Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Traces numériques

 | 
Béatrice Galinon-Melenec
, 
Sami Zlitni

Livre III. Les traces numériques : mise en perspectives

Traces, corpus, cartographies. Réflexions sur les dispositifs de documentarisation de l’humain

Éric Delamotte

Texte intégral

1Une enquête quantitative en ligne de grande envergure a permis à Julie Denouël et Fabien Granjon de dresser une typologie des formes d’exhibition qui structurent la présentation de soi sur les sites de réseaux sociaux. Parmi les cinq catégories mises à jour, il en est une qui rassemble les individus (20 % de l’échantillon) qui se caractérisent du fait qu’ils mobilisent des formes d’exposition et de dévoilement de soi fondées sur la nudité. C’est dire combien les identités qu’ils déploient renvoient fortement au corps et à la sexualité en second lieu (2010).

2Comme l’écrit Jean-Marc Manach, sur son blog « Bug Brother » : « Une chose est de décider de poser nu devant un photographe, une autre est d’être photographié, nu, à son insu. Et ce n’est pas parce qu’une femme bronze les seins nus qu’on a le droit de les toucher, ou de la violer. Le contrat social qui nous lie fait que l’on a le droit de décider de rendre publics certains pans intimes (relevant d’ordinaire) de sa vie privée, sans que cela autorise pour autant les autres à en abuser » (Manach, 2012).

3Peut-être faut-il aller plus loin. Là où la documentation s’entendait depuis toujours dans le sens de la production d’un plus, d’un positif, voici une machinerie de profilage, qui s’attache à produire du corrélé, à arracher un objet du monde à la sphère du privée pour l’élever à la vue des voisins, des marchands et des politiques. La machine numérique voudrait aussi approcher et recueillir ce qui se dérobe, accommoder ce qui est destiné à lui échapper.

4Dans le numéro 53 de la revue Hermès, « Traçabilité et réseaux », Louise Merzeau et Michel Arnaud insistent sur un manque de recul évident de la recherche à propos de la question des empreintes numériques (2009). Aussi, dans la mesure où l’Homme est devenu un document comme les autres, selon la formule d’Olivier Ertzscheid, je voudrais esquisser une réflexion sur la documentarisation de l’humain. C’est-à-dire sur le fait qu’un individu par ses recherches d’informations, ses achats, ses publications et ses relations interpersonnelles connectées laisse des traces qui peuvent être envisagées comme « corp(u)s » (Ertzscheid, 2009 : 34).

5L’hypothèse développée dans ce texte est que la documentarisation de l’humain a une histoire, histoire déjà longue et complexe. Précisément, je pose que la rationalisation/classification numérique poursuit, en un sens, un geste classificatoire qui le précède largement.

6Ma première question sera celle-ci : comment situer cette pratique de constitution et d’analyse des corpus ? Nous aborderons les listes, les arbres ou la carte comme instruments, comme dispositifs intellectuels, comme métaphores. En elles se noue un ensemble de fils qui touchent à l’extériorisation, à l’organisation, à la maîtrise et aux usages de l’information et des traces.

  • 1 C’est ce que rappelle Jacques Perriault dans « Effet diligence, effet serendip et autres défis pou (...)

7La deuxième question sera celle des instruments qui autorisent, encouragent les logiques de cartographies. Avec les traces, il serait profondément erroné de croire qu’il n’y a que du présent dans le présent1. Je tenterai de percevoir quelques liens entre outils et protocoles dans une perspective historique et épistémologique.

8La dernière sera celle des logiques d’usage. Sont-elles liées à Internet ? La réponse à cette question reste à échafauder. Pour le moins, rarement est prise en compte l’évolution des modèles de gestion des traces, comme ensemble organisé plus ou moins consciemment par les individus de croyances, de représentations, de savoirs et de pratiques permettant de comprendre la documentarisation de l’humain.

Traces et dispositifs panoptiques

9Le terme de « traçabilité » est mis en avant par les acteurs du monde industriel depuis les années 1980 pour désigner certaines opérations de suivi des objets et des pratiques tout au long du processus de production. Il a fini par envahir la communication humaine. La traçabilité est d’abord une « opération qui consiste à affecter à un produit physique ou à une action de travail une ou plusieurs informations, ces informations devant permettre, le cas échéant, de suivre le produit et les actions associées “à la trace”, de remonter dans le temps du processus et de rapporter les caractéristiques du produit aux différentes étapes/aux différents responsables de sa fabrication » (Fraenkel, 1995).

10De la sorte, le monde physique se charge de « métadonnées », de données qui étiquettent et décrivent l’espace et les objets qui le peuplent : données pérennes d’identification, de composition, de vente ou de consignes d’usage, données immédiates (mais durablement conservées) de localisation et d’utilisation. Un nombre croissant d’objets se dote d’interfaces de paramétrage et de dialogue, écrans et/ou boutons.

11Mais pour tracer les objets et les personnes, ne faut-il pas au préalable s’assurer que les caractéristiques de ce que l’on souhaite tracer se prêtent à une telle opération ? Dès lors, on aurait avantage à articuler le caractère plus ou moins traçable des éléments gérés, le dispositif et l’« ordre » que l’on mobilise pour le recueil des traces. Dit autrement : ne faut-il pas rapporter les traces en un tout cohérent ? C’est ici qu’intervient la notion de « cartographie ». Il convient en effet de distinguer « traçabilité » et « mappabilité » (de l’anglais « to map ») (Cochoy et De terssac, 2000). Par « mappabilité », on désignera la volonté de décrire et mettre en graphe. La mise en relation des deux termes me semble nécessaire à la pleine compréhension des processus sociaux impliqués. Car il ne suffit pas de réunir les objets en collection pour dégager un ordre. Seule une grille de lecture peut assurer l’interface les objets et la pensée classificatrice afin de mettre en correspondance un ordre avec des choses mises en ordre.

Registres, Fiches, Cartes, Bibliothèques et autres instruments de totalisation

12Pour Christian Jacob, la carte et la bibliothèque sont des dispositifs qui externalisent la mémoire et les savoirs, les montrent concrets, visibles, accessibles, mais aussi durables, copiables, communicables et socialement actifs. L’une et l’autre ont à faire avec la totalisation. La carte totalise et englobe les expériences individuelles, particulières et partielles de l’espace : elle offre la synthèse des points de vue sur un territoire et délivre un niveau cohérent de visibilité et d’intelligibilité. La bibliothèque « totalise les lectures et les savoirs des individualités qui la fréquentent. Elle est l’un des lieux où prend corps le patrimoine intellectuel, littéraire, spirituel d’une communauté : là se donne à voir dans sa matérialité et dans sa complétude une mémoire écrite à valeur identitaire ou fondatrice » (Jacob, 2001 : 4).

13La bibliothèque produit des effets symboliques et intellectuels d’une nature différente de ceux des objets qu’elle emmure. Pour la carte comme pour la bibliothèque, l’accumulation induit des effets de sens qui permettent de se détacher graduellement du champ de l’expérience, du particulier, pour parvenir à celui de l’abstrait ou du moins à une forme de regard panoptique où l’on peut saisir des agencements d’ensemble et frayer des cheminements dans le local ou le particulier sans perdre de vue la structure globale.

Instruments de la documentarisation

14Sur le plan théorique, plutôt qu’à distinguer une ère des « traces », l’approche historique nous aide à comprendre les dynamiques qu’elle intériorise à travers d’une série d’épistémologies et d’instruments.

La raison du lisible : registres, listes et fiches

15Les travaux de Jacques Goody ont montré, dans une perspective anthropologique, l’apparition de nouveaux outils qui se forment au sein des savoirs de l’écriture (2007). À Sumer et Babylone, ce sont les scribes anonymes qui ont produit individuellement ou collectivement les tableaux, tables, formules, listes de mots, de noms de choses. La liste, suite de termes, de signes, généralement inscrits les uns au-dessous des autres, s’impose tout au long de l’Antiquité. Ce sont notamment les Grecs qui inventent les voyelles et l’alphabet phonétique. Ils fixent les règles de leur alphabet et ainsi donnent un « ordre alphabétique ».

16Le milieu du xiiie siècle reprendra ce progrès essentiel : l’ordre alphabétique est adopté, alors qu’il était auparavant considéré comme contraire à la logique et à l’ordre divin. On ne peut quitter le xviiie siècle sans évoquer ce qui permet un autre progrès considérable pour l’établissement des catalogues et des bibliographies : les fiches. Elles sont apparues en France, lors de la Révolution, afin d’établir le catalogue d’une partie des bibliothèques issues des confiscations des bibliothèques religieuses et de nobles émigrés. Dès 1790, des instructions préconisèrent, innovation majeure, l’emploi des cartes à jouer sur le verso des cartes dont l’usage était proscrit pour des raisons politiques (présence d’images de rois et de reines).

La raison du visible : le tableau et l’arbre

17Le tableau occupe dans la tradition occidentale une place importante. À plusieurs reprises, de La naissance de la clinique à Les Mots et les choses, Michel Foucault fait du tableau une figure énigmatique (1966). Le tableau s’inscrit dans une longue tradition méthodologique, il est une des premières techniques intellectuelles de disposition graphique et sémantique. Il est déjà présent à Sumer et accompagne l’homme de la Grèce au Moyen-Âge et bien après. Condorcet, dans son ouvrage Esquisse d’un tableau historique de l’esprit humain, décrit les tables et les tableaux en tant que « méthodes techniques » qu’il définit comme « l’art de réunir un grand nombre d’objets sous une disposition systématique, qui permette d’en voir d’un seul coup d’œil les rapports, d’en saisir rapidement les combinaisons, d’en former plus facilement de nouvelles » (Chartier, 1996 : 484).

18L’idée de classer les informations sur un arbre, comme on classe les membres d’une famille, est très ancienne. Le philosophe Ian Hacking dans son article Trees of Logic, Trees of Pophyry interroge cette forme graphique, qu’il désigne comme des Tree diagrams (2006). Leur hiérarchisation visuelle correspond à notre manière d’organiser nos concepts de façon arborescente. Il développe une histoire depuis l’antiquité de Porphyre afin de montrer leur récurrence et leur richesse dans la pensée occidentale.

19Les historiens pointent particulièrement la période de la renaissance autour de Pierre de la Ramée (Ramus) où des arborescences logiques apparaissent corrélées à des questions de méthodes émergentes. Cette forme graphique arborescente, que l’on peut décrire comme un arbre logique représenté par des accolades typographiques semblable à celui des classifications naturalistes, constitue un espace intellectuel inédit. La forme arborescente, hybride entre lisible et visible, spatiale et verbale, est considérée non plus comme une technique de remémoration, mais comme une façon d’assembler des propositions, de construire des rapports de connaissance.

20La Taxinomia et la Mathesis que nous allons découvrir organisent la science générale de l’ordre. Cette logique s’actualise à notre époque avec la cartographie, interface médiatrice de l’information, qui rend compte d’un processus intellectuel de combinaison, de mise à l’épreuve de la pertinence d’un montage d’objets mathématiquement rapprochés spatialement.

La raison du computationnel : l’algorithme et les statistiques

21Les chiffres comme alphabet de la pensée humaine, comme organisateurs de tous les savoirs irriguent l’Europe au moment du déclin du latin comme lingua franca. En 1629, Descartes émettait l’idée d’une langue nouvelle conçue au moyen d’un système décimal de numérotation.

  • 2 Bacon F., Novum Organum, livre I, chapitre VI, § CXXIX, 1620, parle des trois innovations capitale (...)

22L’idée d’une société régie par l’information est pour Armand Mattelart inspirée par la mystique du nombre (2001). Ce projet, qui prend forme au cours du xviie et xviiie siècle, intronise la mathématique comme modèle de raisonnement et de l’action utile. La pensée du mesurable et du chiffrable devient la matrice de tout discours vrai. Francis Bacon est l’un des premiers à revendiquer cette vaste réforme intellectuelle qui marque la rupture avec la vision scolastique du monde2. Pourquoi se référer à Bacon ? Outre cette pensée du chiffre, il faut signaler un autre lien avec les Lumières. C’est sous les auspices de Francis Bacon que Denis Diderot et Jean d’Alembert placent en 1751, leur grand projet d’Encyclopédie appelé également Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers.

23En revanche, « S’il fallait sacrer un “saint patron” pour la cybernétique, c’est à Gottfried Wilhem Leibniz (1646-1716) qu’il faudrait indéniablement penser » peut-on lire dans l’ouvrage fondateur publié par Norbert Wiener en 1948. En effet, les réflexions du philosophe mathématicien sur la nature de la logique marquent une étape essentielle de l’idée selon laquelle la pensée peut se manifester à l’intérieur d’une machine. Michel Serres considère qu’il s’agit de la première philosophie de la « complication » où la variété et la multiplicité des nombres et des êtres se laissent organiser, classer, hiérarchiser (1968). Le calcul des probabilités, dont Blaise Pascal et Christian Huyghens jettent les bases vers 1660, devient une forme d’objectivation des sociétés humaines.

La raison complexe : cartes du Web, nuages et graphes

  • 3 La carte a souvent pour but de fixer limites et possessions. Des figures topographiques apparaisse (...)

24Les premières ébauches de cartes ont certainement précédé l’invention de l’écriture. Déjà, dans des tablettes d’argile datant de trente siècles av. J.-C., étaient gravés des itinéraires et des contours3. Le développement de la cartographie militaire date des Romains.

25Avec Internet et le Web 2.0, c’est d’abord vers les computer sciences qu’il faut se tourner pour apercevoir la naissance de ces « figures » spatialisantes du réseau. Tout commence par un nuage, celui qui accompagne tant de documents scientifiques et pédagogiques pour symboliser le Web comme système. L’autre approche conceptuelle est constituée par toute une lignée de travaux sur le deep-Web. Ceux-ci renvoient à un imaginaire géologique ou océanographique avec un paradigme de « couche profonde ».

26Pour Franck Ghitalla, on aurait tort de renvoyer ces produits de l’imagination scientifique au rang de simples « métaphores » au risque de méconnaître les avancées en termes d’investigation de l’architecture documentaire du Web : « profondeur », « couches », « proximité » ou « distances », « voisinage » ou « centralité » sont autant de concepts éprouvés issus de travaux expérimentaux et théoriques (Ghitalla, 2009).

27L’étude de la topologie d’un système comme le Web ne relève pas seulement de préoccupations associées aux mathématiques ou à l’ingénierie. Il s’y joue aussi notre aptitude à réduire la complexité d’un objet dont le caractère est ouvert et fragmenté. Ces « nuages » et autres graphes doivent d’abord être considérés comme un aveu d’ignorance. L’internaute explore un univers « en archipel », sans rives ni bornes.

  • 4 « Penser, dit Castoriadis, c’est entrer dans le labyrinthe, plus exactement faire être et apparaît (...)

28Pour Roger Chartier une crainte contradictoire a habité l’Europe moderne – et elle nous tourmente encore (2007). D’un côté, la terreur devant la prolifération incontrôlée de l’écrit, l’amas d’informations inutiles, le désordre du Web4. D’un autre, la peur de la perte, de la privation et de l’oubli. Les épistémologies contemporaines, comme celle de Michel Serres (1972), expriment cette crainte et montrent combien aujourd’hui la connaissance est de nature insulaire : il y a des îlots de savoir, des territoires émergés qui sont par nature lacunaires, non liés entre eux. Ce que nous maîtrisons collectivement, ce sont des morceaux de savoir et non une totalité incomplète. La découverte d’une nouvelle île peut bouleverser le savoir, le réorganiser de fond en comble, y compris en faisant disparaître certaines îles anciennes.

29Ces modèles du Web tiennent aussi leur valeur des types de médiation documentaire qu’ils préparent ou réifient.

Trois recits de la documentarisation de l’humain

30Classer, répertorier l’humain n’est ni le propre de la pensée occidentale, ni le domaine exclusif de la science comme le montre Scott Atran (1986). Les capacités de classification appartiennent à des dimensions cognitives universelles selon des « styles de raisonnement ». Plus exactement, on constate plusieurs « grands récits » différents les uns des autres qui par leur articulation donne un sens à la documentarisation de l’humain.

Le récit de l’identification

31Le récit de l’identification présente sur les autres l’avantage de s’appuyer sur des siècles d’expérience. On le connaît bien, parce qu’il fait plus appel à l’imaginaire du contrôle et du fichage.

32Les raisons premières de l’enregistrement des naissances, des mariages et des décès résident principalement dans son utilité pour définir le statut et le rôle des individus dans une société, pour la transmission de la propriété par héritage, etc.

  • 5 Mais l’acte officiel instituant la tenue obligatoire de « registres des baptêmes et des sépultures (...)

33L’histoire de l’état civil en France trouve ses racines dans les pratiques de l’Église catholique5. La tenue d’un enregistrement des données d’état civil avait comme enjeu l’enregistrement de l’affiliation religieuse. La récurrence des épidémies, particulièrement dans les grandes villes, a également stimulé l’intérêt pour la tenue de registres et le recueil d’informations sur les décès (Gutton, 2010). Ces registres sont parfois assortis d’un « registre d’état des âmes » rédigé à titre privé par des curés qui veulent faire un état moral de leur paroisse, afin de démasquer notamment des cas de bigamie, de concubinage ou d’impiété.

34Si le fichage des individus est devenu une question d’actualité récurrente, il y a cependant un second moment de la protohistoire des fichiers. La notion de « sécurité nationale » provient de la Révolution française avec les listes de proscrits et d’ennemis de la nation. Pour le moins, Fouché, pendant les dix ans de son « règne », a élaboré un système de surveillance et de contrôle des déplacements. Les Renseignements Généraux, créés en 1855, travaillèrent à prendre la température de l’opinion publique, mais aussi à surveiller les personnalités et à traquer les opposants ainsi que les propagateurs du socialisme.

35L’instruction ministérielle du 9 décembre 1886 prescrit, en effet, à la gendarmerie, sous l’autorité du préfet, de surveiller les étrangers portés sur des listes de suspects. Les carnets A recensent alors, dans chaque département, les noms des étrangers résidant en France en âge de servir les armées et les carnets B ceux des étrangers et des Français soupçonnés d’espionnage ou d’antimilitarisme. À la fin du xixe siècle, Alphonse Bertillon a utilisé l’anthropométrie à l’origine d’une véritable « identité judiciaire » des individus, matérialisée par des photographies, mais aussi par une série de mesures corporelles. L’anticommunisme d’État des années 1920 a conféré un nouvel élan au fichage d’individus suspects de commerce avec des puissances étrangères. Dans la panoplie des mesures de surveillance, le carnet B se retrouve à nouveau en bonne place pour ficher trois catégories d’activistes, parmi lesquelles les militants du PCF et les syndicalistes.

36Dans toute l’Europe occupée par les Nazis, l’exclusion puis l’extermination des Juifs a imposé l’étape préalable de l’identification. De fédératrice et assimilatrice qu’elle avait été jusqu’alors, la carte d’identité créée par le régime de Vichy devient un moyen d’exclusion.

37Au xxe siècle, les fichiers étaient policiers, administratifs ou commerciaux. Dans les années 1950 et 1960, les fiches des entreprises étaient particulièrement détaillées.

Le récit du dénombrement

38On ne saurait occulter un second récit qui se développe en même temps que les autres et qui vise les populations et les comportements collectifs (de la fécondité à l’opinion politique en passant par les pratiques culturelles).

39Des recensements furent organisés à des fins administratives à Rome, en Chine, chez d’autres peuples de l’antiquité et au Moyen-Âge dans certains états européens. Au fur et à mesure de la diversification des fonctions de gouvernement dans le monde moderne, il devint nécessaire de disposer d’informations plus exactes et plus détaillées. On commença à dénombrer régulièrement la population de la Prusse, en 1748, sous Frédéric le Grand.

40Que la démographie ait acquis le statut de science est lié, sans doute, à la disponibilité d’un vaste corpus de données adéquates et suffisamment exactes. Les justifications de la réalité des peuples et des populations par les récits de l’origine, qui se développent à partir du milieu du xviiie siècle, est une autre source (origine des langues, des races, des espèces, des nations).

41La quantification, signe d’objectivité, de rigueur et d’impartialité, est mobilisée dans des situations fort variées. Ainsi, en 1869 dans Hereditary Genius, Francis Galton invente l’hérédité sociale conçue comme une hérédité génétique et donc associée à un questionnement politique eugéniste sur la production des personnes les plus « utilisables » (Martin, 2008).

42Évitons tout contresens historique en rappelant que les progrès de l’administration statistique sont notables, depuis le dernier quart du xixe siècle, et débordent des questions exclusives de taxinomies.

Le récit généalogique

43Si les expressions « memopolitik » ou « politique de la mémoire » sont généralement comprises dans le sens de mémoire historique par rapport à un événement ou à une période historique, il est une autre acception qui est, elle, une production de soi, un souci de soi, de son passé et de ses « origines ».

44L’arbre généalogique a toujours fasciné. « Ses racines profondément ancrées dans le sol, son tronc droit et puissant, sa ramure et son feuillage opulent, apparaît comme le fédérateur d’une famille qu’il nourrit de sa sève par laquelle il lui apporte unité, solidité et durée. Aperçu dès l’enfance dans les livres d’histoire à propos des rois de France, son image est volontiers utilisée par bien des romanciers qui l’associent à des histoires d’héritages fabuleux ou à de grandes sagas familiales comme celle des Rougon-Macquart de Zola » (Beaucarnot, 2003).

45D’abord, activité élitiste de quelques érudits, la généalogie est devenue depuis les années 1990 l’un des loisirs les plus répandus. Réhabilitée, la démarche généalogique déborde le cadre familial et aborde les réseaux amicaux comme ceux des anciens élèves.

46Ce type de classification est des plus passionnantes, car elle renvoie aux problèmes posés en biologie par la cladistique, à savoir ce genre de classification qui exclut toute idée de ressemblance entre les êtres vivants, et qui n’opère qu’à partir de l’évolution (Rossi, 1999).

Conclusion

47Ce que j’ai retenu ici de l’utilisation des épistémologies « classificatoires » et des styles de raisonnement me semble enrichir le dossier de la documentarisation de l’humain. Par plusieurs aspects s’appuyer sur l’approche historique, c’est d’abord revendiquer une forme d’effraction dans l’évidence du nouveau. Ensuite, en déportant la question des traces du domaine privilégié de la communication numérique vers une réflexion générale sur les processus cognitifs et culturels, j’invite à reconsidérer la rhétorique de la documentation : par-delà les lieux de savoirs, cataloguer et ficher sont aussi des rationalités politiques. Le numérique les rend plus visibles, sinon inquiétantes. Enfin, documenter et ordonner les hommes et les choses renvoient à fonder une politique de l’information et une réaction sociale, éducative et civique est attendue d’un tel acte classificatoire et documentaire.

Bibliographie

Références bibliographiques

Arnaud M. et Merzeau L., « Traçabilité et réseaux », Hermès, no 53, 2009.

Atran S., Les fondements de l’histoire naturelle. Une anthropologie de la science, Bruxelles, Complexe, 1986.

Bacon F., Novum Organum, Paris, PUF, 1986.

Beaucarnot J.-L., « Jusqu’où donc ira la “passion généalogique” ? », dans Marie-Odile Mergnac, La généalogie, Paris, Autrement, 2003.

Chartier R., « L’Arbre et l’océan », dans Roland Schaer (dir), Tous les savoirs du monde. Encyclopédies et bibliothèques de Sumer au 20e siècle, Paris, BNF – Flammarion, 1996.

Chartier R., « L’Écrit et l’écran, une révolution en Marche », Le Monde, 2007, http://aldus2006.typepad.fr/mon_weblog/files/Chartier.pdf.

Cochoy F. et De terssac G., « Au-delà de la traçabilité : la mappabilité. Deux notions connexes mais distinctes pour penser les normes de management », dans Arnaud Berthoud, Evelyne Serverin, La production des normes entre État et société civile, Paris, L’Harmattan, 2000.

Denouël J. et Granjon F., « La nudité corporelle comme forme de présentation de soi sur les sites de réseaux sociaux », Actes du Colloque AISLF, Sociologie de la communication, Facultés Universitaires Notre-Dame de la Paix, Namur, Belgique, 2010, p. 92-93.

Ertzscheid O., « L’Homme, un document comme les autres » ? Hermès, no 53, 2009, p. 33-40.

Foucault M., Les Mots et les choses, Paris, Gallimard, 1966.

Fraenkel B., « La traçabilité, une fonction caractéristique des écrits au travail », Connexions, no 65, 1995, p. 60-75.

Ghitalla F., « La naissance d’une géographie du Web », Les Cahiers de la SFSIC, no 4, 2009, p. 16-18.

Goody J., Pouvoirs et savoirs de l’écrit (Trad. de l’anglais), Paris, La Dispute, 2007.

Gutton J.-P., Établir l’identité. L’identification des Français du Moyen-Âge à nos jours, Lyon, PUL, 2010.

Hacking I., « Trees of logic, trees of Porphyry », dans John L. Heilbron, Advancements of Learning. Essays in Honour of Paolo Rossi, Firenze, Olschki, 2006.

Jacob C., « Rassembler la mémoire. Réflexions sur l’histoire des bibliothèques », Diogène, no 196, 2001, p. 53-76.

Manach J.-M., « Le fichage au regard de l’histoire », Le Monde, [en ligne], disponible sur : <http://bugbrother.blog.lemonde.fr/2012/05/09/lefichage-au-regard-de-lhistoire/>, 09 mai 2012.

Martin O., « Francis Galton (1822-1911) : l’obsession de la mesure », Sciences humaines, hors-série spécial, no 7, septembre-octobre 2008

Mattelart A., Histoire de la société de l’information, Paris, La Découverte, 2001.

Perriault J., « Effet diligence, effet serendip et autres défis pour les sciences de l’information », dans Colloque international, Les pratiques collectives distribuées sur Internet, Paris, CNRS, ENST, UIUC, UCSD, 19-20 septembre 2000, (Texte en ligne <http://archives.limsi.fr/WkG/PCD2000/textes/perriault.html>).

Rossi P., La naissance de la science moderne en Europe, Paris, Seuil, 1999.

Serres M., Hermès II, L’interférence, Paris, Éditions de Minuit, 1972.

Serres M., Le système de Leibniz et ses modèles mathématiques, vol. 2, Paris, PUF, 1968.

Wiener N., Cybernetics, or Control and Communication in the Animal and the Machine, Cambridge, MIT Press, 1948.

Notes

1 C’est ce que rappelle Jacques Perriault dans « Effet diligence, effet serendip et autres défis pour les sciences de l’information », <http://archives.limsi.fr/WkG/PCD2000/textes/perriault.html>.

2 Bacon F., Novum Organum, livre I, chapitre VI, § CXXIX, 1620, parle des trois innovations capitales de l’imprimerie, de la poudre à canon, de la boussole : « Ces trois inventions ont changé la face du globe terrestre et produits trois grandes révolutions : la première dans les lettres ; la deuxième dans l’art militaire ; la troisième dans l’art de la navigation : révolutions dont se sont ensuivis une infinité de changements de toute espèce, et dont l’effet a été tel qu’il n’est point d’empire, de secte ni d’astre qui paraisse avoir eu autant d’ascendant, qui ait, pour ainsi dire, exercé une si grande influence sur les choses humaines ».

3 La carte a souvent pour but de fixer limites et possessions. Des figures topographiques apparaissent sur les parois de la grotte de Belinda, en Italie du nord, 2000 ans avant JC. Des chercheurs y voient la préfiguration du cadastre. Ce sont probablement les Égyptiens pour retrouver leur parcelle de terre recouvert chaque année par les crues du Nil, qui commencèrent à en tracer une représentation réduite sur des tablettes.

4 « Penser, dit Castoriadis, c’est entrer dans le labyrinthe, plus exactement faire être et apparaître un labyrinthe alors que l’on aurait pu rester étendu parmi les fleurs, faisant face au ciel. C’est se perdre dans des galeries qui n’existent que parce que nous les creusons inlassablement. »

5 Mais l’acte officiel instituant la tenue obligatoire de « registres des baptêmes et des sépultures » date de 1539. C’est l’ordonnance de Villers-Cotterêts, signée par le roi François Ier.

© CNRS Éditions, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access