Version classiqueVersion mobile

Quand Berlin pensait les peuples

 | 
Céline Trautmann-Waller

Quatrième partie. La psychologie des peuples de Steinthal et de Lazarus : un creuset berlinois

Hermann Cohen : de la psychologie des peuples au néo-kantisme

Ulrich Sieg
Traduction de Céline Trautmann-Waller

Texte intégral

1Aujourd’hui encore, les liens de Hermann Cohen avec la psychologie des peuples semblent mystérieux. Malgré des efforts de recherche renouvelés, il n’a pas été possible d’expliquer clairement pourquoi le jeune philosophe s’est intéressé aux idées de la psychologie des peuples. Certes, ses représentants principaux, Moritz Lazarus et Hermann Steinthal, jouissaient d’un renom non négligeable et la Revue de psychologie des peuples et de science du langage (Zeitschrift für Völkerpsychologie und Sprachwissenschaft) créée par eux en 1859 fut vite considérée comme organe innovant en matière de questions interdisciplinaires. Il reste cependant étrange que le futur grand maître de philosophie axiomatique ait travaillé rien moins que cinq ans sous l’égide d’une école de pensée de tendance empiriste.

  • 1 Voir Hartwig Wiedebach, « Das Problem eines einheitlichen Kulturbewußtseins. Zur Person des deutsc (...)
  • 2 Lettre du 18 déc. 1899 à Sigmund Maybaum in Moritz Lazarus und Heymann Steinthal die Begründer der (...)

2Des conflits ultérieurs avec Steinthal et Lazarus firent le reste pour rendre incompréhensible les débuts du philosophe de Marbourg. Dès la querelle berlinoise autour de l’antisémitisme en 1879-1880, dont l’enjeu principal était la place des Juifs dans la nation allemande, les deux représentants de la psychologie des peuples jugèrent la position de Cohen trop conciliante1. Steinthal se décida même à interrompre les relations personnelles avec Cohen, jugeant son idée de synthèse judéo-protestante funeste en regard de la situation historique concrète. Lorsqu’en 1899 parut l’Éthique du judaïsme de Lazarus, ce fut la deuxième brouille. Le néo-kantien jugea que cette monographie au succès non négligeable était superficielle du point de vue philosophique parce qu’elle ne parvenait pas à expliquer le caractère universel des commandements moraux et opérait des hypostases douteuses du judaïsme. L’auteur se sentit tellement malcompris qu’il se borna à voir en Cohen un « fou plein de méchanceté »2.

  • 3 Voir Helmut Holzhey, Cohen und Natorp, vol. 1 : Ursprung und Einheit. Die Geschichte der “Marburge (...)
  • 4 Voir Walter Kinkel, Hermann Cohen. Eine Einführung in sein Werk, Stuttgart, 1924, p. 37 sq.

3En raison de ces conflits violents menés sur un ton souvent très personnel, les débuts de Cohen dans les milieux de la Völkerpsychologie ne jouèrent quasiment aucun rôle dans la vision qu’avait d’elle-même et de sa genèse l’école de Marbourg3. Seul Walter Kinkel rappela en 1924 dans sa biographie de Cohen la bonne entente qui avait régné un temps entre le chef de file de l’École de Marbourg et Steinthal. Sa description de la vie de Cohen resta cependant dans les rails d’un genre qui n’a que peu de sens pour les ambivalences et les zones d’ombre d’une vie et se borne la plupart du temps à souligner les vertus de son « héros »4.

  • 5 Voir Shulamit Volkov, « Soziale Ursachen des Erfolgs in der Wissenschaft. Juden im Kaiserreich », (...)
  • 6 Voir la description de la pression du discours dominant et de son internalisation par Peter Gay, « (...)

4Ce problème nous renvoie à une difficulté rencontrée de manière très générale dans l’écriture de l’histoire des sciences. Depuis les origines elle est placée sous le « primat du succès » et se concentre sur des écoles qui sont parvenues à percer et sur les représentants de ces dernières. Cela vaut également cum grano salis en ce qui concerne les chercheurs juifs. Il est vrai que leur discrimination durant l’Empire wilhelmien est désormais reconnue mais la plupart du temps ce sont précisément les effets positifs de leur refoulement dans des « niches créatives » qui sont mis en avant5. Nous savons peu de choses en revanche des érudits juifs restés sans succès et tout aussi peu de la pression que le discours dominant exerça sur eux. De plus, la description des « marginaux juifs » prend souvent des traits héroïques, ce qui n’est guère favorable à une prise en compte différenciée de leur situation. La volonté d’adaptation de la minorité juive allemande ne fut précisément pas négligeable et ses représentants les plus doués ne purent quasiment jamais éviter une attitude positive à l’égard du monde universitaire prusso-protestant, qui concevait ses propres valeurs comme universelles6.

  • 7 Voir Miriam Gebhardt, Das Familiengedächtnis. Erinnerung im deutsch-jüdischen Bürgertum 1890 bis 1 (...)
  • 8 Voir Kinkel, Hermann Cohen, op. cit., p. 352 sq.

5Mais les préférences thématiques masquent en fait aussi un sérieux problème de sources. La bourgeoisie juive s’est tout particulièrement concentrée dans ses autoportraits sur la face brillante de sa vie. Bien trop souvent, la stratégie narrative qui domine dans les sources biographiques consiste à minimiser les difficultés rencontrées et n’offre pratiquement pas d’aperçu de la vie intérieure des acteurs7. Cela vaut encore plus pour la description des curricula académiques dont le modèle téléologique pourrait être résumé par l’expression latine « per aspera ad astra ». Hermann Cohen, seul professeur (ordinaire) de philosophie d’origine juive durant l’Empire wilhelmien, était considéré comme l’incarnation même des efforts d’acculturation, et la recherche cohenienne, quand elle ne peut pas s’appuyer sur ses manuscrits, risque toujours de faire trop largement confiance à des attributions rétrospectives.8

  • 9 Voir Gustav Witkowsky, « Deutschtum und Judentum. Eine Besprechung », in Die jüdische Presse, 46 ( (...)

6Cet essai vise à comprendre la jeunesse de Cohen essentiellement d’après des sources de l’époque, ce qui devrait permettre de montrer combien les « années d’apprentissage » de l’homme dans lequel même ses opposants politiques virent plus tard la tête pensante du judaïsme libéral9, furent bien plus dures et plus incertaines qu’il n’est communément admis. Resituer les écrits de jeunesse de Cohen dans leur contexte historique n’est cependant pas une fin en soi. Ce qui apparaît ainsi c’est la richesse systématique de ses premiers travaux qui ne s’épuisent pas du tout dans une imitation esclave des idées de Steinthal. Plus d’une des figures de pensée que l’on considère comme faisant partie du noyau dur de l’« idéalisme logique » ou plus généralement du néo-kantisme trouve en réalité ses racines dans les idées des années 1860. Cela prouve à son tour combien la Völkerpsychologie est importante pour l’histoire des sciences de l’Empire wilhelmien.

DE GRÖBZIG À BRESLAU, DE BRESLAU À BERLIN

  • 10 En ce qui concerne la toute première jeunesse de Cohen, quasiment inconnue de la recherche, voir F (...)
  • 11 Sur Friederike Cohen, née Salomon, nous ne disposons pratiquement d’aucune information. Une esquis (...)
  • 12 Simone Lässig, « Bildung als kulturelles Kapital ? Jüdische Schulprojekte in der Frühphase der Ema (...)

7Les conditions requises pour une carrière académique réussie n’étaient que partiellement réunies dans le cas de Hermann Cohen. Certes, le philosophe, né en 1842 dans la petite ville de Coswig en Anhalt, venait d’une famille d’érudits10. Son père Gerson Cohen, cantor de la synagogue locale, l’initia dès son plus jeune âge aux sources classiques du judaïsme et veilla à l’acquisition d’une large culture générale, mais il manquait ces contacts qui favorisent une progression rapide. La maison Cohen n’était pas non plus très dotée en biens matériels puisque la petite boutique de chapeaux de la mère offrait le seul fondement pécuniaire à tous les rêves d’ascension sociale11. Ce qui était sûr en tout cas c’est qu’il fallait que l’unique fils reçoive une éducation aussi solide que possible. Après l’école communale de Coswig, on l’envoya à l’âge de 11 ans au Gymnasium de Dessau, qui jouissait d’une excellente réputation12.

  • 13 Hermann Cohen, Briefe, éd. par Bertha et Bruno Strauß, Berlin, 1939, p. 11-17, ici p. 12 sq.
  • 14 Id., Ibid., p. 14.

8Le séminaire de théologie juive de Breslau que Cohen intégra à l’âge de seize ans, rassemblait un grand nombre d’excellents érudits comme le directeur Zacharias Frankel, le philologue Jacob Bernays ou l’historien Heinrich Graetz. Cohen cependant ne s’acclimata guère à Breslau. Ce qui le gênait tout particulièrement, c’était la façon dogmatique avec laquelle on se rattachait à des traditions théologiques. Dans une lettre non datée adressée à son ami Eduard Steinthal, il écrit : « La théologie juive elle aussi, si pure dans ses sources, est devenue trouble avec le temps en raison d’influences diverses et a développé des dogmes rigides qui tantôt contredisent ouvertement les pensées les plus élevées du judaïsme biblique, et même du talmudisme, tantôt leur sont contraires dans leur esprit13. » Et il ajoute avec une confiance dans la science typique de l’époque : « C’est pour cela que je n’ai absolument pas envie d’avoir affaire à toute cette théologie, parce qu’elle n’affirme en rien le point de vue proprement scientifique14. »

  • 15 Orlik, Hermann Cohen, op. cit., p. 25 sq.

9Il n’est donc guère étonnant que Cohen ait interrompu sa formation rabbinique pour commencer à l’Université de Breslau des études de philosophie. Son maître le plus important fut l’idéaliste Julius Braniss, qui était un des disciples de Schleiermacher. Rapidement Cohen fut récompensé par un premier succès : en 1863 il reçut le prix de la faculté pour son travail sur « la théorie platonicienne de l’essence et de la nature de l’âme humaine et la psychologie aristotélicienne ». Il dut certes partager les honneurs avec un autre candidat, mais le fait qu’on lui ait versé le prix dans sa totalité permet de penser que la faculté avait été tout à fait satisfaite du niveau des travaux qui lui avaient été soumis15.

  • 16 Id., Ibid., p. 24.

10Cohen eut moins de succès lorsqu’il dut, un an plus tard, passer son baccalauréat, indispensable pour pouvoir participer aux examens universitaires. Surtout en latin, il fit preuve de faiblesses et la commission lui conseilla de « travailler avec zèle pour combler ses lacunes »16. Voilà qui était clair et si l’on songe que les connaissances dans les langues classiques étaient le fondement d’un parcours universitaire réussi, on ne s’étonnera pas que Cohen ait tourné le dos à Breslau.

  • 17 Klaus Christian Köhnke, Entstehung und Aufstieg des Neukantianismus. Die deutsche Universitätsphil (...)
  • 18 Voir Hinrich Knittermeyer, « Hermann Cohen (1842-1918) / Philosoph », in Ingeborg Schnack (éd.), L (...)
  • 19 Universitätsarchiv der Humboldt-Universität zu Berlin (UAHU Berlin) Phil. Fak. 1504, f° 307 r-315 (...)

11Il était attiré par le centre de la vie scientifique prussienne, l’Université de Berlin. Le vice-recteur en était en 1864 Adolf Trendelenburg, qui, à l’époque, était loin d’être un « illustre inconnu »17 mais représentait bien plutôt une des autorités incontestées de la vie philosophique18. Une fois de plus Cohen se consacra à une question philosophique proposée pour l’obtention d’un prix de la faculté et qui concernait cette fois-ci une clarification des rapports entre « le hasard et la nécessité » en philosophie. Malheureusement pour lui, à Berlin, l’essai devait être rédigé en latin19.

  • 20 UAHU Berlin, Phil. Fak. 1504, f°. 312 r-313 v. Ibid. pour les citations suivantes.

12Le travail que Cohen soumit anonymement portait en exergue une citation de saint Augustin : « Quod scimus, debemus rationi, quod credimus, auctoritati ». Trendelenburg, célèbre pour ses exigences très strictes, s’occupait personnellement de juger les textes. Le manuscrit de Cohen ne lui sembla guère louable20. Il critiqua la tendance spéculative du travail qui ne « se consacrait pas à résoudre précisément la question posée ». Il allait même jusqu’à décrire « une grande partie de la Critique de la raison pure » de Kant, dont l’intention n’était pourtant certainement pas de juger les philosophies qui l’avaient précédée. Trendelenburg ne chercha pas à comprendre plus en avant l’approche de Cohen, mais il déplora le manque de cohérence dans l’argumentation et l’absence de précision dans la conceptualisation. En même temps le latin maladroit de Cohen se voyait blâmé une fois de plus parce qu’il rappelait trop la syntaxe allemande, tandis que de nombreuses fautes d’attention étaient également relevées.

  • 21 Voir Cohen, Briefe, p. 17 sq., ici p. 19.

13Tout ceci est resté inconnu aux chercheurs qui jusqu’à présent se référaient à une lettre du 8 novembre 1865 adressée par Cohen à son ami Hermann Lewandowsky et dans laquelle le jugement de Trendelenburg est défini comme « très élogieux »21. Il est possible, certes, que le jugement public du travail de Cohen ait été plus modéré que le vote interne, mais si l’on songe aux mots très durs utilisés par Trendelenburg et si l’on tient compte également du fait que des quatre travaux remis, celui de Cohen ne fut classé que troisième, il semble tout de même peu probable qu’il ait obtenu des compliments appuyés.

  • 22 Le vote d’Ulrici du 17 septembre 1865 est cité d’après Orlik, (Hermann Cohen, p. 30).
  • 23 Id., ibid., p. 33.

14Cohen savait certainement ce qu’il faisait en déposant ce travail pour l’obtention d’une thèse de doctorat non pas à Berlin, mais à Halle. Là non plus le verdict ne fut cependant guère positif. Le philosophe Hermann Ulrici déplora l’aspect formel du manuscrit que Cohen visiblement n’avait pas remanié. Il louait cependant chez Cohen sa « connaissance de l’histoire et des systèmes les plus importants de la philosophie » et prépara une soutenance22. Les examens oraux se déroulèrent assez mal pour ce candidat quasiment inconnu à Halle. Heinrich Leo, historien réputé, souligna que Cohen ne disposait que de « connaissances superficielles » dans sa discipline et Ulrici releva non pas seulement des « lacunes » dans les « connaissances historiques » de Cohen mais jugea sa pensée en général comme « dépourvue de clarté »23. La performance de Cohen suffit cependant pour l’obtention du titre de docteur, même si on renonça à tout prédicat élogieux.

  • 24 Cohen, Briefe, p. 17.
  • 25 Voir les souvenirs de Cohen évoqués dans sa lettre du 25 nov. 1885 à Mathilde Burg, ibid., p. 57.

15Après cette soutenance laborieuse, il n’était pas envisageable de poursuivre un parcours académique à Halle. Cohen retourna à Berlin, où il semble avoir traversé une crise personnelle. Dans la lettre à Hermann Lewandowski déjà citée il dit avec découragement : « Jusqu’à présent je n’ai fait aucun travail, j’ai traîné, j’ai suivi des cours, j’ai fait des visites, j’ai cherché un appartement sans conviction – désolation et vide ! Les gens m’ont tous reçu avec beaucoup d’amabilité et de respect – vanitas, vanitatum vanitas ! Je ne peux que te dire ceci : je me sens très mal et déprimé et ceci, je le crains, de manière chronique24. » Sa situation matérielle surtout était accablante : le jeune philosophe n’avait pas de revenu stable et les quatre Marks qu’il touchait pour des cours particuliers ne suffisaient en rien. Finalement, ce fut sa mère qui assuma les charges qui lui permirent de songer seulement à poursuivre ses études25. Dans cette situation assez mal engagée, l’amitié avec Steinthal offrait à Cohen non seulement un soutien moral mais aussi des perspectives professionnelles.

  • 26 Voir Ingrid Belke, « Einleitung », in Moritz Lazarus und Heymann Steinthal die Begründer der Völke (...)
  • 27 Voir id., ibid., p. XCV.

16À cette date le professeur extraordinaire Steinthal avait déjà derrière lui un parcours académique assez mouvementé. Issu d’un milieu encore plus modeste que Cohen, Steinthal avait connu une jeunesse pleine de renoncements26, mais son don exceptionnel pour les langues lui avait ouvert bien des portes. Après son habilitation il avait passé plusieurs années à Paris et obtenu deux fois un prix prestigieux de l’Institut de France. Dans les deux cas il s’agissait de recherches comparatistes : en 1851 Steinthal analysa quatre langues parlées couramment au Soudan et en 1854 les racines de divers dialectes chinois27. En commun avec Moritz Lazarus, il faisait paraître depuis 1859 la Zeitschrift für Völkerpsychologie und Sprachwissenschaft, qui, dans l’esprit de Herbart, s’efforçait de comprendre philosophiquement l’histoire culturelle.

  • 28 Cité d’après Kinkel, Hermann Cohen, p. 39. Pour la dimension personnelle des relations entre Cohen (...)
  • 29 Cohen, « Philosophorum de antinomia necessitatis et contingentiae doctrinae », in ID, Schriften zu (...)

17Rapidement il régna une sympathie mutuelle entre Steinthal et Cohen. Sans grande influence à l’Université de Berlin, Steinthal avait trouvé en Cohen un élève doué, tandis que ce dernier, généralement peu enclin à louer excessivement ses contemporains, admirait la puissance intellectuelle de Steinthal. Enthousiaste, il expliquait le 7 mai 1865 dans une lettre : « Je te répète d’ailleurs que ce bonhomme est très impressionnant et qu’il est parvenu à une clarté de pensée et à une profondeur qu’on rencontre rarement28. » Ce n’est donc pas un hasard si la première et la plus importante des thèses défendues par Cohen à Halle était tout à fait dans l’esprit de Steinthal : « Omnem philosophiae progressum in psychologia constitutum esse29 ». Avec son ton catégorique, cette thèse attestait jusqu’à quel degré le jeune érudit était prêt à prendre publiquement la défense de la Völkerpsychologie.

  • 30 Concernant l’enseignement de Lazarus, voir Gerhardt, Mehring, Rindert, Berliner Geist, op. cit., p (...)
  • 31 Voir Klaus Christian Köhnke, Der junge Simmel in Theoriebeziehungen und Bewegungen, Francfort/Main (...)

18Il n’y a en revanche aucune trace dans les sources des contacts de Cohen avec Lazarus, le célèbre auteur de La Vie de l’âme, mais le beau-frère de Steinthal, qui avait échangé en 1865 une chaire bernoise contre un poste à l’Académie militaire de Berlin, semble avoir tout autant fait preuve de sympathie à l’égard de Cohen30. Il ne fallut pas attendre longtemps pour que la Zeitschrift publie des articles de cet érudit encore quasiment inconnu. Cela n’était pas rien puisque les théories de l’aperception jouissaient alors d’une popularité assez importante dans le sillage de la réception de Darwin et de Spencer. Lazarus surtout disposa rapidement d’un cercle de disciples comportant un nombre non négligeable de jeunes chercheurs prometteurs31.

LES ARTICLES DE COHEN DANS LA « ZEITSCHRIFT FÜR VÖLKERPSYCHOLOGIE UND SPRACHWISSENSCHAFT »

  • 32 Hermann Cohen, « Die platonische Ideenlehre psychologisch entwickelt », ZfVS, 4 (1866), p. 403-464 (...)
  • 33 Voir Cohen, « Ideenlehre », p. 32, n. 1.

19Cohen mit à profit l’occasion que lui offraient Lazarus et Steinthal. Dès son premier article, « La théorie platonicienne des idées, envisagée d’un point de vue scientifique », poursuivant certaines idées de sa thèse, il fait preuve d’une grande assurance. Cohen définissait la théorie des idées comme une « découverte », dont la particularité résidait en ceci qu’à l’aide d’une « importante combinaison opérée a priori » elle transformait un « contenu de savoir acquis a posteriori » et le rendait ainsi disponible à la connaissance. Cette découverte n’aurait pas été le résultat d’un processus progressif de réflexion mais plutôt l’acte d’un génie, une « intuition soudaine, une synthèse fulgurante »32. Cohen ne s’occupait guère de trouver des prédécesseurs à cette interprétation de Platon, et son jugement était étonnamment apodictique pour un jeune chercheur. En tout cas ce n’est sans doute pas pour rien que les rédacteurs de la revue préférèrent renoncer à reproduire ses développements concernant Zeller, Ueberweg et Herbart33.

  • 34 Cohen, « Ideenlehre », p. 33. Cette référence, qui devint ensuite comme l’emblème du néo-kantisme (...)
  • 35 Voir Cohen, « Ideenlehre », p. 35 sq.

20Cohen interprétait Platon à travers le prisme de l’idée kantienne voulant qu’il est possible « de comprendre un philosophe mieux qu’il ne se comprenait lui-même »34. Rares étaient les penseurs capables d’entrevoir le caractère révolutionnaire de leur idée nouvelle et de rendre justice à ses conséquences systématiques. À Platon il fallait en tout cas reconnaître dans l’histoire de la philosophie une position si exceptionnelle qu’elle n’est attribuée habituellement qu’à Newton dans le domaine de la physique35.

  • 36 Id., ibid., p. 40.
  • 37 Id., ibid., p. 52.
  • 38 Id., ibid., p. 53. Concernant le concept de « forme interne de la langue » et son rôle pour les éc (...)

21Cohen ne consacre par contre que peu d’intérêt à la question des conditions qui rendirent possible cette connaissance qui avait bouleversé tous les fondements acquis jusque-là. C’est précisément parce qu’il n’y avait selon lui pas eu parmi les présocratiques de progrès décisif de la connaissance que Platon avait pu se rattacher à de nombreuses traditions sans être dépendant à l’égard de l’une d’entre elles. La pointe, inspirée de la Völkerpsychologie, de cette interprétation de Platon réside en ceci que l’esprit grec aurait eu besoin de Platon pour se trouver lui-même. Dans cette perspective téléologique la théorie des idées devient pour ainsi dire le résultat final du « travail universel hellénique »36. À cette classification historique est reliée l’appréciation systématique. Se rattachant de manière directe aux travaux de Steinthal, Cohen souligne « que chez Platon la forme interne de la langue était particulièrement vivante37 ». Son don exceptionnel aurait été sa force visionnaire, « propre autant à l’activité du penseur qu’à celle de l’artiste ». De cette manière Platon devient « l’ancêtre de l’intuition intellectuelle qui est le fondement de l’idéalisme transcendantal38.

  • 39 Voir Cohen, « Ideenlehre », p. 80.
  • 40 Id., ibid., p. 55.
  • 41 Voir Id., ibid., p. 70-71. Concernant l’importance de Fichte pour le jeune Cohen, voir Köhnke, « F (...)

22Dans cette interprétation téméraire, peu préoccupée de détails philologiques, Platon incarne la figure du philosophe-poète39. C’est pour cela que Cohen a besoin d’une théorie du génie qu’il trouve chez Herder et chez Guillaume de Humboldt, qui soulignaient tous deux la soudaineté et la force imagée des vraies visions. C’est précisément dans les images surprenantes que repose selon Cohen la « motivation psychique pour penser intuitivement la vérité »40. En ce point, la limite du projet d’une Völkerpsychologie, qui n’est indiquée par Cohen que de manière implicite, devient évidente. Aucun philosophe ne pourrait concevoir une idée totalement dans sa « pureté psychologique » et c’est pourquoi il est tout à fait légitime de comprendre l’idée comme une « intuition absolue » au sens où l’entendait Fichte41.

  • 42 Hermann Cohen, « Mythologische Vorstellungen von Gott und Seele, psychologisch entwickelt », in id(...)
  • 43 Concernant la « position démythologisante » de Cohen, voir Schmidt, Psychologie, p. 33, et Kinkel, (...)
  • 44 Cohen, « Vorstellungen », p. 89.

23Dans son deuxième article « Les représentations mythologiques de Dieu et de l’âme, envisagées d’un point de vue psychologique », Cohen aborde une thématique classique de la Völkerpsychologie. Ce faisant il ne reprend pas l’impulsion des Lumières consistant à délimiter les images mythiques du monde mais se demande comment « l’antique sagesse » a trouvé sa place dans les mythes42. Cohen propose donc une démarche historico-génétique qui aurait été encore totalement inconnue à Aristote. Il s’agit d’établir que le « mécanisme psychologique » est le fondement de la formation du mythe, qui perd totalement son caractère métaphysique43. Cohen ne prend pas la défense de l’induction, il est convaincu au contraire « que la véritable pensée est tout de même la déduction, y compris dans le domaine de l’induction44 ». Ceci constitue toutefois le seul passage où Cohen se distancie nettement des idées de Lazarus et de Steinthal. La plus grande partie de l’essai montre avec quelle virtuosité il savait manier les catégories de la Völkerpsychologie.

  • 45 id., ibid., p. 98.
  • 46 id., ibid., p. 103.

24Cohen décrit de façon détaillée la découverte du feu par l’homme préhistorique, mais il évite de manière caractéristique les images dramatiques. Les éclairs avaient selon lui peu de chances de mener à une « recréation du feu », puisque l’homme préhistorique était totalement démuni devant eux45. On peut penser avec une grande probabilité que ce fut plutôt une observation minutieuse de la nature qui rendit possible une utilisation du feu par frottement46. C’était une explication tout à fait plausible qui avait de plus l’avantage de coïncider avec l’idée cohenienne de la puissance de la conscience.

  • 47 id., ibid., p. 113.
  • 48 id., ibid., p. 120-121.

25De manière générale, Cohen met en évidence que l’apprentissage des règles de l’aperception a été un processus difficile dans l’histoire de l’humanité. C’est ainsi que l’homme préhistorique aurait vu le feu au moment où il « aurait ressenti le changement de la chaleur intérieure ». Cohen déduit de ce fait une loi générale : « Toute observation d’objets extérieurs n’est issue que de l’objectivation de sensation subjectives47. » Cela ne nous révèle pas d’où est issu le sentiment religieux et l’article ne se termine pas par une thèse synthétique mais par une déclaration programmatique : la mission future de la recherche en psychologie des peuples consiste à décomposer les phénomènes de l’histoire culturelle dans leurs formes aperceptives simples et fondamentales48.

  • 49 Cohen, « Die dichterische Phantasie und der Mechanismus des Bewusstseins », in ID., Schriften zur (...)
  • 50 ID., ibid., p. 148. Concrètement, l’argumentation de Cohen s’attaque ici aux théories de l’hégélie (...)
  • 51 Cohen, « Phantasie », p. 151.

26L’article le plus long que Cohen ait rédigé pour la Zeitschrift, « L’imagination poétique et le mécanisme de la conscience », est en même temps le plus ambitieux. Cela n’est pas évident à première vue, puisqu’il semble s’agir principalement d’une explication des spécificités de la production poétique. Ces dernières n’ont pas été comprises dans l’Antiquité, qui ne pouvait concevoir le poète que dans une proximité immédiate avec le divin. D’un certain point de vue, « le poète moderne se trouverait presque dans la même situation que l’antique rhapsode, lui non plus ne sait pas comment il se fait qu’il écrit des poèmes, lui non plus ne connaît pas le processus psychique par lequel il écrit, il ne peut donc que croire en un mythe, semblable tout compte fait au mythe antique, et, peut-être, tenir ce dernier pour une explication scientifique49 ». Voici quelque chose qui ressemble fort à une question du type de celles que se posait la Völkerpsychologie, et Cohen s’y consacre avec une grande concentration. Ses opposants sont ces psychologues qui tiennent l’imagination pour une clé universelle des phénomènes de la conscience. En réalité il s’agit là d’un terme qui se dérobe à toute définition scientifique précise, comme le montre le fait que ses défenseurs « expliquent l’imagination par l’imagination »50. En se référant à Herbart, Cohen critique la négligence avec laquelle on utilise les termes génériques qui empêchent la « description exacte du fait unique […], décisive dans une science empirique51 ».

  • 52 ID., ibid., p. 161.
  • 53 Id., ibid., p. 166.
  • 54 Voir Dieter Adelmann, Einheit des Bewußtseins als Grundproblem der Philosophie Hermann Cohens, Hei (...)

27S’opposant à toutes les hypostases de l’art poétique, Cohen affirme qu’en tant qu’« activité de la pensée » il est apparenté « à toutes les autres formes de pensée »52. Mais il parvient à cette conclusion non pas suite à des considérations en rapport avec la Völkerpsychologie mais par une démarche philosophico-systématique. L’hypothèse de Cohen est la suivante : toute pensée cherchant à résoudre un problème doit partir de « l’unité de la conscience »53. Cette proposition n’est pas démontrée, il s’agit bien au contraire d’une supposition philosophique fondamentale d’une grande portée à laquelle Cohen resta attaché durant toute sa vie. Parmi ses conséquences les plus importantes, on peut citer celle-ci : la critique de la connaissance opérée par l’école de Marbourg fut conçue comme une théorie de la culture dont l’unité systématique devait être cautionnée par la psychologie54.

  • 55 Cohen, « Phantasie », p. 168, p. 181, pour la citation suivante.
  • 56 Id., ibid., p. 212.
  • 57 Id., ibid., p. 228.

28La portée philosophique de cette déclaration de Cohen aura probablement échappé à la plupart des lecteurs, étant donné qu’elle prenait place dans un texte qui respectait en grande partie les habitudes argumentatives propres à la Völkerpsychologie. La « création normale des pensées » est vue comme une « nécessité psychologique » qui précède la « loi logique »55. C’est précisément la ressemblance des mythes les plus anciens entre eux et la similitude des imaginations poétiques qui indique la particularité unique de l’aperception humaine, encore insuffisamment analysée. Il convient donc de prendre au sérieux les perceptions de l’homme préhistorique et de ne pas les rationaliser a posteriori comme interprétations allégoriques : « La conception mythique de l’éclair comme oiseau n’est pas poétique mais psychologique. Le mécanisme de la conscience s’y trouve dans toute son unité. » Cohen défend fermement l’idée que les représentations mythiques dans la poésie appartiennent au passé. L’avenir de la poésie dépend de la possibilité de remplacer ce monde d’images archaïques par un autre, « strictement scientifique »56. La conviction scientiste sous-tendant cette idée selon laquelle la poésie serait soumise elle-aussi à un progrès inhérent nous est devenue tout à fait étrangère, mais l’argumentation de Cohen s’adaptait parfaitement au programme de Steinthal consistant à comprendre « le processus psychique de toute poésie ayant existé jusqu’à présent » à partir d’une seule racine57.

  • 58 Id., ibid., p. 195.
  • 59 Voir Holzhey, Cohen und Natorp, Bd. 1, S. 344f. Concernant l’excellente connaissance qu’avait Cohe (...)

29Cohen associait à ses développements dans le style de la Völkerpsychologie une défense des accomplissements culturels du judaïsme. Il lui semblait très logique que les Juifs n’aient pas développé de plastique, car une représentation particulière du religieux n’est pas conciliable avec un Dieu monothéiste. Cohen souligne l’importance du sublime pour le judaïsme et énonce, avec une pointe visible à l’égard du monde polythéiste des dieux grecs : « Combien petit devait sembler à un monothéiste strict le Zeus de Phidias58 ! » Certes les déclarations de ce genre ne sont que des sorties isolées mais elles nous incitent à ne pas marginaliser les rapports du jeune Cohen avec le judaïsme, puisqu’il y exprimait notamment ses véritables convictions philosophiques. C’est ainsi que ses développements sur le caractère universel du judaïsme indiquent aussi que toute religion doit être mesurée à l’aide des critères de la raison59.

  • 60 Hermann Cohen, « Rezension von “Jürgen Bona Meyer, Kant’s Psychologie” », ZfVS, 7 (1871), p. 320-3 (...)
  • 61 Id., ibid., p. 329.

30Vu de l’extérieur, Cohen apparaissait en 1870 comme un fidèle disciple de la Völkerpsychologie. Lorsque parut le livre de Jürgen Bona Meyer sur la psychologie de Kant, qui eut un grand retentissement, c’est Cohen qui en assura la recension dans l’esprit de l’école. Il souligna que la combinaison de motifs systématiques et historiques opérée ici constituait un progrès mais il en critiquait la réalisation concrète. En même temps il entreprenait de sauver l’honneur de la psychologie herbartienne qui avait livré des « germes fructueux » pour une théorie des facultés de l’âme60. C’est dans la même ligne de pensée que Cohen décrira « la condition méthodologique nécessaire à la réalisation d’une psychologie moderne » comme recherche « de processus élémentaires »61. Intérieurement, Cohen s’était engagé toutefois dès cette époque dans une voie philosophique bien à lui. Son œuvre La Théorie kantienne de l’expérience, qui devait faire époque dans l’histoire de la philologie kantienne et du néo-kantisme parut en 1871. Ce fut une des conditions essentielles à l’amorce d’une carrière académique.

DE BERLIN À MARBOURG

  • 62 Voir Commentar zu Kants Kritik der reinen Vernunft. Zum hundertjährigen Jubiläum derselben éd. par (...)

31Vers 1870, la Critique de la raison pure est au centre des débats philosophiques. Trendelenburg avait avancé l’affirmation que la démonstration kantienne de la subjectivité exclusive de l’espace et du temps était lacunaire, parce qu’elle ne tenait pas compte de la constitution objective de l’espace comme partie de la réalité. Kuno Fischer, historien de la philosophie de Heidelberg, contredit ce point de vue et déclencha ainsi un violent débat parmi les spécialistes62. Ce qui était en jeu ici, c’était aussi l’affirmation de la philosophie face aux sciences de la nature, jouissant de succès de plus en plus notables. Avant tout il s’agissait de déterminer si avec la critique kantienne de la raison, la philosophie possédait un fondement solide pour une théorie moderne de la connaissance.

  • 63 Voir Hermann Cohen, « Zur Kontroverse zwischen Trendelenburg und Kuno Fischer », in ID., Schriften (...)
  • 64 Voir Cohen, « Kontroverse », art. cité, p. 272 et p. 273, pour la citation suivante.

32Cohen rédigea pour la Zeitschrift für Völkerpsychologie un compte rendu résumant la polémique. Si l’on songe qu’il considérait la preuve kantienne comme complète, sa prise de parti pour Trendelenburg semble étonnamment claire. Chez Fischer, il critique le traitement indifférencié des écrits pré-critiques et critiques et, de manière générale, l’approche hégélienne63. Dans le cas de Trendelenburg en revanche, il mit en ligne le fait que sa méthode psychologique était fructueuse en histoire de la philosophie. En reconnaissant les questions décisives du point de vue systématique, elle le préservait aussi bien d’un savoir antiquaire que de « constructions vides »64. En même temps, la démarche de Trendelenburg incitait à une recherche sérieuse du « ressort central du système [kantien] ».

  • 65 Voir Cohen, Briefe, p. 24 sq., ici p. 25.
  • 66 Voir Schmidt, Psychologie, p. 30.

33À l’arrière-plan de cette appréciation cohenienne se trouvait sa propre lecture de la Critique de la raison pure. Dès le 2 août 1870, il avait écrit à Hermann Lewandowski qu’il voulait dépasser le dualisme de la théorie kantienne de la connaissance pour « fonder un idéalisme » pur65. La refondation de la théorie kantienne de l’a priori faisait partie des projets centraux de la Völkerpsychologie, Steinthal s’occupa donc de trouver un éditeur reconnu pour le jeune érudit, dont l’étude La Théorie kantienne de l’expérience parut en 1871 chez Ferdinand Dümmler66.

  • 67 Hermann Cohen, Kants Theorie der Erfahrung, Berlin 1871, nouvelle édition, Hildesheim, Zurich et N (...)
  • 68 Voir Cohen, Kants Theorie der Erfahrung, p. 206.

34La monographie du jeune philosophe dépassait cependant de loin les buts de la Völkerpsychologie, Cohen ne cherchant pas à établir un rapport équilibré entre éléments a posteri et a priori de la connaissance mais à légitimer un pur idéalisme. Sa thèse centrale était que Kant avait découvert un nouveau concept de l’expérience, constitué par la science exacte mathématique67. Il y associait une nouvelle interprétation de la théorie kantienne de l’a priori puisqu’il s’agissait à présent de prouver la constitution mathématique de la réalité. Le résultat était une image extrêmement scientifique du monde, car seules les propositions a priori telles qu’elles sont données dans « les mathématiques et les sciences de la nature » constituaient pour Cohen le contenu totalement légitimé de l’expérience68.

  • 69 Concernant la réception, voir Geert Edel, « Einleitung », in Hermann Cohen, Kants Theorie der Erfa (...)

35Les réactions à cette œuvre ambitieuse furent pour la plupart positives69. On loua surtout la minutie philologique et la concision de l’interprétation. On disposait enfin d’une explication de la Critique de la raison pure qui ne consolidait pas seulement le caractère scientifique de la philosophie mais qui offrait également un cadre dans lequel pouvait s’insérer un projet de développement des sciences modernes.

  • 70 Voir UAHU Berlin, Phil. Fak. 28, f° 238 r, la décision du 29 février 1872.
  • 71 Voir UAHU Berlin, Phil. Fak. 28, f° 279-281 r.

36Malgré l’accueil favorable que la Théorie kantienne de l’expérience reçut dans le public lettré, la tentative d’une habilitation à Berlin échoua. Sur recommandation de Trendelenburg et de Friedrich Harms, la faculté décida « unanimement » de « rejeter cette candidature »70. Ceci n’était pas surprenant outre mesure, vu que Cohen avait contesté l’interprétation de Kant par Trendelenburg et ne disposait d’aucun mentor à Berlin. Plus d’un an après la mort de Trendelenburg, en mars 1873, Cohen fit une deuxième tentative pour obtenir la venia legendi, mais, cette fois-ci également, l’Université de Berlin adopta une attitude réticente. On refusa de faire un prérapport sur La Théorie kantienne de l’expérience, déjà examiné une fois, et on critiqua les défauts formels d’un autre manuscrit, La Fondation de l’éthique par Kant, que Cohen y avait joint. Le successeur de Trendelenburg, l’historien de la philosophie Eduard Zeller, semblait tout particulièrement avoir une opinion défavorable concernant les capacités de Cohen. S’il ne voulait pas de nouveau faire face à un échec, ce dernier n’avait pas d’autre choix que de retirer sa candidature71.

  • 72 Voir Cohen, Briefe, p. 34 sq., 37 sq. et 42 sq.

37À cet échec professionnel s’ajoutèrent des problèmes privés. La mère de Cohen mourut en 1873 et son père était déjà un homme âgé à la santé fragile. Dans cette situation désespérée une perspective inespérée s’offrit. Cohen avait envoyé La Théorie kantienne de l’expérience au professeur de philosophie de Marbourg, Friedrich Albert Lange, qui après une lecture approfondie était parvenu à un jugement plus que positif72. Il avait tout particulièrement été convaincu par la cohérence interne de l’interprétation et par sa signification méthodologique pour les problèmes fondamentaux des sciences exactes.

  • 73 Voir Köhnke, Entstehung, p. 302-319.
  • 74 Voir Sieg, Aufstieg, p. 89 sq., ainsi que Armin Klein, « Friedrich Albert Lange und die Marburger (...)

38Lange, qui avait payé ses protestations contre les budgets militaires de Bismarck par plusieurs années d’émigration en Suisse, devait sa nomination à Marbourg à la politique universitaire libérale de l’« ère Falk »73. À une époque de développement intensif des universités l’auteur de La Question ouvrière et de l’Histoire du matérialisme était pour ainsi dire devenu « professorable » du jour au lendemain. À l’Université de Marbourg, qui après avoir été hessoise devint rapidement une université prussienne modèle, on accorda une chaire à Lange en raison de son ouverture à l’égard des sciences empiriques74. Heureusement pour Cohen, il n’oublia pas alors sa longue expérience de la marginalité universitaire.

  • 75 Concernant l’habilitation de Cohen à Marbourg, voir SIEG, Aufstieg, p. 114 sq.
  • 76 La thèse d’habilitation parut à Berlin en 1873 sous le titre Die systematischen Begriffe in Kants (...)

39Cohen avait bien besoin du soutien de Lange lors de sa demande d’habilitation à Marbourg en juin 187375. Une fois de plus il avait travaillé un peu trop vite et la faculté de philosophie déplora les nombreuses fautes de son étude Les Écrits précritiques de Kant dans leur rapport avec l’idéalisme critique. Son appréciation sévère de Kuno Fischer suscita également des réserves importantes, mais Lange protégea le candidat et la faculté se contenta d’indiquer quelques passages à retravailler. Cohen s’y soumit et renonça de plus à toute critique de Kuno Fischer76. Lors de l’examen oral, Lange se concentra sur les domaines dans lesquels Cohen était spécialisé, l’interprétation de Kant par Trendelenburg, et le 6 novembre la venia legendi lui fut décernée.

  • 77 Voir Julius Ebbinghaus, « Zur Berufung Cohens auf den Marburger Lehrstuhl », Archiv für Philosophi (...)
  • 78 Voir UAHU Berlin, Phil. Fak. 28, f° 237 r-238 r et f° 242 r ; et Sieg, Aufstieg, p. 115 sq.

40Lorsque, peu de temps, après une chaire de philosophie se libéra à Marbourg, Lange s’engagea de nouveau pour son protégé. Dans son rapport du 20 juin 1874, il souligna les dons pédagogiques de Cohen et sa culture mathématico-scientifique. Il le sentait capable de « former une École qui pourrait devenir le noyau des études philosophiques dans notre Université et qui pourrait ainsi se développer de manière fructueuse pour d’autres domaines également »77. Mais on préféra à Cohen l’idéaliste Julius Bergmann, qui jouissait du soutien du ministère de l’Éducation prussien. De plus l’habilitation de ce dernier en 1871 s’était déroulée sans aucun problème et son mentor Eduard Zeller était actif derrière les coulisses à Marbourg78.

  • 79 Geheimes Staatsarchiv Berlin, Rep. 76 Va Sekt. 12 Tit. IV Nr. 2, Bd. 3, f° 133 ; et SIEG, Aufsti (...)

41Ce n’est qu’après la mort de Lange en novembre 1875 que le vent tourna à la faculté de philosophie. On voyait désormais dans le penseur juif un candidat idéal pour poursuivre la tradition de Lange et on lui reconnaissait un profil exceptionnel en philosophie des sciences. Le botaniste Albert Wigand insista cependant pour qu’en raison de son appartenance religieuse Cohen n’obtienne que le titre de professeur honoraire, tandis que le théologien Ernst Ranke soulignait que l’attribution d’une chaire à un Israélite pouvait « encore accentuer la diminution des étudiants en théologie déjà bien entamée chez nous aussi79 ».

  • 80 Meyer Hamburger, « Rezension von “Hermann Cohen, Kants Theorie der Erfahrung” », ZfVS, 8 (1875), p (...)
  • 81 Id., ibid., p. 110 sq.

42En pleine discussion autour de la succession de Lange parut dans la Zeitschrift für Völkerpsychologie und Sprachwissenschaft un compte rendu détaillé de La Théorie kantienne de l’expérience, rédigé par le mathématicien Meyer Hamburger, qui louait sur plus de trente pages la valeur de l’œuvre de Cohen. Il pensait comme Cohen que la Critique de la raison pure devait être lue comme une critique de l’expérience et décrivait ce point de vue de manière apodictique comme « seul valable »80. Hamburger prenait parti de manière insistante pour Cohen contre Trendelenburg, qui n’avait selon lui tout simplement pas compris la « particularité de la connaissance transcendantale […] consistant à faire complètement abstraction des choses ». Et il accréditait l’œuvre de Cohen de ce « soin de l’exactitude […] qu’on ne peut attendre que de l’amour le plus absolu de la cause philosophique et de la conviction la plus profonde dans la cause de la vérité »81. Il est difficile de déterminer dans quelle mesure cette recension a favorisé la réception du livre de Cohen et sa nomination à un poste de professeur, mais sa longueur à elle seule prouve combien on était bien disposé dans la revue envers Cohen.

  • 82 Comme le formulait Thomas Nipperdey (Deutsche Geschichte 1866-1918, Bd. 1 : Arbeitswelt und Bürger (...)

43Les espoirs qu’on avait placés en Cohen ne devaient pas être déçus. Rapidement il déploya une activité d’enseignement très étendue et forma effectivement une École qui fit au tournant du siècle de Marbourg une « Mecque de la philosophie continentale »82.

  • 83 Voir Adelmann, « Steinthal und Cohen », op. cit., p. 18, n. 8.

44Comment expliquer que le parcours académique de Cohen ait finalement abouti à ce succès ? En dehors de sa détermination, il possédait une intuition des thèmes porteurs et ne redoutait pas le débat public, mais les jeunes universitaires talentueux et sûrs d’eux-mêmes ne manquaient pas à l’époque en Allemagne. De plus la thèse laborieusement soutenue ainsi que les échecs des tentatives d’habilitation à Berlin démontrent les réserves académiques. Le fossé entre ses prétentions programmatiques et les défauts formels, apparaissant lors de leur réalisation, était par trop large. Mais les dons de Cohen suffirent à ce que Steinthal et Lazarus le prennent sous leur aile et qu’il apparaisse durant un temps comme un des auteurs les plus importants de leur revue83. Mais cela n’aurait guère suffi pour une carrière scientifique si Cohen n’avait pas rencontré en Friedrich Albert Lange un érudit qui soutint de manière continue ses ambitions.

45Lui-même longtemps marginalisé, Lange ne reconnut pas seulement le talent de Cohen mais comprit aussi le caractère précaire de sa situation professionnelle. Il soutint le jeune érudit avec une grande énergie et parvint à surmonter les résistances antisémites non négligeables au sein de l’Université. À cela s’ajoutaient des circonstances objectives. Le développement de l’enseignement supérieur prussien créa de nouveaux postes, y compris en sciences humaines (Geisteswissenschaften) et assouplit légèrement les schémas d’exclusion usuels, tandis que la tendance libérale de la politique de l’enseignement supérieur durant l’« ère Falk » favorisait le recrutement de chercheurs juifs.

  • 84 Hamburger, « Rezension », p. 111.
  • 85 Edel, Vernunftlogik, p. 19.

46Il ne faut pas oublier non plus que du point de vue du contenu de ses travaux, Cohen représentait une offre bien attrayante. Son interprétation de Kant pouvait être comprise comme une réponse aux doléances de Virchow, qui déplorait que les sciences n’aient pas encore abouti à une définition claire du processus de connaissance. Hamburger avait montré à juste titre que l’interprétation cohenienne de Kant était capable « de préparer le terrain pour une entente entre les esprits »84. Elle l’était parce qu’elle reflétait suffisamment le besoin de légitimation de la philosophie universitaire, le problème clé de l’époque étant de « reconquérir pour la philosophie le rang de science »85. Étant donné l’essor très rapide des sciences exactes, cela signifiait que la philosophie devait démontrer son importance pour le processus de connaissance, et c’est précisément sur ce point que le néo-kantisme se fit l’héritier de la Völkerpsychologie, dont les schémas d’interprétation allaient plutôt dans le sens de la multiplicité et de la différence que dans celui de l’homogénéité et d’une possible universalisation.

  • 86 Voir Reinhard Brandt, « Hermeneutik und Seinslehre bei Hermann Cohen », in Reinhardt Brandt et Fra (...)

47Si l’on s’interroge donc de nouveau sur l’influence que la Völkerpsychologie eut sur Cohen, il ne faut pas se perdre dans les détails. Car il est évident que dans un « idéalisme logique » les éléments obtenus a posteriori ne peuvent occuper qu’une position marginale. La lecture des écrits de Cohen rédigés durant cette phase berlinoise vaut pourtant la peine, car ils contiennent un grand nombre de convictions que le philosophe conserva toute sa vie. Cela va de l’estime pour le judaïsme monothéiste jusqu’à l’évaluation de Platon comme ancêtre de la science mathématique et par conséquent de la philosophie critique. Ils sont des modèles de cette forme héroïque de l’écriture de l’histoire de la philosophie qui devint courante dans le néo-kantisme de Marbourg86.

  • 87 Écrit du 15 août 1871 de Cohen à Louis et Helene Lewandowsky. Cohen, Briefe, p. 31 sq., ici p. 32. (...)

48Enfin, la psychologie resta la clé de voûte du système cohenien, et c’est à elle qu’il incombait de prouver la vérité de l’ensemble. Comme Cohen n’en rédigea pas de présentation, on ne peut que supposer sous quelle forme il se serait rattaché à des questionnements propres à la Völkerpsychologie, mais il est significatif qu’il ait lutté toute sa vie avec le problème de la psychologie. Avec un profond assentiment, le philosophe citait en 1871 le Talmud : « Le travail ne t’incombe pas pour que tu l’achèves mais tu n’es pas libre de t’y soustraire87. » Cette phrase caractérise peut-être non seulement sa « vision idéaliste du monde » mais aussi son rapport à la psychologie.

Notes

1 Voir Hartwig Wiedebach, « Das Problem eines einheitlichen Kulturbewußtseins. Zur Person des deutsch-jüdischen Philosophen Hermann Cohen », Aschkenas, 10 (2000) p. 417-441, ici p. 432-435. Pour le contexte historique général, voir Michael A. Meyer, » Great Debate on Antisemitism. Jewish Reaction to New Hostility in Germany 1879-1881 », Leo Baeck Institute Year Book, 11 (1966), p. 137-170, et Ulrich SIEG, « Bekenntnis zu nationalen und universalen Werten. Jüdische Philosophen im Deutschen Kaiserreich », Historische Zeitschrift, 263 (1996), p. 609-639, ici p. 611-621.

2 Lettre du 18 déc. 1899 à Sigmund Maybaum in Moritz Lazarus und Heymann Steinthal die Begründer der Völkerpsychologie in ihren Briefen, mit einer Einleitung hg. von Ingrid Belke » (vol. 1, Tübingen 1971, p. 231). Pour la critique de Cohen voir sa recension in Monatsschrift für Geschichte und Wissenschaft des Judentums 43 (1899), p. 385-400 et 433-449, reprise in Hermann Cohen, Jüdische Schriften, éd. par Bruno Strauß, vol. 3, Berlin, 1924, p. 1-35.

3 Voir Helmut Holzhey, Cohen und Natorp, vol. 1 : Ursprung und Einheit. Die Geschichte der “Marburger Schule” als Auseinandersetzung um die Logik des Denkens, Bâle et Stuttgart 1986, p. 22-32, ainsi que Ulrich Sieg, Aufstieg und Niedergang des Marburger Neukantianismus. Die Geschichte einer philosophischen Schulgemeinschaft, Würzburg, 1994, p. 211-234.

4 Voir Walter Kinkel, Hermann Cohen. Eine Einführung in sein Werk, Stuttgart, 1924, p. 37 sq.

5 Voir Shulamit Volkov, « Soziale Ursachen des Erfolgs in der Wissenschaft. Juden im Kaiserreich », Historische Zeitschrift, 245 (1987), p. 315-342, et « Juden als wissenschaftliche “Mandarine” im Kaiserreich und in der Weimarer Republik. Neue Überlegungen zu sozialen Ursachen des Erfolgs jüdischer Naturwissenschaftler », Archiv für Sozialgeschichte, 37 (1997), p. 1-18.

6 Voir la description de la pression du discours dominant et de son internalisation par Peter Gay, « Begegnung mit der Moderne. Die deutschen Juden in der Wilhelminischen Kultur », in : ID., Freud, Juden und andere Deutsche. Herren und Opfer in der modernen Kultur, München 1989, p. 115-188. Concernant le caractère protestant des valeurs académiques voir Gangolf Hübinger, Kulturprotestantismus und Politik. Zum Verhältnis von Liberalismus und Protestantismus im wilhelminischen Deutschland, Tübingen, 1994, p. 263-275.

7 Voir Miriam Gebhardt, Das Familiengedächtnis. Erinnerung im deutsch-jüdischen Bürgertum 1890 bis 1932, Stuttgart, 1999. Voir aussi Ulrich Sieg, « Der Preis des Bildungsstrebens. Jüdische Geisteswissenschaftler im Kaiserreich », in Andreas Gotzmann, Rainer Liedtke et Till Van Rahden (éd.), Juden, Bürger, Deutsche. Zur Geschichte von Vielfalt und Differenz 1800-1933, Tübingen, 2001, p. 67-95, ici p. 93 sq.

8 Voir Kinkel, Hermann Cohen, op. cit., p. 352 sq.

9 Voir Gustav Witkowsky, « Deutschtum und Judentum. Eine Besprechung », in Die jüdische Presse, 46 (1915), p. 452.

10 En ce qui concerne la toute première jeunesse de Cohen, quasiment inconnue de la recherche, voir Franz Orlik, Hermann Cohen (1842-1918). Kantinterpret. Begründer der “Marburger Schule”. Jüdischer Religionsphilosoph, eine Ausstellung in der Universitätsbibliothek Marburg vom 1. Juli bis 14. August 1992, mit einer Einführung von Reinhard Brandt, Marbourg, 1992, p. 11-17.

11 Sur Friederike Cohen, née Salomon, nous ne disposons pratiquement d’aucune information. Une esquisse biographique est donnée par Heinrich Riegner : « Hermann Cohen – Der Mensch », Bulletin des Leo Baeck Instituts, 2 (1958/59), p. 113-134, ici p. 114. D’autres détails sur la jeunesse de Cohen in Franz Orlik, “Mit der Kritik in der Hand und vor dem Auge die Domgasse abschreitend”. Der Philosoph Hermann Cohen (1842-1918) aus Coswig », in Wegweiser durch das jüdische Sachsen-Anhalt, im Auftrag der Moses Mendelssohn Akademie hg. von Jutta Dick u. Marina Sassenberg, Potsdam, 1998, p. 262-269, ici p. 262 sq.

12 Simone Lässig, « Bildung als kulturelles Kapital ? Jüdische Schulprojekte in der Frühphase der Emanzipation », in Andreas Gotzmann, Rainer Liedtke et Till Van Rahden (éd.), Juden, Bürger, Deutsche, op. cit., p. 263-298 et surtout p. 288 sq.

13 Hermann Cohen, Briefe, éd. par Bertha et Bruno Strauß, Berlin, 1939, p. 11-17, ici p. 12 sq.

14 Id., Ibid., p. 14.

15 Orlik, Hermann Cohen, op. cit., p. 25 sq.

16 Id., Ibid., p. 24.

17 Klaus Christian Köhnke, Entstehung und Aufstieg des Neukantianismus. Die deutsche Universitätsphilosophie zwischen Idealismus und Positivismus, Francfort/Main, 1986, p. 23-57, ici p. 23, qui évoque la marginalisation de Trendelenburg dans l’histoire de la philosophie. Voir aussi Volker Gerhardt, Reinhard Mehring et Jana Rindert, Berliner Geist. Eine Geschichte der Berliner Universitätsphilosophie bis 1946. Mit einem Ausblick auf die Gegenwart der Humboldt-Universität, Berlin, 1999, p. 91-95 et passim.

18 Voir Hinrich Knittermeyer, « Hermann Cohen (1842-1918) / Philosoph », in Ingeborg Schnack (éd.), Lebensbilder aus Kurhessen und Waldeck 1830-1930, Bd. 5, Marbourg, 1955, p. 1132, ici p. 14.

19 Universitätsarchiv der Humboldt-Universität zu Berlin (UAHU Berlin) Phil. Fak. 1504, f° 307 r-315 r. Ibid., f° 304 r.

20 UAHU Berlin, Phil. Fak. 1504, f°. 312 r-313 v. Ibid. pour les citations suivantes.

21 Voir Cohen, Briefe, p. 17 sq., ici p. 19.

22 Le vote d’Ulrici du 17 septembre 1865 est cité d’après Orlik, (Hermann Cohen, p. 30).

23 Id., ibid., p. 33.

24 Cohen, Briefe, p. 17.

25 Voir les souvenirs de Cohen évoqués dans sa lettre du 25 nov. 1885 à Mathilde Burg, ibid., p. 57.

26 Voir Ingrid Belke, « Einleitung », in Moritz Lazarus und Heymann Steinthal die Begründer der Völkerpsychologie in ihren Briefen, Bd. 1, op. cit., p. XVI sq.

27 Voir id., ibid., p. XCV.

28 Cité d’après Kinkel, Hermann Cohen, p. 39. Pour la dimension personnelle des relations entre Cohen et Steinthal, voir Winrich de Schmidt, Psychologie und Transzendentalphilosophie. Zur Psychologie-Rezeption bei Hermann Cohen und Paul Natorp, Bonn, 1976, p. 29, ainsi que Dieter Adelmann, « H. Steinthal und Hermann Cohen », in : Stéphane Mosès u. Hartwig Wiedebach (Eds.), Hermann Cohen‘s Philosophy of Religion. International Conference in Jerusalem, 1996, Hildesheim, Zurich et New York, 1997, p. 1-33, et surtout p. 7 sq.

29 Cohen, « Philosophorum de antinomia necessitatis et contingentiae doctrinae », in ID, Schriften zur Philosophie und Zeitgeschichte, hg. von Albert Görland und Ernst Cassirer, vol. 1, Berlin 1928, p. 1-29 [à l’origine Halle, 1865], ici p. 29

30 Concernant l’enseignement de Lazarus, voir Gerhardt, Mehring, Rindert, Berliner Geist, op. cit., p. 137-143. Concernant les affinités philosophiques entre Lazarus et Cohen, voir Dieter Adelmann, « Kavana and Cantorial Background in Hermann Cohen’s Concept of Philosophy », Conférence dans le cadre de Voice of Ashkenaz : Remembrance and Renewal. An International Conference on the Music and Culture of German and Central European Jewry, 7-11 nov. 1997, New York City.

31 Voir Klaus Christian Köhnke, Der junge Simmel in Theoriebeziehungen und Bewegungen, Francfort/Main, 1996, p. 51 sq., ainsi que du même auteur, Entstehung, op. cit., p. 357 sq.

32 Hermann Cohen, « Die platonische Ideenlehre psychologisch entwickelt », ZfVS, 4 (1866), p. 403-464 ; repris dans Schriften zur Philosophie und Zeitgeschichte, op. cit., p. 30-97, ici p. 30 sq. Concernant l’interprétation de Platon chez le jeune Cohen voir Karl-Heinz Lembeck, « Cohens frühe Platon-Deutung und seine Quellen », in il cannocchiale, année 1991, n° 1-2, p. 89-116 ; Peter Schulthess, « Platon : Geburtsstätte des Cohenschen Apriori ? », in : Reinhard Brandt u. Franz Orlik (éd.), Philosophisches Denken – Politisches Wirken. Hermann-Cohen-Kolloquium, Marbourg, 1992, Hildesheim, Zurich et New York, 1993, p. 55-75. Concernant la vision de Platon dans le néo-kantisme de Marbourg, Karl-Heinz Lembeck, Platon in Marburg. Platonrezeption und Philosophiegeschichtsphilosophie bei Cohen und Natorp, Würzburg, 1994.

33 Voir Cohen, « Ideenlehre », p. 32, n. 1.

34 Cohen, « Ideenlehre », p. 33. Cette référence, qui devint ensuite comme l’emblème du néo-kantisme de Marbourg se trouve dans la Critique de la raison pure, B 370. Pour l’interprétation voir Klaus Christian Köhnke, « “Unser junger Freund”. Hermann Cohen und die Völkerpsychologie », in Wolfgang Marx et Ernst Wolfgang Orth (éd.), Hermann Cohen und die Erkenntnistheorie, Würzburg, 2002, p. 62-77, ici p. 63-70.

35 Voir Cohen, « Ideenlehre », p. 35 sq.

36 Id., ibid., p. 40.

37 Id., ibid., p. 52.

38 Id., ibid., p. 53. Concernant le concept de « forme interne de la langue » et son rôle pour les écrits coheniens de cette époque, voir Adelmann, « Steinthal und Cohen », op. cit., p. 2, et Hartwig Wiedebach, « Zu Steinthals Theorie vom Ursprung der Sprache und des jüdischen Monotheismus », in Hartwig Wiedebach et Annette Winckelmann (éd.), Chajim H. Steinthal, Sprachwissenschaftler und Philosoph im 19. Jahrhundert, Leyde, Boston et Cologne, 2002, p. 89109, ici p. 90 sq.

39 Voir Cohen, « Ideenlehre », p. 80.

40 Id., ibid., p. 55.

41 Voir Id., ibid., p. 70-71. Concernant l’importance de Fichte pour le jeune Cohen, voir Köhnke, « Freund », op. cit., p. 69 sq.

42 Hermann Cohen, « Mythologische Vorstellungen von Gott und Seele, psychologisch entwickelt », in id., Schriften zur Philosophie und Zeitgeschichte, hg. von Albert Görland und Ernst Cassirer, Bd. 1, Berlin 1928 [à l’origine ZfVS, 5 (1868), p. 396-434 et 6 (1869), p. 113-131], p. 88140, ici p. 89.

43 Concernant la « position démythologisante » de Cohen, voir Schmidt, Psychologie, p. 33, et Kinkel, Hermann Cohen, p. 42 sq.

44 Cohen, « Vorstellungen », p. 89.

45 id., ibid., p. 98.

46 id., ibid., p. 103.

47 id., ibid., p. 113.

48 id., ibid., p. 120-121.

49 Cohen, « Die dichterische Phantasie und der Mechanismus des Bewusstseins », in ID., Schriften zur Philosophie und Zeitgeschichte, hg. von Albert Görland und Ernst Cassirer, Bd. 1, Berlin 1928 [à l’origine ZfVS, 6 (1869), p. 173-263], p. 141-228, ici p. 145.

50 ID., ibid., p. 148. Concrètement, l’argumentation de Cohen s’attaque ici aux théories de l’hégélien Friedrich Theodor Vischer : Aesthetik oder Wissenschaft des Schönen. Zum Gebrauche für Vorlesungen, 3 vol., Reutlingen et Leipzig, 1846 – Stuttgart, 1857.

51 Cohen, « Phantasie », p. 151.

52 ID., ibid., p. 161.

53 Id., ibid., p. 166.

54 Voir Dieter Adelmann, Einheit des Bewußtseins als Grundproblem der Philosophie Hermann Cohens, Heidelberg 1968, ainsi que Holzhey, Cohen und Natorp, vol. 1, p. 336-339 et passim.

55 Cohen, « Phantasie », p. 168, p. 181, pour la citation suivante.

56 Id., ibid., p. 212.

57 Id., ibid., p. 228.

58 Id., ibid., p. 195.

59 Voir Holzhey, Cohen und Natorp, Bd. 1, S. 344f. Concernant l’excellente connaissance qu’avait Cohen des sources juives, voir Michael Zank, « Hermann Cohen und die rabbinische Literatur », in Stéphane Mosès et Hartwig Wiedebach (éd.), Hermann Cohen’s Philosophy of Religion, op. cit., p. 263-291.

60 Hermann Cohen, « Rezension von “Jürgen Bona Meyer, Kant’s Psychologie” », ZfVS, 7 (1871), p. 320-330, ici p. 324.

61 Id., ibid., p. 329.

62 Voir Commentar zu Kants Kritik der reinen Vernunft. Zum hundertjährigen Jubiläum derselben éd. par Hans Vaihinger, 2 vol., Stuttgart 1881 et Stuttgart, Berlin et Leipzig 1892, ici vol. 2, p. 290-326 et p. 546sq., ainsi que Köhnke, Entstehung, p. 257-273.

63 Voir Hermann Cohen, « Zur Kontroverse zwischen Trendelenburg und Kuno Fischer », in ID., Schriften zur Philosophie und Zeitgeschichte, op. cit. [à l’origine ZfVS 7 (1861), p. 249-296], p. 229-275. L’interprétation la plus récente : Ernst Wolfgang Orth, « Trendelenburg und die Wissenschaft als Kulturfaktum », in Wolfgang Marx et Ernst Wolfgang Orth (éd.), Hermann Cohen und die Erkenntnistheorie, Würzburg, 2002, p. 49-61.

64 Voir Cohen, « Kontroverse », art. cité, p. 272 et p. 273, pour la citation suivante.

65 Voir Cohen, Briefe, p. 24 sq., ici p. 25.

66 Voir Schmidt, Psychologie, p. 30.

67 Hermann Cohen, Kants Theorie der Erfahrung, Berlin 1871, nouvelle édition, Hildesheim, Zurich et New York 1987, ici p. 3. Voir Geert Edel, Von der Vernunftkritik zur Erkenntnislogik. Die Entwicklung der theoretischen Philosophie Hermann Cohens, Fribourg et Munich, 1988, p. 26-99.

68 Voir Cohen, Kants Theorie der Erfahrung, p. 206.

69 Concernant la réception, voir Geert Edel, « Einleitung », in Hermann Cohen, Kants Theorie der Erfahrung, op. cit., p. 8-59, ici p. 54-58.

70 Voir UAHU Berlin, Phil. Fak. 28, f° 238 r, la décision du 29 février 1872.

71 Voir UAHU Berlin, Phil. Fak. 28, f° 279-281 r.

72 Voir Cohen, Briefe, p. 34 sq., 37 sq. et 42 sq.

73 Voir Köhnke, Entstehung, p. 302-319.

74 Voir Sieg, Aufstieg, p. 89 sq., ainsi que Armin Klein, « Friedrich Albert Lange und die Marburger Schule des Neukantianismus », in Jörg Jochen Berns (éd.), Marburg-Bilder. Eine Ansichtsssache. Zeugnisse aus fünf Jahrhunderten, vol. 2, Marbourg 1996, p. 259-270, ici p. 259 et 268.

75 Concernant l’habilitation de Cohen à Marbourg, voir SIEG, Aufstieg, p. 114 sq.

76 La thèse d’habilitation parut à Berlin en 1873 sous le titre Die systematischen Begriffe in Kants vorkritischen Schriften nach ihrem Verhältnis zum kritischen Idealismus.

77 Voir Julius Ebbinghaus, « Zur Berufung Cohens auf den Marburger Lehrstuhl », Archiv für Philosophie, 9 (1959), p. 90 sq., ici p. 91, et Sieg, Aufstieg, op. cit., p. 115 sq.

78 Voir UAHU Berlin, Phil. Fak. 28, f° 237 r-238 r et f° 242 r ; et Sieg, Aufstieg, p. 115 sq.

79 Geheimes Staatsarchiv Berlin, Rep. 76 Va Sekt. 12 Tit. IV Nr. 2, Bd. 3, f° 133 ; et SIEG, Aufstieg, op. cit., p. 117 sq.

80 Meyer Hamburger, « Rezension von “Hermann Cohen, Kants Theorie der Erfahrung” », ZfVS, 8 (1875), p. 74-112, ici p. 76 ; p. 80 sq., pour la citation suivante.

81 Id., ibid., p. 110 sq.

82 Comme le formulait Thomas Nipperdey (Deutsche Geschichte 1866-1918, Bd. 1 : Arbeitswelt und Bürgergeist, Munich, 1990, p. 681).

83 Voir Adelmann, « Steinthal und Cohen », op. cit., p. 18, n. 8.

84 Hamburger, « Rezension », p. 111.

85 Edel, Vernunftlogik, p. 19.

86 Voir Reinhard Brandt, « Hermeneutik und Seinslehre bei Hermann Cohen », in Reinhardt Brandt et Franz Orlik (éd.), Philosophisches Denken – Politisches Wirken. Hermann-Cohen-Kolloquium Marbourg 1992, Hildesheim, Zurich et New York, 1993, p. 37-54, ici p. 42 sq., ainsi que Lembeck, « Cohens frühe Platon-Deutung », p. 96 et 115 sq.

87 Écrit du 15 août 1871 de Cohen à Louis et Helene Lewandowsky. Cohen, Briefe, p. 31 sq., ici p. 32. Id., ibid., pour la citation suivante.

© CNRS Éditions, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search