Version classiqueVersion mobile

La géoarchéologie française au xxie siècle

 | 
Nathalie Carcaud
, 
Gilles Arnaud-Fassetta

Partie III. Alluvionnement, peuplement, stratégies et formes d'adaptation/Section 3. Alluviation, settlement strategies and adaptation

Chapitre XI. Dépasser le déterminisme

Pour une approche locale des interactions Nature/société dans le sud des Balkans à la transition du Néolithique à l’Âge du Bronze

Laurent Lespez, Zoï Tsirtsoni, José-Antonio López Sáez, Yann Le Drézen, Arthur Glais et Robert Davidson

Texte intégral

Le projet « Balkans 4000 » (ANR-07-JCJC-072) a été coordonné par Zoï Tsirtsoni, alors membre de l’UMR 5138 Archéométrie et Archéologie (CNRS, Universités de Lyon 1 et 2). Il a été porté par une équipe qui associait archéologues, géographes physiciens et archéobotanistes travaillant dans des institutions françaises et étrangères. Il s’est appuyé sur de nombreuses collaborations en Grèce (Services régionaux du Ministère de la Culture) et en Bulgarie (Institut Archéologique de l’Académie des Sciences, universités, musées régionaux). Que tous ces partenaires soient chaleureusement remerciés ici. Les datations 14C ont été effectuées dans les laboratoires de Lyon (mesures AMS à Saclay), Dimokritos, Erlangen et Beta Analytics. Les mesures de densité et de susceptibilité magnétique des carottes sédimentaires ont été réalisées au laboratoire Chrono-Environnement-UMR CNRS 6249 de Besançon.

Introduction

1Au cours des vingt dernières années, la littérature scientifique a été marquée par la recrudescence des publications qui lient les transformations culturelles au changement des conditions environnementales (par exemple Weiss et al., 1993 ; DeMenocal, 2001 ; Weninger et al., 2006 ; Büntgen et al., 2011, 2013). Les raisonnements à l’œuvre mettent en avant le rôle décisif des modifications des facteurs biophysiques dans l’émergence ou le déclin de certaines sociétés. Ils rejoignent certains argumentaires déterministes qui font jouer aux qualités plus ou moins favorables attribuées à certains espaces géographiques un rôle crucial pour comprendre l’organisation spatiale des sociétés. Les données acquises récemment en Grèce dans la longue durée de l’Holocène permettent d’étudier ces deux aspects des raisonnements qui attribuent un rôle déterminant aux conditions géographiques (Lespez, 2008, 2012 ; Lespez et al., 2013). Dans cet article, nous nous attacherons plus particulièrement aux conséquences des changements environnementaux sur les sociétés en confrontant les hypothèses émises par certains chercheurs travaillant dans les Balkans aux données acquises localement dans le nord de la Grèce, dans le cadre d’un programme de recherche ANR intitulé « Balkans 4000 ».

Déterminisme environnemental et sociétés néolithiques

La question du déterminisme environnemental

2Le « déterminisme » est consubstantiel à la démarche scientifique moderne puisque, dans son sens général, il signifie simplement que tout phénomène a une cause ou une série de causes identifiables. Dès les débuts de la science occidentale, la réflexion sur les causes naturelles susceptibles d’expliquer l’état des sociétés et leurs mutations a occupé une place importante dans les recherches. L’exemple le plus connu et le plus cité est celui de la « théorie des climats ». Développée dès l’Antiquité par des philosophes comme Aristote, elle a été formalisée par certains philosophes de la modernité, dont Montesquieu qui en propose, dans l’Esprit des lois (1748), la formulation la plus aboutie. Dans le chapitre X du Livre XIV, il l’exprime de la manière suivante : « Ce sont les différents besoins dans les différents climats, qui ont formé les différentes manières de vivre ; et ces différentes manières de vivre ont formé les diverses sortes de lois ». Ainsi, cette théorie propose une explication causale de certains faits sociaux qui fait jouer à la Nature un rôle primordial. Elle ne survivra pas à la fin de la modernité, néanmoins elle illustre comment l’effort de rationalisation du Monde et de la Nature au cours du Siècle des Lumières s’est accompagné de l’apparition des causes physiques.

3En géographie, le déterminisme a souvent été assimilé à « un déterminisme mécaniste par des facteurs naturels », comme le regrette F. Durand-Dastès (2004). D’ailleurs, les dictionnaires géographiques contemporains discutent en grande partie cette notion sous cet angle (Lévy, 2003). Les interprétations proposées dans les premières phases du développement de la discipline, qui faisaient jouer au milieu naturel un rôle déterminant pour expliquer l’organisation de l’espace, ont rapidement été critiquées. En France, cette critique a été prise en compte par la géographie de P. Vidal de La Blache (1903). Elle substitue à un déterminisme naturel étroit la notion de possibilisme, largement vulgarisée par les historiens. Celle-ci avance que les sociétés se développent indépendamment des milieux naturels, mais qu’elles tiennent compte dans leur développement des possibilités offertes par les milieux biophysiques. Appuyée sur les notions d’atouts et de contraintes, elle n’a jamais été une théorie scientifique mais plutôt une posture dialectique, afin d’éviter un déterminisme strict dont les géographes vidaliens percevaient les dangers.

4Cette attitude a cependant été largement critiquée, à la fois par les tenants de la nouvelle géographie, parce qu’elle favorisait in fine la description des réalités géographiques plutôt que la promotion de modèles explicatifs (Lévy, 2003), et par les géographes physiciens qui lui reprochaient de n’être « pas autre chose que la forme “scientifique” du laxisme », comme le résume G. Bertrand (1975). Si la géographie humaine s’est dès lors largement désintéressée de la question du rôle des milieux physiques dans les dynamiques sociales, G. Bertrand a promu l’idée « d’un déterminisme “relativé” par les seuils agrotechniques ». Il s’agit alors « d’apprécier dans le concret le poids des facteurs naturels sur le développement des sociétés rurales », en prenant comme principe que « chaque système agricole utilise le milieu naturel au mieux de son potentiel agrotechnique et que s’établit un équilibre dans la saturation du milieu par l’activité agricole ». Cela signifie un renversement du déterminisme, car les caractéristiques biophysiques du milieu n’ont qu’un poids relatif conditionné par le rôle déterminant des capacités techniques des sociétés. Cette position tente en fait de conserver les acquis du possibilisme vidalien, en affirmant le rôle primordial des sociétés, comme l’avait par exemple défendu P. Gourou (1982) dans ses recherches sur le monde tropical, tout en réhabilitant le raisonnement causal. Elle suggère une vision des relations Nature/société ponctuée par des seuils agrotechniques, qui a contribué à stimuler les recherches en archéologie agraire (Guilaine, 1991). G. Bertrand (1975) souligne parallèlement la nécessité de tenir compte des effets d’échelle dans l’analyse des déterminants et dans la formulation des explications causales. Cette proposition reste toujours explicitement ou implicitement acceptée par les géoarchéologues issus de la géographie, enrichie de la prise en compte de la non-linéarité des processus, du rôle des causalités multiples et de la contingence.

5À côté des réflexions sur le rôle des qualités biophysiques attribuées à certains espaces géographiques, déjà discuté pour le nord de l’Égée (Lespez, 2008, 2012), les questionnements sur le rôle des changements globaux, en particulier du climat, dans les mutations des sociétés se sont rapidement imposés. Ils constituent aujourd’hui un des thèmes les plus discutés par les archéologues et les spécialistes des paléoenvironnements, d’autant qu’ils peuvent s’appuyer sur les avancées récentes et rapides des recherches paléoclimatiques (par exemple Weiss et al., 1993 ; DeMenocal, 2001 ; Berglund, 2003 ; Diamond, 2005 ; Weninger et al., 2006, 2009 ; Tol et Wagner, 2010 ; Büntgen et al., 2011 ; Drake, 2012 ; Büntgen et al., 2013).

6Comme l’ensemble de la planète, le monde méditerranéen a été caractérisé par de profonds changements climatiques au cours de l’Holocène. On distingue aujourd’hui trois parties dans l’Holocène (Walker et al., 2012). Dans la zone tempérée, après les changements fondamentaux résultant du réchauffement climatique global intervenu entre le Tardiglaciaire et le début de l’Holocène, le passage de l’Holocène moyen à l’Holocène récent correspond globalement au passage de l’Optimum climatique (« Holocene Thermal Optimum » ou « Hypsithermal ») à une période plus fraîche, de plus en plus couramment dénommée « Neoglacial » dans la littérature internationale (Wanner et al., 2008). Aux latitudes méditerranéennes, au sud du 43-40 parallèle Nord, cette succession correspond à la transition entre une période plus humide et une période marquée par une aridification croissante du climat (Magny et al., 2012). Ce passage s’explique principalement par des facteurs orbitaux. La réduction progressive de l’insolation aux latitudes moyennes et septentrionales, en particulier estivale, entraîne un réajustement durable de la machine climatique à l’échelle globale. Néanmoins, la complexité de ce réajustement explique que le tempo précis de la transition pose toujours question (Wanner et al., 2008, 2011). Il interviendrait dès 3500 av. J.-C., mais semble s’accélérer après 2500 et 1800 av. J.-C., époque à laquelle il s’achève (Magny et al., 2009, 2012). Cela explique que la limite entre l’Holocène moyen et récent est de plus en plus fréquemment positionnée vers 2200 av. J.-C. (Walker et al., 2012).

7Indépendamment de ce changement de grande amplitude, une série d’oscillations climatiques séculaires ou pluriséculaires a été identifiée tout au long de l’Holocène (Magny, 1995 ; Mayewski et al., 2004 ; Wanner et al., 2008, 2011). Leur causalité demeure toujours débattue du fait de la complexité des téléconnexions dans la machine climatique globale, même si les forçages radiatifs liés à l’activité solaire et aux éruptions volcaniques et ceux issus des modifications de la circulation thermo-haline ont dû jouer un rôle majeur. Les enregistrements paléoclimatiques obtenus à partir de l’étude des archives océaniques en Atlantique (Bond et al., 1997), en Méditerranée occidentale (Comabrieu-Nebout et al., 2009) et orientale (Pross et al., 2009 ; Rohling et al., 2009 ; Geraga et al., 2010 ; Kotthoffet al., 2011), des zones humides et des lacs méditerranéens (Magny et al., 2009, 2011 ; Peyron et al., 2011 ; Magny et al., 2012) ainsi que des spéléothèmes (Bar-Matthews et al., 1998 ; Schilman et al., 2001) soulignent la récurrence de changements climatiques rapides (RCC). Ils permettent d’identifier cinq périodes de RCC pour les dix derniers millénaires : autour de 6200 av. J.-C., entre 4500-3000 av. J.-C., 2800-2000 av. J.-C., 1300-500 av. J.-C., 250-650 apr. J.-C. et 1200-1850 apr. J.-C. (Mayewski et al., 2004 ; Wanner et al., 2011). Celles-ci sont le plus souvent caractérisées par un climat plus frais et plus humide en Europe de l’ouest et une tendance à l’aridification au sud du 40e parallèle, en Méditerranée orientale (Magny, 2004 ; Magny et al., 2012). Au-delà du climat, c’est l’ensemble de l’environnement qui est affecté (Fletcher et Zielhofer, 2012). Leurs conséquences sur la végétation (Combrieu-Nebout et al., 2009 ; Jalut et al., 2009 ; Sadori et al., 2011) ainsi que sur les systèmes fluviaux ont été bien mises en évidence. Pour les grands cours d’eau tempérés comme la Loire et le Rhône (Arnaud-Fassetta et al., 2010) ou les cours d’eau britanniques (Lewin et al., 2005 ; Macklin et al., 2006, 2010), la succession de périodes marquées par un hydrodynamisme élevé est soulignée. Leurs conséquences sont également avérées pour de nombreux cours d’eau des rives nord et sud de la Méditerranée, comme l’attestent les recherches conduites dans la péninsule ibérique (Benito et al., 2008) ou au Maghreb par exemple (Zielhofer et Faust, 2008).

8Le rôle de ces changements climatiques a traversé de nombreux débats sur la question de l’émergence ou de la chute (« collapse ») des civilisations au cours du Néolithique et de l’Âge du Bronze. Pour certains, le passage entre le Dryas récent et le début de l’Holocène aurait profondément changé les ressources alimentaires disponibles et favoriser le développement de l’agriculture (Hillman et al., 2001), alors que pour d’autres le changement ne joue pas de rôle déclenchant (Willcox, 2005). Cette thématique s’est particulièrement épanouie dans le monde méditerranéen et en particulier la Méditerranée orientale (voir par exemple Carpenter, 1966 ; Weiss et al., 1993 ; Weninger et al., 2006 ; Berger et Guilaine, 2009 ; Weninger et al., 2009 ; Butzer, 2012 ; Drake, 2012).

La transition Néolithique-Âge du Bronze dans le sud-est des Balkans : un problème archéologique, des solutions environnementales ?

9Dans le sud-est des Balkans, la transition entre le Néolithique (ca. 7000-3300 av. J.-C. selon la terminologie grecque) et l’Âge du Bronze (ca. 3300-1100 av. J.-C.) fournit des indices contradictoires en matière d’évolution culturelle. D’une part, on dénombre plusieurs signes de rupture, avec la disparition de certains traits matériels et culturels marquants des dernières phases du Néolithique (appelées « Chalcolithique » en Bulgarie), comme les céramiques décorées, les figurines zoomorphes et anthropomorphes, ou les éléments de parure (Anthony et Chi, 2010). D’autre part, la persistance de certaines techniques (architecture, outillage en pierre et même en métal) et la permanence dans l’emplacement de certains habitats suggèrent qu’il pourrait y avoir, sinon continuité, au moins filiation entre les deux périodes (Tsirtsoni, 2004, 2010). Les datations effectuées par la méthode du radiocarbone durant les dernières décennies ont sérieusement fait pencher la balance du côté de la rupture puisqu’elles montrent que, sur les sites où les deux périodes sont représentées, plusieurs siècles séparent les derniers niveaux du Néolithique (Chalcolithique) des premiers niveaux de l’Âge du Bronze. Le hiatus s’étend, selon les sites et selon la précision des mesures, de ca. 4300/4000 à 3400/3000 av. J.-C. (Maniatis et Kromer, 1990 ; Görsdorf et Bojadžiev, 1996). De plus, très peu de sites fournissent des dates dans cet intervalle (Boyadziev, 1995 ; Maniatis et Papadopoulos, 2011).

10Mais la communauté scientifique n’est pas unanime quant à l’interprétation de ces données. La plupart des chercheurs travaillant en Grèce ont tendance à minorer le problème, soulignant le caractère provisoire des datations et mettant en avant les signes de continuité (Andreou et al., 1996 ; Demakopoulou, 1996 ; Treuil et al., 2008). En revanche, du côté bulgare, différentes hypothèses sont avancées pour expliquer les causes de ce qui est souvent perçu comme un effondrement total de civilisation. Certains archéologues évoquent des facteurs humains, sous forme d’invasions de peuples venus des steppes du Nord de la Mer Noire (Boyadziev, 1995, 1998), mais d’autres privilégient des facteurs environnementaux, à savoir un changement climatique provoquant une montée globale du niveau des eaux (Todorova, 1978, 1995, 2007) ou, inversement, une grave sécheresse (Nikolov, sous presse). Les habitants auraient péri et/ou se seraient tournés vers le nomadisme et le pastoralisme. La lacune du IVe millénaire av. J.-C. serait alors le résultat d’un déplacement des populations vers des zones à l’abri des inondations ou des invasions, notamment vers les zones montagneuses méridionales (Rhodopes), qui constituent les régions où le Chalcolithique semble perdurer le plus tardivement, jusqu’à 3800-3700 av. J.-C. Plusieurs travaux mettent en avant l’idée d’une progression du phénomène du nord-est (à la fois la zone la plus proche des steppes d’Europe orientale et la plus sensible d’un point de vue environnemental) vers l’ouest et le sud. Ils s’appuient, d’une part, sur les datations radiocarbone existantes (environ 220 recensées en Bulgarie pour le Chalcolithique et le début du Bronze Ancien avant « Balkans 4000 » ; Görsdorf et Bojadžiev, 1996) et, d’autre part, sur les parallélismes entre les différentes séquences chrono-typologiques locales (Todorova, 1995 ; Boyadjiev, 1998). La démonstration de cette hypothèse nécessite de prouver le caractère synchrone des destructions dans chaque région, ainsi que la succession des régions selon un ordre logique.

11Les mises en relation de l’évolution présumée du peuplement avec l’impact d’oscillations climatiques globales, comme celles qui afectent le IVe millénaire et qui sont centrées sur 4500-3900 av. J.-C. et 3400-3200 av. J.-C. (Mayewski et al., 2004 ; Wanner et al., 2011), ont été reprises dans des hypothèses qui promeuvent le rôle des changements climatiques dans les transformations sociales de la Méditerranée orientale au Néolithique et à l’Âge du Bronze (Weninger et al., 2009). La fin du Néolithique (Chalcolithique) égéobalkanique est perçue, dans ce contexte, non seulement comme une étude de cas exemplaire mais aussi comme un véritable modèle : « if [the hiatus] confirmed, this is perhaps the first time that chronological climate determinism is shown to allow a precise decadal-scale forecasting of periods for which major social variation may be expected » (Weninger et al., 2009, p. 37).

Le programme « Balkans 4000 » : une recherche combinée multiscalaire

12Le projet « Balkans 4000 » avait un double objectif. D’un point de vue archéologique, il s’agissait de remédier aux biais et à l’imprécision des données disponibles, en particulier les datations 14C, afin d’infirmer ou d’attester, puis de mesurer, le hiatus présumé et de décrire ses caractéristiques (Tsirtsoni, sous-presse). L’ouverture du cadre de l’enquête était essentielle pour pouvoir tester l’hypothèse d’une progression des abandons de sites et identifier, le cas échéant, son origine. Le cadre retenu s’étend ainsi de l’Attique à la basse vallée du Danube, couvrant une superficie totale de ca. 360 000 km2. Mais au sein de cette vaste aire, l’échelle d’observation était celle du site. Les sites enquêtés possèdent des profils variés, en terme de nature (habitats, nécropoles), de type d’installation (sites plats, tells, grottes), de localisation (plaines, montagnes, littoral) et de durée d’occupation. Ain de pouvoir détecter une organisation spatiale des résultats, nous avons étudié des sites répartis de façon aussi équilibrée que possible, compte tenu de la densité de la carte archéologique et des opportunités d’échantillonnage (Fig. 1).

Fig. 1. Les sites archéologiques concernés par le programme « Balkans 4000 » et la fenêtre étudiée dans le cadre de l’analyse paléoenvironnementale. 1 : sites d’habitat (cercles) et tombes (rectangles) datés dans le cadre du programme Balkans 4000 ; 2 : autres sites d’habitat (cercles) et nécropoles (rectangles) avec datations ; 3 : sites de référence sans datation.

Fig. 2. La fenêtre d’étude dans la basse vallée du Strymon et de l’Angitis et l’emplacement des carottages étudiés. 1 : limites des terrains néogènes et quaternaires ; 1904, 1918 et 1927 : limites du lac marécageux d’après les cartes anciennes.

13D’un point de vue paléoenvironnemental, il s’agissait de pallier la faiblesse des informations sur lesquelles s’appuyaient les hypothèses d’un forçage environnemental affectant l’organisation sociale des Balkans à la fin du Néolithique. La recherche développée visait à définir les conditions d’implantation et de vie des habitats et de leurs territoires environnants, aussi bien au moment de leur abandon qu’après, afin de réfléchir sur le rôle potentiel de l’environnement naturel dans les phénomènes observés localement. Profitant de la densité des recherches archéologiques récentes ou en cours, et des résultats acquis sur les interactions Hommes-milieux en Grèce du Nord (Lespez, 2003, 2007, 2008 ; Lespez et al., 2013), nous avons décidé d’approfondir et d’étendre les investigations conduites en Macédoine orientale. Le choix s’est porté sur la basse vallée du Strymon, au niveau de la confluence du fleuve avec l’Angitis, qui constitue son dernier affluent de rive gauche (Fig. 2). Cet espace, qui renferme au moins un site (Fidokoryphi) occupé durant les périodes concernées par le projet, possédait l’avantage d’être situé au centre de la zone d’étude archéologique et au débouché d’un axe d’orientation nord/sud, dont on sait qu’il a joué à plusieurs reprises un rôle crucial dans les dynamiques de peuplement des Balkans et dans les échanges entre le monde égéen et le sud-est européen. Il correspondait par ailleurs à un milieu sensible aux mutations environnementales, en particulier hydroclimatiques, et favorable à l’enregistrement des transformations des milieux sous l’action des activités agro-pastorales. En effet, les premiers résultats, acquis entre 2000 et 2005, ont montré le potentiel important et encore très largement inexploité d’archives sédimentaires luvio-lacustres très dilatées de 10 à 30 m de profondeur (Lespez, 2007).

Fig. 3. Vue du Lac Cercine prise aux environs de Zighna (de Langlumé dans Cousinery, 1831).

La recherche dans la basse vallée du Strymon : physionomie du terrain, démarche et méthodes scientifiques

14Au sud de la frontière bulgare, la basse vallée du Strymon se développe dans un vaste bassin d’effondrement qui s’allonge du nord vers le sud sur une centaine de kilomètres. Large de 15-20 km, il est bordé par de longs piémonts néogènes (calcaires et marnes) et quaternaires (cônes de déjection) plus ou moins disséqués et dominés par trois massifs montagneux dont les altitudes sont supérieures à 1 500 m : les Monts Cercine (2 031 m) au nord, le Ménikion (1 880 m) à l’est, les Monts Kerdyllion et Vertiskos (1 179 m) au sud-est et le Pangée (1 956 m) au sud-ouest. Le leuve Strymon (module : 80 m3/s) entre dans ce bassin par une gorge étroite et son tracé a été ensuite en grande partie rectifié (Fig. 2). Au cours du premier tiers du xxe s. (Ancel, 1930), le drainage complet de la dépression a favorisé le développement des cultures industrielles, comme la betterave, le coton et le maïs, alors que jusqu’aux travaux de drainage, la dépression était occupée par le lac marécageux d’Achinos. L’évolution de ce lac a pu être déterminée par l’exploitation des archives historiques. Les récits de voyages qui se succèdent depuis le xvie s. soulignent l’importance du fleuve et la nature lacustre et marécageuse de sa plaine d’inondation, dont les évolutions saisonnières sont décrites. Ainsi, par exemple, la lithographie « Vue du Lac Cercine prise aux environs de Zighna » (Fig. 3) et les témoignages d’E.-M. Cousinery (1831) révèlent ces paysages lacustres étendus. Les données historiques disponibles pour les périodes plus anciennes suggèrent la pérennité des paysages lacustro-palustres pour l’époque byzantine (Bellier et al., 1986). Les témoignages plus anciens sont rares mais ceux d’Hérodote, de Thucydide et d’Appien attestent également la permanence d’un lac associé au fleuve dans sa basse vallée ; celui-ci pourrait avoir été affecté par les mêmes rythmes saisonniers que ceux décrits pour l’époque contemporaine (Bellier et al., 1986).

15Les recherches paléoenvironnementales et géoarchéologiques qui ont été entreprises dans cet espace sont « classiques ». Un transect principal a été implanté, en tenant compte de l’évolution paléogéographique du lac attestée par l’étude des cartes anciennes (Fig. 4). Il traverse la basse vallée de l’Angitis, de part et d’autre d’une butte de terrain néogène, qui formait une île au milieu des espaces lacustro-palustres de la fin du xixe et du début du xxe s. Cette butte a servi de support à un habitat (Fidokoryphi) qui fut occupé à la fin du Néolithique Récent et à l’Âge du Bronze Ancien, d’après le mobilier archéologique recueilli en surface (Gramménos et Fotiadis, 1980).

Fig. 4. Le remblaiement sédimentaire holocène de l’Angitis, le long du transect de Fidokoryphi. 1 : graviers, sables grossiers ; 2 : sables moyens à grossiers ; 3 : sables fins micacés ; 4 : limons sableux ; 5 : limons ; 6 : limons gris ; 7 : limons organiques à tourbeux ; 8 : limons laminés et carbonatés.

16L’analyse chronostratigraphique du remblaiement sédimentaire holocène a été réalisée grâce à la mise en place de carottages régulièrement espacés et effectués à l’aide d’un carottier mécanique à percussion au cours de deux campagnes de terrain, en juin 2008 et en septembre 2009. Ils ont fait l’objet d’une description fine de la stratigraphie à l’aide de référentiels reconnus (Miall, 1996) et des échantillons organiques (tourbe, charbons, macro-restes végétaux) ont fait l’objet de datations radiocarbone (AMS) afin de fixer la chronostratigraphie. Deux carottages représentatifs de l’ensemble de la sédimentation holocène ont été prélevés en continu (tubes de 1 m) afin de procéder à des analyses à haute résolution en laboratoire. Les études microstratigraphiques (FC1, FC2, FC4) se sont appuyées sur des analyses micromorphologiques et granulométriques et sur des mesures de densité et de susceptibilité magnétique (FC4) afin de définir avec précision la provenance et les modes de mise en place du sédiment ainsi que les évolutions hydroclimatiques associées. En outre, sur certains carottages, la part organique du sédiment a été caractérisée afin d’identifier l’évolution des paysages végétaux environnants et, en particulier, d’y rechercher les éléments révélateurs du calendrier et des modes d’anthropisation des paysages végétaux. Cette étude s’est appuyée sur une analyse des grains de pollen, des palynofaciès et des micro-restes non-polliniques et sur une analyse du signal incendie (identification et comptage systématique des particules charbonneuses). L’échantillonnage a été réalisé selon une maille d’environ 10 cm (106 et 91 échantillons, respectivement). L’ensemble des résultats sont présentés avant de discuter de leurs conséquences pour le débat archéologique.

Les transformations de l’environnement d’après l’étude du transect de Fidokoryphi

17L’établissement de la chronostratigraphie du transect de Fidokoryphi repose aujourd’hui sur 6 carottages (FC1 à FC7) et une coupe (FCp1) ayant fait l’objet d’observations détaillées et livré 27 datations dont la précision varie de 30 à 50 ans BP (Fig. 4). Nous avons identifié la succession de 8 unités sédimentaires (US), possédant chacune une association de faciès sédimentaires spécifiques.

Fig. 5. Les principaux faciès sédimentaires observés sur le transect de Fidokoryphi. 1 : sables lités comportant des fragments de sédiments organiques et tourbes remaniés (F1) ; 2 : laminations de sables moyen à fin comportant de la matière organique amorphe et des fragments de végétaux (feuilles, branches,…) en position subhorizontale (F3) ; 3 : laminations de sables moyens à fins avec de la matière organique amorphe, de nombreux microcharbons et des fragments de végétaux (feuilles, branches…) en position subhorizontale (F4) ; 4 : laminations de sables fins limoneux micacés (F5) ; 5 : dépôts rythmés avec des laminations de limons fins carbonatés plus ou moins organiques (F6) ; 6 : limons carbonatés avec fragments de végétaux (F7) ; 7 : limons massifs gris (F8) ; 8 : limons massifs brun clair (F9) ; 9 : limons gris sombre avec de nombreuses figures pédogénétiques (chenaux, chambres) qui déterminent une structure polyédrique et des artéfacts archéologiques (os, terre brûlée, céramiques… ; F10).

La restitution de la dynamique hydromorphologique

Les faciès sédimentaires

18Dix types récurrents de faciès sédimentaires, qui possèdent des significations paléoenvironnementales différentes, ont été identifiés (Fig. 5). Les deux premiers correspondent à des sédiments grossiers qui témoignent d’écoulements fluviatiles et indiquent une sédimentation dans le chenal ou sur ses marges immédiates (F1, F2). Les quatre dépôts suivants indiquent un environnement luvio-lacustre (F3 à F7). Ils témoignent d’un plan d’eau permanent marqué par une certaine variabilité des apports détritiques fluviatiles (dépôts sableux) et des apports carbonatés (limons argileux plus ou moins carbonatés). Cette variabilité pourrait être saisonnière, même si l’alimentation du plan d’eau par des écoulements fluviaux suggère plutôt une variabilité liée aux apports hydrologiques (crues) de l’Angitis et du Strymon. Celle-ci ne se fait pas sentir pour le faciès F6 comme l’indique sa structure massive. Les deux faciès suivants (F7, F8) caractérisent les marges de ces environnements fluvio-lacustres et indiquent des milieux palustres. Les deux derniers faciès indiquent une plaine d’inondation caractérisée par des apports de limons de débordement (F9) alternant avec des périodes de pédogenèse plus ou moins développée (F10).

L’évolution hydromorphologique

19S’appuyant sur l’étude de la géométrie du remblaiement sédimentaire qui recouvre les formations pléistocènes caractéristiques des grands épandages de piémonts de Macédoine orientale et de la succession des faciès sédimentaires, il est possible de proposer une interprétation en huit phases successives de la dynamique de la basse vallée du Strymon.

  1. Les formations pléistocènes ont d’abord été incisées par l’Angitis dans l’axe actuel de la vallée. Latéralement se développe un paléosol de type vertique (U2) caractéristique de la pédogenèse holocène et sur lequel se sont localement installées des populations au cours de la fin du Néolithique moyen et/ou du début du Néolithique récent (milieu du VIe millénaire av. J.-C.), comme l’atteste le carottage FC2.
  2. Le remblaiement sédimentaire de la dépression intervient dès le VIe millénaire av. J.-C. (U3). Il indique le développement d’un environnement lacustre accompagné de marais latéraux qui viennent progressivement et lentement recouvrir les basses pentes des piémonts.
  3. Le développement lent de ces environnements lacustro-palustres est brutalement interrompu par des apports fluviatiles notables de part et d’autre de la butte de Fidokoryphi peu avant 3638-3518 av. J.-C. et jusque vers 2926-2777 av. J.-C. (U4). Cette évolution témoigne d’un hydrodynamisme plus important de l’Angitis et du Strymon, qui est contemporain de la période de changement climatique rapide observée à l’échelle globale. Ainsi, entre la fin du Néolithique récent et le début du Bronze ancien, les cours d’eau transportent un flux détritique beaucoup plus conséquent en même temps que le niveau des nappes augmente jusqu’à venir recouvrir les sols développés sur les parties distales du piémont qui sont alors en partie fossilisées.
  4. La sédimentation redevient progressivement plus fine (U5) témoignant d’écoulements moins énergiques sauf au droit de l’écoulement de l’Angitis. Les milieux lacustres perdurent dans la dépression et le long de la rivière alors que les milieux palustres s’épanouissent sur les marges. Cette phase, qui recouvre l’ensemble de l’Âge du Bronze et de l’Antiquité classique et hellénistique, correspond à la plus grande extension spatiale des environnements lacustro-palustres. Elle est également marquée par le développement de la sédimentation carbonatée qui s’amorce à partir de l’Âge du Bronze sur FC4 pour s’accentuer au cours de la transition entre l’Âge du Fer et l’Antiquité Classique. Cette sédimentation témoigne de l’apport régulier de matière en suspension (MES), issues de l’érosion des formations néogènes des piémonts encadrant les basses vallées du Strymon et de l’Angitis.
  5. Cette sédimentation s’interrompt, sans doute du fait d’une phase d’activation et d’incision des systèmes fluviaux, entre la période romaine et le début de l’époque byzantine (U6). Après cette période, le lac marécageux se développe à nouveau (U7). Il possède localement une double extension séparée par la butte de Fidokoryphi, alors que les espaces palustres saisonnièrement asséchés s’épanouissent sur les parties distales du piémont et au pied de la butte. Le remblaiement du lac marécageux est à nouveau très carbonaté, témoignant de l’apport régulier de MES issues de l’érosion des formations néogènes des piémonts au cours de l’époque byzantine et des premiers siècles de la domination turque. L’étendue lacustre est plus réduite qu’au cours de l’Âge du Bronze et de l’Antiquité grecque.
  6. La contraction des étendues lacustres s’accélère brutalement au cours de l’époque ottomane, à partir du xviiie s. Les alluvions atterrissent les marges de la dépression lacustre, alors qu’elles viennent régulièrement s’intercaler dans les formations lacustro-palustres du centre de la dépression (U8). L’atterrissement débute environ deux siècles avant qu’il n’entraîne le morcellement définitif du marais observé au début du xxe s. sur les cartes anciennes.
  7. Le chenal est ré-incisé artificiellement au début des années 1930 et des bancs de méandres sablo-graveleux se forment (U9).

Les données paléobiologiques et leur interprétation

20Le diagramme pollinique et des microrestes non-polliniques (MNPs) réalisé sur le carottage FC1 permet de distinguer 5 palynozones (Fig. 6).

21Dans un premier temps (palynozone FC1-1), qui couvre la majeure partie du Néolithique récent (5300-4500 av. J.-C.), on observe l’affirmation d’un couvert forestier sur les bords d’une zone humide. La forêt caractérise à la fois les piémonts du bassin, avec le développement d’une chênaie-charmaie (Quercus et Ostrya-Carpinus) et de sa couverture arbustive, et les montagnes bordières, comme le montre l’enregistrement du sapin (Abies), du pin (Pinus) et du bouleau (Betula). La ripisylve apparaît également présente avec l’aulne (Alnus) et le saule (Salix). Malgré une occupation attestée dès la fin du Néolithique moyen et le début du Néolithique Récent (dates à la base des carottes FC2 et FC4), les indices d’une anthropisation du paysage restent faibles, tout comme le signal incendie.

22Dans un deuxième temps (palynozone FC1-2), vers la fin du Néolithique récent (4500-3900 av. J.-C.), le couvert forestier se maintient mais deux changements importants apparaissent : 1) l’essor des milieux humides méso-eutrophes, caractérisés par le développement des indicateurs non polliniques (Botryococcus, Pediastrum) inféodés aux zones humides et même aux nappes d’eau libre et 2) parallèlement, les pollens de céréales sont enregistrés de manière continue, alors que les indicateurs polliniques et non polliniques attestent également le développement des activités pastorales (taxons anthropozoogéniques et champignons coprophiles). Cette palynozone, contemporaine du début archéologiquement attesté de l’occupation sur la butte de Fidokoryphi, témoigne d’un développement des activités agropastorales et d’une anthropisation locale du paysage.

Fig. 6. Diagramme de synthèse des données polliniques et des micro-restes non-polliniques obtenues sur le carottage FC1.

23Entre 3900 et 2800 av. J.-C. (transition Néolithique récent-Bronze ancien), l’essor des milieux humides méso-eutrophes se confirme (palynozone FC1-3). Il apparaît cohérent avec l’interprétation sédimentaire qui indique l’affirmation progressive des environnements lacustro-palustres. Le couvert forestier se maintient dans l’ensemble. Néanmoins, la chênaie recule assez nettement au début et à la fin de la période, alors que les Poaceae connaissent un essor notable. Parallèlement, les indices d’anthropisation (céréales, taxons anthropozoogéniques, champignons coprophiles, MNP témoignant de processus érosifs) sont très présents au début et à la fin de cette période, mais connaissent un recul net entre les deux. Pendant la même période, on observe un signal incendie continu qui semble d’origine anthropique. À la fin de la période, un changement rapide peut être suggéré par 1) la chute non seulement des pollens arboréens mésophiles et des autres arbres mais aussi des plantes humides et des microrestes non polliniques (MNP), indicatrices des milieux humides (Botryococcus, Pediastrum) et 2) la montée simultanée du chêne vert (evergreen Quercus), des Poaceae, des plantes xérophiles (Ephedra) et des MNP, témoignant du développement des processus érosifs.

24La palynozone FC1-4 suivante représente le passage du Bronze ancien II à l’Antiquité (2800-700 av. J.-C.). Elle marque le recul progressif de la chênaie-charmaie attestant l’ouverture plus grande des paysages de piémont. Le développement du chêne vert et des arbres de milieu montagnard est, en revanche mieux enregistré, avec en particulier le hêtre (Fagus) et le pin sylvestre (Pinus silvestris). Les milieux humides se contractent progressivement, confirmant ainsi les analyses sédimentaires. Le développement de l’anthropisation s’affirme, comme le montre 1) l’essor généralisé des indicateurs des activités agropastorales et des champignons pyrophiles et surtout 2) l’affirmation du signal incendie marqué, au cours du Bronze récent, de la période thrace et de la colonisation grecque, par des valeurs jamais atteintes auparavant. Il témoigne de la recrudescence des incendies et d’une pratique des feux qui se répand à l’échelle régionale. Par la suite (palynozone FC1-5), l’évolution vers un assèchement progressif du marais (disparition de Botryococcus et Pediastrum) et une ouverture des milieux de piémont et des bords de la dépression fluvio-palustre se confirme. Les seuls arbres à persister notablement sont ceux de la ripisylve (aulne, saule).

Discussion : les transformations de l’environnement et leurs conséquences sociales

La complexité du processus culturel

25Le réexamen des données matérielles sur un certain nombre de sites archéologiques en Grèce et en Bulgarie et la datation par le radiocarbone d’une quantité significative de nouveaux échantillons fiables d’un point de vue à la fois physique et contextuel (195 échantillons sur 34 sites au total) permettent aujourd’hui de repenser la nature du « millénaire perdu » (Tsirtsoni, sous-presse). La plupart des nouvelles datations produites dans le cadre du programme ont des écarts BP au mieux compris entre 30 et 40 ans, ce qui permet de fixer la date des événements associés avec une précision allant de 250 jusqu’à 80 ans selon les parties de la courbe de calibration concernée. Elles confirment qu’il y a bel et bien abandon des sites néolithiques (chalcolithiques) du sud des Balkans à un moment qui précède nettement l’apparition du Bronze ancien sur les mêmes sites ou dans les mêmes régions. Qu’un hiatus soit visible ou non dans la séquence stratigraphique, la lacune chronologique est désormais indiscutable partout où les deux périodes sont attestées : en effet, aucun site ne passe de l’une à l’autre période de façon continue. Ce phénomène affecte aussi bien les habitats que les nécropoles organisées, et concerne tous les types d’habitat et de milieu examinés. Autrement dit, les abandons n’apparaissent pas liés à un type particulier d’installation ou à un type d’environnement qui serait plus fragile que d’autres (par exemple, les parties basses des plaines et le littoral), mais se produisent de manière égale, quoique non simultanée, un peu partout.

26Cependant, il est possible de distinguer un certain nombre de « paliers » : ca. 4300/4250 av. J.-C., ca. 4000 av. J.-C. et ca. 3800/3700 av. J.-C. Mais leur répartition spatiale ne témoigne d’aucune progression du phénomène, ni selon la direction NE/SW présumée, ni selon une autre. Les sites représentant ces différents « paliers » sont disposés de façon apparemment aléatoire sur l’ensemble du territoire étudié. Par conséquent, il faut écarter toute hypothèse d’une cause unique des abandons, qu’elle soit humaine ou naturelle. Tout donne à penser qu’il s’agit plutôt de choix locaux, même si ceux-ci ont pu obéir en partie à des forçages communs.

27Le seul site, parmi ceux étudiés dans le cadre de « Balkans 4000 », qui a fourni des dates dans la période 3500-3300 av. J.-C. (i.e., avant la reprise de l’occupation au Bronze ancien) est Mikrothivès, en Thessalie, découvert il y a quelques années à l’occasion de fouilles de sauvetage (Adrymi-Sismani, 2007). Ce site plat, qui se différencie des habitats stratifiés qui dominent dans la période précédente (tell, magoula), est aujourd’hui totalement invisible car recouvert par plus d’un mètre d’alluvions. Il semble représenter une étape transitoire entre un réseau de sites antérieurs situés à seulement quelques kilomètres de là (Sesklo, Pefkakia, Palioskala…) et des sites postérieurs (à nouveau Pefkakia et peut-être aussi Sesklo). Il nous donne une idée des modes d’occupation du territoire durant cette période-charnière et repose la question de la taphonomie des sites archéologiques à l’image de ce qui a pu être observé dans la basse vallée du Strymon.

Des changements globaux aux répercussions locales modestes ?

28Les données paléoenvironnementales acquises dans la basse vallée du Strymon révèlent un changement sédimentaire notable au cours du IVe millénaire av. J.-C. Les milieux lacustro-palustres de la fin du Ve millénaire av. J.-C. laissent la place à des environnements fluvio-lacustres. Ceux-ci recouvrent les parties distales des piémonts autrefois habités, comme le montre la fossilisation d’une occupation attribuable à la fin du Néolithique moyen et au début du Néolithique récent traversée par FC2. Ils témoignent d’apports alluviaux plus importants alors que, parallèlement, le niveau des nappes phréatiques monte, favorisant l’extension du lac marécageux. Dès lors, l’extension et la nature des zones humides ne changent pas fondamentalement jusqu’au début de l’Antiquité. Néanmoins, les apports détritiques diminuent et ne se concentrent plus que le long du chenal principal, alors que l’augmentation du niveau des nappes phréatiques se ralentit à partir du début du IIIe millénaire av. J.-C. Les données polliniques obtenues à Fidokoryphi suggèrent une rapide et courte pulsation sèche qui affecte les paysages végétaux vers 3200 av. J.-C.

29Ainsi, les données paléoenvironnementales révèlent deux transformations notables de l’environnement pendant la période de changement climatique global qui caractérise le IVe millénaire av. J.-C. (Mayewski et al., 2004). La première s’amorce dès le début de la période et initie des transformations durables. Elle peut être expliquée par la remontée progressive du niveau marin à l’aval, qui contrôle en grande partie la hauteur des nappes dans la basse vallée du Strymon, et l’importance des débits liquides, sans doute soutenus par les pulsations climatiques plus humides qui affectent l’Europe continentale vers 5500-5000 av. J.-C. puis vers 4200 av. J.-C. (Kohtoff et al., 2008 ; Geraga et al., 2010 ; Magny et al., 2011 ; Wanner et al., 2011). Elle est ainsi la réponse locale à des forçages externes dont le Strymon et l’Angitis, cours d’eau balkaniques d’origine septentrionale, ont été les vecteurs. En revanche, la seconde, aux répercussions de courte durée qui caractérisent la fin de la période a été plus largement identifiée en Méditerranée au sud du du 40 °de latitude Nord. Elle constitue vraisemblablement la réponse à la pulsation sèche centrée sur 3200 av. J.-C. observée non seulement dans le bassin occidental (Combourieu-Nebout, 2009 ; Fletcher et Zielhofer, 2012), dans le nord de l’Égée (Kotthoff et al., 2008 ; Geraga et al., 2010) mais aussi au Proche-Orient (Bar-Matthews et Ayalon, 2011). Ces résultats confirment la situation charnière de la zone étudiée et sa sensibilité aux fluctuations climatiques ayant affectées à la fois la rive nord de la Méditerranée et l’Europe moyenne.

30Parallèlement, les données polliniques témoignent de deux périodes d’anthropisation (ca. 4500-3600 et ca. 3100-2800 av. J.-C.) correspondant à la fin du Néolithique récent puis au début du Bronze ancien, périodes d’occupation du site de Fidokoryphi. Elles mettent donc en évidence une période intermédiaire (ca. 3600 et 3100 av. J.-C.) marquée par un recul des indicateurs des activités agro-pastorales. Il est donc possible que les populations locales aient abandonné leur habitat, entouré par un lac marécageux en pleine expansion, et qu’elles aient ensuite subi le changement climatique rapide de la fin du IVe millénaire av. J.-C. Néanmoins, ces mutations environnementales qui ont pu engendrer le déplacement, voire la rétraction des terrains bien drainés dans les fonds de vallée, n’affectent pas l’ensemble de la mosaïque paysagère régionale (Kotthoffet al., 2008 ; Bordon et al., 2009). De plus, l’occurrence régulière des pollens de céréales et de taxons anthropozoogéniques et la constance du signal incendie au cours de cette période suggère un maintien des activités agropastorales non loin du point de sondage. Les populations de Fidokoryphi se sont déplacées pour faire face aux mutations de l’environnement, mais si elles se sont éloignés des espaces les plus affectés par les conséquences du changement climatique, elles se sont sans doute positionnées sur les parties médianes des piémonts qui bordent la dépression fluvio-lacustre. Comme l’avait déjà noté G. Willcox (2005) à propos des changements climatiques survenus au Proche-Orient au début de la Néolithisation : dans des milieux physiquement très contrastés, il suffit souvent de se déplacer de peu pour trouver des conditions environnementales différentes. Il faut donc chercher ailleurs les causes des transformations culturelles qui ont affecté les sociétés à la fin du Néolithique dans les Balkans.

La complexité des interactions Nature/Société

31La recherche montre d’abord la réalité mais également la complexité des changements sociaux et environnementaux intervenus dans le sud des Balkans à la transition du Néolithique à l’Âge du Bronze. Les recherches archéologiques mettent en évidence la diversité des processus sociaux à l’œuvre. Les variabilités chronologiques, géographiques et les effets d’échelle observés montrent qu’il faut se méfier des propositions déterministes promues pour expliquer l’organisation ou la redistribution du peuplement sous l’effet des changements climatiques. La confusion entretenue entre cooccurrence de phénomènes et relations causales dans des exemples très récents, publiés dans des revues internationales à facteur d’impact élevé, est frappante (voir par exemple Bütgen et al., 2011, 2013). Elle questionne un problème méthodologique fondamental et doit nous inciter à examiner avec circonspection les résultats de recherche issus du traitement de bases de données existantes pour régler des questions sur la relation entre la nature et les sociétés à des échelles subcontinentales. Ces exemples sont significatifs d’une renaissance d’une théorie du Climat, sans aucun doute favorisée par les discussions contemporaines sur le réchauffement planétaire (Coombes et Barber, 2005). Elle prend également le risque, en caricaturant le rôle à accorder aux facteurs climatiques, qu’ils soient durablement rejetés comme facteurs d’explication par certains archéologues et historiens déjà sceptiques sur la capacité de la dialectique Homme/environnement à enrichir notre connaissance des sociétés anciennes.

32Il s’agit donc aujourd’hui de dépasser le constat de cooccurrence et le lien hypothétique de causalité entre changements climatiques et mutations sociales. Pour ce qui concerne le sud-est des Balkans, ce n’est que lorsque nous aurons à notre disposition de nombreuses études de cas que nous pourrons espérer faire la part des stratégies d’adaptation aux changements environnementaux et des dynamiques propres aux groupes humains dans les évolutions sociales d’échelle régionale. Il est alors probable, comme cela a pu être démontré dans d’autres espaces où ce type de question était également posée (Pétrequin et al., 2002), que la complexité des interactions se révèle et limite la portée des raisonnements de type déterministe trop simplistes. L’objectif est de renverser la perspective, afin d’observer la manière dont se développent les systèmes socio-environnementaux et dont ils ont pu être affectés par des mutations d’origine climatique. Ce changement de perspective implique de développer une démarche anthropocentrée, basée sur la capacité à caractériser, d’une part, les agrosystèmes anciens et leur résilience, et plus généralement le fonctionnement des sociétés et, d’autre part, les transformations des environnements à proximité des habitats, avant d’estimer leurs conséquences pour les populations à l’échelle régionale.

33Ce travail sur les interactions sociétés/environnements ne peut être qu’un travail interdisciplinaire dont il convient de rappeler la nécessité pratique au-delà des déclarations d’intention. Il est le seul à même de prendre en charge la question de l’anthropisation de la surface de la planète, c’est-à-dire la question de la transformation de l’espace par l’Homme qui agit dans l’environnement selon ses besoins et selon les propositions du milieu, mais également selon des représentations qu’il peut former indépendamment des nécessités quotidiennes (Berque, 2003 ; Descola, 2005). C’est l’étude de cette interaction qui constitue aujourd’hui une nouvelle frontière pour la démarche géoarchéologique.

Bibliographie

Références

Adrymi-Sismani V., « Le site chalcolithique de Microthèbes au carrefour du monde Égéen et des Balkans du Nord », in Galanaki I., Tomas H., Galanakis Y., Laffineur R. (eds.), Between the Aegean and the Baltic Seas : Prehistory across borders, Aegaeum, no 27, Liège – Austin, 2007, p. 73-79.

Ancel J., La Macédoine, étude de colonisation contemporaine, Librairie Delagrave, 1930.

Andreou S., Fotiadis M., Kotsakis K., 1996. Review of Aegean Prehistory V, « The Neolithic and Bronze Age of Northern Greece », American Journal of Archaeology, no 100, p. 537-597.

Anthony D.W., Chi J.Y. (eds.), The Lost World of Old Europe. The Danube valley, 5000-3 500 BC, New York – Princeton, Princeton University Press, 2010.

Arnaud-Fassetta G., Carcaud N., Castanet C., Salvador P.-G., « Fluviatile palaeo-environments in archaeological contexts : Geographical position, methodological approach and global change-hydrological risk issues », Quaternary International, no 216, 2010, p. 93-117.

Bar-Matthews M., Ayalon A., Kaufman A., « Middle to Late Holocene (6500 yr. period) palaeoclimate in the Eastern Mediterranean Region from stable isotopic composition of speleothems from Soreq Cave, Israel », in Issar A., Brown N. (eds.), Water, Environment and Society in Times of Climatic Change, Netherlands, Dordrecht, Kluwer Academic Publishers, 1998, p. 203-214.

Bar-Matthews M., Ayalon A., « Mid-Holocene climate variations revealed by high-resolution speleothem records from Soreq Cave, Israel and their correlation with cultural changes », The Holocene, 2011, vol. 21, no 1, p. 163-171

Bellier, R.-C. Bondoux, J.-C. Cheynet, B. Geyer, J.-P. Grélois, V. Kravari, Paysages de Macédoine, Travaux et mémoires du Centre de Recherche d’Histoire et de Civilisation de Byzance du Collège de France, Monographies no 3, 1986.

Benito G., Thorndycraft V.R., Rico M., Sánchez-Moya Y., Sopeña A., « Palaeoflood and floodplain records from Spain : Evidence for long-term climate variability and environmental changes », Geomorphology, vol. 101, no 1-2, 2008, p. 68-77.

Berger J.-F., Guilaine J., « The 8200 cal BP abrupt environmental change and the Neolithic transition : A Mediterranean perspective », Quaternary International, no 200, 2009, p. 31-49.

Berglund B., « Human impact and climate changes – synchronous events. And a causal link ? », Quaternary International, no 105, 2003, p. 7-12.

Berque A., Écoumène. Introduction à l’étude des milieux humains, Belin, collection Mappemonde, Paris, 2000.

Bertrand G., « Pour une histoire écologique de la France rurale », in Histoire de la France rurale, t. 1, « Des origines à nos jours », Paris, Le Seuil, 1975, p. 37-118.

Boyadziev Y., « Chronology of prehistoric cultures in Bulgaria », in Bailey D.W., Panayotov I. (éds.), Prehistoric Bulgaria, Monographs in World Archaeology, no 22, Madison Wiskonsin, Prehistory Press, 1995, p. 149-191.

Boyadjiev J., « Radiocarbon dating from Southeastern Europe and the Cultural Processes during the Fourth millennium B.C. », in Stefanovich M., Todorova H., Hauptmann H. (éds.), The Steps of James Harvey Gaul, vol. 1, Sofia, 1998, p. 349-370.

Bond G., Showers W., Cheseby M., Lotti R., Almasi P., de Menocal P., « A pervasive millennial-scale cycle in North Atlantic Holocene and glacial climates », Science, no 278, 1997, p. 1257-1266.

Bordon A., Peyron O., Lézine A.M., Brewer S., Fouache E., « Pollen-inferred Late-Glacial and Holocene climate in southern Balkans (Lake Maliq) », Quaternary International, no 200, 2009, p. 19-30.

Büntgen U., Tegel W., Nicolussi K., McCormick M., Frank D., Trouet V., Kaplan J.O. Herzig F., Heussner K.-U., Wanner H., Luterbacher J., Esper J., « 2500 Years of European Climate Variability and Human Susceptibility », Science no 331, 2011, p. 578-582.

Büntgen U., Kyncl T.S., Ginzlera C., Jackse D.S., Esperf J., Tegelg W., Heussnerh K.-U., Kyncl J., Filling the Eastern European gap in millennium-long temperature reconstructions, Proceedings of National Academic Science, no 110, 5, 2013, p. 1773-1778.

Butzer K.W., « Collapse, environment, and society », Proceedings of National Academic Science, vol. 109, no 10, 2012, p. 3632-3639.

Carpenter R., Discontinuity in Greek civilization, Londres, 1966.

Combourieu-Nebout N, Peyron O, Dormoy I, Desprat S, Beaudouin C, Kotthoff U., Climatic variability in the west Mediterranean during the last 25,000 years from pollen data, Climate of the Past, no 5, 2009, p. 503-521.

Coombes P., Barber K., « Environmental determinism in Holocene research : causality or coincidence ? », Area, no 37, 2005, p. 303-311.

Cousinery E.M., Voyage dans la Macédoine contenant des Recherches sur l’histoire et la géographie et les antiquités de ce pays (1814-1816), Paris, Imprimerie Royale, 1831.

Demakopoulou K., « The transition to the Bronze Age : The Neolithic heritage », in Papathanasopoulos G.A. (ed.), Neolithic Culture in Greece, N.P. Goulandris Foundation, Museum of Cycladic Art, Athens, 1996, p. 191-197.

De Menocal P., « Cultural responses to climate change during the Late Holocene », Science, no 292, 2001, p. 667-673.

Descola P., Par-delà nature et culture, Paris, Gallimard, Bibliothèque des Sciences Humaines, 2005.

Diamond J., Effondrement : Comment les sociétés décident de leur disparition ou de leur survie, Paris, Gallimard, 2005.

Durand-Dastès F., « Déterminisme », Hypergéo, 2004, http://www.hypergeo.eu/spip.php?article52.

Drake B.L., « The influence of climatic change on the Late Bronze Age Collapse and the Greek Dark Ages », Journal of Archaeological Science, no 39, 2012, p. 1862-1870.

Fletcher W.J., Zielhofer C., « Fragility of Western Mediterranean landscapes during Holocene rapid climate changes », Catena, no 103, 2013, p. 16-33.

Geraga M., Ioakim C., Lykousis V., Tsaila-Monopolis S., Mylona G., « The high resolution palaeoclimatic and palaeoceanographic history of the last 24,000 years in the central Aegean Sea, Greece », Palaeogeography, Palaeoclimatology, Palaeoecology, no 287, 2010, p. 101-115.

Görsdorf J., Bojadžiev J., « Zur absoluten Chronologie der bulgarischen Urgeschichte. Berliner 14C-Datierungen von bulgarischen archäologischen Fundplätzen », Eurasia Antiqua, no 2, 1996, p. 105-173.

Gourou P., Terres de bonne espérance : le monde tropical, Paris, Plon, 1982.

Gramménos D., Fotiadis M., « Sur les habitats préhistoriques de la Macédoine orientale », Anthrôpologika, no 1, p. 15-53. (en grec)

Guilaine J., Pour une Archéologie agraire, Paris, Armand Colin, 1991.

Hillman G.C., Hedges R., Moore A.M.T., Colledge S., Pettitt P., « New evidence of Late Glacial cereal cultivation at Abu Hureyra on the Euphrates », Holocene, no 11, 2001, p. 383-393.

Jalut G., Dedoubat J.J., Fontugne M., Otto T., « Holocene circum-Mediterranean vegetation changes : climate forcing and human impact », Quaternary International, no 200, 2009, p. 4-18.

Kotthoff U., Pross J., Müller U.C., Peyron O., Schmiedl G., Schulz H., Bordon A., « Climate dynamics in the borderlands of the Aegean Sea during formation of Sapropel S1 deduced from a marine pollen record », Quaternary Science Reviews, no 27, 2008, p. 832-845.

Kotthoff U., Koutsodendris A., Pross J., Schmiedl G., Bornemann A., Kaul C., Marino G., Peyron O., Schiebel R., « Impact of Lateglacial cold events on the northern Aegean region reconstructed from marine and terrestrial proxy data », Journal of Quaternary Science, no 26, 2011, p. 86-96.

Lespez L., « Geomorphic responses to long-term land use changes in Eastern Macedonia (Greece) », Catena, vol. 51, no 3-4, 2003, p. 181-208.

Lespez L., « Les dynamiques des systèmes fluviaux en Grèce du Nord au cours des 7 derniers millénaires : vers une approche multi-scalaire des interactions Nature/Société », Géomorphologie : relief, processus, environnement, no 1, 2007, p. 49-66.

Lespez L., « L’évolution des paysages du Néolithique à la période ottomane dans la plaine de Philippes », in Koukouli-Chryssanthaki H., Treuil R. (éds.), Série Dikili Tash, un village préhistorique en Macédoine orientale, no 1, Société Archéologique d’Athènes et École Française d’Athènes, Athènes, 2008.

Lespez L., Les temps de l’environnement et des paysages des systèmes fluviaux au cours de l’Holocène, Habilitation à Diriger des Recherches, Université de Caen Basse-Normandie, 2012.

Lespez L., Tsirtsoni Z., Darcque P., Koukouli-Chryssanthaki H., Malamidou D., Treuil R., Davidson R., Kourtessi-Philippakis G., Oberlin C., « The lowest levels at Dikili Tash, Northern Greece : a missing link in the Early Neolithic of Europe », Antiquity, no 87, p. 30-45.

Lévy J., « Déterminisme », in Lévy J., Lussaut M., (éds.), Dictionnaire de la géographie et de l’espace des sociétés, Paris, Belin, 2003.

Lewin J., Macklin M., Johnstone E., « Interpreting alluvial archives : sedimentological factors in the British Holocene fluvial record », Quaternary Science Reviews, no 24, 2005, p. 1873-1889.

Macklin M.G., Benito G., Gregory K.J., Johnstone E., Lewin J., Michczyńska D.J., Soja R., Starkel L., Thorndycraft V.R., « Past hydrological events reflected in the Holocene fluvial record of Europe », Catena, vol. 66, no 1-2, 2006, p. 145-154.

Macklin M.G., Jones A.F., Lewin J., « River response to rapid Holocene environmental change : evidence and explanation in British catchments », Quaternary Science Reviews, no 29, 2010, p. 1555-1576.

Magny M., Une histoire du climat. Des derniers mammouths au siècle de l’automobile, Paris, Errance, 1995.

Magny M., « Holocene climatic variability as reflected by mid-European lake-level fluctuations, and its probable impact on prehistoric human settlements », Quaternary International, no 113, 2004, p. 65-79.

Magny M., Vannière B., Zanchetta G., Fouache E., Touchais G., Petrika L., Coussot C., Walter-Simonnet A.V., Arnaud F., « Possible complexity of the climatic event around 4300-3800 cal BP in the central and western Mediterranean », The Holocene, no 19, 2009, p. 823-833.

Magny M., Peyron O., Sadori L., Ortu E., Zanchetta G., Vannière B., Tinner W., « Contrasting patterns of precipitation seasonality during the Holocene in the south-and north-central Mediterranean », Journal of Quaternary Science, 2011, p. 1099-1417.

Magny M., Joannin S., Galop D., Vannière B., Hass J. N., Bassetti M., Bellintani P., Scandolari R., Desmet M., « Holocene palaeohydrological changes in the northern Mediterranean borderlands as reflect by the lake-level record of Ledro, northeastern Italy », Quaternary Research, no 77, p. 382-396.

Maniatis Y., Kromer B., « Radiocarbon dating of the Neolithic and Early Bronze Age site of Mandalo, W. Macedonia », Radiocarbon, no 32, 1990, p. 149-53.

Maniatis Y., Papadopoulos S., « Radiocarbon dating of a Final Neolithic-Early Bronze Age transition period settlement at Aghios Ioannis on Thassos (North Aegean) », Radiocarbon, no 53, 2011, p. 21-37.

Mayewski P.A., Rohling E., Stager C., Karlen, W., Maasch K., Meeker L.D., Meyerson E., Gasse F., vanKreveld S., Holmgren K., Lee-Thorp J., Rosqvist G., Rack F., Staubwasser M., Schneider R., « Holocene climate variability », Quaternary Research, no 62, 2004, p. 243-255.

Miall A.D., The geology of fluvial deposits : sedimentary facies, basin analysis and petroleum geology, Berlin Springer-Verlag, 1996.

Montesquieu, De l’esprit des lois, 1748.

Nikolov V., « Salt, early complex society, urbanization : Provadia-Solnitsata (5500-4200BC) », in Nikolov V., Bacvarov K. (eds.), Salt and Gold : The Role of Salt in Prehistoric Europe, Faber, Provadia-Veliko Tarnovo, 2012, p. 11-65.

Pétrequin P., Arbogast R.-M., Bourquin-Mignot C., Duplaix A., Martineau R., Pétrequin A.-M., Viellet A., « Le mythe de la stabilité : déséquilibres et réajustements d’une communauté agricole néolithique dans le Jura français, du xxxiie siècle au xxxe siècle av. J.-C. », in Richard H., Vignot A. (éds), Equilibres et ruptures dans les écosystèmes depuis 20000 ans en Europe de l’Ouest (septembre 2000), Collection Annales Littéraires de l’Université de Franche-Comté, Besançon, 2002, p. 175-190.

Peyron O., Goring S., Dormoy I., Kotthoff U., Pross J., de Beaulieu J.-L., Drescher-Schneider R., Vannière B., Magny M., « Holocene seasonality changes in the central Mediterranean region reconstructed from the pollen sequences of Lake Accesa (Italy) and Tenaghi Philippon (Greece) », The Holocene, no 21, 2011, p. 131-146.

Pross J., Kotthoff U., Müller U.C., Peyron O., Dormoy I., Schmiedl G., Kalaitzidis S., Smith A.M., « Massive perturbation in terrestrial ecosystems of the Eastern Mediterranean region associated with the 8.2 kyr B.P. climatic event », Geology, no 37, 2009, p. 887-890.

Rohling E.J., Hayes A., Mayewski P.A., Kucera M., “Holocene climate variability in the eastern Mediterranean, and the End of the Bronze Age”, in Bachhuber C., Roberts R.G. (eds.), Forces of Transformation : The End of the Bronze Age in the Mediterranean, BANEA Publication Series 1, Oxbow Books, Oxford, vol. 332, 2009, p. 2-5.

Sadori L., Jahns S., Peyron O., « Mid-Holocene vegetation history of the central Mediterranean », The Holocene, vol. 21, no 1, 2011, p. 117-129.

Schilman B., Bar-Matthews M., Almogi-Labin A., Luz B., « Global climate instability reflected by Eastern Mediterranean marine records during the late Holocene », Palaeogeography, Palaeoclimatology, Palaeoecology, 176, 2001, p. 157-176.

Todorova H., The Eneolithic period in Bulgaria in the 5th millenium B. C., BAR I.S. 49, Oxford, Archaeopress, 1978.

Todorova H., « The Neolithic, Eneolithic and Transitional period in Bulgarian prehistory », in Bailey D.W., Panayotov I. (eds.), Prehistoric Bulgaria, Monographs in World Archaeology 22, Madison Wiskonsin, Prehistory Press, 1995, p. 79-98.

Todorova H., « Die paleoklimatische Entwicklung in VII-I Jt. Vor Chr. », in Todorova H., Stefanovich M., Ivanov G. (eds.), The Struma/Strymon River Valley in Prehistory. In the Steps of James Harvey, Gaul 2, Gerda Henkel Stiftung, Sofia, 2007, p. 1-6.

Tol R., Wagner S., « Climate change and violent conflict in Europe over the last millennium », Climatic Change, vol. 99, no 1, 2010, p. 65-79.

Treuil R., Darcque P., Poursat J.-C., Touchais G. (dir.), Les civilisations égéennes du Néolithique et de l’Âge du Bronze, 2e édition refondue, Paris, PUF, 2008.

Tsirtsoni Z., « Le monde égéen aux Ve et IVe millénaires », Archéo-Nil, no 14 (L’Égypte et ses voisins aux Ve et IVe millénaires), 2004. p. 51-58.

Tsirtsoni Z., « La fin de l’époque Néolithique en Grèce et dans les Balkans », in Papadimitriou N., Tsirtsoni Z. (éds.), La Grèce dans le context culturel des Balkans au Ve et IVe millénaire av. J.-C., Fondation N.P. Goulandris – Musée d’Art cycladique, Athènes, 2010, p. 93-103 (en grec).

Tsirtsoni Z. (ed.), The Human Face of Radiocarbon : reassessing chronology in prehistoric Greece and Bulgaria, 5000-2000 cal BC, Travaux de la Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon, sous-presse.

Vidal de la Blache P., Tableau de la géographie de la France, Hachette, Paris, 1903.

Walker M.J.C., Berkelhammer S., Björck S., Cwynar L.C., Fisher D.A., Long A.J., Lowe J.J., Newnham R.M., Rasmussen S.O., Weiss H., « Formal subdivision of the Holocene series/Epoch : a discussion paper by a working group of INTIMATE (Integration of ice-core, marine and terrestrial recors) and the Subcommission on Quaternary stratigraphy (International commission on Stratigraphy) », Journal of Quaternary Science, no 27, 7, p. 649-659.

Wanner H., Beer J., Butikofer J., Crowley TJ., Cubasch U., Flückiger J., Goosse H., Grosjean M., Joos M., Kaplan J.O., Küttel M., A. Müller S., Prentice I.C., Solomina O., Stocker T.F., Tarasov P., Wagner M., Widmann M., « Mid-to Late Holocene climate change : an overview », Quaternary Science Reviews, no 27, 2008, p. 1791-1828.

Wanner, H., Solomina, O., Grosjean, M., Ritz, S. P., and Jetel, M., « Structure and origin of Holocene cold events », Quaternary Science Reviews, no 30, 2011, p. 3109-3123.

Weiss H., Courty M.A., Wetterstrom W., Guichard F., Senoir L., Meadow R., Curnow A., « The genesis and collapse of third millennium North Mesopotamian civilization », Science, no 261, 1993, p. 995-1004.

Weninger B., Alram-Stern E., Bauer E., Clare L., Danzeglocke U., Jöris C., Kubatzki C., Rollefson G., H. Todorova, Van Andel T., « Climate forcing due to the 8200 cal BP event observed at Early Neolithic sites in the eastern Mediterranean », Quaternary Research, n o  66, 2006, p. 401-420.

Weninger B., Clare L., Rohling E., Bar-Yosef O., Böhner U., Budja M., Bundschuh M., Feurdean A., Gebel H-G., Jöris O., Linstädter O., Mayewski, P. Mühlenbruch T., Reingruber A., Rollefson G., Schyle D., Thissen D., Todorova H., Zielhofer, C., « The Impact of Rapid Climate Change on Prehistoric Societies during the Holocene in the Eastern Mediterranean », Documenta Praehistorica XXXVI, 2009, p. 7-59.

Willcox G., « The distribution, natural habitats and availability of wild cereals in relation to their domestication in the Near East : multiple events, multiple centres », Vegetation History and Archaeobotany, vol. 14, no 4, 2005, p. 534-541.

Zielhofer C., Faust D., « Mid-and Late fluvial chronology of Tunisia », Quaternary Science Reviews, no 27, 2008, p. 580-588.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Les sites archéologiques concernés par le programme « Balkans 4000 » et la fenêtre étudiée dans le cadre de l’analyse paléoenvironnementale. 1 : sites d’habitat (cercles) et tombes (rectangles) datés dans le cadre du programme Balkans 4000 ; 2 : autres sites d’habitat (cercles) et nécropoles (rectangles) avec datations ; 3 : sites de référence sans datation.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/22089/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 404k
Légende Fig. 2. La fenêtre d’étude dans la basse vallée du Strymon et de l’Angitis et l’emplacement des carottages étudiés. 1 : limites des terrains néogènes et quaternaires ; 1904, 1918 et 1927 : limites du lac marécageux d’après les cartes anciennes.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/22089/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 810k
Légende Fig. 3. Vue du Lac Cercine prise aux environs de Zighna (de Langlumé dans Cousinery, 1831).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/22089/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 496k
Légende Fig. 4. Le remblaiement sédimentaire holocène de l’Angitis, le long du transect de Fidokoryphi. 1 : graviers, sables grossiers ; 2 : sables moyens à grossiers ; 3 : sables fins micacés ; 4 : limons sableux ; 5 : limons ; 6 : limons gris ; 7 : limons organiques à tourbeux ; 8 : limons laminés et carbonatés.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/22089/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 222k
Légende Fig. 5. Les principaux faciès sédimentaires observés sur le transect de Fidokoryphi. 1 : sables lités comportant des fragments de sédiments organiques et tourbes remaniés (F1) ; 2 : laminations de sables moyen à fin comportant de la matière organique amorphe et des fragments de végétaux (feuilles, branches,…) en position subhorizontale (F3) ; 3 : laminations de sables moyens à fins avec de la matière organique amorphe, de nombreux microcharbons et des fragments de végétaux (feuilles, branches…) en position subhorizontale (F4) ; 4 : laminations de sables fins limoneux micacés (F5) ; 5 : dépôts rythmés avec des laminations de limons fins carbonatés plus ou moins organiques (F6) ; 6 : limons carbonatés avec fragments de végétaux (F7) ; 7 : limons massifs gris (F8) ; 8 : limons massifs brun clair (F9) ; 9 : limons gris sombre avec de nombreuses figures pédogénétiques (chenaux, chambres) qui déterminent une structure polyédrique et des artéfacts archéologiques (os, terre brûlée, céramiques… ; F10).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/22089/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 398k
Légende Fig. 6. Diagramme de synthèse des données polliniques et des micro-restes non-polliniques obtenues sur le carottage FC1.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/22089/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 211k

Auteurs

Professeur, Université Paris Est-Créteil (Paris 12), Unité Mixte de Recherche (UMR 6554) CNRS/universités Angers, Bretagne Occidentale, Caen, Nantes et Rennes 2 (Littoral, Environnement, Télédétection, Géomatique – Géographie Physique et Environnement), Caen, France, et Unité Mixte de Recherche (UMR 8591) CNRS/universités Paris 1 et Paris 12/INRAP (Laboratoire de Géographie Physique : Environnements Quaternaires et Actuels), Meudon, France (laurent.lespez@u-pec.fr).

Chargée de recherche, Unité Mixte de Recherche (UMR 7041) CNRS/universités Paris 1 et Paris 10/Ministère de la Culture et de la Communication (Archéologies et Sciences de l’Antiquité – ARSCAN), Nanterre, France (zoi.tsirtsoni@mae.cnrs.fr).

Docteur, Grupo de Investigación de Arqueobiología, Madrid, Espagne (joseantonio.lopez@cchs.csic.es).

Maître de conférences, Université Panthéon-Sorbonne (Paris 1), Unité Mixte de Recherche (UMR 8586) CNRS/universités Paris 1, Paris 4 et Paris 7/EPHE/IRD (Pôle de Recherche pour l’Organisation et la Diffusion de l’Information Géographique), Paris, France (yann.le-drezen@univ-paris1.fr).

Doctorant, Université de Basse-Normandie (Caen), Unité Mixte de Recherche (UMR 6554) CNRS/universités Angers, Bretagne Occidentale, Caen, Nantes et Rennes 2 (Littoral, Environnement, Télédétection, Géomatique – Géographie Physique et Environnement – GEOPHEN), Caen, France (arthur.glais@unicaen.fr).

Ingénieur d’études, Université de Basse-Normandie (Caen), Unité Mixte de Recherche (UMR 6554) CNRS/universités Angers, Bretagne Occidentale, Caen, Nantes et Rennes 2 (Littoral, Environnement, Télédétection, Géomatique – Géographie Physique et Environnement – GEOPHEN), Caen, France (robert.davidson@unicaen.fr).

© CNRS Éditions, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search