Version classiqueVersion mobile

La géoarchéologie française au xxie siècle

 | 
Nathalie Carcaud
, 
Gilles Arnaud-Fassetta

Partie III. Alluvionnement, peuplement, stratégies et formes d'adaptation/Section 3. Alluviation, settlement strategies and adaptation

Chapitre X. Trente ans d’études géomorphologiques au service de l’archéologie préventive lyonnaise (France)

Méthodes et résultats d’une démarche géo-archéologique

Odile Franc et Agnès Vérot-Bourrély

Texte intégral

Nous tenons à remercier plus particulièrement Jean-Paul Bravard, initiateur de la géoarchéologie lyonnaise, collaborateur permanent, et relecteur de cet article. Nos remerciements vont également aux coordinateurs de l’ouvrage, Nathalie Carcaud et Gilles Arnaud-Fassetta, pour leur relecture critique.

Introduction

1Le développement des grands travaux en milieu rural ou urbain entraîne la destruction du sous-sol. Depuis les années 1970, notre société est passée des aménagements de surface à des constructions souterraines. Fortement destructeurs, ces ouvrages ont l’avantage, a contrario, de permettre l’accès aux archives profondes du sous-sol, d’autant plus si une fouille archéologique y est prescrite. En même temps que les mutations économiques et sociétales, une prise de conscience collective de la destruction du patrimoine est née au début des années 1970. Le site de Lyon en a été l’un des premiers théâtres (Demoule et Landes, 2009).

2En intervenant dans le sous-sol de la plaine alluviale, fruit de la construction conjointe du fleuve Rhône et de son affluent la Saône, les archéologues professionnels sont confrontés à l’interprétation d’unités sédimentaires peu ou pas anthropisées. Des éléments de compréhension sont apportés dès 1982 par l’étude géomorphologique des sites associée progressivement aux sciences paléo-biologiques (palynologie, malacologie…). Un dialogue interdisciplinaire s’amorce pour les périodes historiques dans le but de comprendre le contexte environnemental de la conquête des basses terres inondables avérée à l'époque antique. De ponctuels, les résultats s’assemblent tel un puzzle et font évoluer la problématique des interactions Homme-milieu. En retour, l’archéologie fournit des séquences stratigraphiques bien datées et permet au géographe quaternariste de déceler des fluctuations inédites du climat et de qualifier des périodes à hydrologie abondante (ou déficiente) dans un passé proche. Est alors née la géo-archéologie (Butzer, 1982), discipline ouverte à la relation Homme-milieu puis aux processus de formation/destruction des sites, ainsi qu’aux stratigraphies constituées par les activités humaines (Berger et al., 2000 ; Goldberg et Macphail, 2006).

3Ces trente ans de géo-archéologie au service de l’archéologie lyonnaise révèlent une occupation humaine en relation avec l’évolution des unités alluviales de la fin des temps glaciaires aux Temps Modernes. Une présentation dans l’ordre chronologique des découvertes éclaire l’évolution de l’approche méthodologique et les avancées de la problématique. Les secteurs concernés sont localisés dans les plaines alluviales du système Saône-Rhône, larges de 1 à 5 km, entre les formations primaires de l’ouest (Plateau lyonnais, appartenant au Massif Central), celles tertiaires du nord (Plateau de la Dombes), et les terrasses pléistocènes de l’est (Fig. 1).

1982 : premières interventions géo-archéologiques à la confluence Rhône-Saône

Un géographe hydromorphologue au service des archéologues

4La première intervention de Jean-Paul Bravard, alors maître-assistant en géographie à l’université Lyon III, s’est réalisée avenue A. Max, en rive droite de la Saône. Les observations ont révélé une topographie antique bien différente de l’actuelle et ont permis d’identifier un bras de la Saône plus occidental bordé par un banc rhodanien sur sa rive gauche. Remblayé par de fortes crues au début du iiie s. apr. J.-C., il est fermé par des remblais d’assainissement. Un mur, à proximité du banc de rive gauche, s’est révélé être un mur-digue du fait de la présence d’alluvions. Ces résultats furent complétés par l’étude des cladocères, petits crustacés d’eau douce qui, selon leur espèce, définissent la hauteur de la nappe d’eau inondante (Bravard et al., 1986 ; Villedieu, 1990). Cette découverte réactualise alors le bras secondaire de la rivière dit « bras Marsaux », identifié dès le début des années 1960 par A. Audin déjà associé à un géographe (Russo et Audin, 1961).

Fig. 1. Cadre physique et localisation des secteurs d’étude.

5J.-P. Bravard intervient ensuite en 1984 sur la Presqu’île à l’Îlot 24, rue de la Monnaie, où un nouveau mur-digue est mis en évidence ; orienté N/S, il isole de la rive gauche de la Saône, où se déposent des limons de débordement, un espace protégé et habité au tout début du ier s. apr. J.-C.

6La demande d’une lecture géomorphologique sur les sites archéologiques va croissant. La prolifération des données sur l’évolution récente des paysages profite naturellement à des étudiants qui s’engagent dans des travaux de recherche.

Étude géomorphologique quasi-systématique et systémique sur les sites archéologiques lyonnais : contribution à une méthode multicritères

7En milieu alluvial, où la variété des unités de paysage est grande, déterminer le contexte des découvertes (paléochenal, levée de berge, banc, style fluvial…) s’avère primordial pour la compréhension du site et sa taphonomie (c’est-à-dire les modalités de son enfouissement). Outre les cartes anciennes et les photographies aériennes, qui permettent une approche de l’évolution récente du paysage alentour, le géoarchéologue en milieu préventif est limité par l’emprise imposée du site fouillé. À l’aide de coupes stratigraphiques montrant la géométrie des dépôts ainsi que de prélèvements d’échantillons dans les différentes unités sédimentaires définies, il est possible de reconstituer les formes des paysages plus anciens. L’analyse texturale des sédiments conduit à la caractérisation de la dynamique de mise en place des dépôts. À l’aide de deux paramètres [D50 (ou M) et D99 (ou C)] tirés de la courbe granulométrique et placés sur un graphe bi-logarithmique, il est possible de constituer un nuage de points dont la forme est interprétable en terme de milieu de dépôt et de mode de transport pour chaque échantillon. Il s’agit de l’image CM (Bravard, 1983 ; Bravard et al., 1986 ; Bravard et Peiry, 1999) adaptée à partir des travaux de R. Passega (1957). L’objectif est de définir les unités morphologiques précédant l’installation humaine ou contemporaine de celle-ci et de reconstituer l’évolution paléohydrologique (Fig. 2). D’autres analyses propres aux sciences du sol (micromorphologie…) peuvent aussi être conduites afin d’identifier au mieux des phases de pédogénèse.

Fig. 2. Image CM et dépôts alluviaux aquatiques et terrestres associés (d’après Bravard et Peiry, 1999).

Les sites de la ligne D du métro (1982-1988)

8Les investigations n’ont concerné que les emprises des trois futures stations de métro (Fig. 1) : « Bellecour » sur la presqu’île, « Vieux-Lyon » en rive droite de la Saône dans le quartier Saint-Jean, et « Gorge de Loup » au sud de la plaine de Vaise. S’y est ajouté le site de la « Guillotière », suite à une découverte fortuite en rive gauche immédiate du fleuve.

Une bande active de tressage au Petit Âge Glaciaire en rive gauche du Rhône

9Le pont de la Guillotière, daté du xive s. mais pouvant remonter au xiie s. d’après quelques vestiges plus ténus, reste le premier pont sur le Rhône connu par l’archéologie. Du fait du régime impétueux du fleuve et de sa grande largeur, son franchissement est toujours apparu comme délicat. Durant le Petit Âge Glaciaire, notamment au cours des xviie et xviiie s., se met en place un style en tresses du fait de la difficulté pour le fleuve d’évacuer une charge solide importante. L’évolution du pont et de ses vicissitudes ont pu être retracées par l’étude des archives et par la datation dendrochronologique des pieux retrouvés (Burnouf et al., 1991).

Une plaine alluviale du premier Âge du Fer entre Rhône et Plateau lyonnais

10La plaine alluviale constituée par la presqu’île entre Rhône et Saône et par la rive droite de la Saône au pied du plateau de Fourvière est de construction relativement récente. Ces deux unités ont été datées de la fin du premier Âge du Fer par deux troncs fossiles trouvés dans la nappe alluviale caillouteuse (Macé et al., 1991 ; Fig. 5). Le Rhône adopte alors un style en tresses révélateur d’une crise hydromorphologique majeure reconnue non seulement dans la région mais aussi à l’échelle de l’Europe (Bravard et al., 1992).

11Sous la station de métro « Bellecour », un paléochenal du Rhône, issu de la dynamique de tressage précédente, a été découvert (Vérot et al., 1989). Son comblement naturel présente un bourrelet sableux central renforcé par un remblai d’amphores du ier s. apr. J.-C. Les crues continuent de balayer le secteur postérieurement, ce qui semble contraindre une installation humaine attestée uniquement sur sa rive sud. Le précédent paléochenal antique de la Saône (cf. supra) est retrouvé en 1986 à l’occasion du chantier sous la station « Vieux Lyon » (Arlaud et al., 1994). Sa géométrie ainsi que la chronologie de son remblaiement sont alors précisées.

Fig. 3. Reconstitution diachronique des paysages à la station de métro Gorge de Loup (d’après Vérot-Bourrély et al., 1995).

La plaine de Vaise en rive droite de Saône occupée dès la Préhistoire et « urbanisée » à l’Antiquité : étude paléoenvironnementale diachronique (1985-1987)

12La plaine de Vaise, en rive droite de la Saône et au nord-ouest de Lyon, n’est pas seulement une plaine alluviale car, enchâssée dans le plateau lyonnais, elle est dominée par des versants qui influencent ses dépôts. Entre les abondants ruisseaux et les processus de colluvionnement, une nouvelle méthodologie a été nécessaire pour étudier l’emprise de la station « Gorge de Loup » au sud de la plaine et au débouché d’un vallon aujourd’hui sec. L’étude des sédiments et de différents restes d’animaux (escargots) ou de végétaux (pollens, charbons de bois, graines) contenus à l’intérieur des dépôts a permis de restituer 4 000 ans d’évolution des paysages au bas du vallon de Trion (Vérot-Bourrély et al., 1995 ; Fig. 3 et Fig. 5). Ce site a été le lieu des premières découvertes préfet protohistoriques à Lyon (Burnouf et al., 1989).

Les chantiers sur la presqu’île entre Saône et Rhône (1990-1994)

13De nombreux parcs de stationnement souterrains sont l’occasion de fouilles et d’une moisson de données paléoenvironnementales, dans le cadre de l’archéologie préventive.

Paléochenaux rhodaniens

14Durant le premier Âge du Fer, le Rhône, très puissant, adopte un style en tresses et dépose une importante charge caillouteuse. Plusieurs chenaux échancrent la presqu’île : au bras de la station Bellecour, large de 60 m, s’ajoutent celui du site du parc de la Bourse, large de 15 m, et celui du parc de République large de 100 m avec des îlots caillouteux (Fig. 4A). Les flux rhodaniens ont contraint la Saône, au régime et à la pente faibles, à s’écouler dans un chenal unique contre le pied de la colline de Fourvière. L’observation d’alluvions inter-stratifiées du Rhône et de la Saône en rive gauche de la rivière, c’est-à-dire sur sa rive droite actuelle, corrobore l’hypothèse d’une confluence antique décalée à l’ouest, d’une part, et démontre que le bras de la Saône plaqué contre la colline de Fourvière ne peut être que le chenal primitif de la rivière, seul et unique jusqu’au changement d’ère, d’autre part. Cette morphogenèse active justifie l’absence de vestiges archéologiques non seulement au premier Âge du Fer, sur une presqu’île mouvante, mais aussi durant la Tène, période d’incision fluviale pendant laquelle les courants de débordement déposent des sables et des limons, d’une épaisseur d’1 m à plus de 2 m, sur les terres émergées. Les Gallo-romains, alors fixés majoritairement sur le plateau de Fourvière (site historique de la fondation de la colonie), peuvent s’installer sur ces nouvelles terres basses, libérées progressivement des divagations des cours d’eau. Ils contribuent à l’atterrissement naturel des anciens bras en les remblayant massivement d’amphores et autres débris, ou en les aménageant avec une volonté aichée de maîtrise et d’exploitation (Vérot-Bourrély et Franc, 2008).

Une hydrologie accrue au début du ier s. apr. J.-C.

15Du changement d’ère à la première moitié du ier s. apr. J.-C., les inondations envahissent à nouveau la presqu’île en cours de stabilisation. Les occupations sont inter-stratifiées avec des alluvions dont la texture plus grossière définit une compétence accrue du Rhône pour la période (Bravard et al., 1992 ; Salvador et al., 2002). Des remblais caillouteux, anthropiques, épais de 30 à 50 cm, rendent les sites hors de portée des eaux de crue. Durant la deuxième moitié du ier s. apr. J.-C., seuls les secteurs non artificiellement remblayés enregistrent quelques dépôts d’inondation. Dans le bras primitif de la Saône, les épisodes de crue se succèdent de la deuxième moitié du ier s. apr. J.-C. jusqu’au milieu du iiie s. apr. J.-C.

Fig. 4. Topographie de la presqu’île aux Âges du Fer et au ier s. apr. J.-C. (d’après Vérot-Bourrély et Franc, 2008).

Fig. 5. Bilan des fluctuations hydrosédimentaires des cours d’eau de Lyon.

De rares éléments sur la dynamique alluviale au Moyen Âge et à l’Époque moderne

16Les données récoltées pour ces périodes sont peu nombreuses et mal datées, en relation avec des vestiges archéologiques indigents notamment sur la presqu’île (Arlaud et al., 1996). En effet, dès le Bas Empire, la ville se concentre sur les rives de la Saône et particulièrement sur sa rive droite. Le reste de la presqu’île est déserté depuis la fin du iie s. apr. J.-C. après une grande phase de démolition et de récupération des matériaux. Seules demeurent encore un temps quelques riches domus du sud de la presqu’île dont les mosaïques sont datées du début du iiie s. apr. J.-C. Le peu d’indices de dynamique alluviale (dépôts d’inondation, incision d’un chenal rapidement abandonné) est à raccorder, sous toute réserve, à la péjoration climatique des vie - viiie s. apr. J.-C., connue par ailleurs (Berger et al., 2008) et qui inclut la crue catastrophique de 580 apr. J.-C. et des années suivantes, décrite par Grégoire de Tours (Champion, 1856). Cette quasi-absence de traces est due à la difficulté de dater des dépôts sans indicateurs chronologiques de type artefacts. Quant à l’Époque moderne, outre la bande active de tressage caillouteuse de la rive gauche du Rhône (cf. supra), seules de rares alluvions et colluvions datent de cette époque alors que nombreux sont les récits de crues catastrophiques dans la ville.

Des interventions géoarchéologiques dans la plaine du Rhône (amont de Lyon et rive gauche) depuis 1987

17Pour comprendre la mise en place de la plaine alluviale aujourd’hui matérialisée par des terrasses peu dénivelées (1 m au plus) en rive gauche du Rhône en contrebas du complexe fluvio-glaciaire würmien de l’Est lyonnais (Fig. 1), d’une part, et pour évaluer la paléohydrologie du Rhône et les contraintes imposées à l’occupation humaine, d’autre part, des prospections ont été initiées par J.-P. Bravard dans l’agglomération lyonnaise. À la faveur des chantiers de travaux publics ou archéologiques, des troncs subfossiles ou des matières organiques piégées dans les bras morts ont été localisés et datés au radiocarbone. Cette surveillance concerne aussi bien la rive gauche du Rhône à Lyon que son amont sur 15 km, là où la plaine alluviale est très large (Bravard et Evin, 1989 ; Bravard et al., 1991, 1997).

18Il en ressort qu’au Préboréal, le Rhône atteint un niveau élevé dans Lyon qu’il ne retrouvera plus jamais ensuite : celui de la basse terrasse de Villeurbanne, perchée de 1 à 2 m par rapport au niveau du Rhône actuel. Ce cailloutis est encore atteint par les crues au Boréal. Des fluctuations importantes du plancher alluvial, non totalement démontrées à Lyon, sont admises au moins pour la deuxième partie de l’Atlantique ancien et surtout à l’Atlantique récent, période de forte activité hydrosédimentaire pour laquelle une nappe alluviale (non dénivelée par rapport à la terrasse précédente) a pu être définie (Fig. 5). Au Subboréal (Néolithique final – Bronze ancien), une nouvelle terrasse, dénivelée de 1 m, est définie par trois paléochenaux de tressage (Blaizot et al., 2010). Les dernières nappes sont ensuite celle du premier Âge du Fer sur la Presqu’île et celle du Petit Âge Glaciaire en rive gauche du Rhône, dénivelées toutes deux d’1 m par rapport à la précédente, pré-protohistorique.

Les sites liés à la reconversion économique de la plaine de Vaise en rive droite de la Saône (depuis 1987)

19Quartier industriel au xixe s., la plaine de Vaise fait l’objet depuis la fin des années 1980 d’une reconversion urbaine donnant lieu à de nombreuses interventions archéologiques.

20Au Würm récent, un pseudo-lac, dû au barrage créé par l’importante charge du Rhône à l’aval, occupe la plaine ; ses dépôts sablo-limoneux lités constituent maintenant une terrasse fluvio-lacustre à pendage centripète sur tout le pourtour de la plaine. Car au Bölling, un chenal (ou la Saône elle-même) l’incise et sinue dans la plaine ; il est recoupé à l’Alleröd. Son comblement, essentiellement issu de décantation jusqu’à l’Atlantique ancien inclus puis dû aux alluvio-colluvionnements limoneux, a été très lent si bien qu’il a longtemps subsisté une dépression au cœur de la plaine (Fig. 5). Des populations aziliennes ont profité des nouveaux espaces dégagés pour s’installer, notamment au-dessus de l’oxbow lake, tandis qu’au Mésolithique ancien/moyen, des fréquentations ont été possibles dans le marais issu du bras mort en cours d’atterrissement.

21Les lœss couvrant les versants ont été enfouis sous un colluvium limono-lœssique sur lequel se développe une pédogenèse de type sol brun lessivé (Bertran et al., 1998). Ce dernier intègre des vestiges de la Préet Protohistoire. Malgré l’accélération des processus de versant (épandage des ruisseaux sous forme de cônes), l’unité Vaise est fréquentée ou occupée au Campaniforme, au Bronze ancien et au Bronze final tandis que le Néolithique moyen et final est épargné de l’érosion quand il se trouve au sein de dépressions. Mais c’est surtout à la fin du premier Âge du Fer que l’occupation s’étend sur la partie sud de Vaise, notamment près d’un nouveau bras mort de la Saône, encore peu étudié. À l’Antiquité, Vaise est densément peuplée et le paysage est très aménagé. Le fonctionnement intermittent des ruisseaux, retracé grâce aux vestiges stratifiés, permet d’envisager des fluctuations de la dynamique qui sont finalement surtout à mettre sur le compte des conditions environnementales locales. En effet, ces cours d’eau de rang 1 ou 2 (Strahler) s’avèrent être d’assez mauvais enregistreurs des grandes fluctuations climatiques. Celle du premier Âge du Fer est quasiment absente à la différence de celles du Haut-Empire. Ces réponses sont sans nul doute à mettre en relation avec les occupations locales, le seuil de résistance du milieu ayant été franchi. Le paysage devient essentiellement rural au Moyen Âge, la plaine étant déjà en partie désertée dès l’Antiquité tardive ; l’habitat se resserre autour de son église. Les sédiments observés pour les périodes médiévales et modernes sont au moins colluviaux, rarement torrentiels, et pour l’essentiel représentés par des « terres de jardins » noirâtres. Celles-ci caractérisent une longue stabilité et une pédogenèse brunifiante acquise pendant le Petit Optimum Médiéval (viiie-xiie s.) ; elles perdurent faute d’impact anthropique important à l’Époque moderne. Toutefois, l’industrialisation du xixe s. a certainement soustrait une partie de l’information avec notamment la mise en place de remblais atteignant 3 m d’épaisseur au cœur de la plaine.

22Au final, les questionnements élaborés au fur et à mesure du suivi des chantiers ont amené à la définition d’unités-repères puis à la recherche quasi-systématique de celles-ci par la suite comme par exemple : 1) la terrasse fluvio-lacustre würmienne du bas de versant ; 2) les dépôts crayeux du Dryas récent colmatant le bras mort du Bölling-Alleröd ; 3) l’horizon Bt du paléosol brun lessivé renfermant les occupations du Néolithique et du début de l’Âge du Bronze… Ces dépôts étant relativement bien datés, la recherche archéologique s’en trouve facilitée.

Le site du Parc Saint-Georges, clé de la confluence Rhône-Saône à la fin de la Protohistoire (2003-2005)

23Ce parc de stationnement souterrain a une emprise qui recoupe la rive droite de la Saône actuelle, au sud du quartier Saint-Jean, où est supposée se trouver la confluence protohistorique Saône-Rhône. Son étude géoarchéologique a permis de critiquer vingt ans de recherche et de problématiques tout en affinant les résultats (Vérot-Bourrély et al., 2010).

24Au plus profond, la présence d’alluvions datées par le radiocarbone vient étayer l’incision du Bölling-Alleröd et en révèle une nouvelle au début du Préboréal (Fig. 5). Plus tard, l’existence d’alluvions graveleuses du Rhône et de la Saône témoignent d’un secteur sous les eaux de la confluence jusqu’au iie s. av. J.-C., sans plus de précision, avec exhaussement des planchers alluviaux. Dans la partie nord du site, le recouvrement alluvial de débordement, de granulométrie fine, mis en place par les deux cours d’eau, à la fin de La Tène, démontre le déplacement de la confluence vers l’aval. Le secteur devient terrestre et bordé par la rive gauche de la Saône primitive repérée dans la partie sud du site et par un Rhône en cours de migration vers l’est. Autour du changement d’ère, la Saône ouvre un chenal plus direct dans la plaine, comme le révèle un talus de berge de plus de 7 m de hauteur dans la partie nord du site, et vient confluer avec son chenal primitif dans la partie sud, isolant l’île Saint-Jean (Fig. 4B). L’étude paléoenvironnementale des alluvions fines (palynologie, malacologie, carpologie) précise le défrichement et la mise en culture des nouvelles terres émergées (céréales, plantes rudérales et messicoles). La confluence des deux bras de la rivière se maintient durant près de trois siècles malgré le remblaiement progressif du bras primitif (cf. supra). Ce bras peu profond sert d’ancrage pour des embarcations à fort tonnage jusqu’à ce qu’une crue violente, au début du iiie s. apr. J.-C., vienne les couler en les surchargeant de sables. Après une certaine désaffection du site entre le ve et le xe s. apr. J.-C., les riverains n’auront de cesse de rejeter toutes sortes de déchets et remblais sur la berge de rive droite afin de faire progresser la plaine sur la rivière. Les premières constructions en bord de berge sont réalisées à la transition des xiie et xiiie s. puis vont en se développant jusqu’à l’édification du quai au milieu du xixe s. La texture et la géométrie des dépôts autant sur le lit majeur que dans le lit mineur peuvent signer l’impact de la crise hydrologique du Petit Âge Glaciaire, pressenti dans des niveaux des xve - xvie s. et assuré pour ceux du milieu du xviiie s.

Conclusion et perspectives

25La géoarchéologie confirme être une des clés de lecture indispensables sur les sites archéologiques. L’importance du dialogue interdisciplinaire entre sciences environnementales et sciences humaines a fait progresser les problématiques des interactions Homme-milieu et les résultats sont sans cesse renouvelés. La datation des unités morphologiques révèle non seulement le potentiel archéologique susceptible d’être découvert mais également celui qui est conservé selon l’évolution de la dynamique morpho-sédimentaire (pôle d’érosion ou d’accumulation), que celle-ci s’exprime en contexte alluvial ou de versant. Chacun des milieux apporte son lot d’informations, ce qui permet aux différents maillons environnementaux de s’emboîter dans le temps et l’espace et de proposer une reconstitution des fluctuations hydromorphologiques assez cohérente de la fin du Würm à aujourd’hui, même s’il reste encore des zones d’ombre (Fig. 5).

26Pour la fin de la Préhistoire et la Protohistoire, les conditions hydromorphologiques du site de Lyon ne permettent des occupations et leur conservation que dans la plaine de la Saône amont, sur ses rives, et théoriquement sur les vieilles unités morphologiques de rive gauche du Rhône. À l’aval, la confluence protohistorique du Rhône et de la Saône puis la mobilité des cours d’eau jusqu’au ier s. apr. J.-C. ne permettent ni l’installation humaine pré-et protohistorique ni la bonne conservation des premières fréquentations à la transition Tène-Antiquité. En revanche, l’étude paléoenvironnementale démontre la réalité d’une activité agro-pastorale sur les terres alluviales émergées durant cette période.

27À partir du ier s. apr. J.-C., les terres émergées et de plus en plus stables de la plaine Rhône-Saône offrent à la nouvelle colonie des espaces à conquérir alors que l’habitat s’est fortement développé sur la colline de Fourvière et dans la plaine de Vaise, son suburbium. Les nouveaux habitants s’accommodent de la défluviation de la Saône au changement d’ère, voire dans la première moitié du ier s. apr. J.-C., et de l’hydrologie accrue du ier s. apr. J.-C. qui affecte aussi bien le Rhône que la Saône. En revanche, la recrudescence hydrologique de la rivière au début du iiie s. enregistrée à Saint-Jean n’est pas perçue à Vaise en amont. Or, elle prédomine dans l’ensemble des bassins versants du haut Rhône (Berger et al., 2008), sur des affluents de rive gauche de sa moyenne vallée (Berger et Brochier, 2006), et jusque dans le delta (Arnaud-Fassetta, 2000). Pour cette période, les sites lyonnais en rive droite du Rhône sont marqués par la mise en place de remblais d’assainissement datés de la fin du iie-début iiie s. apr. J.-C., puis par une désertion jusqu’au xiiie s. au plus tôt, phases entre lesquelles aucune trace d’activité hydrologique n’a pu être réellement démontrée. Un arasement anthropique postérieur est une autre hypothèse (Arlaud et al., 2000 ; Vérot-Bourrély et Franc, 2008).

28La conservation des couches naturelles ou archéologiques ainsi que l’opportunité de les découvrir sont des plus aléatoires, car ce sont souvent quelques sites-clefs qui déclenchent la compréhension des observations antérieures. En leur absence, on peut difficilement conclure que tel ou tel événement s’est produit. L’absence d’enregistrement sédimentaire pour le Rhône à Lyon au iiie s. apr. J.-C. ne laisse pas de questionner, comme la paléohydrologie médiévale pour laquelle les données sont encore trop succinctes. Aussi, on ne peut que souhaiter la poursuite du dialogue pluridisciplinaire dans les recherches géoarchéologiques.

Bibliographie

Références

Arlaud C., Burnouf J., Bravard J.-P., Lurol J.-M., Vérot-Bourrély A., « Lyon Saint-Jean : les fouilles de l’îlot Tramassac », Documents d’Archéologie en Rhône-Alpes, no 10, série lyonnaise no 4, Service régional de l’Archéologie, Lyon, 1994, 151 p.

Arlaud C., Le Nézet-Celestin M., Lurol J.-M., Vérot-Bourrély A., « Contribution à l’étude du paléoenvironnement à l’époque médiévale : les fouilles de la place des Célestins et de la place des Terreaux à Lyon », in Colardelle M. (dir.), L’homme et la nature au Moyen Âge, Actes du Ve Congrès International d’Archéologie Médiévale (Grenoble), Errance, 1996, p. 53-54.

Arlaud C., Lurol J.-M., Savay-Guerraz S., Vérot-Bourrély A., « Lyon, les dessous de la presqu’île, Bourse, République, Célestins, Terreaux, sites Lyon Parc-Auto », Document d’Archéologie en Rhône-Alpes, no 20, Lyon, 2000, 280 p.

Arnaud-Fasseta G., « 4 000 ans d’histoire hydrologique dans le delta du Rhône », Grafigeo, 11, 2000, 229 p.

Berger J.-F., Brochier J.-L., Bravard J.-P., « La géoarchéologie en France : définition et champs d’application », Les Nouvelles de l’Archéologie, no 81, 3e trim. 2000, p. 37-47.

Berger J.-F., Brochier J.-L., « Paysages et climats en moyenne vallée du Rhône : apports de la géoarchéologie », in Maufras O. (dir.), Habitats, nécropoles et paysages dans la moyenne et la basse vallée du Rhône ( viie- xve s.) : contribution des travaux du TGV-Méditerranée à l’étude des sociétés rurales médiévales, DAF no 98, Paris, MSH, 2006, p. 164-208.

Berger J.-F., Salvador P.-G., Franc O., Vérot-Bourrély A., Bravard J.-P., « La chronologie fluviale postglaciaire du haut bassin rhodanien », Cahiers de Paléoenvironnement, Dynamique holocène de l’environnement dans le Jura et les Alpes : du climat à l’homme, Collection EDYTEM, no 6, 2008, p. 117-144.

Bertran P., Fabre L., Franc O., Limondin-Lozouet N., Thiebault S., « Évolution d’un versant au cours de l’Holocène à Vaise (France) », Géographie Physique et Quaternaire, vol. 52, no 1, 1998, p. 69-90.

Blaizot F., Berard F., Bonnet C., Cecillon C., Franc O., « Archéologie d’un espace suburbain de Lyon à l’époque romaine. Paléogéographie de la plaine alluviale, axes de communication et occupations », Gallia, 67, 1, CNRS Editions, Paris, 2010, 159 p.

Bravard J.-P., « Les sédiments fins des plaines d’inondation dans la vallée du Haut-Rhône (Approche qualitative et spatiale) », Revue de Géographie Alpine, t. LXXI, 4, 1983, p. 363-379.

Bravard J.-P., Amoros C., Jacquet C., « Reconstitution de l’environnement des sites archéologiques par une méthode interdisciplinaire associant la géomorphologie, la zoologie et l’écologie », Revue d’Archéométrie, 10, 1986, p. 43-55.

Bravard J.-P., Evin J., « Datation du remblaiement holocène dans un secteur de la plaine alluviale du Rhône à Villeurbanne (69) », Bulletin du Laboratoire Rhodanien de Géomorphologie, 23-24, 1989, p. 2-10.

Bravard J.-P., Peiry J.-L., Gadiolet P., « La formation de la plaine alluviale holocène du Rhône à l’amont de Lyon », Physio-Géo, no 22/23, 1991, p. 167-172.

Bravard J.-P., Verot-Bourrely A., Salvador P.-G., « Le climat d’après les informations fournies par les enregistrements sédimentaires fluviatiles étudiés sur des sites archéologiques », in Le climat à la fin de l’Âge du Fer et dans l’Antiquité (500 BC - 500 AD), Méthodes d’approche et résultats, Les Nouvelles de l’Archéologie, no 50, Errance, Hiver 1992, p. 7-13.

Bravard J.-P., Vérot-Bourrély A., Franc O., Arlaud C., « Paléodynamique du site fluvial de Lyon depuis le Tardiglaciaire », Document d’Archéologie en Rhône-Alpes, no 15, Service Régional de L’Archéologie de Rhône-Alpes, 1997, p. 177-201.

Bravard J.-P., Peiry J.-L., « The CM pattern as a tool for the classification of alluvial suites and floodplains along the river », in Marriott S.B., Alexander J. (eds), « Floodplains : Interdisciplinary Approaches », Geological society, Special Publications, 163, London, 1999, p. 259-268.

Burnouf J., Bellon C., Martin J.-M., Vérot-Bourrély A., « Lyon avant Lugdunum, un habitat du premier Âge du Fer à Vaise », in Goudineau C., « Aux origines de Lyon », Doc. Archéologie en Rhône Alpes, 2, Série lyonnaise, 1989, p. 11-21.

Burnouf J., Guilhot J.-O., Mandy M.-O., Orcel C., « Le Pont de la Guillotière. Franchir le Rhône à Lyon. Approche interdisciplinaire », DARA no 5, Série Lyonnaise, no 3, Lyon, 1991, 196 p.

Butzer K.W., Archaeology as human ecology, Cambridge, Cambridge University Press, 1982, 364 p.

Champion M., « Les inondations du Rhône et de la Loire », extrait du Moniteur Universel du 20 Juillet 1856, Praxis-Lacour Editeurs, Nîmes, 1856, réédition 1992, 19 p.

Demoule J.-P., Landes C. (dir.), La fabrique de l’archéologie en France, La Découverte, 2009, 302 p.

Goldberg P., Macphail R.I., Practical and theoretical geoarchaeology, Blackwell publishing company, Molden, Oxford, Victoria, 2007, 455 p.

Macé S., Vérot-Bourrély A., Bravard J.-P., « Genèse et fonctionnement holocène de la plaine alluviale du Rhône à Lyon », 116e Congrès national des sociétés savantes, Paris, CTHS, Chambéry, Préprotohistoire, 1991, p. 17-31.

Passega R., « Texture as characteristic of clastic deposition », Bull. Petrol. Geol., 41 (9), 1957, p. 1952-1984.

Russo P., Audin A., « Le site de Lyon. Panorama de son évolution », Revue de Géographie de Lyon, 1961, p. 295-346.

Salvador P.-G., Vérot-Bourrély A., Bravard J.-P., Franc O., Macé S., « Les crues du Rhône à l’époque gallo-romaine dans la région lyonnaise », in Les fleuves ont une histoire, paléoenvironnement des rivières et des lacs français depuis 15 000 ans, actes du colloque « Paléohydrologie des 15 derniers millénaires », Motz (73), 20-22 Juin 2001, sous la dir. de J. -P. Bravard et M. Magny, éd. Errance, 2002, p. 215-221.

Vérot A., Burnouf J., Jacquet C., Amoros C., Bravard J.-P., « Le site gallo-romain de la place Bellecour (Lyon 2è) : reconstitution interdisciplinaire du paléo-environnement », La Ville et le Fleuve, Actes du Colloque du C.T.H.S., 3, 1989, p. 147-155.

Vérot-Bourrély A., Argant J., Bravard J.-P., Chaix L., Bellon C., Plantevin C., Burnouf J., « Le paléoenvironnement du site de Gorge de Loup (Lyon 9e) : les signes matériels de la dégradation d’après l’étude interdisciplinaire du gisement », in Actes des XVe Rencontres internationales d’Archéologie et d’Histoire d’Antibes, 20-21-22/10/1994, APDCA, 1995, p. 43-77.

Vérot-Bourrély A., Franc O., « Maîtrise progressive du Rhône et de la Saône à Lugdunum au début de l’Antiquité, les aménagements permettant la conquête des terres basses inondables », Archéopages 23, octobre 2008, p. 28-33.

Vérot-Bourrély A., Argant J., Bouby L., Latour-Argant C., Martin S., « Évolution d’un paysage de confluence de la Protohistoire à l’époque galloromaine : géomorphologie et paléoenvironnement du site Parc Saint-Georges à Lyon (Rhône, France) », Quaternaire, 21, (4), 2010, p. 413-423.

Villedieu F., « Lyon, Saint-Jean, les fouilles de l’avenue Adolphe Max », Documents d’Archéologie en Rhône-Alpes, no 3, Archéologie et Métropolitain, série lyonnaise no 2, Lyon, 1990, 239 p.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Cadre physique et localisation des secteurs d’étude.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/22077/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Légende Fig. 2. Image CM et dépôts alluviaux aquatiques et terrestres associés (d’après Bravard et Peiry, 1999).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/22077/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 195k
Légende Fig. 3. Reconstitution diachronique des paysages à la station de métro Gorge de Loup (d’après Vérot-Bourrély et al., 1995).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/22077/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 734k
Légende Fig. 4. Topographie de la presqu’île aux Âges du Fer et au ier s. apr. J.-C. (d’après Vérot-Bourrély et Franc, 2008).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/22077/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 427k
Légende Fig. 5. Bilan des fluctuations hydrosédimentaires des cours d’eau de Lyon.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/22077/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 345k

Auteurs

Ingénieur chargé de recherche, Institut National de Recherches Archéologiques Préventives (INRAP Rhône-Alpes Auvergne), Unité Mixte de Recherche (UMR 5600) CNRS/Université de Lyon (Environnement, Ville, Société – EVS), Lyon, France (odile.franc@inrap.fr).

Ingénieur chargé de recherche, Institut National de Recherches Archéologiques Préventives (INRAP Rhône-Alpes Auvergne), Unité Mixte de Recherche (UMR 5600) CNRS/Université de Lyon (Environnement, Ville, Société – EVS), Lyon, France (agnes.verot-bourrely@inrap.fr).

© CNRS Éditions, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search