Version classiqueVersion mobile

Quand Berlin pensait les peuples

 | 
Céline Trautmann-Waller

Quatrième partie. La psychologie des peuples de Steinthal et de Lazarus : un creuset berlinois

Le rapport critique de Dilthey à la Völkerpsychologie de Lazarus et de Steinthal

Hans-Ulrich Lessing
Traduction de Kristell Glimois

Texte intégral

  • * Les citations des Œuvres complètes de Dilthey (jusqu’à ce jour 22 volumes, édités par Groethuysen, (...)
  • 1 Voir H.-U. Lessing, « Die Idee einer Kritik der historischen Vernunft. Wilhelms Diltheys erkenntni (...)

1Au centre de l’œuvre philosophique et systématique de Dilthey* se situe l’entreprise d’une fondation philosophique des sciences de l’esprit. Dilthey a poursuivi ce projet, qu’il a d’ailleurs baptisé – non sans une certaine réserve cependant – du titre de « Critique de la raison historique » en faisant ainsi référence à Kant, pratiquement durant toute sa carrière scientifique sans être toutefois parvenu à une conclusion définitive1.

  • 2 Voir H.-U. Lessing, Wilhelm Diltheys Einleitung in die Geisteswissenschaften, Darmstadt, 2001.
  • 3 Ces traités sont rassemblés dans le tome V des Œuvres complètes. Le tome XIX des Œuvres complètes (...)

2On trouve de premières esquisses de ce projet d’une fondation des sciences de l’esprit dès les années d’étudiant de Dilthey à Berlin. Le premier grand moment de ce travail est la publication de ce que l’on nomme le « Traité de 1875 », De l’étude de l’histoire des sciences de l’homme, de la société et de l’État (V, 31-73), précurseur de son œuvre systématique majeure, l’Introduction aux sciences de l’esprit (I, IX-XX et 1-408), dont le premier et unique volume parut en 18832. Entre 1883 et 1896, Dilthey entreprit au prix d’efforts soutenus d’achever le second volume de l’Introduction qui devait contenir la véritable fondation philosophique des sciences de l’esprit et rédigea à cet effet une série de traités, très complets pour la plupart, dans les domaines de la théorie de la connaissance, de la logique et de la psychologie, mais échoua en fin de compte dans sa tentative de définir sa conception de manière systématique et unifiée3. Le grand traité académique de 1910, La Construction du monde historique dans les sciences de l’esprit (VII, 77-188) constitue l’aboutissement des efforts d’élaboration d’une « critique ». Mais cet écrit resta lui aussi un fragment puisqu’une seconde partie du traité, projetée, ne put voir le jour, le décès de Dilthey en 1911 en ayant empêché la réalisation.

3Ce projet de recherche vaste et complexe d’une « critique de la raison historique » s’explique par plusieurs motivations. D’une part Dilthey était conscient des lacunes en matière de théorie de la connaissance et de philosophie des sciences de l’école historique (cf. I, XVI), à laquelle il devait les premières étapes de son développement intellectuel. D’autre part la marche triomphale de la philosophie de l’expérience anglo-française en Allemagne depuis le début des années 1860, un phénomène qui suscitait en Dilthey des sentiments tout à fait ambivalents, joua un rôle particulièrement important dans la décision de Dilthey d’entreprendre une telle fondation des sciences de l’esprit du point de vue de la théorie de la connaissance, de la logique et de la méthodologie (voir XI, 243).

  • 4 Au sujet de la psychologie des peuples de Lazarus et Steinthal, voir en particulier I. Belke, « Ei (...)

4Ces deux impulsions décisives pour le projet d’une théorie des sciences de l’esprit font souvent oublier que l’idée d’une psychologie des peuples, élaborée par Steinthal et Lazarus, a elle aussi contribué, de manière non négligeable, au projet d’une « critique de la raison historique » formé par Dilthey4. Lazarus en particulier, avec lequel Dilthey cultiva des années durant une étroite amitié, représenta pour lui une importante stimulation intellectuelle, même si cette dernière est souvent tue, tout autant qu’un adversaire à critiquer. L’ébauche de la théorie de Dilthey, en particulier sa conception d’une psychologie descriptive et analytique et la définition du rôle de celle-ci dans le système des sciences de l’esprit se développa en grande partie à travers la confrontation avec le programme d’une psychologie des peuples élaboré par Lazarus.

5Puisque l’idée d’une psychologie des peuples a été une référence à peu près aussi importante pour la phase de formation de la « critique » de Dilthey que l’empirisme et le positivisme anglo-français, j’aimerais soutenir la thèse selon laquelle l’Introduction se comprend aussi bien comme un contre-modèle à la logique empirique de la science proposée par Mill qu’à la psychologie des peuples de Lazarus et Steinthal.

DILTHEY ET LAZARUS : DÉBUT ET FIN D’UNE AMITIÉ

6On peut en gros distinguer quatre phases dans le rapport qu’entretient Dilthey avec la psychologie des peuples.

7Durant la première phase, c’est-à-dire pendant les premières années de leur amitié, Dilthey s’identifie largement aux idées nouvelles et stimulantes de Lazarus.

8Lors de la deuxième phase, qui s’étend à peu près de 1858 à 1860, la relation scientifique et philosophique des deux amis est marquée par les distances que Dilthey prend progressivement à l’égard de Lazarus et de son projet d’une psychologie des peuples, distances qui trouvent leur source également dans le domaine personnel.

9Pendant la troisième phase, particulièrement importante, qui s’étend selon moi du début des années 1860 environ à la publication de l’Introduction, un rejet décidé et une critique incisive de la psychologie des peuples dominent chez Dilthey.

10Enfin, dans la quatrième phase, qui recouvre le milieu et la fin de l’œuvre de Dilthey, on ne trouve plus aucune confrontation explicite avec la psychologie des peuples dans ses textes. Dans le même temps, Dilthey opère dans son œuvre finale la réception du concept important d’« esprit objectif », forgé par Lazarus contre Hegel, la source de cet élément théorique n’étant toutefois pas nommée.

  • 5 Voir également H.-U. Lessing, « Dilthey und Lazarus », Dilthey-Jahrbuch für Philosophie und Geschi (...)

11Cette attitude critique de Dilthey envers la psychologie des peuples de Lazarus fera l’objet dans ce qui suit d’une étude plus précise qui se concentrera plus particulièrement sur la troisième phase. Quelques mots tout d’abord concernant les liens personnels entre Dilthey et Lazarus en guise d’entrée en matière5.

  • 6 Cf. H.-U. Lessing, « Heymann Steinthal : Linguistics with a psychological basis », in J. Leopold ( (...)
  • 7 Voir Der junge Dilthey. Ein Lebensbild in Briefen und Tagebüchern 1852-1870, éd. établie par C. Mi (...)
  • 8 Ibid., p. 28.
  • 9 Ibid., p. 28 et 31.

12Dilthey fait la connaissance de Lazarus, avec lequel il entretient par la suite une relation bien plus étroite et plus intense qu’avec le collaborateur de Lazarus, Heymann Steinthal6, entre la fin de l’année 1854 et le printemps ou l’été 1855, par l’intermédiaire de son ami Wilhelm Wehrenpfennig, professeur au lycée Joachimsthal de Berlin7. À cette époque, Dilthey étudie la théologie à l’université de Berlin et suit en même temps comme auditeur libre les cours et travaux dirigés du philosophe Friedrich Adolph Trendelenburg, qui deviendra plus tard son professeur de philosophie. Au tournant de l’année 1855-1856, il lit le premier volume de l’œuvre psychologique majeure de Lazarus La Vie de l’âme (Berlin, 1855)8 et au printemps 1856 il étudie avec lui l’hébreu9.

  • 10 Ibid., p. 50.

13Au printemps 1858, Dilthey fait part à ses parents dans une lettre du projet de Lazarus et de Steinthal de publier une revue (« Psychologie des Peuples et Philosophie du Langage ») et ajoute : « Il [Lazarus] est très agité par beaucoup d’idées nouvelles qui touchent de très près ma propre façon d’envisager les faits historiques. Il partage avec moi la conviction que les mouvements de l’histoire sont gouvernés par des lois qui sont identifiables, tout comme les lois de la nature10. »

  • 11 Ibid., p. 51.

14Dans une lettre à son frère Karl datée du mois de novembre de la même année succède à cet étonnant credo positiviste du jeune Dilthey une appréciation déjà plus différenciée de cette nouvelle science qu’est la psychologie des peuples : « Lazarus va beaucoup m’apporter. Il est engagé sur un chemin très proche de mes pensées avec une science qu’il appelle psychologie des peuples, et j’ai de très vives discussions avec lui à ce sujet. […] Peut-être vais-je lui faire perdre goût à ce concept embrouillé de “psychologie des peuples”. Je l’ai au moins amené à douter de l’exactitude de cette dénomination et de la délimitation de ces recherches11. »

  • 12 Ibid., p. 69. Voir aussi la lettre de Steinthal à Lazarus du 1-12-1860, dans laquelle il rapporte (...)
  • 13 Cette recension n’est apparemment jamais parue, aucune trace manuscrite n’en subsiste non plus dan (...)
  • 14 Der junge Dilthey, op. cit., 101.

15Au printemps 1859, Dilthey se propose de rédiger pour la revue Westermanns Monatshefte un compte rendu du premier cahier de la nouvelle revue paru entre-temps, et exprime « envers l’ensemble, pourtant manifestement juste, du projet » néanmoins « de nombreuses réserves d’ordre scientifique12 ». En février 1860, Dilthey signale avoir achevé cette recension dans laquelle il « a indiqué », comme il l’écrit, « mon opinion divergente en la matière, de manière dissimulée il est vrai, mais très ostensible pour lui [Lazarus] et mes amis. Lazarus a accueilli le compte rendu13, ainsi que le rapporte Dilthey, « toutefois avec beaucoup d’amabilité ; et une longue discussion que nous eûmes à ce sujet me montra combien il était revenu à présent de lui-même de l’amour propre du créateur d’une nouvelle science, combien ses réflexions quant à ce que son entreprise pouvait véritablement accomplir étaient à présent plus modestes14 ».

  • 15 Ibid., p. 101 sq.
  • 16 Ibid., p. 112.

16Par la suite les lettres de Dilthey montrent les premiers indices d’un certain refroidissement dans le domaine personnel. Ainsi, Dilthey critique les tentatives de Lazarus de devenir professeur honoraire à Berne et condamne sa soif de titres et sa vanité15. Mais, fait significatif, il écrit toutefois aussi dans une lettre adressée à ses parents et datée de Pâques 1860, au moment où Lazarus s’apprête à partir pour Berne : « Combien me pèse pourtant la pensée de devoir me passer de lui. Aucune autre relation ne pourra remplacer tant de profondeur, de finesse, de bonté d’âme. Ce que je deviens intellectuellement, c’est en grande partie à son impulsion que je le dois16. »

  • 17 Ibid., p. 136.
  • 18 Ibid., p. 195.
  • 19 I. Belke (éd.), Moritz Lazarus und Heymann Steinthal. Die Begründer der Völkerpsychologie in ihren (...)
  • 20 Ibid., p. 789. Sur l’en-tête de cette lettre qui se trouve dans le fond Lazarus de Berlin, Lazarus (...)
  • 21 Voir XVII, p. 36. Voir aussi le bref compte rendu de la deuxième édition du second volume (1878) d (...)
  • 22 W. Dilthey, « Ueber die Einbildungskraft der Dichter », Zeitschrift für Völkerpsychologie und Spra (...)
  • 23 Voir Moritz Lazarus, Lebenserinnerungen, bearbeitet von N. Lazarus und A. Leicht, Berlin, 1906.

17Plus de six mois après, en novembre 1860, Dilthey évoque à nouveau Lazarus et son activité d’enseignement à Berne dans une lettre à son père, pour ajouter : « Pourvu qu’il échappe à la psychologie des peuples, si confuse, pour laquelle décidément les connaissances lui manquent17. » Des contacts personnels perdurent entre Dilthey et Lazarus apparemment jusqu’à Noël 186418, ensuite la relation se distend et se réduit à une correspondance occasionnelle qui se maintient selon toute apparence jusqu’à la seconde moitié des années 1870. Ainsi nous sont parvenus une lettre à Lazarus datant du tournant de l’année 186519 et un écrit de l’année 1876 (2 décembre)20, dans lequel Dilthey transmet avec retard ses remerciements pour l’envoi de la deuxième édition du premier volume de La Vie de l’âme (Berlin, 1876) de Lazarus, dont il avait déjà rendu compte auparavant de manière brève mais favorable21. Dans le même temps, il exauce la prière formulée depuis des années par Lazarus et rédige un article pour la Zeitschrift für Völkerpsychologie und Sprachwissenschaft. La longue recension par Dilthey de la monographie de Hermann Grimm sur Goethe (Goethe. Vorlesungen, 2 volumes, Berlin, 1877) qui se développe en un véritable article, paraît en 1877 dans la dixième année de la revue22 et constitue, autant que je puisse savoir, le dernier signe d’un contact étroit avec Lazarus et son cercle. Après 1877, il n’existe plus aucune trace d’une relation personnelle entre Dilthey et Lazarus. On ne peut que spéculer sur les raisons de cette « rupture », puisque ni la correspondance de Dilthey ni les lettres de Lazarus ni l’autobiographie de ce dernier23, dans laquelle il ne mentionne d’ailleurs nulle part le nom de celui qui fut son ami, ne livrent d’indice. La raison de la fin de cette relation amicale réside sans doute d’une part dans un certain refroidissement personnel, perceptible dans les lettres de Dilthey depuis la nomination de Lazarus à Berne, mais d’autre part également dans la distance spatiale, Dilthey enseignant à Bâle, Kiel et Breslau et n’étant nommé à Berlin qu’en 1882. Il faut en outre considérer le fait que Dilthey est trop accaparé par l’élaboration de son Introduction pour continuer à suivre le développement ultérieur de la psychologie des peuples, dont les visées lui sont devenues entre-temps bien étrangères.

  • 24 Voir Der junge Dilthey, op. cit., p. 218. Voir également p. 224, 227 et 230.

18Un indice donné dans une lettre à ses parents à la mi-juillet 1866 est toutefois d’importance en ce qui concerne la genèse du grand projet systématique de Dilthey. Dilthey écrit, après avoir parlé de son cours : « J’ai également rédigé ces semaines-ci un plan exact du petit ouvrage contre Lazarus et les Lazaristes, Mill, etc. Il s’intitulera “De l’étude de l’homme et de l’histoire”24. Une ligne directe conduit de ce plan d’un livre contre Lazarus, les Lazaristes et Mill, qui, comme tant d’autres plans et esquisses du jeune Dilthey, demeura à l’état d’ébauche (voir XVIII, 1 et suiv. et 213 et suiv., XIX, 1-8, XVIII, 2-16) au « Traité de 1875 » déjà mentionné, qui constitue l’étape préliminaire majeure de l’Introduction. Dans cette mesure, la thèse selon laquelle Lazarus serait à côté de Mill la plus importante figure contrastive de l’Introduction et selon laquelle la fondation des sciences de l’esprit par Dilthey serait à comprendre également, et peut-être surtout, comme une contre-esquisse à la conception de la psychologie des peuples, gagne en plausibilité.

« VÖLKERPSYCHOLOGIE » ET « VOLKSGEIST »

  • 25 « Ueber den Begriff und die Möglichkeit einer Völkerpsychologie », Deutsches Museum. Zeitschrift f (...)

19C’est dans son article programmatique de 1851 « De la notion et de la possibilité d’une psychologie des peuples » que Lazarus avait présenté pour la première fois son concept d’une nouvelle science de l’esprit du peuple (Volksgeist)25.

  • 26 Concernant l’histoire du concept, voir A. Grossmann : « Volksgeist ; Volksseele », in J. Ritter, K (...)
  • 27 « Ueber den Begriff und die Möglichkeit einer Völkerpsychologie », art. cité, p. 112.

20Le discours scientifique sur l’esprit du peuple26 ou les différents esprits des peuples exige avant tout, selon Lazarus, que cette notion ait dans la science un lieu « où son contenu, son extension et son importance soient acquis et établis sous la forme d’une connaissance scientifique27 ». Et ce lieu doit, puisqu’il est question d’un « esprit », être situé dans la psychologie, la science de l’esprit. Cependant, un tel traitement de l’esprit du peuple fait jusqu’à présent défaut en psychologie. La tâche d’une nouvelle science psychologique qui vient s’ajouter à la psychologie individuelle et qui est conçue par analogie avec elle doit donc être de « reconnaître psychologiquement la nature de l’esprit du peuple et sa manière d’agir ; de découvrir les lois d’après lesquelles l’activité intérieure spirituelle ou idéale d’un peuple

  • 28 Ibid., p. 112 sq.

21– dans la vie, l’art et la science – se déroule, se développe, s’élargit, s’élève, se sublime, s’approfondit, s’émousse, et de dévoiler les fondements, les causes et les motifs aussi bien de la genèse que de l’évolution et enfin du déclin des traits distinctifs d’un peuple28 ».

  • 29 Ibid., p. 113.

22La notion de l’« esprit du peuple » désigne alors, par analogie avec l’esprit individuel, « la substance de toute activité intérieure et élevée », car l’« esprit » est d’après Lazarus précisément « le mouvement et l’évolution de l’activité intérieure selon ses lois propres29 ».

  • 30 Ibid., p. 113 sq.

23Lazarus trouve les impulsions, les matériaux et les travaux préliminaires à une psychologie des peuples ainsi définie dans la philosophie de l’histoire, en particulier celle de Hegel, dans l’anthropologie, l’historiographie, l’ethnologie et l’ethnographie, la science du langage de Humboldt, de Steinthal et de Grimm, dans la philologie de Boeckh et la géographie d’Alexandre de Humboldt et de Ritter30.

  • 31 Ibid., p. 115.

24La tâche de la psychologie des peuples consiste donc, à partir de la matière mise à disposition par ces sciences, à trouver « en partant de ces manifestations concrètes, en procédant de manière scientifique et en leur donnant une forme scientifique, les lois d’après lesquelles elles se sont créées ». Son fondement est strictement empirique. Elle part donc de faits qu’elle traite par « l’observation, la mise en ordre et la comparaison » en espérant ce faisant découvrir les lois qui règlent la vie de l’esprit du peuple. Lazarus rejette en revanche strictement une « construction des différents esprits du peuple et des forces qui se font jour d’après n’importe quelles catégories toutes prêtes », car on ne saurait atteindre par cette voie aucun résultat qui ait la moindre validité scientifique31.

  • 32 Ibid., p. 117.

25Afin de repousser toute critique facile d’une psychologie étudiant quelque chose comme un individu collectif, Lazarus établit une distinction entre l’âme et l’esprit et définit la première comme « une substance, quelque chose de réel » et le second comme « la pure activité ». De même qu’en psychologie individuelle on distingue entre une science de l’âme, qui « considère plus la nature ou la substance et la qualité de l’âme en soi » et qui forme ainsi « à proprement parler une partie de la métaphysique ou de la philosophie de la nature », et une science de l’esprit « qui considère les activités de l’âme et leurs lois » et que l’on doit désigner comme étant la véritable psychologie, de même Lazarus aimerait voir comprise la psychologie des peuples dans cette optique et dans ce sens restreint comme « science de l’esprit du peuple ». En ce qui concerne la constitution d’une psychologie des peuples, l’hypothèse d’une « substance de l’esprit du peuple, d’une âme substantielle de celui-ci » n’est donc pas nécessaire pour comprendre les lois d’après lesquelles il agit32.

  • 33 Ibid., p. 118.

26Le sujet ou l’objet de la psychologie des peuples est l’esprit du peuple ou « ce qui à la base transforme une simple multiplicité d’individus en un peuple, il est le lien, le principe, l’idée du peuple et constitue son unité ». Et cette unité est, ainsi que l’explique ensuite Lazarus, « celle du contenu et de la forme ou de la manière dont s’effectue son activité, dans l’engendrement et la conservation collectifs des éléments de sa vie spirituelle ». Ici est présupposée l’hypothèse romantico-organiciste selon laquelle il « [règne] dans l’activité spirituelle de tous les individus d’un peuple […] un accord et une harmonie qui les soude et en fait une unité liée de manière organique ». Et l’esprit du peuple est cette « unité spirituelle du peuple », c’est-à-dire ce « qui dans l’activité différente des individus s’accorde avec celle de tous les autres et, considéré dans son ensemble, forme cette harmonie ». Par conséquent l’esprit du peuple est selon la définition de Lazarus « ce qui est commun dans l’activité intérieure à tous les individus d’un peuple ou ce qui dans l’activité intérieure est commun à tous les individus33 ».

  • 34 Ibid., p. 119.
  • 35 Ibid., p. 118 sq.

27Les éléments essentiels de la vie spirituelle d’un peuple sont la langue et les formes de la pensée, les coutumes et les us, « de la nourriture et de l’habillement aux usages du droit et à la Constitution de l’État »34, la vie artistique, la pratique de l’artisanat, la culture scientifique et la religion35.

  • 36 Ibid., p. 120.

28D’après Lazarus, les tâches capitales de la recherche en psychologie des peuples sont principalement l’exploration du rapport entre le tout et l’individu, et tout particulièrement la loi de l’interaction entre l’individu et l’esprit du peuple envisagés en tenant compte de cette question fondamentale : « Dans quelle mesure l’individu est-il libre et sans entraves dans son activité spirituelle ou contrôlé par l’esprit du peuple, et d’autre part combien le caractère d’un esprit du peuple donné peut-il être modifié par les aspirations et l’action des individus36 ? »

  • 37 Ibid., p. 123.
  • 38 Ibid., p. 124.
  • 39 Ibid., p. 125.

29À cette mission complexe assignée à la psychologie des peuples vient encore s’ajouter selon Lazarus l’exploration des « rapports objectifs » de l’esprit du peuple37 : l’étude de l’influence des activités les plus « élevées » sur les plus « inférieures », comme par exemple l’importance des sciences et des arts dans la vie morale ou celle de la formation du caractère dans la vie spirituelle des peuples. Enfin, on trouve parmi cet éventail de tâches l’analyse du fait psychologique décrit par Herbart comme l’« étroitesse de l’esprit humain » en termes de psychologie des peuples. On entend par là le phénomène bien connu qui fait « que de toutes les représentations qu’un homme porte en lui, et qu’on peut lui rappeler, seule une infime partie est présente à chaque instant isolé dans sa conscience38 ». Lazarus pense dégager une telle « étroitesse », qu’on ne pense dans un premier temps pouvoir observer que chez l’individu, également dans la vie spirituelle des peuples : « L’énergie de l’esprit du peuple se divise en différentes orientations, religieuses, esthétiques, politiques, militaires, etc. À diverses époques, seule l’Une de ces orientations à la fois arrive à la conscience du peuple, Une seule pensée ou Un seul but concentre tout son intérêt, nous appelons cela la conscience de cette époque ; toutes les autres orientations de l’esprit (séries de représentations) n’ont pas alors disparu, non plus que chez l’individu, mais sont paralysées, sans vie et impuissantes, sans force productive39. »

  • 40 Ibid.

30Lazarus voit le contrepoids majeur à cette étroitesse dans la « mobilité de l’esprit »40 qu’il croit discerner, tout comme l’étroitesse, non seulement chez l’individu mais aussi dans la vie spirituelle du peuple. L’étude des fondements et des lois de l’« étroitesse » et de la « mobilité » constituent par conséquent d’autres points focaux majeurs de la recherche en psychologie des peuples.

  • 41 Ibid.
  • 42 Ibid., p. 126.

31L’accomplissement des tâches assignées à la psychologie des peuples, la mise à jour, ainsi obtenue, des lois psychologiques de la vie des peuples « à partir des faits de l’histoire au sens large »41 signifierait d’après Lazarus une meilleure compréhension de ces faits historiques eux-mêmes, c’est-àdire qu’il apporterait une contribution importante à une « histoire véritablement scientifique de l’évolution d’une nation ou de l’humanité42 ».

  • 43 Ibid.

32Il attend en outre d’une mise en pratique de la psychologie des peuples d’importantes contributions à la psychologie individuelle, et entre autres la vérification scientifique du postulat de Herbart selon lequel la psychologie empirique ne doit pas être séparée de l’histoire du genre humain. Enfin, la psychologie des peuples pourrait revêtir une valeur pratique immédiate par le fait qu’elle présente les lois « qui doivent permettre une formation culturelle (Bildung) et une éducation nationales vraies et authentiques » et qu’elle met au jour les formes et les conditions « dans et sous lesquelles l’esprit national peut être conservé et élevé43 ».

  • 44 « Einleitende Gedanken über Völkerpsychologie, als Einladung zu einer Zeitschrift für Völkerpsycho (...)

33Ce programme ambitieux d’une nouvelle science psychologique étendue à l’ensemble de la vie sociale et historique est repris et développé plus avant dans l’article d’introduction rédigé en commun par Lazarus et Steinthal pour le premier volume de la Zeitschrift für Völkerpsychologie, dans lequel on retrouve presque entièrement l’article programmatique antérieur de Lazarus44.

  • 45 Ibid., p. 1.

34L’exigence de mettre en place une psychologie nouvelle et élargie est également au centre du traité s’adressant à tous les chercheurs qui « étudient la vie historique des peuples sous un de ses nombreux aspects en expliquant les faits observés d’après les profondeurs de l’esprit et aspirent donc à les rapporter à leurs fondements psychologiques45 ».

  • 46 Ibid., p. 3.
  • 47 Ibid., p. 4.

35Une hypothèse essentielle pour Lazarus et Steinthal, veut que l’homme est « entièrement, et de par sa nature, social »46 et aussi, et surtout, historique, c’est-à-dire déterminé non seulement par ceux qui vivent en même temps que lui, c’est-à-dire par la société, mais aussi, et dans une plus large mesure encore, par ce qui est transmis historiquement47.

  • 48 Ibid., p. 5.
  • 49 Ibid., p. 7.

36La psychologie des peuples, qui est entendue comme le prolongement de la psychologie individuelle, est la « psychologie de l’homme social ou de la société humaine »48. Elle est la « science des éléments et des lois de la vie spirituelle des peuples »49.

  • 50 Ibid., p. 10 sq.

37Lazarus et Steinthal justifient la reprise de catégories centrales de la psychologie individuelle (herbartienne) en affirmant que « l’esprit du peuple vit cependant uniquement dans les individus et ne mène aucune existence isolée de l’esprit de l’individu ». C’est pourquoi l’on y retrouve également les mêmes processus fondamentaux que dans l’esprit individuel, c’est-à-dire des inhibitions, des fusions, des aperceptions et des condensations ; simplement ceux-ci sont-ils d’après eux plus compliqués ou plus étendues50. C’est pour cette raison que la psychologie individuelle contient les bases de la psychologie des peuples.

  • 51 Ibid., p. 15.

38Les indications portant sur l’organisation systématique des sciences présentes dans le texte de Lazarus et Steinthal sont à noter, et pas seulement au regard de la philosophie des sciences de l’esprit ultérieure de Dilthey. Tous deux partent du point de vue selon lequel il n’y a que deux « formes de tout être et de tout devenir », à savoir la nature et l’esprit. C’est pourquoi il ne peut y avoir également, c’est leur conclusion, « exception faite des sciences formelles et esthétiques », que « deux classes de sciences réelles » qui ont pour objet, l’une la nature et l’autre l’esprit. Dans le système des sciences, l’« histoire naturelle » et l’« histoire de l’humanité » se font donc face51.

  • 52 Ibid.
  • 53 Ibid., p. 16.

39Or cette opposition est pour ainsi dire fondée ontologiquement. Ainsi que l’exposent Lazarus et Steinthal, l’« essence de l’objet naturel » est la « nécessité aveugle », celle de l’« histoire spirituelle » la liberté. Une autre opposition en découle : la nature manifeste une répétition perpétuelle, l’histoire une progression. Pour citer les propos des deux psychologues des peuples : « les processus qui sont propres à la nature suivent un déroulement strictement mécanique et un mouvement circulaire organique. Les parcours restent isolés, chacun pour soi : ils se répètent éternellement, mais la répétition n’est que la re-création de ce qui a déjà existé : il ne naît rien de nouveau. La vie de l’esprit au contraire suit une série continue de créations, dont chacune suppose celle qui la précède, mais, comparée à celle-ci, offre quelque chose de nouveau ; elle manifeste un progrès52. » Le temps a pour cette raison une signification différente dans le domaine de l’esprit et dans celui de la nature : « Il est ici la mesure du retour, là celle du changement, ici celle du mouvement circulaire, là celle de l’essor53. »

  • 54 Ibid., p. 19.
  • 55 Ibid., p. 21.

40La psychologie des peuples, entendue dans le sens de Lazarus et Steinthal et par analogie avec le rapport entre les disciplines rationnelles de la science naturelle et l’histoire naturelle descriptive, propose le « fondement rationnel » de l’histoire humaine, elle est en quelque sorte la « physiologie de la vie historique de l’humanité54 ». L’histoire – c’est l’hypothèse fondamentale de la psychologie des peuples – peut être saisie à partir de « lois psychologiques générales ». Lazarus et Steinthal vont jusqu’à parler, proposant une variante d’Hegel, d’une « histoire comprise psychologiquement »55.

  • 56 Ibid., p. 27.
  • 57 Ibid., p. 26.

41De ce concept découle un système de recherche en psychologie des peuples qui suit étroitement le modèle du système des sciences naturelles. Conformément à cela, la psychologie des peuples se divise en deux parties : la première partie, abstraite et générale, la « psychologie historique [ethnologique et politique] des peuples » a pour tâche d’« expliquer le vaste organisme de l’esprit du peuple à partir des produits les plus simples de la sociabilité humaine56 ». Cette partie doit donc montrer « ce qu’est en somme l’esprit du peuple, dans quelles conditions et d’après quelles lois toutes générales il vit et agit ; quels sont partout ses éléments constitutifs, comment ceux-ci se forment, quelles sont leurs relations les uns avec les autres, et ce que chaque élément fait pour le tout ; afin qu’à partir de cela la naissance et le développement de l’esprit du peuple se clarifient ». La seconde partie, concrète, l’« ethnologie psychique », étudie les « esprits des peuples existant dans la réalité et leurs formes de développement spécifiques » et « décrit, caractérise les divers peuples comme les formes spécifiques, advenues à la réalité, de ces lois57 ».

UNE PSYCHOLOGIE DONT L’INDIVIDU EST LE SEUL OBJET COMME SCIENCE FONDAMENTALE DES SCIENCES DE L’ESPRIT

  • 58 « Ueber den Ursprung der Sitten », ZfVS, 1 (1860), p. 437-477 ; « Verdichtung des Denkens in der G (...)

42Dans les écrits de Dilthey, on ne trouve aucune discussion cohérente, systématique des idées de Lazarus et de sa conception d’une psychologie des peuples, qu’il a du reste continué à concrétiser et à développer jusqu’en 1865 dans une série d’essais parus dans la revue58. Au lieu de cela, existent en plusieurs endroits de l’œuvre de Dilthey de brèves remarques ou des prises de position critiques concernant l’entreprise concurrente de la psychologie des peuples.

43La critique principale de Dilthey porte sur le concept, la fonction et la méthode de la psychologie des peuples qu’il considère, puisqu’elle vise à une explication de l’histoire à partir de la psychologie, ainsi que le montrent clairement les écrits programmatiques, comme une rechute dans la philosophie de l’histoire ou plutôt comme une persistance dans une posture qui est celle de la philosophie de l’histoire et qu’elle cherche à dépasser par un travail scientifique empirique.

  • 59 Ce passage est repris littéralement dans le cours « System der Ethik » de 1890 : X, p. 111 et suiv

44Dans son écrit d’habilitation paru seulement après sa mort Essai d’analyse de la conscience morale de 1864 (VI, 1-55), Dilthey formule, conformément à ce qui précède, une critique de la psychologie des peuples mettant en question l’utilisation par celle-ci des connaissances psychologiques pour l’explication et la déduction de productions et d’événements spirituels. Il indique en cette occasion sa conception divergente de la psychologie et de ses possibilités : « Les lois psychologiques sont des lois purement formelles ; elles n’ont rien à voir avec le contenu de l’esprit humain, mais avec son comportement et sa conduite formels. Elles sont pour ainsi dire la langue, la syntaxe et le mètre du poème auquel on peut ici comparer l’âme humaine. Ainsi, l’erreur de l’école moderne de psychologie des peuples est d’entreprendre d’expliquer l’histoire, et donc aussi la somme de l’existence humaine vécue jusqu’ici, par la psychologie, donc par la science des formes sous lesquelles se déroule notre vie spirituelle59 » (VI, 43).

45Cette caractérisation de la psychologie des peuples se retrouve également dans l’« Esquisse de 1865 » rédigée à Berlin, résumé imprimé et distribué aux auditeurs de son cours sur la logique et le système des sciences philosophiques tenu durant le semestre d’hiver 1865-1866 (XX, 19-32). Dilthey y esquisse pour la première fois un système des sciences. La base de ce système consiste en une fondation logique axée sur la théorie des sciences ou, comme il le dit, en une « logique ou théorie de la connaissance scientifique, de ses formes et de ses méthodes » (XX, 20). Le système des sciences qui s’en dégage est constitué de trois parties : les sciences du monde extérieur, les sciences de l’esprit et la métaphysique ainsi que la théologie philosophique. Dilthey divise la partie portant sur les sciences de l’esprit en quatre sections : il traite tout d’abord la « science générale et fondamentale de l’esprit : psychologie et anthropologie » (XX, 26), puis des « sciences réelles de l’esprit, au moyen desquelles le contenu de l’esprit est à présent examiné » (XX, 28), puis de la « philosophie de l’histoire ou de l’explication du déroulement des événements historiques à partir de ses raisons, en employant les méthodes déductives » (XX, 30) et prend enfin pour thème le « métier pratique des sciences de l’esprit » (XX, 31). Dilthey traite de la psychologie des peuples dans le paragraphe concernant la philosophie de l’histoire. Il y représente Lazarus et Steinthal comme une variante de la philosophie de l’histoire à côté de Hegel et des positivistes ou empiristes Comte, Mill et Buckle et caractérise la spécificité de cette position par ces propos : « L’histoire reposant sur la psychologie comme science fondamentale contenant les éléments de son explication : psychologie des peuples, Lazarus, Steinthal » (XX, 30).

46Dans son cours de Bâle sur la logique et le système des sciences philosophiques tenu au cours du semestre d’hiver 1867-1868 (XX, 33-126), Dilthey reprend cette définition de la psychologie des peuples en y ajoutant cette fois-ci sa propre conception de la psychologie qui diverge de ce concept : « Ainsi nous pouvons voir quel droit revient à ce que l’on nomme la psychologie des peuples, telle que Lazarus et Steinthal ont tenté de l’établir. Dire que la psychologie est une science fondamentale importante est une vérité, dire qu’elle est la seule est une erreur. Nous admettons qu’il n’existe aucune science fondamentale du monde spirituel » (XX, 122 ; voir125). À cette conception répond aussi une notice marginale de son introduction à l’écrit demeuré inachevé Du droit naturel des sophistes (vers 1875, XVIII, 42-56) : « La psychologie des peuples revendique le fait d’être une science. Une telle science, lorsqu’elle ne développe pas une forme idéale comme le font les mathématiques, doit expliquer un groupe de faits. Cela supposerait qu’un tel groupe de faits serait réductible à un système directeur des conditions psychologiques. Or cela n’est le cas nulle part. Les coutumes et la langue sont ce qui s’en rapproche le plus, mais dépendent d’autres systèmes de causalité encore. Du fait que des conditions psychologiques fondamentales forment partout matière etc., découle simplement qu’on ne comprenne rien sans psychologie, mais non que l’on comprenne quoi que soit au moyen de la psychologie » (XVIII, 224).

47D’après Dilthey, et c’est là l’angle d’attaque décisif de sa critique, les psychologues des peuples et les positivistes, représentants de deux « tendances apparentées […] mais tout à fait différentes […] », sont des « chercheurs […] déductifs […] » qui n’ont toujours pas rompu radicalement avec les méthodes de la vieille philosophie de l’histoire » (XVIII, 39). La philosophie de l’histoire est à ses yeux aussi nuisible à l’établissement des sciences de l’esprit que l’était la philosophie de la nature pour les sciences naturelles. Dilthey qualifie dans ce contexte la psychologie des peuples de « monstre » et critique nommément Lazarus en se référant à l’article d’introduction de celui-ci : « Il barre le chemin à la psychologie individuelle, ce qu’elle ne peut accepter. Il construit une explication stérile. Ainsi s’explique la stérilité dont sont frappées ses propres tentatives […] » (XVIII, 218).

48C’est donc de manière résolue que Dilthey se dresse contre la définition des tâches de la psychologie telle que Lazarus et Steinthal l’ont postulée dans le cadre de leur programme de recherche en psychologie des peuples : « L’emploi déductif de connaissances psychologiques, qui n’expliquent aucunement la vie active d’un individu dans toute son ampleur, peut jeter une lumière sur plus d’un phénomène intéressant de la société et de l’histoire ; il rendra possible des débats pleins d’esprit et des discussions instructives ; mais comme moyen méthodique visant une explication de quelque partie que ce soit des processus qui constituent l’histoire, il n’est pas seulement insuffisant, mais tout simplement nuisible et générateur de confusion car, puisque tout le contexte réglé de nos actions entre en jeu dans chaque partie de tels processus, l’explication réduit nécessairement la richesse du processus aux dépens, précisément, de ces éléments constituants qui exigeraient la connaissance de lois jusqu’ici non déterminées » (XVIII, 51).

49Dilthey oppose son propre projet à la tentative d’une telle explication unilatérale telle qu’elle est livrée par Lazarus et Steinthal : « L’individu ne peut être intégralement compris que dans l’histoire. On ne peut composer des objets empiriques à partir de leurs simples éléments constituants, si bien que nous étudions d’abord ceux-ci, puis les formes composées ; et nous ne pouvons donc poser simplement des faits psychologiques comme fondement de la compréhension des mouvements dans la société, au contraire, bien des faits psychologiques ne peuvent être étudiés qu’à partir de ce mouvement de la société » (XVIII, 52 ; cf. XVIII, 88). Ou brièvement : « La nouveauté de ma méthode consiste à lier l’étude de l’homme à celle de l’histoire » (XVIII, 3).

50Ce nouveau principe de recherche est également déterminant pour l’élaboration de l’Introduction aux sciences de l’esprit, dans laquelle Dilthey propose une explication programmatique de son concept de psychologie et de sa fonction dans le contexte général des sciences humaines, explication qui fait clairement apparaître son opposition à la psychologie des peuples, là encore sans que les noms de Lazarus ou de Steinthal ne soient cités. Ce que cela suppose, c’est surtout une critique décidée du concept d’« esprit du peuple », donc du concept central de la psychologie des peuples.

51Comme déjà dans l’« Esquisse de 1865 », Dilthey définit dans l’Introduction la psychologie, plus exactement la psychologie et l’anthropologie, comme science fondamentale des sciences de l’esprit. Puisque la société et l’histoire se composent d’unités de vie ou, comme il le dit aussi d’« individus psychophysiques », l’étude de ces unités de vie est le groupe le plus fondamental des sciences de l’esprit » (I, 28). « L’histoire et l’expérience de la vie toutes entières » constituent le matériau d’analyse de la psychologie (I, 29).

52Dilthey souligne dans ce contexte le fait important selon lui qu’« en dehors des unités psychiques qui constituent l’objet de la psychologie, […] il n’[existe] absolument aucun fait spirituel pour notre expérience ». Or la psychologie ne comprend pas tous les faits qui sont l’objet des sciences de l’esprit. De là suit que la psychologie n’a pour objet qu’une partie de « ce qui se déroule dans chaque individu isolé » (I, 29). De là découle encore, ainsi que l’écrit Dilthey, qu’elle « ne peut être séparée de la science générale de la réalité historico-sociale que par une abstraction et ne peut être développée que par une relation constante avec elle » (I, 29 et suiv.). Cela signifie à son tour concrètement : « L’objet de la psychologie est donc à tout moment l’individu et lui seul, isolé du contexte vivant de la réalité historico-sociale et elle doit déterminer par un processus d’abstraction les propriétés générales que les individus psychiques développent dans ce contexte. Elle ne peut pas trouver l’homme, indépendamment de l’interaction dans la société, tel qu’il est pour ainsi dire avant elle, dans l’expérience et elle n’est pas non plus à même de le reconstruire » (I, 30).

53Partant de ce jugement, Dilthey critique le procédé qui, comme il l’écrit, « rend incertaine la construction des sciences de l’esprit en insérant des hypothèses dans les soubassements » (I, 30). La construction de la relation individu-société, centrale pour la fondation des sciences de l’esprit, a été traitée, ainsi qu’il l’expose, au moyen de deux hypothèses qui s’opposaient l’une à l’autre. La première de ces deux hypothèses défendues surtout par la vieille école du droit naturel, tentait une « construction de la société » à l’aide d’un assemblage mécanique d’individus préalablement isolés du contexte social et historique, ce par quoi l’on visait à dégager en quelque sorte « la dotation initiale » des individus envisagés comme étant indépendants de la société (I, 31).

54La contre-hypothèse essayait au contraire d’abolir l’unilatéralité de la première hypothèse, abstraite et individualiste, en développant des concepts et des formules qui exprimaient l’unité de la société. Dilthey compte au nombre de ces tentatives également le concept d’une âme du peuple ou d’un esprit du peuple, qu’il critique cependant comme inadapté (I, 31 et 41).

55Dilthey tire de sa critique des hypothèses constructives une conséquence décisive sur le plan pratique de la recherche : « La relation des unités psychiques à la société ne doit donc être soumise à aucune construction » (I, 31). Ni les catégories de la totalité (unité-multiplicité ; tout-partie ; organisme, esprit du peuple) ni les tentatives de comprendre l’homme comme un fait préexistant à l’histoire et à la société ne sont pour Dilthey des moyens appropriés à l’analyse sociale. Au lieu de cela, Dilthey postule : « L’homme qu’une saine science analytique a pour objet, est l’individu comme élément constitutif de la société » (I, 31 et suiv.).

56Il en résulte pour la constitution de la psychologie comme science fondamentale des sciences de l’esprit qu’elle ne peut remplir sa fonction que si elle s’en « tient », ainsi que l’écrit Dilthey, « aux limites d’une science descriptive qui constate des faits et des régularités dans les faits et se démarque en revanche clairement de la psychologie explicative qui veut par certaines hypothèses rendre déductible tout le contexte de la vie spirituelle » (I, 32 ; voir aussi 33).

57Le jugement concernant la psychologie des peuples est ainsi implicitement prononcé : la psychologie des peuples est un programme de recherche qui travaille avec les moyens de la psychologie explicative et est donc inapte à assumer le rôle d’une science fondamentale des sciences de l’esprit. La psychologie ne peut remplir cette fonction que lorsqu’elle se définit comme une science descriptive et procédant par analyse. Dilthey a fourni le grand écrit programmatique d’une telle psychologie descriptive en 1894 dans ses Idées concernant une psychologie descriptive et analytique (V, 139-237), dans lequel, fait significatif, la psychologie des peuples n’apparaît même plus pour faire contraste.

  • 60 Voir H.-U. Lessing, « Bemerkungen zum Begriff des “objektiven Geistes” bei Hegel, Lazarus und Dilt (...)

58Après la parution de l’Introduction, Dilthey ne s’est plus étendu sur la psychologie des peuples. Dans la seconde partie de son œuvre, on ne trouve plus aucune référence à une discussion critique de la conception qui fut pour lui durant sa jeunesse si stimulante et provocante. La psychologie des peuples, ses protagonistes et leurs concepts théoriques ne jouent plus aucun rôle désormais dans ses réflexions systématiques. Une exception importante est constituée par le concept empirique d’« esprit objectif », introduit en 1865 par Lazarus contre Hegel. Dilthey le reprend à la fin de sa vie, sans indiquer, il est vrai, l’auteur de cette conception, et, dans le contexte de son dernier écrit majeur pour la fondation des sciences de l’esprit daté de 1910, Fondation du monde historique dans les sciences de l’esprit, il revêt une signification systématique comme catégorie fondamentale d’une philosophie herméneutique60.

Notes

1 Voir H.-U. Lessing, « Die Idee einer Kritik der historischen Vernunft. Wilhelms Diltheys erkenntnistheoretisch-logisch-methodologische Grundlegung der Geisteswissenschaften », Fribourg / Munich, 1984.

2 Voir H.-U. Lessing, Wilhelm Diltheys Einleitung in die Geisteswissenschaften, Darmstadt, 2001.

3 Ces traités sont rassemblés dans le tome V des Œuvres complètes. Le tome XIX des Œuvres complètes tente de reconstruire la partie systématique du second tome sur la base des matériaux contenus dans le fond manuscript de Dilthey. Voir à ce sujet H. Johach et F. Rodi, « Vorbericht der Herausgeber », XIX, ix-lvii.

4 Au sujet de la psychologie des peuples de Lazarus et Steinthal, voir en particulier I. Belke, « Einleitung », in Moritz Lazarus und Heymann Steinthal. Die Begründer der Völkerpsychologie in ihren Briefen, Tübingen, 1971, XIII-CXLII. Voir enfin également I. Kalmar, « The Völkerpsychologie of Lazarus and Steinthal and the Modern Concept of Culture », Journal of the History of Ideas, 48 (1987), p. 671-690 ; K. C. Köhnke, « Soziologie als Kulturwissenschaft. Georg Simmel und die Völkerpsychologie », Archiv für Kulturgeschichte, 72 (1990), p. 223-232, et Der junge Simmel in Theoriebeziehungen und sozialen Bewegungen, Francfort/Main, 1996, p. 337-355 et passim, ainsi que G. Eckardt, « Einleitung in die historischen Texte », in G. Eckardt (éd.), Völkerpsychologie – Versuch einer Neuentdeckung. Texte von Lazarus, Steinthal und Wundt, Weinheim, 1997, p. 9-77.

5 Voir également H.-U. Lessing, « Dilthey und Lazarus », Dilthey-Jahrbuch für Philosophie und Geschichte der Geisteswissenschaften, 3 (1985), p. 57-82.

6 Cf. H.-U. Lessing, « Heymann Steinthal : Linguistics with a psychological basis », in J. Leopold (éd.), Prix Volney Essay Series, vol. III : Contributions to Comparative Indo-European, African and Chinese Linguistics : Max Müller and Steinthal, Dordrecht / Boston / London, 1999, p. 207-353, ainsi que H. Wiedebach et A. Winkelmann (éd.), Chajim H. Steinthal. Sprachwissenschaftler und Philosoph im 19. Jahrhundert, Leiden Boston Cologne, 2002.

7 Voir Der junge Dilthey. Ein Lebensbild in Briefen und Tagebüchern 1852-1870, éd. établie par C. Misch née Dilthey, Leipzig, 1933, p. 26.

8 Ibid., p. 28.

9 Ibid., p. 28 et 31.

10 Ibid., p. 50.

11 Ibid., p. 51.

12 Ibid., p. 69. Voir aussi la lettre de Steinthal à Lazarus du 1-12-1860, dans laquelle il rapporte la critique faite par Dilthey concernant la conception de la revue. I. Belke (éd.), Moritz Lazarus und Heymann Steinthal, op. cit., p. 318 et suiv.

13 Cette recension n’est apparemment jamais parue, aucune trace manuscrite n’en subsiste non plus dans le fonds.

14 Der junge Dilthey, op. cit., 101.

15 Ibid., p. 101 sq.

16 Ibid., p. 112.

17 Ibid., p. 136.

18 Ibid., p. 195.

19 I. Belke (éd.), Moritz Lazarus und Heymann Steinthal. Die Begründer der Völkerpsychologie in ihren Briefen, vol. II/ 2, Tübingen, 1986, p. 786-788.

20 Ibid., p. 789. Sur l’en-tête de cette lettre qui se trouve dans le fond Lazarus de Berlin, Lazarus a noté « Souvenir d’un homme des plus ingrats qui soient parmi les vivants. L. »

21 Voir XVII, p. 36. Voir aussi le bref compte rendu de la deuxième édition du second volume (1878) dans XVII, p. 190. Les Questions idéales de Lazarus (Berlin, 1878) furent également recensées par Dilthey dans la revue Westermanns Monatshefte (47 (1879), p. 260).

22 W. Dilthey, « Ueber die Einbildungskraft der Dichter », Zeitschrift für Völkerpsychologie und Sprachwissenschaft 10 (1878), p. 42-104. La recension est datée d’« avril 1877 ». Elle fut retravaillée ultérieurement et transformée en un article sur Goethe (Goethe und die dichterische Phantasie) qui se trouve dans Das Erlebnis und die Dichtung. Lessing – Goethe – Novalis – Hölderlin, Leipzig, 1906, p. 137-200.

23 Voir Moritz Lazarus, Lebenserinnerungen, bearbeitet von N. Lazarus und A. Leicht, Berlin, 1906.

24 Voir Der junge Dilthey, op. cit., p. 218. Voir également p. 224, 227 et 230.

25 « Ueber den Begriff und die Möglichkeit einer Völkerpsychologie », Deutsches Museum. Zeitschrift für Literatur, Kunst und öffentliches Leben 1 (1851), p. 112-126.

26 Concernant l’histoire du concept, voir A. Grossmann : « Volksgeist ; Volksseele », in J. Ritter, K. Gründer, G. Gabriel (éd.) : Historisches Wörterbuch der Philosophie, vol. 11, Bâle, 2001, colonne p. 1102-1107.

27 « Ueber den Begriff und die Möglichkeit einer Völkerpsychologie », art. cité, p. 112.

28 Ibid., p. 112 sq.

29 Ibid., p. 113.

30 Ibid., p. 113 sq.

31 Ibid., p. 115.

32 Ibid., p. 117.

33 Ibid., p. 118.

34 Ibid., p. 119.

35 Ibid., p. 118 sq.

36 Ibid., p. 120.

37 Ibid., p. 123.

38 Ibid., p. 124.

39 Ibid., p. 125.

40 Ibid.

41 Ibid.

42 Ibid., p. 126.

43 Ibid.

44 « Einleitende Gedanken über Völkerpsychologie, als Einladung zu einer Zeitschrift für Völkerpsychologie und Sprachwissenschaft », ZfVS, 1 (1860), p. 1-73.

45 Ibid., p. 1.

46 Ibid., p. 3.

47 Ibid., p. 4.

48 Ibid., p. 5.

49 Ibid., p. 7.

50 Ibid., p. 10 sq.

51 Ibid., p. 15.

52 Ibid.

53 Ibid., p. 16.

54 Ibid., p. 19.

55 Ibid., p. 21.

56 Ibid., p. 27.

57 Ibid., p. 26.

58 « Ueber den Ursprung der Sitten », ZfVS, 1 (1860), p. 437-477 ; « Verdichtung des Denkens in der Geschichte. Ein Fragment », ZfVS, 2 (1862), p. 54-62 ; « Ueber das Verhältnis des Einzelnen zur Gesammtheit », ZfVS, 2 (1862), p. 393-453 ; « Einige synthetische Gedanken zur Völkerpsychologie », ZfVS, 3 (1865), p. 1-94 ; « Ueber die Ideen in der Geschichte », ZfVS, 3 (1865), p. 385-486.

59 Ce passage est repris littéralement dans le cours « System der Ethik » de 1890 : X, p. 111 et suiv.

60 Voir H.-U. Lessing, « Bemerkungen zum Begriff des “objektiven Geistes” bei Hegel, Lazarus und Dilthey », Reports on Philosophy, 9 (1985), p. 49-62.

Notes de fin

* Les citations des Œuvres complètes de Dilthey (jusqu’à ce jour 22 volumes, édités par Groethuysen, G. Misch et al., Leipzig et Berlin 1914 et suiv., Stuttgart / Göttingen 1957 et suiv., Göttingen 1970 et suiv.) se feront dans l’article qui suit en indiquant le volume en chiffres romains et les pages en chiffres arabes.

Auteur

Université de Bochum

Kristell Glimois (Traducteur)

© CNRS Éditions, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search