Version classiqueVersion mobile

Quand Berlin pensait les peuples

 | 
Céline Trautmann-Waller

Troisième partie. Anthropologie et linguistique après Humboldt

De la linguistique à la psychologie des peuples : la question du signe chez Steinthal

Pierre Pénisson

Texte intégral

  • 1 J. Trabant, « Ideelle Bezeichnung. Steinthals Humboldt Kritik » in Achim Eschbach et Jürgen Traban (...)
  • 2 « […] so blieb die seit Aristoteles herrschend gewordenene Grundansicht auch jetzt noch festehen, (...)
  • 3 Voir J. Trabant, « Ideelle Bezeichnung », art. cité, p. 252.
  • 4 « La façon de faire de Lazarus et Steinthal a pour conséquence qu’une sémiotique d’orientation str (...)

1On voudrait examiner ici la position de Steinthal vis-à-vis du signe. Le rapport, critique, de Steinthal à Humboldt a été étudié1 et il en ressort très nettement que Steinthal rejette vivement tout ce qui pourrait appartenir à la tradition classique du aliquid pro aliquo ou à son origine aristotélicienne. Ainsi dans ce passage : « Cependant, la vision fondamentale, qui était devenue dominante depuis Aristote, continue encore, selon laquelle le mot serait le signe externe de la représentation. Cette vision superficielle, répétée encore par Hegel, ne pouvait fournir aucune connaissance véritable de l’essence et de l’origine du langage2. » Le refus est tel qu’il dénonce, à tort, des restes de cette sémiotique aristotélicienne chez Humboldt lui-même. La langue est activité et jamais instrument. Si le son (Laut) est indépendant de l’objet, il ne se pense pas dans le schéma classique, d’origine cratyléenne, opposant nature et convention, mais dans l’activité de la langue comme un ensemble3. La fidélité à Humboldt, c’est-à-dire ici à la langue comme activité (energeia), surtout dans le Kawi-Werk, et en aucun cas comme instrument, conduirait à produire une science du langage sans sémiotique. On peut toutefois se demander ce qui se produit lorsque Steinthal participe à la grande entreprise de la Zeitschrift für Völkerpsychologie und Sprachwissenschaft. On peut considérer qu’il y avait là une continuité ou un élargissement ou une ouverture. Il faut certes considérer que la collaboration de Steinthal a des motivations contingentes amicales et familiales, et qu’il entend bien militer pour cette grande science à fonder et à offrir au public cultivé. Mais ainsi qu’il a pu être remarqué, non sans simplicité, la sémiotique actuelle trouve peu son compte dans la Völkerpsychologie4.

  • 5 « Einleitende Gedanken über Völkerpsychologie als Einladung zu einer Zeitschrift für Völkerpsychol (...)
  • 6 « Die Sprache – und auch als deren Organ betrachten wir unsere Zeitschrift – hat die Erkenntnis de (...)
  • 7 « Einleitende Gedanken », art. cité, p. 16.
  • 8 « Die verschiedenen objektiven Elemente oder Mächte des Volksgeistes wie Sprache, Religion usw. », (...)
  • 9 La langue est aussi définie ici comme « créature de l’esprit du peuple » (Geschöpf des Volksgeiste (...)

2Reste que le lien entre la Sprachwissenschaft et la Völkerpsychologie n’a point l’évidence proclamée, et il nous semble que la place et le statut des signes y est en jeu. Il n’est que de considérer la préface programmatique, qui, sous forme d’une « invitation à un journal5 » s’adressant à un public curieux ou à la bourgeoisie cultivée (Bildungsbürgertum) introduit les deux premières livraisons de la revue. Les auteurs, après avoir décrit les objets de leurs travaux comme la constitution du sol habité, la physiologie, l’ethnologie, l’anthropologie, exposent la composition des numéros, comprenant dissertations, expositions, œuvres, pour passer ensuite au : « langage – et nous considérons aussi notre journal comme l’organe de celui-ci » qui « a pour objet la connaissance de l’idée du langage et son effet et son expansion dans l’ensemble des langues de l’humanité6 ». Le langage s’inscrit donc dans une série d’objets qui sont « le langage, la religion, l’art et la littérature, le droit, etc. ». Ici, la psychologie des peuples est mise en concurrence avec les philosophies de l’histoire, et posée comme une « troisième science entre la science de la nature et l’histoire »7. Est esquissée une grande montée de l’humanité avec ses « éléments objectifs, ou puissances de l’esprit du peuple, comme la langue, la religion8 », avant qu’on ne parvienne à la formule toujours citée que la langue est « l’empreinte de l’activité intuitive » (Abbild der anschauenden Thätigkeit)9, louant les formes croissantes de conscience de soi et avant qu’on ne passe à la « vie pratique de l’esprit du peuple ». On le voit ainsi, la langue et sa science, entre le « et », le « aussi », placée d’abord, au milieu ou ensuite, a une place, indéniablement prépondérante, mais d’une certaine manière assez peu située dans l’entreprise de la revue. Ses variantes auront peut-être été le résultat des discussions du comité éditorial, mais précisément les concessions et changements indiquent, nous semble-t-il, une difficulté pour la doctrine steinthalienne même. Car enfin bien des objets de la Völkerpsychologie sont étrangers à Steinthal, mais d’une certaine manière scientifiquement improbables et s’affairant parmi toutes sortes de signes, le journal faisant même en des déclarations positivistes appuyées un usage surabondant du terme « faits » (Thatsachen).

  • 10 Sur la difficulté de la discipline citons ceci : « Wer nun jemals ernstlich an die Bearbeitung der (...)
  • 11 Louis Hjelmslev, Prolégomènes à une théorie du langage, trad. française, Paris, Minuit, 1984.
  • 12 « Onomatopoetischer Reflexlaut », « Etymon » (Auffassungsform), « Übertragung der Merkmale », et as (...)

3En tant que philologue scrupuleux10, Steinthal peut certes accueillir les nouveautés apportées par la philologie égyptologique de Champollion et Lepsius, il peut parfaitement admettre les cunéiformes, mais non pas les « productions muettes » (stumme Erzeugnisse eines Volkes), comme les sculptures, les édifices, peintures et décorations, instruments, etc., tous objets qui seront les « faits » de la physiologie, de l’ethnologie, de l’anthropologie et de la psychologie des peuples. La difficulté n’est pas seulement celle d’une discipline ou d’une spécialisation, mais surtout du caractère pré-ou non linguistique de ces productions, de leur « mutité ». De la production muette à la langue, on ne saurait trouver de sémiotique commune, sauf à les placer tous dans le genre extrêmement général du Merkmal. Ce terme extrêmement fréquent sous la plume de Steinthal ne désigne qu’une marque, un critère dans des usages très disparates. Le Merkmal, dont chacun use, et notamment les psychologues et les linguistes (il se retrouve par exemple dans le sème de Hjelmslev11) peut-être indice, caractéristique, critère, mais ne peut ici, semble-t-il, constituer véritablement un signe. Et sur ce point Humboldt sert de référence à Steinthal, c’est-à-dire le son réflexe onomato-poétique, l’étymon, le « report » des marques et les associations conventionnelles12.

  • 13 H. Steinthal, Grammatik, Logik und Psychologie, ihre Principien und ihr Verhältnis zu einander. Be (...)
  • 14 Wilhelm von Humboldt, singulièrement dans le discours académique de 1820 : Über das vergleichende (...)
  • 15 H. Steinthal, Grammatik, Logik und Psychologie, ihre Principien und ihr Verhältnis zu einander, Be (...)
  • 16 Voir id., Ibid., § 137.
  • 17 Voir Joachim Wach, Das Verstehen in der Historik von Ranke bis zum Positivismus, Tübingen, 1933.
  • 18 La compréhension philologique se divisant comme suit : « 1) grammatische Interpretation › Sinn / S (...)

4Ce en quoi la linguistique steinthalienne et la psychologie des peuples ont lien, c’est bien évidemment le concept d’ » ensemble » (Zusammenhang, Ganz, Einheit, Totalität, Gesammtheit, etc.), sinon identique dans « peuple » et « langue », du moins strictement homothétique. Ce qui peut notamment se formuler ainsi : « L’individu ne peut nullement être compris sans considérer la totalité spirituelle dans laquelle il est né et vit13. » Et l’on peut penser que s’il y a ensemble, alors Steinthal peut, en tant que linguiste et herméneuticien, prendre la société et ses éléments pour objet. Il y avait chez Humboldt en tout et partout une volonté de synthèse, c’est-à-dire fondamentalement une volonté de garder une dualité : la nation était l’unité, la Bildung, ce qui permettait, plus ou moins possiblement, de concilier l’idée d’un progrès dans les grandes nations « cultivées » et de respecter la singularité des nations non cultivées, « unkultivirt »14. Chez Steinthal, toute la philosophie du langage réside dans les classifications qui ne laisseraient plus ouvertes les dualités humboldtiennes, mais atteindraient une totalité, absente de la pensée humboldtienne. Or c’est précisément à partir d’ensembles, linguistiques et sociaux que travaille Steinthal, et sa science s’éloigne en réalité beaucoup des idéaux humboldtiens. De la sorte, la psychologie steinthalienne des peuples peut-être une herméneutique qui ne contrevient pas à la philologie. Car la psychologie engagée est bien celle d’ensembles, ou collectifs sous le nom de peuples, produisant un Volksgeist et constitués par et dans une langue, de sorte qu’analyser les éléments peut relever encore d’une herméneutique, même si elle est élargie. L’ensemble d’un peuple est encore d’une certaine manière un Zusammenhang herméneutique. Ainsi dans Grammatik, Logik und Psychologie de 185515 sont étudiés non seulement les rapports de la grammaire et de la logique, mais aussi le statut de l’unité collective, qui n’est pas l’organisme romantique de Becker mais celui, d’origine kantienne, de Humboldt.. Le quatrième chapitre, consacré à la classification des langues à la fois situe la science du langage comme Moment der Völkerpsychologie16 et à la fois poursuit le privilège de la langue. Le lecteur de Steinthal est souvent troublé par son écriture, qui, nonobstant ses dénégations, est d’une allure dialectique étonnamment hégélienne, mais c’est bien d’une herméneutique qu’il s’agit17, ainsi qu’on le voit dans Arten und Formen der Interpretation de 1877, où place est faite notamment à une interprétation historique et psychologique18. C’est dans cette perspective qu’on peut comprendre comment Steinthal peut s’aventurer vers des objets qui ne sont pas les siens.

  • 19 La structure d’une langue et l’écriture vont ensemble chez Humboldt : « Buchstabenschrift und Spra (...)
  • 20 Voir H. Steinthal, Die Entwicklung der Schrift, nebst einem offenen Sendschreiben an Herrn Pott, B (...)
  • 21 id., Ibid., p. 51.
  • 22 « Nicht Krämer haben sie [die Schrift] gebildet, sonder Priester und Könige ». ID., Ibid., p. 40.
  • 23 id., Ibid., p. 58.

5Des objets s’inscrivent dans un ensemble comme en un texte. La question de l’écriture devient éclairante, qui est surtout traitée dans Entwicklung der Schrift (1852). La ressemblance avec les textes de Humboldt est évidemment frappante, mais en critiquant le détail (connaissance lacunaire des hiéroglyphes) ou Humboldt en général (qui serait le champ de bataille de deux domaines de pensées), il infléchit la doctrine en un tout autre sens, savoir l’extériorité de l’écriture, alors que Humboldt tentait une articulation où l’oral viendrait s’inscrire dans l’écrit19. La grande différence, intéressante, est que l’écriture selon Steinthal provient et dépend des divisions proprement phonétiques20 perçues comme telles par une communauté linguistique. Cette découverte ne saurait procéder de l’instinct ou de l’inventivité21. Elle présuppose le bien très précieux et supérieur qu’est la conscience. Et l’intervention non de « boutiquiers, mais de prêtres et de rois »22. En effet, le passage de l’oral à l’écrit, de l’oreille à l’œil est aussi passage de l’immédiat au médiat23, de l’instant au pérenne, passage d’un alphabet interne à un alphabet externe, de l’image du connu à l’écriture de l’inconnu. On remarque sur ce point que Steinthal loue les runes germaniques, supérieures à l’alphabet romain, alors que l’alphabet hébreu n’est pas pris en considération.

  • 24 id., Ibid., p. 53.
  • 25 « Verhält sich die Schrift zur Sprache ganz ebenso wie diese zum Geiste, oder sind sie verschieden (...)
  • 26 id., Ibid., p. 45.
  • 27 id., Ibid., p. 43.
  • 28 id., Ibid., p. 48.

6Quoi qu’il en soit, l’écriture est bien production d’une extériorité, d’un « signe extérieur » (aüßeres Zeichen)24, d’un transfert ou report (Übertragung) de l’ouie à l’œil, somme toute un passage d’une nature à une tout autre, saut qui requiert une grande puissance, voire une magie religieuse, alors que le « report » de l’étymon sonore aux « marques » serait psychophysiologique. Pour répondre à la question de savoir si « l’écrit est à l’égard de la langue comme cette dernière à l’égard de l’esprit, ou s’ils sont d’une nature différente, même si elle est semblable et du même genre25 », il faudra parler d’une « activité toute différente de l’écrit26 » l’extérieur n’est point le strict pendant de l’intérieur27. Si l’écrit ne provient pas d’une invention individuelle, et pas même de la langue, il provient de la « prédisposition linguistique d’une nation » (Sprachanlage einer Nation)28, dont le pouvoir s’exprime par le prêtre et le roi.

  • 29 « Einleitende Gedanken über Völkerpsychologie als Einladung zu einer Zeitschrift für Völkerpsychol (...)
  • 30 Voir id., Ibid., p. 7.
  • 31 « Der Name eines Dinges enthält nur ein Merkmal », formule que l’on trouve par exemple dans H. Ste (...)
  • 32 Joachim Wach, Das Verstehen in der Historik von Ranke bis zum Positivismus, Tübingen, 1933, t. III (...)
  • 33 On renvoie ici aux analyses fameuses de Ernst Cassirer dans La Langue, premier volume de La Philos (...)
  • 34 Voir J. Trabant, « Ideelle Bezeichnung », art. cité, p. 261.
  • 35 Le titre est éloquent en soi : Die Classification der Sprachen dargestellt als die Entwickelung de (...)

7Dans la préface programmatique de la Zeitschrift, l’écriture est brièvement évoquée comme produit de la conscience et fruit d’une civilisation avancée29. La Völkperpsychologie, comme science du Volksgeist, est située entre la nature et l’esprit30, examinant l’esprit comme « production commune de la société » (gemeinschaftlitches Erzeugnis der Gesellschaft), et s’intéressant aux faits (Thatsachen). On touche ici du doigt la difficulté centrale qui travaille l’œuvre de Steinthal, qui se situe entre positivisme et idéalisme. Or, en réalité, cette position interdit la possibilité d’une théorie du signe. Il n’y a que des « marques » (Merkmale), de même que Steinthal pourra écrire que « le nom d’une chose ne renferme qu’une marque »31. Tout se passe donc comme s’il y avait d’une part la production phonétique, c’est-à-dire une forme et le signe tout extérieur de l’écrit, et entre les deux, mais en réalité d’un autre ordre, des marques, mais des « objectivations », au point que le Volksgeist peut se définir comme « la productivité qui se dépose dans des objectivations durables » (die Produktivität die sich in bleibenden Objektivationen niederschlägt)32. Toute cette pensée se développe dans la reprise des processus d’objectivation de Humboldt33 dans un retravail ou « élargissement34 » du concept humboldtien de « forme interne de la langue » (innere Sprachform), pour le dire très vite, repris dans les acquis des considérations phonétiques et classificatoires35. Très éloignée de la sémiotique classique traitant de mots et de signes, la linguistique steinthalienne pose que la forme de la langue n’est pas sa forme sonore, mais la forme est la manière de créer, ou forme de la forme sonore.

8Le signe écrit est d’ordre religieux, la langue, comme forme et activité, est non seulement intérieure, mais encore profondément idéelle, voire spirituelle. Semble donc être ici à l’œuvre une profonde idéalité, voire spiritualité, qui se sépare dans l’extériorité, sacerdotale, de l’écrit, et qui s’objective dans toutes les productions d’un peuple. Lorsque la Zeitschrift proclame que « le peuple est un être purement spirituel » (Volk ist ein rein geistiges Wesen), il ne s’agit pas seulement d’une démarcation d’autres positions possibles, ni d’une réalité en quelque sorte dématérialisée, mais bien de l’affirmation d’une idéalité pure. Les « objectivations » ne sont plus les « extranéations » (Entäusserungen) de la phénoménologie hégélienne (quand même elles leur ressemblent parfois beaucoup), ni les processus qui permettent chez Humboldt de parvenir à la plus grande « objectivité » possible, mais les fameux « faits » des sociétés humaines. C’est sans doute dans cette coïncidence des « objectivations », issues de la plus grande idéalité « interne » et des « faits », que Steinthal peut concilier idéalisme et positivisme dans l’entreprise de la psychologie des peuples. Pour que cela soit possible, il importait essentiellement que le signe soit évité.

  • 36 Voir H. Steinthal, Der Ursprung der Sprache im Zusammenhange mit den letzen Fragen alles Wissens, (...)
  • 37 W. Humboldt : « Das Wesen der Sprache besteht darin, die Materie der Erscheinungswelt in die Form (...)
  • 38 H. Steinthal, Die Classification, op. cit., p. 61.
  • 39 « Ist die Sprache Darstellung der äußeren Objekte oder des Gedachten ? », in H. Steinthal, « Die u (...)
  • 40 « Nur der Psycholog weiß, dass der Erzählende immer nur ein Inneres darstellt. Die Sprache stellt (...)
  • 41 « So könnte sich nun vielleicht ein sorgfältiger Sprachforscher einmal fragen : ist nicht der Laut (...)

9Steinthal reproche à Herder, mais surtout à Hamann, d’en être resté aux « marques et signes » (Merkmal und Zeichen) sans atteindre les vrais constituants de la langue36. On voudrait dire plutôt Merkmal pour Herder, plutôt Zeichen pour Hamann, mais il est intéressant que ces termes, appartenant à une problématique très éloignée de celle de Steinthal, soient convoqués pour désigner une époque et une problématique en somme pré-linguistique, toute superficielle et extérieure, c’est-à-dire manquant l’intériorité idéelle qui fait la langue. Outre ce défaut, ce qui leur manque c’est à la fois l’élément dynamique et la totalité englobante et collective. Plutôt même que de marques, il faudrait sans doute parler d’empreinte ou de dépôt. Humboldt pouvait écrire : « L’essence de la langue consiste à couler la matière du monde phénoménal dans la forme des pensées37. » Il est remarquable que la « forme interne de la langue » deviendra chez Steinthal « activité comme désignation idéelle » (Tätigkeit als ideelle Bezeichnung)38. On serait enclin à dire que la désignation est tellement idéelle qu’elle n’est pas un signe. Beaucoup se joue pour Steinthal dans le rapport de l’intérieur à l’extérieur, l’extérieur étant l’extérieur à la langue, donc le monde inaccessible comme tel et l’intérieur étant les formes idéelles, immatérielles de la langue et des peuples. Tout alors se joue dans le rapport de l’intérieur à l’extérieur, avec la particularité exceptionnelle du signe écrit. On trouve un exposé moins technique que dans ses livres, dans un article du tome II de la revue consacré à la forme originale du mythe de Prométhée. La question est posée de savoir « si la langue est représentation des objets extérieurs ou de ce qui est pensé39 » et il commente ainsi : « Seul le psychologue sait que le rapsode ne représente jamais qu’un intérieur. La langue représente l’intérieur de telle façon qu’il signifie un extérieur […] La science sait que la langue ne représente que l’effet sur le sujet40. » Ou encore un apophtegme, très dialectique, dit le rapport de l’externe et de l’interne sous la forme du « son comme l’écorce, et la signification comme le noyau ; mais qui découvre les lois a trouvé dans l’écorce un nouveau vrai noyau : la théorie du son41 ».

10Ce que rejette Steinthal dans l’idéalisme philosophique c’est ce en quoi il serait encore à ses yeux trop « substantialiste », c’est-à-dire lorsqu’il manque l’activité de l’esprit et confond ontologie, logique et langue, mais c’est aussi lorsqu’il prétend, chez Hegel, à penser un absolu qui, pour Steinthal, ne peut en toute rigueur être que séparé et transcendant. Mais les « intériorités » de Steinthal sont profondément idéalistes et antimatérialistes. Ce n’est pas un spiritualisme au sens plotinien ou schellingien, où un esprit transcendant se répandrait verticalement par « émanations », il y a chez Steinthal des « objectivations » du dedans idéel vers le dehors, des empreintes (Abbild), des retombées (Niederschlag), des objectivations, des productions (Erzeugnis), ces dernières ne valant que prises dans l’ensemble idéel où s’exerce la langue. La véritable production d’un peuple sont la langue et l’esprit plus que tout autre « chose ».

  • 42 « Vorliegendes Mittel zur Bezeichnung der Vorstellungen ». Voir H. Steinthal, Die Entwicklung der (...)

11Il n’y a donc pas de signe chez Steinthal, mais uniquement une désignation active significative. Il ne s’agit pas ici, semble-t-il, d’un simple dépassement de la sémiotique classique, c’est-à-dire selon Steinthal de la croyance en un « moyen préalable pour désigner les représentations42 », mais, contre nombre de ses contemporains, il importe que la langue comme activité et ensemble soit l’élément qui organise les éléments, lesquels n’acquièrent en ce sens jamais la discrétion et l’extériorité du signe. Tout se passe comme si pour Steinthal toute pensée du signe comme aliquid pro aliquo relevait d’un réalisme naïf que toute son entreprise vise à dépasser. On dirait en ce sens que l’absence de théorie du signe est le résultat d’une longue démarche pour éviter toute sémiotique, sauf à placer le signe écrit sous le régime de l’autorité religieuse.

Notes

1 J. Trabant, « Ideelle Bezeichnung. Steinthals Humboldt Kritik » in Achim Eschbach et Jürgen Trabant, History of Semiotics, Amsterdam, Philadelphia, 1983, p. 251-276.

2 « […] so blieb die seit Aristoteles herrschend gewordenene Grundansicht auch jetzt noch festehen, daß das Wort aüsseres Zeichen der Vorstellung sei. Diese oberflächliche Ansicht, die noch von Hegel wiederholt wird, ließ keine wahrere Erkenntnis von Wesen und Ursprung der Sprache aufkommen ». H. Steinthal, Der Ursprung der Sprache im Zusammenhange mit den letzen Fragen alles Wissens, 2e édition, 1877 (1re éd., 1851), p. 1-2.

3 Voir J. Trabant, « Ideelle Bezeichnung », art. cité, p. 252.

4 « La façon de faire de Lazarus et Steinthal a pour conséquence qu’une sémiotique d’orientation structurelle y trouve très peu de profit, même si sa valeur pour la psychologie des peuples n’est pas affectée par cela » (nous traduisons). Voir K. F Kiesow, in R. Posner et al. (éd.), Semiotik, vol. 2, Berlin, New York, 1998, p. 157.

5 « Einleitende Gedanken über Völkerpsychologie als Einladung zu einer Zeitschrift für Völkerpsychologie und Sprachwissenschaft », ZfVS, 1 (1860), p. 1-73.

6 « Die Sprache – und auch als deren Organ betrachten wir unsere Zeitschrift – hat die Erkenntnis der Sprache und deren Wirkung und Ausbreitung in sämmtlichen Sprache der Menschheit zur Aufgabe », Ankündigung der Herausgeber, ZfVS, 2 (1862), incipit.

7 « Einleitende Gedanken », art. cité, p. 16.

8 « Die verschiedenen objektiven Elemente oder Mächte des Volksgeistes wie Sprache, Religion usw. », ibid., p. 38.

9 La langue est aussi définie ici comme « créature de l’esprit du peuple » (Geschöpf des Volksgeistes). Ibid., p. 40.

10 Sur la difficulté de la discipline citons ceci : « Wer nun jemals ernstlich an die Bearbeitung der Methodologie der Philologie gegangen ist, wird wohl ebenso wie ich das Ziel dieser Disziplin bis zur Verzweiflung schwierig gefunden haben ; denn nicht nur erscheinen die Momente, welche in den philologischen Operationen wirksam sind, nicht so gering an Anzahl, sondern sie sind auch so innig ineinander geschlungen, daß sie nur schwer dem Blicke standhalten, der sie isolieren und jedes in seiner besonderen Natur erfassen möchte, um ihr Zusammenwirken zu begreifen ». Voir H. Steinthal, « Die Arten und Formen der Interpretation », in Verhandlungen der 32. Versammlung deutscher Philologen und Schulmänner in Wiesbaden vom 26-29. September 1877, Leipzig, 1877, p. 25-35. Ici H. Steinthal, Kleine sprachtheoretische Schriften, éd. par Waltraud Bumann, Hildesheim, 1970, p. 167.

11 Louis Hjelmslev, Prolégomènes à une théorie du langage, trad. française, Paris, Minuit, 1984.

12 « Onomatopoetischer Reflexlaut », « Etymon » (Auffassungsform), « Übertragung der Merkmale », et associations conventionnelles. Voir Clemens Knobloch, Geschichte der psychologischen Sprachauffassung in Deutschland von 1850 bis 1920, Tübingen, 1988, p. 114-117.

13 H. Steinthal, Grammatik, Logik und Psychologie, ihre Principien und ihr Verhältnis zu einander. Berlin, 1855, p. 388.

14 Wilhelm von Humboldt, singulièrement dans le discours académique de 1820 : Über das vergleichende Sprachstudium in Beziehung auf die verschiedenen Epoche der Sprachentwicklung.

15 H. Steinthal, Grammatik, Logik und Psychologie, ihre Principien und ihr Verhältnis zu einander, Berlin, 1855.

16 Voir id., Ibid., § 137.

17 Voir Joachim Wach, Das Verstehen in der Historik von Ranke bis zum Positivismus, Tübingen, 1933.

18 La compréhension philologique se divisant comme suit : « 1) grammatische Interpretation › Sinn / Sprachverständnis, 2) sachliche Interpretation › Kontext, 3) stilistische Interpretation › Kunst, 4) individuelle Interpretation, 5) historische Interpretation, 6) psychologische Interpretation.

19 La structure d’une langue et l’écriture vont ensemble chez Humboldt : « Buchstabenschrift und Sprachanlage stehen daher in der engsten Beziehung aufeinander ». Voir Über die Buchstabenschrift, in Gesammelte Schriften, Berlin, 1903-1936, t. V, p. 108.

20 Voir H. Steinthal, Die Entwicklung der Schrift, nebst einem offenen Sendschreiben an Herrn Pott, Berlin, 1852, p. 44.

21 id., Ibid., p. 51.

22 « Nicht Krämer haben sie [die Schrift] gebildet, sonder Priester und Könige ». ID., Ibid., p. 40.

23 id., Ibid., p. 58.

24 id., Ibid., p. 53.

25 « Verhält sich die Schrift zur Sprache ganz ebenso wie diese zum Geiste, oder sind sie verschiedener, wenn auch ähnlicher gleichartigen Natur ? ». Id., Ibid., p. 39.

26 id., Ibid., p. 45.

27 id., Ibid., p. 43.

28 id., Ibid., p. 48.

29 « Einleitende Gedanken über Völkerpsychologie als Einladung zu einer Zeitschrift für Völkerpsychologie und Sprachwissenschaft », art. cité, p. 52.

30 Voir id., Ibid., p. 7.

31 « Der Name eines Dinges enthält nur ein Merkmal », formule que l’on trouve par exemple dans H. Steinthal, « Zur Charakteristik der semitischen Völker », ZfVS, 1 (1860), p. 342.

32 Joachim Wach, Das Verstehen in der Historik von Ranke bis zum Positivismus, Tübingen, 1933, t. III, p. 221.

33 On renvoie ici aux analyses fameuses de Ernst Cassirer dans La Langue, premier volume de La Philosophie des formes symboliques, trad. française, Paris, 1972.

34 Voir J. Trabant, « Ideelle Bezeichnung », art. cité, p. 261.

35 Le titre est éloquent en soi : Die Classification der Sprachen dargestellt als die Entwickelung der Sprachidee, 1850. (La Classification des langues exposée comme le développement de l’idée de la langue).

36 Voir H. Steinthal, Der Ursprung der Sprache im Zusammenhange mit den letzen Fragen alles Wissens, Berlin, 1851, p. 62.

37 W. Humboldt : « Das Wesen der Sprache besteht darin, die Materie der Erscheinungswelt in die Form der Gedanken zu giessen », in Gesammelte Schriften, Berlin, 1903-1936, t. IV, p. 17.

38 H. Steinthal, Die Classification, op. cit., p. 61.

39 « Ist die Sprache Darstellung der äußeren Objekte oder des Gedachten ? », in H. Steinthal, « Die ursprüngliche Form der Sage von Prometheus », ZfVS, 2 (1862), p. 230.

40 « Nur der Psycholog weiß, dass der Erzählende immer nur ein Inneres darstellt. Die Sprache stellt also Inneres so dar, das es Äusseres bedeutet […] ; Die Wissenschaft erkennt, die Sprache stellt nur die Wirkung auf das Subjekt dar », Id., ibid., p. 232.

41 « So könnte sich nun vielleicht ein sorgfältiger Sprachforscher einmal fragen : ist nicht der Laut die Schale der Bedeutung, diese der Kern des Lautes ; und habe ich mich nicht mein Leben lang mit Vergleichung von Lauten beschäftigt ? also mit der leeren Schale ? – Er wird sich aber, denke ich, bald antworten : nein. Denn wer, auf welchem Gebiete es auch sein mag, Gesetze aufdeckt, der hat in der Schale einen wahren Kern gefunden (...) », in H. Steinthal, « Kern und Schale. Bemerkung über den Werth der Lautlehre », ZfVS, 2 (1862), p. 392.

42 « Vorliegendes Mittel zur Bezeichnung der Vorstellungen ». Voir H. Steinthal, Die Entwicklung der Schrift, op. cit., p. 60.

© CNRS Éditions, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search