Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La géoarchéologie française au xxie siècle

 | 
Nathalie Carcaud
, 
Gilles Arnaud-Fassetta

Partie IV. Ressources en eau, risque et aménagement/Section 4. Water resources, risk, and management

Chapitre XVIII. Les terres noires dans l’approche géoarchéologique des contextes urbains

Quentin Borderie, Yannick Devos, Cristiano Nicosia, Cécilia Cammas et Richard I. Macphail

Texte intégral

Introduction

1Dans les contextes urbains, fondamentalement anthropiques, les processus d’accumulation, de transformation et d’érosion des dépôts sont particulièrement intenses et diversifiés (Cammas et al., 2011). Ces processus relèvent de la fabrique de l’urbain, c’est-à-dire des interactions dynamiques, pensées ou non, entre les sociétés et la matérialité des espaces (Noizet, 2009). Les stratifications résultant de la combinaison de ces dynamiques socio-environnementales sont plus ou moins aisément interprétables en matière d’usage des espaces. Ces difficultés d’interprétation relèvent tant des cadres interprétatifs mobilisés que de l’histoire pédosédimentaire de ces stratifications. Parmi ces dernières, les terres noires sont d’épaisses couches sombres, d’apparence homogène, qui constituent l’essentiel de la documentation archéologique des villes des ive-xie s. Observées depuis le xixe s., elles n’ont fait l’objet de protocoles de fouille et d’analyses stratigraphiques, archéologiques et géoarchéologiques adaptés qu’à partir des années 1980 (Fig. 1).

L’approche géoarchéologique de l’urbain

2L’étude géoarchéologique des paysages urbains a été entamée dès les années 1980 (Hall et Kenward, 1982). Bien que l’analyse des relations entre le développement des villes et leur environnement proche ait été entrepris (Butzer et al., 1983), les villes sont alors surtout perçues comme des artefacts (Rosen, 1986). Pourtant, le paysage urbain est le résultat de l’accumulation de matériaux hétérogènes, apportés à des fins de construction, de production artisanale ou de consommation et sujet à des transformations permanentes, selon des processus autogène ou allogène (Borderie, 2011a), selon qu’ils découlent des activités proprement urbaines ou de son environnement (bassin-versant, fleuve, littoral).

Fig. 1. Stratifications de terres noires. A : Bayeux, rue Franche (photo : G. Schütz, 2010, Service Départemental d’Archéologie du Calvados). B : Beauvais, la Chapelle (photo : Q. Borderie, 2007). C : Metz, Sainte-Chrétienne (photo : S. Augry, 2008, Institut National de Recherches Archéologiques Préventives). D : Evreux (photo : B. Guillot, 2001, Institut National de Recherches Archéologiques Préventives).

3Jusqu’à la fin des années 1990, les études portèrent surtout sur les échelles larges des hydrosystèmes, fruits de la collaboration entre géographes et archéologues lors de grands chantiers préventifs (CNAU, 1988 ; Bravard et al., 1989), toujours d’actualité (Chaussée et al., 2009). À une autre échelle, les approches intrasites, parmi lesquelles l’analyse des terres noires, ont permis alors de préciser ou d’établir les interprétations des espaces, au Moyen-Orient (Matthews, 1992 ; Matthews et al., 1997) et en France à Lattes (Cammas, 1994). Toutefois, ces approches géoarchéologiques sont restées sous-exploitées. Par exemple, seul 1,5 % des articles publiés par la revue Geoarchaeology de 1987 à 2010 portent sur les contextes urbains, c’est-à-dire 9 articles seulement.

4Ces échelles très fines ou très larges ont pu être mises en lien récemment en joignant l’étude des processus de stratification et de la configuration du site urbain (conditions de milieu, ressources sédimentaires locales, etc.) avec celle de son évolution (Schwien et al., 1998 ; Arlaud, 2000 ; Deschodt et Sauvage, 2008). La nature des dépôts et des sols urbains, leur transformation, selon les activités perceptibles directement ou indirectement (pollutions), est une co-construction des dynamiques socio-environnementales (Heimdhal, 2005 ; Davidson et al., 2006 ; Golding, 2008 ; Noizet et al., 2011). Dès les années 1980, l’étude des terres noires s’inscrit dans cette perception multi-scalaire des dynamiques socio-environnementales (Macphail, 1981), car leur récurrence en contexte urbain est, pour les ive -xie s., le principal témoin sédimentaire des activités humaines.

Les terres noires et la stratification urbaine

5Les terres noires s’intercalent entre les stratifications antiques (avant le ive s.) et médiévales (après le xie s.) qui, elles, sont plus aisément interprétables car constituées de nombreuses unités stratigraphiques (US) distinctes résultant d’actions de creusement, de construction, d’étalement…, constituant ainsi des structures (mur, mosaïque, latrine…).

6Jusqu’aux années 1980, l’homogénéité apparente des US massives de terres noires a conduit à les interpréter à priori comme résultant d’abandon, de remblais massifs ou de mise en culture des espaces urbains, entretenant ainsi les modèles de villes sans vie urbaine, affaiblies par les attaques des barbares et désertées par les élites (Galinié, 2010). Pourtant, l’approche géoarchéologique a permis, dès le début des années 1990, de montrer que les terres noires résultaient d’une combinaison complexe de processus différents dont le résultat n’est similaire qu’à une échelle macroscopique (Macphail, 1994 ; Cammas et al., 1998 ; Devos et al., 2009). Des travaux récents (Nicosia et al., 2012 ; Borderie, 2013), portés à une échelle plus fine que l’US, montrent que ces terres noires admettent une structuration interne, des gradients de distribution des constituants et de couleur et englobent même des structures plus petites (trou de poteau, foyer, lambeau de sol d’intérieur…). Cette structuration interne invite à considérer la part des processus pédologiques de transformation des dépôts, dans un contexte – la ville – où tout est contraint par l’activité anthropique. La connaissance des processus de formation des US (dépôt et transformation) et de leurs caractéristiques permet de connaître les activités qui en sont à l’origine, donc de renseigner les fonctions des centres urbains au cours de l’Antiquité tardive et du premier Moyen Âge (Fig. 2).

Méthodes d’étude des terres noires

Approche topographique

7Les terres noires se trouvent, de manière récurrente pour les ive-xie s., dans un grand nombre d’agglomérations du nord-ouest de l’Europe (Macphail et al., 2003 ; Verslype et Brulet, 2004). Toutefois, au sein de chaque ville ou d’une ville à une autre, cette récurrence n’a pas encore été quantifiée. La mise en place d’un recensement systématique permet de renseigner les caractères macroscopiques des sédiments : épaisseur et étendue maximales et minimales, couleur, stratifications apparente, etc. La localisation des terres noires relativement aux éléments structurants de l’espace est alors significative des dynamiques d’usages des espaces, que ces éléments soient contemporains, antérieurs ou postérieurs. Par exemple, la proximité aux enceintes, aux édifices de cultes et leur présence sur les axes viaires et relativement au bâti permettent d’envisager les types d’occupation des espaces, le rapport au sol et, surtout, l’organisation des espaces urbains, pour une période où le parcellaire est presque totalement inconnu (Tab. 1).

Fig. 2. Fonction des espaces, activités pratiquées et formation des terres noires. Les terres noires relèvent de processus de formations complexes, liés aux conditions du milieu (sec, humide, en intérieur ou non…) et surtout aux activités et aux modes d’occupation des espaces, donc aux actions qui en résultent. Ainsi, les espaces dans lesquels se forment des terres noires sont souvent voués à des fonctions multiples et variables au cours du temps.

Approche stratigraphique

8Seule la fouille fine par US permet l’identification et l’enregistrement des variations verticales et latérales des caractères sédimentaires (David, 2004). Une organisation peut être constatée sur des distances de plusieurs mètres, dans les densités et le type de macro-constituants observés (fragments de céramiques, de tuiles, de mortier, scories…), ainsi que par celles des structures elles-mêmes (agrégats et alignements de constituants, trous de poteaux, fosses, solins… ; Gébus et Gama, 2004). Ces agencements peuvent parfois être mis en relation avec des éléments topographiques : axes de circulation, bâtiments… Des variations plus fines peuvent aussi être perçues par la structuration latente des macro-constituants, c’est-à-dire leur distribution spatiale en trois dimensions. Différentes phases d’apports et de remaniement peuvent être mises en évidence (Borderie et Pétronille, 2009) et, à l’échelle plus fine, des micro-stratifications peuvent être identifiées, donc renseigner les accumulations en jeu.

9Enfin, c’est en associant l’étude des terres noires avec celle des US plus fines, des structures archéologiques qu’elles peuvent contenir, dans lesquelles elles se trouvent ou qui leur sont adjacentes (fond de cabane, tranchée de récupération de murs, solins…) que peut être obtenue une vision globale de l’organisation des espaces. Les dynamiques pédo-sédimentaires peuvent en effet être différentes en espace intérieur ou extérieur, dans les structures excavées ou les aires ouvertes.

Caractérisation des unités stratigraphiques

10La nature des apports constitutifs des terres noires peut être renseignée en partie par la caractérisation des unités stratigraphiques (teneurs en charbons fins, en matières organiques, en phosphore, en métaux lourds…). En plus de leurs caractères extrinsèques, notamment leur situation stratigraphique évoquée plus haut, ces caractères intrinsèques permettent d’identifier les processus d’accumulation et de transformation. De plus, en appui à la description archéologique, elles permettent de comparer les US entre elles par des critères quantitatifs ou semi-quantitatifs. Le Tab. 1 recense les principales méthodes utilisées pour caractériser les US de terres noires. Un inventaire plus détaillé est également donné par Borderie (2011b, p. 81-82).

Références

Étude quantitative des constituants grossiers ou fins

Desachy, 2000 ; Sidell, 2000 ; Guyard, 2003 ; David, 2004 ; Laurent, 2004 ; Fondrillon, 2007

Céramologie

Jouquand et al, 1999 ; Guyard, 2003 ; Jaffrot, 2008 ; Augry et al., sous presse

Granulométrie

Guyard, 2003 ; Macphail et Linderholm, 2004 ; Fondrillon, 2007 ; Devos et al, 2009

Comptage sur les lames minces

Gebhardt, 1997 ; Nicosia et al., 2012 ; Devos et al., 2009

Micromorphologie

Macphail, 1981 ; Macphail, 1994 ; Gebhardt, 1997 ; Cammas et al, 1998 ; Cammas, 2004 ; Macphail et Linderholm, 2004 ; Devos et al., 2009 ; Macphail, 2010 ; Borderie, 2011b ; Nicosia et al, 2012 ; Borderie, à paraître

Palynologie

Macphail, 1981 ; Guyard, 2003 ; Brulet et al., 2004

Carpologie

Laurent, 2004

Analyse des phytolithes

Devos et al., 2009

Malacologie

Guyard, 2003

Parasitologie

Guyard, 2003

Archéozoologie

Guyard, 2003 ; Brulet et al, 2004

Géochimie (métaux)

Macphail et al, 2008 : 93-96 ; Borderie, 2011b ; Augry et al, sous presse

Analyses chimiques (matières organiques)

Guyard, 2003 ; Macphail, 2003 ; David, 2004 ; Fondrillon, 2007 ; Borderie, 2011b ; Nicosia et al., 2012

Prospection géophysique

David, 2004

Mesures géophysiques (susceptibilité magnétique)

Macphail, 2003 ; Borderie, 2011b

Tab. 1. Méthodes d’études des terres noires.

Micromorphologie

11L’application de la micromorphologie à l’étude des terres noires est entreprise dès le début des années 1980 en Grande-Bretagne (Macphail, 1981 ; Courty et al., 1989) et 1990 en France (Cammas et al., 1995 ; Gebhardt, 1997).

12La micromorphologie est l’étude de l’organisation des constituants du sol et de leur nature à l’échelle microscopique, qui est significative de la dynamique des milieux de sédimentation et de l’évolution des couvertures pédologiques (Cammas et Wattez, 2009, p. 186). L’analyse des micro-constituants, de la masse fine des sédiments archéologiques et de leur organisation relative selon des guides de description (Bullock et al., 1985 ; Stoops, 2003), contribue à « comprendre leur formation et leurs modes d’intégration dans les contextes archéologiques » (Macphail et Goldberg, 2010, p. 589), notamment par l’identification d’unités micro-stratigraphiques (UMS) ou de micro-faciès.

13L’approche interdisciplinaire, qui combine la micromorphologie avec des méthodes géophysique et géochimique et des études quantitatives et qualitatives de mobilier, permet d’apporter rapidement des résultats contribuant à l’interprétation des terres noires et à la compréhension plus générale des processus de formation des stratifications urbaines. Les interprétations de jardin ou d’abandon qui n’ont pas été étayées par de telles études sont souvent caduques. Les travaux récents montrent, en outre, comment la systématisation de ces approches est profitable, démontrant la multiplicité des processus produisant des terres noires (rejets, habitat, parcage, artisanat…). La perception de la ville des ive-xie s. a été ainsi renouvelée.

Fig. 3. Exemples de microconstituants se trouvant dans les terres noires. Les terres noires sont riches en micro-constituants variés dont l’état et les assemblages permettent d’identifier les processus et activités liés à leur formation.
A : Goutelette de plomb dans des cendres calcitiques (LPnA, Leicester Vine st.). B : Comme A en lumière incidente oblique avec le plomb (centre), l’oxyde de plomb “rouge” (périphérie) et les cendres contaminées (Thilo Rehren, UCL, comm. pers.). C : Cristal de vivianite (phosphate de fer) dans le pore d’un os (LPA, Noyon pl. A. Briand). D : Comme C en LPnA. E : Cristal de gypse (LPnA, Metz Sainte-Chrétienne). F : Pépin de raisin (LPnA, Noyon pl. A. Briand). G : Fragment d’os brûlé sur un lit de cendres calcitiques (LPA, Noyon sq. Grospiron). H : Comme G en LPnA.

Éclairages récents sur les terres noires

Caractères physico-chimiques et stratigraphiques

14La reconnaissance macroscopique des terres noires est fondée sur leur couleur, leur épaisseur et leur homogénéité apparente. Pourtant, ces caractères ainsi que les caractères physico-chimiques présentent de fortes variabilités d’une ville à l’autre et d’une stratification à l’autre. L’épaisseur des terres noires est souvent comprise entre 0,4 et 0,8 m (Courty et al., 1989, p. 263 ; Macphail et al., 2003). Toutefois, elles sont parfois plus épaisses et admettent systématiquement, sur le terrain ou aux échelles microscopiques, des stratifications fines ou des gradients de couleur, de texture et de concentration de mobilier (Verslype et Brulet, 2004). Parfois même, ces stratifications sont constituées d’une superposition de nombreuses US perceptibles à l’œil nu (Borderie, 2011b, p. 241-281). La coloration des terres noires est souvent sombre (de 7.5 YR 5/1 à 10 YR 2/1), liée à la présence importante de fragments de charbons et de végétaux souvent brûlés et de matière organique observables en microscopie. Toutefois, cette coloration varie et des terres noires ont des teintes grises, jaunes ou vertes selon leur teneur en micro-fragments de charbon, en fer et/ou en phosphore (Macphail, 1994 ; Borderie, 2011b, p. 311-328 ; Fig. 3).

15Les caractéristiques physico-chimiques des terres noires résultent du fond pédo-géochimique local, des apports liés aux activités et de leurs transformations. Bien que leur texture soit souvent limono-sableuse, les terres noires n’admettent aucun tri et peuvent être très sableuses, en contexte alluvial par exemple (Macphail, 2003, p. 92-93 ; Heimdhal, 2005 ; Nicosia, 2012, p. 115). Peu carbonatées en Grande-Bretagne ou en Belgique (Macphail, 2003, p. 92-93 ; Devos et al., 2009, p. 273), elles le sont davantage dans le Bassin de Paris (Borderie, 2011b, p. 340-345 ; Fig. 4). En outre, une part de ces carbonates peut provenir de la dégradation de matériaux de construction tels que mortiers et calcaires (Macphail, 1994, 2010).

Fig. 4. Carbone organique et calcaire total des terres noires. Les terres noires carbonatées, à droite, sont ici situées dans le Bassin de Paris. Les terres noires de Grande-Bretagne et de Belgique sont moins carbonatées. Les teneurs en carbone organique des terres noires sont supérieures à 10 g/kg et peuvent atteindre près de 25 g/kg. Les niveaux sous-jacents, constitutifs des occupations de la période romaine ou du substrat alluvial, ainsi que certains remblais, ont de faibles teneurs en carbone organique, ce qui les distinguent nettement des terres noires. 1 : Collège de France ; 2 : Metz Sainte-Chrétienne ; 3 : Beauvais Galerie nationale de la tapisserie ; 4 : Beauvais Cloître ; 5 : Beauvais Chapelle ; 6 : Noyon Evêché ; 7 : Bayeux Rue Franche ; 8 : Metz ZAC Amphithéâtre ; 9 : Noyon Square Grospiron ; 10 : Londres Ragoon Street ; 11 : Londres Southwark Street ; 12 : Londres Southwark Courage Brewery ; 13 : Londres Southwark Park Street ; 14 : Londres Jubilee Hall ; 15 : Florence Biblioteca ; 16 : Bruxelles Rue de Dinant ; 17 : Beauvais Galerie nationale de la tapisserie, remblais ; 18 : Noyon Cloître cathédral, remblais ; 19 : Metz Sainte-Chrétienne, dépôts romains ; 20 : Beauvais Chapelle, fosse romaine ; 21 : Metz ZAC Amphithéâtre, substrat alluvial ; 22 : Londres Jubilee Hall, plancher en terre ; 23 : Florence Biblioteca, substrat alluvial ; 24 : Bruxelles Rue de Dinant. D’après Macphail, 1994 ; Cammas, 2004 ; Devos et al., 2009 ; Borderie, 2011b ; Nicosia et al., 2012 ; Borderie, 2013 ; Augry et al., sous presse ; Borderie.

16Les assemblages de constituants sont très riches dans les terres noires. Les constituants d’une taille supérieure à quelques centimètres sont surtout des matériaux de construction altérés : pierres, mortiers, terres cuites, enduits (Guyard, 2003, p. 95 ; Fondrillon, 2007, p. 434 et 442). Les constituants de la taille des sables et des limons reflètent davantage la diversité des activités à l’origine des dépôts. S’ils résultent en partie de la dégradation des matériaux de construction, ils proviennent surtout d’activités domestiques (déjections, os) ou artisanales liées à l’utilisation des végétaux (phytolithes) et du feu (cendres, micro-fragments de charbons) parfois à hautes températures (scories, silice fondue, verre). La présence de fragments de plomb altéré dans des cendres, à Leicester, est un exemple de ces activités artisanales (Macphail et Crowther, 2009 ; Fig. 3 A et B). L’état de ces constituants – brûlés, déformés, fragmentés – et leur organisation témoignent de l’utilisation faite des espaces.

17Les terres noires présentent ainsi des teneurs importantes en matières organiques. En plus des micro-fragments de charbon et de végétaux, elles admettent un C/N élevé. Les taux de phosphore sont importants, entre 15,5 et 25,5 g/kg (Borderie 2011b, p. 342-343, méthode Mikkelsen, 1997). Des teneurs élevées en métaux lourds, issues d’activités polluantes contemporaines de la formation des terres noires, ont pu être mesurées : plus de 1 800 mg/kg à Metz (Augry et al., sous presse, norme NF X 31-147). Sans le contrôle des analyses micromorphologiques, ces données chimiques doivent être interprétées avec prudence. Des contaminations en phosphore (Deansway, Worcester, Anderitum/Pevensey Castle ; Macphail et Linderholm, 2004 ; Macphail, 2011) et en métaux (Londres Guildhall ; Macphail et al., 2008) peuvent, en effet, être provoquées par des rejets de latrines postérieures aux terres noires (Fig. 4).

Processus de formation

18Le plus souvent, les terres noires sont constituées d’une succession d’apports peu épais, remaniés directement par l’activité biologique ; il s’agit donc de sols cumuliques (Cammas et al., 1998). Les micro-US qui peuvent être observées résultent alors de la combinaison du volume et de la fréquence des rejets, de l’intensité de la bioturbation, des piétinements et de l’humidité du milieu. La concurrence entre ces différents processus conditionne la création d’interfaces et leur conservation. Lorsque les interfaces ne sont pas perceptibles, c’est par l’organisation de la microstructure que la succession de surfaces et de sub-surfaces est identifiable. Dans tous les cas, ces accumulations progressives sont caractéristiques de rejets plus ou moins rythmés qui perdurent au cours du temps. Les terres noires peuvent aussi résulter d’apports destinés à aménager des espaces (sols construits, étalement de matériaux), sans que les dépôts ne soient massifs. Dans les espaces intérieurs, ces aménagements sont, dans la plupart des cas, évidents à identifier sur le terrain : sols construits, planchers, réfections… Toutefois, la transformation des stratifications peut les rendre moins facilement identifiable et interprétable et ils peuvent ne laisser que des traces ténues (Borderie, 2011b, p. 282-295).

19L’homogénéité apparente des terres noires correspond surtout à la combinaison simultanée des processus de dépôt et de bioturbation plutôt qu’à une restructuration partielle ou totale de la stratification. Les unités de terres noires les plus homogènes peuvent résulter de processus mécaniques de remaniement, comme le travail du sol (Devos et al., 2009), toutefois, même dans ces unités, il est possible de percevoir différents processus et temporalités des apports grâce à la hiérarchisation des traits pédo-sédimentaires (Borderie, 2013). L’importance des processus de bioturbation dans la formation des terres noires a été mise en évidence dès les années 1980 par R.I. Macphail (1981, 1994). Dans la majeure partie des cas, cette bioturbation importante indique des espaces peu piétinés, comme l’ont montré les résultats des études menées à Paris (Cammas, 2004, p. 49) et à Metz (Gébus et Gama, 2004). Toutefois, cette bioturbation peut aussi être accompagnée d’indices importants de fréquentation des espaces, comme à Beauvais (Borderie, 2011b, p. 249-254 et 280-281), Paris et Mâcon (Cammas, 2004, p. 49 et 53), et peut parfois même prendre place dans les zones de rejets d’espaces intérieurs, comme à Beauvais et Noyon (Borderie, 2011b, p. 265-274 et 316-319).

20La percolation et la stagnation de solutions dans les terres noires ont été mises en évidence par R.I. Macphail (1994). Elles peuvent contribuer à la dissolution de constituants, notamment carbonatés, également altérés par l’évolution de l’acidité. Toutefois, des lentilles de cendres (Fig. 3 G et H) particulièrement sujettes à la dissolution peuvent parfois être observées, comme à Noyon (Borderie, 2011b, p. 284-295). Cette préservation peut alors s’expliquer par la rapidité du recouvrement, par des matériaux relativement imperméables comme des sables argileux, et le caractère particulièrement tassé des stratifications. L’humidité des milieux entraîne également la formation de vivianite. Ces cristaux de phosphate de fer (Fig. 3 C et D) peuvent se former en sub-surface, en extérieur, ou dans des sols construits en intérieur (Borderie, 2011b, p. 337). Ils sont significatifs de la richesse des dépôts en matériaux phosphatés, généralement issus des déjections ou des os (Courty et al., 1989, p. 267), ainsi que de la dégradation de végétaux (McGowan et Prangnell, 2006).

21La formation des terres noires résulte donc de la combinaison complexe de processus d’accumulation et de transformation liés à l’utilisation des espaces et à la nature des matériaux présents.

Par-delà les terres noires

Des terres noires à la vie urbaine au premier Moyen Âge

22Connaître la formation des terres noires permet de renseigner les activités humaines qui sont à l’origine de leurs caractères et de leurs transformations.

23Dans les terres noires, les informations permettant d’interpréter les fonctions des espaces sont étroitement entremêlées. Les US admettent des temporalités dilatées et il est rarement possible de donner la localisation précise des activités en jeu. Par cela, les grilles interprétatives utilisées habituellement (CNAU, 2007) sont difficilement adaptables. La présence à l’échelle microscopique de nombreux indices d’activités domestiques et artisanales, dans les accumulations progressives de rejets, nécessite un saut interprétatif important pour constituer la preuve d’un espace à vocation « artisanale » ou d’un « habitat privé ». La grande majorité de ces indices se trouve pourtant dans les dépôts interprétés comme des rejets rythmés. Bien que les espaces où se trouvent ces rejets soient parfois interprétés comme des zones dépotoirs, les travaux relatifs à la gestion des déchets suggèrent que ces espaces puissent admettre d’autres fonctions (Keene, 1982 ; Bridges, 1991 ; Bourgeois, 2003 ; Leguay, 2003 ; Golding, 2008).

24La superposition des processus d’accumulation et la nature particulièrement riche et rythmée des rejets à l’origine des terres noires suggèrent, de plus, des variations fonctionnelles importantes au cours du temps, des espaces aux fonctions multiples dans lesquels sont rejetés les déchets d’aires d’activités aux limites diffuses. Les teneurs très importantes de plomb mesurées à Metz (Augry et al., sous presse) montrent comment une intense activité artisanale polluante, nécessitant sans doute des infrastructures sommaires, peut être détectée par les impacts sédimentaires qu’elle induit.

Un chantier pour l’avenir

25L’interprétation des terres noires est l’un des enjeux majeurs de l’histoire des sociétés des ive-xie s. en Europe du Nord-Ouest. Bénéficiant des acquis récents de la géoarchéologie appliquée aux contextes urbains, l’interprétation de ces dépôts a pu être précisée grâce à la mise en place d’approches interdisciplinaires. Les terres noires sont le résultat d’une combinaison de processus liés aux conditions du milieu et, surtout, induites par les pratiques socio-spatiales. Si la part de certains processus externes à la ville peut être importante dans l’accrétion, comme les apports alluviaux (Heimdhal, 2005 ; Nicosia et al., 2012), les processus « naturels » y sont perçus comme relevant d’une co-construction socio-environnementale (Marliac, 2002).

26Les terres noires ne sont donc pas synonymes d’abandon, bien au contraire, et sont rarement le résultat d’une pratique urbaine de l’horticulture. Les terres noires sont principalement le résultat d’une accrétion progressive, par dépôt et transformation en place de rejets d’activités diverses qui produisent et rejettent des matériaux composites, surtout organiques, dans des espaces pouvant être voués à des fonctions diverses et masquant des occupations aussi bien intérieures qu’extérieures. Cette gestion particulière des déchets, cette relation particulière au sol interrogent sur le rapport au statut de certains espaces, comme la présence de terres noires à proximité des cathédrales à Beauvais, Noyon, Paris, Rouen ou Reims, ou leur absence sur l’emprise du talus interne à l’enceinte de l’Antiquité tardive, comme à Noyon et à Evreux.

27Les terres noires constituent une documentation riche qui commence seulement à être exploitée. Les protocoles d’analyse et d’interprétation des processus de formation, donc des activités humaines, sont aujourd’hui définis et une meilleure connaissance des contextes urbains des ive-xie s. peut être engagée dès à présent en multipliant les points d’observations, leur comparaison, et en établissant un référentiel à l’échelle des agglomérations. La précision des contextes chronologiques permettra, de plus, de percevoir les étapes de ces dynamiques urbaines. Enfin, l’analyse fine de certaines caractéristiques et constituants des terres noires, comme les matières organiques, les teneurs en métaux lourds et les micro-fragments de charbon, est particulièrement prometteuse. Ces informations enregistrées dans les terres noires sont autant de témoins des modalités d’occupation et de sédimentation des sociétés urbaines.

Bibliographie

Références

Arlaud C., « Lyon, les dessous de la Presqu’Île, Bourse-République-Célestin-Terreaux, Sites Lyon Parc-Auto », Documents d’archéologie en Rhône-Alpes, no 4, Série lyonnaise, no 20, Lyon, Service régional de l’archéologie, 2000.

Augry S., Borderie Q., Braguier S., Prouteau R., Delage R., « L’îlot Sainte-Chrétienne à Metz : un exemple d’approche interdisciplinaire pour caractériser l’occupation urbaine du ive au xiie siècle. », in Actes du Colloque de l’AFAM, septembre 2010, Luxembourg, 2013, p. 23-40.

Borderie Q., « Géoarchéologie de l’urbain, retour sur la journée d’étude du 29 octobre 2009 », Les Nouvelles de l’Archéologie, no 123, 2011, p. 61-64.

Borderie Q., L’espace urbain entre Antiquité et Moyen Âge, géoarchéologie des terres noires : études de cas, Thèse de doctorat, Université de Paris 1 - Panthéon Sorbonne, Paris, 2011.

Borderie Q., « De la matrice sédimentaire aux pratiques socio-spatiales : deux stratifications de terres noires à Noyon (Oise) », in ArcheoDoc, no 5, sous presse.

Borderie Q., Pétronille M., « Susceptibilité magnétique et distribution 3D en niveaux archéologiques perturbés, l’exemple de l’opération archéologique préventive de la ZAC – Amphithéâtre à Metz », in Colloque Archéométrie 2009, Montpellier, 2009.

Bourgeois L., « Archéologie médiévale et déchets urbains, orientation bibliographique », in Ballet P., Cordier P., Dieudonné-Glad N., La ville et ses déchets dans le monde romain : rebuts et recyclages, Actes du colloque de Poitiers, 19-21 septembre 2002, Montauban, Monique Mergoil, 2003, p. 313-314.

Bravard J.-P., Burnouf J., Vérot A., « Géomorphologie et archéologie dans la région lyonnaise : Questions et réponses d’un dialogue interdisciplinaire », Bulletin de la Société Préhistorique Française, no 86, 1989, p. 429-440.

Bridges E.M., « Wasted materials in urban soils », in Bullock P., Gregory P. J., Soils in the Urban Environment, London, Blackwell Sc. Publ., 1991, p. 28-46.

Brulet R., Coquelet C., Defgnée A., Pigière F., Verslype L., « Les sites à « terres noires » à Tournais et le secteur des anciens cloîtres canoniaux. Études archéozoologiques, palynologiques et contextualisation », in Verslype L., Brulet R., Dark earth - Terres noires, Actes de la table ronde de Louvain-la-Neuve, Louvain-la-Neuve, Université catholique de Louvain, 2004, p. 152-172.

Bullock P., Fedoroff N., Jongerius A., Stoops G., Tursina T., Handbook for soil thin section description, Wolferhampton, Waine Research Publications, 1985.

Butzer K.W., Miralles I., Mateu J. F., « Urban geo-archaeology in medieval Alzira (Prov. Valencia, Spain) », Journal of Archaeological Science, no 10, 1983, p. 333-349.

Cammas C., « Approche micromorphologique de la stratigraphie urbaine à Lattes : premiers résultats », Lattara, no 7, 1994, p. 181-202.

Cammas C., « Les « terres noires » urbaines du Nord de la France : première typologie pédo-sédimentaire », in Verslype L., Brulet R., Dark earth - Terres noires, Actes de la table ronde de Louvain-la-Neuve, Louvainla-Neuve, Université catholique de Louvain, 2004, p. 43-55.

Cammas C., Wattez J., « La micromorphologie : méthodes et applications aux stratigraphies archéologiques », in « La géologie » : les Sciences de la Terre appliquées à l’Archéologie, Paris, Errance, 2009, p. 181-218.

Cammas C., Champagne F., David C., Desachy B., Guyard L., « Le problème des « terres noires » sur les sites urbains tardo-antiques et médiévaux : reflexions et propositions méthodologiques à partir de l’exemple du Collège de France à Paris », Les Nouvelles de l’Archéologie, no 61, 1995, p. 22-29.

Cammas C., Courty M.-A., Fedoroff N., « Dynamique de la biostructuration dans les sols cumuliques, cas des terres noires de Paris », in Proceedings of the 16th World Congress of Soil Science (Montpellier, août 1998), International Society of Soil Science, natres.psu.ac.th/Link/SoilCongress/bdd/symp18/674-r.pdf, 1998.

Cammas C., Borderie Q., Augry S., Desachy B., « L’approche géoarchéologique de l’urbain. Développement du concept, méthodologie et application aux opérations archéologiques », Archéopages, no 31, 2011, p. 80-93.

CNAU, Fouille, enregistrement et analyse des fossés et de leur comblement en milieu urbain, Actes de la table ronde organisée au Centre National d’Archéologie Urbaine à Tours les 23 et 24 avril 1988, Tours, Ministère de la Culture et de la Communication, 1988.

CNAU, Centre National d’Archéologie Urbaine - Note sur le centre national d’archéologie urbaine par Desachy B., Paris, Sous-Direction de l’Archéologie, de l’Ethnologie, de l’Inventaire et du Système d’information, Département Recherche Méthodes Expertise, 2007.

Chaussée C., Allenet G., Girardclos O., Leroyer C., Pion P., Raymond P., « Holocene history of the River Seine, Paris, France : bio-chronostratigraphic and geomorphologic evidence from the quai Branly », The Holocene, no 18, 2009, p. 967-980.

Courty M.-A., Goldberg P., Macphail R. I., Soil and micromorphology in archaeology, New York, Cambridge University Press, 1989.

David C., « Les terres noires : outils méthodologiques, propositions analytiques et perspectives à partir de quelques exemples de sites à terres noires de l’Antiquité tardive et du haut Moyen Âge du nord de la France », in Verslype L., Brulet R., Dark earth - Terres noires, Actes de la table ronde de Louvain-la-Neuve, Louvain-la-Neuve, Université catholique de Louvain, 2004, p. 12-31.

Davidson D.A., Dercon G., Stewart M., Watson F., « The legacy of past urban waste disposal on local soils », Journal of Archaeological Science, no 33, 2006, p. 778-783.

Desachy B., « Terres noires du Collège de France, Paris : traitement par analyse factorielle des comptages en poids de fragments de matériaux de construction », in Terres noires 1, Documents Sciences de la Ville, no 6 (Juin 2000), Tours, 2000, p. 77-82.

Deschodt L., Sauvage L., « Cartes de formations superficielles et de potentiel archéologique : exemples dans le nord de la France », Cahiers de l’Inrap 2, 2008, p. 10-24.

Devos Y., Vrydaghs L., Degraeve A., Fechner K., « An archaeopedological and phytolitarian study of the “Dark Earth” on the site of Rue de Dinant (Brussels, Belgium) », Catena, no 78, 2009, p. 217-284.

Fondrillon M., La formation du sol urbain : étude archéologique des terres noires à Tours ( ive- xiie siècle), Thèse de doctorat, Histoire, Université François Rabelais, Tours, 2007.

Galinié H., « La question urbaine entre Antiquité et Moyen Âge », in Trente ans d’archéologie médiévale en France, Actes du IXe congrès international de la société d’archéologie médiévale, Caen, CRAHM, 2010, p. 337-350.

Gebhardt A., « Dark Earth : Some results in rescue archaeological context in France », in Macphail R.I., Acott T., Unpublished Bulletin 1 of the Archaeological Soil Micromorphology Working Group, Greenwich, University of Greenwich, 1997, p. 45-47.

Gébus L., Gama F., « Le quartier de la Pierre-Hardie et l’îlot Turmel dans la ville de Metz en Lorraine : deux exemples d’études archéologiques des couches sombres attribuées aux ive-xiie siècles », in Verslype L., Brulet R., Dark earth - Terres noires, Actes de la table ronde de Louvain-la-Neuve, Louvain-la-Neuve, Université catholique de Louvain, 2004, p. 135-144.

Golding K.A., The effect of waste disposal on soils in and around historic small towns, PhD Thesis, University of Stirling, 2008.

Guyard L. (dir.), Le Collège de France : du quartier Gallo-romain au Quartier latin ( ier s. av. J.-C.- xixe s.), Paris, Maison des Sciences de l’Homme, 2003.

Hall A.R., Kenward H.K., Environmental archaeology in the urban contexts, London, Council for British Archaeology, 1982.

Heimdhal J., Urbanized nature in the past. Site formation and environmental development in two Swedish towns AD 1200-1800’, thèse de doctorat, Géologie du Quaternaire, Université de Stockholm, 2005.

Jaffrot E., « Une étape de la recherche sur la relation entre l’usage du sol et l’état de conservation de la céramique domestique (du ier au xe s.) », Petits Cahiers d’Anatole, no 21, 2008.

Jouquand A.-M., Champagne F., Rodier X., Husi P., Wittmann A., « La fouille des “abords de la cathédrale” de Tours (Indre-et-Loire) : Antiquité – haut Moyen Âge », Revue Archéologique du Centre de la France, no 38, 1999, p. 7-98.

Keene D.J., « Rubbish in Medieval towns », in Hall A.R., Kenward H.K., Environmental Archaeology in the Urban Contexts, London, Council for British Archaeology, 1982, p. 26-30.

Laurent C., « Études micro-archéologiques et carpologiques de sédiments sombres, à très sombres : arguments en faveur de l’extension chronologique de l’appellation terre noires », in Verslype L., Brulet R., Dark earth - Terres noires, Actes de la table ronde de Louvain-la-Neuve, Louvain-la-Neuve, Université catholique de Louvain, 2004, p. 56-74.

Leguay J.-P., « Le problème de l’évacuation des ordures au Moyen Âge : pérennité des usages antiques et nouveautés (ve-xve ap. J.-C.) », in Ballet P., Cordier P., Dieudonné-Glad N., La ville et ses déchets dans le monde romain : rebuts et recyclages, Actes du colloque de Poitiers, 19-21 septembre 2002, Montauban, Monique Mergoil, 2003, p. 303-311.

Macphail R.I., « Soil and botanical studies of the Dark Earth », in Jones M., Dimbleby G. W., The Environment of Man : The Iron Age to the Anglo-Saxon Period, Oxford, BAR British Series, no 87, 1981, p. 309-331.

Macphail R.I., « The Re-working of urban stratigraphy by human and natural processes », in Hall A.R., Kenward H.K., Environmental Archaeology in the Urban Contexts, London, Council for British Archaeology, 1982, p. 13-44.

Macphail R.I., « Soil microstratigraphy : a micromorphological and chemical approach », in Cowan C., Urban Development in North-West Roman Southwark : Excavations 1974-90, London, Museum of London Archaeology Service, 2003, p. 89-105.

Macphail R.I., « Dark earth and insights into changing land use of urban areas », in Sami D., Speed G., Debating Urbanism, within and beyond the Walls A. D. 300-700, Leicester, University of Leicester, 2010, p. 145-166.

Macphail R.I., « Soil micromorphology », in Fulford M., Rippon S., Pevensey Castle, Sussex. Excavations in the Roman Fort and Medieval Keep, 1993-95, Wessex Archaeology Report No. 26, Salisbury, Wessex Archaeology and University of Reading, 2011, p. 109-121.

Macphail R.I., Linderholm J., « Dark earth : recent studies of Dark earth and dark-earth-like microstratigraphy in England, UK », in Verslype L., Brulet R., Dark earth - Terres noires, Actes de la table ronde de Louvain-la-Neuve, Louvain-la-Neuve, Université catholique de Louvain, 2004, p. 35-42.

Macphail R.I., Crowther J., « Freeschool Lane and Vine Street, Leicester : soil micromorphology, chemistry and magnetic susceptibility », in Higgins T., Morris M., Stone D., Roman and Medieval Occupation within Leicester’s North-East Quarter : Excavations at Vine Street, Leicester (Highcross, Leicester) 2004 – 2006 SK 583 049, Unpublished report, Volume 2, Leicester, University of Leicester Archaeology Service, 2009, p. 507-527.

Macphail R.I., Goldberg P., « Archaeological Materials », in Stoops G., Mercelino V., Mees F., Interpretation of Micromorphological Features of Soil and Regolith, Amsterdam, Elsevier, 2010, p. 589-622.

Macphail R.I., Galinié H., Verhaeghe F., « A future for Dark Earth ? », Antiquity, no 77, 2003, p. 349-358.

Macphail R.I., Crowther J., Cruise G.M., « Microstratigraphy », in Bateman N., Cowan C., Wroe-Brown R., London’s Roman Amphitheatre : Guildhall Yard, City of London, London, MoLAS Monograph, no 35, 2008, p. 16, 95, 160-164.

Marliac A., « Des terres noires urbaines aux buttes anthropiques tropicales : l’archéologue en action », L’Anthropologie, no 106, 2002, p. 745-761.

Matthews W., The micromorphology of occupational sequences and the use of space in a Sumerian city, Ph.D. thesis, University of Cambridge, 1992.

Matthews W., French C.A.I., Lawrence T., Cutler D.F., Jones M.K., « Microstratigraphic traces of site formation processes and human activities », World Archaeology, no 29, 1997, p. 281-308.

McGowan G., Prangnell J., « The signifiance of vivianite in archaeological settings », Geoarchaeology, no 21, 2006, p. 93-111.

Mikkelsen J.H., « Laboratory method for determination of organic, inorganic and total phosphate », in Bulletin of the Archaeological Micromorphology Working Group, mars 1997, table ronde I : Micromorphology and Phosphate, Gand, 1997.

Nicosia C., Langohr R., Mees F., Arnoldus-Huyzendveld A., Bruttini J., Cantini F., « Medieval Dark Earth in an active alluvial setting from the Uffizi Gallery complex in Florence », Geoarchaeology, no 27, 2012, p. 105-122.

Noizet H., « Fabrique urbaine : a new concept in urban history and morphology », Urban Morphology, no 13(1), 2009, p. 55-66.

Noizet H., Robert S., Mirlou L., « Cartographie des crues centennales à Paris (1740, 1910) », in Beck C., Franckhomme M., Guizard-Duchamp F., Heude J., Zones humides et villes d’hier et d’aujourd’hui : des premières cités aux fronts d’eau contemporains, Revue du Nord, hors série collection histoire, no 26, 2011, p. 91-104.

Rosen A.M., Cities of clay, the geoarchaeology of tells, Chicago, The University of Chicago Press, 1986.

Schwien J.-J., Schneider N., Watton M.-D., « Le site naturel de Strasbourg et ses aménagements hydrographiques de l’Antiquité à l’époque moderne », Archéologie Médiévale, 28, 1998, p. 33-70.

Sidell E.J., « Dark Earth and obscured stratigraphy », in Huntley J.P., Stallibrass S., Taphonomy and Interpretation, Symposia of the Association for Environmental Archaeology, Oxford, Oxbow Books, 2000, p. 35-42.

Stoops G., Guidelines for analysis and interpretation of soil and regolith thin sections, Madison, Winsconsin, Soil Science Society of America, 2003.

Verslype L., Brulet R., Dark earth - Terres noires, Actes de la table ronde de Louvain-la-Neuve, Louvain-la-Neuve, Université catholique de Louvain, Centre de Recherches d’Archéologie Nationale, 2004.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Stratifications de terres noires. A : Bayeux, rue Franche (photo : G. Schütz, 2010, Service Départemental d’Archéologie du Calvados). B : Beauvais, la Chapelle (photo : Q. Borderie, 2007). C : Metz, Sainte-Chrétienne (photo : S. Augry, 2008, Institut National de Recherches Archéologiques Préventives). D : Evreux (photo : B. Guillot, 2001, Institut National de Recherches Archéologiques Préventives).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/22188/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 514k
Légende Fig. 2. Fonction des espaces, activités pratiquées et formation des terres noires. Les terres noires relèvent de processus de formations complexes, liés aux conditions du milieu (sec, humide, en intérieur ou non…) et surtout aux activités et aux modes d’occupation des espaces, donc aux actions qui en résultent. Ainsi, les espaces dans lesquels se forment des terres noires sont souvent voués à des fonctions multiples et variables au cours du temps.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/22188/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 123k
Légende Fig. 3. Exemples de microconstituants se trouvant dans les terres noires. Les terres noires sont riches en micro-constituants variés dont l’état et les assemblages permettent d’identifier les processus et activités liés à leur formation.A : Goutelette de plomb dans des cendres calcitiques (LPnA, Leicester Vine st.). B : Comme A en lumière incidente oblique avec le plomb (centre), l’oxyde de plomb “rouge” (périphérie) et les cendres contaminées (Thilo Rehren, UCL, comm. pers.). C : Cristal de vivianite (phosphate de fer) dans le pore d’un os (LPA, Noyon pl. A. Briand). D : Comme C en LPnA. E : Cristal de gypse (LPnA, Metz Sainte-Chrétienne). F : Pépin de raisin (LPnA, Noyon pl. A. Briand). G : Fragment d’os brûlé sur un lit de cendres calcitiques (LPA, Noyon sq. Grospiron). H : Comme G en LPnA.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/22188/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Légende Fig. 4. Carbone organique et calcaire total des terres noires. Les terres noires carbonatées, à droite, sont ici situées dans le Bassin de Paris. Les terres noires de Grande-Bretagne et de Belgique sont moins carbonatées. Les teneurs en carbone organique des terres noires sont supérieures à 10 g/kg et peuvent atteindre près de 25 g/kg. Les niveaux sous-jacents, constitutifs des occupations de la période romaine ou du substrat alluvial, ainsi que certains remblais, ont de faibles teneurs en carbone organique, ce qui les distinguent nettement des terres noires. 1 : Collège de France ; 2 : Metz Sainte-Chrétienne ; 3 : Beauvais Galerie nationale de la tapisserie ; 4 : Beauvais Cloître ; 5 : Beauvais Chapelle ; 6 : Noyon Evêché ; 7 : Bayeux Rue Franche ; 8 : Metz ZAC Amphithéâtre ; 9 : Noyon Square Grospiron ; 10 : Londres Ragoon Street ; 11 : Londres Southwark Street ; 12 : Londres Southwark Courage Brewery ; 13 : Londres Southwark Park Street ; 14 : Londres Jubilee Hall ; 15 : Florence Biblioteca ; 16 : Bruxelles Rue de Dinant ; 17 : Beauvais Galerie nationale de la tapisserie, remblais ; 18 : Noyon Cloître cathédral, remblais ; 19 : Metz Sainte-Chrétienne, dépôts romains ; 20 : Beauvais Chapelle, fosse romaine ; 21 : Metz ZAC Amphithéâtre, substrat alluvial ; 22 : Londres Jubilee Hall, plancher en terre ; 23 : Florence Biblioteca, substrat alluvial ; 24 : Bruxelles Rue de Dinant. D’après Macphail, 1994 ; Cammas, 2004 ; Devos et al., 2009 ; Borderie, 2011b ; Nicosia et al., 2012 ; Borderie, 2013 ; Augry et al., sous presse ; Borderie.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/22188/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 137k

Auteurs

Ingénieur chargé de recherche, Institut National de Recherches Archéologiques Préventives (INRAP Centre et Île-de-France), Unité Mixte de Recherche (UMR 5140) CNRS/Université Montpellier 3/Ministère de la Culture et de la Communication/INRAP (Archéologie des Sociétés Méditerranéennes – ASM), Lattes, France (cecilia.cammas@inrap.fr).

© CNRS Éditions, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site