Version classiqueVersion mobile

La géoarchéologie française au xxie siècle

 | 
Nathalie Carcaud
, 
Gilles Arnaud-Fassetta

Partie I. Paléoenvironnements, biogéographie et paysages/Section I. Palaeoenvironments, biogeography and landscapes

Chapitre IV. Dynamiques géomorphologiques et occupation du sanctuaire de Létôon (Plaine de Xanthos, Turquie) au cours des cinq mille dernières années

Émilie Écochard, Éric Fouache, Jacques des Courtils et Laurence Cavalier

Texte intégral

1C’est un lieu commun de la littérature romantique : les ruines sont un appel à l’imagination. Les deux sites archéologiques de Xanthos et de Létôon constituent le principal attrait de la plaine deltaïque de l’Eşen Çayı (appelé Xanthe dans l’Antiquité et situé dans le sud-ouest anatolien) pour le visiteur curieux d’histoire et d’archéologie. Xanthos se situe à l’apex de la plaine, qu’il domine de plusieurs mètres, sur la rive gauche de l’Eşen Çayı qui coupe la plaine en deux. La citadelle a été habitée depuis le viiie ou le viie s. av. J.-C. jusqu’au xiie s. apr. J.-C., c’est-à-dire durant les périodes lyciennes, hellénistiques, romaines et au début du Moyen-Âge (Fig. 1 ; des Courtils, 2003). À 5 km plus au sud, en direction de la mer, se trouve le sanctuaire du Létôon, sur la rive droite du fleuve. Les trois temples dédiés à Létô, Artémis et Apollon témoignent de son importance à l’époque hellénistique (Fig. 1). La plaine compte plusieurs autres sites, comme le port romain de Patara ou de nombreuses citadelles postées au bas des versants qui encadrent la plaine. Mais ce sont les sites de Xanthos et du Létôon qui ont été choisis pour être listés au Patrimoine mondial de l’UNESCO en 1988. Leurs intérêts historique et culturel résultent d’une association inhabituelle entre deux cultures, lycienne et hellénistique, notamment en ce qui concerne l’architecture funéraire. Ces sites ont été explorés en détail pour la première fois en 1838 par Charles Fellows, qui a d’ailleurs organisé l’exportation de pièces archéologiques aujourd’hui exposées au British Museum (Fellows, 1852 ; Metzger, 1998). Entre 1950 et 2011, une équipe archéologique française, dernièrement dirigée par Jacques des Courtils, professeur à l’université de Bordeaux, travaillait sur ces deux sites sous l’égide du Ministère des affaires étrangères français.

2Les vestiges architecturaux des sites témoignent d’une histoire riche d’influences culturelles variées. Cependant, le contexte environnemental qui existait à l’époque de l’occupation de ces sites a également conditionné leurs caractéristiques et leurs évolutions spatiale et architecturale (Jacob, 1994). Les paysages ont profondément évolué depuis l’époque hellénistique et les archéologues qui étudient ces deux sites ne peuvent faire l’hypothèse que le paysage dans lequel ils se situent est resté immobile depuis l’arrivée des premiers habitants au viie s. av. J.-C. Comprendre les sociétés qui ont occupé cet espace, ainsi que leurs relations avec l’environnement, implique de reconstituer les paysages qu’elles ont habités et aménagés, en s’appuyant sur la compréhension des conditions environnementales et des dynamiques géomorphologiques qui s’y sont exercées (Fouache et Rasse, 2009). Les archéologues cherchent notamment à savoir dans quel type d’environnement le Létôon a été construit, à déterminer l’accessibilité du sanctuaire et à établir les possibilités de communication entre Xanthos et le sanctuaire de Létô. Rendre compte des principales dynamiques du relief pour reconstituer l’histoire de la plaine au cours des derniers millénaires, en vue d’offrir aux sites archéologiques qui la parsèment un cadre géomorphologique : c’est de cela qu’il s’agit ici.

La plaine de Xanthos et Létôon : une plaine deltaïque méditerranéenne

Un bassin-versant karstique qui alimente en eau la vallée du Xanthe et sa plaine terminale

3La plaine de Xanthos et Létôon constitue la partie terminale de la vallée de l’Eşen Çayı, qui forme les parties centrale et terminale du bassin-versant, entre la zone de confluence d’Araksay et la mer. Cette section du bassin-versant, dans laquelle le fleuve suit un tracé relativement rectiligne, est fortement dissymétrique. Les principaux affluents viennent de l’est, où les hauts plateaux constituent un important réceptacle des eaux pluviales. C’est dans cet ensemble topographique que l’Eşen Çayı prend sa source, vers 1 100 m d’altitude. Vers le sud, l’altitude des plateaux augmente pour atteindre 2 000 m.

Ci-contre, Fig. 1. A : Carte de localisation et de délimitation des bassins versants, dont celui de l’Eşen Çayı (réalisée à partir des données SRTM traitées avec le logiciel QuantumGIS). B : Carte géomorphologique de la plaine de Xanthos, réalisée à partir de la carte topographique au 1/25 000, de la carte géologique au 1/100 000, des cartes géomorphologiques de B. Bousquet et P.-Y. Péchoux (1984) et d’E. Öner (1999) et des observations de terrain. Les coordonnées géographiques sont données en UTM (zone 35). a : Informations topographiques. 1 : point coté. b : Formes. 2 : cours d’eau pérenne ; 3 : chenal intermittent ; 4 : chenal abandonné ; 5 : alluvions holocènes ; 6 : cordon littoral actuel ; 7 : surface de déflation ; 8 : marais ; 9 : marais récemment drainé ; 10 : dunes boisées ; 11 : dunes boisées pâturées. c : Formations. c.1/Formations géologiques. 12 : calcaires micro-fracturés ; 13 : calcaires indifférenciés. c.2 : Formations superficielles. 14 : dépôts lacustres pliocènes ; 15 : conglomérats mio-pliocènes : terrasses anciennes ; 16 : faille visible ; 17 : faille masquée ; 18 : cône de déjection pléistocène ; 19 : cône de déjection fini-pléistocène ; 20 : cône de déjection récent et marge active ; 21 : tablier d’éboulis actif. d : Aménagements. 22 : site archéologique. C : Photographie de la plaine, vue de Xanthos (cliché E. Ecochard, 2006). D : Photographie de la plaine, vue du Létôon (cliché A. Çiner, 2007).

4Les deux sites de Xanthos et du Létôon s’inscrivent donc au débouché d’une vallée commandée par l’encaissement du fleuve dans un fossé d’effondrement perpendiculaire à la ligne de rivage. Les principaux caractères du contexte géologique du bassin-versant témoignent d’une histoire géologique complexe, au cœur de la dynamique tectonique de l’arc égéen. Le soulèvement de l’Anatolie au milieu du Miocène (Kayan, 1999 ; Alçiçek, 2007) est à l’origine des chaînes de montagne qui forment la péninsule lycienne. La phase de charriage, du nord vers le sud, puis la mise en place de forces tectoniques d’extension à la fin du Pliocène expliquent en grande partie l’organisation structurale du bassin-versant de l’Eşen Çayı (Graciansky, 1972 ; Bousquet et Péchoux, 1981 ; Collins et Robertson, 1997 ; Alçiçek, 2010). De cette histoire géologique résultent des stocks de matériaux sensibles aux phénomènes d’érosion (les masses charriées, composées en grande partie de formations carbonatées). L’organisation du réseau hydrographique en est une autre conséquence. Celle-ci est fortement dissymétrique, avec des affluents provenant surtout de la rive gauche du fleuve en raison de la présence des hauts plateaux à l’est et au nord-est. Dans ces conditions, les processus d’érosion s’avèrent être plus intenses à l’est (pentes plus fortes, réseau hydrographique et endokarst plus développés). Constater cette dissymétrie de l’organisation du relief est essentiel pour évaluer la place des Hommes dans leur environnement.

Une interface entre monts du Taurus et mer Méditerranée

5Si les dynamiques géomorphologiques à l’œuvre dans la plaine sont commandées en partie par l’organisation et la structure du bassin-versant, les dynamiques littorales ont aussi une grande importance. L’étude des variations absolues du niveau marin montre que celui-ci est constamment monté durant l’Holocène mais à une vitesse qui s’est progressivement réduite (Vouvalidis et al., 2005). Les études des variations du niveau marin relatif en Méditerranée orientale montrent une évolution en trois phases (Kayan, 1991 ; Kayan, 1996 ; Kelletat, 2005 ; Fouache et al., 2011). Jusqu’à 6000 ans BP, le niveau marin serait remonté progressivement ; puis entre 5000 et 3500 ans BP, il aurait probablement baissé, comme l’indique l’assèchement des lagunes de l’ouest anatolien, dans les plaines actuelles de Tuzla (Troie) et du Klaros (Ephèse, Kayan, 1996). Enfin, de 3500 ans BP jusqu’à la période romaine, le niveau marin serait remonté jusqu’à atteindre son niveau actuel. Les dynamiques marines continuent de façonner le littoral lycien. Celui-ci est soumis à des vents dominants venant de l’ouest (Heikell, 2010). En Méditerranée orientale, le courant marin de dérive littorale suit quant à lui une trajectoire suivant le sens inverse des aiguilles d’une montre (Dominey-Howes, 2004 ; Heikell, 2010).

6Le site appartient au domaine climatique méditerranéen, caractérisé par la dissociation saisonnière de la chaleur et de l’humidité (Sensoy, 2008). Ces caractéristiques climatiques influencent la couverture végétale, les rythmes des débits des cours d’eau et expliquent en grande partie l’instabilité actuelle des versants et la mobilité du paysage sur des échelles de temps relativement courtes. À l’échelle de l’Holocène comme du Pléistocène, le domaine méditerranéen est particulièrement intéressant par sa position de transition entre les climats humides du nord et les climats arides du sud. Les composantes climatiques européennes mais aussi nord-africaines et asiatiques influencent en effet le climat méditerranéen (Bar-Matthews et al., 1999). L’Holocène se caractérise globalement par un réchauffement du climat, toutefois perturbé par des événements froids (à 8200, 6000-5000, 4200-3800, 3500-2500 et 1200-1000 ans cal. BP ; Mayewski et al., 2004, Wanner et al., 2008).

Une plaine habitée de façon certaine depuis l’époque lycienne

7La péninsule du Teke (espace qui correspond à la Lycie antique) a connu des groupes épigravettiens au Paléolithique supérieur (Yalçinkaya et al., 2002 ; Kozlowski, 2005). La Néolithisation, qui a débuté vers 9000 av. J.-C. dans le Croissant fertile, atteint vraisemblablement le sud de l’Anatolie vers 7000 av. J.-C. (Guilaine, 2001). Les sociétés humaines commencent à laisser des traces dans le paysage : les Hommes y inscrivent leurs nouvelles pratiques de production et de gestion des ressources, en créant des champs et des pâturages, en défrichant une partie des forêts ; ils sélectionnent et favorisent les espèces végétales et animales qui répondent à leurs besoins (Louboutin, 1990). La guerre devient également une réalité de plus en plus tangible (Louboutin, 1990). Avant l’Antiquité, il est possible que des Hittites puis les Lukkas (ancêtres des Lyciens), mentionnés dans les sources littéraires et les inscriptions égyptiennes (Bryce et Zahle, 1986) aient séjourné dans la plaine. Cependant, aucune trace archéologique n’atteste l’installation permanente de ces populations.

8C’est à partir du viie s. av. J.-C. qu’est attestée une installation permanente de populations dans la plaine (des Courtils, 2003). Les populations commencent à aménager leur environnement et l’exploitent. Sous les dominations perse, grecque et romaine alternent des contextes d’instabilité et de stabilité politique et économique qui encouragent ou non l’exploitation intensive des ressources (Le Roy, 1998). Le viie s. apr. J.-C. est marqué par la guerre entre Perses et Byzantins : la plaine et les versants sont progressivement abandonnés. L’habitat temporaire devient la forme d’occupation dominante et ce jusqu’au xxe s. C’est la seconde moitié du xxe s. qui voit le retour d’une occupation permanente de la plaine et des versants. Le drainage des sols argileux humides permet d’assainir rapidement la plaine afin d’y développer la culture du coton puis celle de la tomate d’hiver sous serre.

Méthodologie adoptée pour reconstituer l’évolution géomorphologique et stratigraphique de la plaine deltaïque

9Le point de départ de ce travail de recherche a été de suivre une démarche géoarchéologique en vue de compléter et préciser les études d’E. Öner (1999) et de B. Bousquet et P.-Y. Péchoux (1981). Il est rapidement apparu que la partie ouest de la plaine, à proximité du sanctuaire de Létô, avait été le secteur le plus mobile durant l’Holocène. C’est aussi dans ce secteur que des paléochenaux fluviatiles ont été repérés sur les images satellitales et les photographies aériennes. L’hypothèse que ces paléochenaux avaient pu fonctionner durant l’occupation du sanctuaire devait être vérifiée. Le choix a donc été fait de concentrer notre recherche sur cette zone. La prospection géophysique, consistant en 14 transects de résistivité électrique, puis 21 sondages par carottier à piston hydraulique ont été réalisés afin de fournir les données et le matériel nécessaires à une étude géoarchéologique (Fig. 2 et Fig. 3).

10Les sédiments prélevés ont ensuite été analysés en laboratoire. Trois types d’analyse ont été effectués sur les sondages considérés comme les plus représentatifs : la variation de la susceptibilité magnétique, la teneur en matière organique et la teneur en carbonates. La mesure de la susceptibilité magnétique peut être utilisée pour caractériser les matériaux (par leur réponse à l’excitation magnétique à laquelle ils sont soumis) et ainsi corréler les unités sédimentaires d’un sondage à l’autre, mais aussi pour identifier les processus de formation et de transport des matériaux, ou encore pour connaître la contribution de différents cours d’eau dans le remplissage sédimentaire d’un espace (Lowe et Walker, 1997 ; Dearing, 1999 ; Ghilardi, 2007 ; Dearing, 2011). Cette méthode a aussi comme avantage de ne pas être destructive : elle est donc utilisée avant toute autre analyse sédimentaire (Dearing, 1999). L’appareil utilisé est un susceptibilimètre Bartington MS2 couplé à la sonde MS2C. La sonde est déplacée le long de la carotte et une mesure est prise tous les centimètres. La détermination de la teneur en matière organique est une mesure très importante pour toute étude paléoenvironnementale puisqu’elle rend compte de l’activité biologique, à l’interface sol/eau dans le sol et des apports organiques dans les sédiments. Elle est particulièrement utile dans le cadre d’un travail sur des milieux aquatiques continentaux, comme les lacs et les marais (Lowe et Walker, 1997). La méthode utilisée est la perte au feu, sur des échantillons prélevés tous les 20 cm. La perte au feu est utilisée généralement pour la quantification de la matière organique. Les résultats de ces analyses sont présentés sur la Fig. 2. Par ailleurs, 15 échantillons ont été envoyés pour obtenir des datations au carbone 14. Les sédiments contenant assez peu de matière organique, il a été indispensable de recourir à des datations par SMA (AMS). Enfin, un des sondages contenant un dépôt de cendres volcaniques (le sondage L-XII, à environ 9 m de profondeur sous la surface du sol), une analyse géochimique a été effectuée afin d’identifier le volcan et l’éruption à l’origine de ce dépôt. Parallèlement à ce travail de reconstitution des conditions de sédimentation dans la plaine, nous avons analysé les textes anciens et les récits de voyageurs. Ceux-ci, tout comme les données archéologiques, permettent de mettre en perspective les données géomorphologiques et, parfois même, de combler leurs lacunes.

Ci-contre, Fig. 2. Localisation des sondages, logs des sondages principaux et résultats des analyses sédimentaires.
Les coordonnées géographiques sont données en UTM (zone 35). 1 : argiles ; 2 : argiles limoneuses ; 3 : limons ; 4 : sables fins ; 5 : sables grossiers ; 6 : graviers ; 7 : galets ; 8 : cendres ; 9 : matière organique ; 10 : malacofaune ; 11 : tessons.

Fig. 3. Localisation des transects de résistivité électrique et résultats obtenus pour les transects 4, 10 et 11. La résistivité électrique a été mesurée avec l’appareil ABEM Terrameter SAS 300 C selon la méthode multi-électrodes non automatisée, et les résultats ont été traités à l’aide du logiciel RES2DINV.

De la baie marine à la plaine deltaïque actuelle : évolution géomorphologique durant l’Holocène

Évolution géomorphologique avant l’occupation humaine : la mise en place du delta

11Les données issues des transects de résistivité électrique et des sondages sont insuffisantes pour reconstituer avec précision la morphologie de la zone terminale de la vallée de l’Eşen Çayı au début de l’Holocène. Les sédiments marins n’ont jamais été atteints par les sondages et les sondages électriques ne donnent qu’une image incomplète de la topographie du soubassement calcaire. Cependant, nous proposons tout de même ici une hypothèse de reconstitution fondée sur deux types de données : les variations du niveau marin en Méditerranée orientale et la présence d’un ancien dépôt fluviatile à l’apex de la plaine. Le début de l’Holocène est marqué par une transgression marine rapide. D’après la courbe des variations du niveau marin absolu proposée par K. Vouvalidis et al. (2005), le niveau de la mer était au moins à 29 m en-dessous de l’actuel. Par ailleurs, au niveau de Xanthos sont visibles les restes d’un cône de déjection à galets fluviatiles qui est aujourd’hui érodé en terrasse (Bousquet et Péchoux, 1981, 1984 ; Öner, 1999). Ce premier apport alluvial daterait de la fin du Pléistocène selon l’hypothèse proposée par B. Bousquet et P.-Y. Péchoux (1981). Il est possible de dater le contour de ce premier delta en utilisant les données de la Shuttle Radar Topography Mission (SRTM). Une ligne de rivage théorique est alors obtenue en prolongeant ce contour jusqu’au niveau marin supposé à 10000 BP, soit environ 30 m sous le niveau actuel (Vouvalidis et al., 2005 ; Fig. 4, étape 1).

12Il est possible d’affirmer qu’une lagune existait vers 3295 ± 30 BP, soit entre 1633 et 1500 av. J.-C, en âge calibré (date14C obtenue dans le sondage L-XII. En effet, le niveau daté correspond à un fin niveau d’argile noire plastique comprise entre 9,01 et 9,05 m de profondeur par rapport à la surface du sol. Il recouvre des sables fins noirs, homogènes, dont les restes malacofauniques (bivalve de Cerastoderma glaucum entier et bris de gastéropode Potamides conicus) indiquent qu’il correspond à un milieu lagunaire. La conservation du dépôt cendreux présent juste au-dessus montre que le milieu de dépôt était calme. Pour tracer un premier contour du delta à environ 2000 av. J.-C., il faut donc utiliser à nouveau les données SRTM et choisir le tracé du delta qui correspond le mieux avec l’évolution de la lagune à l’ouest de la plaine, en fonction aussi des indications données fournies par B. Bousquet et P.-Y. Péchoux (1981). Ces auteurs indiquent que la première couverture détritique dans la plaine affleure au niveau de la colline du Létôon. En se référant à la courbe de variation du niveau marin absolu proposée par K. Vouvalidis et al. (2005), le niveau marin théorique en 2000 av. J.-C. est de-5 m par rapport à l’actuel. En prolongeant la pente du delta obtenu par l’image SRTM jusqu’à-5 m, on obtient un tracé théorique pour 2000 av. J.-C., ce qui isole la partie est de la baie et correspond à l’environnement lacustre proposé par S. Bottema et H. Woldring (1984 ; Fig. 4, étape 2).

13Vers 1500-2000 av. J.-C., le secteur étudié est témoin de l’éruption minoenne de Santorin. D’une part, le sondage L-XII renferme un dépôt de cendres entre 8,98 et 9,01 m (sous la surface du sol), identifié comme provenant de l’éruption minoenne de Santorin dont l’indice d’explosivité volcanique a été estimé entre 6 (colossal) et 7 (méga-colossal ; McCoy et Heiken, 2000 ; Fig. 2). D’autre part, ce téphra recouvre un dépôt sableux, résultat du tsunami engendré par l’effondrement du volcan (Stanley et Sheng, 1986 ; Sullivan, 1988 ; Hamann et al., 2010 ; Aydar et al., mimeo). Les lagunes ont été affectées par le tsunami entre 30 min (Minoura et al., 2000) et 2h30 (Goodman-Tchernov et al., 2009) après l’effondrement du volcan. Les simulations numériques pour l’ouest de la Turquie suggèrent que la vague de tsunami aurait dépassé 5 m de hauteur. Si aujourd’hui le secteur sondé se situe à 4 km de la mer, il était probablement à moins d’un kilomètre derrière le cordon littoral en raison de la progradation du delta.

14Les lagunes sont ensuite progressivement colmatées. Dans la majorité des sondages, les sables lagunaires basaux sont recouverts d’une épaisse unité argileuse, atteignant parfois jusqu’à 4 m d’épaisseur. Ces argiles, plastiques et collantes sont de couleur grise, parfois brun foncé, et à structure massive. Elles correspondent à un milieu de dépôt calme. Sans apport apparent de matériel grossier qui aurait signalé la proximité du fleuve ou des versants, et dans la mesure où le téphra est conservé dans le sondage L-XII, cette unité présente les caractéristiques d’un environnement marécageux, sans lien avec la dynamique antérieure influencée par des connexions marines. Le colmatage s’est effectué à la faveur d’une fermeture des passes du cordon dunaire, isolant la plaine des dynamiques marines, sauf en cas de rupture du cordon. Les argiles grises présentes dans les sondages contiennent peu de matière organique (taux inférieurs à 5 %). Or, dans la mesure où la matière organique signale un environnement marécageux, des taux de matière organique plus importants étaient attendus. S. Bottema et H. Woldring (1984) avaient déjà souligné ce caractère des argiles dans les sondages qu’ils avaient étudiés. Deux interprétations sont possibles. 1) Les marais présents dans la plaine, tant à l’ouest qu’à l’est, possèdent une faible teneur en nutriments, empêchant le développement d’une importante végétation. Si le couvert végétal était à ce moment semblable à l’actuel, il est possible d’imaginer que les marais étaient simplement bordés de roselières. Cette oligotrophie pourrait s’expliquer par l’alluvionnement et les sédiments transportés. L’essentiel du dépôt serait allochtone (Lowe et Walker, 1997). 2) Un environnement marqué par la présence d’eaux salées ou saumâtres a persisté, empêchant la conservation de la matière organique.

Fig. 4. Reconstitution en quatre étapes de l’évolution de la partie terminale de la vallée de l’Eşen Çayı.
Les coordonnées géographiques sont données en UTM (zone 35). a : Informations topographiques. 1 : point coté. b : Formes. 2 : cours d’eau pérenne ; 3 : chenal intermittent ; 4 : chenal abandonné ; 5 : alluvions holocènes ; 6 : cordon littoral actuel ; 7 : surface de déflation ; 8 : marais ; 9 : marais récemment drainé ; 10 : dunes boisées ; 11 : dunes boisées pâturées. c : Formations. c. 1 : Formations géologiques. 12 : calcaires micro-fracturés ; 13 : calcaires indifférenciés. c. 2 : Formations superficielles. 14 : dépôts lacustres pliocènes ; 15 : conglomérats mio-pliocènes : terrasses anciennes ; 16 : faille visible ; 17 : faille masquée ; 18 : cône de déjection pléistocène ; 19 : cône de déjection fini-pléistocène ; 20 : cône de déjection récent et marge active ; 21 : tablier d’éboulis actif. d : Informations supplémentaires. 22 : site archéologique ; 23 : sondage ; 24 : transgression marine ; 25 : progradation du delta ; 26 : intrusions marines ; 27 : le Létôon ; 28 : petite installation portuaire ? ; 29 : résurgence karstique ; 30 : colmatage des lagunes et des marais ; 31 : voie d’accès possible au sanctuaire ; 32 : principaux canaux ; 33 : digues ; 34 : dune végétalisée.

Évolution géomorphologique pendant l’occupation humaine : histoire d’une plaine dominée par les eaux

15Si S. Bottema et H. Woldring (1984) attestent la présence d’une activité agricole vers 4000 BP, aucun site de l’Âge du Bronze n’a été repéré dans toute la Lycie (Mellaart, 1968). Des Courtils (2003) s’étonne d’ailleurs que seule une hache en bronze datant du Bronze ancien (IIIe millénaire av. J.-C.) ait été retrouvée sur le site de Patara alors que le reste de l’Anatolie a vu le développement de nombreux sites à cette époque. On sait pourtant, par des sources hittites, que le peuple Lukka s’était installé dans l’ouest anatolien. Ce peuple sans roi connu, participant à des raids maritimes, notamment contre l’Égypte, a fondé des villes, comme l’atteste une inscription du Bronze récent découverte en Pisidie et qui mentionne les villes lyciennes de Pttar (Patara) et d’Arnna (Xanthos ; Bryce et Zahle, 1986). La première trace attestée du peuple lycien dans la plaine date donc de 700 av. J.-C. : à Xanthos et Létôon ont été retrouvés des tessons de poterie qui marquent l’occupation de ces sites. Du viie s., il reste des vestiges architecturaux. À cette époque, Xanthos passe sous domination perse (des Courtils, 2003). C’est avec la domination grecque, après que l’Asie mineure ait été conquise par Alexandre le Grand, en 334 av. J.-C., que l’histoire architecturale du Létôon et de Xanthos prend de l’envergure (des Courtils, 2003). Il est alors possible de relier celle-ci aux conditions environnementales.

16Quelques siècles après la fondation du sanctuaire, un événement bouleverse temporairement la géographie de la plaine du Xanthe : un bras du fleuve se déverse dans la partie occidentale. Les sondages L-I Bis et L-VI contiennent tous deux à leur base des dépôts de chenal. Dans le sondage L-I Bis, il s’agit de sables grossiers, de graviers et de galets émoussés (certains cassés par le passage du carottier) sur près de 3 m d’épaisseur (Fig. 2). Le dépôt est moins épais dans le sondage L-VI au nord de la colline du Létôon, mais le faciès est similaire à celui précédemment décrit dans le sondage L-I Bis. Ce faciès est caractéristique d’un dépôt de charge de fond dans la partie centrale d’un chenal. Il indique qu’un bras du fleuve s’est écoulé, pendant quelques années au moins, dans la partie ouest de la plaine. L’analyse des transects de résistivité électrique 4, 10 et 11 permet d’obtenir plusieurs informations sur les dépôts de ces paléochenaux (Fig. 3). 1) Ils se situent entre 4 et 12 m sous la surface du sol actuel. 2) Ils sont constitués de matériaux grossiers, ce qui est révélé par les valeurs de résistivité élevées (Beresnev et al., 2002). 3) Il existait au moins deux paléochenaux, ayant fonctionné en même temps ou successivement. 4) Le(s) chenal(aux) provenai(en) t du nord-est et s’écoulai(en) t vers le sud-ouest. 5) La largeur de l’un des chenaux était comprise entre 40 et 60 m, ce qui correspond à la largeur moyenne actuelle du lit du fleuve. Les vestiges archéologiques permettent de dater l’écoulement de l’Eşen Çayı dans la partie ouest de la plaine entre le vie ou le ve s. av. J.-C., alors que l’alluvionnement est rapide (Le Roy, 1984) et que l’on construit une entrée à l’ouest du sanctuaire, et le ive s. apr. J.-C., quand l’accès au sanctuaire par l’ouest est détruit. L’écoulement ouest aurait donc fonctionné pendant pratiquement toute la période d’occupation du sanctuaire. À partir des données présentées ci-dessus, il est possible de proposer une reconstitution de l’environnement de la plaine au moment de l’occupation du site de Létôon (Fig. 4, étape 3). Celle-ci est différente de celle proposée par E. Öner (1999), qui n’avait pas mentionné la présence d’un bras du fleuve dans le secteur ouest de la plaine.

17Pendant l’époque byzantine (à partir du ive s.), la plaine connaît à nouveau une période prospère. En effet, la paix est maintenue et le commerce se développe. La localisation avantageuse de la Lycie entre mer Egée et Égypte permet aux villes proches de la côte de s’enrichir et de se développer (Sodini, 1998). C’est le cas de Xanthos (Foss, 1994). Le christianisme, qui s’impose progressivement entre le ive et le vie s., transforme à la fois la cité de Xanthos et le sanctuaire (Sodini, 1998). La ville connaît une nouvelle période de grandeur à partir du ve s., et ce pour deux siècles (Manière-Lévêque, 1998 ; des Courtils, 2003 ; Musée de Saint-Romain-en-Gal, 2009-2010). La prospérité de la plaine à cette époque s’expliquant en grande partie par les échanges commerciaux, il semble possible d’imaginer que Xanthos était toujours accessible par voie d’eau. La configuration de la plaine devait donc être sensiblement la même qu’à l’époque précédente. Mais comme le Létôon a perdu de l’importance, il est aussi possible de penser que le fleuve a pris à ce moment là un parcours proche de l’actuel, au centre de la plaine, même si le progressif abandon du site s’explique aussi par la diffusion du christianisme. Le renouveau de Pidnai, qui contrôle l’entrée de la vallée du Xanthe, semble aussi indiquer que l’ouest de la plaine était un secteur où les passages devaient être fréquents. Dans la mesure où le cabotage était intense en Lycie (Sodini, 1998), les petites infrastructures portuaires telles que celle suggérée près de Pidnai par les archéologues de Xanthos et Létôon, devaient conserver un rôle important.

18La guerre menée par les Perses au viie s. puis les expéditions menées par les Arabes entérinent le déclin de la plaine (Foss, 1994 ; Sodini, 1998). B. Bousquet et P.-Y. Péchoux (1981) montrent qu’à l’époque byzantine, la subsidence reprend, ce qui provoque ou intensifie des inondations et l’alluvionnement. Les populations subissent alors les effets de la dégradation des interfluves, dont il faut trouver l’origine dans l’intense développement économique des périodes précédentes. Un décalage de 300-500 ans s’observe alors, entre la période de grande activité responsable de la dégradation des bassins versants et celle marquée par les crues et l’alluvionnement dans un contexte de déprise rurale. L’abandon des sites peut alors aussi, à côté des causes historiques, être envisagé comme cause et conséquence des conditions environnementales. Dans ces conditions, toutes les zones topographiquement déprimées se transforment en zones humides. À la fin de l’époque byzantine (xve s.), il n’y a plus aucune trace d’activité à Xanthos (des Courtils, 2003). La plaine ne connaît que des occupations temporaires (des Courtils, 2003) : à Patara, les nomades s’installent au printemps, pour faire paître le bétail et faire quelques récoltes (Texier, 1839-1849). Au xixe s., le petit fleuve à l’ouest, l’Özlen Çayı, est toujours navigable par des petites embarcations (Fellows, 1841). Cette voie d’accès depuis la mer assurerait donc sans doute pour Xanthos la continuité des périodes fastes de la cité antique et du sanctuaire.

19Au xxe s., la situation change radicalement. De nombreux aménagements sont réalisés pour développer l’agriculture intensive. Afin d’aménager la plaine, deux types d’infrastructures ont été réalisés : des digues pour protéger les terres des crues du fleuve et des canaux, qui servent à la fois pour drainer et irriguer les surfaces cultivées. Dans la partie est de la plaine, la construction d’un grand canal a permis d’assécher près de la moitié du marais. Les terres conquises, qui ont d’abord servi de pâturages, se couvrent aujourd’hui de nombreuses serres destinées à la culture de la tomate d’hiver, qui constitue aujourd’hui la principale activité économique dans la plaine. La profusion des dunes menace la plaine. C’est pourquoi, dans les années 1960, une politique de fixation des dunes a été engagée (Bousquet et Péchoux, 1981 ; Fig. 4, étape 4).

Implications de l’histoire environnementale sur l’histoire du sanctuaire dédié à Létô

Le sanctuaire de Létô : le choix de l’isolement par les eaux

20La colline sur laquelle est construit le sanctuaire de Létô est, lors de l’installation permanente des Lyciens dans la plaine, encadrée à l’ouest et au sud de marais sans doute alimentés par une résurgence karstique localisée. À l’est, la présence d’un bras du fleuve rend difficile l’accessibilité de la colline, d’autant que ce flanc de colline est raide. Une source, aujourd’hui plus visible en surface mais dont la localisation précise est connue, semble être à l’origine de la fondation du sanctuaire. Antoninus Liberalis, Ovide et Servius sont les trois auteurs témoignant de l’arrivée de Létô en Lycie (Bryce, 1983). Ovide, dans ses Métamorphoses, relate le mythe selon lequel les habitants de la plaine, peu hospitaliers, auraient été transformés en grenouilles par la déesse. La présence d’une source au Létôon est attestée par les édifices construits pour l’aménager et l’utiliser à des fins religieuses en grotte artificielle puis par Nymphée romain (Balland, 1998 ; des Courtils, 2003). Ces aménagements ont aussi permis d’assainir l’ensemble du site en canalisant l’eau. La source, bien que sans doute à l’origine de la fondation du sanctuaire, constitue donc la première contrainte environnementale ayant engendré la construction d’éléments architecturaux spécifiques.

21Ce site idéal pour la construction d’un sanctuaire a sans doute été remarqué et apprécié par les Lyciens. La présence d’une source, symbole de vie et de fertilité, conférait au lieu une dimension mystique et mystérieuse qui sied à l’établissement d’un sanctuaire (Le Roy, 1984). Par ailleurs, la colline constituait un lieu sec sur lequel pouvaient s’appuyer facilement des fondations d’édifices tels qu’un théâtre ou des temples (ici dédiés à Létô et ses enfants, Apollon et Déméter). La partie centrale des 36 gradins du koilon du théâtre est d’ailleurs taillée dans les calcaires de la colline et les extrémités sont construites avec des blocs extraits sur place (Moretti, 1998 ; des Courtils, 2003). La situation du sanctuaire au milieu d’un delta aux formes fluviatiles mobiles procurait en même temps l’isolement décrit plus haut. Cette configuration se retrouve sur d’autres sites dans la partie amont du bassin versant du Xanthe. Les sites religieux ont ainsi exploité de manière symbolique la forte mobilité du paysage, comme pour lancer des défis aux lois de la nature (Le Roy, 1984). Cependant, ce choix de localisation du sanctuaire s’est avéré problématique à partir du moment où le fleuve a commencé à s’écouler à proximité de celui-ci.

Se rendre au sanctuaire et à Xanthos : des voies de communications variées mais menacées par la mobilité du paysage

22À l’échelle locale, les archéologues envisagent deux accès au sanctuaire : par l’ouest et par le nord. L’accès par l’ouest devait former l’accès principal, au moins du ive s. av. J.-C. au ive s. apr. J.-C. En effet, au ive s. av. J.-C. a été construit un mur d’orientation nord-sud délimitant le sanctuaire à l’ouest. À l’époque romaine, ce mur devait comprendre une entrée monumentale débouchant sur une voie d’orientation ouest-est, dallée et agrémentée de statues à l’intérieur du site. C’est d’ailleurs là qu’à été retrouvée une stèle d’époque romaine sur laquelle était inscrite le règlement intérieur du sanctuaire (des Courtils, 2003). Cette entrée, au milieu de la plaine, n’a de sens que si elle est mise en relation avec une voie de communication. La présence d’un bras du Xanthe à cette époque prend alors tout son intérêt : ce serait le fleuve qui aurait mis en relation le sanctuaire avec la mer en aval et avec Xanthos en amont. Strabon, dans sa Géographie (livre 14, III), évoque d’ailleurs des bâtiments légers (hupêretikoi) comme moyen de transport permettant de remonter le fleuve depuis la mer vers le sanctuaire et la cité de Xanthos. L’autre entrée possible, par le nord, a pu fonctionner pour les habitants de Xanthos qui venaient à pied, et lorsque l’entrée ouest n’était pas praticable. C’était probablement une entrée secondaire puisque l’ornementation y est beaucoup moins développée (des Courtils, 2003). Si des visiteurs voulaient se rendre à pied sec depuis Xanthos pour aller au Létôon, ils devaient traverser à deux reprises le fleuve, au niveau de Xanthos puis au niveau du Létôon. La question du franchissement du fleuve, au moyen de ponts – celui de Xanthos a été construit à l’époque romaine – ou de bacs se pose alors.

23À l’échelle de la plaine, le Létôon était vraisemblablement accessible par voie d’eau depuis Xanthos et depuis la mer. En effet, le Pseudo-Skylax indique que le fleuve était navigable au ive s. av. J.-C. jusqu’à la cité de Xanthos. Le Stadiasme de la Grande Mer (ce document est une compilation de plusieurs sources et est donc difficilement datable ; cette compilation pourrait dater du ve s. apr. J.-C. ; Arnaud, 2009) indique également la navigabilité du fleuve. Cependant, alors que certains fleuves d’Asie mineure, comme le Mélas, l’Eurymédon ou le Sangarios étaient accessibles par des gros bateaux venus de la mer, le Xanthe, quant à lui, n’était navigué que par de légères embarcations. Les gros bateaux abordaient à Patara puis des petits caboteurs pouvaient rejoindre Létôon ou Xanthos (Roelens-Flouneau, sous presse). Appien, dans son récit des guerres civiles romaines, semble considérer Patara comme le port des Xanthiens, ce qui indique une relation étroite entre les deux cités, et sans doute aussi avec le sanctuaire.

24À l’échelle du bassin-versant, les pentes plus douces sur la rive droite de la vallée et une moindre mobilité des versants (présence de terrasses alluviales ou les sédiments lacustres sont mieux conservés) devaient jouer en faveur d’une voie de communication à l’ouest de la vallée. Le pont construit à l’époque romaine au niveau de Xanthos devait alors permettre, d’une part de rejoindre le Létôon en aval, d’autre part de remonter la vallée où d’autres cités étaient présentes. D’autres aménagements, plus légers, devaient exister avant l’époque romaine pour franchir le fleuve à cet endroit.

25À plus petite échelle, la Lycie jouait un rôle majeur dans les relations commerciales entre la mer Egée et l’Est méditerranéen (Childs, 1981 ; Lemaître, 2007 ; Arnaud, 2009). Dans ces conditions, l’accessibilité du sanctuaire depuis la mer était primordiale. Il est alors possible d’envisager un passage au niveau de l’embouchure de l’Özlen Çayı, le petit fleuve à la bordure nord-ouest de la plaine. De petites embarcations pouvaient passer le cordon littoral et rejoindre le sanctuaire par les marais et/ou le fleuve. Une autre hypothèse consiste à proposer une étape dans un petit port près de la citadelle de Pidnai. En effet, des installations anciennes sont visibles aujourd’hui à l’ouest, faisant penser à un port local.

Conclusion

26L’étude géoarchéologique menée dans la plaine de Xanthos a permis de reconstituer les grandes étapes de l’évolution géomorphologique de la zone étudiée depuis l’existence de la baie marine jusqu’à la plaine actuelle, aménagée et exploitée. Une des étapes majeures dans l’histoire géomorphologique et humaine de la plaine est l’écoulement de l’Eşen Çayı dans la partie ouest de la plaine, à proximité du sanctuaire du Létôon, alors occupé. La mise en évidence de cet événement permet de mieux comprendre les choix faits par les sociétés dans la localisation du sanctuaire fédéral, entre isolement symbolique et accessibilité.

Bibliographie

Références

Alçiçek M.C., «Tectonic development of an orogen-top riftrecorded by its terrestrial sedimentation pattern: The Neogene Esen basin of southwestern Anatolia, Turkey», Sedimentary Geology, no 200, 2007, p. 117-140.

Alçiçek H., «Stratigraphic correlation of the Neogene basins in southwestern Anatolia: regional palaeogeographical, palaeoclimatic and tectonic implications», Palaeogeography, palaeoclimatology, palaeoecology, no 291, 2010, p. 297-318.

Arnaud P., « Notes sur le Stadiasme de la Grande Mer : La Lycie et la Carie », Geographia Antiqua, no 18, 2009, p. 165-194.

Aydar E., Ecochard E., Çiner A. et Fouache E., «Phreatomagmatic Signs in Plinian Distal Ashes Originated from Minoan-Thera of Santorini Volcanic Eruption», mimeo.

Balland A., « Le nymphée du Létôon », Dossiers d’archéologie, no 239, 1998, p. 56-57.

Bar-Matthews M., Ayalon A., Kaufman A., et Wasser burg G., « The Eastern Mediterranean paleoclimate as a reflection of regional events : Soreq cave, Israel », Earth and Planetary Science Letters, no 166, 1999, p. 85-95.

Beresnev I., Hruby C. et Davis C., « The use of multi-electrode resistivity imaging in gravel prospecting », Journal of applied geophysics, no 49, 2002, p. 245-254.

Bottema S. et Woldring H., « Late quaternary vegetation and climate of Southwestern Turkey. part II », Palaeohistoria, no 26, 1984, p. 123-149.

Bousquet B. et Péchoux P.-Y., « Évolution géomorphologique des escarpements du Taurus lycien et des bordures du fossé du Xanthe (Turquie) », Méditerranée, no 1, 1981, p. 3-11.

Bousquet B. et Péchoux P.-Y., « La plaine du Xanthe (Turquie), contraintes physiques et aménagements », Études géographiques sur les Pyrénées et questions diverses, no 106, 1984, p. 33-43.

Bryce R., « The arrival of the goddess Leto in Lycia », Historia : Zeitschriftfür Alte Geschichte, no 32, 1983, p. 1-13.

Bryce T. et Zahle J., The Lycians in literary and epigraphic sources, vol. 1, Copenhague, Museum Tusculanum, 1986.

Childs W., « Lycian relations with Persians and Greeks in the fifth and fourth centuries re-examined », Anatolian Studies, no 31, 1981, p. 55-80.

Collins A.S. et Robertson A.H.F., « Kinematic evidence for late Mesozoic-Miocene emplacement of the Lycian Allochthon over the western anatolide belt, SW Turkey », Geological Journal, no 38, 2003, p. 295-310.

Des Courtils J., Guide de Xanthos et du Létôon, Istanbul, Ege Yayınları, 2003.

Dearing J.A., Environmental Magnetic Susceptibility. Using the Bartington MS2 System, Oxford, Bartington Instruments Ltd., 1999.

Dearing J.A., Magnetic susceptibility in landscape dynamics, Oxford, Bartington Instruments Ltd., 2011.

Dominey-Howes D., « A re-analysis of the late Bronze Age eruption and tsunami of Santorini, Greece, and the implications for the volcano-tsunami hazard », Journal of volcanology and geothermal research, no 130, 2004, p. 107-132.

Fellows C., An account of discoveries in Lycia : being a journal kept during a second excursion in Asia Minor, Londres, J. Murray, 1841.

Fellows C., Travels and researches in Asia Minor, more particularly in the province of Lycia, London, J. Murray, 1852.

Foss C., « The Lycian coast in the Byzantine Age », Dumbarton Oaks Papers, no 48, 1994, p. 1-52.

Fouache E. et Rasse M., « Archaeology geoarchaeology and geomorphosite management : towards a typology of geoarchaeosites », in Reynard E., Coratza P., Regolini-Bissig G. (éds.), Geomorphosites, Munich, Verlag DR. Friedrich Pfeil, 2009.

Fouache E., Kelterbaum D., Brückner H., Lericolais G., Porotov A. et Dikarev V., « The Late Holocene evolution of the Black Sea : a critical view on the so-called Phanagorian regression », Quaternary International, 2011, doi : 10.1016/j. quaint. 2011.04.008.

Ghilardi M., Dynamiques spatiales et reconstitutions paléogéographiques de la plaine de Thessalonique (Grèce) à l’Holocène récent, Thèse de doctorat, Université Paris-XII-Val-de-Marne, novembre 2007.

Goodman-Tchernov B., Dey H., Reinhardt E., McCoy F. et Mart Y., « Tsunami waves generated by the Santorini eruption reached Eastern Mediterranean shores », Geology, no 37, 2009, p. 943-946.

Guilaine J., « Changeons d’échelles : pour la très longue durée, pour de larges espaces », Études rurales, 2001, URL : http://etudesrurales.revues.org.

de Graciansky P.-C., Recherches géologiques dans le Taurus lycien occidental, Thèse de doctorat, Université de Paris-Sud Orsay, 1972.

Hamann Y., Wulf S., Ersoy O., Ehrmann W., Aydar E., et Schmiedl G. ., « First evidence of a distal early Holocene ash layer in Eastern Mediterranean deep-sea sediments derived from the Anatolian volcanic province », Quaternary Research, no 73, 2010, p. 497-506.

Heikell R., Guide nautique et de navigation : Turquie-Chypre. De la mer Noire à la frontière syrienne, Paris, Vagnon, 2010.

Jacob J.-P., « Le site archéologique. Un dialogue entre la culture et la nature ? », in Patrimoine culturel, patrimoine naturel, colloque 12-13 décembre 1994, Paris, La Documentation française, 1994.

Kayan I., « Holocene geomorphologic evolution of the Beşik Plain and changing environment of ancient man », Studia Troica, no 1, 1991, p. 79-92.

Kayan I., « Holocene coastal development and archaeology in Turkey », Zeitschrift für Geomorphologie, supplément no 102, 1996, p. 37-59.

Kayan I., « Holocene stratigraphy and geomorphological evolution of the Aegean coastal plains of Anatolia », Quaternary Science Reviews, no 18, 1999, p. 541-548.

Kelletat D., « A Holocene sea-level curve for the Eastern Mediterranean from multiple indicators », Zeitschrift für Geomorphologie, supplément no 137, 2005, p. 1-9.

Kozlowski J., « Paléolithique supérieur et mésolithique en Méditerranée : cadre culturel », L’Anthropologie, no 109, 2005, p. 520-540.

Lemaître S., « Bulletin de la société française d’archéologie classique. La Lycie et les échanges commerciaux dans l’Antiquité. Les données du mobilier amphorique. Premiers éléments de réflexion », Revue archéologique, no 1, 2007, p. 155-221.

Le Roy C., « Le Létôon de Xanthos en Lycie (Turquie). La lutte d’un sanctuaire contre l’évolution du milieu naturel », Bulletin de l’Association des Géographes français, no 499, 1984, p. 41-44.

Le Roy C., « Histoire des Lyciens », Dossiers d’archéologie, no 239, 1998, p. 10-17.

Louboutin C., Au Néolithique : les premiers paysans du monde, Paris, Gallimard, 1990.

Lowe J. et Walker M., Reconstructing Quaternary environments, Harlow, Pearson, 1997.

Manière-Lévêque A.-M., « Les maisons de l’acropole lycienne », Dossiers d’archéologie, no 239, 1998, p. 64-73.

Mayewski P., Rohling E., Stager J.C., Karlen W., Maasch K., Meeker L.D., Meyerson E., Gasse F., van Kreveld S., Holmgren K., Lee-Thorp J., Rosqvist G. Rack F., Staubwasser M., Schneider R.R. et Steig E.J., « Holocene climate variability », Quaternary Research, no 62, 2004, p. 243-255.

McCoy F. et Heiken G., « Tsunami generated by the late Bronze Age eruption of Thera (Santorini), Greece », Pure and Applied Geophysics, no 157, 2000, p. 1227-1256.

Mellaart J., « Anatolian trade with Europe and Anatolian geography and culture provinces in the late Bronze Age », Anatolian Studies, no 18, 1968, p. 187-202.

Metzger H., « Histoire de la recherche. Les premières étapes de l’exploration de Xanthos et du Létôon », Dossiers d’archéologie, no 239, 1998, p. 4-9.

Minoura K., Imamura F., Kuran U., Nakamura T., Papadopoulos G., Takahashi T. et Yalciner A., « Discovery of Minoan tsunami deposits », Geology, no 28, 2000, p. 59-62.

Moretti J.-C., « Les théâtres de Xanthos et du Létôon », Dossiers d’archéologie, no 239, 1998, p. 52-55.

Musée de Saint-Romain-en-Gal, Xanthos, architecture d’une civilisation (catalogue d’exposition), Département du Rhône, 2009-2010.

Ovide, Les Métamorphoses, tome 2, livre 6, Paris, Belles Lettres, 1928.

Öner E., « Letoon ve çevresinde (Eşen çayı deltası) paleojeomofolojik araştırmalar », Ege Coğrafya Dergisi, no 10, 1999, p. 51-82.

Roelens-Flouneau H., « Remarques sur la navigabilité des fleuves d’Asie mineure dans l’Antiquité », in Lebreton S. et Dan A. (éds), Études des fleuves d’Asie Mineure. Une première approche, Presses Universitaires de Rennes, sous presse.

Sensoy S., Türkiye iklimi, 2008, URL : http://www.dmi.gov.tr/iklim/iklim.aspx.

Sodini J.-P., « La Lycie à l’époque byzantine », Dossiers d’archéologie, no 239, 1998, p. 62-63.

Stanley D. et Sheng H., « Volcanic shards from Santorini (upper Minoan ash) in the Nile Delta, Egypt », Nature, (320), 733-735, 1986.

Strabon, The geography of Strabo, volume 6, Londres, The Loeb classical library, 1917-1932.

Sullivan D., « The discovery of Santorini Minoan tephra in western Turkey », Nature, no 333, 1988, p. 552-554.

Texier C., Description de l’Asie mineure : Beaux-arts, monuments historiques, plans et topographie des cités antiques, par Charles Texier, Gravure de Lemaître, 3 vol., Paris, Firmin Didot Frères, 1839-1849.

Vouvalidis K., Syrides G., et Albanakis K., « Holocene morphology of the Thessaloniki Bay : Impact of sea-level rise », Zeitschrift für Geomorphologie, Supplément 137, 2005, p. 147-158.

Wanner H., Beer J., Bütikofer J., Crowley T., Cubasch U., Flückiger J., Goosse H., Grosjean M., Joos F., Kaplan J., Küttel M., Müller S., Prentice C., Solomina O., Stocker T., Tarasov P., Wagner M. et Widmann M., « Mid-to Late Holocene climate change : an overview », Quaternary Science Reviews, no 27, 2008, p. 1791-1828.

Yalçinkaya I., Otte M. et Kozlowski J., La grotte d’Ökuzini : évolution du paléolithique final du sud-ouest de l’Anatolie, Universite de Liège, 2002.

Table des illustrations

Légende Ci-contre, Fig. 1. A : Carte de localisation et de délimitation des bassins versants, dont celui de l’Eşen Çayı (réalisée à partir des données SRTM traitées avec le logiciel QuantumGIS). B : Carte géomorphologique de la plaine de Xanthos, réalisée à partir de la carte topographique au 1/25 000, de la carte géologique au 1/100 000, des cartes géomorphologiques de B. Bousquet et P.-Y. Péchoux (1984) et d’E. Öner (1999) et des observations de terrain. Les coordonnées géographiques sont données en UTM (zone 35). a : Informations topographiques. 1 : point coté. b : Formes. 2 : cours d’eau pérenne ; 3 : chenal intermittent ; 4 : chenal abandonné ; 5 : alluvions holocènes ; 6 : cordon littoral actuel ; 7 : surface de déflation ; 8 : marais ; 9 : marais récemment drainé ; 10 : dunes boisées ; 11 : dunes boisées pâturées. c : Formations. c.1/Formations géologiques. 12 : calcaires micro-fracturés ; 13 : calcaires indifférenciés. c.2 : Formations superficielles. 14 : dépôts lacustres pliocènes ; 15 : conglomérats mio-pliocènes : terrasses anciennes ; 16 : faille visible ; 17 : faille masquée ; 18 : cône de déjection pléistocène ; 19 : cône de déjection fini-pléistocène ; 20 : cône de déjection récent et marge active ; 21 : tablier d’éboulis actif. d : Aménagements. 22 : site archéologique. C : Photographie de la plaine, vue de Xanthos (cliché E. Ecochard, 2006). D : Photographie de la plaine, vue du Létôon (cliché A. Çiner, 2007).
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/21933/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 510k
Légende Ci-contre, Fig. 2. Localisation des sondages, logs des sondages principaux et résultats des analyses sédimentaires.Les coordonnées géographiques sont données en UTM (zone 35). 1 : argiles ; 2 : argiles limoneuses ; 3 : limons ; 4 : sables fins ; 5 : sables grossiers ; 6 : graviers ; 7 : galets ; 8 : cendres ; 9 : matière organique ; 10 : malacofaune ; 11 : tessons.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/21933/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 419k
Légende Fig. 3. Localisation des transects de résistivité électrique et résultats obtenus pour les transects 4, 10 et 11. La résistivité électrique a été mesurée avec l’appareil ABEM Terrameter SAS 300 C selon la méthode multi-électrodes non automatisée, et les résultats ont été traités à l’aide du logiciel RES2DINV.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/21933/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 457k
Légende Fig. 4. Reconstitution en quatre étapes de l’évolution de la partie terminale de la vallée de l’Eşen Çayı.Les coordonnées géographiques sont données en UTM (zone 35). a : Informations topographiques. 1 : point coté. b : Formes. 2 : cours d’eau pérenne ; 3 : chenal intermittent ; 4 : chenal abandonné ; 5 : alluvions holocènes ; 6 : cordon littoral actuel ; 7 : surface de déflation ; 8 : marais ; 9 : marais récemment drainé ; 10 : dunes boisées ; 11 : dunes boisées pâturées. c : Formations. c. 1 : Formations géologiques. 12 : calcaires micro-fracturés ; 13 : calcaires indifférenciés. c. 2 : Formations superficielles. 14 : dépôts lacustres pliocènes ; 15 : conglomérats mio-pliocènes : terrasses anciennes ; 16 : faille visible ; 17 : faille masquée ; 18 : cône de déjection pléistocène ; 19 : cône de déjection fini-pléistocène ; 20 : cône de déjection récent et marge active ; 21 : tablier d’éboulis actif. d : Informations supplémentaires. 22 : site archéologique ; 23 : sondage ; 24 : transgression marine ; 25 : progradation du delta ; 26 : intrusions marines ; 27 : le Létôon ; 28 : petite installation portuaire ? ; 29 : résurgence karstique ; 30 : colmatage des lagunes et des marais ; 31 : voie d’accès possible au sanctuaire ; 32 : principaux canaux ; 33 : digues ; 34 : dune végétalisée.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/21933/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 467k

Auteurs

Docteur, Université Paris-Est Créteil (Paris 12), Unité Mixte de Recherche (UMR 8591) CNRS/universités Paris 1 et Paris 12/INRAP (Laboratoire de Géographie Physique : Environnements Quaternaires et Actuels – LGP), Meudon, France (emilie.ecochard@gmail.com).

Professeur, Université Michel de Montaigne (Bordeaux 3), Unité Mixte de Recherche (UMR 5607) CNRS/Université Bordeaux 3 (Ausonius – Institut de Recherche sur l’Antiquité et le Moyen Âge), Pessac, France (courtils@u-bordeaux3.fr).

© CNRS Éditions, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search