Version classiqueVersion mobile

Religions et frontières

 | 
Aurélien Fauches
, 
Fatiha Kaouès
, 
Chrystal Vanel
, 
et al.

Partie III. Conversions et prosélytismes

Néo-missionnaires et migrants-pasteurs africains chrétiens en terre d’islam : l’exemple de la métropole du Caire

Julie Picard

Résumé

À partir de l’exemple cairote, ce texte propose de réhabiliter le rôle des migrants en tant qu’acteurs de la transnationalisation et de la recomposition des religions. Les migrants subsahariens chrétiens sont aujourd’hui nombreux à franchir de gré ou de force les frontières et à s’installer temporairement en Afrique du Nord, notamment en Égypte, en attendant de pouvoir regagner leur pays natal ou de continuer leur route. Ces migrants ne se contentent pas de transplanter leurs croyances d’origine en terre d’islam. Du fait du contexte majoritaire arabo-musulman, de la précarité de leur statut ou de leur capital créatif, des processus d’adaptation et d’innovation religieuse et identitaire ont lieu, permettant aux migrants la reconstruction de repères, l’accès à certaines ressources, voire l’appropriation de territoires urbains. Les (re) conversions et les découvertes de vocations religieuses ne sont pas rares chez les Africains d’Égypte. En parallèle, la concentration de la demande religieuse au Caire engendre aujourd’hui de nouvelles mobilités et l’arrivée de responsables religieux originaires d’Afrique noire, spécialement missionnés auprès de ces communautés migrantes. C’est au travers de la redéfinition de ces deux figures de la migration africaine, le néo-missionnaire et le migrant-pasteur, qu’apparaît le rôle influent de la religion dans le champ des études portant sur les migrations transnationales.

Texte intégral

  • 1 Bredeloup S., Pliez O., « Migrations entre les deux rives du Sahara », Autrepart, no 36, 2005, p. 3 (...)

1La rive sud de la Méditerranée est devenue depuis le début des années 1990 une terre d’immigration pour les Africains subsahariens. À la recherche de conditions de vie meilleures, des migrants africains en provenance de la Corne de l’Afrique, d’Afrique centrale ou de l’ouest, s’engagent sur les routes en direction du nord. Les itinéraires, les étapes et les territoires de transit se multiplient et se complexifient entre les deux rives du Sahara, réactivant et transformant un système migratoire sahélo-saharien ancien1. Peu nombreux sont ceux qui réussissent à atteindre les pays européens, pourtant longtemps rêvés et imaginés. Plusieurs métropoles arabes telles Nouakchott, Alger, Rabat, Tripoli ou Le Caire sont devenues, à des degrés divers, des villes d’installation ou de transit durable pour les migrants africains.

  • 2 Bava S., « Itinéraires d’élites musulmanes africaines au Caire. D’Al Azhar à l’économie de bazar »,(...)

2Face au bouleversement de la socio-anthropologie urbaine de ces espaces, l’observation des processus d’insertion socio-spatiale, d’appropriation et de confrontation à l’altérité de ces individus à travers le prisme du religieux s’avère être une voie significative dans le champ des recherches sur les migrations transnationales. En effet, si les pratiquants, les croyances et les objets religieux circulent désormais dans un espace transnational, se jouant des frontières et des barrières étatiques ou politiques, les migrants en transit sont également acteurs de reterritorialisations et de recompositions religieuses originales qui témoignent de leur capacité d’adaptation et d’ancrage en des territoires nouveaux2.

  • 3 Ces observations ont été menées en 2005, 2009 et 2010 dans le cadre du Master 1, de la thèse de doc (...)
  • 4 Bava S. et Picard J., « Les nouvelles figures religieuses de la migration africaine au Caire », Aut (...)

3À partir d’observations de la communauté africaine chrétienne résidant au Caire3, de recueil de récits de vie et de parcours religieux, deux figures sociologiques religieuses de la migration africaine apparaissent essentielles à redéfinir afin de mieux saisir l’imbrication existant entre stratégies migratoires et religieuses4.

Pluralisation des minorités chrétiennes en Égypte

Ancienneté et diversité du paysage chrétien égyptien

4Étudier la présence des migrants africains chrétiens en tant que nouvelle minorité religieuse en terre d’islam implique de revenir brièvement sur la géohistoire des différentes communautés chrétiennes implantées en Égypte. Parmi elles, certaines sont les témoins d’une transnationalisation religieuse ancienne et font aujourd’hui partie intégrante des réseaux sociaux des migrants établis au Caire.

  • 5 Heyberger B. (dir.), Chrétiens du monde arabe. Un archipel en terre d’Islam, Paris, Autrement, 2003 (...)
  • 6 20 000 personnes (Grecs, Arméniens, Syriens, Maronites, Chaldéens, etc.) attirées par le dynamisme (...)

5La communauté des coptes, lesquels se considèrent comme les tous premiers Égyptiens, se compose à la fois d’orthodoxes, de catholiques et de protestants et compte entre 4 et 6 millions de fidèles, soit 5 à 10 % de la population nationale5. La communauté levantine, elle, ne regroupait dans les années 1990 que quelques milliers de personnes6. À cette nébuleuse chrétienne ancienne, sont venues se greffer, entre le XVIe et le XIXe siècle, plusieurs congrégations de missionnaires européens et américains, catholiques ou protestants. Leurs missions se sont essentiellement concrétisées par l’ouverture d’écoles, de dispensaires, de séminaires en Haute et Moyenne-Égypte, encourageant les conversions « par le bas ». La congrégation catholique d’origine italienne des comboniens, constituée en vue d’évangéliser l’Afrique et de libérer les esclaves du Soudan, est aujourd’hui particulièrement active en ce qui concerne l’assistance portée aux réfugiés et aux migrants. Durant l’occupation britannique, ce sont les communautés occidentales expatriées qui fréquentent en majorité les lieux de culte édifiés par ces missionnaires.

6La modification de l’ordre géopolitique de la région (crise de Suez), l’entrée dans une nouvelle ère panarabe et la politique nassérienne de laïcisation de la société aboutissent à l’affaiblissement et à la stigmatisation des communautés chrétiennes – coptes comme étrangères – d’Égypte. Diplomates et travailleurs étrangers reviennent progressivement s’installer en Égypte lors de la politique de libéralisation (infitah, litt. « ouverture économique »), menée dans les années 1970 par Anouar el Sadate, qui rétablit parallèlement le Conseil séculier chargé de la gestion des affaires non religieuses de la communauté copte, créé au XIXe siècle et qui avait été supprimé en 1955 (majlis milli). Cependant, la véritable revitalisation, voire la reconversion, de plusieurs lieux de culte chrétiens va s’effectuer avec l’arrivée en Égypte des premiers réfugiés et migrants forcés dans les années 1980.

Migrants africains et contexte religieux

  • 7 Jacobsen K., « Refugees and Asylum Seekers in Urban Areas. A Livelihoods Perspective », Journal of (...)

7Plusieurs vagues migratoires provenant, notamment, du Soudan, d’Éthiopie, d’Érythrée et de Somalie se succèdent jusqu’au début des années 2000. Les persécutions religieuses figurent parmi les causes des départs, notamment pour les Sud-Soudanais catholiques et les Érythréens évangéliques, mais la plupart des migrants cherchent avant tout un refuge ou de meilleures conditions de vie. Ils sollicitent généralement une protection légale auprès du Haut Commissariat aux Réfugiés de l’ONU (HCR), implanté au Caire depuis 1954. Depuis l’arrivée de migrants subsahariens originaires entre autres du Congo, du Cameroun, du Sénégal ou du Nigéria, et le durcissement des politiques migratoires européennes et onusiennes, les frontières juridiques entre les catégories de migrants, qu’ils soient forcés, demandeurs d’asile, irréguliers, anciens réfugiés, migrants dits économiques deviennent moins hermétiques. Les mobilités se complexifient et il devient très difficile d’estimer avec exactitude la population africaine en Égypte. Selon le HCR, ils étaient 30 000 réfugiés et demandeurs d’asile africains en 2009, mais d’autres sources font état d’une population globale qui s’élèverait à plusieurs millions de personnes7.

8Ces Subsahariens, dont le projet migratoire est redéfini à chaque étape, en fonction des rumeurs et des opportunités, ne comptaient pas s’installer définitivement au Caire, mais beaucoup y résident depuis plusieurs années. Pourtant, le gouvernement égyptien incite le HCR à décider soit de leur réinstallation dans un pays occidental, soit de leur rapatriement vers le pays d’origine. Stigmatisés et discriminés davantage pour leur couleur de peau que pour leur appartenance religieuse, les Africains d’Égypte subissent généralement un important déclassement social en exil et vivent au quotidien la précarité qui découle de leur statut juridique et politique.

  • 8 Article 2 de la Constitution de 1971, révisé en 1980.

9S’ils ne sont pas tous de confession chrétienne, les Églises et la foi religieuse peuvent jouer un rôle croissant dans cette période de transit prolongé. En termes de territoires d’accueil, les Églises issues des missions occidentales constituent des îlots-refuges pour la catégorie des réfugiés. En terme de croyance, les migrants initialement objets de métissages, deviennent également les acteurs de recompositions identitaires et religieuses. En Égypte, « les principes de la loi islamique constituent la source principale de la législation »8 et la liberté de culte reste officieusement limitée. Ainsi, les permis pour construire une nouvelle église sont souvent impossibles à obtenir. Par ailleurs, les chrétiens se voient souvent empêchés de prier en groupe en dehors de leurs lieux de culte. Les Africains chrétiens doivent désormais composer avec ce nouveau contexte. Leurs ancrages sociaux et religieux restent modestes au sein de l’espace urbain, mais constituent néanmoins les vecteurs de refondations identitaires, culturelles et cultuelles.

Néo-missionnaires : migrants des suds ?

Nouvelle géographie des mouvements missionnaires

  • 9 Prudhomme C., « Des missions à l’internationalisation des Églises. Évolution ou révolution ? », dan (...)
  • 10 Entretiens avec le frère Michel, des Petits Frères de Jésus (Le Caire, 13/10/2009) et avec le Père (...)

10Selon le sens courant, la mission a pour objectif la communication de l’Évangile aux peuples qui ne l’ont pas encore reçu. Le terme recouvre en réalité de nombreuses significations et l’image du seul missionnaire occidental, envoyé par les Églises historiques en direction de l’Amérique latine, l’Asie ou l’Afrique n’est plus tout à fait valide. Pour Claude Prudhomme, le terme « renvoie de moins en moins à un mode structuré de diffusion du christianisme et tend à désigner l’obligation de témoigner, sans recourir pour autant à un prosélytisme devenu anachronique9. » Dans le contexte contemporain de mondialisation, de modernisation, de décolonisation et compte tenu de la nouvelle conception missionnaire véhiculée par le concile Vatican II, tout espace est désormais considéré à évangéliser, ce en continu. Le missionnaire ne possède plus d’attache nationale et doit se confronter, au sein de la société dans laquelle il se trouve, au défi de l’altérité. Les missionnaires contemporains peuvent ainsi être considérés comme des acteurs à part entière de la mondialisation du système migratoire, s’appuyant sur des réseaux religieux transnationaux et pouvant, eux aussi, à l’occasion, pratiquer le bricolage identitaire et religieux. Dans les pays dits en voie de développement, l’encouragement au recrutement local et la chute des vocations au Nord ont conduit à la croissance des effectifs chrétiens en termes à la fois de fidèles, de lieux de culte, de prêtres, de pasteurs, de laïcs, etc. Mobiles, les prêtres ou les pasteurs africains missionnés en Europe par exemple, renversent les représentations passées et bouleversent la géographie des flux missionnaires. D’après les témoignages de plusieurs religieux français, « les Africains prennent le relais », « c’est dans l’ordre des choses10. » La présence au Caire de nombreux prêtres et pasteurs latino-américains ou africains pose question quant aux objectifs et aux modalités de leur mission dans ce contexte migratoire et religieux, local et global.

Mission en terre d’islam ou auprès des réfugiés ?

11À l’image de leurs prédécesseurs, les missionnaires africains en Égypte, en situation de minorité religieuse, se retrouvent dans un pays où la charia prévaut et où le prosélytisme chrétien est proscrit. Comme dans plusieurs pays du Maghreb, les autorités tolèrent les activités religieuses de ces missionnaires, à condition qu’elles ne s’adressent qu’aux seuls étrangers. Leurs activités charitables se destinent pour la plupart aux populations réfugiées et migrantes, à l’origine d’une nouvelle demande religieuse. À l’échelle globale, les réseaux missionnaires semblent de plus en plus aptes à se connecter aux réseaux transnationaux de migrants – en détresse – en des lieux stratégiques.

  • 11 Lavergne M., « De la cuvette du Haut-Nil aux faubourgs de Khartoum. Les déplacés du Sud-Soudan entr (...)

12Ces néo-missionnaires évoluant dans le contexte égyptien depuis quelques années présentent des éléments communs. Ils sont formés au dialogue interreligieux et apprennent assidûment la langue arabe pour se préparer au dépaysement spatial11. La plupart d’entre eux ont déjà exercé ou étudié au Soudan, en Jordanie voire même en Italie ou aux États-Unis d’Amérique, et sont parfois passés par Le Caire à des fins d’études ou de tourisme. Ayant pris connaissance de la situation cairote, ils savent avant leur arrivée que les réfugiés et les migrants seront au centre de leur mission. Une fois sur place, ils rencontrent bien souvent des difficultés quotidiennes à exercer leur métier et à gérer la diversité nationale, ethnique, linguistique et dénominationelle des fidèles. Ils subissent le malaise de leur condition d’Africains subsahariens en Égypte.

  • 12 Entretien avec S., prêtre combonien kenyan (Le Caire, 20/10/2009).

« Les neuf années passées ici n’ont pas été faciles… Entre les activités, l’éducation, les formations, les cultes, l’assistance… Nous ne sommes pas une ONG ! Et le salaire surtout est différent de celui d’une ONG !12 »

Photo 1 : Église francophone évangélique du Caire (créée en 1909) J. Picard - Le Caire, Maadi, 2009.

13Toutefois, le lieu de leur mission devient souvent celui d’expériences plus positives, l’occasion d’un engagement ocuménique et social plus intense sur le plan individuel. Lieu de prise de conscience, ils organisent non seulement les cultes dans divers quartiers urbains, au plus près des lieux de vie des migrants, mais ils participent aussi individuellement ou auprès d’ONG confessionnelles locales ou d’envergure internationale (CARITAS-Égypte), à des œuvres et des activités comme la visite de prisonniers africains, l’éducation des jeunes, la formation professionnelle d’adultes. Si la stricte appartenance religieuse est souvent dépassée par la volonté de regrouper les chrétiens dans un esprit d’unité, certains jouent de leurs appartenances identitaires – nationale et africaine –, afin d’exprimer alternativement leur sentiment de proximité vis-à-vis de telle ou telle communauté ou d’embrasser la communauté migrante comme un tout.

  • 13 Entretien avec C., un combonien congolais ordonné prêtre au Caire (Le Caire, 12/05/2011).

« Nous pensons soutenir un centre pour des enfants congolais et francophones d’Afrique, en vue de leur apprendre le français, la géographie, en suivant le programme national du Congo. Notre institut s’est engagé dans l’éducation et l’évangélisation des Soudanais et des Érythréens. J’ai toujours pensé que cet engagement devait être plus inclusif : il doit englober tous les immigrés13. »

Migration et vocation religieuse : les migrants-pasteurs

Le recours à l’identité religieuse

  • 14 Le quartier de Sakakini, au nord-est du centre-ville, près de l’Église des comboniens, fut le premi (...)
  • 15 Ain Shams et Hadayek el Maadi sont deux quartiers spontanés d’habitat populaire de la périphérie du (...)

14Migrants et réfugiés, quels que soient leurs cursus, leurs diplômes ou leurs qualifications, sont souvent confrontés, en exil, au déclassement socioprofessionnel. Les plus qualifiés, arrivés de longue date, peuvent être recrutés auprès de diverses organisations non-gouvernementales ou internationales. Le secteur privé et les compagnies étrangères de télécommunications sont également devenus des sources d’emploi. Quelques petits entrepreneurs soudanais disposent depuis peu de boutiques ou de commerces tels que des ateliers de couture, des restaurants, des centres d’appels. Ils louent pour leurs activités professionnelles, de manière plus ou moins formelle, des locaux dans les quartiers de Sakakini14, d’Ain Shams ou d’Hadayek el Maadi15.

Carte 1 : Principaux espaces de résidence et d’activité des migrants subsahariens au Caire

  • 16 Des ONG ou centres sociaux, créés par les migrants, peuvent être exclusivement soudanais ou réservé (...)

15Néanmoins, la majorité des migrants est employée dans des familles aisées en tant qu’hommes ou femmes de maison. Au fil du temps, les perspectives de migrer à nouveau et de quitter l’Égypte se font incertaines. Dès lors, les individus et les groupes sociaux se réorganisent, redéfinissant au gré des expériences et des opportunités, leurs appartenances identitaires et leurs projets de vie. Si des associations d’étudiants existent, si des réunions annuelles organisées par les ambassades, notamment lors des fêtes nationales de chaque pays, rythment la vie sociale des Africains en Égypte, si enfin des solidarités « ethniques16 » et des lieux d’entraide d’inspiration philanthropique émergent, le religieux, à l’échelle des temporalités quotidiennes, est la ressource qui semble offrir le plus d’opportunités et susciter le plus d’espoirs.

  • 17 Des branches d’Églises africaines transnationales existent au Caire (The Redeemed Christian Church (...)

16Devenus de véritables lieux d’embauche pour des emplois de gardiens, de chauffeurs, de cuisiniers, les églises font aussi partie des rares espaces d’expression artistique, où l’on vient jouer d’un instrument ou chanter bénévolement. D’un point de vue plus idéel, une supra-identité chrétienne est régulièrement réaffirmée au sein des Églises internationales et interdénominationelles du Caire, qu’il s’agisse d’Églises instituées par des missionnaires étrangers ou recréées directement par les migrants17.

  • 18 Entretien avec S., un migrant camerounais devenu pasteur en Égypte et gérant un centre social (Le C (...)

« Avant je pensais que la langue était une barrière. Mais je n’aime pas les Églises nationales. Elles essaient de diviser Dieu. Alors que Dieu est à la fois Un et Dieu de variété ! Il n’y a pas de différences entre les catholiques, les évangéliques, les pentecôtistes. L’important, c’est de ramener les gens vers Lui18. »

17Le recours aux stratégies identitaires au sein de la sphère chrétienne est à la fois insufflé par des mécanismes d’espérance individuels et collectifs et influencé par des choix opportuns. L’hybridation des appartenances est peut-être également en partie guidée par une offre religieuse et de formation locale florissante.

Le Caire, lieu de formation religieuse pour les chrétiens ?

  • 19 Rares sont les migrants catholiques qui décident de devenir prêtre en Égypte.
  • 20 Association officielle égyptienne regroupant l’ensemble des Églises protestantes évoluant en Égypte
  • 21 L’Église d’origine américaine la plus active en ce domaine est la Maadi Community Church (MCC).

18En Égypte, plusieurs voies peuvent être empruntées par les migrants africains afin d’évoluer vers le statut de pasteur19. Adaptées au monde globalisé, quelques Églises évangéliques – reconnues ou non par l’Evangelical Fellowship of Egypt20 – d’origine américaine21 ou nigériane, reproduisent au Caire leur système d’instituts de formation, délivrant des diplômes de leaders ou de pasteurs, permettant d’enseigner la Bible ou de fonder son propre groupe religieux. Les inscrits sont en majorité des Africains. Les diplômés les plus dynamiques peuvent ensuite se voir confier d’autres responsabilités et devenir à leur tour des enseignants au sein des instituts.

  • 22 Entretien avec S., camerounais, arrivé au Caire en 1996 (Le Caire, 03/11/2009).

« J’étais inscrit en management du tourisme à l’Université américaine. Il fallait que j’étudie, que j’envoie de l’argent à ma famille… Et puis des Nigérians, des Africains ont commencé à arriver [début des années 2000] ! L’Église m’a invité à participer de plus en plus, m’a encouragé. Je suis d’abord devenu leader d’un groupe puis le pasteur de la première baby-church de MCC [Maadi Community Church]22. »

Photo 2 : Nouveau pasteur soudanais diplômé de MCC S. Bava - Le Caire, Maadi, 2009.

19Dans l’esprit des migrants, Le Caire revêt une dimension spatiale imaginaire. Construite et représentée comme une ville symbolique, lieu de révélations et de miracles, la capitale égyptienne permet à certains migrants de rassembler autour d’eux de petits groupes religieux, sans avoir suivi au préalable une quelconque formation théologique ou biblique. Ces créations autonomes permettent aux plus charismatiques d’accéder à une certaine reconnaissance sociale et constituent également une source de revenus, à travers la dîme. L’identité symbolique de la ville aboutit à l’identification religieuse des migrants à cet espace et autorise à reconsidérer l’Égypte comme une étape parmi d’autres de la mission d’évangélisation.

Transnationalisation et reterritorialisation religieuse

20Les néo-missionnaires et les migrants-pasteurs sont deux figures africaines de la migration qui présentent des similitudes et appartiennent à des réseaux s’entrecroisant au Caire. À travers eux, les christianismes traversent les frontières du continent africain. Cependant, ils font également l’objet de recompositions et d’ancrages territoriaux originaux dans le contexte égyptien. Alors que les néo-missionnaires transforment les Églises des anciennes missions étrangères en lieux d’accueil pour nombre d’exilés, les migrants-pasteurs, eux, œuvrent à la visibilité nouvelle des Églises coptes évangéliques. En effet, c’est plus souvent grâce à ces dernières que les nouvelles Églises africaines autonomes obtiennent l’accès à des lieux ou des salles de culte, dispersés dans l’espace urbain. L’étude des migrations transnationales et des changements sociaux et spatiaux qu’elles induisent, mérite un intérêt pluridisciplinaire et plurilocalisé.

Bibliographie

Bibliographie indicative

Bava S. et Picard J., « Les nouvelles figures religieuses de la migration africaine au Caire », Autrepart, no 56, 2010, p. 153-170.

Heyberger B. (dir.), Chrétiens du monde arabe. Un archipel en terre d’Islam, Paris, Autrement, 2003.

Lavergne M., « De la cuvette du Haut-Nil aux faubourgs de Khartoum. Les déplacés du Sud-Soudan entre traumatisme et recomposition identitaires », dans Véronique Laissailly-Jacob, Jean-Yves Marchal et Alain Quesnel, Déplacés et réfugiés, la mobilité sous la contrainte, Paris, IRD, 1999, p. 109-135.

Prudhomme C., « Des missions à l’internationalisation des Églises. Évolution ou révolution ? », dans Jean-Pierre Bastian, Françoise Champion, Kathy Rousselet, La Globalisation du religieux, Paris, L’Harmattan, coll. « Religion et Sciences Humaines », 2001, p. 21-34.

Valognes J.P., Vie et mort des chrétiens d’Orient, des origines à nos jours, Paris, Fayard, 1994.

Notes

1 Bredeloup S., Pliez O., « Migrations entre les deux rives du Sahara », Autrepart, no 36, 2005, p. 3-20

2 Bava S., « Itinéraires d’élites musulmanes africaines au Caire. D’Al Azhar à l’économie de bazar », Afrique contemporaine, Vol. III, no 231, 2009, p. 187-207 ; id.,« Espaces religieux musulmans dans la migration – Variations autours de trois sites mourides à Marseille, Niamey et au Caire », Autrepart, no 36, 2005, p. 105-122 ; id., « De la baraka aux affaires. Ethos économico-religieux et transnationalité chez les migrants sénégalais mourides », REMI, Vol. XIX, no 2, 2003, p. 69-84.

3 Ces observations ont été menées en 2005, 2009 et 2010 dans le cadre du Master 1, de la thèse de doctorat et du programme Jeunes Chercheurs financé par l’ANR Migreli (ANR-09-JCJC-0126-01) : « Instances religieuses et d’origines confessionnelles sur les routes de la migration africaine (2009-2012) », coordonné par Sophie Bava.

4 Bava S. et Picard J., « Les nouvelles figures religieuses de la migration africaine au Caire », Autrepart, no 56, 2010, p. 153-170.

5 Heyberger B. (dir.), Chrétiens du monde arabe. Un archipel en terre d’Islam, Paris, Autrement, 2003. Entre le recensement officiel national, les registres des baptêmes des Églises et les autres sources statistiques, les chiffres ont tendance à beaucoup varier.

6 20 000 personnes (Grecs, Arméniens, Syriens, Maronites, Chaldéens, etc.) attirées par le dynamisme économique et le libéralisme politique du pays au XIXe siècle. Valognes J.-P., Vie et mort des chrétiens d’Orient, des origines à nos jours, Paris, Fayard, 1994.

7 Jacobsen K., « Refugees and Asylum Seekers in Urban Areas. A Livelihoods Perspective », Journal of Refugee Studies, Vol. XIX, no 3, 2006, p. 273-286 ; Zohry A., Contemporary Egyptian Migration, Le Caire, Italia Cooperation-International Organization for Migration (IOM), 2003.

8 Article 2 de la Constitution de 1971, révisé en 1980.

9 Prudhomme C., « Des missions à l’internationalisation des Églises. Évolution ou révolution ? », dans Jean-Pierre Bastian, Françoise Champion et Kathy Rousselet, La Globalisation du religieux, Paris, L’Harmattan, coll. « Religion et Sciences Humaines », 2001, p. 21-34.

10 Entretiens avec le frère Michel, des Petits Frères de Jésus (Le Caire, 13/10/2009) et avec le Père Raymond, de la Société des Missions Africaines (Lyon, 12/10/2010).

11 Lavergne M., « De la cuvette du Haut-Nil aux faubourgs de Khartoum. Les déplacés du Sud-Soudan entre traumatisme et recompositions identitaires », dans Véronique Laissailly-Jacob, Jean-Yves Marchal et André Quesnel, Déplacés et réfugiés, la mobilité sous la contrainte, Paris, IRD, 1999, p. 109-135.

12 Entretien avec S., prêtre combonien kenyan (Le Caire, 20/10/2009).

13 Entretien avec C., un combonien congolais ordonné prêtre au Caire (Le Caire, 12/05/2011).

14 Le quartier de Sakakini, au nord-est du centre-ville, près de l’Église des comboniens, fut le premier point d’ancrage urbain des réfugiés sud-soudanais dans les années 1980.

15 Ain Shams et Hadayek el Maadi sont deux quartiers spontanés d’habitat populaire de la périphérie du Caire où résident de nombreux Africains. Néanmoins, Ain Shams accueille des travailleurs immigrés soudanais depuis les années 1940.

16 Des ONG ou centres sociaux, créés par les migrants, peuvent être exclusivement soudanais ou réservés à l’ethnie Zandé ; d’autres accueillent des familles, des enfants, sans distinction d’origine ou de nationalité.

17 Des branches d’Églises africaines transnationales existent au Caire (The Redeemed Christian Church of God) mais plus nombreuses sont celles créées ex nihilo en Égypte.

18 Entretien avec S., un migrant camerounais devenu pasteur en Égypte et gérant un centre social (Le Caire, 20/06/2010).

19 Rares sont les migrants catholiques qui décident de devenir prêtre en Égypte.

20 Association officielle égyptienne regroupant l’ensemble des Églises protestantes évoluant en Égypte.

21 L’Église d’origine américaine la plus active en ce domaine est la Maadi Community Church (MCC).

22 Entretien avec S., camerounais, arrivé au Caire en 1996 (Le Caire, 03/11/2009).

Table des illustrations

Légende Photo 1 : Église francophone évangélique du Caire (créée en 1909) J. Picard - Le Caire, Maadi, 2009.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/22497/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Légende Carte 1 : Principaux espaces de résidence et d’activité des migrants subsahariens au Caire
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/22497/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Légende Photo 2 : Nouveau pasteur soudanais diplômé de MCC S. Bava - Le Caire, Maadi, 2009.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/22497/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 323k

Auteur

Doctorante (EHESS-LISST).

© CNRS Éditions, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search