Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'industrie invisible

 | 
Jean-Michel Minovez

Prologue : Le temps de tous les possibles et des incertitudes, fin xviie-xviiie siècle

Texte intégral

1Au cours du xviie siècle, les structures de l’industrie de la laine se mettent en place, gardant ensuite une forme assez semblable durant l’époque moderne. Cela concerne aussi bien la géographie des territoires, les types d’étoffes, les techniques que l’organisation de la production et des échanges. La crise du premier demi-siècle conduit à des adaptations leur donnant une forme irréversible pour toute la période précédant la révolution industrielle. Après des phénomènes d’exurbanisation et de réurbanisation de la production textile entre le xve et le xviie siècle, la concurrence entre les régions manufacturières européennes conduit à la localisation définitive des fabrications simples et peu coûteuses dans le rural, seul espace à même d’offrir une main-d’œuvre nombreuse et bon marché, sans obligation de maîtrise préalable d’un savoir-faire élaboré.

2Ce processus a pu se répandre d’une manière générale car il s’est appuyé sur la recherche de compléments d’activité de la part d’une population avant tout paysanne, exploitant au maximum son environnement qui a trouvé dans l’industrie les moyens de résoudre partiellement les insuffisances de l’exploitation agricole ; mais l’équilibre reste instable, les conflits, dans toute leur diversité, le révèlent. Toutefois, l’exurbanisation de la production concerne aussi la grande draperie dont une partie de la fabrication est aussi réalisée hors de la ville. La mise en place d’une structure de production éclatée conduit à innover aussi en matière d’organisation tant dans le cadre du Kaufsystem que du Verlagsystem.

3Les aires de collecte des produits ou de recrutement des ouvriers dans l’espace rural et urbain qui en découle conduisent à l’émergence des territoires de la laine ; ces derniers se fixent à cette période et les grandes enquêtes de la fin du xviie, comme les mémoires des intendants de la seconde moitié du siècle, permettent de les identifier. C’est aussi au même moment que s’établissent les différentes catégories de produits du Midi jusqu’aux mutations du xixe siècle ; héritières des bouleversements des techniques de la fin du Moyen Âge, elles reposent sur les draps, les draperies peignées et les étoffes combinées. Elles nécessitent la mise en œuvre de techniques adaptées à leur production qui, bien que s’exprimant dans un cadre traditionnel, n’en sont pas moins dynamiques, appelant à des innovations au cours de l’époque moderne.

4C’est dans le cadre de ces structures que le Midi connaît une croissance sensible de sa production entre la fin du xviie et la fin du xviiie siècle, laquelle ne se fait pas d’une manière linéaire ; globalement, on observe une augmentation jusqu’aux années 1760 ; par la suite, la croissance ralentit et, dans certains types de fabrication, on assiste même au début d’une tendance récessive. Cette dernière tient autant à la mutation de la consommation qui se fait jour, dès cette période, qu’à la transformation des marchés internationaux liée aux changements institutionnels – en Espagne en particulier – ou à la concurrence sur le marché français des tissus étrangers comme nationaux.

Ancrage territorial de techniques et de produits traditionnels

5La croissance de l’industrie lainière du Midi s’effectue dans des espaces inégalement organisés, centrés sur des places de fabrication et de négoce contrôlant des zones géographiques de dimension variable. Ils forment des aires de spécialisation productive faiblement structurées et des territoires dans lesquels les éléments constitutifs sont fortement organisés tout comme leur fonctionnement relatif aux flux et aux évolutions. Les critères les plus aisément décelables pour isoler ces systèmes touchent à l’existence nourrie des flux qui régissent les relations économiques dans un espace donné, à la nature spécifique des tissus qui y sont fabriqués et à la mobilisation particulière des techniques nécessaires à leur élaboration. La mise en lumière de ces facteurs permet de proposer une géographie hiérarchisée d’espaces emboîtés de production, organisée en aires, territoires et places de l’industrie.

6Les étoffes qui y sont fabriquées imposent une étude technique attentive tant la destinée des territoires est étroitement liée à la nature, qualité et finesse des tissus. Or l’historiographie reste particulièrement floue sur leur connaissance précise et les représentations que l’on a des produits sont largement erronées du fait de la surreprésentation que l’on attribue aux draps. Il faut donc replacer la production dans la totalité de son contexte constitué aussi de petites draperies, en fils cardés mais aussi peignés.

7Enfin, les enjeux de production sont étroitement liés aux approvisionnements en matières premières, en particulier de la laine. Après avoir resitué l’importance occupée par les ressources locales, il convient d’en montrer les limites et de développer le rôle capital tenu par les fibres espagnoles dans la fabrication de la grande et de la petite draperie.

Les espaces de la draperie

  • 1 T. J. Markovitch, Histoire des industries françaises. Les industries lainières de Colbert à la Rév (...)

8Les aires, territoires et places de la draperie du Midi ne se structurent pas seulement au gré des relations économiques. Les institutions y trouvent toute leur place du fait de la politique règlementaire, des frontières, des douanes intérieures. Aussi, les aires de production et parfois même les territoires sont-ils souvent dépendants des généralités et des diocèses. La description des premiers peut alors s’appuyer en grande partie sur ces derniers. À l’époque moderne, la draperie du Midi se concentre essentiellement en Languedoc ; la province, avec ses deux généralités de Toulouse et de Montpellier, produit à elle seule 85 % de la valeur des tissus de laine du Midi à l’ouest du Rhône. Les 15 % restants se partagent essentiellement entre les généralités de Montauban, d’Auch et Pau, celles de Perpignan et de Bordeaux ne représentant que bien peu de chose1. On se limitera, dès lors, à étudier tout d’abord les aires et territoires des généralités de Languedoc (Montpellier et Toulouse), ensuite ceux de la généralité de Montauban puis d’Auch et de Pau.

  • 2 Indiquer les références qui ont permis d’établir la géographie des territoires de la laine consist (...)
  • 3 Saint-Ponais : pays du diocèse de Saint-Pons ; Bederrès : pays de Bédarrieux ; Lodévois : pays de (...)
  • 4 Cotes utilisées pour la province de Languedoc, généralités de Toulouse et de Montpellier : BnF, ms (...)

9Les généralités de Languedoc (Montpellier et Toulouse) sont d’abord connues pour leur grande draperie. Celle-ci domine largement dans un premier territoire2 formé par la région de Carcassonne – ou Carcassès – à laquelle on doit adjoindre le Cabardès qui relève d’un même ensemble économique et politique – le diocèse de Carcassonne. Il faut ajouter, au sud-ouest de cet ensemble, les jurandes de Limoux et de Chalabre. L’aire de production de grande draperie se prolonge en direction de l’Est, autour d’un second territoire formé du Biterrois, du Saint-Ponais, de la jurande de Bédarieux3 et du nord du Narbonnais, tous tournés vers les Monts du Minervois. Un troisième territoire s’organise autour de quelques villes dans le Lodévois : Clermont-de-Lodève à travers sa jurande et la manufacture royale de Villeneuvette et Lodève. La grande draperie est aussi bien présente en Volvestre partie intégrante du diocèse de Rieux. Mais celui-ci et sa périphérie sont d’abord spécialisés dans la production de petites draperies. En Languedoc, ce territoire, dont le cœur est la ville de Montesquieu, représentait la troisième concentration la plus importante de cette activité, loin devant les places voisines du Pays de Foix et du Pays d’Olmes (Laroque et Lavelanet). Si l’on se place du point de vue du nombre des métiers et de son rapport à la population locale, la principale aire de concentration de petites draperies se situait dans le diocèse de Mende, en Gévaudan, ainsi qu’à la base des Cévennes et dans les Garrigues (dans les diocèses d’Alès, d’Uzès et de Nîmes) et dans le diocèse de Viviers correspondant au Vivarais. Le Gévaudan s’affirme cependant comme la région concentrant la plus grande activité de basses draperies du Midi de la France dont les centres principaux sont Mende, La Canourgue et Marvejols. Au sud-ouest du Gévaudan se trouve la seconde aire la plus importante de production de petites étoffes du Midi centrée sur les territoires de Castres et de Mazamet. Situé en périphérie de cette aire, l’Albigeois peut s’y rattacher dans la mesure où il est passé sous la dépendance de Castres-Mazamet4.

  • 5 Cotes utilisées pour la généralité de Montauban : BnF, mss. français, no 8037 ; AN, G7, 1685 ; AN, (...)

10Après les généralités de Toulouse et de Montpellier en Languedoc, la seconde région textile la plus importante se situe dans la généralité de Montauban. Cette dernière se divise grossièrement en deux ensembles : l’un est fortement polarisé autour de sa ville capitale, le second est essentiellement représenté par le nord du Rouergue. Ils sont complétés par le groupe des fabriques du sud du Rouergue et par une série de centres isolés. Montauban en constitue le principal de la généralité ; son aire de production s’étend aux villes et bourgs des environs, en particulier à Nègrepelisse et Réalville. Le second centre est situé à Saint-Geniez. Le troisième ensemble est composé du Camarès – autour de Pont-de-Camarès – de Saint-Affrique – et de ses alentours. On dénombre ensuite une série de centres moins importants de production plus ou moins isolés ; en Rouergue : Rodez, Villefranche, Espalion et Beaumont-de-Rouergue ; en Quercy : Moissac, Caussade, Cahors et Figeac. Tous produisent d’abord le plus souvent des cadis, mais aussi des cordelats, des rases, des serges et des draps5.

  • 6 Regroupé en une intendance unique en 1716 à partir des généralités de Bordeaux et de Montauban, l’ (...)
  • 7 Les noms de lieux sont ceux cités dans les sources – en particulier les règlements – et ne corresp (...)
  • 8 Mais Lauvergnat nous indique que beaucoup ne travaillent pas pour le marché (J.-P. Poussou, « Un g (...)

11La dernière zone de production se situe dans les généralités d’Auch et de Pau6. Les principaux territoires de basses draperies sont au pied des Pyrénées, principalement en Béarn et en Comminges. On peut considérer que ces territoires s’intègrent dans des bassins plus larges se définissant par des familles de produits, des approvisionnements en matières premières similaires, une même nature de débouchés. Ainsi, on pourrait regrouper dans une même aire, centrée sur le Béarn, le Labourd, la Basse-Navarre, la Soule, le Marsan, le Lavedan et la Bigorre. De la même manière, il est possible de traiter dans un même ensemble, axé sur Saint-Gaudens en Nébouzan, le Comminges gascon, le Comminges languedocien et la vallée d’Aure dans les Quatre-Vallées7. Dans la première aire, le Béarn, principal territoire, est structuré autour d’Oloron de Sainte-Marie, de Pontacq et des lieux alentours. Un second territoire est organisé autour de Nay, Bruges, Bourdettes et Rébénacq. Notons aussi les centres secondaires de Pau, de Gan et d’Orthez. Hors du Béarn, relevant de la même zone d’influence, il faut ajouter Mont-de-Marsan. Le Pays de Labourd, la Soule et la Basse Navarre produisent beaucoup d’étoffes de basse facture. Enfin, l’aire se termine par la partie montagneuse et orientale du bassin de l’Adour, avec trois territoires en Bigorre et Lavedan. Les plus petits se situent autour de Lourdes et de Luz. Le plus important est organisé autour de Bagnères. La deuxième aire est dans les Pyrénées centrales et leur piémont. Cependant le lanéfice du Comminges, du Nébouzan et des Quatre-Vallées ne forme pas un ensemble homogène. Le territoire centré sur Saint-Gaudens, Miramont et Valentine est le plus important. Il est formé des bureaux de Saint-Gaudens, de Valentine et de Villeneuve. L’homogénéité du territoire s’affirme à travers le rôle de place commerciale joué par Saint-Gaudens et par une certaine unité de la production centrée sur les tissus combinés. En revanche, les Quatre-Vallées, notamment la Vallée d’Aure sous l’autorité du bureau d’Arreau et d’Ancizan, sont restées fidèles à une production dominée par des tissus cardés et forment, pour cela, une entité autonome. Le reste de la généralité d’Auch ne possède pas d’autres territoires industriels hormis peut-être autour de la ville capitale. On trouve ensuite un grand nombre de lieux de production éclatés à la fabrication peu importante et faiblement destinée aux marchés extérieurs8.

Carte 3 : Les aires de spécialisation productive et les territoires de la laine du Midi au xviiie siècle.

Les tissus du Midi

  • 9 Teisseyre-Sallmann Line, L’industrie de la soie en Bas-Languedoc, xviie- xviiie siècles, Paris, Éc (...)
  • 10 M. Garden, Lyon et les Lyonnais au xviiie siècle, Paris, Les Belles Lettres, 1970.
  • 11 G. Anthony, L’industrie de la toile à Pau et en Béarn de 1750 à 1850, Bordeaux, Bière, 1961 et M.- (...)
  • 12 AD Gers, C, 29 et C, 30 ; État général des fabricants d’étoffes de laine et de lin de l’intendance (...)

12Dans l’ensemble des territoires textiles du Midi, la production est très largement dominée par le tissage de la laine. Il n’y a guère que dans la partie orientale où celui de la soie lui dispute la suprématie et l’emporte même dans les zones sous influence de Nîmes9 et de Lyon10. Dans la partie occidentale des Pyrénées, en Béarn notamment, la concurrence est aussi le fait de la production toilière pour le marché11. Ailleurs, cette dernière reste le plus souvent limitée à une fabrication locale, comme en Gascogne, où on ne trouve plus que peu de débouchés extérieurs, comme en Couserans12. Quelques manufactures des territoires de la laine produisent toutefois un petit nombre de pièces en étoffes mélangées ; ainsi, on recense des futaines en chaîne peignée en chanvre ou lin et trame en coton cardé, peu de molletons en chaîne et trame cardées, des flanelles étroites et larges en chaîne de lin et trame de laine cardée et des droguets chaîne en lin et trame en laine cardée. Mais tout cela ne représente qu’un nombre très limité de genres à la production marginale. L’immense part provient donc des tissus fabriqués entièrement en laine que l’on peut regrouper en trois grandes catégories et non en deux, comme il est fait le plus souvent, soit parce que l’on oppose d’une manière trop stricte le cardé au peigné, soit en raison d’une catégorisation entre tissus foulés et non foulés. Or, il existe des étoffes peignées, rases et sèches, non foulées, des étoffes sur étaim légèrement foulées qui combinent chaîne peignée et trame cardée et, enfin, les draps, tout en laine cardée et foulés.

  • 13 Comme les croisés doubles brochés, les croisés drapés ordinaires, fins et superfins.
  • 14 Arch. Valmirande, 121 DDD ; Lettres patentes du Roy et règlement pour les différentes sortes d’éto (...)

13Dans la seconde moitié de l’époque moderne perdurent dans la basse draperie une majorité de tissus combinés associant chaîne peignée et trame cardée dans laquelle le foulage trouve sa place. Les étoffes sur étaim concernent les draps de Montauban de grande largeur, possédant plus de 3 000 fils de chaîne13, les cordelats de Montauban, de Nay, d’Oloron, de Sainte-Marie, de Pontac, de Bagnères et de la Bigorre, les cadis larges ou étroits, ordinaires ou fins, teints en laine, en fil ou en drap, de Montauban, les cadis simples ou étroits appelés petits cadis, les cadis demi-larges, les grands, les larges, les drapés forts, les teints en laine et en couleur mêlée du Comminges, de Saint-Affrique, de Rodez, de Castres, de La Bruguière, de Nay, d’Oloron, de Sainte-Marie, de Pontac, de Bagnères et de la Bigorre, d’Auch et de la Gascogne, du Gévaudan, des diocèses d’Alès, d’Uzès et de Nîmes. Il y a encore les bayettes larges et fortes de Montauban, d’Auch et de Pau, les ratines fines façon d’Angleterre, les ratines ordinaires, les drapés forts, fins et superfins de Cahors, les rases drapées de Rodez et de Rébénacq, les rases de Nay, les impériales et les sempiternes de Saint-Geniez, d’Auch et Pau, les Pinchinats ou reverses de Bagnères et de la Bigorre, etc.14

  • 15 D. Cardon, La draperie au Moyen Âge. Essor d’une grande industrie européenne, op. cit., p. 261.
  • 16 Lire chalon.
  • 17 Voir l’ensemble des sources réglementaires à ce sujet.

14La réussite des draps cardés au Moyen Âge entraîne la disparition de la grande draperie peignée qui, passée la phase de sclérose, est totalement remplacée par les nouveaux produits. Toutefois, le peignage des fibres longues n’est pas abandonné pour autant ; on a vu qu’il se maintenait ne serait-ce que pour l’obtention de la chaîne des étoffes sur étaim ; il perdure aussi dans le cadre d’une industrie de tissus à grain apparent appelés alors étoffes rases et sèches qui ne sont pas, la plupart du temps, foulées – ou très légèrement – et ne sont non plus, ni lainées, ni tondues15. Ces genres occupent une place essentielle en Gévaudan avec les serges et les escots et sont très présents dans les diocèses d’Alès, d’Uzès et de Nîmes. Il en est de même à Bagnères et généralement en Bigorre où les rases ordinaires et « du seigneur » et les rases fines ou serges croisées, les crépons et les burats étaminés dominent largement. Les étoffes rases et sèches sont les genres les plus nombreux en Comminges avec les rases drapées, les larges, les communes, puis les burats petits, doubles, demis, communs, rayés, mais n’occupent qu’une place minoritaire par rapport aux étoffes sur étaim en terme de production. C’est aussi le cas des rases ou des serges façon de Gênes à trois marches de Montauban, des serges façon de Mende de Saint-Geniez, des burats blancs d’Auch, des serges appelées « cholonne »16 d’Auch et de Pau17.

  • 18 AD Aude, 9 C, 22 ; Règlement des manufactures. Extrait des registres du Conseil d’État, 22 octobre (...)
  • 19 AD Hérault, C, 2342 ; Arrêt du Conseil d’État du Roy portant règlement pour la fabrique des […] ét (...)
  • 20 AD Aveyron, 8 M, 1 ; Tableau indicatif des règles qui doivent être suivies dans la fabrication des (...)

15Si les étoffes rases et sèches et celles sur étaim sont les plus répandues dans le Midi, elles sont, malgré tout, très fortement concurrencées dans certains territoires par la draperie cardée. Les plus belles qualités de draps sont représentées par les mahous – premiers et seconds – et les londrins premiers. Il s’agit de « draps très fins » dont la qualité est injustement sous-évaluée. Ces trois produits diffèrent sensiblement du suivant, le londrin second, produit le plus répandu dans la draperie fine. Les meilleurs sont des vingt-quatrains : les nims d’abord, puis les londres larges. Viennent ensuite les londres vingt-deuxains et les londres ordinaires dix-huitains. La qualité inférieure est représentée par les draps seizains dont les abouchouchous sont la qualité la plus basse. Tous ces draps sont foulés, feutrés, et leur attrait réside dans la beauté des apprêts et des couleurs éclatantes qui varient toutefois considérablement des très beaux mahous premiers aux modestes seizains18. À côté de cette production représentant la qualité supérieure des fabrications du Midi, on rencontre toute une série de draps entre les seizains et les vingt-quatrains produits à Limoux et Chalabre, dans le versant sud de la Montagne Noire, à Saint-Affrique, aux qualités très variables, et destinés d’abord aux marchés français et européen. Vient ensuite la petite draperie dont la meilleure qualité est portée par les cordelats larges, les molletons, les cordelats redins de Mazamet, de Boissezon, de Brassac, de Cambounès, de Pont-de-l’Arn19, bien loin des médiocres cordelats et fleurets de la vallée d’Aure. Le Volvestre est aussi bien là avec les droguets façon d’Angleterre de Montesquieu, de Sainte-Croix et de Saint-Martory et de ses environs. Les droguets ou petits draps de Montauban ont moins d’importance comme les ratines superfines façon de Hollande et les ratines ordinaires de Cahors, les petits draps et les tricots de Saint-Affrique ou les refoulés fins de Saint-Geniez20.

De la laine de France et d’Espagne pour les draps du Midi

16Contrairement aux représentations habituelles qui insistent sur la place prise par la draperie cardée, l’étude fine de la production du Midi montre donc une emprise très nette des étoffes sur étaim dans toute la partie occidentale de la zone d’étude à l’ouest du Gévaudan. Seule la Bigorre est dominée par la fabrication des étoffes rases et sèches, phénomène que l’on retrouve en Gévaudan où la concurrence des étoffes sur étaim est toutefois très marquée, comme autour des Cévennes. Ailleurs en Languedoc, la draperie cardée l’emporte : dans la région de Carcassonne, dans presque tout le Bas-Languedoc, en Volvestre, dans les territoires de Castres et de Mazamet. Cela n’est pas sans effet sur les divers marchés de la laine. Alors que la permanence d’une production faisant la part belle aux fibres peignées favorise la poursuite d’une exploitation de ressources de proximité, le développement de la draperie cardée et le maintien d’une forte proportion de la fabrication des étoffes sur étaim, provoquent une dépendance qualitative et quantitative des territoires du Midi. Ils obligent à la mutation des marchés des fibres, la laine mérinos s’avérant, par ses propriétés, particulièrement adaptée à ces derniers genres. Un fort courant d’importation de l’Espagne vers la France apparaît. De nouvelles structures du commerce lainier se mettent en place dans lesquelles les marchands et les places de redistribution de la région, des Pyrénées en particulier, jouent un rôle important.

Carte 4 : Les zones de répartition des tissus du Midi au xviiie siècle par grands types.

  • 21 AD Hérault, C, 2949 ; Mémoire de l’intendant de Saint-Priest, 1768.
  • 22 A. González Enciso et al., Historia Económica de la España Moderna, Madrid, Actas, 1992, p. 221-22 (...)
  • 23 L’inspecteur Joly en souligne les conséquences en insistant sur les effets produits par « les fort (...)

17Le Midi est, tout au long de la période étudiée, un espace riche en potentiel lainier. Il n’est toutefois pas uniforme, ni en quantité, ni en qualité. Depuis la fin du Moyen Âge, après la mise en place des grandes familles de produits dont la fabrication s’est poursuivie sous d’autres formes jusqu’à la période moderne, se sont structurés des territoires de production exploitant des ressources en laines locales ou de proximité. Aux territoires de la laine étaient ainsi associés des genres de tissus, liant fibres et industrie de proximité. Ce système allait être remis en cause par le développement du cardé qui ne pouvait se satisfaire de la très grande majorité des fibres qu’offrait le marché régional. La draperie, grande et petite, qui se nourrissait de fibres courtes, fortement bouclées et très feutrantes, a trouvé dans la race mérinos le type de laine adapté à ses tissus. La ressource presque exclusive se trouvait en Espagne. Aussi, les importations n’ont cessé de croître au xviiie siècle au cours duquel la production augmente : le taux de couverture n’est plus que de 33 % en 1768. La province importe, en année moyenne, 80 000 quintaux de matière première étrangère21. Il serait faux de considérer que la dépendance du Midi ne concerne que les territoires de la laine cardée. Ainsi, bien que le Languedoc soit concerné par les approvisionnements extérieurs en laine mérinos, le processus touche aussi les pays pyrénéens et la Gascogne pour la fabrication des étoffes combinées. Cependant, dès la première moitié du xviiie siècle, la part des laines espagnoles employées dans la production des basses draperies est en baisse. L’élévation sensible des prix des toisons explique en grande partie le phénomène. Cette augmentation résulte de la mise en place d’une politique inspirée de l’industrialisme français22, doublée d’une forte croissance de la demande en laines ibériques par des manufactures françaises en pleine croissance23.

  • 24 M. Cicullo et L. Giordanengo, Le commerce des laines d’Espagne dans la France méridionale au XVIII(...)
  • 25 L. Dutil, L’état économique du Languedoc à la fin de l’Ancien Régime (1750-1789), op. cit., p. 339 (...)
  • 26 P. García Martín, J. M.a Sánchez Benito (ed.), Contribución a la historia de la transhumancia en E (...)

18La diminution de la consommation des petites draperies ne limite pas la demande en fibres ibériques. Les besoins français restent importants et s’accroissent même dans la grande draperie. Aussi, tout au long de la période, cette dépendance engendre un commerce transpyrénéen fructueux dans lequel les Pyrénées centrales occupent une place importante. Toutefois, l’importation des laines ibériques n’est pas le fait du seul commerce transpyrénéen. Des villes méditerranéennes se spécialisent dans le traitement des toisons, au point d’absorber une part importante du trafic lainier. C’est tout d’abord le cas de Marseille où arrive une grande partie des laines « surges » d’Espagne à destination du marché français. Acquises par des marchands ou des commissionnaires, voire par les entrepreneurs eux-mêmes, leurs associés ou leurs commissionnaires, elles suivent la côte jusqu’à Agde ou Sète, rejoignant le Haut-Languedoc et Toulouse soit par la route, soit par le canal des Deux Mers24. Outre Marseille, Montpellier occupait aussi, dès le xviie siècle, une place importante dans ces échanges25. Cependant, le commerce maritime n’était pas totalement méditerranéen. On sait en effet que le négoce mondial des laines de Castille empruntait la voie atlantique ; après avoir connu une phase de ralentissement, il redevient florissant au cours de la seconde moitié du xviie siècle. Les volumes de laines négociés s’accroissent au rythme de l’augmentation du troupeau transhumant jusqu’au xviiie siècle26.

Carte 5 : Les laines d’Espagne à travers les Pyrénées au xviiie siècle. Origine, circulation, destination.

Le système proto-industriel

19Le développement de l’industrie lainière du Midi tient aux relations étroites que les sociétés entretiennent avec leur milieu avec la production locale de laine et sa commercialisation, nous venons de le souligner. Sa transformation joue aussi un rôle essentiel. S’inscrivant dans un cadre technique largement hérité des siècles précédents, la forme d’organisation de la production repose sur les principes de la manufacture dispersée dans laquelle la majorité des acteurs partage ses activités entre travaux des champs et industrie. Les structures ne sont pas toutefois immuables et le xviiie siècle est marqué par des évolutions dans les modes de contrôle de la fabrication. Cela a des conséquences dans les relations de travail. Les tensions difficilement perceptibles se traduisent par des conflits aux formes variées et étroitement liées au mode de production.

20L’étude détaillée des opérations de fabrication montre un éclatement extrême de la production qui entraîne une très forte division du travail. Le phénomène n’est pas nouveau dans l’industrie textile ; il a vu le jour au milieu du Moyen Âge lorsque l’essentiel des structures techniques, que l’on connaît encore à l’époque moderne, se sont mises en place. L’organisation du travail prend alors des formes variées du fait même des combinaisons possibles qu’offre en théorie la très grande diversité des opérations de la fabrique. Cependant, il s’avère que l’on peut les regrouper en deux ensembles dominants : le Kaufsystem et le Verlagsystem.

Verlagsystem et territoires du cardé : l’hétérogénéité des modèles

  • 27 S. Chassagne, « Aspects des phénomènes d’industrialisation et de désindustrialisation dans les cam (...)
  • 28 C. Marquié, L’industrie textile carcassonnaise au xviiie siècle. Étude d’un groupe social : les ma (...)

21Le Verlasystem consiste, pour un marchand-fabricant, à maîtriser le cycle de production. Propriétaire de la pièce qu’il fait fabriquer – payant en retour la façon –, il distribue les matières premières, commande la fabrication et fait éventuellement procéder aux apprêts. Son rôle est rarement international et il doit alors s’en remettre aux grands négociants qui, parfois, réalisent eux-mêmes cette dernière opération. Ce modèle triangulaire27 domine dans le Midi au sein des territoires de la draperie cardée. Il repose, le plus souvent, sur des entrepreneurs contrôlant incomplètement des opérations. À Carcassonne même, la majorité des marchands-fabricants ne possède ni l’outillage ni les ateliers nécessaires à la totalité des opérations de la draperie. Selon la puissance des donneurs d’ouvrage, on peut distinguer deux types principaux de rapports de production : le premier est le fait de ceux qui ont la capacité de regrouper des équipes qui œuvrent pour eux « à forfait », le second est le plus répandu et consiste dans le recours à des artisans façonniers, plus ou moins indépendants, à tous les stades de la transformation28. Ils font cependant tous teindre et apprêter les étoffes et ne les livrent au marché qu’après leur avoir donné toute la valeur ajoutée possible.

  • 29 Ibid., p. 133-134.
  • 30 Ibid., p. 107-108.
  • 31 J.-M. Minovez, L’impossible croissance en Midi toulousain ?, op. cit., p. 58-59.
  • 32 S. Diffre, Villeneuvette, 1674-1954. La manufacture royale de Villeneuvette en Languedoc, Gignac, (...)

22Mais les plus puissants « négociants » carcassonnais ou/et aussi les entrepreneurs des manufactures royales contrôlent la totalité de la filière de production et possèdent les outils et les ateliers nécessaires, aussi bien aux opérations préliminaires qu’aux apprêts29. Les immobilisations les plus coûteuses se situent dans la teinturerie et les presses. Toutes les opérations ne sont pas forcément présentes dans la manufacture ; la filature et surtout le tissage sont surtout le fait de façonniers extérieurs30. Mais il existe des entrepreneurs qui concentrent toutes les étapes de la fabrication dans leurs locaux, même si une partie continue d’être effectuée par des façonniers extérieurs ; c’est le cas de Marcassus dans ses manufactures royales de La Terrasse et d’Auterive31. L’ensemble de la fabrication est rarement concentré dans un même lieu comme dans la protofabrique de Villeneuvette32. Étonnamment, on rencontre le même type de contrôle chez les marchands-fabricants du Volvestre aux moyens en capital pourtant modestes.

Domination du Kaufsystem dans la diversité

  • 33 On est là dans le modèle trapézoïdal décrit par Serge Chassagne où le contrôle est exercé par des (...)
  • 34 Nous empruntons ici la terminologie de Line Teisseyre-Sallmann pour qualifier des marchands qui in (...)
  • 35 Dans les manufactures de la région de Saint-Gaudens le terme n’est jamais employé. Cela ne signifi (...)
  • 36 Le modèle est bien connu et l’exemple du Gévaudan en donne une bonne illustration pour le Languedo (...)

23Dans le Kaufsystem le modèle est sensiblement différent. Du fait de leur modestie, les fabricants ne peuvent maîtriser qu’un minimum d’opérations de draperie. Quel que soit leur statut précis, ils sont alors dépendants des marchands qui, ne se limitant pas toujours à leur sphère traditionnelle du négoce, interviennent parfois directement dans la fabrication. Le modèle qui semble l’emporter présente une structure à trois niveaux (le marchand, le fabricant et le tisserand). Mais il existe aussi une organisation beaucoup plus souple. Le marchand assure toujours le contrôle, mais le fabricant peut disparaître, la production étant le fait de tisserands ruraux plus ou moins indépendants33. Cette organisation floue et fluctuante n’est pas éclaircie par la terminologie donnée. Les sources désignent plutôt des groupes aux situations les plus diverses. En effet, il existe une différence notable entre un marchand drapier se contentant d’écouler une production et celui participant en partie à la fabrique ; le premier n’est qu’un simple négociant, le second intervient dans la sphère productive. Le vocable purement commercial ne recouvre plus la totalité de son action puisque, dans ce cas, il est devenu un véritable « marchand faisant fabriquer »34. De la même manière, quoi de commun entre un fabricant qui se contente d’acheter du fil et de tisser de petites étoffes vendues en toile au marché et celui qui contrôle tout ou partie des opérations préliminaires de la draperie et qui négocie ensuite sur des marchés plus lointains le fruit de sa manufacture qu’il a fait éventuellement teindre et apprêter. Le premier s’apparente plus à un maître-artisan, alors que le second est un véritable marchand-fabricant35. Enfin, sous l’appellation tisserand se cachent des situations fort diverses qui vont de l’artisan travaillant pour son compte au paysan qui facture quelques pièces d’étoffes pendant la période creuse des travaux agricoles36. Entre les deux, se trouvent les ouvriers et les tisserands réduits à l’état de façonniers. Dans le monde rural où l’encadrement corporatif n’existe pas, la différence se fait entre le tisserand capable d’acquérir un ou plusieurs métiers et celui qui ne le pouvant pas devient proto-ouvrier. Elle a lieu aussi entre les tisserands qui, bien que possédant leur outil de travail, sont aussi façonniers des différentes catégories de marchands et de fabricants car ne pouvant assurer l’achat des matières premières et/ou ne maîtrisant pas les marchés.

  • 37 AD Lozère, F, 2447 ; Observations sur l’état présent des manufactures du pays de Gévaudan, s. n. ( (...)
  • 38 AD Lozère, F, 2447 ; Mémoire sur les manufactures relativement à la marque des cadis et autres, s. (...)
  • 39 AD Lozère, F, 2447 ; Mémoire fait par les marchands de la ville de Marvejols et de Saint-Léger, 17 (...)
  • 40 AD Lozère, F, 2447 ; Observations sur l’état présent des manufactures du pays de Gévaudan, s. n. ( (...)
  • 41 M. Dufaur, L’élection de Comminges à la fin de l’Ancien Régime, op. cit., p. 512-513 ; G. Frêche, (...)
  • 42 En liaison avec de grandes fermes, de bonnes terres et une agriculture produisant des surplus comm (...)
  • 43 Même si l’on sait aujourd’hui que ce constat ne peut plus être généralisable ; ce que Franklin Men (...)
  • 44 « Sans pouvoir être érigé en caractère absolu, le régime de la propriété et de l’exploitation fonc (...)

24Dans le Kaufsystem, le fabricant garde la position centrale dans l’élaboration d’une pièce d’étoffe. Ses moyens lui permettent d’occuper plusieurs métiers en distribuant le travail à des façonniers ou à des ouvriers. Les sources mentionnent ces derniers sous la dénomination de « tisserand » ou de « tisserand à la journée » en Comminges37, parfois de « tisserand mercenaire » en Gévaudan38. La modeste fortune du fabricant le contraint cependant à participer directement au tissage. Tous sont des paysans pauvres. En Gévaudan, il s’agit essentiellement de « familles [qui] occupent des enfants [filles et garçons, depuis l’âge de six à sept ans], des valets, des vieillards, ou des pauvres domestiques, à filer et à tisser ». « Cent livres d’argent et même la moitié moins de capital font subsister un nombre de familles qui ont un pareil fonds, il y en a d’autres qui ne vivent que sur le crédit qu’on leur fait de la laine »39. Les crises aboutissent souvent à la perte de leurs terres saisies par les créanciers40. En Comminges, il s’agit avant tout de microfundiaires, parfois même de paysans totalement exclus de la possession de la terre. Ici, l’éviction de la terre prend généralement des proportions au fur et à mesure que l’on s’approche de Toulouse, des principales voies de communication et des riches terres des vallées, là où il est possible de pratiquer une agriculture commerciale, là où les propriétaires rentiers peuvent exporter leur production en direction des marchés d’écoulement. La faiblesse des revenus ou des salaires confine souvent les paysans les plus modestes dans la condition de brassier plus ou moins misérable. Les exemples monographiques le montrent bien41. Ces paysans glissent alors vers un statut bivalent de fabricant-paysan ou d’ouvrier paysan. Franklin Mendels voyait dans la pauvreté rurale, son aggravation et le manque de terre, une des causes importantes de l’essor de la proto-industrie42. La pauvreté des fonds en zone de montagne ou de piémont, aux terres bien moins fertiles qu’en plaine, explique aussi grandement le développement de la manufacture dispersée, vérifiant ainsi une hypothèse majeure du modèle proto-industriel43. Mais on constate aussi le développement d’une activité textile dans les bons et beaux terroirs au pied des Pyrénées centrales ; les paysans de la plaine du Comminges sont contraints de rechercher une activité complémentaire aux travaux agricoles parce qu’ils manquent de fonds et des revenus suffisants à l’entretien d’une famille. Le régime de la propriété et de l’exploitation foncière ont ainsi joué un rôle capital dans le développement de la proto-industrie44.

  • 45 Comme dans le modèle liégeois où les acteurs de la proto-industrie exerçaient l’activité manufactu (...)
  • 46 AD Lozère, F, 2447 ; Mémoire sur les manufactures relativement à la marque des cadis et autres, s. (...)
  • 47 AD Lozère, F, 2447 ; Mémoire sur les marchandises du pays de Gévaudan à raison de la marque ordonn (...)
  • 48 AD Lozère, F, 2447 ; Mémoire sur la fabrique des étoffes du pays de Gévaudan au diocèse de Mende e (...)
  • 49 G. Boyer, La cadisserie gévaudanaise, op. cit.
  • 50 AD Lozère, F, 2447 ; Mémoire fait par les marchands de la ville de Marvejols et de Saint-Léger, 17 (...)
  • 51 D. Terrier, Les deux âges de la proto-industrie. Les tisserands du Cambrésis et du Saint-Quentinoi (...)
  • 52 AD Hérault, C, 2475 ; Statistiques pour l’inspection de Saint-Gaudens en 1751.
  • 53 Moins de quatre pièces produites en 1751 dans le bureau de Valentine et deux pièces et demie dans (...)

25Quelle que soit la richesse des sols et le régime de la propriété, la relation qui existe entre draperie et travail de la terre est bien plus forte que le laissent penser les sources qui la présentent comme une activité complémentaire et donc secondaire. En fait, l’activité textile était première pour le plus grand nombre des artisans-paysans45. Comme les mulquiniers du Cambrésis et du Saint-Quentinois, les drapiers du Saint-Gaudinois et du Gévaudan tissaient une grande partie de l’année. Certes, les nombreux mémoires généraux portant sur le Gévaudan laissent penser le contraire. On insiste sur le fait que « les plus grandes expéditions des marchandises du Gévaudan se font pendant l’hiver » car « c’est dans cette saison que le paysan inoccupé au dehors travaille dans la hâte pour subvenir aux dépenses de la prochaine récolte »46. Ils mettent ainsi à profit « la rude saison [qui] ne leur permet pas de vaquer à la culture de la terre » qui est estimée le plus souvent à six mois47 et qui s’écoule du mois d’octobre à Pâques de l’année suivante48. Pourtant, les livres de comptes et les correspondances des marchands commissionnaires ou commettants, les livres des foulons, les contrats muletiers49, laissent entrevoir une continuité de l’activité tout au long de l’année. Au mieux, l’hiver est-il l’occasion d’une intensification de l’activité industrielle, comme dans tous les territoires où production textile et agriculture sont liées. L’organisation d’une journée de labeur de fabricant le montre bien, puisque « après le travail du jour en hiver ces familles travaillent la nuit à carder, à filer ou à tisser à la lueur des copeaux d’un bois gras tel que celui dont on fait la poix »50. L’intensité du travail manufacturier est aussi perceptible par le croisement du chiffre de pièces tissées et du nombre de métiers battants. Si l’on sortait de huit à douze pièces de toiles par an des caves du nord de la France51, au pied des Pyrénées, c’étaient trois à quatorze pièces qui étaient produites dans le même temps52. Moins homogènes que les fabriques du Nord, les draperies des Pyrénées centrales laissent apparaître deux espaces distincts. Dans la vallée d’Aure, les tisserands devaient être occupés pratiquement tout au long de l’année à leur métier (presque quatorze pièces produites en 1751 dans le bureau d’Ancisan et un peu plus de treize dans celui d’Arreau). Ils devaient y consacrer l’essentiel de leur temps autour des bureaux de Saint-Gaudens et de Villeneuve (plus de neuf pièces produites en 1751 dans le bureau de Villeneuve et presque huit dans celui de Saint-Gaudens), comme dans ceux de Valentine et de Saint-Martory, même si certaines sources laissent penser que le tissage n’était que complémentaire53. Malgré les nuances, et compte tenu de l’importance respective des différents bureaux, force est de constater le caractère second des travaux agricoles pour la majorité des artisans-paysans de la région.

  • 54 Bibl. mun. Carcassonne, mss. no 94, intendant Ballainvilliers, Traité sur le commerce de Languedoc (...)
  • 55 AD Lozère, F, 2447 ; Mémoire fait par les marchands de la ville de Marvejols et de Saint-Léger, 17 (...)

26Les fabricants, de plus en plus soumis au rythme des métiers, travaillent sous la coupe des marchands. Ces derniers occupent, en effet, une position-clef dans l’ensemble du processus de fabrication dans la région de Saint-Gaudens. Mais leur niveau de contrôle du commerce est très variable, tant les négociants extérieurs exercent une domination sur les marchés. L’essentiel de la production de petites étoffes de la région est le fait des petits fabricants, des tisserands indépendants et des artisans-paysans. Traditionnellement, ces deux dernières catégories – au moins – sont incapables d’assumer la commercialisation de leur fabrication au-delà du rayon de satisfaction des besoins locaux. Les proportions prises par la fabrique font que les producteurs d’étoffes ne peuvent se satisfaire de la demande locale, ce qui nécessite la recherche de débouchés extérieurs. Seuls les marchands, par leur maîtrise des circuits du négoce et leurs capacités financières, sont à même d’assumer cette fonction qu’ils assurent aussi en grande partie pour le compte des « chefs de fabriques » ; ceux-ci, bien loin de pouvoir être considérés comme des Verleger, sont dépendants des marchands urbains dans la commercialisation de leurs produits. Bien moins à l’aise que les entrepreneurs du diocèse de Rieux, les fabricants commingeois ne contrôlent pas, non plus, les opérations de finissage, les foulons, alors que les rares teintureries sont dans les mains de maîtres indépendants. Dès lors, la production semble, jusqu’à la fin de la période moderne, vendue en blanc aux foires de Toulouse et aux commissionnaires de Saint-Gaudens54, ainsi qu’aux marchands de Limoges, Montauban ou Agen qui font apprêter et teindre chez eux. La domination des négociants extérieurs s’observe aussi en Gévaudan où « les marchands […] ne font pas la moitié du commerce des petites étoffes [car il] vient dans le pays des marchands de Lyon, Nîmes, Montpellier, Montauban, Bordeaux, Genève, Turin, etc., pour en acheter »55.

Rébellion, stratégies d’évitement et régulation institutionnelle

  • 56 A. Dewerpe, Le monde du travail en France, 1800-1850, Paris, A. Colin, 1989, p. 35.
  • 57 J. Nicolas, La rébellion française. Mouvements populaires et conscience sociale, 1661-1789, Paris, (...)
  • 58 J. K. J. Thomson, Clermont-de-Lodève, 1633-1789. Fluctuations in the Prosperity of a Languedocian (...)
  • 59 J.-M. Minovez, L’impossible croissance en Midi toulousain ?, op. cit., p. 177.

27La forte polarisation de la société et la nature de l’organisation de la production ne peuvent, en apparence, que favoriser les antagonismes, le système proto-industriel n’étant pas moins conflictuel que le système usinier56. Aux xviie et xviiie siècles, le monde du travail présente des aspects proches de la physionomie de la modernité post révolutionnaire57. La nature des conflits s’en ressent, même si des formes traditionnelles de cabale et d’association subsistent. Ainsi, dans les zones à fortes concentrations ouvrières urbaines et rurales surgissent des comportements revendicatifs liés à la naissance d’une classe ouvrière moderne. C’est le cas en Bas-Languedoc58. Ailleurs, où le capitalisme industriel ne s’est pas encore imposé, l’opposition prend des formes différentes. Dans les territoires de production sans structures corporatives et où le Kaufsystem continue de l’emporter, les conflits ne sont pas pour autant absents, portant le plus souvent sur la qualité du travail attendu, le paiement de la façon, le contrôle plus ou moins tatillon des inspecteurs et de leurs commis59.

  • 60 J. Nicolas, La rébellion française. Mouvements populaires et conscience sociale, 1661-1789, op. ci (...)
  • 61 Ibid., p. 292. Ce paragraphe s’appuie essentiellement sur les travaux de Jean Nicolas et les sourc (...)
  • 62 AD Hérault, C, 2424 ; Affaire des 24 mars et 7 avril 1746.

28Les conflits débouchent parfois sur des « débauches », « mutineries », « rébellions », « suspensions », « désertions », « abandons », « complots », « cabale », « pause », etc. Ils s’accroissent au xviiie, en particulier dans la seconde moitié du siècle60. Leur motivation principale tient aux mauvaises conditions de rémunération et s’exerce aussi bien dans des phases de prospérité que de marasme61. Les conflits touchent aussi à la liberté d’entreprendre62.

  • 63 AD Lozère, F, 2447 ; Mémoire du Sieur Holker sur sa tournée au Languedoc présenté à Monseigneur l’ (...)
  • 64 Voir à ce sujet J.-M. Minovez, « La laine et le drap dans les rapports entre les Pyrénées centrale (...)
  • 65 AD Hérault, C, 2475, pièce 38 ; Rapport de Joly, inspecteur des manufactures au département de Sai (...)
  • 66 AD Lozère, F, 2447 ; Mémoire du Sieur Holker, 1764.

29À côté des conflits aigus, parfois spectaculaires mais courts, la période voit surtout se développer des stratégies d’évitement, les ouvriers tentant de contourner les contraintes réglementaires ou les exigences des donneurs d’ouvrage. Les fraudes et les malfaçons y occupent une place essentielle et quasi consubstantielle du mode de production. L’exemple des manufactures de basses draperies des Pyrénées centrales révèle bien un phénomène structurel qui concerne l’ensemble des territoires de production63. La fraude touche d’abord à la qualité de la laine. Elle résulte, en partie, du recul de l’emploi des fibres espagnoles dans la fabrication régionale64, mais aussi, d’un recours toujours croissant à des toisons grossières tirées du pays, de la Chalosse ou du Béarn65, du Levant, dans toutes les manufactures de basses étoffes du Midi, en particulier en Gévaudan66. La fraude produit aussi un certain nombre de malfaçons qui concernent tous les stades de la fabrication.

  • 67 P. Minard, La fortune du colbertisme. État et industrie dans la France des Lumières, op. cit., p.  (...)

30Pourtant les fraudes et malfaçons ne semblent pas faire l’objet de conflits significatifs entre les propriétaires des biens manufacturés et les façonniers. Du moins les sources n’en font-elles pas état. Elle est, au contraire, le sujet de tensions constantes entre les marchands et fabricants d’un côté et l’inspection des manufactures de l’autre. Cela est particulièrement sensible lorsque les commis de l’État tentent une rationalisation de la proto-industrie voulue par les institutions monarchiques, s’opposant ainsi aux acteurs du Kaufsystem ou du Verlagsystem qui semblent accepter la dégradation de la fabrication. La situation est parfois très tendue comme l’atteste l’importance du nombre de commis de l’État bousculés, insultés, empêchés de faire leur travail67.

  • 68 AD Hérault, C, 2425 ; Affaire du 22 novembre 1753.

31Pris dans les jeux d’une réglementation qu’ils jugent trop tatillonne, écrasés par les exigences des donneurs d’ouvrage qui rémunèrent toujours plus mal leur travail, ayant exploité toutes les possibilités de fraude sur les produits, les petits fabricants-paysans épuisent leurs dernières ressources. Dans les périodes de prospérité, la plus courante consiste à pratiquer un turnover important dans le territoire de fabrique, ou dans ceux se situant à proximité, en passant de donneurs d’ouvrage en donneurs d’ouvrage. Ils entrent alors en conflit avec les marchands-fabricants qui, dans ces périodes, ont besoin d’encore plus de stabilité de la main-d’œuvre. C’est dans ce contexte que les marchands-fabricants réclament la création d’arrondissements exclusifs de fabrique. Alors que dans le diocèse de Rieux, les dissensions portant sur les arrondissements de fabrique sont régulées par l’autorité de l’intendant et les pratiques empiriques des acteurs, en Bas-Languedoc, autour de Saint-Pons, Saint-Chinian, Bédarieux et Lodève, les conflits débouchent sur de véritables frondes68. Ayant épuisé toutes les stratégies d’évitement dans un contexte parfois de baisse réelle des revenus, il ne reste alors aux fabricants les plus pauvres qu’à quitter le territoire de la laine.

L’expansion et ses limites, fin xviie siècle-vers 1789

32Les conflits qui marquent la seconde moitié du xviiie siècle ne sont pas sans conséquences sur la bonne marche de la fabrique. Ils n’expliquent pas, pour autant, les grandes inflexions de la conjoncture qui doivent plus à l’appel des marchés qu’à leur contraction, et à la capacité des manufacturiers d’y répondre. La majorité d’entre eux semble profiter d’abord de la croissance jusqu’aux deux tiers du xviiie siècle avant d’éprouver des difficultés d’adaptation face aux nouvelles conditions de la concurrence et de la mutation des institutions, surtout après 1770. Aussi, après avoir analysé, dans un premier temps, la phase de croissance des deux premiers tiers du xviiie siècle, on étudiera ensuite la phase de stagnation après 1770 que l’on resituera, dans un troisième temps, dans le cadre de l’évolution du commerce et des marchés.

De la croissance aux premières difficultés, fin xviie siècle-vers 1770

  • 69 AD Hérault, C, 2033 à 2087 ; Tableaux des fabricants autorisés à travailler pour le Levant, 1735-1 (...)
  • 70 AD Hérault, C, 2224 ; Mémoire de l’intendant de Saint-Priest, 1777.
  • 71 Afin d’éviter l’engorgement des draps français au Levant, l’État a fixé, en 1737, le nombre et la (...)
  • 72 AD Hérault, C, 2087 ; Ordonnance de l’intendant de Languedoc Saint-Priest portant sur la suppressi (...)

33La croissance concerne tous les secteurs de la draperie. Les draps connaissent une grande prospérité grâce à la maîtrise d’une belle production, encadrée par une politique règlementaire tatillonne mais dynamisante, et à la domination des qualités moyennes françaises dans les Échelles du Levant. Mais le phénomène le plus remarquable est celui de l’explosion de la production des petites draperies qui profite à presque tout le Midi ; si le développement du marché intérieur est important dans ce processus, celui des marchés des Espagne paraît capital. La prospérité de la grande draperie passe d’abord par la renaissance du commerce oriental. Elle s’appuie sur les douze manufactures royales du Languedoc, chargées plus particulièrement des productions de qualité supérieure, et sur les jurandes dont les territoires couraient de la Montagne Noire aux monts du Vivarais et bordaient la partie méridionale du Massif central. Les produits de type londrin second étant les plus demandés, la production de Languedoc, grâce aux encouragements de l’État parallèlement à la déconsidération des tissus de la concurrence, connaît une forte poussée à partir des années 1720 jusqu’aux années 1760. La « fureur de faire des draps » est telle que l’État, inquiet de la baisse de la qualité de la fabrication et des stocks accumulés, limite la production en contingentant le nombre de fabricants autorisés à produire pour le Levant69 et en fixant la quantité à produire. Le véritable changement intervient en 1756 ; le développement de la politique libérale et les difficultés rencontrées dans l’acheminement des draps dans les Échelles par l’intermédiaire des seuls navires français, du fait de la Guerre de Sept ans70, conduisent l’État à supprimer la fixation71 à la fin de l’année 175672. La production s’accroît alors très sensiblement.

  • 73 AD Hérault, C, 2176 ; Procès-verbal de la tournée en Languedoc de Montaran, intendant du Commerce, (...)
  • 74 AD Hérault, C, 2176 ; Procès-verbal de la tournée en Languedoc de Montaran, intendant du Commerce, (...)
  • 75 AD Hérault, C, 2166 ; Représentations des gardes jurés de la Montagne de Carcassonne, 1756.
  • 76 C.-J. baron Trouvé, Description générale et statistique du département de l’Aude, Paris, Firmin Di (...)
  • 77 AD Hérault, C, 1116 ; Questionnaires sur Limoux avec les réponses, 1745.
  • 78 L. Dutil, L’état économique du Languedoc à la fin de l’Ancien Régime (1750-1789), op. cit., p. 417
  • 79 Ibid., p. 354.
  • 80 AD Aude, IX, C 31 ; Production des londrins seconds entre 1753 et 1789, cité par Claude Marquié : (...)
  • 81 AD Hérault, C, 2176 ; Procès-verbal de la tournée en Languedoc de Montaran, intendant du Commerce, (...)
  • 82 AD Hérault, C, 2211 ; Rapport de l’inspecteur provincial de manufactures de Languedoc, 1777.
  • 83 AD Hérault, C, 2176 ; Procès-verbal de la tournée de Montaran en Languedoc, 1765.
  • 84 AD Hérault, C, 2949 ; Mémoire de Saint-Priest, 1768.
  • 85 L. Dutil, L’état économique du Languedoc à la fin de l’Ancien Régime (1750-1789), op. cit., p. 420 (...)

34Mais cette forte croissance de la seconde moitié des années 1750 et de la première moitié des années 1760 s’accompagne d’un décrochage significatif par rapport aux draps passés par le bureau de Montpellier, ceux admis à l’inspection de Marseille et surtout ceux expédiés au Levant et Barbarie. Il paraît évident que la libéralisation du système a conduit à une surproduction, les fabricants profitant de l’effet d’aubaine pour se lancer massivement dans la fabrication de londrins seconds73. Cette poussée conduit à un abandon des draps ordinaires de moins bon rapport et pourtant très demandés au Levant74. En même temps, elle met en difficulté les manufactures royales ou les jurandes fabricant surtout des draps fins75. Alors que la majorité des centres s’entête à produire d’abord des londrins seconds pour le Levant, des places et certaines jurandes réorientent, dès cette période, leur fabrication. C’est le cas en particulier de Limoux, à partir de 1759. Dès le début du xvie siècle, c’était un centre important de production de draps grossiers et épais avec 135 000 mètres de tissus fabriqués. Au début du xviie siècle, sa jurande développa la production de londres larges et devint réputée servant de modèle aux autres places languedociennes76. Cela lui aurait permis de produire jusqu’à 14 000 pièces de draps77. Mais les décennies 1730 et 1740 ne lui furent pas favorables. Elle aurait perdu beaucoup de marchés extérieurs, en particulier ceux des États allemands jusqu’alors très porteurs pour elle. La fabrication se réduisit alors sensiblement pour tomber à 6 000 pièces au milieu du xviiie siècle pour se stabiliser ensuite à ce niveau, malgré le développement d’une fabrication destinée aussi au Levant78. En effet, pas plus que Bédarieux, Mas-Cabardès ou Saissac, Limoux n’avait su résister à la fièvre de produire pour l’Orient. Autorisée à le faire à partir de 175979, elle abandonnait pourtant la fabrication de londrins seconds dans les années 176080. La jurande maintint alors sa position dans la seconde moitié du xviiie siècle avec une production d’environ 6 000 pièces de draps. Sa force a en effet résidé, tout d’abord, dans la poursuite d’une production d’étoffes à destination du marché intérieur, de l’Italie et de l’Espagne en parallèle à celle des londrins et des londres larges pour le Levant. Lorsque le débouché oriental des Échelles s’est réduit, cette fabrication spécifique a cessé81 et les fabricants de Limoux se sont ensuite entièrement reportés sur la production de draps de couleur, en particulier de vingt-deuxains – ou draps de montagne – ainsi que de vingt-quatrains, façon de Hollande et de quelques seizains82. Tous les territoires du Languedoc qui travaillaient pour le Levant ont aussi tenté de développer ces débouchés qui les avaient bien servis quelques décennies plus tôt. Carcassonne en particulier a cherché à se repositionner sur les marchés européens, en particulier en Espagne. Mais le fait de s’être focalisée sur l’exportation dans les Échelles du Levant l’avait fragilisée dans sa position à l’Ouest. Alors que la jurande et les manufactures royales auraient eu besoin d’accroître leurs ventes dans cette direction, elles rencontraient de plus en plus de difficultés dans l’écoulement au sud des Pyrénées. La concurrence exercée par les draps mélangés britanniques y était pour beaucoup83. Aussi, en 1768, il ne part plus de Carcassonne que 8 000 pièces en direction de ces marchés alors que 25 000 draps gagnaient l’Espagne, l’Italie et l’intérieur au début des années 174084. On ne saurait négliger, non plus, de parler d’un centre atypique de grande draperie dont le débouché ne dépendait pas de l’extérieur mais essentiellement de la commande publique nationale : Lodève. Au xviie siècle, cette place industrielle n’était qu’un centre de petite draperie produisant des serges et des petites étoffes que l’on débitait dans la province. Au début du xviiie siècle, les premiers draps de troupe y furent fabriqués. La tradition veut que ce soit le cardinal Fleury, alors principal ministre, qui autorisa le développement de cette activité à partir des années 1730. Quelle qu’en soit la raison, la garantie de fournir les troupes royales permit à Lodève de développer sensiblement sa production textile, notamment de draps et de tricots militaires qui, de 5 510 pièces en 1725, passa à plus de 20 000 en 1747. La place n’en abandonna pas pour autant la production d’étoffes civiles ; elle développa en parallèle la fabrication de pinchinats, de dix-septains de couleur assez grossiers, et de vingt-quatrains, plus fins et plus chers. Mais, dès les années 1760, les difficultés se firent jour dans la production civile trop grossière85.

Carte 6 : Production française des étoffes de laine au début du xviiie siècle (en millions de livres).

Graphique 1 : Évolution de la production et de la marque des draps destinés au Levant au xviiie siècle.

  • 86 Bibl. mun. Toulouse, mss. 604, intendant Lamoignon de Basville, mémoire pour servir à l’histoire d (...)
  • 87 BnF, mss. français, no 8037 ; Recueil de mémoires sur l’état des manufactures des différentes prov (...)
  • 88 AD Hérault, C, 2460 ; États et procès-verbaux concernant la fabrique des étoffes dans le Gévaudan, (...)
  • 89 AD Hérault, C, 2562 ; États généraux des fabriques du Gévaudan de 1773 à 1775 dressés par le subdé (...)
  • 90 AD Hérault, C, 2537 ; États mensuels et annuels des marchandises en cadiseries achetées de 1761 à  (...)
  • 91 La plupart du temps, la zone de Nîmes était presque toujours traitée avec les Cévennes et le Vivar (...)
  • 92 T. J. Markovitch, Histoire des industries françaises. Les industries lainières de Colbert à la Rév (...)
  • 93 T. J. Markovitch, Histoire des industries françaises. Les industries lainières de Colbert à la Rév (...)
  • 94 AD Hérault, C, 2536 ; Mémoire de l’inspecteur Delagenière, 19 mars 1760.
  • 95 AD Hérault, C, 2472 ; Statistiques partielles concernant le diocèse de Rieux pour les années 1747, (...)
  • 96 Ibid. ; Procès-verbal de l’inspecteur des manufactures, 1748.
  • 97 AD Hérault, C, 2475 ; Procès-verbal de l’inspecteur des manufactures.
  • 98 Voir à cet effet J.-M. Minovez, « Les exportations des Pyrénées occidentales vers l’Espagne, milie (...)

35La grande draperie a donc connu un beau développement, au moins jusque vers 1760. Cette vigueur productive a en grande partie occulté celle des petites draperies. Or, dès le xviie siècle, l’industrie du Gévaudan est bien en place ; sa structure productive, ses marchés et le montant élevé de sa production l’attestent. En 1687, l’intendant de Basville évalue la production du pays à 2 000 000 de livres86. En 1708, elle aurait atteint 2 559 200 livres pour un volume considérable de 127 000 pièces ; mais la fabrication du Gévaudan est additionnée à celle des Cévennes qui, bien que sensiblement moins dynamique, n’en produit pas moins d’appréciables quantités estimées entre 52 500 et 62 500 pièces à la même date87. Un maximum semble être atteint en 1746, avec 120 185 pièces valant 3 187 101 livres88. Par la suite, la production est orientée à la baisse. Entre 1746 et 177389, la diminution est d’environ 16 % en volume et en valeur ; elle est même plus marquée entre 1746 et 176390 où l’on observe un fléchissement de 22 % en pièces produites et de 27 % en valeur. La proportion des cadis diminue, même si elle reste majoritaire avec 51 % du total mais seulement 43 % de la valeur totale. Le fait marquant est la montée en puissance des étoffes tout de laine peignée ; les serges, tout d’abord, qui représentent 42 % des pièces produites et 48 % de la valeur totale, les escots ensuite dont l’émergence ne les situe encore qu’à 1 % des produits pour 3 % de la valeur. La situation devait être sensiblement identique autour de Nîmes, dans les Cévennes et le Vivarais. Toutefois, il s’avère encore plus difficile que pour le Gévaudan d’approcher d’une manière rigoureuse l’évolution de la production de cette aire. La difficulté de la mesure tient à la faiblesse des statistiques disponibles et des doutes quant à l’espace réellement pris en compte dans les calculs91. Malgré tout, les quelques statistiques et les informations qualitatives dont on dispose permettent d’avancer qu’au cours de la première moitié du xviiie siècle la production serait sensiblement orientée à la hausse. Après 1740, les manufactures prises dans leur ensemble seraient affectées d’une baisse notable de fabrication, à l’image de ce que l’on observe en Gévaudan ; les statistiques pour le territoire des Cévennes et des Garrigues sembleraient l’attester. La situation est sensiblement différente dans le Castrais et le Mazamétain. Avec 19 500 pièces à la fin du xviie siècle, puis 24 900 pièces au début du xviiie siècle, le Castrais connaît une croissance significative qui repose essentiellement sur Castres dont la réputation s’est affirmée au xviie siècle92. Malgré les aléas conjoncturels, une tendance à la hausse est observable dans les années 1720 et la production de l’aire continue de croître pour atteindre 32 800 pièces d’étoffes en 173193. Par la suite la croissance n’est portée que par Castres puis par Mazamet, qui acquiert une dimension industrielle à partir des années 175094, grâce aux innovations de produits (meilleurs cordelats, molletons, flanelles, frisons, ratines larges, londons, calmouks et ségovianes). À la même époque, le Volvestre, après être resté dans l’ombre des territoires plus dynamiques de Gascogne et de Languedoc, se redresse et amorce une croissance vigoureuse à partir des années 1740 grâce à la montée en puissance de la production de droguets façon d’Angleterre95. Le dynamisme n’est pas le fait seulement des territoires languedociens du cardé ; ceux où les étoffes combinées dominent peuvent connaître, comme dans la généralité de Montauban, une belle tendance à la croissance. À la fin du xviie et au début du xviiie siècle, la production de cette généralité s’axe surtout sur des cadis et des cordelats. La fabrication est concentrée essentiellement autour de la capitale régionale puis de Saint-Geniez. Le tournant des deux siècles est, semble-t-il, marqué par des difficultés. Dès 1727, la fabrication est tout à nouveau orientée à la hausse ; elle dépasse alors les 14 000 pièces. La tendance à la croissance s’observe jusqu’aux années 1770 : en 1777, la généralité compterait 52 700 étoffes produites pour un total de 4 200 000 livres. Le rythme des manufactures de la généralité d’Auch est assez similaire. Après de profonds soubresauts de production de la fin du xviie siècle et de la première moitié du xviiie siècle, la fabrication est orientée à la hausse. En 1748, elle avoisinerait 19 000 pièces pour l’ensemble de la généralité d’Auch96, 17 300 étant dues à la seule inspection de Saint-Gaudens. Le total est ici un peu moins élevé qu’en 1747 où l’on recensait 18 239 basses étoffes, et est légèrement supérieur à celui de 1749 qui n’enregistre que 16 462 pièces. Par la suite le volume global monte à 20 069 en 1751 et à 20 896 en 175297. Le caractère dynamique de la généralité d’Auch se retrouve dans celle de Pau aux produits et aux marchés voisins, sans que nous puissions nous avancer en terme de valeur, tant les sources statistiques font défaut98.

  • 99 L. Dutil, L’état économique du Languedoc à la fin de l’Ancien Régime (1750-1789), op. cit., p. 786
  • 100 J.-M. Minovez, « Les exportations des Pyrénées occidentales vers l’Espagne, milieu xviiie-début xi (...)
  • 101 J.-M. Minovez, « Les draperies du piémont des Pyrénées centrales françaises et l’Espagne du xviie (...)
  • 102 Arch. Valmirande, 121 DDD ; Lettres patentes du Roy et règlement pour les différentes sortes d’éto (...)
  • 103 D. Ligou, Montauban à la fin de l’Ancien Régime et aux débuts de la Révolution, 1787-1794, Paris, (...)
  • 104 F. Jaupart, Activités commerciales de Bayonne au xviiie siècle, numéros spéciaux du bulletin de la(...)
  • 105 Ibid., p. 315-316 et p. 339.

36Prises dans leur ensemble, les petites draperies connaissent donc un beau développement. Si la croissance du marché intérieur a joué un rôle indéniable dans ce dynamisme, l’appel des marchés extérieurs – de l’Espagne et de ses colonies en particulier – a été tout aussi déterminant. Les manufactures de grande draperie avaient presque réussi à ne s’intéresser qu’au marché des Échelles du Levant tant celui-ci s’était avéré porteur. Mais, pour presque toutes les petites draperies, le marché espagnol avec ses dépendances coloniales revêtait un intérêt considérable. Quant aux colonies d’Amérique du Nord, en particulier le Canada, elles offraient aussi un débouché de première importance pour les étoffes du Castrais ou de la généralité de Montauban. Enfin, les marchés italiens, suisses et, dans une moindre mesure, ceux d’Europe du Nord jouaient aussi un rôle non négligeable. Toutefois, « c’est avec l’Espagne que le Languedoc a le plus d’occasions et de tentations de commercer »99. Cela est tout aussi vrai du Béarn, si proche de Bayonne et de l’Aragon et de la Navarre100 ou des territoires textiles de la généralité d’Auch et Pau101. Cette propension presque naturelle est encouragée lorsque l’Espagne s’ouvre largement après le traité d’Utrecht (1713). Le désastreux xviie siècle espagnol avait eu pour effet d’affaiblir considérablement le pays. La touche finale avait été portée lors de la Guerre de Succession. Cette situation profite autant à l’Angleterre qu’à la France, cette dernière ne parvenant même pas à fournir toute la gamme des lainages que la péninsule et les colonies réclament. Les autorités françaises sont bien conscientes de ces problèmes. Elles ont tenté, dès la première moitié du xviiie siècle, d’inciter les manufacturiers à produire des étoffes adaptées au marché espagnol. Dans la généralité d’Auch et de Pau, on s’est mis à fabriquer des serges appelées « cholonne » ainsi que des sempiternes et des bayettes, les unes destinées à Cadix et aux Indes, les autres au Portugal102. Il en est de même dans la généralité de Montauban103. C’est aussi le cas en Languedoc ; mais la concurrence avec les Britanniques reste rude et le décollage de ces productions ne s’effectue pas. L’échec des chalons, sempiternes et bayettes françaises pour l’exportation ne signifiait pas pour autant une incapacité pour les draperies du Midi à pénétrer le marché espagnol, bien au contraire. L’importance de la production écoulée par Bayonne vient le prouver. Toutefois, il est particulièrement malaisé d’en connaître la réalité, tant la mesure réelle du trafic semble difficile. Les informations, toujours partielles, ne donnent en outre que des chiffres sur le commerce maritime et restent presque toujours muettes sur le trafic terrestre104. À partir des années 1730, il n’est pas sûr qu’il en soit de même. Les statistiques produites par le bureau de contrôle de Bayonne et la chambre de commerce et d’industrie de Bayonne semblent l’attester. Elles nous permettent de constater que le commerce des étoffes constitue un facteur essentiel de l’activité commerciale bayonnaise. Mais la part des étoffes du Midi est bien inférieure à celle de Picardie, de Flandre, de Normandie ou de Champagne105.

La stagnation d’ensemble après 1770

37Le dynamisme des marchés intérieurs et extérieurs a donc largement porté la croissance des draperies du Midi jusqu’au règne de Louis XV. Mais, dès les années 1750, certains signes d’essoufflement sont perceptibles dans la grande comme dans la petite draperie. La décennie 1760 est celle de l’accentuation des difficultés ; elles se révèlent nettement pour nombre de territoires après 1770. Toutefois, cela n’empêche pas quelques places et territoires de la laine de poursuivre leur croissance jusqu’à la Révolution. Mais les trajectoires divergent. Dans la grande draperie, le marché du Levant s’effondre : il faut chercher de nouveaux débouchés. Dans les espaces dominés par la petite draperie, la contraction des exportations vers les Espagne affecte particulièrement la partie orientale du Midi alors que le Haut-Languedoc résiste mieux. En revanche, en Gascogne et en Guyenne, le ralentissement est général.

  • 106 C. Marquié, L’industrie textile carcassonnaise au xviiie siècle. Étude d’un groupe social : les ma (...)
  • 107 L. Dutil, L’état économique du Languedoc à la fin de l’Ancien Régime (1750-1789), op. cit., p. 401
  • 108 AD Hérault, C, 2949 ; Mémoire de l’intendant de Saint-Priest, 1768.

38Comme dans les années 1760, les années 1770 et 1780 sont marquées par de profonds soubresauts de la production et de l’écoulement des draps par Marseille. Tendanciellement, l’orientation est toujours fortement récessive. Dans les années 1770, les londres ont totalement disparu du marché, les londres larges et les nims voient leur production s’effondrer et devenir marginale (1,8 % du total) ; mais, les draps fins augmentent tous, les londrins seconds atteignant 93 % du total106 et continuent de croître alors que la consommation diminue en parallèle107. En effet, si les Français ont, par le passé, pratiquement chassé la concurrence des Échelles du Levant pour les qualités intermédiaires de draps fins, ils subissent à nouveau celle des Anglais, des Hollandais, des Vénitiens et même des Allemands dans ce domaine, sans jamais parvenir à compenser leur retard sur les hautes et basses qualités pour lesquelles les Anglais sont toujours restés prépondérants108. La seconde moitié des années 1780 voit se produire l’inévitable effondrement de la production et de l’exportation par Marseille.

  • 109 T. J. Markovitch, Histoire des industries françaises. Les industries lainières de Colbert à la Rév (...)
  • 110 Ballainvilliers, Mém, dioc Béziers, f° 131. (L. Dutil, L’état économique du Languedoc à la fin de (...)
  • 111 Ballainvilliers, Mém, dioc Mirepoix, f° 82. (L. Dutil, L’état économique du Languedoc à la fin de (...)
  • 112 Cf. supra.
  • 113 L. Dutil, L’état économique du Languedoc à la fin de l’Ancien Régime (1750-1789), op. cit., p. 420 (...)
  • 114 AD Hérault, C, 2555 ; Rapport de l’inspecteur Delagenière au contrôleur général des finances, 1768
  • 115 AN, F12, 1568 ; Rapport de la chambre consultative de Castres, 1807.
  • 116 AD Hérault, C, 2384 ; Mémoire de l’inspecteur Delagenière, 20 septembre 1786.
  • 117 L. Dutil, L’état économique du Languedoc à la fin de l’Ancien Régime (1750-1789), op. cit., p. 435 (...)
  • 118 C. Marquié, L’industrie textile carcassonnaise au xviiie siècle. Étude d’un groupe social : les ma (...)

39Toutes les gammes de tissus sont profondément atteintes et le total passe sous les 60 000 pièces, retrouvant le niveau des années 1740. Le processus est sensiblement différent pour Bédarieux, où, malgré les aléas, la croissance se poursuit jusqu’au milieu des années 1770109 car le centre diversifie sa fabrication pour atteindre, d’abord, le marché intérieur, même si une moindre partie gagne aussi l’Espagne et l’Italie110. Presque à la même période, Chalabre réalise la même réforme que Bédarieux. Frappée durement et précocement par la contraction du marché levantin, elle doit son salut à une réforme de structure dans les années 1780 qui consiste en une reconversion vers la production de draps larges destinés essentiellement au marché intérieur ainsi qu’à l’Espagne et à l’Italie111. Cette réorientation, Limoux l’avait réalisée bien plus tôt ; abandonnant progressivement la fabrication pour le Levant, sa force a été, tout d’abord, de centrer sa production sur des vingt-deuxains et des vingt-quatrains à destination du marché intérieur, de l’Italie et de l’Espagne112. Lodève ne réalise pas ce type d’adaptation et ne cherche pas à améliorer sa production car les tissus destinés à l’habillement des soldats sont moins exigeants en qualité que la grande draperie destinée au marché. En effet, la vocation de fourniture aux armées de Lodève se confirme dans les dernières décennies de l’Ancien Régime au point de devenir presque exclusive113. Dans le Castrais, qui produit aussi marginalement pour l’armée des cordelats redins et des tricots114, la production de draps s’y développe de la même manière. Si Castres doit une partie de sa croissance à cette mutation, c’est surtout à Mazamet que le phénomène est le plus marqué. Alors que la ville n’était qu’un centre textile parmi tant d’autres dans la première moitié du xviiie, elle connaît le plus fort développement au xviiie siècle. À la fin de la période, elle détient la primauté dans le diocèse de Castres, devant la ville du même nom, de Labruguière, de Boisseson et de Dourgne notamment115. Le développement de Mazamet repose, dans la seconde partie du siècle, sur une production de draps qui prennent même son nom ; en 1786, cette fabrication est de très loin la principale puisque les mazamets larges (30 %) et les étroits (28 %) représentent donc à eux seuls près de 58 % de la production du centre éponyme116. Castres fabrique aussi des draps ; l’inspecteur Delagenière les apprécie considérant qu’ils approchent en qualité ceux de Limoux. Production tournée en direction du marché intérieur, elle gagne aussi l’étranger, même l’Allemagne et les pays du Nord117. Dans le Carcassonnais, on tenta aussi de produire pour le marché intérieur et pour l’Europe. Dans les années 1780, la production hors Levant augmente parallèlement à la régression des londrins seconds118.

Carte 7 : Production française des étoffes de laine à la fin du xviiie siècle (en millions de livres).

  • 119 T. J. Markovitch, Histoire des industries françaises. Les industries lainières de Colbert à la Rév (...)
  • 120 Sommières mériterait, à elle seule, une monographie centrée sur l’étude de son industrie textile.
  • 121 L. Dutil, L’état économique du Languedoc à la fin de l’Ancien Régime (1750-1789), op. cit., p. 429 (...)
  • 122 L. Dutil, L’état économique du Languedoc à la fin de l’Ancien Régime (1750-1789), op. cit., p. 436 (...)
  • 123 T. J. Markovitch, Histoire des industries françaises. Les industries lainières de Colbert à la Rév (...)
  • 124 L. Dutil, L’état économique du Languedoc à la fin de l’Ancien Régime (1750-1789), op. cit., p. 438 (...)
  • 125 AN, F12, 1383 ; Lettre de Vauvoux à Trudaine du 1er avril 1777.
  • 126 Ibid.
  • 127 AD Gers, C, 29, pièce 5 ; État des pièces d’étoffes et de toiles présentées et marquées aux bureau (...)
  • 128 C. Desplat, Pau et le Béarn au xviiie siècle. Deux cent mille provinciaux au siècle des Lumières, (...)
  • 129 Pour la critique des sources et des évaluations chiffrées, cf. J.-M. Minovez, « Les exportations d (...)
  • 130 Les capes faisaient l’objet d’un commerce de gros le long de la chaîne des Pyrénées entre marchand (...)
  • 131 D’autant que les couvertures faisaient l’objet d’une demande importante de la part de la Marine : (...)
  • 132 De 25 % si on en croit Daniel Ligou : D. Ligou, Montauban à la fin de l’Ancien Régime et aux début (...)

40Dans la production de petites étoffes, la tendance est à la récession marquée par une amplification des contrastes en Languedoc du fait de la stagnation ou de la régression de la majorité des territoires et de la vigueur maintenue de quelques-uns. En Gévaudan, la tendance observée entre le milieu des années 1740 et le début des années 1770 se poursuit jusqu’à la Révolution française. Elle est marquée par une orientation à la baisse des volumes de production et une poussée de la fabrication de produits à plus forte valeur ajoutée. Cette évolution est générale et s’observe partout en Bas-Languedoc. Le territoire autour de Montpellier, qui a centré son effort sur les draps, a connu une plus grande prospérité que celui des Cévennes et des Garrigues, aux produits intermédiaires ; lui-même s’est plus développé que le Gévaudan, où les produits de basse qualité ont continué de dominer119. Aussi, à partir des années 1770 et jusqu’à la Révolution française, la production du Gévaudan est orientée à la baisse. La diminution est particulièrement sensible dès le début des années 1780 ; en 1783, la fabrication tombe à 63 800 pièces. La zone de production de Nîmes, des Cévennes et du Vivarais semble affectée par une régression analogue à celle du Gévaudan, bien que l’on éprouve les mêmes difficultés à évaluer l’évolution de la production dans les dernières décennies de l’Ancien Régime, pour des raisons identiques à celles énoncées précédemment. Dans ce contexte de repli général, un centre tire pourtant son épingle du jeu : Sommières120. Situé dans les basses Cévennes, il prospère grâce à la production de bons molletons121. Ceux-ci participent également, pour partie, à la prospérité de Castres et de Mazamet qui continuent de se développer alors qu’alentour, il n’est question que de diminution et d’affaiblissement, résultant d’un processus amorcé dans les années 1760. C’est la jurande de Dourgne et de Massaguel qui a le plus perdu, trop fidèle aux cordelats très communs et aux frisons étroits. Celle des sargues a aussi considérablement baissé comme à Vabre122. Castres a poursuivi sa croissance et, de 2 000 pièces réalisées en moyenne durant la première moitié du xviiie siècle, elle est passée à 8 000 produits très divers en 1781123. Le phénomène est bien plus marqué à Mazamet qui, en 1782, atteindrait 16 000 à 18 000 pièces alors qu’en 1786 le centre et ses environs en auraient fabriqué 25 730. Cette croissance contraste avec le territoire albigeois qui a connu la même régression que les autres centres de basses étoffes de l’essentiel du bassin versant du Tarn. Alors que sa production s’est réduite à peu de chose, il a profité du développement de l’aire de Castres et de Mazamet en filant ses estames et en ourdissant ses chaînes124. Sans connaître la même vigueur de diversification que Castres et Mazamet, les manufactures du Volvestre décuplent leur production entre 1740 et 1777. Le centre principal qui s’affirme est Montesquieu où les 30 à 40 fabricants qui s’y trouvent fabriquent 10 000 pièces en moyenne par an125. Les draperies se sont spécialisées au cours de ces vingt-cinq années dans la production du « droguet façon d’Angleterre », et c’est par lui que ces fabriques ont connu un pareil essor126, avant de se diversifier par la suite. Les difficultés survenues dès la fin des années 1770 entraînent une certaine érosion de la production. Ainsi, en 1788, le total de la production du diocèse ne s’élèverait plus qu’à environ 8 050 pièces. Le ralentissement d’activité concerne aussi les manufactures de la généralité d’Auch qui se maintiennent pourtant à un haut niveau de production que l’on peut évaluer entre 1781 et 1787 à une moyenne annuelle de 22 524 pièces valant 1 854 158 livres127, soit l’essentiel de la production de la généralité. Les difficultés semblent encore plus marquées dans la partie occidentale des Pyrénées, en Béarn, Navarre et Labourd. Pour Christian Desplat, l’industrie textile du Béarn connaît une crise générale qui débute en 1776 et se poursuit jusqu’à la Révolution128. Il est en effet plausible que la fabrication d’étoffes de dimension courante ait, au mieux, stagné entre la fin des années 1770 et la Révolution129. Il est plus probable qu’elle ait régressé au profit du développement de tissus de basse qualité de petite dimension comme les capes130 ou les couvertures, laissant penser que la production lainière aurait continué de croître dans les dernières décennies de l’Ancien Régime grâce à cela131. La généralité de Montauban a dû aussi connaître une croissance modeste durant cette période132.

41Si l’on excepte ces quelques exemples de croissance modéré, l’évolution générale de la grande et de la petite draperie est bien celle d’une stagnation dans laquelle peu de places et de territoires progressent et beaucoup entrent en récession.

Horizons nationaux et internationaux après 1770

42Les hésitations de la croissance, nettement perceptibles à partir de la décennie 1760, doivent beaucoup aux fluctuations des marchés internationaux. La concurrence qui s’exacerbe au Levant affecte particulièrement la grande draperie, alors que les petites étoffes sont surtout atteintes par la fermeture des marchés espagnols. Cependant, le manque de compétitivité des petites draperies sur le marché intérieur, malgré sa croissance, représente aussi un facteur important d’explication de leurs difficultés. Les tentatives de développement des marchés traditionnels (italiens et suisses) et la recherche de débouchés en Amérique ne s’avèrent pas fructueux et ne permettent pas d’inverser la tendance.

  • 133 P. Verley, L’Échelle du monde. Essai sur l’industrialisation de l’Occident, op. cit., p. 446.
  • 134 R. Davis, « English Foreign Trade, 1700-1774 », in Economic History Review, 2, 1962, p. 292.
  • 135 A. González Enciso et al., Historia Económica de la España Moderna, op. cit., p. 221-222, p. 317-3 (...)
  • 136 J.-M. Minovez, « Formation progressive d’une frontière, barrière douanière et contrebande, vers 17 (...)
  • 137 Roland de la Platière, Encyclopédie méthodique […], op. cit., p. 267.
  • 138 A. González Enciso, « La protoindustrialización en España », supra cit., p. 11-44.
  • 139 Roland de la Platière, Encyclopédie méthodique […], op. cit., p. 267.

43La décennie 1760 marque un tournant dans les relations commerciales qu’entretiennent la France et l’Angleterre avec l’Espagne. Pour des raisons similaires, les deux premières puissances du monde réorientent leur commerce vers les colonies américaines où les économies de plantation commencent à représenter des marchés importants133. Les Anglais portent aussi leur effort sur l’Afrique et surtout l’Asie134. En Espagne, la réorientation du commerce britannique a des effets beaucoup plus sensibles que pour la France. L’évolution différentielle des exportations sectorielles de la période 1760-1775 montre que l’appel des marchés exotiques n’explique pas tout dans le tassement des exportations françaises vers l’Espagne. Avec l’avènement de la dynastie des Bourbon, débute une période d’essor économique et de reconstruction de la puissance de l’État espagnol reprenant les principes de la centralisation et une politique interventionniste dans l’économie inspirée des méthodes colbertistes. Débutée par Philippe V, poursuivie par Ferdinand VI, elle atteint un apogée avec Charles III, sous le règne duquel les questions économiques passent au premier plan135. La législation est faite de prohibitions et de tarifs devenant exorbitants en contradiction totale avec les traités qui régissent les rapports entre la France et l’Espagne, mais indispensable à la protection d’une industrie naissante ou à restaurer136. Cependant, on ne peut réduire les difficultés rencontrées sur le marché espagnol à la question douanière ; la politique industrialiste menée par les Bourbon y est aussi pour beaucoup, en particulier en ce qui concerne la draperie137. Au cours du xviiie siècle, l’industrie lainière s’est accrue, mais d’une manière différentielle, selon les régions, selon les époques. Si l’on exclut les périodes conjoncturelles néfastes, on constate, dans l’ensemble, une poussée dans la première moitié du siècle. Après 1760-1770, seuls se développent les territoires les mieux adaptés aux conditions de production et de concurrence du moment138. En outre, que ce soit pour les deux Castille, l’Andalousie ou la Catalogne, une grande partie de la consommation s’effectue dans le cadre régional. Les échanges interrégionaux ne concernent vraiment que les textiles de qualité. Cependant, qu’elle soit destinée au marché ou limitée à la consommation de proximité immédiate, la production textile se développe dans presque toutes les provinces. Si les laines sont de couleur naturelle, ni teintes avant, ni après la fabrication, ou mal filées par « des mains très peu habiles » donnant des gros draps et des serges communes139, il n’empêche qu’elles concurrencent directement les petites draperies françaises dont les débouchés en Espagne se réduisent d’autant pour le vêtement populaire.

  • 140 L’analyse s’appuie sur les statistiques disponibles à savoir : AD Pyrénées-Atlantiques, C, 43 ; Ét (...)
  • 141 Roland de la Platière, Encyclopédie méthodique […], op. cit., p. 267.
  • 142 P. Léon, « Vie et mort d’un grand marché international. La foire de Beaucaire (xviiie-xixe siècles (...)
  • 143 Roland de la Platière, Encyclopédie méthodique […], op. cit., p. 267.
  • 144 AD Pyrénées-Atlantiques, C, 1363 ; Rapport des syndics des États de Béarn à l’intendant, 1787 : «  (...)
  • 145 Roland de la Platière, Encyclopédie méthodique […], op. cit., p. 257.

44La montée de la production espagnole, conjuguée à la rivalité internationale sur les marchés ibériques, provoque une régression des exportations de la France vers la Péninsule. Cela n’est pas sans effet sur le dynamisme des manufactures du Midi qui doivent, en outre, subir la concurrence des autres territoires de production français de la laine qui s’exacerbe au rythme de la contraction des marchés méditerranéens. L’étude des volumes et des valeurs des draperies échangées à Bayonne et Beaucaire à la fin de l’Ancien Régime en est un bon révélateur140. À Bayonne, à la fin du xviiie siècle, les manufactures du Midi doivent affronter le dynamisme toujours marqué des territoires de la laine du nord de la France. En effet, la Picardie et la Flandre dominent largement le marché à Bayonne, puisque Amiens y vend 25 % de la totalité des étoffes pour 36 % de la valeur et Lille 13 % des quantités pour 7 % de la valeur. La Champagne tient aussi une place essentielle avec Reims (4 % des quantités et 3 % des valeurs) et Sedan dont les très beaux draps ne représentent qu’1 % du négoce en quantité mais 7 % en valeur. La Normandie se situe à un niveau similaire avec Rouen (5 % des quantités et 4 % des valeurs) et Elbeuf (1 % des quantités et 5 % des valeurs). Le Maine vient ensuite essentiellement du fait de l’importance du Mans (3 % des quantités et 5 % des valeurs). Le Midi apparaît donc nettement minoritaire ; il ne représente que 44 % des marchandises négociées à Bayonne : 15 % pour la Guyenne et la Gascogne et 29 % pour le Languedoc pour seulement 29 % des valeurs, 11 % pour la Guyenne et la Gascogne et 18 % pour le Languedoc. Seuls quelques territoires et centres émergent. Le Gévaudan avec 15 % des volumes et 6 % des valeurs paraît le mieux représenté. Montauban occupe aussi une place essentielle du fait surtout de la qualité de ses produits qui atteignent 7 % en valeur pour seulement 4 % en volume. Le Rouergue est essentiellement représenté par Saint-Geniez (5 % des quantités et 3 % des valeurs) et le Castrais par Dourgnes (3 % des quantités et 2 % des valeurs). À Beaucaire, en revanche, la domination des manufactures du Midi est très forte ; à la fin de l’Ancien Régime, elles y négocient 89 % des étoffes françaises pour 81 % de la valeur. La Picardie ne représente que 3 % des valeurs et 2 % des volumes, la Champagne respectivement 4 et 2 %, la Normandie 3 et 1 %, Vienne et Orange 5 et 2 %, la Flandre et le Maine interviennent pour 3 % et 1 % en quantité et en valeur. La position d’Amiens et de Lille à Bayonne tient à la domination qu’elles exercent dans la fabrication des petites draperies entièrement en laine peignée. La Picardie et le Nord règnent donc presque sans partage dans le domaine de la petite draperie composée des « étoffes de laine, rases, douces ou sèches, unies, ou croisées »141. On retrouve cette supériorité sur les marchés d’exportation, en particulier des Espagne. Il y a ensuite les draps qui sont proportionnellement les tissus à la valeur la plus forte. À Bayonne, le marché est très largement dominé par les draps de Sedan (24 % des quantités et 36 % des valeurs) et d’Elbeuf (26 % des quantités et 28 % des valeurs) qui représentent à eux seuls 50 % des volumes et 64 % des valeurs. La situation est sensiblement différente à Beaucaire. Alors que les productions de Guyenne et de Gascogne y sont pratiquement absentes, le Languedoc y exerce sa suprématie avec 86 % des quantités et 80 % des valeurs échangées. Le territoire de Carcassonne (49 % des volumes et 55 % des valeurs) est de loin la plus dynamique avec le centre lui-même (22 % des volumes et 33 % des valeurs) puis sa montagne (14 % des volumes et 19 % des valeurs) ; à l’extrémité de la montagne de Carcassonne, Lacaune joue toujours un rôle important avec ses draps grossiers (13 % des volumes et 3 % des valeurs). Une part importante est aussi vendue par Lodève, Bédarieux, Riols et le sud du Rouergue (37 % des volumes et 25 % des valeurs) : Bédarieux (12 % des volumes et 12 % des valeurs), Riols (5 % des volumes et 3 % des valeurs), Lodève (14 % des volumes et 7 % des valeurs) et le sud du Rouergue qui en dépend (7 % des volumes et 3 % des valeurs) sont les centres qui exportent le plus. Le reste de la France ne représente que 14 % des volumes et 20 % des valeurs et est essentiellement représenté par quelques grands centres tels que Sedan (3 % des volumes et 7 % des valeurs), Elbeuf (10 % des volumes et 13 % des valeurs) et marginalement Abbeville. Même si les étoffes à pas simple dominent nettement, il existe aussi une partie importante de la production qui est tissée à double croisure. Les draperies du Midi l’emportent, dans ce cas, sur tous les marchés avec les cadis, les cordeillats et les serges. Bien que les exportations françaises pour l’Espagne et les marchés méditerranéens soient moins florissantes que par le passé, le négoce par Bayonne et Beaucaire montre le maintien d’un certain dynamisme dans le commerce des draperies. À Bayonne, les échanges s’accroissent en tendance depuis le milieu du xviiie siècle jusqu’au début des années 1780. Ils sont essentiellement portés par les draps, pannes, peluches et camelots. Le dynamisme reste donc le fait des manufactures du nord de la France, d’Amiens et de Lille en particulier. Le Midi de la France connaît, au contraire, une situation bien moins brillante. De la fin des années 1760 au début des années 1780, ses exportations, centrées sur les serges, cadis et cordeillats, connaissent une régression alors qu’en parallèle le reste de la France, essentiellement la Picardie, la Flandre et la Champagne, ont leurs exportations en nette croissance à la même période, en volume plus qu’en valeur. La situation est quelque peu différente à Beaucaire où les mêmes tissus du Midi trouvent encore à se placer sur les marchés de la Méditerranée et d’une partie du reste de l’Europe. Mais tous les territoires de la laine ne sont pas concernés au même niveau. Si le Gévaudan résiste en partie avec le Rouergue et la région de Montauban, les Cévennes régressent sensiblement. La vigueur est plutôt du côté du drap – pour l’intérieur et les marchés européens – que Carcassonne et Bédarieux, en particulier, ont su développer. Il n’empêche que la concurrence étrangère est bien là, anglaise notamment, provoquant un ralentissement considérable du débit des draps nationaux142. Les difficultés tiennent aussi au développement des capacités productives espagnoles143. Cependant, même dans les cas où la régression est marquée, la chute ne semble pas inéluctable car la croissance de l’industrie espagnole ne parvient pas à satisfaire le marché d’autant qu’elle ne compense pas l’élargissement de la demande solvable résultant de la croissance démographique du pays et de la pression des marchés coloniaux144. En outre, l’Espagne reste très dépendante de l’extérieur pour ses approvisionnements en textiles les plus fins. Les manufactures royales de draps n’atteignent pas, en effet, le niveau de qualité souhaité145.

  • 146 Les sources lozériennes et aveyronnaises sont très explicites à ce sujet : AD Lozère, M, 4176 ; Ta (...)
  • 147 Alors que « pendant la guerre, nous leur avons fait passer d’Amiens, considérablement de petites é (...)
  • 148 Roland de la Platière, Encyclopédie méthodique. Manufactures arts et métiers, Tome 1, Paris, Panck (...)
  • 149 Ainsi, après la perte du Canada l’intérêt des négociants montalbanais se reporte sur le commerce d (...)
  • 150 Sans négliger pour autant les marchés de l’Allemagne et des Pays du Nord qui jouent un certain rôl (...)
  • 151 P. Butel, L’économie française au xviiie siècle, Paris, SEDES, 1993, p. 95-96.
  • 152 P. Verley, L’Échelle du monde. Essai sur l’industrialisation de l’Occident, op. cit., p. 444 et gr (...)
  • 153 P. Verley, L’Échelle du monde. Essai sur l’industrialisation de l’Occident, op. cit., p. 451.
  • 154 J.-P. Poussou, Bordeaux et le Sud-Ouest au xviiie siècle : croissance économique et attraction urb (...)
  • 155 M. Bordes, D’Étigny et l’administration de l’intendance d’Auch (1751-1767), op. cit., t. II, p. 78 (...)
  • 156 C. Desplat, Pau et le Béarn au xviiie siècle. Deux cent mille provinciaux au siècle des Lumières, (...)

45Cependant, la fermeture partielle des marchés ibériques et du Levant ont conduit les manufacturiers et les négociants à rechercher de nouvelles destinations pour leurs produits, d’autant que de nouvelles opportunités semblent surgir du côté de l’Amérique du Nord. Elles peuvent être liées à des événements politico-militaires aux effets importants sur des temps courts. Mais, structurellement, le marché des anciennes Treize Colonies anglaises d’Amérique, si profitable par ailleurs, n’a jamais pu compenser la perte du Canada pour les manufactures d’étoffes du Midi, d’autant qu’à partir de 1788, le rétablissement du commerce entre la nouvelle république et l’Angleterre chasse les produits languedociens du marché des États-Unis146. Le processus avait même débuté dès la fin des hostilités147 puisque, en 1783 déjà, des commerçants américains entraient en contact avec des négociants de Londres pour leur donner d’importantes commissions en draperies148. Le marché des Iles s’avère tout aussi décevant car les besoins sont d’abord centrés sur des étoffes légères149. Les faibles retombées du développement des marchés américains pour les tissus de laine ajoutées à la fermeture des marchés de la Péninsule ibérique et du Levant ne laissent au Midi que l’espoir d’une compensation fondée sur une croissance des marchés italiens et suisses150. Depuis 1716 et jusqu’en 1787, les exportations françaises vers cette zone ont été multipliées par huit, malgré la concurrence. Alors que les ventes françaises en Espagne sont en baisse sensible, les draperies ne représentant que 8,32 % des 37 % des ventes de produits manufacturés à ce pays151, les marchés italiens, genevois et suisses s’avèrent beaucoup plus porteurs en croissance152. Aussi trouve-t-on souvent mentionné, dans les sources traitant des manufactures des généralités de Toulouse, Montauban et Montpellier, le débouché de Gênes, du Piémont, de la Savoie, ainsi que celui de Genève et de la Suisse. Mais la baisse de production dans nombre de centres et la stagnation d’ensemble de la fabrication que l’on peut avancer pour la période allant de 1770 à 1789 tendent à montrer que les marchés italiens et suisses ne peuvent compenser la perte des autres débouchés méditerranéens. Les manufactures de laine du Midi sont donc particulièrement affectées par la forte régression des marchés méditerranéens les plus porteurs : du Levant pour la grande draperie, d’Espagne pour les petites étoffes et la bonneterie. Le maintien des marchés traditionnels italiens, suisses et d’Europe septentrionale ainsi que le faible développement du débouché américain, ne peuvent absorber une production pourtant en croissance modeste. Aussi, et compte tenu des remarques précédentes portant sur la contraction des marchés méditerranéens, le maintien de la dynamique productive doit donc reposer sur une expansion du marché intérieur français. C’est elle qui dorénavant stimule la production du Midi, comme celle du reste du pays153. Le phénomène est sensible dans la partie atlantique du Sud-Ouest au cours de la seconde moitié du xviiie siècle. Il se manifeste par l’essor des petites et moyennes villes. Leur rôle régional s’affirme dans le dynamisme des échanges à moyenne et longue distance. Certaines acquièrent même le statut de ville importante en un siècle de croissance environ154. Plus à l’est, en Gascogne, le même processus est observable. Le commerce à l’intérieur de la généralité d’Auch et avec les autres provinces se développe155. Il en est de même en Béarn156. Ici, comme ailleurs, l’intensité des relations à l’intérieur des provinces et en direction du nord du pays s’accroît, au détriment des anciens contacts avec l’Espagne. Si les progrès du réseau terrestre et de la circulation intérieure y sont pour beaucoup, l’évolution de l’organisation institutionnelle de l’État, la mise en ordre des confins et les mutations de la politique douanière jouent aussi un rôle essentiel dans cette évolution.

  • 157 Roland de la Platière, Encyclopédie méthodique. Manufactures arts et métiers, Tome 1, Paris, Panck (...)
  • 158 Ibid., p. 265-266.
  • 159 D’après l’Encyclopédie, ou dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers.
  • 160 Roland de la Platière, Encyclopédie méthodique. Manufactures arts et métiers, op. cit., p. 267.
  • 161 Ibid., p. 283.

46La création d’un premier marché national, soutenue par l’amélioration des voies de communication, les facilités faites aux échanges du fait de l’évolution des institutions ainsi que la régression des barrières à la circulation intérieure, ont favorisé la confrontation des productions françaises à l’intérieur du pays. Le processus a été, en outre, encouragé par les conséquences de la concurrence sur les marchés extérieurs qui ont conduit nombre de manufactures à profiter des opportunités de la demande intérieure. Cela n’a pas été sans effet sur la déstabilisation de bon nombre de territoires de la laine du Midi. Dans la draperie fine, les productions méridionales ne peuvent rivaliser avec les plus belles fabrications des Gobelins, de Sedan, d’Abbeville ou de Louviers, quoiqu’on fasse à « Cahors, des draps et des ratines auxquelles on donne le nom de draperie façon de Hollande et d’Angleterre [et] à Montauban, des croisés doubles brochés, des croisés drapés superfins, fins, etc. des ratines fines, ordinaires, larges et autres »157. Mais ce sont les productions communes – majoritairement des cadis – qui finissent par l’emporter. Quant au Languedoc où « on a fait et l’on fait encore quelquefois […] des draps superbes, autres que ceux destinés au Levant », la production reste dominée par des tissus spécifiques destinés à l’Orient. Les draps ordinaires entrent en concurrence avec « les beaux et bons draps fins d’Elbeuf » et même avec ceux de Châteauroux, de Romorantin, de Rouen et de Darnétal. Les draperies communes cardées et les étoffes sur étaim de Gascogne, du Béarn, de Saint-Gaudens, de la vallée d’Aure, des Cévennes, du Gévaudan, de Saint-Affrique, du Rouergue, du Quercy, de Castres, de Mazamet, etc. dont le débouché est d’abord intérieur – même si une consommation significative a été le fait de l’Espagne et de l’Amérique, voire de la Suisse et de l’Allemagne – connaissent une diminution continue de leur consommation. Le développement « dans le genre ou à l’imitation de celles de Languedoc » des fabriques de Beauvais, d’Orléans, du Berry, ainsi que « celles élevées depuis peu de temps en Lorraine et ailleurs », y sont pour beaucoup158. Pour les étoffes rases et sèches, le Midi ne peut absolument pas rivaliser avec les manufactures du nord du royaume. Structurellement, la Picardie écrase le marché, Amiens principalement, Abbeville en partie. Le Flandre vient ensuite avec Lille. Il faut aussi y ajouter les petites étoffes de Reims, du Mans et de Châlons-sur-Marne, dont la laine peignée très fine donne des fils presque égaux en chaîne et en trame, supprimant « tout poil élancé au dehors » et présentant « le brillant de la soie »159. La diversité des genres, la finesse et la qualité en font des productions globalement supérieures à celles du Midi160. Ainsi les petites draperies d’Auvergne, comme celles de la généralité d’Auch, « fabriquées en laine du pays, réservées à la consommation intérieure, sont dans le genre commun, et ne peuvent à aucun égard, se comparer aux étoffes de même nom, fabriquées [en Picardie et dans le Nord] ». Il n’y a guère que les serges de Mende « généralement […] bien fabriquées » qui méritent « quelque distinction » ainsi que le petit nombre des petites étamines d’Agen161.

Carte 8 : Les exportations des étoffes de laine françaises par Bayonne dans le dernier tiers du xviiie siècle (en livres).

Carte 9 : Étoffes de laine françaises, par lieu d’origine, vendues à Beaucaire à la fin de l’Ancien Régime (en livres).

Carte 10 : Étoffes de laine françaises, par lieu d’origine du Midi, vendues à Beaucaire à la fin de l’Ancien Régime (en livres).

47Jusqu’à la Révolution française, la France méridionale a occupé une place de tout premier plan en matière industrielle, en particulier dans le textile. Il faut remonter loin pour trouver l’origine de la force du Midi. C’est au tournant des xve et xvie siècles que les nouvelles structures de production textile se mettent en place, le xviie siècle marquant un virage en la matière. C’est à ce moment-là que s’établissent des relations de nature productive et commerciale qui donnent naissance à des formes modernes d’organisation de la production dans le cadre de nouveaux marchés. La grande draperie s’appuie d’abord fortement sur une fabrication destinée au Levant. Les basses étoffes gagnent les marchés nationaux en croissance et sont l’objet d’un commerce d’exportation soutenu vers les Espagne, les colonies, les états allemands, la Péninsule italienne et la Suisse. De la même manière, les produits qui font la fortune de la France méridionale sont issus des mutations que la draperie connaît à la fin du Moyen Âge. Ces dernières marquent le triomphe du cardé dans la grande draperie et, dans la petite draperie, contrairement aux idées reçues, les étoffes combinées l’emportent largement faisant du Midi une exception en la matière.

48Cette réussite est indissociable de la capacité des groupes sociaux de marchands à créer les conditions institutionnelles nécessaires, à savoir jouer de ces dernières à l’intérieur du territoire ou à l’international ; elle dépend des nouvelles logiques de l’échange adaptées aux zones et places de marché ; elle tient à la forme prise par les liens de clientèles, notamment entre Marseille et le Levant pour la grande draperie, entre négociants de la France méridionale et ceux de Bayonne, Cadix, Lyon pour la petite draperie ; elle est liée, enfin, à la forme donnée à l’organisation de la production qui se partage entre Kaufsystem et Verlagsystem. Ces systèmes reposent sur la nature des relations que les hommes entretiennent avec le milieu, l’économie étant encastrée dans la société. Dans le cadre des structures sociales existantes, où une partie essentielle de la production est redistribuée sur place, et où existent des relations de réciprocité, la pluriactivité y occupe une place essentielle dans le processus de régulation fondé sur la permanence d’interactions entre l’homme et son environnement.

49Ces conditions de la réussite ne sont nullement subies. Elles participent plutôt d’une articulation complexe entre de nombreux phénomènes parmi lesquels la demande détermine la production. Cette dernière tient compte des rapports de concurrence au niveau national et international ; l’ensemble produit d’incessants réajustements qui représentent une tension constante entre volonté de rationalisation et nécessité d’adaptation rapide aux attentes du commerce. Ils sont à l’origine d’apparentes contradictions entre pratiques marchandes et institutions d’État. En effet, la nature de la production et les techniques employées, inscrites dans la durée, ne sont pas exemptes d’adaptations. Plus nombreuses qu’on ne l’imagine – mais souvent invisibles car résultant de multiples bricolages – elles entrent parfois en contradiction avec la volonté de l’État de réglementer. Elles témoignent de la force des territoires, de leur capacité à répondre au mieux aux attentes de la demande, qui n’est pas seulement le fait du consommateur final avec lequel le producteur n’a, en général, aucun rapport. Les adaptations tiennent aussi aux marchands qui orientent la production, donnent naissance parfois aux espaces de production et en infléchissent souvent leurs limites. Les fabricants paraissent alors faiblement acteurs de processus qui les dépassent.

50La machine à produire et à vendre, en apparence parfaitement huilée, se grippe entre le dernier tiers du xviiie siècle et la Restauration. Le Midi paraît vivre sur ses acquis à la fin de l’Ancien Régime et reste en partie passif face aux nouvelles attentes des marchés. Il est certain que les sociétés du Midi ont parfois manqué d’initiative dans les recherches en nouveaux produits, dans les choix des qualités, dans la diversification des marchés. En s’obstinant à maintenir la production des étoffes rases et sèches et des grossières étoffes combinées – garantes, en effet, du maintien du système local de la laine peignée –, elles se sont exposées à la concurrence redoutable et mortelle des puissantes manufactures picardes et de Flandre. En choisissant la spécialisation dans les draps fins pour le Levant, les donneurs d’ouvrage compromettent le développement industriel et menacent même l’existence des manufactures en se livrant aux fluctuations d’un marché devenu récessif.

51L’industrie textile du Midi en est-elle pour autant condamnée ? Dès la fin du xviiie siècle, des entrepreneurs du Haut Languedoc savent exploiter le créneau du cardé lourd, laissé libre pour partie par les grands centres nationaux de la laine, en débutant la fabrication de draps larges. Ils s’appuient notamment pour cela sur l’expérience de fabrication des draps de montagne et des qualités ordinaires pour le Levant en couleurs unies. Ils tentent aussi les premières expériences en draps fantaisie qui donneront plus tard naissance aux nouveautés. Si la laine d’Espagne reste recherchée, prix et difficultés d’approvisionnement poussent à opter pour des ressources de proximité toujours mieux sélectionnées. Abandonnant les débouchés des Espagne et du Levant qui se ferment progressivement, les donneurs d’ouvrage se concentrent sur la consommation intérieure et sur les marchés européens liés ; ils exploitent ainsi au mieux les progrès de la circulation et le développement des marchés intérieurs des dernières décennies de l’Ancien Régime. Conscients de l’infériorité des apprêts méridionaux dans les productions ordinaires et de demi-luxe, ils cherchent à maîtriser l’ensemble de la filière de production en intégrant au maximum l’ensemble des stades de fabrication. Cela ne signifie pas pour autant la constitution de grandes entreprises ; la majorité des entrepreneurs restent modestes et savent grandir en s’autofinançant et/ou en s’associant. Ils ne remettent pas non plus en cause la souplesse de l’organisation productive qui reste largement fondée sur les principes de la proto-industrie en développant le Verlagsystem. Ils créent ainsi certaines des conditions de la réussite future.

Notes

1 T. J. Markovitch, Histoire des industries françaises. Les industries lainières de Colbert à la Révolution, Genève, Droz, 1976, p. 493-494.

2 Indiquer les références qui ont permis d’établir la géographie des territoires de la laine consisterait le plus souvent à recopier les inventaires des archives départementales et nationales pour les parties consacrées aux manufactures. Aussi, il n’est fait mention ici que des cotes qui ont été le plus souvent utilisées.

3 Saint-Ponais : pays du diocèse de Saint-Pons ; Bederrès : pays de Bédarrieux ; Lodévois : pays de Lodève ; Biterrois : territoire autour de Béziers.

4 Cotes utilisées pour la province de Languedoc, généralités de Toulouse et de Montpellier : BnF, mss. français, no 8037 ; AN, G7, 1685, 1688 ; AN, F12, 556, 557, 645, 651, 657, 659, 674, 1344, 1360, 1370, 1378 à 1385, 1575 à 1577 ; AD Hérault, C, 46, 47, 525, 581, 608, 616, 1282, 2036, 2044, 2039, 2069, 2128, 2185, 2189, 2198, 2201, 2204, 2208 à 2211, 2216, 2224, 2227, 2228 à 2233, 2341, 2342, 2344, 2384, 2431, 2449 à 2458, 2459 à 2465, 2468 à 2478, 2481, 2490, 2494, 2498, 2502, 2521, 2535 à 2539, 2544, 2562, 2576, 2589, 2599, 2949, 4677, 5517, 5519, 5528, 5552, 6552, ; AD Haute-Garonne, C, 153, 2344, 2347, 2350 à 2371, 2428 ; AD Aude, IX C, 19, 20, 22, 23, 24, 25, 27, 30, 31, 36.

5 Cotes utilisées pour la généralité de Montauban : BnF, mss. français, no 8037 ; AN, G7, 1685 ; AN, F12, 559, 659, 1344, 1378.

6 Regroupé en une intendance unique en 1716 à partir des généralités de Bordeaux et de Montauban, l’intendance d’Auch couvre un vaste territoire entre Gascogne et Béarn. La difficulté dans le suivi de l’évolution de la production de la région tient au fait que les statistiques peuvent porter sur l’ensemble de l’intendance ou ne concerner qu’une de ses parties, dissociant dans ce cas la généralité d’Auch de celle de Pau (M. Bordes, D’Étigny et l’administration de l’intendance d’Auch (1751-1767), Auch, Imp. Frédéric Cocharaux, 1957, t. II, p. 1-2 et p. 15-24).

7 Les noms de lieux sont ceux cités dans les sources – en particulier les règlements – et ne correspondent pas toujours à l’orthographe actuelle. Une recherche reste à mener pour affiner la dénomination précise de lieux de production par des recherches monographiques sur les territoires.

8 Mais Lauvergnat nous indique que beaucoup ne travaillent pas pour le marché (J.-P. Poussou, « Un grand pays industriel : la France d’autrefois », in M. Lévy-Leboyer (dir.), Histoire de la France industrielle, Paris, Larousse, 1996, p. 23). AD Gers, C, 29 ; État général des fabricants d’étoffes de laine et de lin de l’intendance d’Auch, 1786.

9 Teisseyre-Sallmann Line, L’industrie de la soie en Bas-Languedoc, xviie- xviiie siècles, Paris, École des Chartes, 1995.

10 M. Garden, Lyon et les Lyonnais au xviiie siècle, Paris, Les Belles Lettres, 1970.

11 G. Anthony, L’industrie de la toile à Pau et en Béarn de 1750 à 1850, Bordeaux, Bière, 1961 et M.-P. Foursans-Bourdette, Économie et finances en Béarn au xviiie siècle, Bordeaux, Bière, 1963.

12 AD Gers, C, 29 et C, 30 ; État général des fabricants d’étoffes de laine et de lin de l’intendance d’Auch, 1781-1787.

13 Comme les croisés doubles brochés, les croisés drapés ordinaires, fins et superfins.

14 Arch. Valmirande, 121 DDD ; Lettres patentes du Roy et règlement pour les différentes sortes d’étoffes qui se fabriquent en Béarn, Bigorre, Navarre, Pays de Labourd, & autres lieux et environs, & dans la généralité d’Auch, 13 janvier 1750 ; AD Gers, C, 30 ; Lettres patentes du Roi portant règlement pour la fabrication des étoffes de laine dans la généralité d’Auch, 18 septembre 1780 ; AD Aveyron, 8 M, 1 ; Tableau indicatif des règles qui doivent être suivies dans la fabrication des étoffes de laine dans la généralité de Montauban, 25 février 1781 ; AD Hérault, C, 2341 ; Ordonnance concernant les cordelats-redins qui se fabriquent à Boissezon, Brassac, Cambonnés & autres lieux, destinés à l’usage des troupes du roy, 16 novembre 1746 ; AD Hérault, C, 2342 ; Arrêt du Conseil d’État du Roy portant règlement pour la fabrique des cordelats et redins de Mazamet, Boissesson & autres lieux de la province de Languedoc et pour plusieurs autres étoffes du diocèse de Castres, 14 décembre 1750.

15 D. Cardon, La draperie au Moyen Âge. Essor d’une grande industrie européenne, op. cit., p. 261.

16 Lire chalon.

17 Voir l’ensemble des sources réglementaires à ce sujet.

18 AD Aude, 9 C, 22 ; Règlement des manufactures. Extrait des registres du Conseil d’État, 22 octobre 1697.

19 AD Hérault, C, 2342 ; Arrêt du Conseil d’État du Roy portant règlement pour la fabrique des […] étoffes du diocèse de Castres, 14 décembre 1750.

20 AD Aveyron, 8 M, 1 ; Tableau indicatif des règles qui doivent être suivies dans la fabrication des étoffes de laine dans la généralité de Montauban, 25 février 1781.

21 AD Hérault, C, 2949 ; Mémoire de l’intendant de Saint-Priest, 1768.

22 A. González Enciso et al., Historia Económica de la España Moderna, Madrid, Actas, 1992, p. 221-222, p. 317-318 et p. 330-334.

23 L’inspecteur Joly en souligne les conséquences en insistant sur les effets produits par « les forts droits de sortie que l’on a imposés en Espagne sur cette marchandise [laine] et les précautions prises pour les faire payer exactement », cf. AD Hérault, C, 2475 ; Lettre de Joly, inspecteur des manufactures de Saint-Gaudens, 10 oct. 1747, f° 2.

24 M. Cicullo et L. Giordanengo, Le commerce des laines d’Espagne dans la France méridionale au XVIIIe siècle, op. cit.

25 L. Dutil, L’état économique du Languedoc à la fin de l’Ancien Régime (1750-1789), op. cit., p. 339-340, d’après AD Hérault, C, 2190 ; Mémoire des fabricants de Carcassonne, 1787 ; AD Hérault, C, 46 ; Notes sur Montpellier, vers le milieu du xviiie siècle ; AD Hérault, C, 2949 ; Mémoire de Saint-Priest, 1768.

26 P. García Martín, J. M.a Sánchez Benito (ed.), Contribución a la historia de la transhumancia en España. 1986, 2a, ed. rev. et aum., Madrid, Ministerio de Agricultura, Pesca y Alimentación, Centrado de Publicaciones, 1996.

27 S. Chassagne, « Aspects des phénomènes d’industrialisation et de désindustrialisation dans les campagnes françaises au xixe siècle : quelques réflexions à partir du textile », Aux origines de la révolution industrielle, in Revue du Nord, numéro spécial, Tome LXI, no 240, Janvier-Mars 1979, p. 37-45.

28 C. Marquié, L’industrie textile carcassonnaise au xviiie siècle. Étude d’un groupe social : les marchands-fabricants, op. cit., p. 141.

29 Ibid., p. 133-134.

30 Ibid., p. 107-108.

31 J.-M. Minovez, L’impossible croissance en Midi toulousain ?, op. cit., p. 58-59.

32 S. Diffre, Villeneuvette, 1674-1954. La manufacture royale de Villeneuvette en Languedoc, Gignac, Bibliothèque 42, 1997.

33 On est là dans le modèle trapézoïdal décrit par Serge Chassagne où le contrôle est exercé par des marchands extérieurs à la région, cf. S. Chassagne, « Aspects des phénomènes d’industrialisation et de désindustrialisation dans les campagnes françaises au xixe siècle : quelques réflexions à partir du textile », loc. cit., p. 45-47.

34 Nous empruntons ici la terminologie de Line Teisseyre-Sallmann pour qualifier des marchands qui interviennent dans la sphère productive, même si cette dénomination n’est jamais explicitement employée dans notre zone d’étude à la différence du cas nîmois qui est clairement défini par des statuts ; mais il est vrai que l’on est ici dans le cadre urbain beaucoup plus organisé et contrôlé, cf. L. Teisseyre-Sallmann, L’industrie de la soie en Bas-Languedoc, xviie- xviiie siècles, op. cit., p. 272 et sq.

35 Dans les manufactures de la région de Saint-Gaudens le terme n’est jamais employé. Cela ne signifie pas pour autant l’inexistence de marchands-fabricants. Dans le diocèse de Rieux où la fabrique était dans leurs mains dans la seconde moitié du xviiie siècle, le terme n’apparaît pas non plus, cf. J.-M. Minovez, L’impossible croissance en Midi toulousain ?, op. cit., p. 57-58. En fait, la terminologie variait considérablement d’une région à l’autre, d’un document à l’autre, sans règle bien précise et « selon l’humeur du scripteur » pour reprendre la formule de Claude Marquié constatant la grande variété des dénominations des marchands-fabricants carcassonnais, cf. C. Marquié, L’industrie textile carcassonnaise au xviiie siècle. Étude d’un groupe social : les marchands-fabricants, op. cit., p. 176.

36 Le modèle est bien connu et l’exemple du Gévaudan en donne une bonne illustration pour le Languedoc, cf. G. Boyer, La cadisserie gévaudanaise, Mende, Service éducatif des Archives de la Lozère, s. d.

37 AD Lozère, F, 2447 ; Observations sur l’état présent des manufactures du pays de Gévaudan, s. n. (inspecteur des manufactures du Gévaudan), s. d. (1767).

38 AD Lozère, F, 2447 ; Mémoire sur les manufactures relativement à la marque des cadis et autres, s. n., s. d.

39 AD Lozère, F, 2447 ; Mémoire fait par les marchands de la ville de Marvejols et de Saint-Léger, 1735.

40 AD Lozère, F, 2447 ; Observations sur l’état présent des manufactures du pays de Gévaudan, s. n. (inspecteur des manufactures du Gévaudan), s. d. (1767).

41 M. Dufaur, L’élection de Comminges à la fin de l’Ancien Régime, op. cit., p. 512-513 ; G. Frêche, Toulouse et la région Midi-Pyrénées au siècle des Lumières, vers 1670-1789, Paris, Cujas, 1974, p. 202.

42 En liaison avec de grandes fermes, de bonnes terres et une agriculture produisant des surplus commercialisés : F. Mendels, « Des industries rurales à la proto-industrialisation : historique d’un changement de perspective », in Annales ESC, 5, 1984, p. 990.

43 Même si l’on sait aujourd’hui que ce constat ne peut plus être généralisable ; ce que Franklin Mendels avait présenté comme un postulat connaît en effet de nombreuses variantes et contre-exemples, cf. P. Kriedte, H. Medick et J. Schlumbohm, « Proto-industrialisation : bilan et perspectives. Démographie, structure sociale et industrie à domicile moderne », in Proto-industrialisation. Recherches récentes et nouvelles perspectives, Genève, Droz, Centre d’Histoire Économique Internationale de l’Université de Genève, 1996, p. 48 et sq. Voir aussi les mises au point dans S. C. Olgivie, C. Cerman (ed.), European Proto-Industrialization, Cambridge, Cambridge University Press, 1996. On constatera cependant que des travaux récents montrent encore une corrélation entre pauvreté du sol, villages de petites propriétés paysannes et développement de l’industrie, même si les résultats doivent être observés en tendance, des exemples locaux venant infirmer le modèle général, cf. G. Gayot, Les draps de Sedan, 1646-1870, op. cit., p. 165-167.

44 « Sans pouvoir être érigé en caractère absolu, le régime de la propriété et de l’exploitation foncière était cependant bien plus discriminant » : D. Terrier, Les deux âges de la proto-industrie. Les tisserands du Cambrésis et du Saint-Quentinois, 1730-1880, Paris, EHESS, 1996, p. 90-92.

45 Comme dans le modèle liégeois où les acteurs de la proto-industrie exerçaient l’activité manufacturière à titre principal, les travaux agricoles n’apportant qu’un complément de revenu, cf. R. Leboutte, Reconversions de la main-d’œuvre industrielle et transition démographique. Les bassins industriels en aval de Liège, xviie- xxe siècles, Liège/Paris, Bibliothèque de la Facultés de Lettres et Philosophie de l’Université de Liège/Les Belles-Lettres, 1988.

46 AD Lozère, F, 2447 ; Mémoire sur les manufactures relativement à la marque des cadis et autres, s. n., s. d.

47 AD Lozère, F, 2447 ; Mémoire sur les marchandises du pays de Gévaudan à raison de la marque ordonnée par les lettres patentes de sa majesté du 5 mai 1779 et par arrêt de son conseil du 19 mars 1781 sur les petites étoffes de laine qui s’y fabriquent, s. n., s. d.

48 AD Lozère, F, 2447 ; Mémoire sur la fabrique des étoffes du pays de Gévaudan au diocèse de Mende et sur les marques auxquelles on veut assujettir ces sortes d’étoffes, s. n. (syndic du pays de Gévaudan), s. d. (1734).

49 G. Boyer, La cadisserie gévaudanaise, op. cit.

50 AD Lozère, F, 2447 ; Mémoire fait par les marchands de la ville de Marvejols et de Saint-Léger, 1735.

51 D. Terrier, Les deux âges de la proto-industrie. Les tisserands du Cambrésis et du Saint-Quentinois, 1730-1880, op. cit., p. 57.

52 AD Hérault, C, 2475 ; Statistiques pour l’inspection de Saint-Gaudens en 1751.

53 Moins de quatre pièces produites en 1751 dans le bureau de Valentine et deux pièces et demie dans celui de Saint-Martory. Les remarques des inspecteurs prouvent un sous-enregistrement de la production de Saint-Martory. En outre, on ne peut que douter de la faiblesse des données fournies pour Valentine lorsqu’on sait que sept ans plus tôt l’enquête pour la capitation donnait huit pièces par an pour le diocèse de Petit Comminges dont Valentine est le cœur, cf. AD Haute-Garonne, C, 1925 ; Enquête de 1744, supra cit.

54 Bibl. mun. Carcassonne, mss. no 94, intendant Ballainvilliers, Traité sur le commerce de Languedoc, 1788, f° 98, r°.

55 AD Lozère, F, 2447 ; Mémoire fait par les marchands de la ville de Marvejols et de Saint-Léger, 1735.

56 A. Dewerpe, Le monde du travail en France, 1800-1850, Paris, A. Colin, 1989, p. 35.

57 J. Nicolas, La rébellion française. Mouvements populaires et conscience sociale, 1661-1789, Paris, Seuil, 2002, p. 291.

58 J. K. J. Thomson, Clermont-de-Lodève, 1633-1789. Fluctuations in the Prosperity of a Languedocian Cloth-Making Town, Cambridge, Cambridge University Press, 1982.

59 J.-M. Minovez, L’impossible croissance en Midi toulousain ?, op. cit., p. 177.

60 J. Nicolas, La rébellion française. Mouvements populaires et conscience sociale, 1661-1789, op. cit., p. 292-293.

61 Ibid., p. 292. Ce paragraphe s’appuie essentiellement sur les travaux de Jean Nicolas et les sources citées proviennent de ses travaux.

62 AD Hérault, C, 2424 ; Affaire des 24 mars et 7 avril 1746.

63 AD Lozère, F, 2447 ; Mémoire du Sieur Holker sur sa tournée au Languedoc présenté à Monseigneur l’archevêque de Narbonne, s. d. (1764) ; ibid., Mémoire d’Étienne Lafont, subdélégué, sur l’inspection du sieur Holker, 1764 ; J.-M. Minovez, L’impossible croissance en Midi toulousain ?, op. cit., p. 174-177.

64 Voir à ce sujet J.-M. Minovez, « La laine et le drap dans les rapports entre les Pyrénées centrales françaises et l’Espagne du xviie au début du xixe siècle », in Actes du II Congrés Internacional Història dels Pirineus, Gérone, du 11 au 14 novembre 1998, Centre Associat de Girona de la UniversidAD Nacional de Educación a Distancia (UNED) i Universitat de Girona, (à paraître) et J.-M. Minovez, « Les draperies du piémont des Pyrénées centrales françaises et l’Espagne du xviie siècle au début du xixe siècle », in D’un versant à l’autre des Pyrénées, Actes du 51e congrès des Sociétés académiques et savantes de Languedoc-Pyrénées-Gascogne, 26, 27 et 28 juin 1998, Saint-Lizier, Société des Amis de Saint-Lizier et du Couserans, 1999, p. 124-128.

65 AD Hérault, C, 2475, pièce 38 ; Rapport de Joly, inspecteur des manufactures au département de Saint-Gaudens, 10 octobre 1747.

66 AD Lozère, F, 2447 ; Mémoire du Sieur Holker, 1764.

67 P. Minard, La fortune du colbertisme. État et industrie dans la France des Lumières, op. cit., p. 270-275.

68 AD Hérault, C, 2425 ; Affaire du 22 novembre 1753.

69 AD Hérault, C, 2033 à 2087 ; Tableaux des fabricants autorisés à travailler pour le Levant, 1735-1756.

70 AD Hérault, C, 2224 ; Mémoire de l’intendant de Saint-Priest, 1777.

71 Afin d’éviter l’engorgement des draps français au Levant, l’État a fixé, en 1737, le nombre et la qualité des étoffes fines à produire pour ce marché.

72 AD Hérault, C, 2087 ; Ordonnance de l’intendant de Languedoc Saint-Priest portant sur la suppression du tableau des fabricants autorisés à travailler pour le Levant, 10 novembre 1756.

73 AD Hérault, C, 2176 ; Procès-verbal de la tournée en Languedoc de Montaran, intendant du Commerce, 1765.

74 AD Hérault, C, 2176 ; Procès-verbal de la tournée en Languedoc de Montaran, intendant du Commerce, 1765.

75 AD Hérault, C, 2166 ; Représentations des gardes jurés de la Montagne de Carcassonne, 1756.

76 C.-J. baron Trouvé, Description générale et statistique du département de l’Aude, Paris, Firmin Didot, 1818, reprint, Nîmes, Lacour, 2000, p. 608-609.

77 AD Hérault, C, 1116 ; Questionnaires sur Limoux avec les réponses, 1745.

78 L. Dutil, L’état économique du Languedoc à la fin de l’Ancien Régime (1750-1789), op. cit., p. 417.

79 Ibid., p. 354.

80 AD Aude, IX, C 31 ; Production des londrins seconds entre 1753 et 1789, cité par Claude Marquié : C. Marquié, L’industrie textile carcassonnaise au xviiie siècle. Étude d’un groupe social : les marchands-fabricants, op. cit., p. 67.

81 AD Hérault, C, 2176 ; Procès-verbal de la tournée en Languedoc de Montaran, intendant du Commerce, 1765.

82 AD Hérault, C, 2211 ; Rapport de l’inspecteur provincial de manufactures de Languedoc, 1777.

83 AD Hérault, C, 2176 ; Procès-verbal de la tournée de Montaran en Languedoc, 1765.

84 AD Hérault, C, 2949 ; Mémoire de Saint-Priest, 1768.

85 L. Dutil, L’état économique du Languedoc à la fin de l’Ancien Régime (1750-1789), op. cit., p. 420-426.

86 Bibl. mun. Toulouse, mss. 604, intendant Lamoignon de Basville, mémoire pour servir à l’histoire de Languedoc, 1698.

87 BnF, mss. français, no 8037 ; Recueil de mémoires sur l’état des manufactures des différentes provinces de France, 1707, f° 98-102.

88 AD Hérault, C, 2460 ; États et procès-verbaux concernant la fabrique des étoffes dans le Gévaudan, 1746.

89 AD Hérault, C, 2562 ; États généraux des fabriques du Gévaudan de 1773 à 1775 dressés par le subdélégué de Marvejols. [N. B. : en 1774, 103 218 pièces pour 2 731 396 livres et un bénéfice de 46 672 livres seulement.]

90 AD Hérault, C, 2537 ; États mensuels et annuels des marchandises en cadiseries achetées de 1761 à 1764 aux foires du Gévaudan.

91 La plupart du temps, la zone de Nîmes était presque toujours traitée avec les Cévennes et le Vivarais.

92 T. J. Markovitch, Histoire des industries françaises. Les industries lainières de Colbert à la Révolution, op. cit., p. 251 ; d’après les sommes faites pour les enquêtes de 1692 et 1708.

93 T. J. Markovitch, Histoire des industries françaises. Les industries lainières de Colbert à la Révolution, op. cit., p. 263.

94 AD Hérault, C, 2536 ; Mémoire de l’inspecteur Delagenière, 19 mars 1760.

95 AD Hérault, C, 2472 ; Statistiques partielles concernant le diocèse de Rieux pour les années 1747, 1748 et 1749 ; AD Hérault, C, 2544 ; Statistiques d’ensemble pour 1754 ; Ibid., Statistiques du premier semestre 1760.

96 Ibid. ; Procès-verbal de l’inspecteur des manufactures, 1748.

97 AD Hérault, C, 2475 ; Procès-verbal de l’inspecteur des manufactures.

98 Voir à cet effet J.-M. Minovez, « Les exportations des Pyrénées occidentales vers l’Espagne, milieu xviiie-début xixe siècle », Circulation des marchandises et réseaux commerciaux dans les Pyrénées, xiiie- xixe siècle, colloque international organisé par l’UMR 5136 du CNRS/Fra. M. Espa-Université de Toulouse II-Le Mirail, le laboratoire « Élites du Sud » de l’Université de Pau et des Pays de l’Adour et le « Patrimoni Cultural d’Andorra », Andorre-la-Vieille, 1er-4 octobre 2003, Toulouse, CNRS/Université de Toulouse-Le Mirail, collection « Méridiennes », 2005, p. 339-360.

99 L. Dutil, L’état économique du Languedoc à la fin de l’Ancien Régime (1750-1789), op. cit., p. 786.

100 J.-M. Minovez, « Les exportations des Pyrénées occidentales vers l’Espagne, milieu xviiie-début xixe siècle », supra cit.

101 J.-M. Minovez, « Les draperies du piémont des Pyrénées centrales françaises et l’Espagne du xviie au début du xixe siècle », in D’un versant à l’autre des Pyrénées, Actes du 51e congrès de la Fédération des Sociétés académiques et savantes de Languedoc-Pyrénées-Gascogne, Saint-Girons les 26, 27 et 28 juin 1998, Saint-Girons, Société des Amis de Saint-Lizier et du Couserans, 1999, p. 113-138.

102 Arch. Valmirande, 121 DDD ; Lettres patentes du Roy et règlement pour les différentes sortes d’étoffes […], supra cit.

103 D. Ligou, Montauban à la fin de l’Ancien Régime et aux débuts de la Révolution, 1787-1794, Paris, Marcel Rivière, 1958, p. 103.

104 F. Jaupart, Activités commerciales de Bayonne au xviiie siècle, numéros spéciaux du bulletin de la Société des Sciences Lettres et Arts de Bayonne, Nouvelle série no 110 et 111, Bayonne, imp. Darracq, 1966, p. 330.

105 Ibid., p. 315-316 et p. 339.

106 C. Marquié, L’industrie textile carcassonnaise au xviiie siècle. Étude d’un groupe social : les marchands-fabricants, op. cit., p. 66.

107 L. Dutil, L’état économique du Languedoc à la fin de l’Ancien Régime (1750-1789), op. cit., p. 401.

108 AD Hérault, C, 2949 ; Mémoire de l’intendant de Saint-Priest, 1768.

109 T. J. Markovitch, Histoire des industries françaises. Les industries lainières de Colbert à la Révolution, op. cit., p. 228-230.

110 Ballainvilliers, Mém, dioc Béziers, f° 131. (L. Dutil, L’état économique du Languedoc à la fin de l’Ancien Régime (1750-1789), op. cit., p. 419.)

111 Ballainvilliers, Mém, dioc Mirepoix, f° 82. (L. Dutil, L’état économique du Languedoc à la fin de l’Ancien Régime (1750-1789), op. cit., p. 419.)

112 Cf. supra.

113 L. Dutil, L’état économique du Languedoc à la fin de l’Ancien Régime (1750-1789), op. cit., p. 420-426.

114 AD Hérault, C, 2555 ; Rapport de l’inspecteur Delagenière au contrôleur général des finances, 1768.

115 AN, F12, 1568 ; Rapport de la chambre consultative de Castres, 1807.

116 AD Hérault, C, 2384 ; Mémoire de l’inspecteur Delagenière, 20 septembre 1786.

117 L. Dutil, L’état économique du Languedoc à la fin de l’Ancien Régime (1750-1789), op. cit., p. 435 et 439.

118 C. Marquié, L’industrie textile carcassonnaise au xviiie siècle. Étude d’un groupe social : les marchands-fabricants, op. cit., p. 78-80.

119 T. J. Markovitch, Histoire des industries françaises. Les industries lainières de Colbert à la Révolution, op. cit., p. 235.

120 Sommières mériterait, à elle seule, une monographie centrée sur l’étude de son industrie textile.

121 L. Dutil, L’état économique du Languedoc à la fin de l’Ancien Régime (1750-1789), op. cit., p. 429-430.

122 L. Dutil, L’état économique du Languedoc à la fin de l’Ancien Régime (1750-1789), op. cit., p. 436-437.

123 T. J. Markovitch, Histoire des industries françaises. Les industries lainières de Colbert à la Révolution, op. cit., p. 265.

124 L. Dutil, L’état économique du Languedoc à la fin de l’Ancien Régime (1750-1789), op. cit., p. 438-439 ; T. J. Markovitch, Histoire des industries françaises. Les industries lainières de Colbert à la Révolution, op. cit., p. 265 et AD Hérault, C, 2384 ; Mémoire de l’inspecteur Delagenière, 20 septembre 1786.

125 AN, F12, 1383 ; Lettre de Vauvoux à Trudaine du 1er avril 1777.

126 Ibid.

127 AD Gers, C, 29, pièce 5 ; État des pièces d’étoffes et de toiles présentées et marquées aux bureaux de visite et de marque de l’inspection de Saint-Gaudens pendant le premier semestre de 1782 avec la comparaison du pareil semestre de l’année précédente et ibid., pièce 129 ; État des pièces d’étoffes et de toiles présentées et marquées aux bureaux de visite et de marque de l’inspection de Saint-Gaudens pendant le second semestre de 1787.

128 C. Desplat, Pau et le Béarn au xviiie siècle. Deux cent mille provinciaux au siècle des Lumières, Biarritz, J & D éd., coll. Terres et hommes du Sud, 1992, p. 132.

129 Pour la critique des sources et des évaluations chiffrées, cf. J.-M. Minovez, « Les exportations des Pyrénées occidentales vers l’Espagne, milieu xviiie-début xixe siècle », loc. cit.

130 Les capes faisaient l’objet d’un commerce de gros le long de la chaîne des Pyrénées entre marchands du Béarn et ceux d’Andorre et de Catalogne, cf. P. Poujade, Une société marchande. Le commerce et ses acteurs dans les Pyrénées modernes, Toulouse, PUM, 2008, p. 104-105.

131 D’autant que les couvertures faisaient l’objet d’une demande importante de la part de la Marine : Général Serviez, préfet, Statistique du département des Basses-Pyrénées, Paris, Imp. des Sourds-muets, An X, p. 74.

132 De 25 % si on en croit Daniel Ligou : D. Ligou, Montauban à la fin de l’Ancien Régime et aux débuts de la Révolution, 1787-1794, op. cit., p. 104.

133 P. Verley, L’Échelle du monde. Essai sur l’industrialisation de l’Occident, op. cit., p. 446.

134 R. Davis, « English Foreign Trade, 1700-1774 », in Economic History Review, 2, 1962, p. 292.

135 A. González Enciso et al., Historia Económica de la España Moderna, op. cit., p. 221-222, p. 317-318 et p. 330-334.

136 J.-M. Minovez, « Formation progressive d’une frontière, barrière douanière et contrebande, vers 1761-vers 1868 », loc. cit., p. 140.

137 Roland de la Platière, Encyclopédie méthodique […], op. cit., p. 267.

138 A. González Enciso, « La protoindustrialización en España », supra cit., p. 11-44.

139 Roland de la Platière, Encyclopédie méthodique […], op. cit., p. 267.

140 L’analyse s’appuie sur les statistiques disponibles à savoir : AD Pyrénées-Atlantiques, C, 43 ; État des marchandises passées au bureau de contrôle de Bayonne, 1766 ; Ibid., C, 44 ; État des marchandises passées au bureau de contrôle de Bayonne, 1767 ; Ibid., C, 47 ; Ibid., 1769 et 1770 ; Ibid., C, 284 ; Ibid., 1771-1773 ; AD Gironde, C, 1587 ; États des marchandises en draperie, toilerie, soierie et bonneterie, passées et visitées au bureau de contrôle général des manufactures de Bayonne pendant le courant de l’année 1775, 1776, 1779, 1780, 1781, 1782 ; AD Gard, C, 187-188 ; États des marchandises exposées en vente à la foire de Beaucaire, 1786, 1787, 1788, 1789.

141 Roland de la Platière, Encyclopédie méthodique […], op. cit., p. 267.

142 P. Léon, « Vie et mort d’un grand marché international. La foire de Beaucaire (xviiie-xixe siècles) », in Revue de géographie de Lyon, no 4, 1953, p. 318.

143 Roland de la Platière, Encyclopédie méthodique […], op. cit., p. 267.

144 AD Pyrénées-Atlantiques, C, 1363 ; Rapport des syndics des États de Béarn à l’intendant, 1787 : « Vous avez été instruit, Monseigneur, du tort que l’Espagne fit à notre commerce lorsqu’après avoir défendu l’entrée des petits lainages, elle chercha à attirer nos ouvriers et leurs métiers. Cette opération aurait été plus fâcheuse pour notre commerce si l’industrie et l’activité des Espagnols avaient fait plus de progrès ; mais ils viennent encore acheter en Béarn des couvertures et bas de laine et c’est une des plus fortes raisons de ne pas les assujettir à la marque et aux plombs. Il serait fâcheux que l’introduction de cette nouveauté vînt seconder les mesures de la Cour d’Espagne pour soustraire cette nation au tribut qu’elle paye à notre industrie », cité par G. Anthony, L’industrie de la toile à Pau et en Béarn de 1750 à 1850, op. cit., p. 136.

145 Roland de la Platière, Encyclopédie méthodique […], op. cit., p. 257.

146 Les sources lozériennes et aveyronnaises sont très explicites à ce sujet : AD Lozère, M, 4176 ; Tableau des diverses espèces de tissus du département de la Lozère, 1812 et F. Boulet, Un canton rural reculé du sud Aveyron à la poursuite du développement et des progrès du xixe siècle, op. cit., p. 46.

147 Alors que « pendant la guerre, nous leur avons fait passer d’Amiens, considérablement de petites étoffes, principalement des chalons, des sempiternes, des prunelles sur soie, et tout en laine, des satinés, des serges de Rome unies et à côtes, des basins en laine, des tamises, des durois, des fagatis ou serges franciscaines, etc. Au premier bruit de paix, non seulement on a suspendu les commissions, mais on a donné des contre-ordres pour celles qui avaient été données, même pour les marchandises expédiées, et qui ne seraient pas encore sorties de France. […]. Il est vrai qu’à cette nouvelle s’est jointe celle que les Anglais offraient aux Espagnols, à vingt pour cent, meilleur marché que nous ne pouvons les leur donner, tous les articles énoncés ci-dessus ». (Roland de la Platière, Encyclopédie méthodique […], op. cit., p. 258).

148 Roland de la Platière, Encyclopédie méthodique. Manufactures arts et métiers, Tome 1, Paris, Panckoucke, 1785, 260 (« Cela serait encore par la force seule des choses, y eût-il rancune nationale et haine personnelle, car le marchand n’est ennemi de personne avec qui il peut gagner de l’argent ; tout se fait devant le désir du gain).

149 Ainsi, après la perte du Canada l’intérêt des négociants montalbanais se reporte sur le commerce des Iles ; mais le textile en profite peu car les lainages montalbanais comme ceux de la généralité et d’ailleurs que les commerçants de la ville écoulaient sont lourds et épais donc peu adaptés au climat chaud des Iles, cf. D. Ligou, Montauban à la fin de l’Ancien Régime et aux débuts de la Révolution, 1787-1794, op. cit., p. 119.

150 Sans négliger pour autant les marchés de l’Allemagne et des Pays du Nord qui jouent un certain rôle pour quelques manufactures.

151 P. Butel, L’économie française au xviiie siècle, Paris, SEDES, 1993, p. 95-96.

152 P. Verley, L’Échelle du monde. Essai sur l’industrialisation de l’Occident, op. cit., p. 444 et graphique.

153 P. Verley, L’Échelle du monde. Essai sur l’industrialisation de l’Occident, op. cit., p. 451.

154 J.-P. Poussou, Bordeaux et le Sud-Ouest au xviiie siècle : croissance économique et attraction urbaine, EHESS et J. Touzot, Paris, 1983, p. 243. Voir aussi D. Margairaz, Foires et marchés dans la France préindustrielle, Paris, EHESS, 1988 ; P. Loupès et J.-P. Poussou (ed.), Les petites villes du Sud-Ouest du Moyen Âge à nos jours, Actes du colloque international organisé par le Centre d’études des espaces urbains, 25-26 octobre 1985, Paris/Bordeaux, CNRS/Presses universitaires de Bordeaux, 1987 ; J.-P. Poussou (dir.), Les petites villes du Sud-Ouest de l’Antiquité à nos jours, Actes du colloque d’Aiguillon, 12 et 13 mai 2000, organisé par l’Association d’histoire des petites villes, Mamers, Société d’histoire des petites villes, 2004.

155 M. Bordes, D’Étigny et l’administration de l’intendance d’Auch (1751-1767), op. cit., t. II, p. 785.

156 C. Desplat, Pau et le Béarn au xviiie siècle. Deux cent mille provinciaux au siècle des Lumières, op. cit.

157 Roland de la Platière, Encyclopédie méthodique. Manufactures arts et métiers, Tome 1, Paris, Panckoucke, 1785, p. 263-264.

158 Ibid., p. 265-266.

159 D’après l’Encyclopédie, ou dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers.

160 Roland de la Platière, Encyclopédie méthodique. Manufactures arts et métiers, op. cit., p. 267.

161 Ibid., p. 283.

Table des illustrations

Légende Carte 3 : Les aires de spécialisation productive et les territoires de la laine du Midi au xviiie siècle.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/22614/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 159k
Légende Carte 4 : Les zones de répartition des tissus du Midi au xviiie siècle par grands types.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/22614/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 279k
Légende Carte 5 : Les laines d’Espagne à travers les Pyrénées au xviiie siècle. Origine, circulation, destination.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/22614/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 189k
Légende Carte 6 : Production française des étoffes de laine au début du xviiie siècle (en millions de livres).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/22614/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 163k
Légende Graphique 1 : Évolution de la production et de la marque des draps destinés au Levant au xviiie siècle.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/22614/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 189k
Légende Carte 7 : Production française des étoffes de laine à la fin du xviiie siècle (en millions de livres).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/22614/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 174k
Légende Carte 8 : Les exportations des étoffes de laine françaises par Bayonne dans le dernier tiers du xviiie siècle (en livres).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/22614/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 113k
Légende Carte 9 : Étoffes de laine françaises, par lieu d’origine, vendues à Beaucaire à la fin de l’Ancien Régime (en livres).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/22614/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 111k
Légende Carte 10 : Étoffes de laine françaises, par lieu d’origine du Midi, vendues à Beaucaire à la fin de l’Ancien Régime (en livres).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/22614/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 141k

© CNRS Éditions, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site