Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Quand Berlin pensait les peuples

 | 
Céline Trautmann-Waller

Cinquième partie. Au-delà de Berlin : horizons critiques

Völkerpsychologie et anthropogéographie : le cas de Leipzig

Michel Espagne

Texte intégral

1Une des caractéristiques de l’histoire des sciences humaines en Allemagne durant la seconde partie du xixe siècle tient à la découverte de la diversité des cultures ou plutôt dans un effort pour insérer cette diversité dans un système globalisant. La pluralité est d’abord linguistique, et, à l’origine de cette réflexion, il y a Humboldt, et, plus encore, ce qu’en retient son disciple Steinthal dans l’idée d’une psychologie des peuples. Si Steinthal est berlinois, un second foyer se développe à la fin du siècle autour de l’université de Leipzig. Sans vouloir établir de déterminisme géographique dans la genèse des sciences sociales en Allemagne, on ne peut manquer d’observer une spécificité leipzigoise dans la manière dont sont envisagées les sciences sociales naissantes. La prégnance du modèle herbartien, la contiguïté de la psychologie, de la géographie, de la linguistique et de l’histoire dans une interdisciplinarité rarement obtenue à ce degré ont permis l’émergence d’un modèle que les jeunes intellectuels européens de l’époque faisant leur grand tour d’Allemagne ont en général suffisamment perçu pour éprouver la nécessité de visiter les deux universités.

LEIPZIG ET LE POIDS DE HERBART

  • 1 Voir Lothar Rathmann, Alma mater Lipsiensis. Geschichte der Karl-Marx-Universität Leipzig. Leipzig (...)

2Dans l’histoire des sciences humaines à l’université de Leipzig1 depuis le milieu du xixe siècle, on peut observer une tradition qui distingue fortement la Saxe de Berlin : le poids accordé au dialogue avec les sciences de la nature, et les mathématiques. Ajoutons même une tendance à la mathématisation des phénomènes psychiques, à l’investissement de la philosophie par la psychologie. Dès les années 1860 commence ainsi à se dessiner une révolution des humanités qui, loin de mettre en évidence leur spécificité herméneutique, tend à les scientifiser, à les quantifier. Ce qui se produit à Leipzig préfigure le mouvement qui caractérisa quelques décennies plus tard le paysage philosophique français, avec la montée en puissance de la psychologie puis de la sociologie. Il semble que dans cette évolution un rôle particulièrement important doive être dévolu à Herbart. Certes Herbart n’a aucun lien direct avec l’université de Leipzig. Mais l’un de ses disciples, Moritz Wilhelm Drobisch, y a enseigné une quarantaine d’années. Le linguiste et historien des religions Max Müller raconte dans ses mémoires avoir suivi à Leipzig dès le début des années 1840 les cours de Drobisch et en avoir retiré une connaissance de la philosophie de Herbart, une invitation à l’analyse des concepts qu’il devait transférer dans le domaine philologico-linguistique. Les Français voyageant en Allemagne à la fin des années 1870 ont pu encore, comme Lachelier, écouter les cours de Drobisch, et si sa chaire n’a pas été celle directement occupée par Wundt, qui prend, lui, la succession du philosophe Heinrich Ahrens, on peut imaginer que Drobisch a joué un rôle dans cette nomination.

  • 2 Isabelle Dupéron, G.T. Fechner. Le Parallélisme psychophysiologique, Paris, 2000.

3Un autre signe de la forte présence herbartienne est aussi la présence à l’université de Fechner. C’est une personnalité singulière que celle de Friedrich Theodor Fechner, qui devient en 1834 professeur de physique à l’université de Leipzig mais combine cette spécialité avec une grande curiosité pour la physiologie et la philosophie de la sensation. Une grave dépression l’a conduit vers le début des années 1840 aux portes de la folie. À l’issue de cette crise, il devient de plus en plus philosophe mais produit aussi des textes étranges comme Nanna ou la vie psychique des plantes, Zend-Avesta, ou Sur les choses du ciel et de l’au-delà, envisagées du point de vue de l’observation de la nature. Pourtant on aurait tort d’imaginer chez Fechner une pure dérive irrationaliste et en 1860 il fit paraître ses Éléments de psychologie physique2 qui devaient constituer le point de départ d’innombrables débats chez les psychologues et philosophes à travers l’Europe, fonder même avant les travaux de Wundt la psychologie expérimentale. L’idée de base, néospinoziste, consiste à dire que le corps et l’esprit sont les deux modes d’une même substance vivante qui leur est commune. Entre la face physique, externe, et la face interne, spirituelle ou psychologique, d’un être vivant, existerait donc une correspondance étroite. Les éléments de l’histoire physiologique auraient leur pendant psychique et inversement. La thèse du parallélisme permet d’échapper à la réduction matérialiste du psychique au physiologique tout en maintenant une corrélation forte : le psychique, par exemple dans les maladies mentales, s’explique par lui-même, sans recours à une causalité externe. Pour illustrer la validité du parallélisme, Fechner va avoir recours à la mesure, relier l’intensité des phénomènes psychiques à celle de leur correspondant physiologique. Il s’appuie notamment sur la loi de Weber, qui établit une relation entre l’accroissement d’intensité des sensations et l’accroissement du stimulus qui les a produites. Le passage de la théorie mathématique du psychisme de Herbart à une véritable théorie externaliste et expérimentale se réalise avec Fechner, mais se situe dans le prolongement direct des ambitions de Herbart exprimées vers 1825 dans sa Psychologie comme science. Philosophe et physicien, Fechner ne se contente pas des expériences sur l’intensité des sensations mais envisage une explication globalisante des phénomènes physiques sur la base d’un panpsychisme qui le conduit dans divers domaines du savoir. Il y a par exemple une esthétique de Fechner. Si ces théories sont aujourd’hui largement oubliées, elles ont profondément agité les esprits, y compris en France, où du psychologue Delboeuf, en passant par Lagneau jusqu’à Bergson dans une des premières séances de la Société française de philosophie, on discute et critique la psychophysique de Fechner. Un élément important dans cette théorie est son caractère englobant, la psychologie s’étendant à l’ensemble des phénomènes sociaux. Le cadre dans lequel put beaucoup plus tard s’établir la Völkerpsychologie se dessine déjà.

  • 3 Wilhelm Wundt, Probleme der Völkerpsychologie, Stuttgart, 1921 (2e éd.) p. 61

4Leipzig est aussi la ville où se développe, avec notamment l’école des néogrammairiens, une nouvelle tendance de la linguistique qui, par rapport à la philologie ou à la grammaire comparée, représente un nouvel effort de scientifisation concentrant l’attention moins sur l’étymologie et la sémantique que sur la parataxe. Les néogrammairiens s’interrogent également sur les conditions psychiques de production de la langue. Il y a chez eux des tendances virtuelles à la mathématisation et à la quantification des phénomènes linguistiques qui renvoient également au modèle herbartien, élargi par Fechner. L’insistance avec laquelle Wilhelm Wundt prend la défense des néogrammairiens et notamment de Hermann Paul contre Herbart ne fait que souligner une proximité : « C’est un mérite d’Hermann Paul que d’avoir reconnu l’impossibilité intrinsèque de lier la mécanique herbartienne de l’âme à l’idée d’esprit du peuple enracinée dans la philosophie romantique et partant la nécessaire stérilité d’une psychologie des peuples opérant avec cette liaison. Lui-même porté vers la psychologie herbartienne, armé d’une connaissance approfondie de l’histoire de la langue, il était plus que d’autres capable de percer à jour l’incompatibilité du point de vue psychologique représenté par Lazarus et Steinthal avec le programme d’une psychologie de l’avenir. C’est ainsi que la critique de ce programme constitua l’introduction tout à fait légitime pour cette époque à la première édition (1880) de ses Principes de l’histoire linguistique3. » Tant la phonologie russe que le structuralisme saussurien trouvent des racines profondes dans l’école des jeunes grammairiens. Celle-ci est sans nul doute durant la seconde moitié du XIXe l’école linguistique à son plus fort rayonnement. Ainsi, c’est à Leipzig que les premiers slavistes français iront se former auprès de August Leskien, lui-même représentant de l’école des jeunes grammairiens. On mesure peut-être mal aujourd’hui l’effet d’interdisciplinarité suscité par la cohabitation dans le cadre leipzigois des historiens, des philosophes et des linguistes, tous habités par le même souci de restauration des liens entre sciences de la nature et science de l’esprit. Une des caractéristiques fondamentales de cette orientation locale des sciences humaines consiste à expliquer les cultures et la pluralité des cultures par la science englobante de la psychologie dans ses diverses dimensions esthétiques ou linguistiques notamment.

LA VÖLKERPSYCHOLOGIE

  • 4 Id., Ibid., p. 3-4.
  • 5 Id. Ibid., p. 137.

5La réflexion sur la diversité humaine la plus caractéristique de la vie intellectuelle à Leipzig à la fin du xixe siècle est certainement la Völkerpsychologie de Wilhelm Wundt. Or celle-ci se présente comme une prise de distance par rapport à la même discipline telle qu’elle était esquissée par Lazarus et Steinthal. Si Wundt est manifestement très convaincu par le projet de Steinthal d’associer les approches linguistiques, morales et scientifiques des cultures, il lui reproche d’opposer un niveau des lois abstraites et un niveau de l’histoire concrète. Il s’agit pour lui de reprendre sur un autre plan la critique des abstractions herbartiennes au profit d’une historisation de la psychologie : « Ce programme est dans les faits aussi englobant que possible. Non seulement la langue, le mythe, la religion et les mœurs, mais aussi l’art et la science, le développement de la culture en général et dans ses ramifications particulières : même le devenir et la disparition historique des peuples particuliers comme l’histoire de l’humanité dans son ensemble doivent être les objets de cette science du futur. Mais la totalité des investigations de la psychologie des peuples doit se diviser en deux parties : une partie abstraite qui sans égard aux peuples particuliers et à leur histoire doit évoquer les conditions et les lois générales de l’esprit du peuple, et dans une partie concrète qui doit caractériser les esprits des peuples particuliers réellement existants et leurs formes spécifiques de développement. La psychologie des peuples prise dans sa totalité se subdivise ainsi en une “psychologie fondée sur l’histoire des peuples” et une “ethnologie psychologique”4. » Lazarus et Steinthal en seraient restés aux essences, à une philosophie de l’histoire, et auraient complètement ignoré la nécessité d’appliquer leur modèle au déroulement de l’histoire concrète, en bref de passer du niveau de la spéculation philosophique à celui de l’histoire concrète. Un autre reproche tient, dans la perspective de Wundt, à la relation entre psychologie singulière et psychologie collective. Lazarus et Steinthal feraient bien une distinction entre Seelenlehre, théorie de l’âme comme substance, et Geisteslehre, théorie des lois de l’esprit. Mais le Volksgeist ne se distinguerait guère du individueller Geist. Wundt défend au contraire la thèse selon laquelle la psychologie collective serait différente de la psychologie individuelle, et, derrière cette mise en évidence d’une autonomie des perspectives collectives, semble se dissimuler une fois encore le passage de la philosophie aux sciences sociales. Aborder le domaine de la psychologie des peuples, c’est parler des langues, des mythes et des mœurs, donc d’objets qui ressortissent à des disciplines différentes. Mais ces éléments qui relèvent d’une psychologie collective peuvent apporter des éclairages nouveaux sur le fonctionnement du psychisme individuel, alors que l’élargissement de l’individu au groupe n’est inversement pas possible. La langue, le mythe et les mœurs apparaissent à Wundt comme les trois grands moments d’une exploration de la psychologie des peuples, la langue surtout, qui embrasse en elle toutes les représentations et les règles de fonctionnement de l’esprit des peuples. On pourrait penser que Wundt reste affecté des mêmes faiblesses que celles qu’il reproche à Steinthal, consistant à élaborer des modèles indépendants du flux historique. Mais il essaie de se prémunir contre ce reproche en insistant bien sur l’emploi du pluriel Völker qui selon lui inclut la diversité empirique : « Ce pluriel n’inclut pas seulement la relation des peuples entre eux et donc l’idée d’évolution, mais aussi les peuples comme totalité, comme essence de l’humanité dans son développement préhistorique et historique5. » Là encore, un élément de pensée philosophique reste présent dans ce désir d’appréhender la totalité des peuples et de projeter des représentations anthropologiques sur les peuples d’avant l’histoire. Mais ce schématisme conduit néanmoins à l’histoire, et Wundt insiste tout particulièrement, pour se démarquer de Steinthal, mais aussi de Herbart et du linguiste Hermann Paul, sur le côté fugace, évanescent et, pour le dire d’un mot, historique des représentations. Même les peuples primitifs ne représentent pas pour Wundt une situation de fixité mais ont leur histoire émaillée de mélanges, de rencontres et de métissages.

  • 6 Wilhelm Wundt, Völkerpsychologie, 1. Band, 1. Teil Die Sprache 3. Aufl. Leipzig, 1911, p. 31.

6Dans le premier volume de la Völkerpsychologie consacré à la langue, Wundt souligne en introduction que la Völkerpsychologie privilégie l’étude des régularités, mais qu’elle a aussi partie liée avec par exemple l’ethnologie, et la sociologie. Cette dernière, qu’il rattache à Auguste Comte et à Herbert Spencer mais aussi au principe de l’imitation universelle de Tarde, ne serait en fait selon lui qu’une philosophie de l’histoire baptisée d’un autre nom. Il enveloppe Herbart et Steinthal dans une même réprobation, car ils ont tous deux confondu le collectif avec la somme de caractéristiques particulières : « De ce point de vue Herbart avait lui-même dans ses Fragments de statistique et de mécanique de l’État évoqué le jeu des forces sociales. Selon lui les esprits du peuple devenaient les sosies des esprits singuliers à la seule différence qu’ils se composaient d’unités plus complexes. »6 Wundt reconnaît essentiellement à la psychologie anglaise du xixe siècle le mérite d’avoir, grâce notamment aux travaux de Frazer et de Tylor, trouvé un pont entre psychologie et ethnologie. Il voit la Völkerpsychologie comme une rencontre de cette psychoethnologie et d’une tradition ethno- et psycholinguistique plus spécifiquement allemande, plus liée aux modèles de Herbart et Steinthal.

7Si Wundt peut être considéré comme le représentant éminent d’un climat scientifique leipzigois, ce n’est pas en raison de sa formation de physiologiste, acquise notamment à Heidelberg, ce n’est pas non plus en raison de ses premières affinités intellectuelles, essentiellement liées au nom de Helmholtz, ce n’est pas non plus en raison de sa carrière, qui l’a notamment conduit à Zurich, mais bien du fait de la rencontre entre une perception scientifique de la philosophie et les attentes de l’université de Leipzig en la matière. Car lorsque Heinrich Ahrens mourut en 1874 et que l’université après avoir songé à l’historien de la philosophie Kuno Fischer décida d’appeler Wilhelm Wundt au poste de professeur de philosophie, elle optait pour un enseignant dont les contributions à l’étude de la perception sensible constituaient un programme singulièrement éloigné de toute ambition métaphysique. Le cheminement intellectuel de Wundt, tel qu’il est explicité dans son autobiographie, consiste en une série d’élargissements successifs. La physiologie lui paraît manquer d’une dimension explicative si elle ne tient pas compte de la psychologie. Et Wundt se met à développer la psychologie expérimentale tentant de mesurer grâce à un appareillage qui éloigne radicalement cette discipline des explorations de la conscience intime, les lois psychiques d’un point de vue quantitatif. Très vite, en fait dès l’époque du séjour à Zurich, apparaît toutefois l’idée selon laquelle les phénomènes mis en évidence par la psychologie empirique ne sont pas suffisamment expliqués quand on les prend au niveau du psychisme individuel. Cette dernière extension a suscité la réprobation des psychologues au sens strict du terme, qui ont cru voir dans la Völkerpsychologie un abâtardissement de leur discipline et un compendium de toutes les sciences virtuellement sociales de l’époque. Même si on ne peut nier que la volumineuse série d’ouvrages, qui, de la linguistique aux mœurs en passant par le mythe, composent la Völkerpsychologie, repose sur des sources de seconde main, constitue un gigantesque syncrétisme, il apparaît néanmoins que précisément cette approche intellectuelle a rencontré un écho majeur chez les ethnologues ou les historiens, pour ne pas évoquer une nouvelle fois les jeunes philosophes français comme Durkheim, qui ont reçu en Allemagne et tout particulièrement chez Wundt l’impulsion décisive qui les conduit aux sciences sociales. Alors que les dix volumes de la Völkerpsychologie paraissent à partir de 1900, l’enseignement de Wundt sur la question commence à Zurich en 1875, c’est-à-dire avant même que se développe le fameux laboratoire de psychologie expérimentale. Les deux centres d’intérêt de Wundt se développent de façon tout à fait concomitante.

L’ANTHROPOGÉOGRAPHIE

  • 7 Carl Ritter, Einleitung zur allgemeinen vergleichenden Geographie, Berlin, 1852, p. 167.
  • 8 Voir Carl Ritter, Allgemeine Erdkunde, Vorlesungen an der Universität zu Berlin gehalten, Hrsg. vo (...)

8La question de la pluralité des peuples fait dans le milieu universitaire leipzigois de la fin du xixe siècle l’objet d’une réflexion originale et riche d’incidences à long terme de la part d’un des fondateurs de la géographie moderne, Friedrich Ratzel. L’intérêt de l’œuvre de Ratzel tient notamment au fait que sa perspective reste imbriquée dans celle de disciplines contiguës comme l’histoire mais aussi la linguistique, l’anthropologie, voire la philosophie. Cette imbrication facilite les apports de la géographie à la Völkerpsychologie en voie de constitution. Car les convergences sont nombreuses entre le travail de Wundt et les deux volumes essentiels de l’œuvre de Ratzel qui paraissent à dix ans de distance Anthropogeographie oder Grundzüge der Anwendung der Erdkunde auf die Geschichte (Anthropogéographie ou fondements de l’application de la géographie à l’histoire, 1882) et Anthropogeographie. Die geographische Verbreitung des Menschen (Anthropogéographie. L’Extension géographique des hommes, 1891). Le lien établi entre la géographie et l’histoire comme la recherche de la circulation entre les peuples sont également présents dans le passage de lois universelles de l’esprit humain à cette étude de la psychologie empirique des collectifs qui distingue l’entreprise wundtienne par rapport notamment à son héritage steinthalien ou herbartien. À vrai dire, on trouve, dès les travaux de Carl Ritter, l’idée selon laquelle la géographie conduit à l’histoire ou plutôt selon laquelle l’ordonnance de l’espace elle-même est historique : « Même si la nature physique et les dimensions sont les mêmes, c’est l’élément historique qui grâce à de nouveaux organes, grâce à l’esprit du mouvement, grâce au progrès culturel enseigne aux peuples à se mouvoir de façon plus indépendante par rapport aux conditions naturelles. La force de l’homme et des peuples ne cesse de mettre sous son contrôle les conditions naturelles et de les métamorphoser7. » C’est ainsi que l’histoire humaine assure une certaine « perfectibilité du globe terrestre »8. Car la fertile vallée du Nil était à l’origine un lieu de nomadisme que les Égyptiens ont su transformer, de même que le canal de Panama, espère Ritter, rapprochera la Chine de l’Europe atlantique.

  • 9 « Fernow pensait que si l’on se représente un paysage plaisant sans aucun habitant, il ne nous sat (...)

9Pour Ratzel, la géographie est la description de la surface terrestre, ce qui en fait une des disciplines à l’objet le plus vaste. Mais cette description met immédiatement en cause la perspective et les intérêts de l’observateur ; les phénomènes géographiques n’ont pas d’intérêt intrinsèque. En fait, la géographie aborde le problème de l’homme dans l’espace. La proximité souvent observée par Ratzel entre la description géographique et l’esthétique confirme bien cette médiation des intérêts humains dans toute approche géographique9. Liée à l’homme, la géographie est une discipline par définition historique. Et cela non pas parce que l’espace est le théâtre naturel de l’activité humaine : la géographie n’est pas seulement le cadre de l’histoire, mais elle est histoire elle-même. Tout particulièrement l’histoire des peuples sans écriture ou l’histoire des peuples disparus relèvent de la géographie et de ces sciences auxiliaires que semblent être aux yeux de Ratzel l’anthropologie et l’ethnologie. Lorsque l’histoire doit passer par le biais de l’ethnographie ou de l’anthropologie des peuples primitifs pour aborder son objet, la géographie est un des fils directeurs de l’enquête. Du coup, la volonté d’enrichir l’historiographie d’une dimension anthropologique, ce qui est l’objectif de la Völkerpsychologie appliquée, ne peut contourner la pensée géographique. Ratzel réalise un des aspects du programme de Wundt. Dans cet élargissement de l’histoire à la nature, il se réclame volontiers de Herder. Il existerait selon lui une sorte de solution de continuité entre les obscurs commencements de l’humanité et la nature qui seule en conserverait des traces significatives, remplissant le rôle d’archive première. Ratzel développe une véritable philosophie de l’espace et dresse une typologie dans laquelle il intègre l’homme. Il y a pour lui à la surface de la terre des éléments fixes (Starres) et des éléments mobiles (Bewegliches), l’homme relevant de ces derniers. L’histoire purement physique est en revanche pour ce fondateur de la géographie moderne une orientation intellectuelle bâtarde et vouée à l’échec.

  • 10 Friedrich Ratzel, Anthropogeographie oder Grundzüge der Anwendung der Erdkunde auf die Geschichte, (...)
  • 11 Voir Friedrich Ratzel, Anthropogeographie. Die geopolitische Verbreitung des Menschen, Stuttgart, (...)

10Si la géographie, telle que la voit Ratzel, peut embrasser l’histoire humaine et en particulier celle des époques les plus reculées, comme concrétisation de cette psychologie collective chère à Wundt, c’est qu’elle sait rendre compte des mouvements de population et des mélanges. Ratzel lit dans la nature comme archive d’une histoire humaine enfouie les signes d’un métissage essentiel de cette humanité. La théorie des migrations est à ses yeux la théorie fondamentale de l’histoire universelle. Ces migrations ne sont en rien un phénomène récent, mais accompagnent le déroulement de l’histoire humaine : « À coup sûr les peuples ont commencé bien avant l’époque historique à se mêler et la terre et les hommes travaillent depuis bien plus longtemps qu’on pense d’habitude à une fusion des peuples en une humanité unique10. » Ratzel s’intéresse particulièrement aux phénomènes de métissage en Amérique du Nord, observant que l’imbrication paraît plus facile lorsqu’une population est dispersée sur un vaste territoire et qu’une population nouvelle peut s’installer dans les interstices. Certes il oppose des cultures supérieures et inférieures, mais moins comme des substances pures que comme des éléments destinés à s’abolir dans les mélanges. Les cultures pauvres ou inférieures se reconnaissent encore, dans son esprit, à un critère géographique, dans la mesure où elles tendent à être reléguées sur des territoires étroits morcelés et défavorisés par le climat. Il envisage les possibilités d’étudier les espaces de diffusion (Verbreitungsgebiete) des cultures, en tenant compte ou bien des traits physiques ou bien de techniques et d’usages, de ces objets ethnographiques dont les aires de répartition permettent au plus haut point d’éclairer la vie des peuples11. Cette représentation de la diffusion dans l’espace concerne aussi la carte des langues. Car c’est notamment à partir de phénomènes linguistiques que l’on s’est efforcé traditionnellement de classer les peuples. Ratzel remet en cause toutefois la validité exclusive du critère linguistique pour établir une carte des populations. Les langues ne représentent selon lui que la surface dissimulant des échanges souterrains anciens et l’on ne saurait confondre l’appartenance à une « race » et celle à un groupe linguistique. Mais si l’on peut admettre qu’un peuple ait adopté une langue, celle-ci n’en est pas moins liée plus intimement à sa vie que n’importe quel autre caractère ethnographique.

  • 12 Friedrich Ratzel, Kleine Schriften, II, Munich, 1906, p. 472.
  • 13 Friedrich Ratzel, Anthropogeographie. Die geopolitische Verbreitung des Menschen, op. cit., p. 524

11Ratzel soutient que les peuples ayant atteint le niveau culturel le plus élevé sont ceux qui résultent d’un mélange : « Tous les États latins d’Europe occidentale seraient plus faibles sans les ajouts germaniques et dans ce que la Prusse a fait pour l’Allemagne, même les éléments slaves des territoires transelbiens ont apporté une aide essentielle12. » Selon lui, aucun État ne peut au demeurant légitimement se prévaloir d’une quelconque homogénéité ethnique et les mélanges passés sont annonciateurs de mélanges futurs. La notion de culture, quant à elle, a dans l’esprit de Ratzel une importance particulière dans la mesure où, selon le degré atteint, elle invite les peuples à un développement intérieur ou au contraire à des migrations. Les migrations de peuples, en concurrence avec les réseaux d’échanges, sont deux formes de circulation envisagées par les préhistoriens et entre lesquelles Ratzel ne veut pas trancher, mais qui concernent toutes deux la géographie. Car l’établissement des peuples est un phénomène géographique par excellence. Chaque colonisation suppose des voies d’accès. Le dessin des côtes et les courants des fleuves déterminent l’emplacement des villes et sont le vecteur des échanges commerciaux. Au fond, on ne s’intéresse même aux côtes et aux fleuves qu’en raison de la circulation humaine qu’ils permettent. « Comme les lieux habités, les chemins sont à un double titre des objets de la représentation géographique. Ils sont des données de la surface terrestre, et ils sont aussi symboles des relations entre des groupes humains éloignés13. » Comme l’embouchure des fleuves, qui fut toujours le lieu par excellence de la circulation et a favorisé la fondation de villes, la surface de la terre est gravée de signes historiques rappelant notamment les passages. Ces traces sont aussi des noms de lieu, nommer c’est d’une certaine manière habiter, et les limites de l’humanité correspondant à celles de la toponymie. La réflexion de Ratzel sur la circulation des peuples, sur la possibilité d’éclairer une histoire primitive, de repousser la frontière entre pénombre (Dämmerung) et obscurité (Dunkel) est le complément indispensable d’une Völkerpsychologie qui ne se réduit pas à l’abstraction des lois de l’esprit.

LE CERCLE WUNDT-RATZEL-LAMPRECHT-OSTWALD

12Il est assez facile de percevoir entre les divers protagonistes des sciences sociales à l’université de Leipzig un certain nombre de convergences. La scientifisation de la philosophie sur la base de modèles herbartiens confrontés à des enquêtes historiques et empiriques s’accompagne d’une tentative de reconstruire des perspectives globalisantes, générales. Dans le même temps où on renonce aux grands systèmes métaphysiques, on reconstruit de nouvelles totalités qui ont nom Völkerpsychologie ou histoire universelle, ou anthropogéographie. Une caractéristique de ces constructions est qu’elles ont recours à plusieurs disciplines, qu’elles se proposent de les unifier. Friedrich Ratzel se veut aussi historien, paléoanthropologue, Karl Lamprecht s’intéresse à l’histoire de l’art ou de la littérature, Wilhelm Wundt est aussi linguiste. Les constructions ne sont pas indépendantes les unes des autres mais au contraire apparentées, et leurs auteurs constituent un véritable milieu. Ils se sont parfois recrutés les uns les autres. C’est ainsi que Roscher est responsable du recrutement de Ratzel. Mais surtout Ratzel, Wundt, Lamprecht et Wilhelm Ostwald, titulaire de la chaire de chimie physique à Leipzig depuis 1887, entretenaient des relations étroites, se rencontrant une fois par semaine au Theatercafé. La présence dans ce cercle d’un chimiste dont l’idée fondamentale d’énergétique repose sur une pensée moniste montre à la fois la volonté de rapprochement avec les sciences exactes et l’attachement à une pensée de la systématicité globale. Le club du Theatercafé est sans doute un des signes les plus tangibles d’une spécificité de Leipzig dans l’émergence des sciences sociales.

  • 14 En 1889 était parue en traduction française une partie des travaux de Lamprecht sur la vie économi (...)

13C’est peut-être chez Lamprecht que l’imbrication des perspectives se lit le plus clairement. Durant ses études, il a suivi à Leipzig l’enseignement de Schmoller et Roscher, qui lui ont fait découvrir l’histoire économique, mais aussi de Wundt, dont la tendance à prendre les phénomènes historiques du point de vue des masses pouvait ouvrir la voie à un rapprochement avec les historiens. En outre, l’idée d’une identité ontologique de la pensée et de l’être qu’enveloppe la représentation wundtienne de la psychologie ne pouvait que favoriser la recherche de croisements entre la culture matérielle et la culture spirituelle dans la notion d’histoire culturelle. De façon générale, Lamprecht, revenu à Leipzig (1890) comme enseignant après un séjour en Rhénanie et devenu cette fois le collègue de Wundt, se réclame explicitement de la psychologie comme principe de liaison dans la durée historique entre des domaines éloignés comme par exemple la langue et l’économie. Les communautés humaines lui apparaissent soumises à une volonté collective qui relève d’une psychologie de groupe. La référence à Wundt est explicite dans l’introduction à L’Histoire allemande. S’il n’élabore pas une pensée moniste aussi caractérisée que celle d’Ostwald ni même de Wundt, il en retient néanmoins l’idée fondamentale d’une unité de la culture matérielle et intellectuelle. Lamprecht en viendra parfois à définir la science historique comme une « quasi-biologie ». Quant à Ratzel, il semble intervenir de façon moins marquée que Wundt mais néanmoins très significative avec les notions de paysage historique ou des orbes culturels. De façon générale, la présence de l’espace et la prise en compte des incidences d’une réflexion sur l’espace sont à mettre en relation avec l’anthropogéographie ratzelienne. Ratzel, Wundt et Lamprecht, indépendamment de leurs emprunts réciproques, indépendamment du lien avec une tradition herbartienne locale, ont aussi un ensemble de références intellectuelles communes. C’est ainsi par exemple que Lamprecht comme Wundt se réclament des travaux d’Henry Morgan sur l’origine des formes de communautés humaines. Sans doute une certaine imprégnation néokantienne est-elle constatable aussi bien chez Wundt que chez Lamprecht ou Ratzel, pour qui l’espace est au même titre que le temps une forme de la perception. Toujours est-il que cette référence néokantienne a sans doute facilité la première réception de Lamprecht en France due notamment à Henri Berr, l’éditeur de la Revue de synthèse, d’Henri Berr, qui eut l’occasion de rencontrer Lamprecht à l’occasion du premier congrès historique international de 1900 à Paris14. Le même Berr plaidant pour des sciences sociales ancrées dans la psychologie plutôt que dans la sociologie, on a le sentiment que le groupe constitué à Leipzig est reçu en bloc par le public français de 1900. On a souvent taxé d’impérialiste l’histoire culturelle telle que l’envisageait Lamprecht, et même si l’on ne peut nier chez lui une allégeance à la politique de Guillaume II qu’on rencontre tout aussi bien chez Wundt, on ne peut nier non plus que sa représentation d’une psychologie collective rassemblant les peuples intègre une pensée de la pluralité. Jusque dans le détail de son enseignement, on remarque que Lamprecht avait recours à des lecteurs représentant les diverses aires culturelles dont il s’agissait d’écrire l’histoire, que cette histoire plurielle lui paraissait même une des tâches prioritaires de l’historiographie.

  • 15 Wilhelm Wundt, Probleme der Völkerpsychologie, op. cit., p. 34.

14On en revient à une racine profonde de la réflexion sur la pluralité des peuples. Elle est d’ordre linguistique, et ce n’est pas un hasard si le premier volume de la Völkerpsychologie est consacré au langage. La langue représente, dans une tradition dont les racines humboldtiennes n’ont jamais été complètement reniées, un socle profond sur lequel s’appuient les mythes et les mœurs des peuples dans leur pluralité : « En vérité la langue, le mythe et les mœurs ne sont nullement de simples fragments pris dans le contexte de l’esprit du peuple, mais ils sont cet esprit même dans une forme encore relativement indemne des influences individuelles du développement historique singulier15. » La contiguïté de l’analyse du langage et de l’analyse de la société eut au demeurant, jusqu’à la rencontre de la phonologie et du structuralisme anthropologique, une postérité qui fait du moment leipzigois autour de Lamprecht, Wundt et Ratzel un maillon dans une chaîne reliant Humboldt et Steinthal à l’anthropologie plus récente de Boas et de Sapir, voire même de Jakobson et de Levi Strauss. Wundt, qui s’engage dans un débat avec Hermann Paul, semble vouloir se remémorer, même si elles sont dépassées, les conceptions romantiques de l’esprit des peuples enraciné dans la pluralité des langues. Le milieu leipzigois, promoteur d’une nouvelle science des peuples, est héritier d’une tradition locale de modélisation psychologique des phénomènes historiques et anthropologiques. En même temps il rejette cette modélisation au nom d’une recherche empirique ou positive. Ce faisant, il remet en évidence une dimension antérieure, humboldtienne de la réflexion linguistique comme point de départ d’une appréhension de la pluralité des peuples.

15Alors que la Geistesgeschichte tend à opposer à Berlin les sciences de la nature et celles de l’esprit, la personnalité de Wundt faisant suite à Fechner repose au contraire sur l’idée d’une complémentarité radicale. La physiologie ou la psychologie empirique débouchent sur la Völkerpsychologie comme les recherches chimiques d’Ostwald sur un monisme. Certes les lourds volumes de Wundt sont perçus maintenant comme d’indigestes compilations, mais la juxtaposition qu’ils opèrent entre la linguistique et l’étude des sociétés, leur évolution vers une histoire culturelle qui se conçoit comme le développement d’une psyche universelle représentent une césure dans l’histoire des sciences sociales. À côté de l’axe Wundt-Lamprecht, Ratzel étend jusqu’à l’espace géographique le réinvestissement philosophique de la diversité. La diversité des paysages comme la diversité des langues est affaire de psychologie. L’espace n’est-il pas une forme a priori de la perception humaine plus qu’un objet du monde physique ? Mais il est aussi le produit d’une histoire et conserve au-delà de toute tradition écrite les traces de passages, de déplacements ou de rencontres de peuples, de métissages originels. Certes les réflexions élaborées à Leipzig au point de convergence de plusieurs disciplines ne perdent pas leur validité ailleurs, elles acquièrent au contraire une nouvelle validité dans l’horizon français des sciences sociales naissantes. Mais on pourrait tout de même dégager, comme pour nuancer les positions berlinoises, quelque chose comme un moment leipzigois dans l’histoire des sciences humaines et sociales et plus particulièrement dans celle de la réflexion sur la pluralité.

Notes

1 Voir Lothar Rathmann, Alma mater Lipsiensis. Geschichte der Karl-Marx-Universität Leipzig. Leipzig, 1984. – Karl-Marx-Universität Leipzig 1409-1959, Beiträge zur Universitätsgeschichte. Leipzig, 1959 2. T. – Karl Czol (éd.), Wissenschafts- und Universitätsgeschichte in Sachsen im 18. Und 19. Jahrhundert. Berlin, 1987.

2 Isabelle Dupéron, G.T. Fechner. Le Parallélisme psychophysiologique, Paris, 2000.

3 Wilhelm Wundt, Probleme der Völkerpsychologie, Stuttgart, 1921 (2e éd.) p. 61

4 Id., Ibid., p. 3-4.

5 Id. Ibid., p. 137.

6 Wilhelm Wundt, Völkerpsychologie, 1. Band, 1. Teil Die Sprache 3. Aufl. Leipzig, 1911, p. 31.

7 Carl Ritter, Einleitung zur allgemeinen vergleichenden Geographie, Berlin, 1852, p. 167.

8 Voir Carl Ritter, Allgemeine Erdkunde, Vorlesungen an der Universität zu Berlin gehalten, Hrsg. von H. A. Daniel. Berlin, 1862, p. 76.

9 « Fernow pensait que si l’on se représente un paysage plaisant sans aucun habitant, il ne nous satisfera guère malgré toute sa beauté parce qu’une tonalité manque encore à la pleine harmonie des accords. » Friedrich Ratzel, Über Naturschilderung, Munich et Berlin, 1904, p. 84. Il s’agit d’un véritable livre d’esthétique géographique rédigé par Ratzel, qui se réclame des auteurs classiques de l’histoire de l’esthétique de Lessing à Fechner.

10 Friedrich Ratzel, Anthropogeographie oder Grundzüge der Anwendung der Erdkunde auf die Geschichte, Stuttgart 1882, p. 177.

11 Voir Friedrich Ratzel, Anthropogeographie. Die geopolitische Verbreitung des Menschen, Stuttgart, 1891, p. 598.

12 Friedrich Ratzel, Kleine Schriften, II, Munich, 1906, p. 472.

13 Friedrich Ratzel, Anthropogeographie. Die geopolitische Verbreitung des Menschen, op. cit., p. 524.

14 En 1889 était parue en traduction française une partie des travaux de Lamprecht sur la vie économique du Moyen Âge sous le titre Études sur l’état économique de la France pendant la première partie du Moyen Âge.

15 Wilhelm Wundt, Probleme der Völkerpsychologie, op. cit., p. 34.

Auteur

Paris, CNRS

© CNRS Éditions, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

Offert par