Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La géoarchéologie française au xxie siècle

 | 
Nathalie Carcaud
, 
Gilles Arnaud-Fassetta

Partie III. Alluvionnement, peuplement, stratégies et formes d'adaptation/Section 3. Alluviation, settlement strategies and adaptation

Chapitre XIV. Les enjeux de la sauvegarde des patrimoines de l’oasis de Figuig (Maroc)

Laurence Gillot et Jean-Pierre Vallat

Texte intégral

Introduction

1Figuig est une oasis située à la pointe orientale du Maroc, à environ 400 km au sud de la Méditerranée et à 7 km de la ville algérienne de Beni Ounif. Elle est à la frontière avec l’Algérie de trois côtés (Fig. 1). Tout au long de son histoire, Figuig a joué un rôle majeur de relais sur les axes du commerce caravanier transsaharien et sur l’axe sub-saharien est-ouest. L’oasis fut un important lieu d’échanges et de production culturelle aux époques antique, médiévale, moderne et contemporaine, marqué par la présence de diverses communautés : arabes et berbères, juives, musulmanes, chrétiennes (Vallat, 2014). Des gravures et peintures rupestres aux mosquées, églises, cathédrales et bâtiments civils de l’époque coloniale, ce passé est fort présent au sein de l’oasis.

2Ainsi, le territoire de l’oasis a été constitué par l’installation successive de groupes de populations hétérogènes. Actuellement, l’oasis de Figuig est formée d’un noyau urbain de sept ksour (au singulier ksar), terme d’origine berbère désignant un lieu fortifié. Ces sept ksour forment trois agglomérations (Fig. 2) : la première regroupant Loudaghir, Laâbidate, Oulad Slimane et El Maïz, au nord-ouest, la deuxième constituée de Hammam Foukani (« d’en haut ») et Hammam Tahtani (« d’en bas »), au nord-est et la troisième et plus importante, celle de Zenaga qui réunit 7 000 habitants sur un total d’environ 12 577 (recensement de 2004). La séparation entre les deux ensembles au nord et au sud est quant à elle matérialisée par un escarpement rocheux, le Jorf. Les ksour sont reliés entre eux par l’extension récente de l’espace bâti ou par la palmeraie qui s’étend sur environ 650 ha. D’un point de vue socio-économique, l’oasis est caractérisée par un écosystème particulier. Chaque ksar possède sa propre zone de palmeraie que les familles exploitent au travers de petites parcelles (ou jardins) entourées de murs. Au sein de chaque ksar, un maillage institutionnel étroit de groupes et associations (djemaa, associations d’irrigants, de jardiniers, de propriétaires…) gère son fonctionnement loin de l’arbitrage et des orientations politiques municipales.

Fig. 1. Carte de la localisation de Figuig au Maroc (sources : Google Earth).

3L’oasis constitue également un terrain fécond pour les archéologues et historiens du Maroc. L’archéologie préhistorique et l’archéologie du bâti y sont notamment deux domaines susceptibles de s’y épanouir : en témoignent les gravures rupestres et traces d’habitations repérées il y a plus d’un siècle déjà par les géographes français et voyageurs qui ont sillonné la région et la carte des tumuli et sites réalisée plus récemment par l’équipe de l’université Paris-Diderot et de l’ENSAPVS. De même, les recherches menées sur synagogues et cimetières juifs montrent la richesse des documents de la pratique et des textes religieux, de l’origine encore mal connue de l’implantation de ces communautés jusqu’à leur départ vers 1960. Le ksar abandonné des Ouled Jaber, situé entre les ksour Laabidate et Loudaghir (Fig. 2) est un cas qui témoigne de cette richesse archéologique (Gillot, 2014). Le ksar des Ouled Jaber formait un quartier résidentiel doté, comme les autres ksour, d’une enceinte, de tours et de portes d’accès ainsi que d’habitations. Le ksar fut implanté sur des sources d’eau dont la plus connue et la plus convoitée fut la source de Thaddert. Il est actuellement laissé à l’abandon et la majeure partie de ses structures sont enfouies ou dégradées. Les fouilles archéologiques programmées depuis 2009 visent ainsi à préciser les conditions d’implantation du ksar et l’histoire des origines de la tribu des Jaber, la nature des structures qu’il contient (édifices religieux, habitats, bains, etc.), son fonctionnement et sa relation avec les autres ksour (coexistence, conflits, etc.) avant de comprendre les conditions de son abandon et de sa destruction. Au-delà de l’étude urbaine et architecturale, la fouille vise également à documenter les aspects environnementaux et à comprendre l’articulation entre le ksar et la palmeraie voisine.

Fig. 2. Carte de Figuig et de ses ksour (d’après Janty, 2014. Sources du fond de carte : Google Earth).

4L’oasis de Figuig présente donc un terrain d’étude riche et un ensemble patrimonial d’importance. L’oasis constitue en effet un ensemble cohérent, matériel et culturel, où existe une complémentarité entre l’architecture domestique et l’organisation spatiale des ksour, la palmeraie, son système d’irrigation et toutes les pratiques sociales et culturelles qui leur sont associées. Contes et récits biographiques et généalogiques, musique, rythme des repas et des fêtes, structures politiques liées aux familles et tribus forment un riche tissu de pratiques immatérielles. Figuig dispose également de richesses patrimoniales matérielles diverses, architecturales et archéologiques : grandes murailles, remparts, tours de guets, mosquées, mausolées, foggaras, bassins et canaux d’irrigation. L’oasis forme enfin un patrimoine naturel et environnemental de grande valeur (Fig. 3). D’ailleurs, des études du paléoenvironnement, des tracés des ouadi, de la nature et de l’évolution des terrasses permettraient de mieux comprendre le contexte dans lequel les différentes communautés se sont développées.

Fig. 3. Figuig, un paysage culturel (cliché : A. Del, 2008).

Fig. 4. Abandon et dégradation du patrimoine architectural (cliché : A. Del, 2011).

Fig. 5. Abandon et dégradation du patrimoine environnemental (cliché : G. Janty, 2010).

5Néanmoins, l’oasis doit actuellement faire face à une crise socio-économique sans précédent, qui a eu pour corollaire des mutations socio-spatiales à l’origine d’une dégradation des patrimoines de l’oasis. Par exemple, dans le domaine de l’urbanisme et de l’habitat, le style urbain moderne progresse et les tissus anciens se dégradent, les ksour se dévalorisent et les anciennes constructions en terre sont de moins en moins renouvelées et entretenues (Fig. 4). Par ailleurs, la palmeraie est en partie abandonnée, ce qui entraîne la dégradation des éléments du réseau d’irrigation ainsi que des jardins eux-mêmes (palmiers morts, abandon des cultures ; Fig. 5). Les menaces de dégradation du patrimoine de nature non anthropique (vent, pluie) et anthropique (nouveaux modes et matériaux de construction et d’exploitation) rendent ainsi de plus en plus urgente la prise de mesures de sauvegarde. Cependant, malgré des volontés affichées de préserver les patrimoine de l’oasis, tant par les autorités locales que par les populations elles-mêmes, Figuig est l’objet de tendances contradictoires, où protection du patrimoine et développement ne font pas toujours bon ménage.

6En définitive, si Figuig fut un carrefour caravanier, lieu de rencontres de diverses civilisations depuis l’Antiquité jusqu’à nos jours et compta au début du xxe siècle parmi les dix premières villes du Maroc, elle est aujourd’hui enclavée en raison de sa position particulière par rapport à l’Algérie, qui l’entoure à l’est, au sud et au nord. La fermeture de la frontière entre le Maroc et l’Algérie en 1994 a renforcé de surcroît l’isolement et le déclin de l’oasis, amenée à se tourner vers d’autres ressources et à repenser son développement futur (Sanmartin, 2011). En outre, la forte émigration et la dispersion des héritages, bien qu’atténuées par les ressources nombreuses que procure la diaspora (Alaoui, 2011), obligent les acteurs locaux à se tourner vers d’autres modèles de développement, eux-mêmes inspirés d’expériences menées dans d’autres oasis marocaines et nord-africaines. De tels modèles, fondés notamment sur le développement touristique de ces espaces, posent cependant question, notamment en termes d’impact social, culturel et environnemental (Minvielle et al., 2008 ; Battesti, 2009 ; Carpentier, 2011). Les enjeux – pour ne pas dire les défis – territoriaux de la sauvegarde des patrimoines de l’oasis (et de son inscription sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO), auxquels l’ensemble de la population de l’oasis doit répondre, peuvent se résumer à plusieurs dimensions qui renvoient elles-mêmes aux multiples usages et valeurs dont le patrimoine est à présent insufflé : scientifique, identitaire et culturelle, sociale, politique, économique et touristique. L’ensemble de ces enjeux s’articulent autour d’un développement territorial qui se définit lui-même à des échelles multiples depuis le niveau local jusqu’au niveau régional : la commune urbaine ou municipalité de Figuig, la province de Figuig et la région de l’Oriental, qui mise sur un développement régional fondé sur une stratégie nouvelle de développement intégré et durable (Agence de l’Oriental, 2011).

Les enjeux scientifiques : un terrain d’études pluridisciplinaire mais une documentation disparate

7Dans la mesure où l’oasis, par la diversité des patrimoines qu’elle renferme, constitue un terrain d’étude riche pour les historiens, archéologues, géographes, anthropologues, etc., sa sauvegarde semble représenter un enjeu majeur aux yeux des chercheurs locaux, marocains et étrangers. Toutefois, l’importante production scientifique sur Figuig, émanant des universités, érudits locaux et ONG, reste assez disparate et la mise en place d’un SIG patrimonial pourrait représenter une alternative intéressante permettant un partage des connaissances par l’ensemble des acteurs (Gillot et Del, 2012 ; Gillot et al., 2013). C’est aussi une manière d’envisager la sauvegarde des patrimoines dans une démarche globale reposant sur la documentation et l’étude préalable de ces derniers, notamment dans le cadre de la soumission du dossier d’inscription de l’oasis sur la liste du patrimoine de l’Humanité, nous y reviendrons.

Les enjeux identitaires et culturels : la reconnaissance de la diversité des communautés et le renforcement d’une identité commune partagée

8Dans un contexte où l’oasis est le fuit d’une longue histoire de peuplement, où diverses communautés se sont disputées et partagées un espace qu’elles ont façonné, la sauvegarde des traces de cette histoire, tant matérielles qu’immatérielles, constitue un enjeu important, aussi bien pour les différents groupes que pour la population tout entière. En effet, il s’agit de conserver tout ce qui permet de définir les cultures des différents ksour ainsi que l’identité figuiguienne, par le choix de sauvegarder des repères mémoriels qui tendent à disparaître (traces archéologiques, architecture, pratiques sociales, etc.). Ces enjeux identitaires, et plus largement culturels, sont particulièrement exacerbés puisqu’ils renvoient à des conflits encore bien présents entre les communautés de l’oasis. Mais ils se jouent aussi à d’autres échelles puisqu’il s’agit pour la population figuiguienne d’affirmer sa place sur l’échiquier régional, national et international. De fait, la (re) connaissance des patrimoines et leur maintien participent de ce positionnement et du partage d’une culture commune au territoire de l’oasis, qui dépasse les frontières stricto sensu de ce dernier si l’on tient compte de l’importance que la diaspora figuiguienne continue d’accorder à l’ensemble de ces héritages matériels et immatériels (Gillot et al., 2012, 2013 ; Gillot et Del, 2014). Le Maroc et la communauté internationale en ont pris conscience puisque Figuig est désormais inscrite, depuis 2011, par l’UNESCO sur la liste indicative du patrimoine de l’Humanité, préfigurant sans doute l’entrée au classement final.

Les enjeux sociaux : renforcer la participation et l’appropriation par les citoyens en vue de maintenir les sociabilités associées aux patrimoines

9Les pratiques individuelles et des groupes sociaux (djemaa des ksour, réseau d’associations intra et extra ksour très développé) où l’on peut constater une volonté de transmettre l’existant aux générations futures, témoignent des enjeux sociaux que représente la sauvegarde des patrimoines de l’oasis, qui s’avère donc bien moins contradictoire avec les aspirations à la modernité. Ces volontés sont particulièrement identifiables dans les pratiques locales de sauvegarde qui se traduisent non pas par une stricte conservation mais par un maintien et une réactivation de pratiques qui permettent elles-mêmes de conserver les sociabilités au sein de l’oasis et avec la diaspora présente au Maroc et en France. Premièrement, le développement de la culture du palmier, qui s’attache à en maintenir les modes traditionnels sans recherche de rendements économiques intensifs et de profits économiques, témoigne de ces faits. La diaspora figuiguienne est très attachée à l’image de la palmeraie comme élément de son identité et contribue ainsi à son maintien en apportant une aide financière aux résidents et à l’entretien des jardins. Deuxièmement, l’entretien et la réhabilitation de l’habitat vernaculaire en terre dans les ksour, réalisé, certes, à petite échelle mais spontanément et individuellement en dehors de tout soutien public et perspective économique individuelle, en est un autre exemple (Gillot et Del, 2014). Toutefois, les démarches de la municipalité ou des aménageurs ne rencontrent pas toujours les aspirations citoyennes de transmission. Ainsi, certains projets d’aménagement ont bousculé les sociabilités préexistantes, comme ce fut le cas avec l’aménagement du rond-point à l’entrée de la ville (Fig. 6), qui a notamment impliqué la destruction du café « l’Oasis » où se réunissaient les Hommes et relégué les usagers de l’espace qui s’adonnaient au jeu de l’eau – celui-ci se joue sur la terre – à d’autres endroits. Dès lors, ce rond-point est à présent beaucoup moins fréquenté qu’il ne l’était auparavant. A contrario, d’autres aménagements ayant relativement peu de lien avec le contexte local, ont eu des impacts que l’on pourrait qualifier de « positifs ». C’est le cas notamment de l’aménagement de la place en face de la mairie et du pachalik, où l’on voit à présent se réunir femmes, enfants et adolescents (Fig. 7).

Fig. 6. Aménagement du rond-point à l’entrée de la ville (cliché : A. Del, 2013).

Fig. 7. Aménagement de la place devant la mairie (cliché : A. Del, 2014).

Les enjeux politiques : un développement local intégré

10La sauvegarde des patrimoines figuiguiens renvoie également à des enjeux politiques et de gouvernance qui se posent non seulement à différents échelons du pouvoir mais aussi au sein des diverses composantes de la société figuiguienne. Le projet DéLIO (Développement Local Intégré de l’Oriental, 2007-2011), reposant sur un partenariat entre le PNUD, l’Agence de l’Oriental et la Municipalité de Figuig, témoigne ainsi des volontés de renforcer les capacités des différents acteurs, dont les acteurs civils, en matière de gouvernance démocratique. Le domaine de la gestion patrimoniale n’échappe pas à ces tendances, même s’il reste encore certaines étapes à franchir, dans un contexte où les clivages demeurent nombreux : entre communautés berbères et arabes, entre les régions périphériques et centrales, entre société civile, acteurs politiques et acteurs économiques, etc. (Gillot et Del, 2014). La sauvegarde des patrimoines à Figuig peut sembler alors contradictoire avec les aspirations à la modernité de certains membres de la communauté figuiguienne. De fait, les mesures prises par la municipalité, les associations d’érudits locales et les institutions et organisations internationales, en vue de protéger les patrimoines culturels et naturels de l’oasis, ne sont pas toujours comprises ni acceptées par les citoyens ou les acteurs de l’aménagement du territoire (Gillot et al., 2012). Dans ce contexte, il y a tout lieu de penser à des formes de protection (notamment juridique) renforcées, même si le Maroc dispose déjà d’un ensemble de lois efficace. Dans cette perspective, l’inscription de Figuig sur la liste du patrimoine mondial pourrait être l’une de ces voies, en vue d’une meilleure protection et d’une meilleure gouvernance des patrimoines de l’oasis, à condition d’être menée en réelle concertation avec tous les acteurs concernés. Une telle inscription permettrait également de rééquilibrer la liste des sites marocains inscrits au patrimoine mondial (Vallat, 2014), en attirant l’attention sur un type de patrimoine particulier, le paysage culturel, et sur une région périphérique qui s’est engagée dans un véritable processus de développement ces dernières années. C’est dans ce contexte que les équipes de chercheurs ont été appelées à participer au montage du dossier, en vue de l’inscription de Figuig sur la liste indicative, préalable avant la remise du dossier de demande d’inscription, qui doit être instruit par le ministère marocain de la Culture. Il y a donc là un enjeu de reconnaissance d’un territoire périphérique par le centre qu’est Rabat, ainsi qu’un enjeu de participation de la société civile aux processus de protection du patrimoine et de développement touristique et économique (Gillot et Del, 2014).

Les enjeux économiques et touristiques : le développement d’un tourisme durable et équitable reposant sur l’exploitation des richesses patrimoniales

11Un autre enjeu de la sauvegarde des patrimoines figuiguiens est directement lié au développement socio-économique de l’oasis et à son positionnement au sein du territoire national. La municipalité, la région de l’Oriental et les acteurs locaux entrevoient en effet dans le tourisme un élément potentiel de développement et estiment à cet égard que le patrimoine pourrait être un levier de revitalisation des activités traditionnelles et d’implication des populations locales dans la mise en valeur du patrimoine architectural, paysager et immatériel (Haut-Commissariat au Plan, 2010). Ces dernières années ont ainsi vu naître des initiatives intéressantes à Figuig, sous la forme de maisons d’hôtes (Fig. 8), davantage adressées à des publics touristiques de « niche » qu’à un tourisme de masse (Agence de l’Oriental, 2013). Ces initiatives prennent part à une stratégie définie à l’échelle régionale par l’Agence de l’Oriental. Cependant, d’autres initiatives, comme celle du village des 80 (Fig. 9), posent question et soulignent la nécessité d’adopter une approche prudente au développement du tourisme à Figuig, consciente des atouts et des faiblesses que présente Figuig sur le plan touristique, en particulier son enclavement et sa position dans une région (l’Oriental) qui est elle-même mal positionnée sur la scène touristique nationale et internationale (Elayoubi, 2012). C’est aussi en optant pour une diversification des ressources économiques que le développement de l’oasis sera à nouveau possible, notamment du point de vue de la gestion de la palmeraie (Cohen, 2014 ; Cohen et Janty, 2014).

Fig. 8. Maison de Dliam (cliché : A. Del, 2012).

Fig. 9. Village des 80 (cliché : A. Del, 2014).

Des enjeux territoriaux multiples : la sauvegarde du patrimoine comme moteur du développement durable ?

12Le cas de Figuig témoigne des tendances actuelles (ou post-modernes) considérant le patrimoine comme un outil de développement durable à la fois social, économique et environnemental. Ainsi, le patrimoine est insufflé de multiples valeurs et considéré comme un élément à protéger et à valoriser en même temps. Cette conception du patrimoine, comme moteur de développement, témoigne d’une approche du patrimoine en tant qu’élément pouvant évoluer à travers les nouveaux usages que l’on en fait. C’est dans cette perspective que les acteurs privilégient à présent le terme de sauvegarde à celui de protection. Ainsi, le patrimoine est devenu notamment une ressource touristique et marchande au cœur des politiques publiques, voire un élément du marketing territorial. Si, certes, un développement touristique « durable » pouvait être appliqué conjointement à des projets d’aménagement des ksour et de la palmeraie, sur la base d’un compromis entre maintien de l’existant et renouveau afin de satisfaire de nouveaux besoins sociaux (Micaud, 2014), il convient aussi de mesurer les risques que l’application de modèles exogènes pourraient faire encourir à l’oasis, comme le rappelle Jean-Pierre Vallat en introduction de l’ouvrage Le patrimoine marocain. Figuig, une oasis au cœur des cultures (Vallat, 2014). Il n’en demeure pas moins que face à un ensemble complexe de défis et d’aspirations divergentes qui se posent au sein du territoire figuiguien, la société oasienne, demeurée sur place ou émigrée, dispose de toutes les capacités pour assurer une cohabitation entre sauvegarde des patrimoines et développement territorial.

Bibliographie

Références

Agence de l’Oriental, 2011, Rencontre Patrimoine culturel et développement régional. L’Oriental marocain. Actes du colloque international, Paris, 15 mars 2011, Siège de l’UNESCO, Rabat.

Agence de l’Oriental, « Figuig et le système des villes oasis du Maroc : lignes directrices de la réhabilitation des Ksours », 2013.

Alaoui M., 2011, « Figuig, ville marocaine sous perfusion française ? », Presse&Cite, Journal officiel des Banlieues, 25/07/2011.

Battesti V., 2009, « Tourisme d’oasis. Les mirages naturels et culturels d’une rencontre ? », Cahiers d’études africaines, 2009/1-2 (no 193-194), p. 551-582.

Carpentier I., 2011, « Le développement territorial durable. Analyse comparée sur les oasis du sud tunisien », La Lettre de l’IRMC, 2011/7, p. 2.

Cohen M., 2014. Introduction de la troisième partie : Paysage, territoire, savoir-faire, mise en valeur et gestion des patrimoines, in Vallat J.-P. (éd.), Le patrimoine marocain : Figuig, une oasis au cœur des cultures, Paris, L’Harmattan, p. 287-288.

Cohen M. et Janty G., 2014. « Comment concilier patrimoine et développement durable dans une oasis. Jardiniers et Phœniculteurs à Figuig », in Vallat J.-P. (éd.), Le patrimoine marocain : Figuig, une oasis au cœur des cultures, Paris, L’Harmattan, p. 327-356.

Elayoubi S., 2012, « Figuig, morne oasis », Demainonline.com, 29/12/12.

Gillot L., 2014, « Le ksar abandonné des Ouled Jaber », in Vallat J.-P. (éd.), Le patrimoine marocain : Figuig, une oasis au cœur des cultures, Paris, L’Harmattan, p. 243-284.

Gillot L. et Del A., 2012, « Preparation and submission of the nomination file of the Oasis of Figuig (Morocco) for inscription on the WHL : impacts and uses of a GIS », Geoinformatics, 6, p. 140-149.

Gillot L. et Del A., 2014, « Outils et pratiques de la gestion et de la mise en valeur du patrimoine au Maroc et à Figuig », in Vallat J.-P. (éd.), Le patrimoine marocain : Figuig, une oasis au cœur des cultures, Paris, L’Harmattan, p. 383-412.

Gillot L, Del A. et Cohen M., 2012, « Patrimoine et développement local : pratiques institutionnelles et pratiques sociales », Actes du symposium scientifique de la 17e Assemblée générale de l’ICOMOS, Paris.

Gillot L., Del A., Janty G. et Tavernari C., 2013, « Outils citoyens pour le patrimoine », Communication présentée au 50e colloque de l’ASRDLF, « Culture, patrimoine et savoirs », Mons, 8-11 juillet 2013.

Haut-Commissariat au Plan, 2010, Monographie de la région de l’Oriental, Royaume du Maroc, Rabat.

Micaud H., 2014, « Projet de revitalisation du mellah du ksar Loudaghir », in Vallat J.-P. (éd.), Le patrimoine marocain : Figuig, une oasis au cœur des cultures, Paris, L’Harmattan, p. 123-165.

Minvielle J.-P., Smida M. et Majdoub W. (éd.), 2008, Actes du colloque international : tourisme saharien et développement durable : enjeux et approches comparatives. Tozeur (Tunisie), 9-11 novembre 2007, Sousse, Saint-Quentin-en-Yvelines.

Sanmartin O., 2011, « Frontière, territoire et mémoire à Figuig, oasis des confins marocains », Annales de géographie, 6, no 682, p. 683-696.

Vallat J.-P. (éd.), 2014, Le patrimoine marocain. Figuig, une oasis au cœur des cultures, Paris, L’Harmattan.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Carte de la localisation de Figuig au Maroc (sources : Google Earth).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/22131/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 102k
Légende Fig. 2. Carte de Figuig et de ses ksour (d’après Janty, 2014. Sources du fond de carte : Google Earth).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/22131/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Légende Fig. 3. Figuig, un paysage culturel (cliché : A. Del, 2008).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/22131/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Légende Fig. 4. Abandon et dégradation du patrimoine architectural (cliché : A. Del, 2011).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/22131/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Légende Fig. 5. Abandon et dégradation du patrimoine environnemental (cliché : G. Janty, 2010).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/22131/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 141k
Légende Fig. 6. Aménagement du rond-point à l’entrée de la ville (cliché : A. Del, 2013).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/22131/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Légende Fig. 7. Aménagement de la place devant la mairie (cliché : A. Del, 2014).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/22131/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 161k
Légende Fig. 8. Maison de Dliam (cliché : A. Del, 2012).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/22131/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 162k
Légende Fig. 9. Village des 80 (cliché : A. Del, 2014).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/22131/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 213k

Auteurs

Professeur émérite, Université Paris-Diderot (Paris 7), Unité Mixte de Recherche (UMR 8210) CNRS/universités Paris 1 et Paris 7/EHESS/EPHE (Anthropologie et Histoire des Mondes Antiques – ANHIMA), Paris, France (jpvallat@yahoo.fr).

© CNRS Éditions, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540