Version classiqueVersion mobile

La fabrique de l'éthique

 | 
Romain Huët

Préface

Pierre Delcambre

Texte intégral

1La fabrique de l’éthique : un tel titre fera clin d’œil à bien des chercheurs en sciences sociales.

2Les recherches sur l’éthique se sont tellement développées ces deux dernières décennies que le lecteur curieux se sera certainement penché sur la quatrième de couverture ou qu’il aura feuilleté le livre pour mieux identifier le domaine concerné et l’approche. Il aura cherché des mots récurrents. « Régulation sociale des entreprises » – que le sigle « RSE » remplace régulièrement – « Charte de la diversité ». On serait donc du côté de l’« éthique des affaires » ? L’ouvrage s’intéresserait aux dimensions éthiques de la gouvernance d’entreprise et à la construction sociale de la régulation, pour reprendre un vocabulaire contemporain qu’une recherche rapide sur internet suffit à repérer ?

3De fait l’ouvrage s’attache à une période récente : au plus large, il s’agit des vingt dernières années marquées par les problèmes sociaux et environnementaux liés à la « mondialisation », aux changements d’implantation de firmes dans une économie où les industries de process cherchent à réduire les coûts de main-d'œuvre et les coûts de transport des matières premières. Dans ce contexte des entrepreneurs et leurs conseils confrontent leurs intérêts aux organismes « régulateurs » internationaux, cherchent à influer, et négocient en termes de « développement durable » et d’« éthique des affaires ». Pourtant ce livre s’attache à une période encore plus courte (2004-2008) et à une situation en contexte français, en étudiant le processus de mise en place de « la » « Charte de la diversité ».

4En fait, dans le titre, il faut entendre « la fabrique » ; l’éthique est un horizon ou un concept qui fait enjeu pour les négociations d’acteurs. Le travail que Romain Huët présente dans cet ouvrage s’intéresse moins au contexte global et à la traduction française de la « régulation sociale des entreprises » qu’aux dynamiques sociales. Celles qui contribuent à construire, dans les entreprises, de nouvelles problématiques (l’éthique des affaires, par exemple), de nouvelles modalités d’action pour des professions (les procédures d’embauche pour les directions des ressources humaines, par exemple) voire de nouvelles compétences pour une réorganisation de la division du travail (un service « développement durable », par exemple). Mais je tromperais le lecteur si je lui disais que c’est cela l’objet de l’ouvrage ! L’originalité de la recherche présentée ici par un jeune chercheur, c’est précisément de s’intéresser au monde des entreprises avant que ces nouvelles problématiques, ces nouvelles modalités d’action, ces nouvelles professionnalités ne s’installent dans l’entreprise.

5C’est pourquoi l’introduction de l’ouvrage cherche à inscrire la réflexion dans la perspective du lobbying. On aurait pu aussi s’appuyer sur les analyses des laboratoires d’idées (think tanks). L’intérêt de l’ouvrage est précisément de travailler sur l’aventure des réorganisations successives : sur des cercles, des groupes, des entreprises signataires… qui sont d’une mobilité étonnante. Et cela contraint la recherche en rendant malaisées les procédures les plus connues de l’enquête.

6Difficile de faire de l’analyse de discours : le discours n’est pas encore établi. Il y a encore de la négociation, les formules se cherchent, les formes imaginables de l’intervention publique se discutent. Difficile de prendre un cercle, une organisation comme lieu de l’enquête. Difficile de ne s’attacher qu’aux personnalités qui visent à entraîner et mobiliser, les relations entre monde politique et monde des affaires étant elles-mêmes poreuses et instables, la discussion sur les thématiques d’action à mettre à l’agenda des uns et des autres étant permanente.

7Les sciences de l’information et de la communication, discipline académique plutôt récente, l’approche des communications organisationnelles, qui n’a pas 20 ans, sont ici le cadre d’un travail qui doit inventer une méthode : une « charte » qui est en train d’être fabriquée. Une approche sémiologique, appuyée sur l’étude des formes qu’un tel genre de texte et d’objet a pu prendre jusqu’ici pouvait être tentante. Une approche pragmatique, s’interrogeant sur la nature de l’acte auquel revient l’engagement par la réalisation d’une charte, pouvait être utile. L’auteur ne les ignore pas. Mais nous voici aux tout débuts où il n’y a pas d’« auteur » puisque cette charte ne sera un texte de référence que dans la mesure où il aura tenu assez pour faire effet. Nous sommes bien dans la « fabrique ». On repérera en son temps les « signataires ». Romain Hüet cherche à distinguer, pour commencer, les acteurs « engagés » dans le processus. Des noms qui ne peuvent être interprétés par le lecteur que s’il suit les jeux relationnels de « personnalités ». Et s’il s’intéresse à leurs lieux de rencontre, de discussion (ici l’Institut Montaigne), il lui faut trouver une manière de suivre et les personnes et les étapes textuelles « à la trace ». Recueillir si possible les versions successives et les raisons de les modifier, et encore les jeux de mails, de rencontres, de « négociation ». Il ne s’agit pas ici de faire parler des acteurs ayant réussi leur coup institutionnel sur la saga de l’aventure, de faire surgir le discours d’institution naissante que les acteurs sont heureux de produire en public par la recherche. Le chercheur ici avance difficilement pour recueillir, interroger, trouver les formes d’écriture qui ne le « grilleront pas » tout en participant aux discussions de la communauté scientifique. Le point de vue communicationnel amène à comprendre les places des énonciateurs, les transformations du statut des paroles et des formes écrites, le sens des étapes et des temporalités de la fabrique de « la charte de la diversité ». Une étude nécessairement appuyée sur un état fragile de ce que l’on recueille et qu’on donne à voir, entre propos largement publicisés et écrits interstitiels. Le principe épistémologique qui guide finalement cette recherche, c’est que la mise en place de cette « charte de la diversité » puis la mobilisation de signataires autour d’elle est un travail. Un travail de « déplacement », aimerais-je dire.

8Une analyse fréquente aujourd’hui insisterait sur la force de réseaux. Il y en a, effectivement ; il y a bien du travail « en coulisse ». Mais la proximité de ces personnalités avec les instances gouvernementales peut à tout moment transformer le sens d’une mobilisation d’entreprises. Il me semble plus important de repérer l’instabilité des formes organisationnelles qui passent du confidentiel (groupe de contact, think tank) au public (location de salles par des associations patronales favorables à la charte organisant une séance de signatures à grande échelle). De la négociation ouverte par l’écriture stimulée par un collectif, à la gestion de la promesse que représente et l’engagement et la mobilisation d’engagés pour faire advenir une « autre époque des relations sociales dans l’entreprise », les dynamiques se cherchent des organisations et des organisateurs. Les organisations ad hoc peuvent tout aussi bien se déliter, se concurrencer.

9Suivre ce processus, c’est, par une micro-sociologie, décortiquer un pan du monde économique, s’interroger sur la manière dont peu de monde au début, puis un « mouvement de signataires » produit un « discours d’engagement ». L’auteur présente une analyse précise et montre comment se forment l’éthique et ses finalités : ce n’est pas une affaire de mode. Cela ressemble plus à une marche vers une entente prudente entre entrepreneurs et politiques, une marche complexe vers une entente prudente au sein même des organisations et des cercles patronaux.

10Romain Huët s’oriente vers l’idée que ce type de travail prend sens dans un contexte d’affaiblissement démocratique. Pour lui, la vitalité du débat social est, dans le cas de la diversité, clairement mise à défaut. S’il y a débat, celui-ci prend place en installant un autre cadre d’action que les discussions et les négociations entre partenaires sociaux. Les questions de normes et de régulation se développent sous d’autres initiatives. Et sous la bannière de l’éthique. Somme toute, l’auteur nous propose de nous interroger sur la pertinence – et la pérennité – des problématiques de la « Régulation sociale des entreprises » et de l’« éthique des affaires ». Le contexte des dernières années (2009-2011), où des États sauvent des banques puis des agences de notation dégradent des États, où les questions de « régulation » ne sont plus centrées sur la « régulation sociale des entreprises », où les organismes internationaux qui semblent compter sont plus le FMI que l’OIT ou l’OCDE, peut renforcer cette interrogation.

11Un travail sur les formes communicationnelles des relations sociales de la « sphère professionnelle » est un travail actuellement rare. Je lui souhaite des lecteurs, de la discussion et des critiques.

Auteur

Professeur émérite en sciences de l’information et de la communication, Université Lille 3

© CNRS Éditions, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search