Version classiqueVersion mobile

La géoarchéologie française au xxie siècle

 | 
Nathalie Carcaud
, 
Gilles Arnaud-Fassetta

Partie III. Alluvionnement, peuplement, stratégies et formes d'adaptation/Section 3. Alluviation, settlement strategies and adaptation

Chapitre XII. La vallée du Nil en Haute-Égypte pendant la période dynastique

Un exemple d’adaptation des sociétés humaines aux modifications hydrologiques dans le secteur de Karnak

Matthieu Ghilardi

Texte intégral

Les recherches présentées font partie du Projet Exploratoire Premier Soutien (PEPS) intitulé « Étude géoarchéologique des anciens ports nilotiques de Haute-Égypte : Coptos, Karnak, Médamoud et Tôd », financé par le Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS, département scientifique des Sciences Humaines et Sociales, InSHS) et coordonné par Matthieu Ghilardi. Christophe Thiers et Mansour Boraik, directeurs du Centre Franco-Egyptien d’Étude des Temples de Karnak (CNRS, USR 3172) sont remerciés pour leur soutien financier et pour leur intérêt dans la reconstitution paléoenvironnementale de l’écoulement du Nil au cours des recherches 2009-2010. Leur bienveillante disponibilité et leur hospitalité ont été aussi très appréciées. De chaleureux remerciements sont respectivement adressés à Ibrahim Soliman (CSA), directeur des Temples de Karnak, et aux inspecteurs du CSA Salah El Masekh, Mohamed Ali Hatem, Tayeb Guarib pour les échanges constructifs et leur aide précieuse. Je souhaite exprimer ma profonde gratitude à Laure Pantalacci (ancienne directrice de l’IFAO et professeur d’égyptologie à l’université de Lyon) pour son invitation à venir travailler sur le site de Coptos pendant l’automne 2009. Enfin, je tiens à remercier d’une part Nicole et Joseph Ghilardi pour leurs relectures attentives et d’autre part les relecteurs anonymes de cet article pour leurs commentaires et leurs suggestions très utiles.

La question de la mobilité du Nil en Haute-Égypte à l’Holocène récent

1D’une longueur d’environ 6 500 km, le Nil est le plus long fleuve de la planète, s’étendant en Afrique du nord-est jusqu’aux côtes égyptiennes de la Méditerranée sur près de 35° de latitude (Woodward et al., 2007). Reconstituer les différentes phases de mobilité latérale/verticale de ce méga-fleuve à l’échelle de la Haute-Égypte (secteur situé à 700 km au sud du Caire ; Fig. 1), en lien avec l’histoire de l’occupation humaine, est une problématique relativement récente et d’un intérêt scientifique pluridisciplinaire majeur. Or, très peu d’études géoarchéologiques (Traunecker, 1970 ; Hillier et al., 2007) ont été développées dans la célèbre vallée thébaine et dans le secteur de Karnak en particulier. Depuis quelques années, les recherches paléoenvironnementales s’intensifient grâce à une étroite collaboration entre le CNRS (laboratoires CEREGE et CFEETK) et le Conseil Suprême des Antiquités d’Égypte (CSA) : des résultats majeurs et pionniers ont été récemment publiés sur la mobilité spatio-temporelle du Nil (Ghilardi et Boraik, 2011 ; Ghilardi et al., 2012). Pourtant, la Haute-Égypte, connue pour ses célèbres sites et temples pharaoniques de Coptos, Karnak (plus grand complexe cultuel de la planète inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO depuis 1979), Louqsor, Dendérah, Médamoud et Tôd (Fig. 1), a été très peu étudiée d’un point de vue paléoenvironnemental et les données disponibles pour évaluer la mobilité spatio-temporelle du Nil au cours de l’Holocène moyen et récent sont rares ; cette dernière période (i.e., les 6 derniers millénaires) correspond aux époques prédynastique (5000-3125 av. J.-C.), dynastique (3125-332 av. J.-C.), lagide-romaine (332 av. J.-C.-395 apr. J.-C.), byzantine (ve-vie s. apr.J.-C.), et islamique (à partir de 642 apr. J.-C.) dans la chronologie de l’occupation de la vallée thébaine. Privilégiée pour reconstituer la paléogéographie des temples de Karnak, l’approche géoarchéologique a été motivée par la nécessité de mieux comprendre les relations entre les variations latérales et verticales du cours du Nil dans la vallée thébaine et d’apprécier le rôle majeur joué par les wadi (cours d’eau intermittents et affluents éphémères du fleuve) pour tenter d’expliquer les logiques d’implantation des temples pharaoniques. L’étude sédimentaire d’un forage profond de 25 m associée à une étude géoélectrique (Fig. 2) ont livré des éléments de réponse majeurs quant à l’installation des temples sur des levées sableuses (i.e., gezirah, « île » ou « péninsule » en arabe). Grâce à l’acquisition pionnière de datations radiométriques, un autre résultat fondamental de notre étude a été de dater précisément l’écoulement du Nil le long du quai de Karnak, récemment mis au jour dans le cadre de fouilles dirigées par Mansour Boraik (CSA) entre 2007 et 2010 (Boraik, 2010).

Cadres géologique et géomorphologique

2Le bassin-versant actuel du Nil couvre une superficie d’environ 2, 9 millions de km² (Shahin, 1985) et traverse successivement dix pays avant de se jeter dans la mer Méditerranée (Fig. 1). La branche principale de ce méga-fleuve africain est le Nil Blanc dont les sources se situent dans la région des Grands Lacs en Afrique équatoriale. Vers l’aval, la ville de Khartoum, implantée au centre du Soudan, marque la confluence entre le Nil Blanc et le Nil Bleu alors qu’au Soudan septentrional, les eaux de l’Atbara viennent grossir avec intermittence celle du Nil au niveau de la ville d’Atbara (Woodward et al., 2007). Le Nil Bleu et l’Atbara ont pour particularité de drainer les hauts plateaux volcaniques de l’Éthiopie (Zaki, 2007). En Égypte, aucun affluent majeur à écoulement pérenne ne vient se jeter dans le Nil dans un secteur marqué par l’aridité du désert du Sahara. Seuls témoignages de la présence d’éphémères affluents nilotiques, de profondes gorges asséchées n’excédant qu’exceptionnellement 10 km de long parcourent le plateau thébain entre les villes d’Assouan et du Caire ; elles sont localement connues sous le terme de wadi (Zaki, 2007), l’équivalent du terme oued au Maghreb. En Haute-Égypte, deux de ces cours d’eau à écoulement intermittent (wadi Hammamat et El Médamoud) ont édifié de larges cônes détritiques pendant les périodes pliocène et pléistocène, avant d’être majoritairement recouverts à l’Holocène récent par les apports nilotiques. De nos jours, seuls les apex de ces prismes sédimentaires à forte hétérogénéité granulométrique sont clairement identifiables en rive droite du Nil, dans les environs de Coptos et au sud de Médamoud (Fig. 1 ; Ghilardi et al., 2012). D’un point de vue géologique, le plateau thébain est majoritairement constitué de roches sédimentaires d’âge crétacé à éocène (Fig. 2A) ; large d’environ 10 km, la vallée du Nil en Moyenne et Haute-Égypte s’est encaissée dans une structure tabulaire aclinale il y a environ 5-8 Ma, laissant apparaître sur ses marges d’impressionnants escarpements subverticaux (Butzer, 1980 ; Hillier et al., 2007) qui atteignent parfois 300 m de hauteur (Badawy et al., 2006). Le plateau ne dépasse que très rarement 500 m d’altitude et sa partie supérieure est essentiellement constituée de calcaires crayeux éocènes (Fig. 2A). R. Said (1981) a démontré que la vallée du Nil correspond à une zone tectonique relativement active et que les rejeux de faille au pied du plateau ont conduit à la mise en place d’un vaste graben dans lequel le Nil s’est naturellement écoulé (Fig. 2A). Le tracé actuel du fleuve dépend de plusieurs facteurs parmi lesquels la tectonique a joué un rôle primordial au même titre d’ailleurs que la création du rit est-africain et du volcanisme actif qui y est associé. Au cours du Quaternaire, les phases successives d’érosion et de sédimentation du Nil, associées aux variations du niveau marin, ont induit des modifications du profil d’équilibre du cours principal et de ses affluents. À ce titre, la région volcanique des hauts plateaux éthiopiens a été intégrée au bassin-versant du Nil à partir du Paléolithique ancien (Williams, 2009), favorisant ainsi l’apport de sédiments d’origine volcanique présentant une forte concentration de minéraux magnétiques (Hamrouch et Stanley, 1990 ; Ghilardi et Boraik, 2011). Les pyroxènes sont ainsi totalement absents des dépôts antérieurs au Paléolithique dans la partie aval du bassin-versant (Ismaël et Delaune-Mayère, 1987).

Fig. 1. Carte de localisation du secteur d’étude. Les transects géologiques (trait épais) AA’ et géoélectriques (trait épais) BB’ reportés sur la carte de Haute-Égypte sont issus des travaux d’A. M. Ismail et al. (2005).
L’étoile de couleur grise indique la localisation de la vallée des Reines et l’étoile blanche, celle de la vallée des Rois. Le cercle de couleur grise révèle l’emplacement d’où a été prise la Fig. 3A et le cercle de couleur blanche indique la position d’où a été prise la photo de la Fig. 3B.

Fig. 2. Coupe géologique AA’ et profil sismique/lithologique BB’ (voir Fig. 1 pour localisation des transects, adaptés d’après Ismail et al., 2005). A : Coupe géologique AA’ localisée sur la rive est du Nil, dans le secteur des temples de Karnak et de Médamoud. 8 unités lithologiques. 1 : grès et argiles datant du Crétacé ancien ; 2 : schistes et marnes du Crétacé récent ; 3 : schistes datant du Paléocène ; 4 : calcaires datant de l’Eocène ancien (principale roche du plateau thébain) ; 5 : argiles d’âge pliocène ; 6 : graviers, sables et argiles (alluvions d’âge pliopléistocène) ; 7 : sables et graviers (alluvions datés du Quaternaire récent) ; 8 : sables, limons et argiles d’âge holocène. B : Profil sismique BB’. Les valeurs de résistivité sont exprimées en Ω.m. 7 unités géoélectriques (UG). 1 : UG 1 (limons et argiles secs) ; 2 : UG 2 (sables et limons argileux humides) ; 3 : UG3 (graviers, limons et argiles saturés en eau) ; 4 : UG4 (sables et argiles saturés en eau) ; 5 : UG5 (sables fins et limons) ; 6 : UG6 (galets, graviers et sables secs) ; 7 : UG7 (calcaires).

3Les méthodes géoélectriques, la sismique-réflexion en particulier, ont permis de révéler et de caractériser la géométrie tri-dimensionnelle des corps sédimentaires mis en place dans la vallée du Nil en Haute-Égypte au cours des temps géologiques (Ismail, 2003 ; Ismail et al., 2005) entre le tracé actuel du fleuve et le plateau oriental (Fig. 1 et Fig. 2). Sur un transect long d’environ 5 km, les valeurs de résistivité sont exprimées en Ω. m et mettent en évidence un contraste important entre le substrat géologique (composé de roches carbonatées, des calcaires notamment ; Fig. 2B) et les formations non consolidées de type galets, graviers et autres sédiments ins. Immédiatement à l’ouest des temples de Karnak, les alluvions récentes du Nil atteignent une profondeur d’environ 20 m sous la surface actuelle, soit une cote absolue de + 53 m asl. En allant vers le plateau oriental, l’épaisseur des sédiments nilotiques (présentant de faibles valeurs de résistivité car composés de limons et d’argiles) n’est plus que de 6 m environ.

Données archéologiques (période dynastique) sur le site de Karnak

4La région thébaine a constitué un centre religieux et économique puissant pendant une grande partie de la période dynastique et certains sites ont émergé, laissant leur empreinte dans l’histoire et le paysage : les temples aujourd’hui visibles sont les symboles de cette splendeur passée. Ainsi, les structures cultuelles à Karnak, Louxor, Dendérah, Médamoud, Tôd et Coptos ont favorisé l’émergence puis l’assise d’un pouvoir fort le long des berges du Nil en Haute-Égypte entre 2000 av. J.-C. et la fin de l’époque romaine. L’édification du complexe cultuel de Karnak a commencé à partir de la XIe dynastie (Charloux et al., 2004 ; Charloux, 2005, 2007) et s’est achevée pendant l’époque romaine (Legrain, 1903 ; Barguet, 2006). Ce complexe se compose d’un temple principal dédié à Amon-Rê et d’une multitude de temples divinatoires et de chapelles dédiés aux autres divinités du panthéon égyptien. On y retrouve également des pylônes massifs, des enceintes successives, des maisons de prêtres, des bains, etc. Pendant la période Dynastique, le développement du temple d’Amon-Rê a suivi une direction générale E-W. La limite occidentale est matérialisée par la présence d’un quai de grande ampleur construit à 90 m du premier pylône (Boraik, 2010 ; Ghilardi et al., 2012). De récentes fouilles archéologiques menées par le CSA (Boraik, 2010) ont dégagé une partie de cet imposant édifice, haut de 6 à 8 m et d’au moins 1 000 m de longueur (ses dimensions exactes demeurent à ce jour inconnues ; de nouvelles fouilles entreprises dans les environs du temple de Louxor, situé 3 km plus au sud, devraient mettre au jour des éléments de cet ancien quai). Les précédentes études égyptologiques et archéologiques restent incertaines quant à la date de construction de l’ouvrage. L’hypothèse la plus vraisemblable leur attribue une mise en place entre le premier quart du xe s. av. J.-C., au cours de la XXIIe dynastie (Lauffray, 1975). Une découverte archéologique majeure a été faite dans le secteur situé au sud de la tribune avec la superposition d’une rampe d’accès par bateau datée du règne du Pharaon Taharqa (XXVe dynastie, 690-664 av. J.-C.) sur le quai présupposé être daté de la XXIIe dynastie (Lauffray, 1975). Le contexte paléoenvironnemental et les conditions d’utilisation de ces structures sont assez peu connus et mal documentés : le quai a-t-il été construit de manière à protéger le complexe des temples de Karnak des violents épisodes de crue du Nil ? La rampe de Taharqa a-t-elle facilité un accès direct au fleuve dans un contexte d’accrétion sédimentaire rapide ? Au final, la présence du Nil au pied du premier pylône n’a jamais été prouvée et nos recherches récentes permettent de faire la lumière sur son écoulement dans la partie occidentale du complexe cultuel.

Méthodes d’étude des paléoenvironnements fluviatiles

5Un forage (F) de 25 m de profondeur a été étudié (Fig. 2B et 3B) et son calage altimétrique effectué à l’aide d’une station totale. Les sédiments ont été analysés au laboratoire de l’American Research Center in Egypt (ARCE) situé à l’intérieur de l’enceinte des temples de Karnak.

Analyse granulométrique et exoscopie des quartz

6L’analyse granulométrique de 150 échantillons a été réalisée par tamisage à sec réalisé manuellement en utilisant des tamis dont le diamètre de la maille est compris entre 2000 et 20 µ m. En complément, des ultrasons ont été utilisés pour la désagrégation des particules les plus fines. Les résultats ont ensuite été interprétés selon la méthode de R.L. Folk (1974), basée sur le calcul d’indices granulométriques tels la moyenne. L’ensemble des paramètres a été pris en compte pour définir les caractéristiques des milieux de sédimentation (i.e., environnements de dépôt). Pour compléter les caractéristiques granulométriques, la fraction sableuse moyenne (en µm) a été extraite puis examinée grâce à un microscope polarisant (MP) au laboratoire de l’ARCE. Les formes de surface et les traces de choc sur les grains de quartz fournissent de précieuses informations sur les modes/agents de transport ainsi que sur l’histoire de la sédimentation détritique dans la région (Krinsley et Doornkamp, 1973 ; Whalley et Krinsley, 1974 ; Higgs, 1979 ; Williams et Morgan, 1993).

Mesure de la susceptibilité magnétique

7La susceptibilité magnétique a été analysée au laboratoire de l’ARCE, en utilisant un équipement disposant d’une résolution de 10-5 SI (Standard International). L’intervalle de prélèvement adopté a été de 5 cm dans les sédiments en place. Les échantillons ont ensuite été déposés dans des boîtes en plastique d’un volume de 10 cm3, après avoir été séchés et pesés. Des analyses à basse (465 Hz) et haute (4650 Hz) fréquences ont été effectuées et les résultats exprimés en terme de susceptibilité spécifique (χ). La susceptibilité magnétique est indicatrice de la concentration des minéraux magnétiques et peut notamment servir à identifier des sources sédimentaires en comparant les concentrations respectives des minéraux magnétiques contenus dans les alluvions (Ghilardi et al., 2008). Dans le cadre de cette étude, la distinction a été possible entre les sédiments nilotiques, riches en minéraux magnétiques, produits de l’érosion des hauts-plateaux volcaniques d’Ethiopie, et les débris de wadi drainant le plateau thébain composé de roches carbonatées (pauvres en minéraux magnétiques). La taille des particules ferromagnétiques peut également affecter les valeurs de susceptibilité magnétique et l’utilisation des basse et haute fréquences permet de détecter les minéraux superparamagnétiques (taille inférieure à 0, 03 µm), créés par l’activité bactérienne ou par des processus physico-chimiques pendant la formation de sols (Dearing et al., 1996). La dépendance en fréquence de la susceptibilité χfd peut ainsi nous renseigner sur de potentielles activités anthropiques.

Fig. 3. Vues de la vallée du Nil et du complexe des temples de Karnak. A : Vue de la vallée du Nil prise depuis la vallée des Reines, en direction de l’est (photo : M. Ghilardi, 2009). Le premier pylône des temples de Karnak est visible en arrière plan du Nil. B : Vue aérienne oblique des temples de Karnak (photo : M. Ghilardi, 2009). L’emplacement du forage profond (F) se situe à 25 m plus vers l’ouest (flèche). Les temples de Karnak ont été construits entre la XIe dynastie (début du IIIe millénaire av. J.-C.) et l’époque romaine (fin du ive siècle apr. J.-C.). Le développement des structures cultuelles s’est fait d’est en ouest. Depuis 1979, le site archéologique est inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO.

Datations par le radiocarbone

8Les analyses radiométriques au 14C ont été réalisées selon la méthode dite « classique » au laboratoire de datation de l’IFAO installé au Caire (avec l’autorisation du CSA). Des échantillons provenant de coupes stratigraphiques et du forage profond (F) et prélevés entre 56, 09 et 72, 14 m d’altitude ont ainsi pu être datés puis calibrés à l’aide du logiciel OxCal version 4.1 (Bronk Ramsey, 1995, 2001 ; Reimer et al., 2009).

Une accrétion rapide des sédiments nilotiques entre 1600 av. J.-C. et 350 apr. J.-C. à l’ouest des temples de Karnak

9La stratigraphie déduite du forage profond (F) constitue la plus longue séquence sédimentaire jamais réalisée en Haute-Égypte (Fig. 2B et Fig. 4). Différents environnements de dépôt ont été identifiés ; ils sont décrits ci-dessous de la base au sommet.

Entre + 48 et + 50 m asl

10L’unité A (Fig. 4) se compose de galets anguleux et de galets très émoussés avec une matrice de graviers et de sables très grossiers. Les galets atteignent parfois 20 cm de longueur et présentent des arêtes bien nettes, voire tranchantes : il ne fait aucun doute que leur origine est locale et ils ont connu un transport assez court, sans doute de forte énergie. Seuls les wadi affluents du Nil peuvent avoir charrié ces éléments de taille hétérométrique et de composition carbonatée. Aucun artéfact ou dépôt de matière organique n’a été retrouvé, un âge de dépôt antérieur à l’Holocène, probablement pléistocène peut être envisagé et des datations de type OSL permettrait de proposer une datation plus précise de ces sédiments à forte teneur en quartz.

Entre + 50 et + 52 m asl

11L’unité B (Fig. 4) est constituée d’un mélange de sables grossiers de couleur jaune à blanche, présentant un fort émoussé de surface (ronds mats ; Fig. 4A) avec des galets très arrondis (en majorité des fragments calcaires). Les valeurs de susceptibilité magnétique sur les sables sont assez faibles, comprises entre 21 × 10-8 et 38 × 10-8 m3/kg. χfd est inférieure à 1 % et semble confirmer l’origine détritique du signal magnétique. La granulométrie indique une taille moyenne des grains de sable comprise entre 400 et 500 µm avec une distribution plurimodale. Un transport par un wadi suivi d’un remaniement des particules les plus fines par le vent (par roulement et/ou par saltation) peuvent être à l’origine de la sédimentation.

Entre + 52 et + 55 m asl

12L’unité C (Fig. 4) comprend des sables grossiers de couleur jaune et grise, révélant une absence totale de particules dont la taille moyenne est d’environ 600 µ m. Les mesures de susceptibilité magnétique indiquent une augmentation progressive du signal depuis la base (38 × 10-8 m3/kg) vers le sommet de l’unité (130 × 10-8 m3/kg), avec une moyenne oscillant autour de 80 × 10-8 m3/kg. χfd est inférieure à 1 % et indique une très faible contribution des minéraux superparamagnétiques (comme pour l’unité B). La moyenne granulométrique est proche de 300-350 µm. L’environnement de dépôt est celui d’un fleuve qui a remanié les sédiments de wadi sous-jacents lors de phases de crue ou de haut débit. L’augmentation significative des valeurs de susceptibilité magnétique peut être expliquée par une concentration plus forte de minéraux magnétiques charriés par le Nil depuis la partie amont de son bassin-versant et des plateaux éthiopiens en particulier. De récents travaux menés dans le delta du Nil (Tristant, sous presse) évoquent l’installation de sites d’âge prédynastique sur des levées sableuses (appelées gézirah) composées de dépôts éoliens régulièrement remaniés lors d’épisodes de crues nilotiques. Nous proposons donc d’assimiler l’unité C à des sédiments de gézirah.

Entre + 55 m et + 73 m asl (surface)

13La dernière séquence sédimentaire identifiée correspond à l’unité D (Fig. 4). De nombreux artéfacts (poteries quasi intactes, tessons de céramique, briques rouges, etc.) sont inclus dans les sédiments. À une altitude de + 56 masl, des sables moyens à fins (taille moyenne des grains comprise entre 175 et 275 µm), de couleur grise et présentant de fortes valeurs de susceptibilité magnétique (160-260 × 10-8 m3/kg) sont mélangés à des fragments de poteries et des morceaux de bois (Acacia sp.) dont la longueur oscille entre 5 et 15 cm (Fig. 4B). L’unité D (18 m d’épaisseur) est composée d’alluvions nilotiques bien triées et déposées de manière synchrone à la poursuite de la construction des temples de Karnak. En allant vers le sommet de la séquence sédimentaire, des valeurs très élevées pour c, jusqu’à 470 × 10-8 m3 /kg, couplées à une χfd relativement faible (inférieure à 2 %) confirment l’origine détritique des dépôts et l’importance de la taille des minéraux magnétiques, en relation avec la granularité générale. La configuration géologique du bassin-versant du Nil est marquée par l’omniprésence de roches volcaniques dans les sous-bassins versants du Nil Bleu et de l’Atbara, deux affluents majeurs du Nil (Woodward et al., 2007). L’érosion de ces roches récemment formées sous des conditions climatiques équatoriales et tropicales a favorisé un important détritisme, au même titre que la déforestation à l’Holocène récent des plateaux volcaniques d’Ethiopie (Woodward et al., 2007), et un transport des minéraux magnétiques vers l’aval, en direction de l’Égypte. La datation par le radiocarbone d’un fragment d’acacia positionné à environ + 56 m asl a permis de donner un âge assez précis à l’unité D (3158 ± 47 BP, soit 1494-1402 av. J.-C.), à rapprocher de l’histoire de l’occupation du site de Karnak au Nouvel Empire pendant le règne du Pharaon Thoutmosis III (1479-1424 av. J.-C.).

Fig. 4. Log stratigraphique du forage profond (F) réalisé à Karnak. Les altitudes sont exprimées par rapport au niveau moyen de la mer (asl). A : Photographie prise au microscope polarisant (laboratoire de l’ARCE) de sables provenant de l’unité B. B : Photographie d'une céramique caractéristique de la XVIIIe dynastie.

14Au sommet de l’unité D, vers + 73 m asl, une forte perturbation de la sédimentation nilotique est à mettre en relation avec des activités anthropiques marquées par la présence de briques en terre crue (Boraik, 2010). La datation de ces structures et artéfacts archéologiques (céramiques intactes trouvées in situ, murs constitués de briques en terre crue ; Fig. 4) peut être raisonnablement placée vers la fin de l’époque romaine. Vers + 72 m asl, les dernières alluvions nilotiques déposées au pied du quai (Fig. 4) ont été datées 1736 ± 110 BP soit 208-415 apr. J.-C. ; Ghilardi et Boraik, 2011 ; Ghilardi et al., 2012).

15En conclusion, une grande épaisseur (environ 18 m) d’alluvions d’origine nilotique, que l’on peut d’ailleurs corréler à la deuxième unité géoélectrique identifiée par A.M. Ismail et al. (2005) et visible sur la Fig. 2B, recouvre des dépôts de gézirah (environ 3 m d’épaisseur) qui surmontent eux-mêmes des apports de wadi. La période d’accumulation des alluvions du Nil déposées à l’ouest des temples de Karnak (entre la rampe de Taharqa et la tribune) est relativement courte, s’étalant probablement entre le début de la XVIIIe dynastie et la fin de l’époque romaine (soit environ 2000 ans), alors que les premières phases de construction des temples de Karnak remontent à la XIe dynastie. Une question se pose alors : où s’écoulait le Nil entre les XIe et XVIIIe dynasties ? La réponse ne peut encore être apportée de façon ferme en l’absence de données paléoenvironnementales mais il semblerait, d’après certains auteurs (Larché, 2007), que l’entrée originelle des temples au Moyen Empire devait se trouver à l’est et il n’est pas invraisemblable que le Nil s’écoulait alors de ce côté-ci du site… Une hypothèse paléoenvironnementale qui devra être prochainement vérifiée.

Évolution générale des paysages autour du site de Karnak

16Les analyses sédimentologiques ont clairement mis en évidence la présence de dépôts de wadi à plus de 21 m de profondeur, dont la datation ne peut être obtenue précisément en l’absence de dépôt de matière organique suffisant. Nous évoquons ici l’hypothèse d’un âge holocène ancien voire pléistocène ancien. L’origine locale des sédiments est indiquée par la présence de galets de taille hétérométrique présentant des degrés d’émoussé très contrastés et par une faible teneur en minéraux magnétiques (omniprésence de roches carbonatées sur le plateau thébain). Au-dessus de ces dépôts d’origine détritique où processus éoliens et transport épisodique par les wadi se combinent, des sédiments de « gézirah » ont été clairement identifiés. L’augmentation progressive de la susceptibilité magnétique associée à une distribution unimodale des courbes de fréquences granulométriques (moyenne d’environ 300-350 µm) indiquent un remaniement local par le Nil des dépôts de wadi. L’édification de ces gézirah en petites éminences protégées des crues annuelles du fleuve a clairement favorisé l’installation des premiers habitants en provenance du Sahara oriental (milieu du VIe millénaire av. J.-C. ; Tristant, 2004 ; Tristant, sous presse). Dans un contexte d’aridification du Sahara oriental (Lario et al., 1997 ; Midant-Reynes, 2003 ; Kuper et Kröpelin, 2006 ; Kröpelin et al., 2008) et de déforestation dans la partie amont du bassin-versant du Nil (Woodward et al., 2007), les wadi débouchant dans la vallée thébaine ont été progressivement recouverts par les alluvions nilotiques à l’Holocène récent. Les récentes études menées sur la mobilité du Nil en Haute-Égypte, à Karnak en particulier (Hillier et al., 2007), n’avaient pu mettre en évidence de manière précise des phases d’écoulement du fleuve dans les environs du complexe cultuel, daté par ses plus anciens aménagements de la fin du IIIe millénaire av. J.-C. Grâce aux données paléoenvironnementales obtenues, il est désormais possible d’attester que le Nil s’écoulait, probablement dès la fin du Moyen Empire et plus sûrement depuis le début du Nouvel Empire (vers 1450 av. J.-C.) jusqu’à la fin de l’Époque romaine à l’ouest du quai récemment daté du début du Ier millénaire av. J.-C. De nombreux jalons archéologiques nous renseignent sur la présence du Nil au pied de cet ouvrage imposant. La rampe du pharaon nubien Taharqa (XXVe dynastie) datée du viie s. av. J.-C. facilitait l’accès de la barque du souverain depuis le Nil vers les bâtiments de Karnak : cette rampe est toujours visible de nos jours. Les séquences chronostratigraphiques attestent un étroit passage vers le fleuve qui a été entretenu entre la tribune et cette rampe de Taharqa jusqu’à la fin de l’Époque romaine avant d’être totalement abandonné pendant les périodes d’occupation byzantine et islamique.

Bibliographie

Références

Badawy A., Abdel Monem S.M., Sakr K., Ali S.M., « Seismicity and kinematic evolution of Middle Egypt », Journal of Geodynamics, no 42, 2006, p. 28-37.

Barguet P., Le temple d’Amon-Rê à Karnak : essai d’exégèse. Recherches d’archéologie, de philologie et d’histoire, réédition de 1962, Le Caire, Editions IFAO, 2006.

Boraik M., « Excavations of the quay and the embankment in front of Karnak temples, a preliminary report », Les Cahiers de Karnak, no 13, 2010, p. 65-78.

Bronk Ramsey C., « Radiocarbon calibration and analysis of stratigraphy : The OxCal program », Radiocarbon, no 37-2, 1995, p. 425-430.

Bronk Ramsey C., « Development of the radiocarbon calibration program OxCal », Radiocarbon, no 43-2A, 2001, p. 355-363.

Butzer K.W., « Pleistocene history of the Nile Valley and Lower Nubia », in Williams M.A.J., Faure H., The Sahara and the Nile : Quaternary and Prehistoric Occupation in Northern Africa, Rotterdam, A.A. Balkema, 1980.

Charloux G., « The Middle Kingdom Temple of Amun at Karnak », Egyptian Archaeology, no 27, 2005, p. 20-24.

Charloux G., « Karnak au Moyen Empire, l’enceinte et les fondations des magasins du temple d’Amon-Rê », BiGen 28, Karnak, no 12, 2007, p. 191-226.

Charloux G., Lanoë E., « Nouveaux vestiges des sanctuaires du Moyen Empire à Karnak. Les fouilles récentes des cours du VIe pylône », Bulletin de la Société Française d’Egyptologie, no 160, 2004, p. 26-46.

Dearing J.A., Dann R.J.L., Hay K., Lees J.A., Loveland P.J., Maher B.A., O’Grady K., « Frequency-dependent susceptibility measurements of environmental materials », Geophysical Journal International, no 124-1, 1996, p. 228-240.

Folk R.L., The petrology of sedimentary rocks, Austin, Hemphill Publishing, 1974.

Ghilardi M., Boraik, M., « Reconstructing the Holocene depositional environments in the western part of the Karnak temples complex (Egypt) : a geoarchaeological approach », Journal of Archaeological Science, no 38, 2011, p. 3204-3216.

Ghilardi M., Kunesch S., Styllas M., Fouache E., « Reconstruction of Mid-Holocene sedimentary environments in the central part of the Thessaloniki Plain (Greece), based on microfaunal identification, magnetic susceptibility and grain-size analyses », Geomorphology, no 97, 2008, p. 617-630.

Ghilardi M., Tristant Y., Boraik M., « Nile River evolution in Upper Egypt during the Holocene : palaeoenvironmental implications for the Pharaonic sites of Karnak and Coptos », in Ghilardi M., Tristant Y., Charting Holocene landscape changes in the Mediterranean using the geoarchaeological approach, Géomorphologie : relief, processus, environnement, no 1, 2012, p. 7-22.

Hamroush H.A., Stanley D.J., « Paleoclimatic oscillations in East Africa interpreted by analysis of trace elements in Nile delta sediments », Episodes, no 13, 4, p. 264-269.

Higgs R., « Quartz-grain surface features of Mezosoic and Cenozoic sands from the Labrador and the western Greenland continental margins », Journal of Sedimentary Petrology, no 49, 1979, p. 599-610.

Hillier J.K., Bunbury J.M., Graham A., « Monuments on a migrating Nile », Journal of Archaeological Science, no 34, 2007, p. 1011-1015.

Ismaël H., Delaune-Mayère M., « La sédimentation au Quaternaire récent dans le delta du Nil : évolution de la dynamique et de la minéralogie des dépôts », Géodynamique, no 2-1, 1987, p. 69-82.

Ismail A., Geophysical, hydrological and archaeological investigation in the east bank area of Luxor – Southern Egypt, thèse de doctorat, université du Missouri-Rolla, 2003.

Ismail A.M., Anderson N.L., Rogers D., « Hydrogeophysical investigation at Luxor-Southern Egypt », Journal of Environmental and Engineering Geophysics, no 10-1, 2005, p. 35-49.

Krinsley D.H., Doornkamp J.C., Atlas of quartz and surface textures, Cambridge, Cambridge University Press, 1973.

Kröpelin S., Verschuren D., Lézine A.-M., Eggermont H., Cocquyt C., Francus P., Cazet J.-P., Fagot M., Rumes B., Russell J.-M., Darius F., Conley J.D., Schuster M., von Suchodoletz H., Engstrom D.R., « Climatedriven ecosystem succession in the Sahara : the past 6 000 years », Science no 320, 2008, p. 765-768.

Kuper R., Kröpelin S., « Climate-controlled Holocene occupation in the Sahara : motor of Africa’s evolution », Science, no 313, 2006, p. 803-807.

Larché F., « Les nouvelles observations sur les monuments du Moyen et du Nouvel Empire dans la zone centrale du temple d’Amon à Karnak », Les Cahiers de Karnak, no 12, 2007, p. 407-592.

Lario J., Sanchez-Moral S., Fernandez V., Jimeno A., Menendez M., « Palaeoenvironmental evolution of the Blue Nile (Central Sudan) during the Early and Mid-Holocene (Mesolithic-Neolithic transition) », Quaternary Science Reviews, no 16, 1997, p. 583-588.

Lauffray J., « La tribune du quai de Karnak et sa favissa », Les Cahiers de Karnak, no 5, 1975, p. 43-76.

Legrain G., « Second rapport sur les travaux exécutés à Karnak du 31 octobre 1901 au 15 mai 1902 », Annales du Service des Antiquités de l’Égypte, no 4, 1903, p. 1-40.

Midant-Reynes B., Aux origines de l’Égypte : Du Néolithique à l’émergence de l’Etat, Paris, Fayard, 2003.

Reimer P.J., Baillie M.G.L., Bard E., Bayliss A., Beck J.W., Blackwell P.G., Bronk Ramsey C., Buck C.E., Burr G.S., Edwards R.L., Friedrich M., Grootes P.M., Guilderson T.P., Hajdas I., Heaton T.J., Hogg A.G., Hughen K.A., Kaiser K.F., Kromer B., McCormac F.G., Manning S.W., Richards D.A., Southon J.R., Talamo S., Turney C.S.M., Van der Plicht J., Weyhenmeyer C.E., « INTCAL09 and MARINE09 radiocarbonage calibration curves, 0-50, 000 years cal. BP. », Radiocarbon, no 51-4, 2009, p. 1111-1150.

Said R., The geological evolution of the river Nile, New York, Springer-Verlag, 1981.

Shahin M., Hydrology of the Nile basin, Amsterdam, Developments in water science, Elsevier, 1985.

Traunecker C., « Les mouvements des eaux phréatiques de Karnak », Kêmi, no 20, 1970, p. 195-211.

Tristant Y., L’habitat prédynastique de la vallée du Nil : vivre sur les rives du Nil au Ve et IVe millénaires, British Archaeological Reports International Series, no 1287, 2004.

Tristant Y., L’occupation humaine dans le delta du Nil (Égypte) aux Ve et IVe millénaires. Approche géo-archéologique à partir de la région de Samara (delta oriental), Le Caire, Bibliothèque d’Étude, Institut français d’archéologie orientale, sous presse.

Whalley W.B., Krinsley D.H., « A scanning electron microscope study of quartz grains from glacial environments », Sedimentology, 21, 1974, p. 87-105.

Williams A.T., Morgan P., « Scanning electron microscope evidence for offshore-onshore sand transport at Fire Island, New York, USA », Sedimentology, 40, 1993, p. 63-77.

Williams M.J., « Late Pleistocene and Holocene environments in the Nile basin », Global and Planetary Change, no 69, 2009, p. 1-15.

Woodward J.C., Macklin M.G., Krom M.D., Williams M.A.J., «The Nile: evolution, Quaternary river environments and material fluxes», in Gupta A., Large Rivers: Geomorphology and Management, Chichester, Wiley, 2007.

Zaki R., « Pleistocene evolution of the Nile valley in northern Upper Egypt », Quaternary Science Reviews, no 26, 2007, p. 2883-2896.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Carte de localisation du secteur d’étude. Les transects géologiques (trait épais) AA’ et géoélectriques (trait épais) BB’ reportés sur la carte de Haute-Égypte sont issus des travaux d’A. M. Ismail et al. (2005).L’étoile de couleur grise indique la localisation de la vallée des Reines et l’étoile blanche, celle de la vallée des Rois. Le cercle de couleur grise révèle l’emplacement d’où a été prise la Fig. 3A et le cercle de couleur blanche indique la position d’où a été prise la photo de la Fig. 3B.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/22107/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 481k
Légende Fig. 2. Coupe géologique AA’ et profil sismique/lithologique BB’ (voir Fig. 1 pour localisation des transects, adaptés d’après Ismail et al., 2005). A : Coupe géologique AA’ localisée sur la rive est du Nil, dans le secteur des temples de Karnak et de Médamoud. 8 unités lithologiques. 1 : grès et argiles datant du Crétacé ancien ; 2 : schistes et marnes du Crétacé récent ; 3 : schistes datant du Paléocène ; 4 : calcaires datant de l’Eocène ancien (principale roche du plateau thébain) ; 5 : argiles d’âge pliocène ; 6 : graviers, sables et argiles (alluvions d’âge pliopléistocène) ; 7 : sables et graviers (alluvions datés du Quaternaire récent) ; 8 : sables, limons et argiles d’âge holocène. B : Profil sismique BB’. Les valeurs de résistivité sont exprimées en Ω.m. 7 unités géoélectriques (UG). 1 : UG 1 (limons et argiles secs) ; 2 : UG 2 (sables et limons argileux humides) ; 3 : UG3 (graviers, limons et argiles saturés en eau) ; 4 : UG4 (sables et argiles saturés en eau) ; 5 : UG5 (sables fins et limons) ; 6 : UG6 (galets, graviers et sables secs) ; 7 : UG7 (calcaires).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/22107/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 300k
Légende Fig. 3. Vues de la vallée du Nil et du complexe des temples de Karnak. A : Vue de la vallée du Nil prise depuis la vallée des Reines, en direction de l’est (photo : M. Ghilardi, 2009). Le premier pylône des temples de Karnak est visible en arrière plan du Nil. B : Vue aérienne oblique des temples de Karnak (photo : M. Ghilardi, 2009). L’emplacement du forage profond (F) se situe à 25 m plus vers l’ouest (flèche). Les temples de Karnak ont été construits entre la XIe dynastie (début du IIIe millénaire av. J.-C.) et l’époque romaine (fin du ive siècle apr. J.-C.). Le développement des structures cultuelles s’est fait d’est en ouest. Depuis 1979, le site archéologique est inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/22107/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 979k
Légende Fig. 4. Log stratigraphique du forage profond (F) réalisé à Karnak. Les altitudes sont exprimées par rapport au niveau moyen de la mer (asl). A : Photographie prise au microscope polarisant (laboratoire de l’ARCE) de sables provenant de l’unité B. B : Photographie d'une céramique caractéristique de la XVIIIe dynastie.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/22107/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 223k

Auteur

© CNRS Éditions, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search