Version classiqueVersion mobile

Religions et frontières

 | 
Aurélien Fauches
, 
Fatiha Kaouès
, 
Chrystal Vanel
, 
et al.

Partie II. S’affranchir des frontières

S’affranchir des frontières

Sébastien Fath

Texte intégral

  • 1 Willaime J-P., Europe et religions. Les enjeux du XXIe siècle, Paris, Fayard, 2004.
  • 2 Le maintien de ce principe, qui restreint, de fait, la possibilité de conversion et de changement (...)
  • 3 Hervieu-Léger D., Le Pèlerin et le Converti. La religion en mouvement, Paris, Flammarion, 1999.
  • 4 L’Inde regrouperait encore aujourd’hui environ 95 % du total de l’hindouisme mondial. Aucune autre (...)
  • 5 Le premier temple hindou parisien a été fondé en 1980, année au cours de laquelle ont également co (...)
  • 6 Altglas V., Le Nouvel hindouisme occidental, Paris, CNRS Éditions, coll. « CNRS sociologie », 2005.

1Le fil conducteur de ces contributions est d’interroger le rôle traditionnel des frontières. Frontières locales, nationales, mais aussi frontières culturelles et confessionnelles. En Europe1 comme dans beaucoup d’autres régions du monde, c’en est fini du vieux principe de la paix d’Augsbourg, « Cujus Regio, Ejus Religio » (1555). Ce principe de frontiérisation territoriale et politique des appartenances religieuses n’est pas mort pour autant, tant s’en faut2, mais il se trouve chaque année un peu plus battu en brèche par ce que les sociologues des religions appellent communément la transnationalisation du religieux. Au travers des figures du pèlerin et du converti, qui dessinent, d’après Danielle Hervieu-Léger, les contours de l’idéal-type du croyant aujourd’hui3, des logiques de décloisonnement, de circulation et d’internationalisation travaillent tous les espaces religieux, qu’il s’agisse du christianisme, de l’islam, du bouddhisme ou du judaïsme. Même l’hindouisme, qui constitue pourtant, et de loin, la grande religion la plus rétive à l’exportation4, n’est pas exempt aujourd’hui de reconfigurations transnationales, que ce soit par le biais des diasporas dans les grandes villes5 ou des reformulations néo-hindouistes telles que Véronique Altglas les a étudiées6.

2Ces dynamiques transnationales jouent sur des modes multiples, qui vont de la transplantation à l’acculturation, en passant par l’hybridation, le conflit ou la synthèse. Dans tous les cas, les frontières s’en trouvent questionnées, défiées, oblitérées parfois. Au-delà des défis posés à la typologie, ces phénomènes ont pour point commun d’aboutir à l’obsolescence des périmètres traditionnels de la douane nationale, mais aussi de l’enceinte confessionnelle sagement cantonnée aux limites territoriales dessinées par l’histoire, la géographie et la politique.

  • 7 Bastian J-P., Champion F. et Rousselet K. (dirs.), La Globalisation du religieux, Paris, L’Harmatta (...)
  • 8 Elias N., Scotson J., The Established and the Outsiders, Londres, Frank Cass & Ltd., 1965.

3Accélérées par les dynamiques de globalisation7, portées par l’accroissement régulier des flux de voyageurs, la promotion économique et culturelle de la mobilité et la Révolution numérique, ces logiques de décloisonnement permettent-elles pour autant de s’affranchir définitivement des frontières ? La montée en puissance des socialisations associatives et affinitaires, sur le mode du réseau, fait-elle vraiment l’économie des barrières entre established et outsiders8 ? On perçoit ici tout l’intérêt de cette tension, mise en avant par les concepteurs de cet ouvrage, entre élan utopique, qui renvoie à l’étymologie du mot « utopie », et réalité empirique plus complexe... Utopie d’un monde sans frontière où d’un clic, un fidèle charismatique exilé en Océanie pourra assister devant son écran d’ordinateur, en temps réel, à une étude biblique organisée dans une megachurch mulhousienne ? Réalité d’un univers qui n’en a pas fini avec les vieux postes de douanes... ou en invente de nouveaux ? S’affranchir des frontières, jusqu’où ? Comment ? On laissera, pour l’heure, ces questions ouvertes, en attendant de les réexaminer à la suite des textes passionnants qui nous sont maintenant présentés.

Notes

1 Willaime J-P., Europe et religions. Les enjeux du XXIe siècle, Paris, Fayard, 2004.

2 Le maintien de ce principe, qui restreint, de fait, la possibilité de conversion et de changement confessionnel, a des conséquences en matière de liberté religieuse. Pour l’exemple des chrétiens, voir Delpard R., La Persécution des chrétiens aujourd’hui dans le monde, Paris, Michel Lafon, 2009.

3 Hervieu-Léger D., Le Pèlerin et le Converti. La religion en mouvement, Paris, Flammarion, 1999.

4 L’Inde regrouperait encore aujourd’hui environ 95 % du total de l’hindouisme mondial. Aucune autre grande religion n’est attachée à ce point à un espace national.

5 Le premier temple hindou parisien a été fondé en 1980, année au cours de laquelle ont également commencé les défilés annuels en l’honneur du dieu Ganesh, dans le quartier de la Gare du Nord.

6 Altglas V., Le Nouvel hindouisme occidental, Paris, CNRS Éditions, coll. « CNRS sociologie », 2005.

7 Bastian J-P., Champion F. et Rousselet K. (dirs.), La Globalisation du religieux, Paris, L’Harmattan, coll. « Religion et Sciences Humaines », 2001.

8 Elias N., Scotson J., The Established and the Outsiders, Londres, Frank Cass & Ltd., 1965.

© CNRS Éditions, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search