Version classiqueVersion mobile

Quand Berlin pensait les peuples

 | 
Céline Trautmann-Waller

Introduction

Céline Trautmann-Waller

Texte intégral

  • 1 Voir Isac Chiva et Utz Jeggle (éd.), Ethnologies en miroir : la France et les pays de langue allem (...)
  • 2 Voir Hermann Bausinger, Volkskunde ou l’Ethnologie allemande. De la recherche sur l’antiquité à l’ (...)
  • 3 Voir Britta Rupp-Eisenreich, « Aux “origines” de la Völkerkunde allemande : de la Statistik à l’An (...)

1Les ouvrages dont dispose aujourd’hui le lecteur français sur l’ethnologie allemande (Völkerkunde/Volkskunde) du xixe siècle et plus largement sur ce qu’on pourrait appeler les sciences de la culture allemandes naissantes sont rares : un livre issu d’un colloque de 1984 centré sur les effets de miroir entre le regard ethnologique que chacun des deux pays, France et Allemagne, porte sur lui-même,1 et la traduction d’un livre de Hermann Bausinger, qui, étudiant lui aussi essentiellement l’ethnologie de l’Allemagne (Volkskunde). Ce dernier cherchait à mettre en évidence d’une part une transposition méthodologique des recherches sur l’Antiquité à l’analyse de cultures contemporaines, d’autre part une filiation idéologique entre cette science empreinte de romantisme et de conservatisme social et l’idéologie nazie2. Dans le cadre d’un volume consacré plus largement à l’anthropologie européenne, Britta Rupp-Eisenreich avait analysé également en 1984 les deux principaux courants, l’un encyclopédique, l’autre fondé plutôt sur l’observation, qui furent à l’origine des pratiques anthropologiques émergeant en Allemagne autour de 18003.

2En dehors des classiques relativement bien connus de l’anthropologie allemande de la fin du xviiie et du début du xixe siècle (on pense aux frères Humboldt, le linguiste Guillaume et le géographe Alexandre, à Georg Forster, à Adelbert von Chamisso mais aussi à Christoph Meiners et à Johann Friedrich Blumenbach), le regard semble ainsi concentré, en ce qui concerne le xixe siècle, sur cette Volkskunde, ethnologie folkloriste d’une Allemagne comme hantée par la question de ses « racines », de sa propre identité culturelle et de son unification nationale. L’ethnologie allemande en tant que science des peuples lointains, héritière d’une riche tradition géographique, anthropologique, linguistique et mythologique, se voit donc un peu négligée, tout en étant soupçonnée d’un romantisme et d’un organicisme irrémédiable, de racisme ou de darwinisme social. Comment ne pas se demander alors ce qu’il est advenu dans l’Allemagne unifiée par Bismarck et lancée dans l’aventure coloniale par Guillaume II, des recherches anthropologiques allemandes ?

  • 4 H. Bausinger, Volkskunde, op.cit., p. IX.

3Si d’un côté il y a les frères Humboldt, dont on ne cesse de redécouvrir aujourd’hui la grandeur classique et humaniste, et de l’autre l’empathie exaltée d’un Leo Frobenius, il apparaît que l’histoire de ce qui se trouvait entre les deux a été longtemps négligée, condamnée d’avance au nom de tares qui ont pour nom positivisme ou évolutionnisme. Indépendamment du fait que ce verdict est parfois un peu schématique, certains aspects de ce xixe siècle ethnologique sont à redécouvrir aujourd’hui, et, s’il est indispensable de mettre en évidence les continuités menant du romantisme allemand et d’une certaine mystique des origines et de la race à différentes « sciences » culturelles qui ont joué un rôle déterminant dans l’élaboration de l’idéologie nazie (H. Bausinger parle dans ce contexte de « conséquence interne4 »), il s’avère nécessaire de tenir compte également d’autres continuités qui devraient aider à mieux cerner les échanges à travers lesquels l’Allemagne a participé depuis le xixe siècle à un champ européen des recherches anthropologiques et ethnologiques.

4Pourquoi dans ce contexte s’intéresser plus spécialement à Berlin ? Il semble que durant la seconde moitié du xixe siècle il y ait eu là autant une certaine dynamique scientifique qu’une conjoncture politique favorable autour des questions relevant de la diversité culturelle et de la pluralité des peuples. Elles font de Berlin un des lieux forts de cette première phase de l’ethnologie moderne et des autres disciplines appartenant au même contexte.

5Les débuts du colonialisme allemand, l’ambition berlinoise de devenir la capitale de l’Empire allemand en même temps qu’une métropole moderne ont favorisé la naissance d’institutions qui donnèrent à l’ethnologie une assise dans le monde académique. Certains héritages scientifiques incarnés dans des associations ou des sociétés savantes (la Société de géographie, créée en 1828 après les conférences sur le cosmos d’Alexandre de Humboldt, la Société berlinoise d’anthropologie, d’ethnologie et de préhistoire, créée en 1869), une sociabilité très forte autour de la médecine, une université récente où le conflit entre philosophie idéaliste et sciences de la nature se joua au moins aussi nettement qu’ailleurs, ont contribué à rendre très présentes dans le Berlin des années 1850 à 1890 ces disciplines nouvelles. Les polémiques autour du darwinisme et de l’évolutionnisme, du polygénisme et du monogénisme, de la diffusion et de la « naissance parallèle » (Parallelentstehung), y esquissent une science de l’homme à la fois lointaine et étonnamment proche. À la fin du xixe siècle l’« étude des peuples » allemande n’est pas encore totalement dominée par des constructions fondées sur l’idée de supériorité de la race aryenne. C’est sans doute ce qui explique que, par-delà certains éléments datés, de nombreux fils la relient à des pratiques et à des théories plus récentes dans les domaines de l’ethnologie ou de l’anthropologie culturelle.

  • 5 Voir notamment Ramond Corbey et Joep Th. Leerssen (éd.), Alterity, Identity, Image. Selves and Oth (...)
  • 6 Voir Die Völker des östlichen Asien, 6 vol., Leipzig, 1866-1871.

6Nous avons appris à comprendre combien les voyages lointains, qui sont depuis toujours une des sources de l’ethnologie, pouvaient être aussi une façon de se confronter aux phénomènes incompréhensibles du « chez soi », et les « découvertes » ethnologiques une réponse à toutes les formes « effrayantes » de la modernité. La horde primitive renvoyait ainsi au spectre des masses modernes, le matriarcat à l’émancipation des femmes, le socialisme originel aux problèmes nés de l’industrialisation, la « religion naturelle » à l’athéisme5. Il reste cependant que la seconde moitié du xixe siècle voit l’accumulation de données concernant les peuples les plus divers s’accroître de manière considérable, contribuant à étendre les savoirs au-delà d’une simple généalogie de la pensée gréco-romaine et du christianisme, comme le réclamait d’ailleurs Adolf Bastian, qui, se moquant des ferveurs sanscritistes de ceux pour qui « la civilisation s’arrête au Gange », fut aussi l’un des principaux agents d’une « découverte » de l’Asie du Sud-Est6.

  • 7 Voir la contribution de Egon Renner dans ce volume.
  • 8 George W. Stocking, Jr. (éd.), Volksgeist as Method and Ethic. Essays on Boasian Ethnography and t (...)
  • 9 Claude Lévi-Strauss, La Pensée sauvage, Paris, 1962, p. 174.

7Avec lui Berlin s’inscrit dans le courant mythologiste des débuts de l’ethnologie, même s’il associait étroitement aux mythes tous les niveaux de la vie sociale. Cette combinaison de psychologie et d’analyse des mythologies que Bastian incarne tout particulièrement, recèle des amorces qui n’ont cessé d’être poursuivies depuis. Il existe bien des voies qui mènent de Bastian ou de Heymann Steinthal, mêlant linguistique et Völkerpsychologie sur les traces de Humboldt, à Franz Boas, qui fut l’élève de Bastian avant de partir aux États-Unis7, et à ces courants de l’anthropologie culturelle américaine qui associent linguistique et cognitivisme (Benjamin L. Whorf) linguistique et psychologie sociale (Edward Sapir), culture et personnalité (Ruth Benedict). Grâce aux efforts de George W. Stocking8, l’arrière-plan germanique de Boas, résumé dans la notion de Volksgeist, fait désormais partie de l’histoire de l’anthropologie. Bien des chemins mènent également des recherches de Bastian et de son homologue anglais Edward Burnett Tylor aux Mythologiques de Lévi-Strauss, ce dernier considérant, tout comme Bastian, que l’ethnologie est d’abord une psychologie9.

8Examiner différents projets berlinois d’une « étude des peuples », de l’anthropologie physique jusqu’à la Völkerpsychologie, dans leur contexte politique et scientifique, devrait permettre d’en dévoiler la complexité, entre colonialisme et nationalisme, entre le modèle des sciences exactes, les rémanences idéalistes et l’élaboration théorique des sciences humaines naissantes, entre nature et culture, entre un empirisme souvent relativiste et une nette volonté d’universalité, pour s’interroger ensuite sur ces continuités insoupçonnées.

BERLIN : AMBITIONS COLONIALES ET UNIFICATION ALLEMANDE

9On souligne parfois, lorsqu’il est question des rapports entre ethnologie et colonialisme, le fait que l’Allemagne n’a eu de véritables colonies qu’à partir de 1884, c’est-à-dire bien plus tard que la France ou l’Angleterre. Il existait toutefois depuis le milieu du siècle environ un débat sur la question coloniale dans l’opinion publique allemande. De plus, suite aux échanges commerciaux, aux grands chantiers et aux expéditions militaires, les relations entre l’Allemagne et les pays les plus éloignés s’intensifièrent ici comme ailleurs en Europe, réduisant à la fois techniquement et symboliquement les distances. Il semble donc difficile d’envisager l’institutionnalisation de l’ethnologie allemande indépendamment de ce contexte colonial, même si les interrogations liées à la pratique d’une politique coloniale ont peut-être pesé un peu moins nettement ici sur les débuts de la recherche que dans d’autres pays européens.

  • 10 Kunst der Welt in den Berliner Museen. Museum für Völkerkunde, 2 vols., Stuttgart et Zurich, 1980, (...)
  • 11 Concernant le Musée ethnologique de Berlin et le contexte colonial, voir la contribution de Hans V (...)

10À partir de fragments d’ailleurs (photos, récits, objets) rapportés par des militaires, des explorateurs ou des marchands, Berlin, comme toutes les métropoles européennes de cette époque, développe durant la seconde moitié du xixe siècle une imagerie de la diversité culturelle et de son étendue. Un large public, mêlant curiosité et voyeurisme, s’intéresse aux mœurs et aux coutumes de peuples lointains. Au Panoptikum de Castan ou au Zoo, spectacles et tableaux vivants présentent les coutumes, l’habitat, les vêtements et les bijoux de peuples tels que les Lapons, les Esquimaux ou les Nubiens. La « collection ethnographique » du Musée royal, créée en 1829 à partir des objets « exotiques » du cabinet de curiosités (Raritätenkabinett) du prince électeur de Brandebourg10, ne tarde pas à être réorganisée sous l’égide d’Adolf Bastian pour former un musée à part entière, fondé en 1873, dès lors constamment enrichi, et fêtant en grande pompe en 1886 son installation dans un bâtiment propre11.

  • 12 Karl von den Steinen, « Gedächtnisrede auf Adolf Bastian », ZfE, 37 (1905), p. 236-249.

11Il y avait un avantage évident pour Berlin, qui se trouve alors à la tête de l’unification allemande entreprise par la Prusse, à « gérer » les discours sur la pluralité et la diversité, dans la mesure où ils concernaient les rapports entre nation et régions, nation et minorités culturelles ou religieuses, mais la transformation de Berlin, de « village » en métropole, telle que l’observait Theodor Fontane avec son regard critique et amusé, son élévation au rang de capitale de l’Empire allemand passait aussi, semble-t-il, par la centralisation du regard sur le reste du monde, y compris sur ses zones les plus éloignées et les plus « exotiques ». Cette prétention à la prééminence trouvait une expression concrète dans le privilège que la ville s’était arrogée en matière d’accès aux objets rapportés des expéditions scientifiques, militaires ou commerciales. On était loin à l’époque d’être sensible à la violence qui présidait à cet arrachement d’objets, précieux ou non, à leur contexte d’origine, et à leur mort dans la muséalisation. Adolf Bastian disait qu’en rassemblant, comme autant de témoignages, des objets du monde entier dans le Musée ethnologique, il voulait tracer un « tableau de l’humanité12 », écrire comme par procuration l’histoire des peuples sans écriture. Si ce projet peut aujourd’hui sembler contestable dans son esprit même, il n’empêche que la pratique muséologique, l’ordre intellectuel que l’on tenta de dégager de ces collections d’objets, sont indissociables des théories ethnologiques élaborées alors.

  • 13 Voir la contribution de Annemarie Fiedermutz-Laun dans ce volume.
  • 14 Voir Rudolf Virchow, Die Cellularpathologie in ihrer Begründung auf physiologische und pathologisc (...)
  • 15 C’est le poids de cette héroïsation qui explique qu’on tente aujourd’hui de nuancer le portrait de (...)
  • 16 Voir la contribution d’Annette Lewerentz au présent volume.

12Pleine de dynamisme, la Société berlinoise d’anthropologie, d’ethnologie et de préhistoire, qui ne devait être à l’origine qu’une section locale de la Société anthropologique allemande, se montra dès le début si entreprenante qu’elle prit la tête du mouvement pour toute l’Allemagne. Nous retrouvons ici Adolf Bastian aux côtés de son ami le pathologiste et anthropologue Rudolf Virchow13, figure héroïque de la science allemande depuis son enquête de 1848 sur l’épidémie de typhus en Silésie et sa « découverte » de la cellule14, représentant d’un libéralisme à tendance sociale issu de la révolution de 184815. Bastian créa en 1869 avec Robert Hartmann, autre médecin anthropologue, la Zeitschrift für Ethnologie, organe de la Société berlinoise mais aussi revue d’envergure internationale, franchissant ainsi un autre pas décisif dans l’institutionnalisation de la discipline. Celle-ci prenait place dans une recomposition plus générale du paysage scientifique16.

« VOLK » : UN PARADIGME DES SCIENCES HUMAINES ALLEMANDES ?

  • 17 Lothar Zögner, « Geographie », in Tilmann Buddensieg, Kurt Düwell et Klaus-Jürgen Sembach (éd.), W (...)

13L’anthropologie et l’ethnologie, autant que la Völkerpsychologie, se réclamaient de nombreux héritages. Tout d’abord peut-être, et ce tout particulièrement à Berlin, celui de la géographie, puisque c’est sous le signe de la géographie que Berlin, avec les deux figures emblématiques d’Alexandre de Humboldt et de Carl Ritter, prit au xixe siècle une certaine place dans le domaine des recherches anthropologiques, qui aux xviie et xviiie siècles, avaient été implantées principalement à Göttingen. La Société de géographie (Gesellschaft für Erdkunde) dont ils furent des membres éminents, outre le fait qu’elle fit de Berlin un des centres de la cartographie allemande au xixe siècle, devint sous l’égide de Heinrich Barth et de Ferdinand von Richthofen un lieu de rencontre d’explorateurs, subventionnant et organisant elle-même de nombreux voyages17. À côté des données physiques, étudiées aussi bien par la géographie humaine que par l’anthropologie, ce sont les questions linguistiques qui ont marqué pendant longtemps toutes ces disciplines. Plus que d’autres, elles offraient un matériau qui semblait permettre une élaboration scientifique selon les exigences qui se mettent en place à l’époque, que ce soit en termes de classification, de modélisation ou d’histoire génétique. À cet aspect de la vie culturelle qu’était la langue, venaient s’ajouter ensuite un ensemble de pratiques de collation, de cartographie et de description des usages, mœurs, traditions, religions, mythologies, et pratiques juridiques qui, au-delà de romantiques comme les frères Grimm et de leurs disciples, renvoient aussi à la Statistik allemande des Lumières.

14De manière générale on peut considérer que la Völkerkunde tout autant que la Volkskunde, l’histoire régionale, l’histoire culturelle, la Völkerpsychologie et plus tard certains projets d'histoire universelle font partie d’un ensemble de disciplines émergentes qui développent, plus ou moins en contradiction avec l’historisme surtout centré sur les nations et les États, une étude de la culture ou des cultures. Ce terme n’ayant pas encore à l’époque l’évidence et l’universalité qu’il peut avoir aujourd’hui, elles partagent une certaine utilisation de la notion de « peuple » (Volk), qui, malgré son insistance sur la continuité et l’homogénéité, ne peut être envisagée simplement dans le contexte du xixe siècle allemand comme une catégorie réactionnaire. Cette notion joue aussi un certain rôle dans la genèse d’une pensée du social et dans les tâtonnements qui marquent l’élaboration d’un concept moderne de culture.

  • 18 Voir la contribution de Michel Espagne dans ce volume.
  • 19 Voir Robert Alun Jones, « La science positive de la morale en France : les sources allemandes de l (...)

15L’omniprésence du terme de Volk dans les sciences humaines allemandes du xixe siècle a pu être analysée comme résultant d’une naturalisation du culturel, d’une omniprésence des enjeux nationalistes et d’une prédominance de l’unité organique sur la nature aussi bien conflictuelle qu’organisée du social. Est-ce qu’avec ce paradigme commun aux sciences économiques (Volkswirtschaft), culturelles (Völkerkunde, Volkskunde, Völkerpsychologie), l’Allemagne s’attarde dangereusement au xixe siècle sur une notion rétrograde ? Faut-il construire ici une opposition entre la France et l’Allemagne en ce qui concerne l’émergence des sciences humaines et sociales selon un système d’opposition qui fait fonctionner aussi les Lumières françaises contre la philosophie allemande du xviiie siècle, le positivisme français ou anglais contre la philosophie allemande du xixe siècle ? Certes le célèbre débat entre vision mécaniste et vision organique des rapports sociaux, entre Gesellschaft et Gemeinschaft, a accompagné les débats fondateurs d’un Durkheim avec les sciences sociales allemandes. Et pourtant, tout comme il existait de nombreux passages du positivisme aux sciences humaines allemandes naissantes, de nombreuses transitions menaient également du Volksgeist de Lazarus et Steinthal, de la Volksseele ou du Volkswille avec lesquels opère encore Wilhelm Wundt18, et de la Volkswirtschaft au fait social d’Emile Durkheim, qui élabora sa sociologie à travers la confrontation avec les sciences allemandes19. On aurait peut-être tort d’opposer le Volk allemand au « fait social » français alors qu’autour de cette notion de Volk se construit aussi, en philologie, en psychologie, en ethnologie tout comme en économie, quelque chose qu’on pourrait appeler une analyse des faits collectifs, sans toujours verser dans une idéologie national-populiste. Sans ces différenciations, il est difficile de comprendre le rôle que cette notion de Volk a pu jouer dans une offensive contre l’historisme nationaliste triomphant ou de saisir les fils qui mènent de ce contexte de la fin du xixe siècle jusqu’à certaines écoles d’histoire sociale allemande, comme celles centrées sur le quotidien, la micro-histoire.

16Certes, aujourd’hui on utilise pour désigner l’ensemble de ces phénomènes le terme moderne de culture. Celui-ci apparaît d’ailleurs à l’époque dans la notion d’« histoire culturelle » (Kulturgeschichte), mais il est alors réservé aux « peuples civilisés » (Kulturvölker). Si Moritz Lazarus, éditeur avec Steinthal de la Revue de psychologie des peuples et de science du langage (Zeitschrift für Völkerpsychologie und Sprachwissenschaft) créée en 1859, cherche dès cette époque à étendre le terme de « culture » à l’ensemble des pratiques sociales en incluant la vie quotidienne, dont l’apparence anodine masque une longue élaboration et une complexité insoupçonnée, la revue, prise dans son ensemble, tente de dépasser la séparation entre peuples « naturels » (Naturvölker) et peuples « de culture » (Kulturvölker). La psychologie qu’elle met en œuvre s’efforce aussi de révéler derrière des variantes culturelles des processus globalement humains.

17L’étude du cas spécifique de Berlin permet d’analyser assez précisément la manière dont cet universalisme qui, avec des modulations différentes est aussi celui de Bastian ou de Theodor Waitz, a sous-tendu les recherches empiriques que tous ces auteurs prônaient.

ENTRE HÉRITAGE HUMBOLDTIEN ET SCIENTISME POSITIVISTE : UN HUMANISME IMPROBABLE ?

18Il peut sembler étrange qu’une collaboration aussi forte que celle révélée par l’étude des réseaux berlinois ait existé entre une anthropologie physique, centrée sur les squelettes, les crânes, la couleur des cheveux et des yeux, et des sciences plus nettement « culturelles » s’appuyant sur des analyses linguistiques, mythologiques ou sociales. Cette « communauté » ne s’explique pas seulement par le recours commun à des classifications, à la comparaison, à des typologies, mais surtout par le fait que ce milieu très étroit était construit en partie aussi autour d’une combinaison de formes de scientisme et d’un idéal d’humanité, certes un peu difficile à concevoir aujourd’hui.

  • 20 Thomas Achelis (éd.), Festschrift für Adolf Bastian zu seinem 70. Geburtstag 26. Juni 1896, Berlin (...)
  • 21 Voir H. Steinthal, « Dialekt, Sprache, Volk, Staat, Rasse », ibid., p. 47-52.
  • 22 Voir R. Virchow, « Rassenbildung und Erblichkeit », ibid., p. 1-44

19Le volume de mélanges publié en l’honneur de Bastian pour son soixante-dixième anniversaire en 189620 offre un échantillon des préoccupations de ce milieu berlinois d’ethnologues, d’anthropologues et de linguistes et montre qu’à travers leurs recherches ils cherchaient également à s’opposer à des formes de racisme qui avaient acquis une virulence nouvelle. On y trouve, à côté de contributions plus descriptives, une analyse par Steinthal des notions de dialecte, de langue, de peuple, d’État et de race21. Il défend ici l’idée que l’existence d’une famille des langues indoeuropéennes ne permet pas pour autant de déduire l’existence d’un peuple indo-européen originel et s’oppose de manière générale à l’idée qu’on puisse identifier une race avec un peuple, alors que tous les peuples sont issus de nombreux mélanges, ou encore identifier une race et une famille de langues en parlant de race sémitique. Dans le même volume on peut voir Virchow déplorer que toutes les nationalités veuillent à présent « être des races » et s’opposer à l’idée même d’une race juive22.

  • 23 Voir notamment la chronologie à la fin de ce volume.
  • 24 Voir Andreas W. Daum, Wissenschaftspopularisierung im 19. Jahrhundert. Bürgerliche Kultur, naturwi (...)
  • 25 Voir Britta Rupp-Eisenreich, « Darwinisme allemand », in Patrick Tort (éd.), Dictionnaire du darwi (...)

20Comme le montrent de façon éclatante les nombreuses fêtes commémoratives23, la référence humboldtienne joue un rôle de premier plan dans cette conjonction de scientisme et d’humanisme classique. Lors du centenaire de la naissance de Guillaume de Humboldt, Steinthal célébra ainsi son attachement à l’idéal d’humanité de ce dernier, tout en constatant avec regret qu’il fallait sans doute renoncer à le fonder scientifiquement. Cette référence joua également un rôle central dans une sociabilité scientifique qui cherchait à propager une véritable « religion » de la science et ce, notamment, en menant une politique de popularisation scientifique très active24. On peut évoquer à titre d’exemple la monumentale série de conférences scientifiques « pour un large public » (gemeinverständlich), lancée par Virchow et qui, à côté de la biologie, de la physique et d’autres sciences de la nature, comportait une part non négligeable de travaux ethnologiques et anthropologiques. L’inscription de l’héritage humboldtien dans la ville de Berlin, même s’il peut donc paraître de nature essentiellement monumentale, semblait en tout cas confirmer aux yeux de ses défenseurs la vocation de l’Université de Berlin à se faire le héraut d’une vision résolument moderne et « scientifique » du monde qui n’entendait guère sacrifier les idéaux humanistes de ses fondateurs. L’insistance des milieux berlinois sur le monogénisme, ainsi que leurs réticences à l’égard de la notion darwinienne de « sélection naturelle »25, dont quelqu’un comme Virchow craignait qu’elle puisse susciter des ravages une fois transposée dans le domaine social, peuvent être considérées d’une certaine manière comme une résistance idéaliste, ce qui, vu les revendications d’anti-idéalisme, peut étonner.

LA QUESTION DES MYTHES ET L’« UNITÉ PSYCHIQUE DE L’HUMANITÉ »

  • 26 Voir Leo Freuler, La Crise de la philosophie au xixe siècle, Paris, 1997.

21Qu’ils aient relevé plus nettement d’une anthropologie physique, d’une ethnologie fondée sur l’étude des langues, d’une analyse des systèmes de droit et de parenté, d’une psychologie appliquée à des formes culturelles ou d’une géographique humaine, ces différents projets sont marqués par le modèle des sciences exactes, dont le développement et l’extension à des problématiques de plus en plus complexes avec des résultats et des méthodes de plus en plus convaincants, concurrençaient sérieusement le discours philosophique et contribuèrent à faire naître une vague d’anti-idéalisme26.

  • 27 Voir la contribution d’Ulrich Sieg dans ce volume.

22Retracer la généalogie intellectuelle de ces disciplines implique une prise en compte de la crise de l’idéalisme allemand, qui conduit dans une première phase à une réévaluation de l’empirisme. Si quelqu’un comme Carl Ritter ne peut être envisagé sans la philosophie idéaliste qui sous-tend ses travaux géographiques, on rencontre plus fréquemment dans la génération suivante, mêlée à des rémanences idéalistes, une nette revendication d’empirisme et de méthodes inductives (voir par exemple le baconisme de Bastian). Si, d’un côté, ces méthodes conduisent à une quantification, voire à une biologisation de la pluralité des peuples, d’un autre côté, ce sont elles qui expliquent aussi le rôle tout à fait central de la psychologie, qui incarne une des tentatives les plus convaincantes d’étendre les méthodes et les exigences des sciences exactes aux sciences humaines à la fin du xixe siècle. La psychologie couvrait à l’époque un champ très vaste, et, avant d’être condamnée comme un réductionnisme vers la fin du siècle dans le célèbre débat sur le psychologisme, elle participait à la tentative de définir un territoire commun pour les sciences exactes et la philosophie, ce qui, indépendamment des enjeux personnels, aide peut-être à comprendre l’étonnante collaboration entre Hermann Cohen et la Völkerpsychologie27.

  • 28 Voir Andreas Hoeschen et Lothar Schneider (éd.), Herbarts Kultursystem. Perspektiven der Transdisz (...)
  • 29 Voir la contribution de Carole Maigné dans ce volume.
  • 30 Voir les contributions de Pierre Pénisson et de Céline Trautmann-Waller dans ce volume.
  • 31 Voir la contribution d’Olivier Agard dans ce volume.
  • 32 Voir la contribution de Hans-Ulrich Lessing dans ce volume.

23Cette omniprésence de la psychologie explique le rôle très important joué à cette époque par la philosophie de Johann Friedrich Herbart, qui pouvait offrir un socle commun à différentes sciences de la culture (une esthétique psychologique, une psychologie de l’État). Aussi bien Waitz que Steinthal et Lazarus peuvent être considérés comme des représentants d’un herbartisme qui joue alors un rôle non négligeable dans les nombreuses tentatives pour penser la culture28. Si Waitz rédige à la fin de sa vie une anthropologie des « peuples naturels », dans laquelle il tente de démontrer les confusions auxquelles conduit la notion de race29, la revue de Lazarus et Steinthal constitue dans le Berlin de cette époque un creuset30, où le jeune Georg Simmel livre ses réflexions sur l’ethnologie de la musique, la psychologie de Dante et celle des femmes, non sans retenir certains éléments des analyses de Lazarus sur la vie sociale31, tandis que Wilhelm Dilthey, reconnaissant un temps à Lazarus pour les stimulations reçues, se détache de lui pour créer sa propre psychologie, en insistant sur la différence entre sciences de l’esprit et sciences de la nature, sans doute aussi par réaction à ce contexte berlinois32.

  • 33 Claude Lévi-Strauss, Le Cru et le Cuit. Mythologiques 1, 1964, p. 12-13.
  • 34 Voir Adolf Bastian, Die heilige Sage der Polynesier. Kosmogonie und Theogonie, Leipzig, 1881.
  • 35 Voir par exemple l’article de Bastian sur la psychologie comparée mettant en parallèle la couvade, (...)

24Loin d’être seulement un phénomène disciplinaire éphémère ou une monstruosité construite par Steinthal et Lazarus, la Völkerpsychologie désigne plutôt à cette époque une problématique et un champ de recherche communs qui combinent l’analyse psychologique avec une conception résolument sociale de l’homme. À l’examen, elle se révèle une figure de transition entre les disciplines classiques de la philologie, de l’économie, de l’histoire du droit et de certains domaines de l’histoire en général vers les sciences sociales. Bastian, en se référant lui-aussi à l’idée d’une Völkerpsychologie, tente de construire empiriquement, c’est-à-dire à travers les observations, les textes et les objets rassemblés durant ses voyages, une statistique (Gedankenstatistik) des « pensées élémentaires » (Elementargedanken), fondement de l’« unité psychique de l’humanité ». Ces pensées élémentaires sont constituées chez lui aussi bien d’objets (essentiellement des armes et des outils), que de « situations », de constantes de l’organisation sociale ou encore d’idées religieuses. Les cartes sur lesquelles il cherche à retracer les mouvements des « idées des peuples » (Völkergedanken) ne sont pas si éloignées, toutes proportions gardées, de la rosace invoquée par Lévi-Strauss dans ses Mythologiques33. Plus que l’Anthropogéographie de Ratzel et le diffusionnisme, décrivant l’extension des cultures comme par nappes, cette « statistique » ouvre la voie à une étude des « micro-négociations » qui, localement, mettent les cultures en contact et permettent les échanges, créant de proche en proche des variations nouvelles. De plus, Bastian est profondément opposé à l’idée d’une « étroitesse de la conscience » spécifique aux peuples « primitifs » défendue par Ratzel. C’est ainsi que, tout en étant attentif aux effets de l’écriture sur la « psychologie » d’un peuple (existence d’un texte sacré, donc extension progressive de l’accès à ce dernier par l’alphabétisation, « rumination » mais aussi démocratisation) qui le poussent à établir une séparation nette entre les peuples disposant d’une écriture et ceux qui en sont dépourvus, Bastian développe, tout comme Tylor, un évolutionnisme nuancé et non unilinéaire. Si son désarroi relatif devant les ressemblances qu’il perçoit par exemple entre la cosmogonie polynésienne et les Védas34 l’amène à postuler ou à construire ici des « pensées élémentaires », il lui arrive aussi d’élaborer des comparaisons entre la philosophie occidentale et les rites issus de mythologies exotiques35. Ce procédé qu’il répète avec un plaisir visible n’est pas sans rappeler des développements analogues chez Lévy-Bruhl ou chez Lévi-Strauss.

25Au centre des débats sur la nature organiciste de la pensée de la culture en Allemagne, il y a évidemment la question de l’héritage romantique. Et il est vrai que si l’anthropologie physique est nettement centrée sur les caractéristiques physiques et tout particulièrement le crâne, l’ethnologie allemande et la Völkerpsychologie, avec leur noyau psychologique, paraissent souvent répéter les éléments qui avaient déjà été ceux de l’entreprise des frères Grimm : une histoire génétique de la langue allemande, de la mythologie et du droit germaniques.

26C’est la question du mythe qui semble concentrer les enjeux les plus importants. D’une part le mythe paraissait lié aux origines de la religion et de la poésie et opposé, comme elles, à la vision scientifique du monde, d’autre part il pouvait sembler seul capable de constituer, au-delà des différences sociales et économiques, le fondement d’une universalité, n’étant guère concurrencé ici que par la parenté, autre pilier des recherches ethnologiques de l’époque.

  • 36 Voir par exemple ses articles « Die Sage von Simson », ZfVS, 2 (1862), p. 129-178 : « Das Epos », (...)

27Si cette primauté souvent accordée au mythe comme socle de la vie sociale des peuples étudiés n’était pas du tout motivée par la recherche d’une origine « mythologico-raciale », elle donne une allure parfois spiritualiste à tous ces travaux. Et pourtant, à y regarder de près, le mythe est rarement considéré indépendamment de la structure de la société qui le voit naître. Bastian parle dans ce contexte de « projection de soi sur un horizon psychique », tandis que Steinthal s’interroge sur les bouleversements socioéconomiques qui ont rendu possible telle « révolution » mythologique ou poétique36. Chez ce dernier, l’étude du mythe, tout comme celle de la poésie populaire, procède directement de la linguistique à laquelle elle emprunte souvent ses méthodes. Par ses analyses de la « morphologie épique », de l’« esprit collectif » (Gesamtgeist) caché derrière les nombreuses variantes des textes épiques, du « retour périodique de la légende », Steinthal esquisse une étude des processus psychologiques, des matrices formelles et des effets de l’histoire qui sont à l’œuvre dans le mythe ou l’épopée. Cette combinaison de linguistique et d’étude du folklore sera poursuivie de manière féconde surtout dans le contexte russe et est-européen.

28Il est clair que cet ensemble forme un modèle dont la fin s’annonce sur plusieurs points. Il ne faudra plus attendre longtemps pour que toute volonté de maintenir sur une base théorique ou empirique l’idée d’unité de l’humanité fasse place à un racisme systématique aux allures scientifiques, à une époque où les discours anthropologiques et ethnologiques seront bien plus étroitement contrôlés et dirigés que cela n’avait été le cas à la fin du xixe siècle. Comme nous l’avons vu d’autre part avec l’exemple de Dilthey, les critiques à l’égard du positivisme vont accélérer la séparation entre sciences exactes et sciences humaines. Quant à la sociologie naissante, elle ne s’accommodera plus de ce mélange d’idéalisme et de science empirique qui caractérise sans doute autant la Völkerpsychologie de Steinthal et Lazarus que l’ethnologie de Bastian, et verra souvent d’un œil critique la prépondérance accordée au mythe comme élément fondateur des sociétés.

29Ce qu’on retiendra de ces explorations berlinoises, entre sciences exactes et sciences humaines, universalisme et particularisme, comparatisme et histoire génétique, linguistique et modélisation de la culture, c’est donc surtout une participation intense aux tâtonnements dans l’élaboration d’un concept moderne de culture. Le cadre esquissé ici révèle une hésitation entre une vision du mythe comme « pensée élémentaire », notamment chez Bastian qui construit par une sorte de comparaison universelle une universalité primordiale, et une insistance chez tous sur les dynamiques de contact. Cette dernière paraît tributaire d’une vision dans laquelle c’est précisément l’échange, décrit comme remontant à la nuit des temps et coexistant de l’humain, qui en lui-même crée les conditions d’une universalité à travers les traces qu’il laisse de son passage. L’universalité est alors autant une recherche de ces traces qu’une promesse d’échanges futurs, plus un défi qu’un donné originel. Parce que enfin le mythe, tout comme la poésie et la langue en général, pouvait être vu comme une forme de socialité, les analyses qui le concernent participent en même temps de manière discrète à une genèse de la pensée du social.

Notes

1 Voir Isac Chiva et Utz Jeggle (éd.), Ethnologies en miroir : la France et les pays de langue allemande, Paris, 1987. Voir aussi plus récemment Klaus Beitl, Christian Bromberger et Isac Chiva (éd.), Mots et choses de l’ethnographie de la France. Regards allemands et autrichiens sur la France rurale dans les années 30, Paris, 1997.

2 Voir Hermann Bausinger, Volkskunde ou l’Ethnologie allemande. De la recherche sur l’antiquité à l’analyse culturelle, trad. de l’allemand par D. Lassaigne et P. Godenir, Paris, 1993.

3 Voir Britta Rupp-Eisenreich, « Aux “origines” de la Völkerkunde allemande : de la Statistik à l’Anthropologie de Georg Forster », in B. Rupp-Eisenreich (éd.), Histoires de l’Anthropologie (xvi e-xixe siècles), Paris 1984, p. 90-115.

4 H. Bausinger, Volkskunde, op.cit., p. IX.

5 Voir notamment Ramond Corbey et Joep Th. Leerssen (éd.), Alterity, Identity, Image. Selves and Others in Society and Scholarship, Amsterdam, 1991.

6 Voir Die Völker des östlichen Asien, 6 vol., Leipzig, 1866-1871.

7 Voir la contribution de Egon Renner dans ce volume.

8 George W. Stocking, Jr. (éd.), Volksgeist as Method and Ethic. Essays on Boasian Ethnography and the German Anthropological Tradition, History of Anthropology, vol. 8, University of Wisconsin Press, 1996. Voir aussi Matti Bunzl, From Historicism to Historical Particularism : Franz Boas and the Tradition of Nineteenth Century German Anthropology and Linguistics, thèse, Univ. de Stanford, 1993.

9 Claude Lévi-Strauss, La Pensée sauvage, Paris, 1962, p. 174.

10 Kunst der Welt in den Berliner Museen. Museum für Völkerkunde, 2 vols., Stuttgart et Zurich, 1980, ici introduction du vol. 1, p. 6.

11 Concernant le Musée ethnologique de Berlin et le contexte colonial, voir la contribution de Hans Voges dans le présent volume.

12 Karl von den Steinen, « Gedächtnisrede auf Adolf Bastian », ZfE, 37 (1905), p. 236-249.

13 Voir la contribution de Annemarie Fiedermutz-Laun dans ce volume.

14 Voir Rudolf Virchow, Die Cellularpathologie in ihrer Begründung auf physiologische und pathologische Gewebelehre, 1858.

15 C’est le poids de cette héroïsation qui explique qu’on tente aujourd’hui de nuancer le portrait de Virchow. Voir la contribution de Helga Jeanblanc, qui montre combien Virchow, tout en s’opposant au racisme, peine à dégager son anthropologie physique des impasses théoriques de la craniologie et des contraintes idéologiques, et celle de Sibylle Benninghoff-Lühl, qui insiste sur une utilisation complexe de la citation chez Virchow, fondement d’une rhétorique très aboutie et d’une pratique de la science comme oracle.

16 Voir la contribution d’Annette Lewerentz au présent volume.

17 Lothar Zögner, « Geographie », in Tilmann Buddensieg, Kurt Düwell et Klaus-Jürgen Sembach (éd.), Wissenschaften in Berlin, Berlin, 1987, p. 85-86.

18 Voir la contribution de Michel Espagne dans ce volume.

19 Voir Robert Alun Jones, « La science positive de la morale en France : les sources allemandes de la Division du travail social », in Philippe Besnard, Massimo Borlandi et Paul Vogt (éd.), Division du travail et Lien social. La thèse de Durkheim un siècle après, Paris, 1993, p. 11-41. L’auteur y évoque notamment le fait que Durkheim ait tiré de Theodor Waitz la plus grande partie des sources ethnographiques de la Division du travail social.

20 Thomas Achelis (éd.), Festschrift für Adolf Bastian zu seinem 70. Geburtstag 26. Juni 1896, Berlin, 1896.

21 Voir H. Steinthal, « Dialekt, Sprache, Volk, Staat, Rasse », ibid., p. 47-52.

22 Voir R. Virchow, « Rassenbildung und Erblichkeit », ibid., p. 1-44

23 Voir notamment la chronologie à la fin de ce volume.

24 Voir Andreas W. Daum, Wissenschaftspopularisierung im 19. Jahrhundert. Bürgerliche Kultur, naturwissenschaftliche Bildung und die deutsche Öffentlichkeit, 1848-1914, Munich, 1998.

25 Voir Britta Rupp-Eisenreich, « Darwinisme allemand », in Patrick Tort (éd.), Dictionnaire du darwinisme et de l’évolution, Paris, 1996, p. 822-866.

26 Voir Leo Freuler, La Crise de la philosophie au xixe siècle, Paris, 1997.

27 Voir la contribution d’Ulrich Sieg dans ce volume.

28 Voir Andreas Hoeschen et Lothar Schneider (éd.), Herbarts Kultursystem. Perspektiven der Transdisziplinarität im 19. Jahrhundert, Königshausen und Neumann, Würzburg, 2001

29 Voir la contribution de Carole Maigné dans ce volume.

30 Voir les contributions de Pierre Pénisson et de Céline Trautmann-Waller dans ce volume.

31 Voir la contribution d’Olivier Agard dans ce volume.

32 Voir la contribution de Hans-Ulrich Lessing dans ce volume.

33 Claude Lévi-Strauss, Le Cru et le Cuit. Mythologiques 1, 1964, p. 12-13.

34 Voir Adolf Bastian, Die heilige Sage der Polynesier. Kosmogonie und Theogonie, Leipzig, 1881.

35 Voir par exemple l’article de Bastian sur la psychologie comparée mettant en parallèle la couvade, qui aurait pour but d’assurer la renaissance de l’âme du père dans celle du fils, avec certaines versions métaphysiques de la métempsycose et de l’immortalité, ainsi qu’avec les polémiques chrétiennes autour de la transmission du péché originel (A. Bastian, « Zur vergleichenden Psychologie », ZfVS, 5 (1868), p. 153-180).

36 Voir par exemple ses articles « Die Sage von Simson », ZfVS, 2 (1862), p. 129-178 : « Das Epos », ZfVS, 5 (1868), p. 1-57 ; « Über Homer und insbesondere die Odyssee », ZfVS, 7 (1871), p. 1-88 ; « Das fünfte Buch Mose. Ein Beitrag zur epischen Frage », ZfVS, 11 (1880), p. 1-28 ; « Mythos, Sage, Märchen, Legende, Erzählung, Fabel », ZfVS, 17 (1887), p. 113-139 ; « Folklore. Nachtrag zu P. Steinthals Besprechung von A. Lang », ZfVS, 18 (1888), p. 311-324 ; et « Das periodische Auftreten der Sage », ZfVS, 20 (1890), p. 306-317.

Auteur

Après une thèse consacrée à la science du judaïsme en Allemagne et à son fondateur Leopold Zunz (voir le livre Philologie allemande et tradition juive. Le parcours intellectuel de Leopold Zunz, Paris, 1998), elle a travaillé plus généralement sur les rapports entre identités juives et identités scientifiques en Allemagne (voir Références juives et identités scientifiques en Allemagne, Revue germanique internationale 17/2002). Elle prépare actuellement un livre sur Heymann Steinthal, linguistique humboldtienne et sciences humaines dans l’Allemagne du XIXe siècle.

© CNRS Éditions, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search