Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'industrie invisible

 | 
Jean-Michel Minovez

Partie I. Le temps des effondrements et des adaptations, Années 1780-Années 1870

Vers l’individualisation des trajectoires, vers 1830-vers 1870

Texte intégral

  • 1 J.-P. Daviet, Nouvelle histoire économique de la France contemporaine. L’économie de la France pré (...)
  • 2 M. Lévy-Leboyer, Les banques européennes et l’industrialisation internationale dans la première mo (...)
  • 3 AD Aude, 14 M, 2 ; Rapport du vice-président de la Chambre de Commerce de Carcassonne au ministre (...)
  • 4 J.-C. Daumas, Les territoires de la laine. Histoire de l’industrie lainière en France au xixe sièc (...)
  • 5 A. Hortus, L’industrie de la laine dans le Lodévois : étude économique et sociale (1789-1851), op. (...)

1Le rétablissement partiel des manufactures du Midi sous la Restauration est profondément remis en cause par la crise de 1828-1832. Véritable dépression cyclique, aux origines aussi bien industrielles qu’agricoles, elle provoque la surproduction dans l’industrie textile1. Les grands territoires de la laine du Midi tournés vers le marché civil sont durement frappés. De nombreux établissements ferment leurs portes. Une trentaine de maisons chutent à Castres et à Mazamet2. À Carcassonne, les autorités pensent déceler, dans la place et au sein de sa zone d’influence, la fin de toutes les entreprises de draps d’une certaine ampleur3. Déjà affectées par les difficultés dans la grande draperie, les manufactures du département de l’Aude ne réalisent plus en 1833 que neuf à 12 millions de francs de chiffre d’affaires contre presque 20 millions en 18204. Seul l’Hérault connaît un âge d’or, sous la Monarchie de Juillet, grâce aux commandes militaires5.

  • 6 M. Lévy-Leboyer, Les banques européennes et l’industrialisation internationale dans la première mo (...)

2Le Midi n’aurait alors eu d’autre choix pour survivre que de dégrader ses produits et de se spécialiser dans la fabrication pour les arsenaux et la troupe6. En réalité, certains territoires de la laine ne l’ont même pas tenté tels les Hautes-Pyrénées et dans une moindre mesure les Basses-Pyrénées et la Haute-Garonne ; ils ont progressivement abandonné la draperie pour se reconvertir dans la bonneterie. Là où la draperie reste puissante, Castres, Mazamet, Lavelanet, Chalabre et Limoux, poursuivent leur développement grâce à une adaptation constante aux besoins du marché civil.

3Face à la saturation du commerce du drap uni, cher et fin, les centres du Midi développent la fabrication de cuirs-laine, ciblant une production moins fine que les draps larges trop fragiles face à la concurrence. La prospérité des centres du Midi doit alors beaucoup à ce type de tissu. C’est au cours de la Monarchie de Juillet que le Tarn et l’Hérault – essentiellement dans la zone de Saint-Pons –, et dans une moindre mesure Lavelanet, Chalabre et Limoux, se lancent dans la production de nouveautés. Produits moins durables, qui nécessitent moins d’apprêts, ils font la part belle à l’apparence, révélant une adaptation à la mode et non une volonté d’abandonner la finesse ou la qualité. Cette dernière est d’ailleurs recherchée. En effet, s’orienter « vers le commun » ne signifie par dégradation de la fabrication. La sélection des matières premières et la recherche des effets, confèrent une réelle réputation à Mazamet puis à Lavelanet. L’avenir pour les centres du Midi est donc aux produits moyens : aux « draps prolétaires » du Tarn et de l’Ariège et aux étoffes mélangées de Castres.

4Mais ces choix ne sont pas spécifiques au Midi. D’autres les ont réalisés plus tôt. La capacité à se maintenir et à se développer réside alors dans la création continue de produits nouveaux attendus par les consommateurs ainsi qu’à une volonté d’innovation dans la prospection des marchés. Tous n’y réussissent pas de la même manière ; certains entrent même, dès la Monarchie de Juillet, dans un processus récessif inéluctable ; les centres de l’Aude en fournissent le meilleur exemple.

5La différence se fait alors entre les centres qui opèrent le choix des fantaisies, dans le tissage comme dans la maille. Ailleurs les difficultés se font sentir du fait de la régression de la commande publique et de l’effondrement des marchés civils traditionnels.

La croissance dans le tissage et la maille : la victoire des fantaisies

6Les territoires dynamiques du Midi ne sont pas restés à l’écart des expériences variées d’innovation en produits. Face à la concurrence, beaucoup ont avorté. Mais, le Midi va réussir dans les domaines qu’il maîtrise de longue date : la fabrication de tissus lourds pour l’habillement masculin d’hiver. Le cuir-laine en est la plus belle illustration. Ensuite, les nouveautés et les bonneteries fantaisie l’emportent.

L’essor des nouveaux produits dans la draperie

Le lourd et le léger, le beau et le flatteur, et les nouveautés l’emportent

7Si les cuirs-laine sont le produit phare des manufacturiers du Pays d’Olmes des années 1830 jusqu’au Second Empire, l’évolution des goûts de la clientèle comme la recherche de nouveaux marchés conduisent les manufacturiers les plus dynamiques à adopter de nouvelles étoffes ; à Lavelanet, Dumas et Dastis en sont encore les meilleurs représentants. Ainsi, dans les années 1830, ils diversifient leur production lourde en adoptant la fabrication de satins. Ils tentent une timide incursion du côté des tissus légers avec les casimirs et les zéphyrs, la base de ces derniers faite de deux fils de laine à torsion peu serrée donnant des vêtements légers.

  • 7 AD Ariège, 14 M, 17 ; Statistique de la France. Département de l’Ariège, Commune de Lavelanet, 183 (...)

8Les premières nouveautés font aussi leur apparition7 :

  • 8 J.-C. Daumas, Les territoires de la laine. Histoire de l’industrie lainière en France au XIXe sièc (...)

« D’un point de vue strictement technique, la nouveauté consiste à combiner une chaîne formée de fils à la fois communs et résistants à une trame de fils plus fins, doux et élastiques, à varier à l’infini le nombre et la nature des fils, sans hésiter à utiliser les matières les plus diverses (coton, soie, cachemire, vigogne, castor, rat…), et à multiplier dessins et couleurs qu’il faut renouveler sans cesse8. »

  • 9 P. Verley, L’Échelle du monde. Essai sur l’industrialisation de l’Occident, op. cit., p. 601.

9Alors que les autres produits sont abandonnés ou demeurent marginaux dans la fabrication du Pays d’Olmes, les draps et les cuirslaine cèdent progressivement leur place aux nouveautés imitées d’Elbeuf à partir des années 1860. La force du nouveau produit, qui privilégie le confort, réside en outre – à la différence des tissus unis – dans sa variété et son adaptation à la mode, dans un contexte où le goût des consommateurs change de plus en plus rapidement. Aussi, c’est à ce moment que l’on assiste, avec un siècle de décalage, à un mouvement inverse de substitution dans les pays les plus avancés où « la “nouveauté” de laine, qui privilégie le confort » s’impose au milieu du xixe siècle comme l’indienne l’avait fait au xviiie siècle par la séduction de ses coloris9.

  • 10 R. Cazals, Les révolutions industrielles à Mazamet, 1750-1900, op. cit., p. 110-114.
  • 11 F. Teisserenc, L’industrie lainière dans l’Hérault, op. cit., p. 100-101.
  • 12 AD Aude, 14 M, 12 ; Statistique de France. Industrie. Département de l’Aude. Fabrique ou manufactu (...)
  • 13 AD Ariège, 14 M, 17 ; Statistique de la France. Département de l’Ariège, Commune de Lavelanet, 183 (...)
  • 14 AD Hérault, 9 M, 10 ; Lettre du sous-préfet de Béziers au préfet de l’Hérault, 24 juillet 1860.
  • 15 C. Brisson, L’industrie lainière et drapière à Elbeuf et à Louviers, Elbeuf, Syndicat patronal de (...)
  • 16 Exposition universelle internationale de 1889 à Paris, Rapport général, p. 339.
  • 17 C. Brisson, L’industrie lainière et drapière à Elbeuf et à Louviers, op. cit., p. 29.

10Des centres du Tarn, de l’Aveyron et de l’Hérault les avaient choisies le plus précocement dans le Midi : Mazamet en produit à partir des années 183010, Riols et Saint-Pons dès la Monarchie de Juillet11. Il en est de même à Limoux où Hyacinthe Vézian, Bonsgrabier aîné, Narcisse Dodin, Jean Roch Rouquette, Rivals cadet et Jean-François Mouisse en font un peu avant 184012. En Pays d’Olmes, des essais sont réalisés au même moment, uniquement par Jean-Baptiste Dastis qui en fabrique pour seulement 15,4 % représentant à peine 2 % de l’ensemble des tissus de Lavelanet en 183913. L’adoption du nouveau produit y paraît donc tardive, comme à Bédarieux qui ne s’y convertit qu’en 1860, juste après l’effondrement des débouchés au Levant14. Rappelons qu’à Elbeuf l’innovation est réalisée dès la fin de l’Ancien Régime. Après une interruption de 1785 à 1825, la fabrication des nouveautés a repris de plus belle ainsi qu’à Louviers15. Lors de l’exposition de 1834 « Elbeuf se fit remarquer par ses nouveautés et devint le Leeds de la France : au drap uni venait ainsi s’adjoindre le drap façonné »16. En 1842, ces derniers genres atteignaient déjà 34 000 pièces pour 51 000 d’unies pour finir par l’emporter dans les années 185017.

  • 18 R. Hubac, « L’industrie castraise », in Revue de géographie des Pyrénées et du Sud-Ouest, tome 5, (...)
  • 19 J. Loup, L’industrie lainière dans le Tarn, op. cit., p. 37-38.

11À Castres, les nouveautés de laine ne se développent vraiment qu’après la Première Guerre mondiale18. Avec les cuirs-laine, le xixe siècle, dans le Castrais, est d’abord celui des étoffes mélangées. La nouvelle orientation sera prise au lendemain de la crise de 1830 lorsqu’un certain nombre de maisons se lancent dans le tissage de serges ou sargues à chaîne en filoselle et trame en laine cardée. Cette étoffe n’est pas à proprement dit une découverte puisque le canton de Vielmur la fabriquait précédemment. Au cours du xixe siècle, sa composition évolue. La filoselle étant un produit cher, comparativement à la qualité et au prix des étoffes obtenues, on substitue le coton à la bourre de soie dans la constitution de la chaîne vers 1860. On donne alors le nom de péruvienne au nouveau produit. Peu de temps après, les effilochages sont mêlés à la laine pure permettant de fabriquer des tissus bon marché et de belle apparence19.

La diversité des nouveautés

  • 20 J. Levain, J. Rougerie et A. Straus, « Contribution à l’étude des mouvements de « longue durée » : (...)
  • 21 AD Ariège, 14 M, 17 ; Statistique industrielle de 1839, draperies de Lavelanet.

12À l’origine, toutes les manufactures du Midi se lançant dans les nouveautés se sont efforcées de copier Elbeuf dans la fabrication d’un produit cher, à Mazamet, dans l’Hérault et aussi en Pays d’Olmes ; ainsi, lorsque Elbeuf négociait ses draps à 16 francs le mètre en 1829 et à 14 francs en 184720, Dastis à Lavelanet s’essayait à une production de demi-luxe valant 14,50 francs le mètre en 183921.

  • 22 J.-C. Daumas, L’amour du drap. Blin & Blin. Elbeuf, 1827-1975. Histoire d’une entreprise lainière (...)
  • 23 J. Levain, J. Rougerie et A. Straus, « Contribution à l’étude des mouvements de « longue durée » : (...)
  • 24 R. Cazals, Les révolutions industrielles à Mazamet, 1750-1900, op. cit., p. 104, p. 107, p. 170-17 (...)

13Toutefois, passée la phase expérimentale, même si des manufactures continuent à fabriquer, comme à Saint-Pons, des nouveautés chères, les plus belles du Midi sont probablement produites en grand nombre à Mazamet jusqu’au Second Empire ; comme à Elbeuf, il s’agissait de produits de demi-luxe réservés à des consommateurs aisés22 dont le prix atteignait neuf francs le mètre en 186923. Elles auraient permis – selon Rémy Cazals – le « triomphe mazamétain à l’exposition universelle de Paris en 1878 », confirmant la réputation déjà établie depuis plusieurs décennies au point – nous dit Audiganne – de la « surnommer, sans trop la flatter, l’Elbeuf du Sud ». Les thuriféraires locaux, directement intéressés, ont su construire cette image tels les industriels Cormouls-Houlès et Alba La Source qui n’hésitaient pas à placer Mazamet dans le même « monde industriel [que] les villes si renommées de Louviers, d’Elbeuf, de Reims, de Sedan, de Verviers [et] les grands centres de manufacturiers de l’Autriche et de l’Angleterre »24.

  • 25 M. Blin, Exposition universelle internationale de 1878 à Paris. Les fils et tissus de laine cardée (...)

14Il est vrai que les exposants de la Chambre consultative des arts et manufactures de Mazamet se sont vu décerner par le jury de l’exposition de 1878 un diplôme d’honneur au même titre que les chambres de commerce d’Elbeuf, de Louviers, de Sedan, de Vienne, de Brünn, de Huddersfield (Angleterre), Verviers, West of England, du Ministère de la guerre du Danemark, du Département du commerce et de l’industrie de Saint-Pétersbourg et de la collectivité des exposants d’Orléans, attestant ainsi « une amélioration considérable dans la qualité des produits ou dans les procédés de fabrication »25.

  • 26 J.-C. Daumas, Les territoires de la laine. Histoire de l’industrie lainière en France au xixe sièc (...)
  • 27 M. Blin, Exposition universelle internationale de 1878 à Paris. Les fils et tissus de laine cardée (...)

15Aussi, la réputation de Mazamet et sa supériorité dans le Midi ne peuvent être contestées ; mais la comparaison avec Elbeuf paraît par trop flatteuse tant en matière qualitative que quantitative. En 1878, malgré son déclin, la place normande produit encore pour près de 80 millions de francs de chiffre d’affaires alors que les manufactures de la zone mazamétaine fabriquent pour 20 à 25 millions de francs26. Les progrès de la place tarnaise ont permis d’obtenir des produits dont la supériorité dans la qualité et la finesse est incontestable ; mais Elbeuf demeure celle qui propose la plus grande diversité de tissus tant en uni qu’en fantaisie à la réputation mondiale27. Le triomphe, s’il y en a un, a été éphémère, le déclin qui va suivre, tant par les volumes que par la qualité, le prouve.

  • 28 AD Ariège, 14 M, 11 ; Rapport de l’ingénieur des mines Mussy, 5 novembre 1869, f° 8 et 9.

16Le Pays d’Olmes, quant à lui, s’est spécialisé très tôt dans des fabrications intermédiaires dont le prix s’élève en moyenne à sept francs cinquante le mètre. Cela tient à la qualité des mélanges de matières dont les fibres, d’abord issues des Corbières, sont remplacées par les laines d’Amérique du Sud, en provenance de Buenos-Aires et de Montevideo. En moyenne, les laines vierges représentent trois-quarts des matières employées, le quart restant étant composé d’effilochages coûteux. Selon la qualité désirée, leur proportion varie ; la qualité supérieure de nouveautés est obtenue grâce à l’emploi des meilleures laines vierges et d’une faible proportion de laine renaissance28.

  • 29 C. Saint-Pierre, L’industrie du département de l’Hérault. Études scientifiques, économiques et sta (...)

17Dans l’Hérault, même si la gamme de la production est plus étendue allant des produits les moins chers à quatre francs le mètre jusqu’à ceux atteignant le prix très élevé de 15 francs en 1865, la masse de la production à Bédarieux, Saint-Pons, Riols et La Salvetat est représentée par une « draperie forte, solide et à bas prix ». Elle n’a ni « le moelleux [ni] la finesse que la qualité des laines permet d’obtenir dans les manufactures du Nord ». Mais les « draps sont aussi plus solides, plus forts, et, si le goût de la nouveauté, des dessins variés ne dominaient […] d’une façon si absolue, il est certain que [ces produits] seraient très recherchés à cause de leur excellente qualité »29. Là justement se situe le problème ; les nouveautés de l’Hérault ne collent pas suffisamment à la mode : elles manquent de fantaisie. Si l’on ajoute une certaine absence de souplesse, elles ne peuvent rivaliser ni avec les produits du Nord, ni même avec ceux des territoires tarnais et ariégeois.

La divergence des trajectoires dans la fabrication des tissus innovants

18Le niveau de fantaisie et de finesse et le choix de qualité des nouveautés tissées dans chacun des territoires de la laine du Midi ne sont pas sans conséquence sur leur trajectoire propre. Le Tarn et l’Ariège parviennent à fabriquer des produits répondant aux attentes des consommateurs, contrairement à l’Hérault.

La très belle réussite du Tarn

  • 30 Exposition de 1834 sur la place de la Concorde. Notice des produits de l’industrie française précé (...)

19L’originalité et les innovations sont d’abord le fait de Castres où Anne Veaute Guibal est réputé pour sa capacité d’innovation et le perfectionnement de sa fabrication. Lors des expositions de 1823 et de 1827, il présente de très beaux tissus dont un cuir-laine cachemire, un autre double mimot, un drap et un casimir zéphyr, une castorine cachemire, une flanelle mérinos et une espagnolette croisée. En 1834, il innove en proposant à l’appréciation du jury une hybérine drap, une amazone double croisé garance et un casimir double mimot : « Le drap amazone double croisé garance, est spécialement destiné à MM. les officiers de la ligne et de la cavalerie, pour les pantalons d’été. Ce drap, double croisé, d’un tissu fin et serré, remplira toutes les conditions de son emploi. L’hybérine drap est une étoffe d’hiver ; ce drap a deux faces ; l’une à poil forme l’envers, l’endroit apprêté classera l’hybérine parmi les étoffes de bonne mise. […]. Le casimir double mimot est l’article que les Anglais offrent à la consommation avec le plus grand succès. C’est l’étoffe pour pantalon d’automne, comme le drap cuir-laine est celle pour pantalon d’hiver »30.

  • 31 J. Loup, L’industrie lainière dans le Tarn, op. cit., p. 38.
  • 32 J.-C. Daumas, Les territoires de la laine. Histoire de l’industrie lainière en France au xixe sièc (...)

20Mais, ce sont surtout les tissus mélangés qui permettent à Castres de voir son industrie se développer d’une manière significative dans la durée. La croissance débutée avec les serges ou sargues, reste aussi portée par les anciens genres jusqu’au milieu du Second Empire au moins. En 1858, 11 maisons se sont lancées dans l’innovation mais 15 poursuivent l’ancienne fabrication31. Le passage aux péruviennes, au meilleur rapport qualité/prix que les sargues, fournit à la place les conditions d’une croissance rapide. Castres est alors le second centre d’industrie lainière dans le Midi avec un chiffre d’affaires de 12 millions de francs en 1863 alors que Mazamet atteint 15 millions au même moment32.

  • 33 R. Cazals, Les révolutions industrielles à Mazamet, 1750-1900, op. cit., p. 106-107.
  • 34 Impressions du sous-préfet de Castres et du procureur général cités par R. Cazals, note supra cit. (...)

21La première position revient à Mazamet dont la réussite des nouveautés et la poursuite de la fabrication de molletons et de flanelles de qualité lui permettent de devenir la première place industrielle du Midi. En 1801, son chiffre d’affaires dépasse à peine les 2 000 000 de francs, il monte à 5 400 000 en 1833 puis à 12 000 000 en 186033. Ces « rares chiffres qui surnagent dans le naufrage général de la statistique » sont corroborés par les « impressions des contemporains » qui soulignent « la prospérité extraordinaire de la région de Mazamet » à la « production considérable » et à l’accroissement de « tous ses rapports commerciaux » dans « une énorme proportion »34.

L’expansion du Pays d’Olmes

L’importance des cuirs-laine jusqu’aux années 1850

  • 35 AD Ariège, 14 M, 17 ; Statistique de la France. Département de l’Ariège, Commune de Lavelanet, Man (...)
  • 36 AD Ariège, 14 M, 19/2 ; Lettre du préfet de l’Ariège, 18 juin 1827.
  • 37 AD Ariège, 14 M, 17 ; Statistique de la France. Département de l’Ariège, Commune de Lavelanet, 183 (...)
  • 38 AD Ariège, 14 M, 11 ; Rapport de l’ingénieur des mines Mussy, 5 novembre 1869, f° 5 et AD Ariège, (...)
  • 39 M. Lévy-Leboyer, Les banques européennes et l’industrialisation internationale dans la première mo (...)
  • 40 P. Verley, L’Échelle du monde. Essai sur l’industrialisation de l’Occident, op. cit., p. 587.
  • 41 AD Ariège, 14 M, 11 ; Rapport de l’ingénieur des mines Mussy, 5 novembre 1869, f° 5.

22Les centres tarnais savent donc rebondir après la dure crise de 1830. Il en est de même à Lavelanet, malgré une croissance moins soutenue. En Pays d’Olmes, en effet, la production s’accroît, les débouchés se diversifient, le niveau d’exportation atteste la compétitivité acquise par les produits locaux avec l’apparition, pour la première fois, de ventes aux États-Unis35. Cela n’empêche pas la place industrielle de s’adapter aux conditions du marché par l’adoption progressive et décalée de nouveaux tissus. Alors que sa production, essentiellement constituée de draps larges, n’atteint que 4 000 pièces en 182736, la diversification, débutée dans les années 1820 par la fabrication de cuirs-laine, permet aux centres de fabrique du Pays d’Olmes de connaître une forte croissance. À la fin des années 1830, c’est sur ce produit, représentant environ 50 % des étoffes, que celle-ci s’effectue, sans que les draps soient abandonnés puisqu’ils totalisent toujours 40 % des tissus37. C’est après 1840 que les cuirs-laine l’emportent nettement. C’est sur eux que la croissance va pouvoir s’appuyer. Dans les années 1850, la fabrication monte à 12 000 pièces pour augmenter encore : elle atteint 20 000 unités vers 186238. Après la disparition, progressive mais presque complète, des étoffes communes et la régression des draps larges qui avaient fait la fortune de certains grands centres languedociens et gascons à l’époque moderne, les cuirs-laine trouvent leur place dans la fourniture de produits solides et aux prix en baisse à une clientèle modeste et moyenne ne voulant plus d’étoffes grossières. Ils se situent entre la belle qualité des cardés de Sedan, de Louviers et d’Elbeuf et les « draps prolétaires » de Vienne tissés surtout à base d’effilochages. La croissance de Lavelanet est facilitée par le niveau de vie en augmentation et un marché intérieur libéré par la vigoureuse reprise des exportations de lainages39. Le passage du taux d’ouverture des tissus de laine de 7 % en 1827/1834, à 11 % en 1835/1844, puis à 16 % en 1845/1854, atteignant enfin 25 % en 1855/1864 vient l’attester40. La croissance repose aussi sur une diversité des produits qui rend les cuirs-laine accessibles à la population modeste des campagnes et, a fortiori, aux classes moyennes, comme le démontrent les prix qui oscillent entre cinq et huit francs le mètre vers 186041.

  • 42 J.-C. Daumas, L’amour du drap. Blin & Blin. Elbeuf, 1827-1975. Histoire d’une entreprise lainière (...)
  • 43 AD Ariège, 14 M, 17 ; Statistique de la France. Département de l’Ariège, Commune de Lavelanet, 183 (...)
  • 44 AD Ariège, 14 M, 11 ; Rapport de l’ingénieur des mines Mussy, 5 novembre 1869, f° 1 et 5.
  • 45 Ibid., f° 5 et 10.
  • 46 G. Gayot, Les draps de Sedan, 1646-1870, op. cit., p. 459 et sq.

23Parallèlement à ces produits devenus traditionnels, les manufacturiers les plus dynamiques tentent dans les années 1830 de se diversifier en copiant les nouveaux tissus en vogue dans les grands centres du cardé42. L’apparition des casimirs, des satins et des zéphyrs s’inscrit dans cette perspective. Les satins sont les plus répandus. Quatre maisons – Dumas, Dastis, Croux, Joly et Autier – en fabriquent pour 8 % de la production lavelanétienne. D’une texture épaisse, ils correspondent à la demande de paletots pour hommes et aux capacités locales de fournir des fils adaptés à leur tissage. Les casimirs et les zéphyrs – étoffes pour dame très en vogue à cette période – dont la légèreté impose des fils à faible titrage, posent plus de problèmes. Leur production confondue n’atteint pas 4 % du total en Pays d’Olmes vers 184043 : les fabricants ne parviennent jamais à se positionner d’une manière significative sur le marché des tissus légers. Si la volonté de s’adapter à la demande est bien présente, les difficultés techniques et la concurrence des grands centres du cardé limitent ou empêchent le développement de ces nouvelles étoffes en Ariège. Aussi, la production de cuirs-laine reste-t-elle largement majoritaire vers 1860. Les menaces pèsent alors sur le Pays d’Olmes, trop centré sur une monoproduction aux débouchés essentiellement axés sur le marché national44. Dans les années qui suivent, la concurrence étrangère, comme la baisse de qualité des cuirs-laine, conduisent à une réduction sensible des prix ; la valeur moyenne du drap tombe à cinq francs le mètre, parfois à quatre francs avant de se fixer aux alentours de quatre francs cinquante. Les bénéfices sont très faibles et la pérennité de la place industrielle est menacée45. Le phénomène n’est pas propre à la région ; on sait que les centres les plus réputés rencontrent aussi des difficultés dans l’écoulement des cardés unis, Sedan en étant certainement la meilleure illustration46.

Années 1860 : les nouveautés prennent le relai

  • 47 La famine du coton accentue le processus : P. Verley, L’Échelle du monde. Essai sur l’industrialis (...)

24La production lourde de qualité intermédiaire demeure le fonds de la fabrication de quelques grands intégrés du Pays d’Olmes. Mais l’avenir est aux nouveautés dans la seconde moitié du xixe siècle et Lavelanet réagit à la crise du drap cardé uni en substituant progressivement les nouveautés, imitées d’Elbeuf, aux cuirs-laine. Le Pays d’Olmes profite ainsi d’une période particulièrement favorable car, dans les années 1860, les nouveautés ne faiblissent pas. Au contraire, elles s’accroissent, la hausse du niveau de vie les rendant accessibles, comme cela a été dit, à une classe moyenne et paysanne toujours plus vaste et aux revenus lui permettant de faire le choix de la laine plutôt que celui du coton47.

  • 48 J.-C. Daumas, L’amour du drap. Blin & Blin. Elbeuf, 1827-1975. Histoire d’une entreprise lainière (...)
  • 49 AD Ariège, 14 M, 11 ; Rapport de l’ingénieur des mines Mussy, 5 novembre 1869, f° 5.
  • 50 P. Verley, L’Échelle du monde. Essai sur l’industrialisation de l’Occident, op. cit., p. 600.
  • 51 J.-C. Daumas, L’amour du drap. Blin & Blin. Elbeuf, 1827-1975. Histoire d’une entreprise lainière (...)

25Mais le changement de produit ne fait pas tout. Elbeuf avait depuis longtemps adopté les nouveautés ; pourtant, le grand centre textile commence à connaître de sérieuses difficultés dès les années 186048. Le Pays d’Olmes qui n’a pas encore fait le choix de ce produit innovant est aussi frappé par la crise : entre le troisième trimestre de 1862 et le premier trimestre de 1866, la production – essentiellement constituée de cuirs-laine – s’écroule de moitié49. Elbeuf n’aurait pu survivre à cette crise qu’en mécanisant intégralement la production50. En réalité, la mécanisation qui suit est un processus lent et inégal51.

  • 52 J.-M. Minovez, « Industrialisation et innovations décalées. L’exemple des draperies de l’Ariège », (...)
  • 53 M. Chevalier, La vie humaine dans les Pyrénées ariégeoises, op. cit., p. 935-937.
  • 54 AD Ariège, 14 M, 18/2 ; Situations trimestrielles, 3e trimestre 1867 et 1er trimestre 1871.
  • 55 AD Ariège, 14 M, 11 ; Rapport de l’ingénieur des mines Mussy, 5 novembre 1869, f° 5 et 9.

26En Pays d’Olmes, le phénomène est aussi partiel et la modernisation s’effectue encore plus progressivement52. La qualité des produits qui restent avant tout ordinaires s’en ressent. Ceci est vrai pour les nouveautés, cela l’est encore plus pour le dernier avatar de l’ancienne draperie languedocienne : le drapé. Le Pays d’Olmes demeure, dans ce cas précis, fidèle à une production lourde, destinée à vêtir essentiellement l’hiver et en habits de travail des populations modestes53. Pourtant, à partir de juillet 1866, la production est de nouveau nettement orientée à la hausse, le processus se poursuivant jusqu’au second semestre de 187054. Vers cette date, le Pays d’Olmes produit 24 000 pièces d’étoffes, 16 000 cuirs-laine et 8 000 nouveautés pour un chiffre d’affaires estimé à 2 640 000 francs55. Les progrès techniques mesurés apportés à la fabrication et le développement des nouveaux produits ont permis de franchir ce cap difficile tout en donnant des structures favorables à la reprise de la croissance.

Les premières difficultés sérieuses dans l’Hérault

  • 56 F. Teisserenc, L’industrie lainière dans l’Hérault, op. cit., p. 100.
  • 57 C. Saint-Pierre, L’industrie du département de l’Hérault. Études scientifiques, économiques et sta (...)

27Dès cette époque, le territoire de la laine qui se forme autour de Lavelanet est comparable à celui de l’Hérault travaillant pour le marché civil. Riols qui avait connu un développement florissant jusqu’à la Grande Dépression, produit pour environ 2 000 000 de francs de nouveautés en 186656. Saint-Pons en fabrique dans les mêmes proportions, Bédarieux pour moins de 1 600 000 et Saint-Chinian pour moins de 900 000 à la même date57.

  • 58 AD Hérault, 9 M, 10 ; Lettre du sous-préfet de Lodève au préfet de l’Hérault, 8 janvier 1859.
  • 59 R. Gély, L’industrie de la laine à Bédarieux de 1789 à 1851, op. cit., p. 211-212.
  • 60 AD Hérault, 9 M, 10 ; Lettre du sous-préfet de Béziers au préfet de l’Hérault, 31 décembre 1860.
  • 61 C. Saint-Pierre, L’industrie du département de l’Hérault. Études scientifiques, économiques et sta (...)

28Cette situation tient à l’évolution divergente des centres ariégeois et héraultais ; alors que le Pays d’Olmes est en croissance, les places et les nébuleuses textiles de l’Hérault marquent le pas, voire régressent. Si la perte définitive du marché du Levant participe du phénomène d’effondrement des marchés civils, au même moment, les nouveautés connaissent une sérieuse récession ; à la fin des années 1850, les centres spécialisés dans leur production, tels Saint-Pons et Saint-Chinian, ont considérablement réduit leur fabrication58. La crise commencée antérieurement59 affecte aussi Bédarieux, dorénavant dans le même type de produits60, la place ne pouvant plus « lutter avantageusement avec les manufactures du Nord et du Midi »61.

La régression de la commande publique

  • 62 M. Lévy-Leboyer, Les banques européennes et l’industrialisation internationale dans la première mo (...)

29Les tricots – en particulier les lainages de fantaisie – et les nouveautés vont-ils « rendre sa vigueur au Midi » ? Il semble que cela ne suffise pas et, dès la Monarchie de Juillet, beaucoup de centres textiles ne se maintiennent qu’en raison du développement des adjudications militaires. La commande publique occupe un rôle important autour de Lodève depuis le xviiie siècle. Elle s’étend, ensuite, à la Lozère, au sud du Rouergue et au Tarn. Mais cela se fait en complémentarité avec les productions pour les marchés civils. Les difficultés rencontrées sur ces derniers signifient-elles que, face à la concurrence du Nord, le Midi n’aurait eu comme choix pour maintenir son industrie drapière que de se spécialiser dans la fabrication des draps de troupe62 ?

Les draps de troupe dans le Midi : entre complémentarité et production unique

  • 63 Joseph Philippe Olombel et Pierre Antoine David Henri d’Olombel frères de Mazamet se sont ainsi as (...)
  • 64 R. Cazals, Les révolutions industrielles à Mazamet, 1750-1900, op. cit., p. 113-114.

30On ne peut nier la portée, à certains moments, des commandes de l’État dans l’histoire des centres tarnais ; les toponymes des hameaux – Sébastopol, Traktir, noms de batailles de la guerre de Crimée – rappellent l’importance, à cette période, de la fabrication des draps d’uniforme dans la région de Mazamet. Mais les sources font défaut pour mesurer, dans la durée, l’importance de ce type de marché. Cependant, il est certain qu’à partir des années 1860, les structures productives de Mazamet et de Castres, fondées sur de petites et moyennes entreprises, à la mécanisation décalée et aux moyens énergétiques limités, n’offraient guère de possibilités de soumissionner, faute d’installations requises par les cahiers des charges. Il est donc très peu probable que les industries tarnaises aient, au moins jusqu’à la Grande Dépression, obtenu régulièrement d’importantes commandes de l’État hormis quelques grosses maisons du cru qui se sont associées pour cela63. Cela tendrait à infirmer les écrits de « certains auteurs de la tradition locale » et à confirmer les observations d’Audiganne, de Reybaud et de Rémy Cazals sur la question64.

  • 65 AD Ariège, 14 M, 18/1 à 5 ; Situations trimestrielles (1856-1890).

31Les sources ne sont guère plus nombreuses pour déterminer la place qu’a pu occuper la commande publique dans l’industrie du Pays d’Olmes. Mais l’impossibilité d’en obtenir est encore plus grande que dans le Tarn, du fait de l’inadaptation de presque tout le matériel aux exigences des cahiers de charges. Les sources n’en font, la plupart du temps, jamais mention. Seules quelques informations lapidaires, inscrites dans la rubrique « observation » des enquêtes industrielles, permettent d’apprendre qu’à la fin du xixe siècle, ni Lavelanet, ni Laroque ne produisent de draps de troupe65.

  • 66 Y. Pourcher, La trémie et le rouet. Moulins, industrie textile et manufactures de Lozère à travers (...)
  • 67 AD Aveyron, 8 M, 4 ; Renseignements concernant le commerce et l’industrie adressés par les sous-pr (...)

32La situation est quelque peu différente en Lozère et en Aveyron, dont les manufactures travaillent pour l’État depuis l’époque moderne. Mais, dans les deux cas, nous avons affaire à une activité fortement récessive entre la Restauration et la Grande Dépression. Particulièrement pour la Lozère qui, jusqu’au Second Empire, a pu profiter des adjudications militaires pour l’équipement de l’artillerie et de la cavalerie66, mais qui n’a pu continuer à faire face aux exigences de l’État par la suite. La situation est sensiblement identique dans le sud du Rouergue qui, émancipé de la tutelle de Lodève sous l’Empire, a poursuivi une production autonome pour l’État. Les volumes fabriqués sont cependant sans commune mesure avec ceux de l’Hérault et les difficultés sont perceptibles dès le milieu du xixe siècle. Le nombre de lots attribués à la zone régresse ; on s’en inquiète à Saint-Affrique et à Camarès. Les manufactures ferment les unes après les autres, victimes de leur inadaptation au marché civil et militaire. Ainsi, à Saint-Affrique, les petits fabricants ont un « matériel […] insuffisant pour pouvoir doubler les produits et en accélérer la livraison dans un moment de presse »67.

  • 68 « Vous n’ignorez pas […] l’infériorité bien marquée qui a été signalée lors de la guerre d’Orient (...)
  • 69 F. Teisserenc, L’industrie lainière dans l’Hérault, op. cit., p. 88-90.

33En effet, à partir de 1864, la politique d’achat de l’État marque un tournant. Face aux difficultés rencontrées dans les livraisons lors des campagnes de Crimée68 et d’Italie, l’administration de la Guerre établit une réglementation beaucoup plus contraignante que par le passé afin d’obtenir des livraisons rapides et homogènes. Le cahier des charges de 1864 en est la première illustration. Il prévoit la fourniture totale de quarante-quatre lots d’un minimum de 22 000 mètres de draps par lot et d’un maximum de 66 000 mètres. Chaque soumissionnaire ne peut obtenir moins d’un lot. L’État exige un équipement en machines et en force motrice qui permette la réalisation des commandes du niveau plafond. Il se réserve le droit de contrôler installations et procédés. L’application du cahier des charges est très sévère et les marchandises peuvent être ajournées ou rejetés si elles ne satisfont pas aux exigences. L’État prélève en outre un cautionnement de 12 000 F en espèces et de 200 000 F en produits, pour assurer une marge significative en draps en cas de besoin immédiat69.

  • 70 M. Jaffard, « Aperçu de l’état actuel d la fabrication des tissus de laine du département de la Lo (...)
  • 71 AD Aude, 14 M, 15 ; Lettre du sous-préfet de Limoux au préfet de l’Aude, 10 décembre 1856.
  • 72 AD Aude, 14 M, 15 ; Lettre du préfet de l’Aude au ministre de ( ?), 22 décembre 1856.
  • 73 AD Aude, 14 M, 15 ; Rapport du préfet de l’Aude au ministre de ( ?), 19 décembre 1856.

34Pourtant, en Lozère, comme en Aveyron, à l’exception des deux usines spécialisées dans les draps de troupe de Saint-Geniez et de Camarès, les commandes militaires sont suscitées pour empêcher la disparition définitive d’entreprises qui n’arrivent plus à être compétitives sur les marchés concurrentiels. Ainsi, au début des années 1830 en Lozère, l’activité des usines du département n’est garantie, pour les années suivantes, que par l’obtention de commandes du gouvernement devenues « indispensable[s] à son existence »70. Pour la même raison, les grands centres de l’Aude, face à la réduction de leurs marchés traditionnels, ont à leur tour sollicité l’aide de l’État sous la forme d’achats de draps d’uniforme. En 1856, à Limoux, comme à Chalabre, l’espoir repose sur l’obtention de commandes de draps de troupe71. On retrouve les mêmes attentes à Carcassonne72 qui obtient du gouvernement la commande d’un lot de 50 000 mètres de draps de troupe en 1856 et attend, pour les années à venir, la reconduction de ce type d’achat73.

Entre civil et militaire : l’impossible équilibre en Rouergue

  • 74 AD Aveyron, 8 M, 3 ; Lettre du sous-préfet d’Espalion au préfet de l’Aveyron, 14 octobre 1839.

35Le département de l’Aude s’était lancé dans les commandes militaires en raison des difficultés de la conjoncture. En Rouergue, la tradition est plus ancienne et trouve son origine dans l’influence que Lodève a pu exercer au xviiie siècle sur Camarès et Saint-Affrique. Sous l’Empire, l’aire de production s’est développée et Saint-Geniez est admise « aux fournitures de l’armée ». Elle connaît alors une phase de prospérité qui dure tout au long des années 1820 et même jusqu’en 1833. Elle produit au moins 40 000 mètres de draps pour l’administration de la Guerre et 60 000 certaines années. L’industrie locale repose sur trois fabricants, Muret, Solanet et Palangié, qui se sont associés pour pouvoir être en mesure de répondre aux adjudications74.

  • 75 AD Aveyron, 8 M, 4 ; Lettre du sous-préfet de Saint-Affrique au préfet de l’Aveyron, 17 septembre (...)

36L’Aveyron est frappé par la crise de 1830 ; ses effets tendent à perdurer tout au long de la décennie, quoique compensés partiellement par le développement de la production de molletons, le maintien des commandes en draps de troupe et une bonne santé de la cadiserie de Rodez. Au milieu des années 1830, la zone autour de Saint-Affrique et de Camarès se développe. À partir de 1833 ou 1834, le sud du Rouergue, dont la croissance était fondée sur les draps du commerce – d’abord sur les ratines et les molletons –, lance, à côté des draps toujours destinés à l’administration de la Guerre, la fabrication de molletons à l’imitation de Montauban et de Mazamet. Saint-Affrique, notamment, y réussit particulièrement bien. Livrant tout d’abord des produits écrus au marché, toutes ses étoffes sont teintes dès 1835. Elles soutiennent « avec avantage » la concurrence aux foires de Beaucaire et de Toulouse de l’été 1836. Le sous-préfet n’hésite pas à considérer, avec optimisme, que la ville rouergate est parvenue à « surpasser » ses deux aînées75.

  • 76 AD Aveyron, 8 M, 4 ; Rapport [s. n.] (préfet de l’Aveyron) au [s. n.] (ministre de ?), s. d. (1836 (...)
  • 77 D’après les nombreux rapports et lettres du sous-préfet d’Espalion à ce sujet, notamment dans AD A (...)
  • 78 AD Aveyron, 8 M, 4 ; Lettre du sous-préfet de Saint-Affrique au préfet de l’Aveyron, 17 septembre (...)
  • 79 AD Aveyron, 8 M, 3 ; Rapport du préfet de l’Aveyron au ministre du commerce, 28 janvier 1839.
  • 80 AD Aveyron, 8 M, 3 ; Lettre du sous-préfet d’Espalion au préfet de l’Aveyron, 6 janvier 1839.
  • 81 AD Aveyron, 8 M, 3 ; Lettre du sous-préfet d’Espalion au préfet de l’Aveyron, 14 octobre 1839.

37Pendant ce temps, Rodez76, Camarès et le reste du département restent fidèles aux cadis et tricots. Camarès maintient un petit commerce d’écoulement de ses tissus aux foires de Pézenas, Beaucaire, Toulouse et Bordeaux. Là, comme à Saint-Geniez77, les commandes militaires sont devenues essentielles à la survie des territoires de la laine de l’Aveyron. À Saint-Affrique, passée l’euphorie de l’innovation de la production de molletons, surgissent à nouveau, en 1837, des difficultés dues aux méventes et à la baisse des prix des étoffes, celui des laines restant élevé. Aussi, le sous-préfet sollicite-t-il une « augmentation des fournitures de draps pour la guerre et la marine » afin de compenser la réduction de l’activité des marchés civils78. En 1838, les manufactures locales reprennent un peu de leur activité pour le commerce79. La conjoncture est encore plus délicate à Saint-Geniez dont le développement est surtout porté par les fabriques de draps de troupe – tissus pour pantalons et capotes – et quelque peu sur des tricots pour la consommation intérieure80. En effet, depuis 1833, la production moyenne annuelle a chuté à 20 000 mètres au lieu des 40 000 commandés habituellement par l’État81.

  • 82 AD Aveyron, 8 M, 4 ; Rapport [s. n.] (préfet de l’Aveyron) au [s. n.] (ministre de ?), s. d. (1836 (...)
  • 83 AD Aveyron, 8 M, 3 ; Rapport du préfet de l’Aveyron au ministre du commerce, 28 janvier 1839.

38Rodez semble, au contraire, en pleine prospérité : la ville produit « une grande quantité de cadis qui ne sont remarquables que par l’extrême bon marché auquel on les livre ». La médiocrité des produits en est la contrepartie car n’entre dorénavant dans leur fabrication qu’un peu de laine du pays pour donner de la consistance à l’essentiel des matières qui proviennent de Barbarie et du Levant82. Rodez conserve un certain dynamisme jusqu’à la fin de la décennie ; l’activité s’accroît, les produits s’écoulent bien, mais les bénéfices sont très faibles : la petite draperie ne peut que souffrir des prix élevés de la laine au regard du peu de valeur des tissus83.

  • 84 AD Aveyron, 8 M, 4 ; Lettre du sous-préfet de Saint-Affrique au préfet de l’Aveyron, 1er octobre 1 (...)
  • 85 AD Aveyron, 8 M, 4 ; Lettre du sous-préfet de Saint-Affrique au préfet de l’Aveyron, 1er juillet 1 (...)
  • 86 AD Aveyron, 8 M, 4 ; Lettre du sous-préfet de Saint-Affrique au préfet de l’Aveyron, 2 janvier 184 (...)
  • 87 AD Aveyron, 10 M, 1 ; Enquête sur le travail agricole et industriel en 1848, cité par V. Cros, L’i (...)

39Dans les années 1840, la fabrication de draps dits « de Lodève », d’étoffes croisées de type ratines, cadis et burels se maintient. Les bénéfices restent limités, même si quelques bonnes affaires sont réalisées dans les draps de commerce à Beaucaire et à Toulouse84. La zone de Saint-Affrique en profite plus que les autres arrondissements, les bénéfices étant encore plus contractés à Rodez, ce qui condamne à moyen terme la cadiserie locale85. Camarès voit sa production de draps de troupe stimulée par l’arrivée de l’entreprise saint-affricaine d’Auguste Mazarin qui relance localement ce genre de production mais affaiblit sa voisine86. Au contraire, la draperie destinée au commerce s’effondre ; les dernières années de la décennie sont catastrophiques ; la crise économique et la chute de la consommation qui en découle n’expliquent pas tout ; les fabricants de Camarès sont victimes de « la grossièreté de [leurs] draps »87.

  • 88 Ibid., p. 62.
  • 89 AD Aveyron, 8 M, 4 ; Situation industrielle de l’arrondissement de Saint-Affrique, 17 janvier 1851
  • 90 V. Cros, L’industrie de la laine dans le Camarès au xixe siècle (1810-1908), op. cit., p. 65-71.
  • 91 AD Aveyron, 6 M, 737 ; Situations industrielles des arrondissements de l’Aveyron, 1861-1864 et AD (...)
  • 92 Entre 1845 et « jusqu’après 1870 », le prix de la laine connaît « une forte montée » : J. Levain, (...)
  • 93 V. Cros, L’industrie de la laine dans le Camarès au xixe siècle (1810-1908), op. cit., p. 65.
  • 94 AD Aveyron, 8 M, 5 ; Lettre du sous-préfet de Saint-Affrique au préfet de l’Aveyron, 25 mars 1865 (...)
  • 95 AD Aveyron, 8 M, 5 ; Rapport du préfet de l’Aveyron au ministre de l’agriculture, du commerce et d (...)
  • 96 AD Aveyron, 8 M, 5 ; Rapport du préfet de l’Aveyron au ministre de l’agriculture, du commerce et d (...)
  • 97 Ibid. et AD Aveyron, 6 M, 737 ; Situations industrielles des arrondissements de l’Aveyron, 1865.
  • 98 F. Boulet, Un canton rural reculé du sud Aveyron à la poursuite du développement et des progrès du (...)
  • 99 AD Aveyron, 6 M, 736 ; Rapport de l’ingénieur des mines, 13 avril 1870.

40Le début du Second Empire enregistre pourtant un redressement, sans que jamais l’activité passée ne soit retrouvée88. Il en est de même à Saint-Affrique où les produits « du commerce dit d’intérieur » s’écoulent facilement89. La guerre de Crimée stimule les manufactures durant près de deux ans. Les années suivantes sont désastreuses : à Camarès, la production est arrêtée chez Mazarin en 1857-1858. L’arrivée des Rachou venus de Camarès permet heureusement de redynamiser la place. D’abord seuls, en association avec les Mazarin ensuite, puis seuls à nouveau, ils développent leur affaire, non sans difficultés, dans les années 1860. Enfin, pour cela, ils concentrent, par étapes, la fabrication de draps de troupe dans une seule usine90. Pourtant les années ne sont pas prospères en Rouergue. Jusqu’en 1864, les commandes en draps de troupe permettent de compenser les difficultés d’écoulement des draps de commerce91. Le prix élevé des laines n’arrange rien92. Le cahier des charges de 1864 projette l’Aveyron dans la crise. Les petits fabricants de Camarès ne peuvent pas suivre et abandonnent la production pour l’administration de la Guerre93. À Saint-Affrique, l’État retire les adjudications aux fabricants locaux incapables de répondre dans les délais aux commandes pressées94. Au cours de l’année 1865, la situation s’aggrave. Le marasme s’empare de Saint-Affrique ; deux banques suspendent leurs paiements : celle des frères Delure et celle de Mazarin95. En 1866, la maison Delure a fermé ses portes, comme Vidal, fabricant à Camarès96. La production et le nombre d’ouvriers diminuent alors sensiblement97. La situation ne se stabilise qu’en 186898. Mais dès 1869, Camarès qui ne vit plus qu’à travers la production de draps de commerce est de nouveau en crise grave. La seule fabrication continuant d’être livrée au commerce est celle des ratines qui, par Marseille et Lyon, gagnent les marchés internationaux. Mais l’activité connaît d’énormes difficultés. Un seul établissement travaille encore ; il ne produit que des ratines épaisses très grossières employant beaucoup d’effilochages et un peu de laines étrangères. Souffrant de leur aspect et se vendant entre quatre francs et quatre francs cinquante le mètre, elles sont délaissées au profit des produits anglais moins chers – trois francs le mètre – dont la chaîne en fil donne une plus belle apparence. En Rouergue, on réagit alors en cherchant le bon marché, en n’employant plus que des matières inférieures99.

Les draps de troupe dans l’Hérault : vers la monoproduction

  • 100 AD Hérault, 9 M, 10 ; Lettre du maire de Bédarieux au sous-préfet de Béziers, 23 mai 1859.
  • 101 AD Hérault, 9 M, 10 ; Lettre du préfet de l’Hérault au ministre de l’intérieur, 16 novembre 1859.
  • 102 AD Hérault, 9 M, 10 ; Lettre du ministre de la Guerre au préfet de l’Hérault, 3 décembre 1859.
  • 103 AD Hérault, 9 M, 10 ; Lettre du ministre de l’Agriculture et du Commerce au préfet de l’Hérault, 4 (...)
  • 104 F. Teisserenc, L’industrie lainière dans l’Hérault, op. cit., p. 104-115.

41La situation n’est pas meilleure dans l’Hérault pour les centres de fabrique qui tentent d’allier production pour les marchés civils et militaires. Elle est pire pour ceux qui en sont exclus. Ainsi, face aux difficultés rencontrées dans l’écoulement des draps pour le Levant, la ville de Bédarieux pétitionne pour obtenir du gouvernement « d’être compris dans la répartition de la fourniture de draps pour l’armée » car « dans aucun temps, l’industrie locale n’a eu tant à souffrir et que jamais l’ouvrier n’a vu si peu de travail, notre situation est donc désastreuse, la misère est à son comble, et les émigrations sont quotidiennes et nombreuses »100. Cela pousse le préfet de l’Hérault à demander que soit accordée une commande exceptionnelle de draps militaires101. Le ministre s’y refuse à deux reprises, en 1859102 et en 1860103. Par la suite, Bédarieux est admise aux adjudications ; mais, en 1865, la fabrication de draps d’uniforme ne représente que 27 % du total, avec 600 000 francs pour un chiffre d’affaires global de 2 200 000 francs en 1865104.

  • 105 A. Hortus, L’industrie de la laine dans le Lodévois : étude économique et sociale (1789-1851), op. (...)
  • 106 Louis XVIII ayant réactivé le Pacte de Famille par la signature le 20 juillet 1814 du traité de pa (...)

42L’entrée de Bédarieux dans le concert de la production de draps de troupe et le maintien marginal de l’Aveyron représentent peu de chose par rapport à la puissance occupée par Lodève et Clermont. En effet, après la crise de la Restauration, l’Hérault connaît sous la Monarchie de Juillet son âge d’or ; Lodève est la première à en profiter avec un chiffre d’affaires de 100 millions de francs en 18 ans. Dès 1830, elle fabrique 25 000 pièces. Les adjudications des années suivantes lui permettent d’obtenir une production comprise entre 36 000 et 39 500 draps de troupe entre 1832 et 1839, assurant un chiffre d’affaires annuel de 6 à 7 000 000 de francs. Entre 1839 et 1840, on assiste à un net fléchissement, la moyenne du nombre de pièces régresse à un peu plus de 20 000 alors que le chiffre d’affaires tombe à 3 000 000 de francs. La période suivante est marquée par la reprise ; de 1841 à 1843, la moyenne de fabrication atteint 45 000 pièces pour un peu moins de 7 000 000 de francs, alors que le potentiel de production ne fonctionne encore qu’à 50 % de ses capacités. De 1844 à 1848, la moyenne se stabilise autour de 6 000 000 de francs pour 40 000 draps105. Les débuts de la conquête de l’Algérie, et les livraisons aux différentes factions des guerres carlistes ont alimenté une période exceptionnelle de prospérité106.

  • 107 F. Teisserenc, L’industrie lainière dans l’Hérault, op. cit., p. 106.
  • 108 AD Hérault, 9 M, 9 ; Lettre du sous-préfet de Lodève au préfet de l’Hérault, 6 janvier 1857.
  • 109 AD Hérault, 9 M, 9 ; Lettre du préfet de l’Hérault au ministre de l’Agriculture et du Commerce et (...)
  • 110 AD Hérault, 9 M, 10 ; Lettre du ministre de la Guerre au préfet de l’Hérault, 4 juin 1859.
  • 111 AD Hérault, 9 M, 9 ; Lettre du ministre de l’Agriculture et du Commerce et des Travaux publics au (...)
  • 112 AD Hérault, 9 M, 10 ; Lettre du ministre de la Guerre au préfet de l’Hérault, 3 décembre 1859 et A (...)
  • 113 AD Hérault, 9 M, 9 ; Lettre du ministre de l’Agriculture et du Commerce et des Travaux publics au (...)

43Mais elles ne permettent pourtant pas d’atteindre le niveau euphorique de production lié à la guerre de Crimée. Les hostilités débutent pour la France en mai 1854 avec le débarquement à Gallipoli d’un premier corps expéditionnaire. Puis le conflit se durcit. Il est long et meurtrier, mobilise toujours plus d’hommes et de matériel. Il ne se termine qu’au début de l’année 1856. Il a donc fallu produire beaucoup de draps d’uniforme pour une armée en croissance. Aussi, en 1856, le chiffre d’affaires de Lodève atteint des sommets avec 22 000 000 de francs. Mais, l’année suivante, il chute à 2 000 000 de francs107. Dès le second semestre de 1856, l’activité des manufactures de l’Hérault ralentit108. Dans les années qui suivent, la situation économique et sociale devient critique à Lodève et à Clermont109 car l’administration de la guerre persiste dans son refus d’effectuer de nouvelles commandes ; le ministre de la Guerre reconnaît lui-même « l’interruption presque absolue […] des commandes militaires en 1856, 1857, 1858 »110. L’entrevue secrète de Plombières entre Napoléon III et Cavour les 20 et 21 juin 1858 change tout. L’Empereur ayant promis son appui militaire au Piémont, il faut équiper une armée nombreuse pour préparer la guerre contre l’Autriche. Le 20 décembre 1858, les 17 fabricants héraultais qui ont leurs établissements à Lodève et à Clermont, adjudicataires de 22,5 lots de draps de troupe reçoivent l’ordre de fabriquer, pour le service de 1859, 360 000 mètres – soit 16 000 mètres par lot – et de verser, dans un délai de trois mois, 225 000 mètres de drap pour la reconstitution d’un cautionnement de 10 000 mètres par lot. Cela représente une commande de 26 000 mètres par lot pour un total de 585 000 mètres. Leur valeur est estimée à 5 000 000 de francs. La commande est appréciable et permet de relancer l’activité. Mais elle n’a rien d’exceptionnel en volume. Elle se rapproche d’une année moyenne. En outre, une bonne partie des livraisons est assurée par les stocks qui engorgent les magasins. La reprise de l’activité ne peut donc mobiliser, ni l’ensemble de l’appareil de production, ni la totalité des ouvriers111. Elle est de courte durée. La guerre contre l’Autriche cessant dès le mois de juillet 1859, les magasins de l’État ont continué à se remplir au point de limiter sensiblement les commandes l’année sui vante112. La situation perdure jusqu’au second semestre 1863, période à laquelle de nouvelles commandes permettent de maintenir en activité les ateliers de Lodève113.

  • 114 AD Hérault, 9 M, 9 ; Lettre du sous-préfet de Lodève au préfet de l’Hérault, 3 mars 1864.
  • 115 AD Hérault, 9 M, 9 ; Lettre du sous-préfet de Lodève au préfet de l’Hérault, 21 mars 1864.

44La promulgation du cahier des charges de 1864 provoque une nécessaire adaptation qui ne se fait pas sans heurts. Les nouvelles conditions fixées par l’État ont été reçues en effet « avec très peu de faveur » à Lodève car elles exigent « un développement d’outillage qui doit nécessairement obliger à des dépenses considérables ». Vinas, trop âgé, Brun, déjà en difficulté, arrêtent alors leur activité, Dédier frères et Foulquier font de même en raison de leur incapacité à satisfaire aux exigences du nouveau cahier des charges114. Les autres, fournisseurs titulaires des anciens marchés, se lancent activement dans la mise à niveau de leur outillage qui doit être « plus considérable et plus perfectionné que celui dont les fabricants étaient déjà en possession ». leur empressement résulte de la nécessité d’avoir réalisé la réforme de structures avant le 30 mars pour être admis à soumissionner de nouveau115.

  • 116 C. Saint-Pierre, L’industrie du département de l’Hérault. Études scientifiques, économiques et sta (...)
  • 117 F. Teisserenc, L’industrie lainière dans l’Hérault, op. cit., p. 90-91.
  • 118 Ibid., p. 106.

45Lodève possède alors un équipement mécanique qui lui permet, à elle seule, de produire l’ensemble des étoffes destinées aux armées françaises. Cependant, en 1864, elle n’en fabrique environ que le tiers, n’ayant obtenu que 15 lots sur 44 lors de l’adjudication de cette année-là. L’écart entre son potentiel de fabrication et la production réelle s’est encore accru116. Le terme « adjudication » est en quelque sorte devenu impropre car le niveau d’exigence du cahier des charges est tel qu’aucun des soumissionnaires n’a pu satisfaire aux prix exigés par l’État. Aussi, l’administration de la Guerre a-t-elle décidé de traiter de gré à gré avec les industriels qui s’étaient approchés le plus du prix limite. De prorogation en prorogation, ce régime dure jusqu’en 1884, sans que les industriels ne puissent s’y opposer faute de marchés significatifs de substitution117. Mais l’Hérault n’est pas pour autant défavorisé car la décision de l’État a l’avantage de fixer une situation qualitativement intermédiaire qui permet à Lodève seule de fabriquer en moyenne 5 600 000 francs de draps de troupe durant cette période. On est loin des valeurs atteintes durant la guerre de Crimée, mais cela permet de conserver à la ville une activité de production significative118.

  • 119 Ibid., p. 104-115.

46Ainsi, en 1865, Lodève produit pour environ 7 000 000 de francs de draperies. Il s’agit en presque totalité de draps de troupe, d’abord pour les armées françaises d’un montant de 5 600 000, puis pour les armées étrangères, à hauteur de 800 000 francs, auxquels il faut ajouter les molletons pour 45 000 francs. Les tissus d’uniforme concernent aussi l’administration ; ainsi on fabrique pour 240 000 francs d’étoffes pour les douanes. Le reste concerne le marché civil avec 235 000 francs de tissus pour l’intérieur et 100 000 francs pour l’exportation. Il en est de même à Bédarieux et surtout à Clermont où le drap d’uniforme pour les armées françaises – et accessoirement pour les armées italiennes et des deux Amérique – se monte à 700 000 francs alors que l’ensemble du commerce de draperies peut être estimé à 1 800 000 francs. En revanche, Villeneuvette a totalement abandonné la fabrication civile pour ne plus se concentrer que sur la production militaire pour un chiffre d’affaires annuel de 700 000 francs119.

L’effondrement des marchés civils traditionnels en Languedoc

47Pendant que l’Hérault se maintient et l’Aveyron survit encore grâce aux commandes militaires, la Lozère et l’Aude s’effondrent. Alors que sous la Restauration les manufacturiers de ces zones de production avaient réussi à retrouver une partie des marchés traditionnels et à prendre position sur de nouveaux, la Monarchie de Juillet est le théâtre d’effondrements avec le repli du commerce intérieur et des marchés européens associés, la fermeture définitive des échelles du Levant et des débouchés américains. Les causes sont multiples et doivent être recherchées dans une adaptation insuffisante des modes de diffusion et de distribution, dans l’inadaptation de l’offre et dans le renforcement de la concurrence étrangère.

Le repli à l’intérieur et sur les marchés associés

  • 120 Rapport du préfet de la Lozère au Conseil général, 1842 reproduit par G. Boyer, Le passé industrie (...)
  • 121 Par exemple, en 1869, la filature de Saint-Laurent à Mende appartenant à la veuve Bonnafous n’a pl (...)
  • 122 AD Lozère, M, 4180 ; rapport sur la situation industrielle de l’arrondissement de Marvejols, 19 av (...)
  • 123 AD Lozère, M, 4180 ; État pour la ville de Mende, 23 octobre 1871.

48Le Gévaudan avait fait le choix du peigné pour l’essentiel de ses tissés. À Mende comme à Marvejols, les filatures se développent dans les années 1830 jusqu’au début des années 1840120. Mais dès le Second Empire, la récession se fait sentir. Les commandes militaires ne jouent qu’un rôle minoritaire et la crise tient à la régression des débouchés civils qui va en s’aggravant dans la seconde moitié du xixe siècle. L’affaiblissement est perceptible dans les registres des patentes qui notent les chômages partiels, les quelques fermetures d’usines, la baisse des valeurs locatives, la baisse du nombre des métiers battants ainsi que l’augmentation des broches inactives des mule-jennys121. L’appareil de production est aussi de plus en plus inadapté. Les fabricants se montrent incapables de se doter des outils nécessaires à la filature peignée malgré quelques expériences au demeurant malheureuses. Les matières produites localement sont moins demandées et les entreprises de tissage sont alors dépendantes des fabriques du Nord qui fournissent une partie du fil dont la totalité de celui des chaînes122. Le tissage se réduit aussi sensiblement ; on ne compte plus en 1871 que 198 ouvriers employés dans les sept filatures et tissages de laine de Mende123.

  • 124 AD Aude, 14 M, 2 ; Rapport du vice-président de la Chambre de Commerce de Carcassonne au ministre (...)
  • 125 AD Aude, 14 M, 2 ; Rapport du vice-président de la Chambre de Commerce de Carcassonne au ministre (...)
  • 126 J.-C. Daumas, Les territoires de la laine. Histoire de l’industrie lainière en France au xixe sièc (...)

49L’effondrement de la Lozère ne fait pas figure d’exception, le repli le plus spectaculaire est illustré par la poursuite du déclin du département de l’Aude. Pourtant, en 1830, les manufactures de Carcassonne sont « dans un état de perfectionnement remarquable, avec des conditions de vente, sinon très faciles et très avantageuses, du moins plus satisfaisantes que celles des années antérieures »124. Mais, la Révolution de 1830 provoque un coup d’arrêt pour les manufactures de Carcassonne « qui trouv[e] un dédommagement, bien faible sans doute, mais précieux pour la circonstance, dans l’écoulement de draps bleus et écarlates pour l’habillement des Gardes nationales »125. Bien qu’affaiblie au début de la Monarchie de Juillet, l’Aude demeure une grande région lainière française avec une production estimée entre 9 et 12 millions de francs en 1833. Dans les quatre décennies suivantes, la régression est sensible et l’activité n’est plus que de second rang, aussi bien au niveau national que dans le Midi. En 1878, par exemple, son chiffre d’affaires ne dépassait pas les 2 000 000 de francs126.

  • 127 AD Aude, 14 M, 11 ; Rapport du vice-président de la Chambre de Commerce de Carcassonne au ministre (...)
  • 128 AD Aude, 14 M, 11 ; Lettre du premier adjoint au maire de Carcassonne au préfet de l’Aude, 25 janv (...)
  • 129 AD Aude, 14 M, 11 ; Rapport du préfet de l’Aude au ministre du commerce et des travaux publics, 2 (...)
  • 130 AD Aude, 14 M, 11 ; Lettre du sous-préfet de Limoux au préfet de l’Aude, 25 janvier 1832.

50Pourtant, en 1831, la zone de Carcassonne seule, d’après les estimations du vice-président de la Chambre de Commerce, a une production de 25 000 pièces pour 4 000 000 de chiffre d’affaires. Les exportations s’élèvent à 8 000 pièces. L’espérance repose sur la négociation de 6 000 pièces aux foires de Beaucaire sur les 17 000 destinées au marché intérieur127. L’évaluation diffère quelque peu de celle du maire-adjoint de Carcassonne qui, pour un même total de pièces, estime le chiffre d’affaires entre 3 et 4 000 000 et les exportations à 5 000 pièces pour « [l’]Amérique, [les] états barbaresques d’Afrique, [l’]Égypte, [la] Turquie et quelque peu [l’]Italie »128. L’année 1831 n’est donc pas mauvaise à Carcassonne, pas plus qu’à Cennes-Monnestiés qui connaît une bonne activité129. La situation est nettement plus dégradée à Limoux et à Chalabre. À Limoux, où la production consiste essentiellement en draps lisses, on n’occupe plus qu’un tiers des ouvriers ; les ventes à l’intérieur sont pratiquement stoppées et les exportations sont aussi très faibles, les marchandises étant toutes en consignation. À Chalabre, la demande tant intérieure qu’extérieure est nulle et provoque la même réduction de l’emploi ouvrier130.

  • 131 M. Lévy-Leboyer, Les banques européennes et l’industrialisation internationale dans la première mo (...)
  • 132 AD Aude, 14 M, 11 ; Rapport du préfet de l’Aude au ministre du commerce et des travaux publics, 2 (...)

51L’assez grande activité qui règne à Carcassonne et à Cenne-Monestiés tranche avec celle de Limoux et de Chalabre. Certains observateurs ont voulu attribuer, hâtivement, les difficultés des deux derniers centres « aux événements de Juillet ». En réalité, le commerce s’était déjà sensiblement ralenti avant 1830. Limoux et Chalabre, exportant une partie importante de leur production en Italie, à la différence des deux autres places, ont été particulièrement affectées par « l’élèvement des tarifs dans les divers états de l’Italie ». En effet, ces draps conçus, dès le xviiie siècle, pour approvisionner le marché intérieur prenaient, par l’intermédiaire des foires et des marchands lyonnais, la route de l’Italie, de la Suisse et de l’Allemagne. Au début du xixe siècle, la structure commerciale s’est maintenue. Mais, autour de 1830, il n’est plus question, dans les sources ni du marché allemand ni du marché suisse. Seule l’Italie semble s’intéresser aux productions de ce genre. Le phénomène n’est pas propre au Midi ; l’ensemble des drapiers français restés fidèles aux qualités d’usage et de solidité ont perdu du terrain face à l’apparence des étoffes anglaises. C’est patent dans les états allemands – Bavière, Wurtemberg, Bade – et en Suisse. Et même si l’Italie demeure un marché important, on a pu voir qu’Elbeuf avait commencé à y concurrencer durement les autres centres du cardé avant que les Anglais ne s’y imposent à leur tour131. La contraction d’une partie des exportations tient aussi à la dégradation de la qualité de la production. On recourt à des laines de rebut et on diminue le nombre de fils de chaîne et leur longueur a été, en outre, augmentée « par un tirage extraordinaire »132. Les consommateurs ne peuvent alors que perdre confiance dans le produit.

  • 133 AD Aude, 14 M, 11 ; Lettre du sous-préfet de Limoux au préfet de l’Aude, 1er octobre 1832.
  • 134 AD Aude, 14 M, 11 ; Rapport du président de la Chambre de Commerce de Carcassonne au préfet de l’A (...)

52La situation s’améliore quelque peu en 1832 dans la zone de Limoux. Cela est dû au développement de la production des cuirs-laine qui occupent environ un tiers de la fabrication133. Pour Carcassonne, la conjoncture paraît plus mitigée. Bien que la foire de Beaucaire ait été productive en 1832, elle n’a pas répondu aux attentes en matière de bénéfices ; le prix des laines indigènes ou exotiques s’est en effet fortement élevé, tandis que les droits exorbitants de 33 % frappent dorénavant l’exportation des laines espagnoles. La fabrication a diminué en conséquence et on pense alors qu’elle n’atteindra pas les 20 000 pièces, d’autant que la demande au Levant diminue sous l’effet de la guerre entre l’Égypte et la Turquie et de la peste qui ravage cette dernière134.

  • 135 AD Aude, 14 M, 11 ; Lettre du sous-préfet de Limoux au préfet de l’Aude, 5 janvier 1836 à partir d (...)
  • 136 AD Aude, 14 M, 11 ; Extrait des registres des délibérations de la Chambre consultative des arts et (...)
  • 137 AD Aude, 14 M, 12 ; Statistique de France. Industrie. Département de l’Aude. Fabrique ou manufactu (...)
  • 138 AD Aude, 14 M, 12 ; Statistique de France. Industrie. Département de l’Aude. Fabrique ou manufactu (...)
  • 139 AD Aude, 14 M, 11 ; Rapport du président de la Chambre de Commerce de Carcassonne au préfet de l’A (...)

53À partir de 1835, la situation est meilleure pour Limoux, Chalabre, Sainte-Colombe et Quillan. Elle résulte de la réorientation de la production. Les cuirs-laine ont continué d’y prendre de l’importance, et la commercialisation s’est tournée vers le marché intérieur135. Chalabre produit 8 000 cuirs-laine sur un total de 9 000 draps et 1 000 « draps à poils dit castorines ou coating ». Il en est de même à Sainte-Colombe avec 2 000 pièces136. Limoux réalise également une majorité de draps ras mais les lisses sont toujours là aux côtés des croisés représentés par les cuirs-laine ainsi que les castorines et les nouveautés qui font leur apparition. Les débouchés restent centrés sur le marché intérieur même si quelques draps prennent la route de l’Italie et de la Suisse137. Cenne-Monestiés conserve une bonne activité grâce à ses draps bon marché en cinq huitièmes mélangés unis et croisés vendus aux foires de Beaucaire, Toulouse et Pézenas pour le marché intérieur et quelque peu en Italie et en Corse138. La conjoncture est toute différente à Carcassonne. Peu brillante entre 1831 à 1834, la situation se dégrade à partir de 1835 et s’aggrave sérieusement après 1837. Les marchés italiens et espagnols sont moins porteurs « et réduits depuis longtemps à quelques exportations » que le président de la Chambre de Commerce attribue aux « droits exorbitants que payent [les] draps ». L’aggravation est aussi sérieuse en Amérique du Sud et au Levant139.

  • 140 Le carton coté 14 M, 13 qui devrait comporter les relevés statistiques de la période 1840-1846 ne (...)
  • 141 AD Aude, 14 M, 11 ; Lettre du sous-préfet de Limoux au préfet de l’Aude, 1er octobre 1832.
  • 142 AD Aude, 14 M, 20 (qui devrait être classé en 14 M, 14) ; État civil des ouvriers appartenant aux (...)

54Que se passe-t-il ensuite entre la fin des années 1830 et 1855 ? Difficile de le dire, les sources étant presque absentes pour cette période140. Une seule enquête portant sur 1849 permet de constater l’effondrement des effectifs des ouvriers employés dans les manufactures de l’Aude. Alors que leur nombre se chiffrait, à Limoux ou à Chalabre, en milliers au début des années 1830141, il n’atteint plus que quelques centaines à la fin des années 1840142. Les états statistiques, conservés à partir du milieu des années 1850, confirment cette situation et laissent entrevoir une forte dégradation de l’activité manufacturière de l’Aude dans les années 1840, en l’absence d’une amélioration significative de la productivité.

  • 143 AD Aude, 14 M, 15 ; Lettre du sous-préfet de Limoux au préfet de l’Aude, 10 décembre 1856.
  • 144 Espéraza et Quillan deviennent des centres importants de production : C. Christol, L’industrie cha (...)
  • 145 Carcassonne se maintient aussi, mais sans réforme de structure. En réalité, cette dernière n’évite (...)
  • 146 AD Aude, 14 M, 15 ; Situation industrielle de l’arrondissement de Castelnaudary, 22 mai 1856.

55Il semblerait que Limoux et Chalabre, progressivement spécialisées dans les tissus pour les « gens des campagnes », subissent la « redoutable concurrence des produits similaires » de Castres et de Mazamet143. La crise des manufactures de draps de l’Aude est attribuée à la cherté toujours croissante des matières premières et au bas prix des objets manufacturés. Parallèlement, la chapellerie prend de l’extension dans l’arrondissement de Limoux144. Seule Cenne-Monestiés semble échapper au repli structurel145 ; ses produits continuent de s’écouler avec assez de facilité ; la vigueur du centre permet de donner du travail aux ouvriers de Saissac, Montréal, Montolieu, et autres localités environnantes146.

  • 147 AD Aude, 14 M, 15 ; Lettre du sous-préfet de Limoux au préfet de l’Aude, 5 mars 1859.
  • 148 AD Aude, 14 M, 16 ; Situation industrielle de l’arrondissement de Limoux, octobre 1863.

56Des tentatives ponctuelles de réforme ont lieu. En 1859, « deux jeunes gens étrangers de Limoux » se sont installés dans la ville pour s’y livrer à l’industrie drapière ; ils fondent la société Rouqués, Combes et Cie. Ils sélectionnent les meilleures laines et se lancent dans une production d’excellente qualité. Mais ils doivent liquider leur société notamment parce que le « discrédit qui pèse sur toutes les marchandises de provenance de Limoux frappa les produits de [leur] maison »147. Déjà mauvaise dans les années 1850, la situation s’aggrave encore dans les années 1860. En 1863, dans l’arrondissement de Limoux, on constate que « la fabrique de draps perd tous les ans de son importance ». Quoique ayant « beaucoup restreint sa production », les stocks s’amoncellent et les ventes ne se font que sur la base d’une forte baisse des prix148.

La fin des marchés du Levant et des Amériques

  • 149 M. Lévy-Leboyer, Les banques européennes et l’industrialisation internationale dans la première mo (...)
  • 150 AD Aude, 14 M, 11 ; Rapport du président de la Chambre de Commerce de Carcassonne au préfet de l’A (...)

57Avec le retour à la paix sous la Restauration, une partie de la production du Midi a repris les grands courants d’exportation, sans jamais retrouver le niveau du xviiie siècle, en particulier sur les marchés méditerranéens. Carcassonne tente alors d’exporter vers l’Amérique du Sud, comme à la fin de l’Ancien Régime. Mais les Anglais y occupent dorénavant une position clef et les chances de succès y sont faibles149. Aussi, en 1830, les pertes financières de Carcassonne au Mexique de l’ordre de 20 et 25 % sont telles qu’elles provoquent la cessation des exportations. La situation n’est pas meilleure dans les ports « de la mer du Sud » où, depuis Valparaiso jusqu’à Lima, les prix des draps du Midi perdent 15 % depuis 1832. Les relations commerciales cessent alors. Pour les Carcassonnais, les causes sont à rechercher du côté d’une concurrence constante de l’Angleterre et des guerres civiles qui « dévore[nt] quelques-unes de ces provinces »150.

  • 151 AD Aude, 14 M, 11 ; Rapport du président de la Chambre de Commerce de Carcassonne au préfet de l’A (...)
  • 152 AD Aude, 14 M, 11 ; Extrait de la lettre du ministre des Affaires étrangères au ministre des trava (...)
  • 153 M. Lévy-Leboyer, Les banques européennes et l’industrialisation internationale dans la première mo (...)

58La dégradation des exportations est aussi très importante au Levant ; trois maisons seulement y maintiennent quelques affaires en 1830. Les Belges y exercent une concurrence telle qu’ils en chassent les draps carcassonnais. Trop de débiteurs solvables ne payent pas leur dû ; les ventes qui sont faites à trois mois ne sont souvent payées qu’à échéance d’un an ; enfin, la « détérioration continuelle de la monnaie qui en 18 mois a baissé de 20 % » « porte un grand préjudice au commerce »151. Les interventions de l’État français ne trouvent aucune espèce d’écho dans l’Empire ottoman. On espère alors trouver une place en Grèce, surtout après l’expédition française de Morée contre les Turcs152. Mais cela ne profite pas à Carcassonne mais plutôt à Lodève qui livre des draps de troupe pour équiper l’armée. L’éviction des draps du Midi de cette région n’a rien d’étonnant, battus qu’ils sont par les concurrents de Verviers, d’Eupen, de Franco-mont, d’Aix-la-Chapelle, etc.153

  • 154 A. Hortus, L’industrie de la laine dans le Lodévois : étude économique et sociale (1789-1851), op. (...)

59Seul l’Hérault conserve un commerce important avec le Levant sous la Monarchie de Juillet dans les Échelles où les draps français dominaient traditionnellement le commerce civil à Smyrne et dans une moindre mesure à Alexandrie et en Syrie. Lodève qui avait abandonné ce type de fabrication au xviiie siècle, la relance sous la Restauration ; l’origine est à rechercher dans le marasme de l’État154. Le retour élevé des commandes en draps de troupe y marginalise de nouveau les tissus pour le Levant. C’est donc surtout à Clermont et à Bédarieux que l’essentiel de la fabrication de londrins et de mahous redémarre.

  • 155 À rapprocher des 10,70 francs le mètre en moyenne à Elbeuf en 1864 et aux 10,50 francs le mètre en (...)
  • 156 C. Saint-Pierre, L’industrie du département de l’Hérault. Études scientifiques, économiques et sta (...)
  • 157 AD Hérault, 9 M, 9 ; Lettre du sous-préfet de Lodève au préfet de l’Hérault, 15 juin 1857.
  • 158 Cité par Patrick Verley (P. Verley, L’Échelle du monde. Essai sur l’industrialisation de l’Occiden (...)

60Il s’agit, comme sous l’Ancien Régime, de « draps légers, souples, aux couleurs unies et éclatantes » qui se négocient à des prix élevés155, puisqu’en 1865 à Bédarieux, les premières qualités sont à neuf francs le mètre et les secondes à six francs trente156. À côté des draps d’uniforme qui finissent par l’emporter avec les nouveautés pour les marchés civils, l’Hérault conserve une production significative de draps destinés aux marchés orientaux, notamment du Levant, jusqu’aux années 1860. Entre la fin de la guerre de Crimée et 1859, des manufacturiers optent pour leur production afin de faire face à la régression des commandes militaires157. Les fabricants du Midi languedocien « bénéficient de l’inertie des habitudes de consommation et d’approvisionnement » en Méditerranée. En effet, malgré la montée en puissance de la concurrence européenne, les Orientaux continuent d’être attachés aux draps français car les clients « ont des habitudes invétérées ; ils acceptent difficilement d’autres produits que ceux qu’ils achètent depuis un temps immémorial, ce qui fait dire qu’ils s’attachent plutôt à la marque de fabrique qu’à la qualité des marchandises »158.

  • 159 « Ce malaise industriel et général provient en grande partie des difficultés que rencontrent les f (...)
  • 160 C. Saint-Pierre, L’industrie du département de l’Hérault. Études scientifiques, économiques et sta (...)
  • 161 AD Hérault, 9 M, 10 ; Lettre du préfet de l’Hérault au ministre de l’intérieur, 16 novembre 1859.
  • 162 F. Teisserenc, L’industrie lainière dans l’Hérault, op. cit., p. 108-109.
  • 163 F. Teisserenc, L’industrie lainière dans l’Hérault, op. cit., d’après Louis Reybaud (L. Reybaud, L (...)
  • 164 M. Lévy-Leboyer, Les banques européennes et l’industrialisation internationale dans la première mo (...)
  • 165 F. Teisserenc, L’industrie lainière dans l’Hérault, op. cit., p. 112-113 et C. Saint-Pierre, L’ind (...)

61Les conditions changent toutefois dès la fin des années 1850. Les conflits conjoncturels qui frappent l’Orient159 et contractent les exportations ne font que révéler une tendance structurelle lourde à la fermeture définitive de ces marchés pour l’Hérault. Les fabriques de Saxe, de Prusse, de Belgique et d’Angleterre finissent par s’y imposer160. Bédarieux avait résisté à la contraction des marchés de la Méditerranée orientale en poursuivant la vente de quantités significatives de draps sérails et de sultans au Levant ; elle voit la crise la frapper durement dès la fin des années 1850 du fait de la cessation des commandes presque brusque des draps français161. Plusieurs établissements ferment alors162. La situation se stabilise ensuite et dans les décennies suivantes, le centre conserve une fabrication en petite quantité de stambouls et de mahouts163, mais l’essentiel de ses ventes est tourné maintenant vers l’intérieur et sur les nouveautés. Bien qu’en régression, seul Clermont conserve une production significative pour ce marché. Alors qu’au début des années 1830, elle envoyait pour 2 000 000 de francs au Levant sur plus de 4 000 000 de chiffre d’affaires164, elle ne négocie plus, en Syrie et en Égypte, que pour un montant de 400 000 francs sur les 1 800 000 francs de son chiffre d’affaires en 1865. Par comparaison, Lodève ne vend plus à la même date que pour 100 000 francs sur les presque 7 000 000 de chiffre d’affaires165.

À la recherche des causes

62Les draps du Midi ont donc régressé sur tous les marchés internationaux d’une certaine importance. Le développement des industries nationales en Europe et la concurrence commerciale, en Amérique puis au Levant, provoquent la récession dans la production destinée aux marchés civils. La concurrence étrangère n’est pas seule responsable. Le déclin qui résulte tient aussi bien aux techniques du commerce de plus en plus obsolètes qu’à une offre inadaptée.

Les techniques de distribution sont-elles responsables ?

Le déclin de Beaucaire et des grandes foires

  • 166 P. Léon, « Vie et mort d’un grand marché international. La foire de Beaucaire (xviiie-xixe siècles (...)
  • 167 Arch. mun. Beaucaire, 3 F, 24 ; Registre destiné à recueillir les renseignements résultant des cer (...)
  • 168 AD Ariège, 14 M, 18/4 ; Statistique industrielle. Observations, 1876-1880.
  • 169 AD Aveyron, 6 M, 740 ; Statistiques générales, 1812-1846.
  • 170 F. Boulet, Un canton rural reculé du sud Aveyron à la poursuite du développement et des progrès du (...)
  • 171 AD Aude, 14 M, 2 ; Rapport du vice-président de la Chambre de Commerce de Carcassonne au ministre (...)
  • 172 AD Aude, 14 M, 16-17 ; Situations industrielles des arrondissements du département de l’Aude, 1860 (...)

63On sait qu’au début de la Restauration, la France retrouve les marchés méditerranéens. Beaucaire demeure alors un pôle d’attraction décisif. Dans sa résistance à la chute, la foire de la Madeleine (qui dure toujours sept à huit jours autour du 22 juillet), conserve une grande partie de son activité jusque vers 1840-1850166. Ainsi, aux côtés des grands manufacturiers français comme les Alsaciens – Kœchlin, Schlumberger, Dollfuss Mieg –, on trouve nombre de négociants du Midi avec, parmi eux, les fabricants de Lavelanet : Authié, Croux, Dastis et Dumas167. En effet, les fabricants du Pays d’Olmes s’en remettent à la vente presque exclusive en foire jusqu’aux années 1870. Beaucaire y joue un rôle central avec Toulouse168. Il en est de même pour le Rouergue où, concurremment avec Pézenas, ces mêmes lieux d’écoulement sont le mode essentiel de négoce169. Sous le Second Empire la structure ne semble pas avoir évolué170. C’est aussi le cas de l’Aude. En 1830 « la foire de Beaucaire, [est] un [des] plus importants débouchés, l’unique même pour plusieurs [des] manufacturiers »171 dans les années 1860, les manufacturiers du département calquent encore leur activité sur ces foires et sur celles de Toulouse et de Pézenas172.

  • 173 P. Léon, « Vie et mort d’un grand marché international. La foire de Beaucaire (xviiie-xixe siècles (...)
  • 174 Ibid., p. 325.
  • 175 AD Aude, 14 M, 9 ; Lettre du maire de Chalabre au sous-préfet de Limoux, 30 août 1822.

64Il est cependant incontestable que les marchés italien, espagnol et levantin sont en réduction sensible à partir de la Restauration. Les guerres de la Révolution et de l’Empire n’ont fait qu’accroître un phénomène bien entamé sous l’Ancien Régime pour les draps destinés à l’Orient et ceux pour les marchés ibériques. Aussi peut-on se demander si l’attraction qu’exercent les foires – Beaucaire en particulier – n’est pas facteur de déclin pour des manufacturiers qui ne disposent plus d’un outil de redistribution aussi efficace que par le passé. En effet, au xixe siècle, Beaucaire perd réellement son rôle international. Les débouchés pour l’étranger se réduisent sensiblement et la foire de la Madeleine ne joue plus progressivement qu’un rôle régional173. La proportion des invendus s’accroît, semble-t-il, dès le Premier Empire174. Sous la Restauration, on se plaint par exemple à Chalabre « des frais considérables » liés à l’expédition en foires de marchandises « quelquefois vendues à peu de profit, peut-être même à perte, ou rapportées dans les magasins des fabricants »175.

Diminuer ou supprimer les intermédiaires

  • 176 AD Lozère, F, 2447 ; Mémoire du Sieur Holker sur sa tournée au Languedoc présenté à Monseigneur l’ (...)
  • 177 AD Lozère, 2447 ; Mémoire d’Étienne Lafont, subdélégué sur l’inspection du sieur Holker, 1764.
  • 178 Bibl. mun. Carcassonne, mss. no 94, intendant Ballainvilliers, Traité sur le commerce de Languedoc (...)

65Incapables de renoncer à la vente en foires, faute de structure substitutive, les fabricants continuent de négocier l’essentiel de leur production par ce moyen après le Premier Empire. Ils tentent, cependant, d’en réduire les coûts par la prise en charge directe de la vente, supprimant ainsi une partie des intermédiaires. La prise de conscience des difficultés de recours aux diverses strates de marchands n’est pas récente. Dans la seconde moitié du xviiie siècle, Holker avait déjà souligné à quel point la situation était désavantageuse pour le Gévaudan176. Le subdélégué en avait, lui aussi, mesuré les conséquences négatives sur le prix des étoffes et le revenu des fabricants177. À la fin du xviiie siècle, l’intendant de Languedoc Ballainvilliers avait souligné le peu de profit que donnait, de ce fait, l’activité des basses draperies178. Nonobstant les difficultés conjoncturelles de la Révolution et de l’Empire, le développement de la concurrence durant cette période a conduit les manufacturiers à baisser le prix de vente de leurs articles. L’activité n’est alors plus rentable.

  • 179 AD Haute-Garonne, 12 M, 30 ; Statistiques industrielles et manufacturières, 1825-1827.

66En Ariège, comme en Haute-Garonne, les fabricants tentent de dégager de nouveau un résultat positif en écoulant eux-mêmes leur marchandise. Leur horizon reste toutefois le plus souvent borné ; il se résume essentiellement à se déplacer dans les foires de la région, où Toulouse continue de jouer un rôle essentiel. Ils rejoignent ainsi la pratique des marchands-fabricants de dimension modeste de l’Ancien Régime. Les lieux de débit plus éloignés et qui représentent toujours les marchés d’écoulement privilégiés – Montauban, Bayonne, Agen, Bordeaux, Limoges, Lyon, etc. – sont pour eux plus difficilement atteignables. Les marchands toulousains, leurs commissionnaires ou les négociants des grandes villes, en se rendant aux grandes foires de la capitale du Haut-Languedoc, assurent alors l’écoulement à plus grande distance. Beaucaire joue toujours un rôle de redistribution vers les marchés du centre-Est de la France, de la Suisse et surtout du Piémont. Cela se vérifie aussi pour les petits fabricants qui, concentrés sur leur production et méconnaissant les réseaux de distribution, ne peuvent assurer le débit de leurs tissus que sur les places commerciales les plus proches. Au contraire des fabricants à peine plus importants, ils continuent à s’en remettre à des marchands intermédiaires pour toucher les marchés plus lointains ; c’est le cas en Comminges179. La mutation est alors ici insuffisante, puisqu’elle laisse encore subsister, comme dans l’Aude où les fabricants ne parviennent pas à s’en défaire totalement, une strate de commerçants intermédiaires.

  • 180 AD Aude, 14 M, 9 ; Lettre du sous-préfet de Limoux au préfet de l’Aude, 18 juin 1825.
  • 181 AD Aude, 14 M, 9 ; Lettre du maire de Limoux au sous-préfet de Limoux, 13 août 1822.
  • 182 AD Aude, 14 M, 9 ; Rapport du préfet de l’Aude au ministre de l’intérieur, 1er novembre 1825.
  • 183 AD Aude, 14 M, 9 ; État des manufactures de l’arrondissement de Castelnaudary, 4e trimestre 1824.

67Ainsi, à Limoux en 1825, ces derniers écoulent encore 2 000 coupes pour le marché français, alors que 3 000 sont distribuées par les fabricants ou des marchands détaillants. Quant aux 5 000 coupes exportées à l’étranger, elles sont consignées à des commissionnaires du Piémont, d’Italie et de Suisse qui s’occupent de les négocier pour le compte des fabricants180. Les marchands lyonnais y occupent parfois une position d’intermédiaire181. À Carcassonne, les ventes se font en partie par les marchands eux-mêmes et en partie par l’intermédiaire de commissionnaires dans les entrepôts de Paris, du Havre, de Lyon, de Marseille, de Toulouse, de Bordeaux et de Limoges182. En revanche, à Cenne-Monestiés, les fabricants vendent eux-mêmes leur production aux foires de Beaucaire, Toulouse et Bordeaux183.

  • 184 AD Ariège, 13 M, 18 ; État général des foires du département de l’Ariège dressé en exécution de la (...)

68En Pays d’Olmes, la situation diffère quelque peu. Les foires du pays servent d’abord à la vente de produits de l’agriculture, en particulier de bestiaux. D’une manière générale, les produits textiles qui se négocient sur les places ariégeoises sont extérieurs à la fabrication régionale. En 1819, on y trouve, par exemple, des mousselines et des mouchoirs – que l’industrie locale ignore – ainsi que des toiles et quelques pièces de laine qui ne proviennent pas forcément du pays. Au marché de Mirepoix, décrit comme le plus important du Pays d’Olmes, le commerce des draps n’y est même pas mentionné184.

  • 185 J. Thomas, Le temps des foires. Foires et marchés dans le Midi toulousain de la fin de l’Ancien Ré (...)
  • 186 AD Ariège, 13 M, 18 ; Tableau des foires. Département de l’Ariège, 1849.
  • 187 Ibid.
  • 188 AD Ariège, 13 M, 18 ; Tableau des foires. Département de l’Ariège, 1876.
  • 189 AD Ariège, 14 M, 17 ; Statistique industrielle des manufactures fabriques et usines et autres étab (...)

69Au cours de la première moitié du xixe siècle, les foires et marchés de cette petite région semblent prendre de l’ampleur, à l’image de celles du Midi toulousain qui connaissent alors leur âge d’or185. À Lavelanet, en particulier, ils « acquièrent tous les jours de l’importance »186. Ce développement est attribué à l’accroissement de la ville elle-même et au « grand nombre d’ouvriers qu’attirent les nombreuses fabriques de draps qu’elle renferme ». En 1849, avec la quincaillerie et les produits agricoles, s’y négocie une série de textiles de la région et d’ailleurs : draps, indiennes, toiles blanches, grises et écrues187. De toute manière, les draps ne semblent pas y jouer un rôle central. Par la suite, les statistiques les ignorent. En 1876, par exemple, ils ne sont plus mentionnés, le commerce se limitant majoritairement au négoce de produits agricoles188. Ces marchés n’occupent donc qu’une place marginale dans la redistribution des textiles locaux. De fait, les entrepreneurs du Pays d’Olmes ne recourent pratiquement pas à des intermédiaires. En 1825, tous les drapets et les burats sont vendus par les fabricants eux-mêmes. Quant aux draps, seul un sixième de la fabrication est négocié par des commerçants. Ainsi, en Pays d’Olmes, 14 % seulement de la production textile passe par des intermédiaires189.

Premiers voyageurs de commerce et vente à la commission

  • 190 AD Aude, 14 M, 9 ; Lettre du maire de Chalabre au sous-préfet de Limoux, 30 août 1822.
  • 191 AD Aveyron, 6 M, 736 ; Statistique des établissements mettant en œuvre la laine et le coton. Rappo (...)

70La suppression ou la diminution des intermédiaires ne suppriment pas cependant les coûts élevés liés à la manutention et à l’avance que représente la production avant commande. Aussi, le recours aux voyageurs de commerce commence-t-il à se développer dès la Restauration. Les premiers commis voyageurs connus dans la région viennent d’abord de l’extérieur. En 1822, ils sont déjà nombreux à Chalabre mais surtout « pour vendre et peu pour acheter »190. Cette pratique ne supprime pas la dépendance des manufactures du Midi vis-à-vis du marché. Au contraire, elle limite les capacités de réponse aux goûts du moment, en particulier dans la production fortement concurrentielle des fantaisies, et ne permet pas d’adapter au mieux la production à la demande réelle en volume, ce qu’au moins le déplacement des fabricants en foires permettait de percevoir en partie. Ainsi, en Aveyron, sous le Second Empire, « les fabricants travaillent [encore] le plus souvent sans commande préalable ; leurs produits leur sont pris par des voyageurs qui passent habituellement vers le mois de juin [et] c’est à leur intelligence des affaires à voir dans quelles limites ils peuvent s’engager »191.

  • 192 C. H. Johnson, The Life and Death of Industrial Languedoc, 1700-1920, op. cit., p. 39.
  • 193 AD Tarn, XIII, M 1-11 ; Rapport sur l’activité économique du département, 15 novembre 1835, cité p (...)
  • 194 R. Cazals, Les révolutions industrielles à Mazamet, 1750-1900, op. cit., p. 111.
  • 195 J. Loup, L’industrie lainière dans le Tarn, op. cit., p. 207.
  • 196 R. Cazals, J. Faury, A. Lévy, « Au temps de Jaurès (vers 1880-1920) », in R. Cazals (dir.), Histoi (...)
  • 197 AD Aude, 14 M, 15 ; Situation industrielle de l’arrondissement de Castelnaudary, 1er trimestre 185 (...)
  • 198 AD Aude, 14 M, 15 ; Situation industrielle de l’arrondissement de Castelnaudary, 1er trimestre 185 (...)

71À partir de la Monarchie de Juillet, des territoires de la laine du Midi modifient leur structure de distribution et de diffusion en développant la vente à la commission par l’intermédiaire de voyageurs de commerce. Bédarieux et Mazamet paraissent être des précurseurs dans le domaine. Dès la Restauration, la dynamique place de l’Hérault envoie des agents en exploration dans les centres de production du nord de la France pour s’inspirer des nouvelles idées et établir des débouchés à Paris et dans les villes du Centre et de l’Ouest192. À Mazamet, dès 1835, quinze maisons de la place industrielle ont des voyageurs presque toute l’année193. Ils tissent des relations directes avec les clients finaux. Ainsi, Ferdinand Cormouls a des comptes ouverts partout en France et entretient des relations directes avec des distributeurs à Toulouse, Bordeaux, Nantes, La Rochelle, Morlaix, Granville, Pontivy, Avranches, Rennes, Rouen, Abbeville, Hennebont, Pontorson et Paris. Il s’installe même avec succès à Londres, marché si important pour l’exportation des nouveautés194. L’implantation parisienne joue aussi un rôle déterminant. Elle permet de saisir les tendances du moment, de vendre en masse aux grandes maisons qui redistribuent ensuite partout en France et de profiter des grands magasins parisiens de confection : la Belle Jardinière, le Bon Marché, le Louvre, etc195. Labastide suit la voie tracée par Mazamet profitant aussi de son réseau de négoce et touche, en partie, les mêmes marchés196. Mais le processus ne concerne pas seulement le Tarn. Si l’Ariège reste étrangère au phénomène jusqu’au dernier tiers du xixe siècle, des centres audois encore dynamiques comme Cenne-Monestiés en appliquent aussi les méthodes, au moins dès le Second Empire. Ainsi, durant l’hiver, alors que les travaux sont au ralenti, les fabricants préparent les « échantillons pour la campagne prochaine »197, envoient les voyageurs pour recueillir les commandes et lancent activement la fabrication à leur retour198.

Une offre de plus en plus inadaptée

72Toutefois, l’effondrement de certains territoires de la laine ne tient pas tant à la lenteur de l’adoption de nouvelles conditions de diffusion et de distribution qu’à l’inadaptation de l’offre. Les premières difficultés pour les manufactures du Midi ont consisté dans le choix, obstiné parfois, de maintenir la production d’étoffes combinées alors, qu’après 1830, les marchés sont totalement résiduels. Quelques manufacturiers innovants s’étaient lancés certes dans de nouveaux genres : les étoffes légères de type zéphyr et amazone et les tissus lourds comme les satins et les hybérines, mais ils n’avaient pas été suivis. Seules les flanelles, avec chaîne et trame en fils cardés, les nouveautés, les sargues puis les péruviennes connaissaient un certain développement dans un petit nombre de centres. Les autres territoires de la laine du Midi restaient fidèles au drap uni et plutôt fort alors que la mode glissait vers la fantaisie et le léger bon marché. La force des places telles que Castres, Mazamet, Lavelanet, Labastide-Rouairoux a été de savoir se positionner sur le créneau intermédiaire de produits bien fabriqués répondant aux attentes des consommateurs.

  • 199 Exposition universelle internationale de 1889 à Paris, Rapport général, p. 342.
  • 200 J. Levain, J. Rougerie et A. Straus, « Contribution à l’étude des mouvements de « longue durée » : (...)

73Ce que le Midi connaît, toutes les grandes places du cardé le vivent et s’y adaptent avec plus ou moins de bonheur à la fin des années 1850 et au début des années 1860. Face aux difficultés rencontrées dans les genres cardés, Elbeuf réagit en diversifiant le plus possible son offre. Elle fabrique « à la fois des cuirs-laine, des imperméables, des zéphyrs, des draps croisés, des satinés, des édredons, des castors, des ondulés, des ratinés, des frisés, des draps de fantaisie mélangés de soie et de coton, etc. [Elle se lance aussi dans les] tissus nouveaux, satinés de nuances tendres, casimirs jaspés et chinés, tartans légers et duveteux pour collections de dames, et une foule d’articles jusqu’alors inconnus. » Quant aux autres grands centres du cardé, leur adaptation est bien moins grande et n’enraye pas leur récession ; ainsi, « Sedan se signal[e] par ses façonnés, ses draps noirs, ses twines fines mélangées et surtout ses velours de laine pour dames. Louviers commen[ce] à imiter les articles anglais, Vire sui[t] l’exemple de Sedan et fabriqu[e] plus spécialement les bleus unis et les veloutés pour le costume féminin199. » Mais la diversification de l’offre n’empêche pas l’effondrement de Sedan et la fin de l’onde elbeuvienne200.

  • 201 L’industrie. Recueil de traités élémentaires sur l’industrie française et étrangère […], sous la d (...)
  • 202 Exposition universelle internationale de 1889 à Paris, Rapport général, p. 348.
  • 203 G. Gayot, Les draps de Sedan, 1646-1870, op. cit., p. 445.

74À la fin de la période, l’offre devient inadaptée du fait de la prépondérance que le peigné est en train d’acquérir. La percée du mérinos, dès l’Empire, en fournissait déjà l’indice. Les performances réalisées dans l’amélioration des étoffes peignées au cours de la première moitié du xixe siècle, aussi. Dès 1834, on parvenait à tisser « des mérinos presque aussi fins et aussi doux que des cachemire »201. En 1844, « les fils et tissus de laine peignée [qui avaient fait] bonne figure aux expositions de 1827, 1834, 1839, [ont atteint] lors de cette dernière exposition, […] des progrès notables, non seulement dans la fabrication mécanique, mais encore dans la confection même des articles de goût et de luxe, et spécialement des cachemires, dont la valeur, pour un châle de même surface » varie de 8 à 800 francs et même davantage202. Aussi, « vers 1860, le peigné, mécanisé plus tôt et produisant de bons tissés moins chers, a gagné la partie sur le cardé »203.

  • 204 Exposition universelle internationale de 1889 à Paris, Rapport général, p. 342.
  • 205 J.-C. Daumas, L’amour du drap. Blin & Blin. Elbeuf, 1827-1975. Histoire d’une entreprise lainière (...)

75À l’inverse d’Elbeuf, Vienne qui exécute « les mêmes étoffes […] avec des matières communes » et Bischwiller qui continue « la production de ses tissus légers en noir et en couleurs »204 poursuivent leur développement205. La situation est assez semblable en Pays d’Olmes dont la croissance rappelle en petit, à cette époque, celle de la capitale lainière de l’Isère, quoique Lavelanet fonde encore la sienne sur de vieux produits lourds et unis, la nouveauté commençant juste à s’y développer.

La concurrence étrangère

76L’absence de spécialisation des économies les plus avancées font que leurs industries ne sont pas complémentaires et entrent, au contraire, en concurrence dans les mêmes branches : l’industrie lainière en fournit un bon exemple. La mise en place d’une politique douanière protectionniste, voire prohibitionniste dans les années 1820, quoique légèrement assouplie au début des années 1830, protège les marchés nationaux de la concurrence mais a pour effet d’exacerber la lutte dans la conquête des débouchés extérieurs. Malgré tout, les industries du Midi en profitent pleinement, en particulier dans leur production commune qui bénéficie d’un marché intérieur protégé et porteur, alors que les exportations leur sont pratiquement interdites du fait de la domination, presque sans partage, de l’industrie britannique dans les produits bas de gamme. En même temps, cela n’empêche pas le maintien d’un certain courant d’exportations : réactivé, mais récessif pour les draps légers à destination du commerce méditerranéen, plus dynamique dans les nouveautés pour les États-Unis et le Royaume-Uni.

77Cette politique de créneaux, bien en place dans la première moitié du xixe siècle au niveau national comme dans le Midi, n’est pas remise en cause par le traité de 1860. Dans bien des cas, les territoires de la laine, connaissant les plus grandes difficultés à partir de cette date, sont les mêmes qui régressent depuis la crise de 1830 ; ils souffrent de l’inadaptation de leur offre faite de tissus unis, lourds et communs aussi peu demandés en France qu’à l’étranger. Cela ne signifie pas pour autant que les centres les plus dynamiques dans le Tarn et l’Ariège, spécialisés dans les étoffes mélangées et/ou façonnées ne rencontrent pas de difficultés.

  • 206 Exposition universelle internationale de 1889 à Paris, Rapport général, p. 352.

78Comme pour l’ensemble de l’industrie française, ils semblent devoir affronter une concurrence de plus en plus présente et efficace. Le rapport du jury de l’exposition internationale de 1867 en fournit une bonne illustration ; il s’efforce de montrer la place particulière occupée par le Royaume-Uni dans « la belle fabrication mécanique » d’étoffes et souligne l’importance acquise par « la Prusse et l’Autriche [qui] offr[ent] d’habiles copies des tissus anglais et français, par la Belgique en pleine croissance industrielle, montra[nt] que Bradford et Roubaix aur[ont] désormais en elle un concurrent redoutable ; la Russie appara[ît] aussi en progrès, grâce à ses grandes usines de Moscou, et cherch[e] à refouler les produits étrangers par ses droits de douane »206.

  • 207 Exposition universelle de Londres de 1862. Rapports des membres de la section française du jury in (...)
  • 208 Exposition universelle internationale de 1889 à Paris, Rapport général, p. 342 et p. 349.

79Ce constat, le jury de l’exposition internationale de 1862 l’avait déjà fait. L’Angleterre, l’Autriche, la Belgique, et la Prusse y étaient déjà décrites comme des « rivaux redoutables » par leur capacité à produire des « tissus façonnés […] remarquables à plus d’un titre ». L’attention était plus particulièrement portée sur l’Autriche, notamment sur Brünn, en Moravie, où se situaient les « véritables concurrents ». « Initiés à tous les détails de la fabrication la plus avancée, les manufacturiers de la Moravie [surtout], de la Carinthie et de la Silésie [aussi], ont exposé des tissus qui, pour le bon goût et la bonne entente des couleurs, sont bien près des nôtres, aussi près que l’imitation peut approcher de l’original. Entre leurs mains, la laine s’est prêtée à une filature dont on ne peut trop faire remarquer la régularité et la finesse, et à des apprêts souvent irréprochables »207. En 1867, la préoccupation est plutôt centrée sur « l’application presque universelle de la mécanique dans le tissage, à la combinaison économique des étoffes que l’Angleterre créait ou copiait ». On s’attache aussi à souligner la place de la Belgique, spécialement Verviers, dont les étoffes, quoique « sensiblement inférieures aux nôtres au point de vue de la qualité, avaient l’avantage du bon marché »208.

  • 209 Exposition universelle de Londres de 1862. Rapports des membres de la section française du jury in (...)
  • 210 Exposition universelle internationale de 1889 à Paris, Rapport général, p. 351-352.
  • 211 J.-C. Daumas, Les territoires de la laine. Histoire de l’industrie lainière en France au XIXe sièc (...)
  • 212 Exposition universelle internationale de 1889 à Paris, Rapport général, p. 352.
  • 213 P. Verley, L’Échelle du monde. Essai sur l’industrialisation de l’Occident, op. cit., p. 586 et p. (...)

80Mais, dans tous les cas, la position particulière de la France est soulignée dans les tissus façonnés pour « le choix des dessins et dans l’harmonie des couleurs, un goût auquel tout le monde rend hommage et qui lui assure une évidente supériorité »209. La primauté française s’affirme aussi dans la filature de la laine peignée mérinos pour laquelle les filatures du Nord ont su développer un matériel adapté à leur traitement210. Cela facilite la reconversion de Roubaix aux tissus peignés pure laine, qui avaient fait la prospérité de Reims et de Fourmies et que Roubaix accapare211. L’exposition internationale de 1867 révèle la révolution du goût en direction des tissus légers en laine peignée qui donne à la France le premier rang et aux centres spécialisés dans ces productions des « succès considérables »212. Le commerce d’exportation français en profite pleinement : son taux d’ouverture continue de s’accroître après 1860 jusqu’à la Grande Dépression et les tissus de laine voient leur valeur vendue à l’étranger presque doubler entre 1860 et la période 1873-1880213.

  • 214 Enquête. Traité de commerce avec l’Angleterre. Industries textiles. T. 3. Laine, Paris, Conseil su (...)
  • 215 AN, F12, 6887 ; Chambre syndicale des tissus et nouveautés, Rapport sur les traités de commerce, P (...)

81En France, la réorientation du cardé vers le peigné et la pratique d’une politique de créneau dans la production permettent à l’industrie lainière de gagner des parts du marché extérieur. Cela relativise les discours négatifs portant sur le choc produit par le traité de 1860 – et la concurrence mortelle qu’aurait entraînée la confrontation avec l’Angleterre dans l’industrie textile214 –, l’industrie lainière connaissant, au contraire, « une grande impulsion », suivie d’une période « prospère » jusqu’en 1872215, permettant le développement des exportations françaises.

  • 216 AN, F12, 6887 ; Chambre syndicale des tissus et des matières textiles, Les industries textiles et (...)
  • 217 P. Verley, L’Échelle du monde. Essai sur l’industrialisation de l’Occident, op. cit., p. 601.
  • 218 AD Ariège, 14 M, 18/2 ; Situations trimestrielles, 1861-1865 ; AD Ariège, 14 M, 18/3 ; Situations (...)

82Toutefois, les difficultés rencontrées par les territoires de la laine du Midi dépassent les effets supposés de la concurrence internationale216. Les sources gouvernementales, celles des chambres consultatives des arts et manufactures et des chambres de commerce et d’industrie ne manquent pas d’en faire état, comme partout ailleurs en France. À l’instar d’Elbeuf, les territoires de la laine du Midi souffrent de leur spécialisation presque exclusive dans le cardé. Le bas coût de la matière première, puis la famine du coton ont favorisé, un temps, le retour à des marges bénéficiaires importantes217. Ils ont décalé la perception de l’inadaptation de l’offre dans le Midi. La fin de la Guerre de Sécession, les crises conjoncturelles de 1865 et de 1867 l’ont brutalement révélée218.

  • 219 P. Verley, L’Échelle du monde. Essai sur l’industrialisation de l’Occident, op. cit., p. 626.

83La question centrale reste donc celle de l’inadaptation des genres à la demande. Pourtant le cardé ne paraît pas condamné dans le Midi, même dans les années 1860-1870. Lavelanet, comme Labastide-Rouairoux, semblent parvenir à se positionner sur le créneau de la nouveauté de qualité intermédiaire, suivant ainsi, en partie, l’exemple de Vienne. Castres poursuit la fabrication des péruviennes non sans succès ; la concurrence étrangère, même anglaise, ne l’a jamais gênée et la réforme structurelle de Roubaix lui laisse plus de place sur le marché national qu’elle recherche en presque totalité. Mazamet, en revanche, poursuit sa quête de l’élaboration d’une nouveauté de qualité ; elle ne manquera pas d’en subir les conséquences à l’instar d’Elbeuf. Toutefois, si la question des produits paraît première, il est aussi indubitable que des problèmes de productivité et de rendement se posent, sans que les acteurs ne sachent encore l’exprimer219.

84De la Monarchie de Juillet à la fin du Second Empire, les clivages entre espaces dynamiques et récessifs de production se révèlent. Après la réussite fondée sur les cuirs-laine, les nouveautés portent le développement de Mazamet et de Lavelanet (avec trois décennies de décalage) jusqu’à la fin de la période. Castres fait de même mais avec les tissus mélangés (sargues, d’abord, puis péruviennes). Hautes et Basses-Pyrénées amorcent une forte croissance dans les lainages fantaisie, réussissant pleinement leur reconversion de la draperie à la bonneterie.

85En revanche, l’Aveyron et l’Hérault connaissent de sérieuses difficultés. Ce dernier, ne s’est pas remis d’un triple choc : la diminution des commandes militaires commencée avec la fin de la Guerre de Crimée et qui s’aggrave après 1864, la fermeture définitive du marché levantin entre la fin des années 1850 et le début des années 1860, la crise dans les nouveautés (à Bédarieux et Saint-Pons), perceptible dès les années 1860 et en aggravation dans les années 1870. À la fin de la période, l’industrie destinée au commerce est pratiquement réduite à néant et les usines de l’Hérault qui subsistent travaillent dorénavant grâce au maintien récessif de la fabrication de draps d’uniforme.

86La responsabilité n’est pas à rechercher dans les techniques de diffusion et de distribution. Même si les foires restent un lieu privilégié de négoce des industriels du Midi, tous ont fini par adopter le système des voyageurs avec vente à la commission sur présentation d’échantillons. Les problèmes trouvent leur origine dans une offre de faible qualité et inadaptée : les tissus peignés de la Lozère, comme les nouveautés de l’Hérault ne peuvent soutenir la comparaison avec les produits de même type, qu’ils soient du Midi ou du nord de la France.

Notes

1 J.-P. Daviet, Nouvelle histoire économique de la France contemporaine. L’économie de la France préindustrielle, 1750-1840, Paris, La Découverte, 1993, p. 106-108.

2 M. Lévy-Leboyer, Les banques européennes et l’industrialisation internationale dans la première moitié du xixe siècle, op. cit., p. 102.

3 AD Aude, 14 M, 2 ; Rapport du vice-président de la Chambre de Commerce de Carcassonne au ministre du Commerce et des Colonies à Paris, 13 avril 1831.

4 J.-C. Daumas, Les territoires de la laine. Histoire de l’industrie lainière en France au xixe siècle, op. cit., p. 64.

5 A. Hortus, L’industrie de la laine dans le Lodévois : étude économique et sociale (1789-1851), op. cit., p. 146-153.

6 M. Lévy-Leboyer, Les banques européennes et l’industrialisation internationale dans la première moitié du xixe siècle, op. cit., p. 102-104.

7 AD Ariège, 14 M, 17 ; Statistique de la France. Département de l’Ariège, Commune de Lavelanet, 1839.

8 J.-C. Daumas, Les territoires de la laine. Histoire de l’industrie lainière en France au XIXe siècle, op. cit., p. 96-97.

9 P. Verley, L’Échelle du monde. Essai sur l’industrialisation de l’Occident, op. cit., p. 601.

10 R. Cazals, Les révolutions industrielles à Mazamet, 1750-1900, op. cit., p. 110-114.

11 F. Teisserenc, L’industrie lainière dans l’Hérault, op. cit., p. 100-101.

12 AD Aude, 14 M, 12 ; Statistique de France. Industrie. Département de l’Aude. Fabrique ou manufacture de draps, 1840.

13 AD Ariège, 14 M, 17 ; Statistique de la France. Département de l’Ariège, Commune de Lavelanet, 1839.

14 AD Hérault, 9 M, 10 ; Lettre du sous-préfet de Béziers au préfet de l’Hérault, 24 juillet 1860.

15 C. Brisson, L’industrie lainière et drapière à Elbeuf et à Louviers, Elbeuf, Syndicat patronal de l’industrie textile d’Elbeuf-Louviers et de la région, 1951, p. 29 ; F. Concato, « “Capter le goût des consommateurs” : naissance et renaissance de la draperie-nouveauté à Elbeuf (milieu xviiie siècle-vers 1830) », in A. Becchia (dir.), La draperie en Normandie du xiiie au xxe siècle, Rouen, Publications de l’Université de Rouen, 2003, p. 360-372.

16 Exposition universelle internationale de 1889 à Paris, Rapport général, p. 339.

17 C. Brisson, L’industrie lainière et drapière à Elbeuf et à Louviers, op. cit., p. 29.

18 R. Hubac, « L’industrie castraise », in Revue de géographie des Pyrénées et du Sud-Ouest, tome 5, 2, 1934, p. 162.

19 J. Loup, L’industrie lainière dans le Tarn, op. cit., p. 37-38.

20 J. Levain, J. Rougerie et A. Straus, « Contribution à l’étude des mouvements de « longue durée » : la croissance de l’industrie lainière en France au xixe siècle : ses allures et ses déterminants », […], bull. no 12, loc. cit., p. 79.

21 AD Ariège, 14 M, 17 ; Statistique industrielle de 1839, draperies de Lavelanet.

22 J.-C. Daumas, L’amour du drap. Blin & Blin. Elbeuf, 1827-1975. Histoire d’une entreprise lainière familiale, Besançon, Presses universitaires franc-comtoises, 1999, p. 156.

23 J. Levain, J. Rougerie et A. Straus, « Contribution à l’étude des mouvements de « longue durée » : la croissance de l’industrie lainière en France au xixe siècle : ses allures et ses déterminants », […], bull. no 12, loc. cit., p. 79.

24 R. Cazals, Les révolutions industrielles à Mazamet, 1750-1900, op. cit., p. 104, p. 107, p. 170-172.

25 M. Blin, Exposition universelle internationale de 1878 à Paris. Les fils et tissus de laine cardée, Paris, Imprimerie Nationale, 1880, p. 5.

26 J.-C. Daumas, Les territoires de la laine. Histoire de l’industrie lainière en France au xixe siècle, op. cit., p. 64.

27 M. Blin, Exposition universelle internationale de 1878 à Paris. Les fils et tissus de laine cardée, op. cit., p. 13-14.

28 AD Ariège, 14 M, 11 ; Rapport de l’ingénieur des mines Mussy, 5 novembre 1869, f° 8 et 9.

29 C. Saint-Pierre, L’industrie du département de l’Hérault. Études scientifiques, économiques et statistiques, Montpellier, Imprimerie typographique de Gras, 1865, p. 174 et p. 213.

30 Exposition de 1834 sur la place de la Concorde. Notice des produits de l’industrie française précédée d’un historique des expositions antérieures et d’un coup d’œil général sur l’exposition actuelle (ouvrage dédié au commerce), Paris, Éverat imp., 1834, p. 238-239.

31 J. Loup, L’industrie lainière dans le Tarn, op. cit., p. 38.

32 J.-C. Daumas, Les territoires de la laine. Histoire de l’industrie lainière en France au xixe siècle, op. cit., p. 64.

33 R. Cazals, Les révolutions industrielles à Mazamet, 1750-1900, op. cit., p. 106-107.

34 Impressions du sous-préfet de Castres et du procureur général cités par R. Cazals, note supra cit., p. 107.

35 AD Ariège, 14 M, 17 ; Statistique de la France. Département de l’Ariège, Commune de Lavelanet, Manufacture de Jean-Baptiste Dastis, 1839.

36 AD Ariège, 14 M, 19/2 ; Lettre du préfet de l’Ariège, 18 juin 1827.

37 AD Ariège, 14 M, 17 ; Statistique de la France. Département de l’Ariège, Commune de Lavelanet, 1839.

38 AD Ariège, 14 M, 11 ; Rapport de l’ingénieur des mines Mussy, 5 novembre 1869, f° 5 et AD Ariège, 14 M, 18/2 ; Situations trimestrielles, 1er et 2e trimestre 1862.

39 M. Lévy-Leboyer, Les banques européennes et l’industrialisation internationale dans la première moitié du xixe siècle, op. cit., p. 175.

40 P. Verley, L’Échelle du monde. Essai sur l’industrialisation de l’Occident, op. cit., p. 587.

41 AD Ariège, 14 M, 11 ; Rapport de l’ingénieur des mines Mussy, 5 novembre 1869, f° 5.

42 J.-C. Daumas, L’amour du drap. Blin & Blin. Elbeuf, 1827-1975. Histoire d’une entreprise lainière familiale, op. cit., p. 105-106.

43 AD Ariège, 14 M, 17 ; Statistique de la France. Département de l’Ariège, Commune de Lavelanet, 1839.

44 AD Ariège, 14 M, 11 ; Rapport de l’ingénieur des mines Mussy, 5 novembre 1869, f° 1 et 5.

45 Ibid., f° 5 et 10.

46 G. Gayot, Les draps de Sedan, 1646-1870, op. cit., p. 459 et sq.

47 La famine du coton accentue le processus : P. Verley, L’Échelle du monde. Essai sur l’industrialisation de l’Occident, op. cit., p. 601.

48 J.-C. Daumas, L’amour du drap. Blin & Blin. Elbeuf, 1827-1975. Histoire d’une entreprise lainière familiale, op. cit., p. 156.

49 AD Ariège, 14 M, 11 ; Rapport de l’ingénieur des mines Mussy, 5 novembre 1869, f° 5.

50 P. Verley, L’Échelle du monde. Essai sur l’industrialisation de l’Occident, op. cit., p. 600.

51 J.-C. Daumas, L’amour du drap. Blin & Blin. Elbeuf, 1827-1975. Histoire d’une entreprise lainière familiale, op. cit., p. 157-162.

52 J.-M. Minovez, « Industrialisation et innovations décalées. L’exemple des draperies de l’Ariège », in Du moulin à l’usine, supra cit.

53 M. Chevalier, La vie humaine dans les Pyrénées ariégeoises, op. cit., p. 935-937.

54 AD Ariège, 14 M, 18/2 ; Situations trimestrielles, 3e trimestre 1867 et 1er trimestre 1871.

55 AD Ariège, 14 M, 11 ; Rapport de l’ingénieur des mines Mussy, 5 novembre 1869, f° 5 et 9.

56 F. Teisserenc, L’industrie lainière dans l’Hérault, op. cit., p. 100.

57 C. Saint-Pierre, L’industrie du département de l’Hérault. Études scientifiques, économiques et statistiques, op. cit., p. 215.

58 AD Hérault, 9 M, 10 ; Lettre du sous-préfet de Lodève au préfet de l’Hérault, 8 janvier 1859.

59 R. Gély, L’industrie de la laine à Bédarieux de 1789 à 1851, op. cit., p. 211-212.

60 AD Hérault, 9 M, 10 ; Lettre du sous-préfet de Béziers au préfet de l’Hérault, 31 décembre 1860.

61 C. Saint-Pierre, L’industrie du département de l’Hérault. Études scientifiques, économiques et statistiques, op. cit., p. 208-211.

62 M. Lévy-Leboyer, Les banques européennes et l’industrialisation internationale dans la première moitié du xixe siècle, op. cit., p. 102-103.

63 Joseph Philippe Olombel et Pierre Antoine David Henri d’Olombel frères de Mazamet se sont ainsi associés à Auguste Mazarin et Napoléon Mazarin de Camarès pour parvenir à répondre aux adjudications et « donner à la fabrication de ces étoffes une plus grande perfection sans nuire à la production des draps destinés au commerce » (AD Aveyron, 7 U, 50 ; Société en nom collectif Mazarin et compagnie à Camarès 26 avril 1860).

64 R. Cazals, Les révolutions industrielles à Mazamet, 1750-1900, op. cit., p. 113-114.

65 AD Ariège, 14 M, 18/1 à 5 ; Situations trimestrielles (1856-1890).

66 Y. Pourcher, La trémie et le rouet. Moulins, industrie textile et manufactures de Lozère à travers leur histoire, op. cit., p. 129 et sq.

67 AD Aveyron, 8 M, 4 ; Renseignements concernant le commerce et l’industrie adressés par les sous-préfets. État de l’agriculture, de l’industrie et du commerce, 1835-1860.

68 « Vous n’ignorez pas […] l’infériorité bien marquée qui a été signalée lors de la guerre d’Orient dans les fournitures des uns comparées à celles des autres » : AD Hérault, 9 M, 10 ; Lettre du ministre de la Guerre au préfet de l’Hérault, 4 juin 1859.

69 F. Teisserenc, L’industrie lainière dans l’Hérault, op. cit., p. 88-90.

70 M. Jaffard, « Aperçu de l’état actuel d la fabrication des tissus de laine du département de la Lozère », in Bulletin de la Société d’Agriculture de la Lozère, 1833, p. 74-77 reproduit par G. Boyer, Le passé industriel lainier de la Lozère. 2, Le temps de fabriques, Mende, Service éducatif des Archives de la Lozère, s. d., DOC. 2.1.11.2.

71 AD Aude, 14 M, 15 ; Lettre du sous-préfet de Limoux au préfet de l’Aude, 10 décembre 1856.

72 AD Aude, 14 M, 15 ; Lettre du préfet de l’Aude au ministre de ( ?), 22 décembre 1856.

73 AD Aude, 14 M, 15 ; Rapport du préfet de l’Aude au ministre de ( ?), 19 décembre 1856.

74 AD Aveyron, 8 M, 3 ; Lettre du sous-préfet d’Espalion au préfet de l’Aveyron, 14 octobre 1839.

75 AD Aveyron, 8 M, 4 ; Lettre du sous-préfet de Saint-Affrique au préfet de l’Aveyron, 17 septembre 1837.

76 AD Aveyron, 8 M, 4 ; Rapport [s. n.] (préfet de l’Aveyron) au [s. n.] (ministre de ?), s. d. (1836).

77 D’après les nombreux rapports et lettres du sous-préfet d’Espalion à ce sujet, notamment dans AD Aveyron, 8 M, 3 (voir notes infra).

78 AD Aveyron, 8 M, 4 ; Lettre du sous-préfet de Saint-Affrique au préfet de l’Aveyron, 17 septembre 1837.

79 AD Aveyron, 8 M, 3 ; Rapport du préfet de l’Aveyron au ministre du commerce, 28 janvier 1839.

80 AD Aveyron, 8 M, 3 ; Lettre du sous-préfet d’Espalion au préfet de l’Aveyron, 6 janvier 1839.

81 AD Aveyron, 8 M, 3 ; Lettre du sous-préfet d’Espalion au préfet de l’Aveyron, 14 octobre 1839.

82 AD Aveyron, 8 M, 4 ; Rapport [s. n.] (préfet de l’Aveyron) au [s. n.] (ministre de ?), s. d. (1836).

83 AD Aveyron, 8 M, 3 ; Rapport du préfet de l’Aveyron au ministre du commerce, 28 janvier 1839.

84 AD Aveyron, 8 M, 4 ; Lettre du sous-préfet de Saint-Affrique au préfet de l’Aveyron, 1er octobre 1844.

85 AD Aveyron, 8 M, 4 ; Lettre du sous-préfet de Saint-Affrique au préfet de l’Aveyron, 1er juillet 1846.

86 AD Aveyron, 8 M, 4 ; Lettre du sous-préfet de Saint-Affrique au préfet de l’Aveyron, 2 janvier 1846.

87 AD Aveyron, 10 M, 1 ; Enquête sur le travail agricole et industriel en 1848, cité par V. Cros, L’industrie de la laine dans le Camarès au xixe siècle (1810-1908), op. cit., p. 53.

88 Ibid., p. 62.

89 AD Aveyron, 8 M, 4 ; Situation industrielle de l’arrondissement de Saint-Affrique, 17 janvier 1851.

90 V. Cros, L’industrie de la laine dans le Camarès au xixe siècle (1810-1908), op. cit., p. 65-71.

91 AD Aveyron, 6 M, 737 ; Situations industrielles des arrondissements de l’Aveyron, 1861-1864 et AD Aveyron, 8 M, 5 ; Rapports du sous-préfet de Saint-Affrique, 1862 et 1863.

92 Entre 1845 et « jusqu’après 1870 », le prix de la laine connaît « une forte montée » : J. Levain, J. Rougerie et A. Straus, « Contribution à l’étude des mouvements de « longue durée » : la croissance de l’industrie lainière en France au xixe siècle : ses allures et ses déterminants », […], bull. no 12, loc. cit., p. 65.

93 V. Cros, L’industrie de la laine dans le Camarès au xixe siècle (1810-1908), op. cit., p. 65.

94 AD Aveyron, 8 M, 5 ; Lettre du sous-préfet de Saint-Affrique au préfet de l’Aveyron, 25 mars 1865 cité par F. Boulet, Un canton rural reculé du sud Aveyron à la poursuite du développement et des progrès du xixe siècle, op. cit., p. 118.

95 AD Aveyron, 8 M, 5 ; Rapport du préfet de l’Aveyron au ministre de l’agriculture, du commerce et des travaux publics, 21 mai 1865.

96 AD Aveyron, 8 M, 5 ; Rapport du préfet de l’Aveyron au ministre de l’agriculture, du commerce et des travaux publics, 24 janvier 1866.

97 Ibid. et AD Aveyron, 6 M, 737 ; Situations industrielles des arrondissements de l’Aveyron, 1865.

98 F. Boulet, Un canton rural reculé du sud Aveyron à la poursuite du développement et des progrès du xixe siècle, op. cit., p. 128.

99 AD Aveyron, 6 M, 736 ; Rapport de l’ingénieur des mines, 13 avril 1870.

100 AD Hérault, 9 M, 10 ; Lettre du maire de Bédarieux au sous-préfet de Béziers, 23 mai 1859.

101 AD Hérault, 9 M, 10 ; Lettre du préfet de l’Hérault au ministre de l’intérieur, 16 novembre 1859.

102 AD Hérault, 9 M, 10 ; Lettre du ministre de la Guerre au préfet de l’Hérault, 3 décembre 1859.

103 AD Hérault, 9 M, 10 ; Lettre du ministre de l’Agriculture et du Commerce au préfet de l’Hérault, 4 janvier 1860.

104 F. Teisserenc, L’industrie lainière dans l’Hérault, op. cit., p. 104-115.

105 A. Hortus, L’industrie de la laine dans le Lodévois : étude économique et sociale (1789-1851), op. cit., p. 146-151.

106 Louis XVIII ayant réactivé le Pacte de Famille par la signature le 20 juillet 1814 du traité de paix et d’amitié entre la France et L’Espagne, choisit de soutenir le régime officiel de l’Espagne représenté par Isabelle II. En réalité, la contrebande alimente l’armée officielle et les troupes carlistes sans que l’État ne puisse l’empêcher, cf. J.-M. Minovez, « Formation progressive d’une frontière, barrière douanière et contrebande, vers 1761-vers 1868 », in G. Larguier (dir.), Douanes, états et frontières dans l’Est des Pyrénées de l’Antiquité à nos jours, Actes du colloque de Perpignan, Archives départementales des Pyrénées-Orientales, 19 juin 2004, Perpignan, Presses universitaires de Perpignan, 2005, p. 150-153.

107 F. Teisserenc, L’industrie lainière dans l’Hérault, op. cit., p. 106.

108 AD Hérault, 9 M, 9 ; Lettre du sous-préfet de Lodève au préfet de l’Hérault, 6 janvier 1857.

109 AD Hérault, 9 M, 9 ; Lettre du préfet de l’Hérault au ministre de l’Agriculture et du Commerce et des Travaux publics, 18 juin 1858.

110 AD Hérault, 9 M, 10 ; Lettre du ministre de la Guerre au préfet de l’Hérault, 4 juin 1859.

111 AD Hérault, 9 M, 9 ; Lettre du ministre de l’Agriculture et du Commerce et des Travaux publics au préfet de l’Hérault, 15 mars 1859.

112 AD Hérault, 9 M, 10 ; Lettre du ministre de la Guerre au préfet de l’Hérault, 3 décembre 1859 et AD Hérault, 9 M, 10 ; Lettre du ministre de l’Agriculture et du Commerce et des Travaux publics au préfet de l’Hérault, 4 janvier 1860.

113 AD Hérault, 9 M, 9 ; Lettre du ministre de l’Agriculture et du Commerce et des Travaux publics au préfet de l’Hérault, 22 août 1863.

114 AD Hérault, 9 M, 9 ; Lettre du sous-préfet de Lodève au préfet de l’Hérault, 3 mars 1864.

115 AD Hérault, 9 M, 9 ; Lettre du sous-préfet de Lodève au préfet de l’Hérault, 21 mars 1864.

116 C. Saint-Pierre, L’industrie du département de l’Hérault. Études scientifiques, économiques et statistiques, op. cit., p. 188.

117 F. Teisserenc, L’industrie lainière dans l’Hérault, op. cit., p. 90-91.

118 Ibid., p. 106.

119 Ibid., p. 104-115.

120 Rapport du préfet de la Lozère au Conseil général, 1842 reproduit par G. Boyer, Le passé industriel lainier de la Lozère. 2, Le temps de fabriques, Mende, op. cit., DOC. 2.1.11.3.

121 Par exemple, en 1869, la filature de Saint-Laurent à Mende appartenant à la veuve Bonnafous n’a plus que 4 mule-jennys actives sur les 8 en fonctionnement en 1865 ; à la même date, elle possède 20 métiers battants ; ils ne sont plus que 10 en 1869. La Filature de Montbel appartenant à Porvalier Casimir qui abrite 6 mule-jennys de 180 broches et 2 de 200 broches n’a déjà que 1 480 broches actives sur les 1880 qu’elle possède en 1865 (AD Lozère, 2 P, 153 ; Contributions directes : carnets des établissements industriels imposables aux droits de patentes. Perceptions de Marvejols, 1846-1889).

122 AD Lozère, M, 4180 ; rapport sur la situation industrielle de l’arrondissement de Marvejols, 19 avril 1869.

123 AD Lozère, M, 4180 ; État pour la ville de Mende, 23 octobre 1871.

124 AD Aude, 14 M, 2 ; Rapport du vice-président de la Chambre de Commerce de Carcassonne au ministre du Commerce et des Colonies à Paris, 13 avril 1831.

125 AD Aude, 14 M, 2 ; Rapport du vice-président de la Chambre de Commerce de Carcassonne au ministre du Commerce et des Colonies à Paris, 13 avril 1831.

126 J.-C. Daumas, Les territoires de la laine. Histoire de l’industrie lainière en France au xixe siècle, op. cit., p. 64.

127 AD Aude, 14 M, 11 ; Rapport du vice-président de la Chambre de Commerce de Carcassonne au ministre du Commerce et des Colonies à Paris, 24 janvier 1832.

128 AD Aude, 14 M, 11 ; Lettre du premier adjoint au maire de Carcassonne au préfet de l’Aude, 25 janvier 1832.

129 AD Aude, 14 M, 11 ; Rapport du préfet de l’Aude au ministre du commerce et des travaux publics, 2 février 1832.

130 AD Aude, 14 M, 11 ; Lettre du sous-préfet de Limoux au préfet de l’Aude, 25 janvier 1832.

131 M. Lévy-Leboyer, Les banques européennes et l’industrialisation internationale dans la première moitié du xixe siècle, op. cit., p. 150-151.

132 AD Aude, 14 M, 11 ; Rapport du préfet de l’Aude au ministre du commerce et des travaux publics, 2 février 1832.

133 AD Aude, 14 M, 11 ; Lettre du sous-préfet de Limoux au préfet de l’Aude, 1er octobre 1832.

134 AD Aude, 14 M, 11 ; Rapport du président de la Chambre de Commerce de Carcassonne au préfet de l’Aude, 19 octobre 1832.

135 AD Aude, 14 M, 11 ; Lettre du sous-préfet de Limoux au préfet de l’Aude, 5 janvier 1836 à partir des renseignements fournis par les chambres consultatives de Limoux et de Chalabre.

136 AD Aude, 14 M, 11 ; Extrait des registres des délibérations de la Chambre consultative des arts et manufactures de Chalabre, 10 mai 1837.

137 AD Aude, 14 M, 12 ; Statistique de France. Industrie. Département de l’Aude. Fabrique ou manufacture de draps, 1840.

138 AD Aude, 14 M, 12 ; Statistique de France. Industrie. Département de l’Aude. Fabrique ou manufacture de draps, 1840.

139 AD Aude, 14 M, 11 ; Rapport du président de la Chambre de Commerce de Carcassonne au préfet de l’Aude, 16 avril 1837.

140 Le carton coté 14 M, 13 qui devrait comporter les relevés statistiques de la période 1840-1846 ne porte que sur les forges et l’industrie du peigne, celui côté 14 M, 14 et qui porte notamment sur la situation industrielle et commerciale entre 1831 et 1855 ne comporte rien non plus sur les draperies. En dehors des lacunes, il semble qu’il y ait eu un problème de reclassement de dossiers.

141 AD Aude, 14 M, 11 ; Lettre du sous-préfet de Limoux au préfet de l’Aude, 1er octobre 1832.

142 AD Aude, 14 M, 20 (qui devrait être classé en 14 M, 14) ; État civil des ouvriers appartenant aux principaux établissements manufacturiers, octobre-novembre 1849.

143 AD Aude, 14 M, 15 ; Lettre du sous-préfet de Limoux au préfet de l’Aude, 10 décembre 1856.

144 Espéraza et Quillan deviennent des centres importants de production : C. Christol, L’industrie chapelière dans la haute vallée de l’Aude au xixe siècle et xxe siècle, Mémoire de maîtrise, Université de Toulouse II-Le Mirail, 1995, A. Jullian, Itinéraires et changements sociaux dans la chapellerie espérazanaise du xixe siècle, Mémoire de maîtrise, Université de Toulouse II-Le Mirail, 2004 et D. Martin, Naissance et développement du mouvement ouvrier dans l’Aude. Les ouvriers chapeliers d’Espéraza vers le milieu du xixe siècle, Mémoire de maîtrise, Université de Toulouse II-Le Mirail, 1973. Le processus de substitution à la draperie est aussi présent à Albi (S. Corduries, L’industrie à Albi au xixe siècle, 1800-1896, Mémoire de maîtrise, Université de Toulouse II-Le Mirail, 1996) et surtout dans le Béarn à Oloron-Sainte-Marie et Nay. Pour une synthèse, cf. J.-M. Olivier, « Chapeaux, casquettes et bérets : quand les industries dispersées du sud coiffaient le monde », in J.-M. Minovez et P. Poujade (ed.), Dynamiques marchandes : acteurs, réseaux, produits, xiiie- xixe siècles, numéro spécial des Annales du Midi, t. 117, no 251, 2005, p. 407-426.

145 Carcassonne se maintient aussi, mais sans réforme de structure. En réalité, cette dernière n’évite de sombrer qu’en raison de l’octroi par le gouvernement d’un lot de 50 000 mètres de draps de troupe (AD Aude, 14 M, 15 ; Rapport du préfet de l’Aude au ministre de ( ?), 19 décembre 1856).

146 AD Aude, 14 M, 15 ; Situation industrielle de l’arrondissement de Castelnaudary, 22 mai 1856.

147 AD Aude, 14 M, 15 ; Lettre du sous-préfet de Limoux au préfet de l’Aude, 5 mars 1859.

148 AD Aude, 14 M, 16 ; Situation industrielle de l’arrondissement de Limoux, octobre 1863.

149 M. Lévy-Leboyer, Les banques européennes et l’industrialisation internationale dans la première moitié du xixe siècle, op. cit., p. 151-152.

150 AD Aude, 14 M, 11 ; Rapport du président de la Chambre de Commerce de Carcassonne au préfet de l’Aude, 16 avril 1837.

151 AD Aude, 14 M, 11 ; Rapport du président de la Chambre de Commerce de Carcassonne au préfet de l’Aude, 16 avril 1837.

152 AD Aude, 14 M, 11 ; Extrait de la lettre du ministre des Affaires étrangères au ministre des travaux publics, de l’agriculture et du commerce, 4 juin 1837.

153 M. Lévy-Leboyer, Les banques européennes et l’industrialisation internationale dans la première moitié du xixe siècle, op. cit., p. 152-153.

154 A. Hortus, L’industrie de la laine dans le Lodévois : étude économique et sociale (1789-1851), op. cit., p. 141-146.

155 À rapprocher des 10,70 francs le mètre en moyenne à Elbeuf en 1864 et aux 10,50 francs le mètre en 1860 et 5,75 le mètre en 1870 en moyenne à Sedan (J. Levain, J. Rougerie et A. Straus, « Contribution à l’étude des mouvements de « longue durée » : la croissance de l’industrie lainière en France au xixe siècle : ses allures et ses déterminants », […], bull. no 12, loc. cit., p. 79).

156 C. Saint-Pierre, L’industrie du département de l’Hérault. Études scientifiques, économiques et statistiques, op. cit., p. 209.

157 AD Hérault, 9 M, 9 ; Lettre du sous-préfet de Lodève au préfet de l’Hérault, 15 juin 1857.

158 Cité par Patrick Verley (P. Verley, L’Échelle du monde. Essai sur l’industrialisation de l’Occident, op. cit., p. 598).

159 « Ce malaise industriel et général provient en grande partie des difficultés que rencontrent les fabricants dans l’écoulement de leurs produits manufacturés, surtout depuis que la révolution, en pénétrant dans les contrées de l’Inde et de l’Asie, les a privés du débouché considérable dont leurs draps de commerce dépréciés en France avaient, jusqu’à ces derniers temps, joui dans les échelles du Levant » : AD Hérault, 9 M, 10 ; Lettre du préfet de l’Hérault au ministre de l’intérieur, 16 novembre 1859.

160 C. Saint-Pierre, L’industrie du département de l’Hérault. Études scientifiques, économiques et statistiques, op. cit., p. 209.

161 AD Hérault, 9 M, 10 ; Lettre du préfet de l’Hérault au ministre de l’intérieur, 16 novembre 1859.

162 F. Teisserenc, L’industrie lainière dans l’Hérault, op. cit., p. 108-109.

163 F. Teisserenc, L’industrie lainière dans l’Hérault, op. cit., d’après Louis Reybaud (L. Reybaud, La laine. Nouvelle série des études sur le régime des manufactures, Paris, Michel Lévy frères, 1867).

164 M. Lévy-Leboyer, Les banques européennes et l’industrialisation internationale dans la première moitié du xixe siècle, op. cit., p. 152, n. 43.

165 F. Teisserenc, L’industrie lainière dans l’Hérault, op. cit., p. 112-113 et C. Saint-Pierre, L’industrie du département de l’Hérault. Études scientifiques, économiques et statistiques, op. cit., p. 215.

166 P. Léon, « Vie et mort d’un grand marché international. La foire de Beaucaire (xviiie-xixe siècles) », loc. cit., p. 327.

167 Arch. mun. Beaucaire, 3 F, 24 ; Registre destiné à recueillir les renseignements résultant des certificats d’origine soumis à la législation de la mairie de la ville de Beaucaire, 1826-1827.

168 AD Ariège, 14 M, 18/4 ; Statistique industrielle. Observations, 1876-1880.

169 AD Aveyron, 6 M, 740 ; Statistiques générales, 1812-1846.

170 F. Boulet, Un canton rural reculé du sud Aveyron à la poursuite du développement et des progrès du xixe siècle, op. cit., p. 44.

171 AD Aude, 14 M, 2 ; Rapport du vice-président de la Chambre de Commerce de Carcassonne au ministre du Commerce et des Colonies à Paris, 13 avril 1831.

172 AD Aude, 14 M, 16-17 ; Situations industrielles des arrondissements du département de l’Aude, 1860-1870.

173 P. Léon, « Vie et mort d’un grand marché international. La foire de Beaucaire (xviiie-xixe siècles) », loc. cit., p. 327.

174 Ibid., p. 325.

175 AD Aude, 14 M, 9 ; Lettre du maire de Chalabre au sous-préfet de Limoux, 30 août 1822.

176 AD Lozère, F, 2447 ; Mémoire du Sieur Holker sur sa tournée au Languedoc présenté à Monseigneur l’archevêque de Narbonne, s. d. (1764).

177 AD Lozère, 2447 ; Mémoire d’Étienne Lafont, subdélégué sur l’inspection du sieur Holker, 1764.

178 Bibl. mun. Carcassonne, mss. no 94, intendant Ballainvilliers, Traité sur le commerce de Languedoc, 1788, f° 2.

179 AD Haute-Garonne, 12 M, 30 ; Statistiques industrielles et manufacturières, 1825-1827.

180 AD Aude, 14 M, 9 ; Lettre du sous-préfet de Limoux au préfet de l’Aude, 18 juin 1825.

181 AD Aude, 14 M, 9 ; Lettre du maire de Limoux au sous-préfet de Limoux, 13 août 1822.

182 AD Aude, 14 M, 9 ; Rapport du préfet de l’Aude au ministre de l’intérieur, 1er novembre 1825.

183 AD Aude, 14 M, 9 ; État des manufactures de l’arrondissement de Castelnaudary, 4e trimestre 1824.

184 AD Ariège, 13 M, 18 ; État général des foires du département de l’Ariège dressé en exécution de la lettre de son excellence monseigneur le ministre de l’intérieur en date du 17 juin 1819.

185 J. Thomas, Le temps des foires. Foires et marchés dans le Midi toulousain de la fin de l’Ancien Régime à 1914, op. cit., passim.

186 AD Ariège, 13 M, 18 ; Tableau des foires. Département de l’Ariège, 1849.

187 Ibid.

188 AD Ariège, 13 M, 18 ; Tableau des foires. Département de l’Ariège, 1876.

189 AD Ariège, 14 M, 17 ; Statistique industrielle des manufactures fabriques et usines et autres établissements capables de donner des produits ailleurs qu’à la consommation locale […], département de l’Ariège, 1825.

190 AD Aude, 14 M, 9 ; Lettre du maire de Chalabre au sous-préfet de Limoux, 30 août 1822.

191 AD Aveyron, 6 M, 736 ; Statistique des établissements mettant en œuvre la laine et le coton. Rapport de l’ingénieur des mines, 13 avril 1870.

192 C. H. Johnson, The Life and Death of Industrial Languedoc, 1700-1920, op. cit., p. 39.

193 AD Tarn, XIII, M 1-11 ; Rapport sur l’activité économique du département, 15 novembre 1835, cité par R. Cazals, infra cit., p. 111.

194 R. Cazals, Les révolutions industrielles à Mazamet, 1750-1900, op. cit., p. 111.

195 J. Loup, L’industrie lainière dans le Tarn, op. cit., p. 207.

196 R. Cazals, J. Faury, A. Lévy, « Au temps de Jaurès (vers 1880-1920) », in R. Cazals (dir.), Histoire de Castres, Mazamet, la montagne, Toulouse, Privat, 1992, p. 226.

197 AD Aude, 14 M, 15 ; Situation industrielle de l’arrondissement de Castelnaudary, 1er trimestre 1858.

198 AD Aude, 14 M, 15 ; Situation industrielle de l’arrondissement de Castelnaudary, 1er trimestre 1859.

199 Exposition universelle internationale de 1889 à Paris, Rapport général, p. 342.

200 J. Levain, J. Rougerie et A. Straus, « Contribution à l’étude des mouvements de « longue durée » : la croissance de l’industrie lainière en France au xixe siècle : ses allures et ses déterminants », […], bull. no 12, loc. cit., p. 81-84.

201 L’industrie. Recueil de traités élémentaires sur l’industrie française et étrangère […], sous la dir. de M. Stéphane Flachat, Paris, L. Tenré et Henri Dupuy, s. d. (1834), p. 134.

202 Exposition universelle internationale de 1889 à Paris, Rapport général, p. 348.

203 G. Gayot, Les draps de Sedan, 1646-1870, op. cit., p. 445.

204 Exposition universelle internationale de 1889 à Paris, Rapport général, p. 342.

205 J.-C. Daumas, L’amour du drap. Blin & Blin. Elbeuf, 1827-1975. Histoire d’une entreprise lainière familiale, op. cit., p. 105 et J.-C. Daumas, Les territoires de la laine. Histoire de l’industrie lainière en France au xixe siècle, op. cit., p. 64.

206 Exposition universelle internationale de 1889 à Paris, Rapport général, p. 352.

207 Exposition universelle de Londres de 1862. Rapports des membres de la section française du jury international sur l’ensemble de l’exposition, publié sous la dir. de M. Michel Chevalier, Tome 5, Paris, Imp. et librairie centrales des chemins de fer, 1862, p. 74-75.

208 Exposition universelle internationale de 1889 à Paris, Rapport général, p. 342 et p. 349.

209 Exposition universelle de Londres de 1862. Rapports des membres de la section française du jury international sur l’ensemble de l’exposition, publié sous la dir. de M. Michel Chevalier, Tome 5, Paris, Imp. et librairie centrales des chemins de fer, 1862, p. 74.

210 Exposition universelle internationale de 1889 à Paris, Rapport général, p. 351-352.

211 J.-C. Daumas, Les territoires de la laine. Histoire de l’industrie lainière en France au XIXe siècle, op. cit., p. 229.

212 Exposition universelle internationale de 1889 à Paris, Rapport général, p. 352.

213 P. Verley, L’Échelle du monde. Essai sur l’industrialisation de l’Occident, op. cit., p. 586 et p. 588.

214 Enquête. Traité de commerce avec l’Angleterre. Industries textiles. T. 3. Laine, Paris, Conseil supérieur de l’Agriculture, du Commerce et de l’industrie, 1860.

215 AN, F12, 6887 ; Chambre syndicale des tissus et nouveautés, Rapport sur les traités de commerce, Paris, Imp. Édouard Duruy, 1890.

216 AN, F12, 6887 ; Chambre syndicale des tissus et des matières textiles, Les industries textiles et le renouvellement des traités de commerce. Réponse au questionnaire. Rapport présenté à la chambre syndicale par Léon Tabourier, Paris, Imp. H. Delanougerède, 1890, p. 7 : « […] à l’abri des traité de 1860, les différentes branches de notre commerce avaient pris un grand essor, et que, si certaines d’entre elles n’en avaient pas profité dans une aussi large mesure, ou avaient même paru en souffrir, il ne fallait pas attribuer la cause aux traités, mais à des causes toutes particulières à ces industries, leur situation moins satisfaisante. Les traités nous ont permis d’obtenir de grandes concessions de la part des nations avec lesquelles nous les avons conclus […] ».

217 P. Verley, L’Échelle du monde. Essai sur l’industrialisation de l’Occident, op. cit., p. 601.

218 AD Ariège, 14 M, 18/2 ; Situations trimestrielles, 1861-1865 ; AD Ariège, 14 M, 18/3 ; Situations trimestrielles, 1866-1872.

219 P. Verley, L’Échelle du monde. Essai sur l’industrialisation de l’Occident, op. cit., p. 626.

© CNRS Éditions, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site