Version classiqueVersion mobile

Quand Berlin pensait les peuples

 | 
Céline Trautmann-Waller

Deuxième partie. Adolf Bastian et Rudolf Virchow : figures berlinoises des sciences de l’homme

Collections, citations et crânes : rhétorique et savoir chez Virchow

Sibylle Benninghoff-Lühl
Traduction de Edwige Brender

Texte intégral

  • 1 Zeitschrift für Ethnologie, Berlin, 1902, p. 311 sq.
  • 2 Voir Heinz Simon et Peter Krietsch, Rudolf Virchow und Berlin, Berlin, 1985, p. 73.

1Le 13 octobre 1902, les membres de la Société berlinoise d’anthropologie, d’ethnologie et de préhistoire (la BGAEU, Berliner Gesellschaft für Anthropologie, Ethnologie und Urgeschichte) se rassemblèrent au Musée ethnologique de Berlin pour honorer la mémoire du défunt Rudolf Virchow. La tribune était drapée de crêpe noir et « le mur derrière cette dernière était décoré de végétaux exotiques luxuriants. Au milieu, se trouvait le buste de feu le président d’honneur de la Société, Rudolf Virchow, que le sculpteur M. Arnold venait d’achever. Un palmier surmontait le buste1. » Le 4 janvier de la même année, Virchow, qui se rendait à une session de la Société de Géographie, avait glissé en sautant du tramway au croisement de la rue Wilhelm et de la rue de Leipzig et s’était cassé le col du fémur – fractura colli femoris sinistra intertrochanterica. Il mourut des suites de cet accident le 5 septembre car, dit-on par la suite, il n’avait pas supporté « l’inactivité forcée »2. Virchow entra dans les archives qu’il avait lui-même fondées en 1869, non pas seulement à cause de cette représentation de sa mort souvent mentionnée depuis, mais peut-être encore plus à cause du compte rendu de cette cérémonie d’hommage organisée lors des funérailles, qui parut dans la Revue d’Ethnologie (Zeitschrift für Ethnologie) en 1902 en même temps qu’un portrait de Virchow. L’avis de décès, la description de la cérémonie au Musée ethnologique, les messages d’excuse qu’avaient envoyés du monde entier ceux qui n’avaient pu se déplacer, les innombrables lettres de condoléances, l’arrangement somptueux de la pièce évoquent une impressionnante mise en scène destinée à invoquer les mânes du grand homme. Avec les illustrations, les textes, les discours oraux ou écrits, avec la mise en scène de la mort en un tableau vivant, et l’humilité des survivants prompts à se ravaler au rang d’épigones qui en appellent encore une fois, et ce ne sera pas la dernière, à l’esprit universel d’un maître gigantesque, la BGAEU organisa autour du buste de Virchow une composition qui était un monument en soi.

  • 3 Voir Sibylle Benninghoff-Lühl, « Die Jagd nach dem Missing Link in den Verhandlungen der Gesellsch (...)

2Pour faire revivre le mort, la BGAEU eut recours à une forme rhétorique que Virchow, son fondateur et président pendant de longues années, avait lui-même utilisée avec constance et habileté, traitant la question de l’origine de l’homme sur un mode esthétique et mettant ainsi en scène le pouvoir du naturaliste qui rend crédibles ses innovations et le résultat de ses recherches par une construction verbale et iconographique3. Dans ses lettres, ses articles, ses photographies, ses dessins, ses registres, ses cartes, ses statistiques, ses comptes rendus, et aussi par ses compositions verbales et scéniques, Virchow n’eut de cesse de rechercher un contrôle centralisé des informations et du discours. Ce qui l’intéressait c’était la logistique derrière la collecte, avec les possibilités d’unification et de coordination des matériaux engrangés qu’elle offrait. Comment, par quels moyens, et, en dernier recours, au moyen de quelle force, pouvait-on à la fin du xixe siècle créer, emmagasiner et diffuser du savoir de telle façon qu’il fût possible d’en avoir une vue synthétique depuis un point central et donc d’en parler de façon cohérente ? Où se situait ce point central et comment le saisir verbalement ? Quelle place occuperait l’archiviste au sein de ce réseau ? Quelle forme – et cela s’entend aussi au sens d’une rhétorique de la nécrologie et de la perpétuation d’une mémoire vivante du passé –, devaient prendre des archives parfaites afin de préserver et de dévoiler les ultimes secrets de l’humain, de ses origines et de son évolution potentielle ? Comment mettre en sécurité jusque dans la tombe les objets collectionnés, pourtant voués à la mort, comment sauver ces archives par le mot et par l’image pour leur offrir une seconde vie durable et profitable qui leur permette de surgir devant nos yeux comme éternellement vivantes, présentes et futures ?

  • 4 Rudolf Virchow, Göthe als Naturforscher und in besonderer Beziehung auf Schiller, Berlin, 1861 (po (...)
  • 5 Erwin H. Ackerknecht, Rudolf Virchow. Arzt – Politiker – Anthropologe, Stuttgart, 1957, p. 131. Vi (...)

3Il s’agit ici de suivre cette relation de Virchow à une parole et à une écriture expressives, imagées et évocatrices, en partant de l’un de ses premiers écrits, datant de 1861, qu’il intitula Goethe naturaliste et, spécifiquement, dans son rapport avec Schiller (Goethe als Naturforscher und in besonderer Beziehung auf Schiller) et qu’il qualifia un jour lui-même de « peinture psychologique »4. Je pars de l’hypothèse que l’effort pour parvenir à des résultats scientifiques allait de pair avec une habile manipulation des mots et des images par laquelle devaient être rendus saisissables la nouveauté des résultats scientifiques et le progrès de la recherche. Comme l’a constaté Ackerknecht, Virchow était toujours en quête de termes appropriés à des réalités scientifiques complexes et cette démarche était caractéristique de l’attention constante qu’il portait aux potentialités d’un discours scientifique actualisé : « Ses articles et ses discours fourmillent de digressions philologiques. Dans ses articles, il aborde à maintes reprises la question de la création de nouvelles expressions, de leur dérivation d’expressions plus anciennes et de leur orthographie5. » Dans cette exploration des possibilités de représentation de nouvelles découvertes scientifiques par le langage, les différentes façons de se réclamer de ses pères spirituels jouent un rôle particulièrement important ; ces techniques sont proches de celle de la citation. De cette dernière on dit qu’elle rappelle les morts à la vie, qu’elle les interpelle au-delà du seuil qui sépare la vie de la mort, qu’elle les éveille dans leur tombe. Le mot latin citare peut se traduire par « appeler », « convoquer » dans le sens également d’une influence exercée sur les esprits des morts, et il appartient à la famille du mot excitare, « faire lever », « animer », « exciter ».

4Il est particulièrement intéressant d’observer comment Virchow conjure avec des images les biographies des deux grands poètes Goethe et Schiller, comment il les esquisse, leur confère un tour dramatique et, véritablement, les met en scène. L’esthétique n’est pas en ce cas une catégorie relative à l’organisation interne de la caractérisation des deux grands modèles uniquement, elle est aussi utilisée, grâce à différentes formes de citation, comme moyen de suggérer la personnalité et l’autorité de l’auteur, et de les rendre immédiatement présentes. Virchow met en œuvre différents éléments stylistiques tels que l’apostrophe, les jeux sur les temps ou les procédés rhétoriques de la nécrologie, de l’hommage posthume, de l’évocation des morts et de leur souvenir encore vivant, par la citation. Il y a dans ses textes une forme particulière de représentation, de théâtralité, qu’il manie avec virtuosité et que, toujours en quête de nouveauté, il s’attacha plus tard à varier et à modifier dans ses écrits scientifiques comme dans les contributions qu’il rédigea en tant que membre directeur de la Société berlinoise d’anthropologie, d’ethnologie et de préhistoire. Il élabora cette théâtralité de la citation au point de susciter jusqu’après sa mort des questions sur le personnage qu’il s’était forgé. Comment et par quels procédés du discours cet homme avait-il réussi à s’ériger en modèle, en esprit génial et universel ?

LA CITATION COMME SCÈNE

  • 6 Göthe als Naturforscher, op. cit., p. 53.

5Dans son texte de 1861, Rudolf Virchow décrit, comme s’il y avait assisté, la première rencontre du poète Johann Wolfgang Goethe et du médecin, Friedrich Schiller, bien plus jeune mais bien plus grand. L’impression de présence immédiate émane de la façon particulière qu’a Virchow de citer ces deux grands esprits, détournée et complexe au point que l’on se demande à la lecture où se situe exactement la source première de l’information. Dans son discours sur Goethe et Schiller, Virchow se réfère constamment aux grands hommes de l’époque qui ont eux-mêmes parlé de Schiller et de Goethe et, parfois, ont connu ce dernier personnellement. Quasiment condensée en une seule phrase, la caractérisation du géant littéraire Goethe nous donne, sur un ton empreint de religiosité, une image très plastique du maître : « Il était là, l’enfant chéri des dieux, âgé d’à peine trente ans, lui vers qui convergeaient les regards de toute une nation, que les fils des meilleures familles jugeaient flatteur d’avoir pour ami, et que le plus noble prince avait choisi pour conseiller et pour confident. Peut-être la fascination que chacun éprouvait venait-elle aussi de la prestance de cet homme dont Hufeland dit : “Jamais perfections physique et spirituelle ne s’allièrent avec autant de grâce qu’en Goethe à l’époque (1776)” (Carus), dont Lavater écrivit après leur première rencontre : “Apparition indescriptible, indiciblement agréable au regard” (Gessner : Vie de Lavater), et dont il dit même à son ami Zimmermann qu’il était le plus redoutable et le plus aimable des hommes (archives de Herder).6 »

  • 7 Ibid., p. 60.

6Superposition des images, accumulation des autorités, auxquelles Virchow se réfère en une cascade de citations, constituent ici un étrange tableau. Virchow, jouant des évocations et des allusions, cite les grands esprits de son temps : Christoph Wilhelm von Hufeland, Johann Caspar Lavater, Carl Gustav Carus, Zimmermann et Herder, autant de noms qui s’adjoignent rétrospectivement à ceux des deux grands hommes, les mettent en valeur mais les recouvrent aussi d’un voile de mystère. Suivant la forme canonique de l’hommage au glorieux disparu, Virchow esquisse un portrait de Goethe, de sa carrière de poète puis de savant, et décrit sa relation à Schiller, qui a parcouru le même chemin en sens inverse : de médecin et homme de science, ce dernier est devenu philosophe et écrivain. C’est en tant que savant que Virchow perçoit Goethe, le grand maître et précepteur, et qu’il prend son parti, celui de l’homme qui découvrit l’os intermaxillaire. Il le défend à tous points de vue, le présente comme son modèle et, mélangeant différents niveaux de citation, se glisse dans sa posture. « Goethe fut le collaborateur le plus enthousiaste de la grande œuvre physiognomonique de Lavater », dit-il, qui mena à la théorie de l’origine vertébrale des os du crâne. Or c’est justement sur cette théorie, créée par Goethe, que Virchow fondait alors ses recherches7.

7Virchow apparaît ici comme un nain sur les épaules du géant Goethe, un épigone qui cite le maître, et qui cite les maîtres qui eux-mêmes conjuraient le géant de la littérature, mais un épigone qui aime se voiler, faire oublier qu’il est un épigone. Évocation d’évocations, sa pratique de la citation provoque la confusion mais, par là même, assoit son autorité. Virchow ne reprend pas seulement les résultats des recherches du grand homme, mais aussi son but ultime : l’étude scientifico-philosophique du crâne, cette prétendue vertèbre particulièrement développée, qui marquerait le passage de l’animal à l’homme. Comme chez Goethe, le crâne sera donc observé et commenté de façon à la fois scientifique et artistique.

CONTEMPLER LES CRÂNES : UNE CITATION VISUELLE

  • 8 « Geheim Gefäß ! Orakelsprüche spendend, / Wie bin ich werth, dich in der Hand zu halten ? »
  • 9 Göthe als Naturforscher, op. cit., p. 62-63.

8Hésitant entre physiognomonie, science et art, Goethe avait cherché selon Virchow à faire progresser l’ostéologie, entre autres moyens, par l’esthétique. Cette tentative avait pris la forme de la poésie, en particulier dans le cas de l’identification du crâne de celui que l’on dit avoir été son meilleur ami, Schiller. Virchow écrit : « À Rome, à l’Académie Saint-Luc, il s’abîma dans la contemplation du crâne de Raphaël, et à Weimar lui échut le difficile devoir d’identifier le crâne de Schiller que l’on avait retrouvé dans une crypte parmi d’autres crânes, et ainsi de protéger encore, jusque après sa mort, l’ami aimé auquel il survécut si longtemps. Qu’il est émouvant le chant du vieillard qui saisit cette relique ! : Mystérieux réceptacle ! Dispensateur d’oracles, / Comment suis-je digne de te tenir dans ma main8 ? C’était en l’an 18269. »

Figure 1 – Goethe contemplant le crâne de Schiller. Buste de Gustav Eberlein.
© Gustav-Eberlein – Forschung eV. Hamm.Münden

  • 10 Wilhelm von Humboldt, cité d’après Albrecht Schöne, Schillers Schädel, Munich, 2002, p. 39.
  • 11 Id., Ibid., p. 40.

9Quel secret recelait le crâne de Schiller, le « mystérieux réceptacle » dont l’aspect externe permettrait peut-être de conclure rétrospectivement à ses caractéristiques internes ? Guillaume de Humboldt, rendant visite, s’exprima à ce sujet dans une lettre à sa femme, le 29 décembre 1826 : « Cet après-midi, j’ai vu chez Goethe le crâne de Schiller. Goethe et moi [Riemer, le discret confident, était là-aussi] le contemplâmes longuement. C’est un spectacle qui vous émeut profondément. Ce que l’on a vu vivant devant soi, chaleureux, animé de mille pensées et sentiments, le voici mort et figé comme une image de pierre. Goethe a la garde de ce crâne et ne le montre à personne. Je suis le seul à l’avoir vu et il m’a instamment prié de ne pas le divulguer10. » Humboldt raconte ensuite à sa femme comment Goethe a fait retirer le crâne de Schiller de l’ossuaire, puis l’a fait porter dans sa bibliothèque : « Il repose maintenant sur un coussin de velours bleu, sous une cloche de verre, qu’on peut cependant ôter », et de conclure « On ne se lasse pas de regarder la forme de cette tête. Nous avions à côté un moulage en plâtre du crâne de Raphaël. Celui-ci est plus régulier, mieux formé, la courbure en est plus égale. Mais la tête de Schiller a quelque chose de plus grand, de plus ample, quelque chose qui s’étend et se déploie en différents points, à côté des endroits où apparaissent des aplats et des dépressions. C’est un spectacle infiniment saisissant, et très curieux11. »

  • 12 Voir à ce propos l’ouvrage très éclairant et doté d’une riche bibliographie de Henning Fikentscher (...)
  • 13 Voir à ce sujet Albrecht Schöne, Schillers Schädel, op. cit., notes 48 et 49. C’est surtout August (...)

10Suite aux nombreux efforts de reconstitution des événements et de recoupement des sources, nous connaissons l’histoire de l’enterrement de Schiller, l’épisode mouvementé du vol de son crâne dans l’ossuaire, opéré peut-être sur ordre de Goethe, qui le fit transférer dans sa maison sur le Frauenplan à Weimar, l’histoire du regroupement des dépouilles de Goethe et de Schiller dans la crypte princière selon le vœu de Goethe, les doutes qui subsistent quant à l’authenticité de ces ossements gisant ensemble à Weimar. Cette question de l’authenticité des ossements a déclenché une véritable querelle, suite de preuves et de contre-preuves12. Il est intéressant de noter que la BGAEU s’est mêlée à cette querelle, mais qu’elle ne s’est pleinement jetée de dans la bataille qu’après la mort de Virchow en 190213.

>Figure 2 – Virchow, d’après Christian Andree, Über Griechenland und Troja, Cologne et Vienne, 1991,

COLLECTION ET ORACLE

  • 14 À propos des épigones, voir Gert Mattenklott, « Epigonalität », in G. Mattenklott, Blindgänger, Ph (...)
  • 15 Christian Andree, « Geschichte der Berliner Gesellschat für Anthroplogie, Ethnologie und Urgeschic (...)
  • 16 Id., Ibid., p. 98.

11Les mots, les phrases, les rapports s’accumulent sans que les plus récents fassent oublier les plus anciens, et, comme nous venons de le voir, ce ne sont pas seulement des noms, mais aussi des images, des gestes, des poses qui sont citées. Les procédés de la citation, de la référence au maître de la part de l’épigone14, de l’évocation de sa pensée, de ses déclarations et de ses sentences qui prennent valeur d’oracles, servent à réaliser un scénario qui tend à faire revivre pour le présent et pour l’avenir l’esprit du grand homme. La BGAEU célébrera Virchow tout comme ce dernier avait célébré Goethe : « J’invite l’honorable assistance à lever son regard vers le portrait rayonnant de notre inoubliable maître qui nous regarde avec bienveillance, et à faire le serment de travailler infatigablement à l’avancement de la connaissance de l’homme, ainsi qu’il l’a fait lui-même, afin que son esprit reste vivant dans notre société de la même façon que son nom restera vivant pour l’humanité jusqu’à la fin des temps15 ! » Les membres du comité directeur de la BGAEU ne purent se définir pendant la cérémonie d’hommage posthume que comme ses épigones16.

  • 17 Id., Ibid., p. 36 sq.
  • 18 Id., Ibid., p. 27.

12Dans une « gigantesque enquête statistique », Virchow avait essayé de réfuter la thèse de l’existence d’une race allemande uniforme. Il avait aussi réuni la plus grande collection de crânes qu’on eût jamais vue. Les corps humains ou animaux, morts ou vivants, les parures, les pierres, les fossiles, et encore et toujours les crânes : autant d’objets concrets qui témoignaient du développement de l’humanité depuis la Préhistoire et devaient permettre non seulement de comprendre l’origine et l’évolution de l’homme, mais aussi de les mettre en scène de façon à ce que leurs spécificités apparussent clairement et à ce que la plastique guidât l’interprétation. Toutes les énigmes sur lesquelles buttait encore la recherche devaient être résolues. La collection pour la création de laquelle Virchow avait lancé un appel, qu’il agrandit et géra jusqu’à sa mort, devait être unique en son genre – unique non seulement par son étendue, mais aussi par l’expérimentation d’une véritable logistique de la collection, de l’archivage et de l’exposition. Il ne s’agissait pas de rassembler des objets et des documents pour les laisser ensuite prendre la poussière, ni seulement d’organiser un lieu de mémoire et de recherche. La BGAEU s’efforçait bien plutôt de créer « un centre de gravité pour les recherches anthropologiques menées en ordre dispersé17 ». Berlin devait devenir la chambre au trésor et la chambre des morts de l’Empire, lieu central de la mémoire, où l’on apporterait des joyaux au collectionneur comme on apportait des offrandes funèbres à un archonte, et où ceux-ci seraient exposés et mis en valeur. Berlin deviendrait ainsi une crypte, une chambre funéraire ouverte au public qui permettrait, comme le voulait le progrès scientifique, de représenter la vie dans la mort. C’est ce que voulait la BGAEU, et c’est en ce sens qu’elle se développa comme par elle-même, le point culminant de ce développement étant la création des archives. Elle réunit une énorme masse de documents et de connaissances et tenta de combler même ce qui en principe ne pouvait être représenté, les lacunes de la recherche : « On crut pouvoir rassembler tout le savoir acquis sur l’homme et sur son histoire18. »

  • 19 Voir la postface de Fritz Ebner, in Rudolf Virchow, Göthe als Naturforscher, op. cit.
  • 20 Cité d’après Erwin Ackerknecht, Rudolf Virchow. Arzt – Politiker – Anthropologe, op. cit., p. 31.
  • 21 Voir Heinrich Schipperges, Rudolf Virchow, Reinbek bei Hamburg, 1994, p. 7.
  • 22 Voir Jacques Derrida, Mal d’archive. Une impression freudienne, Paris, 1995.
  • 23 Voir Michel Foucault, Surveiller et Punir, Paris, 1975.

13Au milieu des contradictions de cette accumulation infinie, d’une accumulation qui était à elle-même sa propre fin, le spiritus rector de la société, Rudolf Virchow, était la vivante incarnation des archives. Différentes chroniques décrivent sa silhouette énigmatique. Ce « petit homme aux cheveux rares, au visage jaune et parcheminé, avec ses lunettes, son intonation sèche et son pas rapide, l’infatigable chercheur qui avait publié plus de deux mille livres et articles » n’avait rien d’un « Faust défiant les cieux », rien d’un visionnaire, comme on dirait aujourd’hui19. Il était plutôt un « grand jardinier », pour reprendre les mots de son collègue et ami Adolf Bastian20, un personnage contrasté donc, collectionneur et archonte, gardien, interprète et représentant des archives, qui aimait à s’auréoler de mystère, un oracle, ainsi qu’il est dit dans le discours d’hommage posthume, que venaient consulter les chercheurs quand ils se posaient une question difficile. Simultanément, étant l’un des plus grands collectionneurs de crânes de son temps, il passait pour un personnage excentrique, à la froideur toute scientifique, qui ne se laissait jamais prendre de passion pour l’objet de ses recherches et s’efforçait de garder toujours un point de vue synthétique. C’était un collectionneur étrange et paradoxal, pour qui il n’était pas de secret que l’on ne pût percer, qui voulait une preuve à chaque état de fait, qui ne supportait pas que quelque chose au monde existât sans être démontrable. Il élabora 20 000 préparations, réunit 4 000 crânes, écrivit 20 000 lettres, échangea des lettres avec 2 200 correspondants21. Il fut comptable des superlatifs, archiviste « en mal d’archive »22, qui dans ses recherches sur les origines de l’homme, rassembla, classa et commenta les preuves les plus diverses : les plus anciennes (silex taillés), les plus éloignées géographiquement (Australie), les plus petites (les cellules), les plus grandes (le géant Machnow). Cherchant avec un pragmatisme très moderne à utiliser l’efficace levier d’une puissance centralisée, Virchow sut se mettre en scène comme il mit en scène la BGAEU, placée en tant qu’institution au centre d’un panoptique lui permettant de tout voir sans être vue, exigeant par là même que l’on eût en elle une foi absolue23.

  • 24 Zeitschrift für Ethnologie, 1902, p. 327.
  • 25 Voir Andrew Zimmermann, Anthropology and Antihumanism in Imperial Germany, Chicago / Londres, 2001 (...)

14Ce qui était impressionnant, ce n’était pas seulement cette fureur d’amasser presque aveugle, mais aussi l’ampleur de la mobilisation des bonnes volontés, grâce à laquelle cette puissance centrale réussissait à faire déposer aux pieds de Virchow les pièces de collection les plus rares. Comme si les collectionneurs eussent intériorisé l’appel de la BGAEU, ils exploraient les continents et les océans, ils fouillaient sur terre et sous terre, ils amassaient les objets et les envoyaient à Berlin. Le maître saurait tenir les registres et décerner les récompenses : « Avant leur départ, les explorateurs lui demandaient des instructions pour leurs investigations et à leur retour ils lui rapportaient les trésors qu’ils avaient récoltés afin qu’il pût les utiliser pour ses travaux scientifiques. C’est à lui que l’on présentait en premier chaque nouvelle découverte en Allemagne, c’est à lui que l’on soumettait chaque nouvelle observation pour entendre son jugement et, si possible, gagner son estime24. » Les collaborateurs qui travaillaient outre-mer avaient devant les yeux Virchow et ses préceptes, et représentaient autant de petites têtes de ponts scientifiques25.

  • 26 Voir Albrecht Schöne, Schillers Schädel, op. cit., p. 44-55.

15La référence à la figure de Goethe, gardien de reliques et expert en craniologie, participe de cette mise en scène de l’autorité scientifique par la construction d’une vision. Goethe, dans la tradition de la physiognomonie et de la phrénologie, lisait, au sens propre du terme, dans les crânes et les ossements, il entendait leur langage secret et l’interprétait26. Après son petit écrit très admiratif de 1861, Virchow ne livra plus aucun commentaire sur Goethe et son rapport aux crânes, ni lorsqu’on reprocha au grand homme d’avoir fait piller une tombe et subtiliser un crâne, ni lorsqu’on fit peser sur lui le soupçon de s’être complu à chercher l’inspiration dans la vision du crâne d’un collègue et ami puis, par dévotion, d’avoir souhaité se faire enterrer avec les ossements de celui-ci. La recherche doit encore résoudre le problème de l’identification du véritable crâne de Schiller ; elle devra aussi, en ce qui concerne Virchow, examiner de plus près les stratégies verbales et visuelles d’un savant dont le style oscillait étrangement entre clarté et confusion et dont les procédés visaient à faire revivre les morts par la magie de la rhétorique. Virchow nous fournit vraisemblablement l’exemple d’un homme qui maîtrisait la rhétorique de l’évocation au point de faire se retourner les morts dans leur tombe, au sens le plus strict du terme.

Notes

1 Zeitschrift für Ethnologie, Berlin, 1902, p. 311 sq.

2 Voir Heinz Simon et Peter Krietsch, Rudolf Virchow und Berlin, Berlin, 1985, p. 73.

3 Voir Sibylle Benninghoff-Lühl, « Die Jagd nach dem Missing Link in den Verhandlungen der Gesellschaft für Anthropologie, Ethnologie und Urgeschichte », in Alexander Honold, Klaus Scherpe (éd.), Das Fremde : Reiseerfahrungen, Schreibformen und kulturelles Wissen. Zeitschrift für Germanistik, Berlin, 1999, p. 105-121.

4 Rudolf Virchow, Göthe als Naturforscher und in besonderer Beziehung auf Schiller, Berlin, 1861 (postface de Fritz Ebner p. 67-71, en particulier p. 67).

5 Erwin H. Ackerknecht, Rudolf Virchow. Arzt – Politiker – Anthropologe, Stuttgart, 1957, p. 131. Virchow analysa par exemple l’étymologie du mot fièvre (Fieber), et ce serait lui qui serait à l’origine de l’expression Kulturkampf.

6 Göthe als Naturforscher, op. cit., p. 53.

7 Ibid., p. 60.

8 « Geheim Gefäß ! Orakelsprüche spendend, / Wie bin ich werth, dich in der Hand zu halten ? »

9 Göthe als Naturforscher, op. cit., p. 62-63.

10 Wilhelm von Humboldt, cité d’après Albrecht Schöne, Schillers Schädel, Munich, 2002, p. 39.

11 Id., Ibid., p. 40.

12 Voir à ce propos l’ouvrage très éclairant et doté d’une riche bibliographie de Henning Fikentscher, Der heutige Stand der Forschung über Friedrich Schillers sterbliche Reste, Mohrkirch, 1990.

13 Voir à ce sujet Albrecht Schöne, Schillers Schädel, op. cit., notes 48 et 49. C’est surtout August von Froriep et Richard Neuhauss qui entreprirent des recherches anatomiques sur ce qu’on pensait être le crâne de Schiller.

14 À propos des épigones, voir Gert Mattenklott, « Epigonalität », in G. Mattenklott, Blindgänger, Physiognomische Essais, Francfort/Main, 1986, p. 72-100.

15 Christian Andree, « Geschichte der Berliner Gesellschat für Anthroplogie, Ethnologie und Urgeschichte 1869-1969 », in Festschrift zum hundertjährigen Bestehen der Berliner Gesellschaft für Anthropologie, Ethnologie und Urgeschichte 1869-1969, partie 1, Berlin, 1969, p. 98.

16 Id., Ibid., p. 98.

17 Id., Ibid., p. 36 sq.

18 Id., Ibid., p. 27.

19 Voir la postface de Fritz Ebner, in Rudolf Virchow, Göthe als Naturforscher, op. cit.

20 Cité d’après Erwin Ackerknecht, Rudolf Virchow. Arzt – Politiker – Anthropologe, op. cit., p. 31.

21 Voir Heinrich Schipperges, Rudolf Virchow, Reinbek bei Hamburg, 1994, p. 7.

22 Voir Jacques Derrida, Mal d’archive. Une impression freudienne, Paris, 1995.

23 Voir Michel Foucault, Surveiller et Punir, Paris, 1975.

24 Zeitschrift für Ethnologie, 1902, p. 327.

25 Voir Andrew Zimmermann, Anthropology and Antihumanism in Imperial Germany, Chicago / Londres, 2001 (principalement chap. VII, p. 149-171).

26 Voir Albrecht Schöne, Schillers Schädel, op. cit., p. 44-55.

Table des illustrations

Légende Figure 1 – Goethe contemplant le crâne de Schiller. Buste de Gustav Eberlein.© Gustav-Eberlein – Forschung eV. Hamm.Münden
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/2223/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 438k
Légende >Figure 2 – Virchow, d’après Christian Andree, Über Griechenland und Troja, Cologne et Vienne, 1991,
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/2223/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 879k

© CNRS Éditions, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search