Version classiqueVersion mobile

La géoarchéologie française au xxie siècle

 | 
Nathalie Carcaud
, 
Gilles Arnaud-Fassetta

Conclusion

Environnement, sociétés et futur de la géoarchéologie

Anthony Brown

Texte intégral

L'auteur remercie Gilles Arnaud-Fassetta pour la traduction du texte initial en français.

Considérations actuelles sur le passé

1Dans ce chapitre de conclusion, il nous semble possible et souhaitable d’établir un bilan des méthodes actuelles, des créneaux temporels et géographiques et des principaux objectifs théoriques et pratiques de la géoarchéologie telle que présentée dans cet ouvrage. Cette brève analyse va permettre aussi de dégager les probables tendances futures en considérant non seulement les composantes « géo » de la géoarchéologie mais aussi ses composantes « archéo ».

2À bien des égards, cet ouvrage reflète les thèmes communs abordés par la géoarchéologie moderne tout en y ajoutant une saveur supplémentaire par l’histoire de l’archéologie française et, dans une moindre mesure, celles des sciences de la Terre françaises. D’un point de vue géographique, l’ouvrage est équitablement réparti entre les territoires français et non-français de la Méditerranée, avec, en prime, deux chapitres concernant l’Afrique (Mali et Maroc). Cela reflète à la fois le fait que la géoarchéologie doit se développer d’abord à partir de ses propres bases, en ce sens que de ne pas considérer l’environnement proximal comme un terrain d’essai pour de nouvelles idées et techniques serait inefficace, et, de là, la nécessité de privilégier la contextualisation des sources de données archéologiques voire historiques. De même, il n’est pas surprenant que les recherches sur le paléoenvironnement méditerranéen soient prédominantes eu égard 1) aux niveaux élevés d’activité anthropique, en particulier pour certaines périodes archéologiques, 2) à la grande visibilité à la fois de l’archéologie et de la géologie dans cet environnement et 3) à son importance en tant que « hotspot » de la biodiversité, associée à une sensibilité climatique élevée et une histoire culturelle très riche. Enfin, l’ouvrage est une preuve de la contribution majeure de ce que la géoarchéologie peut apporter à l’archéologie méditerranéenne moderne, dans la lignée des deux derniers ouvrages récemment parus sur l’archéologie méditerranéenne, axés sur les interactions Homme-environnement et s’appuyant largement sur des études géoarchéologiques (Broodbank, 2013 ; Walsh, 2013).

3Les environnements les plus étudiés dans cet ouvrage sont les milieux alluviaux et fluviaux, suivis par les deltas/littoraux, les zones humides, les îles et les environnements urbains. Cependant, cette répartition est quelque peu « trompeuse » en ce sens que de nombreux chapitres, en particulier ceux traitant d’archéologie préventive, intègrent une combinaison d’environnements à la fois alluviaux et urbains. Comme souligné dans l’introduction de l’ouvrage, ces préjugés sont en lien avec certaines « écoles » de la géoarchéologie française, mais ce qui est intéressant et nouveau ici, c’est de voir la quantité de chevauchements et d’interactions existant entre les environnements, comme le montrent les études portant sur les changements du trait de côte, les ports maritimes en interaction avec les processus fluviaux ou les processus côtiers dans la construction des édifices deltaïques et les zones humides. Une dimension encore plus environnementale pourra être donnée en continuant à publier les résultats obtenus par l’archéologie préventive, telle que présentée dans le présent volume. En effet, étant donné que l’écrasante majorité des fouilles archéologiques réalisées en France et dans de nombreux autres pays développés, du Japon aux USA, sont amenées à connaître un fort développement, il est essentiel que les résultats de ces travaux soient publiés dans des collections de recherche telles que CNRS Éditions. À cet égard, la forte implication des membres de l’INRAP doit être saluée, c’est un élément distinctif dans un volume de recherche de ce type. Enfin, il est intéressant d’apprécier les périodes sur lesquelles focalisent les études : alors que la catégorie la plus importante (au moins 5 chapitres) est, de façon inattendue, multi-périodes, la plupart des autres chapitres (à une exception près) traitent du Néolithique aux périodes médiévales, avec un focus sur l’Âge du Bronze et la période classique (2000 av. J.-C. – 500 apr. J.-C.). Cela s’explique non seulement par des facteurs géographiques mais aussi par les sources de financement et, de nouveau, par le poids des « écoles » de recherche. Cependant, plusieurs chapitres dits « multi-périodes » incluent des éléments du Paléolithique, du Mésolithique et même des périodes post-médiévales, montrant comment la géoarchéologie peut ainsi subdiviser certaines périodes ou faire fi des « clôtures » limitant la pensée diachronique et les études combinées sur les changements sociaux et environnementaux. En France ainsi que dans un certain nombre d’autres pays, les départements d’archéologie sont souvent subdivisés en « sous-départements chronologiques » dans lesquels les études diachroniques sont difficiles à organiser. De même, le nombre relativement élevé de chapitres sur la période médiévale va dans le sens d’une plus grande intégration de la géoarchéologie et des sources historiques, ce qui ne peut qu’enrichir les deux disciplines.

4D’un point de vue méthodologique, l’ouvrage illustre les énormes progrès qui ont été réalisés dans le domaine de la datation d’autant plus que de nombreuses études ont recours non seulement à des datations AMS mais aussi à la dendrochronologie et à la thermoluminescence, entre autres. Les analyses sédimentologiques sont devenues aussi beaucoup plus sophistiquées et mieux illustrées que par le passé, sous-tendues par une approche bien plus objective et analytique, qui n’attribue une interprétation génétique qu’après une phase de description et d’analyse d’informations telles que l’analyse de la taille des grains, du magnétisme de l’environnement ou de la géochimie incluant les carbonates et les isotopes stables. La gamme d’indicateurs paléoenvironnementaux a été élargie elle aussi par l’étude des ostracodes, des foraminifères, des phytolithes et des insectes ainsi que par celle des pollens et des spores. Il y aura bien sûr de nouveaux développements possibles concernant les outils d’analyse mais, comme les chapitres l’illustrent, leur utilisation ne sera vraiment intéressante que par rapport aux questions qui peuvent être formulées concernant les relations à l’humain dans le suivi des changements environnementaux passés : en d’autres termes, des avancées conceptuelles seront toujours nécessaires afin d’éviter le piège de « la technique à la recherche d’applications ».

Directions futures

5Deux directions sont clairement pointées par les chapitres de cet ouvrage, 1) la modélisation dynamique 3-D et 4-D des changements environnementaux, incluant l’élément humain, et 2) la conceptualisation de plus en plus sophistiquée des relations Homme-environnement.

6Considérant la première direction, de nombreux sinon la plupart des chapitres comprennent une ou plusieurs cartes ou des reconstitutions paléogéographiques de l’environnement autour de sites archéologiques : c’est en effet une contribution importante de la production émanant de nombreux projets géoarchéologiques. Bien que généralement en 2-D (i.e., cartes), les restitutions peuvent être en 3-D (par décomposition cinématique ou animation) avec l’adjonction du temps si l’analyse est diachronique. Il est également possible qu’elles soient représentées en pseudo-4-D par animation 3-D ou par décomposition de modèles volumétriques diachroniques. Alors que cette approche a déjà été entreprise en sédimentologie et en géomorphologie (e.g., Brown et al., 2013), elle reste plus rare en géoarchéologie. Dans la plupart des études archéologiques, cette approche est inutile ou serait au mieux un moyen de rendre la visualisation des résultats plus attrayante. Cependant, lorsque la nature des terrains change pendant ou après l’occupation du site, elle devient alors partie intégrante de la dynamique du site et de son interprétation. Ceci est particulièrement vrai dans le cas des milieux alluviaux et deltaïques où la dynamique rapide de croissance du réseau hydrographique, de développement des deltas de rupture de levée et de l’alluvionnement influence non seulement la localisation des sites mais aussi les conditions de vie et les activités in situ. Pour ce faire, il pourrait être envisagé de coupler les facteurs globaux et locaux de changement (i.e., variabilité climatique vs. fréquence des inondations) et la modélisation de la réponse anthropique par le biais des systèmes d’analyse multi-agents. Ceci conduirait alors à concevoir une modélisation géoarchéologique quasiment en temps réel, qui pourrait être appliquée aux structures archéologiques affectées par des fluctuations environnementales rapides. L’exemple évident rapporté dans plusieurs des chapitres de ce livre est le fonctionnement des ports, conditionné à la fois par le cycle des marées (même en Méditerranée) et les tempêtes et surcotes marines. En principe, ce travail pourrait être possible grâce à l’intégration de modèles sédimentaires et de structures volumétriques incluant les modèles de processus dynamiques dans un SIG et/ou une réalisation DAO. L’une des raisons pour tenter cela est que l’on pourrait ainsi, en ajoutant la composante humaine et technologique, tester efficacement non seulement les capacités portuaires mais aussi les théories des changements archéologiques enracinées dans les changements de l’environnement physique, un élément qui pourrait avoir stimulé l’innovation technique ou sociale locale.

7La seconde direction, la conceptualisation des relations entre l’Homme et l’environnement, reste l’un des points forts de la « tradition » pour ne pas dire la « mentalité » française. Comme évoqué dans plusieurs chapitres, la pensée des savants français tels que Vidal de la Blache, Braudel, Lévi-Strauss ou Bourdieu, à laquelle il faut ajouter Bloch, a considérablement contribué à notre conceptualisation de la dynamique de l’environnement anthropisé, du concept de « paysage régional » (Brown et al., sous presse a) à la « longue durée » de l’École des Annales et l’analyse structurelle des systèmes d’alimentation. Certes, Bloch a été moins influent mais ses arguments concernant le possibilisme environnemental, couplé à la contingence historique et économique (Bloch, 1966), ont toujours beaucoup à offrir aux études préhistoriques et classiques. Ironie du sort, étant donné que bon nombre de racines intellectuelles de l’archéologie post-processuelle se trouvent dans la philosophie et la théorie critique françaises (e.g., Foucault, Derrida, Cixiou, Latour), le post-processualisme a probablement eu moins d’impact en France et en Amérique qu’au Royaume-Uni et en Europe du Nord (Scarre, 1999). Cela a des avantages et des inconvénients, l’avantage étant que ce qui menaçait de devenir un fossé séparant la science et l’archéologie environnementale (y compris la géoarchéologie) du reste de l’archéologie ne s’est pas produit en France ; l’inconvénient réside dans le fait que certaines tentations à aller au-delà des arguments purement fonctionnalistes ont pu stimuler la pensée créatrice. En dehors de la réévaluation de l’héritage laissé par Bloch, plusieurs autres pistes sont signalées dans cet ouvrage, vues comme l’émergence de futures conceptualisations. L’une d’elles concerne la nature et la sociologie de la prise de décisions à différents niveaux par les sociétés anciennes. Ceci est mentionné dans le cadre de la construction de ports intérieurs mais reste implicite dans de nombreux autres chapitres qui traitent de la mise en place de sites sur des terres nouvellement créées, telles les plaines deltaïques. Pour creuser cette voie, la géoarchéologie devra intégrer plus d’études concernant la structure sociale, le politique et les domaines théoriques récents comme la théorie de l’acteur-réseau (cf. Latour), bien que cette approche ait moins un pouvoir explicatif que d’ouverture à de nouvelles questions. Une alternative serait un engagement plus en profondeur dans l’environnement et le domaine cognitif. Cela pourra rendre certains géoarchéologues « nerveux », à tort, car les archéologues du paysage ne doivent pas être considérés comme une « race à part ». Il y a plusieurs façons d’entrer dans le domaine du cognitif vs. paléoenvironnement à travers les artéfacts et cela implique des relations environnementales, de l’art rupestre aux premières cartes. Potentiellement, cela nous permet de confronter ce qui fait par ailleurs la catégorie fourretout du rituel, qui est clairement de l’intérêt d’un grand nombre, certains diront même de la plupart des sites géoarchéologiques. Avant la période classique, nous savons que la plupart des sociétés ont été grosso modo animistes, ce qui signifie en substance que l’environnement, ses caractéristiques spatiales et temporelles, en particulier ce que nous pourrions appeler les « événements », ont été au centre de leurs systèmes de croyance, donc de la façon dont elles ont agi. Cela donne un sens culturel à tous les événements naturels observées par les humains du passé, reliant ainsi les changements environnementaux, les transformations culturelles et le domaine cognitif (Brown et al., sous presse b). Un exemple suffira : la construction d’habitations en bois sur pilotis au-dessus de l’eau, qui constituent les célèbres villages lacustres de la Suisse, a créé un risque d’incendie toujours présent bien supérieur à celui lié au sol sec, en raison de l’obligation de suspendre le foyer sur une structure en bois. Il n’est donc pas surprenant que les études géoarchéologiques aient révélé des fréquences élevées d’incendie associées à ces structures (Bleicher, 2013). Compte tenu de la fréquence et du fait que les maisons ont été reconstruites souvent avec des modifications structurelles ou en plan, nous pouvons en déduire que ce qui pourrait nous sembler être un « risque » sur les sites palafittiques n’était qu’une partie de vie acceptée et bien mise à profit par les sociétés. Quelle autre signification culturelle le feu aurait-il eu reste pour nous à découvrir. À cet égard, l’artéfact ou, dans ce cas, la structure, traduit certains comportements de l’utilisateur et, ce faisant, a un effet sur l’esprit, le corps et les émotions. C’est ce que certains ont expliqué par la « théorie de l’objet (ou de la chose) » (Hodder, 2011) mais qui peut être considéré aussi comme faisant partie de la « plasticité » de l’esprit humain confronté au monde matériel et aux événements naturels en particulier (Gosden, 2013). Les géoarchéologues doivent être moins « timides » face à ce monde phénoménologique dans lequel l’environnement et l’esprit ne sont pas en simple dualisme, afin de s’engager et stimuler un débat environnemental plus large en archéologie. De cette manière, la « fonctionnalité » pourrait être déconstruite pour révéler ses éléments subjectifs et culturels grâce auxquels l’engagement constitue une réalité matérielle.

8Compte tenu de son patrimoine culturel riche et unique et de sa lignée intellectuelle, la géoarchéologie française a les capacités de progresser encore dans ces domaines en continuant à combiner 1) une science dure et innovatrice, stimulée par le questionnement heuristique des données archéologiques et qui, plus que tout, permet de retranscrire le passé avec beaucoup de nuances et de profondeur et 2) l’articulation de la place des sociétés dans leur environnement.

Bibliographie

Références

Bleicher N., «On the concept of ‘in-situ’ in Lake Settlements», Journal of Wetland Archaeology, vol. 13, 2013, p. 59-70.

Bloch M., French Rural History, tr. Janet Sondheimer, London, Routledge & Kegan Paul, 1966.

Broodbank C., The Making of the Middle Sea, London, Thames and Hudson, 2013.

Brown A.G., Carey C.J., Howard A., Toms P.S., Challis K., «Late Pleistocene– Holocene river dynamics at the Trent-Soar confluence, England, UK»; Earth Surface Processes and Landforms, vol. 38, 2013, p. 237-249.

Brown A.G., Hawkins C., Ryder L., Hawken S., Griffith F.M., Hatton J., «Vegetation history and the making of Devon landscapes. I. The Blackdown Hills», Boreas, sous presse a.

Brown A.G., Bailey G., Passmore D.,« Environments and landscape change » in C. Fowler, J. Harding, D. Hofmann (2ds), The Oxford Handbook of Neolithic Europe, Oxford, Oxford University Press, sous presse b.

Gosden C., «Humanized environments» in M. Davies, F. Nkirote M’Mbogori (2ds), Humans and the Environment: New Archaeological Perspectives for the Twenty-First Century, Oxford, Oxford University Press, 2013, p. 277-283.

Hodder I., «’Human-thing entanglement: towards an integrated archaeological perspective», Journal of the Royal Anthropological Institute, vol. 17, 2011, 154-177.

Scarre C., «Archaeological theory in France and Britain», Antiquity, vol. 73, 1999, p. 155-61.

Walsh K., The archaeology of Mediterranean landscapes, Cambridge, Cambridge University Press, 2013.

Auteur

Professeur, Laboratoires paléoenvironnementaux de l’université de Southampton (PLUS), Géographie et Environnement, Université de Southampton, Southampton, Royaume Uni (Tony.Brown@soton.ac.uk).

© CNRS Éditions, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search