Desktop versionMobile Version

La géoarchéologie française au xxie siècle

 | 
Nathalie Carcaud
, 
Gilles Arnaud-Fassetta

Introduction

Historiographie, attendus épistémologiques et concepts et de la géoarchéologie

Joëlle Burnouf

Volltext

1L’ouvrage que le lecteur va découvrir regroupe les 24 contributions de 98 auteurs. Sur ces 98 auteurs, il y a 33 auteures, soit un tiers ; il y a 24 chercheurs de l’INRAP dont 12 chercheures, soit la moitié : c’est une belle communauté !!! C’est aussi une communauté originale que celle de la France liée par son histoire, dont certains linéaments remontent au xviiie s., à la longue et lente évolution des pratiques scientifiques sur l’objet suivant : les relations « nature/culture » aujourd’hui nommées, c’est le sens de sa création, « sociétés/milieux ».

2Certains auteurs reviennent à plusieurs reprises dans différents articles : c’est la logique, la loi non écrite, des réseaux et/ou de la spécialité (des spécialités).

3On reconnaît aussi des « familles » : familles intellectuelles, familles générationnelles, familles éducatives. On identifie sans peine les lieux de formation, les paternités, les centres incubateurs. Avec le recul de l’expérience et de l’observation du développement de la géoarchéologie, on observe encore, malgré un « lissage » de l’histoire, le clivage ancien entre les deux grandes familles : celle des SVT (sciences de la vie et de la Terre) et celle des SHS (sciences de l’Homme et de la société), sans doute parce que les structures académiques françaises non seulement le provoquent mais, depuis une date récente et la mise en place des « Instituts » nationaux de la recherche, contribuent à le conforter. Le lecteur se demandera sans doute aussi : à quoi les reconnaît-on ? Les formations académiques ont une histoire qui a forgé épistémologie et paradigmes. Il est assez aisé de les identifier, à condition de faire l’effort de chercher à comprendre pour quelle raison telle famille utilise telle ou telle méthode, s’appuie sur des attendus scientifiques spécifiques, s’exprime avec un vocabulaire « identifiant » et produit des interprétations « codées d’avance ». La géoarchéologie s’est d’emblée positionnée, et ce fut sa force, ailleurs et, surtout, a changé les pratiques : pratiques scientifiques d’acquisition et de traitement des données mais aussi pratiques sociales au sein des groupes de recherche, créant peu à peu un nouvel « habitus » au sens bourdieusien du terme.

4On reconnaît aussi les mauvaises habitudes, les tics professionnels, mais je n’en parlerai pas !!!! J’évoquerai seulement l’un des pièges récents, celui de la recherche obstinée de « chronomètres » qui a longtemps bloqué le dialogue interdisciplinaire. Cette question mériterait à elle seule un ouvrage car ce qui est posé est la question du « temps », des « périodes », de la « chronologie », des « datations » (et des techniques mises en œuvre pour y parvenir) et il faudra bien dans un avenir proche faire le point là-dessus. Outre la question de l’échelle d’information (ce qui peut être juste à une échelle est faux à l’autre), c’est la question même du « langage » scientifique employé qui reste encore trop souvent dans le flou et l’ambigu.

5Ces articles sont regroupés en cinq parties qui balayent les champs d’application où s’exerce la géoarchéologie depuis trente ans, « les grands chantiers » : « Paléoenvironnements, biogéographie et paysages » ; « Les hydrosystèmes fluviaux, entre climat et anthropisation » ; « Alluvionnement, peuplement, stratégies et formes d’adaptation » ; « Ressources en eau, risque et aménagement » ; « De la mobilité du trait de côte à la contrainte portuaire ».

Historiographie de la géoarchéologie

6Les balbutiements (prémisses) de la géoarchéologie en France ont été tributaires de la composition sociologique du groupe : selon l’origine disciplinaire des chercheurs, il est intéressant d’observer que « le récit des origines » et du développement ne sont pas exactement les mêmes. C’est que la géoarchéologie est un « carrefour » interdisciplinaire, un fédérateur de chercheurs qui adhèrent à la fois à une manière de travailler (des métiers et des pratiques), des attendus (des préalables), des méthodes ; la géoarchéologie est aussi « un identifiant » dans la communauté des chercheurs dont le matériau commun est le « sédiment » : c’est « une identité » tôt revendiquée par les chercheurs eux mêmes.

7La phase « militante » du développement de la géoarchéologie française a été concomitante du rôle croissant de l’archéologie préventive : il paraît incontestable que c’est le grand développement de l’archéologie préventive au début des années 1980 qui a été, en France, le moteur du développement de la géoarchéologie, qui n’était pas encore nommée, même si l’occurrence du mot est attestée dès les années 1970 (pour certains) et si la démarche, nous y reviendrons, a une longue histoire. Citons par exemple le chantier de la ligne D du métro de Lyon, le chantier du Grand Louvre ou les tracés des LGV Méditerranée et Est-Européenne. Désormais, la présence d’un géoarchéologue est constante sur les chantiers d’archéologie préventive même s’il a fallu une politique volontariste de l’INRAP à partir de 2002 (sa création) pour recruter des géoarchéologues (ce ne sont toutefois pas les seuls car « le recrutement des spécialistes » (en général mais de ceux du « paléoenvironnement » selon le terme de l’époque spécifiquement), a été un combat des années 2000). Dans cet ouvrage, on peut compter 24 chercheur(e)s de l’INRAP (dont 12 femmes) parmi les auteurs, comme il est précisé dans l’introduction de ce texte. Dans le domaine de l’archéologie programmée, la géoarchéologie ne s’est pas imposée de la même manière ni aussi tôt, qu’elle soit métropolitaine ou extrapolitaine.

8Les jalons de l’existence et de la reconnaissance de la géoarchéologie se manifestent dans les structures académiques, par exemple avec la création d’une « option » géoarchéologie dans le DEA Archéologie et Environnement dont sont issus certains des géoarchéologues actuels. Des enseignements spécifiques ont été installés à partir de la réforme dite « Bayrou » (1995), dès la licence dans le cadre d’un module « paléoenvironnement » en archéologie. Ont aussi fleuri à partir de la réforme LMD (2000) des masters ou des parcours sur l’environnement dans lesquels les recherches sur les périodes passées étaient enseignées ; ce fut le cas du master fédéral de géomorphologie regroupant les universités Paris 1, 4, 7 et 12, l’actuel EDMR et futur DYNARISK) qui a ouvert une option de « géoarchéologie » dès le début des années 2000.

9Le mot pour le dire, « géoarchéologie » ou « géoarchéologie » comme on le trouvera écrit dans cet ouvrage, ne va pas de soi. Le mot lui-même ne s’est pas imposé d’emblée dans les années 1980-1990 dans les milieux de la recherche française, il a même donné lieu à de sévères discussions d’où la rhétorique n’était pas absente pas plus que la question de la politique de la recherche dans les laboratoires, comme dans les établissements universitaires. Considéré avec le recul des ans, les controverses peuvent prêter à sourire mais une nouvelle génération a accédé aux responsabilités : les pionniers et « figures tutélaires » sont toujours des références et des personnes ressources, mais ce sont les chercheurs de la génération née dans la construction de la géoarchéologie, dont les travaux ont forgé les cadres d’action, de pratiques et de réflexion, qui sont aujourd’hui les responsables de programmes, de laboratoires, les encadrants de thèses et HDR, qui insufflent un nouvel esprit aux recherches. Et chez les réfractaires dogmatiques d’une culture ou d’une autre, on a depuis longtemps baissé la garde, même si pour ceux qui ont vécu cette aventure, l’origine « idéologique » et la formation, la culture intellectuelle et scientifique est décelable au vocabulaire même employé dans les exposés et les publications, différents selon que l’on vienne des SVT ou des SHS. Un seul exemple : l’usage du mot « anthropisation », qui sera évoqué plus avant dans ce texte, est une signature « culturelle » indéniable.

10C’est la décennie 2000 qui a vu les étapes de la consolidation de la place de la géoarchéologie : groupes, réseaux, pôles de formation et de recherche comme expliqué ci-après. Comme dans toutes les innovations créatrices, la dynamique est née « d’affinités électives » entre chercheurs qui partageaient les mêmes pratiques interdisciplinaires sur leur objet d’étude commun, le sédiment, mais aussi, nous y reviendrons, du transfert de la « demande sociale » et politique : le chercheur n’est pas indépendant de « l’air du temps ». Cette dynamique a aussi bénéficié des grands programmes de recherche et des appels d’offre interdisciplinaires qui ont été proposés à la communauté, comme ceux du PIREN, devenu PEVS, qui a duré plus de 20 ans entre la fin des années 1970 et 2002, ou la création des ZA (zones ateliers du CNRS) en 2000, qui durent encore. Ce sont alors constituées des équipes portées par des laboratoires et des établissements de recherche et d’enseignement qui ont constitué les noyaux des réseaux et dont les fleurs ont éclos dans cette décennie (thèses, HDR). Tables rondes, congrès, colloques, séminaires étaient dans ces années les bancs d’essai des nouvelles interprétations, de l’élaboration des concepts, des propositions d’interprétation des données, d’expérimentations méthodologiques. Comme la table ronde du Beuvray, celle de Lyon « Entretiens de géoarchéologie », les deux colloques d’Antibes de la fin des années 1990, les deux colloques sur les fleuves de Motz et Aix-en-Provence, les thèses et HDR nombreuses dans les années 1990/2000.

Attendus épistémologiques

11Durant « ces vingt glorieuses de la géoarchéologie », on est passé de la place de l’Homme au rôle des sociétés. La naissance de l’archéologie est concomitante de celle de la géologie dans le cadre de l’histoire naturelle au xviiie s., puis de la naissance de la « science laïque » au xixe s. Avant 1800, le passé humain le plus ancien est soumis à trois régimes d’interprétation mais à partir de 1820, le boom de la géologie et « l’invention du temps profond des sciences de la Terre » permet la naissance de la préhistoire dans la longue durée géologique. Depuis, les sciences de la Terre et de la vie et l’archéologie de la préhistoire ont cheminé ensemble et une très forte solidarité scientifique les a unies. Ce n’est pas le lieu de raconter ici cette historiographie, l’allusion ici faite n’est utile que pour comprendre la culture d’une partie de la communauté des géoarchéologues, celle qui est issue de cette famille de pensée rapidement nommée « quaternaristes ». Bien avant, dès le xviie s., est née l’idée de la complémentarité entre histoire et géographie, discipline considérée comme « l’œil de l’histoire ». Au moment du Consulat, l’enseignement de l’histoire-géographie associées est mis en place dans un but idéologique, construire et renforcer une idée nationale qui dépasse les clivages politiques, qui aboutit totalement dans une « surdétermination civique » avec la mise en place de la IIIe République en 1880 et dans les programmes d’enseignement de 1890 élaborés par E. Lavisse (histoire) et R. Jalliffier (géographie). Les vicissitudes de l’histoire du couple, mouvementées parfois, ont cependant produit une seconde famille de pensée, issue de ces enseignements et pratiques. Encore fallait-il que face à eux, les archéologues et les historiens sortent eux aussi des paradigmes dominants dans leurs disciplines, c’est-à-dire de ceux de l’école « méthodique » puis « braudélienne » du xixe et de la première moitié du xxe s. Ce fut un long chemin ! Dans le domaine de l’archéologie, les pratiques des archéologues de la préhistoire au sens large – la proto-histoire ne s’est autonomisée que récemment à l’échelle de l’histoire de la discipline – avaient d’origine partie liée avec les sciences de la Terre et de la vie ; en revanche, pour les périodes historiques (Antiquité, Moyen Âge, Moderne) c’est avec le développement de « l’archéologie moderne » dans la deuxième moitié du xxe s. que les pratiques de la stratigraphie et l’étude de « l’emballage » des structures et des artéfacts (le sédiment) sont devenues constantes et ce, plus vite dans la famille issue de la double formation d’histoire-géographie que dans celle issue de l’histoire de l’art. Encore que, comme l’écrit joliment F. Prost, l’histoire des relations entre archéologie et histoire « est celle d’un vieux couple inséparable mais qui s’évertue depuis bien longtemps à faire chambre à part » ; déjà R. Fossier expliquait que « l’histoire sans l’archéologie est de la rhétorique et l’archéologie sans l’histoire est du terrassement ». Bref, ce ne fut pas simple d’autant que les thématiques de l’une et de l’autre ne se rencontraient pas.

12Les articles de cet ouvrage démontrent, outre la parfaite santé et le dynamisme de cette jeune communauté, que l’on a changé de monde. Un état de « la science normale » hérité du xixe s. a disparu dans les vingt dernières années du xxe s. et, après une phase de turbulences, ce livre témoigne que l’on est entré dans un nouvel état de la science normale après des changements radicaux dans le champ scientifique : la géoarchéologie, nouveau paradigme ? Oui ! Un régime de production de « vérité » scientifique collectivement admis par la communauté interdisciplinaire des savants quelle que soit leur formation, leur origine disciplinaire (au sens catégoriel et corporatiste du terme).

13Il serait plaisant d’attribuer ces changements au rôle moteur des périodes historiques sensu lato (depuis l’Âge du Fer) et au dynamisme militant d’une génération de chercheurs plutôt classés dans le domaine des SHS. L’histoire de la phase de crise du changement de paradigme est à écrire mais la recherche scientifique, ce sont aussi les actes de femmes et d’hommes de conviction dont le rôle moteur, tant dans leurs travaux que dans leur imagination et dans la formation et l’encadrement des jeunes, a été déterminant pour faire émerger ce nouveau champ. Partis de l’Homme (comme catégorie) avec son corollaire « l’anthropisation », on arrive à l’explication du rôle des sociétés (et/ou des groupes sociaux) dans la coévolution de leurs relations avec les milieux. Avant cela, les « paléoenvironnementalistes » cherchaient à comprendre à quel moment on passait du « naturel à l’anthropisé » et comment jouaient « les forçages » dits « externes ». Ils considéraient bien volontiers qu’ensuite « cela devenait trop compliqué à cause de l’action des sociétés » (sic). Effectivement pour l’étude des relations sociétés-milieux, l’échelle locale (voire micro-locale) doit être analysée en priorité avant toute généralisation à une autre échelle.

14Le pluriel est indispensable. Cet énoncé est l’attendu épistémologique majeur qui crée la contrainte scientifique des pratiques de recherche. Il oblige à une interdisciplinarité exigeante et respectueuse de la documentation des uns et des autres et à la connaissance des limites de ces documentations pour l’interprétation. Ce faisant, elle sort ainsi des déterminismes qui guettent encore trop souvent les interprétations, spécialement quand l’échelle de la documentation n’est pas respectée, ce que souligne l’un des articles de cet ouvrage (Partie 3, Lespez et al.).

15Il faut convenir que l’aiguillon du présent (environnement, développement durable, etc.) et son agenda ont largement contribué au retournement des positions depuis la fin des années 1980, comme le rapport Bruntland de 1987 et les suivants. Il ne s’agit pas de suivisme opportuniste d’autant que les recherches apportent des résultats parfois surprenants, comme le montrent certains articles de cet ouvrage.

Concepts

16Le bouillonnement intense et la forte activité de terrain, de la fin des années 1980 et 1990, ont contribué à proposer au début des années 2000 quelques termes pour synthétiser dans un concept la nouvelle manière de penser les relations sociétés-milieux, comme celui d’« anthroposystème », d’ailleurs déjà discuté et c’est bien normal. Ce terme prenait la suite de géosystème, hydrosystème, écosystème, avec la volonté marquée de faire toute leur place aux sociétés. Le concept d’« héritages », lui, voulait marquer la résilience dynamique des systèmes et de la coévolution milieux/sociétés dans la longue durée ainsi que le jeu de temporalités croisées loin, très loin, des trois temps braudéliens et de la géographie vidalienne très fixistes et déterministes.

17Du côté de l’archéologie naît au début des années 2000 l’expression « Archéologies environnementales » dont l’ambition est, à partir de la documentation sédimentaire et sédimentée, des artéfacts et des écofacts (visibles et invisibles), de poser les problématiques de l’archéologie d’emblée dans une perspective interdisciplinaire et diachronique ; elle installe de nouvelles pratiques car les méthodes doivent être posées bien en amont du travail de la fouille elle-même qui n’est que la partie émergée de l’iceberg de la recherche. Elle détermine en amont les procédures à partir desquelles seront mis au point les protocoles de recherche pour l’acquisition des données.

18La géarchéologie concept identitaire, nouveau paradigme ou nouveau « collecteur hypertrophié » selon l’expression de G. Chouquer ? Il apparaît clairement que l’on peut éliminer la troisième proposition même si, à l’instar de Monsieur Jourdain avec la prose, on peut aisément imaginer (c’est un euphémisme) que d’aucuns se sont ralliés au mot pour ne pas risquer de louper le coche de la modernité. Il a été fait raison plus haut dans ce texte du caractère identitaire du vocable : si ce fut valable dans la phase militante des années 1990, ce n’est plus le cas aujourd’hui pour une discipline « installée » qu’une nouvelle génération est en train de consolider. Il faut donc examiner si et en quoi la géoarchéologie est le nouveau paradigme des études sur les relations que les sociétés ont entretenues et entretiennent avec les milieux. On retiendra pour la définition du paradigme (mot grec déjà dans Platon au sens de celle de la langue française depuis le xvie s. signifiant « modèle » ou « exemple ») celle de l’épistémologie (des sciences en particulier) : il désigne un modèle cohérent appuyé sur une base théorique définie, une représentation du monde, qui est installée sur un courant de pensée dominant et qui fait consensus de l’ensemble de la communauté des savants. Nous n’entrerons pas dans le débat sur le mot. Sur quelles bases faisant consensus dans la communauté des chercheurs repose la géoarchéologie ? Elle se fonde sur : 1) « la longue durée », qui permet de mesurer la part des héritages dans le passé mais aussi le poids du passé sur l’actuel ; 2) « l’interdisciplinarité », qui doit permettre d’échapper aux déterminismes « naturalistes » comme « sociétaux » en mettant en discussion, dans les limites des documentations respectives connues et respectées (c’est-à-dire sans faire jouer le sempiternel argument d’autorité), les scenarii possibles d’interprétation et de choisir celui qui, en l’état de l’art, est le plus plausible, car l’archéologie est la discipline du « plausible » ; 3) « le jeu d’échelles », qui outre qu’il permet d’éviter les déterminismes en démontrant que le local n’est jamais une image rétrécie du global, doit permettre d’éviter les pièges d’interprétations téléologiques où, les conclusions ayant été déjà introduites dans les prémisses, on aboutit à des résultats confortables mais erronés. Sur ces attendus patiemment développés dans les vingt années de construction de la géoarchéologie, car chacun a dû se libérer du carcan des paradigmes de sa discipline d’origine et de sa quelquefois longue histoire, des « volontaires » ont construit un nouvel état de « la science normale » dont nombre des résultats sont présentés dans cet ouvrage.

19Il reste des enjeux à débattre et clarifier dans la communauté, comme celui déjà cité des « temporalités ». Dans la famille des archéologues, le travail a été bien entamé par des chercheurs comme L. Oliver et P. Boissinot dont les questionnements sur « le sombre abîme du temps » pour l’un et « l’archéologie comme discipline » pour l’autre ont fait évoluer les positions épistémologiques. Voilà un nouveau chantier interdisciplinaire pour la géoarchéologie dans les années à venir.

Autor

Professeur émérite, Université Panthéon-Sorbonne (Paris 1), et Paris 10/Ministère de la Culture et de la Communication (Archéologies et Sciences de l’Antiquité – ARSCAN) UMR 7041 du CNRS, Nanterre, France (joelleburnouf@orange.fr).

© CNRS Éditions, 2015

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540

Suche in OpenEdition Search

Sie werden weitergeleitet zur OpenEdition Search