Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'industrie invisible

 | 
Jean-Michel Minovez

Introduction

Texte intégral

  • 1 T. J. Markovitch, Histoire des industries françaises. Les industries lainières de Colbert à la Rév (...)
  • 2 É. Coornaert, Un centre industriel d’autrefois. La draperie-sayetterie d’Hondschoote ( xive- xviii(...)
  • 3 Les petites draperies ont connu un développement très ancien, dans le Midi aussi. Perpignan, par e (...)
  • 4 Analysé rapidement par Maurice Bordes (M. Bordes, D’Étigny et l’administration de l’intendance d’A (...)
  • 5 C’est la région de Carcassonne qui a d’abord intéressé les historiens mais il a fallu attendre la (...)
  • 6 Le Midi toulousain a représenté un point aveugle de l’histoire du textile. Si l’on exclut les thès (...)
  • 7 C’est l’industrie toilière qui a surtout intéressé les chercheurs, les juristes (G. Anthony, L’ind (...)
  • 8 D. Ligou, Montauban à la fin de l’Ancien Régime, Paris, Marcel Rivière, 1958.
  • 9 Dont l’histoire des industries lainières nous est connue surtout à travers quelques mémoires de ma (...)
  • 10 Ainsi Line Teisseyre-Sallmann, traitant de l’industrie de cet espace aux xviie et xviiie siècles s’ (...)
  • 11 La notion de mass-production system est employée largement par les auteurs anglo-saxons pour décri (...)
  • 12 L. Teisseyre-Sallmann, L’industrie de la soie en Bas-Languedoc, xviie- xviiie siècles, op. cit., p (...)

1Parler d’industrie invisible pour le Midi peut surprendre lorsqu’on étudie macro-économiquement la production manufacturière de la France du Sud. En effet, le textile méridional a pris une grande ampleur, au moins à partir du xviie siècle et, pour le xviiie siècle, les historiens constatent généralement la croissance des manufactures. Si l’on oppose France septentrionale et France méridionale, l’écart important qui existait dans l’industrie lainière à la fin du règne de Louis XIV s’est considérablement réduit, à la veille de la Révolution, par une croissance double au cours du xviiie siècle des provinces du Sud par rapport à celles du Nord. Dans le Midi, le regard se porte d’abord sur la grande draperie et la généralité de Montpellier. Les draps pour le Levant – de Carcassonne en particulier – sont connus, comme les draps de troupe de Lodève ou ceux pour l’intérieur de Limoux. Quant aux petites draperies, elles sont surtout décrites à travers celles du Gévaudan et de Montauban. La focalisation sur la généralité de Montpellier ne doit pas surprendre : elle est au début, comme à la fin du xviiie siècle, la première zone de production drapière du royaume devant celle d’Amiens, les deux circonscriptions avoisinant le tiers de la production française de tissus de laine pour l’ensemble de la période. Pourtant, au cours du xviiie siècle, à en croire Tihomir Markovitch, la généralité de Montpellier connaît la plus faible croissance de la France méridionale (+ 23,3 %). Si l’on excepte la généralité de Perpignan aux données peu significatives, la poussée productive la plus forte est due à la généralité de Pau (+ 511,7 %), puis à celle de Montauban (+ 414,3 %), d’Auch (+ 120 %) et de Toulouse (+ 40,5 %)1. S’il existe une grande draperie destinée au Levant dans la généralité de Toulouse et si, dans celle de Montauban, on produit aussi des draps pour l’intérieur et le commerce européen, la majeure partie de la fabrication de ces zones est dominée par la petite draperie. La grande draperie restant la base de la fortune de l’industrie lainière, la croissance des manufactures textiles du Midi au xviiie siècle n’est pas le fait de la grande mais bien de la petite draperie qui a fait le succès d’une certaine « nouvelle draperie » développée, dès le xvie siècle, dans les Pays-bas, dans la France du Nord et en Angle terre2, le Midi ne l’adoptant vraiment qu’à partir du xviie siècle3. Alors que l’on a pu souligner son importance dans la croissance exceptionnelle dans les régions septentrionales de l’Europe du Nord-Ouest, le silence est d’autant plus spectaculaire pour la France méridionale où elle occupe pourtant une place essentielle. Rien ou presque avant les années 1990 sur les draperies de la généralité d’Auch4 et de Toulouse5 – du Toulousain en particulier6 –, peu sur celles de Pau7. Celles de Montauban8 sont abordées sous l’angle presque exclusif de leur ville capitale, les principales zones de production du haut Quercy et surtout du Rouergue étant ainsi en grande partie ignorées9. Quant au Bas-Languedoc oriental et cévenol, l’importance prise par l’industrie de la soie tend à occulter le rôle tenu par les petites draperies des Cévennes et des Garrigues dans les diocèses de Nîmes, d’Alès et d’Uzès10. Ainsi, force est de constater, à l’instar de Line Teisseyre-Sallmann pour le Bas-Languedoc, que l’industrie a fini par investir des régions entières, participant à un phénomène de développement de production en masse11 sans que l’historiographie récente ne s’en préoccupe12. Voilà donc bien des territoires de l’industrie invisible et des productions invisibles à l’origine pourtant de l’essentiel de la croissance au xviiie siècle. Observable pour l’époque moderne, cette représentation erronée du phénomène s’amplifie au cours des xixe et xxe siècles, l’histoire des industries du Midi étant étroitement associée alors à la désindustrialisation. Or, si le repli des draperies est profond en Gascogne, dès la Restauration, en Languedoc, la draperie conserve de la vigueur et se diversifie dans la première moitié du xixe siècle. Par la suite, beaucoup de territoires connaissent des difficultés en apparence insurmontables. Mais d’autres se développent en parallèle.

Facteurs de visibilité et d’invisibilité

2L’invisibilité de l’industrie du Midi peut paraître étonnante si l’on ne prend pas en compte les facteurs qui ont concouru à la mise en exergue de certains territoires au détriment d’autres. Tout d’abord, cela tient au caractère peu spectaculaire des capitaux mobilisés par des entreprises nombreuses et de petite taille dans un mode d’organisation du travail fondé sur le maintien de la dispersion et utilisant des moyens techniques jugés peu nombreux et archaïques pour des marchés estimés récessifs et de petite dimension.

  • 13 K. Polanyi, « The Economistic Fallacy », in K. Polanyi, H. W. Pearson (ed.), The Livelihood of Man (...)
  • 14 De ce point de vue, le modèle rappelle bien les formes d’encastrement polanyien de l’économie (cf. (...)
  • 15 Confirmant l’hypothèse polyannienne de l’embeddedness mais nuançant aussi l’idée de Karl Polanyi d (...)
  • 16 Qui donnent au travail un caractère perçu comme de plus en plus « informel », favorisant son invis (...)

3L’invisibilité s’explique notamment, en effet, par la structure d’entreprise fondée sur de petites affaires et sur l’absence de perception des flux qui les lient, qu’ils soient matériels ou immatériels. Cela touche aussi à la faible lisibilité du mode d’organisation des hommes dans les relations qu’ils tissent avec leur milieu, l’économie étant encastrée dans la société où l’homme « subsiste en vertu d’une interaction institutionnalisée entre lui-même et son environnement naturel »13. La pluriactivité occupe une place très importante, dans le cadre des structures sociales existantes où une partie essentielle de la production est redistribuée sur place et où existent des relations de réciprocité qui se maintiennent au moins jusqu’au xixe siècle14. On peut même penser que, bien que récessive, elle continue d’y tenir une place essentielle dans le processus de régulation fondé sur la permanence d’interactions entre l’homme et son environnement encore au xxe siècle15. L’organisation du travail qui en résulte est fortement centrée sur la cellule domestique et sur des prestations marchandes et non marchandes16. Avec la fin du second âge de la proto-industrie, ces pratiques peuvent paraître archaïques et ne plus concerner que des espaces marginaux à l’ère supposée du triomphe du système usinier et de la concentration ouvrière. Elles semblent pourtant essentielles dans le mode d’organisation du travail et ce, jusqu’à la seconde moitié du xxe siècle ; ce qui est à démontrer.

  • 17 Jusqu’à l’apparition des grands groupes dans la seconde moitié du xxe siècle.
  • 18 À la différence du bassin industriel qui représentent le « symbole de la puissance de la nation », (...)

4Un autre facteur de faible lisibilité tient au caractère modestement capitalistique des affaires des entrepreneurs du Midi. Seuls les grands négociants participant au grand commerce international ont une certaine visibilité à l’époque moderne. Il en est de même des établissements qui dépendent d’eux, en particulier des manufactures royales. Le reste est le fait d’une masse de petits entrepreneurs dont bien peu parviennent à se hisser au niveau d’un Verleger. À l’époque contemporaine, les choses ne changent guère. Même lorsque le Midi occupe à nouveau une place essentielle dans l’industrie de la laine, les entreprises demeurent de petite taille et sont rarement organisées en sociétés de capitaux. Leurs chiffres d’affaires ne sont jamais très importants, ce qui les rattache à la petite et à la moyenne industrie17, pouvant conduire aussi à en négliger l’étude du fait de leur faible contribution supposée à la richesse nationale et à leur peu de poids symbolique18. En outre, leur structure d’entreprise les rend peu perceptibles dans l’espace : les sites sont de modeste dimension, s’intègrent dans le paysage rural et urbain, provoquent peu de nuisances visibles, le contraire des bassins industriels. Or, leur connaissance précise s’avère d’un intérêt majeur pour saisir les causes de la désindustrialisation ou au contraire les facteurs à la naissance d’un développement original.

  • 19 Comme les premiers travaux sur la question permettent de le démontrer et qui doivent conduire à de (...)
  • 20 C. Sabel, J. Zeitlin (ed.), World of Possibilities. Flexibility and Mass Production in Western Ind (...)

5Cette situation est-elle subie ou choisie ? Jusqu’au xxe siècle il est difficile de mobiliser les capitaux. Mais le Midi pouvait-il abriter des sociétés fortement capitalistiques compte tenu de la faiblesse des « avantages comparatifs » de la région ? La taille des entreprises était, peut-être, la plus adaptée aux conditions particulières de production et ce depuis l’Ancien Régime. Aussi, au xixe siècle et dans la première moitié du xxe siècle, si le modèle reste celui de l’entreprise intégrée, la croissance se fait sur la base du développement des entreprises spécialisées et semi-intégrées fortement liées entre elles19. La faiblesse en capital et sa structure de propriété n’ont pas représenté des obstacles à la réussite des territoires tarnais et ariégeois de la laine. Les caractéristiques ont fourni les conditions d’une organisation originale du travail dans le cadre de territoires formés sur des bases sociales et institutionnelles, offrant ainsi une alternative au modèle de la production de masse et complémentaire de ce dernier20.

Carte 1 : Les grandes régions lainières françaises à travers leurs généralités.

  • 21 A. Dewerpe, « Les systèmes industriels localisés dans l’industrie française », in B. Ganne (ed.), (...)
  • 22 C. M. Belfanti, S. Onger, « Mercato e istituzioni nella storia dei distretti industriali », in G. (...)
  • 23 J.-C. Daumas,, « Districts industriels : du concept à l’histoire. Les termes du débat », in D. Bar (...)
  • 24 Les espaces de production « se compos[ent], se décompos[ent] et se recompos[ent] » : D. Terrier, « (...)
  • 25 P. A. David, « Path dependence, its critics and the quest for “historical economic” », in G. M. Ho (...)
  • 26 J.-C. Daumas, Les territoires de la laine. Histoire de l’industrie lainière en France au xixe sièc (...)
  • 27 Précisons que le terme « décalage » adopté dans ce travail pour décrire le processus différentiel (...)
  • 28 Ce qui n’est pas propre aux entrepreneurs du Midi, cf. D. Terrier, « Le territoire que l’on dit : (...)

6Cette construction pourrait révéler la poursuite de pratiques organisationnelles fort anciennes qui auraient été facteur de continuité, à l’image de certains territoires italiens21, dans une dynamique path dependent22, sans qu’il y ait là pour autant quête d’une origine mythique des territoires industriels23. Pourtant, seule une minorité des territoires méridionaux de la laine a su se maintenir dans la durée24 ; la « dépendance de sentier » ne s’avèrerait donc pas uniquement facteur de vitalité25 ; elle pourrait être au contraire cause de sclérose dans des territoires attachés à des pratiques historiques26. Les territoires du Tarn et de l’Ariège, à la différence de ceux qui ont échoué, ont su innover tant dans les produits que dans les procédés en sachant dépasser leurs succès initiaux. Cela ne s’est pas fait sans décalage et l’image de « routine », de « retard » et « d’archaïsme » a souvent accompagné les jugements portés sur les industries du Midi : leur taille modeste n’en était-elle pas le révélateur tout comme le maintien tardif de structures du travail et de procédés techniques anciens ? Face aux incertitudes de la conjoncture, les territoires du Midi se sont le plus souvent adaptés d’une manière décalée par rapport à ceux du Nord27. Cela ne les a pas empêchés d’user au mieux des innovations de procédés au moment où il devenait utile, voire indispensable, de choisir les produits les plus adaptés à leur savoir-faire et aux marchés qu’ils visaient. L’innovation ne tient pas seulement compte des conditions macro-économiques – que les acteurs locaux ne maîtrisent pas forcément28 – mais dépend avant tout, au sein du territoire industriel, des conditions de production et des données sociales et environnementales qui forment système. La différence entre les territoires méridionaux de la laine qui gagnent et ceux qui disparaissent ne tient-elle pas essentiellement à la capacité à s’adapter aux contraintes externes grâce au faible coût et à la flexibilité de la main-d’œuvre locale ? Le processus n’est-il pas favorisé par l’éclatement des entreprises, leur petite dimension ainsi que les caractéristiques propres du marché de l’emploi local ? L’adaptation au marché par l’adoption de nouveaux produits liée à une pratique systématique de l’imitation à moindre coût n’a-t-elle pas joué ici un rôle déterminant ?

  • 29 J.-F. Belhoste, « Naissance de l’industrie du drap fin en France à l’âge classique », in La manufa (...)
  • 30 É. Appolis, Un pays languedocien au milieu du xviiie siècle : le diocèse civil de Lodève. Étude ad (...)
  • 31 C. Carrière, Négociants marseillais au xviiie siècle, Marseille, Institut historique de Provence, (...)
  • 32 L. Dutil, L’état économique du Languedoc à la fin de l’Ancien Régime, Paris, Hachette, 1911 : 72 p (...)
  • 33 C’est en particulier le cas de l’Hérault avec les thèses de Fulcran Teisserenc et d’Émile Appolis (...)
  • 34 F. Mendels, Industrialization and Population Pressure en Eighteenth-Century Flanders, New-York, Ar (...)
  • 35 Franklin Mendels – à la lecture d’Éric Wolf, Clifford Geertz et Charles Tilly – écrivait à ce suje (...)
  • 36 J. Zeitlin, « Les voies multiples de l’industrialisation », in Le Mouvement social, no 133, 1985, (...)
  • 37 G. Gayot, Les draps de Sedan, 1646-1870, Paris, EHESS, 1998, p. 15.
  • 38 C’est dans cet esprit qu’une précédente étude abordait la question : J.-M. Minovez, L’impossible c (...)
  • 39 S. Chassagne, « L’industrie lainière en France à l’époque révolutionnaire et impériale (1790-1810) (...)
  • 40 M. Lévy-Leboyer, Les banques européennes et l’industrialisation internationale dans la première mo (...)
  • 41 L. Bergeron, « Douglas, Ternaux, Cockerill aux origines de la mécanisation de l’industrie lainière (...)

7Pourtant, le questionnement sur ce processus n’a que rarement été mis en valeur par la recherche car les manufactures et les territoires qui ont trouvé leurs historiens ont été ceux pour lesquels la production était valorisante dans sa qualité et sa finesse29 – telle la grande draperie fine – ou pour son caractère spécifique – comme les draps de troupe30. Le fait qu’elle ait été destinée à l’exportation internationale31 a été aussi un facteur favorable. Ainsi, Léon Dutil, s’il ne néglige aucun des espaces de production du Languedoc pour la seconde moitié du xviiie siècle, consacre l’essentiel de ses développements à la grande draperie, celle pour le Levant en particulier32. L’existence d’une certaine continuité industrielle au cours de l’époque contemporaine – au moins pour le xixe siècle – a aussi représenté un point fort d’intérêt33. Ce dernier aspect rejoint une des démarches centrales qui a animé la recherche en histoire économique et sociale dans les trois à quatre dernières décennies : celle de la recherche des origines de l’industrialisation. Avec le développement du concept de proto-industrialisation inventé par Franklin Mendels34, le processus d’industrialisation et la recherche de sa première étape se sont souvent traduits par une présentation linéaire35 du développement économique devant déboucher inévitablement, soit sur la naissance de la grande industrie, soit sur la désindustrialisation36. C’est aussi pour cela que « le préfixe [de proto-industrie] reste et restera embarrassant »37. La recherche des origines a conduit à privilégier l’étude des réussites au détriment des échecs industriels qui n’en sont pas pourtant moins intéressants d’un point de vue euristique, les échecs nous en apprenant autant que les réussites38. Aussi, les territoires dans lesquels l’industrie a été développée à l’époque moderne avant de connaître la récession à l’époque contemporaine ont souvent été délaissés par la recherche. Or, sous la Révolution et l’Empire, l’industrie lainière méridionale connaît des bouleversements considérables qui aboutissent à une profonde recomposition économique sous la Restauration. La France du Sud semble frappée par un courant majeur de désindustrialisation qui paraît irréversible39. Elle ne paraît plus exister qu’à travers les productions de draps militaires40 des centres du département de l’Hérault : essentiellement Lodève, Clermont et Villeneuvette, associées abusivement, dans ce cas, à Bédarieux et à Saint-Pons. Mazamet, que d’aucuns aiment à présenter comme la brillante exception du Midi, serait le seul à se maintenir dans la production pour le marché. Encore une fois, une partie de l’industrie du Midi reste invisible et le processus d’industrialisation dans l’industrie de la laine est présenté comme un échec presque général. Même les expériences de mécanisation de la filature sous le Consulat et l’Empire sont seulement décrites comme un « effort de réanimation qui a au moins différé la “désindustrialisation” du Midi »41.

  • 42 Pour reprendre l’expression de Didier Terrier (D. Terrier, Les deux âges de la proto-industrie. Le (...)
  • 43 É. Baux, La vie économique du département de l’Aude sous le Premier Empire, Mémoire de DES, Facult (...)
  • 44 C. Marquié, L’industrie textile carcassonnaise au xviiie siècle. Étude d’un groupe social : les ma (...)
  • 45 « Dès les premières années des temps révolutionnaires les ateliers bas-languedociens subirent un à (...)
  • 46 C. H. Johnson, The Life and Death of Industrial Languedoc, 1700-1920, op. cit., p. 25-66.
  • 47 G. Cholvy, « Histoire contemporaines en Pays d’Oc », in Annales ESC, 33e année, no 4, juillet-août (...)
  • 48 Il n’est pas étonnant que l’essentiel des recherches la concerne alors sous l’angle prioritaire du (...)
  • 49 Ce que Michel Chevalier avait commencé à souligner (M. Chevalier, La vie humaine dans les Pyrénées (...)

8Pourtant, la draperie ne s’est pas maintenue à l’époque contemporaine seulement en s’appuyant sur les draps militaires et le passage au second âge de la proto-industrialisation42 n’a pas conduit qu’à des échecs. Mazamet, mais aussi Castres, Bédarieux, Saint-Pons, Chalabre, Limoux, Lavelanet, voire Carcassonne ont connu une prospérité relative grâce à une production destinée au marché dans la première moitié du xixe siècle. Étienne Baux a été le premier à le constater pour l’Aude43, avant Claude Marquié44, et antérieurement à Raymond Dugrand45 et Christopher Johnson46 pour l’ensemble du Bas-Languedoc, sans que cela ait pu infléchir l’image erronée d’un Midi en voie de désindustrialisation dès la Révolution et à cause d’elle. Il est vrai que cette renaissance doit être nuancée car elle ne permet pas de retrouver tous les marchés perdus et la trop grande spécialisation obère le maintien, sans adaptation, des territoires du Midi47. En outre, les chronologies des cycles de production et les relations aux marchés restent insuffisamment établies et la connaissance des relations et les comparaisons entre les territoires n’ont jamais été tentées. La ruine n’est réellement consommée que dans la seconde moitié du siècle, la Grande Dépression agissant comme un catalyseur des difficultés structurelles ; elle vient porter le coup de grâce à des territoires déjà très affaiblis par les crises de 1830 et de 1846-1848 qui avaient commencé à révéler les effets des inadaptations structurelles. La place de Mazamet serait, par la suite, la seule à tirer son épingle du jeu ; c’est oublier qu’elle subit aussi la récession et, sa croissance, comme sa réputation, se fondent alors, non sur l’industrie textile, mais sur le délainage, activité plus spéculative qu’industrielle qui lui confère une originalité nationale et une position de niveau international48. En outre, des territoires de la laine se sont adaptés en changeant de cycle, glissant de la draperie vers la bonneterie comme dans les Hautes et les Basses-Pyrénées. Enfin, si Mazamet décline dans le textile, on a trop peu insisté sur le fait qu’elle est relayée par Castres et Labastide-Rouairoux dans le Tarn. Quant à la draperie entre Montagne Noire et Pyrénées, parce que les grands centres de l’Aude finissent par disparaître ou devenir marginaux, on oublie généralement que les manufactures du sud-est de l’Ariège se développent et le Pays d’Olmes émerge comme un futur grand du cardé avec les places de Laroque et surtout de Lavelanet. Au début du xxe siècle, il fait jeu égal avec les centres tarnais puiss’impose comme le premier territoire français de la laine cardée et du textile d’habillement lainier. Il offre ainsi le meilleur exemple, non seulement d’une industrie invisible, mais aussi d’un territoire qui participe à l’industrialisation de la France d’une manière invisible49.

Du district au territoire

  • 50 D. Woronoff, Histoire de l’industrie en France du xvie siècle à nos jours, Paris, Seuil, 1994, p.  (...)
  • 51 Voir ce que nous dit Xavier Greffe sur la réflexion économique en matière d’espace, cf. X. Greffe,(...)
  • 52 Giacomo Becattini en particulier. On se réfèrera ici essentiellement à l’article pionnier : G. Bec (...)
  • 53 Ce travail doit beaucoup à la lecture des écrits de Jean-Claude Daumas, Gérard Gayot et Didier Ter (...)
  • 54 D’après Régis Guillaume (R. Guillaume, Mutations économiques et recompositions territoriales. Acte (...)
  • 55 G. Garofoli, « Les systèmes de petites entreprises : un cas paradigmatique de développement endogè (...)

9Pourtant, la somme des handicaps aurait dû empêcher tout développement des industries lainières du Tarn et de l’Ariège : l’éloignement des sources d’approvisionnement en matières premières et des grands bassins de consommation, le manque d’investissements par défaut d’un réseau de crédit précoce et dense, un mode de fabrication qui n’a pas suivi le mouvement européen de modernisation et de concentration paraissent représenter autant d’insuffisances difficilement surmontables50. La réalité, la nature du développement et la réussite dans la durée des centres tarnais et du Pays d’Olmes imposent de relativiser une réflexion fondée essentiellement sur les coûts comparatifs perçus uniquement comme des déterminants. Cette approche qui privilégie une étude assise sur les contraintes ne prend pas en compte, en effet, toute la diversité explicative, en particulier celle des aspects comportementaux propres aux espaces économiques à grande échelle51. Or, si l’on considère les écrits des tenants de la réactivation des thèses marshalliennes52 ainsi que les nouvelles approches portant sur les territoires de la laine53, les dynamiques endogènes du territoire semblent mieux à même de rendre intelligible le processus de croissance local ; faites d’interdépendance et de coopération, elles dépassent les seules contingences économiques et prennent en compte les dimensions sociale, culturelle et institutionnelle. Cette démarche qui fonde la modélisation des districts intéresse aussi l’historien car les territoires industriels ne sont ni homogènes ni standardisés au xixe et dans la première moitié du xxe siècle, a fortiori à l’époque moderne. Chaque espace possède sa propre originalité et sa trajectoire singulière ; leur étude peut permettre de dégager des concepts intermédiaires et des représentations explicatives54 qui réintroduisent de la complexité dans les systèmes interprétatifs globalisants aux raisonnements peu fondés sur les dynamiques régionales, et trop attachés à une approche macroéconomique plus hypothético-déductive qu’inductive. Partir des débats sur les organisations productives territorialisées peut permettre de déterminer dans quelle mesure l’existence et la qualité de facteurs locaux ont pu favoriser le développement du textile dans le Midi tout comme sa ruine. La démarche ne doit pas conduire à négliger pour autant la pression exercée par les contraintes exogènes ; mais l’étude de ces dernières doit être envisagée, non sous l’angle de la théorie des handicaps, mais sous celui de la construction sociale d’avantages comparatifs locaux dépassant, elle-même, la théorie des avantages relatifs, simples révélateurs d’un état de fait55.

  • 56 J.-C. Daumas, Les territoires de la laine. Histoire de l’industrie lainière en France au xixe sièc (...)
  • 57 Du moins si l’on prend seulement en compte les intégrés et, dans une moindre mesure, les spécialis (...)
  • 58 J.-M. Minovez, « Naissance d’une aire de spécialisation productive : le territoire de la laine ari (...)

10Toutefois, il a été démontré que « le concept de district industriel à l’italienne ne constitue pas un instrument d’analyse adapté à toutes les formes localisées de développement industriel »56. Dans la France méridionale, on peut même se poser la question de l’existence de tels territoires industriels tant les critères retenus pour les définir y semblent souvent absents. Ainsi, en Pays d’Olmes, les premières recherches tendent à montrer l’absence d’interpénétration entre le système des entreprises et le fonctionnement social de la communauté locale. La société est fortement hétérogène et divisée quant aux valeurs. Si le groupe patronal n’est pas figé et permet un certain renouvellement, il reste étroit57 et domine un vaste prolétariat sans réelle chance d’ascension sociale. Cela est à l’origine, au début du xxe siècle, de très fortes tensions dans la gestion de la main-d’œuvre débouchant sur des grèves dures et la montée importante du socialisme révolutionnaire. Quant aux entreprises, elles s’interpénètrent plus qu’elles ne coopèrent, l’individualisme restant la règle58.

  • 59 J.-C. Daumas, Les territoires de la laine. Histoire de l’industrie lainière en France au xixe sièc (...)
  • 60 Définition se rapprochant de la définition « d’aire de spécialisation productive » de G. Garofoli,(...)
  • 61 À Mazamet, Rémy Cazals l’a défini comme relevant d’une « conscience de place », cf ; R. Cazals, «  (...)
  • 62 J.-C. Daumas, Les territoires de la laine. Histoire de l’industrie lainière en France au xixe sièc (...)

11Le concept de territoire industriel développé par Jean-Claude Daumas paraît nettement plus opérant que celui du district car il intègre l’absence d’homogénéité sociale et culturelle supposée favorable « au consensus, à la mobilité sociale et à la flexibilité du marché du travail […], [au] développement de relations verticales entre les différents segments de la filière lainière, et la faiblesse des relations de coopération entre unités de production »59. Il s’appuie, en revanche, sur l’existence d’une « aire territoriale, historiquement déterminée autour d’une ville manufacturière, et aux contours susceptibles d’évoluer dans le temps, [à] la spécialisation du territoire dans la fabrication d’un produit spécifique (ou d’un ensemble de produits) exigeant la mise en œuvre de savoir-faire accumulés localement ». Ces traits sont identifiables dans tous les territoires de la laine du Midi, ils les dépassent même en formant de véritables aires de spécialisation productives intégrant plusieurs territoires60. Le « sentiment d’appartenance enraciné dans la pratique d’un métier commun et les relations d’interdépendance internes au territoire », comme l’existence d’un « patronat doté d’une culture et de comportements communs qui trouvent leur origine dans son mode de reproduction et façonnent des formes particulière d’entrepreneurship », sont aussi bien présentes61. De même on recense bien dans chacun des territoires « une concentration d’entreprises (sans distinction de taille) aux caractéristiques communes, liées entre elles par la division du travail et une forte proximité géographique, et formant une filière plus ou moins complète » ainsi que la présence d’un « marché du travail dont la configuration assure la mobilité de la main-d’œuvre [et] l’existence de règles et d’institutions privées et/ou publiques, assurant le maintien et le fonctionnement de l’ensemble du système productif »62. Dès lors, il est possible, pour le Midi de la France, d’identifier des territoires de la laine centrés sur les places qui les animent et s’intégrant dans des espaces plus vastes relevant d’aires de spécialisation productive, elles-mêmes regroupées dans des zones homogènes de fabrication d’un ou de plusieurs genres de produits, sans qu’il y ait dans ce cas la moindre interpénétration entre les zones. Il existe, en effet, des degrés de territorialisation qui dépendent de l’intensité des relations entre les entreprises, de la prégnance de la culture commune et de l’action des institutions. Plus ou moins élevés dans un espace donné, ils peuvent varier au cours du temps.

Une recherche originale méso-historique dans la longue durée

12Comprendre le processus de croissance dans le Midi ne peut donc pas se faire à l’échelle d’une approche uniquement micro-historique pas plus que par une vision par en haut de la question rendant vaine toute tentative de synthèse avant production des indispensables recherches monographiques ultérieures. Si les places et les territoires comportent, chacun, des singularités fortes, ils sont aussi fortement articulés entre eux par des modes d’organisation de travail qui les rapprochent, des flux d’ouvriers, d’entrepreneurs et de marchands qui les animent, des débouchés similaires, des conditions de concurrence avec l’extérieur de la France méridionale souvent identiques, des choix de produits relevant des mêmes genres.

  • 63 S. Chassagne, Le coton et ses patrons. France. 1760-1840, Paris, EHESS, 1992 ; J.-P. Hirsch, Les d (...)
  • 64 G. Gayot, Les draps de Sedan, 1646-1870, op. cit.

13Une approche méso-historique s’impose donc pour saisir le faisceau de causalités circulaires à l’origine du processus d’industrialisation ou de désindustrialisation de l’industrie lainière de la France méridionale. Une inscription de la recherche dans la longue durée s’avère tout aussi nécessaire pour répondre à cette ambition. Sans mettre en avant, d’abord, la recherche des origines d’un processus industriel réussi ou avorté, il s’agit de définir le cadre chronologique le plus adéquat permettant de mettre en lumière la mise en place des structures de production, de marché, de relations de travail, du capital, des techniques dans leurs dynamiques, à même de le comprendre. Les coupures traditionnelles de nature politique n’y trouvent pas ici leur place comme les grandes thèses qui se sont préoccupées des réussites63, comme des échecs64, ont pu le montrer.

  • 65 J.-C. Daumas, Les territoires de la laine. Histoire de l’industrie lainière en France au xixe sièc (...)
  • 66 S. Chassagne, Le coton et ses patrons. France. 1760-1840, op. cit., p. 17.

14Le niveau régional d’approche et la prise en compte de la longue durée ne signifient pas pour autant renoncement à l’exploitation des sources de première main, au contraire, car beaucoup sont restées jusqu’ici peu exploitées voire inédites. La documentation administrative s’avère particulièrement abondante ; dans les dépôts départementaux, la série C pour l’Ancien Régime et la série M pour la période contemporaine en fournissent le socle, même si cette dernière s’avère particulièrement décevante à partir des années 1880 ; aux Archives nationales, la sous-série F12 est d’une grande richesse pour le xviiie siècle mais plus décevante pour l’époque contemporaine ; la Bibliothèque nationale de France permet de combler certaines lacunes par les listes des exposants, distributions de récompenses et rapports des expositions nationales de l’industrie à Paris et des expositions internationales ; mais cette documentation ne traite que marginalement de la question sociale ; aussi, malgré ses imperfections, la série C des Archives nationales offre un certain intérêt grâce aux réponses et rapports aux enquêtes parlementaires sur la situation des ouvriers en France au xixe siècle. Les sources des institutions spécialisées, comme celles du Comité central de la laine et la littérature technique – en particulier les ouvrages encyclopédiques et les manuels destinés à la formation ou à la vulgarisation des connaissances – sont aussi d’une grande richesse pour l’étude des pratiques et de leur évolution. Elles fournissent les outils susceptibles de constituer un tableau d’ensemble satisfaisant mais sans donner les moyens d’atteindre les hommes dans leur trajectoire individuelle et leurs pratiques ou dans celles de leur groupe social d’appartenance. Cela peut être tenté par le recours ponctuel à des archives privées déposées – série J des archives départementales – ou non, mais surtout aux archives du ministère de la justice, notamment relatives aux tribunaux de première instance, des tribunaux civils jugeant commercialement et de la justice de paix pour la période contemporaine ; elles permettent de bien connaître les hommes et les sociétés qu’ils constituent. L’ambition peut paraître excessive en raison du niveau d’échelle choisi qui limite justement la perception des « moteurs internes »65 de chacun des territoires de l’industrie abordés. Ainsi, malgré les quelques coups de sonde et le développement d’exemples précis, en particulier en Ariège, l’approche micro-historique reste à réaliser par la mobilisation de toutes les sources fines possibles : « archives fiscales et judiciaires, registres d’état-civil ancien et moderne, correspondances administratives et familiales, et par dessus tout, minutes notariales aux inépuisables ressources »66. Aussi l’ouvrage, exploitant avant tout les sources des grands dépôts d’archives, se veut-il aussi essai et cadre interprétatif pouvant donner naissance à autant d’études spécifiques qu’il est nécessaire.

Carte 2 : L’espace d’étude.

  • 67 L. Teisseyre-Sallmann, L’industrie de la soie en Bas-Languedoc, xviie- xviiie siècles, op. cit., p (...)
  • 68 P. Minard, La fortune du colbertisme. État et industrie dans la France des Lumières, op. cit. ; A. (...)
  • 69 Ne seront exposées ici que les grandes lignes de notre propos au sein d’un prologue permettant de (...)
  • 70 J.-C. Daumas, Les territoires de la laine. Histoire de l’industrie lainière en France au xixe sièc (...)
  • 71 J.-M. Minovez, « Les interrelations des entreprises dans la structuration et la déstructuration de (...)
  • 72 Du moins dans l’industrie du cardé et du textile d’habillement de la laine. L’intérêt de son étude (...)

15Les contraintes que l’on se fixe ne représentent pas seulement une limite à l’exploitation des sources les plus fines, elles interdisent aussi une approche située dans la très longue durée. Pourtant, les territoires de la laine émergent dans un cadre proto-industriel, probablement dès le xvie siècle, et ils existent avec certitude au xviie siècle. C’est donc à ce moment que se tissent un certain nombre de relations de nature productive et commerciale qui donnent naissance à des formes modernes d’organisation de la production dans le cadre de nouveaux marchés. De la même manière, les produits qui font la fortune de la France méridionale sont issus des mutations que la draperie connaît à la fin du Moyen Âge et c’est au tournant des xve et xvie siècles que les nouvelles structures se mettent en place, le xviie siècle marquant aussi l’affirmation de l’ensemble de ces productions dans tous les territoires méridionaux de la laine. L’ouvrage devrait donc embrasser une large époque moderne afin de bien saisir la mise en place des nouvelles structures qui s’épanouissent ensuite au xviiie siècle. Mais les sources font largement défaut et, à la suite de Line Teisseyre-Sallmann, constatons qu’en « l’absence d’une documentation globale ou d’études ponctuelles, il [est] impossible de saisir de manière précise l’évolution du phénomène entre le xvie et le xviie siècle. Aussi, pour tenter de prendre la mesure du secteur textile à l’échelle régionale, faut-il se reporter aux premières enquêtes de la fin du xviie siècle et du début du xviiie siècle. »67 Grâce aux enquêtes de 1692, 1703 et 1708 voulues par le contrôle général des finances, il est possible de constituer un tableau de l’industrie de la laine dans ses territoires à la fin du xviie siècle, quelques mémoires d’intendant permettant d’affiner notre connaissance générale pour la période du règne personnel de Louis XIV. Cette dernière est aussi celle de l’élaboration et de la mise en place de la politique de Colbert. Les mesures qui en découlent ne donnent pas naissance à l’industrie méridionale, elles créent les cadres dans lesquels la croissance s’effectue jusqu’à la Révolution. Si toutes les manufactures ne profitent pas de la même manière des effets de cette politique, force est de constater le rôle d’impulsion qu’elle a pu jouer, pour la grande draperie en particulier68. Aussi, le point de départ de l’étude doit-il se situer vers 1660 et aller jusqu’à la fin du xviiie siècle, délimitant ainsi une phase formant la première partie au cours de laquelle, malgré nombre d’incertitudes, l’impression qui se dégage est celle de tous les possibles pour les manufactures du Midi69. Avec la Révolution et l’Empire, de profondes mutations de structures s’opèrent dans l’organisation de la production, les produits, les techniques, les institutions. On entre dans le deuxième âge de la proto-industrie. Cet intense mouvement de recomposition qui marque les dernières années du xviiie et les premières décennies du xixe siècle inaugure une période d’effondrement de beaucoup de territoires de la laine alors que d’autres se maintiennent, au moins temporairement, grâce à une série d’adaptations. Jusqu’à la Grande Dépression, on observe la revitalisation de territoires profondément affectés par la crise révolutionnaire, ce qui conduit à réviser l’approche d’un effondrement des industries du Midi au début du xixe siècle. Aussi, après une phase de profondes recompositions des territoires industriels entre Révolution et Restauration, on assiste à une phase d’adaptations qui précède l’effondrement de l’essentiel du textile méridional et fonde les structures des territoires qui se maintiennent par la suite, délimitant une seconde partie. Ensuite, comme pour les autres territoires français de la laine, ceux de la France méridionale connaissent de profondes transformations dans les années 1870-1914 ; durant cette période, le cycle peigné gagne définitivement la partie, en tendance, sur celui du cardé et le factory system s’impose « selon des chronologies décalées et sous des formes variées »70. Dans certains cas, l’intégration n’est pas totale et le système usinier ne l’emporte que très tardivement : dans les dernières décennies du xxe siècle seulement, en Pays d’Olmes71. Pour ces raisons, la troisième partie analysant l’affirmation des territoires modernes de l’industrie doit intégrer l’étude de la Première Guerre mondiale et les années 1920 qui représentent aussi des temps de forte adaptation des territoires méridionaux du cardé. Au cours de cette période, la disparition des espaces secondaires est consommée alors que s’affirment les territoires contemporains de la laine : dans le Tarn, autour de Castres, Labastide-Rouairoux et Mazamet et, en Ariège, autour de Lavelanet et de Laroque-d’Olmes. En définitive, la primauté du Pays d’Olmes dans le Midi et en France est consacrée dans la seconde moitié du xxe siècle. Comprendre tout le processus nous conduit à réaliser une incursion jusqu’aux Trente Glorieuses et au-delà pour saisir, ponctuellement dans les deux derniers chapitres et surtout dans l’épilogue, les conditions locales d’une réussite unique72. La construction de l’ouvrage s’articule donc en trois parties additionnées d’un épilogue, présentant un déroulement chronologique. Les facteurs matériels, sociaux-culturels et externes décomposés en quatre dimensions : le capital, le marché, le travail et l’outil de production seront abordés d’une manière thématique et en interrelation à l’intérieur des parties ; dans chacune d’elles, il ne s’agira pas de reprendre chaque thème d’une manière mécanique mais de penser son articulation au sein d’un schéma explicatif pris comme le résultat de causalités circulaires.

Notes

1 T. J. Markovitch, Histoire des industries françaises. Les industries lainières de Colbert à la Révolution, Genève, Droz, 1976. Philippe Minard (P. Minard, La fortune du colbertisme. État et industrie dans la France des Lumières, Paris, Fayard, 1998, p. 198-203) nous engage à être particulièrement critique concernant ce travail fondé sur des chiffres constitués d’« approximations combinées » du fait du « caractère grossier, incertain voire fautif, des données ». En faisant nôtres ces remarques, mais en considérant aussi la valeur d’un travail permettant de donner des ordres de grandeur, on s’appuiera sur les statistiques regroupées par généralité afin de réaliser une approche comparée par grandes régions françaises tout en renonçant systématiquement à descendre au niveau local, les approximations et l’hétérogénéité des résultats étant bien trop grandes à cette échelle. Cette remarque vaut tout autant pour les enquêtes de la Révolution et de l’Empire ; il suffit pour cela de citer les chiffres parfois fantaisistes des productions des enquêtes de 1810 et 1811 (AN, F12, 1570-1589 et 1602). Cela avait d’ailleurs conduit, avec juste raison, Gérard Béaur et Philippe Minard (G. Béaur et P. Minard, Atlas de la Révolution française, 10, Économie, Paris, EHESS, 1997, p. 76-77) et avant eux Serge Chassagne (S. Chassagne, « L’industrie lainière en France à l’époque révolutionnaire et impériale (1790-1810) », in Voies nouvelles pour l’histoire de la Révolution française, Colloque Albert Mathiez-Georges Lefebvre, 30 nov.-1er déc. 1974, Paris, Bibliothèque nationale, 1978, p. 143-167) à ne retenir de ces enquêtes comme valeurs pour établir leurs cartes que le nombre de métiers et, pour les premiers auteurs cités, la quantité de laine filée.

2 É. Coornaert, Un centre industriel d’autrefois. La draperie-sayetterie d’Hondschoote ( xive- xviiie siècle), Paris, PUF, 1930, p. 12-25 ; D. C. Coleman, Industry in Tudor and Stuart England, Londres, MacMillan, 1975.

3 Les petites draperies ont connu un développement très ancien, dans le Midi aussi. Perpignan, par exemple, a connu un grand succès au Moyen Âge grâce à ses draps fins et ses cadis (A. Pinto, « Perpignan un grand centre drapant méditerranéen (xiiie-xve siècle) : état de l’historiographie », in La fibre catalane. Industrie et textile en Roussillon au fil du temps, Actes du colloque de l’APHPO en partenariet avec le CRHiSM, Perpignan, Trabucaire, 2005). Toutefois, les travaux de Janine Garrisson pour le xvie siècle en Midi Toulousain (J. Garrisson-Estèbe, « Le marché toulousain des étoffes entre 1519 et 1560 », in Annales du Midi, 1963, p. 183-194) et ceux d’Emmanuel Le Roy-Ladurie pour le Bas-Languedoc au xviie siècle (E. Le Roy-Ladurie, Les paysans de Languedoc, Paris, SEVPEN, 1966) montrent l’absence ou l’insuffisance de la production locale dans ces genres alors que les mémoires des intendants de la deuxième moitié du xviie siècle – tels ceux de Daguessau et de Basville – attestent qu’ils ont partie gagnée, laissant penser à une croissance de cette production à cette période pour l’ensemble du Languedoc et même de la Guyenne.

4 Analysé rapidement par Maurice Bordes (M. Bordes, D’Étigny et l’administration de l’intendance d’Auch (1751-1767), Auch, Imp. Frédéric Cocharaux, 1957) avant J.-M. Minovez, « Politique réglementaire de l’État et mutations de l’industrie », in Les hommes et leur patrimoine en Comminges, Saint-Gaudens, SEC, 2000, p. 793-810 ; J.-M. Minovez, « L’État et les draperies dans les Pyrénées centrales au milieu du xviiie siècle », in Annales du Midi, 2004, p. 171-189 ; J.-M. Minovez, « Les artisans aux champs dans les draperies des Pyrénées centrales, fin xviie-fin xviiie siècle », in L’artisan au village dans l’Europe médiévale et moderne, Actes des 19e Journées Internationales d’Histoire de Flaran, Abbaye de Flaran les 5, 6 et 7 septembre 1997, Toulouse, Presses universitaires du Mirail, 2000, p. 67-86.

5 C’est la région de Carcassonne qui a d’abord intéressé les historiens mais il a fallu attendre la thèse de Claude Marquié (C. Marquié, L’industrie textile carcassonnaise au xviiie siècle. Étude d’un groupe social : les marchandsfabricants, Carcassonne, Société d’Études Scientifiques de l’Aude, 1993) pour qu’un véritable travail de fonds soit réalisé sur la cité drapière et son hinterland productif, même si un recueil commenté de documents avait, quelques années auparavant, proposé une approche récente concernant la place industrielle (R. Cazals et J. Valentin, Carcassonne ville industrielle au xviiie siècle, Carcassonne, Service éducatif des Archives de l’Aude/CDDP, 1984).

6 Le Midi toulousain a représenté un point aveugle de l’histoire du textile. Si l’on exclut les thèses de droit scientifiquement fragiles (J. Loup, L’industrie lainière dans le Tarn, Toulouse, Librairie des étudiants, 1910) La première approche systématique et relativement récente est celle de Rémy Cazals sur Mazamet. Notons qu’elle ignore les débats sur la proto-industrie (R. Cazals, Les révolutions industrielles à Mazamet, 1750-1900, Paris/Toulouse, La Découverte-Maspero/Privat, 1983). Il faut attendre une quinzaine d’années pour qu’une autre monographie aborde l’industrie lainière dans cette partie du Haut-Languedoc (J.-M. Minovez, L’impossible croissance en Midi toulousain ? 1661-1914. Origines d’un moindre développement, Paris, Publisud, 1997) et ce n’est que très récemment, pour cette zone, que la grande draperie et leurs entrepreneurs ne sont abordés que pour eux-mêmes (J.-M. Minovez, « Les manufactures royales de draps fins du Midi toulousain et leurs entrepreneurs au XVIIIe », in Annales du Midi, 2000, p. 21-40).

7 C’est l’industrie toilière qui a surtout intéressé les chercheurs, les juristes (G. Anthony, L’industrie de la toile à Pau et en Béarn de 1750 à 1850, Bordeaux, Bière, 1961 et M.-P. Foursans-Bourdette, Économie et finances en Béarn au xviiie siècle, Bordeaux, Bière, 1963) plus que les historiens. Dans ce dernier cas, les publications concernant l’industrie de la laine restent à ce jour ponctuelles pour la période moderne et le début du xixe siècle : J. Dumonteil, « La crise du commerce et de l’artisanat textile à Oloron vue par les négociants (fin du xviiie -milieu du xixe siècle », in Revue de Pau et du Béarn, 1973, no 1, p. 137-193 et J.-M. Minovez, « Les exportations des Pyrénées occidentales vers l’Espagne, milieu xviiie-début xixe siècle », J.-M. Minovez et P. Poujade (ed.), Circulation des marchandises et réseaux commerciaux dans les Pyrénées, xiiie- xixe siècle, colloque international organisé par l’UMR 5136 du CNRS/Fra. M. Espa-Université de Toulouse II-Le Mirail, le laboratoire « Élites du Sud » de l’Université de Pau et des Pays de l’Adour et le « Patrimoni Cultural d’Andorra », Andorre-la-Vieille, 1er-4 octobre 2003, Toulouse, CNRS/Université de Toulouse-Le Mirail, collection « Méridiennes », 2005, p. 339-360. Un éclairage important devrait être donné prochainement au processus d’industrialisation du textile dans les Basses-Pyrénées avec les travaux menés par Jean-Loup Gazurelli (sous la direction de Christian Thibon) dont la thèse porte le titre provisoire suivant : Un « petit Manchester » en Béarn. Contribution empirique à l’histoire industrielle du Sud-Ouest pyrénéen à travers l’exemple de Nay.

8 D. Ligou, Montauban à la fin de l’Ancien Régime, Paris, Marcel Rivière, 1958.

9 Dont l’histoire des industries lainières nous est connue surtout à travers quelques mémoires de maîtrise : F. Boulet, Un canton rural reculé du sud Aveyron à la poursuite du développement et des progrès du xixe siècle. Le développement proto-industriel du textile dans le canton de Saint-Affrique, de 1744 au début du xxe siècle, Mémoire de maîtrise, Université Toulouse II-Le Mirail, 2002 et V. Cros, L’industrie de la laine dans le Camarès au xixe siècle (1810-1908), Mémoire de maîtrise, Université Toulouse II-Le Mirail, 2002.

10 Ainsi Line Teisseyre-Sallmann, traitant de l’industrie de cet espace aux xviie et xviiie siècles s’attache d’abord à étudier la croissance de l’industrie de la soie, même si elle ne néglige pas de rappeler l’importance des manufactures de laine auxquelles elle réserve quelques développements : L. Teisseyre-Sallmann, L’industrie de la soie en Bas-Languedoc, xviie- xviiie siècles, Paris, École des Chartes, 1995. Lorsque la question de la désindustrialisation est abordée, elle l’est aussi presque exclusivement à partir de l’étude de la soierie : A. Cosson, Fabriques et ouvriers du textile à Nîmes. Crise, renaissance, déclin, 1790-1850, Thèse de doctorat de 3e cycle, Université Paul Valéry-Montpellier III, 1982 et Armand Cosson, « L’industrie textile à Nîmes : la fin d’une hégémonie (1790-1850) », in Le Mouvement Social, no 133, oct.-déc. 1985, p. 5-24.

11 La notion de mass-production system est employée largement par les auteurs anglo-saxons pour décrire le phénomène de croissance sans précédent de la production au cours de l’époque contemporaine, y compris pour le xixe siècle. Elle serait, selon certains auteurs, associée à une consumer revolution préalable. Avec juste raison, Patrick Verley discute la pertinence de l’emploi d’un tel terme et rejette l’idée d’un passage à la « société de consommation » à cette époque. Il préfère alors parler de « société de consommateurs » (P. Verley, L’Échelle du monde. Essai sur l’industrialisation de l’Occident, Paris, Gallimard, 1997, p. 113-114). En revanche, il admet que « la révolution des indiennes » trouve son origine dans la « consommation de masse » et parle alors de « production de masse » pour répondre à la demande (ibid., p. 155-179.). Il me semble qu’il conviendrait de ne parler, pour cette époque que de « production en masse » pour le dissocier de la « production de masse » qui résulte d’un autre processus. Il me paraît, en effet, qu’il faille réserver cette dernière terminologie au processus qui se déroule au xxe siècle, à partir de l’entre-deux-guerres aux États-Unis, lors des Trente Glorieuses pour la presque totalité des pays industrialisés, et qui est étroitement lié au passage conjoint à la consommation de masse dont « il ne saurait être question […] avant les Trente Glorieuses » (D. Barjot (dir.), « Introduction », in Où va l’histoire économique ?, Dossier préparé par l’AFHE, in Historiens et Géographes, no 378, p. 126). Aussi, je mettrai entre guillemets le terme de « production de masse » chaque fois qu’il correspondra à une traduction d’un auteur anglo-saxon pour un emploi de la terminologie autre que celle concernant l’entre-deux-guerres pour les États-Unis et la deuxième moitié du xxe siècle pour l’Europe.

12 L. Teisseyre-Sallmann, L’industrie de la soie en Bas-Languedoc, xviie- xviiie siècles, op. cit., p. 343.

13 K. Polanyi, « The Economistic Fallacy », in K. Polanyi, H. W. Pearson (ed.), The Livelihood of Man, New-York/San Francisco/Londres, Academic Press, 1977, p. 21.

14 De ce point de vue, le modèle rappelle bien les formes d’encastrement polanyien de l’économie (cf. K. Polanyi, La grande transformation. Aux origines politiques et économiques de notre temps, Paris, Gallimard, 1983, p. 76-85). Il rappelle aussi l’opposition que William Reddy souligne entre l’émergence d’une culture de marché et l’attachement des populations à des relations de travail qui ne relèvent pas des lois du marché mais de l’attachement à des pratiques traditionnelles dans lesquelles la culture de subsistance est essentielle (W. M. Reddy, The Rise of Market Culture. The Textile Trade and French Society, 1750-1900, Cambridge/Paris, Cambridge University Press/Éditions de la MSH, 1984).

15 Confirmant l’hypothèse polyannienne de l’embeddedness mais nuançant aussi l’idée de Karl Polanyi de désencastrement avec le développement de la révolution industrielle. On rejoint ici la critique faite par Mark Granovetter (« Economic Action and Social Structure : the Problem of Embeddedness », in American Journal of Sociology, 91, 1985, p. 481-510).

16 Qui donnent au travail un caractère perçu comme de plus en plus « informel », favorisant son invisibilité à toutes les époques, cf. A. Pescarolo, G. B. Ravenni, Il proletariato invisibile. La manifattura della paglia nella Toscana mezzadrile, Milan, F. Angeli, 1991, passim et Y. Schwartz, « La conceptualisation du travail, le visible et l’invisible », in L’Homme et la société /2, no 152, p. 47-77 (en particulier p. 58-59 et p. 62-63). Cette perception du travail a pour effet de rendre les territoires, eux-mêmes, invisibles, cf. J. Saglio, « Des objets invisibles », M. Lescure (dir.), La mobilisation du territoire. Les districts industriels en Europe occidentale du xviie au xxe siècles, Colloque du Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 5 et 6 février 2004, Paris, CHEFF, 2006, p. 77-99.

17 Jusqu’à l’apparition des grands groupes dans la seconde moitié du xxe siècle.

18 À la différence du bassin industriel qui représentent le « symbole de la puissance de la nation », (R. Leboutte, Les bassins industriels en Europe. Production et mutation d’un espace, 1750-1992, Florence, European University Institute, 1993, p. 77-78).

19 Comme les premiers travaux sur la question permettent de le démontrer et qui doivent conduire à des indispensables approfondissements pour en comprendre le système (J.-.M. Minovez, « Naissance d’une aire de spécialisation productive : le territoire de la laine ariégeois », in J.-C. Daumas, P. Lamard et L. Tissot (ed.), Les territoires de l’industrie en Europe (1750-2000). Entreprises, régulations et trajectoires (Actes de la pré-session du XIVe Congrès international d’histoire économique d’Helsinki), Colloque organisé dans le cadre de la MSH de Franche-Comté Claude-Nicolas Ledoux, Besançon, 27-29 octobre 2004, « Les Cahiers de la MSH » Ledoux, Besançon, Presses Universitaires de Franche-Comté, 2007, p. 37-55).

20 C. Sabel, J. Zeitlin (ed.), World of Possibilities. Flexibility and Mass Production in Western Industrialization, Cambridge, Cambridge University Press, 1997, passim.

21 A. Dewerpe, « Les systèmes industriels localisés dans l’industrie française », in B. Ganne (ed.), Développement local et ensembles de PME, Lyon, GLYSI, 1992, p. 17-60 ; A. Dewerpe, L’industrie aux champs. Essai sur la proto-industrialisation en Italie du Nord (1800-1880), Rome, École française de Rome, 1985 ; C. Maitte, La trame incertaine. Le monde textile de Prato, xviie- xixe siècle, Villeneuve-d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2001 ; C. Maitte, « Mobilisation du territoire et diversité des parcours industriels à Prato et à Biella, xviiie-xxe siècles », in M. Lescure (dir.), La mobilisation du territoire. Les districts industriels en Europe occidentale du xviie au xxe siècles, op. cit., p. 213-238.

22 C. M. Belfanti, S. Onger, « Mercato e istituzioni nella storia dei distretti industriali », in G. Provasi (ed.), Le istituzioni dello sviluppo. I ditretti industriali tra storia, sociologica ed economia, Rome, Donzelli editore, 2002, p. 264.

23 J.-C. Daumas,, « Districts industriels : du concept à l’histoire. Les termes du débat », in D. Barjot (dir.), Où va l’histoire des entreprises ?, no spécial de la Revue économique, Vol. 58, 1, 2007, p. 141.

24 Les espaces de production « se compos[ent], se décompos[ent] et se recompos[ent] » : D. Terrier, « La dispersion rurale du travail en France : logique d’implantation et gestion d’un espace productif, 1650-1780 », in V. Giura (ed.), Gli insediamenti economici e le loro logiche, Naples, Edizioni Scientifiche Italiane, 1998, p. 87-105.

25 P. A. David, « Path dependence, its critics and the quest for “historical economic” », in G. M. Hodgson (ed.), The Évolutions of Economics Institutions. A Critical Reader, Cheltenham/Northampton (Mass.), Edward Elgar, 2007.

26 J.-C. Daumas, Les territoires de la laine. Histoire de l’industrie lainière en France au xixe siècle, Villeneuve-d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2004, p. 345-350.

27 Précisons que le terme « décalage » adopté dans ce travail pour décrire le processus différentiel d’adaptation technique n’est en rien un avatar de la notion de « retard ». Il ne cherche pas à qualifier une situation subie ou résultant d’un immobilisme lié à des « routines » ou des « archaïsmes » supposés de comportement. Il a pour but de qualifier des pratiques, voire des stratégies – sociales, culturelles et économiques – dictées par un « style de vie » choisi, lui-même en relation avec des contingences de nature socio-économiques.

28 Ce qui n’est pas propre aux entrepreneurs du Midi, cf. D. Terrier, « Le territoire que l’on dit : l’espace vécu d’un fabricant de toiles lillois (1882-1892) », in Le travail, Cahiers de Framespa, no 1, édition électronique en ligne et D. Terrier, « Conjoncture vécue, conjoncture perçue : les carnets de bord d’un fabricant lillois au temps de la “Grande Dépression” (1879-1891), in Revue d’Histoire Moderne et Contemporaine, 54, 1, 2007, p. 223-241.

29 J.-F. Belhoste, « Naissance de l’industrie du drap fin en France à l’âge classique », in La manufacture du Dijonval et la draperie sedanaise, 1650-1850, Paris, Ministère de la Culture, Cahiers de l’Inventaire, 2, 1984, p. 10-28 ; J.-F. Belhoste « Les manufactures de draps fins en France aux xviie et xviiie siècles », in Revue de l’Art, 1984, p. 26-38 ; J.-F. Belhoste « La maison, la fabrique et la ville. L’industrie de drap fin en France (XVe-xviiie siècles), in Histoire, économie et société, 13, 3, 1994, p. 457-475 ; J. K. J. Thomson, Clermontde-Lodève, 1633-1789. Fluctuations in the Prosperity of a Languedocian Cloth-Making Town, Cambridge, Cambridge University Press, 1982.

30 É. Appolis, Un pays languedocien au milieu du xviiie siècle : le diocèse civil de Lodève. Étude administrative et économique, Albi, Imprimerie coopérative du Sud-Ouest, 1951.

31 C. Carrière, Négociants marseillais au xviiie siècle, Marseille, Institut historique de Provence, 1973 ; C. Carrière, « La draperie languedocienne dans la seconde moitié du xviie siècle. Contribution à l’étude de la conjoncture levantine », in Conjoncture économique, structures sociales. Hommage à Ernest Labrousse, Paris/La Haye, Mouton, 1974, p. 157-172 ; C. Carrière et M. Morineau, « Draps du Languedoc et commerce du Levant au xviiie siècle », in Revue d’Histoire économique et sociale, 1968, p. 108-121.

32 L. Dutil, L’état économique du Languedoc à la fin de l’Ancien Régime, Paris, Hachette, 1911 : 72 pages pour la seule draperie pour le Levant (p. 342-414), 12 pages pour les « draps pour l’intérieur » et « pour les troupes » (p. 414-426) et seulement 18 pages pour « la petite draperie » (p. 426-444) qui correspondent à la très grande majorité des territoires de la laine du Midi.

33 C’est en particulier le cas de l’Hérault avec les thèses de Fulcran Teisserenc et d’Émile Appolis (F. Teisserenc, L’industrie lainière dans l’Hérault, Paris, Arthur Rousseau éditeur, 1908 ; É. Appolis, Un pays languedocien au milieu du xviiie siècle : le diocèse civil de Lodève, op. cit.) et l’ouvrage de Christopher Johnson (C. H. Johnson, The Life and Death of Industrial Languedoc, 1700-1920, New-York-Oxford, Oxford University Press, 1995).

34 F. Mendels, Industrialization and Population Pressure en Eighteenth-Century Flanders, New-York, Arno Press, 1981 ; F. Mendels, « Protoindustrialization. The First Phase of the Industrialization Process », in Journal of Economic History, 32, 1972, p. 241-261 ; F. Mendels, « Aux origines de la proto-industrialisation », in Bulletin du Centre d’Histoire Économique et Sociale de la Région lyonnaise, 2, 1978, p. 1-27.

35 Franklin Mendels – à la lecture d’Éric Wolf, Clifford Geertz et Charles Tilly – écrivait à ce sujet que « l’industrialisation ne pouvait pas être considérée simplement comme un processus d’évolution inéluctable et unilinéaire. Pour certaines classes, certaines régions, certains secteurs, elle s’accompagna d’involutions et d’autres transformations contraintes à ce que décrivait la théorie de la modernisation. », cf. F. Mendels, « Des industries rurales à la proto-industrialisation : historique d’un changement de perspective », in Annales ESC, 5, 1984, p. 981.

36 J. Zeitlin, « Les voies multiples de l’industrialisation », in Le Mouvement social, no 133, 1985, p. 26-27.

37 G. Gayot, Les draps de Sedan, 1646-1870, Paris, EHESS, 1998, p. 15.

38 C’est dans cet esprit qu’une précédente étude abordait la question : J.-M. Minovez, L’impossible croissance en Midi toulousain ? 1661-1914. Origines d’un moindre développement, op. cit., passim.

39 S. Chassagne, « L’industrie lainière en France à l’époque révolutionnaire et impériale (1790-1810) », in Voies nouvelles pour l’histoire de la Révolution française, loc. cit., p. 143-167.

40 M. Lévy-Leboyer, Les banques européennes et l’industrialisation internationale dans la première moitié du xixe siècle, Paris, PUF, 1964, p. 102-104.

41 L. Bergeron, « Douglas, Ternaux, Cockerill aux origines de la mécanisation de l’industrie lainière en France », in Revue Historique, no 1, 1972, p. 80.

42 Pour reprendre l’expression de Didier Terrier (D. Terrier, Les deux âges de la proto-industrie. Les tisserands du Cambrésis et du Saint-Quentinois, 1730-1880, Paris, EHESS, 1996).

43 É. Baux, La vie économique du département de l’Aude sous le Premier Empire, Mémoire de DES, Faculté des Lettres de Toulouse, 1954 ; É. Baux, « Les draperies audoises sous le Premier Empire », in Revue d’histoire économique et sociale, 1960, p. 418-432.

44 C. Marquié, L’industrie textile carcassonnaise au xviiie siècle. Étude d’un groupe social : les marchands-fabricants, op. cit., p. 9-13.

45 « Dès les premières années des temps révolutionnaires les ateliers bas-languedociens subirent un à-coup terrible. […]. De façon générale cependant, dès 1820, l’industrie textile avait repris ses anciens rythmes de production et, pendant toute la première partie du xixe siècle, demeura étale, voire même légèrement ascendante. », cf. R. Dugrand, Villes et campagnes en Bas-Languedoc. Le réseau urbain du Bas-Languedoc méditerranéen, Paris, PUF, 1963, p. 388.

46 C. H. Johnson, The Life and Death of Industrial Languedoc, 1700-1920, op. cit., p. 25-66.

47 G. Cholvy, « Histoire contemporaines en Pays d’Oc », in Annales ESC, 33e année, no 4, juillet-août 1978, p. 864 et p. 869.

48 Il n’est pas étonnant que l’essentiel des recherches la concerne alors sous l’angle prioritaire du délainage : R. Brenac, « Les industries de Mazamet », in Revue de géographie des Pyrénées et du Sud-Ouest, III, 1932, p. 155-175 ; J.-P. Gauthier, Mazamet centre mondial du délainage, Montpellier, imp. de la Charité, 1933 ; J.-M. Ducay, Mazamet capitale du délainage, Toulouse, Centre d’édition universitaire de l’AGET, 1959. L’étude du textile apparaît comme le parent pauvre même si des travaux l’abordent aussi en compagnie du délainage, d’abord avec la thèse de Jean Loup (J. Loup, L’industrie lainière dans le Tarn, op. cit.) puis avec l’ouvrage de Rémy Cazals (R. Cazals, Les révolutions industrielles à Mazamet, 1750-1900, op. cit.).

49 Ce que Michel Chevalier avait commencé à souligner (M. Chevalier, La vie humaine dans les Pyrénées ariégeoises, Paris, M.-Th. Génin, 1956, reprint, Tarascon-sur-Ariège, Resonances, 1980 ; M. Chevalier, « L’industrie textile pyrénéenne et le développement de Lavelanet », in Revue de géographie des Pyrénées et du Sud-Ouest, 1950, p. 43-60) avant la pleine révélation de la réussite du territoire (J.-M. Minovez, « Les interrelations des entreprises dans la structuration et la déstructuration des territoires de l’industrie », in l’histoire industrielle et l’industrialisation des deux Navarres et des pays pyrénéens, Colloque international organisé par l’université publique de Navarre, l’université de Pau et des Pays de l’Adour et l’université du Pays basque, Irrissary, 3-5 mai 2007, (à paraître en 2012) ; J.-M. Minovez, « Midi-Pyrénées, première région lainière France dans le cardé et le textile d’habillement (1945-2000) », in L’industrie en Midi-Pyrénées de la Préhistoire à nos jours, 57e Congrès de la Fédération historique de Midi-Pyrénées, Sorèze, 23, 24 et 25 juin 2006, Toulouse/Albi, Fédération historique de Midi-Pyrénées/Fédération des sociétés intellectuelles du Tarn, 2007, p. 57-71).

50 D. Woronoff, Histoire de l’industrie en France du xvie siècle à nos jours, Paris, Seuil, 1994, p. 336.

51 Voir ce que nous dit Xavier Greffe sur la réflexion économique en matière d’espace, cf. X. Greffe, Décentraliser pour l’emploi : les initiatives de développement, Paris, Economica, 2e éd., 1989, p. 101. Voir aussi les travaux récents de Régis Guillaume, en particulier : R. Guillaume, Mutations économiques et recompositions territoriales. Acteurs et enjeux, Mémoire pour l’habilitation à diriger des recherches, Université de Toulouse II-Le Mirail, 2005.

52 Giacomo Becattini en particulier. On se réfèrera ici essentiellement à l’article pionnier : G. Becattini, « Dal settore industriale al distretto industriale. Alcune considerazioni sull’unita indagine dell’economica industriale » in Rivista di Economica e Politica Industriale, vol. 5, no 1, 1979, p. 7-21, ainsi qu’à la mise au point synthétique : G. Becattini, « Le district marshallien : une notion socio-économique », in G. Benko et A. Lipietz (dir.), Les régions qui gagnent. Districts et réseaux : les nouveaux paradigmes de la géographie économique, Paris, PUF, 1992, p. 35-55.

53 Ce travail doit beaucoup à la lecture des écrits de Jean-Claude Daumas, Gérard Gayot et Didier Terrier, en particulier : D. Terrier, « Sistemi territoriali e vincolo sociale nell’industria tessile del Nord della Francia (fine XVII-inizio XX seculo) », in Fontana Giovanni Luigi (ed.), Le vie dell’industrializzazione europea. Sistemi a confronto, Bologne, Il Mulino, 1997, p. 225-240 ; D. Terrier, Les deux âges de la proto-industrie. Les tisserands du Cambrésis et du Saint-Quentinois, 1730-1880, op. cit. ; G. Gayot, Les draps de Sedan, 1646-1870, op. cit. ; J.-C. Daumas, Les territoires de la laine. Histoire de l’industrie lainière en France au xixe siècle, op. cit., passim. Voir aussi une de ses dernières mises au point concernant les districts industriels : J.-C. Daumas,, « Districts industriels : du concept à l’histoire. Les termes du débat », in D. Barjot (dir.), Où va l’histoire des entreprises ?, no spécial de la Revue économique, Vol. 58, 1, 2007, p. 131-152.

54 D’après Régis Guillaume (R. Guillaume, Mutations économiques et recompositions territoriales. Acteurs et enjeux, supra cit.).

55 G. Garofoli, « Les systèmes de petites entreprises : un cas paradigmatique de développement endogène », in G. Benko et A. Lipietz (dir.), Les régions qui gagnent. Districts et réseaux : les nouveaux paradigmes de la géographie économique, op. cit., p. 77.

56 J.-C. Daumas, Les territoires de la laine. Histoire de l’industrie lainière en France au xixe siècle, op. cit., p. 17. Notons que Bernard Ganne avait été un précurseur en matière de critique convaincantes (J. Zeitlin, « Districts industriels et flexibilité de la production hier, aujourd’hui et demain », loc. cit., p. 449) en la matière : B. Ganne, Industrialisation diffuse et systèmes industriels localisés. Essai de bibliographie critique du cas français, Genève, Institut international d’études sociales, 1990 ; B. Ganne, « Place et évolution des systèmes industriels locaux en France. Économie politique d’une transaction », in B. Ganne (ed.), Développement local et ensembles de PME, Lyon, GLYSI, 1992, p. 123-148 ; B. Ganne, « France : Behind Small and Medium-Size Entreprises Lies the State », in A. Bagnasco, C. F. Sabel (ed.), Small and Medium-Size Entreprises, Londres/New-York, Pinter, 1995, p. 115-133.

57 Du moins si l’on prend seulement en compte les intégrés et, dans une moindre mesure, les spécialisés qui sont les seuls à même de peser sur l’évolution des structures.

58 J.-M. Minovez, « Naissance d’une aire de spécialisation productive : le territoire de la laine ariégeois », loc. cit.

59 J.-C. Daumas, Les territoires de la laine. Histoire de l’industrie lainière en France au xixe siècle, op. cit., p. 17.

60 Définition se rapprochant de la définition « d’aire de spécialisation productive » de G. Garofoli, Industrializzazione diffusa in Lombardia, Milan, Istituto regionale di ricerca and Franco Angeli, 1983 et G. Garofoli, « Les systèmes de petites entreprises : un cas paradigmatique de développement endogène », loc. cit., p. 64-65.

61 À Mazamet, Rémy Cazals l’a défini comme relevant d’une « conscience de place », cf ; R. Cazals, « En Languedoc lainier (1750-1950) : réflexion sur la conscience de place », in P. Guillaume (dir.), Les solidarités. Le lien social dans tous ses états, Actes du colloque de Bordeaux, 16-17 juin 2000, Pessac, MSH d’Aquitaine, 2001, p. 153-169.

62 J.-C. Daumas, Les territoires de la laine. Histoire de l’industrie lainière en France au xixe siècle, op. cit., p. 18.

63 S. Chassagne, Le coton et ses patrons. France. 1760-1840, Paris, EHESS, 1992 ; J.-P. Hirsch, Les deux rêves du commerce. Entreprise et institution dans la région lilloise (1780-1860), Paris, EHESS, 1991 ; D. Terrier, Les deux âges de la proto-industrie. Les tisserands du Cambrésis et du Saint-Quentinois, 1730-1880, op. cit. ; D. Woronoff, L’industrie sidérurgique en France pendant la Révolution et l’Empire, Paris, EHESS, 1984.

64 G. Gayot, Les draps de Sedan, 1646-1870, op. cit.

65 J.-C. Daumas, Les territoires de la laine. Histoire de l’industrie lainière en France au xixe siècle, op. cit.

66 S. Chassagne, Le coton et ses patrons. France. 1760-1840, op. cit., p. 17.

67 L. Teisseyre-Sallmann, L’industrie de la soie en Bas-Languedoc, xviie- xviiie siècles, op. cit., p. 135.

68 P. Minard, La fortune du colbertisme. État et industrie dans la France des Lumières, op. cit. ; A. Guéry, « Industrie et colbertisme : origines de la forme française de la politique industrielle », in Histoire, économie et société, 8, 3, 1989, p. 297-312.

69 Ne seront exposées ici que les grandes lignes de notre propos au sein d’un prologue permettant de situer la mise en place des structures lainières méridionales à l’époque moderne. Aux lecteurs soucieux d’en savoir plus, nous nous permettons de les renvoyer à : J.-M. Minovez, La puissance du Midi. Les draperies de Colbert à la Révolution, Rennes, Presses universitaires de Rennes, (à paraître en 2012).

70 J.-C. Daumas, Les territoires de la laine. Histoire de l’industrie lainière en France au xixe siècle, op. cit., p. 19.

71 J.-M. Minovez, « Les interrelations des entreprises dans la structuration et la déstructuration des territoires de l’industrie », loc. cit. ; J.-M. Minovez, « Midi-Pyrénées, première région lainière France dans le cardé et le textile d’habillement (1945-2000) », loc. cit.

72 Du moins dans l’industrie du cardé et du textile d’habillement de la laine. L’intérêt de son étude réside dans le fait qu’elle est loin d’être un cas isolé de développement de cette nature. En effet, au temps de la grande entreprise triomphante, on compte des territoires de type SPL (M. Grossetti, « Concentration d’entreprises et innovation : Esquisse d’une typologie des systèmes productifs locaux », in Géographie, économie, société, 2004, vol. 6, 2, 2004, p. 163-177) qui connaissent une remarquable réussite durant les Trente Glorieuses tels ceux du plastique d’Oyonnax dans l’Ain (J. Saglio, « Local industry and actors’strategies from combs to plastics in Oyonnax », in C. Sabel, J. Zeitlin (ed.), World of Possibilities. Flexibility and Mass Production in Western Industrialization, op. cit., p. 419-460 ; J. Saglio, « Des objets invisibles », supra cit., p. 77-99), du décolletage de la vallée de l’Arve en Haute-Savoie (C. Courlet, « Du développement spontané au développement construit : l’exemple du système industriel localisé de la vallée de l’Arve », in B. Ganne (ed.), Développement local et ensembles de PME, op. cit., p. 287-310 ; P. Judet, « Patrons et ouvriers dans le monde de l’horlogerie-décolletage de la vallée de l’Arve (milieu du xixe siècle-milieu du xxe siècle », in M. Lescure (dir.), La mobilisation du territoire. Les districts industriels en Europe occidentale du xviie au xxe siècles, op. cit., p. 197-210), du textile et de la chaussure du Choletais dans le Maine-et-Loire (G. Minguet, Naissance de l’Anjou industriel, Paris, L’Harmattan, 1985 ; G. Minguet, « La petite république du Choletais : bilan de la recherche prospective », in B. Ganne (ed.), Développement local et ensembles de PME, op. cit., p. 345-357 ; C. Courault et F. Rerat, « Cholet, un exemple de système local construit par des entreprises », ibid., p. 337-344 ; M. Lescure, « Entre ville et campagne : l’organisation bancaire des districts industriels. L’exemple du Choletais (1900-1950) », in J.-F. Eck et M. Lescure (ed.), Villes et districts industriels en Europe occidentale, xviie- xxe siècles, Tours, Publications de l’université François Rabelais, 2002, p. 81-104 ; M. Lescure, « Les territoires du Choletais (1900-1960). Cultures politiques et systèmes productifs », in M. Lescure (dir.), La mobilisation du territoire […], op. cit., p. 393-412 ; B. Courault, « PME et industrialisation : que sont devenues les PME du “Miracle choletais” (1945-2004) », in M. Lescure (dir.), ibid., p. 413-445).

Table des illustrations

Légende Carte 1 : Les grandes régions lainières françaises à travers leurs généralités.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/22611/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 189k
Légende Carte 2 : L’espace d’étude.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/22611/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 216k

© CNRS Éditions, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540