Version classiqueVersion mobile

Quand Berlin pensait les peuples

 | 
Céline Trautmann-Waller

Première partie. Les institutions de la prééminence berlinoise ou comment devenir une capitale de l’ethnologie

Les premières années de la Société berlinoise d’anthropologie, d’ethnologie et de préhistoire et son intégration dans le paysage scientifique berlinois

Annette Lewerentz
Traduction de Edwige Brender

Texte intégral

1Pour retracer l’histoire des sciences anthropologique, ethnologique et préhistorique au xixe siècle et définir leur situation institutionnelle, il est important de rappeler brièvement la structure complexe du paysage scientifique. En ce qui concerne Berlin, il faut distinguer quatre types d’institutions qui participaient à l’organisation du champ scientifique : l’Académie, l’Université, les sociétés savantes et les musées. C’est dans ce cadre qu’il faut insérer la Société berlinoise d’anthropologie, d’ethnologie et de préhistoire (la BGAEU, Berliner Gesellschaft für Anthropologie, Ethnologie und Urgeschichte) qui fut fondée le 17 novembre 1869 par Rudolf Virchow, avant de montrer les évolutions qu’elle fit prendre aux domaines de recherche qu’elle représentait, c’est-à-dire la préhistoire et l’évolution de l’homme, l’histoire culturelle des peuples les plus divers dans autant de régions du monde que possible et les différentes étapes du développement de leurs cultures.

STRUCTURATION ET ORGANISATION DE LA SCIENCE À BERLIN : L’ACADÉMIE ROYALE DE PRUSSE ET L’UNIVERSITÉ DE BERLIN

  • 1 Voir C. Grau, Berühmte Wissenschaftsakademien. Von ihrem Entstehen und ihrem weltweiten Erfolg, Le (...)
  • 2 Voir A. Guttstadt, Die naturwissenschaftlichen und medizinischen Staatsanstalten Berlins. Festschr (...)
  • 3 Voir C. Grau, Berühmte Wissenschaftsakademien, op. cit., p. 10 sq. et 22 sq.
  • 4 Ces académies, principalement orientées vers les sciences et la médecine et fondées peu de temps a (...)
  • 5 W. v. Humboldt, « Über die innere und äußere Organisation der höheren wissenschaftlichen Anstalten (...)
  • 6 Voir H. Laitko, « Friedrich Althoff und die Wissenschaft in Berlin. Konturen einer Strategie », in (...)
  • 7 V. Cappeletti, « Alexander von Humboldt zwischen moderner und heutiger Wissenschaft », in H. Pohle(...)

2Avec la fondation en 1700 de la Société Princière des Sciences du Brandebourg (Kurfürstlich-Brandenburgische Sozietät der Wissenschaften), ou Académie Royale des Sciences de Prusse (Königlich-Preußische Akademie der Wissenschaften), furent jetées les bases sur lesquelles allait s’organiser la science à Berlin1. Son but était « la promotion et l’extension des sciences de la nature et de l’esprit, sans que ces activités [fussent] liées à un quelconque enseignement »2. L’Académie se divisait en quatre sections scientifiques et littéraires3. Alors que la plupart des académies avaient une orientation principalement scientifique, apparaissait pour la première fois à Berlin une académie qui réunissait les sciences et les lettres4. La position dominante de l’Académie au xviiie siècle fut affaiblie en 1810 par la fondation de l’Université de Berlin. Guillaume de Humboldt s’occupa alors de réorganiser l’Académie. Il voulait lier l’une à l’autre ces deux institutions de recherche et d’enseignement grâce à la collaboration de leurs membres ; en effet, « l’Université est étroitement liée à la vie pratique et aux besoins de l’État ; l’Académie en revanche ne s’occupe que de la science en soi. […]. Il faut donc préserver l’idée de l’Académie comme asile ultime et supérieur de la science […] tout académicien doit avoir le droit […] de dispenser un enseignement sans pour autant devenir membre de l’Université5 ». L’Académie devint donc un lieu de recherche6, tandis que l’idéal d’unité de l’enseignement et de la recherche tel que le concevaient les frères Humboldt était mis en pratique par l’Université, dont la vocation scientifique fut accentuée7.

  • 8 Voir M. Rasch, « Kommunalisierung, Regionalisierung und Konzentrierung. Aspekte preußischer Wissen (...)
  • 9 Voir A. W. Bauer, « Gesunder Leib und kranker Körper. Das sich wandelnde Bild vom Menschen in der (...)
  • 10 Sur ces développements, du point de vue de l’histoire culturelle, voir Häfner, Johann Gottfried He (...)
  • 11 C’est le ministre de l’Éducation et des Affaires culturelles de Prusse, Friedrich von Altenstein, (...)
  • 12 Sur le développement de la faculté de Philosophie grâce à Friedrich Althoff à partir de 1870, voir (...)
  • 13 R. Böckh (éd.), Statistisches Jahrbuch der Stadt Berlin, 5e année, Berlin, 1879, p. 206 ; ibid., 1 (...)
  • 14 Sur la fondation d’instituts de sciences, voir M. Baumgarten, Professoren und Universitäten im 19. (...)
  • 15 Sur le nombre d’étudiants à l’université de Berlin, voir R.-J. LiSchke, Friedrich Althoff und sein (...)
  • 16 Voir A. Wagner, « Die Entwicklung der Universität Berlin 1810-1896. Rektoratsrede 03.08.1896 », in (...)
  • 17 Voir H. Laitko, « Friedrich Althoff und die Wissenschaft in Berlin », op. cit., p. 69 sq.

3L’Université se mit progressivement en place à l’époque de la révolution méthodologique dans les sciences8 qui, vers 1850, se traduisit, en particulier, dans le domaine médical par l’apparition de la recherche expérimentale et par une nette prise de distance par rapport au vitalisme9. La fondation d’une nouvelle institution en cette période de grands bouleversements fut vraisemblablement particulièrement bénéfique à l’innovation et au passage des méthodes spéculatives de la philosophie de la nature à celles d’une science matérialiste10. Ces changements se reflètent dans la structure du personnel des différentes disciplines de l’Université. En 1810, les spécialistes de l’Antiquité et les philosophes étaient majoritaires dans les sections de philologie et d’histoire, tout comme dans les sections de mathématique et de science de la faculté de philosophie. Les quelques représentants des sciences de la nature de cette faculté venaient pour la plupart de l’Académie des sciences. Par la suite, les proportions changèrent : le nombre de nominations de professeurs de sciences à la faculté de philosophie, par exemple, s’accrût à partir du milieu du xixe siècle par rapport au nombre de nominations dans les facultés de théologie et de droit11, cependant que des chaires de lettres demeuraient vacantes. Globalement, le nombre de professeurs titulaires d’une chaire à la faculté de philosophie passa de 33 à 51 entre le premier semestre 1875 et le second semestre 190212. Ces statistiques rendent compte du poids que prirent les disciplines scientifiques à l’intérieur de la faculté de philosophie13. Le ministre des Affaires culturelles Paul Falk favorisa le développement des matières scientifiques14, mais cette promotion des sciences était aussi une conséquence de l’expansion économique et de l’accroissement de la population berlinoise. L’industrialisation et un nombre d’étudiants toujours croissant15 entraînèrent un développement du corps enseignant et générèrent de nouvelles spécialités16. On se rendit compte que la promotion de la connaissance scientifique pouvait être bénéfique au développement politique et économique de l’Empire et l’Université de Berlin acquit une place centrale dans le paysage universitaire allemand grâce à cette nouvelle valorisation des sciences17. La transformation de la ville en un centre scientifique majeur est donc étroitement liée au développement économique et aux évolutions politiques de cette époque.

  • 18 Voir R. J. Lischke, Friedrich Althoff, op. cit. (n. 16), p. 13 sq., 25 sq. et. 72 sq. ; W. Eckart, (...)
  • 19 Tous deux étaient membres de la BGAEU.
  • 20 Voir H. Herxheimer, « Die Entwicklung der medizinischen Fakultät der Friedrich Wilhelms-Universitä (...)
  • 21 Mentionnons tout particulièrement les travaux de pathologie et de paléopathologie de Rudolf Vircho (...)

4Le développement des sciences médicales à l’Université de Berlin18 s’inscrit dans ce contexte. Il eut pour conséquence la nomination à Berlin de médecins renommés, comme le physiologiste Emil Du Bois-Reymond en 1840 ou l’anatomiste Robert Hartmann en 186519. À la Charité, on créa des instituts universitaires spécialisés20 grâce auxquels Berlin devint un centre majeur pour la médecine. C’est de la médecine que provient la génération des fondateurs de la BGAEU, et leurs spécialités respectives influèrent sur l’orientation des recherches entreprises puisqu’ils développèrent par exemple la physiologie et la pathologie dans l’anthropologie somatique21.

LES SOCIÉTÉS SAVANTES

  • 22 Sur le passage de l’esprit encyclopédique généraliste à la spécialisation, voir M. Baumgarten, Pro (...)
  • 23 Voir J.-D. Bernal, Die Wissenschaft in der Geschichte, op. cit. (n. 10), p. 348 sq.
  • 24 Sur la situation sociale et médicale à Berlin vers 1850, voir V. Heß, « Zwischen Küche, Leichenhal (...)
  • 25 Voir O. Dann (éd.), Vereinswesen und bürgerliche Gesellschaft in Deutschland, (= Histor. Zeitschr. (...)
  • 26 Virchow s’exprima ainsi à propos de l’antisémitisme : « Elle [l’âme du peuple] est encore désempar (...)

5Les nouvelles méthodes de recherche exigeaient une différenciation au sein de l’entreprise scientifique22. À ceci s’ajoutait un intérêt nouveau pour des domaines encore inexplorés tel que l’histoire culturelle des pays extra-européens envisagée du point de vue anthropologique, mais jusqu’au milieu du xixe siècle, l’anthropologie n’était guère intégrée aux académies et aux universités et ces nouvelles recherches furent donc le fait des sociétés savantes. Avec la fondation de la BGAEU apparut l’une des premières unités de recherches d’Allemagne pour les disciplines anthropologiques. La bourgeoisie extérieure au monde de la recherche joua un rôle important dans la constitution de telles associations. Avec l’ascension économique du Reich allemand23 apparut en effet une bourgeoisie prospère et éclairée dont les intérêts intellectuels et sociaux couvraient des domaines très variés24, et étaient utiles et favorables aux sociétés savantes25. Ces associations, y compris la BGAEU, faisaient ainsi office de lieu de rencontre entre spécialistes et amateurs, autant du point de vue de l’échange scientifique que de la simple sociabilité. Certains des explorateurs de la BGAEU venaient de ces cercles d’entrepreneurs et de financiers, mais c’est surtout la contribution financière apportée par ce public cultivé qui jouait un rôle non négligeable. Parmi les mécènes qui soutenaient la BGAEU, le nombre de Juifs allemands était important, comme dans tous les domaines de la vie culturelle berlinoise à l’époque, et on comprendra aisément qu’à un moment où l’antisémitisme resurgissait avec une violence nouvelle26, il n’était pas indifférent pour ceux-ci d’encourager les recherches anthropologiques.

  • 27 Voir ZfE, 6 (1874), p. 151 (session de la BGAEU du 11-7-1874) ; ZfE, 7, 1875, p. 56 (session du 28 (...)
  • 28 Voir J. D. Bernal, Die Wissenschaft in der Geschichte, op. cit., (n. 10), p. 354 sq.
  • 29 Voir G. Göhler, « Liberalismus im 19. Jahrhundert – ein Überblick », in B. Heidenreich (éd.), Poli (...)
  • 30 Lettres relatives à la constitution de la DGAEU conservées aux archives de la BGAEU, année 1869 (c (...)

6L’expansion de certaines disciplines était parfois tributaire de savants non universitaires, et surtout d’enseignants ou d’ecclésiastiques. Partout à travers l’Empire allemand, des instituteurs et des professeurs rassemblaient dans leurs écoles des collections archéologiques et ethnologiques qu’ils utilisaient à des fins pédagogiques. Ils contribuèrent à faire connaître à un vaste public des disciplines telles que la préhistoire, l’histoire ancienne et l’ethnologie. Ainsi, le directeur du lycée de Poznan, Wilhelm Schwartz, recensa à partir de 1874 les différents champs de fouilles de la région de Poznan et chercha à promouvoir la préhistoire27. Le développement de la vie associative à partir du milieu du xixe siècle est donc autant une conséquence de cette vulgarisation que des efforts entrepris par les représentants des nouveaux domaines de recherche pour obtenir légitimité et reconnaissance28. En outre, sous l’influence des courants libéraux, l’enseignement évolua à la fin du xixe siècle et chercha à promouvoir l’autonomie de pensée29. Ces évolutions découlaient entre autres des nombreuses créations d’associations durant le xviiie siècle, à une époque où l’émancipation sociale et intellectuelle initiée par les Lumières était particulièrement marquante. C’est par exemple en 1733 qu’avait été fondée la Société des amis naturalistes de Berlin (Gesellschaft Naturforschender Freunde zu Berlin) à laquelle appartinrent certains des futurs fondateurs de la BGAEU, comme par exemple Rudolf Virchow, Alexander Braun, Ernst Beyrich, Christian Ehrenberg, Emil Du Bois-Reymond et Wilhelm Peters. Ces associations furent un facteur décisif dans le processus de différenciation, de délimitation et d’organisation des domaines de recherche, comme le montre l’exemple de la Société des médecins et naturalistes allemands. Fondée en 1822, elle incluait initialement un vaste ensemble de disciplines scientifiques et médicales, mais la tendance croissante à la spécialisation des associations explique qu’ait été exprimé assez rapidement le vœu de fonder une société allemande d’anthropologie, d’ethnologie et de préhistoire qui allait permettre à ces disciplines de se constituer en sciences autonomes. Ce sont donc des savants issus des cercles de la Société des médecins et naturalistes allemands, qui fondèrent la BGAEU ainsi qu’en 1870 la Société allemande d’anthropologie, d’ethnologie et de préhistoire (Deutsche Gesellschaft für Anthropologie, Ethnologie und Urgeschichte)30, la création de ces deux sociétés représentant une étape importante dans le développement des disciplines anthropologiques et donnant à la science allemande les moyens de rattraper son retard au niveau international.

7En résumé, les facteurs décisifs pour le développement des sociétés savantes furent la mutation sociale et la plus grande autonomie de pensée dues à l’Aufklärung et à ses efforts de libéralisation, l’amélioration de la situation économique et l’apparition d’une bourgeoisie éclairée. L’exemple de la BGAEU montre comment, à partir d’associations pluridisciplinaires, naquirent des sociétés spécialisées.

LA POLITIQUE SCIENTIFIQUE ET LES AIDES À LA RECHERCHE : FONDS PUBLICS ET FONDS PRIVÉS

  • 31 Sur les sociétés savantes et l’État, voir F. Schleiermacher, « Verhältnis wissenschaftlicher Verei (...)
  • 32 Voir A. Lewerentz, Forschungsprojekte und staatliche Förderung : Die Berliner Gesellschaft für Ant (...)
  • 33 Sur la situation financière du Reich à la fin du xixe siècle, voir M. Rasch, « Kommunalisierung, R (...)
  • 34 Voir J. Krocka (éd.), Bürgerkultur und Mäzenatentum im 19. Jahrhundert, Berlin, 1998 ; M. Frey, Ma (...)

8Quels atouts concrets possédait la BGAEU pour promouvoir les disciplines anthropologiques ? L’apparition et l’installation de nouvelles disciplines scientifiques dépend aussi des possibilités de financement. L’aide financière à la recherche provenait de l’État31 mais aussi, à la fin du xixe siècle, de mécènes privés. De 1872 à la Première guerre mondiale, la BGAEU perçut chaque année une subvention du ministère de l’Éducation et des Affaires culturelles de Prusse32. Ces recettes déclinèrent au fur et à mesure que se détériorait la situation économique du Reich à la fin du siècle33. Malgré l’industrialisation et l’apparition de nouveaux marchés, l’économie connut une période de crise de 1873 à 1879, puis à nouveau de1891 à 1894. À cette époque apparut un mécénat privé, de particuliers ou d’industriels, qui apporta son soutien aux sociétés et aux musées34. L’aide à la recherche, du fait des difficultés financières de l’État et du développement de ce type de mécénat, tendit donc à se déplacer vers les entreprises privées et les particuliers, si bien que la science s’éparpilla en diverses organisations et que la politique scientifique de l’État perdit de sa force et de sa portée. Les fondations devinrent si importantes dans le système d’aide à la recherche au xixe siècle qu’elles étendirent même leur influence au-delà des frontières européennes et financèrent différents projets à travers le monde.

9Les mécènes participaient activement à l’élaboration des projets et de la politique scientifique en siégeant dans les commissions directrices des fondations et en définissant explicitement l’usage qui devait être fait des fonds.

  • 35 Voir A. Lewerentz, Die Rudolf-Virchow-Stiftung der Berliner Gesellschaft für Anthropologie, Ethnol (...)

10En 1881, une fondation spécifique émana de la BGAEU, la fondation Rudolf Virchow (Rudolf-Virchow-Stiftung). Elle finança des fouilles, des expéditions, des acquisitions de collections et des publications. Les actes de la fondation témoignent de l’activité de la BGAEU jusqu’à la fin de la Première Guerre mondiale35. Les projets s’articulent souvent autour de directions de recherche qui furent votées sur des propositions de Rudolf Virchow, membre du conseil d’administration.

  • 36 Archives de la BGAEU (cote : BGAEU-ADE 62, BGAEU-ADE 65, BGAEU-PR 112).
  • 37 Compte-rendu de la réunion du comité directeur de la BGAEU le 13-02-1891 (cote : BGAEU-PK 14).
  • 38 Voir ZfE, 23 (1891), p. 326-329.
  • 39 Ibid., p. 328.
  • 40 Son prédécesseur, Gustav von Gossler, avait au contraire considéré la requête d’un œil favorable. (...)
  • 41 Voir archives de la BGAEU (cote : BGAEU-ADE 65) ; ZfE, 27 (1895), p. 418 sq.

11Il est particulièrement intéressant, pour se faire une idée de l’influence qu’eurent sur la délimitation des domaines de recherche la politique scientifique des sociétés savantes et le recul du financement public, d’examiner les mémoires présentés entre 1891 et 189436 par le comité directeur de la BGAEU au ministère des Affaires culturelles en vue de la fondation d’un musée national à Berlin37, destiné à des collections ethnologiques et archéologiques constituées d’objets trouvés en Allemagne38. Ce projet mettait l’accent sur le folklore, aspect jusqu’alors négligé de l’ethnologie. Berlin devait acquérir grâce à ce musée national une position dominante dans le réseau des musées allemands et dans l’étude du folklore39. En 1895, le ministre de l’Éducation et des Affaires culturelles Julius Bosse rejeta cette requête pour des raisons financières40, mais aussi parce qu’il ne voyait pas d’un bon œil les ambitions centralisatrices des musées de Berlin41 : le ministère n’était pas favorable à leur hégémonie sur les autres musées allemands ni à la transformation de la ville en centre de gravité de la politique scientifique.

LA GÉNÉRATION DES FONDATEURS DE LA BGAEU ET LE DÉVELOPPEMENT DE LEURS DISCIPLINES À BERLIN

  • 42 Furent par exemple tout à la fois membres de l’Académie des Sciences et membres fondateurs de la B (...)
  • 43 Liste des noms dans le compte-rendu de la première session de la BGAEU le 17-11-1869 (archives de (...)
  • 44 W. Waldeyer, « Nachruf auf Ernst Beyrich », ZfE, 28 (1896), p. 385. Beyrich était depuis 1841 Priv (...)
  • 45 Directeur du musée et du jardin botaniques.
  • 46 Nécrologie de H. Kiepert in ZfE, 31 (1899), p. 409.
  • 47 Historien et directeur des collections ethnographiques de 1829 à 1873.
  • 48 Sur Lazarus et Helmholtz, voir articles de presse dans les archives de la BGAEU, années 1894 et 18 (...)
  • 49 Fonds von Wetzstein conservé à la Staatsbibliothek de Berlin.
  • 50 Nécrologies dans les archives de la BGAEU, année 1899 (cote : BGAEU-PR 90).
  • 51 Voir la lettre de Ernst Friedel à la BGAEU datée du 17-11-1894, conservée dans les archives de la (...)
  • 52 G. Schwalbe, Vorlesungen über Geschichte der Medizin, op. cit. (n. 11), p. 135 sq. et 137 sq. ; R. (...)
  • 53 Voir K. Kramer, « Zur Geschichte der Physiologie », art. cité ; Th. Lenoir, Politik im Tempel der (...)
  • 54 Ibid. p. 11.

12À l’époque où fut fondée la BGAEU, l’Académie des Sciences et l’université de Berlin, en développant les sciences et la médecine, avaient posé les bases institutionnelles qui allaient permettre de faire naître de nouvelles disciplines scientifiques. On ne discerne pourtant encore aucune institutionnalisation des sciences anthropologiques dans le paysage scientifique de Berlin à cette époque. Leur introduction dans les institutions de recherche ne s’opéra que progressivement par l’intermédiaire de savants qui s’intéressaient à l’anthropologie et qui appartenaient d’ores et déjà à des institutions établies telles que l’Académie des Sciences, l’Université, les musées ou les associations. C’étaient le cas des fondateurs de la BGAEU42, parmi lesquels43 on peut citer Adolf Bastian, Heinrich Beyrich44, Emil Du Bois-Reymond, Alexander Braun45, Christian Ehrenberg, Robert Hartmann, Heinrich Kiepert46, Wilhelm Koner, Leopold von Lebedur47, Heinrich Magnus, Wilhelm Peters, Karl Reichert, Rudolf Virchow, Moritz Lazarus48 et Johann Wetzstein49. Exception faite de quelques spécialistes de géologie, de géographie, de physique, de botanique ou d’histoire, tous étaient médecins. Ce sont le développement de la médecine à l’Université au milieu du xixe siècle et le très grand nombre de nominations dans cette spécialité qui expliquent que le cercle des membres fondateurs de la BGAEU compte autant de médecins. Les membres du comité directeur de la première génération de la BGAEU étaient chacun responsable d’un domaine particulier : Bastian avait en charge l’ethnographie et la psychologie des peuples, Beyrich la paléontologie, Braun la botanique, Hartmann la zoologie et l’anatomie, Koner et Kiepert la cartographie et la géographie, Steinthal la linguistique comparée et la psychologie50, Virchow l’anthropologie et la préhistoire51. Ce large spectre de spécialités constituait la base qui allait permettre à la BGAEU de mener des recherches interdisciplinaires, mais cohérentes et unifiées. Ces savants étaient tous des représentants d’une science en mutation qui, depuis le début du xixe siècle, abandonnait les conceptions romantiques de la philosophie de la nature au profit d’un empirisme méthodique52. Ainsi, Emil Du Bois-Reymond fut l’un des initiateurs du matérialisme scientifique et combattit la philosophie de la nature et le vitalisme53. Selon lui, « une philosophie de la nature erronée tenait les chaires et s’était immiscée jusque dans les académies ; la spéculation avait chassé l’induction des laboratoires54 ».

13Dans le domaine de la physiologie, Du Bois-Reymond prône l’induction et applique des méthodes empruntées à la physique. Il réduit ce que le vitalisme appelait alors le principe vital à un ensemble de processus physico-chimiques ayant lieu dans l’organisme.

  • 55 Sur les services rendus par Bastian à la BGAEU, voir les archives de la BGAEU (cote : BGAEU-PR 3).
  • 56 Lettre de Bastian à von Neumayer, écrite à Montego-Bey et datée du 02-09-1904, conservée aux archi (...)

14Adolf Bastian55 plaidait lui aussi pour les sciences et pour l’induction et combattait les spéculations philosophiques. En 1904, il écrivit au géophysicien Georg von Neumayer : « […] la méthode naturaliste, qui s’est révélée exacte et fiable, devra être utilisée aussi dans les domaines de la philosophie, des lettres et des sciences humaines, […]. […] aucun obstacle ne mettra de frein à l’avancée triomphale de l’induction56. »

  • 57 Voir A. Bastian, « Über ethnologische Einteilungen », ZfE, 3 (1871), p. 1-18 ; « Ethnologie und ve (...)

15Bastian essaya d’appliquer ces méthodes dans ses recherches ethnologiques et de les mettre en relation avec le développement de l’humanité du point de vue de la géographie et du point de vue de la psychologie et de l’histoire culturelles57.

16Tous les membres fondateurs de la BGAEU s’intéressaient à bien d’autres domaines que leur spécialité médicale d’origine, ce qui renforça l’aspect interdisciplinaire des études anthropologiques, ethnographiques et archéologiques.

L’INFLUENCE DE LA BGAEU SUR LA POLITIQUE ET LES INSTITUTIONS

  • 58 Sur Virchow politicien, voir C. Goschler, « Rudolf Virchow und die deutsche Politik : Vom gescheit (...)
  • 59 Voir N. Andernach, « Der Einfluß der Parteien auf das Hochschulwesen in Preußen 18481918 », in O. (...)
  • 60 R. Virchow, « Die Gründung der Berliner Universität und der Übergang aus dem philosophischen in da (...)

17Dans la définition et l’établissement des domaines de recherche de la BGAEU, Virchow joua un rôle particulièrement important en tant que conseiller municipal de Berlin et membre du Reichstag58. Il appartenait également à la commission parlementaire responsable du budget pour l’enseignement supérieur, l’art et les sciences et favorisa, à ce titre, le développement de l’Université59. En 1893, il soulignait l’importance des équipements destinés aux scientifiques : « L’idée s’est imposée que les sciences ne peuvent se concevoir qu’en rapport direct avec la nature elle-même et que pour établir un lien durable entre la science et son objet concret, il est nécessaire d’avoir à sa disposition toutes sortes d’installations : des musées, des collections, des laboratoires, des instituts60. »

  • 61 Sur la science et le Kulturkampf voir H. Lübbe, « Wissenschaft und Weltanschauung. Ideenpolitische (...)
  • 62 Voir E. Müsebeck, Das Preussische Kultusministerium, op. cit.

18Au cours des débats au Parlement, il joua dans les années 1870 un rôle déterminant dans le Kulturkampf61 et défendit la validité de découvertes scientifiques contraires aux dogmes des Églises. À la lumière de certains documents des archives de la BGAEU et des archives secrètes de l’État de Prusse à Berlin, il est évident que Virchow sut utiliser son influence auprès des ministères pour œuvrer en faveur du développement des disciplines anthropologiques. Parmi les ministères les plus impliqués, on trouve le ministère des Cultes, de l’Enseignement et de la Médecine et la section coloniale du ministère des Affaires étrangères62.

  • 63 Voir Th. Lenoir, Politik im Tempel der Wissenschaft, op. cit., p. 38 sq. et 113 sq.

19Chaque branche de la BGAEU recevait des fonds de l’autorité étatique compétente dans son domaine de recherche : le ministère des Affaires culturelles subventionnait la préhistoire, la protection du patrimoine, l’histoire de la culture nationale et la mise en place du Musée ethnologique. La section coloniale du ministère des Affaires étrangères et le ministère de la Marine accordaient des subventions spécifiques à l’anthropologie culturelle et physique extra-européenne et à la collecte de données anthropologiques dans les pays nouvellement conquis. Les ministères attendaient bien évidemment des retombées bénéfiques de ces subventions. En règle générale, la volonté de l’État de promouvoir les sciences n’avait fait que croître depuis le milieu du xixe siècle, car il avait reconnu l’utilité potentielle des résultats scientifiques pour l’économie63. Mais dans le cadre de la colonisation, à partir des années 1890, les connaissances médicales ayant trait aux possibilités d’acclimatation devinrent particulièrement intéressantes dans la perspective de l’installation de colons allemands dans des contrées lointaines. Virchow fit de cette question un axe majeur de ses recherches à partir de 1885 et écrivit cette même année, à propos de la jonction entre science et politique coloniale : « Les sciences vont devoir s’efforcer de travailler dans les directions voulues par l’évolution effective de notre commerce et de notre politique afin qu’il ne puisse être dit que nous sommes incapables de répondre aux attentes et de résoudre les problèmes qui nous sont posés. Partant de ce principe, j’ai mis à notre programme la question de l’acclimatation. »

  • 64 Voir K. H. Ciz, Robert Hartmann (1831-1893). Mitbegründer der deutschen Ethnologie, Gelsenkirchen, (...)
  • 65 Voir A. Zimmerman, « Geschichtslose und schriftlose Völker in Spreeathen. Anthropologie als Kritik (...)
  • 66 Voir actes de la BGAEU, ZfE, 4 (1872), p. 194-195.

20Les études d’histoire culturelle portant sur des civilisations extra-européennes rendirent les disciplines anthropologiques de plus en plus importantes64. Si, jusqu’au xixe siècle, l’étude de l’Antiquité classique était demeurée la pierre angulaire de l’idéal culturel hérité de l’humanisme, désormais, les recherches anthropologiques et ethnographiques extra-européennes allaient donner une vision élargie et globale des cultures humaines et mettre fin à l’intérêt exclusif pour les cultures européennes depuis l’Antiquité. La BGAEU critiqua la tradition de l’enseignement et de la culture humanistes classiques qui accordait une place excessive aux matières littéraires65. L’histoire s’appuyait sur des sources, l’anthropologie, au contraire, s’appuyait sur des faits. On perçoit ici l’orientation matérialiste de la recherche au xixe siècle, dont relève aussi, dans les cas de l’anthropologie et de l’ethnologie, la volonté de réunir de vastes collections d’objets et de faits66.

ANTHROPOLOGIE

  • 67 Voir L. Schott, « Zur Geschichte der Anthropologie an der Berliner Universität », Wissenschaftlich (...)
  • 68 Voir Archives de l’Université Humboldt, Berlin (cote : Phil. P 6 VI Bl. 126 ; Phil. P 6 VI Bl. 127 (...)
  • 69 Voir Archives de l’Université Humboldt, Berlin (cote : Phil. P 3 X Bl. 140 ; Phil. P 3 XII Bl. 50) (...)

21La fondation de la BGAEU permit à la recherche en anthropologie de se développer en Allemagne alors même qu’il n’y avait pas d’anthropologues faute d’unités de recherche. À partir des années 1870, des membres de la BGAEU tels que Gustav Fritsch, Karl Reichert, Virchow ou Hartmann assurèrent des cours d’anthropologie pour les départements de médecine et de géographie de l’université de Berlin67. En 1892, le médecin Felix von Luschan demanda à la faculté de philosophie de créer une bibliothèque d’anthropologie, ce qui fut refusé, car l’organisation des cours d’anthropologie restait problématique68. Ce n’est qu’en 1900 que von Luschan fut nommé à l’université, d’abord à titre extraordinaire, avant de devenir en 1909 titulaire d’une chaire d’anthropologie69.

  • 70 Voir A. Te Heesen, E.C. Spary, « Sammeln als Wissen », in A. Te Heesen, E.C. SPARY (éd.), Sammeln (...)
  • 71 Voir R. Virchow : ZfE 17 (1885), p. 99-102 et 542.
  • 72 Propositions de la BGAEU pour des enquêtes de la Marine ; voir ZfE, 4 (1872), p. 329-356.

22D’un point de vue méthodologique, l’anthropologie du xixe siècle menait ses recherches sur des êtres vivants et des squelettes mais s’appuyait également sur des collections d’objets et sur l’exploitation statistique de masses de données considérables70. Elle s’employait aussi à mettre au point des procédures standardisées en anthropométrie et un classement systématique des caractéristiques somatiques des êtres humains. Par là, Virchow essayait de créer des normes pour l’anthropométrie afin de pouvoir en dégager des résultats scientifiquement exploitables. En 1885, il rédigea pour les explorateurs un guide des procédures à suivre lors des relevés anthropologiques71. Dès 1872, la BGAEU avait fourni un ouvrage du même type à la marine allemande72. Malgré cette phase très active de collecte de données au xixe siècle, surtout grâce à la craniologie qui était cependant de nature essentiellement descriptive et dont les résultats étaient exploités de façon assez peu scientifique, ce n’est qu’au xxe siècle que se définirent et s’imposèrent réellement les domaines de recherches spécifiques de l’anthropologie.

ETHNOLOGIE

  • 73 Voir S. Westphal-Hellbusch, « Hundert Jahre Ethnologie in Berlin, unter besonderer Berücksichtigun (...)
  • 74 A. Bastian, « Ethnologische Erörterung », ZfE, 9 (1877), p. 188.

23C’est Bastian qui joua un rôle déterminant dans le développement de l’ethnologie à Berlin73. Il plaida pour la reconnaissance de l’ethnologie comme science et écrivit en 1877 : « […] je me suis permis de souligner la position anormale qu’occupe l’ethnologie dans les rangs de nos sciences. Il y a peu de temps encore, on allait d’ailleurs jusqu’à lui refuser catégoriquement le statut de science […]. […] peut-être l’ethnologie n’est-elle pas encore une science, peut-être ne jouit-elle pas encore, tant elle est jeune et imparfaite, de la reconnaissance accordée aux autres sciences, mais ce qui est sûr, c’est qu’elle deviendra une science, une science plus efficace que n’importe quelle autre, puisque, directement ou directement, à plus ou moins grande échelle, elle aura à couvrir l’ensemble du domaine de l’humain74. »

  • 75 Bastian présida la BGAEU de 1872 à 1905 en alternance avec Rudolf Virchow. Sur la fondation du mus (...)
  • 76 Reichert, membre de la BGAEU, dressa le catalogue des collections ethnologiques. Voir ZfE, 12 (188 (...)
  • 77 C’est-à-dire, jusqu’en 1888 : Bastian, Virchow et Jagor (suppléants : Hartmann, Koner, Reiss et We (...)

24Par le soutien actif qu’il apporta au projet de fondation du Musée ethnologique de Berlin en 187375, Bastian entendait contribuer à l’établissement de l’ethnologie comme science autonome, et il est vrai que ce musée, dont Bastian fut le directeur de 1886 à 1905, représenta la première institutionnalisation de l’ethnologie à Berlin76. La BGAEU fut associée à l’élaboration de la politique scientifique du musée puisque, à partir de 1885, l’empereur nomma régulièrement une commission d’experts responsables du musée, qui était constituée de membres du comité directeur de la BGAEU77.

  • 78 Voir L. Schott, « Geschichte der Anthropologie an der Berliner Universität », op. cit., p. 57.
  • 79 Voir M. Hog, Ziele und Konzeptionen der Völkerkundemuseen, op. cit. (n. 77), p. 14. De 1920 à 1933 (...)
  • 80 Voir H. Pfeil, Ethnologie und Völkerkundemuseen. Ein Beitrag zur museumsethnologischen Diskussion, (...)

25Il n’était pourtant pas question, au xixe siècle, de doter l’université d’un institut d’ethnologie indépendant. Certes, à partir de 1866 Bastian dispensa des cours d’ethnologie et obtint une chaire en 187178, mais ses cours étaient toujours rattachés aux cursus de géographie, d’histoire, de botanique ou de zoologie. À l’opposé de cette intégration très lente de l’ethnologie dans l’université, le Musée ethnologique, dont Bastian voulait faire un véritable institut de recherche79, apporta un important soutien aux recherches dans ce domaine. S’il y avait donc bien en la personne de Bastian des liens étroits entre le musée et l’université, sa volonté d’utiliser avant tout le musée comme centre de recherche contribua finalement à entraver le développement de l’ethnologie à l’université. Cette volonté de faire du musée un lieu de recherche scientifique80 se retrouve également dans la distinction entre une collection exposée pour le grand public et en une collection d’étude réservée aux chercheurs.

ARCHÉOLOGIE PRÉHISTORIQUE

  • 81 Voir R. Virchow : ZfE, 12 (1880), p. 262.

26Grâce aux fouilles archéologiques, on entreprit d’étudier le développement de l’espèce humaine et les modes de vie propres à différentes cultures, à différentes régions et à différents âges de l’humanité. Chronologiquement, on appelait Urgeschichte au xixe siècle la première phase de l’existence de l’humanité telle que les découvertes archéologiques permettaient de la reconstituer. On prétendait appliquer à la préhistoire une méthode purement scientifique, ce que Virchow expliqua comme suit en 1880 : « Dans le domaine de la préhistoire les méthodes de recherche sont par nature beaucoup plus proches de celles des sciences que de celles de la philosophie ou de l’histoire, et bien que la préhistoire ne soit évidemment pas concevable sans liens étroits avec ces deux disciplines, il faut qu’elle emploie d’autres moyens que les leurs pour parvenir à des résultats81. »

  • 82 Voir H. Gummel, Forschungsgeschichte in Deutschland, Berlin, 1938, p. 209 sq. ; C. Andree, Rudolf (...)
  • 83 ZfE, 5 (1873), p. 10 sq. Textes conservés aux archives de la BGAEU (cote : BGAEU-ADE 19).
  • 84 Sur l’entretien des monuments historiques par le ministère de l’Éducation et des Affaires culturel (...)

27À partir des années 1860, Virchow contribua à l’avancement des travaux en préhistoire en subventionnant les fouilles et la constitution de collections archéologiques82. À Berlin, le Musée ethnologique se dota d’une section exclusivement consacrée à la préhistoire où furent réunis des objets qui provenaient pour partie des collections de la BGAEU. La préhistoire s’institutionnalisa donc d’abord par le biais d’organismes tels que les musées et la BGAEU. Mais le xixe siècle manquait de savants ayant reçu une réelle formation de préhistoriens ; jusqu’en 1906, c’est par exemple un médecin versé dans l’archéologie, Albert Voß, qui géra les collections préhistoriques du Musée ethnologique. Dans ce domaine l’aide à la recherche était assurée en ce qui concerne les fonds publics par le ministère de l’Éducation et des Affaires culturelles qui envoyait régulièrement à la BGAEU des rapports sur de nouvelles fouilles et qui, à partir de 1872, émit des décrets visant à protéger les champs de fouilles et les objets archéologiques83. On voit donc s’esquisser ici une politique de protection du patrimoine qui, cependant, n’eut pas de bases légales en Prusse avant 191484.

  • 85 Voir E. Dubois, « Pithecanthropus erectus, betrachtet als eine menschenähnliche Übergangsform in d (...)
  • 86 Il s’agit du « système des trois périodes » développé au xixe siècle.

28Les différentes disciplines de la BGAEU se développèrent et s’institutionnalisèrent dans la seconde moitié du xixe siècle. Globalement, ce nouvel intérêt pour les disciplines anthropologiques coïncida avec la phase de mutation méthodologique dans les sciences exactes, qui s’organisaient alors en un ensemble nettement séparé de celui des lettres. Il se produisit dans le paysage scientifique berlinois un bouleversement des disciplines et des institutions dont les causes appartenaient au domaine de l’économie, de la vie sociale et de la politique en matière d’éducation. C’est ainsi que la fondation de l’Université en 1810 suscita une réorganisation des sciences, l’Académie des Sciences, qui existait depuis 1700, se cantonnant à la recherche cependant que l’Université se fixait pour but de réaliser l’unité de l’enseignement et de la recherche. L’abandon par les sciences et la médecine du système de pensée fondé sur la philosophie de la nature au profit du matérialisme, mais aussi la croissance économique de l’Empire allemand grâce à l’industrialisation et à la conquête de nouveaux marchés à l’étranger incitèrent à accorder une place prépondérante aux sciences. Grâce à la prospérité économique se constitua une classe bourgeoise aisée et cultivée qui, durant la seconde moitié du xixe siècle, se tourna vers les sociétés savantes de plus en plus nombreuses à cette époque. Cet intérêt s’exprima notamment par des dons et la création de fondations. Les financements des fondations et le choix des projets revinrent à des scientifiques et à des mécènes privés, si bien que la politique d’orientation de la recherche ne dépendait plus seulement de l’État mais également de particuliers. On voit apparaître dans ce domaine quelques axes de recherche déterminants, comme le montre le cas de la fondation Rudolf-Virchow. Virchow y fit organiser des voyages d’étude en Asie du Sud-Est pour résoudre des questions relatives à la genèse de l’espèce humaine, après que l’anatomiste Marie Eugène Dubois avait découvert en 1891 sur l’île de Java des ossements fossilisés qu’il pensait être ceux d’un hominidé, le pithécanthrope, constituant le chaînon intermédiaire entre l’homme et ses ancêtres simiesques. Cette découverte avait suscité de vives discussions sur l’évolution de l’homme85. Le choix des projets de recherche en préhistoire s’opérait selon des principes semblables. On chercha tout d’abord à délimiter les âges de pierre, du bronze et du fer en comparant des objets préhistoriques86, puis à définir les aires géographiques où s’était développée l’humanité à ces différents stades. Jusqu’à la mort de Virchow, l’accent fut donc mis sur l’exploration de gisements archéologiques paléolithiques, ce qui s’inscrivait dans le cadre plus large des recherches sur la genèse de l’espèce humaine inspirées par le darwinisme. S’attachant à comparer les objets de peuplades préhistoriques et de peuplades plus récentes, Virchow envisageait l’histoire culturelle sous un angle évolutionniste et comparait ces peuples sans guère tenir compte des localisations géographiques, des conditions de vie ni des laps de temps parfois considérables qui les séparaient.

29Il apparaît donc que le développement des disciplines anthropologiques eut lieu grâce à l’activité des sociétés savantes, laquelle fut facilitée dans le cas de la BGAEU par les relations personnelles qu’entretenaient les médecins et les scientifiques de l’Académie des Sciences, de l’Université et des musées. L’exemple de la BGAEU montre que les différentes branches de l’anthropologie étaient au départ étroitement imbriquées ; cette interdisciplinarité était méthodologiquement justifiée par la nécessité d’entreprendre dans un premier temps de vastes collectes de données et d’objets relatifs à la question de la genèse biologique de l’espèce humaine. Néanmoins, le manque de standardisation des modes de collecte des données à l’époque où se fixèrent ces différentes disciplines rendit par la suite leur exploitation scientifique difficile. Les comptes rendus de la BGAEU, publiés dans la Revue d’ethnologie (Zeitschrift für Ethnologie) étaient par conséquent plus descriptifs qu’analytiques. La BGAEU tenta de remédier à cela en développement des procédures standardisées de relevé des données anthropologiques. L’accroissement des collections d’objets et l’extension de la masse des connaissances dans les domaines de la chronologie, de l’histoire culturelle et de la biogénétique rendirent nécessaires une différenciation et une spécialisation de l’ethnologie, de l’anthropologie et de la préhistoire. Après le stade des sociétés savantes, les différentes disciplines de l’anthropologie se constituèrent, grâce aux musées, en unités de recherche, puis en véritables instituts universitaires.

30Berlin

Notes

1 Voir C. Grau, Berühmte Wissenschaftsakademien. Von ihrem Entstehen und ihrem weltweiten Erfolg, Leipzig, 1988, p. 45 sq. et 73 sq.

2 Voir A. Guttstadt, Die naturwissenschaftlichen und medizinischen Staatsanstalten Berlins. Festschrift für die 59. Versammlung deutscher Naturforscher und Ärzte, édité à l’initiative de G. V. Gossler, Berlin, 1886, p. 1.

3 Voir C. Grau, Berühmte Wissenschaftsakademien, op. cit., p. 10 sq. et 22 sq.

4 Ces académies, principalement orientées vers les sciences et la médecine et fondées peu de temps auparavant, étaient l’Academia Naturae Curiosorum (Leopoldina) à Schweinfurth (1652), la Royal Society à Londres (1662) et l’Académie des sciences à Paris (1666).

5 W. v. Humboldt, « Über die innere und äußere Organisation der höheren wissenschaftlichen Anstalten in Berlin » [unvollendete Denkschrift 1810], in E. Anrich, Die Idee der deutschen Universität, Darmstadt, 1964, p. 375-386 (citation p. 384). Sur le lien entre l’Université et l’État voir P. Schiera, « Das Politische der Deutschen Wissenschaft », in C. König, E. Lämmert (éd.), Konkurrenten in der Fakultät. Kultur, Wissen und Universität um 1900, Francfort, 1999, p. 163-180 (p. 164).

6 Voir H. Laitko, « Friedrich Althoff und die Wissenschaft in Berlin. Konturen einer Strategie », in B. v. Brocke (éd.), Wissenschaftsgeschichte und Wissenschaftspolitik im Industriezeitalter. Das « System Althoff » in historischer Perspektive, Hildesheim, 1991, p. 69-85 (p. 84).

7 V. Cappeletti, « Alexander von Humboldt zwischen moderner und heutiger Wissenschaft », in H. Pohle, G. Mahr (éd.), Festschrift zum hundertjährigen Bestehen der Berliner Gesellschaft für Anthropologie, Ethnologie und Urgeschichte 1869-1969, vol. 1 : Fachhistorische Beiträge, Berlin, 1969, p. 189 sq. Pour la comparaison entre la recherche scientifique en France et en Allemagne, et sur la position anti-vitaliste de Cuvier, voir R. Virchow, Goethe als Naturforscher und in besonderer Beziehung auf Schiller, Berlin, 1861, p. 126 sq. Sur la science allemande au xixe siècle, voir M. Schalenberg (éd.), Kulturtransfer im 19. Jahrhundert, Berlin, 1998, p. 109 sq ; R. Stichweh, « Wissenschaftliche Disziplinen. Bedingungen ihrer Stabilität im 19. und 20. Jahrhundert », in J. Schriewer, E. Keiner, Chr. Charle (éd.), Sozialer Raum und akademische Kulturen, Francfort/ Main, 1993, p. 235-250 (p. 239 sq.).

8 Voir M. Rasch, « Kommunalisierung, Regionalisierung und Konzentrierung. Aspekte preußischer Wissenschaftspolitik unter Friedrich Althoff und seinen Nachfolgern », in B.v. Brocke, Wissenschaftsgeschichte und Wissenschaftspolitik, op. cit., p. 113. Voir aussi R. v. Bruch, Wissenschaft, Politik und öffentliche Meinung. Gelehrtenpolitik im Wilhelminischen Deutschland (= Historische Studien, H. 435), Husum, 1980, p. 92 sq.

9 Voir A. W. Bauer, « Gesunder Leib und kranker Körper. Das sich wandelnde Bild vom Menschen in der Geschichte der Medizin und sein Beitrag zur Philosophie der Biowissenschaften », in G. Maio, V. Roelcke (éd.), Medizin und Kultur. Ärztliches Denken und Handeln im Dialog zwischen Natur- und Geisteswissenschaften. Festschrift D. v. Engelhardt, Stuttgart / New York, 2001, p. 77-95 (p. 83 sq. et 88 sq.). Sur le passage de l’histoire naturelle aux sciences naturelles, voir R. G. Mazzolini, Politisch-biologische Analogien im Frühwerk Rudolf Virchows, Marburg, 1988. Sur la médecine scientifique, voir J. D. Bernal, Die Wissenschaft in der Geschichte, Berlin, 1967, p. 363 sq. et 424 ; V. Cappelletti, Rudolf Virchow und Alexander von Humboldt. Eine Gedächtnisrede (= Mitt. Berliner Ges. Anthr., 4 H. 1, 1971-1973), p. 41 sq. ; R. Virchow, « Die Gründung der Berliner Universität und der Übergang aus dem philosophischen in das naturwissenschaftliche Zeitalter. Rektoratsrede 03.08.1893 », in W. Weischedel, Idee und Wirklichkeit einer Universität. Dokumente zur Geschichte der Friedrich-Wilhelms-Universität zu Berlin, Berlin, 1960, p. 416 sq.

10 Sur ces développements, du point de vue de l’histoire culturelle, voir Häfner, Johann Gottfried Herders Kulturentstehungslehre. Studien zu den Quellen und zur Methode seines Geschichtsdenkens (= Studien zum 18. Jahrhundert, vol. 19), Hambourg, 1995 ; G. Schwalbe, Vorlesungen über Geschichte der Medizin (3e éd.), Iéna, 1920, p. 123 sq. et 134 sq. ; R. Siebeck, « Ansätze und Entwicklung der modernen naturwissenschaftlichen Medizin in den Berliner Universitätskliniken seit der Mitte des vorigen Jahrhunderts bis zur Gegenwart », in H. Leussink, E. Neumann, G. Kotowski (éd.), Studium Berolinense. Gedenkschrift der westdeutschen Rektorenkonferenz und der FU-Berlin zur 150. Wiederkehr des Gründungsjahres der FriedrichWilhelms-Universität zu Berlin, Berlin, 1960, p. 312-321 sq. Sur trois chercheurs importants de l’université de Berlin, Emil Du Bois-Reymond, Hermann von Helmholtz, Emil Fischer, voir Beiträge zur Geschichte der Humboldt-Universität zu Berlin 22, 1989, p. 26 sq.

11 C’est le ministre de l’Éducation et des Affaires culturelles de Prusse, Friedrich von Altenstein, qui a favorisé le développement des sciences à l’Université de Berlin. Voir la lettre de E. Du Bois-Reymond au médecin Johannes Schulze, datée de 1849, in M. Stürzbecher, « Deutsche Ärztebriefe des 19. Jahrhunderts », in W. Treue (éd.), Quellensammlung zur Kulturgeschichte des 19. Jahrhunderts, Göttingen / Francfort / Zurich, 1975, p. 69.

12 Sur le développement de la faculté de Philosophie grâce à Friedrich Althoff à partir de 1870, voir B. Boschan, « In dubiis libertas ? Die Entwicklung der Philosophischen Fakultät der Berliner Universität im Zeitraum 1870-1900 und Friedrich Althoff », in B. v. Brocke, Wissenschaftsgeschichte und Wissenschaftspolitik, op. cit., p. 267-285.

13 R. Böckh (éd.), Statistisches Jahrbuch der Stadt Berlin, 5e année, Berlin, 1879, p. 206 ; ibid., 13e année, Berlin, 1885, p. 320 ; ibid., 23e année, Berlin, 1895, p. 463 ; E. Hirschberg (éd.) : ibid., 27e année, Berlin, 1903, p. 553.

14 Sur la fondation d’instituts de sciences, voir M. Baumgarten, Professoren und Universitäten im 19. Jahrhundert (= Kritische Studien zur Geschichtswissenschaft 121), Göttingen, 1997, p. 282-286 et G. Mann, « Geschichte als Wissenschaft und Wissenschaftsgeschichte bei Du Bois-Reymond », in G. Mann (éd.), Naturwissenschaften und Erkenntnis im 19. Jahrhundert : Emil Du Bois-Reymond, Hildesheim, 1981, p. 149-172 (p. 153).

15 Sur le nombre d’étudiants à l’université de Berlin, voir R.-J. LiSchke, Friedrich Althoff und sein Beitrag zur Entwicklung des Berliner Wissenschaftssystems an der Wende vom 19. zum 20. Jahrhundert, Berlin, 1990, p. 117, n. 4.

16 Voir A. Wagner, « Die Entwicklung der Universität Berlin 1810-1896. Rektoratsrede 03.08.1896 », in W. Weischedel, Idee und Wirklichkeit. einer Universität, op. cit., p. 430-440.

17 Voir H. Laitko, « Friedrich Althoff und die Wissenschaft in Berlin », op. cit., p. 69 sq.

18 Voir R. J. Lischke, Friedrich Althoff, op. cit. (n. 16), p. 13 sq., 25 sq. et. 72 sq. ; W. Eckart, « Friedrich Althoff und die Medizin », in B. v. Brocke, Wissenschaftsgeschichte und Wissenschaftspolitik, op. cit., (n. 7), p. 375 sq. À la fin du xixe siècle, Friedrich Althoff favorisa le développement de la médecine en tant que discipline universitaire.

19 Tous deux étaient membres de la BGAEU.

20 Voir H. Herxheimer, « Die Entwicklung der medizinischen Fakultät der Friedrich Wilhelms-Universität zu Berlin seit 1810 », in H. Leussink, E. Neumann, G. Kotowski (éd.), Studium Berolinense, op. cit., Berlin, 1960, pp. 205-211 ; K. Kramer, « Zur Geschichte der Physiologie an der Friedrich-Wilhelms-Universität », ibid., p. 219-232 ; R. Siebeck, « Ansätze und Entwicklung der modernen naturwissenschaftlichen Medizin in den Berliner Universitätskliniken seit der Mitte des vorigen Jahrhunderts bis zur Gegenwart », ibid., p. 312-321. Sur la Charité, voir les articles de presse du 21-7-1895 dans les archives de la BGAEU (cote : BGAEU-PR 41).

21 Mentionnons tout particulièrement les travaux de pathologie et de paléopathologie de Rudolf Virchow.

22 Sur le passage de l’esprit encyclopédique généraliste à la spécialisation, voir M. Baumgarten, Professoren und Universitäten im 19. Jahrhundert, (n. 15). Sur l’organisation de la science, voir C. Grau, Berühmte Wissenschaftsakademien, op. cit. (n. 2), p. 228 sq.

23 Voir J.-D. Bernal, Die Wissenschaft in der Geschichte, op. cit. (n. 10), p. 348 sq.

24 Sur la situation sociale et médicale à Berlin vers 1850, voir V. Heß, « Zwischen Küche, Leichenhalle und Labor », in G. Saherwala, Th. Schnalke, et al. (éd.), Zwischen Charité und Reichstag. Rudolf Virchow. Mediziner, Sammler, Politiker, Berlin, 2002, p. 75-83 (notamment p. 77 sq.).

25 Voir O. Dann (éd.), Vereinswesen und bürgerliche Gesellschaft in Deutschland, (= Histor. Zeitschr. Beih. 9), Munich, 1984, p. 6 sq. Correspondance des membres de ces sociétés dans les archives de la Bgaeu (cote : BGAEU-MIT).

26 Virchow s’exprima ainsi à propos de l’antisémitisme : « Elle [l’âme du peuple] est encore désemparée par le mystère de l’antisémitisme dont personne ne comprend qu’il resurgisse en ces temps d’égalité des droits, et qui pourtant, et peut-être justement pour cette raison, exerce une véritable fascination sur la jeunesse intellectuelle ». R. Virchow, « Rektoratsrede vom 03-081893 », in W. Weischedel, Idee und Wirklichkeit einer Universität, op. cit., (n. 10), p. 429.

27 Voir ZfE, 6 (1874), p. 151 (session de la BGAEU du 11-7-1874) ; ZfE, 7, 1875, p. 56 (session du 28-3-1875). Nécrologie de W. Schwartz in ZfE, 31 (1899), p. 492 sq.

28 Voir J. D. Bernal, Die Wissenschaft in der Geschichte, op. cit., (n. 10), p. 354 sq.

29 Voir G. Göhler, « Liberalismus im 19. Jahrhundert – ein Überblick », in B. Heidenreich (éd.), Politische Theorien des 19. Jahrhunderts, vol. 2 : Liberalismus, Wiesbaden, 1999, p. 11-30.

30 Lettres relatives à la constitution de la DGAEU conservées aux archives de la BGAEU, année 1869 (cote : BGAEU-GES 1). À propos des buts de la DGAEU, voir BGAEU-GES 2.

31 Sur les sociétés savantes et l’État, voir F. Schleiermacher, « Verhältnis wissenschaftlicher Vereine zum Staat », in E. Anrich, Die Idee der deutschen Universität, Darmstadt, 1964, p. 223-233.

32 Voir A. Lewerentz, Forschungsprojekte und staatliche Förderung : Die Berliner Gesellschaft für Anthropologie, Ethnologie und Urgeschichte und die preußischen Ministerien bis zum Ersten Weltkrieg (= Mitt. Berliner Ges. Anthr. 20), 1999, p. 45-64 (p. 58 sq.).

33 Sur la situation financière du Reich à la fin du xixe siècle, voir M. Rasch, « Kommunalisierung, Regionalisierung und Konzentrierung », art. cité, p. 110 sq.

34 Voir J. Krocka (éd.), Bürgerkultur und Mäzenatentum im 19. Jahrhundert, Berlin, 1998 ; M. Frey, Macht und Moral des Schenkens. Staat und bürgerliche Mäzene vom späten 18. Jahrhundert bis zur Gegenwart, Berlin, 1999, p. 71 sq.

35 Voir A. Lewerentz, Die Rudolf-Virchow-Stiftung der Berliner Gesellschaft für Anthropologie, Ethnologie und Urgeschichte. Ein Einblick in einige ihrer Forschungsprojekte (= Mitt. Berliner Ges. Anthr. 21), 2000, p. 93 sq.

36 Archives de la BGAEU (cote : BGAEU-ADE 62, BGAEU-ADE 65, BGAEU-PR 112).

37 Compte-rendu de la réunion du comité directeur de la BGAEU le 13-02-1891 (cote : BGAEU-PK 14).

38 Voir ZfE, 23 (1891), p. 326-329.

39 Ibid., p. 328.

40 Son prédécesseur, Gustav von Gossler, avait au contraire considéré la requête d’un œil favorable. Voir ZfE, 24 (1892), p. 527.

41 Voir archives de la BGAEU (cote : BGAEU-ADE 65) ; ZfE, 27 (1895), p. 418 sq.

42 Furent par exemple tout à la fois membres de l’Académie des Sciences et membres fondateurs de la BGAEU, Christian Ehrenberg à partir de 1839, Gustav Magnus à partir de 1840, Emil Du Bois-Reymond, Wilhelm Peters et Alexander Braun à partir de 1851, Ernst Beyrich à partir de 1853, Heinrich Kiepert à partir de 1871, Werner von Siemens et Rudolf Virchow à partir de 1873. Mis à part von Siemens, tous étaient professeurs ordinaires de l’université de Berlin. Voir W. Knobloch, « Virchow als ordentliches Mitglied der Preußischen Akademie der Wissenschaften », in G. Saherwala, Th. Schnalke, et al. (éd.), Zwischen Charité und Reichstag, op. cit., p. 92 sq. ; C. Matschaß, Werner von Siemens. Lebensbild und Briefe, vol. 1 & 2, Berlin, 1916.

43 Liste des noms dans le compte-rendu de la première session de la BGAEU le 17-11-1869 (archives de la BGAEU ; cote : BGAEU-PK 1).

44 W. Waldeyer, « Nachruf auf Ernst Beyrich », ZfE, 28 (1896), p. 385. Beyrich était depuis 1841 Privatdozent à la faculté de philosophie. Professeur de géologie et de paléontologie à partir de 1865, il fut, de 1873 à 1896, directeur de la section de paléontologie du Musée d’histoire naturelle et représenta la préhistoire à la BGAEU.

45 Directeur du musée et du jardin botaniques.

46 Nécrologie de H. Kiepert in ZfE, 31 (1899), p. 409.

47 Historien et directeur des collections ethnographiques de 1829 à 1873.

48 Sur Lazarus et Helmholtz, voir articles de presse dans les archives de la BGAEU, années 1894 et 1899 (cote : BGAEU-PR 2).

49 Fonds von Wetzstein conservé à la Staatsbibliothek de Berlin.

50 Nécrologies dans les archives de la BGAEU, année 1899 (cote : BGAEU-PR 90).

51 Voir la lettre de Ernst Friedel à la BGAEU datée du 17-11-1894, conservée dans les archives de la BGAEU (cote : BGAEU-VER 113).

52 G. Schwalbe, Vorlesungen über Geschichte der Medizin, op. cit. (n. 11), p. 135 sq. et 137 sq. ; R. Virchow, « Die Gründung der Berliner Universität und der Übergang aus dem philosophischen in das naturwissenschaftliche Zeitalter. Rektoratsrede 03.08.1893 », op. cit., (n. 10), p. 421.

53 Voir K. Kramer, « Zur Geschichte der Physiologie », art. cité ; Th. Lenoir, Politik im Tempel der Wissenschaft. Forschung und Machtausübung im deutschen Kaiserreich, Francfort / New York, 1992 (notamment p. 25 sq. et 27 sq.) Nécrologie de Du Bois-Reymond in ZfE, 29 (1897), p. 26.

54 Ibid. p. 11.

55 Sur les services rendus par Bastian à la BGAEU, voir les archives de la BGAEU (cote : BGAEU-PR 3).

56 Lettre de Bastian à von Neumayer, écrite à Montego-Bey et datée du 02-09-1904, conservée aux archives de la BGAEU (cote : BGAEU-AUT 8) ; ZfE, 26 (1894), p. 513-518.

57 Voir A. Bastian, « Über ethnologische Einteilungen », ZfE, 3 (1871), p. 1-18 ; « Ethnologie und vergleichende Linguistik », ZfE, 4 (1872), p. 137-162 et p. 211-231 ; « Die Ethnologie in ihrem geographischen und historischen Gesichtspunkte », ZfE, 16 (1884), p. 60-68 ; « Zur ethnischen Psychologie », ZfE, 17 (1885), p. 214-238.

58 Sur Virchow politicien, voir C. Goschler, « Rudolf Virchow und die deutsche Politik : Vom gescheiterten Revolutionär zum überforderten Honoratior », in G. Saherwala, Th. Schnalke, et al. (éd.), Zwischen Charité und Reichstag, op. cit., p. 53-61.

59 Voir N. Andernach, « Der Einfluß der Parteien auf das Hochschulwesen in Preußen 18481918 », in O. Neuloh, W. Rüegg (éd.), Studien zum Wandel von Gesellschaft und Bildung im 19. Jahrhundert, vol. 4, Göttingen, 1972, p. 54 sq.

60 R. Virchow, « Die Gründung der Berliner Universität und der Übergang aus dem philosophischen in das naturwissenschaftliche Zeitalter. Rektoratsrede 03.08.1893, art. cité, p. 426.

61 Sur la science et le Kulturkampf voir H. Lübbe, « Wissenschaft und Weltanschauung. Ideenpolitische Fronten im Streit um E. Du Bois-Reymond », in G. Mann (éd.), Geschichte als Wissenschaft, op. cit. (n. 15), p. 129-148.

62 Voir E. Müsebeck, Das Preussische Kultusministerium, op. cit.

63 Voir Th. Lenoir, Politik im Tempel der Wissenschaft, op. cit., p. 38 sq. et 113 sq.

64 Voir K. H. Ciz, Robert Hartmann (1831-1893). Mitbegründer der deutschen Ethnologie, Gelsenkirchen, 1984, p. 10 sq.

65 Voir A. Zimmerman, « Geschichtslose und schriftlose Völker in Spreeathen. Anthropologie als Kritik der Geschichtswissenschaft im Kaiserreich », Zeitschr. Geschichtswiss., 47 (1999), p. 197-210 (p. 201).

66 Voir actes de la BGAEU, ZfE, 4 (1872), p. 194-195.

67 Voir L. Schott, « Zur Geschichte der Anthropologie an der Berliner Universität », Wissenschaftliche Zeitschrift der Humboldt-Universität zu Berlin, 10e année, 1961, p. 57-65. Voir aussi texte manuscrit sur l’action de Felix von Luschan conservé aux archives de la BGAEU, fonds Hans Grimm (cote : BGAEU-NG 404) ; publié par Hans Grimm, « Neue kleine Beiträge zur Kenntnis des Lebens und Wirkens von Felix von Luschan », Forschung und Fortschritt, 39 (1965), p. 362-366.

68 Voir Archives de l’Université Humboldt, Berlin (cote : Phil. P 6 VI Bl. 126 ; Phil. P 6 VI Bl. 127).

69 Voir Archives de l’Université Humboldt, Berlin (cote : Phil. P 3 X Bl. 140 ; Phil. P 3 XII Bl. 50). H. Virchow, « Gedächtnisrede auf Felix v. Luschan », ZfE, 56 (1924), p. 112-117. À partir de 1904, il fut aussi directeur du département Afrique et Océanie du Musée ethnologique.

70 Voir A. Te Heesen, E.C. Spary, « Sammeln als Wissen », in A. Te Heesen, E.C. SPARY (éd.), Sammeln als Wissen. Das Sammeln und seine wissenschaftsgeschichtlliche Bedeutung, Göttingen, 2001, p. 7-21.

71 Voir R. Virchow : ZfE 17 (1885), p. 99-102 et 542.

72 Propositions de la BGAEU pour des enquêtes de la Marine ; voir ZfE, 4 (1872), p. 329-356.

73 Voir S. Westphal-Hellbusch, « Hundert Jahre Ethnologie in Berlin, unter besonderer Berücksichtigung ihrer Entwicklung an der Universität », in H. Pohle, G. Mahr (éd.), Festschrift, p. cit., p. 157-183 ; T. K. GUPTA, Von Kant zu Bastian. Ein Beitrag zum Verständnis des wissenschaftlichen Konzepts von Adolf Bastian mit vier kleinen Schriften von demselben, Hamburg, 1990, p. 147 sq. et 190 sq. ; A. Fiedermutz-Laun, Der kulturhistorische Gedanke bei Adolf Bastian, Wiesbaden, 1970.

74 A. Bastian, « Ethnologische Erörterung », ZfE, 9 (1877), p. 188.

75 Bastian présida la BGAEU de 1872 à 1905 en alternance avec Rudolf Virchow. Sur la fondation du musée, voir ZfE, 6 (1874), p. 3. Sur le Musée ethnologique, voir M. HOG, Ziele und Konzeptionen der Völkerkundemuseen in ihrer historischen Entwicklung, Francfort, 1981.

76 Reichert, membre de la BGAEU, dressa le catalogue des collections ethnologiques. Voir ZfE, 12 (1880), p. 357 ; ZfE, 15 (1883), p. 544.

77 C’est-à-dire, jusqu’en 1888 : Bastian, Virchow et Jagor (suppléants : Hartmann, Koner, Reiss et Wetzstein). Voir ZfE, 17 (1885), p. 174. Jusqu’en 1894 : Bastian, Virchow, Jagor, Reiss et von Richthofen (suppléants : Wetzstein, Hartmann, Bartels, Joest, Künne). Jusqu’en 1897 : Bastian, Virchow, Jagor, von Richthofen, Schönlank, Wetzstein, Bartels, Joest, Künne et von den Steinen. Commission pour le département de préhistoire : Voss, Virchow, Schwartz, Bartels, von Kaufmann, et A. von Heyden. Voir ZfE, 23 (1891), p. 434. Ensuite, après 1897 Voss, Virchow, Schwartz, ainsi que Bartels, von Heyden et Künne. Voir ZfE, 26 (1894), p. 243 sq.

78 Voir L. Schott, « Geschichte der Anthropologie an der Berliner Universität », op. cit., p. 57.

79 Voir M. Hog, Ziele und Konzeptionen der Völkerkundemuseen, op. cit. (n. 77), p. 14. De 1920 à 1933, il y eut au Musée ethnologique un Institut indépendant de recherche et d’enseignement en ethnologie, dirigé par l’américaniste Walter Lehmann, membre de la BGAEU.

80 Voir H. Pfeil, Ethnologie und Völkerkundemuseen. Ein Beitrag zur museumsethnologischen Diskussion, Göttingen, 1978.

81 Voir R. Virchow : ZfE, 12 (1880), p. 262.

82 Voir H. Gummel, Forschungsgeschichte in Deutschland, Berlin, 1938, p. 209 sq. ; C. Andree, Rudolf Virchow als Prähistoriker, 2 vols., Cologne / Vienne, 1976 ; M. Bertram, Rudolf Virchow als Prähistoriker. Sein Wirken in Berlin, Berlin, 1987.

83 ZfE, 5 (1873), p. 10 sq. Textes conservés aux archives de la BGAEU (cote : BGAEU-ADE 19).

84 Sur l’entretien des monuments historiques par le ministère de l’Éducation et des Affaires culturelles, voir ZfE, 16 (1884), p. 559. Sur la réorganisation juridique des études antiques, voir ZfE, 21 (1889), p. 732.

85 Voir E. Dubois, « Pithecanthropus erectus, betrachtet als eine menschenähnliche Übergangsform in der Stammform des Menschen », ZfE, 27 (1895), p. 723-740 ; R. Virchow, « Exostosen und Hyperostosen von Extremitätsknochen des Menschen im Hinblick auf den Pithecanthropus », ZfE, 27 (1895), p. 787-793 ; « Rassenbildung und Erblichkeit », in Festschrift für Adolf Bastian, Berlin, 1896, p. 6.

86 Il s’agit du « système des trois périodes » développé au xixe siècle.

© CNRS Éditions, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search