Version classiqueVersion mobile

La géoarchéologie française au xxie siècle

 | 
Nathalie Carcaud
, 
Gilles Arnaud-Fassetta

Partie II. Les hydrosystèmes fluviaux, entre climat et anthropisation/Section 2. Fluvial hydrosystems, between climate and “anthropogenic processes”

Chapitre IX. Contextes régionaux du Néolithique en Anatolie

Aspects environnementaux et chronologiques

Catherine Kuzucuoğlu

Texte intégral

Les données présentées dans cet article reposent sur une longue collaboration de recherche pluridisciplinaire avec de nombreux archéologues travaillant en Turquie auxquels de sincères remerciements sont exprimés ici pour leur soutien et les échanges scientifiques. Beaucoup de collègues archéologues et géomorphologues, turcs ou français, italiens ou britanniques, reconnaîtront ici des éléments discutés et recherchés ensemble. Parmi eux, l’auteur remercie tout particulièrement les archéologues du département de préhistoire de l’université d’Istanbul, en particulier N. Balkan-Atlı, M. Özbaşaran, E. Bıçakçı, M. Özdoğan, G. Duru et A. Tibet de l’IFEA à Istanbul, et les collègues archéologues français en Turquie dont D. Binder et C. Marro. L’article est basé sur des informations et données mises en forme à l’occasion de la réalisation du projet ENVOL (2010-2013), qui porte sur l’environnement et le volcanisme en Cappadoce méridionale pendant l’Holocène et leurs relations avec les sociétés humaines anciennes. Le projet ENVOL a été financé par le programme Mistrals/Paléo2-PaléoMex et Mistrals/PaléoMex-ArchéoMed du CNRS. Enfin, l’auteur remercie G. Arnaud-Fassetta et N. Carcaud, ainsi que M. Özbaşaran pour sa relecture et ses observations sur la première version de cet article.

Introduction

1Depuis quelques décennies, les conséquences des relations entre le climat et les sociétés humaines anciennes sont un sujet très présent dans les publications scientifiques géoarchéologiques, paléoclimatiques et archéologiques. Le débat est particulièrement abondant et fructueux pour la période qui s’étend du Néolithique à l’Âge du Bronze dans le Croissant Fertile et la Méditerranée orientale. Après de premières interprétations établissant des relations directes entre périodes climatiques (humides/sèches) et culturelles (Ancien, Moyen, Récent ; Issar et Brown, 1998), la chronologie parallèle de changements climatiques et culturelles qui marque les fins des périodes de l’Âge du Bronze au Proche-Orient est maintenant bien établie (cf. bibliographie dans Kuzucuoğlu, 2009 ; Roberts et al., 2011). Devant l’évidence de ce parallélisme, certains travaux ont abouti à la conclusion que, dans certains cas, la dégradation de l’environnement et des ressources naturelles provoquée par de fortes sécheresses ont causé l’effondrement de civilisations anciennes (Weiss et al., 1993 ; Dalfes et al., 1997 ; Weiss, 2000 ; deMenocal, 2001 ; Issar et Zohar, 2004). Cette interprétation déterministe est largement discutée dans la communauté scientifique qui, à partir d’études de cas spécifiques, s’attache à l’étude des processus relationnels climats/phénomènes culturels avec des chronologies aussi précises que possibles, produisant ainsi de nouvelles données qui viennent fortement nuancer voire réfuter le déterminisme (van der Leeuw, 1998 ; Wilkinson, 2003 ; Kuzucuoğlu et Marro, 2007 ; Miller-Rosen, 2007). Les nuances portent sur 1) la variété des réponses culturelles au changement climatique, 2) la variété des temps et des intensités des réponses environnementales au changement climatique, 3) les incertitudes chronologiques qui tempèrent le parallélisme chronologique entre changements climatiques et culturels, 4) la variété et la complexité des causes possibles aux déséquilibres politiques et économiques des sociétés, qui ont aussi bien pu être provoqués par une accumulation de problèmes autant internes au fonctionnement social qu’à des contraintes externes. Les points 1 et 2 possèdent une dimension régionale significative qui va différencier les réponses culturelles comme environnementales. Le point 3 dépend des incertitudes inhérentes aux méthodes de datation utilisées pour les séquences d’indicateurs paléoenvironnementaux, paléoclimatiques et archéologiques. Le point 4 dépend du travail d’interprétation et de reconstitution historique que permettent les données archéologiques.

  • 1 Les dates utilisées ici ont été produites par la méthode du14 C et sont calibrées. Elles sont préf (...)

2Le présent article questionne la dimension régionale en Anatolie, de la répartition territoriale et du développement des sociétés humaines et des cultures anciennes, d’une part, et des données de végétation et de changements climatiques, d’autre part. Deux périodes sont abordées : 1) les débuts des sociétés néolithiques et 2) l’apparition des éléments culturels néolithiques (pratiques, techniques…) au travers de l’ouest et le sud anatoliens vers l’Europe et la Méditerranée. Ces événements en Anatolie correspondent à l’Holocène ancien, du début du Dryas récent (DR) ca. 10,4-10,2 ka av. J.-C.1 au début de l’Optimum climatique holocène ca. 6/5,8 ka av. J.-C.

Chronologie et périodisation du Néolithique en Anatolie

  • 2 SE est ici utilisé pour « régions du Sud-Est anatolien » (en grisé dans les figures 2 et 4).

3Comme dans d’autres régions du Croissant Fertile, le Néolithique du sud-est (SE2) et du centre de l’Anatolie est composé d’une période Néolithique acéramique (PPN : « Pre-Pottery Neolithic ») et d’une période Néolithique avec céramique (PN : « Pottery Neolithic »). En Anatolie centrale, le PPN est divisé en deux phases : « PPN » ancien et « PPN récent ». La limite chronologique entre les deux phases est datée d’environ 8,5 ka av. J.-C. Le début du PN est daté, selon les régions, de 7 à 6,8 ka av. J-C., les dates variant d’une région à l’autre. Les données archéologiques utilisées dans les figures 1 à 5 proviennent pour la plupart de l’exploitation exhaustive de la base de données du Projet TAY (www.tayproject.org) qui diffuse sur internet les données dérivées de publications et de rapports produits à l’issue des prospections et des fouilles. Ces données sont les sources principales sollicitées pour les figures présentées ci-après.

Avant le Néolithique : l’Épipaléolithique (20-9 ka av. J.-C.)

4Dans la région côtière méditerranéenne aux environs d’Antalya, un ensemble de grottes relativement voisines (Fig. 1) ouvertes dans les falaises calcaires du Taurus, ont livré les industries épipaléolithiques les plus anciennes d’Anatolie. Celles-ci présentent des affinités culturelles avec le Levant sud. Dans ce groupe, un niveau daté ca. 10 ka av. J.-C. dans la grotte d’Öküzini contient des meules associées à du matériel épipaléolithique (Yalçınkaya et al., 2002). Ces objets témoignent d’une émergence très précoce de la transformation de céréales collectées en Anatolie méditerranéenne. Un carottage réalisé dans le marais devant la grotte d’Öküzini (Fig. 7) indique également qu’entre 10,6 et 10,2 av. J.-C., des céréales ont été collectées et stockées dans un lieu proche du site en grotte pendant le Dryas récent (DR ; Emery-Barbier, 2002 ; Kuzucuoğlu et al., 2002). D’autres cultures paléolithiques en Anatolie ont été identifiées et étudiées dans la région NE de la Marmara (Özdoğan, 1997), dans le Taurus du SE anatolien (Algaze et al., 1991) et dans la plaine de Konya (Baird, 2002, 2012). Les dates associées aux sites fouillés ainsi que d’autres trouvailles, certes plus éparses mais répandues dans toute la péninsule, montrent que pendant l’Holocène ancien, les populations de chasseurs-cueilleurs épipaléolithiques ont vécu au voisinage de populations du Néolithique pré-céramique – et peut-être aussi du Néolithique à céramique – avec lesquelles elles partageaient les mêmes territoires.

Chronologie et distribution régionale du Néolithique Pré-céramique en Anatolie

5L’une des plus anciennes transitions entre groupes mobiles de chasseurs-cueilleurs et communautés d’agriculteurs sédentaires a eu lieu dans le SE anatolien et en Anatolie centrale (Fig. 2). D’après les données des prospections et des fouilles, le Néolithique ancien (PPN) de Turquie est divisé en deux phases principales (Gérard et Thissen, 2002) : 1) un PPN ancien (EPPN : 10,2-8,5 ka av. J.-C.) pendant lequel des sites d’habitats permanents rassemblent des chasseurs-cueilleurs qui pratiquent des techniques et activités de pré-domestication ; 2) un PPN récent (LPPN : 8,5-7 ka av. J.-C.) caractérisé par des pratiques et savoirs techniques avancés appliqués à la pré-domestication et la domestication des plantes et des animaux, en association avec des rituels nouveaux, des productions artistiques et des techniques nouvelles, des innovations architecturales et de nouvelles organisations internes des sites d’habitat.

Fig. 1. Sites épipalaeolithiques en Turquie. Sources : http://www.tayproject.org ; Sagona et Zimansky (2009) ; Düring (2011).

Dans le SE anatolien (ca. 10,2-7 ka av. J.-C.)

6Le début du PPN ancien en Anatolie, où il est daté du DR, a été identifié dans des sites localisés dans les hauts bassins versants du Tigre (Hallan Çemi, entre autres) et de l’Euphrate (Çayönü, entre autres ; Özdoğan et al., 2011, 2012 ; Fig. 2). L’industrie microlithique y illustre les relations encore étroites avec l’Épipaléolithique local. Les plus anciens niveaux d’occupation sont construits en pierre et les sols sont recouverts de plaques de grès (Hallan Çemi ; Fig. 2, site no 3) ou de roseaux et branchages recouverts de terre (Çayönü ; Fig. 2, site no 7). Dans cette région, le nombre de sites du PPN augmente rapidement pendant les siècles qui suivent le début de l’Holocène à partir d’environ 9,2 ka av. J.-C. C’est pendant cette période qu’est construit près d’Urfa le site exceptionnel de Göbekli Tepe (Fig. 2, site no 5).

En Anatolie centrale (ca. 8,5-7 ka av. J.-C.)

7En Anatolie centrale, des sites datant du PPN ont été découverts dans plusieurs secteurs (Fig. 2) : en Cappadoce et en bordure de la plaine du Lac Salé, dans la plaine de Konya, dans la Région des Lacs et, d’après de récentes communications et publications de fouilles, peut-être dans la région d’Izmir et la zone côtière égéenne (références dans le site du projet TAY ainsi que dans Özdoğan et al., 2012 ; Fig. 2 et Fig. 5). Les sites fouillés les plus anciens datent du début du IXe millénaire av. J.-C. et sont localisés sur les plateaux de Cappadoce occidentale (Aşıklı ; Fig. 2, site no 32) et dans la plaine de Konya (Pınarbaşı ; Fig. 1, site no 18 et Fig. 2, no 38) et Boncuklu (Fig. 2, site no 39). D’après des synthèses archéobotaniques publiées récemment (e.g., Fuller et al., 2011), l’Anatolie centrale a vu se développer localement les pratiques et processus de domestication des plantes, ce qui indique que les débuts du PPN anatolien sont indépendants de ceux du Croissant Fertile. D’autres éléments culturels concernant la domestication des animaux, l’architecture, l’organisation des bâtiments dans les villages… accentuent la spécificité et l’importance de l’échelle régionale des cultures du PPN anatolien. Pendant cette même période, des groupes vivaient probablement de façon saisonnière en Cappadoce pour l’exploitation d’affleurements d’obsidienne et la production d’objets taillés en obsidienne destinés à des sites PPN localisés dans le SE anatolien et le croissant fertile (Binder et al., 2011). Des objets en obsidienne du complexe volcanique du Göllüdağ en Cappadoce ont été trouvés à Chypre, au Levant sud, sur la côte égéenne, etc. (Cauvin et Chataigner, 1998). Ces sources sont restées très sollicitées pendant toutes les périodes du Néolithique et au Chalcolithique ancien.

8En Cappadoce, Aşıklı Höyük est, avec Pınarbaşı et Boncuklu situés dans la plaine de Konya, l’un des plus anciens sites PPN fouillés en Anatolie centrale. Les niveaux les plus vieux sont, pour l’instant, datés 8,3 ka av. J.-C. (Özbaşaran, 2012a). Abandonné vers 7,5 ka av. J.-C., ce très gros village présente une organisation de maisons agglomérées totalement inconnue dans le croissant fertile. Mille ans plus tard, le site néolithique avec poterie de Catalhöyük (Fig. 2, site no 40 ; Fig. 3, sites no 41 et 42) sera encore caractérisé par ces maisons anatoliennes agglutinées. En Cappadoce, d’autres sites ont été repérés lors de prospections (Fig. 2) mais n’ont pas été fouillés. Aucun ne présente la très grosse taille d’Asikli Höyük. Très proche de ce dernier, le site PPN de Musular (Fig. 2, site no 34) n’a, lui, été occupé que pendant les derniers siècles du VIIIe millénaire av. J.-C. (Özbaşaran, 2012b).

Fig. 2 Sites du Néolithique pré-céramique (PPN) en Turquie (ca. 10200-7000 av. J.-C.). Sources : http://www.tayproject.org; Sagona et Zimansky (2009) ; Düring (2011) ; Özdoğan et al. (2011, 2012) ; Steadman et Mc Mahon (2011).

9Dans la plaine de Konya, les fouilles du site épipaléolithique et PPN de Pınarbaşı et du site PPN de Boncuklu ont établi la filiation du PPN d’Anatolie centrale dans les cultures épipaléolithiques locales (Baird, 2012 ; Baird et al., 2012). À Boncuklu, les objets symboliques trouvés dans des maisons néolithiques très bien préservées annoncent les peintures murales très connues (Mellaart, 1967) du site PN voisin de Çatalhöyük.

10D’après M. Özdoğan et al. (2012), une phase finale du PPN existe également dans la plaine de Konya, comme aussi dans la Région des Lacs jusque sur les côtes égéennes et dans la région du NW où il a été daté des derniers siècles du VIIIe millénaire av. J.-C. Sur ces sites (fouillés), la stratigraphie montre la continuité d’occupation entre les niveaux PPN et les plus vieux niveaux néolithiques contenant de la céramique. L’occupation PPN est définie par 1) des activités telles que la chasse, l’agriculture et les échanges avec d’autres communautés, 2) des pratiques rituelles et 3) une architecture qui, cependant, n’est pas agglomérée comme à Aşıklı (PPN) ou Çatalhöyük (PN) mais ressemble aux sites PPN de Boncuklu et Pınarbaşı. La distribution spatiale régionale et la chronologie des habitats PPN de la Cappadoce à l’Egée (Fig. 5) suggèrent que des interactions entre les communautés d’Anatolie centrale et leurs voisins se sont multipliées à partir de 7,4 ka av. J.-C., initiant une difusion des pratiques et activités néolithiques qui s’est intensiiée à partir de 7,2 ka av. J.-C. Cette date d’environ deux siècles avant l’apparition de la céramique est plus précoce que les dates attribuées au départ de la dispersion Néolithique vers l’Europe et la Méditerranée (e.g., Rasse, 2008).

Fig. 3. Sites du Néolithique à céramique ancien (PN ancien) en Turquie (de ca. 7000/6900 à ca. 6500/6400 av. J.-C.). Sources : http://www.tayproject.org ; Gérard et Thyssen (2002) ; Sagona et Zimansky (2009) ; Düring (2011) ; Özdogan et al. (2011) ; Duru (2012) ; Özdogan et al. (2012).

Le Néolithique avec céramique en Anatolie : chronologie et répartition régionale

11Après la phase de transition 7,5-7 ka av. J.-C., le Néolithique avec céramique est divisé en deux phases en Anatolie (Düring, 2011 ; Duru, 2012) : 1) un Néolithique ancien : ca. 7/6,9 à ca. 6,5/6,4 ka av. J.-C. ; 2) un Néolithique récent : ca. 6,4 à ca. 6,1/6 ka av. J.-C. Après 6/5,8 ka av. J.-C., le Chalcolithique commence, qui durera jusqu’à l’Âge du Bronze vers 3,2/3 ka av. J.-C. En Anatolie centrale, cette périodisation est discutée car une rupture d’ordre culturel s’observe non pas entre le Néolithique final et le Chalcolithique ancien mais entre le Chalcolithique ancien et moyen ca. 5,5 ka av. J.-C.

12Les figures 2 à 5 illustrent la chronologie de l’apparition progressive du Néolithique vers l’ouest à partir de la Cappadoce et de la plaine de Konya au travers de l’Anatolie. Elles montrent en particulier que cette apparition, interprétée comme issue d’interactions entre communautés du Néolithique pré-céramique, qui se sont accompagnées d’une diffusion culturelle progressive qui a commencé vers 7,4 ou 7,3 ka av. J.-C., i.e., pendant les derniers siècles du PPN dont elles signalent la disparition. Cette diffusion a pris deux directions (Fig. 3 et Fig. 4) : vers la Région des Lacs (Suberde, site no 44 ; Hacılar, site no 43) et vers le sud en Cilicie (Yumuktepe Höyük, site no 55). Plus tard, des éléments culturels du Néolithique de la Région des Lacs sont reconnus dans des niveaux du PPN final de la région égéenne (Ulucak Höyük, site no 69) et vers le NW (Keçiçayırı, no 88) en direction de la Marmara occidentale.

13Cependant, dans la région NE autour de la Marmara, le site Néolithique avec céramique de Fikirtepe (site no 80) présente des ainités culturelles locales repérables déjà dans les caractéristiques du groupe épipaléolithique d’Ağaçlı (Özdoğan, 2011 ; Fig. 1). Cette région a déjà donc, au PN ancien, une histoire distincte de celle du reste de l’Anatolie car on n’y trouve aucune influence en provenance d’Anatolie centrale. Les figures 3 et 4 mettent aussi en évidence l’absence de sites PPN et PN au nord et nord-est d’une ligne rejoignant l’est de la région de la mer Marmara aux sites du SE anatolien. Ce vide néolithique régional en Anatolie est encore aujourd’hui pour la recherche géoarchéologique en Turquie une question sans réponse claire.

Fig. 4. Sites du Néolithique à céramique récent (PN récent) en Turquie (de ca. 6500/6400 à ca. 6100/6000 av. J.-C.). Sources : http://www.tayproject.org ; Gérard et Thyssen (2002) ; Sagona et Zimansky (2009) ; Düring (2011) ; Özdoğan et al. (2011) ; Duru (2012) ; Özdoğan et al. (2012).

Fig. 5. Principaux sites néolithiques fouillés en Turquie (les sites présentés sont des références régionales. Ils ont été sélectionnés parmi 89 sites sur la base de leur signification régionale et sur la présence des niveaux fouillés les plus anciens au regard de la région considérée).

Les sites néolithiques dans le centre-nord, nord-est et est de l’Anatolie : une absence inexpliquée

14Plusieurs hypothèses ont été avancées pour tenter d’expliquer cette distribution (Özdoğan, 1997 ; Düring, 2008, 2011).

Impacts des stratégies de recherche sur la connaissance en archéologie ?

15Pendant près de deux siècles jusque dans les années 1950, les priorités de la recherche archéologique en Turquie ont porté presqu’exclusivement sur certaines thématiques, civilisations et périodes, dont les témoignages matériels étaient bien visibles dans le paysage ou qui suscitaient la curiosité occidentale (surtout l’Antiquité et les Âges classiques ; Özdogan, 1997). L’histoire archéologique de l’Anatolie a donc longtemps occupé une situation marginale dans le paysage archéologique de la Méditerranée orientale (Özdoğan, 1997 ; Düring, 2011). Du fait de cette marginalité, il fut admis, jusque dans les années 1950, que la préhistoire anatolienne commençait avec l’Âge du Bronze (IIIe millénaire av. J.-C.) ou à la fin du Chalcolithique (fin du IVe millénaire av. J.-C.). Ceci explique un certain retard dans les connaissances sur les sociétés anatoliennes anciennes et sur leur environnement. L’héritage de cette histoire particulière de la recherche archéologique en Turquie se relète peut-être encore dans l’état de nos connaissances pour de nombreuses périodes, régions et cultures de l’Anatolie, notamment pour certaines périodes antérieures au IIIe millénaire av. J.-C.

16Avec les années 1960, l’intérêt pour le Néolithique a suscité de nombreuses opérations de recherche dans le centre de la Turquie, qui ont mis au jour et documenté des villages néolithiques dans la plaine de Konya, la Région des Lacs, et la Cappadoce. Parallèlement, le nombre de programmes de recherches archéologiques a augmenté dans le SE, qui y découvraient les sociétés sédentaires les plus anciennes d’Anatolie. Dans le SE anatolien comme dans les plateaux centraux, les résultats ont alors démontré que l’Anatolie dans la Préhistoire n’avait pas le rôle qu’on lui attribuait jusqu’alors, celui d’une région de marge sous influence, qui servait de relais à une évolution néolithique dont la dynamique et le cœur se seraient trouvées exclusivement au Proche-Orient.

17De ce fait, il a été suggéré que cet intérêt croissant pour les sociétés néolithiques du SE et du centre anatolien a eu pour effet de détourner la recherche archéologique des années 1960 à 1980 des périodes anciennes dans des régions comme le centre-nord, le nord-est et l’est de la Turquie, qui en seraient devenues alors moins bien connues. Dans ces régions, la méconnaissance des caractères et objets archéologiques des cultures antérieures au Chalcolithique aurait alors conduit à une perte de visibilité des sites du fait de la non-identification des périodes anciennes.

Un effort de prospections et fouilles archéologiques insuffisant ?

18Pour vérifier si une faiblesse initiale des prospections pourrait expliquer la disparition des sites néolithiques des cartes de répartition en Turquie (Fig. 3 et Fig. 4) et pour compléter les inventaires archéologiques jusqu’à l'Âge classique dans le nord et le nord-est de l’Anatolie, des prospections pluridisciplinaires exhaustives ont été réalisées et publiées ces quinze dernières années par C. Kuzucuoğlu et al. (1997) dans la région de Kastamonu, R. Matthews (2002) en Paphlagonie, B.S. Düring et al. (2010, 2011, 2012) dans la région pontique médiane, A. Sagona et C. Sagona (2000) dans le nord-est anatolien, C. Marro et A. Özfirat (2003, 2004, 2005) en Anatolie orientale… Ces efforts ont abouti à confirmer l’absence apparente ( ?) de sites néolithiques dans ces régions. Celle-ci demeure donc toujours une énigme.

Visibilité et taphonomie ?

19Le constat surprenant que produisent les résultats des prospections peut provenir du fait que les prospections étudient la surface du sol et qu’elles n’ont accès que relativement rarement à des coupes (naturelles ou artificielles) dans les formations superficielles.

20En effet, l’érosion et, plus importante ici, l’accumulation de sédiments pendant l’Holocène ont eu de lourdes conséquences sur la visibilité des sites archéologiques en Turquie, à tel point que la dynamique géomorphologique est aujourd’hui considérée comme le facteur le plus convaincant pour expliquer l’absence de sites au nord et nord-est de l’Anatolie. Ces facteurs géomorphologiques sont le plus souvent liés à la tectonique (soulèvements et subsidence), à la dynamique érosive de pentes souvent très fortes et, surtout, à l’aggradation sédimentaire dans les fonds de vallée en réponse à l’érosion des pentes et à une mise en valeur des sols par l’Homme, très ancienne et parfois abusive. Le rôle majeur des facteurs géomorphologiques a été particulièrement bien mis en évidence non seulement dans les larges vallées de l’Euphrate et du Tigre mais aussi dans les grabens égéens où la tectonique récente se mêle aux impacts de l’érosion anthropique en provoquant de forts remblaiements qui modifient la géographie des vallées et des côtes au long de l’Holocène. Cette aggradation a ennoyé sous parfois plus d’une dizaine de mètres de sédiments de très nombreux sites de l’Holocène ancien dans toute la péninsule. Parfois, des sites en forme de tell ont été partiellement épargnés ; ils sont donc repérés. Ceux qui auront été totalement remblayés ont, eux, disparu du paysage.

21Comme l’érosion des sols a été continue à peu près partout en Anatolie pendant plusieurs millénaires, la fossilisation éventuelle sous des sédiments a d’abord dû concerner les plus vieux sites, qui s’en sont trouvés effacés des paysages. Sont donc davantage concernés les sites du Tardiglaciaire et de l’Holocène ancien, donc les sites du PPN et du PN, plutôt que les plus récents. Cette disparition éventuelle des sites anciens aura naturellement conduit à l’impossibilité d’identifier les cultures des populations ayant habité ces sites. Or, dans le nord et le nord-est de l’Anatolie, peu de travaux ont eu lieu qui ont mis en évidence l’existence possible de sites archéologiques recouverts de plusieurs mètres de sédiments, mis à part à l’occasion de quelques opérations de carottages exploratoires (Kuzucuoğlu et al., 1997 ; Kuzucuoğlu, 2012). La possibilité que des sites néolithiques soit présents dans le fond des vallées mais ne soient pas accessibles est aujourd’hui une piste de recherche encore ouverte.

Contextes environnementaux particuliers liés à des spécificités d’origine climatique ?

22Parmi les hypothèses avancées se trouvent aussi d’éventuelles contraintes environnementales liées à des conditions climatiques ou de couverture végétale, qui auraient empêché le développement d’activités ou la pénétration de populations néolithiques dans la région. Cependant, aucune particularité environnementale de cette envergure, en intensité d’obstacle comme en extension spatiale (quasiment la moitié de la péninsule), pendant les périodes correspondant aux cultures du PPN et du PN dans les autres régions (du Xe au VIIe millénaires av. J.-C.), n’a été mise en évidence dans les séquences paléoenvironnementales régionales disponibles. Ces données n’indiquent pas non plus que les ressources nécessaires à l’alimentation de bétails ou la culture de plantes domestiquées n’auraient pas été disponibles dans ces régions.

Quelques enregistrements environnementaux de l’évolution climatique en Anatolie pendant l’Holocène ancien

23Avec une altitude moyenne de 1 000 m et entourée de quatre mers (Méditerranée, Egée, Marmara, mer Noire), la péninsule anatolienne offre une extraordinaire variété de paysages et de ressources (Fig. 6). Son centre est formé de hauts plateaux de 1 000 à 1 400 m d’altitude, dans lesquels s’ouvrent des dépressions fermées qui sont ou ont été occupées par des lacs. Ces plateaux centraux sont entourés de barrières montagneuses (Taurus, massifs égéens, Pontus, chaîne des Kaçkar et hautes montagnes orientales ; Fig. 6A). D’une manière générale, l’altitude de la péninsule augmente d’ouest (régions égéennes) vers l’est (Anatolie orientale : 3 000-4 500 m), et du nord (Pontus : 1 800-2 900 m) vers le sud (Taurus : 2 500-3 500 m). Au sud-est, le Taurus domine les piedmonts et bas plateaux de Syrie et d’Irak et, vers l’est, les hautes chaînes orientales rejoignent les chaînons du Zagros et du Caucase. Cette organisation du relief s’accompagne d’une grande variété de climats, de morphologies, de couvertures végétales et de sols (Fig. 6 B et C), ce qui produit autant de variétés de paysages et de ressources naturelles. Cette complexité anatolienne naturelle est telle qu’en cas de changement climatique aujourd’hui ou hier, une forte variété d’écosystèmes et de paysages perdure à l’échelle régionale.

Le DR et le début de l’Holocène

24En Turquie, le DR a été identifié dans les séquences sédimentaires de plusieurs régions (Kuzucuoğlu et Roberts, 1997). Daté de 12,4 à 11,4 ka cal. BP (10,4-9,4 ka av. J.-C.), il est caractérisé par des conditions climatiques très sèches : les formations arborées du Tardiglaciaire sont remplacées par des formations herbacées indicatrices de sécheresse, comme l’association Artemisia et Chenopodiaceae (Fig. 7 et Fig. 8). Le DR semble avoir commencé rapidement. Il s’est terminé plus lentement avec une période de transition (11,4-11 ka cal. BP) caractérisée par l’absence d’Artemisia alors que les Chenopodiaceae sont encore présentes dans un paysage où la couverture forestière augmente. Deux faits sont à souligner : 1) la date de commencement du DR (ca. 10,4 ka av. J.-C., i.e. 12,4 ka cal. BP) est à peu près la même que celle des premiers habitats permanents du PPN dans le SE anatolien (Hallan Çemi et autres sites du haut-Tigre) ; 2) le DR se termine vers 11,2 ka cal. BP (9,2 ka av. J.-C. ; Fig. 8). Cette dernière date correspond au début des pratiques de pré-domestication dans plusieurs régions de la Méditerranée orientale et du Moyen-Orient (Fuller et al., 2011 ; Willcox et al., 2012). En Anatolie, cette apparition précoce du Néolithique a été repérée dans trois régions : le sud-est, les plateaux centraux avec la plaine de Konya (Baird et al., 2012) et la Cappadoce (Özbasaran, 2012 a et b) et la région d’Antalya (Emery-Barbier et Thiébault, 2005). Parallèlement, en Cappadoce (Woldring et Bottema, 2003) et dans la zone méditerranéenne (Emery-Barbier, 2002), le début de l’Holocène est marqué par une reprise forestière que favorise une croissance des températures et de l’humidité.

L’Holocène ancien

25Entre la fin du DR et l’événement à 8,2 ka cal. BP (ca. 6,1 ka av. J.-C.), l’augmentation de l’humidité pendant l’Holocène ancien est régulière mais décalée dans le temps et l’espace d’ouest en est de la péninsule anatolienne (Bottema, 1987). En effet, la croissance du taux d’espèces arborées dans les diagrammes polliniques commence en Anatolie occidentale au début de l’Holocène vers 9 ka av. J.-C. (11 ka cal. BP) alors qu’elle ne se produit dans la région du lac de Van en Anatolie orientale que vers 5 ka av. J.-C. D’après S. Bottema et W. van Zeist (1981) et S. Bottema (1987), 1) l’augmentation de température et d’humidité au cours de l’Holocène ancien en Anatolie centrale et orientale a été lente et 2) le retard de croissance de la couverture arborée est allé en grandissant d’ouest en est. Plusieurs hypothèses ont été émises pour expliquer ces grands espaces anatoliens sans forêts pendant l’Holocène ancien. Parmi celles-ci, S. Bottema et al. (1999) et N. Roberts (2002) ont envisagé que l’expansion forestière aurait été contrariée par la déforestation par des populations PPN se sédentarisant (bois de chauffe) et pratiquant des activités de production agricole (ouverture de sols pour les cultures). De façon plus convaincante, S. Bottema et W. van Zeist (1981) ainsi que S. Bottema et H. Woldring (1984) ont vu dans ce retard de croissance forestière d’ouest en est la réponse à une croissance de l’humidité (précipitations) également retardée par rapport aux températures. La figure 8 illustre ce décalage spatio-temporel de la croissance du ratio AP/NAP au travers de la péninsule anatolienne pendant l’Holocène récent.

Fig. 6. Présentation géographique de l’Anatolie.
A : Relief de la péninsule anatolienne. B : Carte de la pluviométrie annuelle moyenne en Turquie. C : Carte des principales formations végétales en Turquie. 1 : végétations eu-méditerranéennes ; 2 : forêts d’altitude ; 3 : forêts mixtes feuillus-conifères) résistantes au froid ; 4 : formations arborées et arbustives ouvertes ; 5 : forêts décidues en climat froid ; 6 : steppe arbustive ; 7 : végétation subalpine et alpine ; 8 : lacs.

Un événement sec d’amplitude régionale entre 7,6 et 7,2 ka av. J.-C. (9,6-9,2 ka cal. BP) ?

26En Cappadoce et en Anatolie orientale, la croissance des précipitations pendant l’Holocène ancien semble s’interrompre vers 7,6 ka av. J.-C. Commence alors une phase dont la sécheresse ressemble à celle du DR mais avec une durée plus courte (quelques siècles ?) puisqu’elle se termine vers 9,2 ka cal. BP (7,2 ka av. J.-C.), date à moduler en fonction de la précision chronologique des séquences de la figure 8. La sécheresse est enregistrée dans les sédiments par des indicateurs isotopiques et minéralogiques (e.g., successions évaporitiques) et non par des pollens puisqu’à cette époque, le climat n’est pas encore assez humide pour avoir permis une présence arborée susceptible d’en souffrir. Ce contraste entre une Anatolie orientale et cappadocienne sèche comparée à une Anatolie occidentale plus humide est peut-être dû à une variation spatiale des influences des différents systèmes atmosphériques qui pénètrent dans la péninsule (trains de dépressions méditerranéennes, mousson indienne, circulations d’Europe orientale… ; Kuzucuoğlu et al., 2011). Le fait que seules semblent être concernées les régions d’Anatolie de l’est et du sud-est pourrait indiquer que l’origine de la perturbation serait une modification de trajectoire et d’intensité de la mousson indienne (Roberts et al., 2011).

27Cette sécheresse n’apparaît pas dans les diagrammes polliniques de la région de Marmara (Yeniçağa ; Bottema et al., 1995) et d’Anatolie occidentale (Gölhisar ; Eastwood et al., 1999) synthétisés dans la figure 8. Dans ces régions plus humides où la reprise de la végétation était déjà ancienne, il est possible que la sécheresse n’ait pas affecté le taux AP/NAP ni les espèces herbacées sensibles à la sécheresse, de sorte que ces indicateurs ne la mettraient pas en évidence. Dans le cas de Gölhisar, les précipitations ont pu rester fortes à cause d’une circonstance propre à cette région. Cette dernière reçoit en effet l’humidité de cyclones méditerranéens réchaufés qui, heurtant la barrière taurique, montent en altitude et humidiient les sommets (A. Sarıkaya, comm. personnelle), ce qui contribue à alimenter les dépressions au pied de la chaîne.

28Des spéciicités régionales de ce type ont favorisé des réponses locales également spéciiques. Ainsi, vers 7,5 ka av. J.-C. (9,5 ka cal. BP), la rivière Çarsamba descendant du Taurus vers la plaine de Konya a commencé à construire, à son débouché dans la plaine, un important cône alluvial (Boyer et al., 2006) alors que, localement, le climat restait semi-aride jusque vers 6 ka av. J.-C. (8 ka cal. BP ; Kuzucuoğlu, 2002). C’est sur ce cône que s’est installé le village néolithique de Çatalhöyük Est. Ce dernier exemple suggère que la limite occidentale de la sécheresse enregistrée en Cappadoce et en Anatolie orientale entre 7,6 et 7,2 ka av. J.-C. aurait pu se trouver entre Cappadoce et plaine de Konya.

Fig. 7. Localisation des séquences paléoenvironnementales et paléoclimatiques utilisées pour la Fig. 8.

Fig. 8. Phases humides/sèches pendant l’Holocène selon 1) la végétation reconstituée par les pollens, 2) les isotopes, et 3) les minéraux évaporitiques contenus dans des sites références de plusieurs régions d’Anatolie. 1 : paysage forestier dense ; 2 : augmentation des pollens d’arbres ; 3 : faible présence de pollens d’arbres ; 4 : paysage sans arbre ; 5 : forts pourcentages de Chenopodiaceae (± sans Artemisia) ; 6 : forts pourcentages d’Artemisia ; 7 : stress évaporitique ; 8 : sécheresse ; 9 : phase sèche enregistrée dans plusieurs régions (signal anatolien) ; 10 : position des échantillons14C datant les séquences.

L’événement de 8,2 ka cal. BP (6,2-6 ka av. J.-C.)

29Avant que le réchauffement et l’humidité de l’Holocène ancien ne débouchent sur l’« Optimum climatique holocène », un signal climatique est enregistré dans les séquences de différentes régions de la péninsule vers 6,1 ka av. J.-C. (Fig. 8). Cette sécheresse correspond à l’« événement à 8,2 ka cal. BP » (6,2 ka av. J.-C.). Celui-ci dure en Anatolie jusque vers 6/5,9 ka av. J.-C. (8 ka cal. BP). Il est immédiatement suivi de l’Optimum climatique.

30Après 8 ka cal. BP, l’augmentation des précipitations se fait sentir partout en Anatolie, non seulement dans les montagnes mais aussi dans les plaines des plateaux centraux qui se trouvent sous leur abri orographique. Cette croissance de l’humidité au niveau local est enregistrée par exemple dans la plaine de Konya où des zones humides sont nourries par des apports d’eau atmosphérique (et non pas seulement des hauts versants du Taurus ; Kuzucuoğlu, 2002). Dans les plateaux centraux de l’Anatolie, l’Optimum se termine vers 4,5/4 ka av. J.-C. Dans les autres régions d’Anatolie, les dates de la fin de l’Optimum varient entre 5 et 4 ka av. J.-C.

La dimension régionale des relations entre climat, environnement et sociétés au Néolithique en Anatolie

Grands traits de l’évolution régionale du Néolithique ancien en Anatolie

31En Anatolie, des sites de toutes les périodes néolithiques ont été identifiés dans quatre grandes régions (Fig. 2 à Fig. 4) :

  1. Au sud-est. Cette région se déploie dans et au sud de la chaîne du Taurus oriental. Les sites sont localisés dans des vallées orientées vers le sud et sur des piedmonts qui descendent vers les plateaux syriens. Au nord, cette région couvre aussi les hauts bassins de l’Euphrate (en particulier le des deux cours du haut-Euphrate qui, appelé Murat, contourne le lac de Van par le nord) et du Tigre (dont la source est localisée sur le seuil topographique barrant le lac de Van).
  2. Dans les plateaux centraux. Ils correspondent, de l’est vers l’ouest, à la Cappadoce, la plaine de Konya et la Région des Lacs. C’est dans ces plateaux que sont apparus les sites pré-céramique anatoliens et qu’a commencé la diffusion (dispersion ?) des cultures néolithiques vers l’ouest et le sud. Les cultures néolithiques (PPN comme PN) s’y enracinent dans des traditions locales (e.g., Özbaşaran, 2011 ; Baird, 2012 ; Baird et al., 2012). Plus tard, des caractères culturels du Néolithique céramique de la Région des Lacs se retrouvent dans des sites du sud-ouest anatolien. Ces caractères ont été reconnus dans des sites de Grèce (Sagona et Zimansky, 2009) où ils sont parvenus par des routes continentales ou maritimes.
  3. En Anatolie de l’ouest. De nouvelles données proviennent aujourd’hui de fouilles de la région égéenne (notamment à Izmir), qui pourraient bouleverser les schémas de l’évolution culturelle du Néolithique ancien (PPN et PN) puisqu’ils indiqueraient non seulement la présence de cultures précéramique mais aussi que le Néolithique à céramique ancien présente des connexions avec la Région des Lacs en même temps qu’avec des cultures égéennes (Özdoğan, 2011).
  4. Le nord-ouest de l’Anatolie (région orientale de la Marmara). La céramique Néolithique qui s’y développe porte un héritage local qui plonge dans les cultures épipaléolithiques qui y ont donc perduré jusque vers 7,2-7,0 ka av. J.-C. (Özdoğan, 1999 ; Karul, 2011). Le matériel du Néolithique ancien y partage également des caractères avec les cultures néolithiques mises au jour près de la Mer Noire au nord du Bosphore (formé vers 9,2/9 ka cal. BP, i.e. 7,2/7 ka av. J.-C. ; Nicholas et al., 2011 ; Soulet et al., 2011).

32Existe-t-il une corrélation entre l’évolution du Néolithique local et des changements du climat et de l’environnement à l’échelle régionale ? Pendant la période de développement des sociétés du Néolithique en Anatolie (PPN et PN ancien), trois périodes de changements climatiques ont apporté des périodes de sécheresse : 1) au début et pendant le DR, 2) entre 7,4-7,1 ka av. J.-C. (9,4-9,1 ka cal. BP), sur un territoire peut-être circonscrit à l’Anatolie orientale et aux plateaux centre-orientaux, et 3) un signal global fort entre 6,1 et 5,9 ka av. J.-C. (8,2-7,9 ka cal. BP). Ces baisses d’humidité ont engendré des pressions sur l’environnement des sociétés humaines (i.e., ressources en eau et alimentaires). Quand ces sociétés étaient dépendantes de procédés et productions agricoles, les pressions ont pu générer des tensions susceptibles de pousser à la recherche de nouvelles organisations, de nouvelles technologies, de nouveaux territoires… Dans cette perspective, il est intéressant de soulever la question des impacts ou des interactions possibles qui ont pu répondre au contexte des trois périodes changements climatiques évoqués plus haut.

33Plusieurs différences dans les modalités d’apparition et de développement des sociétés du PPN en Anatolie du SE et du centre montrent la variété des impacts des changements climatiques sur le développement de ces sociétés. En premier lieu, les pratiques caractérisant le PPN apparaissent en décalé dans le temps. Ainsi, au SE, elles commencent pendant le DR et se développent ensuite ; en Anatolie centrale, elles se développent une fois le DR terminé. Ces deux chronologies sont contemporaines de changements environnementaux qui se sont déroulés à un rythme différent (le début du DR devient sec rapidement ; le début de l’Holocène se réchauffe lentement et gagne en humidité). Il est possible que sur les plateaux du centre anatolien, les conditions de sécheresse du DR aient été aussi plus fortes et plus longues que dans le SE. En revanche, le réchauffement de la fin du DR et du début de l’Holocène aurait favorisé l’enrichissement en biodiversité des écosystèmes en Anatolie centrale, favorisant le développement de la prédomestication. Dans les deux cas, au début et à la fin du DR, les changements affectant les ressources naturelles auxquelles s’adressaient les populations pour se nourrir ont accompagné une évolution des comportements favorables à l’innovation, en particulier dans les domaines de la production de nourriture et de la sédentarisation.

34Plus que le climat en effet, les conditions environnementales, comme l’accessibilité à des écosystèmes variés, sont intervenues pour produire les ressources favorables du développement du PPN. Par exemple, dans les hauts bassins du Tigre et de l’Euphrate comme dans la plaine de Konya et en Cappadoce, les sites PPN identifiés montrent qu’ils accédaient à plusieurs types d’environnements, qu’il s’agisse de sols cultivables associés à des fonds de vallée, de pâturages, de steppes et de forêts s’étendant sur des terrains plus montagneux, de proximité de sources, de gués ou de lacs fournissant ressources en eau et possibilités de chasse… Cette variété a rendu possible et ce, en plusieurs endroits différents, le passage d’activités de cueillette et de chasse à celles de la production agricole et pastorale. La profusion et la complémentarité de ressources que cette variété faisait naître pourrait expliquer qu’en Anatolie centrale, au début de l’Holocène, de grands villages formés de maisons agglutinées où habitaient et se côtoyaient plusieurs centaines de personnes (Asikli, Catalhöyük) ont pu s’alimenter de chasse et de cueillette tout en pratiquant un minimum d’activités proprement agricoles (Özbaşaran, 2011).

35Le PPN a commencé et s’est ainsi développé dans deux régions éloignées, où ses caractères culturels ont été différents. Ces spécificités culturelles régionales soulignent l’importance de l’origine locale du développement de ces sociétés du PPN. La comparaison des données archéologiques démontrent aussi qu’au fil du temps les continuités et discontinuités culturelles ont eu un rôle majeur dans les processus et localisations des transitions, ce qui amène à nuancer le rôle du climat dans ces transitions. Ces continuités et héritages locaux sont à la source de nombreuses différences culturelles et matérielles dans la néolithisation de ces deux régions, différences qui ne sont pas liées aux contextes climatiques et environnementaux. Un autre exemple de l’importance de ces continuités culturelles locales et régionales existe ailleurs en Anatolie, où il s’étale aussi sur une très longue période. Dans la région de Marmara, le Néolithique à céramique de Fikirtepe (Fig. 3) s’est formé pendant le VIIe millénaire av. J.-C., principalement à partir d’un fond culturel local préexistant encore au stade de l’épipaléolithique (culture d’Ağaçlı ; Fig. 1). Cette observation est confortée par le fait que le matériel archéologique de Fikirtepe ne présente pas de ressemblances avec celui de la région de la Marmara occidentale/Dardanelles (Özdoğan, 2011) qui, de son côté, appartient au monde égéen avec des connexions au PN de la Région des Lacs (projet TAY). Cette filiation culturelle locale distincte du NE de la Marmara, enrichie par des contacts avec les régions de la mer Noire au nord du Bosphore, a donné naissance à une région culturelle différente de toutes les autres régions d’Anatolie au néolithique.

36Les discontinuités ont eu aussi leur importance. Ainsi, dans la Région des Lacs et la Cilicie d’abord, puis en Anatolie occidentale et les régions égéennes ensuite, le développement du Néolithique a connu une discontinuité marquée par l’apparition, dans les derniers siècles du VIIIe millénaire av. J.-C., d’un mode de vie initié en Anatolie intérieure (plaine de Konya et Cappadoce). Cette discontinuité apparaît pendant le VIIe millénaire av. J.-C. à partir des plateaux centraux le long d’un transect est-ouest et/ou sud-nord, suivant que la diffusion s’est produite par le continent ou par la mer. Il n’y a pas d’évidence que le stress de la sécheresse en Cappadoce et les régions plus à l’est (ca. 7,6 à 7,2 ka av. J.-C. ; Fig. 8) ait un rapport avec l’initiation des interactions culturelles entre les plateaux centraux et les régions situées plus à l’ouest et au sud. Mais ce n’est ni le climat ni l’environnement qui produisirent pendant les millénaires suivants le paysage culturel relativement homogène qui s’étendit sur la moitié de la péninsule anatolienne et sur les Balkans ; ce sont l’installation progressive vers l’ouest d’un mode de vie sédentaire et agricole pendant le VIIe millénaire av. J.-C. et les transformations de cet héritage qui ont suivi (Sagona et Zimansky, 2009).

37Il est possible que, du fait de conditions de vie rendues plus difficiles par un changement régional régional, les populations de Cappadoce et de la plaine de Konya aient multiplié leurs contacts avec leurs voisins. Reste que la dynamique et les modalités spatio-temporelles des interactions qui marquent la transition PPN-PN ont suivi un schéma géographique qui reprend la distinction des débuts du PPN entre les régions du SE et du centre. La mise au point par les populations du PPN de différentes stratégies de subsistance et modalités de sédentarisation de part et d’autre de la chaîne du Taurus ont donné à celle-ci un rôle semblable à celui d’une frontière (Sagona et Zimanksy, 2009). Ni la dynamique d’interactions entre le centre, l’ouest et le sud de l’Anatolie ni le développement du PN n’ont transgressé cette limite culturelle qui s’était formée pendant les trois à quatre millénaires qui ont suivi le début du DR. Parallèlement, au sud du Taurus aussi, les populations PPN et PN n’ont pas développé de contacts ni cherché à pénétrer d’autres régions que le monde « nord-mésopotamien » pendant les 4 000 ans qui séparent le XIe millénaire et les premiers siècles du VIe millénaire av. J.-C. (ca. 5,8 ka av. J.-C. ; Sagona et Zimansky, 2009).

38Pendant ce temps, on ne connaît quasiment aucun site néolithique, ni PPN ni PN, dans les régions du centre-nord, du nord-est et de l’est de l’Anatolie. Aujourd’hui encore, le paysage archéologique de ces régions, pour ces périodes, est composé de cultures du Chalcolithique récent dans des villages fondés seulement pendant le Ve millénaire av. J.-C. Il semble que les processus géomorphologiques aient joué un très grand rôle dans l’absence de sites du Néolithique et du Chalcolithique récent à moyen dans ces régions, notamment du fait de l’enfouissement vraisemblable des sites sous les sédiments de remblaiement de fonds de vallée. Peut-être aussi les conditions environnementales étaient-elles très bien adaptées au mode de vie de chasse et de cueillette des groupes épipaléolithiques présents dans ces régions. Quoiqu’il en soit, ce vide néolithique reste une question sans réponse de l’archéologie en Turquie.

39Enfin, les impacts éventuels de l’« événement à 8,2 ka cal. BP » sur les populations néolithiques anatoliennes, bien que d’un grand intérêt, ne rentrent pas dans le cadre de cet article qui ne contient pas les données nécessaires, ni sur le Néolithique final avec céramique, ni sur le Chalcolithique ancien et moyen. Un parallélisme chronologique semble exister entre la transition Néolithique final/Chalcolithique ancien à environ 6 ka av. J.-C. et l’événement à 8,2 ka cal. BP. Cependant, en Anatolie centrale tout du moins, cette transition n’a pas de sens pour les archéologues, ces derniers ne faisant aucune distinction entre le Néolithique final et un Chalcolithique ancien, qui sont continus culturellement et matériellement. D’après eux, la discontinuité majeure, également perçue dans les régions égéennes, se situe vers 6,5 ka av. J.-C., soit 300 ans avant l'événement climatique.

Conclusions

40D’après les exemples évoqués, la répartition, la dynamique et les caractéristiques régionales des communautés néolithiques en Turquie montrent que les données culturelles et climatiques doivent être abordées dans le cadre d’une dimension régionale des échelles du temps et de l’espace. Une telle approche, réalisée de façon exhaustive, permet la reconstitution des types et des modes de relation entre climats et sociétés humaines dans les périodes où changements environnements et culturels semblent corrélés. En effet, la présentation de l’histoire régionale des caractéristiques du Néolithique anatolien, comparée à des reconstitutions climatiques entre 10,2 et 6 ka av. J.-C. (12,2-8 ka cal.. BP), soulève plusieurs questions. Outre le fait que la façon dont les sociétés interagissent avec les changements climatiques doit être élucidée, les rôles de la diversité environnementale et de la continuité culturelle (résiliences, héritages) paraissent particulièrement importants, ne serait-ce que parce que ces deux facteurs interviennent dans les contextes d’innovation, d’organisation et d’activités des groupes humains. Apparemment, les changements dans les conditions environnementales et les ressources se sont produits en même temps qu’une modification du comportement des sociétés PPN d’Anatolie centrale, qui se sont ouvertes en initiant des dynamiques de contact et d’échange avec leurs voisins, modifiant ainsi les dynamiques spatiales de certaines activités. En outre, en cherchant à identifier les mécanismes caractérisant la néolithisation en Anatolie et à comprendre les causes et les impacts de cette dynamique de contacts et d’échanges qui, partie des plateaux centraux, a initié d’importants caractères culturels du PPN en Méditerranée en un, deux voire trois siècles seulement après des millénaires de quasi-immobilisme spatial, le principal résultat de l’approche présentée ici est de conclure que la très grande variabilité (régionale, culturelle) dans le temps et dans l’espace a pour effet de faire perdre toute évidence claire du parallélisme climat/culture, même dans le cas de sociétés aussi anciennes que le PPN et le PN d’Anatolie.

Bibliographie

Références

Algaze G., Brueninger R., Lightfoot C., Roosenberg M., « The Tigris-Euphrates archaeological reconnaissance project : A preliminary report of the 1989-1900 seasons », Anatolica, no 17, 1991, p. 175-240.

Aurenche O., Evin J., Hours F. (éds.), « Chronologies du Proche Orient », BAR International Series no 379, Oxford Archeopress, 1987.

Baird D., « Early Holocene settlement in central Anatolia : problems and prospects as seen from the Konya Plain », in Gerard F., Thissen L. (éds.), The Neolithic of Central Anatolia, 2002, p. 139-159.

Baird D., « Pınarbaşı : From Epi-Paleolithic camp-site to sedentarising village in Central Anatolia », in Başgelen N., Kuniholm P.I., Özdoğan M. (éds.), The Neolithic in Turkey, Central Anatolia and Mediterranean, Vol. 3, Arkeopera/Istanbul, 2012, p. 181-218.

Baird D., Fairbairn A., Martin L., Middleton C., « The Boncuklu Project : The origins of sedentism, cultivation and herding in Central Anatolia », in Başgelen N., Kuniholm P.I., Özdoğan M. (éds.), The Neolithic in Turkey, Central Anatolia and Mediterranean, Vol. 3, Arkeopera/Istanbul, 2012, p. 219-244.

Binder D., Gratuze B., Mouralis D., Balkan-Atlı N., « New investigations of the Göllüdağ obsidian lava flows system : a multidisciplinary approach », Journal of Archaeological Science, 38, 2011, p. 3174-3184.

Bottema S., « Chronology and climatic phases in the Near East from 16,000 to 10,000 BP », in Aurenche O., Evin J., Hours F. (éds.), Chronologies du Proche Orient, BAR International Series no 379, Oxford Archeopress, 1987, p. 295-310.

Bottema S., van Zeist W., « Palynological evidence for the climatic history of the Near East », in Cauvin J., Sanlaville P. (éds.), Préhistoire du Levant, CNRS Editions, Paris, 1981, p. 111-132.

Bottema S., Woldring H., « Late Quaternary vegetation and climate of south-western Turkey », Palaeohistoria, no 26, 1984, p. 123-149.

Bottema S., Woldring H., Aytug B., « Late Quaternary vegetation history of northern Turkey », Palaeohistoria, no 35/36, 1995, p. 13-72.

Bottema S., Cappers R.T.J., Woldring H., van der Plicht H., Streurman H.J., « Modelling the emergence of farming : implications of the vegetation development in the Near East during the Pleistocene-Holocene transition », in Cappers R.T.J., Bottema S. (eds.), « The Dawn of Farming in the Near East », “Studies in Early Near Eastern Production, Subsistence, and Environment”, no 6, Berlin-ex oriente, 1999, p. 3-14.

Boyer P., Roberts N., Baird D., « Holocene environment and settlement on the Carsamba alluvial fan, south-central Turkey : Integrating geoarchaeology and archaeological field survey », Geoarchaeology, no 21, 2006, p. 675-698.

Cauvin M.-C., Chataigner C., « Distribution de l’obsidienne dans les sites archéologiques du Proche et du Moyen Orient (par phase chronologique) », in Cauvin M.-C., Gourgaud A., Gratuze B., Arnaud N., Poupeau G., Poidevin J.-L., Chataigner C. (éds.), « L’Obsidienne au Proche et Moyen Orient », BAR, Oxford Archeopress, 1998, p. 325-350.

Dalfes H.N., Kukla G., Weiss H. (eds.), « Third millennium BC climate change and Old World collapse », NATO ASI Series I, 1997, 49.

deMenocal P., « Cultural Responses to Climate Change during the Late Holocene », Science, no 229, 2001, p. 6667-6673.

Düring B.S., « The Early Holocene occupation of North-central Anatolia between 1000 and 6 000 BC cal. : investigating an archaeological Terra Incognita », Anatolian Studies, no 58, 2008, p. 15-46.

Düring B.S., « The Prehistory of Asia Minor. From Complex Hunter-Gatherers to Early Urban Societies », Cambridge University Press, 2011.

Düring B.S., Glatz, C. Şerifoğlu E., « The Cide Archaeological Project », Anatolia Antiqua XVIII, XIX and XVIII, 2010, p. 203-213 ; 2011, p. 279-288 ; 2012, p. 167-176.

Duru R., « The Neolithic of the Lakes Region. Hacılar-Kuruçay Höyük-Höyücek-Bademağacı Höyük », in Özdoğan M., Başgelen N., Kuniholm P. (eds.), The Neolithic in Turkey. New Excavations and New Research, vol. 3 « Central Turkey », Archaeology and Art Publications, Istanbul, 2012, p. 1-65.

Eastwood W.J., Roberts N., Lamb H.F., Tibby J.C., « Holocene environmental change in southwest Turkey : a palaeoecological record of lake and catchment-related changes », Quaternary Science Reviews, no 18, 4-5, 1999, p. 671-695.

Emery-Barbier A., « La grotte d’Öküzini : Analyse palynologique », in Yalçınkaya I., Otte M., Kozlowski J., Bar-Yosef O., Öküzini : Final Paleolithic evolution in Southwest Anatolia, ERAUL 96, Liège, 2002, p. 85-90.

Emery-Barbier A., Thiébault S., « Preliminary conclusions on the late glacial vegetation in south-west Anatolia (Turkey) : the complementary nature of palynological and anthracological approaches », Journal of Archaeological Science, no 32, 2005, p. 1232-1251.

Fuller D.Q., Willcox G., Allaby R.G., « Cultivation and domestication had multiple origins : arguments against the core area hypothesis for the origins of agriculture in the Near East », World Archaeology, 43/4, 2011, p. 628-652.

Gérard F., Thissen L. (eds.), « The Neolithic of central Anatolia, Proceedings of the International Canew Table-Ronde », IFEA & Ege Yayinlari, Istanbul, 2002, 348 p.

Issar A.S., Brown N. (eds.), « Water, Environment and Society in times of climatic change », Kluwer Ac. Pub., 1998, The Netherlands, 355 p.

Issar A.S., Zohar M., « Climate change – Environment and civilization in the Middle East », Springer, 2004.

Karul N., « The emergence of Neolithic life in South and East Marmara Region », in Krauss R. (ed.), Beginnings-New Research in the Appearance of the Neolithic between Northwest Anatolia and the Carpathian Basin, Rahden/Westf, Verlag Leidorf, 2011, p. 57-64.

Kuzucuoğlu C., « The environmental frame in central Anatolia from the 9th to the 6th millennium cal. BC. An introduction to the study of relations between environmental conditions and the development of human societies », in Gérard F., Thissens L. (eds.), The Neolithic in Central Anatolia, IFEA & Ege Yayınları, Istanbul, 2002.

Kuzucuoğlu C., « Climate and environment in times of cultural changes, from the 4th to the 1st mill. BC in the Near and Middle East », in Cardarelli A., Cazzella A., Frangipane M., Peroni R. (eds.), Reasons for Change. « Birth », « Decline », and « Collapse » of Societies between the End of the 4th and the Beginning of the 1st Millennium BC, Sciences of Antiquity, History, Archaeology and Anthropology, La Sapienza, Roma, 2009, p. 141-164.

Kuzucuoğlu C., « Buried sites in Anatolia at the turn of the Late Glacial-Holocene », 8 ICAANE, Varsaw, 2012.

Kuzucuoğlu C., Roberts N., « Évolution de l’environnement en Anatolie de 20 000 à 6000 BP », Paléorient, no 23/2, 1997, p. 7-24.

Kuzucuoğlu C., Marro C. (eds.),The crisis at the end of the 3rd mill. BC in the middle Euphrates Valley. A reality ?, Varia Anatolica, XIX, 2007.

Kuzucuoğlu C., Marro C., Özdoğan A., Tibet A., « Prospection archéologique dans la région de Kastamonu (mer Noire). Deuxième rapport préliminaire », Anatolia Antiqua, V, 1997, p. 275-306.

Kuzucuoğlu C., Emery-Barbier A., Fontugne M., Kunesch S., « The Öküzini marshes : a new upper Pleistocene record on the Anatolian Mediterranean coast », in Yalçinkaya I., Otte M., Kozlowski J., Bar-Yosef O. (eds.), Öküzini : Final Paleolithic Évolution in Southwest Anatolia, ERAUL 96, Liège, 2002, p. 79-82.

Kuzucuoğlu, C., Dörfler, W., Kunesch, S., Goupille, F., « Mid-Holocene climate change in central Turkey : the Tecer lake record », The Holocene, 21/1, 2011, p. 173-188.

Litt T., Krastel S., Sturm M., Kipfer R., Örçen S., Heumann G., Franz S., Ülgen M., Niessen F., « PALEOVAN, International continental scientific drilling Program (ICDP) : site survey results and perspectives », Quaternary Science Reviews, no 28, 2009, p. 1555-1567.

Marro C., Özfırat A., « Pre-classical survey in eastern Turkey. Preliminary reports (Ağrı Dağ, The Erciş region, Doğubeyazıt and the eastern shore of Lake Van », Anatolia Antiqua XI, XII, XIII, 2003, p. 319-356 ; 2004, p. 227-265 ; 2005, p. 385-422.

Matthews R., « An arena for cultural contact : Paphlagonia (north-central Turkey) through prehistory », Anatolian Studies, no 57, 2002, p. 25-34.

Mellaart J., Çatal Hüyük : A Neolithic Town in Anatolia, Thames and Hudson, London, 1967.

Miller Rosen A., « Civilizing climate. Social responses to climate change in the Ancient Near East », Altamira Press, Plymouth, 2007.

Nicholas W.A., Chivas A.R., Murray-Wallace C.V., Fink D., « Prompt transgression and gradual salinisation of the Black Sea during the early Holocene constrained by amino acid racemization and radiocarbon dating », Quaternary Science Reviews, 30, 2011, p. 3769-3790.

Özbaşaran M., « The Neolithic on the Plateau », in S.R. Steadman, G. McMahon (eds.), Ancient Anatolia 10,000-323 B.C.E., The Oxford Handbook of Ancient Anatolia, Oxford University Press, 2011, p. 99-124.

Özbaşaran M., « Aşıklı », in Özdoğan M., Başgelen N., Kuniholm P. (eds.), The Neolithic in Turkey. New Excavations and New Research, vol. 3 « Central Turkey », Archaeology and Art Publications, Istanbul, 2012a, p. 135-158.

Özbaşaran M., « Musular, the 8th Mill. cal BC satellite site of Aşıklı », in Özdoğan M., Başgelen N., Kuniholm P. (eds.), The Neolithic in Turkey. New Excavations and New Research, vol. 3 « Central Turkey », Archaeology and Art Publications, Istanbul, 2012b, p. 159-180.

Özdoğan M., « Anatolia from the Last Glacial Maximum to the Holocene Climatic Optimum : cultural formations and the impact of the environmental setting », Paléorient, no 23-2, 1997, p. 25-38.

Özdoğan M., « Northwestern Turkey. Neolithic cultures between the Balkans and Anatolia », in Özdoğan M., Başgelen N. (eds.), Neolithic in Turkey. The Cradle of Civilization. New Discoveries, Ancient Anatolian Civilizations Series 3, Archaeology & Art Publ./İstanbul, 1999, p. 204-224.

Özdoğan M., « Archaeological evidence on the Westward expansion of farming communities from Eastern Anatolia to the Aegean and the Balkans », Current Anthropology, no 52/4, 2011, p. 415-430.

Özdoğan M., Başgelen N., Kuniholm P. (eds.), The Neolithic in Turkey. New excavations and new research, Archaeology and Art Publications, Istanbul, 2011 and 2012, vol 1. (2011) The Tigris Basin, 271 p., vol. 2 (2011), The Euphrates Basin, 282 p., vol. 3 (2012), Central Turkey, 279 p., vol. 4. (2012), Western Turkey, 236 p.

Rasse M., « La diffusion du Néolithique en Europe (7000-5000 av. J.-C.) et sa représentation cartographique », Mappemonde, no 90-2, 2008.

Roberts N., « Did Prehistoric Landscape management retard the Post-Glacial spread of woodland in Southwest Asia ? », Antiquity, 76, 2002, p. 1002-1010.

Roberts N., Reed J.M., Leng M.J., Kuzucuoğlu C., Fontugne M., Bertaux J., Woldring H., Bottema S., Black S., Hunt E., Karabıyıkoğlu M., « The tempo of Holocene change in the Eastern Mediterranean region : new high-resolution crater-lake sediment data from central Turkey », The Holocene, no 11/6, 2001, p. 721-736.

Roberts N., Eastwood W., Kuzucuoğlu C., Fiorentino G., Caracuta V., « Climatic, vegetation and cultural change in the eastern Mediterranean during the mid-Holocene environmental transition », The Holocene, no 21/1, 2011, p. 147-162.

Sagona A., Sagona C., « Archaeology at the North-East Anatolian frontier, I. An historical geography and a field survey of the Bayburt Province », Ancient Near Eastern Supplement Series no 14, Peeters Editions, Louvain, 2000.

Sagona A., Zimansky P., « Ancient Turkey », Routledge World Archaeology, 2009.

Soulet G., Ménot G., G. Lericolais G., Bard E., « A revised calendar age for the last reconnection of the Black Sea to the global ocean », Quaternary Science Reviews, 30, 2011, p. 1019-1026.

Steadman S.R., McMahon G. (eds.), « Ancient Anatolia 10,000-323 B.C.E. », The Oxford Handbook of Ancient Anatolia, Oxford University Press, 2011, 1174 p.

Tay project (TurkïyeArkeolojikYerlişimleri), http://www.tayproject.org.

van der Leeuw S. (ed.), « The Archaeomedes Project – Understanding the natural and anthropogenic causes of land degradation and desertification in the Mediterranean », Luxemburg, Office for Official Publications of the European Union, 1998.

Weiss H., « Beyond the Younger Dryas. Collapse as adaptation to abrupt climate change in Ancient West Asia and the Eastern Mediterranean », in Bawden G., Reycraft R.M. (eds.), “Environmental Disaster and the Archaeology of Human Response, Albuquerque, 2000, p. 75-98.

Weiss H., Courty M.-A., Wetterstrom W., Guichard F., Senior L., Meadow R., Curnow A., « The genesis and collapse of third millennium North Mesopotamian Civilization », Science, 261, 1993, p. 995-1004.

Wick L., Lemcke G., Sturm M., « Evidence of Late Glacial and Holocene climate change and human impact in eastern Anatolia : high-resolution pollen, isotopic and geochemical records from laminated sediments of Lake Van, Turkey », The Holocene, no 13-5, 2003, p. 665-675.

Wilkinson T.J., « Archaeological landscapes of the Near East », University of Arizona Press, 2003, 260 p.

Willcox G., Nesbitt M., Bittmann F., « From collecting to cultivation ; transitions to a production economy in the Near East », Vegetation History and Archaeobotany, 2012, DOI 10.1007/s00334-012-0348-0.

Woldring H., Bottema S., « The vegetation history of East-Central Anatolia in relation to archaeology : the EskiAcıgöl pollen evidence compared with the Near Eastern environment », Palaeohistoria, no 43/44, 2003, p. 1-34.

Woldring H., Kleine E., « Late Glacial and Holocene landscape and vegetation of the Kahramanmaraş valley », sous presse.

Yalçınkaya I., Otte M., Kozlowski J., Bar-Yosef O. (eds.), « Öküzini : Final Paleolithic evolution in Southwest Anatolia », Eraul 96, Liège, 2002, 393 p.

Zeist van W., Bottema S., « Vegetational History of the Eastern Mediterranean and the Near East during the last 20,000 years », in Bintcliff J.K., van Zeist W. (eds.), « Palaeoclimates, palaeoenvironments and Human Communities in the Eastern Mediterranean Region in Late Prehistory », Bar Int. Series, no 13, Oxford Archeopress, 1982, p. 227-323.

Notes

1 Les dates utilisées ici ont été produites par la méthode du14 C et sont calibrées. Elles sont préférentiellement présentées en « av. J.-C. » car elles permettent de mieux réaliser la comparaison entre données archéologiques et données climatiques.

2 SE est ici utilisé pour « régions du Sud-Est anatolien » (en grisé dans les figures 2 et 4).

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Sites épipalaeolithiques en Turquie. Sources : http://www.tayproject.org ; Sagona et Zimansky (2009) ; Düring (2011).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/22065/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 161k
Légende Fig. 2 Sites du Néolithique pré-céramique (PPN) en Turquie (ca. 10200-7000 av. J.-C.). Sources : http://www.tayproject.org; Sagona et Zimansky (2009) ; Düring (2011) ; Özdoğan et al. (2011, 2012) ; Steadman et Mc Mahon (2011).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/22065/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 178k
Légende Fig. 3. Sites du Néolithique à céramique ancien (PN ancien) en Turquie (de ca. 7000/6900 à ca. 6500/6400 av. J.-C.). Sources : http://www.tayproject.org ; Gérard et Thyssen (2002) ; Sagona et Zimansky (2009) ; Düring (2011) ; Özdogan et al. (2011) ; Duru (2012) ; Özdogan et al. (2012).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/22065/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 183k
Légende Fig. 4. Sites du Néolithique à céramique récent (PN récent) en Turquie (de ca. 6500/6400 à ca. 6100/6000 av. J.-C.). Sources : http://www.tayproject.org ; Gérard et Thyssen (2002) ; Sagona et Zimansky (2009) ; Düring (2011) ; Özdoğan et al. (2011) ; Duru (2012) ; Özdoğan et al. (2012).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/22065/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Légende Fig. 5. Principaux sites néolithiques fouillés en Turquie (les sites présentés sont des références régionales. Ils ont été sélectionnés parmi 89 sites sur la base de leur signification régionale et sur la présence des niveaux fouillés les plus anciens au regard de la région considérée).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/22065/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 273k
Légende Fig. 6. Présentation géographique de l’Anatolie.A : Relief de la péninsule anatolienne. B : Carte de la pluviométrie annuelle moyenne en Turquie. C : Carte des principales formations végétales en Turquie. 1 : végétations eu-méditerranéennes ; 2 : forêts d’altitude ; 3 : forêts mixtes feuillus-conifères) résistantes au froid ; 4 : formations arborées et arbustives ouvertes ; 5 : forêts décidues en climat froid ; 6 : steppe arbustive ; 7 : végétation subalpine et alpine ; 8 : lacs.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/22065/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 381k
Légende Fig. 7. Localisation des séquences paléoenvironnementales et paléoclimatiques utilisées pour la Fig. 8.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/22065/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Légende Fig. 8. Phases humides/sèches pendant l’Holocène selon 1) la végétation reconstituée par les pollens, 2) les isotopes, et 3) les minéraux évaporitiques contenus dans des sites références de plusieurs régions d’Anatolie. 1 : paysage forestier dense ; 2 : augmentation des pollens d’arbres ; 3 : faible présence de pollens d’arbres ; 4 : paysage sans arbre ; 5 : forts pourcentages de Chenopodiaceae (± sans Artemisia) ; 6 : forts pourcentages d’Artemisia ; 7 : stress évaporitique ; 8 : sécheresse ; 9 : phase sèche enregistrée dans plusieurs régions (signal anatolien) ; 10 : position des échantillons14C datant les séquences.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/22065/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 273k

© CNRS Éditions, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search