Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'industrie invisible

 | 
Jean-Michel Minovez

Partie I. Le temps des effondrements et des adaptations, Années 1780-Années 1870

Le temps des effondrements et des adaptations, Années 1780-Années 1870

Texte intégral

1Au cours des deux ou trois dernières décennies du xviiie siècle, les territoires du Midi ont révélé leurs faiblesses fondamentales que les aléas conjoncturels n’expliquent qu’imparfaitement. L’inadaptation de la production face à la demande qui commence à être perceptible, la mauvaise qualité de la fabrication, la mutation des marchés nationaux et, surtout, internationaux, bouleversent les équilibres anciens. La Révolution française et la crise géante qui l’accompagne frappent une industrie globalement malade, révélant des difficultés structurelles des territoires de la laine du Midi.

2L’industrie lainière du Midi en est-elle pour autant condamnée ? Durant la période 1789-1815, certains territoires n’ont-ils pas su profiter des conditions liées à la guerre en fournissant les gardes nationales, l’armée et la marine ? Le Consulat et l’Empire sont des phases d’adaptation industrialisante dans les innovations de l’appareil de production. En est-il de même dans le Midi ? On a voulu voir dans la période qui court de la Révolution à la Restauration, une période de profonde désindustrialisation du Midi. Mais n’a-t-on pas généralisé abusivement un processus qui a concerné d’abord les petites draperies ? N’a-t-on pas condamné trop vite les productions traditionnelles ? Une recherche sur les dynamiques des marchés et des produits s’impose.

3Le tableau de l’industrie textile du Midi à la fin du xixe siècle montre que le maintien de certains espaces de production et le développement d’autres résultent de trajectoires différentes. Ces dernières s’amorcent après la crise de 1830 dans les orientations opérées dans les marchés, les types de tissus et de lainages. Il reste à établir les structures et les causes de l’individualisation des trajectoires.

4Enfin, l’originalité de l’industrie du Midi destinée au marché civil tient beaucoup au caractère relatif des gains de productivité. L’option d’une mécanisation mesurée, décalée dans le temps par rapport aux grands centres du cardé extérieurs à la région, mais adaptée aux conditions de production locale, le prouve, à partir du moment où elle est resituée dans le système complexe d’équilibres qui associe choix de produits, de matières premières, de ressources énergétiques et mode d’organisation de la production. Par ses évolutions, ce dernier ne manque pas de sécréter des tensions débouchant sur de violents conflits. L’individualisation des trajectoires en dépend-elle, comme certains historiens ont pu l’avancer ? L’étude précise du passage de la proto-industrie au système usinier par l’analyse de l’évolution de l’organisation de la production et des conflits qu’elle suscite, doit nous permettre d’y répondre.

© CNRS Éditions, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540