Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Traces numériques

 | 
Béatrice Galinon-Melenec
, 
Sami Zlitni

Livre I. Les consommateurs du numérique : des usagers à éduquer

Usage des traces par la publicité comportementale

Hervé Le Crosnier

Texte intégral

1La publicité est devenue ubiquitaire sur l’Internet et plus globalement dans l’ensemble de nos activités. Pas un moment sans que nous ne soyons soumis à la pression d’une marque qui veut se renforcer, d’une proposition d’achat, d’une annonce de spectacle, et de plus en plus de publicité « politique » ou « d’opinion ». Cependant, la période actuelle est celle d’un changement radical dans les méthodes de la publicité et du marketing. Alors que le public des médias de masse constituait une « audience », plus ou moins typée, vendue en bloc alors aux annonceurs, les médias numériques jouent au contraire la mise en relation « one-to-one ». Il s’agit, selon les acteurs de ce marché en construction, de proposer des publicités adaptées au lecteur, au lieu et au moment de sa lecture. Cet objectif est en principe rendu possible par l’utilisation des traces laissées par l’internaute au fil de ses activités sur le réseau, et par l’utilisation des puissances de calcul permettant d’associer profil d’usager et proposition publicitaire. Ceci a évidemment des implications sur la vie privée, son concept-même (quel espace lui reste-t-il si la lecture n’en fait plus partie ?), sur la ré-organisation des sociétés autour des grands monopoles de l’industrie de l’influence, et finalement sur les conceptions de la démocratie face au pouvoir de la marchandise. Le présent article veut montrer les mécanismes à l’œuvre dans la captation des traces, le marché des données personnelles et l’usage qui en est fait par la publicité, et en mesurer la portée pour permettre d’aborder les implications sociales et économiques de cette mutation.

2Au-delà de cette description des méthodes et des concepts, on voit émerger une structure sociale majeure entièrement construite sur l’industrialisation, au sens de processus organisé, répétitif, massif et désincarné, de l’influence. Une activité habituelle des humains, qui souhaitent toujours influencer les personnes de leur entourage, ne serait-ce que pour des raisons sexuelles, est en train de devenir un véritable secteur économique et idéologique fonctionnant à l’image de toute industrie verticale, sous la double pression d’un développement de la consommation, pour laquelle chaque acteur veut placer ses produits et l’existence d’une catégorie professionnelle d’intermédiaires disposant d’un corpus de méthodes et d’une rhétorique commune définissant leur place dans la société. Le temps des annonces est derrière nous ; de même que le temps des marques développant leur présence mentale à destination de tous ; nous voici dans l’organisation industrielle d’un face à face entre une personne, de préférence isolée, connue pour elle-même, dans ses habitudes, ses centres d’intérêts, ses antécédents, voire ses faiblesses, et ceux qui auront payé pour entrer dans cet espace. L’inégalité de savoir, de compétence, de méthode fait de ce « marché » de l’influence une question communicationnelle et politique majeure. Et cela d’autant plus que le média spécifique du Web n’a pas encore trouvé de modèle économique en dehors de ce financement publicitaire, dopé par la capacité d’analyse des traces inhérentes aux communications numériques.

Le marché publicitaire

  • 1 « Hausse de près de 5 % du marché publicitaire en 2012 », L’Express, 27 février 2012. http://www.l (...)
  • 2 « Le marché européen de la pub en ligne en hausse de 14,5 % », Marie-Catherine Beuth, Le Figaro, 3 (...)
  • 3 Voir l’article de Wikipedia : http://en.wikipedia.org/wiki/Torches_of_Freedom (consulté le 20/01/2 (...)

3Pour mesurer l’enjeu, il nous faut d’abord évaluer l’ampleur du marché publicitaire et sa répartition dans les médias. On considère globalement que la publicité pèse près de 1 % du PIB mondial, principalement centré dans les pays riches. Un marché qui correspond à 362 milliards d’euros en 2012, soit une hausse de plus de 5 % par rapport à 20111 – Internet se taillant d’ailleurs la part du lion dans cette progression des dépenses publicitaires, avec une hausse de 14,5 %2. C’est donc une part très importante de la richesse qui est utilisée pour influencer les individus. Cette influence est multiforme, ce qui va par ailleurs se retrouver dans les méthodes d’usage des traces sur Internet. La publicité cherche à faire connaître les produits, à installer des marques dans le paysage mental, à transformer l’information en acte d’achat (et nous verrons que sur Internet la distinction entre les méthodes et objectifs de la publicité et ceux du marketing direct se rapprochent). Mais elle porte également un deuxième discours, qui est transverse à chaque activité publicitaire pour une marque donnée, qui installe des stéréo-types et qui définit globalement le pouvoir de la marchandise sur les activités humaines. La publicité agit ainsi en profondeur sur le modèle de vie et de comportement des individus et des sociétés. La campagne menée par Edward Bernays en 1929 pour changer le regard social sur les femmes qui fument, et ce faisant doubler le marché potentiel de l’industrie du tabac, reste un archétype du genre. Alors que le tabou sur l’usage du tabac par les femmes en public était très fort, Bernays engagea un groupe de modèles féminins pour fumer les « torches de la liberté » durant la parade de Pâques à New-York. Filmé et diffusé, cet événement organisé pour les médias fut un grand sujet de discussion, l’usage des cigarettes par les femmes étant associé à une libération3. Cette caractéristique collective de la publicité explique qu’au-delà de l’annonce et la défense de chaque marque, c’est bien un modèle social qui se construit, et on doit s’interroger sur la relation entre les médias et la publicité également sous cet angle. Et cela en refusant la naïveté qui met sur une même balance le temps consacré au désir et à sa résolution par la marchandise, et celui consacré à la réflexion qu’on trouve parfois entre deux tranches publicitaires dans les médias.

Gratification et neuromarketing

  • 4 « Procès des Déboulonneurs de pub : et la liberté de (non) réception ? », Guillaume Dumas, Mehdi K (...)

4La publicité et l’installation de marques dans notre paysage mental correspond pour l’usager à des gratifications mesurables, ce qui permet l’auto-entretien du système. Tout d’abord, cela diminue la charge cognitive : la marque évite au client de se poser des questions sur le choix d’un produit ou celui d’une gamme entière de produits. Cette prégnance des marques va même au-delà des préférences commerciales pour influencer les goûts et la satisfaction des usagers. Ainsi, une expérience présentant, sans que la personne ne connaisse la marque, du Coca-Cola et du Pepsi-Cola donne peu de différences de comportement dans le cortex pré-frontal (mesure de satisfaction), mais montre une différence bien plus sensible quand la marque est connue et associée par le consommateur à des gratifications « culturelles » (McClure et al., 2004). Ce type de mesure de l’activité cérébrale ouvre la porte à toute une série de recherches regroupées sous le terme de neuro-marketing ou encore de « consumer neuroscience ». Il s’agit de repérer les produits et les messages qui offrent la meilleure satisfaction, en mesurant celle-ci grâce aux techniques des neurosciences (notamment l’imagerie à résonance magnétique). Nous verrons plus loin comment l’Internet peut également intervenir dans ce type d’études de comportement. Au bout du compte, il s’agit pour les propriétaires de marques de définir les ressorts qui offrent une gratification aux usagers/spectateurs et de les utiliser pour définir et vendre les produits ainsi créés… au risque évident de céder aux faiblesses humaines plutôt que d’éclairer les richesses culturelles et personnelles. Ainsi, la vue d’un plat riche et gras offre une meilleure gratification aux obèses, même si l’on sait, et qu’ils savent, que cela est délétère pour leur santé. Ce qui conduit certains neurologues à s’interroger sur l’usage de telles pratiques, contraires à la santé publique et aux missions des recherches médicales, et de suggérer un droit à l’absence d’influence4.

5Les compétences en psychologie des individus et des masses et le refus de toute préoccupation culturelle ou éthique pour ne répondre qu’aux souhaits de maximiser les ventes de leurs commanditaires poussent évidemment les publicitaires à se positionner en véritables deus ex machina pour les sociétés modernes. William Bernbach, fondateur de DDB, une des cinq plus grandes agences publicitaires mondiales, déclare ainsi : « Ne mesurez-pas l’opinion, faites-la », constatant que : « personne ne compte le nombre de pubs que vous faites ; on ne se souvient que de l’empreinte que vous laissez. »

6Cette conception du consommateur comme d’un être manipulable est au cœur de toutes les activités publicitaires. Et comme chacun, en son for intérieur, estime qu’il n’est pas manipulé, mais libre et indépendant, puisque le pouvoir publicitaire ne s’exerce pas dans l’ordre de la contrainte, mais au contraire de la libido, nous trouvons, même en laissant de côté les publiphiles qui font allégeance à la forme d’expression culturelle de la publicité, de nombreuses « cibles » de l’activité publicitaire qui acceptent la présence de l’influence au sein de leurs lectures et visionnements. Au fond, on parle d’un « deal » entre la gratuité de l’information et la présence publicitaire. Chacun sait que c’est « le prix à payer » pour la gratuité des accès. Ce phénomène est particulièrement accepté par les jeunes qui ont grandi dans ce modèle. Et finalement, ce n’est pas la publicité qui est rejetée, mais les formes les plus intrusives (« pop-up » sur Internet, « tunnels publicitaires » en radio…).

Individualisation de la publicité

  • 5 Cité dans Dan Schiller, « Les marchands du cyberespace », Le Monde Diplomatique, mai 1996.

7Le basculement de la publicité de masse vers l’individualisation a dans un premier temps rendu le secteur publicitaire inquiet. En 1994, Edwin Artz, responsable de la publicité chez Procter & Gamble, le lessivier responsable d’une large part de la publicité mondiale, s’exprimant devant ses confrères réunis lors de la conférence de l’American Association of Advertising Agencies, veut répondre par avance à ces craintes. Il assume, bien avant que cela ne devienne une réalité, ce que l’on appelle aujourd’hui la délinéarisation, soit la consommation de médias audiovisuels au rythme de l’usager et non de la diffusion (depuis la catch-up TV jusqu’à la consultation suite à une recherche documentaire). Une situation dans laquelle la publicité est distincte du flux qui capte l’attention. Pour autant, prédisait-il dès 1994, « À nous de nous emparer à nouveau des réseaux électroniques et de forcer Internet à travailler dans notre intérêt. Pensez à toutes ces nouvelles circonstances favorables. Nous pourrons utiliser l’interactivité pour faire participer le consommateur à nos publicités. Nous pourrons susciter des réactions immédiates. Nous pourrons cibler non seulement des groupes démographiques, mais aussi des foyers individuels. Une famille vient-elle d’avoir une naissance ? Nous lui montrerons une publicité vantant les mérites des Pampers. Si notre travail est bien fait, les gens seront vissés à leurs sièges, devant leurs ordinateurs, au moment de la pub5. »

  • 6 Charles Duhigg, « How Companies Learn Your Secrets », The New York Times, 16 février 2012 http://w (...)

8Et si Edwin Artz cite les couches pour bébés, ce n’est pas seulement parce que Pampers est une marque de Procter & Gamble, mais aussi parce que le moment de la grossesse et de la naissance est un moment de grand changement dans les habitudes de consommation, un moment de plus forte sensibilité. Et donc un moment que les publicitaires se doivent de repérer afin de profiter de l’opportunité. C’est en tout cas la question qui fut posée par Target, grande chaîne de magasins de distribution des États-Unis, au statisticien Andrew Pole : « Pouvez-vous déterminer, à partir des données de consommation que nous possédons, si une cliente est enceinte, et cela même si elle-même ne le sait pas encore ?6 » La réponse fut positive. Le profilage des clientes, les changements dans leurs habitudes, repérés par une étude statistique, a permis des corrélations qui permettent à la chaîne d’envoyer des messages spécifiques à ses clientes enceintes. Les données disponibles comportaient les habitudes de consommation (les traces laissées à la caisse, chaque produit étant étiqueté) et les données « identifiantes » laissées volontairement par la cliente (nom et adresse pour obtenir une « carte de fidélité » par exemple).

  • 7 Nous reprenons ici les données de décembre 2011 portant sur l’ensemble de l’année 2011. Les propor (...)

9C’est ce croisement entre données qualifiantes et données identifiantes qui place l’Internet au centre de la recomposition du marché publicitaire. La part de l’Internet dans les budgets publicitaires augmente régulièrement, et devrait bientôt dépasser la présence dans la presse imprimée. En France, le Baromètre du marché publicitaire, publié sous l’égide du CNC (Centre National du Cinéma), observe la répartition suivante des dépenses publicitaires entre les médias : télévision, 34,8 % ; presse, 26,9 % ; radio, 14,8 % ; Internet 12,2 % ; publicité extérieure, 10,1 % et cinéma, 1,2 %7.

Publicité sur Internet

10L’émergence de la publicité sur Internet n’a pas été facile, ni évidente. La communauté scientifique et les premiers usagers vivaient le réseau comme un espace libéré des contraintes et formes commerciales de la vie « réelle ». La première publicité est donc apparue tardivement, le 27 octobre 1994 sur le site hotwired.com (site du journal Wired). Il s’agissait d’une bannière cliquable qui déplaçait l’internaute vers un site de AT&T. Le format de cette bannière (468 x 60 pixels) allait devenir un standard, les sites proposant donc des espaces calibrés pour les agences de publicité. De tels formats et espaces se sont multipliés, on a vu apparaître des « intersticiels » (la publicité recouvre la page, et l’internaute doit la fermer pour accéder au contenu), des colonnes verticales, des « pop-up », des petits carrés, une véritable panoplie pour encadrer les textes et informations.

  • 8 Observatoire de l’e-pub SRI, voir http://www.sri-france.org/observatoire-de-lepub-sri/.
  • 9 Jérôme Grateau, « L’Avènement du Real-Time Bidding », Le Journal du Net, 18 juillet 2011, http://w (...)

11Cette publicité de bannières (dite également « display ») constitue toujours une part importante de l’usage publicitaire du réseau. Reprenant le modèle de la publicité dans les médias imprimés, elle est favorable au « branding » (assurer la permanence d’une marque dans l’esprit des gens). Elle permet également de trouver des clés de répartition des revenus générés entre les médias sur Internet et les agences de publicité sur le long terme. Elle a longtemps été majoritaire, mais se trouve depuis l’invention des adWords par Google dépassée par la publicité dite de « search », publicité associée aux recherches en ligne. L’étude de l’Observatoire de l’e-pub SRI pour 20118 montre qu’en France la publicité de search représente 42 % des dépenses publicitaires sur Internet et le display un quart, le reste relevant de l’emailing, de l’affiliation et des comparateurs de prix. Mais l’apparition de nouveaux intermédiaires dit « Ad Exchange » permettent de définir de nouvelles relations entre l’annonceur et le média, et notamment d’accélérer la prise de décision de campagnes9, ce qui rend la publicité de bannières à nouveau plus intéressante, la rapprochant de la publicité sur recherche dans sa capacité à s’adapter au lecteur au meilleur prix pour l’annonceur.

Publicité et moteurs de recherche

  • 10 « Voici les mots-clés les plus chers de Google Adwords », Le Journal du Net, 30 novembre 2011, htt (...)

12La publicité sur recherche repose sur l’achat de mots-clés. Les annonceurs indiquent qu’ils sont prêts à payer une somme fixée à l’avance si un utilisateur d’un moteur de recherche clique sur le lien publicitaire qui apparaît en général au-dessus des résultats ou sur la colonne de droite. Cette somme est elle-même l’objet d’une enchère. On parle alors de « CPC » : cost per clic. Les mots n’ont plus seulement une valeur symbolique, mais s’inscrivent directement sur une véritable place de marché dont Google, avec adWords est incontestablement le leader. Et les mots peuvent valoir très cher, entre 10 et 25 euros par clic d’usager10. Ce modèle a été inventé par Goto.com en mai 1998, devenu Overture, puis racheté par Yahoo ! en 2003. C’est cependant avec Google que ce concept et marché a connu le succès, et explique une large part de la santé financière insolente du groupe. Dans ce modèle, une recherche documentaire lance systématiquement deux flux différents, l’un auprès de l’index des sites (dit « recherche organique ») et l’autre auprès de l’index des annonces, pour choisir la liste des publicités présentées à l’usager. Ce choix est fonction de l’enchère de l’annonceur sur les mots-clés utilisés dans la requête, mais également du taux de clic (car Google prend sa dîme au passage, et a donc intérêt à ce qu’un usager clique sur un lien plus souvent, même si le revenu de chaque clic est plus faible). Pour ces deux interactions, la recherche sur les index est pondérée par le « profil de l’usager » que constituent au fil du temps les moteurs de recherche. Il s’agit en principe de mieux adapter les résultats (forcément pléthoriques, vu la taille du Web) aux habitudes de l’internaute. Mais surtout, il s’agit d’adapter les publicités au profil d’acheteur de ce dernier. Cette stratégie, qui tient beaucoup du marketing direct, est maintenant appliquée également à la publicité de bannière. Dans ce cas, comme dans les médias de masse, l’annonceur paye une quantité d’exposition de sa bannière (ou autre format d’annonce). On parle de « CPM » (cost per million). Mais comme dans les médias de masse, de nombreux critères permettent d’améliorer le retour sur investissement des publicités, notamment l’heure d’exposition (une publicité pour livraison de pizza à l’heure des repas), la qualité du média, son audience générale… mais surtout la connaissance de l’internaute, de sa localisation géographique, son âge, son genre, ses habitudes de consommation, ses revenus… et plus encore. Le CPM d’une annonce ciblée est alors bien plus élevé (et donc plus profitable pour le média capable de la mettre en place), mais également d’un meilleur rapport pour l’annonceur.

Gérer les profils d’internautes

  • 11 Les cookies ne servent pas uniquement pour la publicité, mais sont indispensables pour assurer le (...)
  • 12 « Your data on Google : Advertising », <https://www.google.com/goodtoknow/data-on-google/advertising/> (consulté le 21/01/2013).

13Reste à pouvoir cibler les annonces, donc constituer le profil de l’internaute à partir des diverses traces qu’il laisse sur l’Internet. Ceci se fait par l’intermédiaire de petits fichiers dits « cookies ». Ces fichiers sont déposés dans un espace du navigateur, et peuvent rester opérationnels très longtemps (les cookies déposés par Google expirent au bout de 18 mois). Seul le service qui a déposé un cookie peut le lire, ce qui était considéré à l’origine de ce mode d’interaction comme une sécurité11. Google dit joliment : « We’re recognizing your browser, not you »12. Du moins tant que vous n’êtes pas connecté, par exemple pour utiliser un autre service de Google, tel Gmail, Google Docs ou Google+. Alors, les informations sur votre navigateur peuvent être croisées avec des informations déclaratives portées par vous-mêmes (dans une logique de « don » de données personnelles en échange d’un service), et qui elles-mêmes sont analysées pour enrichir votre profil personnel (qui peut alors fusionner avec celui de votre navigateur). Gageons même que si plusieurs personnes utilisent le même navigateur dans la même session (partage de cookie), c’est qu’il s’agit alors d’une même famille, et qu’on peut considérer les usagers familiaux à la fois comme un ensemble (informations du navigateur) et comme des individus séparés (utilisation des services). Ceci est rendu possible parce qu’en l’occurrence Google a déposé (et peut donc lire) des cookies pour chacun des usages. Obtenir un profil complet passe donc par la mise en place de nombreux services. Un modèle qui deviendra encore plus intrusif quand parmi ces autres activités on trouvera des services bancaires ou de paiement. Car alors l’état de votre compte en banque pourra devenir un critère de sélection des annonces. Or le nouveau capitalisme sait bien qu’il y a des profits à faire même parmi les pauvres, car selon le trait d’humour bien connu d’Alphonse Allais… ils sont plus nombreux. C’est ce que le néomarketing nomme « BOP : bottom of the pyramid (Prahalad, 2004) ». On voit bien ce que l’influence orchestrée par une connaissance précise de la situation de l’influencé peut avoir comme conséquences sur la réorientation des budgets des familles, quel que soit leur niveau de difficulté financière. On comprend également mieux les expériences de création de systèmes de paiement par les opérateurs de l’Internet (Google Wallet, Facebook Credits, et bien évidemment le succès de Paypal), même si la mise en place est longue et chaotique. Nous avons précédemment essayé de nommer « vectorialisme » cette extension des services majeurs de l’Internet sur toute la chaîne de valeur et leur capacité à connaître et gérer les dossiers des personnes pour désigner la forme nouvelle de domination sur les individus qu’elle rend possible (Le Crosnier, 2008).

14Comment étendre à plusieurs médias la capacité à déposer et lire des cookies afin de construire des profils d’usagers complets ? En externalisant la publicité. Quand une régie publicitaire indépendante du média affiche une publicité sur ce média, elle peut également déposer un cookie. Si l’internaute lit ensuite un autre média qui est en contrat avec la même régie, celle-ci peut alors lire l’ancien cookie et en déposer un nouveau. La régie peut alors définir l’ensemble des lectures d’un internaute et construire un profil plus complet. On voit donc le rôle essentiel que jouent les régies publicitaires sur Internet (Peyrat, 2009). Par ailleurs, étant au service des annonceurs, la régie peut utiliser le profil pour présenter des publicités évolutives ou suivies sur divers médias au même internaute. Ainsi, la régie peut savoir que vous avez déjà vu une publicité pour une automobile sur un premier média, et vous proposer une publicité pour la même automobile, mais différente, plus intime, qui assume le fait que vous connaissez déjà la marque et le modèle suite à votre exposition à la première publicité. C’est comme si, dans la marge des divers médias que vous fréquentez, une « conversation publicitaire » s’était engagée, destinée à vous convaincre, ou à renforcer l’image de la marque.

Publicité ciblée

15Toutes les stratégies mises en œuvre par les régies et les annonceurs visent à cibler la publicité, donc à connaître la cible. On distingue trois niveaux de publicité ciblée.

Publicité personnalisée traditionnelle

16La publicité personnalisée traditionnelle, quand la régie cherche à connaître les principales « données démographiques » sur l’internaute : son genre (déduit par exemple de ses journaux favoris, automobile pour Monsieur et féminin pour Madame, la publicité étant très proche des stéréotypes, comme nous l’avons mentionné dans la première partie), sa géolocalisation (que l’on peut connaître à partir de l’adresse IP de l’ordinateur, ou à partir de la localisation du mobile, qui devient un des principaux système d’accès à l’Internet), son âge (en fonction de ses pratiques). Elle peut les déduire, à partir des heuristiques ci-dessus, ou d’autres plus fines, mais également s’appuyer sur des déclarations mêmes des internautes. Par exemple lors de jeux interactifs, de la visite de sites promotionnels, en remplissant divers questionnaires, et plus généralement dans la déclaration de personnalité réalisée par l’internaute quand il s’inscrit dans un réseau social ou sur un site de e-commerce. Nous restons dans ce cadre très proche de la publicité de masse, qui cible les gens selon leur quartier de résidence, le type de lectorat spécifique de chaque publication, ou l’heure d’écoute des médias audiovisuels. Même si grâce aux déclarations de l’internaute, on peut avoir une connaissance plus fine. Ainsi, ne pas déclarer « être en relation » dans son profil Facebook conduit inévitablement à des publicités pour sites de rencontre.

Publicité contextuelle

17La publicité contextuelle raisonne à l’inverse : il s’agit d’adapter la publicité à la page en cours de lecture. Chaque article ou vidéo peut être décrit par des mots-clés, qui sont comparés aux termes descriptifs des publicités. On estime que le lecteur est plus sensible à une publicité si elle est en rapport avec les centres d’intérêt qu’il manifeste par le choix d’une page donnée. La publicité de bannière peut évidemment bénéficier de ce type de présentation, mais l’innovation adSense portée par Google en 2005 est venue élargir la publicité contextuelle au-delà des médias sur Internet pour devenir susceptible de s’installer sur toutes les pages personnelles, les blogs, les sites commerciaux, ou en complément des publicités de bannière pour les médias en ligne. Dans ce modèle, celui qui va publier des pages Web sur Internet, à titre personnel ou d’entreprise, va accepter que Google dépose quelques petites publicités en mode texte sur sa page. Ce que Google va faire au début en s’appuyant sur le contexte de site (déclaration de son propriétaire) et de la page (utilisation de son moteur d’indexation), puis ensuite en combinant cela avec les données propres à l’internaute, les cookies adSense pouvant être évidemment croisés avec toutes les informations recueillies par ailleurs par Google. Le propriétaire de la page va être rémunéré en fonction du nombre de clics que ses lecteurs vont effectuer sur ces annonces ; un marché faustien, car le blogueur amateur va vendre son audience, souvent pour de très faibles sommes. Sans parler des risques de dérive quant au contenu, qui peut être écrit pour répondre à certains critères permettant d’insérer des publicités à fort potentiel de clics. On voit même des publicités accrochées à des mots dans le texte même : le fameux « mur » qui est sensé séparer le rédactionnel du commercial dans les journaux traditionnels est ici pleinement rompu.

Publicité comportementale

18La publicité comportementale va au-delà de ces deux approches pour établir un profil complet de l’internaute au travers de l’ensemble de ses activités, depuis l’analyse des mots de ses mails jusqu’au suivi des bannières publicitaires qu’il a pu rencontrer au cours de sa navigation. Le profil peut alors comporter les données démographiques, une série de catégories d’intérêt manifestées au travers de ses diverses lectures, mais également des recherches posées aux moteurs, ou des messages envoyés. Tout peut devenir signe qui va enrichir ce profil, par l’usage de logiciels prédictifs. L’heure à laquelle on écrit des mails, les questions médicales posées, et plus encore, la liste explicite (votre « graphe social ») des relations sociales entretenues en ligne. Quand Facebook ouvre une place de marché d’annonces, il prévient chacun de ce que ses amis ont fait sur celle-ci ; quand on lit une page du Web qui est en contrat avec Facebook, on peut savoir combien et lesquels parmi nos amis ont « aimé » cette page…

19Il s’agit donc aujourd’hui pour les acteurs du Web d’organiser le captage des traces, sur un marché devenu hautement concurrentiel. Toutes les activités peuvent devenir ainsi source de traces, dont l’usage imaginé (et pas forcément toujours réalisé ou actuellement réalisable) a pour but de mieux capter l’internaute et le conserver dans un espace qui favorise l’enrichissement de ce profil comportemental. On peut interpréter ainsi la volonté d’Apple de ne plus utiliser Google Maps comme application installée sur ses iPhones. En construisant son propre système cartographique, utilisant les données libres de Open Street Map, Apple se réserve le droit exclusif de connaître les usages géographiques des possesseurs de son ordiphone. Ce qui peut conduire à de nouveaux services, vraisemblablement rémunérateurs à court terme, comme le calcul de temps de déplacement, la localisation des bouchons et la proposition de chemins alternatifs, la détermination de places de stationnement libres, etc. Un marché en pleine expansion alors que les automobiles sont de plus en plus connectées à Internet.

Capter les traces pour élaborer les profils comportementaux

20Trois catégories d’acteurs disposent de la capacité à tracer ces profils comportementaux. Le traçage peut s’effectuer au sein d’un site donné, notamment un site de e-commerce. Dans ce cas, le site compile les achats (ou autres activités) réalisés, et peut suggérer d’autres achats ou services en fonction des usages antérieurs de la personne et de l’agrégation statistique de tous les usages. Cela donne les propositions « vous avez aimé, vous aimerez » ou « ceux qui ont acheté ce produit ont également acheté ». Le site Amazon est particulièrement adepte de ces pratiques, et sa page d’accueil est personnalisée avec des propositions qui sont susceptibles de vous intéresser en fonction de vos achats antérieurs. Il vous envoie même régulièrement des mails de suggestions. L’extension du type de produits proposés par Amazon renforce et bénéficie de ce savoir-faire acquis dans la vente des livres, et qui maintenant s’étend aux autres biens culturels, aux produits électroniques, aux chaussures et vins, et bientôt à l’épicerie.

21Le profil comportemental est également l’affaire des régies, et notamment de celles qui peuvent faire cohabiter régies d’annonces et services permettant de capter les internautes. Quand Google rachète Doubleclick, principale régie de gestion des bannières display, il sait que la qualité croisée des profils qu’il va pouvoir constituer va servir en retour la précision de la régie d’annonce et ce faisant lui permettre de multiplier les contrats avec les médias en ligne. Enfin, et c’est certainement plus dangereux encore pour la vie privée, le profil comportemental peut être établi par l’opérateur télécom lui-même. En effet, celui-ci connaît tous les usages d’un internaute, quel que soit le site visité, le type d’activité… Le logiciel Phorm se vante ainsi de pouvoir, à partir des traces laissées sur le réseau téléphonique/d’accès à l’Internet, de connaître l’usager. La Commission Européenne a interdit l’accord passé entre BT et Phorm, car ce traçage était installé sans que le client ait donné son accord. Mais les autres opérateurs cherchent à trouver des formules pour obtenir ce consentement et pouvoir se lancer dans le ciblage comportemental à partir des données internes du réseau téléphonique et d’accès au réseau. On peut alors mettre en place un ciblage comportemental multicanal.

Usage des traces pour la publicité

22Comment sont utilisés ces données recueillies et les profils mis en place ? Les avancées de l’informatique et la mise à disposition des annonceurs et régies de grandes capacités de calcul permettent d’envisager l’utilisation dynamique des données : c’est au moment même où l’internaute demande une page que sont calculées, sur les serveurs des régies en contrat avec le média, les publicités en fonction des données de profil, des campagnes en cours, du contexte de lecture, et de la géolocalisation. Ceci permet aux annonceurs de construire des scénarios de suivi des internautes.

23Mais l’usage des profils ne se limite pas à la présentation de publicités ciblées. Le plus intrusif des modèles d’usage est celui du retargeting (ou ciblage par action). Il s’agit de proposer des publicités dans un autre contexte à une personne qui vient d’engager un acte d’achat, mais n’est pas allée jusqu’au bout. C’est particulièrement utile pour les entreprises de voyage, qui peuvent savoir que vous avez envisagé un week-end à Venise, mais pas conclu, et qui vont vous proposer sur d’autres médias des annonces pour des hôtels sur la lagune, ou la visite d’un musée… et bien évidemment des offres de vols. Les internautes ont tendance à comprendre le phénomène de traçage quand ces opérations de retargeting sont trop intenses. « Compte-tenu de sa précision (niveau de détail et immédiateté), le retargeting peut susciter des réactions de la part des internautes, qui s’étonnent d’être exposés à des publicités présentant exactement les mêmes produits ou services que ceux sur lesquels ils viennent de se renseigner ou qu’ils viennent d’acheter » déclare ainsi le Livre Blanc de l’Internet Advertising Bureau France et du Syndicat national de la Communication directe (IAB France, 2009). Et d’inciter les professionnels à définir un seuil maximum de reciblage (« capping »), et demandent aux régies prestataires de le mettre en place. Avec l’usage, les stratégies de retargeting deviennent de plus en plus subtiles, notamment les offres limitées, ou la multiplication d’annonces ciblées, mais néanmoins différentes, sans être trop intrusives.

24La connaissance des profils d’usagers peut également être utilisée avant la mise sur le marché de produits, en présentant ceux-ci à des internautes pour tester les réactions, et ainsi mieux connaître le type de cibles qui pourraient être sensibles à ce nouveau produit. C’est un usage marketing qui devient de plus en plus fréquent. Enfin, n’oublions pas qu’enfermer un internaute dans son propre monde n’est pas une bonne stratégie publicitaire, et qu’il convient donc de présenter justement des annonces qui sont en dehors du contexte, du profil comportemental et des données démographiques ou géolocalisées, afin d’inscrire au mieux les marques dans l’esprit global d’une société, et pour permettre au second message de la publicité (construire les stéréotypes) de donner toute son efficacité.

25Que vous soyez une cible ou non, votre profil peut ainsi être utilisé par la publicité. Il convient d’ailleurs de prendre toute la mesure de ce terme de « cible », métaphore guerrière pour désigner les citoyens.

Marché des traces et du calcul

26Le traçage comportemental est devenu l’enjeu d’un énorme marché, entre prestataires qui se multiplient pour expérimenter de nouveaux algorithmes ou procédés de captation et analyse des traces, et qui finissent par être rachetés par les grands vecteurs de l’Internet, tant la concentration est source de qualité des profils et surtout d’exploitation efficace des données obtenues. Du moins si l’on suit les projets des tenants du « big data », qui se disent capables d’interpréter de grandes sources de données, ce qui reste encore du domaine de la conjecture, les applications effectives étant encore en-deçà des annonces, et les problèmes épistémologiques de l’interprétation des calculs restant largement ouverts (Boyd et Crawford, 2011).

  • 13 Steve Lohr, « And the Winner of the $ 1 Million Netflix Prize (Probably) Is… », The New York Times (...)

27Or nous vivons une situation particulièrement ambiguë, car l’économie même de l’Internet, et le succès des acteurs majeurs du réseau le montre, repose sur l’efficacité de la publicité, et les nouveaux usages dépendant du traçage. Il n’est que de voir les cris d’orfraie qui accompagnent toute initiative pour taxer les revenus publicitaires sur Internet, pour comprendre que ce réseau géant est également un colosse aux pieds d’argile, accro et dépendant à la publicité. Les autres formes de financement (par les abonnements ou les achats, par les puissances publiques) ou la construction d’un véritable secteur non-marchand ont été mises de côté par la capacité du marché publicitaire de valoriser les traces spécifiques laissées par chaque internaute. Si bien que nous nous trouvons dans une situation complexe, dans laquelle la vie privée, les données personnelles, les sentiments et les modes de vie de chacun deviennent l’objet de spéculation boursières (voir les manœuvres de l’introduction en bourse de Facebook en 2012), de manipulation mentale (retargeting), de batailles de titans (fusions et rachats), et qu’elles sont la source d’innovations dans l’analyse et l’interprétation (un concours de recherche a été lancé par Netflix pour savoir quels vidéos pourraient intéresser une personne en fonction de ses usages antérieurs13). Cette approche industrielle met à mal le soi-disant équilibre entre don d’information par l’internaute et gratuité de l’information et des services, en montrant qu’il s’agit bien d’un marché entre dominants et dominés, entre personnes ayant accès à l’information et d’autres dépossédés.

Quelle régulation de la publicité comportementale ?

28La régulation de ces activités, qui se déroulent en dehors de la capacité de chacun à en mesurer les méthodes et les effets, apparaît actuellement difficile. Un premier débat portant sur la durée de rétention des « logs » (informations journalisées à chaque interaction entre un internaute et un serveur) a montré son incohérence quand le principal acteur, Google, a proposé une rétention plus courte que la demande des États… étant donné que les logs importent peu une fois les profils établis.

29La capacité de mobilisation des citoyens reste également assez faible, compte-tenu de la faible conscience de ces traçages, mais également de cette idée généralement répandue que chacun se pense capable de résister à l’influence. Il s’agit même d’un précepte fort du libertarianisme qui reste l’idéologie dominante sur Internet.

  • 14 Claire Cain Miller, « Google and FTC Set to Settle Safari Privacy Charge », The New York Times, 10 (...)
  • 15 Edward Wyatt et Tanzina Vega, « Conflict Over How Open ‘Do Not Track’ Talks Will Be », The New Yor (...)
  • 16 Ceci est analysé depuis fort longtemps. On relira avec un intérêt accru par l’expérience des derni (...)

30Enfin, l’artificialisation du langage technique et publicitaire déconnecte les débats de leur matérialité. La question du « Do not track » qui agite l’industrie ces derniers mois en est un symbole. Pour tout un chacun, une fonction sur le navigateur qui dirait « Ne me tracez pas » aurait un sens précis, qui interdirait la captation, ou du moins qui demanderait aux serveurs de ne pas capter, car la décision finale leur appartient en réalité, comme le montre l’affaire de Google outrepassant les règles de sécurité du navigateur Safari… jusqu’à ce qu’il se fasse pincer14. Et pourtant, il n’en va pas du tout de même au sein des acteurs majeurs. La Digital Advertising Alliance aux États-Unis estime ainsi que « Do not track » veut dire que l’on ne présente pas de publicité ciblée à cet internaute, mais que l’on peut continuer à enregistrer ses activités. Et Yahoo ! dit accepter d’indiquer le logo « Do not track » sur ses sites, ce qui signifie pour lui que l’utilisateur ne se verra pas présenter de publicité comportementale, mais que le site continuera à collecter les données utilisateurs15. C’est une stratégie bien connue du monde publicitaire et du capitalisme technologique que de détourner le langage de son sens commun16. Et la question des traces et de la réglementation qui devrait assurer une vie privée tranquille au citoyen est au cœur de cette manipulation langagière, qui nous fait accepter la publicité comme un « service ». Doc Searls rappelle que le « branding », la marque, dans l’Amérique du xxe siècle, dérive de la pratique du « marquage » des animaux au fer-blanc (2012 : 31). Il s’agit au fond d’inscrire en lettres de feu les marques dans l’esprit des individus.

  • 17 Voir la présentation de la nouvelle Timeline de Facebook par Mark Zuckerberg, le 22 septembre 2011 (...)

31Pour certains, notamment Mark Zuckenberg, fondateur de Facebook, la solution consiste simplement à changer la définition de la vie privée17, et en constituer un marché. D’autres veulent donner la main au consommateur sur ses propres données, en oubliant la charge cognitive et de travail que cela représente… quand les lois et règlements sont justement faits pour protéger consommateurs et citoyens sans que ceux-ci aient à être en permanence sur leurs gardes.

32Ne faut-il pas commencer à réfléchir en dehors de ce paradigme, et redéfinir la citoyenneté et la démocratie autour de l’idée d’avoir une vie privée, des décisions et opinions construites dans le for intérieur de celui qui sait être libre de ses idées ? Et renvoyer à la loi la garantie que cette vie privée existe réellement et doit être protégée pour tout le monde.

33Peut-être nous faut-il commencer à reprendre le pouvoir sur le vocabulaire en nommant réellement les diverses activités de ceux qui tracent, repèrent, cherchent nos failles et s’en servent pour y insérer leur modèles idéologiques ou marchands, et même l’idéologie marchande. En appelant « industries de l’influence » les diverses activités croisées qui prennent en otage les usagers pour leur insuffler des idées, opinions et « conseils d’achat » qui forment une véritable mainmise sur la décision et l’autonomie des individus transformés en « cibles ».

Bibliographie

References bibliographiques

Boyd D., Crawford K., « Six Provocations for Big Data », A Decade in Internet Time : Symposium on the Dynamics of the Internet and Society, septembre 2011, disponible en ligne sur : <http://papers.ssrn.com/so13/papers.cfm?abstract_id=1926431>.

IAB, « Ciblage publicitaire et respect de l’Internaute », site Internet Advertising Bureau France, [en ligne], disponible sur : <http://www.iabfrance.com/?go=edito&eid=399>, octobre 2009.

Le Crosnier H., « Tentative de définition du vectorialisme », dans Traitements et pratiques documentaires : vers un changement de paradigme ?, Actes de la deuxième conférence Document numérique et Société, 2008, Evelyne Broudoux, Ghislaine Chartron (dir.), Éditions ADBS, Collection : Sciences et techniques de l’information, 2008, p. 133-152.

Marcuse H., L’Homme unidimensionnel, Les Éditions de Minuit, 1968.

McClure S.-M., Li J., Tomlin D., Cypert K.-S., Montague L.-M., Montague P.-R., « Neural Correlates of Behavioral Preference for Culturally Familiar Drinks », Neuron, vol. 44, no 2, p. 379-387, 14 octobre 2004.

Peyrat B., « La publicité ciblée en ligne », site de la CNIL, [en ligne], disponible sur : http://www.cnil.fr/fileadmin/documents/La_CNIL/actualite/Publicite_Ciblee_rapport_VD.pdf, 5 février 2009.

Prahalad C.K., The Fortune at the Bottom of the Pyramid : Eradicating Poverty Through Profits, Wharton School Publishing, 2004.

Searls D., The Intention Economy, Harvard Business Review Press, 2012.

Notes

1 « Hausse de près de 5 % du marché publicitaire en 2012 », L’Express, 27 février 2012. http://www.lexpress.fr/actualite/media-people/media/hausse-de-pres-de-5-du-marche-publicitaire-en-2012_1087089.html.

2 « Le marché européen de la pub en ligne en hausse de 14,5 % », Marie-Catherine Beuth, Le Figaro, 30 mai 2012. http://www.lefigaro.fr/medias/2012/05/30/20004-20120530ARTFIG00623-le-marche-europeen-de-la-pub-en-ligne-en-hausse-de-145.php.

3 Voir l’article de Wikipedia : http://en.wikipedia.org/wiki/Torches_of_Freedom (consulté le 20/01/2013).

4 « Procès des Déboulonneurs de pub : et la liberté de (non) réception ? », Guillaume Dumas, Mehdi Khamassi, Karim Ndiaye, Yves Jouffe, Luc Foubert et Camille Roth, Le Monde, 26 juin 2012. http://www.lemonde.fr/idees/article/2012/06/26/lapublicite-peut-avoir-des-effets-nocifs-sur-la-societe_1724489_3232.html.

5 Cité dans Dan Schiller, « Les marchands du cyberespace », Le Monde Diplomatique, mai 1996.

6 Charles Duhigg, « How Companies Learn Your Secrets », The New York Times, 16 février 2012 http://www.nytimes.com/2012/02/19/magazine/shopping-habits.html.

7 Nous reprenons ici les données de décembre 2011 portant sur l’ensemble de l’année 2011. Les proportions évoluent légèrement, pour donner une place plus importante à l’Internet, et un recul de la télévision et de la presse. Remarquons toutefois que médias audio-visuels et presse occupent une part importante de l’Internet, et donc des revenus publicitaires attribués à l’Internet. Baromètre du marché publicitaire, Centre National du Cinéma et de l’Image Animée. http://www.cnc.fr/web/fr/barometre-marche-publicitaire.

8 Observatoire de l’e-pub SRI, voir http://www.sri-france.org/observatoire-de-lepub-sri/.

9 Jérôme Grateau, « L’Avènement du Real-Time Bidding », Le Journal du Net, 18 juillet 2011, http://www.journaldunet.com/ebusiness/expert/publicite/50049/l-avenement-du-real-time-bidding.shtml.

10 « Voici les mots-clés les plus chers de Google Adwords », Le Journal du Net, 30 novembre 2011, http://www.journaldunet.com/ebusiness/publicite/mots-clesadwords-les-plus-chers/.

11 Les cookies ne servent pas uniquement pour la publicité, mais sont indispensables pour assurer le suivi de session (par exemple quand vous êtes identifié sur un site, pour conserver votre identification tout au long de votre interaction). Le Web est un protocole dit « sans état », ce qui lui assure une grande extensibilité et robustesse, mais rend plus difficile le suivi de session. Les cookies sont dès lors la forme adaptée, et par cela nécessaire. Les usages décrits dans l’article ne peuvent pas être bloqués simplement en interdisant les cookies sur son navigateur, car les conséquences dans d’autres domaines seraient si ennuyeuses que tout internaute reviendrait vite à l’autorisation des cookies.

12 « Your data on Google : Advertising », <https://www.google.com/goodtoknow/data-on-google/advertising/> (consulté le 21/01/2013).

13 Steve Lohr, « And the Winner of the $ 1 Million Netflix Prize (Probably) Is… », The New York Times, 26 juin 2009, http://bits.blogs.nytimes.com/2009/06/26/and-the-winner-of-the-1-million-netflix-prize-probably-is/.

14 Claire Cain Miller, « Google and FTC Set to Settle Safari Privacy Charge », The New York Times, 10 juillet 2012, http://bits.blogs.nytimes.com/2012/07/10/googleand-f-t-c-set-to-settle-safari-privacy-charge.

15 Edward Wyatt et Tanzina Vega, « Conflict Over How Open ‘Do Not Track’ Talks Will Be », The New York Times, 29 mars 2012. http://www.nytimes.com/2012/03/30/technology/debating-the-path-to-do-not-track.html.

16 Ceci est analysé depuis fort longtemps. On relira avec un intérêt accru par l’expérience des dernières années : Herbert Marcuse, L’Homme unidimensionnel, Minuit, 1968.

17 Voir la présentation de la nouvelle Timeline de Facebook par Mark Zuckerberg, le 22 septembre 2011, http://www.youtube.com/watch?v=MJm9BAliaKo.

© CNRS Éditions, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access