant altérer les matières animales178. Connu depuis longtemps, il ne connaît d’application véritablement industrielle qu’à partir de 1867179.

L’énergie : des hommes, de l’eau, des chevaux et très peu de vapeur

La tradition toujours : force humaine, manèges à chevaux et hydromécanique

  • 180 S. Chassagne, Le coton et ses patrons. France. 1760-1840, Paris, EHESS, 1992, p. 395.
  • 181 Ainsi « en dix ans, au fil de l’eau, un manteau de « mécaniques » s’étendit brutalement sur les ca (...)
  • 182 A. Hortus, L’industrie de la laine dans le Lodévois : étude économique et sociale (1789-1851), op. (...)
  • 183 R. Cazals, Les révolutions industrielles à Mazamet, 1750-1900, op. cit., p. 86-87.
  • 184 A. Serrano, L’industrie textile en Pays d’Olmes au xixe siècle, Mémoire de maîtrise d’histoire, Un (...)
  • 185 A. Hortus, L’industrie de la laine dans le Lodévois : étude économique et sociale (1789-1851), op. (...)

66Depuis le Moyen Âge, l’essentiel des gestes de l’industrie textile est effectué par les hommes complétés par l’usage du moulin dans le dégraissage et le foulage des draps. La première mécanisation qui touche le cardage et le filage a pour effet de pousser à rechercher de nouvelles ressources énergétiques. Le nombre d’établissements s’installant à proximité des cours d’eau augmente alors sensiblement. On assiste à une véritable « ruée sur l’eau », pour reprendre l’expression de Serge Chassagne180. Les manufacturiers des grands centres industriels, en un temps très bref, occupent tous les espaces laissés libres181. Un phénomène d’une ampleur équivalente s’observe à Lodève où les ateliers passent de quatre en 1816 à 20 sous la Monarchie de Juillet, 60 roues actionnant 932 machines de filature182. Il en est de même à Mazamet où les manufacturiers mettent la main sur les moulins et déclarent même être propriétaires de canaux183. À Lavelanet, les installations fleurissent autour du bourg et se développent surtout en direction du sud où l’urbanisation n’empêche pas de nouvelles installations. La concurrence est dure pour disposer des droits d’eau et les archives sont riches des conflits les concernant en Ariège184 comme dans l’Hérault185.

  • 186 AD Aveyron, 9 M, 8 ; Procès-verbal de vérification de mise en activité des mécaniques achetées par (...)
  • 187 A. Hortus, L’industrie de la laine dans le Lodévois : étude économique et sociale (1789-1851), op. (...)
  • 188 C. Brisson, L’industrie lainière et drapière à Elbeuf et à Louviers, op. cit., p. 29 ; J.-C. Dauma (...)
  • 189 A. Hortus, L’industrie de la laine dans le Lodévois : étude économique et sociale (1789-1851), op. (...)
  • 190 AD Aveyron, 9 M, 8 ; Préfecture de l’Aveyron, Fabrication de machines, 7 novembre 1825.
  • 191 A. Hortus, L’industrie de la laine dans le Lodévois : étude économique et sociale (1789-1851), op. (...)

67Aussi, cherche-t-on à diversifier les ressources énergétiques. Douglas proposait d’ailleurs avec ses assortiments, des manèges à chevaux pour les actionner. Antoine Grand-Pilande en réalisa l’achat en même temps qu’il se dotait du système Douglas186. Les précurseurs lodévois firent de même187. Longtemps, Elbeuf resta fidèle à ce type d’énergie188. En Ariège, l’insuffisance et l’irrégularité des petits cours d’eau poussent les filateurs à s’équiper de manèges à chevaux qui actionnent les cardeuses alors que la roue entraîne les mécanismes des métiers à filer189. Mais il ne s’agit que d’un pis-aller ; en Aveyron, l’expérience d’Antoine Grand-Pilande fait figure de cas isolé et la presque totalité des mécaniques du département sont actionnées par des roues hydrauliques190. Quant à l’expérience lodévoise, elle s’arrêta en même temps que l’utilisation du système Douglas. Chaque fois que cela est possible, on recourt à l’hydromécanique qui se perfectionne au cours du siècle en y associant le plus souvent la vapeur comme complément énergétique191.

La timide émergence de la machine à vapeur

  • 192 R. Cazals, Les révolutions industrielles à Mazamet, 1750-1900, op. cit., p. 99-100.
  • 193 AD Ariège, 14 M, 11 ; Mines. Statistiques de l’industrie minérale. Tableau des établissements mett (...)
  • 194 F. Boulet, Un canton rural reculé du sud Aveyron à la poursuite du développement et des progrès du (...)
  • 195 V. Cros, L’industrie de la laine dans le Camarès au xixe siècle (1810-1908), op. cit.

68Dans la majorité des territoires de la laine, la machine à vapeur est restée marginale, au-delà même de 1870. Pratiquement inexistante à Mazamet, elle n’apparaît timidement qu’à la fin du Second Empire192. En Pays d’Olmes, la vapeur est adoptée encore plus tardivement ; si l’on en croit l’ingénieur des mines Mussy, aucun établissement textile de l’Ariège ne possède de machine de ce type en 1869193. Dans le sud du Rouergue, il en est de même à Saint-Affrique194, alors qu’à Camarès, Rachou et Mazarin, devant faire face aux commandes militaires, s’en sont équipés pour disposer de la puissance nécessaire195.

  • 196 A. Hortus, L’industrie de la laine dans le Lodévois : étude économique et sociale (1789-1851), op. (...)
  • 197 F. Teisserenc, L’industrie lainière dans l’Hérault, op. cit., p. 105 ; Y. Pourcher, La trémie et l (...)

69C’est la même motivation qui conduit les fabricants de Lodève à adopter la nouvelle force motrice. En 1840, sept maisons locales possèdent des machines à vapeur : Vitalis Ganibeng, Lagare, Soudan Frères, Adolphe Ménard, Barbot et Fournier, Fabre Frères et Bérard. Mais il s’agit de machines Woolf, à basse pression. Elles posent beaucoup de problèmes de sécurité et d’entretien. Nombreux sont ceux qui abandonnent leur emploi lorsqu’il faut les réparer ou les mettre en conformité avec la législation portant sur les conditions de sécurité dans l’entreprise. En 1844, seule la maison Barbot et Fournier en possède une qui actionne 28 métiers à filer. L’année suivante, Griolet et Mazade demandent l’autorisation d’installer une machine à haute pression de 12 chevaux dans leur filature. En 1850, Vitalis fait le choix d’une Woolf verticale de 30 chevaux pour son usine196. L’équipement se poursuit dans les années qui suivent et en 1865 la force motrice des usines de Lodève se partage entre hydromécanique et machines à vapeur. Sur les 562 usines en activité dans l’Hérault, 441 fonctionnent à l’énergie hydraulique, 121 seulement à la vapeur correspondant respectivement à une puissance installée de 940 et 624 chevaux197.

  • 198 AD Lozère, 32 S, 2 ; Enregistrement des machines à vapeur, 1833-1885.
  • 199 Y. Pourcher, La trémie et le rouet. Moulins, industrie textile et manufactures de Lozère à travers (...)

70Après l’Hérault, c’est la Lozère qui recourt proportionnellement le plus à la vapeur, constat paradoxal pour un département présenté souvent comme techniquement engourdi très précocement. Or, à partir de la Monarchie de Juillet, son industrie textile se dote de plusieurs machines. Elles apparaissent, entre 1830 et 1838, dans six teintureries où elles font office de chaudière pour l’eau. En 1842, Chapel d’Espinassous installe dans une filature de Pineton la première machine aussi bien pour actionner les métiers à filer que pour chauffer l’eau du lavage des laines. La filature d’Ollier à Marvejols reçoit aussi une machine à vapeur en 1860 pour remplir les mêmes fonctions. On notera aussi la mise en place de l’une d’elles dans le foulon du Barry à Marvejols en 1869198. Toutefois, en 1873, le total des chevaux vapeurs n’est que de 34 pour 51 chevaux hydrauliques en Lozère. Au même moment, dans l’Aude, la vapeur produit une puissance presque équivalente avec 36 chevaux, mais ce département recourt principalement à la force hydraulique avec 452 chevaux199. D’un point de vue strictement industriel, l’emploi de la vapeur en Lozère comme dans l’Aude reste donc marginal, même à l’échelle des établissements du Midi.

Voie proto-industrielle et système usinier

71Le processus de mécanisation – touchant principalement la filature et les apprêts – et la recherche de ressources énergétiques supplémentaires ne sont pas sans conséquence sur l’organisation de la production. Entre la fin du xviiie siècle et le début du xixe, la principale évolution de structure du système proto-industriel a consisté, pour les manufacturiers, à tenter de contrôler un nombre plus important d’opérations. Il s’agissait pour eux d’accroître la valeur ajoutée de leur production tout en cherchant à la commercialiser sans intermédiaires. On assiste alors, conjointement à une spécialisation de la fabrication, à la fois à un regroupement d’activités et à un processus de mécanisation. Le travail ouvrier, plus encadré, ne remet-t-il pas alors en cause l’encastrement de l’économie dans la société ? La rupture qu’engendre concentration et plus grand contrôle de l’activité de production n’est-elle pas à l’origine de conflits de plus en plus durs liés à l’émergence d’une conscience de classe ?

« Le second âge de la proto-industrie »

72La poursuite de la croissance du textile jusqu’à la Grande Dépression s’effectue par le passage au « second âge de la proto-industrie » qui se caractérise par une évolution mesurée de l’outil de production. Cette croissance s’accompagne d’une recherche, par les industriels, de moyens nouveaux de financements avec la création d’associations palliant le manque de capital personnel. Le travail se rationalise aussi posant la question d’une amorce possible du désencastrement des activités économiques de la société.

L’évolution mesurée de l’outil de production : spécialisation et concentration verticale

  • 200 AD Aude, 14 M, 9 ; Lettre du maire de Chalabre au sous-préfet de Limoux, 30 août 1822.
  • 201 AD Aude, 14 M, 9 ; Lettre du sous-préfet de Limoux au préfet de l’Aude, 18 juin 1825.
  • 202 Les fabricants de Carcassonne alimentent alors les fabriques du Tarn et de l’Hérault en fil cardé (...)
  • 203 AD Ariège, 16 J, 19 ; Registre des ouvriers à domicile travaillant pour le compte de la filature : (...)
  • 204 AD Aude, 14 M, 9 ; Lettre du sous-préfet de Limoux au préfet de l’Aude, 18 juin 1825.

73Le phénomène, qui est général, se développe sous la Révolution et l’Empire. Il est particulièrement bien décrit pour le département de l’Aude, notamment pour les centres de Chalabre200 et de Limoux201. Quelques archives d’entreprises permettent aussi de le saisir pour l’Ariège. De nombreux patrons de filatures mécaniques y sont devenus des Verleger. Ils distribuent le fil à des tisserands qu’ils font travailler à façon. Les « filatures » sont en fait des établissements qui concentrent de plus en plus les activités d’aval de la filière. Pour valoriser une production de fils en augmentation sensible et éviter les goulots d’étranglement – que connaissent certains grands centres comme Carcassonne202 –, ils recrutent des ouvriers-paysans qu’ils transforment en façonniers pour le tissage. La filature Ponsein à Laroque-D'olmes en fournit un bon exemple203. Inversement, des patrons de tissage ont acquis des filatures pour contrôler les opérations en amont de la filière. Les plus importants ont cherché aussi à maîtriser les apprêts. Ce processus n’est pas nouveau ; il était déjà amorcé à l’époque moderne. Mais la mécanisation en cours catalyse le phénomène et, à Limoux par exemple, il est devenu presque général dès l’Empire204.

  • 205 AD Aveyron, 6 M, 736 ; Industries : statistiques industrielles, salaires des ouvriers (sauf pour l (...)
  • 206 AD Aveyron, 6 M, 736 ; Industries : statistiques industrielles, salaires des ouvriers (sauf pour l (...)

74Mais, le mécanisme ne donne pas naissance à de grandes entreprises pour autant. En Aveyron, les tissages d’une certaine ampleur – comme celui de Didier Palangié ou encore de Massabiau et Boissonnade à Saint-Geniez – n’ont qu’une valeur tournant autour de 100 000 francs en 1860205. Des fabriques de draps, comme celle de François Cambon à Camarès, n’excèdent pas 30 000 francs. Si le tissage y reste dispersé, les matériels de préparation de la laine et de la filature sont concentrés : une dégraisseuse, une diablesse, une batteuse, trois cardes, trois drousses, une mule-jenny de 200 broches, ainsi que les machines pour les apprêts : une frise, une garnisseuse, une brosse, une tondeuse. Les établissements qui intègrent verticalement toutes les activités n’ont guère plus de valeur. Celui d’Eugène Vidal possède les outils pour la préparation des laines – une laveuse, une dérompeuse, deux batteuses, quatre drousses, quatre cardes, deux mule-jennys de 300 broches – et pour les apprêts – une garnisseuse, une brosse, une tondeuse – ainsi que quinze métiers à tisser. Au total, le capital n’excède pas 100 000 francs206.

  • 207 J. Levain, J. Rougerie et A. Straus, « Contribution à l’étude des mouvements de « longue durée » : (...)
  • 208 AD Aveyron, 6 M, 736 ; Statistique des établissements mettant en œuvre la laine et le coton. Rappo (...)

75Cette recherche de concentration verticale n’est le fait que des industriels les plus importants et des territoires à faible densité d’entreprises. Dans les zones à forte démographie d’entreprises, la tendance est plutôt à la spécialisation comme à Elbeuf, Sedan ou Vienne207. En outre, la concentration verticale ne s’accompagne pas pour autant d’un regroupement des activités dans un même lieu. Les causes sont à rechercher dans la constitution par étapes de l’entreprise et aussi dans la nécessité de capter la force alimentant les moteurs hydrauliques. Ainsi, en Aveyron en général, « un patron ne réunit pas dans un même établissement toutes les spécialités de son industrie : il a en ville le plus souvent une partie de ses métiers, […] ses bureaux, sa filature est à deux ou trois kilomètres de la ville sur un des deux ruisseaux des environs qui se jettent dans la Sorgue, séparée de son foulon et ses apprêts, établis au-dessus ou au-dessous sur le même ruisseau »208.

  • 209 V. Cros, L’industrie de la laine dans le Camarès au xixe siècle (1810-1908), op. cit., p. 65 ; voi (...)
  • 210 On commence à regrouper les ouvriers dans des ateliers (R. Cazals, Les révolutions industrielles à (...)
  • 211 AD Lozère, 2 P, 153 ; Contributions directes : carnets des établissements industriels imposables a (...)
  • 212 AD Aude, 14 M, 9 ; Lettre du sous-préfet de Limoux au préfet de l’Aude, 18 juin 1825.
  • 213 A. Hortus, L’industrie de la laine dans le Lodévois : étude économique et sociale (1789-1851), op. (...)
  • 214 J. Levain, J. Rougerie et A. Straus, « Contribution à l’étude des mouvements de « longue durée » : (...)
  • 215 AD Aveyron, 6 M, 736 ; Statistique des établissements mettant en œuvre la laine et le coton. Rappo (...)
  • 216 Les enquêtes industrielles postérieures à la période qui nous intéresse et concernant les années 1 (...)
  • 217 A. Dewerpe, Le monde du travail en France, 1800-1850, Paris, A. Colin, 1989, p. 34.

76Cette organisation209 rappelle celle du Tarn210, de la Lozère211, de l’Aude212 ou de l’Hérault213. À la différence de l’Ariège, semble-t-il, on assiste ici à la création d’ateliers de tissage concentrés, sans qu’aucune autre modification technique que l’introduction de la navette volante ne soit intervenue dans la méthode de production depuis l’époque moderne. Comme à Roubaix214, les métiers restent des outils en bois actionnés manuellement par des ouvriers. Leur regroupement n’est donc pas lié à des contraintes techniques. Il repose sur le souci de rationaliser la production par un meilleur contrôle de la fabrication visant à la normalisation de la qualité recherchée. Ainsi, en Aveyron, les ateliers sont situés à proximité immédiate des bureaux de l’entreprise215. Ce mouvement s’accompagne du développement du nombre et du rôle des commis et des contremaîtres216 qui supervisent aussi bien le travail des ouvriers en atelier que celui des tisserands à domicile217.

Manque de capital : les premières associations

  • 218 C. Marquié, « En Languedoc : des manufactures royales aux usines (1666-1954) », loc. cit., p. 140- (...)
  • 219 Acte de vente, 16 octobre 1812, Peyre notaire à Carcassonne.
  • 220 AN, F12, 6733 ; Évaluation des immeubles compris dans l’apport social de la société anonyme de la (...)
  • 221 AN, F12, 6733 ; Statuts de la Compagnie de la manufacture de la Trivalle de Carcassonne, Carcasson (...)

77Bien que les entreprises textiles restent des affaires de famille, tout au long de la période étudiée, la montée en puissance de quelques entreprises spécialisées entraîne l’accroissement des capitaux fixes par rapport au capital circulant. Le meilleur exemple est celui de la Compagnie de la manufacture de La Trivalle à Carcassonne, héritière de l’établissement privilégié de draperie ayant fait la grandeur de la ville languedocienne218. Le 16 octobre 1816, le fabricant Barthélémy Brunet, le banquier Mathieu Claude Carles, le propriétaire Jean-Pierre Pascal Sarrail ainsi que d’autres associés achètent l’ancienne manufacture royale de La Trivalle219. Ils la reconvertissent en filature mécanique de laine cardée. Entre 1812 et 1835, ils acquièrent, pour une valeur estimée à 142 000 francs, un nombre important de biens mobiliers, immobiliers et des droits d’eau autour de l’établissement220. En 1847, ils demandent que la société soit créée en société anonyme dont le capital est divisé en 125 actions. Les plus gros actionnaires sont Barthélémy Brunet, devenu propriétaire, avec 24 titres et Jean-Pierre Pascal Sarrail, aussi propriétaire, avec 21. Les Sarrail représentent la famille la mieux dotée puisque Sébastien-Achille, propriétaire à Carcassonne dispose aussi de huit titres, comme Léon-Pascal, docteur en médecine à Paris. Viennent ensuite trois familles avec, chacune, 16 actions ; les Béziat, tous de Carcassonne, dont chacun possède trois actions et une en indivision, avec Michel, régisseur de la manufacture, Eugène, avocat-avoué, Émilie, sans profession, Antoine et Louis, négociants ; les Carles de Carcassonne avec Jean-François-Claude, propriétaire, et Jean-Fulcrand, banquier, ont huit titres chacun ; les Sourbieu dont chacun des membres possède quatre titres avec Marie, épouse de Casimir Segonne, notaire à Azille, Julie, épouse de Marc Roques, conservateur des hypothèques à Carcassonne, Sébastien et Thomas, négociants à Carcassonne ; les Germain et Béteille avec Jean-Antoine Béteille, propriétaire à Carcassone, possédant huit actions, son épouse, Anne-Flore Germain, qui détient huit titres en indivision avec les membres de sa famille à savoir Jacques-Marc-Pierre, ancien avoué à Carcassonne, Guillaume-Vincent, rentier à Toulon, Antoine-Théodore, propriétaire à Marseille et Mélanie-Agathe, épouse de Constantin Fages, sans profession à Carcassonne221.

78Les besoins financiers imposant les associations ne sont que rarement le fait d’une spécialisation de l’activité, comme dans le cas de La Trivalle. La concentration verticale des activités couplée à la mécanisation partielle est bien plus courante. Les entrepreneurs d’une certaine envergure doivent alors s’associer pour disposer de plus de capacités financières. Le plus souvent, ils choisissent pour cela la structuration en sociétés en nom collectif. C’est dans l’Hérault, le Tarn ou l’Aveyron que les premières voient le jour. Mais cela peut se faire aussi a minima sans engagement fort des associés ; la solidarité se limitant au partage de moyens de production. L’exemple de l’association entre Dumas, Dastis et Authié à Lavelanet en est une bonne illustration.

  • 222 AD Ariège, 14 M, 19/1 ; Lettre de Dumas au préfet, 10 mai 1819.
  • 223 « Le sieur Dastis, qui a été longtemps l’associé du S. Dumas […] », AD Ariège, 14 M, 19/1 ; Rappor (...)
  • 224 Si la totalité de la fortune de l’épouse est engloutie dans l’affaire, aucune aide ne vient de la (...)
  • 225 AD Ariège, 6 U, 880 ; Bilan des affaires commerciales d’Ambroise Authié, 30 juin 1829.
  • 226 « […] cet établissement qui tient le second rang, parmi ceux existant à Lavelanet : il ne diffère (...)
  • 227 AD Ariège, 14 M, 19/1, no 10 ; Observations sommaires sur l’industrie et le commerce du canton de (...)
  • 228 AD Ariège, 14 M, 17 ; Statistique industrielle des manufactures fabriques et usines et autres étab (...)

79Dumas qui s’est tout d’abord lancé seul dans l’aventure industrielle grâce à l’autofinancement et par un recours partiel à l’emprunt222, s’est ensuite rapidement associé à Dastis. Probablement, dès le début des années 1810, ils s’adjoignent Ambroise Authié. En 1819, leur association cesse223, mais leur collaboration se poursuit dans le cadre de l’attribution d’une partie des moyens de production. Ils partagent alors l’achat de certaines machines et louent des bâtiments industriels à Lavelanet ; chacun conserve de l’immobilier en bien propre ainsi qu’un certain nombre de machines, « marchandises et effets de fabrique »224. Les draps sont aussi leur propriété personnelle. Chacun d’eux garde en outre une totale autonomie dans la capacité de contracter à titre personnel. Ainsi, Authié loue-t-il à son beau-frère Médar Laprote, industriel à Lavelanet, « une portion de mécanique ». En 1829, Ambroise Authié ne pouvant plus faire face à ses obligations financières est déclaré en faillite. Ni Dumas, ni Dastis ne viennent le secourir225. Il est alors aisé de conclure à une pratique individualiste locale et ce, à deux niveaux : lorsque les difficultés surviennent personne ne semble financièrement solidaire, à l’opposé, dès que les affaires se développent et permettent à chacun d’envisager l’éventualité d’une poursuite solitaire de l’aventure industrielle, les partenaires n’hésitent pas à se séparer. Alors qu’Authié poursuit dans de nouvelles conditions la fabrique de draps sans associé, Dumas et Dastis se séparent. Ce dernier devait souffrir d’être considéré toujours comme le second226 : Dumas était toujours décrit comme le véritable initiateur de la nouvelle industrie, image symbolique qu’il avait lui-même en grande partie contribué à créer227. Alors que le premier accédait à la réussite industrielle et à la reconnaissance institutionnelle, le second éprouvait des difficultés à valoriser son entreprise et sa propre marque de fabrique. Pourtant l’individualisme ne peut être seul ici invoqué. La fragilité financière des entreprises locales est tout aussi importante dans le processus. En effet, si Dastis et Dumas, bien que n’étant plus associés, continuent de partager leurs moyens de production en collaborant avec Authié, c’est bien en raison de leur faible capacité à investir. De la même manière, lorsque Ambroise Authié se trouve dans l’impossibilité de rembourser ses créanciers, ni Dumas ni Dastis ne peuvent lui venir en aide, car ils sont eux-mêmes endettés. Ils subissent alors la nouvelle donne commerciale des débuts de la Restauration faite de concurrence accrue sur le marché intérieur, accompagnée d’une baisse sensible des prix. La coopération limitée entre les entreprises tient alors autant au comportement individualiste des industriels qu’à leur fragilité financière. En Ariège, les associations restent rares, toutefois sous la Restauration un petit noyau d’industriels s’associe pour disposer des moyens nécessaires en filature mécanique et en machines d’apprêt. Ils constituent pour cela la troisième société qui, jusqu’au Second Empire, comme celles de Dumas et Dastis – à l’exclusion de toute autre dans le département – dispose d’une concentration verticale des moyens de production228.

  • 229 Du fait de la nature de la production tournée au moins pour partie en direction des draps de troup (...)
  • 230 AD Aveyron, 7 U, 37 ; Tribunal de commerce de Saint-Affrique. Répertoire des minutes des jugements (...)
  • 231 AD Aveyron, 7 U, 50 ; Acte de la société en nom collectif entre les trois frères Delure : David, D (...)
  • 232 AD Aveyron, 7 U, 50 ; Acte de la société en nom collectif « Delure, Grand et Poujol », 22 janvier (...)
  • 233 AD Aveyron, 7 U, 50 ; Acte de création de la société en nom collectif « Rachou l’aîné Grand et com (...)
  • 234 AD Aveyron, 7 U, 50 ; Acte modificatif de la société en nom collectif « Rachou l’aîné Grand et com (...)
  • 235 AD Aveyron, 7 U, 50 ; Acte de création de la société en nom collectif « Mazarin et compagnie », 26 (...)
  • 236 AD Aveyron, 7 U, 50 ; Acte de création de la société en nom collectif « Mazarin Rachou frères », 6 (...)
  • 237 AD Aveyron, 7 U, 50 ; Acte de création de la société en nom collectif « Rachou frères », 3 mars 18 (...)

80Dans les territoires où l’immobilisation des capitaux est plus forte, les sociétés sont plus nombreuses229. En Aveyron, Pierre Rivemale aîné et Eugène Mazarin, négociants de Saint-Affrique, créent le 26 octobre 1843 une société en commandite pour la fabrique de draps dont la raison commerciale est « Pierre Rivemale et compagnie ». La société est dissoute le 14 mars 1846 par Eugène Mazarin. Une société en nom collectif voit le jour entre Pierre Rivemale aîné et Georges Disler. « Rivemale et Disler » représente l’exemple type des associations qui se créent à cette période : elles sont en nom collectif, elles reposent le plus souvent sur deux individus qui participent à intérêt égal. C’est aussi le cas de la société « Jacob Bannes et compagnie » qui associe en nom collectif Eugène Bannes et Jules Jacob, négociants de Saint-Affrique le 7 août 1855230. Les sociétés les plus importantes nécessitent le regroupement d’un plus grand nombre d’individus. Il peut s’agir de la recherche, pour des négociants, de partenaires simples pourvoyeurs de fonds. Tel est le cas de la société en nom collectif pour la fabrication de draps des trois frères Delure : David, Daniel et Gens, tous trois négociants à Saint-Affrique qui s’adjoignent Eugène Grand, propriétaire foncier, le 17 juillet 1849231. L’association peut aussi concerner le regroupement de spécialités différentes de la branche lainière. Se constitue alors une concentration verticale, comme lors de la création, le 22 janvier 1868, de la société en nom collectif à Saint-Affrique « Delure, Grand et Poujol », entre un fabricant, Daniel Delure, une propriétaire d’ateliers de filature et d’apprêts, Eugénie Marie Louise Grand, des pourvoyeurs de fonds, Jean Poujol et l’épouse – séparée de biens – de Daniel Delure232. L’association peut aussi regrouper des fabricants qui joignent leurs forces pour être en capacité de répondre aux adjudications de l’État. Ainsi, Achille et Émile Rachou, Louis Grand Pradeille et Léon Grand Pradeille créent, à cet effet, la société en nom collectif « Rachou l’aîné Grand et compagnie » le 10 octobre 1841233. La forte poussée des commandes militaires sous le Second Empire a entraîné la modification de certaines sociétés et la création de nouvelles. « Rachou l’aîné Grand et compagnie » accroît son capital social le 21 novembre 1861234. L’année précédente, Joseph Philippe Olombel et Pierre Antoine David Henri d’Olombel frères de Mazamet d’une part, et Auguste Mazarin et Napoléon Mazarin d’autre part, ont fondé la société en nom collectif « Mazarin et compagnie » à Camarès pour parvenir à répondre aux adjudications et pour « donner à la fabrication de ces étoffes une plus grande perfection sans nuire à la production des draps destinés au commerce »235. Le processus se poursuit avec l’association des deux grandes familles locales, le 6 avril 1864, lors de la fondation de la société en nom collectif « Mazarin Rachou frères » entre Auguste Mazarin, adjudicataire et fabricant de draps de troupe et Achille et Émile Rachou adjudicataires et fabricants de draps de troupe236. Elle ne dure que quelques années car le décès d’Auguste Mazarin conduit Achille et Émile Rachou à créer la société en nom collectif « Rachou frères » le 3 mars 1868237.

Ouvriers des villes, ouvriers des champs : l’amorce du désencastrement ?

  • 238 L’ouvrier des champs ne régresse pas forcément car le développement des territoires les plus dynam (...)
  • 239 AD Aude, 14 M, 9 ; Lettre du maire de Limoux au sous-préfet de Limoux, 13 août 1822.
  • 240 G. Noiriel, Les ouvriers dans la société française, xixe- xxe siècle, Paris, Seuil, 1986, 44-55.
  • 241 AD Aude, 14 M, 15 ; Lettre du sous-préfet de Castelnaudary au préfet de l’Aude, 13 décembre 1856.

81Le développement des ateliers de finition en ville, la mécanisation de la filature et le début du regroupement des tisserands dans des ateliers urbains entraînent une mutation du travail, à l’origine d’un début de concentration des activités238. Le nombre des ouvriers des villes augmente. Ainsi à Limoux, les filatures et les ateliers d’apprêts voient leurs effectifs doubler entre l’Empire et les débuts de la Restauration239. Les relations qu’entretiennent les ouvriers avec la politique, l’économique et le social en sont modifiées. La résidence en ville ou dans les faubourgs est un déracinement. Le lien à la terre et aux activités rurales en général en est transformé. Le caractère complémentaire des ressources agricoles est menacé par la difficulté de concilier un mode de vie pluriactif avec l’exercice d’un métier industriel davantage normé, où le salariat l’emporte peu à peu. Toutefois, la résistance à la perte d’identité et la volonté de maintenir des activités annexes pour compenser la faiblesse des salaires240 du textile, poussent les ouvriers à conserver un lien économique avec l’exploitation de la terre. Mais, ce dernier est plus ou moins marqué du fait même de la mécanisation de l’industrie qui limite de plus en plus toute possibilité de réelle pluriactivité. Cela se traduit alors par une surexploitation considérable de la main-d’œuvre. À Cenne-Monestiés, par exemple, le développement du travail concentré contraint les femmes à ajouter à leur journée à l’usine, plusieurs heures, le matin et le soir, de filage à façon à domicile241.

  • 242 Cette démarche reposant sur une pratique individualiste tient aussi à l’échec de tous les projets (...)
  • 243 AN, C, 3022, Enquête sur la situation des classes ouvrières, 1872-1875. Résumé des réponses aux qu (...)
  • 244 AN, C, 3023 ; Enquête sur la situation des classes ouvrières, 1872-1875. Résumé des réponses aux q (...)
  • 245 AN, C, 3021 ; Enquête sur la situation des classes ouvrières, 1872-1875. Résumé des réponses aux q (...)
  • 246 AN, C, 3022 ; Enquête sur la situation des classes ouvrières, 1872-1875. Résumé des réponses aux q (...)
  • 247 AN, C, 3022 ; Enquête sur la situation des classes ouvrières, 1872-1875. Résumé des réponses aux q (...)
  • 248 Ibid. Département de l’Aveyron.
  • 249 AN, C, 3023 ; Enquête sur la situation des classes ouvrières, 1872-1875. Résumé des réponses aux q (...)
  • 250 AN, C, 3022 ; Enquête sur la situation des classes ouvrières, 1872-1875. Résumé des réponses aux q (...)

82Jusqu’au début du xxe siècle, la stratégie de la majorité des ouvriers est de devenir propriétaire d’un petit bien, associant un logement et quelques pièces de terre242. Aussi, les ouvriers habitent-ils dans des logements, exigus et souvent insalubres, qu’ils louent ou qu’ils possèdent. Dans le Tarn, ils profitent de leur temps libre, utilisant les membres de la famille comme manœuvres, pour construire eux-mêmes leurs maisons. Ces dernières sont modestes, au confort modeste, souvent humides car bâties en rez-de-chaussée par manque de moyens. Ils veillent généralement à posséder un jardin alors que les locataires sont conduits à en louer un. Dans certains cas, il s’agit de véritables champs sans qu’on puisse affirmer que cela implique un cumul de travail industriel et de travail agricole : la pluriactivité de ce type n’est observable que pour les ouvriers résidant dans les campagnes243. La situation paraît assez similaire en Ariège244. Elle diffère quelque peu dans l’Hérault, en particulier à Lodève, où la relation des ouvriers urbains avec les travaux agricoles semble la moins marquée du Midi. Dans la ville, le sol à bâtir est trop restreint pour disposer de jardins. Les biens sont à l’extérieur et leurs propriétaires profitent de l’hiver pour y effectuer les travaux nécessaires, ce qui en interdit une exploitation réelle. Beaucoup ne possèdent rien et consacrent la période de ralentissement hivernal à l’approvisionnement en bois de chauffage, ramassé dans les terrains communaux. Ces ouvriers logent le plus souvent à plusieurs familles dans une seule maison. Lorsqu’ils en sont propriétaires, chacun l’est d’un étage, le toit étant en indivision245. Seuls les ouvriers des faubourgs exploitent quelques jardins et des vignes, dans l’Aude principalement246. Dans les petites villes industrielles où la population ouvrière a gardé un lien à la terre plus significatif, l’alliance entre travaux des champs et activité textile est plus marquée. Ainsi à Labastide-Rouairoux, la majeure partie des maisons ont pour annexe une étable, un jardin et des champs. Les ouvriers manquant de terrains n’ont pas de mal à en louer aux propriétaires cultivateurs247. Il en est de même en Aveyron où les ouvriers qui possèdent une maison et un jardin, cultivent généralement un petit lopin de terre248. La situation semble identique dans les Basses-Pyrénées249. Le lien est peut-être encore plus fort en Lozère où l’ouvrier « quitte souvent le travail de l’industriel pour exploiter sa propriété »250.

  • 251 Ibid. Département du Tarn.
  • 252 Ibid. Département de l’Aveyron.
  • 253 AD Hérault, 6 M, 1646 ; Lettre du sous-préfet de Lodève au préfet de l’Hérault, 17 octobre 1876.
  • 254 AD Hérault, 9 M, 10 ; Lettre du préfet de l’Hérault au ministre de l’intérieur, 8 janvier 1859.
  • 255 Ibid. Lettre du sous-préfet de Lodève au préfet de l’Hérault, 6 janvier 1857.
  • 256 Ibid.
  • 257 Ibid.
  • 258 AD Hérault, 9 M, 9 ; Lettre du sous-préfet de Lodève au préfet de l’Hérault, 14 octobre 1857.
  • 259 AD Hérault, 9 M, 10 ; Lettre du préfet de l’Hérault au ministre de l’agriculture et du commerce, 2 (...)
  • 260 Ibid. ; Lettre du sous-préfet de Lodève au préfet de l’Hérault, 6 janvier 1857.
  • 261 AD Aude, 14 M, 19 ; Lettre de Paul Airolles, maire de Carcassonne, au préfet de l’Aude, 24 mai 181 (...)
  • 262 On imagine mal qu’elle a pu être la vie ouvrière dans ces conditions dans une petite ville ne disp (...)

83Mais quelle que soit l’intensité du lien gardé à la pluriactivité, nombre des salariés de tous les territoires de la draperie tentent de s’embaucher comme saisonniers agricoles lors des périodes de baisse ordinaire ou extraordinaire de la production industrielle. C’est le cas des Mazamétains qui gagnent alors les départements voisins pour chercher du travail, dans les vignobles notamment251. En Aveyron, les ouvriers sont occupés l’été aux moissons, l’automne aux vendanges252. Dans l’Hérault, la situation est accentuée du fait de l’extrême spécialisation dans la fabrication d’uniformes et quelques villes subissent plus que d’autres les conséquences des très fortes variations de la production. Une partie de la population ouvrière trouve alors à s’employer dans les travaux des champs mais la majorité doit compter sur des ressources extra-agricoles. Ainsi, en 1876, si certains « ouvriers renvoyés des ateliers […] trouv[ent] de l’ouvrage dans les campagnes », cela reste insuffisant. Il faut alors compter « sur de nombreux chantiers de travaux publics »253. Il en était de même sous le Second Empire lorsque l’administration se préoccupait d’ouvrir des ateliers et de dégager des fonds pour réaliser des travaux publics et occuper la population au chômage254. Des subventions exceptionnelles sont attribuées aux bureaux de bienfaisance de Lodève, Clermont et Bédarieux en période de difficultés. En 1857, elles ne suffisent pourtant pas, compte tenu de l’aggravation de la crise255. La situation est d’autant plus difficile que le revenu ouvrier n’augmente pas, il a même tendance à baisser, interdisant toute épargne de sécurité. En effet, si le salaire horaire ou à la tâche n’est pas diminué, le revenu des ouvriers régresse quand même puisque ces derniers ne travaillent plus que huit heures par jour au lieu de douze à quatorze256. Or « le tarif de paiement » reste établi sur la base de 1848257. La précarité s’installe lorsque le sous-emploi s’étale sur plusieurs mois. Ainsi, on chôme deux ou trois jours par semaine dans certaines manufactures de Lodève en 1857258. Le contexte s’étant dégradé dans les mois suivants, la majorité des ouvriers chôme trois jours par semaine en 1858259. Les conditions de vie des ouvriers du cru sont aggravées par la perturbation générale du marché des travaux à l’échelle de la région. Les commandes exceptionnelles drainent alors vers les centres principaux – Lodève en particulier – des « ouvriers étrangers que la certitude du gain » fait affluer. Le redémarrage de l’activité industrielle provoque leur retour dans les arrondissements d’origine260, sans que cela ne résolve les difficultés structurelles des travailleurs locaux. Ce phénomène n’est pas nouveau. Déjà, sous la Restauration, la contraction des affaires à Carcassonne conduisait nombre de salariés à migrer temporairement en direction des centres de Castres, Saint-Pons, Lodève, Clermont et Bédarieux261. Avant la guerre de Crimée, la population de Lodève s’élevait à 11 000 habitants ; elle est montée à 18 000 pendant la durée des hostilités et les fortes commandes262 ; elle a chuté ensuite pour retrouver des niveaux voisins à la période d’avant-guerre.

  • 263 AN, C, 3021 ; Enquête sur la situation des classes ouvrières, 1872-1875. Résumé des réponses aux q (...)
  • 264 AN, C, 3022, Enquête sur la situation des classes ouvrières, 1872-1875. Résumé des réponses aux qu (...)
  • 265 AN, C, 7318 ; Chambre de commerce de Castres. Réponse au questionnaire de la commission d’enquête (...)

84Au début de la Troisième République, les ouvriers des villes ne gardent alors qu’un lien très distendu à la terre. Il n’y a guère encore que ceux des faubourgs pour pouvoir encore envisager de maintenir une pluriactivité associant agriculture et industrie ; mais cela paraît dorénavant ne représenter que la minorité. Partout le jardin domine, permettant la production de légumes et l’élevage d’animaux de bassecour, base de l’alimentation des ménages ouvriers. Les canards et les oies sont mis en conserve. À ces réserves de viande pour l’année s’ajoutent les salaisons de porc, dans l’Hérault263 et dans le Tarn, à tel point qu’à Mazamet, le cochon « habite pour ainsi dire avec [le travailleur] » lorsqu’il « n’existe pas une étable à porc »264. Seuls les ouvriers des campagnes parviennent à garder un mode de vie pluriactif conciliant l’exploitation des terres et l’emploi textile. Cette permanence est en partie liée au maintien presque général – à l’exclusion de l’Hérault – du tissage manuel dispersé. L’application progressive de l’innovation permet la poursuite de cette forme d’organisation du travail jusqu’au xxe siècle, comme l’atteste, par exemple, le cas des tisserands du territoire industriel de Castres265.

Les conflits : l’ancien et le nouveau

La difficile perception de la contestation

  • 266 A. Dewerpe, Le monde du travail en France, 1800-1850, Paris, A. Colin, 1989, p. 34-35.
  • 267 C. Willard, La France ouvrière. Histoire de la classe ouvrière et du mouvement ouvrier français, t (...)

85Comme à l’époque moderne, le maintien d’un modèle pluriactif ne signifie pas pour autant absence de tensions266. En outre, le passage au second âge de la proto-industrie est à l’origine de formes nouvelles de conflits. Anciens ou modernes, ces derniers débouchent le plus souvent sur des coalitions qui, sous la Restauration, cessent d’être des phénomènes exceptionnels267.

  • 268 R. Cazals, Les révolutions industrielles à Mazamet, 1750-1900, op. cit., p. 149.
  • 269 Ibid., p. 233-236.
  • 270 R. Cazals, Avec les ouvriers de Mazamet dans la grève et l’action quotidienne, 1909-1914, Paris, M (...)
  • 271 J. Sagnes, Le mouvement ouvrier en Languedoc, op. cit., p. 84 et p. 213.
  • 272 Ibid., p. 213-214.

86Avant la fin du xixe siècle, les conflits du travail restent difficilement perceptibles et les revendications ouvrières ne se manifestent que sporadiquement au grand jour. L’exemple de Mazamet en fournit une bonne illustration. Durant presque toute la première moitié du siècle, les sources sont muettes quant à un éventuel mouvement ouvrier, alors que les contrastes sociaux ne cessent de s’aggraver268. Les soulèvements de 1845 et de 1848 forment presque des exceptions. En effet, par la suite, les grèves sont absentes, ou du moins non repérées dans les archives jusqu’en 1889 ; encore s’agit-il de mouvements de faible ampleur269 jusqu’à « la grande flambée de 1903 » et « la grande grève de 1909 »270. Dans l’Hérault, les mouvements sont sensibles dès la première moitié du xixe siècle et atteignent un niveau paroxystique en 1845-1851. Par la suite la contestation retombe. La reprise des grèves à partir de 1890 ne touche que de faibles effectifs et, jusqu’en 1910, les actions passent souvent inaperçues271. À partir de cette date, alors que les grèves industrielles se font plus nombreuses, le textile n’y prend qu’une modeste part, même lors de la grande vague de grèves qui touche le département entre mars et mai 1911272.

  • 273 AN, C, 3021 ; Enquête sur la situation des classes ouvrières, 1872-1875. Résumé des réponses aux q (...)
  • 274 Comme l’attestent les études menées ailleurs s’appuyant sur l’analyse des minutes des jugements de (...)

87Cependant, les grèves ne sont pas les seuls modes de contestation. Durant la seconde moitié du xixe siècle, les Héraultais réagissent aux conditions politiques et sociales qui leur sont faites. Et, malgré le calme apparent, lors des « mouvements d’agitation politique, les meneurs excitent l’ouvrier en faisant luire à ses yeux les avantages des réformes sociales »273. La protestation peut aussi prendre des formes ponctuelles et individuelles274.

  • 275 D. Ligou, Montauban à la fin de l’Ancien Régime et aux débuts de la Révolution, 1787-1794, op. cit (...)
  • 276 F.-E. Manuel, « L’introduction des machines en France et les ouvriers. La grève des tisserands de (...)
  • 277 M. Chevalier, La vie humaine dans les Pyrénées ariégeoises, op. cit., p. 737-742.
  • 278 AN, C, 3023 ; Enquête sur la situation des classes ouvrières, 1872-1875. Résumé des réponses aux q (...)
  • 279 AD Aude, 14 M 11 ; Lettre du préfet de l’Aude au ministre de l’intérieur et du commerce, 9 février (...)
  • 280 AD Aude, 14 M 11 ; Pétition des maîtres et ouvriers tisserands de draps au préfet de l’Aude, 31 ja (...)
  • 281 Ibid. ; Lettre du ministre de l’intérieur et du commerce au préfet de l’Aude, 20 février 1835.
  • 282 Ibid. ; Lettre du préfet de l’Aude au ministre de l’intérieur et du commerce, 5 mars 1835.
  • 283 Ibid., 27 mars 1835.

88Dans les dernières décennies de l’Ancien Régime et la première moitié du xixe siècle, la nature des conflits reste semblable et est toujours aussi difficilement identifiable. Beaucoup d’actions se déroulent sans affrontements et l’on retrouve les stratégies de fraude et de turnover qui caractérisaient la période précédente. Ainsi, quand les conditions d’emploi ne sont pas favorables, on quitte son ouvrage, comme à Montauban, en 1793, où la baisse de la valeur réelle de la journée de travail provoque l’abandon du métier industriel ; la main-d’œuvre se met alors à manquer275. Le réemploi se fait localement. En 1844, quarante-deux tisserands de Clermont quittent les ateliers, suite au changement des usages dans le paiement de la façon ; tous trouvent rapidement un travail agricole dans les environs276. On continue aussi à quitter le territoire industriel. Sous l’Ancien Régime, l’Espagne avait beaucoup absorbé d’ouvriers sans emploi ou en quête de meilleurs revenus. Au xixe siècle, les flux évoluent. L’Espagne est nettement moins porteuse de débouchés, alors que le Bas-Languedoc a besoin de main-d’œuvre peu qualifiée et attire les ouvriers des Pyrénées. Enfin, si l’Espagne n’est plus terre d’émigration définitive, l’Amérique le devient. En Ariège, les territoires les plus concernés se situent surtout dans le canton de Massat277. Le phénomène se développe surtout dans les Basses-Pyrénées, où il « va grandissant et pre[nd] des proportions colossales »278. Enfin, on pratique beaucoup le vol de matières premières, souvent sous le regard complaisant du fabricant, pour compenser des salaires bien trop faibles. Les sources s’en font rarement l’écho si ce n’est lors des affaires qui en découlent lorsque les fabricants décident de sévir. Ainsi, en janvier 1835 à Carcassonne, des ouvriers sont arrêtés et mis en détention préventive pour vols de laine après perquisition et découverte de la marchandise à leur domicile279. Le conflit larvé prend alors une forme publique et débouche sur une revendication salariale des tisserands. Trois cents d’entre eux pétitionnent, à cet effet, à Carcassonne et à Pennautier280. Les autorités administratives et judiciaires sont conscientes de la précarité de la situation et font en sorte que le mouvement ne débouche pas sur une coalition281, les tisserands menaçant de cesser le travail à la fin du mois de février282. Au mois de mars tout est terminé. Les ouvriers jugés le 20 février au tribunal de police correctionnelle sont acquittés et le ministère public n’interjette pas en appel. Quelques tisserands obtiennent des augmentations de salaire, mais la majorité reste insatisfaite283.

Mouvements luddites

  • 284 F. Jarrige, Au temps des « tueuses de bras ». Les bris de machines à l’aube de l’ère industrielle,(...)
  • 285 G. Bourgin et H. Bourgin, Les patrons, les ouvriers et l’État. Le régime de l’industrie en France (...)
  • 286 F. Jarrige, Au temps des « tueuses de bras ». Les bris de machines à l’aube de l’ère industrielle, (...)

89Toutefois, l’insatisfaction ouvrière se traduit aussi par quelques réactions violentes ; elles rappellent les causes et les modes d’action anciens, sans que cela puisse être d’accès pour autant d’archaïsme, révélant l’attachement à une organisation sociale et culturelle auxquelles les ouvriers ne veulent pas renoncer284. La résistance à l’introduction des machines y occupe une place importante dès l’Empire et surtout sous la Restauration. Il s’agit d’un phénomène bien connu des premiers temps de l’industrialisation au xixe. Les historiens du début du xxe siècle s’y sont beaucoup intéressés en donnant l’impression d’une résistance farouche et largement répandue du phénomène285. L’analyse régionale permet de nuancer les propos. De nombreux territoires, comme en Ariège, ont en effet intégré les mécaniques sans opposition marquée, alors que dans d’autres, le Bas-Languedoc et notamment l’Hérault, la résistance ouvrière a été particulièrement vivace286.

  • 287 L. Bergeron, « Douglas, Ternaux, Cockerill aux origines de la mécanisation de l’industrie lainière (...)
  • 288 AD Hérault, 9 M, 4 ; Lettre du maire de Bédarieux au sous-préfet de Béziers, 18 décembre 1811.
  • 289 Ibid. ; Lettre du sous-préfet de Béziers au préfet de l’Hérault, 21 décembre 1811.
  • 290 F.-E. Manuel, « L’introduction des machines en France et les ouvriers. La grève des tisserands de (...)
  • 291 Dont on sait qu’au moins cinq assortiments complets sont livrés en 1816 (L. Bergeron, « Douglas, T (...)
  • 292 F.-E. Manuel, « L’introduction des machines en France et les ouvriers. La grève des tisserands de (...)
  • 293 R. Cazals, Les révolutions industrielles à Mazamet, 1750-1900, op. cit., p. 157-161.

90Dès la modernisation de leur filature, des ouvriers de Bédarieux se sont opposés à l’introduction des premières machines. Bien que l’Hérault n’ait pas été le département le plus précoce dans ce domaine287, Bédarieux se dote, à l’automne 1811, d’un assortiment de filature288. Quelques ouvriers y voient une menace sur « l’emploi de bras qui deviendraient inutiles ». Mais il ne faut encore qu’une brigade de gendarmerie sous les ordres d’un maréchal-des-logis pour maintenir l’ordre289. Le 18 janvier 1818, la réaction est bien plus forte à Clermont. Des affiches sont apposées dans les rues principales contre les patrons qui montent les nouvelles machines à carder et à filer. Un soulèvement général est envisagé afin de brûler toutes les nouvelles mécaniques290. Leur introduction à Lodève et à Saint-Pons291, deux ans auparavant, est dans toutes les mémoires, car elle a provoqué le chômage d’une partie de la population ouvrière. La tentative de soulèvement avorte. Les supposés meneurs sont arrêtés et condamnés sévèrement. Lugage, un instituteur accusé d’avoir rédigé les affiches, écope de deux ans de prison et six tisserands sont condamnés à des peines variant d’un à deux mois de prison, alors qu’ils ont déjà accompli cinq mois d’incarcération préventive292. Plusieurs décennies plus tard, c’est au tour des ouvriers de Mazamet de s’opposer à la généralisation de l’emploi des mule-jennys. En 1848, les grévistes passent d’atelier en atelier pour faire cesser le travail dans les nouvelles mécaniques. L’activité s’arrête alors. En réponse, gendarmes et chasseurs à cheval interviennent et procèdent à des arrestations. Treize personnes sont inculpées mais laissées en liberté provisoire. L’agitation se poursuit quand même. La garde nationale intervient ; elle est « cribl[ée] de pierres ». L’armée rétablit le calme. En 1850, des incendies surviennent dans trois usines, mais il n’est pas sûr que cela résulte d’actes de malveillance. Les troubles perdurent jusqu’au coup d’État de décembre 1851. Le nouveau régime en profite pour exercer une répression très dure et régler ainsi « tous les comptes ouverts depuis 1845 »293.

  • 294 L’introduction des machines à tondre, leur geste était perdu même si la machine, réalisant le fonc (...)

91Les difficultés survenues dans la mise en place des premiers assortiments de filature poussent les autorités à encadrer l’arrivée de nouvelles mécaniques, en particulier des tondeuses. Les tondeurs représentent, en effet, une des catégories ouvrières les plus remuantes. L’introduction des machines à tondre signe la disparition du geste multiséculaire du tondeur et de son outil294. La mécanisation de cette opération met donc fin à un métier, ou du moins le modifie sensiblement. Si l’innovation technique s’accompagne d’une déqualification/requalification indispensable – la machine ne peut bien fonctionner sans réglage précis –, les ouvriers, en perdant le geste, se sentent dépossédés d’un savoir-faire qui les touche tout autant d’un point de vue symbolique qu’économique.

  • 295 Car, si les machines ont fini par être adoptées en premier par les manufacturiers de Sedan, Louvie (...)

92Les tondeuses à lame hélicoïdale avaient fait l’objet d’une publicité extraordinaire lors de l’exposition des produits de l’industrie française en 1819. Louis Costaz dans son rapport en avait vanté les mérites en soulignant, en particulier, « la célérité de son travail et […] la bonté de l’ouvrage qu’elle exécute ». Aussi le ministre secrétaire d’État au département de l’intérieur faisait part au préfet de l’Hérault de son souhait que des mesures soient prises afin « d’assurer le maintien de l’ordre parmi les ouvriers des manufactures auxquelles ces machines sont destinées ». Il demandait, en outre, au préfet de « ne négliger aucune des voies de persuasion convenable » et d’user ensuite, si nécessaire, de « toutes les dispositions […] pour réprimer [les] excès et forcer à rentrer dans l’ordre ceux qui voudraient s’en écarter »295.

  • 296 AD Hérault, 9 M, 4 ; Lettre du sous-préfet de Lodève au préfet de l’Hérault, 19 avril 1821.
  • 297 Ibid. ; Arrêté du sous-préfet de Lodève, 19 avril 1821.
  • 298 Ibid. ; Lettre du préfet de l’Hérault au sous-préfet de Lodève, 23 avril 1821.
  • 299 F.-E. Manuel, « L’introduction des machines en France et les ouvriers. La grève des tisserands de (...)
  • 300 Comme le prouve sa réponse à la lettre du préfet du 23 avril, avant même que les événements ne se (...)
  • 301 F.-E. Manuel, « L’introduction des machines en France et les ouvriers. La grève des tisserands de (...)
  • 302 C. H. Johnson, The Life and Death of Industrial Languedoc, 1700-1920, op. cit.

93Dès le 18 avril 1821, un attroupement d’une centaine d’ouvriers a lieu devant l’atelier d’Étienne Faulquier à Lodève pour « l’empêcher de suivre l’exécution de son projet » d’installation d’une tondeuse296. Quelque temps auparavant, le groupe avait député un représentant auprès du maire, pour le « prier d’interposer son autorité pour interdire l’usage » de la nouvelle machine. Le sous-préfet réagit par un projet d’arrêté interdisant les réunions de plus de cinq ouvriers, menaçant d’arrestation par la police et la force armée puis présentation sur le champ devant le procureur du roi de tout contrevenant297. Mais le préfet, par souci d’apaisement, préfère l’ajournement de l’arrêté tout en demandant que le maire intervienne pour « user de son ascendant » auprès des ouvriers et les « ramener à des idées plus conformes à leurs intérêts »298. Le 5 mai 1821, le même phénomène se reproduit pour les mêmes raisons. Quelques jours plus tard, une foule pénètre dans l’usine et entreprend de détruire la machine299. Très déterminé300, le sous-préfet, prodigue les encouragements nécessaires pour que l’innovation puisse avoir lieu à Lodève. Mais lorsque Molinier de Saint-Pons tente d’installer une machine, les portes de sa fabrique sont couvertes d’affiches. Au projet de destruction de l’outil s’ajoute des menances de mort. Il faut attendre 1823 pour qu’une tondeuse puisse être effectivement mise en activité sous la protection de la compagnie des cent-suisses301. Encore avait-il fallu auparavant que les fabricants Rouaud s’engagent à ce qu’aucun tondeur ne soit congédié. Le mouvement de mécanisation est alors enclenché et devient irréversible : en 1838, on compte quarante et une tondeuses mécaniques302.

  • 303 F.-E. Manuel, « L’introduction des machines en France et les ouvriers. La grève des tisserands de (...)

94Cela ne signifie pas pour autant l’arrêt des revendications dénonçant l’introduction des nouvelles mécaniques. Les réponses à l’enquête de 1848 le montrent, les principales récriminations portent bien sur ce sujet303. Elles n’entraînent cependant pas les violences de la Restauration. En pleine grande grève de 1845, les fabricants de Lodève tentent même de faire pression sur les tisserands en introduisant les premiers métiers mécaniques.

Rassemblements ouvriers et grèves autour de la question salariale

  • 304 G. Gayot, Les draps de Sedan, 1646-1870, op. cit., p. 190.
  • 305 D. Ligou, Montauban à la fin de l’Ancien Régime et aux débuts de la Révolution, 1787-1794, op. cit (...)

95Dans le cadre de la défense de l’organisation traditionnelle du travail, les désaccords sur le montant des tarifs et des salaires occupent une place importante. La grève des tondeurs de Montauban sous la Révolution en fournit un bon exemple. En France et en Europe, les tondeurs avaient été coutumiers de grèves et de désordres urbains, qu’ils aient appartenu ou non à des jurandes. Le monopole qu’ils exercent sur la finition leur donne du poids dans leur résistance aux institutions304. Ainsi, à Montauban à la fin du xviiie siècle, ce sont eux qui réagissent à une cause structurelle de conflit : la question des tarifs. En effet, alors que des négociants avaient accordé une augmentation de 100 % aux fabricants qui travaillaient pour leur compte, ces derniers n’en avaient reversé que 50 % à leurs ouvriers. Il s’en suivit alors un vif affrontement entre les « garçons » tondeurs et les maîtres, aboutissant à la victoire des ouvriers305.

  • 306 R. Cazals, Les révolutions industrielles à Mazamet, 1750-1900, op. cit., p. 152-161.

96C’est encore la question des rémunérations qui pousse les ouvriers de Mazamet à affronter les patrons et l’État en 1845. Le premier mouvement date de février et reste de faible ampleur. Celui de mai, en revanche, concerne une masse très importante d’ouvriers qui réagissent face à une diminution des salaires des tisserands à la Jacquard. « Désertion » d’ateliers, manifestation de rues et frictions entre grévistes et non grévistes entraînent l’intervention des gendarmes et des dragons. Onze ouvriers sont arrêtés. La foule, en fureur, enfonce les portes de la prison et les libère. Étonnamment, le calme succède brutalement au tumulte. Les forces de l’ordre procèdent alors à des interpellations, sans qu’aucune opposition ne les y en empêche. Les patrons de Mazamet refusent toute négociation et le travail reprend aux conditions anciennes, signant la défaite des ouvriers306.

  • 307 F.-E. Manuel, « L’introduction des machines en France et les ouvriers. La grève des tisserands de (...)

97À Lodève, plus qu’à Mazamet, la première moitié du xixe siècle est ponctuée par quelques actions ouvrières très marquées, fondées sur des revendications salariales. Ainsi, les 21 et 22 août 1822, l’ensemble du personnel des ateliers de filature cesse le travail pour obtenir une hausse du salaire journalier refusée préalablement. Le sous-préfet fait relever les noms des meneurs. Les ouvriers, intimidés, reprennent l’ouvrage. Chez les tisserands, un mouvement d’ampleur a lieu en 1840 pour tirer partie de la bonne activité des manufactures et obtenir ainsi une augmentation des salaires. Une répression s’ensuit avec son lot d’amendes et de peines de prison de courte durée307.

  • 308 Ibid., p. 221-222.
  • 309 Ibid., p. 223.
  • 310 Ibid., p. 352-354.
  • 311 Ibid., p. 354-356.
  • 312 Ibid., p. 361.
  • 313 Ibid., p. 366-369.

98Mais c’est le mouvement de 1845 qui retient l’attention par son ampleur et sa durée. En 1844, les tisserands demandent une augmentation d’un franc pour une pièce d’étoffe de 1 000 fils supplémentaires. Les ouvriers de chez Martel à Lodève décident de cesser le travail en février 1845 car on ne leur propose que 18 francs pour des pièces faisant désormais 1 900 fils au lieu de 1 800. Parallèlement, à Clermont, les patrons remettent en cause les usages du paiement anticipé de la pièce ; des tisserands quittent alors leur métier. Au total, il n’y a guère qu’un atelier de touché à Lodève et à Clermont quelques dizaines d’ouvriers ont aussi quitté leur métier. Dans un premier temps, on n’observe aucune coalition et les autres ouvriers, malgré leurs revendications, travaillent quand même aux conditions patronales308. Tout dérape lorsque les patrons, en solidarité avec Martel, décident de fermer l’ensemble de leurs ateliers, menaçant ainsi l’emploi de 4 000 ouvriers309. Ne pouvant pas prendre le risque de perdre la production d’une année de draps de troupe, l’État intervient, par le biais de l’inspecteur des manufactures de draps pour l’armée. Celui-ci cherche la conciliation, tout en amenant huit tisserands de Montpellier pour remettre en fonction les métiers de Martel le 8 mars 1845. L’amour-propre des patrons étant sauf, les chefs d’entreprises convoquent les tisserands pour reprendre le travail. Mais ces derniers n’acceptent de ne le faire qu’à la condition d’être payés 19 francs pour une chaîne de 1 900. Devant le rejet de cette revendication, une foule de femmes et d’ouvriers insulte et menace les intrus montpelliérains. Échappant aux violences grâce à l’intervention du commissaire de police, ces derniers quittent la ville le soir même, sous la protection des forces de l’ordre310. L’avocat général décide alors de sévir et ordonne au procureur du roi de formuler trois chefs d’accusation : coalition des ouvriers, coalition des patrons, troubles du 8 mars. Quelques salariés seulement sont inculpés et laissés en liberté. Mais l’examen des charges montre la difficulté de retenir l’accusation de coalition. Seuls les événements du 8 mars semblent pouvoir motiver une action en justice. Aussi, les autorités administratives de l’État cherchent-elles toutes sortes de compromis pour sortir de la crise pendant qu’à Clermont, après une légère concession patronale, les tisserands réintègrent les ateliers311. À Lodève, l’intransigeance patronale empêche toute sortie de crise par un compromis social. Les entrepreneurs considèrent qu’il ne s’agit pas d’une question de litige salarial mais d’une lutte entre l’autorité des maîtres et l’obéissance des ouvriers, le conflit ne pouvant se terminer que par leur capitulation et leur soumission totale312. Aussi, la pétition des ouvriers du 9 avril demandant un tarif fixe et protestant contre les retenues salariales, ne débouche-t-elle sur aucune négociation. La durée du conflit plonge dans la misère une masse considérable de personnes qui, affamées, ne peuvent continuer longtemps la lutte. Ainsi, le 8 mai, un groupe de 12 tisserands reprend le travail à l’atelier de Martel. Ils sont une centaine le 14 mai, puis 180 le 19. En juin, les fabriques fonctionnent normalement, jusqu’au versement de la paye, sur la base de 18 francs et non de 19 : le 14 juin vers dix heures trente, des fabricants se promenant tranquillement sont attaqués et blessés à coups de pierres par un groupe de quarante tisserands. Une foule s’assemble alors autour du Cercle de Commerce, en brise les vitres avant de se disperser. Quatre participants aux événements sont arrêtés et condamnés en correctionnelle à un an de prison. Cela met un terme au mouvement qui se conclut par la défaite totale des ouvriers313.

Émergence d’une conscience de classe ?

Le tournant de 1848-1851

  • 314 Aussi dramatique soit-il, ce soulèvement révèlerait aussi, selon l’auteur, la conjonction de la dé (...)

99La virulence des conflits de l’Hérault a conduit Christopher Johnson à tenter de démontrer que le choc entre ouvriers et patrons lodévois a été le plus fort de tous les territoires industriels européens de la laine. Il serait à l’origine d’une conscience de classe rendant la confrontation de 1848-1851 plus aiguë que partout ailleurs314.

  • 315 C. H. Johnson, The Life and Death of Industrial Languedoc, 1700-1920, op. cit., p. 120.
  • 316 Ibid., p. 135.
  • 317 Ibid., p. 136.
  • 318 Ibid., p. 141.
  • 319 Ibid., p. 146.
  • 320 Ibid., p. 148.

100Le nombre des grèves dans l’Hérault a été, en effet, plus important qu’ailleurs dans le Midi et les patrons s’y sont montrés particulièrement intransigeants. Aussi, la Révolution de 1848 et la Seconde République représentent-elles un espoir sans précédent pour les ouvriers du Bas-Languedoc315. Ils soutiennent avec ferveur les candidats républicains. À l’élection présidentielle, leurs suffrages se portent sur Ledru-Rollin, à 43 % à Lodève, à 44 % à Bédarieux316. En décembre 1848, une coalition se constitue qui réclame des salaires égaux pour tous les conducteurs de métiers à filer. Paul Adam, nouveau procureur de la République, la réprime en faisant arrêter douze femmes, dont six sont condamnées à des peines de prison317. Son attitude particulièrement rigide à l’égard de toute forme de mouvement ouvrier, déchaîne une véritable haine à son encontre : le 19 mai 1849, il est assassiné en pleine rue318. Le coup d’État de 1851 aggrave considérablement la situation, puisque le 3 décembre à Bédarieux, des manifestants s’emparent de la mairie, fondant la brève « République rouge de Bédarieux ». Durant l’assaut, un des leurs est tué par les gendarmes. La foule se rue alors sur leur caserne et massacre trois militaires319. Une semaine plus tard, l’armée occupe la ville. Une très forte répression s’abat alors sur l’Hérault : 2 623 personnes sont arrêtées, 166 à Bédarieux, 77 à Lodève, 26 à Clermont. Parmi les interpellés dans les trois villes drapières, 80 % appartiennent à la classe ouvrière et 63 % sont des travailleurs du textile. Les autres sont, pour la plupart, des paysans320.

101Dans le Tarn, les événements de 1848-1851 n’ont pas la même ampleur que dans l’Hérault. Ils ne prennent pas de tournure sanglante et ne donnent pas lieu à une répression aussi massive. Les situations sont toutefois comparables. Le mouvement ouvrier du début de l’année 1845, ponctué par la grande grève du mois de mai à Mazamet, rappelle celui de l’Hérault.

  • 321 J. Faury et R. Cazals, « Industrie, suffrage universel, instruction publique : grandes conquêtes d (...)
  • 322 R. Cazals, Les révolutions industrielles à Mazamet, 1750-1900, op. cit., p. 160.
  • 323 J. Faury et R. Cazals, « Industrie, suffrage universel, instruction publique : grandes conquêtes d (...)
  • 324 J. Faury, Cléricalisme et anticléricalisme dans le Tarn (1848-1900), Toulouse, Association des pub (...)

102Certes, elle n’a pas la durée de celle de Lodève mais y ressemble, par ses revendications, son intensité, ses modes d’action et la répression qui s’ensuit. Après les événements luddites de 1848, l’agitation ouvrière se poursuit et les idées républicaines gagnent le monde ouvrier mazamétain. En novembre 1851, un placard du « Comité cantonal de résistance » prônant la « République sociale » est apposé à Mazamet, Aussillon, Rigautou et le Pont-de-l’Arn. Pour la première fois, l’inscription des luttes paysannes et ouvrières dépasse le cadre de la défense des traditions, du combat contre le fisc et les machines pour prendre une tournure nationale et globale. En outre, à l’annonce du coup d’État, la situation se durcit : le 4 décembre, 600 républicains se mobilisent à Mazamet et s’emparent de la mairie pour se saisir des armes de la garde nationale. Après quelques coups de feu, les hussards les en chasse. Les troubles ne concernent pas seulement la ville : à Castres, 300 républicains se rassemblent et Labastide connaît des « conciliabules »321. La répression n’épargne pas le Tarn et ses principales villes industrielles sont les premières touchées. La commission mixte du département condamne 73 personnes en 1852. 29 – presque uniquement des ouvriers du textile – sont de Mazamet et se voient infliger de lourdes peines : deux au bagne de Cayenne, 12 à la résidence forcée en Algérie, 10 au simple transfert en Algérie, quatre à l’internement, une à la haute surveillance322. 39 sont de Labastide-Rouairoux ; quatre d’entre eux partent pour l’Algérie et deux en Guyanne323. Mazamet – et Labastide-Rouairoux – ont donc connu un mouvement démocratique largement populaire sous la Seconde République324.

Perpétuation des pratiques anciennes

103Les formes prises par la contestation durant la période 1848-1851 montre incontestablement le développement, au moins pour partie, d’une conscience politique marqué par des modes d’organisation et des slogans qui tranchent par rapport aux pratiques anciennes. Mais ces dernières ne disparaissent pas et restent l’essentiel du mode de revendication et d’action de la première moitié du xixe siècle.

  • 325 F.-E. Manuel, « L’introduction des machines en France et les ouvriers. La grève des tisserands de (...)
  • 326 J. Nicolas, La rébellion française. Mouvements populaires et conscience sociale, 1661-1789, Paris, (...)
  • 327 F.-E. Manuel, « L’introduction des machines en France et les ouvriers. La grève des tisserands de (...)
  • 328 R. Trempé, Les mineurs de Carmaux (1848-1914), Paris, Éditions ouvrières, 1971.

104Ainsi, le mouvement ouvrier de 1830 porte seulement sur des revendications salariales. Il use pour cela de la coalition et de la mise en « interdit » des fabriques mais il ne remet pas en cause le mode d’organisation de la production325. Il rappelle nombre de conflits du travail de l’Ancien Régime326. Lorsque la crise de 1845 survient, la « désertion » ne concerne que les ouvriers de l’atelier de Martel. Si les tisserands se retrouvent tous sans travail, cela relève de la seule volonté patronale. Ensuite, le refus des ouvriers de reprendre le travail ne concerne que les tisserands et pas les autres catégories ; elles représentent pourtant les 90 % restants des travailleurs du textile local qui subissent plus qu’ils ne choisissent327. On retrouve ce que Rolande Trempé décrit à la même époque chez les mineurs de Carmaux : les revendications et les grèves sont toujours partielles, catégorie par catégorie, puits par puits, et ce jusqu’au mouvement de 1869 qui représente la première étape dans la prise de conscience collective des intérêts communs des mineurs328.

  • 329 F.-E. Manuel, « L’introduction des machines en France et les ouvriers. La grève des tisserands de (...)

105Enfin, la dureté des relations sociales dans les villes de l’industrie textile de l’Hérault n’empêche pas les coutumes anciennes de perdurer, même au plus fort du conflit. Ainsi, le 4 mai 1845, jour de la fête des tisserands, ces derniers, malgré le lock-out, distribuent du pain bénit aux fabricants qui l’acceptent en serrant la main aux ouvriers et en leur offrant des gratifications329. Ces pratiques révèlent le maintien de solidarités verticales très anciennes, en contradiction avec le développement d’un conflit de classes.

Un mouvement ouvrier en léthargie après 1851

  • 330 C. H. Johnson, The Life and Death of Industrial Languedoc, 1700-1920, op. cit., p. 259.
  • 331 J. Faury, Cléricalisme et anticléricalisme dans le Tarn (1848-1900), op. cit., p. 416-418.
  • 332 C. H. Johnson, The Life and Death of Industrial Languedoc, 1700-1920, op. cit., p. 258-259.
  • 333 J. Sagnes, Le mouvement ouvrier en Languedoc. Syndicalistes et socialistes de l’Hérault de la fond (...)
  • 334 AN, C, 3022 ; Enquête sur la situation des classes ouvrières, 1872-1875. Résumé des réponses aux q (...)
  • 335 AN, C, 3021 ; Enquête sur la situation des classes ouvrières, 1872-1875. Résumé des réponses aux q (...)

106Passée la période 1848-1851, le mouvement ouvrier tombe en léthargie aussi bien dans le Tarn que dans l’Hérault. Le militantisme devient la moindre des préoccupations des travailleurs du textile héraultais. La solidarité, que ceux de la première moitié du xixe siècle avaient su créer, disparaît330. Il en est de même à Mazamet. L’explication pourrait tenir, ici, au fait que la population ouvrière a fortement augmenté dans la seconde moitié du siècle, se nourrissant des ruraux des campagnes et des villages voisins. Comme les travailleurs les plus anciens, ils sont d’abord d’origine paysanne et catholique. Mais leur conscience politique ne prend pas en compte l’histoire des premiers combats ouvriers. Ils restent profondément attachés à la terre et la répression dont ont été victimes les travailleurs des années 1840-1851 ne semble pas les influencer. En outre, le fort encadrement du « parti catholique » et de l’Église favorise au contraire le maintien d’une pensée conservatrice dans le milieu ouvrier mazamétain331. Dans l’Hérault, certains points rappellent la situation tarnaise quant aux effets de la mutation de la population ouvrière. Mais cela se fait, ici, dans un contexte de désindustrialisation. Des ouvriers masculins quittent l’industrie ; ils sont remplacés par des femmes – au tissage notamment – et par des hommes venus de l’extérieur, qui n’ont pas le souci de s’organiser332. La seconde moitié du xixe siècle est donc le théâtre d’un renforcement de l’emprise patronale dans l’Hérault, les ouvriers étant particulièrement vulnérables face aux exigences des fabricants333. Aussi, en Bas-Languedoc334, comme dans le Tarn335, le Second Empire et le début de la Troisième République se limitent à des conflits latents, aucune grève n’étant recensée.

107Le Midi n’est pas resté étranger au mouvement de modernisation de l’industrie lainière. La première réforme a porté sur la modernisation de la filature, timide avec le système Douglas, mais vigoureuse avec les machines Cockerill. Le phénomène qui s’ensuit ne retarde pas seulement le processus de désindustrialisation (comme dans l’Aude), il est aussi pleinement industrialisant pour les entreprises du Tarn et de l’Ariège. L’Hérault se dote aussi d’usines qui le rendent apte à soumissionner. Ce dernier, possède un équipement toujours à la pointe de la technologie du moment, alors que les autres espaces industriels innovent progressivement, sans révolution et toujours en décalage par rapport aux grands centres industriels extérieurs au Midi. On exploite au maximum les possibilités énergétiques naturelles : l’hydromécanique domine, complétée par des manèges à chevaux et la force humaine. La vapeur intervient comme un timide complément, sauf dans les usines travaillant pour l’armée. On réduit les coûts de production en économisant sur le prix des matières premières : les effilochages connaissent un emploi précoce et les fibres exotiques (d’Amérique du Sud, d’Australie et d’Afrique du Nord) remplacent rapidement les laines de mauvaise qualité ou trop chères. La productivité s’améliore pourtant, par l’achat de nouvelles machines et des bricolages constants. Après une adaptation régulière du système ancien de cardes, les industriels passent au procédé Mercier. Les foulons mécaniques remplacent les batteries de maillets. Les Jacquard et les mécaniques armure petit Jacquard se répandent dans les espaces de production des nouveautés. L’outillage est produit localement par quelques entreprises spécialisées (à Carcassonne, Lodève, Castres) et par des mécaniciens, serruriers et charpentiers présents dans tous les centres industriels. Mais le Midi reste dépendant de l’extérieur, le phénomène s’accroissant au rythme des progrès technologiques.

108L’Hérault est le plus précoce dans la modernisation technique, se plaçant devant les espaces en croissance : Mazamet d’abord, Lavelanet ensuite, aux réformes technologiques toujours les plus décalées dans le temps. L’Hérault n’en est pas pour autant supérieur et le Tarn et l’Ariège inférieurs. Tous ces départements connaissent une croissance de la productivité adaptée à leurs conditions propres de fabrication. Les centres tarnais peuvent se satisfaire de matériels hétérogènes et vieillis dans la production de nouveautés alors que les établissements de l’Hérault n’ont comme choix que celui de disposer de l’appareil de production le plus moderne pour pouvoir soumissionner. S’ils bénéficient d’une forte productivité brute (qui tient à la modernité de l’équipement), leur productivité nette (qui résulte de l’emploi réel du matériel) est nettement moins élevée du fait des longues périodes de ralentissement de la production de draps de troupe. Cet écart est beaucoup moins marqué pour les fabrications civiles dont l’appareil de production est bien plus adapté aux conditions réelles du marché. Cela représente une force pour les industriels du Tarn et de l’Ariège et une faiblesse pour ceux de l’Hérault. Leurs immobilisations sont de plus en plus financièrement insupportables, compte tenu de l’incertitude des profits.

109La mutation technique ne se fait pas, non plus, sans heurts sociaux. Elle bouleverse la relation que les ouvriers ont au temps, à l’espace et au reste du corps social. Si le passage au « second âge de la proto-industrie » s’accompagne d’un processus de concentration, c’est surtout les changements dans la gestion de la main-d’œuvre qui provoquent cette mutation. Le travail se rationalise, se codifie. L’ouvrier est moins libre ; l’encadrement usinier et le contrôle du travail dispersé par les contremaîtres amorcent le processus de désencastrement. La machine provoque disparition de savoir-faire, changement de statut et requalification du travail. De durs conflits en résultent. Mouvements luddites et revendications salariales accompagnent des revendications de nature politique vers le milieu du xixe siècle. On a voulu voir dans ces actions la naissance d’une conscience de classe à l’origine de grèves, de rébellions et de mouvements révolutionnaires. Ces derniers auraient profondément divisé patronat et ouvriers en 1848-1851 au point d’entraîner la fin de l’aventure industrielle de l’Hérault. Pourtant, les mouvements sociaux, aussi durs aient-ils été, n’ont pas provoqué la désindustrialisation dans le Tarn. Au contraire, Mazamet connaît la consécration dans la draperie sous le Second Empire. Ils n’ont pas plus été à l’origine du repli de l’Hérault, contrairement à ce que Christopher Johnson laisse entendre. À partir des années 1850, l’industrie du drap de Lodève connaît de profondes réformes de structure intégrant toujours plus la mécanisation. Les commandes militaires sont nombreuses et le centre poursuit son développement. Il n’en est certes pas de même pour Bédarieux et Saint-Pons. Mais leurs difficultés sont antérieures à la période du Second Empire, les années 1840 ayant marqué un tournant dans le processus de déclin des productions pour le marché civil : les événements de 1845-1851 n’y jouent aucun rôle. Ainsi les difficultés des années 1850 ne marquent que l’aggravation d’une situation antérieure sur les marchés concurrentiels, des nouveautés en particulier. Les causes politiques et sociales des difficultés que connaît l’industrie textile de l’Hérault à partir de 1851, qu’il ne s’agit pas de minorer, ne peuvent en aucun cas en constituer les explications premières.

Notes

1 P. Verley, L’Échelle du monde. Essai sur l’industrialisation de l’Occident, op. cit., p. 626.

2 L’impact du système Douglas dans le Midi est connu grâce aux correspondances qui précèdent et qui suivent la promulgation du décret du 3 septembre 1808.

3 L. Bergeron, « Douglas, Ternaux, Cockerill aux origines de la mécanisation de l’industrie lainière en France », in Revue Historique, no 1, 1972, p. 67.

4 L. Bergeron, « Douglas, Ternaux, Cockerill aux origines de la mécanisation de l’industrie lainière en France », loc. cit., p. 72.

5 Voir, par exemple, AD Aveyron, 9 M, 8 ; Lettre du ministre de l’intérieur au préfet de l’Aveyron, 16 septembre 1808.

6 A. Hortus, L’industrie de la laine dans le Lodévois : étude économique et sociale (1789-1851), op. cit., p. 121.

7 AD Aveyron, 9 M, 8 ; Lettre d’Antoine Grand-Pilande au préfet de l’Aveyron, 27 février 1809.

8 AD Aveyron, 9 M, 8 ; Procès-verbal de vérification de mise en activité des mécaniques achetées par Grand-Pilande à Douglas, 24 mai 1809.

9 L. Bergeron, « Douglas, Ternaux, Cockerill aux origines de la mécanisation de l’industrie lainière en France », loc. cit., p. 71.

10 A. Hortus, L’industrie de la laine dans le Lodévois : étude économique et sociale (1789-1851), op. cit., p. 121.

11 É. Baux, « Les draperies audoises sous le Premier Empire », in Revue d’histoire économique et sociale, 1960, p. 418-432.

12 L. Bergeron, « Douglas, Ternaux, Cockerill aux origines de la mécanisation de l’industrie lainière en France », loc. cit., p. 71.

13 AD Aude, 14 M, 9 ; Le Président du Conseil des Prud’hommes au maire de Carcassonne, 24 décembre 1825.

14 P. Lebrun et al., Essai sur la révolution industrielle en Belgique, 1770-1847, op. cit. ; P. Lebrun, L’industrie de la laine à Verviers pendant le xviiie et le début du xixe siècle. Contribution à l’étude des origines de la révolution industrielle, op. cit.

15 L. Bergeron, « Douglas, Ternaux, Cockerill aux origines de la mécanisation de l’industrie lainière en France », loc. cit., p. 75-78.

16 A. Hortus, L’industrie de la laine dans le Lodévois : étude économique et sociale (1789-1851), op. cit., p. 122.

17 L. Bergeron, « Douglas, Ternaux, Cockerill aux origines de la mécanisation de l’industrie lainière en France », loc. cit., p. 78.

18 « C’est à Chalabre qu’ils [les menuisiers, serruriers et monteurs] se sont formés à l’école des bons maîtres que le constructeur Cockerill y envoya en 1812 » : AD Aude, 14 M, 9 ; Réponses de la Chambre consultative des manufactures de Chalabre aux diverses questions de son excellence le Ministre de l’Intérieur, à la date du 6 septembre 1825, reçues par l’entremise de M. le Maire de la même ville Président de ladite chambre, 17 décembre 1825.

19 Il s’agit de Jacques-François Mazeline, mécanicien-serrurier à Louviers, inventeur d’une machine à lainer dans ce centre en 1805. Il s’installa à Carcassonne en 1811 avec son frère André où ils déposèrent de nombreux brevets, cf. R. Pilleul, « Jacques-François Mazeline, mécanicien-serrurier et inventeur. Itinéraire d’une ascension sociale (1775-1827) », in Bulletin de la Société de l’Histoire d’Elbeuf, 23, juin 1995, p. 31-36. André Mazeline, comme nombre de fabricants et d’ouvriers installés en languedoc, passe en Espagne où il participe activement au transfert de technologie, essentiellement de machines, si important au développement de la Catalogne dans la première moitié du xixe siècle, cf. J. M. Benaul-Berenguer, « Le transfert de technologie de la France (Normandie, Languedoc, Ardennes) à l’industrie lainière espagnole, 1814-1870 », in A. Becchia (dir.), La draperie en Normandie du xiiie au xxe siècle, op. cit., p. 275-280 (pour les Mazeline, p. 279).

20 AD Aude, 14 M, 9 ; Lettre du maire de Carcassonne au ministre de l’intérieur, 25 janvier 1826.

21 AD Aude, 14 M, 9 ; Copie conforme signée du maire de Limoux d’un extrait du registre des délibérations de la Chambre consultative des manufactures arts et métiers établie à Limoux, 25 octobre 1825.

22 AD Aude, 14 M, 9 ; Réponses de la Chambre consultative des manufactures de Chalabre aux diverses questions de son excellence le Ministre de l’Intérieur, à la date du 6 septembre 1825, reçues par l’entremise de M. le Maire de la même ville Président de ladite chambre, 17 décembre 1825.

23 AD Aude, 14 M, 9 ; Lettre du maire de Carcassonne au ministre de l’intérieur, 25 janvier 1826.

24 AD Aude, 14 M, 9 ; Copie conforme signée du maire de Limoux d’un extrait du registre des délibérations de la Chambre consultative des manufactures arts et métiers établie à Limoux, 25 octobre 1825.

25 AD Aveyron, 9 M, 8 ; Préfecture de l’Aveyron, Fabrication de machines, 7 novembre 1825.

26 R. Cazals, Les révolutions industrielles à Mazamet, 1750-1900, op. cit., p. 120.

27 A. Hortus, L’industrie de la laine dans le Lodévois : étude économique et sociale (1789-1851), op. cit., p. 122.

28 AD Aveyron, 9 M, 8 ; Préfecture de l’Aveyron, Fabrication de machines, 7 novembre 1825.

29 AD Aude, 14 M, 9 ; Lettre du maire de Carcassonne au ministre de l’intérieur, 25 janvier 1826.

30 AD Aude, 14 M, 9 ; Réponses de la Chambre consultative des manufactures de Chalabre aux diverses questions de son excellence le Ministre de l’Intérieur, à la date du 6 septembre 1825, reçues par l’entremise de M. le Maire de la même ville Président de ladite chambre, 17 décembre 1825.

31 AD Aude, 14 M, 9 ; Le Président du Conseil des Prud’hommes au maire de Carcassonne, 24 décembre 1825 et AD Aude, 14 M, 9 ; Lettre du maire de Carcassonne au ministre de l’intérieur, 25 janvier 1826.

32 AD Aude, 14 M, 9 ; Lettre du maire de Carcassonne au ministre de l’intérieur, 25 janvier 1826.

33 L’assortiment Cockerill se composait d’une machine à drousser à 4 200 F, une à carder à 4 200 F, un métier à filer en gros à 1 200 F et quatre métiers à filer en fin à 2 400 F.

34 AD Aude, 14 M, 9 ; Lettre du maire de Carcassonne au ministre de l’intérieur, 25 janvier 1826.

35 AD Aveyron, 9 M, 8 ; Préfecture de l’Aveyron, Fabrication de machines, 7 novembre 1825.

36 AD Aude, 14 M, 9 ; Réponses de la Chambre consultative des manufactures de Chalabre aux diverses questions de son excellence le Ministre de l’Intérieur, à la date du 6 septembre 1825, reçues par l’entremise de M. le Maire de la même ville Président de ladite chambre, 17 décembre 1825.

37 AD Aude, 14 M, 9 ; Lettre du maire de Carcassonne au ministre de l’intérieur, 25 janvier 1826.

38 AD Aude, 14 M, 9 ; Lettre du maire de Carcassonne au ministre de l’intérieur, 25 janvier 1826.

39 AD Aude, 14 M, 9 ; Le Président du Conseil des Prud’hommes au maire de Carcassonne, 24 décembre 1825.

40 AD Aveyron, 6 M, 736 ; Statistique des établissements mettant en œuvre la laine et le coton. Rapport de l’ingénieur des mines, 13 avril 1870.

41 AD Aveyron, 6 M, 736 ; Mémoire sur les techniques de production de l’usine Rachou à Camarès, s. n., s. d. (milieu des années 1860).

42 R. Cazals, Les révolutions industrielles à Mazamet, 1750-1900, op. cit., p. 120 et 173.

43 AD Aveyron, 6 M, 736 ; Mémoire sur les techniques de production de l’usine Rachou à Camarès, s. n., s. d. (milieu des années 1860).

44 D. Woronoff, « Le quotidien des techniques : de la répétition aux aménagements », in M. Merger et D. Barjot (dir.), Les entreprises et leurs réseaux : hommes, capitaux, techniques et pouvoirs, xixe- xxe siècles. Mélanges en l’honneur de François Caron, Paris, PUPS, 1998, p. 790.

45 AD Ariège, 14 M, 23 ; Brevets d’inventions. Registres des procès-verbaux des dépôts de brevets faits à la préfecture. 1830-1942. Registres no 1 & 2, 1830-1887.

46 AD Ariège, 14 M, 23 ; Brevets d’inventions. Registres des procès-verbaux des dépôts de brevets faits à la préfecture. 1830-1942. Registres no 1 & 2, 1830-1887.

47 Ibid., Registres no 1 & 2, 1830-1887.

48 AD Ariège, 14 M, 11 ; Rapport de l’ingénieur des mines Mussy, 5 novembre 1869, f° 2 et 6.

49 AD Aveyron, 6 M, 736 ; Statistique des établissements mettant en œuvre la laine et le coton. Rapport de l’ingénieur des mines, 13 avril 1870.

50 AD Aveyron, 9 M, 8 ; Préfecture de l’Aveyron, Fabrication de machines, 7 novembre 1825.

51 A. Hortus, L’industrie de la laine dans le Lodévois : étude économique et sociale (1789-1851), op. cit., p. 128.

52 M. Chevalier, La vie humaine dans les Pyrénées ariégeoises, Paris, M.-Th. Génin, 1956, reprint, Tarascon-sur-Ariège, Resonances, 1980, p. 935.

53 AD Ariège, 14 M, 11 ; Rapport de l’ingénieur des mines Mussy, 5 novembre 1869.

54 C. Saint-Pierre, L’industrie du département de l’Hérault. Études scientifiques, économiques et statistiques, op. cit., p. 182-183.

55 AD Aveyron, 6 M, 736 ; Statistique des établissements mettant en œuvre la laine et le coton. Rapport de l’ingénieur des mines, 13 avril 1870.

56 AD Ariège, 14 M, 11 ; Rapport de l’ingénieur des mines Mussy, 5 novembre 1869, f° 2 et 6.

57 Exposition universelle internationale de 1889 à Paris, Rapport général, p. 339.

58 AD Ariège, 14 M, 17 ; Statistique industrielle, département de l’Ariège, 1839.

59 AD Aveyron, 6 M, 736 ; Statistique des établissements mettant en œuvre la laine et le coton. Rapport de l’ingénieur des mines, 13 avril 1870.

60 Ibid. et AD Ariège, 14 M, 11 ; Rapport de l’ingénieur des mines Mussy, 5 novembre 1869, f° 2 et 6.

61 AD Ariège, 14 M, 11 ; Rapport de l’ingénieur des mines Mussy, 5 novembre 1869, f° 2 et 6.

62 Exposition universelle de Londres de 1862. Rapports des membres de la section française du jury international sur l’ensemble de l’exposition, publié sous la dir. de M. Michel Chevalier, Tome 5, Paris, Imp. et librairie centrales des chemins de fer, 1862, p. 82.

63 Ministère de l’agriculture et du commerce division du commerce extérieur, Exposition universelle de Londres en 1851. Liste des médailles et des mentions honorables décernées aux exposants français, Paris, Panckoucke, 1851, p. 4.

64 Exposition universelle de Londres. Liste des exposants français auxquels des médailles ont été décernées, Paris, Imp. d’Aubusson, 1851, p. 2.

65 AD Ariège, 14 M, 11 ; Rapport de l’ingénieur des mines Mussy, 5 novembre 1869, f° 6 et 7.

66 R. Cazals, Les révolutions industrielles à Mazamet, 1750-1900, op. cit., p. 114.

67 AD Ariège, 14 M, 11 ; Rapport de l’ingénieur des mines Mussy, 5 novembre 1869, f° 2, 3 et 7.

68 J. Loup, L’industrie lainière dans le Tarn, op. cit., p. 41.

69 AD Ariège, 14 M, 11 ; Rapport de l’ingénieur des mines Mussy, 5 novembre 1869, f° 2, 3 et 7.

70 Exposition universelle internationale de 1889 à Paris, Rapport général, p. 339.

71 Ibid., f° 7.

72 R. Cazals, Les révolutions industrielles à Mazamet, 1750-1900, op. cit., p. 114 et p. 157.

73 AD Lozère, 2 P, 151-154 ; Contributions directes : carnets des établissements industriels imposables aux droits de patentes. Ensemble des perceptions de la Lozère, 1846-1889.

74 F. Boulet, Un canton rural reculé du sud Aveyron à la poursuite du développement et des progrès du xixe siècle, op. cit., p. 73.

75 AD Aveyron, 8 M, 4 ; Renseignements concernant le commerce et l’industrie adressés par les sous-préfets. Remarque du sous-préfet, 1837.

76 AD Aveyron, 6 M, 736 ; Rapport du sous-préfet de Saint-Affrique au préfet de l’Aveyron, 28 février 1871.

77 F. Teisserenc, L’industrie lainière dans l’Hérault, op. cit., p. 65.

78 AD Ariège, 14 M, 11 ; Mines. Statistiques de l’industrie minérale. Tableau des établissements mettant en œuvre la laine et le coton. 1869.

79 AD Lozère, 2 P, 153 ; Contributions directes : carnets des établissements industriels imposables aux droits de patentes. Perceptions de Marvejols, 1846-1889.

80 Il ne reste guère que la filature d’Alexandre Soubries à Montferrier pour continuer de filer avec une jenny de 40 broches.

81 Comme Marfaing et Cassé à Foix.

82 On ne trouve qu’une seule jenny de 30 broches chez Vignaux à Saint-Girons.

83 AD Ariège, 14 M, 11 ; Mines. Statistiques de l’industrie minérale. Tableau des établissements mettant en œuvre la laine et le coton. 1869.

84 J.-C. Daumas, L’amour du drap. Blin & Blin. Elbeuf, 1827-1975. Histoire d’une entreprise lainière familiale, op. cit., p. 158.

85 AD Ariège, 14 M, 11 ; Rapport de l’ingénieur des mines Mussy, 5 novembre 1869, f° 3.

86 AD Ariège, 14 M, 11 ; Rapport de l’ingénieur des mines Mussy, 5 novembre 1869, f° 7.

87 F. Teisserenc, L’industrie lainière dans l’Hérault, op. cit., p. 66.

88 AD Ariège, 14 M, 19/1 ; Observations sommaires sur l’industrie et le commerce du canton de Lavelanet par Étienne Dumas, 17 mai 1819.

89 AD Aveyron, 9 M 9 ; Extrait des registres de la préfecture du département de l’Aveyron, 1er nivôse an XII.

90 AD Aveyron, 9 M 8 ; Extrait des registres de la préfecture du département de l’Aveyron, 15 thermidor an XI.

91 A. Hortus, L’industrie de la laine dans le Lodévois : étude économique et sociale (1789-1851), op. cit., p. 128-129.

92 F. Teisserenc, L’industrie lainière dans l’Hérault, op. cit., p. 105.

93 C. Saint-Pierre, L’industrie du département de l’Hérault. Études scientifiques, économiques et statistiques, op. cit., p. 214.

94 AD Aveyron, 8 M, 5 ; Commerce et industrie. Rapport et renseignements, 1862-1871 et V. Cros, L’industrie de la laine dans le Camarès au xixe siècle (1810-1908), op. cit., p. 65-66.

95 R. Cazals, Les révolutions industrielles à Mazamet, 1750-1900, op. cit., p. 120 et 173.

96 J. Loup, L’industrie lainière dans le Tarn, op. cit., p. 38-39.

97 J. Loup, L’industrie lainière dans le Tarn, op. cit., p. 46.

98 AN, C, 7318 ; Enquêtes parlementaires. Enquête sur l’industrie textile, 1904.

99 J. Loup, L’industrie lainière dans le Tarn, op. cit., p. 49 et 69.

100 R. Cazals, Les révolutions industrielles à Mazamet, 1750-1900, op. cit., p. 173.

101 C. Saint-Pierre, L’industrie du département de l’Hérault. Études scientifiques, économiques et statistiques, op. cit., p. 185.

102 AD Ariège, 14 M, 11 ; Rapport de l’ingénieur des mines Mussy, 5 novembre 1869, f° 7.

103 J. Levain, J. Rougerie et A. Straus, « Contribution à l’étude des mouvements de « longue durée » : la croissance de l’industrie lainière en France au xixe siècle : ses allures et ses déterminants », […], bull. no 12, loc. cit., p. 77.

104 « Les collets sont des cordes que l’on suspend à chaque crochet et qui sont terminées par un mousqueton auquel on attache les arcades portant les maillons et jouant séparément le rôle des lames. Chaque collet porte autant d’arcades que l’on veut. S’il n’en portait qu’une, le Jacquard ne ferait lever qu’un nombre de fils égal au nombre des crochets de la machine. », cf. P. Lamoitier et D. de Prat, Traité théorique et pratique de tissage des tissus de laine à l’usage des fabricants, compositeurs, dessinateurs, metteurs en cartes, contremaîtres, ouvriers et des écoles professionnelles de tissage, Paris et Liège, 1923, 2e éd., Librairie Polytechnique Ch. Béranger, 1930, p. 201.

105 M. Daumas, Histoire générale des techniques. 3/L’expansion du machinisme, 1725-1860, Paris, PUF/Quadrige, 1996, p. 669-682 ; P. Lamoitier et D. de Prat, Traité théorique et pratique de tissage des tissus de laine, op. cit., p. 186-211.

106 P. Lamoitier et D. de Prat, Traité théorique et pratique de tissage des tissus de laine, op. cit., p. 186-211.

107 Avec douze marches, leur largeur est déjà si faible que le tisserand doit travailler pieds nus et prendre bien garde de ne pas en actionner plusieurs à la fois.

108 AD Ariège, 14 M, 11 ; Rapport de l’ingénieur des mines Mussy, 5 novembre 1869, f° 7.

109 M. Daumas, Histoire générale des techniques, op. cit., p. 681-682.

110 AD Ariège, 14 M, 11 ; Rapport de l’ingénieur des mines Mussy, 5 novembre 1869, f° 7.

111 C. Brisson, L’industrie lainière et drapière à Elbeuf et à Louviers, Elbeuf, Syndicat patronal de l’industrie textile d’Elbeuf-Louviers et de la région, 1951, p. 29.

112 R. Cazals, Les révolutions industrielles à Mazamet, 1750-1900, op. cit., p. 114.

113 P. Lamoitier et D. de Prat, Traité théorique et pratique de tissage des tissus de laine, op. cit., p. 199-201.

114 J.-C. Daumas, Les territoires de la laine. Histoire de l’industrie lainière en France au xixe siècle, op. cit., p. 101.

115 AD Ariège, 14 M, 11 ; Mines. Statistiques de l’industrie minérale. Tableau des établissements mettant en œuvre la laine et le coton, 1869.

116 A. Hortus, L’industrie de la laine dans le Lodévois : étude économique et sociale (1789-1851), op. cit., p. 127-128.

117 Exposition universelle internationale de 1889 à Paris, Rapport général, p. 340.

118 J.-C. Daumas, Les territoires de la laine. Histoire de l’industrie lainière en France au xixe siècle, op. cit., p. 682-683. Voir en particulier le schéma de la nouvelle machine à fouler, fig. 24, p. 683.

119 AD Ariège, 14 M, 11 ; Rapport de l’ingénieur des mines Mussy, 5 novembre 1869, f° 7 et 8.

120 AD Ariège, 14 M, 11 ; Rapport de l’ingénieur des mines Mussy, 5 novembre 1869, f° 7 et 8.

121 AD Aude, 14 M, 9 ; Lettre du maire de Carcassonne au ministre de l’intérieur, 25 janvier 1826.

122 AD Ariège, 14 M, 17 ; Statistique industrielle des manufactures fabriques et usines et autres établissements capables de donner des produits ailleurs qu’à la consommation locale […], département de l’Ariège, 1825.

123 AD Ariège, 14 M, 11 ; Rapport de l’ingénieur des mines Mussy, 5 novembre 1869, f° 8.

124 AD Ariège, 14 M, 17 ; Statistique industrielle…, supra cit., 1825 et AD Ariège, 14 M, 19/2 ; Le Préfet de l’Ariège, Foix, le 18 juin 1827.

125 M. Daumas, Histoire générale des techniques, op. cit., p. 686 et G. Gayot, Les draps de Sedan, 1646-1870, op. cit., p. 429.

126 AD Aude, 14 M, 9 ; Réponses de la Chambre consultative des manufactures de Chalabre aux diverses questions de son excellence le Ministre de l’Intérieur, à la date du 6 septembre 1825, reçues par l’entremise de M. le Maire de la même ville Président de ladite chambre, 17 décembre 1825.

127 M. Daumas, Histoire générale des techniques, op. cit., p. 684-687.

128 AD Aveyron, 9 M, 8 ; Préfecture de l’Aveyron, Fabrication de machines, 7 novembre 1825.

129 AD Aveyron, 6 M, 736 ; Statistique des établissements mettant en œuvre la laine et le coton. Rapport de l’ingénieur des mines, 13 avril 1870.

130 AD Aude, 14 M, 9 ; Réponses de la Chambre consultative des manufactures de Chalabre aux diverses questions de son excellence le Ministre de l’Intérieur, à la date du 6 septembre 1825, reçues par l’entremise de M. le Maire de la même ville Président de ladite chambre, 17 décembre 1825.

131 AD Aude, 14 M, 9 ; Copie conforme signée du maire de Limoux d’un extrait du registre des délibérations de la Chambre consultative des manufactures arts et métiers établie à Limoux, 25 octobre 1825.

132 A. Hortus, L’industrie de la laine dans le Lodévois : étude économique et sociale (1789-1851), op. cit., p. 126.

133 AD Ariège, 14 M, 11 ; Rapport de l’ingénieur des mines Mussy, 5 novembre 1869, f° 3.

134 M. Lévy-Leboyer, Les banques européennes et l’industrialisation internationale dans la première moitié du xixe siècle, op. cit., p. 97.

135 AD Ariège, 14 M, 11 ; Rapport de l’ingénieur des mines Mussy, 5 novembre 1869, f° 8.

136 AD Ariège, 14 M, 19/1, no 10 et 11 ; Réponses à un questionnaire pour les manufactures de Dumas et de Dastis, 1819.

137 J.-C. Daumas, Les territoires de la laine. Histoire de l’industrie lainière en France au xixe siècle, op. cit., p. 33-35.

138 Ibid., p. 139-141.

139 AD Ariège, 14 M, 11 ; Rapport de l’ingénieur des mines Mussy, 5 novembre 1869, f° 5.

140 AD Ariège, 14 M, 18/2 ; Situations trimestrielles, Causes des augmentations et des diminutions, 2e trimestre 1863.

141 Ibid., 3e trimestre 1864.

142 AD Ariège, 14 M, 18/3 ; Situations trimestrielles, Observations, 3e trimestre 1867.

143 D’après les comparaisons effectuées entre les observations faites pour le 4e trimestre 1870 et le 3e trimestre 1871 (cf. AD Ariège, 14 M, 18/3 ; Situations trimestrielles).

144 AD Ariège, 14 M, 11 ; Rapport de l’ingénieur des mines Mussy, 5 novembre 1869, f° 8 et 9.

145 Ibid., f° 1.

146 M. Chevalier, La vie humaine dans les Pyrénées ariégeoises, op. cit., p. 933.

147 C. Saint-Pierre, L’industrie du département de l’Hérault. Études scientifiques, économiques et statistiques, op. cit., p. 175.

148 R. Cazals, Les révolutions industrielles à Mazamet, 1750-1900, op. cit., p. 168.

149 AD Ariège, 14 M, 18/2 ; Lettre du maire de Lavelanet au préfet de l’Ariège, 26 août 1863.

150 AD Ariège, 14 M, 11 ; Rapport de l’ingénieur des mines Mussy, 5 novembre 1869, f° 8 et 9.

151 F. Teisserenc, L’industrie lainière dans l’Hérault, op. cit., p. 102.

152 B. Evans, La transition industrielle dans le canton de Mirepoix, 1789-1914, Mémoire de maîtrise, Université de Toulouse II-Le Mirail, 2004, p. 147.

153 Voir à ce sujet les quelques pages très denses de Jérôme Bonhôte dans : CAUE du Tarn, Massaguel et Verdalle au fil du Sant, Albi, Un Autre Reg’Art, 2007, p. 30-35 et CAUE du Tarn, Dourgne, Albi, Un Autre Reg’Art, 2007, p. 29.

154 En dehors des archives citées ci-dessous, voir C. Marquié, « Le patronat du textile carcassonnais aux xixe et xxe siècles : de la filature au tri de chiffons (1812-1990) » in Bulletin de la SESA, 1999, p. 149-158 et C. Marquié, « Quelques industries carcassonnaises à la fin du xixe siècle (1880-1914) » in Bulletin de la SESA, 1984, p. 75-86.

155 AN, F12, 4484 ; Préfecture de l’Aude. Situation industrielle 2e trimestre 1876 ; ibid., Préfecture de l’Aude. Situation industrielle 4e trimestre 1884 ; ibid., Préfecture de l’Aude. Situation industrielle année 1887.

156 R. Cazals, Les révolutions industrielles à Mazamet, 1750-1900, op. cit., p. 168.

157 Mussy nous indique en 1869 que « la matière première est de la laine d’Amérique introduite dans le pays depuis 4 ou 5 ans à laquelle on mélange un peu de laine des Corbières et des hautes montagnes de l’Ariège » ce qui tendrait à indiquer une introduction des nouveaux produits vers 1864 ou 1865 (cf. AD Ariège, 14 M, 11 ; Rapport de l’ingénieur des mines Mussy, 5 novembre 1869, f° 5 et 6). Les statistiques industrielles ne font pas mention des laines d’Amérique avant l’introduction du délainage à Lavelanet (cf. AD Ariège, 14 M, 18/3 ; Situations trimestrielles, Observations, 4e trimestre 1868) ; en revanche, dès le premier trimestre 1864 il est indiqué que « les matières premières abondent à des prix très avantageux » et au second trimestre de la même année, les « matières sont [toujours] très abondantes, les prix à peu près invariables » (cf. AD Ariège, 14 M, 18/2 ; Situations trimestrielles, Causes des augmentations et des diminutions, 1er et 2e trimestre 1864). À partir du second trimestre de 1866, il est fait mention à nouveau de la baisse du coût des matières premières et de leur « bon marché » (cf. AD Ariège, 14 M, 18/2 ; Situations trimestrielles, Causes des augmentations et des diminutions, 2e trimestre 1866 et sq) ; il est plus que probable que cette modification structurelle – dans l’abondance des laines et leur faible coût – soit due à l’introduction des laines d’Amérique.

158 C. Saint-Pierre, L’industrie du département de l’Hérault. Études scientifiques, économiques et statistiques, op. cit., p. 175.

159 AD Ariège, 14 M, 11 ; Rapport de l’ingénieur des mines Mussy, 5 novembre 1869, f° 6 ; R. Cazals, Les révolutions industrielles à Mazamet, 1750-1900, op. cit., p. 166-168.

160 D. Woronoff, Histoire de l’industrie en France du xvie siècle à nos jours, Paris, Seuil, 1994, p. 336.

161 R. Cazals, Les révolutions industrielles à Mazamet, 1750-1900, op. cit., p. 168.

162 M. Chevalier, La vie humaine dans les Pyrénées ariégeoises, op. cit., p. 934.

163 A. Pawlowski, L’industrie textile française, Paris, J. Ch. et A. Brun, 1925, p. 141.

164 AD Ariège, 14 M, 11 ; Rapport de l’ingénieur des mines Mussy, 5 novembre 1869, f° 6.

165 AD Ariège, 14 M, 18/3 ; Situations trimestrielles, Observations, 4e trimestre 1868 : « L’emploi des laines d’Amérique a créé de nouvelles catégories de travail en provoquant l’établissement d’ateliers de dépouillement et de préparation des toisons ».

166 AD Ariège, 14 M, 18/4 ; Situations trimestrielles, Observations, 3e trimestre 1878.

167 AD Ariège, 14 M, 11 ; Rapport de l’ingénieur des mines Mussy, 5 novembre 1869, f° 6.

168 R. Cazals, Les révolutions industrielles à Mazamet, 1750-1900, op. cit., p. 192-194.

169 M. Chevalier, La vie humaine dans les Pyrénées ariégeoises, op. cit., p. 937.

170 A. Pawlowski, L’industrie textile française, op. cit., p. 143.

171 J. Levain, J. Rougerie et A. Straus, « Contribution à l’étude des mouvements de « longue durée » : la croissance de l’industrie lainière en France au xixe siècle : ses allures et ses déterminants », […], bull. no 12, loc. cit., Graphique no 2 et p. 65.

172 AD Aveyron, 6 M, 736 ; Statistique des établissements mettant en œuvre la laine et le coton. Rapport de l’ingénieur des mines, 13 avril 1870.

173 Y. Pourcher, La trémie et le rouet. Moulins, industrie textile et manufactures de Lozère à travers leur histoire, op. cit., p. 168.

174 AD Lozère, M, 4173 ; Rapport sur la situation industrielle et commerciale, arrondissement de Marvejols, 1885.

175 AD Aveyron, 6 M, 736 ; Statistique des établissements mettant en œuvre la laine et le coton. Rapport de l’ingénieur des mines, 13 avril 1870.

176 C. Saint-Pierre, L’industrie du département de l’Hérault. Études scientifiques, économiques et statistiques, op. cit., p. 175.

177 J. Levain, J. Rougerie et A. Straus, « Contribution à l’étude des mouvements de « longue durée » : la croissance de l’industrie lainière en France au xixe siècle : ses allures et ses déterminants », […], bull. no 12, loc. cit., p. 82.

178 Ministère du commerce, de l’industrie et des colonies, Exposition universelle internationale de 1889 à Paris, Rapport général par M. Alfred Picard inspecteur général des ponts et chaussées président de section au Conseil d’État, Tome cinquième, Le mobilier, les tissus et les vêtements (Groupes III et IV de l’Exposition universelle internationale de 1889), Paris, Imprimerie nationale, 1891, p. 343.

179 M. Blin, Exposition universelle internationale de 1878 à Paris. Les fils et tissus de laine cardée, op. cit., p. 16.

180 S. Chassagne, Le coton et ses patrons. France. 1760-1840, Paris, EHESS, 1992, p. 395.

181 Ainsi « en dix ans, au fil de l’eau, un manteau de « mécaniques » s’étendit brutalement sur les campagnes sedanaises » : G. Gayot, Les draps de Sedan, 1646-1870, op. cit., p. 176.

182 A. Hortus, L’industrie de la laine dans le Lodévois : étude économique et sociale (1789-1851), op. cit., p. 130-135.

183 R. Cazals, Les révolutions industrielles à Mazamet, 1750-1900, op. cit., p. 86-87.

184 A. Serrano, L’industrie textile en Pays d’Olmes au xixe siècle, Mémoire de maîtrise d’histoire, Université de Toulouse II-Le Mirail, 1997, p. 110 et p. 113-118.

185 A. Hortus, L’industrie de la laine dans le Lodévois : étude économique et sociale (1789-1851), op. cit., p. 131-133.

186 AD Aveyron, 9 M, 8 ; Procès-verbal de vérification de mise en activité des mécaniques achetées par Grand-Pilande à Douglas, 24 mai 1809.

187 A. Hortus, L’industrie de la laine dans le Lodévois : étude économique et sociale (1789-1851), op. cit., p. 121.

188 C. Brisson, L’industrie lainière et drapière à Elbeuf et à Louviers, op. cit., p. 29 ; J.-C. Daumas, Les territoires de la laine. Histoire de l’industrie lainière en France au xixe siècle, op. cit., p. 100.

189 A. Hortus, L’industrie de la laine dans le Lodévois : étude économique et sociale (1789-1851), op. cit., p. 129-135.

190 AD Aveyron, 9 M, 8 ; Préfecture de l’Aveyron, Fabrication de machines, 7 novembre 1825.

191 A. Hortus, L’industrie de la laine dans le Lodévois : étude économique et sociale (1789-1851), op. cit., p. 121-135.

192 R. Cazals, Les révolutions industrielles à Mazamet, 1750-1900, op. cit., p. 99-100.

193 AD Ariège, 14 M, 11 ; Mines. Statistiques de l’industrie minérale. Tableau des établissements mettant en œuvre la laine et le coton, 1869.

194 F. Boulet, Un canton rural reculé du sud Aveyron à la poursuite du développement et des progrès du xixe siècle, op. cit., p. 113.

195 V. Cros, L’industrie de la laine dans le Camarès au xixe siècle (1810-1908), op. cit.

196 A. Hortus, L’industrie de la laine dans le Lodévois : étude économique et sociale (1789-1851), op. cit., p. 135.

197 F. Teisserenc, L’industrie lainière dans l’Hérault, op. cit., p. 105 ; Y. Pourcher, La trémie et le rouet. Moulins, industrie textile et manufactures de Lozère à travers leur histoire, op. cit., p. 174 et 177.

198 AD Lozère, 32 S, 2 ; Enregistrement des machines à vapeur, 1833-1885.

199 Y. Pourcher, La trémie et le rouet. Moulins, industrie textile et manufactures de Lozère à travers leur histoire, op. cit., p. 177.

200 AD Aude, 14 M, 9 ; Lettre du maire de Chalabre au sous-préfet de Limoux, 30 août 1822.

201 AD Aude, 14 M, 9 ; Lettre du sous-préfet de Limoux au préfet de l’Aude, 18 juin 1825.

202 Les fabricants de Carcassonne alimentent alors les fabriques du Tarn et de l’Hérault en fil cardé (AD Aude, 14 M, 9 ; Rapport du préfet de l’Aude au ministre de l’intérieur, 1er novembre 1825).

203 AD Ariège, 16 J, 19 ; Registre des ouvriers à domicile travaillant pour le compte de la filature : tisserands, (1855-1862) ; AD Ariège, 16 J, 20 ; Ibid., (1862-1864) ; AD Ariège, 16 J, 21 ; Ibid., (1857-1863).

204 AD Aude, 14 M, 9 ; Lettre du sous-préfet de Limoux au préfet de l’Aude, 18 juin 1825.

205 AD Aveyron, 6 M, 736 ; Industries : statistiques industrielles, salaires des ouvriers (sauf pour les industries extractives et métallurgiques). Industrie. Dénombrement décennal. Arrondissement d’Espalion. Année 1860.

206 AD Aveyron, 6 M, 736 ; Industries : statistiques industrielles, salaires des ouvriers (sauf pour les industries extractives et métallurgiques). Industrie. Dénombrement décennal. Arrondissement de Saint-Affrique. Année 1860.

207 J. Levain, J. Rougerie et A. Straus, « Contribution à l’étude des mouvements de « longue durée » : la croissance de l’industrie lainière en France au xixe siècle : ses allures et ses déterminants », […], bull. no 12, loc. cit., p. 77.

208 AD Aveyron, 6 M, 736 ; Statistique des établissements mettant en œuvre la laine et le coton. Rapport de l’ingénieur des mines, 13 avril 1870.

209 V. Cros, L’industrie de la laine dans le Camarès au xixe siècle (1810-1908), op. cit., p. 65 ; voir aussi les travaux de Florian Boulet pour les premiers regroupements d’ouvriers en Aveyron : F. Boulet, Un canton rural reculé du sud Aveyron à la poursuite du développement et des progrès du xixe siècle, op. cit., p. 74-75.

210 On commence à regrouper les ouvriers dans des ateliers (R. Cazals, Les révolutions industrielles à Mazamet, 1750-1900, op. cit., p. 116-121).

211 AD Lozère, 2 P, 153 ; Contributions directes : carnets des établissements industriels imposables aux droits de patentes. Perceptions de Marvejols, 1846-1889.

212 AD Aude, 14 M, 9 ; Lettre du sous-préfet de Limoux au préfet de l’Aude, 18 juin 1825.

213 A. Hortus, L’industrie de la laine dans le Lodévois : étude économique et sociale (1789-1851), op. cit.

214 J. Levain, J. Rougerie et A. Straus, « Contribution à l’étude des mouvements de « longue durée » : la croissance de l’industrie lainière en France au xixe siècle : ses allures et ses déterminants », in Recherches et travaux, Institut d’histoire économique et sociale de l’université de Paris I-Panthéon-Sorbonne, déc. 1984, bull. no 13, p. 66.

215 AD Aveyron, 6 M, 736 ; Statistique des établissements mettant en œuvre la laine et le coton. Rapport de l’ingénieur des mines, 13 avril 1870.

216 Les enquêtes industrielles postérieures à la période qui nous intéresse et concernant les années 1890 le montrent bien.

217 A. Dewerpe, Le monde du travail en France, 1800-1850, Paris, A. Colin, 1989, p. 34.

218 C. Marquié, « En Languedoc : des manufactures royales aux usines (1666-1954) », loc. cit., p. 140-143.

219 Acte de vente, 16 octobre 1812, Peyre notaire à Carcassonne.

220 AN, F12, 6733 ; Évaluation des immeubles compris dans l’apport social de la société anonyme de la Trivalle par Sargines Champagne, architecte du département de l’Aude et Cayrol, architecte de la mairie de Carcassonne, 10 janvier 1847

221 AN, F12, 6733 ; Statuts de la Compagnie de la manufacture de la Trivalle de Carcassonne, Carcassonne, Imp. Labau, 1847. Exemplaire visé au Conseil d’État le 8 novembre 1848.

222 AD Ariège, 14 M, 19/1 ; Lettre de Dumas au préfet, 10 mai 1819.

223 « Le sieur Dastis, qui a été longtemps l’associé du S. Dumas […] », AD Ariège, 14 M, 19/1 ; Rapport […] sur les objets envoyés au concours pour l’Exposition du 25 août, 27 juillet 1819, f° 12.

224 Si la totalité de la fortune de l’épouse est engloutie dans l’affaire, aucune aide ne vient de la famille, en particulier de son beau-frère (AD Ariège, 6 U, 880 ; Inventaire des biens d’Ambroise Authié, 1829).

225 AD Ariège, 6 U, 880 ; Bilan des affaires commerciales d’Ambroise Authié, 30 juin 1829.

226 « […] cet établissement qui tient le second rang, parmi ceux existant à Lavelanet : il ne diffère en rien de celui du S. Dumas », AD Ariège, 14 M, 19/1 ; Rapport demandé par la circulaire de Son Excellence du 26 janvier 1819 […] sur les objets envoyés au concours pour l’Exposition du 25 août, 27 juillet 1819, f° 12.

227 AD Ariège, 14 M, 19/1, no 10 ; Observations sommaires sur l’industrie et le commerce du canton de Lavelanet, présentées par Étienne Dumas, fabricant de draps à Lavelanet, membre du jury nommé par l’arrêté préfectoral du 17 mai 1819, 1819.

228 AD Ariège, 14 M, 17 ; Statistique industrielle des manufactures fabriques et usines et autres établissements capables de donner des produits ailleurs qu’à la consommation locale […], département de l’Ariège, 1825.

229 Du fait de la nature de la production tournée au moins pour partie en direction des draps de troupe.

230 AD Aveyron, 7 U, 37 ; Tribunal de commerce de Saint-Affrique. Répertoire des minutes des jugements et actes du greffe 1850-1937.

231 AD Aveyron, 7 U, 50 ; Acte de la société en nom collectif entre les trois frères Delure : David, Daniel et Gens et Eugène Grand, 17 juillet 1849.

232 AD Aveyron, 7 U, 50 ; Acte de la société en nom collectif « Delure, Grand et Poujol », 22 janvier 1868.

233 AD Aveyron, 7 U, 50 ; Acte de création de la société en nom collectif « Rachou l’aîné Grand et compagnie », 10 octobre 1841.

234 AD Aveyron, 7 U, 50 ; Acte modificatif de la société en nom collectif « Rachou l’aîné Grand et compagnie », 21 novembre 1861.

235 AD Aveyron, 7 U, 50 ; Acte de création de la société en nom collectif « Mazarin et compagnie », 26 avril 1860.

236 AD Aveyron, 7 U, 50 ; Acte de création de la société en nom collectif « Mazarin Rachou frères », 6 avril 1864.

237 AD Aveyron, 7 U, 50 ; Acte de création de la société en nom collectif « Rachou frères », 3 mars 1868.

238 L’ouvrier des champs ne régresse pas forcément car le développement des territoires les plus dynamiques continue de s’accompagner du recrutement d’une main-d’œuvre occupée dans l’espace rural.

239 AD Aude, 14 M, 9 ; Lettre du maire de Limoux au sous-préfet de Limoux, 13 août 1822.

240 G. Noiriel, Les ouvriers dans la société française, xixe- xxe siècle, Paris, Seuil, 1986, 44-55.

241 AD Aude, 14 M, 15 ; Lettre du sous-préfet de Castelnaudary au préfet de l’Aude, 13 décembre 1856.

242 Cette démarche reposant sur une pratique individualiste tient aussi à l’échec de tous les projets de cités ouvrières ayant ralenti le développement de comportements collectifs.

243 AN, C, 3022, Enquête sur la situation des classes ouvrières, 1872-1875. Résumé des réponses aux questionnaires par département. Département du Tarn.

244 AN, C, 3023 ; Enquête sur la situation des classes ouvrières, 1872-1875. Résumé des réponses aux questionnaires par département. Département de l’Ariège.

245 AN, C, 3021 ; Enquête sur la situation des classes ouvrières, 1872-1875. Résumé des réponses aux questionnaires par département. Département de l’Hérault.

246 AN, C, 3022 ; Enquête sur la situation des classes ouvrières, 1872-1875. Résumé des réponses aux questionnaires par département. Département de l’Aude.

247 AN, C, 3022 ; Enquête sur la situation des classes ouvrières, 1872-1875. Résumé des réponses aux questionnaires par département. Département du Tarn.

248 Ibid. Département de l’Aveyron.

249 AN, C, 3023 ; Enquête sur la situation des classes ouvrières, 1872-1875. Résumé des réponses aux questionnaires par département. Département des Basses-Pyrénées.

250 AN, C, 3022 ; Enquête sur la situation des classes ouvrières, 1872-1875. Résumé des réponses aux questionnaires par département. Département de la Lozère.

251 Ibid. Département du Tarn.

252 Ibid. Département de l’Aveyron.

253 AD Hérault, 6 M, 1646 ; Lettre du sous-préfet de Lodève au préfet de l’Hérault, 17 octobre 1876.

254 AD Hérault, 9 M, 10 ; Lettre du préfet de l’Hérault au ministre de l’intérieur, 8 janvier 1859.

255 Ibid. Lettre du sous-préfet de Lodève au préfet de l’Hérault, 6 janvier 1857.

256 Ibid.

257 Ibid.

258 AD Hérault, 9 M, 9 ; Lettre du sous-préfet de Lodève au préfet de l’Hérault, 14 octobre 1857.

259 AD Hérault, 9 M, 10 ; Lettre du préfet de l’Hérault au ministre de l’agriculture et du commerce, 28 janvier 1858.

260 Ibid. ; Lettre du sous-préfet de Lodève au préfet de l’Hérault, 6 janvier 1857.

261 AD Aude, 14 M, 19 ; Lettre de Paul Airolles, maire de Carcassonne, au préfet de l’Aude, 24 mai 1817.

262 On imagine mal qu’elle a pu être la vie ouvrière dans ces conditions dans une petite ville ne disposant pas des capacités, pour un temps si court, de logements nécessaires et adaptés. La situation sanitaire, en particulier, devait être des plus précaires.

263 AN, C, 3021 ; Enquête sur la situation des classes ouvrières, 1872-1875. Résumé des réponses aux questionnaires par département. Département de l’Hérault.

264 AN, C, 3022, Enquête sur la situation des classes ouvrières, 1872-1875. Résumé des réponses aux questionnaires par département. Département du Tarn.

265 AN, C, 7318 ; Chambre de commerce de Castres. Réponse au questionnaire de la commission d’enquête de la Chambre des députés sur l’industrie textile, 1904.

266 A. Dewerpe, Le monde du travail en France, 1800-1850, Paris, A. Colin, 1989, p. 34-35.

267 C. Willard, La France ouvrière. Histoire de la classe ouvrière et du mouvement ouvrier français, t. 1, Des origines à 1920, C. Willard (dir.), Paris, Les Éditions de l’Atelier/Les Éditions Ouvrières, 1995, p. 78 et sq.

268 R. Cazals, Les révolutions industrielles à Mazamet, 1750-1900, op. cit., p. 149.

269 Ibid., p. 233-236.

270 R. Cazals, Avec les ouvriers de Mazamet dans la grève et l’action quotidienne, 1909-1914, Paris, Maspero, 1978, p. 53-57 et p. 67 et sq.

271 J. Sagnes, Le mouvement ouvrier en Languedoc, op. cit., p. 84 et p. 213.

272 Ibid., p. 213-214.

273 AN, C, 3021 ; Enquête sur la situation des classes ouvrières, 1872-1875. Résumé des réponses aux questionnaires par département. Département de l’Hérault.

274 Comme l’attestent les études menées ailleurs s’appuyant sur l’analyse des minutes des jugements des Prud’hommes, recherches qui restent à mener pour notre zone d’étude (D. Terrier, Les deux âges de la proto-industrie. Les tisserands du Cambrésis et du Saint-Quentinois, 1730-1880, Paris, EHESS, 1996, p. 209 et sq.).

275 D. Ligou, Montauban à la fin de l’Ancien Régime et aux débuts de la Révolution, 1787-1794, op. cit., p. 592.

276 F.-E. Manuel, « L’introduction des machines en France et les ouvriers. La grève des tisserands de Lodève en 1845 », in Revue d’Histoire moderne, 1935, no 18, p. 221-222.

277 M. Chevalier, La vie humaine dans les Pyrénées ariégeoises, op. cit., p. 737-742.

278 AN, C, 3023 ; Enquête sur la situation des classes ouvrières, 1872-1875. Résumé des réponses aux questionnaires par département. Département des Basses-Pyrénées.

279 AD Aude, 14 M 11 ; Lettre du préfet de l’Aude au ministre de l’intérieur et du commerce, 9 février 1835.

280 AD Aude, 14 M 11 ; Pétition des maîtres et ouvriers tisserands de draps au préfet de l’Aude, 31 janvier 1835.

281 Ibid. ; Lettre du ministre de l’intérieur et du commerce au préfet de l’Aude, 20 février 1835.

282 Ibid. ; Lettre du préfet de l’Aude au ministre de l’intérieur et du commerce, 5 mars 1835.

283 Ibid., 27 mars 1835.

284 F. Jarrige, Au temps des « tueuses de bras ». Les bris de machines à l’aube de l’ère industrielle, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2009, passim.

285 G. Bourgin et H. Bourgin, Les patrons, les ouvriers et l’État. Le régime de l’industrie en France de 1814-1830, Paris, Picard, 1912 et 1941 ; O. Festy, Le mouvement ouvrier au début de la monarchie de Juillet (1830-1834), Paris, E. Cornély, 1908 ; E. Tarlé, La classe ouvrière en France dans la première période de la fabrication mécanique (1815-1831), Moscou-Léningrad, Éditions en langues étrangères, 1928.

286 F. Jarrige, Au temps des « tueuses de bras ». Les bris de machines à l’aube de l’ère industrielle, op. cit., p. 76-82.

287 L. Bergeron, « Douglas, Ternaux, Cockerill aux origines de la mécanisation de l’industrie lainière en France », loc. cit., p. 77.

288 AD Hérault, 9 M, 4 ; Lettre du maire de Bédarieux au sous-préfet de Béziers, 18 décembre 1811.

289 Ibid. ; Lettre du sous-préfet de Béziers au préfet de l’Hérault, 21 décembre 1811.

290 F.-E. Manuel, « L’introduction des machines en France et les ouvriers. La grève des tisserands de Lodève en 1845 », loc. cit., p. 211-212.

291 Dont on sait qu’au moins cinq assortiments complets sont livrés en 1816 (L. Bergeron, « Douglas, Ternaux, Cockerill aux origines de la mécanisation de l’industrie lainière en France », loc. cit., p. 78).

292 F.-E. Manuel, « L’introduction des machines en France et les ouvriers. La grève des tisserands de Lodève en 1845 », loc. cit., p. 212.

293 R. Cazals, Les révolutions industrielles à Mazamet, 1750-1900, op. cit., p. 157-161.

294 L’introduction des machines à tondre, leur geste était perdu même si la machine, réalisant le fonctionnement mécanisé des forces, ne modifiait pas la structure de l’outil. Les tondeuses transversales bouleversent cette structure par le remplacement des forces par une lame hélicoïdale (M. Daumas, Histoire générale des techniques, op. cit., p. 684-687).

295 Car, si les machines ont fini par être adoptées en premier par les manufacturiers de Sedan, Louviers et Elbeuf, pour gagner ensuite les villes du nord du royaume, cela ne s’est pas fait sans heurts (AD Hérault, 9 M, 4 ; Lettre du ministre de l’Intérieur au préfet de l’Hérault, 10 février 1819).

296 AD Hérault, 9 M, 4 ; Lettre du sous-préfet de Lodève au préfet de l’Hérault, 19 avril 1821.

297 Ibid. ; Arrêté du sous-préfet de Lodève, 19 avril 1821.

298 Ibid. ; Lettre du préfet de l’Hérault au sous-préfet de Lodève, 23 avril 1821.

299 F.-E. Manuel, « L’introduction des machines en France et les ouvriers. La grève des tisserands de Lodève en 1845 », loc. cit., p. 213.

300 Comme le prouve sa réponse à la lettre du préfet du 23 avril, avant même que les événements ne se produisent (AD Hérault, 9 M, 4 ; Lettre du sous-préfet de Lodève au préfet de l’Hérault, 27 avril 1821).

301 F.-E. Manuel, « L’introduction des machines en France et les ouvriers. La grève des tisserands de Lodève en 1845 », loc. cit., p. 214.

302 C. H. Johnson, The Life and Death of Industrial Languedoc, 1700-1920, op. cit.

303 F.-E. Manuel, « L’introduction des machines en France et les ouvriers. La grève des tisserands de Lodève en 1845 », loc. cit., p. 371.

304 G. Gayot, Les draps de Sedan, 1646-1870, op. cit., p. 190.

305 D. Ligou, Montauban à la fin de l’Ancien Régime et aux débuts de la Révolution, 1787-1794, op. cit., p. 592.

306 R. Cazals, Les révolutions industrielles à Mazamet, 1750-1900, op. cit., p. 152-161.

307 F.-E. Manuel, « L’introduction des machines en France et les ouvriers. La grève des tisserands de Lodève en 1845 », loc. cit., p. 214-215.

308 Ibid., p. 221-222.

309 Ibid., p. 223.

310 Ibid., p. 352-354.

311 Ibid., p. 354-356.

312 Ibid., p. 361.

313 Ibid., p. 366-369.

314 Aussi dramatique soit-il, ce soulèvement révèlerait aussi, selon l’auteur, la conjonction de la défaveur de l’État français et pareillement du consommateur qui se stimulent mutuellement et catalysent l’inévitable processus de déclin.

315 C. H. Johnson, The Life and Death of Industrial Languedoc, 1700-1920, op. cit., p. 120.

316 Ibid., p. 135.

317 Ibid., p. 136.

318 Ibid., p. 141.

319 Ibid., p. 146.

320 Ibid., p. 148.

321 J. Faury et R. Cazals, « Industrie, suffrage universel, instruction publique : grandes conquêtes du xixe siècle (1815-vers 1880) », in R. Cazals (dir.), Histoire de Castres, Mazamet, la montagne, op. cit., p. 216-217.

322 R. Cazals, Les révolutions industrielles à Mazamet, 1750-1900, op. cit., p. 160.

323 J. Faury et R. Cazals, « Industrie, suffrage universel, instruction publique : grandes conquêtes du xixe siècle (1815-vers 1880) », supra cit., p. 217.

324 J. Faury, Cléricalisme et anticléricalisme dans le Tarn (1848-1900), Toulouse, Association des publications de l’université de Toulouse-Le Mirail, 1980, p. 417.

325 F.-E. Manuel, « L’introduction des machines en France et les ouvriers. La grève des tisserands de Lodève en 1845 », in Revue d’Histoire moderne, 1935, no 18, p. 363.

326 J. Nicolas, La rébellion française. Mouvements populaires et conscience sociale, 1661-1789, Paris, Seuil, 2002 ; W. M. Reddy, The Rise of Market Culture. The Textile Trade and French Society, 1750-1900, Cambridge/Paris, Cambridge University Press/Éditions de la MSH, 1984.

327 F.-E. Manuel, « L’introduction des machines en France et les ouvriers. La grève des tisserands de Lodève en 1845 », loc. cit., p. 353.

328 R. Trempé, Les mineurs de Carmaux (1848-1914), Paris, Éditions ouvrières, 1971.

329 F.-E. Manuel, « L’introduction des machines en France et les ouvriers. La grève des tisserands de Lodève en 1845 », loc. cit., p. 366.

330 C. H. Johnson, The Life and Death of Industrial Languedoc, 1700-1920, op. cit., p. 259.

331 J. Faury, Cléricalisme et anticléricalisme dans le Tarn (1848-1900), op. cit., p. 416-418.

332 C. H. Johnson, The Life and Death of Industrial Languedoc, 1700-1920, op. cit., p. 258-259.

333 J. Sagnes, Le mouvement ouvrier en Languedoc. Syndicalistes et socialistes de l’Hérault de la fondation des bourses du travail à la naissance du parti communiste, Toulouse, Privat, 1980, p. 34.

334 AN, C, 3022 ; Enquête sur la situation des classes ouvrières, 1872-1875. Résumé des réponses aux questionnaires par département. Département du Tarn.

335 AN, C, 3021 ; Enquête sur la situation des classes ouvrières, 1872-1875. Résumé des réponses aux questionnaires par département. Département de l’Hérault.

© CNRS Éditions, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540