Version classiqueVersion mobile

Quand Berlin pensait les peuples

 | 
Céline Trautmann-Waller

Troisième partie. Anthropologie et linguistique après Humboldt

La Zeitschrift für Völkerpsychologie und Sprachwissenschaft (1859-1890) : entre Volksgeist et Gesamtgeist

Céline Trautmann-Waller

Texte intégral

  • 1 H. Steinthal, « An den Leser », Zeitschrift des Vereins für Volkskunde. Neue Folge der Zeitschrift (...)

1« Si l’on me demande aujourd’hui : qu’est-ce que vos vingt volumes ont donc apporté ? Comment et par quoi ont-ils favorisé, enrichi la connaissance générale ? Alors je crois pouvoir répondre, tout en laissant le soin de trancher au verdict qu’apportera l’avenir, que sans tomber dans l’erreur d’une “âme du peuple” mystique et dotée de substance (et avec quel plaisir et quelle élégance les opposants de la Völkerpsychologie précisément ne jouent-ils pas avec les notions d’“âme du peuple” et d’“esprit national”) […] le concept clair d’“esprit objectif” a été créé et analysé, un “règne de l’intelligible” ou un “règne d’intelligibles” a été découvert au-dessus du règne de la nature, bien que reposant sur lui1. »

2Voici comment Steinthal esquissait le bilan d’une entreprise lancée trente ans plus tôt, en 1860, avec son ami et beau-frère Moritz Lazarus, la Revue de psychologie des peuples et de science du langage (Zeitschrift für Völkerpsychologie und Sprachwissenschaft). D’un point de vue conceptuel, ce bilan peut paraître plutôt ambigu. Le concept d’« esprit objectif », bien que retravaillé par Lazarus dans ses articles programmatiques, est un héritage de la philosophie hégélienne. Le règne des intelligibles, tel que Steinthal le définit ici, est riche de connotations spencériennes et comtiennes. Mais il est vrai que c’est sur ces fondements, auxquels viennent s’ajouter la psychologie herbartienne et la linguistique humboldtienne, que Steinthal et Lazarus ont défendu une vision strictement « mentale » des peuples et de leurs « cultures » linguistiques, mythologiques, religieuses, économiques, étonnamment moderne par certains de ses aspects.

3Il y a une chose sur laquelle Steinthal n’insiste pas dans ce bilan et qui pourtant était très nettement accentuée au début du projet et doit sans doute être portée à l’actif de la revue, même si elle n’aboutit pas de la manière escomptée. Il s’agit de la volonté de synthèse. C’est elle qui donne aux tables de matière de la revue leur allure un peu déroutante, mais c’est elle aussi qui met en évidence le caractère transitionnel de ce projet de Völkerpsychologie dans l’histoire des sciences humaines : de la philologie comme linguistique psychologique et comme mythologie comparée, d’une histoire du droit à la manière d’Ihering, de la Volkswirtschaft d’un Wagner ou d’un Schmoller à des formes de science de la culture (Kulturwissenschaft), à la sociologie et à la psychologie sociale, non sans poser en passant des questions aussi fondamentales que celle du statut de la formalisation et de la modélisation.

4Adoptant une perspective résolument génétique, prompte à admettre le caractère construit des « cultures », la revue incarne en cette seconde moitié de xixe siècle allemand une position originale qui, parce qu’elle englobe dans sa réflexion aussi bien les peuples dits naturels que ceux dits culturels, cumule en quelque sorte les objets qui sont ceux par ailleurs de l’histoire culturelle (Kulturgeschichte), plutôt centrée sur les peuples considérés comme « civilisés », et ceux de l’ethnologie. Elle partage ainsi avec l’ethnologie et l’anthropologie de l’époque la réflexion sur l’empirisme, la psychologie et les hésitations méthodologiques entre comparatisme, typologie et histoire génétique. C’est ce qui explique d’ailleurs que si Bastian disait de la Völkerpsychologie qu’elle apportait une contribution essentielle à l’ethnologie, Steinthal disait inversement que l’ethnologie était un des domaines de la Völkerpsychologie.

  • 2 Voir les articles sur Dilthey, Simmel et Cohen dans ce volume.

5Les efforts de la revue, aujourd’hui de plus en plus reconnus, ne lui permirent pas toutefois d’imposer la Völkerpsychologie comme véritable discipline. Cela peut s’expliquer en raison des nombreuses réserves que suscita le projet2, mais aussi par le fait que le réseau de Lazarus et Steinthal était finalement quelque chose d’assez fragile. Figure de transition, la Völkerpsychologie sembla ainsi disparaître sans véritable postérité et il faut chercher celle-ci dans des projets scientifiques où son nom pourtant n’apparaît pas.

6Pour commencer, il faut donc situer la Völkerpsychologie dans l’ensemble des disciplines se référant comme elle à la notion de Volk et cherchant de manière plus ou moins claire à offrir une alternative à un historisme nationaliste et à une philosophie de l’histoire comme « histoire des idées ». L’historique de la revue ainsi esquissé permet de mieux comprendre ensuite comment, tout en livrant dans certains articles proches d’une histoire culturelle, une genèse de la culture de telle ou telle nation européenne, elle refuse, du moins en la personne de Steinthal, une véritable caractérologie. Les nombreuses analyses mythologiques et poétiques de Steinthal montrent enfin comment en dépassant ce niveau d’analyse, il entendait promouvoir avec la revue une « philologie psychologique » comme déconstruction des mythes fondateurs et analyse de la dynamique qui est à l’œuvre dans des formes poétiques populaires, collectives. La « mise à plat » des variantes comme circulation, aboutit ici à la description d’un « esprit collectif » (Gesamtgeist), unité préalable qui, comme il le dit explicitement, n’a rien d’une « âme du peuple » (Volksseele) mystique, mais esquisse quelque chose comme une version philologique de bien des modélisations ultérieures du lien social.

HISTORIQUE DE LA REVUE

7Aujourd’hui, la Zeitschrift für Völkerpsychologie und Sprachwissenschaft, parue à Berlin puis à Leipzig entre 1859 et 1890, se présente sous la forme de vingt volumes de quatre cent à cinq cent pages chacun. Ceux-ci ont effectivement fait fonctionner non pas peut-être la synthèse disciplinaire revendiquée par les fondateurs Steinthal et Lazarus, mais du moins une pluridisciplinarité, dont les unités thématiques font entrevoir la largeur du champ que les deux amis ambitionnaient de couvrir : en dehors de la linguistique et de la psychologie en général, on y trouve l’histoire des sciences, les rapports de l’individu et du collectif, l’anthropologie, la géographie, l’ethnologie, la mythologie comparée, l’histoire des religions, l’orientalisme, l’histoire de l’art, l’esthétique, le droit et la vie économique, des questions de méthodologie scientifique (empirisme, induction, statut de la forme), l’éthique.

  • 3 Voir M. Lazarus, « Über den Begriff und die Möglichkeit einer Völkerpsychologie », Deutsches Museu (...)
  • 4 Voir tout particulièrement ses articles « Über das Verhältnis des Einzelnen zur Gesamtheit », Zeit (...)

8C’est Moritz Lazarus qui, en continuateur de la psychologie de Herbart, avait lancé en 1851 le terme de Völkerpsychologie3. Pour résumer, il s’agissait, d’après cette esquisse programmatique, de compléter et de développer la psychologie individuelle, de Herbart, à laquelle ce dernier n’avait adjoint que l’esquisse d’une « psychologie de l’État », par une psychologie des peuples, c’est-à-dire par une étude psychologique des aspects linguistiques, mythologiques, économiques, juridiques de différents « esprits de peuples » (Volksgeister). L’intérêt de ce projet tel qu’il est défini par Lazarus réside dans l’émergence, sous l’appellation d’« esprit objectif » (objektiver Geist), d’une analyse du caractère collectif de la vie culturelle au sens large, Lazarus soulignant la nécessité de tenir compte de la spécificité du fonctionnement psychologique des groupes pour analyser les lois qui gouvernent cette dernière4.

  • 5 Voir la lettre du 6 avril 1852, in I. Belke, Moritz Lazarus und Heymann Steinthal. Die Begründer d (...)

9Son ami Steinthal lui propose, juste avant de partir à Paris en avril 1852, de faire de cette science un projet commun et de transformer la revue de linguistique que son ami romaniste August Mahn lui enjoint depuis longtemps de créer, en une revue d’« ethnologie psychologique ». Il est tout à fait conscient des difficultés que rencontrera le projet mais considère qu’en ajoutant au titre une référence à la science du langage, on pourra attirer la communauté relativement importante des linguistes5. Le projet mûrit dans l’esprit de Steinthal lors d’un long séjour parisien, durant lequel il travaille, tout en poursuivant l’étude du chinois, à son ouvrage Grammatik, Logik und Psychologie, qui vise entre autres à remplacer définitivement les fondements métaphysiques de la linguistique par une méthode psychologique. La Völkerpsychologie, dont une esquisse clôt le volume, doit ainsi, dans son esprit, permettre de poursuivre sur de nouvelles bases le projet humboldtien de l’étude de la diversité des structures de pensée telles qu’elles se forment dans des langues diverses. C’est précisément la linguistique humboldtienne, qui, avec sa vision dynamique de la langue, aurait permis cette percée de la psychologie dans le domaine des études linguistiques.

10Durant les premières années d’existence de la revue, Lazarus vit à Berne, où il a été nommé professeur de psychologie des peuples, et c’est surtout Steinthal qui effectue le travail de rédaction, essayant de récolter des contributions, rassemblant, commentant les articles. Même après son retour à Berlin en 1866, Lazarus ne semble cependant guère s’investir plus dans la revue, bien qu’il serve toujours d’intermédiaire comme le montre la correspondance. Il ne livra en tout que sept articles, le dernier dans le cinquième volume en 1868, et quelques recensions dans le premier et le quatrième volume, tandis que Steinthal rédigea, plus de cent trente articles et recensions.

  • 6 Voir la Zeitschrift für vergleichende Sprachforschung auf dem Gebiete des Deutschen, Griechischen (...)
  • 7 Voir Adalbert Kuhn, Die Herabkunft des Feuers und des Göttertranks, 1859.

11Cela nous amène directement à la question des réseaux qui ont permis à la revue de se développer. Il n’y a guère que dans le domaine de la linguistique, qu’une logique disciplinaire semble à première vue fonctionner. Steinthal fait appel pour les contributions à des linguistes de toute l’Allemagne : August Pott, professeur à Halle depuis 1838, avec lequel il partage en linguistique un certain encyclopédisme et une admiration indéfectible pour Humboldt, Friedrich Müller (à ne pas confondre avec Max Friedrich Müller), professeur de sanscrit et de linguistique comparée à Vienne, qui combine dans ses travaux ethnologie et linguistique, ses élèves ou anciens élèves comme le futur néogrammairien Bertolt Delbrück, professeur à Iéna, ou Georg von der Gabelentz, sinisant et théoricien du langage berlinois. Steinthal lui-même ne développe pas dans la revue de points de vue nouveaux dans le domaine linguistique mais poursuit ses argumentations véhémentes contre le comparatisme étymologique de Pott, contre l’idéalisme en linguistique, contre l’organicisme biologisant de August Schleicher, contre les théories de Lazarus Geiger sur l’origine du langage, contre les mythologies de l’origine des langues de Max Müller. La revue est ici le lieu par excellence de la critique, dont Steinthal fait une véritable éthique scientifique, pratiquée sans concession. Les cercles berlinois de la mythologie comparée, originaires en partie de ceux de la linguistique comparée6, sont très présents également dans la revue, et Steinthal inscrit ses propres textes consacrés à la mythologie, et notamment aux strates mythologiques affleurant dans l’Ancien Testament, dans le sillage des travaux de Kuhn qui, avec son étude sur Prométhée comme dieu solaire7, a inauguré selon lui une nouvelle ère dans l’étude des mythes.

12Vu le manque de collaborateurs, la revue semble avoir intégré, au-delà des contributions de disciples comme Gustav Glogau, d’étudiants comme Hermann Cohen ou Georg Simmel, ou d’amis comme Paul Heyse, toute contribution tentant d’associer l’analyse des phénomènes culturels (religion, langue, coutumes, droit, folklore) avec des aires culturelles (antiques ou modernes) ou des groupes sociaux (mineurs anglais), ou de livrer une réflexion synthétique sur ce sujet (multiplicité des langues, principe de nationalité), piochant aussi à l’occasion dans le registre des revues et associations locales, dont les analyses régionalistes accédaient ainsi à une audience berlinoise. C’est ce qui explique qu’il ne se dégage pas de cet ensemble une seule conception de la « culture », mais qu’on y voit s’opposer différentes tendances, certaines plus typologiques, caractérologiques, d’autres plus génétiques, déconstructivistes, Steinthal ne se privant pas à l’occasion d’exprimer son désaccord dans des commentaires ajoutés sous forme de réponse.

  • 8 Un des collaborateurs les plus fidèles de la revue est par exemple le suisse Ludwig Tobler, issu d (...)
  • 9 Richard Böckh, « Die statistische Bedeutung der Volkssprache als Kennzeichen der Nationalität », Z (...)
  • 10 M. Lazarus, « Zur Geschichte der Naturwissenschaften (Mit Rücksicht auf : B. Studer, Prof. der Geo (...)

13Pour ce qui relève plus strictement de la Völkerpsychologie une véritable logique disciplinaire fait défaut, puisque la discipline était encore à instituer, mais cela ne changera guère durant les trente années d’existence de la revue. On peut en revanche constater une certaine convergence géographique, signe d’une collaboration fondée sur une logique locale. Deux pôles se dégagent. Il y a Berlin d’un côté et la Zeitschrift offre ici le reflet de collaborations nées à l’université, dans une certaine vie associative littéraire comme dans le cas de la principale association littéraire de Berlin, le Tunnel über der Spree, ou scientifique comme dans celui de la Berliner Gesellschaft für Anthropologie, Ethnologie und Urgeschichte, d’une certaine vie mondaine dont le salon de Lazarus fut un élément dynamique, tous ces réseaux pouvant d’ailleurs se croiser. De l’autre côté il y a la Suisse, où Lazarus, très fêté à l’université de Berne, tisse rapidement de nouveaux liens8. La présence de la Suisse constitue un élément très intéressant car d’un point de vue linguistique et culturel elle incarne un cas « problématique » et on voit s’opposer par exemple dans la revue, d’un article à l’autre, un impérialisme prussien berlinois incarné par un statisticien cartographe des plus agressifs qui érige la pratique d’une langue majoritaire en critère absolu des frontières9 et de timides néophytes suisses signalant les pratiques multilingues de leur pays. Lazarus, pourtant lui-même ardent défenseur de l’unification de l’Allemagne sous l’égide prussienne, ne se prive pas de souligner en passant le caractère exceptionnel de la Suisse, qu’il envisage comme une sorte de point de rencontre des influences françaises et allemandes, et son rôle essentiel comme asile des penseurs originaux, idéalisant sans doute un peu ainsi sa propre marginalité relative10.

14Si l’on peut considérer qu’il n’y a pas vraiment de logique disciplinaire à l’œuvre dans cet ensemble plus nettement relatif à la Völkerpsychologie et moins exclusivement linguistique, on trouve, à y regarder de plus près, des traces d’alliances et d’échanges de collaboration de la Zeitschrift avec des disciplines ou des proto-disciplines qui ont pour point commun de tenter d’analyser la vie culturelle d’un peuple précis, ou la diversité culturelle en elle-même : la Volkskunde naissante (W. H. Riehl), la Völkerkunde (A. Bastian), l’Anthropologie (T. Waitz), la Kulturgeschichte (J. H. Müller), ainsi que certaines tendances d’une géographie en pleine rénovation (O. Peschel, K. Andree).

  • 11 M. Lazarus, « Einige synthetische Gedanken zur Völkerpsychologie », ZfVS, 3 (1865), en note, p. 4.
  • 12 M. Lazarus, « W. H. Riehl, Die Volkskunde als Wissenschaft », ZfVS, 1 (1860), p. 89-90.
  • 13 Voir son compte rendu de Die Heilige Sage der Polynesier, ZfVS, 14 (1883), p. 121-124.

15Ces nouvelles disciplines forment un ensemble touffu où se combinent de différentes manières et à des degrés divers les mêmes paradigmes et les mêmes héritages. Elles sont hantées par la crainte du dilettantisme, un fantôme conjuré dans toutes les revues fondées durant ces années et qui s’efforcent de percer dans le champ des disciplines établies. Elles recherchent l’autonomie et la professionnalisation à travers la création de chaires, prônent la rigueur scientifique et se livrent entre elles une concurrence assez rude. La Völkerpsychologie partage bien des choses avec ces proto-disciplines, mais elle a pourtant des raisons de se distinguer de chacune d’entre elles. L’histoire culturelle, si l’on regarde la Zeitschrift für deutsche Kulturgeschichte fondée en 1856, paraît centrée sur sa rivalité avec les historiens de stricte obédience et affirme la nécessité d’établir la Kulturgeschichte comme une discipline à part entière. Aux yeux de Lazarus et de Steinthal elle est trop strictement historique, ne chercherait pas les lois (psychologiques) qui sont en jeu dans la vie culturelle11. La Volkskunde, comme celle de Riehl évoquée par Lazarus dès le premier numéro de la revue12, lui paraît proche par certains côtés mais plus directement reliée aux intérêts politiques. Steinthal semble en outre éprouver quelques réticences envers elle en raison de sa limitation à l’Allemagne. La linguistique comparée, puis mythologie comparée, des philologues classiques Adalbert Kuhn ou Wilhelm Schwartz, est critiquée par Steinthal pour le privilège qu’elle accorde à la méthode comparative. Très proche, l’ethnologie telle qu’elle est représentée par Bastian, se limite toutefois aux peuples exotiques et semble abuser elle-aussi aux yeux de Steinthal de la méthode comparative13.

16Toutes ces disciplines jeunes et fragiles soulignent la nécessité de restreindre et de délimiter clairement leur objet, la Völkerpsychologie, quant à elle, a sans doute été victime d’un projet très étendu, de son absence de limitation. Ce qui fait son intérêt, sa pluridisciplinarité, fait aussi sa faiblesse. Elle a souffert, dans un contexte de professionnalisation accrue, d’un partage et d’un découpage disciplinaire qui obéissait au moins autant à une logique de pouvoir, qu’à une logique intellectuelle. C’est ainsi que la disparition relative de la Völkerpsychologie de Lazarus et Steinthal (prolongée seulement de manière différente par Wundt et Thurnwald) coïncide très exactement avec l’établissement à Berlin d’une Volkskunde nettement moins universaliste.

  • 14 Voir Wolf Könenkamp, « Gescheitert und vergessen / Folgenloses aus der Geschichte der Volkskunde » (...)
  • 15 Rüdiger vom Bruch, « Gelehrtes und geselliges Berlin. Urban-elitäre Zirkel als kommunikative Schni (...)

17Dirigé par le germaniste Karl Weinhold, le Berliner Verein für Volkskunde avait commencé par s’arroger la primauté en matière de Volkskunde contre les tentatives pour une ethnologie de l’Allemagne sur une base plus nettement géographique, menées par les associations locales de Volks- und Landeskunde. En 1891, il afflige un coup sévère à son rival trop vite oublié, le Verein für Volkskunde du philologue leipzigois Albert Edmund Veckenstedt, qui avait déjà fondé en 1888 une Zeitschrift für Volkskunde (1888-1893)14, en transformant la Zeitschrift für Völkerpsychologie und Sprachwissenschaft en Zeitschrift des Vereins für Volkskunde, qui, après la disparition de sa rivale, prendra à son tour le nom de Zeitschrift für Volkskunde. On peut voir ici un exemple des logiques de « différenciation interne et de nationalisation15 », mais plus qu’en une unification menée à partir de la capitale dans une logique de rationalisation de la recherche scientifique, ce coup de maître opéré sur la scène berlinoise, semble avoir consisté en une éviction des rivaux par absorption. Avec la Zeitschrift de Steinthal et Lazarus disparaît de ce champ d’étude une vision universaliste de la vie culturelle, profondément opposée à toute forme d’essentialisation. C’est sur les malentendus entourant la revue qu’il nous faut revenir à présent, en regardant de plus près ce qui s’y fait concrètement sous l’égide de la notion de Volksgeist.

GENÈSE D’UNE CULTURE : L’EXEMPLE DE LA FRANCE

  • 16 M. Lazarus, « Über die Ideen in der Geschichte », ZfVS, 3 (1865), p. 420-421 : « Nur weil die Vere (...)
  • 17 Voir notamment le récit de ses années de jeunesse, Aus meiner Jugend, Francfort/Main, 1913, et son (...)

18S’il est une chose qu’on a sans doute le plus reproché à la revue, c’est son utilisation du concept de Volk, dans le nom de Völkerpsychologie d’abord, dans le concept de Volksgeist ensuite et enfin dans certains raccourcis qui heurtent ici ou là. Lazarus et Steinthal ont réagi tous les deux au fait qu’on les ait accusés de se centrer sur cette notion. Dès le troisième volume de la revue, Lazarus dit en note que la Völkerpsychologie est à prendre au sens de psychologie de toute forme d’esprit collectif (Gesamtgeist)16. Les peuples n’auraient été privilégiés que parce qu’ils sont la forme la plus courante de la communauté spirituelle (geistiges Gesamtleben). Il n’empêche que ce privilège reflétait aussi la théorie de la nation comme unité « spirituelle », sur laquelle Lazarus, jeune juif allemand, fondait à cette époque sa volonté d’assimilation à l’Allemagne17. Se faisant l’écho d’un nationalisme ambiant, elle excluait en tout cas toute forme de racisme biologisant.

19Ce terme de Volk sur lequel on bute masque en fait l’élaboration de modalités d’analyse de la « culture » avec l’amorce d’un système de relations entre cette dernière et les structures politiques, économiques et sociales. En se centrant sur un exemple, les développements consacrés à la France, on peut ainsi montrer que dans la majorité des contributions à la revue, le but n’est pas avant tout l’affirmation de caractères nationaux fixes, stables, mais l’analyse de la manière dont les différents éléments d’une culture sont en relation et la dynamique qui leur permet d’élaborer un profil propre à partir d’éléments étrangers importés. Ces analyses dissolvent le national autant qu’elles le figent, cherchent à reconstruire son émergence plus qu’elles ne le conjurent.

  • 18 Voir Hugo von Blomberg, « Das Theatralische in Art und Kunst der Franzosen », ZfVS, 1 (1860), p. 4 (...)

20À première vue, le titre de l’article du peintre, écrivain et historien de l’art Hugo von Blomberg dédié à la théâtralité de la manière d’être et de l’art français (Das Theatralische in Art und Kunst der Franzosen) qui paraît en parties successives dans les deux premiers volumes de la revue, pourrait nous laisser penser qu’il s’agit ici d’un alignement de clichés sur le caractère français. Il se révèle en fait une analyse historique des origines italiennes d’un trait caractéristique de la culture française, du langage jusqu’à la vie sociale, sous ses différentes formes. Pour commencer Hugo von Blomberg, qui a séjourné en France de 1847 à 1848 et a reçu une partie de sa formation de peintre dans l’atelier de Coignet, souligne que son titre n’est pas à prendre dans un sens péjoratif. Il est conscient aussi dit-il que la « théâtralité » française est d’abord un résultat des premières impressions superficielles de l’étranger, mais si l’« effet de surprise » s’amenuise avec le temps, cette caractéristique particulière ne disparaît pas complètement. Il souligne ensuite l’importance du théâtre dans la vie culturelle française, qui explique la grande qualité des décors, du jeu des acteurs, de la mise en scène, même si les pièces produites en France sont plutôt mauvaises. Puis il insiste sur les échanges entre la scène et la vie réelle, puisque de la scène, cette théâtralité se serait étendue à l’armée, à la vie religieuse, à la rue, dont le jargon descendrait directement des scènes de théâtre. Il ne s’agit pas du tout de partir ici de l’opposition traditionnelle entre peuples du Sud plus exubérants et peuples du Nord plus « froids ». Il s’agit de quelque chose de plus subtil, que le contraste avec l’Allemagne permettrait de sentir, quelque chose qui, appartenant en France à presque toutes les couches sociales excepté sans doute la paysannerie, semble presque être une propriété naturelle des Français18. Ce qu’il va au contraire essayer de montrer c’est que cette théâtralité ades origines historiques bien précises. Partant du Moyen Âge, caractérisé selon lui par une certaine théâtralité tout à fait différente, « internationale » d’ailleurs, il poursuit sa quête en remontant vers le présent et en arrive à François Ier sous le règne duquel la France aurait commencé à acquérir sa physionomie actuelle, et ce sous l’influence d’une culture étrangère, celle de l’Italie, qui en matière d’art et de science avait atteint à cette époque une apogée comparable seulement à celle de la Grèce antique. Dans toute l’Europe, l’Italie exportait alors ses artistes et ne se serait guère heurté à une certaine résistance qu’en Allemagne et aux Pays-Bas. Cet exemple débouche sur des considérations plus générales concernant l’effet d’une culture se trouvant à son faîte (et portant donc selon l’auteur le germe de la décadence en elle) sur une culture moins élaborée, comme on peut le voir aussi dans le cas de l’influence de la culture allemande en Russie. Les Français n’ont pas su s’inspirer de l’idéal inscrit dans l’art italien, ils n’en ont adopté que le brillant, l’apparence. En tout cas c’est bien l’Italie qui a rendu la France romane, l’a éloignée de ce qu’il y avait de germanique en elle. Cette évolution n’a fait que préparer Louis XIV, dont la politique de centralisation a permis la diffusion des modèles de la Cour dans toutes les villes du royaume, dans ses Provinces, n’épargnant pratiquement aucune couche sociale. Après cette introduction historique générale, Hugo von Blomberg passe à la peinture, évoquant les différentes Écoles françaises et leur rapport aux modèles italiens non sans glisser par endroits dans un langage biologisant sur l’évolution des cultures, ainsi lorsqu’il montre qu’au moment où, avec Poussin, la France va enfin puiser aux sources l’art italien, qui la féconde depuis longtemps, elle tombe sur un art déjà décadent, d’un raffinement à la limite de l’artifice complet et de l’affectation.

  • 19 Wilhelm Lübke, « Der gotische Stil und die Nationalitäten », ZfVS, 2 (1862), p. 257-278.

21Un autre article traitant longuement de la France est une étude consacrée au style gothique et à son rapport avec les nationalités19. Comme le précédent, il adopte dès le départ une attitude de sympathie envers la France : il était temps qu’on reconnaisse enfin que le gothique, exalté par Goethe et d’autres comme incarnation d’un Moyen Âge germanique, était en fait d’origine française. Tout en véhiculant quelques clichés sur le goût des français pour l’apparence, la réflexion aboutit ici à une analyse des origines historico-sociologiques d’un nouveau style architectural dans la France de Philippe Auguste, à un moment où la couronne française avait enfin repoussé, après de longs combats, les guerriers anglais, et s’était assujettie les grands vassaux. Cherchant à étendre son pouvoir, elle a favorisé, contre la noblesse et les monastères, l’émergence d’une bourgeoisie dont les grandes cathédrales gothiques des villes du nord-ouest de la France sont l’expression immédiate. Ce style s’est ensuite étendu à toute l’Europe, de Drontheim à Séville, donnant naissance à des « dialectes » différents de l’architecture gothique.

  • 20 Adolf Tobler, « Über das volksthümliche Epos der Franzosen », ZfVS, 4 (1866), p. 139-210.

22On peut enfin y ajouter une étude de l’épopée française par Adolf Tobler20, qui fut un des premiers romanistes titulaires d’une chaire à Berlin. Tout en semblant sourire de ceux qui déplorent que l’Allemagne n’ait pas pu développer comme les peuples nordiques une littérature populaire portée seulement par sa propre religion et vierge de toute influence extérieure, Tobler souligne qu’il en est de même en tout cas de la France. Cette dernière a même semblé avoir perdu durant des siècles le souvenir de ses épopées, dont la plus célèbre est certainement La Chanson de Roland. Comme tant d’autres elle est issue des légendes entourant la dynastie des Carolingiens, qui sont devenues un matériau partagé par tous les peuples européens, parmi lesquels ses héros circulent sous différents noms. Il décrit ensuite les caractéristiques d’un genre qui offre de nombreuses sources en ce qui concerne la mentalité, les coutumes, la religion, etc., des époques où il a vu le jour, pour passer enfin au caractère profondément chrétien de l’épopée française, qui l’opposerait en partie à l’épopée allemande, dont le noyau de mythologie païenne n’aurait été revêtu que progressivement par une enveloppe chrétienne.

  • 21 H. Steinthal, « Über Substanz und Person. (F. Fabri, Die Entstehung des Heidentums und die Aufgabe (...)
  • 22 Id., Ibid., p. 509.
  • 23 H. Steinthal, « Zur Charakteristik der semitischen Völker. Auf Anlass von E. Renan, Nouvelles cons (...)

23L’ensemble de ces études sur la France relève plus ou moins de ce que nous appellerions aujourd’hui l’histoire culturelle. On comprendra peut-être mieux en quoi les éditeurs de la revue voulaient aller au-delà de cette dernière, en étudiant les réflexions que suscitèrent chez Steinthal, en combinaison avec la critique d’un livre sur la tâche de la mission chez les païens, les développements de von Blomberg sur l’extension du modèle italien en France21. Steinthal étend ici la catégorie herbartienne de l’aperception à l’histoire collective : il n’y a donc pas un christianisme, mais des christianismes, puisque ce dernier lorsqu’il s’étend est reçu dans un cadre déjà informé par d’autres éléments culturels. Le christianisme ou le judaïsme ne sont que des abstractions puisqu’« il n’existe pas de substance ou de force appelée judaïsme qui ferait de certains humains des Juifs, mais certains humains produisent le judaïsme entre eux de différentes manières, autrement aujourd’hui qu’au Moyen Âge et autrement aussi qu’à l’époque des prophètes22 ». On sent ici combien l’expérience de la situation culturelle particulière des juifs allemands a influencé les analyses de Steinthal. C’est cette dernière qui lui fait refuser avec irritation, dans sa longue recension des Nouvelles considérations sur le caractère général des peuples sémitiques, et en particulier sur leur tendance au monothéisme de Renan, l’idée d’un caractère juif qui aurait traversé les siècles23.

  • 24 Voir par exemple Ludwig Rüdiger, « Über Nationalität », ZfVS, 3 (1865), p. 95-130.
  • 25 Voir id., Ibid., p. 95-97.

24La revue est riche par ailleurs d’éléments allant dans le sens d’une analyse circonstanciée de ce que plusieurs auteurs appellent le « principe de nationalité ». Certains en étudient la genèse d’une façon qui n’a presque rien à envier aux analyses contemporaines de la constitution de telle ou telle « identité nationale24 ». La concomitance de cette émergence du national avec un amenuisement des différences entre les peuples européens, suite à l’accès élargi à une culture plus vaste, moins locale et donc plus uniforme, à travers l’école, l’alphabétisation, la presse mieux diffusée, les nouveaux moyens de communication, est également notée25.

25C’est en tout cas dans une époque bien antérieure de la vie culturelle que Steinthal situe ses propres analyses du Gesamtgeist.

PHILOLOGIE ET GESAMTGEIST

26S’il est bien un domaine que la revue se devait de placer au centre de ses réflexions, à une époque où la querelle au sujet des Nibelungen (Nibelungenstreit) et les suites de la polémique autour d’Homère font encore rage, c’est celui de la poésie populaire ou « poésie naturelle » (Naturpoesie) comme le dit aussi Steinthal.

  • 26 Paul Heyse, « Über italienische Volkspoesie », ZfVS, 1 (1860), p. 181-212.

27Dès le premier volume de la revue ce domaine est représenté par un article sur la poésie populaire italienne, écrit par Paul Heyse26. On trouve ici, associés à des développements sur le « caractère national » italien mêlant romance et puérilité, entièrement centré sur l’amour, des analyses intéressantes sur les survivances d’une poésie populaire encore « en activité » si l’on peut dire dans certaines « niches » que le voyageur trouve dès qu’il s’écarte des routes touristiques. Là, il peut voir combien cette littérature est partie intégrante de la vie sociale paysanne, combien elle n’est pas une production individuelle mais une improvisation et une recréation permanente à partir de matrices communes. Là, ceux qui demanderont à une jeune paysanne de leur chanter pour les besoins de leur collection, tel chant d’amour se le verront refuser parce que ce chant ne peut exister que dans son contexte, n’a pas pour elle une existence autonome, est identifié à la situation. Heyse insiste ainsi sur l’importance de l’improvisation dans la poésie populaire et montre combien elle est caractérisée par des formes qui mettent en évidence son lien au groupe, comme par exemple le chant alterné (Wechselgesang). L’article se clôt sur l’inquiétude que peut susciter la persistance de toutes ces sérénades, de cet archaïsme dans des contrées où le gouvernement italien n’a introduit ni le livre ni l’école et qui semblent échapper ainsi à une « culture » (Bildung) plus virile dans sa nature.

  • 27 Steinthal, « Das Epos », ZfVS, 5 (1868), p. 1-57.
  • 28 Steinthal, « Der Durchbruch der subjectiven Persönlichkeit bei den Griechen. Ein geschichts-psycho (...)
  • 29 Voir par exemple toutes les réflexions sur les origines de l’art dans les premiers numéros de l’An (...)

28Steinthal reprend des éléments de cette analyse largement inspirée de Herder, qui semble avoir suscité en lui bien des échos, dans son article sur l’épopée27 paru dans le cinquième volume de la revue. Il a trouvé là un exemple de ce qui, à côté de la langue, constitue un cas particulièrement parlant de cet « esprit collectif » (Gesamtgeist) qui n’existe qu’à travers un « porteur » individuel mais est en même temps dans son essence-même une œuvre collective. C’est ce que cette poésie particulière, dont l’inscription dans une certaine socialité (rites, fêtes) et les fonctions sociales sont particulièrement bien visibles, permettrait d’illustrer, d’expliciter. Il commence sa présentation synthétique en disant qu’il veut se placer au-dessus de la polémique qui entoure ce qu’il appelle la question épique (Homère, les Nibelungen), ne défendre ni la thèse des uns ni celle des autres, livrer non pas une analyse philologique mais une analyse psychologique, et nous allons voir ce qu’il veut dire par là. Il insiste en premier lieu sur la nécessité de mettre en rapport aussi bien Homère que les Nibelungen avec les formes multiples de la poésie populaire (Volksdichtung). Par opposition à la poésie artistique (Kunstdichtung) qui est une œuvre individuelle, cette dernière appartient à des strates plus anciennes, est née avant la culture, dans une sorte d’état de nature. Elle est caractérisée par une absence de logique, de réflexion et d’érudition, sans que cela ne nuise à sa nature profondément poétique. C’est ce que l’on pourrait constater dans le cas des Hellènes, chez lesnations européennes du Moyen Âge et, encore aujourd’hui, en Europe de l’Est. L’individualité, qui produit la « poésie artistique » est absente de cette poésie parce que l’individualité elle-même est un produit de la culture, comme Steinthal a voulu le prouver dans un article du deuxième volume de la revue sur la percée de la personnalité subjective chez les Grecs qui se définissait comme un essai historico-psychologique28. Mais l’art n’est pas non plus ici l’émanation d’une « âme du peuple » (Volksseele). Chacun est poète, chacun participe à cette création, parce que précisément elle implique la vie d’un groupe et non celle d’un individu isolé, ce qui explique le côté stéréotypé de la poésie populaire qui l’apparente à la liturgie religieuse. Il en serait de même pour l’épopée, puisque le récit ou le chant des événements célèbres appartiennent à la vie de la communauté, se déroulent à des occasions fixées et occupent des fonctions précises, tandis que la poésie artistique constituerait, elle, un monde d’imagination à part, à côté du « monde de la raison et de la vie économique ». Steinthal en voit une preuve dans le chant alterné qui n’appartient pas qu’à la poésie populaire italienne, mais est une caractéristique générale de l’épopée, où les mots et les mélodies passent de l’un à l’autre en s’enchaînant. On trouve ici l’amorce d’analyses qui seront prolongées dans les études sur les origines de l’art, ses liens avec le rythme, avec le religieux, que la sociologie naissante va systématiser29. Lorsqu’elle essaie de reconstruire ainsi l’ère mythique d’une poésie naturelle, collective et anonyme, dominée par le rythme comme fonction originelle de l’humain, la philologie est entraînée du côté d’une réflexion sur les processus d’échange, de répétition, d’imitation, de convention, d’apprentissage, de transmission comme composantes du lien social envisagé ici sous sa forme poétique.

29Lorsqu’il passe ensuite aux formes de composition de l’épopée, Steinthal procède par association avec la morphologie grammaticale et distingue trois types de composition de l’épopée : l’isolation, l’agglutination et le principe organique (qui trouve un correspondant dans les langues à flexion). Si Steinthal avoue une nette préférence pour cette dernière, son but n’est pas ici d’établir une hiérarchie mais de comprendre aussi le passage de l’une à l’autre. Une évolution continue ne pourrait permettre ce passage et il faut imaginer une véritable « révolution » pour expliquer comment la matière des Nibelungen, qui a existé sans doute auparavant sous la même forme que les chants isolés de l’Edda, est devenu le cycle que nous connaissons, comment a pu surgir dans la Grèce antique la poésie homérique. Ici il ne fait qu’esquisser des amorces de réponse en insistant sur la difficulté qu’il y aurait à reconstituer l’arrière-plan de ces « révolutions poétiques ». Dans le cas de la poésie homérique il évoque le fait qu’elle soit apparue après une transformation radicale de l’implantation et des rapports de pouvoir dans la Grèce antique et qu’elle ait été liée à l’influence grandissante des Ioniens en Asie Mineure.

30L’unité atteinte en tout cas selon lui au stade de l’épopée organique ne saurait s’expliquer seulement par l’intervention des diascevastes. Si c’est par l’action de ces derniers qu’on explique les incohérences, les répétitions, les « coutures » souvent encore visibles dans les grandes épopées, l’unité de ces dernières n’a pas été créée a posteriori, car elle a existé dans la conscience de ceux qui, collectivement, donnèrent naissance à l’épopée. C’est le fameux Gesamtgeist. Pour prouver comment cela est possible, Steinthal va avoir recours à deux exemples qui offrent tout deux un aperçu d’une grande immédiateté de la vie de l’épopée : d’une part à l’analyse du travail effectué par un diascevaste encore vivant, celui de l’épopée finlandaise du Kalewala, et d’autre part à son expérience des manuscrits des troubadours provençaux, qu’il copia longuement à la Bibliothèque nationale et dans les bibliothèques anglaises pour le compte de son ami August Mahn. Les manuscrits font apparaître combien les répétitions qui sont à l’origine de la théorie des diascevastes, proviennent d’une superposition de morceaux certes isolés, mais extraits d’un ensemble virtuel. Steinthal compare cette situation à celle de quelqu’un qui, lisant une scène du Wallenstein, a à l’esprit de façon latente l’œuvre toute entière, et fait intervenir ici la notion herbartienne de seuil de conscience.

31Lorsque Steinthal essaie d’imaginer à partir de la complexité des manuscrits la psychologie de cette création poétique spécifique, en mettant à plat les textes avec toutes les répétitions qu’ils comportent, il espère obtenir ainsi un tableau des mouvements, de la dynamique du Gesamtgeist. Les réflexions sur les redondances et les répétitions, reproduction et reprises de modèles, aboutissent alors à une rythmique préfigurant certaines modélisations en psychologie sociale et en sociologie, qui tentent d’intégrer les dimensions interpersonnelles dans le social, que ce soit avec l’interaction chez Simmel, l’imitation chez Tarde ou le don et le contre-don chez Mauss.

  • 30 H. Steinthal, « Das periodische Auftreten der Sage », ZfVS, 20 (1890), p. 306-317.

32Il est impossible de rendre compte ici de tous les développements que trouva cette question de la poésie populaire dans la revue après cet article décisif. En ce qui concerne Steinthal, c’est elle qui va l’amener à s’intéresser ensuite dans le dernier numéro de la revue à ce qu’il appelle « le retour périodique de la légende » qui s’oriente, à partir d’une étude de cas liée au contexte de la révolution de 1848, vers une analyse des effets que peuvent avoir des affects collectifs sur un fonds de légendes, qu’ils font resurgir tout en lui faisant subir certaines variations30.

33Dilthey reprocha à son ancien ami Lazarus l’utilisation du terme de Völkerpsychologie, mais il ne fut pas sensible à cet autre terme qui apparaît dans un des articles programmatiques rédigés par Lazarus pour la Zeitschrift für Völkerpsychologie und Sprachwissenschaft, celui de Cultur-Wissenschaft, une science qui dépasserait l’histoire culturelle purement historique en cherchant les lois de la vie culturelle. Si ce projet a récemment attiré l’attention parce qu’il n’est pas sans lien avec le parcours de Simmel, la pratique steinthalienne, plus laborieuse dans ses développements philologiques, plus discrète, mérite elle-aussi d’être réexaminée. S’il est vrai que les deux amis ont fait profiter la revue de réseaux parfois différents, il est vrai aussi que la combinaison entre leur formation initiale et leur motivation aboutit dans les deux cas à des projets sensiblement différents. Steinthal va plus dans le sens d’une étude des structures à partir de modèles linguistiques qui montrera son effectivité lorsque, reprise et prolongée dans le contexte du folklorisme russe, elle révélera à nouveau son importance pour l’ensemble des sciences humaines. C’est à ce moment que se posera à nouveau la question du rapport entre analyse formelle et point de vue génétique, la question de la possibilité d’étendre des données issues de l’analyse d’un type de production spécifique, comme la langue, à toutes les formes de littérature, voire de culture.

34On pourrait revenir pour finir au bilan de la Völkerpsychologie tracé par Steinthal en 1890 et déjà évoqué. S’il y disait que ce que Lazarus et lui avaient voulu étudier était en fait la culture, s’il ajoutait que ce qu’ils avaient fait c’était en quelque sorte de la sociologie, faut-il penser que Steinthal était naïf ou y avait-il réellement dans la revue un peu de tout cela en germe ? Celle-ci est riche en tout cas de tâtonnements entre esprit objectif, monde de l’intelligible et culture, entre Volksgeist et Gesamtgeist, et c’est ce qui fait qu’elle ouvre des pistes que l’on retrouvera rarement rassemblées ainsi.

Notes

1 H. Steinthal, « An den Leser », Zeitschrift des Vereins für Volkskunde. Neue Folge der Zeitschrift für Völkerpsychologie und Sprachwissenschaft, 1 (1891), p. 12.

2 Voir les articles sur Dilthey, Simmel et Cohen dans ce volume.

3 Voir M. Lazarus, « Über den Begriff und die Möglichkeit einer Völkerpsychologie », Deutsches Museum, Zeitschrift für Literatur, Kunst und öffentliches Leben, éd. Par Robert Prutz et Wilhelm Wolfsohn, 1re année, Leipzig, p. 113-126

4 Voir tout particulièrement ses articles « Über das Verhältnis des Einzelnen zur Gesamtheit », Zeitschrift für Völkerpsychologie und Sprachwissenschaft [ZfVS dans la suite du texte], 2 (1862), p. 393-453, et « Über die Ideen in der Geschichte », ZfVS, 3 (1865), p. 385-486.

5 Voir la lettre du 6 avril 1852, in I. Belke, Moritz Lazarus und Heymann Steinthal. Die Begründer der Völkerpsychologie in ihren Briefen, vol. 1, Tübingen, 1971, p. 255.

6 Voir la Zeitschrift für vergleichende Sprachforschung auf dem Gebiete des Deutschen, Griechischen und Lateinischen de Adalbert Kuhn et de Theodor Aufrecht, ainsi que les travaux de Wilhelm Schwartz.

7 Voir Adalbert Kuhn, Die Herabkunft des Feuers und des Göttertranks, 1859.

8 Un des collaborateurs les plus fidèles de la revue est par exemple le suisse Ludwig Tobler, issu d’une famille patricienne de Zurich, qui fut professeur de germanistique à Berne et à Zurich de 1866 à 1872. Il combine comme Steinthal, mais avec moins de rigueur théorique, linguistique et Völkerpsychologie.

9 Richard Böckh, « Die statistische Bedeutung der Volkssprache als Kennzeichen der Nationalität », ZfVS, 4 (1866), p. 259-402.

10 M. Lazarus, « Zur Geschichte der Naturwissenschaften (Mit Rücksicht auf : B. Studer, Prof. der Geologie, Geschichte der physischen Geographie der Schweiz) », ZfVS, 4 (1866), p. 481-491.

11 M. Lazarus, « Einige synthetische Gedanken zur Völkerpsychologie », ZfVS, 3 (1865), en note, p. 4.

12 M. Lazarus, « W. H. Riehl, Die Volkskunde als Wissenschaft », ZfVS, 1 (1860), p. 89-90.

13 Voir son compte rendu de Die Heilige Sage der Polynesier, ZfVS, 14 (1883), p. 121-124.

14 Voir Wolf Könenkamp, « Gescheitert und vergessen / Folgenloses aus der Geschichte der Volkskunde », Kai Detlev Sievers (éd.), Beiträge zur Wissenschaftsgeschichte der Volkskunde im 19. und 20. Jahrhundert, Neumünster, 1991, p. 171-192.

15 Rüdiger vom Bruch, « Gelehrtes und geselliges Berlin. Urban-elitäre Zirkel als kommunikative Schnittpunkte für Akademiemitglieder und Universitätsprofessoren », Jürgen Kocka et al. (éd.), Die Königlich Preussische Akademie der Wissenschaften zu Berlin im Kaiserreich, Berlin, 1999, p. 98.

16 M. Lazarus, « Über die Ideen in der Geschichte », ZfVS, 3 (1865), p. 420-421 : « Nur weil die Vereinigung der Menschen im geistigen Gesammtleben vorzugsweise – wenn auch nicht ausschliesslich – in der Volkseinheit sich darstellt, haben wir diese Disciplin als Völkerpsychologie bezeichnet ; der Name soll nur die Psychologie jedes Gesammtgeistes a potiori bezeichnen. »

17 Voir notamment le récit de ses années de jeunesse, Aus meiner Jugend, Francfort/Main, 1913, et son analyse du national, Was heisst national, Berlin, 1880.

18 Voir Hugo von Blomberg, « Das Theatralische in Art und Kunst der Franzosen », ZfVS, 1 (1860), p. 478-479.

19 Wilhelm Lübke, « Der gotische Stil und die Nationalitäten », ZfVS, 2 (1862), p. 257-278.

20 Adolf Tobler, « Über das volksthümliche Epos der Franzosen », ZfVS, 4 (1866), p. 139-210.

21 H. Steinthal, « Über Substanz und Person. (F. Fabri, Die Entstehung des Heidentums und die Aufgabe der Heidenmission. Nebst zwei Beilagen : Ueber den Ursprung der Sprache, und über den christlichen Staat) », ZfVS, 1 (1860), p. 501-510.

22 Id., Ibid., p. 509.

23 H. Steinthal, « Zur Charakteristik der semitischen Völker. Auf Anlass von E. Renan, Nouvelles considérations sur le caractère général des peuples sémitiques, et en particulier sur leur tendance au monothéisme », ZfVS, 1 (1860), p. 328-345.

24 Voir par exemple Ludwig Rüdiger, « Über Nationalität », ZfVS, 3 (1865), p. 95-130.

25 Voir id., Ibid., p. 95-97.

26 Paul Heyse, « Über italienische Volkspoesie », ZfVS, 1 (1860), p. 181-212.

27 Steinthal, « Das Epos », ZfVS, 5 (1868), p. 1-57.

28 Steinthal, « Der Durchbruch der subjectiven Persönlichkeit bei den Griechen. Ein geschichts-psychologischer Versuch », ZfVS, 4 (1866), p. 279-342.

29 Voir par exemple toutes les réflexions sur les origines de l’art dans les premiers numéros de l’Année sociologique, et plus précisément la recension de Yrjö Hirn, The Origins of Art. A Psychological and Sociological Inquiry, Londres, 1900, par Cl. E. Maitre, où il défend comme seul point de vue sociologique celui qui dépasse une psychologie individuelle de l’artiste pour s’attacher à « l’état émotif qu’il [l’artiste] veut traduire » et qui « n’est alors que le résultat de l’action exercée sur sa sentimentalité individuelle par la sentimentalité collective » : Année sociologique, 5 (19001901), p. 584-585 ; et la recension par Marcel Mauss du livre de F. B. Grummere, The Beginnings of Poetry, dont un des mérites serait qu’il voit dans la poésie « non une manifestation privée qui aurait son origine dernière dans tel ou tel sentiment individuel, mais une “institution sociale” qui joue un rôle “dans la vie publique” ». Contre Tarde qui ne connaîtrait que l’imitation grégaire, contre Groos qui « néglige d’attribuer toute son importance au fait choral et communal, à la vertu poétique de la personnalité collective », il s’agirait selon lui « d’établir que les éléments “communaux” prédominent dans la poésie primitive », Année sociologique, 6 (1901-1902), p. 563.

30 H. Steinthal, « Das periodische Auftreten der Sage », ZfVS, 20 (1890), p. 306-317.

© CNRS Éditions, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search