Version classiqueVersion mobile

Religions et frontières

 | 
Aurélien Fauches
, 
Fatiha Kaouès
, 
Chrystal Vanel
, 
et al.

Partie III. Conversions et prosélytismes

Les enjeux de la réorientation « globale » des missions protestantes : l’exemple norvégien dans les années 2000

Frédérique Harry

Résumé

Cette étude analyse l’adaptation récente des missions luthériennes norvégiennes à une réalité « globale », afin de mettre en lumière la façon dont ces structures, désormais inscrites dans un contexte post-sécularisé, peuvent trouver une justification nouvelle en situation de globalisation. L’analyse, construite à partir du dépouillement d’archives internes récentes et d’entretiens qualitatifs menés auprès des principaux leaders des missions norvégiennes, vise donc à étudier les nouvelles techniques adoptées ainsi que l’auto-perception qu’ont ces organisations de leur engagement et de leur évolution après l’an 2000. Si la situation de globalisation semble entraîner un mouvement de revitalisation du projet missionnaire, elle peut également accentuer à terme les divergences intraconfessionnelles sur le plan national et redessiner la carte des frontières communautaires traditionnelles.

Texte intégral

  • 1 Giddens A., The Consequences of Modernity, Cambridge, Polity, 1990 ; Robertson R., Globalization. S (...)

1Espace de démarcation et de contact, la frontière articule, en contexte religieux, conflits et syncrétismes. Elle agit comme une ligne par laquelle les communautés circonscrivent leur identité confessionnelle ou sociologique, au même titre qu’elle est le lieu de l’échange et de la rencontre. La frontière, concrète ou abstraite, constitue un axe structurel essentiel et définitoire d’un groupe, que tout bouleversement vient immanquablement transformer. La dynamique actuelle de globalisation, multipliant les contacts dans un espace-temps réduit1, agit par conséquent directement sur la notion même de frontière et questionne à terme les contours des groupes religieux et de leurs missions. Celles-ci sont en effet particulièrement exposées, car elles se situent par définition aux confins confessionnels ou géographiques d’une communauté.

  • 2 Willaime J.-P., Europe et religions. Les enjeux du XXIe siècle, Paris, Fayard, 2004, p. 96.

2Paradoxalement, alors que la « sécularisation accomplie »2 et la pluralisation religieuse dessinent le nouveau visage de l’Europe et que le projet évangélisateur y est vivement critiqué, certaines missions connaissent actuellement une période de renouveau. L’analyse proposée ici s’appuie sur l’exemple de la Norvège, où, depuis l’an 2000, les missions protestantes recentrent leurs objectifs dans un univers où les enjeux nationaux et internationaux se confondent davantage, et où la flexibilité des frontières humaines et géographiques contribue à redynamiser, toutes proportions gardées, une pratique séculaire.

  • 3 Ces conclusions s’appuient sur une série d’enquêtes menées entre 2008 et 2010 ainsi que le dépouil (...)

3L’étude de ce processus exige d’en analyser les enjeux matériels et idéologiques3 : la distribution géographique, les activités et l’auto-compréhension de la vocation missionnaire illustrent en effet la remise en question du rapport traditionnel entre un Nord évangélisateur et un Sud évangélisé. La perception d’un monde en constant mouvement semble entraîner la revitalisation et la radicalisation de la mission en Norvège, et redonner in fine une nouvelle impulsion aux ambitions universalistes du projet évangélisateur.

Les missions norvégiennes : une particularité socioculturelle en mutation

  • 4 Les organisations missionnaires sont des structures de mission intérieure ou chargées d’une missio (...)
  • 5 Malgré l’importance historique de ces mouvements, il existe très peu d’ouvrages en langue français (...)

4L’histoire des missions norvégiennes conditionne leur réorientation récente. Nées dans les mouvements de réveils luthériens du XIXe siècle4, elles ont été conçues pour mener des campagnes d’évangélisation massive en Afrique, en Asie et en Amérique latine. Elles ont été soutenues idéologiquement et matériellement par une population marquée par le piétisme et les réveils5. Ces organisations, comme Norsk Misjonsselskap (Société des Missions Norvégiennes), Norsk Luthersk Misjonssamband (Union missionnaire luthérienne de Norvège) ou Indremisjonsselskapet (Société de la mission intérieure), ont connu une période faste entre la seconde moitié du XIXe siècle et la Seconde Guerre mondiale. Elles ont ensuite perdu plus de la moitié de leurs membres en l’espace de cinq décennies, passant de 18 % de la population totale en 1950 à 8 % en 2000. La vaste représentation sociale des premiers temps a laissé place à un noyau resserré, modifiant le profil-type des adhérents au profit des membres les plus engagés.

5Cela les a conduits à reformuler leurs objectifs et leur identité, et à se restructurer au sein de nouvelles organisations. Ce phénomène se généralise depuis le début des années 2000, dans un contexte général marqué par la pluralisation religieuse, les facilités de communication, l’interdépendance et la proximité de traditions socioculturelles différentes. La technique du réseau s’est imposée, favorisant désormais le jeu des entrelacs amicaux, associatifs, formels ou informels.

La mission dans un espace global

  • 6 Halman L. et Riis O., Religion in Secularizing Society. The Europeans’ Religion at the End of the 2 (...)

6La sécularisation, la diversification religieuse de la Scandinavie et l’affirmation du protestantisme dans des pays non-occidentaux relativisent aujourd’hui l’importance internationale des missions scandinaves6. La diminution du personnel norvégien en poste, la redistribution des activités et la nouvelle répartition des effectifs sont en outre les signes d’un ciblage stratégique par les missions. Les anciens schémas sont progressivement remplacés par de nouvelles approches, moins dépendantes des échanges bilatéraux traditionnels.

7Le projet missionnaire des Scandinaves avait initialement pour objectif d’établir des communautés religieuses nationales, comme l’International Lutheran Church d’Éthiopie ou Mekane Yesus Church d’Ouganda. L’objectif est aujourd’hui revu par ces missions qui soulignent à l’unisson leur retrait progressif et l’autonomie grandissante, voire totale, des anciennes communautés partenaires. L’un des présidents de mission souligne :

  • 7 Entretien sous couvert d’anonymat, Oslo, 12/08/2009.

« Certains des pays [dans lesquels nous étions historiquement implantés] vont peu à peu se débrouiller sans aucun missionnaire norvégien. Dans des pays comme l’Inde, le Bangladesh ou l’Équateur, dans lesquels nous projetons de lancer des missions, nous nous baserons de plus en plus sur des relations de proximité, d’amitié. Nous n’aurons plus de missionnaires sur place7. »

  • 8 On constate ainsi l’organisation triangulaire de missions, où deux communautés, comme par exemple (...)

8Les nouveaux moyens de communication encouragent les relations à distance et modifient les stratégies géographiques. La présence des missions sur le terrain n’est plus nécessairement conditionnée par l’envoi de personnel norvégien. Elle s’organise plutôt par le biais de réseaux financiers ou de courts échanges, dans un espace ouvert où les projets se construisent en associations8.

  • 9 Les guillemets s’imposent tant les dernières années ont été marquées par le développement de nouve (...)
  • 10 Les statistiques sont fournies par le Conseil des Missions Norvégiennes (Norsk Misjonsråd), créé p (...)

9Le recul de la présence missionnaire « traditionnelle » et le développement de projets interactifs ont provoqué une réorganisation importante9. Le nombre total des missionnaires norvégiens actifs a diminué d’environ 21 % entre 2000 et 2008 (151 missionnaires en moins) et de 26,5 % si l’on prend en compte les 13 dernières années (1997 : 768/2008 : 564)10. Cette baisse n’a toutefois pas modifié significativement la répartition des effectifs. Les régions privilégiées restent en majorité des pays émergents d’Afrique, d’Asie ou d’Amérique latine, à l’exception notable du Japon. Il faut cependant souligner que, depuis l’an 2000, la présence missionnaire norvégienne augmente en Europe et plus particulièrement en Allemagne. Les variations géographiques indiquent donc un léger recentrage sur l’Europe à l’heure où le nombre total de missionnaires en poste diminue.

  • 11 On y recense entre une (Belgique, Pays-Bas) et trois (Allemagne, France, Grande-Bretagne) organisa (...)

10L’étude des activités en fonction des aires géographiques livre des informations plus frappantes. L’Europe est devenue la cible privilégiée des programmes d’évangélisation11. Au Moyen-Orient, les missions produisent des émissions radiophoniques ou télévisuelles, traduisent ou distribuent de la littérature religieuse. En Asie orientale et centrale et en Afrique, l’évangélisation a laissé place, à des degrés divers, à des projets de diaconie ou de gestion destinés à entretenir les structures ou les communautés déjà en place. Les missions ciblent donc en priorité les pays occidentaux, le Japon et le Moyen-Orient, pour mener leur projet d’évangélisation. Dans les pays émergents du continent africain et asiatique, leur engagement s’exprime davantage dans les domaines annexes.

11Tout cela illustre la mutation de la mission : le financement à distance, l’aide à la formation et à la logistique, la venue de missionnaires du Sud dans les pays nordiques où les échanges interculturels viennent progressivement remplacer le rapport bilatéral classique. Les missions s’inscrivent désormais dans une logique internationale basée sur la réciprocité et l’adaptation ponctuelle aux besoins des uns et des autres. Ces nouveaux partenariats signent la banalisation du système des relais et de la coopération ponctuelle, justifiant l’adoption d’une terminologie réajustée où les « collaborateurs » et les « envoyés » remplacent désormais les « missionnaires », et où les « terres ou pays de mission » deviennent des « communautés de coopération », des « pays-contact » ou plus sobrement, des « partenaires de travail ».

Évolution des méthodes et du discours

  • 12 Ibid.
  • 13 Ce projet a commencé à la fin des années 1990 sous la houlette d’une des plus grandes organisation (...)

12Ce contexte appelle de nouvelles références destinées à légitimer le projet missionnaire et encourage le développement de techniques mieux adaptées. Les missions de courte durée et les teams, le plus souvent composées de groupes d’adolescents et de jeunes adultes, sont par exemple en plein essor. Elles sont surtout présentes en Europe, où l’on en recense plus de 70 en provenance de Norvège12. Cette méthode nécessite une infrastructure locale moins importante et permet de réaliser des économies substantielles. Elle mobilise des personnes qui souhaitent s’investir sur le court terme et attire une population jeune et flexible, formée pour présenter un contenu standardisé et adaptable pour l’essentiel aux paramètres locaux. On trouve également des « faiseurs de tente », appelés ainsi en référence à l’apôtre Paul, qui mêlent activité missionnaire et vie quotidienne, menant une stratégie de développement relationnel par le biais des relations individuelles. Ce procédé est particulièrement encouragé dans les pays où l’activité missionnaire est réprimée, voire prohibée, mais se développe également en Europe. Les organisations norvégiennes ont mis en place des instituts de formation destinés à ce type particulier d’évangélisation, comme les structures Tent de Bergen et d’Oslo avec lesquelles coopèrent la majorité des communautés protestantes de Norvège. Dans le même temps, les missionnaires traditionnels reviennent en Norvège et se mettent au service des paroisses locales de l’Église norvégienne pour en relancer l’activité13.

13Longtemps construites sur un rapport bilatéral entre un pays émetteur et un autre récepteur, les missions évoluent vers un système de réciprocité où différents acteurs peuvent être tour à tour mobilisés dans un échange constant. La mission post-2000 devient dépendante des échanges multilatéraux, comme le confirment certains témoignages :

  • 14 Fusjonen Santalmisjonen-Indremisjonsselskapet, Teologisk og kirkelig plattform (archive interne no (...)

« L’accomplissement de notre mission d’évangélisation est un défi qui contribuera à renouveler le travail que nous menons ici en Norvège. Mieux connaître la mission à l’étranger donnera de nouvelles impulsions et de l’inspiration au travail d’évangélisation mené en Norvège, particulièrement en ce qui concerne les activités de jeunesse. […] Les témoignages sur ce que Dieu fait […] peuvent nous encourager et nous amener à prendre au sérieux l’impératif de mission autour de nous.14 »

14L’échange se construit dans une relation cyclique de transmission et de retransmission où la (re)conversion des peuples sécularisés d’Occident s’accompagne d’une ambition mondiale.

  • 15 Les missions sont également présentes dans les pays difficiles d’accès, comme par exemple l’Iran e (...)
  • 16 « Jésus, s’étant approché, leur parla ainsi. Tout pouvoir m’a été donné dans le ciel et sur la ter (...)
  • 17 « Puis il leur dit : Allez par tout le monde, et prêchez la bonne nouvelle à toute la création. Ce (...)
  • 18 Fusjonen Santalmisjonen-Indremisjonsselskapet, Teologisk og kirkelig plattform, 3-4 décembre 1999  (...)
  • 19 Ibid.

15Cela entraîne des conséquences sur la perception même de la mission qui ne se construit plus dans une logique de progrès et d’avenir ouvert, mais dans une perspective atemporelle où le point de fuite se dissout dans un projet de nature eschatologique. L’extrême mobilité de la mission et la sensation d’un monde accessible dans son intégralité15 renforcent la sensation d’un potentiel d’expansion totale. Cette réorientation trouve ainsi une justification biblique : alors que les missions scandinaves s’appuyaient pour légitimer leur action sur leurs interprétations des injonctions néotestamentaires suivantes : Mt 28 :18-2016 et Mc 16 :15-1617, elles se réfèrent aujourd’hui davantage aux versets suivants, « Comme le Père m’a envoyé, moi aussi je vous envoie » (Jn 20 :21), « Cette bonne nouvelle du royaume sera prêchée dans le monde entier, pour servir de témoignage à toutes les nations. Alors viendra la fin » (Mt 24 :14). Les archives de ces organisations montrent que ces références se multiplient à la fin des années 1990 et au début des années 2000. Correspondances internes et comptes rendus rappellent ainsi régulièrement que la « mission [doit prendre] le défi eschatologique au sérieux »18, la prédication de l’Évangile auprès de tous les peuples précédant la fin des temps. Les missions sont amenées à affirmer leur attachement à cette vision « biblique et valable pour toutes les époques »19, dont la réalisation est possible puisque « les conditions sont aujourd’hui en place pour permettre d’aller à la rencontre de tous les peuples de la planète avec l’Évangile ». L’objectif y est présenté comme :

  • 20 Grunnlagsdokument vedrørende forslaget om ensammenslåing av Det norske lutherske Indremisjonsselsk (...)

« [s’inscrivant] dans le devoir missionnaire que l’Église chrétienne a reçu, à savoir prêcher le Christ jusqu’à Son retour. La mission [est] d’accomplir cette tâche en faisant connaître le royaume de Dieu, en témoignant auprès de tous les peuples, et alors viendra la fin20. »

16Une telle approche encourage une action immédiate dont les effets doivent être visibles à court terme. Chaque individu devient un missionnaire potentiel, cet aspect étant encore plus déterminant dans les milieux de tendance évangélique où l’activisme tend à être considéré comme l’un des piliers centraux de l’identification communautaire. Être militant et missionnaire devient un élément constitutif de l’identité évangélique et trouve une justification d’autant plus importante que l’objectif se teinte d’une tension eschatologique.

Enjeux nouveaux de la mission

17Les mutations évoquées précédemment posent de nombreux défis, tant sur le plan technique que confessionnel. Elles confirment la nécessité de s’impliquer dans une constellation en constante évolution où les frontières se reforment. L’éclatement des procédés habituels stimule en effet la pratique œcuménique intra-protestante et modifie peu à peu la perception classique des différences confessionnelles. Ainsi, le secrétaire général d’une des organisations missionnaires luthériennes les plus importantes de Norvège commente :

  • 21 Les termes laissés en anglais ont été utilisés tels quels en entretien.
  • 22 Oslo, 12/08/2009.

« [Notre organisation] pratique déjà la coopération interconfessionnelle, surtout à l’étranger. Au Cambodge, il n’y a pas de communauté luthérienne, alors on collabore avec ce que j’appellerai une communauté évangélique "interdenominational"21. Au Bangladesh, on a longtemps travaillé avec des presbytériens. Au Népal, on collabore principalement avec des "free evangelical churches". [On fait] de même en Azerbaïdjan avec un ensemble de communautés avec lesquelles nous avons des contacts, il y a des luthériens, des baptistes, etc.22 »

18Sa description confirme un assouplissement certain sur le terrain. Il conclut en affirmant « qu’à l’étranger, les communautés partenaires qui ont une identité luthérienne marquée doivent apprendre à travailler de façon interconfessionnelle » car selon lui, « ce modèle va s’imposer à l’avenir ». Ce commentaire, appuyé par d’autres entretiens, illustre un phénomène plus large puisque, depuis 2000, des organismes transconfessionnels (Norme, Tent) destinés à coordonner l’engagement missionnaire protestant se développent en Norvège.

  • 23 On peut retrouver les origines récentes de ce mouvement dans l’Alliance de Lausanne qui a permis d (...)

19Il s’agit d’un élément important dans le concert global du protestantisme et dans l’histoire des missions norvégiennes, traditionnellement respectueuses d’une certaine orthodoxie. Les identités confessionnelles ne disparaissent pas, mais sont relativisées au profit d’un axe militant commun23, comme le confirme la même personne en citant l’exemple du Mali : « Il est absolument nécessaire que tous les chrétiens soient ensemble, et surtout tous les chrétiens évangéliques. » Le rôle discriminant des identités confessionnelles perdure, mais laisse toutefois place à une diversité positivement vécue, induite par la fragilisation des missions en Norvège, la fragmentation confessionnelle, le développement de la tendance évangélique et le déplacement progressif du centre de gravité vers les pays du Sud.

20La situation de globalisation contribue à la consolidation d’un axe transversal commun où la mission s’impose comme un projet fondamental, créant ainsi des nœuds intra- et interconfessionnels. Le projet missionnaire, controversé, peut mener à des situations de rupture internes, les tendances « militantes » s’éloignant des tendances « libérales » d’une même communauté. Il œuvre également à l’affirmation d’un front interconfessionnel contre les milieux jugés plus libéraux et ses symboles institutionnels, par exemple le Conseil Œcuménique des Églises. La globalisation religieuse participe ainsi d’une « essentialisation » de la mission qui peut entraîner, en externe, la relativisation des identités confessionnelles traditionnelles et provoquer, en interne, des divergences communautaires. Dans un pays sécularisé comme la Norvège, le tournant du siècle confirme l’offensive d’un discours qui réactive la tension théologique, confessionnelle et identitaire entre tenants d’une approche modérée et partisans d’une posture évangélisatrice désormais inscrite dans un contexte dénationalisé.

Notes

1 Giddens A., The Consequences of Modernity, Cambridge, Polity, 1990 ; Robertson R., Globalization. Social Theory and Global Culture, Londres, Sage, 1992 ; Coleman S., The Globalisation of Charismatic Christianity. Spreading The Gospel of Prosperity, Cambridge, Cambridge University Press, 2000 ; Bastian J-P., Champion F., et Rousselet K., (dirs), La Globalisation du religieux, Paris, L’Harmattan, coll. « Religion et Sciences Humaines », 2001.

2 Willaime J.-P., Europe et religions. Les enjeux du XXIe siècle, Paris, Fayard, 2004, p. 96.

3 Ces conclusions s’appuient sur une série d’enquêtes menées entre 2008 et 2010 ainsi que le dépouillement de correspondances et d’archives des organisations missionnaires au tournant des XXe et XXIe siècles.

4 Les organisations missionnaires sont des structures de mission intérieure ou chargées d’une mission d’évangélisation en dehors de la Scandinavie. Elles ont à la fois cristallisé la contestation du laïcat à l’égard des ecclésiastiques et l’investissement de la base dans les questions religieuses. Cet essor laïc participe du développement plus général du monde associatif, comme par exemple les ligues de tempérance, les syndicats, les mouvements de femmes ou les ligues linguistiques. Cette longue tradition de contre-cultures a donné naissance à des partis politiques, des syndicats et constitue à ce titre un élément-clé pour la compréhension de la Norvège contemporaine.

5 Malgré l’importance historique de ces mouvements, il existe très peu d’ouvrages en langue française, à l’exception notable de Büchsenschütz P., Hans Nielsen Hauge (1771-1824). Épisode de l’histoire religieuse de la Norvège, Cahors, A. Coueslant, 1901, et de la thèse de SIMON E., Réveil national et culture populaire en Scandinavie (1844-1878), Paris, Puf, 1960. Ce cadre culturel apparaît toutefois en toile de fond dans la littérature scandinave traduite, comme par exemple, la nouvelle de l’écrivaine Karen Blixen Le dîner de Babette, ou le roman Garman & Worse d’Alexander Kielland.

6 Halman L. et Riis O., Religion in Secularizing Society. The Europeans’ Religion at the End of the 20th Century, Leyde, Brill, 2003 ; Petterson T. et Riis O., (dirs), Scandinavian Values, Religion and Morality in the Nordic Countries, Uppsala, Acta Universitatis Upsaliensis, 1994.

7 Entretien sous couvert d’anonymat, Oslo, 12/08/2009.

8 On constate ainsi l’organisation triangulaire de missions, où deux communautés, comme par exemple celle des pentecôtistes norvégiens de Pinsemenigheters Ytremisjon (Mission pentecôtiste internationale) et leurs homologues géorgiens, coopérent à distance pour mener un programme dans une troisième région, dans l’exemple précité la Turquie.

9 Les guillemets s’imposent tant les dernières années ont été marquées par le développement de nouveaux modes d’évangélisation qui, en vertu de leur jeune âge, n’apparaissent pas encore dans les enquêtes statistiques, et n’ont pas été véritablement analysés par des observateurs extérieurs au milieu missionnaire. Les statistiques ne prennent en compte que les missionnaires « traditionnels », à savoir en poste depuis au moins 6 mois et en activité au 31 décembre de l’année administrative. Cette méthodologie exclut les nouveaux missionnaires, le personnel envoyé pour une durée plus courte ou en rotation, dont le nombre a sensiblement augmenté ces dernières années. Norsk Misjonsstatistikk 2008, ressurssenter for misjon, Norme, 2009.

10 Les statistiques sont fournies par le Conseil des Missions Norvégiennes (Norsk Misjonsråd), créé pour centraliser les besoins de ces organisations. Il a mené de nombreuses enquêtes et a établi un certain nombre de statistiques permettant ainsi une étude quantitative et qualitative de leurs activités. Le Conseil a été restructuré au sein d’une nouvelle structure, Norme, créée en 2001.

11 On y recense entre une (Belgique, Pays-Bas) et trois (Allemagne, France, Grande-Bretagne) organisations norvégiennes, luthériennes ou pentecôtistes. Nork Misjonsstatistikk 2008, op. cit.

12 Ibid.

13 Ce projet a commencé à la fin des années 1990 sous la houlette d’une des plus grandes organisations missionnaires de Norvège, Norsk Misjonsselskap. Selon les intéressés, il donne aujourd’hui des résultats assez concluants.

14 Fusjonen Santalmisjonen-Indremisjonsselskapet, Teologisk og kirkelig plattform (archive interne non-publiée), 3-4 déc. 1999, p. 1.

15 Les missions sont également présentes dans les pays difficiles d’accès, comme par exemple l’Iran et l’Afghanistan.

16 « Jésus, s’étant approché, leur parla ainsi. Tout pouvoir m’a été donné dans le ciel et sur la terre. Allez, faites de toutes les nations des disciples, les baptisant au nom du Père, du Fils et du Saint Esprit, et enseignez-leur à observer tout ce que je vous ai prescrit. Et voici, Je suis avec vous tous les jours, jusqu’à la fin du monde » (Traduction Louis Segond).

17 « Puis il leur dit : Allez par tout le monde, et prêchez la bonne nouvelle à toute la création. Celui qui croira et qui sera baptisé sera sauvé, mais celui qui ne croira pas sera condamné » (Traduction Louis Segond). La dichotomie entre « sauvés », « libérés », (frelste) et « perdus », « condamnés » (tapte) est une notion centrale des réveils luthériens scandinaves des XIXe et XXe siècles qui revendiquaient une transformation totale de l’individu après un épisode de conversion, condition sine qua non de l’entrée dans la communauté. La fragilisation de cette notion est en soi significative de l’évolution générale de leur discours.

18 Fusjonen Santalmisjonen-Indremisjonsselskapet, Teologisk og kirkelig plattform, 3-4 décembre 1999 ; Grunnlagsdokument vedrørende forslaget om en sammenslåing av Det norske lutherske Indremisjonsselskap og Den norske Santalmisjonen. Til kretser og regioner i Santalmisjon og Indremisjonsselskap, 4 décembre 1999. « Hva gjør vi etter år 2000 – Et evangelikalt forum i Norge ? ». Rapport fra « Task Force » til Norsk Misjonsråds årsmøte, 07 mai 1998.

19 Ibid.

20 Grunnlagsdokument vedrørende forslaget om ensammenslåing av Det norske lutherske Indremisjonsselskap og Den norskeSantalmisjonen. Tilkretser og regioner i Santalmisjon og Indremisjonsselskap, 4 déc. 1999, p. 2

21 Les termes laissés en anglais ont été utilisés tels quels en entretien.

22 Oslo, 12/08/2009.

23 On peut retrouver les origines récentes de ce mouvement dans l’Alliance de Lausanne qui a permis de donner une visibilité à cette orientation transversale militante. L’héritage de Lausanne est revendiqué par les mouvements étudiés ici et a nourri les tensions intra-confessionnelles.

Auteur

Maître de conférences (Université Paris-Sorbonne, Études Nordiques).

© CNRS Éditions, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search