Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Traces numériques

 | 
Béatrice Galinon-Melenec
, 
Sami Zlitni

Livre II. Les producteurs du numérique : au-delà de l’écran, les couches logicielles

Des traces numériques pour une appropriation cognitive

Maryvonne Holzem, Youssouf Saidali, Jacques Labiche et Groupe Nu

Texte intégral

« Ce qui me frappe le plus dans la mémoire ce n’est pas qu’elle redit le passé, c’est qu’elle alimente le présent. »
Paul Valéry,
Cahiers, Tome 1, Gallimard, 2009

Introduction – Le passage au numérique : sens et appropriation

1En informatique, la question du sens a généralement été abordée dans le cadre de la conception de systèmes entièrement automatiques : données en entrée, résultat en sortie. Le développement de travaux pluridisciplinaires au sein des sciences cognitives comme des sciences de l’information permet de remettre en question ce point de vue exclusivement calculatoire, en redonnant au sujet humain le premier rôle lors du traitement de données nécessaire pour progresser, cerner un problème et y apporter des éléments de réponse. Dans cette optique nous proposons que, dès la conception, une instrumentation informatique soit résolument tournée vers l’utilisateur autonome et engagé cognitivement. Cette proposition, étayée ci-après, nécessite d’interroger plus avant l’expérience que constituent les interactions entre un utilisateur et le système informatique qu’il doit s’approprier lors d’une expérimentation singulière.

Justification d’une démarche anthropocentrée : prise en compte de la singularité

2Lors des interactions avec l’instrumentation, face à la machine se tient l’utilisateur qui ne saurait être anonyme, mais qui possède des savoirs et des connaissances, qui est situé, animé d’intentions, de besoins, de désirs, et interagit en étant le siège d’émotions. Ainsi les usages qu’il va faire de cette instrumentation lors d’interactions in vivo ne peuvent être programmées scientifiquement comme de simples objets inanimés ; ils émergeront. Aucun profilage de l’utilisateur, même sophistiqué, ne peut permettre d’anticiper pendant les interactions la succession de ses prises de décision instantanées, seulement peut être en rendre compte a posteriori. Seules des interactions entre la machine et un individu dépourvu de créativité, d’imagination, de sérendipité, réduit à des compétences cognitives computationnelles, privé de « je », pourraient être objectivement planifiées. Ce qui serait alors dommageable n’est pas tant que l’objectivité, selon Michel Bitbol (2012), se construise sur une mise en suspens d’un monde supposé extérieur, subsumant la diversité des cas particuliers sous l’unité d’une généralité qui fait loi, mais que ce retrait se vive dans l’ignorance de l’expérience vécue par une personne singulière et incarnée. Il s’agit, souligne M. Bitbol, d’une dénégation « de l’expérience d’objectiver » d’une première personne « je » qui ne peut s’exprimer que dans la réciprocité d’une autre personne (le « tu » de la seconde personne). Cette seconde personne place la connaissance du monde qui entoure tout sujet incarné dans la réciprocité de sa pratique sociale. Sans prétendre clore la question de la construction de l’objectivité, nous nous contenterons de mettre en évidence, toujours avec Michel Bitbol, le caractère ectopique du réductionnisme scientifique qui livre par cette perte des expériences son expression langagière : celle d’une fragmentation sociale en individu atomisé.

3Dire que les classifications sont des constructions sociales n’est pas une nouveauté, mais si nous poursuivons la réflexion avec Ian Hacking (2001) lorsqu’il en parle comme des catalogues d’idée qui se sont forgés dans une histoire et qui affectent l’objet qu’elles représentent, nous invitons à prendre toute la mesure de cette question à l’heure des réseaux mondiaux d’information numérique. Ces réseaux réempruntent une voie aristotélicienne déjà fort ancienne, reprise par Francis Bacon puis Gottfried W. Leibniz au xviie siècle, l’un comme l’autre étant persuadés de la nécessité d’un système universel d’organisation ontologique des connaissances indépendamment des points de vue particuliers. Ces universaux cognitifs sont de fait réifiés via les métadonnées du Web, selon Maryvonne Holzem et Nathalie Baudouin (2006) et ils seraient à même de pourvoir à la circulation de l’information, sans tenir compte de la question de l’interprétation ni surtout de la diversité et de l’évolution des pratiques langagières au sein de sphères d’activité.

4Partant de ce constat, nous avons choisi la voie de l’anthropocentrisme dont le principe fondateur est le suivant : « [dans un système anthropocentré] l’homme n’est plus en charge d’entrer dans un monde informatique quasi-autosuffisant mais c’est à la machine de se construire autour des besoins de l’utilisateur pour mieux l’assister » (Thlivitis, 1998).

Cas particulier de traitement de documents et d’outils linguistiques

5Si le « faire sens » s’impose avec tout outil traitant de données, il devient encore plus critique dès lors qu’il s’agit d’outils linguistiques pour lesquels les données sont des mots, des textes ou des corpus, car il semble alors « naturel » de confondre sens et signification : les mots, les textes auraient un sens qui ne serait que celui que leur a donné leur auteur.

6Historiquement, dès la fin de la Seconde Guerre mondiale, les pionniers du TAL (originellement Traduction Automatique des Langues) envisageaient la traduction comme un simple codage/décodage. Le fonctionnement de la langue dite naturelle n’était pas distingué du fonctionnement d’autres systèmes de signes comme les codes des programmes informatiques ou les équations mathématiques. Les échecs de ces premiers travaux ont permis des avancées considérables dans d’autres domaines (par exemple en programmation, cryptographie, logique). Les quantités de connaissances à manipuler lorsque l’on souhaite traiter des textes tout-venant sont très grandes, l’exhaustivité ne peut être atteinte. Depuis une trentaine d’années, les recherches sur le sens en informatique ont profondément changé de nature selon Bernard Victorri (1998). Les autres disciplines ont trouvé dans l’expérimentation informatique des situations objectives de mise à l’épreuve de leurs modèles. Ces relations entre l’informatique et les autres disciplines au sein des sciences cognitives ont permis d’envisager d’autres voies pour les modèles touchant au matériau linguistique. Certains chercheurs tentent en particulier de prendre en compte la notion d’interprétation.

Démarche « centrée » utilisateur pertinente pour l’interprétation

7Notre démarche doit permettre à l’utilisateur, à partir d’outils déjà existants au sein d’un même environnement logiciel homogène, d’exprimer ses spécificités interprétatives. De fait, Il s’agit d’expérimenter une couche intermédiaire entre le système d’exploitation natif, les différents outils auxquels il donne accès, le corpus étudié et les bases de données du domaine rendues accessibles par Internet. Notre approche se situe ainsi à l’opposé de celles défendues dans le cadre du Web sémantique. Là où le Web sémantique cherche à rendre de vastes ontologies le plus possible partagées, qui synthétisent une connaissance pensée comme objective et devant convenir à tous les utilisateurs, nous préférons manipuler des ressources termino-ontologiques (bases de données terminologiques, représentations du contenu lexical, etc.) propres à un utilisateur ou un petit groupe d’utilisateurs et liées à leur tâche, leurs besoins et leurs centres d’intérêt.

8La tradition logico-grammaticale, et plus précisément la sémantique formelle et computationnelle, cherche à représenter et à produire, automatiquement ou pas, des formes le plus possible objectivées des significations et du sens. Dans la démarche centrée sur l’utilisateur, nous partons d’une position duale où nous considérerons que les traitements sémantiques appliqués à l’accès aux contenus des documents ont tout à gagner à être le plus subjectif possible, tant du point de vue des ressources que du point de vue des résultats opératoires. Cette démarche nous paraît être une réponse au constat que dressent Didier Bourigault et Nathalie Aussenac-Gilles à propos de la variabilité des terminologies, qu’il y a « autant de ressources termino-ontologiques que d’applications dans lesquelles ces ressources sont utilisées » (2003). Les ressources qui sont les plus importantes pour un utilisateur dans une instrumentation informatique pour l’accès aux documents sont celles qui doivent être produites de manière endogène dans une boucle d’interaction entre un outil logiciel, un utilisateur et des corpus. Dans cette boucle chaque pôle est déterminant. Il en découle une importance significative des corpus utilisés qui, du coup, ne peuvent plus être considérés uniquement comme un réservoir de formes attestées sur lequel on tenterait de mettre en œuvre un calcul à base de ressources exogènes.

9Le corpus utilisé est à l’origine des ressources lexicales construites et constitue en même temps le matériau d’expérimentation. L’accès personnalisé au contenu s’inscrit dans un processus interprétatif en aller-retour entre des outils (des logiciels d’étude), des corpus (des corpus d’étude) et des ressources personnelles, les uns étant conditionnés par les autres.

Notre recherche en cours

La Trace comme agir interprétatif

  • 2 Parmi les très nombreuses publications de l’auteur et de ses collègues, nous avons choisi : A. Mill (...)

10Nous travaillons présentement au développement d’un Espace numérique de travail (ENT) qui doit donc être ouvert afin de faciliter les interactions avec les utilisateurs. Ceux-ci sont appréhendés avant tout comme humains cognitifs et donc particuliers, capables lors de sessions de travail de mémoriser, raisonner, mais surtout, d’imaginer, concevoir de nouveaux parcours interprétatifs dans les documents qu’ils lisent et enrichissent au sein de leur sphère d’activité. À l’instar des travaux d’Alain Mille2 et de ses collègues qui initient une méthodologie de la trace informatique n’ayant pas pour fonction d’assister, mais de faciliter l’interprétation d’un utilisateur en « lui permettant de se voir agir », nous défendons ici l’idée d’une trace active et volontairement assumée par les utilisateurs. Cette conception centrée utilisateur, transforme la trace (les clics de souris lors d’une navigation sur le Web), en « inscription de l’expérience vécue » et « les modèles d’interprétation dynamiques et plastiques en interaction avec l’utilisateur générateur conscient de ces traces ». Mais si nous concevons, à notre tour, une certaine automatisation des traces permettant à l’utilisateur de pouvoir refaire son parcours de navigation à partir de son traçage en temps réel, l’originalité de nos travaux réside dans notre rapport à la trace comme présentification du passé. Autrement dit, dans la lignée des travaux de Husserl sur le temps, nous nous questionnons sur la manière dont le ressouvenir présentifie le passé et surtout sur la distinction entre l’imagination et le ressouvenir. C’est une des raisons qui nous a conduit vers la théorie de l’enaction (Holzem, Labiche et Groupe Nu, 2011) et à la troisième étape du développement des sciences cognitives. Cette théorie postule que la cognition est l’apanage du vivant et qu’il ne saurait ainsi y avoir identité avec l’ordinateur. Comme le rappellent Dominique Dionisi et J. Labiche (2006), « dans l’invitation aux sciences cognitives, Francisco Varela identifie trois étapes dans le développement des sciences cognitives :

  • 1re étape, l’hypothèse cognitiviste ; le traitement de l’information, la manipulation de symboles à partir de règles.

  • 2e étape, l’hypothèse connexionniste : l’émergence d’états globaux dans un réseau de composants simples.

  • 3e étape, l’enaction : l’histoire du couplage structurel qui enacte (fait-émerger un monde). »

11Le couplage structurel Sujet – Environnement Numérique présente une analogie profonde avec celui d’un malvoyant interprétant son environnement par l’intermédiaire de sa paire de lunettes (Havelange et al., 2002). Il permet à l’utilisateur de mener une recherche propre dans le corpus accessible, basée sur l’internalisation dans l’immédiateté de son contexte professionnel et culturel. Ce principe repose sur la propriété d’autopoïèse (auto-constitution) propre au vivant. Un système autopoïétique établit et maintient par lui-même les moyens de sa propre définition. Il interagit avec le milieu ambiant en subissant des perturbations qui le forcent à évoluer. Le postulat de la propriété autopoïétique du vivant a amené Francisco Varela (1989) dans son Invitation aux sciences cognitives à s’interroger sur les conséquences dans le domaine des processus cognitifs humains. La cognition n’est plus alors affaire de représentations mais d’actions incarnées, indissociables du vivant et de l’histoire du sujet pensant. C’est bien pour cela que nous basons notre approche Sujet/Environnement Numérique sur l’agir interprétatif.

La trace comme déclencheur d’une imagination réglée

  • 3 Quidquid recipitur ad modum recipientis recipitur, Thomas D’Aquin, Liber de causis, 1272, prop 10 : (...)

12C’est Husserl qui a ouvert la voie à une philosophie de la présence qui inclurait, souligne Paul Ricoeur (1985), « l’altérité sui generis de la rétention ». La dissociation entre le ressouvenir (modification rétentionnelle) et la reproduction (répétition) ouvre la voie à l’imagination dans un rapport de discontinuité avec le passé versus continuité avec notre présent. Dans le cas des traces de notre propre activité laissées volontairement ou involontairement, leur interprétation a posteriori sera vue sous l’angle d’une altérité, d’un décentrement sur un autre soi-même. Dans le cas de l’interprétation des œuvres du passé, ce décentrement s’inscrit dans l’historicité de la réception, « les modalités propre du récepteur » pour reprendre l’expression de Thomas d’Aquin3 et sera médié et réglé par la tradition transmise dans l’environnement sémiotique des cultures.

  • 4 Le fait que l’ouvrage de Bell et Gemmell ait été préfacé par Bill Gates ne semble pas de bon augure (...)

13Les immenses capacités mémorielles des technologies numériques sont loin de régler la question du passage du présent au passé, bien au contraire serions-nous tentés d’écrire après avoir lu l’article de Benoît Habert (2012) intitulé « L’archivage pérenne entre us et abus de la mémoire numérique ». L’auteur transpose l’excès de mémoire à l’heure du numérique comme la capacité de répétition dont est doté Funès dans la nouvelle (Borges, 1957). Or cette faculté d’accumulation, de ne rien pouvoir oublier, fait dire au narrateur : « Je soupçonne cependant qu’il n’était pas très capable de penser. Penser c’est oublier les différences, c’est généraliser, abstraire, dans le monde surchargé de Funès, il n’y avait que des détails, presque immédiat ». Un monde tellement surchargé que Funès confesse au narrateur au terme d’une nuit de veille : « ma mémoire, Monsieur ressemble à un tas d’ordure » (ibid). Pour Benoît Habert (2012), des projets tels le lifelogging ou l’enregistrement continu de la vie d’un individu, qu’illustre en quelque sorte l’ouvrage Total Recall (le souvenir absolu) de Gordon Bell et Jim Gemmell4 édité en français en 2011, relève de la tentation de Funès. Face aux immenses capacités de stockage et de restitution numériques, nous avons en quelque sorte le choix entre deux perspectives de notre rapport au passé. Perspectives incarnées par deux héros de fictions qui se font en quelque sorte face : Iréno Funès de Luis Borges et Edmond Teste de Paul Valéry (1926).

14La citation mise en exergue de notre article témoignera de notre choix dans notre conception de la trace mémorielle, car Teste est celui qui pense, remarque Leticia Otero (2006), mais non à la façon d’un Sisyphe reclassant chaque jour un inutile catalogue mental de tous ses souvenirs, mais dans l’altérité interprétative ouverte par le texte.

  • 5 Au xixe siècle avec Friedrich Schleiermacher, théologien protestant allemand, l’herméneutique prend (...)

15En effet, du point de vue herméneutique, conçue comme l’art de comprendre par une prise en compte des conditions d’interprétation des textes, comprendre est toujours comprendre autrement, dans un autre contexte et cela s’effectue dans la distance. Ricoeur dans la lignée de l’herméneutique de Friedrich Schleiermacher5 (1989) et Hans-Georg Gadamer (1976) poursuivra cette idée, considérant que le texte est, par excellence, le support d’une communication dans et par la distance, in medias res, c’est-à-dire ni au commencement ni à la fin mais au cœur de l’historicité de l’expérience humaine (1985). Alors que la phénoménologie à la suite de Husserl et de Merleau-Ponty, pose la question du sens dans sa dimension cognitive et perceptive, l’herméneutique la pose dans celle de l’histoire et des sciences de la Culture. C’est dans l’actualisation en contexte (in vivo) que cette réception est à l’œuvre. La construction du sens est alors foncièrement dynamique, elle s’inscrit dans ce que François Rastier nomme une « praxéologie ou théorie de l’action » (2001). C’est cette démarche de recréation, et même de « re-créaction » puisque l’on conçoit la trace comme pour un agir interprétatif (cf. supra) qu’il convient, selon nous, d’adopter dans la conception de notre plate-forme de navigation dans des corpus numériques.

La plate-forme – trace

Vers la définition de descripteurs de traces d’usage

16Notre approche « centrée utilisateur » nous amène à traiter l’ensemble des parcours effectués sur le corpus par un panel d’utilisateurs hétérogènes mais identifiés. Dans le but d’historiser les traces d’usage, nous proposons plusieurs caractéristiques à observer, dans lesquelles la dimension temporelle est primordiale. L’approche que nous adoptons pour rendre compte de la dynamique des parcours est simple. Nous nous appuyons entre autre sur les documents lus et l’ordre d’accès aux contenus, mais également sur la durée d’une session, le temps passé sur chaque document, ou encore les services utilisés.

17Ainsi en nous basant sur des travaux de la littérature dans le domaine de l’analyse de parcours de l’utilisateur (Beauvisage 2004), nous avons extrait les indicateurs suivants regroupés sur quatre dimensions :

– Utilisateur

Thèmes personnels

Rôle (juriste, chercheur, terminologue, informaticien,…)

– Contenu :

F = ƒap ƒip ƒnp : L’ensemble fini des documents visualisés

avec :

ƒap : L’ensemble des documents jugés adaptés avec une information pertinente sauvegardée dans le bloc-notes

ƒip : L’ensemble des documents jugés inadaptés avec une information pertinente (exprime l’émergence d’un nouveau besoin)

ƒnp : Les documents jugés non pertinents (expression d’une désorientation)

Q = (q1, q2,…, qn) : L’ensemble fini des requêtes exprimées.

B : Un bloc-notes enrichi au fur et à mesure du parcours interprétatif.

– Évènements/Actions :

Les outils (Web services) exploités

Les modalités de visualisation utilisées

Les interactions humain/machine (via les clics de la souris)

– Séquentialité :

N : Longueur de la trace (nombre de pas)

n : Nombre de documents uniques lus dans la session

T : Durée totale d’une session (en secondes)

tmoy : Temps moyens passé sur chaque document

tmed : Temps médian passé sur chaque document

dmoy : Durée moyenne séparant deux requêtes

Image 1000000000000040000000315E007251.jpg : Taux moyen de linéarité de la trace (vaut 1 si elle est linéaire)

R : Nombre de documents relus

Image 10000000000000600000003585C968EC.jpg: Nombre moyen des relectures sur un ou plusieurs documents du parcours. Cette caractéristique permet de détecter des parcours en étoile et fait émerger par exemple des documents pivots.

18L’ensemble de ces critères nous donne une base formelle permettant d’implanter informatiquement les traces en tenant compte de leur caractère multidimensionnel.

Opérationnalisation

  • 6 Aide à l’Interprétation de Documents électroniques en collaboration avec l’Institut du Droit Intern (...)

19Comme nous venons de le voir, c’est l’agrégation de différentes informations qui permet de structurer les traces d’usage. Dans le projet AIDé6, nous avons choisi de regrouper les interactions collectées dans une base de données HSQL. La figure 1 illustre le modèle de trace tel qu’il a été implémenté dans notre plate-forme.

Image 100000000000024E0000012C0DE2AD1A.jpg

Figure 1 : Formalisation de la trace.

20Les traces ainsi formalisées sont présentées sous forme de graphes à l’utilisateur, et sont exploitées pour proposer une classification des topologies des usages. Nous avons ici une observation des expériences vécues, une observation de l’utilisateur qui structure sa réalité et enfin l’observation de schémas d’interprétation. La figure 2 présente un exemple de trace issue d’une expertise de navigation sur le corpus par des étudiants de droit (cf. ci-après : Test d’expérimentation sous contraintes).

Image 10000000000002A70000012E9DD6DEEB.jpg

Figure 2 : Exemple de trace utilisateur.

21Sur cet exemple, après analyse des résultats sur 9 requêtes, on obtient les résultats suivants : N = 21 n = 2 rm = 0.95 R = 2 et c = 0.5.

22Ces indices permettent d’évaluer et mettre en avant, par exemple, l’aspect linéaire de cette trace, un taux de relecture très faible et la non présence de document pivot. L’analyse du graphe présente a priori une rupture de la trace entre q4 et q5, qui a un effet sur l’ensemble ƒap des documents jugées pertinents par l’utilisateur.

23Par ailleurs, un autre phénomène imprévisible, est visible au niveau du document fap3 qui à la première relecture issue de q3 est jugé pertinent, puis lorsqu’il ressort grâce à q4 il est cette fois-ci jugée non pertinent.

Usages – interprétation – philologie numérique

Introduction

24Dans notre stratégie d’amélioration de la navigation intertextuelle, nous proposons à l’utilisateur plusieurs approches pour naviguer dans l’ensemble des documents, visualiser, manipuler et organiser le résultat de ses recherches. Il pourra notamment s’appuyer sur l’historique de sa navigation, ses propres traces, mais aussi celles qui sont liées à sa sphère d’activité, autrement dit, son collectif de travail. Il s’agit donc de lui permettre d’exploiter cette observation, par un retour a posteriori sur les traces de sa propre interprétation textuelle. Par le biais de ces traces volontairement (recueil de notes sous forme d’un bloc-notes personnalisé) ou involontairement laissées, nous ne cherchons pas à modéliser un comportement pour faire de la prédiction, mais à disposer d’outils de description et d’analyse de la navigation intertextuelle en situation réelle.

25Dans ce couplage personne-système les interprétations utilisateurs-machines ne sont pas en concurrence car l’une n’a en aucun cas le but de supplanter l’autre. Au contraire, nous les pensons comme complémentaires dans le sens où l’interprétation d’une machine a pour objectif de produire dans l’interaction des traces qui vont participer aux interprétations du ou des utilisateurs. Nous suivons bien ici l’idée de D. Dionisi et J. Labiche qui consiste à caractériser des « processus logiciels » impliqués dans des « processus expérientiels », eux-mêmes impliquant des « processus cognitifs » (2006).

Interprétation et genre – les contraintes modales

26Notre système d’aide à l’interprétation a pour but de permettre dans un premier temps l’accès au contenu des documents juridiques dans leur intégralité et non simplement aux fiches résumant ces contenus. C’est pourquoi nous avons commencé par œuvrer à la numérisation des sept mille arrêts (environ) de Cour d’appel et de Cour de cassation liés à des problèmes de transport et logistique. Ceci fait, une analyse fine des textes ayant donné lieu à signalement par l’IDIT sous forme de fiches s’est avérée nécessaire pour au moins deux raisons :

  • Premièrement, l’efficacité de notre système repose sur son adaptation au corpus à partir duquel il prétend aider à l’interprétation. Une aide doit être ciblée en fonction des pratiques sociales et discursives au sein des sphères d’activité concernées.

  • Deuxièmement, pour espérer cerner l’espace interprétatif de la navigation tracée d’un utilisateur, il nous a semblé nécessaire de nous interroger sur la place à accorder aux marqueurs modaux qui témoignent de l’engagement énonciatif. Ceux-ci devraient être ainsi corrélés aux contraintes du genre discursif ici étudié : le discours du magistrat.

  • 7 C’est à partir de l’ouvrage de Gosselin, L., Les modalités du français : la validation des représen (...)
  • 8 Cette prise en charge modale est garante de la compréhension du jugement (c’est-à-dire l’institutio (...)

27Nous avons ainsi relevé quelques marqueurs modaux remarquables du point de vue du déroulement aspectuel (structure temporelle interne) qui témoignent ici sur la façon dont les évènements sont successivement présentés pour permettre à quiconque lit l’arrêt de la Cour de prendre en charge les conclusions du procès. Ce qui a retenu notre attention ce sont les contraintes relatives au genre, autrement dit l’expression du point de vue adopté par le magistrat en fonction des faits (modalité aléthique)7, puis de leur appréciation (modalité appréciative) autorisant un jugement de valeur de nature légale sur les actes en question (modalité axiologique relative comme expression de ce qui est blâmable ou non en fonction des conséquences présentement jugées). Ce n’est alors qu’au terme de ce parcours interprétatif, vu sous l’angle d’une transformation des états modaux des actants (Gosselin, 2010), que le verdict pourra être énoncé (modalité déontique : dire le permis, l’interdit, l’obligatoire, etc.). Ce protocole discursif fonde en quelque sorte l’argumentation juridique puisqu’elle permet à la partie désignée coupable de prendre en charge la décision de justice8. Ajoutons que par ce biais, nous pouvons mieux comprendre l’instance de validation à l’œuvre dans la prise de parole finale du magistrat. Instance bien perçue par la personne chargée de renseigner la base puisque ces passages clés sont repris presque intégralement dans les fiches résumant les cas de litiges.

Interprétation médiée par les traces

28Ce qui retient ici notre attention c’est de pouvoir cerner l’espace interprétatif en combinant la sémantique interprétative de François Rastier (1987) et un réseau de contraintes lié aux marqueurs modaux tels qu’évoqué ci-dessus. Pour Rastier (2006) notre perception sémantique du texte est en fait morphosémantique. Elle est basée sur la relation cohésive lexique/texte, autrement dit, sur l’alternance entre fond sémantique comme faisceau de régularités/forme sémantique comme famille de transformations perceptible justement à partir de ce fond. Nous réempruntons ici la voie ouverte par Schleiermacher, celle d’une herméneutique matérielle fondée sur le matériau du langage, liant signifiants et signifiés aux parcours interprétatifs. Le signifiant ne nous est pas plus donné que le signifié, ils sont l’un comme l’autre fonction des parcours interprétatifs contextuels et intertextuels (c’est-à-dire la lignée des autres textes). Les contrats de production (énonciation) et d’interprétation dépendent ainsi des genres et des discours qui norment culturellement ces parcours – lesquels sont par nature individuels. Ainsi, souligne Ernst Cassirer (1991) dans le chapitre qu’il consacre à la tragédie de la culture, « le langage est l’exemple de cet identique qui change en permanence […]. Il ne s’agit pas d’un don comme d’une monnaie frappée. Le sujet ne peut recevoir ce don qu’en l’utilisant et ce faisant il lui donne une nouvelle empreinte ». Tout texte s’inscrit donc dans un genre, ou lignée de réécritures, et par ses rectifications répétées, ses reformulations, corrections ou reprises (sous forme de citations y compris) il se régénère en s’interprétant (Rastier, 2001). Seule une approche par le genre et par une typologie des genres (donc des pratiques) et non seulement des textes, permet d’articuler l’individuel et le social et de mieux appréhender les sphères organisationnelles du fait du caractère culturellement situé de toute activité de connaissances (y compris scientifique).

Test d’expérimentation sous contraintes

  • 9 Ce test réalisé en juin 2012 est encore en cours d’analyse linguistique.

29Nous avons, par le biais d’un test mené auprès d’un panel de cinq étudiants, volontairement contraint les conditions d’interprétation afin d’espérer mieux cerner l’espace interprétatif. Nous avons donc réuni des étudiants d’une même filière (droit des entreprises) à un même niveau d’étude (fin de master première année) et ayant un même intérêt pour le domaine du droit du transport. À partir d’un cas pratique de litige qui leur a été soumis par un juriste spécialiste en la matière, nous leur avons demandé de rédiger un argumentaire jurisprudentiel d’après une navigation dans la base de données de l’IDIT. Afin de tracer au mieux leur parcours interprétatif, nous avons équipé cette navigation d’un bloc-notes leur permettant de retenir toutes informations jugées intéressantes à partir d’une lecture des fiches. Suite à corpus de fiches consultées, de notes prises sur ces fiches et d’un argumentaire rédigé, nous formulons aujourd’hui l’hypothèse d’un agir-interprétatif mû par les traces volontairement laissées dans ce bloc-notes comme faisceau d’isotopies lié au thème traité9.

Conclusion : la philologie numérique ou la trace dans cet épais présent

La philologie et le temps de l’humaine connaissance

30À la question qu’il pose « À quoi sert encore la philologie ? » Frédéric Duval (2007) insiste sur l’importance de maintenir un contact avec le passé face à l’accélération de l’histoire et aux risques encourus par le patrimoine écrit sous les coups conjugués d’une prolifération des écrits et d’une perte tout aussi rapide de leur valeur d’usage. Nous pouvons ajouter à ce constat les évolutions des logiciels et matériels qui fragilisent l’interopérabilité des systèmes d’accès aux documents (Holzem et Trupin, 2008).

31L’intelligence de l’exercice philologique tiendrait donc à sa capacité à résister aux normes de la société du communiquer toujours plus d’informations de plus en plus rapidement. Du coup, à quoi bon perdre son temps à regarder vers le passé. ». Or c’est justement, selon Duval (2007) et plus particulièrement selon Rastier (2001), en ce qui concerne l’interprétation textuelle, la tâche de la philologie que de rappeler l’existence des racines et des cultures. Ayant nous-mêmes soulevé la question de l’appauvrissement conséquent des approches technologisantes de la cognition humaine en matière d’appropriation des connaissances dans les environnements informatiques (Holzem et Labiche, 2011 ; Labiche et al., 2009), nous considérons qu’il convient d’aborder la question de la trace sous l’égide de la philologie numérique.

  • 10 Et même de mutations improbables dans le domaine des biotechnologies.

32Pour étayer nos propos et aider à mieux comprendre les enjeux, c’est vers Paul Valéry et son Bilan de l’intelligence écrit en 1935 que nous nous tournerons car l’auteur y aborde la question de l’intelligence sous l’angle de l’humaine temporalité. Nous avons, écrit-il, en quelques dizaines d’années bouleversé et créé tant de choses sans d’ailleurs en avoir exprimé le besoin que nous « ne regardons plus le passé comme un fils regarde son père, duquel il peut apprendre quelque chose, mais comme un homme fait regarde son enfant… » (Valéry, 1935). Les désespérances de Valéry face à l’accélération de la production et de la consommation intellectuelle qui viole en quelque sorte le rythme de l’humaine pensée se confirment dramatiquement aujourd’hui. Les technologies qui ont ouvert la voie d’un bouleversement des rythmes de mutation du vivant10 ont suivi le même chemin dans le champ de la connaissance. L’intoxication par la hâte nous rend la durée, synonyme d’une perte de temps, insupportable selon Valéry et lorsque culture rime avec flux d’information « nos cervelles deviennent une substance véritablement grise où rien ne dure ni ne domine » (ibid.).

La philologie numérique et trace sémiotique

  • 11 C’est par ce travail de longue durée que l’on pourrait aujourd’hui répondre à la question : qu’est- (...)
  • 12 Les multiplications de plagiats, copier-coller, manipulations de toutes sortes vont effectivement b (...)
  • 13 Dans une histoire et une culture qui l’ont vu naître, dans un genre qu’il emploie et interprète et (...)

33Longtemps artificiellement séparées pour des raisons historico-épistémologiques, Damon Mayaffre souligne que la philologie et l’herméneutique « peuvent enfin se réconcilier à la faveur de la révolution numérique » (2006). Dans la démarche que nous proposons, la trace est en quelque sorte le trait d’union de cette réconciliation. Si les philologues, par les annotations et commentaires (traces interprétatives) qu’ils ont apportés aux textes ont permis de maintenir le contact avec le passé et ont ainsi activement contribué à la constitution de patrimoine culturel écrit11, la numérisation des corpus décuple aujourd’hui ces possibilités de transmission. Mais au regard des abus de mémoire soulevés ci-dessus, notre démarche se veut raisonnée au sens où comme le remarque F. Rastier (2001), l’interprétation d’un texte se construit tant par rapport au corpus au sein duquel il est plongé et dont il reçoit les déterminations propres, que par rapport à la lignée de réécriture (le genre) dans laquelle il s’inscrit. Étant donné les immenses possibilités techniques d’accès aux données textuelles12 il faut donc être actuellement encore plus vigilant sur la fiabilité des sources, autrement dit : sur « les données que l’on se donne » (Rastier, 2008). C’est par la maîtrise dans la constitution des corpus et par la spécificité différentielle de ces mêmes corpus que la trace résultant du parcours interprétatif d’un sujet sémantiquement situé13 deviendra sémiotique. En référence aux écrits de Louis-Ferdinand de Saussure (2002), la sémiosis est appréhendée comme résultat de l’interprétation, elle n’est pas donnée au départ.

34La trace du point de vue de la philologie numérique et de notre environnement anthropocentré devient ainsi herméneutique de l’expérience vécue en première personne en référence à l’expérience d’objectiver évoquée ci-dessus avec Michel Bitbol (cf. supra). Elle incarne ce présent épais qui retient le passé pour l’ouvrir sur le futur immédiat. Du point de vue de l’herméneutique philologique, le sens n’est pas immanent au texte mais s’actualise dans le contexte de son interprétant. Ce qui se dévoile ainsi sous nos yeux, ce que nous re-marquons et empruntons aux œuvres de la culture humaine (pour le marquer d’ailleurs à notre tour de notre empreinte) fait alors figure d’un don du spectre au sens husserlien et cré-acteur du terme, « d’un héritage qui ne peut venir de ce qui n’est pas encore arrivé » (Derrida, 1993). La trace est cette empreinte sémiotique qui se déploie dans le temps traditionnel, celui du patrimoine humain, et qui n’obéit pas aux métriques du temps chronologique ni au tempo de l’évolution biologique. Un temps qui s’appréhende dans l’intersubjectivité des pratiques et dont Rastier (2004) écrit qu’il n’est « ni régulier, ni connexe, ni déterministe, il laisse ouvertes des rétrospections, des anticipations, il met en contact les contemporains et les anciens, les proches et les étrangers ». Nul doute que la philologie à l’ère des corpus numériques décuple ces possibilités d’allers et retours vers les œuvres de la culture humaine et multiplie ainsi les chemins de nos traces.

Bibliographie

Références bibliographiques

Beauvisage T., Sémantique des parcours des utilisateurs sur le Web, Thèse de doctorat, Université Paris Ouest-Nanterre La Défense, 2004.

Bell G., Gemmell J., Total Recall, Paris, Flammarion, 2011.

Bitbol M., « L’Expérience d’objectiver : ou comment vivre en première personne la possibilité de la troisième », Colloque, « Je, tu, il : interférence entre philosophie et théologie », Paris, Le Collège des Bernardins, 20 janvier 2012, (Enregistrement sonore disponible en ligne sur : http://www.collegedesbernardins.fr/podcast/audio/2012-01-20_Je_Tu_Il_p2_Arjakowsky-Bitbol.mp3).

Borges J. L., « Funès ou la mémoire », Fictions, Paris, Gallimard, 1957.

Cassirer E., Logique des sciences de la culture, Paris, Éditions du Cerf, 1991.

Derrida J., Spectres de Marx, Paris, Galilée, 1993.

Dionisi D., Labiche J., « Computer Technology and Enactive Assumption », Third International Conference on Enactive Interfaces, Enaction and complexity, Montpellier, France, 20-21 Novembre 2006, p. 53-57.

Duval F., « À quoi sert encore la philologie ? », Revue Laboratoire italien, no 7, 2007, p. 17-40, (Texte en ligne : http://laboratoireitalien.revues.org), [Consulté le 1er avril 2012].

Gadamer H. G., Vérité et méthode : les grandes lignes d’une herméneutique philosophique, Paris, Seuil, 1996.

Gosselin L., Les modalités en français : la validation des représentations, Amsterdam, Rodopi, 2010.

Habert B., « L’Archivage pérenne entre us et abus de la mémoire numérique », Actes des 11e Journées Internationales, Analyse statistique des Données Textuelles (JADT 2012), Liège (Belgique), 13-15 juin 2012.

Hacking I., Entre science et réalité. La construction sociale de quoi ?, Paris, La Découverte, 2001.

Havelange V., Lenay C., Stewart J., « Les représentations : mémoire externe et objets techniques », Intellectica, no 35, 2003, p. 115-131.

Holzem M. et Baudouin N., « Rôle de la terminologie dans l’appropriation des savoirs », dans Widad Mustafa El Hadi (dir.), Terminologie et accès à l’information, Paris, Hermès Sciences publications, 2006, p. 51-70.

Holzem M., Labiche J. et Groupe Nu, « En marchant se construit le chemin : manifeste pour une approche culturelle du couplage sujet/environnement numérique de travail », Texto, no 1, 2011, (Texte en ligne : http://www.revue-texto.net/index.php?id=2739).

Holzem M., Trupin E. (dir.), Interactions et usages autour du document numérique. Actes du onzième colloque international sur le document électronique, Rouen, Europia, 2008.

Husserl E., Leçons pour une phénoménologie de la conscience intime du temps, Paris, PUF, 1964.

Labiche J. et al., « Interactions avec une base de documents : environnement numérique et perception sémiotique des changements indicibles », Revue des Interactions Humaines Médiatisées, no 2, 2009, p. 67-84.

Mayaffre D., « Philologie et/ou herméneutique numérique : nouveaux concepts pour de nouvelles pratiques ? », dans François Rastier, Michel Ballabriga (dir.), Corpus en Lettres et Sciences sociales. Des documents numériques à l’interprétation, Toulouse, PUT, 2007.

Mille A., Caplat, G. et Philippon, M., « Faciliter les activités des utilisateurs d’environnements informatiques : qui, quand, comment », Intellectica, no 44, 2006, p. 121-143.

Otero L., « Jorge Luis Borges et Paul Valéry : Ireneo Funes et Edmond Teste ou deux visions monstrueuses de l’idéal », Revue de littérature comparée, no 320, 2006, p. 475-490.

Rastier F., « Formes sémantiques et textualité », Langages, no 163, 2006, p. 99-114.

Rastier F., « Sciences de la culture et post-humanité », Texto, no 3, septembre 2004, (Texte en ligne : http://www.revue-texto.net/index.php?id=540).

Rastier F., Arts et sciences du texte, Paris, PUF, 2001.

Rastier F., La mesure et le grain. Sémantique de corpus, Paris, Honoré Champion, 2011.

Rastier F., Sémantique interprétative, Paris, PUF, 1987.

Ricoeur P., Temps et récit. Tome 3, Le temps raconté, Paris, Seuil, 1985.

Saussure F. (De), Écrits de linguistique générale, Paris, Gallimard, 2002.

Schleiermacher F., Des différentes méthodes de traduire et autre texte, Paris, Seuil, 1999.

Thlivitis T., Sémantique interprétative intertextuelle : assistance informatique anthropocentrée à la compréhension des textes, Thèse de doctorat, Université de Rennes 1, 1998.

Valéry P., « Le bilan de l’intelligence », dans Variétés, vol. III, IV et V, Paris, Gallimard, 1935, p. 258-290.

Valéry P., Monsieur Teste, Paris, Gallimard, 1926.

Varela F. J., Invitation aux sciences cognitives, Paris, Seuil, 1997.

Victorri B., « La construction dynamique du sens, un défi pour l’intelligence artificielle », Actes du Congrès RFIA’98, « Reconnaissance de formes et intelligence artificielle », vol. 2, Clermont-Ferrand, 1998, p. 15-29.

Notes

2 Parmi les très nombreuses publications de l’auteur et de ses collègues, nous avons choisi : A. Mille, G. Caplat, et M. Philippon (2006), « Faciliter les activités des utilisateurs d’environnements informatiques : qui, quand, comment », Intellectica 2, no 44, p. 121-143, car elle s’adresse en premier lieu aux sciences cognitives.

3 Quidquid recipitur ad modum recipientis recipitur, Thomas D’Aquin, Liber de causis, 1272, prop 10 : Somme I, 75,5c.

4 Le fait que l’ouvrage de Bell et Gemmell ait été préfacé par Bill Gates ne semble pas de bon augure mais témoignerait plutôt d’une funeste tentation de nature mercantile à l’instar du Svalbard Global Seed Vault (littéralement « chambre forte mondiale des graines du Svalbard ») situé sous le Spitberg et financé en partie par la même fondation Gates.

5 Au xixe siècle avec Friedrich Schleiermacher, théologien protestant allemand, l’herméneutique prend une dimension véritablement culturelle, laissant au lecteur l’arbitrage de l’interprétation d’un texte qui devient alors partie prenante de l’histoire dans laquelle il s’inscrit.

6 Aide à l’Interprétation de Documents électroniques en collaboration avec l’Institut du Droit International des transports (IDIT).

7 C’est à partir de l’ouvrage de Gosselin, L., Les modalités du français : la validation des représentations, Amsterdam / New York, Rodopi (Études Chronos), 2010, que nous menons cette recherche. Signalons que nous ne sommes qu’au début de son application au discours juridique.

8 Cette prise en charge modale est garante de la compréhension du jugement (c’est-à-dire l’institution judiciaire comme garante de la paix sociale).

9 Ce test réalisé en juin 2012 est encore en cours d’analyse linguistique.

10 Et même de mutations improbables dans le domaine des biotechnologies.

11 C’est par ce travail de longue durée que l’on pourrait aujourd’hui répondre à la question : qu’est-ce qu’un classique ? Puisqu’un patrimoine n’existe pas a priori et que sa valorisation relève d’un choix de politique culturelle, à la manière du rapport dialectique entre l’archive et l’histoire.

12 Les multiplications de plagiats, copier-coller, manipulations de toutes sortes vont effectivement bon train et pas seulement dans les copies d’étudiants.

13 Dans une histoire et une culture qui l’ont vu naître, dans un genre qu’il emploie et interprète et enfin dans une situation qui évolue et à laquelle il doit s’adapter (cf. Rastier : 2006).

Auteurs

Les auteurs sont membres d’un groupe de recherche auto-qualifié d’indisciplinaire : N. Baudouin, P. Beust, D. Dionisi, S. Ferrari, M. Holzem, D. Jacquet, J.-P. Kotowicz, J. Labiche, S. Mauger, F. Maurel, E. Trupin, Y. Saidali.

© CNRS Éditions, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access