Version classiqueVersion mobile

Quand Berlin pensait les peuples

 | 
Céline Trautmann-Waller

Deuxième partie. Adolf Bastian et Rudolf Virchow : figures berlinoises des sciences de l’homme

Rudolf Virchow et la « race prussienne » : anthropologie et idéologie

Helga Jeanblanc

Texte intégral

  • 1 Pour une analyse des articles du périodique parus entre août 1870 et décembre 1871, voir Michaël W (...)
  • 2 Henri Gaidoz (1842-1932) était le fondateur de La Revue celtique (1870-1935) et cofondateur de la (...)

1Face à l’invasion allemande de 1870, les intellectuels français témoignent d’un intérêt significatif pour la question de l’origine des peuples européens engagés dans ce conflit. La Revue des Deux-Mondes rassemble de 1871 à 1873 nombre de travaux sur la généalogie de la nation française et la part qui en revient aux Germains1. Certains articles mettent en parallèle les événements anciens et immédiats, une construction de l’esprit qui mène à considérer la soif de conquêtes comme un trait caractéristique permanent du barbare germain. Dans la perspective française, le pangermanisme politique, expression la plus récente de ces dispositions ancestrales, a bénéficié du soutien idéologique de savants allemands ; pour la première fois dans l’histoire, une guerre entre des peuples dégénère, selon le celtologue Henri Gaidoz2, en « guerre de races » :

  • 3 H. Gaidoz, « Les ambitions et les revendications du Pangermanisme, d’après une publication récente (...)

Par son active propagande, le « parti des professeurs » préparait la voie aux sentiments belliqueux du « parti des hoberaux », et le Professorthum travaillait pour le Junckerthum. Cette guerre de races se préparait lentement par l’exaltation de la « nation allemande ». Rencontre étrange, ceux qui faisaient sonner le plus haut les mots de « nationalité allemande », ce n’étaient pas les populations foncièrement germaniques de la Souabe ou de la Franconie, c’étaient les Slaves germanisés du nord-est de l’Europe centrale que l’ordre teutonique fut si lent à civiliser. À les entendre – Borusses de la Prusse, Kassoubes de la Poméranie, Obotrites du Mecklembourg, Wilziens du Brandebourg, Polonais de la Silésie, Wendes de la Lusace –, la race allemande était supérieure aux autres races de l’Europe par un heureux mélange de toutes les qualités physiques, morales et intellectuelles, sans ombre d’aucun défaut. Comme un métal précieux se dégage par la fusion d’un alliage impur, ainsi la race allemande devait-elle s’élever au-dessus des différens états où elle s’est infiltrée, et former un jour un « état allemand ». Cedite, Roman3 !

  • 4 Voir la critique de Adolf Bastian in ZfE, 4 (1872), p. 45-64. Bastian voit dans la conquête de l’E (...)

2Le point culminant de ce retour aux origines est la tentative de démonstration anthropologique faite par Armand de Quatrefages qui, dans trois publications peu espacées, attribue aux Prussiens une origine clairement distincte de celle des autres populations allemandes et retrace l’évolution de ce qu’il considère comme l’exemple même de la race métisse. L’article « Histoire Naturelle de l’Homme. La race prussienne » paraît en février 1871 dans la Revue des Deux-Mondes. Le 21 septembre de la même année, Quatrefages présente à la Société d’anthropologie de Paris son texte, légèrement modifié, sous forme d’un livre paru chez Hachette ; une troisième mouture est proposée au public en février et juillet 1872 dans La Revue Scientifique dirigée par Eugène Yung et Emile Alglave. La théorie de Quatrefages est perçue en Allemagne, surtout par l’anthropologie berlinoise, comme une provocation. Attaquée d’abord par Adolf Bastian dans la Zeitschrift für Ethnologie4, elle est combattue sur le sol français par Rudolf Virchow, correspondant de l’Institut de France, qui intervient à trois reprises dans La Revue Scientifique ; paraissent ainsi en octobre 1872 « Les crânes finnois et esthoniens comparés aux crânes des tombeaux du nord-est de l’Allemagne », en avril 1873 « La méthode scientifique en anthropologie », article largement commenté par Quatrefages dans le même numéro, et « Les peuples primitifs de l’Europe » en juillet 1874.

3Le climat qui précède ce débat est plus proche du pugilat que du chocdes idées : accusé par le Professeur Chauvin dans un cours public à l’École de médicine de Lyon d’avoir « volé », « pillé, – à la prussienne » les travaux de l’Alsacien Küss, Virchow répond en reprenant à son compte le diagnostic de l’aliéniste allemand Carl Stark qui considère :

  • 5 Rudolf Virchow, « Après la guerre », La Revue scientifique de la France et de l’étranger, n° 9, 26 (...)

L’état mental de la nation française se rapproche en grand de l’idiotie paralytique ou de la folie raisonnante. Nous citons ceci, non pas pour lancer une insulte, mais parce que, dans une grande partie de notre nation, l’opinion prévaut que les Français sont atteints de la manie des grandeurs (Grœssenwahn). Il est probable que la manière nationale de sentir et de comprendre est tellement différente chez les Français et chez les Allemands, que bien des choses nous semblent maladives qui appartiennent à la physiologie de la vie française5.

4La tactique de Quatrefages est de dénoncer l’unité allemande aux dépens de la France comme le résultat d’une « erreur anthropologique » :

  • 6 Armand de Quatrefages, « L’histoire naturelle de l’homme. – La race prussienne », Revue des Deux-M (...)

Grâce à l’idée de l’antagonisme des races, mise en jeu et exploitée avec une machiavélique habileté, l’Allemagne entière s’est levée au nom du pangermanisme ; elle veut régner sur les races latines, et, voyant dans la France l’expression la plus élevée de ces races, elle s’est ruée sur notre patrie avec l’intention hautement proclamée de nous réduire à une impuissance irrémédiable. Appelée à cette croisade par la Prusse, elle s’est subordonnée à cette puissance, et a relevé pour elle l’Empire germanique. […] Or les élémens ethnologiques de cette nation sont tout autres que ceux qui ont donné naissance aux nations vraiment allemandes. Des conditions climatériques spéciales ont maintenu et accentué les différences originelles. En réalité, au point de vue anthropologique, la Prusse fait à peine partie de l’Allemagne6.

  • 7 Quatrefages I, p. 649. Cette branche allophyle se distingue de la branche aryenne et sémitique du (...)

5La population prussienne, essentiellement composite, consisterait ainsi en l’amalgame de quatre couches successives : la finnoise, la slave, la germanique et la française. Pour justifier la première composante, Quatrefages remonte à la préhistoire d’une Europe habitée selon lui par une population primitive appartenant à « ce groupe de races humaines qu’on a nommées tour à tour races tchoudes, mongoloïdes, touraniennes, nord-ouraliennes, qui sont plus généralement connues sous le nom de races finnoises, et dont la plupart se rattachent à la branche allophyle du tronc blanc7 ».

  • 8 Quatrefages II, p. 19-22.
  • 9 Ibid. I, p. 650-653, II, p. 25-27 et 45-46.

6La thèse est celle d’une race préaryenne plus ou moins altérée dans le bassin de la Baltique par l’apport des conquérants slaves, aryens de souche comme les Germains et présentant des caractères physiques analogues à ceux des derniers : corps « long et fluet », « poil blond » et crânes à la forme « allongée et harmonique des plus purs Aryens »8. Le mélange ne fait toutefois pas disparaître les traits de la population primitive que l’on retrouve biens conservés chez les Lettons, les Lives, les Estoniens et une partie des Lithuaniens qui ont en commun d’être petits, trapus et plus chétifs que l’Aryen, alors que les Estoniens peuvent avoir les cheveux et le teint foncés9.

  • 10 Quatrefages I, p. 663 et Quatrefages II, p. 68 : « Ainsi le plus pur sang français a pénétré parto (...)
  • 11 Quatrefages I, p. 668.
  • 12 Ibid. I, p. 662-664, II, p. 73-76 et 79-80.
  • 13 Ibid. I, p. 663, II, p. 78.
  • 14 Ibid. I, p. 654, II, p. 47-48.
  • 15 Ibid. I, p. 663, II, p. 79.
  • 16 Ibid. I, p. 664, voir également II, p. 80-81.

7Et Quatrefages de brosser l’image d’une race qui, à partir de la moitié du xiie siècle, fait passer la germanisation forcée de l’Europe orientale par le négoce, la conquête militaire, la christianisation et la colonisation avec usage imposé de la langue allemande. Alors que l’aristocratie et la bourgeoisie des villes se germanisent, le fond de la population reste stable. Il reviendra aux huguenots français d’apporter « une civilisation incontestablement supérieure, les arts, l’industrie, une foule d’éléments de progrès pacifiques10 ». Pourquoi la race prussienne ne présente-t-elle pas un alliage équilibré des types primitifs qui l’ont constituée ? Quatrefages détecte dans la population prussienne de son temps les caractères psychiques des races qui l’ont formée, « la sombre rancune du Finnois, la haine jalouse du demi-barbare pour une civilisation supérieure11 », l’esprit de conquête et la fourberie du slave, dont on a eu des preuves récentes lors du siège et du bombardement de Paris, le fanatisme religieux du chevalier teutonique et du protestant français, qui se réflètent dans la haine contre la France fomentée par le « parti piétiste12 ». La vision de Quatrefages implique pourtant qu’à l’issue d’un processus régulier de mélange, « l’ensemble se rapproche d’une moyenne tenant plus ou moins des souches originelles tout en ayant acquis son cachet spécial, et la race croisée, la race métisse finit par constituer un type nouveau13 ». Deux concepts naturalistes sont invoqués pour expliquer l’étonnante persistance des caractères originaux dans la race prussienne. D’abord l’atavisme, qui en dépit des invasions fait reparaître les caractères physiques essentiels « de temps à autre dans leur intégrité première, même après des siècles de métissage14 ». Quatrefages étend les phénomènes de l’atavisme aux caractères moraux. Second facteur, l’influence du milieu qui conserve la nature des deux races locales, alors que les deux races immigrantes s’assimilent aux populations autochtones : « Le Germain, le Français, auraient naturellement tourné au Slave ou au Finnois15. » La théorie de Quatrefages suppose d’une part une grande fixité des caractères extérieurs et ostéologiques, d’autre part elle fait intervenir les caractères acquis comme facteurs déterminants dans la formation d’une nouvelle race, « unité anthropologique », et explique la sauvagerie de la race prussienne par son manque de maturité : « Les éléments qui la composent ne sont pas d’ailleurs encore entièrement fusionnés. En dépit d’un vernis de civilisation emprunté surtout à la France, cette race en est encore à son Moyen Âge. Cela même explique quelques-unes de ses haines et de ses violences16. »

L’HOMME QUATERNAIRE

  • 17 Le médecin et anthropologue allemand Franz Pruner, né en 1808 à Pfreimdt dans le Palatinat, mort à (...)
  • 18 Quatrefages II, p. 33. Il s’agit des langues agglutinantes.
  • 19 Ibid. II, p. 35.
  • 20 Ibid. II, p. 37-38.

8Le principe de fixité dans la construction de la race prussienne permet à Quatrefages d’en appeler à l’autorité d’un anthropologue allemand, plus précisément bavarois, Franz Pruner-Bey17, pour préciser la parenté entre une race quaternaire brachycéphale de petite taille et les Blancs allophyles, qui « tous semblent avoir certains traits anatomiques communs, qui tous au moins parlent des langues appartenant à la seconde forme du langage18 ». Ces traits se seraient particulièrement bien conservés dans des endroits où les races sont plus juxtaposées que mêlées, à savoir dans « ces ilôts signalés déjà sur plusieurs points de l’Europe, et en particulier ceux que présentent les régions baltiques19 ». La comparaison de trois crânes d’Estoniens avec des restes fossiles trouvés en France dans les terrains de Moulin-Quignon et en Belgique dans la vallée de la Lesse confirme Quatrefages dans ses convictions : « Dans l’état actuel de nos connaissances, tout tend à montrer que les Allophyles des régions baltiques sont bien les descendants directs des hommes qui ont vécu en France et en Belgique en même temps que les éléphants et les rennes20. »

  • 21 Armand de Quatrefages, « L’homme quaternaire et ses races », La Revue Scientifique, n° 33, 10 févr (...)

9Cette thèse implique une migration des populations primitives du sud vers le nord. Quand la terre se réchauffe, les tribus, obligées de suivre les animaux qu’elles ont coutume de chasser retrouvent un climat semblable à celui qu’elles viennent de quitter, fait qui renforce la conservation des caractères. Dans sa contribution à la Revue Scientifique, Quatrefages pose l’identité de nature entre les premiers habitants de notre continent et l’homme moderne : « En somme, pour qui embrasse l’ensemble des faits, il est évident que l’homme quaternaire était bien l’homme d’aujourd’hui, et qu’il n’y a entre eux aucune différence fondamentale sensible au point de vue physique, intellectuel, moral ou religieux21. »

  • 22 Ibid. Le type dolichocéphale se subdivise en deux branches, celle d’Eguisheim caractérisée par sa (...)
  • 23 Voir id., Ibid., p 774, 776-778.
  • 24 Voir « Étude et description de plusieurs crânes ligures », Bulletins de la Société d’anthropologie (...)
  • 25 Voir Paul Broca, « Sur les Basques de Saint-Jean-de-Luz », Bulletins de la Société d’anthropologie (...)
  • 26 Armand de Quatrefages, »L’Homme Quaternaire et ses races », La Revue Scientifique, n° 33, 10 févri (...)

10Il distingue dans la population quaternaire deux types généraux, l’un grand et dolichocéphale, l’autre petit et brachycéphale ou mésaticéphale22, qui ont toutefois pour trait commun la structure faciale mongoloïde. La paternité de cette découverte est explicitement attribuée à l’allemand Pruner, ce « compatriote depuis longtemps dénaturalisé » dont se moquera Virchow23. Franz Pruner avait initialement réservé sa théorie de la survivance des caractères préhistoriques d’un type mongoloïde à la souche quaternaire brachycéphale ; il croyait retrouver ces traits en 1866 dans la race ligure qu’il avait étudiée dans les Alpes-Maritimes, puis dans la population basque24. Ce dernier postulat avait déjà été contesté en 1868 par Broca et par Virchow, qui avaient opposé à Pruner des crânes basques dolichocéphales, forme que celui-ci s’obstinait à attribuer à l’influence de l’invasion celtique25. Dans les phases décisives de son argumentation, Quatrefages se réfère constamment à son homologue allemand : « À Solutré, où les races quaternaires semblent s’être donné rendez-vous, M. Pruner-Bey a distingué trois formes de crânes qu’il rapproche de ceux des Finnois, des Lappons et des Esthoniens de nos jours. […] dans tous ceux dont la face s’est conservée, M. Pruner bey a retrouvé ce qu’il appelle la structure mongoloïde26. »

  • 27 Id., Ibid., p. 774.
  • 28 Id., Ibid.

11À côté de la structure faciale des hommes fossiles renvoyant à un protopype très général de « race jaune » où « la face est élargie et plate, et […] ses deux moitiés, séparées par le diamètre bimalaire, présentent la forme d’un triangle27 », c’est surtout le prognathisme qui caractérise pour Quatrefages l’homme quaternaire, ce trait, « étranger aux races aryanes », rappelle « ce qui existe chez le nègre océanien »28. Dans son traitement de la race quaternaire, Quatrefages se situe dans une pratique anthropologique qui projette des critères physiques superficiels de peuples considérés à l’époque comme « primitifs » sur des vestiges humains pouvant suggérer quelques ressemblances. Pour Quatrefages qui pousse loin le principe d’analogie, la descendance des races finnoises ou tchoudes du petit homme quaternaire est une certitude notamment pour « ses groupes les mieux connus les Esthoniens ».

  • 29 Id., Ibid., p. 777.
  • 30 Id., Ibid., p. 779.

12Partout en Europe, Quatrefages voit à l’instar de son père spirituel Pruner les descendants de l’homme quaternaire de petite taille, brachycéphale, au teint brun et aux cheveux noirs « à section plus ou moins circulaire, comme chez les indigènes d’Amérique et une foule d’Asiatiques29 », non seulement chez les Estons, les Lives, en Courlande, en Poméranie, en Lithuanie, dans les deux Prusses, en Pologne, en Suisse chez les Grisons mais encore en Basse-Bretagne et à Paris : « Au reste, plus je vais, plus je suis convaincu que le sang des petites races quaternaires entre pour une forte part dans la composition des populations actuelles. Si mes yeux et mes appréciations journalières ne m’abusent, l’observation directe confirme à chaque instant cette conclusion […]30. »

13Quatrefages, mêlant constamment les points de vue synchronique et diachronique, dénie expressément aux Poméraniens vus à Paris toute ressemblance avec le type aryen, et postule une différence génétique entre les Prussiens et les autres éthnies allemandes :

  • 31 Armand de Quatrefages, « Les origines européennes – La race prussienne », La Revue Scientifique, n (...)

Nos malheurs ont amené des régiments poméraniens jusque dans Paris. Nous avons pu juger de leur type. A-t-il quelque rapport avec le type aryen ? […]. Sans doute l’Allemagne proprement dite a eu sa part des races quaternaires. Mais à en juger par les fossiles, encore fort rares il est vrai, recueillis dans le lœss du Rhin, la race paléontologique locale se rattache au type grand et dolichocéphale et nullement au type qui s’est conservé chez les Finnois. Ainsi tout autorise à penser que la Prusse et l’Allemagne diffèrent par leurs éléments préhistoriques aussi bien que par leurs éléments historiques31.

  • 32 Quatrefages II, p. 102.

14Ce mélange des perspectives entraîne bien souvent des assertions énormes : « […] la race aryenne est représentée dans l’Allemagne proprement dite à peu près uniquement par son rameau germanique32. » Paradoxalement, ce discours dont la visée est d’anéantir le mythe de l’unité allemande contribue à créer le mythe de l’unité de la race allemande. La démarche de Quatrefages est celle d’un raciste qui ne doute de rien et s’attribue la capacité de retrouver les vestiges les plus anciens de l’humanité en observant crânes et faciès de ses contemporains :

  • 33 Armand de Quatrefages, « Les origines européennes – La race prussienne », La Revue Scientifique, n (...)

Par exemple, on nous dit parfois : Comment pouvez-vous prétendre déterminer une race ou la reconnaître avec deux ou trois têtes osseuses ? À ceux qui s’expriment ainsi je demande à mon tour si deux ou trois têtes de bouledogues ne permettent pas de reconnaître qu’elles n’ont jamais appartenu à des lévriers ? […] j’ajoute encore : Ne reconnaîtriez-vous pas d’emblée pour avoir appartenu à un nègre une tête à peau noire, à nez épaté, à lèvres saillantes, à chevelure crépue ? Quel motif avez-vous pour refuser aux caractères ostéologiques chez l’homme, la signification que vous leur accorderez lorsqu’il s’agit des animaux33 ?

15Face à une démarche aussi peu scientifique, on comprend la violence de la réaction de Virchow. Il se montre profondément choqué par le fait que des collègues français tels que Broca et Lagneau soutiennent Quatrefages, alors que son prédécesseur Pruner avait connu un cuisant échec avec son « roman mongoloïde ». Un retour en arrière permet d’expliquer l’incompréhension de Virchow face à l’anthropologie française, qui néglige de réfuter une théorie intenable en raison de la conjoncture politique du moment. Les questions théoriques fondamentales sous-jacentes à l’affrontement entre Quatrefages et Virchow avaient déjà divisé l’anthropologie parisienne avant la guerre. Concernant la découverte du type estonien, Pruner fait le 4 juin 1868 devant la Société d’anthropologie une démonstration de sa méthode dans la discussion sur les ossements humains des Eyzies, la découverte de l’homme de Cro-Magnon :

  • 34 Bulletins de la Société d’anthropologie de Paris, 1868, séance du 4 juin 1868, « Discussion sur le (...)

Or je crois avoir démontré ailleurs que tous ces crânes de l’âge du renne, que j’ai appelés provisoirement mongoloïdes, constituent une double série dont l’une se rapproche du Lapon et l’autre du Finnois de nos jours. Maintenant […] les crânes périgourdins entrent évidemment dans le cadre du groupe mongoloïde en ce qui concerne le plan architectural du crâne et de la face. […] mais si ces crânes sont, d’une part, mongoloïdes, et ne sont, de l’autre, ni lapons ni franchement finnois, de quel autre type peut-on les rapprocher ? Ici, ma réponse ne peut être que suggestive. […] Or, passant en revue les crânes mongoloïdes qui se trouvent au Jardin des Plantes, je fus frappé de l’analogie que présente le crâne esthonien actuel avec celui de l’ancien périgourdin34.

16Et Pruner de conclure après quelques observations rapides concernant la constitution du spécimen :

  • 35 Id., Ibid., p. 424-425.

En résumé, cet aperçu des détails anatomiques nous autorise, ce me semble, à considérer le troglodyte du Périgord comme affilié aux autres mongoloïdes de l’âge du renne ; et là où se trouve le représentant du Lapon et du Finnois, l’Esthonien occuperait de plein droit sa place35.

17Le butin de Pruner est celui du glaneur dont les trouvailles, issues d’associations plutôt que de déductions, ne peuvent être qualifiées de scientifiques. Et que dire de fantasmagories telles que la suivante :

  • 36 Id., Ibid., p. 425-426.

Apposons comme signature à tout ce qui a été dit sur la structure massive des ossements les trois mots de l’illustre Scandinave : Fennones corpore toroso (Linné). […] Mais en revanche ces gaillards de l’époque paléontologique pourraient bien jeter une lumière inattendue sur les passages des sagas de la Scandinavie, où il est question de nains versés dans la sorcellerie et de géants terrifiants par leur violence. Quant aux premiers, on s’est aisément accoutumé à les considérer comme Lapons ; quant aux géants, on les prenait pour des êtres mythologiques. Mais si, parmi les Finnois primitifs, il en était de la taille et de l’aspect de nos Périgourdins, ils pouvaient bien en imposer même à des Scandinaves36.

18C’est à Paul Broca que revient le mérite d’avoir mis en lumière toute l’incohérence du discours prunérien :

  • 37 Bulletins de la Société d’Anthropologie de Paris, 1868, séance du 18 juin 1868, Paul Broca, « Les (...)

Quel est, depuis six ans, le principal et continuel sujet de discussion entre M. Pruner-Bey et moi ? c’est la théorie de Retzius. Fidèle à cette théorie […] M. Pruner-Bey soutenait que tous les peuples préaryens de l’Europe étaient brachycéphales, et que la dolichocéphalie avait été introduite pour la première fois dans cette partie du monde par les immigrants asiatiques. Telle était chez lui la force de cette idée qu’il attribuait sans hésitation à la race aryenne, et spécialement au rameau celtique, tous les crânes préhistoriques dont le type était dolichocéphale. Je soutenais, au contraire, que la multiplicité des types était antérieure à l’arrivée des Indo-Européens ; que la dolichocéphalie avait été prédominante dans une grande partie de l’Europe pendant toute l’époque de la pierre polie ; qu’elle remontait même à l’époque de la pierre taillée et aux temps paléontologiques ; et j’ajoutais enfin, mais non sans réserve, que, loin d’être le résultat d’une importation relativement très récente, elle avait été, selon toute probabilité, le type de nos premiers autochthones, c’est-à-dire qu’elle avait précédé l’apparition de la brachycéphalie, dont j’admettais d’ailleurs la très haute antiquité37.

  • 38 Id., Ibid., p. 459 et 457.

19Broca amorce un discours de la méthode en reprochant à Pruner de « rendre les faits esclaves de ses théories » : « Comment se fait-il donc que jusqu’ici M. Pruner-Bey et moi nous n’ayons pas pu nous mettre d’accord ? C’est parce que nous n’avons pas la même méthode. […] Et voici en quoi nos méthodes diffèrent : Je subordonne les théories aux faits et mon savant collègue subordonne les faits aux théories38. »

20Le pêché capital de Pruner est aux yeux de Broca l’inflation du concept de race mongolique, induite par le flou du terme « mongoloïde » qui trahit une pensée fondée exclusivement sur l’analogie. En bon anatomiste, Broca dissèque par le menu tous les éléments d’un argumentaire dont il ne reste plus rien à la fin de ce que l’on peut bien appeler une « déconstruction » :

  • 39 Id., Ibid., p. 466-467.

Or, aujourd’hui, en présence des crânes des Eyzies, qui sont évidemment dolichocéphales, M. Pruner-Bey laisse tomber son substantif ; il ne garde que l’épithète […]. Remarquez cependant combien ce mouvement de conversion est ingénieux. […] À discuter sur la dolichocéphalie ou la brachycéphalie, on risque donc de se trouver aux prises avec des faits inexorables. Les caractères que M. Pruner-Bey appelle mongoloïdes sont bien autrement élastiques. […] si l’on nous disait que les crânes des Eyzies sont mongoliques, il suffirait de quelques mots pour prouver le contraire. Mais mongoloïde est vague et incertain ; il n’indique qu’une analogie, aussi éloignée qu’on voudra, avec le type mongolique ; c’est comme un parfum de ressemblance, qui se sent plutôt qu’il ne se dépeint39.

21Broca n’en reste pas à une simple joute oratoire. Comme le type de la race estonienne n’est pas clairement défini, Broca s’engage sur le terrain de la pratique craniométrique et oppose à Pruner les mesures des crânes estoniens qu’il avait trouvés à Paris. La démolition des thèses de Pruner par les données chiffrées est absolue :

  • 40 Id., Ibid., p. 478.

Il est clair en tous cas que les Esthoniens ne peuvent pas être considérés comme dolichocéphales. L’indice céphalique moyen des cinq crânes est de 80.59 ; celui des quatre crânes d’hommes est de 81.82. C’est une brachycéphalie modérée, moindre que celle de la plupart des peuples mongoliques, mais cependant très-bien caractérisée encore. Ainsi les crânes esthoniens, que l’on est allé chercher à cause de leur prétendue dolichocéphalie, et parce qu’il fallait à toute force trouver un peuple mongolique dolichocéphale pour le rapprocher de la race des Eyzies, les crânes esthoniens, dis-je, ne sont même pas dolichocéphales40.

  • 41 Voir en particulier Étude sur l’ethnographie de l’homme de l’âge du renne dans les cavernes de la (...)
  • 42 Voir J. Mesdorf, « Der internationale Congress der Archäologen und Anthropologen in Brüssel », in (...)

22En attribuant des caractères « mongoloïdes » à l’homme des cavernes de la Lesse découvert près de Namur en 1866, Pruner-Bey s’était fait un allié en la personne du fouilleur Belge Edouard François Dupont41. La classification de Pruner, qui avait examiné notamment les fossiles du trou du Frontal, est reprise par Dupont. Lors du congrès international d’Archéologie et d’Anthropologie à Bruxelles en août 1872, une vive discussion éclate sur le site à propos des caractères raciaux des hommes fossiles trouvés dans la grotte de la Naulette et dans le trou du Frontal près de Furfooz. Pruner et Dupont sont contredits sur place par Lagneau qui ne reconnaît aux débris aucun caractère touranique, et opte plutôt pour une race dolichocéphale et robuste, par Hamy qui distingue trois types différents, et par Virchow qui met l’assemblée en garde contre une surestimation de la forme crânienne dans la définition d’une race, remarque applaudie par Quatrefages. Virchow, on s’en doute, rejette toute ressemblance mongoloïde ou australoïde ; il considère que la recherche sur des fossiles de même site permet pour l’instant de constater tout au plus au sein d’une même race des variations d’une telle ampleur qu’on serait tenté d’en conclure à la présence de races différentes. Une trève semble s’annoncer lorsque Dupont reconnaît à la fin du congrès que la Belgique était habitée à l’époque quaternaire par plusieurs races et que l’homme de Furfooz appartient à une race mêlée42.

  • 43 Rudolf Virchow, « Les crânes finnois et esthoniens comparés aux crânes des tombeaux du nord-est de (...)
  • 44 Voir Bulletins de la Société d’anthropologie de Paris, 1868, séance du 4 juin 1868, p. 446.
  • 45 Voir Rudolf Virchow, ibid., p. 316.
  • 46 Id., Ibid., p. 317.

23Après le congrès de Bruxelles, la guerre des crânes reprend de plus belle. Dans la polémique entre Virchow et Quatrefages, on voit transparaître l’ascendant exercé par Broca sur son homologue prussien, et la dispute franco-prussienne ressemble bien à une reproduction des querelles franco-bavaroises antérieures. Dans sa première réponse à Quatrefages, Virchow relève trois types de crânes préhistoriques trouvés entre l’Elbe et la Vistule pour les comparer à des crânes finnois et esthoniens mesurés par ses soins afin d’opposer des arguments empiriques à Quatrefages. Virchow compte ainsi « opposer la méthode allemande à la méthode française » et indiquer la voie à suivre dans de futures recherches43. Sa méthode est sensiblement celle que Broca avait adoptée dans sa critique de Pruner : « Observons d’abord avant d’interpréter44. » Virchow constate que la plupart des crânes trouvés dans le nord-est de l’Allemagne sont dolichocéphales ou mésocéphales, et il semble prendre un malin plaisir à présenter parmi les rares spécimens brachycéphales la tête d’un Frison dont l’appartenance à la race germanique est incontestable. Par ailleurs il évite de se prononcer clairement sur les origines ethniques des crânes. Cette retenue s’explique par son souci de ne pas fixer arbitrairement un type cranien slave par opposition à un type germanique. Le résultat des mesures comparatives est sans équivoque : Virchow ne trouve aucune ressemblance entre les crânes du nord-est de l’Allemagne et le type finnois45. Quant aux crânes estoniens, tous de faible capacité, les variations individuelles sont trop grandes pour établir un type : « Ce qui est certain, c’est que les crânes esthoniens n’ont pas le caractère brachycéphale pur des crânes finnois, et qu’ils sont plutôt mésocephales ou orthocéphales46. » Là encore, il est d’accord avec Broca. Compte tenu des différences extrêmement prononcées entre les crânes lapons et les crânes finnois, Virchow renouvelle sa position de Bruxelles, il pose ainsi comme problème majeur de l’anthropologie la question des limites de la mutabilité d’éléments ethnologiques à l’intérieur d’une même race.

24Somme toute, Virchow reproche à son adversaire de ne pas appuyer ses assertions sur des faits, de ne pas avoir entrepris de recherches empiriques, mais de reproduire des citations de seconde ou de troisième main, et il accorde à nouveau une grande importance aux caractères craniologiques :

  • 47 Rudolf Virchow, « La méthode scientifique en anthropologie », La Revue Scientifique, n° 42, 19 avr (...)

Jusqu’ici on était habitué, en anthropologie, à considérer les caractères craniologiques comme les plus importants des caractères physiques des races, parce que la tête et particulièrement le crâne qui contient le cerveau, représentent la partie la plus noble du corps. L’examen craniologique me paraît encore plus spécialement nécessaire lorsqu’il s’agit de l’homme quaternaire et de sa descendance, car il ne nous est rien resté de lui, dans les cas les plus favorables, que quelques os47.

25La question centrale posée par Virchow à son adversaire, « Ulysse des craniologistes », est la suivante :

  • 48 Id., Ibid., p. 984-985.

Ce qui est au contraire en discussion, c’est de savoir si, pendant le laps énorme de temps qui s’est écoulé depuis l’époque quaternaire, la même race, présentant les mêmes caractères typiques, a continué d’habiter le même pays, et si l’on peut encore la reconnaître actuellement48.

26Virchow tient à se démarquer de la position des chercheurs qui soutiennent sans preuve la théorie de l’existence d’une population touranique en Europe avant l’invasion des Aryens, dont descendrait la « partie brachycéphale et basanée de la population actuelle de l’Europe » :

  • 49 Rudolf Virchow, « Les peuples primitifs de l’Europe », La Revue Scientifique, n° 1, 4 juillet 1874 (...)

Non seulement la puissance de l’hérédité aurait conservé le vieux type touranique, en dépit des alliances entre les familles des deux races, mais même, c’est du moins ce que l’on devrait conclure, le sang touranique l’emporterait de plus en plus sur le sang aryen49.

27Et pour Virchow, se proposer de déterminer quels ont été les véritables peuples primitifs de l’Europe relève de la science-fiction :

  • 50 Id., Ibid., p. 12.

On n’a pas découvert la race qui la première a eu la forme humaine et qu’on suppose devoir être considérée comme la souche unique d’où sont sortis tous les peuples. Les Adamites enfin nous manquent encore. Nous ne savons pas même quand l’homme a pour la première fois foulé le sol de l’Europe50.

28Certes, et là encore Virchow rejoint Broca, les crânes les plus anciens trouvés à Engis sur les bords de la Meuse et en Dordogne sont dolichocéphales et présentent ainsi une ressemblance avec le type aryen, mais tous les Aryens étaient-ils dolichocéphales et blancs de peau ? Et Virchow de revenir à la question cruciale :

  • 51 Id., Ibid., p. 9.

Jusqu’à quel point les caractères physiques d’une race peuvent-ils étendre leurs variétés ? […] en d’autres termes, des influences déterminées ne peuvent-elles pas, chez un peuple comme dans une famille, chez une race comme chez un individu, communiquer au caractère physique des déviations durables et héréditaires si fortes, qu’elles finissent par rendre très-difficile ou même impossible de reconstituer la race dans son ensemble51 ?

29Pour expliquer la présence d’une variété à teint foncé, il y a donc plusieurs interprétations possibles :

  • 52 Id., Ibid.

Il se peut que, dans cette variété, nous ayons devant nous les descendants d’une race primitive antérieure aux Aryens ; il se peut que de lentes modifications aient transformé la constitution physique d’immigrants aryens ; il se peut enfin que ces deux causes se trouvent réunies. Pour ma part, je suis disposé à adopter la dernière hypothèse, mais je me sens incapable, jusqu’à présent, de distinguer entre les possibilités ; d’indiquer, par exemple, ce qui, dans la brachycéphalie des peuples modernes, peut être attribué au sang pré-aryen, et ce qui peut provenir de changements subséquents imprimés au caractère de la race par la civilisation et les mœurs52.

30Quand Virchow analyse les implications idéologiques de l’hypothèse estonienne de Pruner-Quatrefages, il y décèle d’anciens préjugés qui voyaient dans la forme dolichocéphale l’expression d’une race priviligiée, le type aryen d’origine, position qu’il s’empresse de rectifier en rapportant les résultats des recherches récentes du professeur Calori de Bologne :

  • 53 Id., Ibid., p. 12. Voir également la critique indirecte de Cranica ethnica de Quatrefages et Hamy, (...)

On sait maintenant non seulement que la brachycéphalie est très-commune en Allemagne, en France et en Italie, mais encore que le cerveau brachycéphale est beaucoup plus gros et plus développé que le cerveau dolichocéphale. On sait de plus qu’une grande partie des crânes les plus anciens étaient dolichocéphales. C’est ce que prouvent notamment les fameux crânes de la caverne d’Engis, en Belgique, où les restes de l’éléphant primitif, du mammouth, étaient mêlés aux restes de l’homme53.

LE CRÂNE GERMANIQUE OU LE NON-SENS DE LA CRANIOMÉTRIE ALLEMANDE

31Les implications idéologiques et les défauts méthodiques des thèses de Quatrefages rejoignent une problématique à laquelle Virchow est confrontée au sein même de la Société allemande d’anthropologie. Est-il possible de déterminer par des caractères craniologiques le type d’une race, le crâne germanique dolichocéphale existe-t-il ? Virchow fait cavalier seul contre ses collègues du sud de l’Allemagne qui croient fermement en l’existence d’un crâne germanique typique de forme dolichocéphale.

32Le 10 août 1872, quinze jours avant le congrès de Bruxelles, il s’adresse à ses confrères allemands à l’occasion de la troisième rencontre de la Société allemande pour l’anthropologie, l’ethnologie et la préhistoire à Stuttgart dans une contribution qui combat les thèses de Quatrefages d’une manière plus conséquente et plus systématique que dans ses articles publiés ultérieurement en France.

33Virchow inverse radicalement la perpective en contestant la thèse couramment admise selon laquelle la dolychocéphalie est le trait caractéristique des peuples de culture développée (tels les Germains et les Celtes), alors que la brachycéphalie est considérée comme une tare :

  • 54 Rudolf Virchow, à propos de la race prussienne, in Die dritte Allgemeine Versammlung der deutschen (...)

S’il en résulte donc aujourd’hui que la brachycéphalie englobe probablement la majorité de la population européenne, qu’elle est le type dominant en Europe, et que les brachycéphales ne se différencient que très peu qu’on les étudie en Allemagne du Nord ou en Italie du Nord, alors, Messieurs, vous accorderez qu’il est un peu douteux d’aller jusqu’en Estonie en se fondant sur ce type et de voir dans une petite race, déchue et tombée au plus bas suite à un servage la véritable base de ces Européens civilisés54.

  • 55 Id., Ibid., p. 56.

34Le message adressé à ses collègues allemands revient à une mise en garde contre toute hypothèse hâtive tirée de l’observation de crânes anciens, d’autant que le tiers comparant, le crâne moderne, n’est même pas bien connu. Il s’agit pour l’instant d’évaluer la pertinence de critères raciaux à l’intérieur d’un champ d’étude anthropologique : « Demandons-nous donc s’il n’y a pas eu des Germains brachycéphales comme il y en a eu indubitablement des dolichocéphales55. »

35Et nous voici sur le terrain glissant de la spéculation sur les corrélations entre milieu, culture, activité cérébrale et formes crâniennes. Si la dolichocéphalie se fait plus rare au cours de l’évolution, la question s’impose :

  • 56 Id., Ibid.

Cela n’est-il pas lié en quelque sorte à l’évolution du cerveau ? Cela n’a-t-il rien à voir avec la formation progressive que le cerveau acquiert sous l’influence des stimuli qu’il reçoit ? Et cette évolution supérieure du cerveau, qui nous paraît immanquablement une garantie du progrès civilisationnel, n’est-elle pas à imputer au fait que plus l’organe remplit souvent et mieux ses fonctions, plus il se développe de manière favorable56 ?

36Dans ce contexte, le savant renvoie pour la première fois aux résultats iconoclastes de Calori (la capacité cérabrale des brachycéphales est supérieure à celle des dolichocéphales) ; vu que les races anciennes et celles considérées comme primitives sont majoritairement dolichocéphales, il faut envisager la possibilité d’une évolution de la dolichocéphalie vers la brachycéphalie à l’intérieur d’une seule et même race. Ainsi, Virchow montre que l’hypothèse d’un crâne germain prototypique qui serait dolichocéphale n’est pas vérifiable. Il renforce cette position au cours du quatrième congrès de la Société allemande à Wiesbaden en septembre 1873 :

  • 57 Rudolf Virchow, « Ueber die ursprüngliche Bevölkerung Deutschlands und Europas », in Die vierte al (...)

[…] il faut au moins aller aussi loin que nos voisins occidentaux et considérer celle-ci [la dolichocéphalie] comme une particularité de la plupart des Ariens ou Indoeuropéens. Alors tout ce qui est arien serait dolichocephale, et ainsi notamment, comme je l’ai déjà indiqué hier, les yeux bleus, les cheveux clairs, la peau blanche, la grande stature etc. Cela ne serait donc pas exclusivement germanique mais arien en général. […] ; on en arrive alors là, où M. de Quatrefages est arrivé, c’est-à-dire à amalgamer sans autre façon Slaves et Germains. Et il n’y aurait plus de raison non plus de ne pas leur accoler également les Lettons et de caractériser les Celtes et les Germains, les Slaves et les Lettons tous comme ayant la peau claire, les yeux bleus, les chevaux blonds, une stature grande et robuste et un crâne dolichocéphale. Si vous appliquez une telle méthode aux populations actuelles, vous vous convaincrez rapidement du fiasco auquel on aboutit ce faisant57.

37Les déboires des Français servent ici de repoussoir, et pourtant, les critères que Virchow emploie dans son argumentation ne sont pas spécifiquement scientifiques, mais reposent sur le sens commun :

  • 58 Ibidem.

Si vous vous rendez dans des régions où Germains et Slaves habitent côte à côte de manière visible, où Lettons et Germains se rencontrent, alors vous trouverez qu’il existe là certains critères pour distinguer les nationalités ; tout le monde y dit celui-ci est un Slave, celui-là un Allemand58.

38Virchow, pour ce qui est de la distinction entre races, en revient finalement à dénier à la forme du crâne toute valeur discriminante, tant en synchronie qu’en diachronie ; se gardant bien d’utiliser le terme d’évolution, Virchow attribue aux conditions de vie des différentes communautés d’habitat la répartition progressive en lignes dolichocéphales et brachycéphales :

  • 59 Id., Ibid., p 53.

Chez tous les grands peuples civilisés se forment facilement, comme dans les familles nombreuses ou les communautés d’habitation, des groupes isolés qui vivent différemment, ont des activités différentes de celles des autres. Si cela se maintient pendant plusieurs générations, on peut compter sur le fait qu’avec le temps ils deviendront différents sur le plan physique également et qu’au fur et à mesure se développeront dans des lignées de plus en plus divergentes des caractéristiques familiales ou tribales différentes. C’est ainsi que je pense encore jusqu’à aujourd’hui qu’il est possible qu’il existe des Germains brachycéphales, sans avoir toutefois une opinion très arrêtée en la matière59.

39Après avoir radicalement mis en question le premier critère de classification anthropologique pratiqué par tous ses contemporains, la craniométrie, Virchow va réagir à la provocation d’un certain modèle français en tombant dans le piège d’une superstition nourrie de statistiques à partir de critères physiques accessoires (taille, teint, couleur des cheveux et des yeux). Il rend la « querelle française » responsable de la classification des habitants de l’Europe centrale en deux catégories, une population arborigène de type finnois, estonien ou ligure dont les caractéristiques sont distinctes de celles de l’immigration aryenne ultérieure. Cette manière de voir a entraîné des relevés sur grande échelle de critères physiques extérieurs que Broca a exploités dans sa classification des races sur le sol français. En totale contradiction avec la circonspection méthodologique dont il avait fait preuve jusque-là, Virchow se montre jaloux de l’exemple français :

  • 60 Id., Ibid., p 28-29.

Nous n’avons rien d’analogue en Allemagne. Je me suis adressé ces derniers temps au gouvernement russe pour inciter à un relevé analogue en ce qui concerne les populations finnoises, puisque c’est là que réside précisément le noyau de nos différends […]. J’ajoute tout de suite que ces examens ne peuvent se limiter à l’Allemagne et à la Russie, mais devront être étendus ultérieurement à l’ensemble de l’Europe, car ces mêmes questions concernant les races brachycéphales et dolichocéphales (les brunes comme brachycéphales, les blondes comme dolichocéphales) se retrouvent en Italie, en Angleterre, etc60.

  • 61 Id., Ibid., p 30.
  • 62 Voir Erwin H. Ackerknecht, Rudolf Virchow, Arzt – Politiker – Anthropologe, Stuttgart, 1957, p. 17 (...)
  • 63 Voir id., Ibid., p. 177-178.

40Et de demander que l’on organise des relevés statistiques (âge, couleur des yeux et des cheveux ; taille et force physique) dans les écoles et les conseils de révision. Ce faisant, il accepte que certains membres de l’assemblée fassent passer une motion exigeant que l’appartenance à la confession soit mentionnée, car dans certaines régions, la forte présence des Juifs fausserait les résultats61. Son obsession va mener Virchow jusqu’en Finlande, où, en 1874, il constate parmi trois types de la population finnoise une forte proportion de blonds62. Des relevés sur 6 760 000 écoliers allemands publiés par Virchow en 1886 montreront que la majorité présente des caractéristiques mixtes. 31,8 % seulement sont des blonds aux yeux bleus ; parmi les Prussiens, les blonds sont plus nombreux que chez les autres Allemands63. Lorsque Virchow quitte le terrain des origines pour aborder celui d’une analyse statistique synchronique à partir des critères de l’évidence apparente, il cherche encore à opposer à Quatrefages des faits. En changeant de critères et d’échelle, il rend certes caduque la bipartition de la population européenne qu’il attribuait à la « querelle française », mais son nouveau terrain d’investigation est singulièrement mouvant, car les critères simplifiés qu’il retient ne permettent pas de problématiser la notion de « race humaine », et risquent même de banaliser un classement hiérarchiquement interprétable de l’espèce humaine. La joute franco-prussienne issue de la guerre de 1870 a conduit l’humaniste Virchow dans un champ de recherche singulièrement miné.

Notes

1 Pour une analyse des articles du périodique parus entre août 1870 et décembre 1871, voir Michaël Werner, « La nation revisitée en 1870-1871. Visions et redéfinitions de la nation en France pendant le conflit franco-allemand », in Le Miroir allemand, Revue germanique internationale, 4/1995, p. 181-200.

2 Henri Gaidoz (1842-1932) était le fondateur de La Revue celtique (1870-1935) et cofondateur de la Société de linguistique.

3 H. Gaidoz, « Les ambitions et les revendications du Pangermanisme, d’après une publication récente de Berlin », la Revue des Deux-Mondes, livraison du 1er février 1871, p. 385-405. Citation p. 386.

4 Voir la critique de Adolf Bastian in ZfE, 4 (1872), p. 45-64. Bastian voit dans la conquête de l’Est par les chevaliers teutoniques et les colons allemands une légitimation de l’hégémonie prussienne. Voir p. 62.

5 Rudolf Virchow, « Après la guerre », La Revue scientifique de la France et de l’étranger, n° 9, 26 août 1871, p. 196.

6 Armand de Quatrefages, « L’histoire naturelle de l’homme. – La race prussienne », Revue des Deux-Mondes, livraison du 15 février 1871, p. 647-669. Citation p. 647-648. Par la suite, je citerai cet article sous la dénomination abrégée Quatrefages I, et le livre La Race prussienne, Paris, Hachette 1871, sous la dénomination Quatrefages II.

7 Quatrefages I, p. 649. Cette branche allophyle se distingue de la branche aryenne et sémitique du tronc blanc dans le système tripartite des races blanches, jaunes et noires généralement accepté à l’époque. Les races finnoises regroupent des peuples parlant une langue agglutinante « en usage chez les Blancs allophyles, chez un grand nombre de populations jaunes, chez toutes les races noires ». Voir Quatrefages II, p. 23-24.

8 Quatrefages II, p. 19-22.

9 Ibid. I, p. 650-653, II, p. 25-27 et 45-46.

10 Quatrefages I, p. 663 et Quatrefages II, p. 68 : « Ainsi le plus pur sang français a pénétré partout dans la province de Brandebourg, au cœur même du royaume de Prusse. Aujourd’hui ce sang coule dans les veines de la haute et de la basse bourgeoisie, de la grande et de la petite noblesse. À bien chercher, on trouverait, sans doute, que la grande majorité des individus composant les classes dirigeantes de la nation en a reçu sa part d’une manière directe ou indirecte. » Dans La Revue Scientifique n° 33, 10 février 1872, p. 780, il évoque à cet égard l’exemple des Ancillon, des Savigny et des Humboldt, Français par leur mère.

11 Quatrefages I, p. 668.

12 Ibid. I, p. 662-664, II, p. 73-76 et 79-80.

13 Ibid. I, p. 663, II, p. 78.

14 Ibid. I, p. 654, II, p. 47-48.

15 Ibid. I, p. 663, II, p. 79.

16 Ibid. I, p. 664, voir également II, p. 80-81.

17 Le médecin et anthropologue allemand Franz Pruner, né en 1808 à Pfreimdt dans le Palatinat, mort à Pise en 1882, était directeur de l’hôpital du Caire et médecin du vice-roi Abbâs-Pacha dans les années trente. Membre très actif de la Société d’anthropologie de Paris jusqu’en 1870, il a publié une partie de ses travaux relatifs à l’Egypte ancienne et aux maladies orientales en Allemagne. Médiateur entre l’anthropologie française et la recherche allemande d’après Parick Tort, sa théorie sur la forme des cheveux comme trait racial distinctif est reprise par Erich Haeckel. Voir Patrick Tort, Pruner-Bey, in Dictionnaire du Darwinisme et de l’Évolution, Paris, 1996, tome III, p. 3579-3580.

18 Quatrefages II, p. 33. Il s’agit des langues agglutinantes.

19 Ibid. II, p. 35.

20 Ibid. II, p. 37-38.

21 Armand de Quatrefages, « L’homme quaternaire et ses races », La Revue Scientifique, n° 33, 10 février 1872, p. 773.

22 Ibid. Le type dolichocéphale se subdivise en deux branches, celle d’Eguisheim caractérisée par sa tête harmonique à la face et au crâne allongés, (vallée du Rhin, Olmo, Clichy, Stängenäs) et celle de Cro-Magnon présentant une tête disharmonique à la face courte et large (Engis, Grenelle, une partie des débris de Solutré). Il existe également deux séries pour les Brachycéphales, ainsi, le crâne du Trou-Rosette diffère de ceux de Furfooz et du Trou du Frontal (vallée de la Lesse près de Namur). Voir id., Ibid., p. 772, 774.

23 Voir id., Ibid., p 774, 776-778.

24 Voir « Étude et description de plusieurs crânes ligures », Bulletins de la Société d’anthropologie de Paris, séance du 21 juin 1866, p. 443-467.

25 Voir Paul Broca, « Sur les Basques de Saint-Jean-de-Luz », Bulletins de la Société d’anthropologie de Paris, séances du 9 janvier 1868, p. 9-20, et du 23 janvier 1868, p. 43-107.

26 Armand de Quatrefages, »L’Homme Quaternaire et ses races », La Revue Scientifique, n° 33, 10 février 1872, p. 774 et p. 776 : « Au reste, il me paraît évident que c’est par la race jaune que se fait surtout le passage de l’homme fossile aux races actuelles, et l’histoire détaillée de ces dernières confirme de tout point cette manière de voir. »

27 Id., Ibid., p. 774.

28 Id., Ibid.

29 Id., Ibid., p. 777.

30 Id., Ibid., p. 779.

31 Armand de Quatrefages, « Les origines européennes – La race prussienne », La Revue Scientifique, n° 2, 13 juillet 1872, p. 28.

32 Quatrefages II, p. 102.

33 Armand de Quatrefages, « Les origines européennes – La race prussienne », La Revue Scientifique, n° 2, 13 juillet 1872, p. 30-31.

34 Bulletins de la Société d’anthropologie de Paris, 1868, séance du 4 juin 1868, « Discussion sur les ossements humains des Eyzies », p. 416-454. Citation p. 419-421.

35 Id., Ibid., p. 424-425.

36 Id., Ibid., p. 425-426.

37 Bulletins de la Société d’Anthropologie de Paris, 1868, séance du 18 juin 1868, Paul Broca, « Les crânes des Eyzies et la théorie esthonienne », p. 454-514, en particulier p. 456.

38 Id., Ibid., p. 459 et 457.

39 Id., Ibid., p. 466-467.

40 Id., Ibid., p. 478.

41 Voir en particulier Étude sur l’ethnographie de l’homme de l’âge du renne dans les cavernes de la vallée de la Lesse, ses caractères, sa race, son industrie, ses mœurs, Bruxelles, 1867.

42 Voir J. Mesdorf, « Der internationale Congress der Archäologen und Anthropologen in Brüssel », in Correspondenz-Blatt der deutschen Gesellschaft für Anthropologie, Ethnologie und Urgeschichte, n° 11 (nov. 1872), p. 81-85 ; n° 12 (déc. 1872), p. 89-95. Voir également Rudolf Virchow, « Über die ursprüngliche Bevölkerung Deutschlands und Europas », in Die vierte allgemeine Versammlung der deutschen Gesellschaft für Anthropologie, Ethnologie und Urgeschichte zu Wiesbaden am 15. bis 17. September 1873, Braunschweig, 1874, p. 47.

43 Rudolf Virchow, « Les crânes finnois et esthoniens comparés aux crânes des tombeaux du nord-est de l’Allemagne », La Revue Scientifique, n° 14, 5 octobre 1872, p. 313-318, citation p. 318. Paru en allemand dans Verhandlungen der Berliner Gesellschaft für Anthropologie, Ethnologie und Urgeschichte, octobre 1871 à novembre 1872, Berlin, 1872, p. 74-84, « Vergleichung finnischer und esthnischer Schädel mit alten Gräberschädeln des nordöstlichen Deutschlands ».

44 Voir Bulletins de la Société d’anthropologie de Paris, 1868, séance du 4 juin 1868, p. 446.

45 Voir Rudolf Virchow, ibid., p. 316.

46 Id., Ibid., p. 317.

47 Rudolf Virchow, « La méthode scientifique en anthropologie », La Revue Scientifique, n° 42, 19 avril 1873, p. 981-989 ; en allemand : « Ueber die Methode der wissenschaftlichen Anthropologie. Eine Antwort an Herrn de Quatrefages von Rudolf Virchow », ZfE, 4 (1872), p. 300-320. Citation p. 983.

48 Id., Ibid., p. 984-985.

49 Rudolf Virchow, « Les peuples primitifs de l’Europe », La Revue Scientifique, n° 1, 4 juillet 1874, p. 1-13. Citation p. 8.

50 Id., Ibid., p. 12.

51 Id., Ibid., p. 9.

52 Id., Ibid.

53 Id., Ibid., p. 12. Voir également la critique indirecte de Cranica ethnica de Quatrefages et Hamy, Paris, 1873 : « L’opinion émise par moi que la race dolichocéphale d’Engis différait de la race dolichocéphale de Cro-Magnon a été récemment adoptée par MM. de Quatrefages et Hamy ; mais ces auteurs tombent bientôt après dans de nouvelles erreurs, quand ils réunissent les crânes d’Engis, ceux de Canstatt, du Néanderthal et beaucoup d’autres, en un groupe commun, qu’ils assimilent aux Australiens modernes. […] cette tendance de l’anthropologie comparée n’est pas récente ; elle se rattache à celle qui consiste à faire concourir les peuples préhistoriques à une théorie du développement de l’humanité, basée sur des arguments imaginés a priori. Les Australiens et les Esquimaux sont des races inférieures, donc les races préhistoriques doivent se rattacher à eux : voilà la déduction. Mais les crânes les plus anciens, ceux d’Engis, d’Olmo, de Cro-Magnon n’offrent précisément aucun des caractères des races inférieures. »

54 Rudolf Virchow, à propos de la race prussienne, in Die dritte Allgemeine Versammlung der deutschen Gesellschaft für Anthropologie, Ethnologie und Urgeschichte zu Stuttgart am 8. bis 11. August 1872, p. 49-57, en particulier p. 55.

55 Id., Ibid., p. 56.

56 Id., Ibid.

57 Rudolf Virchow, « Ueber die ursprüngliche Bevölkerung Deutschlands und Europas », in Die vierte allgemeine Versammlung der deutschen Gesellschaft für Anthropologie, Ethnologie und Urgeschichte zu Wiesbaden am 15. bis 17. September 1873, Braunschweig, 1874, p 51.

58 Ibidem.

59 Id., Ibid., p 53.

60 Id., Ibid., p 28-29.

61 Id., Ibid., p 30.

62 Voir Erwin H. Ackerknecht, Rudolf Virchow, Arzt – Politiker – Anthropologe, Stuttgart, 1957, p. 175.

63 Voir id., Ibid., p. 177-178.

Auteur

Université de Montpellier III

© CNRS Éditions, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search