Version classiqueVersion mobile

Quand Berlin pensait les peuples

 | 
Céline Trautmann-Waller

Première partie. Les institutions de la prééminence berlinoise ou comment devenir une capitale de l’ethnologie

Un musée en situation : le Musée ethnologique de Berlin et le contexte colonial

Hans Voges
Traduction de Céline Trautmann-Waller

Texte intégral

1Le but de cet article n’est pas de raconter l’histoire du Musée ethnologique de Berlin, ne serait-ce que durant la période wilhelmienne. Ce qu’il ambitionne, c’est de donner une sorte d’instantané qui permette d’envisager le musée comme une configuration institutionnelle. Cela signifie qu’il n’y eut pas seulement le musée avec ses collaborateurs et ses collections, ses visiteurs et ses expositions, mais que celui-ci était entouré d’un certain nombre d’autres institutions apparentées auxquelles il était allié par une sorte d’affinité : les spectacles ethnologiques (Völkerschauen), les panoramas coloniaux, le Musée colonial, les expositions et les sociétés coloniales, c’est-à-dire des organismes sociaux avec lesquels il avait des points communs, soit cultivés, soit refusés quand une politique intéressée était suivie de manière par trop évidente.

2Si l’on s’intéresse au musée en tant qu’institution, le schéma d’ordonnancement des objets étrangers passe à l’arrière-plan. Certes, un personnel formé et spécialisé veillant à des missions de conservation, d’administration et d’élaboration scientifique se développa rapidement pour donner vie au but de l’institution, constituer des archives d’histoire culturelle, mais ce cercle de personnes était attentif également à d’autres institutions liées au musée, il s’adressait à elles, il absorbait leurs discours, émettait des avis et des faits, articulait des intérêts et des intentions à travers les canaux de communication les plus divers. On observe de nombreux recoupements de ce complexe spécialisé de personnes et de messages avec d’autres sphères, ce qui est d’autant plus significatif que le musée se trouve dans la capitale de l’Empire, pour ainsi dire dans l’œil des enchevêtrements institutionnels et politiques les plus denses. D’une part, ce tissu institutionnel touche le ministère chargé des Affaires culturelles, le département colonial du ministère des Affaires extérieures, d’autre part, il entretient des contacts avec des fonctionnaires coloniaux, des militaires et des agents de l’État, et il essaie en outre de s’adresser à un public qui se laisse tenter également par la visite du Panorama colonial ou d’une exposition coloniale. Sur d’autres faces encore viennent se greffer les chercheurs, les représentants des lobbies coloniaux, les membres de spectacles ethnologiques en tournée à Berlin ainsi que les médias imprimés (journaux, revues, brochures, livres, etc.) qui créent un lien avec les événements d’outre-mer.

  • 1 U. van der Heyden et J. Zeller (éd.), Kolonialmetropole Berlin. Eine Spurensuche, Berlin, 2002.

3Un livre récent1 a permis de mettre en évidence les entrelacs qui unissaient ces institutions. Il décrit toute une galaxie d’organisations coloniales, qu’elles soient commerciales, administratives ou politiques. Nous trouvons ici le département des Affaires coloniales du ministère des Affaires étrangères, la Société coloniale allemande et sa Maison de l’Afrique, la Mission berlinoise, la Ligue des femmes de la Société coloniale allemande, la Maison des colonies, l’Institut des langues orientales, l’Exposition coloniale de 1896, le Musée colonial, le Panorama colonial et d’autres encore, les Africains habitant Berlin (autour de 1900, ils représentent une centaine de personnes) n’étant pas laissés de côté. Cette liste suffit à évoquer le tourbillon de personnes, d’activités, d’organisations et d’opinions, qui dans la métropole de l’Empire wilhelmien tentaient de rendre alléchante l’idée de possessions coloniales outre-mer avec leurs sujets récalcitrants ou dociles, leurs richesses naturelles et les perspectives d’installation de colons qu’elles offraient. Le tourbillon public autour des colonies allemandes, toujours accompagné du regard dérobé sur les possessions des autres puissances européennes, n’était cependant pas proportionnel à l’enthousiasme et à l’intérêt que la majorité de la population allemande accorda de manière durable aux colonies. Si une impression durable fit défaut (au grand regret d’un révisionnisme colonial ultérieur), une certaine atmosphère procoloniale fut cependant créée.

  • 2 Voir les nombreux volumes de l’histoire de l’anthropologie éditée depuis 1983 par George W. Stocki (...)

4Avec ses lobbies et sa propagande, le colonialisme offrait un cadre dans lequel la fascination ethnologique, avec ses développements pratiques, la recherche et les collections, pouvait prospérer. Les objets ethnographiques furent collectionnés dans les milieux les plus divers : les administrateurs coloniaux et les officiers, les marchands et les missionnaires, les explorateurs solitaires qui voyageaient à leurs propres frais et ceux qui participaientà des expéditions financées par l’État. L’expansion agressive et dynamique de la domination européenne sur le globe et la conquête de vastes territoires offraient des possibilités supplémentaires de s’approprier des collections ethnographiques avec une insistance amicale ou par la force. À côté de cela, nous voyons entrer sur scène des érudits qui s’efforcent dans leurs écrits de mettre en relation de manière théorique la partie privilégiée, européenne, de l’humanité avec les peuples des autres continents. Comment cela fut possible ne nous intéresse ici que dans la mesure où ils bannirent de leurs réflexions l’idée d’une suprématie mondiale des Européens incarnée dans le colonialisme et inscrivirent à la place des récits « extraordinaires », qui envi sageaient les différentes parties de l’humanité soit dans un cadre biologico-généalogique soit dans la perspective de migrations consignées historiquement et géographiquement ou encore au sens d’une évolution psychique ascendante (E. B. Tylor et L. Lévy-Bruhl)2.

AUTOUR DU MUSÉE : LES SPECTACLES ETHNOLOGIQUES ET L’EXPOSITION COLONIALE

  • 3 D’après le compte rendu précis de Jebens, ce furent 44 000 personnes qui affluèrent à Hambourg en (...)

5L’un des éléments de la chaîne d’institutions qui entourait le Musée ethnologique est particulièrement coloré, repoussant aux yeux de certains, attirant pour d’autres. Les spectacles ethnologiques, conçus sur le modèle des shows dans le style Far West organisés par l’Américain A. P. Barnum, firent leur apparition en Europe dans les années 1870. À Berlin aussi, ils déclenchèrent une vague d’excitation et illustraient très bien l’attrait qu’exerçaient l’exotisme et l’étrangeté sur de grandes parties de la population3. Ces spectacles ou tableaux vivants mettaient sous les feux de la rampe des groupes d’individus issus de territoires coloniaux, pas seulement allemands d’ailleurs. Des impresarii en déplacement permanent recrutaient des individus d’une ethnie ou d’un groupe de populations, les rassemblaient, les plaçaient sous contrat pour une durée de plusieurs mois, voire d’un an, et les astreignaient à s’exercer à la représentation de certaines coutumes de leur pays d’origine, ou de ce qu’ils considéraient comme typique, dans l’espoir d’attirer un public aussi large que possible. Lors de leurs tournées à travers toute l’Europe ces troupes séjournaient dans les plus grandes villes (surtout les capitales), elles se produisaient lors de fêtes foraines, dans des zoos et autres lieux de distraction. Les affiches annonçaient de véritables chorégraphies, avec des titres aussi évocateurs que Le Corps des amazones du Dahomey ou des mises en scène de la vie quotidienne de contrées exotiques.

  • 4 Voir Id, ibid., p. 25. Il utilise ici les informations apportées par H. Thode-Arora, (Für fünfzig (...)

6Séparés du public et des visiteurs par une clôture, les « acteurs » montraient comment se déroulait leur existence : comment ils construisaient des huttes, comment ils préparaient leurs repas, comment ils fabriquaient outils et armes et avec quelle habileté ils se servaient de ces derniers. Pour une certaine partie du public ce n’était toutefois pas ces occupations journalières qui étaient intéressantes mais le suspense créé par des mises en scène dramatiques : des Esquimaux pagayant dans leurs embarcations, une succession d’attaques de brigands, de poursuites, d’arraisonnements en plein Sahara reconstitué ou bien des saltimbanques de l’Inde du Sud exécutant leurs tours au sol ou dans les airs ainsi que des magiciens faisant danser un serpent au son de leur flûte. Dans ces moments-là le public se sentait transporté brusquement dans un monde lointain et espérait que les groupes les plus appréciés, Nubiens, Somaliens ou Cingalais, reviendraient l’année suivante4. Les intentions pédagogiques mises en avant par certains organisateurs n’étaient que prétexte. Tout était fait pour maintenir éloignés le public et les « acteurs » et pour empêcher toute rencontre.

7Il pouvait arriver à l’occasion que des ressortissants « privilégiés » de ces troupes, comme le prince Samson Dido du Cameroun ou le dignitaire de Samoa Tamasese, qui n’avaient sans doute accepté ces tournées que pour des raisons politiques, soient invités à des soirées ou même reçus à la Cour. En marge de ces étranges représentations ce n’étaient toutefois, au mieux, qu’échanges d’amabilités et amitiés fugaces, au milieu d’une ambiance générale proche de celle d’un cirque. Lorsque des aventures amoureuses ou des souhaits de mariage voyaient le jour, cela soulevait une réprobation morale considérable et les contacts revenaient au point zéro.

8Ces événements font évidemment penser aux débuts du show business moderne, mais on ne peut éviter le soupçon que derrière ces spectacles se cachait aussi une curiosité scientifique. Si un groupe d’Africains (même sans être des Pygmées) se produisait en un endroit pourtant aussi peu sérieux que le Panoptikum berlinois, alors des scientifiques aussi renommés que Rudolf Virchow et Felix von Luschan ne manquaient pas d’apparaître pour entreprendre des mesures anthropologiques sur les corps des » acteurs » parfois récalcitrants. À cette époque, cataloguer les races humaines d’après les différences de stature corporelle était une des tâches importantes des sciences de l’homme, et ce n’est donc pas un hasard non plus si la photographie jouissait d’une faveur considérable en ethnologie. La carrière des spectacles ethnologiques prit fin brutalement au bout d’un demi-siècle environ, après la Première Guerre mondiale, non pas seulement parce que les Allemands manquaient désormais de colonies mais parce que le besoin d’exotisme était satisfait de plus en plus par des médias de masse comme le cinéma ou les revues illustrées.

  • 5 Pour le contexte général des grandes expositions, voir E. Fuchs (éd.), « Weltausstellungen im 19. (...)

9Pour ce qui est de l’Exposition coloniale de 18965, installée sur le terrain du Grand Salon de l’artisanat et de l’industrie de 1896 à Berlin-Treptow, elle met tout particulièrement en évidence les nombreux recoupements entre colonialisme, mission chrétienne et mise en scène de l’exotique. Les indigènes y sont exposés de diverses façons : comme « objet d’exposition vivant » dans l’Exposition coloniale, sous forme de photos dans le département de la Mission et comme destinataires muets des obligations coloniales dans le Salon lui-même. Cet événement est un exemple particulièrement caractéristique des enchevêtrements institutionnels et permet de mettre en lumière les rapports hiérarchiques des intérêts en jeu : la plus grande place est occupée par le Salon de l’artisanat et de l’industrie, elle inclut l’Exposition coloniale et aussi l’espace plus petit consacré aux missions. N’étant pas indépendants, les départements plus petits s’inscrivent dans les lignes idéologiques de l’exposition générale. Dans son ensemble toute l’installation transmet l’idée que les différentes branches de l’artisanat et de l’industrie allemands ont la capacité de s’imposer, comme naturellement, sur le marché mondial.

10Dans ce cadre les activités coloniales et missionnaires sont acceptées, sans que des conflits possibles entre ces champs d’action ne soient évoqués. Les deux expositions plus petites, qui coexistent sans lien apparent, ont cependant en apparence des visées très différentes en ce qui concerne les « indigènes ». Dans l’une d’elles le visiteur rencontre les sujets coloniaux sous forme de figures vivantes et les voit exécuter des occupations productives ; dans l’autre ils sont suspendus aux murs, photos de personnes absentes, et attestent, par la représentation photographique, la transformation à la fois intérieure et extérieure accomplie grâce à la Mission. Du côté de la Mission, dont l’exposition obéit à une pédagogie chrétienne du salut, on ne semble pas goûter les mises en scène dans le style des spectacles ethnologiques.

11Aujourd’hui encore cette participation des sociétés missionnaires au Salon de l’artisanat et de l’industrie est intéressante, parce qu’elle recèle une dynamique intellectuelle propre. Les représentants de la Mission, même lorsqu’ils poursuivent en apparence de manière bornée les buts de cette dernière, œuvrent en vue d’une universalisation des droits de l’homme et du citoyen. De là naît un débat, mené avec les catégories morales courantes et non avec des catégories politiques ou juridiques, dans lequel se pose aussi la question de savoir s’il est défendable de pousser des habitants de pays lointains à faire un voyage en Europe et de les livrer au voyeurisme et à la curiosité d’un public inconnu, nullement intéressé par une communication substantielle ou égalitaire. Ce qui l’emporta toutefois finalement chez les représentants de la Mission, ce fut l’espoir que cette action publicitaire aurait des retombées positives sur les dons faits à la Mission. Paradoxalement cette question du caractère douteux des spectacles ethnologiques, débattue dans les milieux de la Mission, ne semble pas avoir effleuré la conscience des ethnologues de l’époque.

12Dans le cadre de l’Exposition coloniale on tentait de représenter la vie des populations dans les différentes colonies allemandes. Devant des coulisses en forme de village, copié sur ceux des colonies africaines ou océaniennes, et dans une ambiance tropicale qui était censée enchanter les visiteurs, les habitants du Cameroun, du Togo ou de Samoa transplantés à Berlin, avaient le don de briller avec les produits de leur artisanat local. Le message que les visiteurs devaient emporter avec eux était le suivant : si l’Empire allemand avait besoin de colonies, ce n’était pas seulement parce que cela correspondait à son statut de puissance mondiale, mais aussi parce que ces dernières étaient utiles (on pouvait en importer du cacao, du café, du tabac, mais aussi des choses nécessaires à l’industrie comme le copra) et enfin, last but not least, parce que les indigènes, « nos nouveaux compatriotes » comme on les apostrophait parfois, avaient besoin qu’on leur apporte le salut.

13Si dans les spectacles ethnologiques, qui ne cherchaient qu’à créer des événements et à réduire le contact à un regard, s’exprimait une pulsion publique de ségrégation de l’« étranger », l’Exposition coloniale de 1896 se laisse lire, dans sa structure principale, comme une configuration hiérarchisée d’intérêts économiques, coloniaux et autres.

LE MUSÉE : UNE INSTITUTION PRIVILÉGIÉE

  • 6 C. Essner, « Berlins Völkerkunde-Museum in der Kolonialzeit. Anmerkungen zum Verhältnis von Ethnol (...)
  • 7 S. Westphal-Hellbusch, « Hundert Jahre Ethnologie in Berlin, unter besonderer Berücksichtigung ihr (...)
  • 8 C. Essner, « Berlins Völkerkunde-Museum », art. cité, p. 89.

14Le Musée ethnologique de Berlin avait en lui-même un caractère institutionnel original. En effet, dans la plupart des villes allemandes les musées virent le jour au xixe siècle sous forme de fondations créées par les membres de la bourgeoisie. Expression de la conscience de soi et de l’assurance de la bourgeoisie (selon un modèle caractéristique de cette époque), ils fonctionnaient grâce au budget culturel des municipalités. Dans ces institutions les citoyens étaient appelés à jouir de l’art, à former leur goût esthétique, à élargir leur horizon culturel et à cultiver leur fierté nationale. Tels étaient les principes auxquels se tenait une rhétorique idéaliste et humaniste, l’un ou l’autre des aspects étant plus ou moins accentués selon qu’il s’agissait d’un musée d’art, d’histoire ou d’artisanat. Le Musée ethnologique de Berlin se distinguait des autres musées allemands du même type, en ce qu’il appartenait au complexe des musées royaux de la métropole, ce qui voulait dire qu’il se trouvait sous la tutelle d’un ministère et qu’il était financé par le budget de ce dernier. En bref, il était soumis à la politique culturelle de l’État et ne pouvait donc profiter du prestige que d’autres musées tiraient du prétendu désintéressement des activités bourgeoises. Cette dépendance par rapport au ministère, apporta cependant au Musée de Berlin bien des avantages. En 1889, le Bundesrat (où siégeaient les représentants des princes allemands) décida de lui accorder un privilège unique, accrédité par le ministère6 : toutes les collections qui étaient le fruit d’expéditions ethnologiques effectuées avec le soutien financier de l’État ainsi que les collections rassemblées dans les colonies par des fonctionnaires et des officiers étaient à réserver d’abord au musée de la métropole. Une fois que celui-ci avait fait son choix, les collectionneurs avaient la possibilité de proposer leurs pièces pour acquisition à d’autres musées ethnologiques. On ne s’étonnera pas que ce privilège ait suscité de la colère et de nombreuses tentatives pour le contourner, en recrutant par exemple clandestinement des missionnaires ou des marchands pour de grandes entreprises de collecte7. Il fallut attendre le tournant du siècle pour que les privilèges du musée berlinois soient contestés. On imagine la colère qui avait dû s’accumuler chez ses pairs, lorsque le directeur du musée de Leipzig critiqua ouvertement en 1905, dans une conférence tenue lors du Congrès colonial allemand, les privilèges berlinois8.

15Les collections ethnographiques berlinoises connurent en tout cas une croissance des plus spectaculaires. La capacité des nouveaux locaux était régulièrement dépassée et ce processus d’accumulation ne put visiblement pas être contrôlé par la raison alors que le contexte général incitait à une chasse effrénée aux pièces de collection. Avant tout, ce furent les fonctionnaires coloniaux et les officiers de la troupe dite « de protection » qui proposèrent au musée des objets ethnographiques rassemblés par eux. Mais certaines acquisitions lient les collections plus étroitement encore au colonialisme. Avec la conquête du Bénin par les troupes britanniques en 1886 par exemple, c’est tout un trésor de guerre exotique qui arriva sur le marché de l’art européen. Grâce à l’initiative de Felix von Luschan, directeur adjoint du musée, celui-ci acquit des sculptures en ivoire et les célèbres bronzes. Leur nombre s’élevait en 1919 à environ 580 pièces, à peine un tiers de cette acquisition pouvant être exposé. Une autre nouvelle acquisition, obtenue dans des circonstances différentes, fut le trône de Bamum dans la savane camerounaise. Le roi Njoya en avait fait cadeau à son collègue allemand, Guillaume II, après avoir reçu de ce dernier un uniforme de parade et des uniformes pour sa garde personnelle.

16Grâce à ses liens étroits avec le ministère, le musée jouissait également du rare privilège de participer au financement de voyages d’exploration et de collecte. Il pouvait ainsi influencer directement la forme prise par les collections et choisir des points forts, géographiques ou thématiques. Une des motivations les plus insistantes pour rassembler ces objets avec tant d’énergie, comme en situation d’alerte, résidait dans l’idée pessimiste qu’il fallait sauver les témoignages de cultures évoluant irrémédiablement vers leur propre disparition.

  • 9 Voir Festschrift zum hundertjährigen Bestehen der Berliner Gesellschaft für Anthropologie, Ethnolo (...)

17Un des autres atouts du Musée de Berlin était le vaste cercle d’amis et de mécènes qu’il avait su rassembler autour de lui. Ce milieu dans lequel se mélaient notables et amateurs était connu depuis 1869 sous le nom de Berliner Gesellschaft für Anthropologie, Ethnologie und Urgeschichte9. Dans cette société étaient regroupées à la fois des personnalités qui faisaient elles-même des explorations dans les domaines évoqués et d’autres qui cherchaient à s’afficher sur la scène publique en tant que mécènes de la bourgeoisie cultivée. Certains, centrés sur le musée lui-même, étaient rassemblés par l’idée de pouvoir participer, que ce soit par leur activité de chercheur ou par leur réception, aux progrès d’une science en train de naître, tandis que d’autres, tournés vers le monde extérieur, incarnaient aux yeux de l’opinion publique la fascination de l’ethnologie et en défendaient ainsi les intérêts. Tous cherchaient à créer autour du musée une ambiance favorable qui lui permette de prospérer. C’est ici qu’étaient envisagés, discutés et éventuellement subventionnés les projets d’expéditions.

18Le musée se situait au croisement de différents intérêts, besoin d’exotisme du public, rhétorique des lobbies colonialistes, efforts mercantiles, mais il y était exposé à des degrés divers. En cas de doute il fallait contrebalancer les fins de la politique coloniale et celles de la connaissance scientifique. Adolf Bastian et ses collaborateurs refusèrent autant l’installation d’un département colonial dans leur musée que le rattachement de ce dernier au Musée colonial qui exista durant un temps. Ils légitimèrent ce choix en disant qu’ils ne voulaient pas trahir leur « scientificité », ce qui ne veut pas dire qu’ils aient été réservés à l’égard des efforts de l’Empire wilhelmien pour se hisser au niveau des autres puissances mondiales. Ils pensaient simplement pouvoir tirer une limite claire et précise entre science et politique, ce qui n’était rien d’autre qu’une conséquence de leur point de vue scientiste et positiviste. Aujourd’hui il peut sembler étonnamment naïf de la part d’érudits comme Bastian d’avoir été convaincus de la possibilité de collaborer au niveau pratique avec les intérêts coloniaux organisés sans que leurs recherches théoriques et scientifiques en ethnologie n’en subissent les effets. S’ils croyaient ainsi à une séparation nette de sphères d’activité distinctes, il faut rappeler qu’ils s’appuyaient, à tort ou à raison, sur un modèle de connaissance propre aux sciences exactes.

LE MUSÉE : UN LIEU QUI FAIT SENS

  • 10 Voir notamment A. Fiedermutz-Laun, « Adolf Bastian (1826-1905) », in W. Marschall (éd.), Klassiker (...)

19Un historien commencerait sans doute avec le père fondateur du Musée ethnologique berlinois, qui, dans ce cas précis, est aussi un ancêtre de la discipline ethnologique. Adolf Bastian a été plusieurs choses à la fois : initiateur du musée, directeur, voyageur infatigable, collectionneur et incitateur à collectionner. Il possédait une particularité organisationnelle qui paye : il savait soigner les contacts utiles de tous côtés. Il se fit un nom de manière éphémère avec sa théorie inlassablement répétée qui associait pensées élémentaires (Elementargedanken) et pensées des peuples (Völkergedanken). Avec elle, il espérait donner à l’ethnologie un point théorique fixe qui dynamiserait les efforts empiriques et contribuerait à l’élaboration des résultats de recherche à partir d’une idée directrice10.

20En dehors des personnes, d’autres forces agissantes étaient actives dans les coulisses du Musée ethnologique : des motifs théoriques empruntés à différentes sciences (la géographie et son concept de l’espace, des postures de pensée aussi hétérogènes que l’évolutionnisme ou le darwinisme social) ainsi que les stimuli fournis par l’expansion coloniale. Lorsque dans ces premières formes d’ethnologie encore quelque peu empreintes d’amateurisme, apparaît le terme de culture, c’est comme incidemment, d’une manière qui laisserait penser qu’il n’a pour ainsi dire rien à voir avec le noyau aussi problématique que persistant de l’ethnologie actuelle. On peut penser qu’il est remplacé dans le contexte de l’époque (sans approfondir ici la question) par le couple conceptuel « mœurs et coutumes » (Sitten und Gebräuche). C’est ce couple qui doit cautionner l’immobilité de sociétés dites traditionnelles, par leur forme de sociabilité reposant sur la communauté. Dans la description des mœurs et coutumes des peuples dits naturels, on insiste alors tout à fait accessoirement sur une différence importante avec les sociétés du monde moderne : si les peuples modernes sont spontanés, gouvernés par l’utilité ou la raison, les peuples naturels vivent sous le dictat du passé, que ce soit en raison du caractère normatif des mœurs ou du caractère habituel des coutumes.

  • 11 Voir G. Bollenbecks, Bildung und Kultur. Glanz und Elend eines deutschen Deutungsmusters, Francfor (...)
  • 12 Voir A. Assmann, Arbeit am nationalen Gedächtnis. Eine kurze Geschichte der deutschen Bildungsidee(...)

21Si l’absence du terme « culture » en des endroits stratégiques des textes ethnologiques de l’époque étonne, ce n’est pas tellement dans une perspective d’histoire des disciplines, mais plutôt parce que la « culture » compte précisément au tournant du siècle parmi les concepts dont le sens et la finalité sont débattus vivement au sein de la bourgeois cultivée11. On attribue à cette polémique autour de la culture, à la fois soucieuse et exaltée, une grande importance aussi bien sismographique que politique. Vers la fin du xixe siècle la culture permet à une bourgeoisie en voie d’hétérogénéisation et de différentiation de se définir et de se comprendre12. Elle n’est pas perçue seulement comme un bien stable transmis de père en fils mais aussi, au-delà, comme une conquête hautement vulnérable. Elle est obtenue par des efforts éducatifs (Bildung), individuels et volontaires ou systématiques et scolaires, et se voit en même temps protégée officiellement. Qu’il y ait des cultures « étrangères », cela ne constitue pas un problème pour l’ethnologie de l’époque. Le manque d’une herméneutique culturelle n’est pas ressenti comme un désavantage. Dans la pré-histoire de l’ethnologie, c’est-à-dire juste avant qu’elle ne devienne une discipline académique et alors que les ethnologues ne sont pas encore des scientifiques confirmés, quelques problèmes centraux ont pourtant été dégagés qui tournent autour de l’origine et des formes de la parenté et de la religion. Ces questions et d’autres du même type créent ainsi un terrain de discussion professionnel pour des participants qui n’appartenaient pas encore à une discipline institutionnalisée.

22En tant que lieu public, le musée est un médium d’exposition de « biens culturels », dans ce cas précis de bien exotiques, non-européens. Les objets exposés et les scènes arrangées invitent le visiteur à un circuit. Cela fait apparaître deux intentions inhérentes à l’institution : d’abord le musée veut transmettre des connaissances, que ce soit dans le cadre d’une exposition temporaire ou permanente, ensuite, les objets ethnographiques sont sélectionnés dans un fonds d’après des points de vue thématiques et présentés dans une certaine économie spatiale et esthétique. Selon les époques on eut recours pour la présentation à différents modes d’exposition. Les objets pouvaient être ainsi regroupés par famille : des instruments de musique, des masques, des outils, des armes, des vêtements, des objets culinaires. Ils pouvaient aussi être arrangés de manière à former une scène, ayant pour titre par exemple « Femmes avec enfants préparant le repas devant leur hutte » ou « Homme préparant des flèches pour la chasse »… Parmi les inventions les plus singulières des premières techniques d’exposition se trouve certainement la réalisation de mannequins (en papier, en plâtre, en bois ou en cire) qui, arborant les attributs d’un chef, habits, bijoux, coiffure, armes et insignes, ou d’un chasseur, devaient assurer la présence authentique d’une culture étrangère lointaine même si c’était seulement sous la forme d’une personnalité élue.

23En parcourant les couloirs et les espaces, le visiteur est censé rencontrer les peuples des différents continents. La disposition des biens culturels obéit à un principe géographique ou bien renvoie à un fil directeur d’inspiration évolutionniste. Le visiteur apprend que les chasseurs-cueilleurs occupent sur l’échelle de l’évolution une autre place que les paysans qui assurent leur subsistance au moyen d’une houe. Mais, pour avoir une effectivité historique, il ne suffit pas d’un lieu localisable sous la forme d’un bâtiment où sont présentés des collections ethnographiques et où sont organisées des expositions.

24Dans une collection destinée à être montrée, exposée, formant la face du musée tournée vers la vie publique, les conceptions qui régissent le magasinage et les études ont des retombées plus larges. La matière ethnographique n’est pas destinée seulement à être classée selon un système muséologique. Autour de 1900 en tout cas on recherche un « résumé » dynamique qui rendrait visible le monde des objets comme composante de l’évolution sociale dans son ensemble. Un tel ordre, incarné dans l’exposition permanente, oscille entre la formation de types sociaux et culturels d’une part et le récit d’une succession de degrés d’évolution d’autre part. Examinons de plus près ces deux modèles complémentaires qui peuvent d’ailleurs être combinés dans l’organisation muséologique.

25Lorsque des objets ethnographiques appartenant à un groupe connu et portant une désignation propre sont rassemblés pour l’exposition ou le stockage dans une pièce du musée, la formation de types en résulte comme une sorte d’évidence. Pour l’observateur, il semble plus facile d’appréhender un monde d’objets étrangers si on les subordonne à une forme de vie définie de manière lisible, sous des rubriques comme « éleveurs de bétail nomades » ou « cultivateurs sédentaires » par exemple. Ces types esquissent un mode de vie que quelqu’un d’extérieur peut se représenter sans préjuger des contenus de la culture en question. De tels types qui mettent en relief l’un ou l’autre des aspects culturels ou sociaux ne sont pas forcément redevables d’une seule conception de l’évolution de l’humanité. C’est sur eux que se fondent en tout cas les grands récits des lignes générales d’évolution des sociétés humaines, qui du xviiie jusque dans le xxe siècle, ont joui sous différentes variantes d’une grande faveur. Des Lumières écossaises (voir par exemple A. Ferguson) jusqu’au marxisme et au matérialisme culturel américain, différents déterminants ont été choisis, qui étaient censés établir dans quel sens évoluaient les sociétés. Ils se rejoignent en ceci qu’ils considèrent ces déterminants comme inhérents au type social correspondant, ils susciteraient en lui des tensions dialectiques et lui ouvriraient ainsi des perspectives dynamiques. Le modèle d’évolution peut-être le plus simple et le plus célèbre comportant les trois phases de la sauvagerie, de la barbarie et de la civilisation emprunté à L. H. Morgan (Ancient Society, 1877), a peut-être été modifié et différencié mais il semble pourtant être sous-jacent à tous ceux qui lui suivirent.

26De cette façon, des éléments hétérogènes s’assemblent en une construction, s’amalgament dans le cadre formé par les techniques d’exposition ethnologiques et construisent une vision du monde ethnocentrique, dans laquelle chaque visiteur pénètre en franchissant les portes du musée.

OBSERVER, COLLECTIONNER, CLASSER, EXPOSER

  • 13 Voir S. Westphal-Hellbusch, « Zur Geschichte des Museums », in Hundert Jahre Museum für Völkerkund (...)
  • 14 id., ibid., p. 92 sq.
  • 15 id., ibid., p. 94.
  • 16 id., ibid., p. 95.

27Le musée devint rapidement un point de croisement central entre une pratique de recherche, des expéditions ou des séjours prolongés, et un travail théorique. Mais avant de pouvoir ordonner les objets d’après des points de vue thématiques, géographiques ou évolutionnistes, il devait d’abord être rempli de collections. C’est en ce point que prend place une pratique de recherche habituellement masquée qui ne nous est connue qu’à travers la présentation didactique des brochures souvent rédigées par des ethnologues en vue de l’orientation des non-professionnels13. Ces « manuels pour la collecte et l’observation » se lancent dans une description détaillée de la vie matérielle, cherchant à en décrire le contenu de manière exhaustive14. Observons d’abord ce qui est dit de la collecte : le chercheur œuvre en vue d’une saisie et d’un inventaire aussi complet que possible de la culture du pays visité. Il est spécifié quelles sont les choses qui doivent être notées mais pas comment ni dans quel but, et l’on voit s’amorcer ici les débuts de la technique du questionnaire. La « formulation de plus en plus précise de questions de plus en plus nombreuses » pouvait à terme devenir un obstacle15. Une objection fondamentale contre les questionnaires fut vite soulevée : ils opéraient avec un corset serré de questions qui ne pouvait rendre justice aux questions culturelles et sociales soulevées par le travail sur le terrain. Cela mit fin à tout développement des consignes et des questionnaires, dont l’insuffisance par rapport aux buts de l’ethnologie était considérée comme reconnue. Hors d’Allemagne l’élaboration de ces guides pour le travail sur le terrain continua cependant à être considérée comme une tâche nécessaire. L’inscription de l’ethnologie dans des questionnements liés à la politique coloniale avait peut-être rendu là plus urgente une pratique méthodique. Chaque objet était en tout cas à documenter comme croisement « d’activités et de représentations culturelles » très diverses, c’est-à-dire que, dès l’étape de la description, sa signification était à saisir dans un contexte16.

  • 17 id., ibid., p. 95.
  • 18 id., ibid., p. 94.

28De l’observateur on exigeait une totale « absence de préjugés » : il fallait « renoncer aux jugements de valeur17 ». Cette exhortation trahit l’attitude positiviste de la recherche de cette époque pour laquelle l’observateur, qui fait abstraction de sa subjectivité, est un télescope ou, mieux encore, un appareil photo qui garantit une restitution analogue à quelque chose comme la réalité. Pour faire des observations utiles il fallait en revanche guider le chercheur non initié vers ce qui intéressait l’ethnologie. Ce n’est pourtant qu’avec B. Ankermann en 1914 qu’on initia les amateurs aux « situations importantes pour l’ethnologie » et qu’on leur révéla que les objets ne sont pas des « reliques »18.

  • 19 id., ibid., p. 96 sq.

29Directement liés à la collecte, les principes d’ordonnancement transforment le musée en un « entrepôt » culturel19. Ce qui est exigé avant tout, c’est un ordre intellectuel des objets. C’est ce dernier qui détermine l’intelligibilité du lieu et aboutit du moins à un « fondement » pour les diverses expositions. Cet ordre qui est projeté dans la matérialité du musée s’appuie sur quelques notions fondamentales, dans le cas de l’ethnologie principalement les peuples et les cultures ou aires culturelles (Kulturkreise). Au-delà de ce schéma intellectuel, le lieu muséologique est relativement ouvert à l’égard des lignes théoriques et des concepts scientifiques. À côté de cela il y a aussi une grille de types d’objets qui constitue une somme d’expériences quotidiennes au sein d’une culture (ou de plusieurs) avec lesquelles l’ethnologue s’est familiarisé. Il y a ainsi des objets sacrés ou magiques, les objets d’utilisation quotidienne, les bijoux ou les armes (pour lesquels les sujets de l’Empire wilhelmien semblent avoir eu un faible particulier). Il y a encore bien d’autres formes de catégorisation utilisant des coordonnées géographiques ou liées à la vision qu’avaient alors les ethnologues de l’évolution de l’humanité.

30Vu les provenances si diverses des objets, on ne s’étonnera pas que l’ordonnancement géographique ait primé : cette méthode devint un principe aussi bien de l’exposition permanente que du stockage. L’autre concept d’ordonnancement courant provenait de la perception de quelque chose comme la complexité sociale et culturelle ou la « primitivité » de l’« autre ». Dans une perspective de supériorité acquise, les Européens avaient l’habitude de porter un jugement sur le degré de maturité d’un peuple étranger et lointain. Leurs points d’appui étaient alors le niveau plus ou moins complexe des conquêtes techniques, le type d’habillement ou l’absence de ce dernier, l’effet plus ou moins choquant produit par les « mœurs et coutumes » locales.

31Visiter une exposition signifie aussi pour le visiteur reconnaître les caractéristiques symboliques de la maîtrise de la nature, c’est-à-dire des degrés de complexité ou de « primitivité », et être confronté à des jugements indirects sur les formes plus ou moins policées de différentes civilisations ou de ce qui n’est pas considéré comme telle. Ces critères se reflètent comme allant d’eux-mêmes dans les modèles d’exposition ethnologique.

  • 20 S. Westphal-Hellbusch, « Zur Geschichte des Museums », art. cité, p. 96.

32Il est vrai que « le Musée ethnologique considérait depuis toujours comme un de ses buts la représentation du développement de certaines techniques ou objets dans des séries comparatives. Des titres comme “De la houe à la charrue” ou “Du fuseau au métier à tisser” sont caractéristiques de cette méthode et n’auraient jamais été conçus sans la multitude d’objets s’accumulant dans les musées. Dans de nombreuses publications les matériaux du musée étaient utilisés pour décrire l’évolution des techniques […] mais les séries d’évolution n’ont jamais été un des principes d’ordonnancement fondamentaux des collections ethnographiques à Berlin, le principe géographique semblait plus adéquat20. »

33Cette orientation centrée sur l’histoire culturelle, qui domina dans ses diverses nuances l’ethnologie allemande pendant des décennies et l’éloigna de celles d’autres pays occidentaux, montre combien un paradigme théorique peut être ancré dans une pratique muséologique dans la mesure où celle-ci devient un point autour duquel s’organise la réflexion.

  • 21 Concernant la notion de biographie culturelle des objets voir I. Kopytoff, « The Cultural Biograph (...)

34Étant donné la manière dont le musée fonctionnait à l’époque, l’observation et d’autres activités de « découverte » durent en revanche rester en arrière par rapport à la collecte. Ces activités perdirent du terrain dans la pratique ethnologique à mesure qu’on reconnaissait aux choses, aux objets collectionnés, plutôt un lieu clairement définissable en termes d’histoire culturelle qu’une biographie21. L’accentuation des espaces historiques dans les efforts de collection permet peut-être d’éclaircir un arrière-plan contemporain qui se réfère à l’appropriation d’objets étrangers et à leur représentativité pour un ensemble culturel.

35Les peuples qui suscitèrent la curiosité théorique résidaient loin de l’Europe. Les objets ethnographiques arrivant en Europe, prouvaient sans aucun doute aussi bien leur existence que leur différence dans l’éloignement. Séparés de leurs conditions d’émergence, ces objets acquièrent une sorte d’aura « exotique ». De plus ils sont un indice de cet état de fait troublant : il existe des peuples dont la culture et l’histoire se sont développées en dehors de l’horizon de pensée européen en des époques jusqu’à présent inconnues. Le canon des questions légitimes en sciences humaines s’en trouva ébranlé pour longtemps.

36Parmi les chercheurs de l’époque régnait un large consensus voulant que les peuples « primitifs » non-européens allaient disparaître rapidement suite à la collision avec la civilisation européenne surpuissante. La collecte d’objets offrait d’après eux la garantie d’une possible reconstruction des évolutions historico-culturelles de toutes les régions du monde. Ceci donna une impulsion décisive aux efforts pour atteindre une certaine exhaustivité dans les collections.

  • 22 Voir H. W. Debrunner, Presence and Prestige. Africans in Europe. A History of Africans in Europe b (...)

37Le Musée ethnologique de Berlin ne peut nier un rapport étroit avec un phénomène aussi englobant que le colonialisme : aussi bien l’acquisition d’un savoir ethnologique que la pratique de constitution des collections étaient conditionnées par ce dernier. En ce qui concerne l’horizon des musées ethnologiques, et en tout premier lieu de celui de la capitale, il faut noter que les habitants de l’Empire conçus comme minorités ethniques ou nationales – et il y en avait un certain nombre –, constituaient une tache aveugle, sans parler des quelques « hommes de couleurs », asiatiques ou africains, qui habitaient la métropole allemande de manière durable ou provisoire. C’étaient des étrangers effacés, tolérés un peu par hasard, qui avaient du mal à exister autant dans leur propre perception que dans celle des autres22.

38L’ethnologie était consciente de la pluralité des peuples et des cultures dans l’histoire, mais elle n’osait pas affirmer cette perception vis-à-vis de la société qui était la sienne. Cette possibilité semblait lui être fermée. De plus, alors qu’autour de 1900 les nations européennes attirent de plus en plus à elle les productions du monde extra-européen et exposent publiquement dans des musées une sélection bien choisie de ces objets, une séparation renforcée entre Européens et non-Européens est mise en œuvre au même moment. Il était facile de s’approprier et d’intégrer des objets, des artefacts portant une empreinte étrangère, même des contrées entières portaient désormais le sceau d’un pays européen, mais les hommes devaient être tenus à distance ou être inscrits dans un rapport de domination. En un temps où les attentes démocratiques grandissaient, ces hommes risquaient sinon, comme on le craignait, de revendiquer une certaine égalité en tant que citoyens. C’est dans ce contexte qu’est entrée en vigueur une distribution étonnante, évoluant dans deux sens opposés, qui traverse aussi l’espace du musée : une revalorisation des objets exotiques concomitante avec une dévaluation des humains issus des mêmes pays que ces objets.

  • 23 Voir par exemple les observations du journaliste français Jules Huret et sa rencontre avec les Jui (...)
  • 24 Voir les travaux de Klaus J. Bade et notamment sous forme condensée : Europa in Bewegung. Migratio (...)

39Durant l’Empire wilhelmien, Berlin n’est pas seulement une ville manifestant bruyamment sa puissance mondiale ou faisant étalage de son nationalisme, c’est aussi une ville qui voit naître les prémices d’un pluralisme culturel. Des hommes de nationalités et d’arrière-plans culturels très divers s’y heurtaient les uns aux autres et vivaient dans la plus grande proximité23. Tout comme l’État dans son entier, cette ville était un lieu traversé par les grandes migrations qui au xixe siècle allaient surtout d’est en ouest, et où certains des migrants s’arrêtaient pour une durée encore inconnue24. À Berlin, capitale mouvementée de l’Empire, il ne fut tout simplement pas possible de transformer le Musée ethnologique en lieu de dialogue. Le musée était certes un moyen de connaissance mais il montrait aussi que pour connaître quelque chose d’« étranger » il fallait d’abord se l’approprier intellectuellement. Le début du processus de connaissance fut constitué par une mainmise pleine de brusquerie sur des mondes d’objets étrangers et exotiques.

Notes

1 U. van der Heyden et J. Zeller (éd.), Kolonialmetropole Berlin. Eine Spurensuche, Berlin, 2002.

2 Voir les nombreux volumes de l’histoire de l’anthropologie éditée depuis 1983 par George W. Stocking Jr, History of Anthropology, The University of Wisconsin Press.

3 D’après le compte rendu précis de Jebens, ce furent 44 000 personnes qui affluèrent à Hambourg en 1877 au moment de Pâques pour voir la première présentation d’Esquimaux. En 1883 ils furent 93 000 en une seule journée à Berlin à ne pas vouloir manquer les Kalmoucks. Voir H. Jebens, « Exotische Bilder-Kulturkontakt und Photographie in Hagenbecks Völkerschauen », in M. Schindlbeck (éd.), Die ethnographische Linse. Photographien aus dem Museum für Völkerkunde Berlin. Veröffentlichungen des Museums für Völkerkunde Berlin, n.s. 48, Berlin, 1989, p. 25-28.

4 Voir Id, ibid., p. 25. Il utilise ici les informations apportées par H. Thode-Arora, (Für fünfzig Pfennig um die Welt. Die Hagenbeckschen Völkerschauen, Francfort/Main, 1989).

5 Pour le contexte général des grandes expositions, voir E. Fuchs (éd.), « Weltausstellungen im 19. Jahrhundert », Comparativ. Leipziger Beiträge zur Universalgeschichte und vergleichenden Gesellschaftsforschung, 9e année, n° 5/6 (1999), Leipzig, 2000.

6 C. Essner, « Berlins Völkerkunde-Museum in der Kolonialzeit. Anmerkungen zum Verhältnis von Ethnologie und Kolonialismus in Deutschland », in Berlin in Geschichte und Gegenwart. Jahrbuch des Landesarchivs Berlin, 1986, p. 65-94.

7 S. Westphal-Hellbusch, « Hundert Jahre Ethnologie in Berlin, unter besonderer Berücksichtigung ihrer Entwicklung an der Universität », in Festschrift zum hundertjährigen Bestehen der Berliner Gesellschaft für Anthropologie, Ethnologie und Urgeschichte 1869-1969, vol. 1, Berlin, 1969, p. 157-83.

8 C. Essner, « Berlins Völkerkunde-Museum », art. cité, p. 89.

9 Voir Festschrift zum hundertjährigen Bestehen der Berliner Gesellschaft für Anthropologie, Ethnologie und Urgeschichte 1869-1969, vol.1, Berlin 1969. Voir la contribution de A. Lewerentz dans le présent volume.

10 Voir notamment A. Fiedermutz-Laun, « Adolf Bastian (1826-1905) », in W. Marschall (éd.), Klassiker der Kulturanthropologie. Von Montaigne bis Margaret Mead, Munich, 1990, p. 10936 et 329-37 ; W. E. Mühlmann, Geschichte der Anthropologie, 2e éd., Francfort/Main, 1968, p. 87 sq ; H. Voges, « Das Völkerkundemuseum », in E. Francois et H. Schulze (éds.), Deutsche Erinnerungsorte, vol. 1, Munich, 2001, p. 305-21. On trouvera une interprétation originale de l’œuvre de Bastian chez F. Kramer, Verkehrte Welten. Zur imaginären Ethnographie des 19. Jahrhunderts, 2e édition, Francfort/Main, 1981.

11 Voir G. Bollenbecks, Bildung und Kultur. Glanz und Elend eines deutschen Deutungsmusters, Francfort/Main, 1994.

12 Voir A. Assmann, Arbeit am nationalen Gedächtnis. Eine kurze Geschichte der deutschen Bildungsidee, Frankcfort/Main, 1993.

13 Voir S. Westphal-Hellbusch, « Zur Geschichte des Museums », in Hundert Jahre Museum für Völkerkunde Berlin, Baessler Archiv, n.s., 21/1973, p. 1-99, ici p. 91 sq.

14 id., ibid., p. 92 sq.

15 id., ibid., p. 94.

16 id., ibid., p. 95.

17 id., ibid., p. 95.

18 id., ibid., p. 94.

19 id., ibid., p. 96 sq.

20 S. Westphal-Hellbusch, « Zur Geschichte des Museums », art. cité, p. 96.

21 Concernant la notion de biographie culturelle des objets voir I. Kopytoff, « The Cultural Biography of Things », in A. Appadurai (éd.), The Social Life of Things, Cambridge, 1986.

22 Voir H. W. Debrunner, Presence and Prestige. Africans in Europe. A History of Africans in Europe before 1918, Bâle, 1979 ; F. El-Tayeb, Schwarze Deutsche. Der Diskurs um “Rasse” und nationale Identität 1890-1933, Francfort/Main et New York, 2001 ; K. Oguntoye, Eine afro-deutsche Geschichte. Zur Lebenssituation von Afrikanern und Afro-Deutschen in Deutschland von 1884 bis 1950, Berlin, 1997 ; P. Reed-Anderson, Berlin und die afrikanische Diaspora, Berlin, 2000.

23 Voir par exemple les observations du journaliste français Jules Huret et sa rencontre avec les Juifs berlinois qu’il conçoit comme une minorité (Jules Huret, En Allemagne, vol. 3 : Berlin, Paris, 1909). La traduction allemande de Nina Knoblich, Berlin um Neunzehnhundert, Munich, 1909 a été rééditée en 1997 à Berlin.

24 Voir les travaux de Klaus J. Bade et notamment sous forme condensée : Europa in Bewegung. Migration vom späten 18. Jahrhundert bis zur Gegenwart, 2e éd., Munich, 2002.

© CNRS Éditions, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search