Version classiqueVersion mobile

Traces numériques

 | 
Béatrice Galinon-Melenec
, 
Sami Zlitni

Livre III. Les traces numériques : mise en perspectives

Les chimères cartographiques sur l’Internet

Panoplie représentationnelle de la « traçabilité » sociale

Yves Jeanneret

Texte intégral

  • 1 Cette désignation, adoptée dans l’analyse socio-sémiotique de ce type de dispositif, souligne le fa (...)
  • 2 Sur la notion d’altération, cf. Peytard, 1993 et Jeanneret, 2008 : 87-100 ; sur la notion de transm (...)

1Par le terme « chimères cartographiques », j’entends la multiplication sur les écrits d’écran1 d’objets techno-sémiotiques qui empruntent à la carte géographique ses formes et ses pouvoirs tout en les soumettant à de multiples altérations, déplacements et transmutations sémiotiques2. Les objets ainsi produits, tous qualifiés par leurs concepteurs comme des cartes, ont en commun de présenter un savoir sur la société sous l’espèce de la visibilité, de faire exister des territoires sociaux et de donner donc une existence tangible et perceptible à des réalités que les sciences humaines et la littérature ont coutume d’aborder comme des construits abstraits : l’espace, l’identité, la communauté, l’autorité, l’influence. Mais ils présentent des formes très hétérogènes, typiques du caractère d’objets à montage des écrits présents sur les médias informatisés (Zinna, 2004).

2Le présent chapitre propose une problématique d’analyse de ces objets, depuis la réflexion sur les conditions de leur succès jusqu’à l’examen de certaines formes particulières.

Problématique générale : trivialité, indicialité, traçabilité, visibilité

3Cette analyse participe à l’étude de la circulation des savoirs, objets et valeurs de la culture à travers des espaces sociaux différents (Jeanneret, 2008) ; elle s’intègre à un moment particulier de cette enquête qui vise à décrire certains traits majeurs d’une économie politique de la trivialité, c’est-à-dire des formes que prend l’appropriation de cette vie triviale des êtres culturels à des fins de production de pouvoir et de valeur ; elle s’intéresse particulièrement à la façon dont certaines innovations formelles dans les économies de l’écran concourent à transformer les productions communicationnelles en traces de pratiques.

De la médiatisation des indices à la médiation des pratiques

  • 3 Cette réflexion s’est notamment nourrie des projets de recherche conduits par le collectif d’étude (...)

4Dans ce cadre, au fil de réflexions personnelles en dialogue avec des projets collectifs, la complexité de la notion de trace et la montée en visibilité de cette notion dans les dispositifs médiatiques contemporains ont attiré particulièrement mon attention3.

5La qualification communicationnelle et médiatique de la désignation (Jeanneret, 2006) et l’approfondissement de la tension entre logistique et sémiotique (Jeanneret, 2008 : 139-150) conduisent à déconstruire l’évidence de la trace, entre empreinte, indice, inscription et tracé (Jeanneret, 2011). Pour que certains objets (textes, documents, gestes) reçoivent la qualification de « traces d’usage » ou de « traces d’identités », un ensemble complexe de médiation est nécessaire. C’est ce que confirme nombre de recherches empiriques, qu’elles partent d’une forme, l’exposition de vestiges archéologiques (Flon, 2012) ; d’une expérimentation, la reconstitution d’un espace de mise en visibilité d’une communauté littéraire (Souchier et al., 2007) ; de la métamorphose d’un discours, le tourisme (Flon et Jeanneret, 2010 ; 2012) ; ou de processus de médiation dans le texte de l’usage (Davallon, Noël-Cadet et Brochu, 2003) et de l’identité (Tardy et Davallon, 2012 ; Gomez-Mejia, 2011).

6Ainsi abordée, la trace est autre chose et plus que le simple concept technique d’indice. Parler de trace implique certes une lecture indicielle des signes – donc un repli de ceux-ci sur le fait qu’ils révèlent une réalité, plutôt qu’une ouverture sur le dialogue – mais la trace excède l’indice du côté de l’icône et du symbole : elle engage une scène figurative (patine, empreinte, inscription) et se traduit médiatiquement par des écritures (engramme, inscription, tracé). Dès lors, la déconstruction de l’évidence de la trace souligne un « allongement des médiations » (Davallon, 2012 : 243-269) nécessaires pour passer de pratiques d’écriture et d’inscription multiples à une représentation de ce qu’est un contenu informationnel, une identité sociale, un usage culturel. C’est tout l’appareil éditorial de délégation des énonciations et de fragmentation des figures sociales qui permet la production d’une valeur participative du nombre et l’accréditation d’une traçabilité des appartenances personnelles et sociales. La complexité de ces métamorphoses et médiations nécessaires à l’effet de trace et la teneur figurative de l’idée de trace, mises en évidence précédemment à propos d’autres objets, expliquent l’importance accordée à cette ingénierie info-communicationnelle particulière qui se développe autour de la forme carte aujourd’hui.

La carte, ou le monde traçable et visible

7Tout un monde de discours est nécessaire pour faire trace, c’est-à-dire mettre en place un certain regard sur les objets. Le devenir trace des textes et des documents les replie sur une fonction de révélation, les tourne vers le passé, et les dote d’un statut d’indice. Mais les dispositifs de représentation visuelle et graphique sont pour leur part à la source de la traçabilité, que je définirais comme la conviction partagée qu’il est possible de percevoir visuellement du social et du symbolique. Cette utopie concrète éclaire l’intérêt massif, voire la passion, que cristallise l’idée de « cartographier le Web », d’en tracer le territoire et ainsi de créer à la fois une représentation du social et une science du réseau (Bautier, 2007 ; 2008). En effet, la carte unit de façon très intime les deux faces du travail médiatique, que Fausto Colombo et Ruggero Eugeni (1996) nomment respectivement le texte-testis (témoignage) et le texte-textum (tissu).

8La relation entre « visibilité du texte », « visibilité dans le texte » et « visibilité sociale » caractérise (si l’on en croit F. Colombo et R. Eugeni) toutes les formes médiatiques ; mais elle se trouve particulièrement potentialisée et renforcée dans un univers qui affirme la « cartographie », le « mapping » ou l’« atlas ».

9Visibilité du texte : la cartographie de réseau possède une vertu « médiagénique » (Marion, 1997) liée à l’intensité de l’effet de présence qu’elle suscite. Les observations de terrain ne cessent de signaler cette expressivité de la carte : ainsi de la « toile européenne », affichée, manipulée, explorée dans la promotion d’une ingénierie informatique (Ghitalla, 2008) ou de la façon dont s’affirment mutuellement des modes de mesure, d’écriture et de représentation dans la coproduction d’un « territoire » virtuel (Guichard, 2007b).

10Visibilité dans le texte : la carte à la propriété de conférer une présence particulière aux objets parce qu’elle repose sur un travail de miniaturisation concentrant sur une surface unique des savoirs issus d’un ensemble de réécritures complexes : « la carte [est] une bibliothèque géographique miniaturisée, homogène, cohérente, maîtrisable par l’œil et par la mémoire, où toute l’information disponible a été inscrite sous une forme désormais immuable, apte à être reproduite, diffusée, puis rectifiée. La multiplicité des sources se résorbe en un artefact unique » (Jacob, 1996 : 71). Si bien que toute présence d’un objet sur la surface d’une carte vaut jugement sur son importance : « le profil eidétique dévoile le pouvoir déontique de la représentation », « la représentation fait […] cercle avec la norme » (Marin, 1994 : 212-214).

11Visibilité sociale : la carte, dès qu’elle comporte une dimension thématique, fait exister physiquement des réalités culturelles et sociopolitiques qui par excellence sont abstraites, elle les présentifie. « Sur une carte thématique il est possible de faire apparaître des réalités que nos yeux ne peuvent voir, elle peut faire émerger des réalités que nous n’avons jamais rencontrées et que nous ne rencontrerons jamais (on peut en effet rencontrer un chômeur mais pas le chômage et encore moins le taux de chômage), des réalités qui ne relèvent pas du visible mais de l’intelligible, ou plutôt elle apporte au visible ce qui ne renvoyait a priori qu’au seul intelligible » (Robert, 2008 : 35).

12L’idée de “traçabilité » est l’expression imagée de cette double face qu’offre la carte. En tant que construit portant témoignage de réalités transmises par une circulation vernaculaire, elle condense en une inscription particulièrement frappante une encyclopédie du social ; en tant que dispositif de représentation imposant le format normatif d’une organisation visible, elle ordonne à un tracé un point de vue sur le monde. D’où sa nature ambiguë sur le plan du processus de médiation et du cours d’action : portant discours sur le monde, elle énonce comme une monstration ; pensée comme une trace, elle porte un projet. Dit autrement, le travail des cartographes opère au cœur de la secrète contradiction qui marque la trace comme signe : on ne définit un signe comme une trace que lorsqu’on veut l’interpréter en arrière, vers le passé qu’il doit révéler (Jeanneret, 2011) ; mais on ne cherche des traces du passé et surtout on ne les publicise qu’en vertu de projets futurs. La carte est « simultanément la trace d’un passé rémanent et la structure d’un avenir à faire » (Marin, 1994 : 206).

13C’est la raison pour laquelle les cartographes de l’Internet, parfois grisés par le spectacle de leur influence (Souchier, 2008), insistent tant sur le pouvoir que possède la carte de projeter un monde à construire. « Le territoire de l’Internet est avant tout le résultat de cette écriture cartographique collective d’un groupe aux motivations précises, les métrologues de l’Internet, et aux compétences étendues en matière d’écriture contemporaine » constate Éric Guichard (2007b : 217), théoricien de la mesure des usages sur Internet. Franck Ghitalla, acteur de cette ingénierie, estime de son côté que les projets portent le « sceau du pouvoir » : « De là, les enjeux liés aux projets de cartographie du réseau et les pouvoirs de la carte, dont le premier assurément consiste à donner corps réellement à un territoire qui n’est plus seulement un horizon mais aussi, en quelque sorte, son produit technique et sa conséquence logique » (Ghitalla, 2008 : 72). Emmanuël Souchier (2008), replaçant ce constat dans une perspective longue, rappelle que ce travail s’apparente à celui des scribes sumériens qui, développant les outils de la divination, ont donné naissance à une nouvelle cosmographie. On peut d’ailleurs souligner que la carte réalise au plus haut point une opération de transmutation entre espaces de visibilité dont le même auteur avait naguère montré, à propos de la page, qu’en se séparant du monde, l’écriture offre à ce dernier un espace où se rêver et qu’elle est ainsi « tendue entre mémoire et révélation » (Souchier, 1999 : 53).

14Telle est la force « mise en réserve » dans les signes de la carte (Marin, 1981 : 13) : la capacité d’imposer un monde social sur le mode de la révélation, elle-même fondée sur le pouvoir de monstration de la forme cartographique. Mais comme on va le voir, les cartes de l’Internet ne sont pas vraiment des cartes, ce qui complique sérieusement la question.

Un territoire chimérique

  • 4 Ces analyses ont été en particulier développées dans le cadre des séminaires verticaux master-docto (...)

15Il est important de prendre la mesure empirique des variations considérables dont la « cartographie » fait l’objet sur le réseau Internet4. J’essaierai ici, sans rendre compte exhaustivement des corpus étudiés, de donner la mesure de la plasticité de ces objets, pour ensuite proposer quelques hypothèses sur l’univers sémiotique dans lequel ils se déploient et m’arrêter sur quelques figures différentes de la chimère.

16J’emprunte à la mythologie le terme « chimère » pour désigner des constructions qui marient des objets de nature différente. Si la chimère cartographique se déploie sur l’Internet, c’est que les cartes n’y sont jamais vraiment des cartes et qu’elles ne sont jamais seulement des cartes – mais que les traits qui sont au principe du pouvoir de la carte y sont présents. C’est à ce paradoxe que je m’intéresserai ici désormais.

Des cartes qui ne sont pas tout à fait (que) des cartes

17Pour qui s’emploie à observer l’univers des objets qui sont nommés « cartes » par divers acteurs de l’Internet, plusieurs constats s’imposent avec force. Le réseau est constamment décrit selon une allégorie qui relève du geste cartographique et topographique. Il y est constamment question de carte, d’atlas, de mapping, de cartography. Toutefois, les objets auxquels correspond cette dénomination ne présentent aucune réelle parenté structurelle : ils peuvent ou non représenter un territoire physique, être élaborés automatiquement (allographie) ou porter la marque d’un style (autographie), représenter des objets, des relations ou des entités. Ils sont marqués par le caractère de « capharnaüm sémiotique » de l’ingénierie informatique, qui choisit ses objets, non en fonction d’une grammaire de formation mais en raison d’un degré de trivialité (Jeanneret, 2001) : un principe qui, bien établi pour lesdites « icônes » (Peraya, 1998 ; Despres-Lonnet, 2004), se vérifie sans surprise pour les cartes et pseudo-cartes. Aussi les intérêts qui promeuvent ces techniques sont-ils extrêmement hétérogènes : il peut s’agir de structurer épistémologiquement un espace documentaire, de repérer des rapports de force, de surveiller des comportements de consommateurs, d’exercer une vigilance militante. Enfin, de nombreux acteurs, sur l’Internet ou dans le monde éditorial, promeuvent ces pratiques par un métadiscours programmatique, allant de la simple annonce d’une « technologie intellectuelle » révolutionnaire à la vente de plates-formes optimisées pour produire des cartes, en passant par des ouvrages connaissant un succès de librairie considérable.

  • 5 La double définition en tension (nommés tels ou se présentant comme tels) résulte des explorations (...)

18Le trait le plus saillant de ce paysage médiatique et graphique est l’écart entre la dénomination et les propriétés des objets : très peu de ces productions présentent les caractères de la carte telle que nous la rencontrons dans la vie courante, à l’école ou dans le tourisme – encore moins répondent-elles aux exigences méthodologiques posées par les géographes (Besse, 2008). D’ailleurs, les réflexions épistémologiques, métrologiques et ergonomiques s’exercent de façon très critique vis-à-vis de ces constructions qui apparaissent comme improvisées et peu contrôlées : elles visent avant tout à déconstruire les lectures superficielles et les préventions qui accompagnent ce design cartographique tous azimuts ou à mettre en évidence la multiplicité des principes et pouvoirs que celles-ci mobilisent (Desbois, 2008 ; Guichard, 2007a ; Tufte, 2006). Malgré tout, en rester à l’idée que ces objets ne sont pas des cartes et les renvoyer à leur simple diversité serait méconnaître une ingénierie sémiotique et représentationnelle. Ces objets font carte et cela constitue un élément déterminant de leur présence sociale. C’est pourquoi la démarche ici choisie ne consiste pas à trier ces objets en fonction de critères se voulant objectifs pour décider s’ils sont ou ne sont pas des cartes, mais à observer ce qui est nommé tel et présenté comme tel5 et à en étudier les métamorphoses.

19Un premier élément de variation tient aux diverses manières de mobiliser la forme carte pour créer ces « jeux d’espaces », projections, condensations et superpositions, dont L. Marin (1973) a montré qu’ils étaient essentiels dans la création de discours utopiques. Il s’agit parfois de matérialiser des pratiques et des objets dans des espaces territoriaux représentés par un schème topologique planaire : ce type d’écriture, mixte d’un tracé cartographique usuel avec un travail d’indexation documentaire (textes, photographies, formulaires) construit un certain type de relation entre les lieux et les pratiques, le met en visibilité et le rend souvent manipulable. Dans d’autres cas, la carte s’apparente à la « carte mentale » utilisée par la didactique : une structure graphique objective des relations entre des idées ou des termes. À ceci près que cette carte notionnelle est censée émaner du réseau lui-même. Souvent, il s’agit plutôt de faire exister par la métrique des réalités qui ne sont pas assignables à un territoire physique mais confèrent une présence et une visibilité à des relations passant par le média, le document et l’écriture. Le projet est alors de faire apparaître un « territoire social » de l’Internet de fonder une « ethnographie » d’un genre nouveau.

20Un second critère de diversité concerne la manière dont les auteurs de ces dispositifs traitent les textes. Les médiations éditoriales sont disparates. Certains sites mettent en place un processus d’écriture formulaire qui autorise des opérations de traitement automatique sur des discours qui, eux, relèvent de l’initiative personnelle des usagers ; d’autres utilisent la procédure du descripteur (« tag »), acte d’énonciation minimal qui a pour propriété de produire des « contenus », pour faire apparaître des « folksonomies ». Certains capturent des inscriptions à l’insu des acteurs (par exemple par la géolocalisation ou la récupération des données de navigation) et en tirent des représentations ; d’autres se fondent sur des gestes d’écriture passés, qui n’ont pas été effectués pour être traqués ou exploités, mais répondent à des projets très variables, pour les rabattre sur une indicialité sociale. Certaines cartes proposent des représentations infographiques de typologies fondées sur une étude empirique mais organisées par des principes de territorialisation, dans la tradition des « mappings » utilisés par les sciences du marketing. Enfin, l’Internet est plein de cartes de l’internet qui n’ont pas d’autre source que l’interprétation subjective, voire la fantaisie de leur auteur. Mais toutes ces constructions aboutissent au spectacle d’un monde déployé.

  • 6 En fait, hypertextiel : cette notion sera justifiée ci-dessous.

21Ces productions hétérogènes peuvent jouir d’une publicité comparable. À l’époque où a été réalisé l’inventaire collectif mené avec les étudiants de l’UAPV et de l’UQÀM (2008), la promotion du projet « Webatlas » de l’équipe issue de l’Université de Compiègne incarnait par excellence la prétention d’engendrer une science du Web par l’exploration automatique ; mais il était aussi difficile d’échapper au mapping réalisé par Dominique Cardon des différentes manifestations de l’identité sur Internet, qui, déployant sur un zonage patatoïde les terminologies imagées du « paravent », du « post-it », du « phare », du « clair-obscur » et de la « lanterne magique », a valu à son auteur une notoriété durable chez les analystes des usages ; quant à la dite « blogosphère », elle se régalait de la « cartographie diablement subjective et approximative de la blogarchie francophone » créée par Christophe Druaux, « blogueur et dilettante », aujourd’hui consultant en informatique. Or, ces trois productions ne répondent nullement aux principes du même traitement technique : graphe fondé sur les propriétés de l’hypertexte6 dans un cas, synthèse quantifiée de données par questionnaires dans l’autre, création personnelle fondée sur une fréquentation continue dans le troisième. Mais elles présentent une parenté formelle saisissante : on y retrouve les mêmes propriétés visuelles héritées de la carte de géographie scolaire (orientation sur les deux dimensions du plan, zones colorées, représentation des proximités et distances, etc.). Elles ne sont d’ailleurs pas sans évoquer un précédent historique fameux, la Carte du Tendre, qui ornait les éditions du Clélie de Mademoiselle de Scudéry : tout se passe comme si l’on pouvait aller de Wikipedia à Twitter (Cardon) ou de la Mer de la Tranquillité à l’Océan Médiatique (Druaux) comme on passait de « Grands services » à « Empressement », en fuyant pareillement les lacs d’Indifférence.

  • 7 Sur cette notion, cf. Jeanneret, 2008 : 83-134.

22La reprise de ces objets typiques dans ces contextes de communication très variés attire notre attention sur un dernier caractère de cette collection assez erratique, qui est l’extrême diversité des usages qu’elle évoque, sa polychrésie7. La cartographie subjective de la blogosphère a aidé, dans une étrange récursivité, les apprentis blogueurs à créer des contenus susceptibles de prouver que la blogosphère existait bien ; le schéma de Cardon hanta un temps ad nauseam les sessions de formation continue, les séminaires de marketing, les business-plans de start-up et les blogs de journalistes branchés. La méthode des graphes inventée à l’Université de Compiègne a servi à pister l’extrême-droite et à cartographier la blogosphère scientifique, avant de fournir aujourd’hui des outils aux marques en mal de repérage des fluctuations de l’opinion. C’est pourquoi aussi la prétention cartographique autorise tant de postures communicationnelles différentes : affirmation du caractère prodigieux d’un outil de révélation, affichage naturalisé d’une image du monde, proposition de médiation pour l’usage éclairé de la carte, offre de service pour la conception de documents, promotion de réalisations emblématiques, évaluations critiques et enthousiastes, détournements humoristiques, etc.

Une forme plastique baignant dans un imaginaire obsédant

  • 8 Sur la distinction entre « forme carte » et chimère cartographique, cf. ci-dessous.
  • 9 Cité par Tardy et Davallon, 2012 : 234.

23Dans le cadre d’une analyse socio-sémiotique des médiations de la représentation sur l’Internet, il faut considérer cette instabilité fonctionnelle, non comme une limite ou un défaut, mais comme l’un des traits constituants de son efficience et de sa présence, de sa « médiagénie » sur l’Internet. En effet, la forme carte8 présente quatre caractères, bien repérés par les théoriciens, qui définissent son extrême plasticité communicationnelle. D’abord, elle ne comporte pas en elle-même un programme d’activité déterminé, mais s’offre à une grande diversité d’usages pratiques : à la différence d’objets beaucoup plus spécifiques comme le plan d’accès, elle « potentialise une infinité de programmes d’usage, peut argumenter des pratiques diverses » (Beyaert, 2009 : 63-64). D’autre part, la carte offre un point de vue impossible pour l’expérience humaine ; elle relâche sur un plan imaginaire le « paradoxe de la simultanéité » qui interdit à l’homme de se situer en plusieurs lieux à la fois, autorisant ainsi une « opération d’enveloppement du monde » (Robert, 2010 : 147). Ensuite, elle présente un caractère composite qui permet de conjuguer comme en un montage des éléments d’information de nature différente, qui permettent un jeu constant entre des modalités informationnelles hétérogènes. « Est-ce qu’une carte se lit ou se voit ? Sans doute l’un et l’autre » (Marin, 1994 : 207). Enfin, la carte est un extraordinaire espace de projection des imaginaires circulants : dotée d’un « pouvoir de séduction imaginaire » (Jacob, 1992 : 16), elle peut « jouer le rôle d’un support de rêverie, d’une imaginaire présence où sous forme d’images, le monde dont elle m’exclut, se recrée comme environnement illusoire » (Marin, 1971 : 164)9.

24Ces différents caractères cumulés (polychrésie, jeux d’espaces, montage, charge imaginaire) viennent charger l’économie de la visibilité évoquée précédemment d’une capacité exceptionnelle d’adaptation à l’Internet « collaboratif ». En effet, cet espace médiatique est marqué par une maximisation de la polychrésie des textes, permettant de circuler en permanence entre des logiques informationnelles, militantes, relationnelles et marchandes grâce à des petites formes (Candel, Jeanne-Perrier et Souchier, 2012). La logique de combinaison et de cumul d’énonciations multiples, suscitées, déléguées, agrégées, s’accommode très bien de la standardisation de formats fragmentaires – qui sont d’ailleurs de longue date le propre des écrits d’écran en tant qu’objets à montage (Zinna, 2004) et machines à fabriquer des anthologies (Doueihi, 2008).

25D’ailleurs, si l’on prend un certain recul, et sans suggérer quelque fatalité historique, on ne peut s’étonner de voir proliférer les cartes après les listes si typiques des logiciels documentaires et des moteurs de recherche, puisque l’économie du lisible et du visible dans les écrits d’écran repose sur la raison graphique. Ainsi l’atlas succède-t-il au « ranking » comme la carte d’Eratosthène avait suivi le catalogue de Callimaque (Jacob, 1996). C’est pourquoi le projet de cartographier nous prend au piège d’un récit, celui de la promesse de pouvoirs renouvelés pour l’homme déconcerté par l’illisibilité de la masse informationnelle, second temps d’une épopée d’abord dominée par la figure de la navigation. « Une des importantes causes du manque de signification dans les espaces contemporains, écrit un expérimentateur de l’Internet, est l’impossibilité de voir la logique qui détermine leur fonctionnement. Alors que le réseau gouverne la nature des territoires à travers la logique de flux, il reste difficile de rendre compte de sa matérialité. La carte permet de résoudre ce problème en rendant saillants des éléments informationnels prégnants » (Plantin, 2009).

26La multiplicité des configurations de la cartographie chimérique du réseau se situe donc, si l’on me suit, dans un espace plastique, à un point de rencontre entre plusieurs grands interprétants culturels de l’Internet : visibilité et traçabilité, polyvalence des objets, expérimentation par montage, raison graphique, projet d’un accès général au savoir. Nous sommes donc dans un espace où les dispositifs peuvent se multiplier en reposant sur des principes de conception et des bases épistémiques très hétérogènes, tout en portant globalement un ensemble de valeurs et de postures qui ressemble à une forme de vie partagée, processus dont on a déjà démontré l’importance à propos des catégories du virtuel ou du multimédia : « une expérience diversifiée, plurielle, pleine de variations », une « mise à l’épreuve d’un média dans ses relations imaginaires et pratiques avec les autres médias, avec les mémoires culturelles individuelles et collectives, mise à l’épreuve d’usagers imprégnés d’acquis et ouverts vers des renouvellements, mise à l’épreuve des pratiques et des usages culturels » (Pignier, 2009 : 43).

27Avant d’entrer plus avant dans les processus de médiation qui caractérisent et distinguent ces multiples chimères, il est donc important de prendre la mesure des dimensions imaginaires que comporte la figure de la carte, comme citation de toute une culture circulante. Tracer une carte, c’est bien entendu faire appel à toute la sédimentation de pratiques et savoirs. La carte est d’une certaine façon la métonymie d’une conception du monde comme espace, contrée, paysage, territoire, que nous avons apprise comme écoliers, voyageurs, lecteurs de la presse.

28Par-delà leur hétérogénéité, ces objets participent à une construction imaginaire à la fois envahissante et diffuse, la qualification du réseau informatique comme un territoire. Le matériel lexical (map, carte, atlas) n’est qu’une partie d’un construit beaucoup plus large, à la fois sensible et imaginaire, dans lequel interviennent le design visuel, le nom de marque, la procédure technique, le commentaire médiatique, le discours savant. L’idée de cyberespace et celle de monde virtuel ont très tôt détaché l’innovation informatique de catégories documentaires ou techniques pour les projeter dans la fiction d’un second monde, que les figures de la navigation et de l’internaute venaient renforcer. Les icônes des moteurs de recherche ont affirmé un imaginaire de l’accès planétaire, dans la lignée du mythe de la conquête de l’Ouest et de la New Frontier (Souchier, 1998).

29Cette imprégnation sensible et imaginaire peut s’exprimer sous des formes plus étendues, jusqu’à revêtir la forme d’une structure narrative explicite voire d’une fiction assumée, par exemple lorsque Michel Authier et Pierre Lévy (1992) décrivent le multimédia comme une immense « cosmopédie », lorsque Paul Mathias (1997) annonce l’existence d’une Cité Internet ou qu’Éric Guichard affirme : « Nous appelons “territoire” la superposition d’un espace physique ou de pratiques sociales » (Guichard, 2007a : 993). C’est de cette cosmopédie, de cette cité et de ce territoire que les ingénieurs de la chimère veulent dresser la carte. Mais le plus souvent il s’agit d’un simple ferment narratif (Marion, 1997 : 84) dont l’omniprésence de la forme visuelle de la carte, comme la banalisation du terme « territoire » ou le retour des représentations planétaires sur les icônes des « navigateurs » et les couvertures de magazines assurent la présence diffuse dans l’imaginaire circulant. Pour qui douterait de la pertinence d’invoquer comme un méta-interprétant cette multiplicité de médiations de l’idée de territoire, il suffit de rappeler l’intense campagne médiatique lancée naguère autour de l’idée que Facebook était « le troisième pays du monde ».

La panoplie cartographique de la traçabilité

  • 10 Les tentatives de grammaire formelle pour décrire exhaustivement la combinatoire des montages (Zinn (...)

30En tant que formes hétérogènes et plastiques, les chimères cartographiques se laissent mal décrire exhaustivement ou classer en un ensemble méthodique10. C’est plutôt à la dynamique même des métamorphoses que je voudrais m’intéresser ici, c’est-à-dire aux compositions et tensions qui travaillent l’innovation graphique : ce qui conduit ces constructions textuelles et médiatiques à trouver un certain équilibre formel instable, sans pour autant se fondre complètement en un type.

31La difficulté – et l’intérêt – de ce type d’analyse est que ces constructions ne fonctionnent pas comme des entités textuelles cohérentes, mais relèvent d’une double hétérogénéité – typique des écrits d’écran contemporains – celle de la chaîne des médiations techniques et culturelles qui régissent leur genèse, et celle de la fragmentation des unités textuelles. C’est pourquoi il est nécessaire de mobiliser plusieurs catégories situées à des niveaux d’analyse différents. Dans la continuité de recherches précédentes, on peut distinguer notamment la panoplie, la posture, le schème et la forme – tout en sachant que ces différentes échelles ne représentent qu’une modélisation simplifiée. La difficulté est que tous ces niveaux poétiques de l’écriture interfèrent, sans être régis par une hiérarchie fixe.

32J’emprunte le terme « panoplie » à Sarah Labelle qui, dans la recherche consacrée à l’investissement des espaces urbains par l’injonction à produire « la société de l’information » (Labelle, 2007), réserve le terme « dispositif » à des constructions médiatiques et textuelles particulières et refuse de l’étendre à une dimension holistique du social, préférant le terme de « panoplie ». Elle indique par là que certaines formes connaissent l’industrialisation et la mise en trivialité sans pourtant engager quelque chose comme une stratégie unifiée. La variation concrète que manifestent les diverses chimères cartographiques appartient bien, si l’on suit cette hypothèse, à l’univers des panoplies circulantes : des formes qui conditionnent les situations de communication sans en régir les finalités et qui sollicitent un faire de la part des usagers, sans en définir complètement la nature. L’essentiel est alors de démêler les effets généraux de représentation et les enjeux de l’hybridation des formes, dans le jeu que tolère la collection cohérente mais hétérogène des chimères.

  • 11 Les dates de publication des textes sont trompeuses. L’étude empirique d’un corpus de sites Web (Fl (...)

33Je propose de préciser cette notion de panoplie par une approche des différents niveaux de construction de la relation média-texte, constitutive des dispositifs de représentations propres au réseau Internet, tels que nous nous sommes employés Émilie Flon et moi à les dégager à partir de l’étude d’un corpus de sites de voyage11. On peut décrire trois plans en simplifiant : celui des postures phénoménologiques, celui des schèmes organisateurs, celui des formes.

  • 12 La terminologie ici adoptée est différente de celle qui avait été retenue dans Flon et Jeanneret, 2 (...)

34Relève de la posture phénoménologique ce qui unifie l’ensemble de ces dispositifs de représentation autour d’une économie du regard, dominée par une forme de visibilité. Je réserve ici le terme de « synopsis »12 à cette posture de perception du monde, en retournant à l’étymologie du terme (vision synthétique). Toutes les chimères cartographiques proposent une perception du monde qui présente un savoir totalisant, donné sur le mode du visible, offert à un regard surplombant. Le principe de cet ordre du paraître est le déploiement visuel synthétique d’un espace à voir et à lire à la fois, regardé sous l’axe d’une vision surplombante, orthogonale, en quelque sorte zénithale. Le regard synoptique « est dominant, à la verticale, mais il n’est pas dans un lieu ou en un point : il est partout et nulle part » (Marin, 1994 : 213-214). Ce niveau de la posture phénoménologique est le trait commun de toute la panoplie chimérique. Il opère dans toutes les constructions étudiées, par-delà le fait que leur structure peut être très différente. On peut ajouter que ce regard engage un savoir scopique, car ces représentations supposent que le Web révèle un monde. « N’être que ce point voyant, c’est la fiction du savoir » (De Certeau, 1990 : 140). De fait, si toutes les pseudo-cartes ne sont pas engendrées automatiquement, toutes supposent que le Web est un réservoir de traces du social qui fonde la nécessité d’en donner une image lisible.

  • 13 Terme proposé comme équivalent du terme anglais « pattern ».
  • 14 Dans Flon et Jeanneret, 2010, la table est nommée « synopsis » – terme auquel j’ai préféré donner i (...)
  • 15 Pour le panorama et le synopsis, cf. Flon et Jeanneret, 2010 ; pour le diagramme, cf. Chevalier et (...)

35Cette posture peut se réaliser en des construits médiatiques et textuels très variés ; cette variation est importante, car elle assure la plasticité des expériences de la représentation réticulaire. Cela définit le niveau des schèmes organisateurs13, c’est-à-dire des articulations concrètes du texte visible tel qu’il est donné à voir et à lire. Les recherches récentes ont permis de distinguer, sans indication d’exhaustivité, trois schèmes organisateurs qui obéissent tous trois au principe phénoménologique de la vision zénithale : le panorama, qui organise l’information autour d’une représentation spatiale, la table14, qui se structure autour de l’espace écrit de la collecte documentaire et le diagramme, qui procède des conventions graphiques de la mise en système.15 Ces trois objets ont la même particularité phénoménologique de soumettre le savoir à un ordre visible et de le donner à voir dans un espace synthétique ; c’est pourquoi ils présentent des variantes sémiotiques du synopsis. Mais leur mode de construction est profondément différent et pour cette raison les médiations qu’ils servent distinguent des cultures différentes du texte. Le diagramme a pour particularité d’exposer un discours explicite et impérieux sur la façon dont le monde fonctionne et/ou doit fonctionner, puisqu’il représente par des hiérarchies et liaisons fonctionnelles un univers clos et orienté (Chevalier et Jeanneret, 2009). Il se distingue à cet égard du panorama et de la table, qui placent en équivalence et en accessibilité des réalités disparates, sans nullement les hiérarchiser ou les commenter – ce qui relève, non de l’argumentation, mais de la neutralisation.

  • 16 Pour la discussion des parentés et différences entre panorama et carte, cf. Flon et Jeanneret, 2010

36L’une des questions essentielles que pose l’analyse est de savoir, dès lors, jusqu’à quel point les schèmes organisateurs régissent la construction textuelle sur le réseau. En effet, si ces modèles textuels macroscopiques interviennent dans la construction du sens, ils ne se déploient que dans un travail formel qui, lui, relève d’une sorte de bricolage. Ces schèmes mettent à profit des matières de l’expression qu’on peut désigner par le terme de formes. Il s’agit de réalités plus strictement poétiques, comme la liste (pour la table), le schéma (pour le diagramme) ou la carte (pour le panorama)16. Le schème organisateur, qui donne corps à un construit médiatique et textuel particulier et ancré dans une matérialité, mobilise les formes comme un élément sémiotique et poétique.

37Mais trois caractéristiques importantes déterminent la mobilisation des formes dans le cadre des écrits de réseau. D’abord, le fait que celles-ci réalisent la médiation entre la dimension matérielle des outils d’écriture, et la dimension culturelle des traditions de représentation et de valeur. Au sein des panoplies, les formes n’interviennent pas seulement comme des ingrédients des schèmes organisateurs (ce qu’elles font) mais aussi, de façon plus indépendante, comme des « métaformes », formes stéréotypées et liées à une mémoire des pratiques, mobilisées sur le mode de la citation et de la parodie en vertu de leur valeur culturelle (Jeanneret et Labelle, 2004). C’est bien en tant que métaforme citée, métamorphosée, déformée, que la carte intervient dans les chimères cartographiques et c’est la raison pour laquelle sa teneur connotative y est si déterminante. Or, de telles formes stéréotypées, inscrites dans des outils d’écriture industrialisés, se sont en quelque sorte autonomisées, prenant ainsi à la fois le statut de lexique formel des écrans, de matériel industriel d’une production partagée et de standard secret de l’énonciation, jusqu’à mettre en question la cohérence d’un geste éditorial au bénéfice d’une maximisation des gestes de montage et d’emboîtement (Candel, Jeanne-Perrier et Souchier, 2012). En effet – et c’est le dernier élément déterminant – lorsque les formes paraissent dans ces productions écrites, c’est le plus souvent sur le mode d’outils logiciels (architextuels) compactés et pensés pour être universellement utilisés, réalisant le « déplacement des prérogatives professionnelles entre les “professionnels”, les “usagers” aussi bien que les “passagers ordinaires” des sites » (Ibid., p. 189). Lorsque la métaforme carte apparaît au sein des chimères, ce n’est donc pas nécessairement parce qu’elle a été choisie selon une visée poétique, mais souvent simplement parce qu’elle est sous les doigts du cartographe improvisé.

38L’idée de panoplie reprend dans ce cadre de la vigueur. L’une des difficultés qui ont traversé la recherche sur les médiations des traces d’usage (Davallon, 2012) est bien cette tension entre trois niveaux de la textualisation, la saillance des petites formes fragmentaires, la visée synoptique des constructions documentaires et le travail incessant de la médiation. Les différents niveaux d’analyse ici repérés (par exemple le synopsis, le panorama et la carte) ne s’alignent donc pas en une série hiérarchisée, mais jouent ensemble de façon constante. « Les processus réglant l’affichage et l’apparition des objets éditoriaux à l’écran [sont] la mise en œuvre de […] boîtes noires contenant une série de savoirs devenus invisibles parce qu’ayant déjà été écrits. Ces processus mobilisent certes des actes de programmation, d’écriture exécutable et procédurale, mais ce faisant, ils enregistrent, figent et automatisent des savoirs déjà construits » (Davallon, 2012 : 261-262). La panoplie des chimères est donc un bricolage constant dans l’ajustement entre les niveaux de la posture, du schème et de la forme, dans une relation entre média, texte et représentation qui assume l’instabilité de ses principes et l’opacité de ses ressources.

39Ce que je voudrais ici suggérer, c’est que les chimères cartographiques sont la figure contemporaine des expérimentations et innovations marquant un certain état des métamorphoses médiatiques. Le schème organisateur du panorama y est le plus agissant, parce qu’il est porteur de la norme (inatteignable) qui guide la recherche de traçabilité du monde social. Mais il est en permanence mêlé et confronté à d’autres schèmes, notamment la prétention de lisibilité de la table, car il s’agit aussi d’organiser, de nommer et de schématiser le social. Je me limiterai à deux exemples de chimères correspondant à un travail de montage profondément différent, tout en réaffirmant la double valeur de la visibilité et de la traçabilité. Ces objets sont d’une certaine façon symétriques : il s’agit d’abord des objets qui s’organisent à partir d’un « fond de carte », c’est-à-dire procèdent du montage d’éléments documentaires disparates autour de la représentation stéréotypée d’un espace topographique réel (petite métaforme stéréotypée) ; ensuite, un processus de transformation de sources documentaires qui crée l’image d’un territoire dépourvu de corrélation avec tout espace géographique réel.

Pas seulement des cartes : la neutralisation à l’œuvre dans Google Maps

  • 17 Pour une analyse plus approfondie de cette notion et des relations entre utopie et pantopie, cf. Fl (...)

40Je n’entreprendrai pas ici un inventaire des formes repérables dans l’étendue des corpus disparates (« fatras ») accessibles sur le Web. Pour donner une idée des enjeux de ces constructions chimériques, je m’appuierai sur une notion que la recherche précédente a permis de repérer comme déterminante dans les analyses du Web « participatif », le neutre, dans la lignée des perspectives ouvertes par la relecture menée par Émilie Flon du modèle utopique de Louis Marin17. Pour cet auteur, le neutre constitue « le degré zéro de la synthèse, ou la synthèse des contraires réduite à l’état de virtualité pure » (Marin, 1973 : 33). En adoptant une approche processuelle, j’évoquerai ici quelques types de neutralisation en jeu dans les chimères cartographiques. L’hypothèse principale qui guide cette analyse est la suivante : le fait que les cartes ne soient pas (que) des cartes joue un rôle majeur dans les processus de neutralisation, dont on pourra mesurer finalement les effets politiques et épistémiques considérables. Comme l’étendue des variations autour de la (non-) carte est immense, je me centrerai sur le seul cas des créations industrielles rendues possibles par les architextes liés à la petite forme carte promus par Google (Google Maps).

41L’existence fonctionnelle, dans le menu de l’outil, d’une équivalence entre trois représentations topographiques (vue satellitaire, plan et forme mixte) capables de se substituer immédiatement l’une à l’autre sans affecter l’économie visuelle de l’écran, assure une neutralisation fondamentale, celle de la différence entre l’approche construite du monde et sa saisie immédiate. Le monde est là, à la fois présent et visible : on le vérifie par exemple lorsque les usagers découvrent tout à coup que l’image de leur jardin, prise quelques mois auparavant, n’est pas comme ils le croyaient un instantané. Le cumul de deux modes de confirmation d’une vérité, par sa lisibilité et par sa présence, est une figure particulièrement saisissante du faire trace. « La sommation successive du plan ou de la photo tend […] à accorder à la photographie aérienne le statut de fond cartographique pour le plan car il suffirait de superposer le plan et la vue aérienne ou de les convoquer à l’écran l’un après l’autre pour que les indications se superposent au relief. Ainsi pourrait-on restaurer toutes les possibilités sémantiques de la cartographie, découvrir d’autres corrélations entre les lieux, et argumenter une infinité de programmes d’action. La photographie vient ancrer l’usager dans le présent de l’expérience en apportant au plan l’authentification du “ ça a été” » (Beyaert, 2009 : 70).

42Mais un autre mode de neutralisation apparaît lorsqu’on s’intéresse à un autre aspect de l’architexte, qui est la facilité qu’il confère aux concepteurs et usagers de sites pour produire des d’objets de montage (Zinna, 2004), ce qui débouche sur une neutralisation des genres de discours et des modes d’énonciation qui leur sont liés, affectant même des opérativités symboliques auxquelles notre culture les associe. La mise à disposition du « fond de carte » de Google Maps (« petite forme ») pour une gamme extrêmement étendue de constructions médiatiques laisse ouverte la possibilité d’hybrider le panorama, la table, le récit, la conversation – ou du moins leur représentation stéréotypée. L’étude des sites Internet consacrés au tourisme (Davallon, 2012) a mis en évidence l’importance de ces effets : incrustation de bulles de bande dessinée faisant dialogue écrit ou « diatexte » (Fournout, 2012) sur des sites représentés en vue aérienne ; association sur des cartes de fiches descriptives et de signatures ; mise en regard de vues topographiques et de listes documentaires ; télescopage des échelles du planisphère, du plan de situation et de la photographie située. La « pantopie » du réseau, utopie d’un savoir total (Flon et Jeanneret, 2012), démontre ainsi en permanence sa complétude par le cumul de situations, de focales et de points de vue, même lorsque les catégories sont vides, les lieux délaissés, les étiquettes aberrantes ou les pratiques absentes.

43Cette vertu combinatoire et plastique de la chimère cartographique débouche sur d’autres neutralisations, dont le caractère est plus clairement politique. Elles touchent la différence entre information et surveillance, entre individualité et socialité, et entre représentation et promotion. Le ferment commun de ces neutralisations est la possibilité d’inscrire sur les cartes des indicateurs qui renvoient à des réalités singulières et situées.

44L’innovation logicielle qui associe traitement massif des données, géolocalisation et indexation dans un espace panoramique peut être perçue comme un perfectionnement significatif dans le relâchement du paradoxe de la simultanéité (Robert, 2010) : elle permet à la fois de se situer soi-même, de repérer des lieux et des parcours et de bénéficier de vues globales. Cette structure est dotée d’une polychrésie considérable : on peut représenter ainsi l’état physique de l’air, les bouchons dans la circulation, la présence des structures de soin, mais aussi le nombre des crimes qui ont eu lieu dans un quartier donné. Elle a aussi pour effet de déplacer la vision zénithale pour l’ancrer dans la situation individuelle du sujet, réalisant une sorte de privatisation du regard panoramique.

  • 18 Marie Cambonne, Maïlis Dufour, Léa Durand, Maéva Platterrier, Camille Rondot, « L’Usage de la carte (...)

45Ce dernier exemple, parce qu’il est sensible, montre bien la relation très particulière qui se construit autour de telles chimères : ces sites « proposent tous une vision communautaire du territoire, territoire rendu visible par le support carte, et développent un discours visant à impliquer l’internaute dans la construction de celui-ci »18. Mais cette promesse participative, liée à une figure de la communauté vigilante, entretient parallèlement le spectre d’un risque de criminalité qui relève d’un mode particulier de construction du social. L’essentiel est de bien comprendre que cette tension, si elle est particulièrement sensible parce que le délit est l’objet informationnel privilégié, n’est pas propre à ce secteur. Dès qu’on décide par exemple de faire apparaître des taux de pollution singuliers sur une carte, la réflexivité de l’information produit des effets locaux de surveillance, qu’il s’agisse de la culpabilisation des populations les moins « écologiques » ou du retentissement sur le marché du logement de ces indicateurs.

46On pourrait dire que cette chimère cartographique particulière qui consiste à inscrire et localiser des éléments singuliers sur une carte globale poursuit une chimère – au sens plus métaphorique du terme – celle de la réconciliation entre vision panoramique et vision panoptique. Roland Barthes invitait à distinguer strictement les deux notions : le panoptique, « agent endoscopique, implique qu’il y a un intérieur à découvrir, une enveloppe (des murs) à percer : métaphore vitale = la coque à percer pour trouver le noyau », et le panorama qui « porte sur un monde sans intérieur : dit que le monde n’est que surfaces, volumes, plans, et non profondeur : rien qu’une étendue, une épiphanie (epiphanieia = surface) (Barthes, 2002 : 207-208). La carte indexée à une géolocalisation propose une forme superficielle de la surveillance qui neutralise, semble-t-il, l’opposition suggérée par Barthes entre panorama (vision globale de l’extérieur) et panoptique (vision précise de l’intérieur). En somme, la neutralisation de la différence entre information et surveillance, qui fait de toute carte géolocalisée une forme de « crime mapping », incarne médiatiquement le caractère profondément ambigu et dangereux de l’idée d’« intelligence territoriale ».

  • 19 Quasi-panoptique parce que la procédure ne concerne qu’une surface, celle de l’écriture et du tracé

47Cette réflexion attire notre attention sur la façon dont le regard de l’usager est convoqué dans la scène pseudo-cartographique. À cet égard, la chimère des cartes indexées du Web 2.0 apporte une contribution particulière à la circulation qui peut s’opérer entre individualité et communauté. Le portrait est une forme dont l’extrême force médiatique tient à la capacité qu’il présente de nouer l’individuel et le collectif : de présenter à l’individu un moyen de se définir par des figures socialisées et symétriquement de donner corps à des groupes sociaux par des figures singulières (Wrona, 2012). Le développement des formulaires liés aux sites participatifs, puis aux dits « réseaux sociaux » a mis particulièrement en visibilité cette interdépendance définitionnelle entre « identité » et « communauté » : une logique qui était déjà engagée fortement dès les débuts de la communication en ligne avec l’idée d’une société de « disponibilité » (Pene, 2005) et qui renvoie au fait que l’identité sociale est avant tout affaire d’identification (Ollivier, 2007), mais qui plonge ses racines loin dans l’histoire dans les nomenclatures et données de gestion du social (Mattelart, 2001). Les sites qui invitent les internautes à inscrire des signes situés et à signer publiquement leur vie sur des fonds de cartes donnent une portée accrue à ce processus. Ils autorisent la fusion d’un panorama (une carte zoomable), d’une table (un inventaire documentaire de soi) et d’un quasi-panoptique19 (une mise en surface d’éléments intimes). Ce sont ainsi des opérateurs majeurs de l’« agrégation des fragments d’identité », dans la mesure où ils placent cette articulation entre singularité et socialité, cette « mise en série des singularités » (Labelle, 2007 : 283-326) au cœur de la circulation des énonciations pour des usagers appelés à se faire tout à tour scripteurs et lecteurs de ce devenir identitaire du social (Tardy et Davallon, 2012 : 233-235).

48Cette neutralisation des contradictions multiples apporte pour finir son concours à un modèle des industries de l’information qui place les panoplies au cœur de l’élaboration des dispositifs de représentation, parce que ces dernières concilient standardisation des formes, plasticités des montages et enrôlement des acteurs. C’est donc à une polychrésie très étendue qu’aboutissent ces diverses neutralisations : si tout est petite forme manipulable et indice de société saisi par un voir-savoir, le signe graphique ne renvoie ni à un discours, ni à une énonciation, ni à un tracé, mais seulement à une circulation généralisée des traces. La miniaturisation des énoncés qui caractérise la carte prend dans ce cadre un sens très éloigné de sa teneur encyclopédique. La proximité, qu’elle soit topologique dans le panorama, associative dans la table ou transitive dans le diagramme, est un opérateur de basculement insensible. La dimension opératoire de l’architexte est ici décisive : on passe en un geste de la carte à la photographie ou du plan à l’icône et à la vignette, glissant insensiblement d’un régime de la communication à l’autre. La carte – ou plutôt le fond de carte instrumentalisé – devient alors la forme idéale du glissement et du basculement.

49En matière de conclusion, le récit imagé de Frédéric Lambert illustre de façon saisissante ce travail conjoint du montage et de la neutralisation dont l’exploration du corpus nous a conduit à décrire quelques médiations invisibles : « Un seul clic nous projette dans le monde mixte : se superposent à notre gré, la photographie aérienne et le plan. Mieux : je peux faire mes itinéraires (« vers ce lieu », « à partir de ce lieu »), ou faire une « recherche à proximité ». L’exemple donné, quand je clique sur cette fonction, est « pizza ». Oui, pizza… Le préposé de Google Maps, ce jour-là, devait avoir l’estomac dans les talons, ou la conscience de l’utilité bien commerciale de ce service. Mais dans sa faim, n’était-il pas lucide ? En effet, nos cartes de demain seront faites de ce marché : pizzerias, cheeseburger, et sushi, scintilleront sur nos écrans, et en deux clics nous serons livrés à domicile. Voici le paradoxe de mon voyage en Googuelie : la carte du monde pour une pizza chez soi ! » (Lambert, 2008 : 50).

Pas vraiment des cartes : le graphe hypertextiel ou la traçabilité sous les yeux

50Parmi les multiples figures de la chimère cartographique, je souhaite pour finir considérer un schème organisateur particulier que j’ai choisi de nommer le « graphe hypertextiel ». Les auteurs de ce type de production sur les médias informatisés, du moins ceux qui jouissent d’une visibilité médiatique, le nomment plus généralement cartographie ou atlas du Web. La description précise de chacun des graphes demanderait une étude technique détaillée, je souhaite ici seulement mettre en évidence quelques-unes des médiations qui conjuguent le principe de visibilité et le principe de traçabilité pour accréditer l’idée que cartographier le réseau, c’est traquer le social.

  • 20 Il ne s’agit ici que de ceux-ci, et non des chercheurs qui pratiquent une analyse documentaire du W (...)

51En fait, il ne s’agit pas de cartes, dans la mesure où ces objets ne rendent pas compte de territoires empiriques et géographiques observables, mais seulement des relations qu’ils établissent entre les productions écrites du réseau. La définition rigoureuse de ces graphes consiste à les rapporter à des collections de documents qu’ils s’emploient à agréger entre eux. La prétention cartographique est pourtant très souvent présente chez les concepteurs de ces dispositifs qui entendent révéler un territoire du Web20. L’écart entre l’objet observable que peut saisir l’analyse socio-sémiotique (un traitement quantitatif de relations entre des unités documentaires aboutissant à une mise en forme lisible) et ce que présente le discours d’accompagnement (la cartographie d’un double objet, le Web et les relations sociales que celui-ci révèle) désigne la participation particulière de ces objets à la collection des chimères cartographiques. Or ces dispositifs techno-sémiotiques associent des traitements spécifiques et hétérogènes, parfois très sophistiqués, parfois très frustes, qu’on peut ramener pour l’essentiel à quelques étapes : collecte de productions écrites, qualification de celles-ci comme traces d’usages, uniformisation sémiotique, traitement statistique, association à des univers de sens et d’enjeux, traitement graphique. Ces transformations successives définissent un dispositif de collecte et de traitement de formes documentaires considérées comme des traces – plus exactement un dispositif d’exhibition d’une traçabilité anthropo-sociale du réseau.

  • 21 Certains graphes peuvent être parcourus dans l’espace mais ils présentent toujours à l’observateur (...)

52Le terme de graphe est le plus exact sur le plan technique pour désigner un objet qui propose une schématisation graphique de relations déployées sur deux dimensions du plan face à un regard zénithal21. Je le qualifie ici d’« hypertextiel » en m’autorisant une invention terminologique dérivée de deux termes : l’hypertexte, qui constitue une approche combinatoire des écrits d’écran et le « textiel », un terme adopté dans les recherches sur les mêmes écrits qui souligne la double dimension sémiotique et technique (opératoire) de ces dispositifs médiatiques. En effet, ces graphes sont conçus à partir d’une théorie particulière du texte de réseau qui l’envisage comme une combinatoire d’entités élémentaires (hypertexte) et ils sont produits automatiquement en exploitant le niveau de commande de l’architexte. Pour prendre l’exemple le plus simple : l’enregistrement de toutes les connexions réalisées sur un site par les internautes activant un « lien » donné, c’est-à-dire un script renvoyant à une extension particulière de l’URL (hypertexte) ne tient compte ni des contenus du site ni de la forme écrite de ces liens (phrases, mots clés, formulaire, icônes, etc.). Il comptabilise les seules opérations de connexion (textiel).

  • 22 Site <http://www.webatlas.fr>, visité le 15 mai 2005.

53À partir des réflexions menées plus haut sur les figures de la carte, on comprend assez bien pourquoi ces objets sont souvent nommés par leurs promoteurs ou par les médias des cartes et non des graphes (un terme employé en revanche dans la formation des ingénieurs qui les conçoivent). L’idée de cartographie confère aux documents présents sur le Web la qualité de monde à explorer. Dans un chapitre publié dans le volume précédent de cette collection, j’avais commenté cette prétention à partir de l’un des projets pionniers en France, le « Webatlas », issu des recherches de l’Université de Compiègne, depuis développé par une cellule industrielle (RTGI) puis exploité dans le cadre d’une structure commerciale, Linkfluence. La déclaration de principe de ce projet était sans doute plus directe et aussi plus naïve que les réalisations actuelles, mais elle constitue un bon commentaire de la raison pour laquelle la figure médiatique concernée doit faire carte et pas seulement graphe : Webatlas, lisait-on alors « entend […] ouvrir la voie à l’exploration et au relevé cartographique de [la] granularité sociale et communautaire du réseau […] il faut oser l’hypothèse du Web occupé comme un territoire, nourri de différents espaces, où se distribuent des acteurs, évoluant à différents niveaux selon les effets de résonance d’événements informationnels »22.

54Je ne reprendrai pas ici la critique de ce discours, je relève seulement qu’il donne une incarnation procédurale à une prétention qui caractérise les discours d’accompagnement du réseau Internet et plus généralement des « technologies de la communication » depuis longtemps : une superposition sous le terme de réseau de réalités respectivement technique (la connectivité), éditoriale (les relations entre documents), sociale (les communautés) et individuelle (les acteurs). C’est bien entendu l’annonce de cette continuité qui d’une part confère son immédiateté à la carte et d’autre part accrédite l’idée de traçabilité des réalités individuelles et sociales via le « réseau ». C’est la raison pour laquelle on peut dire que la figure de la carte est un mythe, au sens précis donné à ce terme par Barthes : un construit langagier et imaginaire très dense, issu d’une histoire de médiations très complexe, mais dont la naturalisation efface cette genèse-même. De la même façon que l’évidence du territoire français s’affirme par l’image du soldat noir devant le drapeau français, au prix d’un effacement de l’histoire du colonialisme et de la production médiatique (Barthes, 2002), le graphe devenu carte affirme le territoire du réseau parce qu’il donne comme spectacle immédiat ce qui résulte d’un allongement des médiations.

55Il faut donc faire l’effort de restituer le travail de médiation, et notamment la façon dont celui-ci métamorphose les formes, les efface ou les met en évidence, leur impose des altérations et des transmutations sémiotiques, pour saisir la portée épistémique et politique de cette genèse si particulière d’une traçabilité sociale. Pour ce faire, il faut d’abord, paradoxalement, mettre à distance la portée visuelle particulière de l’épiphanie graphique, la dimension de « paysage » du graphe, qui n’est que l’aboutissement final de ces traitements, pour interroger dans les couches invisibles de l’analyse la construction de la relation entre voir et savoir. Car le travail de la visibilité s’exerce bien en-deçà du traitement graphique final qui le met en scène pour l’usager ordinaire.

56Pour l’illustrer, je prendrai un exemple plus simple que la carte, mais qui met en évidence le jeu entre ce qui est inscrit, ce qui est calculé et ce qui est publicisé, celui des computs scientométriques qui ont eux aussi la prétention de révéler les traces d’un monde social, celui de la production des connaissances et des rapports de pouvoir. Pour étudier les rapports dans une discipline, on peut instituer le nombre de citations des auteurs en indicateur de phénomènes comme la cooptation, l’allégeance, le positionnement (Olivesi, 2007) : on traite alors le fait citationnel comme une trace d’usage, pour en proposer une lecture indicielle comme signe de stratégies d’acteurs. Traçabilité, en quelque sorte, des voies de la réputation. L’exemple présente l’intérêt de montrer à l’œuvre une fabrique du visible à propos d’opérations élémentaires qui entrent dans la composition des structures complexes du graphe architextiel, mais sont en l’occurrence plus simples à démêler. En effet, comment une réalité aussi complexe que la relation entre référence et déférence pourra-t-elle être objectivée ? Le plus simple est de se fonder sur une réalité très circonscrite, le nombre d’occurrences d’apparition du nom des différents auteurs dans un corpus. La présence d’un patronyme est aisée à collecter et à mesurer. Mais de quoi est-elle la trace ? La présence d’un nom peut marquer une direction de revue ou un ouvrage collectif et n’indiquer nullement une référence aux travaux de l’auteur ; elle peut manifester un rejet ou une réfutation.

57Le choix du mode de comput le plus simple à mettre en œuvre a pour effet principal de placer en invisibilité une série de médiations cruciales, parmi lesquelles le statut de la citation dans le discours ou les effets de l’énonciation éditoriale de l’ouvrage et de la revue. Mais cette mise en invisibilité va à son tour devenir invisible lorsque s’affichera (ici sous la forme de la table) le palmarès des occurrences. C’est la teneur épistémique et politique des « boîtes noires contenant une série de savoirs devenus invisibles parce qu’ayant déjà été écrits », déjà escamotés dans cet exemple simple, et beaucoup plus invisibles encore lorsqu’à la table minimale d’un relevé d’occurrences va se substituer le spectacle d’un « relevé cartographique de la granularité sociale et communautaire du réseau ».

58Cet exemple simple montre plusieurs choses qui sont essentielles pour comprendre de quoi procède le graphe hypertextiel. D’abord, on le voit, la qualification des objets comme traces d’une réalité sociale présente un caractère très paradoxal : elle semble permettre de river les signes à des réalités indiscutables mais repose en réalité sur le plus fragile des raisonnements interprétatifs, l’abduction. Que signifie la présence d’un patronyme de coordonnateur d’ouvrage dans un texte qui salue l’apport de l’un des contributeurs ? Sans doute pas tout de go une visibilité (sociale) ou une autorité. Comme l’écrit Fausto Colombo dans une réflexion sur le raisonnement indiciel en sciences sociales, « Il n’y a pas de doute que, si l’on isole le produit culturel comme texte et qu’à l’intérieur de ce texte on cherche des indices d’un contexte social donné, cela ne peut arriver que dans une forme fortement partiale et individualisée, sans prétention excessive d’absolu. Cela fait partie du statut même de tout procès indiciaire (Colombo, 2007 : 366). »

59Mais surtout – et ceci concerne plus particulièrement les objets que nous étudions ici – les hypothèses que nous formulons sur la valeur indiciaire des traces sont fortement conditionnées par les moyens que nous avons de repérer, formuler et traiter ces traces. Dans l’exemple qui précède, c’est parce que la séquence de caractères est plus aisée à repérer que d’autres constructions discursives qu’elle est soumise au calcul ; c’est parce qu’il est plus facile d’homogénéiser ce signe en un comput unique qu’elle est dotée de sens abstraction faite de son contexte d’emploi ; c’est parce que l’allusion ne comportant pas de nom est particulièrement difficile à repérer et à objectiver qu’elle ne reçoit pas statut de trace. Dès lors, la capture des données issues de l’inscription présente deux caractères qui la rattachent à une rhétorique des savoirs : d’une part, tout traitement est une métamorphose sémiotique, puisque même le plus apparemment immédiat (le simple comput de signes présents) procède d’une abstraction (ce qu’il ne prend pas en compte) et d’une relation de pouvoir entre univers sémiotiques (la traduction forcée des langages polysémiques en signaux computables) ; d’autre part, même si les données paraissent avoir été saisies de la façon la plus immédiate (dans leur qualité d’inscriptions), leur qualification comme traces d’entités sociales relève toujours d’un raisonnement métonymique. Pour tirer des conséquences sociales du comput citationnel, il faut admettre que la présence du nom vaut référence, la référence révérence et la révérence soumission, engageant ainsi la voie vers un processus inférentiel potentiellement infini et très vraisemblablement marqué par la pétition de principe.

  • 23 L’invention de dispositifs comme l’« eye-tracking » (traque et trace) permet de transformer en insc (...)

60Or les différentes approches qu’on peut imaginer du langage et du discours – celles que développent au quotidien les sujets ordinaires de la communication et celles qu’explicitent les théoriciens – ne sont pas également disponibles pour le traitement informatique. Celui-ci autorise des calculs très étendus, mais au prix d’une certaine sélectivité sémiotique : il traite beaucoup mieux la chaîne de caractères que la typographie, mieux le zonage de l’espace écrit que les motifs iconiques, mieux les opérations qui s’inscrivent dans le code machine (comme le fait de cliquer sur un lien) que celles qui ne laissent pas de trace (comme le balayage du regard ou le rythme de la lecture23).

61Le « territoire » recèle donc derrière son épiphanie un ensemble d’opérations qui ont permis de sélectionner certaines dimensions de l’écriture et d’en rejeter d’autres dans l’invisible. Or ces dimensions ont un sens communicationnel et politique. Les deux réalités les plus aisées à traiter pour la machine, d’un côté la chaîne de caractères récurrente, de l’autre l’activation des liens hypertextuels, définissent durablement les dimensions du texte médiatique que les traitements massifs privilégient. Le traitement du « full text » favorise une abstraction de la matière verbale par rapport à son contexte social, à son cadre textuel et à son statut discursif. La focalisation sur le lien hypertexte fait abstraction de l’énonciation éditoriale des écrits d’écran (Jeanneret et Souchier, 2005), des effets structurants de la rhétorique des petites formes (Candel, Jeanne-Perrier et Souchier, 2012) et des différentes logiques de délégation qui président à la polyphonie des textes (Tardy et Davallon, 2012). La « cartographie du Web » présente donc avant tout le spectacle de la fausse évidence du lien hypertexte (Davallon et Jeanneret, 2004). La boîte noire a toutes raisons d’avoir effacé les médiations symboliques sans que personne n’en ait jamais pris la décision.

62Toutefois, la mise en réserve de la force dans les signes ne repose pas seulement sur ce comput car la chimère ne trouve pas encore sa forme dans le traitement automatique de l’hypertexte. Si l’exercice de cette prédilection pour la dimension procédurale de l’hypertexte est le cœur de l’idée de traçabilité sociale, trois opérations sémiotiques sont absolument nécessaires pour que la scène figurale de la trace apparaisse : pour que le graphe fasse carte et le Web territoire social.

63La première est l’appel à une association culturelle très forte dans la mémoire sociale, l’assimilation du nombre à la structure sociale. Le graphe présuppose – lorsqu’il ne l’exhibe pas – l’immense quantité des productions traitées par le moteur informatique. La lisibilité de la carte est justifiée par l’illisibilité du réseau, qui à son tour justifie et la nécessité et la pertinence du synopsis. La planéité de la figure et le surplomb du regard sont la contrepartie d’une invisibilité structurante, celle de la société définie comme un ensemble innombrable (mais computable) d’individus. Toutes les figures du « métrologue » et du « cartographe » sont donc des incarnations du multiple, incommensurable pour l’homme nu, mais figuré par l’émergence du comput. Il est tout à la fois indispensable que l’usager de la carte sache que celle-ci provient du calcul et qu’il ne puisse se représenter les unités de ce calcul, pour que la « communication nombre » (Bouchard, 2008) puisse faire société.

  • 24 Les formes semi-symboliques sont des structures sémiotiques qui n’assurent pas la traduction d’une (...)

64Mais cette société ne se manifeste, n’accède à l’épiphanie, que grâce à un travail formel décisif, la création de formes semi-symboliques24, capables d’incarner les résultats du comput en figures d’un territoire imaginaire. Car il faut bien pour faire carte – pour faire passer un graphe pour une carte – créer quelque chose comme une vue du réel. Le chiffre est déjà, au-delà du nombre, une réalité graphique, mais il se laisse figurer en diverses iconicités. Faute de porter sur une topographie réelle, le graphe doit inventer ses paysages. D’où l’importance prise par la créativité graphique dans la représentation des corrélations, avec le triomphe des contrastes entre le dense et l’épars, le lumineux et le sombre, le proche et le lointain, le central et le périphérique. D’où aussi la divergence entre l’extrême parenté des traitements, toujours fondés principalement sur un comput de liens ou de connexions, et l’incroyable diversité des formes inventées, qui font apparaître des grappes (clusters), des plaques tournantes (hubs), des gerbes, des arborescences, des frontières, des chevauchements. Du plein et du creux, du premier plan et de l’arrière-plan, du massif et du délié, du central et du périphérique, du rayonnant et de l’étouffé. Très fortement séparé du premier, qui tenait aux prédilections de saisie des textes, c’est le second travail de la visibilité, qui dans l’espace sensible d’une pensée de l’écran, anticipe l’interprétation possible du fait statistique. Il nous rappelle que si la statistique fabrique de l’indice, il n’y a trace que lorsqu’advient une scène figurative.

65C’est pourquoi l’ultime ingrédient de la chimère est le rôle de la catégorisation, qui assure la mixité du panorama (surface visible de la carte) et de la table (maîtrise déployée de l’organisation documentaire). La « cartographie » du Web suppose toujours la mise en espace de catégories à travers lesquelles le monde social peut être saisi. En d’autres termes, la collecte de traces et la corrélation ne suffisent pas à créer un territoire social, tant que la mesure d’une part, les formes semi-symboliques de représentation des processus informationnels d’autre part, n’ont pas été assorties de commentaires métonymiques. Il faut décréter que la densité des liens indique une communauté, que la centralité d’un site matérialise son influence, que la fréquence des visites signale une autorité, pour pouvoir parler de territoire de l’Internet et de traçabilité des communautés. On peut même dire que le seul territoire qu’engendre le graphe est celui qui matérialise le degré de présence de certaines façons de comprendre les moyens de faire société.

66Pour finir, la plasticité des formes manifestée par la panoplie des chimères cartographiques assure la régulation entre une industrialisation des formes et un dynamisme des pratiques, pareillement indispensables aux économies de la trivialité : d’un côté, un certain nombre de tendances communes qui définissent une logique dominante des dispositifs de communication en réseau ; de l’autre, une certaine dispersion des signes, des textes et des formats qui assure la multiplicité des appropriations possibles de tels objets textuels et médiatiques.

67Les noces de la visibilité et de la traçabilité dessinent un univers orienté : le savoir est pensé sur le mode du voir ; les dispositifs prennent le pas sur les discours dans un espace de neutralisation des points de vue ; la dimension logistique de la communication est systématiquement privilégiée ; les figures proposées du social relèvent d’une qualification sémiotique a posteriori de données fondées sur une combinatoire des interactions. Les diverses chimères cartographiques offrent de multiples médiations entre l’affirmation des singularités et le bricolage d’identités et de communautés largement imaginaires. Mais la montée du graphe hypertextiel, figure impérieuse de la traçabilité sociale, élabore un monde où la densité des contacts, la centralité des positions, l’intensité des propagations semblent dessiner matériellement le devenir de catégories symboliques arrachées à une longue histoire de controverses scientifiques et politiques pour être livrées à une exploration pragmatique. Peut-être même, entre l’impressionnante dispersion des panoplies de genres mixtes (pas seulement des cartes) et l’irrésistible ascension de la forme graphe, le « territoire » du réseau est-il tiraillé entre deux figures également imaginaires, celle, neutralisante, de la pantopie et celle, impérieuse et impérialiste, d’une utopie de traçabilité, qui, comme le note Roger Bautier (2008), menace de dérober aux sciences sociales leur espace de pertinence.

68Il n’est pas étonnant dans ces conditions que certaines conceptions de la société, fondées sur une conception politique de la démocratie comme nombre, sur une philosophie sociale de la propagation et un calcul des réseaux relationnels, y trouvent un prestige renouvelé. Car, finalement, si la cartographie chimérique du Web dote d’une éclatante visibilité les lois de l’imitation de Tarde, les leaders d’opinion de Lazarsfeld et les sociogrammes de la dynamique des groupes (Rieder, 2012), c’est peut-être simplement le signe que les chimères qu’elle fabrique sont secrètement fondées sur les commodités intellectuelles et pratiques qui avaient fait naguère le succès de ces modèles.

Bibliographie

Références bibliographiques

Authier M., Lévy P., « La Cosmopédie : une utopie hypervisuelle », Culture technique, no 24, février 1992, p. 236-244.

Barthes R., « Le mythe, aujourd’hui », dans Roland Barthes, Mythologies. Œuvres complètes, vol. 1, Paris, Seuil, 2002, p. 821-868.

Barthes R., Le Neutre : Cours au collège de France (1977-1978), Paris, Seuil, 2002.

Bautier R., « L’Impérialisme des statistiques de réseaux », Médiation et information, no 28, 2008, p. 129-138.

Bautier R., « Les réseaux de l’Internet : des artefacts bien (trop) vivants », Les enjeux de l’information et de la communication, 2007, (Texte en ligne : http://w3.u-grenoble3.fr/les_enjeux/2007-meotic/Bautier/home.html).

Besse J.-M., « Cartographie et pensée visuelle : réflexions sur la schématisation graphique », dans Isabelle Laboulais (dir.), Les usages des cartes (XVIIe-XIXe) : pour une approche pragmatique des productions cartographiques, Strasbourg, Presses Universitaires de Strasbourg, 2008, p. 19-32.

Beyaert A., « La photographie aérienne, pseudo-carte et pseudo-plan », Visible, no 5, 2009, p. 61-76.

Bouchard J. (dir.), « La communication nombre », Médiation et information (MEI), no 28, 2008, 184 pages.

Candel E., Jeanne-Perrier V, Souchier, E.., « Petites formes, grands desseins : d’une grammaire des énoncés éditoriaux la standardisation des écritures », dans Jean Davallon, dir., L’Économie des écritures sur le Web : 1 Traces d’usage dans un corpus de sites de tourisme, Paris, Hermès-Lavoisier, 2012, p. 165-201.

Chevalier Y., Jeanneret Y., « La physionomie des systèmes : diagramme et représentation », Communication et langages, no 160, Juin 2009, p. 63-79.

Colombo F., « Postazione : il mondo in una palla di vetro : l’indagine indiziara sul prodotto culturale », dans Fausto Colombo, Ruggero Eugeni, Il prodotto culturale, Rome, Carocci, 2007, p. 355-377.

Colombo F., Eugeni R., Il testo visibile : teoria, storia e modelli di analisi, Rome, Carocci, 1996.

Davallon J. (dir.), L’Économie des écritures sur le Web. Volume 1. Traces d’usage dans un corpus de sites de tourisme, Paris, Hermès-Lavoisier, 2012.

Davallon J., Jeanneret Y., « The Discontinuities of Communication Links », dans Hana Gottesdiener, Jean-Christophe Vilatte (dir.), Culture and Communication, Actes du 19e Congrès de l’International Association of Empirical Aesthetics, 29 août au 1er septembre 2006, Avignon, 2006.

Davallon J., Jeanneret Y., « La fausse évidence du lien hypertexte », Communication et langages, no 140, 2004, p. 43-54.

Davallon J., Noël-Cadet N., Brochu D., « L’Usage dans le texte : les “traces d’usage” du site Gallica », dans Emanuel Souchier, Yves Jeanneret, Joëlle Le marec (dir.), Lire, écrire, récrire : objets, signes et pratiques des médias informatisés, Paris, BPI, 2003, p. 47-90.

De Certeau M., « Pratiques d’espace », dans Michel De certeau, L’Invention du quotidien. Tome 1. Arts de faire, Paris, Gallimard, 1990, p. 137-191.

Desbois H., « La transition géonumérique », Actes du Colloque, Sur les traces de Jack Goody, 2008, (Texte en ligne : http://barthes.ens.fr/articles/Desbois-colloque-ENSSIB-Goody-2008.pdf).

Despres-lonnet M., « Écrits d’écran : le fatras sémiotique », Communication et langages, no 142, 2004, p. 33-42.

Doueihi M., La grande conversion numérique, Paris, Seuil, 2008.

Fabbri P., Elogio di Babele : traduzioni, trasposizioni, transmutazioni, Rome, Metelmi, 2003.

Flon E., Jeanneret Y., « La notion de schème organisateur, outil d’analyse sémiopragmatique des écrits d’écran », Revue des interactions humaines médiatisées (RIHM), no 1, 2012, p. 3-33.

Flon E., Jeanneret Y., « Les modes de présence des lieux et de leurs pratiques dans l’écriture du voyage », dans Jean Davallon (dir.), L’Économie des écritures sur le Web. Volume 1. Traces d’usage dans un corpus de sites de tourisme, Paris, Hermès-Lavoisier, 2012, p. 123-164.

Flon E., Les mises en scène du patrimoine : savoir, fiction et médiation, Paris, Hermès-Lavoisier, 2012.

Fournout O., Théorie de la communication et éthique relationnelle, Paris, Hermès-Lavoisier, 2012.

Galinon-Mélénec B. (dir.), L’Homme-trace : Perspectives anthropologiques des traces contemporaines, Paris, CNRS Éditions, 2011.

Ghitalla F., « La “toile européenne” : parcours autour d’une cartographie thématique de documents Web consacrés au thème de l’Europe et à ses acteurs sur le Web francophone », Communication et langages, no 158, 2008, p. 61-75.

Gomez-mejia G., « De l’industrie culturelle aux fabriques de soi : enjeux identitaires des productions culturelles sur le Web contemporain », Thèse de doctorat, Université Paris Sorbonne Celsa, 2011.

Guichard E., « Géographie de l’Internet », dans Christian Jacob (dir.), Lieux de savoir : espaces et communautés, Paris, Albin Michel, 2007(a), p. 989-1009.

Guichard E., « L’Internet et le territoire », Études de communication, no 30, 2007(b), p. 83-98.

Harris R., La sémiologie de l’écriture, Paris, CNRS Éditions, 1993.

Heinich N., De la visibilité : excellence et singularité en régime médiatique, Paris, Gallimard, 2012.

Jacob C., « Lire pour écrire : navigations alexandrines », dans Christian Jacob, Marc Baratin (dir.). Le pouvoir des bibliothèques : la mémoire des livres en Occident, Paris, Albin Michel, 1996, p. 47-83.

Jacob C., L’Empire des cartes : approche théorique de la cartographie à travers l’histoire, Paris, Albin Michel, 1992.

Jeanneret Y., « Désigner, entre sémiotique et logistique », dans Ismaïl Timimi, Susan Kovacs (dir.), Indice, index, indexation, Paris, ADBS Éditions, 2006, p. 17-36.

Jeanneret Y., « Complexité de la notion de trace : de la traque au tracé », dans Béatrice Galinon-Mélénec (dir.), L’Homme trace : perspectives anthropologiques des traces contemporaines, Paris, CNRS Éditions, 2011, p. 59-86.

Jeanneret Y., « Les Politiques de l’invisible : du mythe de l’intégration à la fabrique de l’évidence », Document numérique, no 1-2, 2001, p. 155-180.

Jeanneret Y., Labelle S., « Le texte de réseau comme méta-forme », Actes du séminaire du réseau thématique franco-hellénique, Cultures, savoirs, supports, médiations, le texte n’est-il qu’une méta-phore ?, Université Aristote-Thessalonique, Grèce, 03-04-2004, (Texte en ligne : http://univ-paris13.academia.edu/SarahLabelle/Papers/1055769/Le_texte_de_reseau_comme_meta-forme).

Jeanneret Y., Penser la trivialité. Volume 1. La vie triviale des êtres culturels, Paris, Hermès-Lavoisier, 2008.

Jeanneret Y., Souchier E., « L’Énonciation éditoriale dans les écrits d’écran », Communication et langages, no 145, 2005, p. 3-15.

Kovacs S., Timimi I. (dir.), Indice, index, indexation, Paris, ADBS Éditions, 2006. Labelle S., « La ville inscrite dans “la société de l’information” : formes d’investissement d’un objet symbolique », Thèse de doctorat, Université Paris Sorbonne Celsa, 2007.

Lambert F., « La géographie des âmes : contributions pour une sémiologie des cartes pour Yves Lacoste », Communication et langages, no 158, 2008, p. 41-58.

Marin L., « La ville dans sa carte et son portrait : propositions de recherche », dans Louis Marin, De la représentation, Paris, Hautes études Gallimard-Le Seuil, 1994, p. 204-218.

Marin L., Études sémiologiques : écritures, peintures, Paris, Klincksieck, 1971.

Marin L., Le portrait du roi, Paris, Éditions de Minuit, 1981.

Marin L., Utopiques : jeux d’espaces, Paris, Éditions de Minuit, 1973.

Marion P., « Narratologie médiatique et médiagénie des récits », Recherches en communication, no 7, 1997, p. 61-88.

Mattelart A., Histoire de la société de l’information, Paris, La Découverte, 2001.

Olivesi S., Référence, déférence : une sociologie de la citation, Paris, L’Harmattan, 2007.

Ollivier B., Identité et identification : sens, mots et techniques, Paris, Hermès-Lavoisier, 2007.

Pene S., « La vie des “hommes infâmes” dans la société de disponibilité », Études de communication, no 28, 2005, p. 107-123.

Peraya D., « Structures et fonctionnement sémiotiques des icônes de logiciels et d’environnements informatiques standardisés (ILEIS) », Recherches en communication, no 10, 1998, p. 101-140.

Peytard J., « D’une sémiotique de l’altération », Semen, no 8, 1993, p. 145-177.

Pignier N. (dir.), De l’expérience multimédia : usages et pratiques culturelles, Paris, Hermès-Lavoisier, 2008.

Plantin J.-C, « La cartographie numérique : vers une sémantique de l’espace urbain. L’exemple du projet “la montre verte” », Actes du colloque Ludovia 2009, Université d’été Ludovia, 2009.

Rieder B., « Influence, homophilie ou idéologie dominante », Colloque, Journalisme, recommandation et prescription culturelles à l’heure du Web, IEP de Lyon, Lyon, 31 mai 2012.

Robert P., « La raison cartographique, entre “paradoxe de la simultanéité” et “technologie intellectuelle” », Communication et langages, no 158, 2008, p. 31-40.

Robert P., Mnémotechnologies : une théorie générale critique des technologies intellectuelles, Paris, Hermès-Lavoisier, 2010.

Robert P., Souchier E. (dir.), « La carte, un média entre sémiotique et politique », Communication et langages, no 158, 2008.

Souchier E., « Histoires de pages et pages d’histoire », dans Anne Zali (dir.), L’Aventure des écritures. La page, Paris, BNF, 1999, p. 19-53.

Souchier E., « Internet : naissance d’une écriture divinatoire », Communication et langages, no 158, 2008, p. 93-106.

Souchier E., « L’Écrit d’écran : pratiques d’écriture et informatique », Communication et langages, no 107, 1996, p. 105-119.

Souchier E., « Rapports de pouvoir et poétique de l’écrit à l’écran à propos des moteur de recherche sur Internet », Actes du xie congrès des Sciences de l’information et de la communication, Médiations sociales, systèmes d’information et réseaux de communication, Metz, 1998, p. 401-412.

Souchier E., Bonaccorsi J., Garron I., Labelle S., Minel J.-L., « Réécritures appareillées : appropriations de l’œuvre de Raymond Queneau sur Internet », dans Emmanuel Souchier, Joëlle Le Marec, Yves Jeanneret (dir.), Lire, écrire, récrire : objets, signes et pratiques des médias informatisés, Paris, BPI, 2007, p. 173-204.

Souchier E., Jeanneret Y., Le marec J., (dir.), Lire, écrire, récrire : objets, signes et pratiques des médias informatisés, Paris, BPI, 2003.

Tardy C., Davallon J., « La constitution de corpus d’identités entre calcul et témoignage », dans Jean Davallon (dir.), L’Économie des écritures sur le Web. Volume 1. Traces d’usage dans un corpus de sites de tourisme, Paris, Hermès-Lavoisier, 2012, p. 203-242.

Tardy C., Jeanneret Y. (dir.), L’Écriture des médias informatisés : espaces de pratiques, Paris, Hermès-Lavoisier, 2007.

Tufte E. R., Beautiful Evidence, Cheshire, Graphic Press, 2006.

Wrona A., Face au portrait : de Sainte-Beuve à Facebook, Paris, Hermann, 2012.

Zinna A., Le interfacce degli oggetti della scrittura : teoria del linguiggio e ipertesti, Rome, Meltemi, 2004.

Notes

1 Cette désignation, adoptée dans l’analyse socio-sémiotique de ce type de dispositif, souligne le fait qu’on ne peut opposer l’écran, qui est un support d’affichage, et l’écrit, qui est une forme symbolique ; mais qu’il convient de situer l’informatique dans la série des mutations historiques de l’écriture (Souchier, 1996).

2 Sur la notion d’altération, cf. Peytard, 1993 et Jeanneret, 2008 : 87-100 ; sur la notion de transmutation sémiotique, cf. Fabbri, 2003.

3 Cette réflexion s’est notamment nourrie des projets de recherche conduits par le collectif d’étude ethno-sémiotique des écrits d’écran et de réseau, de l’analyse critique du geste de désignation et de sa dimension indicielle (Kovacs et Timimi, 2006) et des échanges interdisciplinaires suscités par le réseau d’étude des traces créé par Béatrice Galinon-Mélénec au fil de journées d’études et de publications (Galinon-Mélénec, 2011). Elle doit beaucoup aussi à l’animation de séminaires portant sur différents types de productions documentaires et graphiques avec les étudiants de master et doctorat de l’Université d’Avignon et de l’UQÀM (2008-2010) ainsi qu’aux discussion engagées avec les étudiants de master du Celsa.

4 Ces analyses ont été en particulier développées dans le cadre des séminaires verticaux master-doctorat de l’UAPV en 2008-2009 sur la variation de l’objet métacarte, et en 2009-2010 sur les différents modes d’usage d’une forme cartographique particulière, celle qui combine la présentation en « mode plan » et en « mode satellite ». Elles tirent bénéfice des échanges liés aux mémoires de Thomas Grignon (« idéologie, technique et légitimation : l’écriture de la pratique sociale du “consultant digital” », master 2, Celsa, 2011) et de Jean-Édouard Bigot (« “Traitement” de l’information et raison graphique. Contribution à une approche sociosémiotique des technologies intellectuelles informatisées », master 2, Celsa, 2011)

5 La double définition en tension (nommés tels ou se présentant comme tels) résulte des explorations du réseau réalisées par les étudiants qui montrent qu’à chaque fois qu’un objet est nommé « carte », il présente aussi trois caractères communs et liés à la perception triviale de l’objet carte : donner une vision surplombante du monde, suggérer un territoire propre de l’Internet et réaliser une superposition du voir et du savoir. Ceci, par-delà l’extrême disparate, évoquée ci-dessous, des formes adoptées.

6 En fait, hypertextiel : cette notion sera justifiée ci-dessous.

7 Sur cette notion, cf. Jeanneret, 2008 : 83-134.

8 Sur la distinction entre « forme carte » et chimère cartographique, cf. ci-dessous.

9 Cité par Tardy et Davallon, 2012 : 234.

10 Les tentatives de grammaire formelle pour décrire exhaustivement la combinatoire des montages (Zinna, 2004) aboutissent à une réduction drastique de l’hétérogénéité des formes.

11 Les dates de publication des textes sont trompeuses. L’étude empirique d’un corpus de sites Web (Flon et Jeanneret, 2012) a été menée avant la recherche théorique sur la notion de schème organisateur (Flon et Jeanneret, 2010) et ce sont les délais liés à la publication de l’ouvrage collectif qui expliquent l’écart. Pour cette raison, l’analyse empirique des formes et rhétoriques documentaire est plus précise dans le texte publié en 2012, mais c’est le texte de 2010 qui expose le modèle théorique le plus abouti, sur lequel je m’appuie ici et qui décrit l’évolution des hypothèses retenues.

12 La terminologie ici adoptée est différente de celle qui avait été retenue dans Flon et Jeanneret, 2010, mais la distribution des catégories est la même.

13 Terme proposé comme équivalent du terme anglais « pattern ».

14 Dans Flon et Jeanneret, 2010, la table est nommée « synopsis » – terme auquel j’ai préféré donner ici un caractère général parce qu’il qualifie non une construction sémiotique, mais une posture du regard.

15 Pour le panorama et le synopsis, cf. Flon et Jeanneret, 2010 ; pour le diagramme, cf. Chevalier et Jeanneret, 2009.

16 Pour la discussion des parentés et différences entre panorama et carte, cf. Flon et Jeanneret, 2010.

17 Pour une analyse plus approfondie de cette notion et des relations entre utopie et pantopie, cf. Flon et Jeanneret, 2012.

18 Marie Cambonne, Maïlis Dufour, Léa Durand, Maéva Platterrier, Camille Rondot, « L’Usage de la carte dans les sites dits de “crime mapping” », travail de recherche collectif, séminaire de master-doctorat UAPV/UQÀM, décembre 2009, p. 2.

19 Quasi-panoptique parce que la procédure ne concerne qu’une surface, celle de l’écriture et du tracé.

20 Il ne s’agit ici que de ceux-ci, et non des chercheurs qui pratiquent une analyse documentaire du Web ou une fouille des textes sans les présenter comme la carte d’un territoire.

21 Certains graphes peuvent être parcourus dans l’espace mais ils présentent toujours à l’observateur le spectacle d’un déploiement orthogonal au regard.

22 Site <http://www.webatlas.fr>, visité le 15 mai 2005.

23 L’invention de dispositifs comme l’« eye-tracking » (traque et trace) permet de transformer en inscriptions ces opérations, afin de les rendre traitables.

24 Les formes semi-symboliques sont des structures sémiotiques qui n’assurent pas la traduction d’une forme visuelle en une idée précise, mais associent des relations de forme et des relations sémantiques : par exemple l’idée de verticalité, celle de clarté, celle de proximité. Ces structures jouent un rôle important dans l’approche esthétique des formes visuelles.

© CNRS Éditions, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search