Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Traces numériques

 | 
Béatrice Galinon-Melenec
, 
Sami Zlitni

Livre I. Les consommateurs du numérique : des usagers à éduquer

Le numérique, entre innovations et risques

Jeux, insertion sociale, diversité humaine, emploi

Béatrice Galinon-Mélénec

Texte intégral

  • 1 Voir http://www.lexpress.fr/emploi-carriere/emploi/un-job-contre-votre-mot-depasse-facebook_1098524 (...)
  • 2 Cf. http://ec.europa.eu/commission_2010-2014/reding/multimedia/news/2012/01/20120124_fr.htm (consul (...)
  • 3 Ce chapitre constitue la synthèse de plusieurs conférences, communications et chapitre d’ouvrages c (...)

1L’engagement d’un certain nombre d’organisations – l’APEC, le MEDEF, Le CJD, Viadeo, pour ne citer que quelques exemples1 – à ne pas collecter les traces numériques des usagers des réseaux sociaux s’inscrit dans un ensemble plus large de respect de la charte de la diversité reconnu via l’obtention de labels (AFAQ 2006) et de lutte contre toutes les formes de discrimination. Les traces numériques laissées sur les réseaux sociaux ne sont pas seules en cause. Depuis 2002, date où la galaxie Internet (Castells, 2002) a réellement commencé à réorganiser la vie sociale, la quantité des échanges sur un mode interactif multidimensionnel (textes, sons, images) a explosé. En effet, si en 1995 moins d’1 % des Européens utilisaient Internet, en 2012, des données massives relatives aux individus s’échangent dans le monde entier, quasiment instantanément. Selon la vice-présidente de la commission européenne2, cette situation impose la mise en place d’une réforme globale des règles adoptées par l’UE en 1995. Cette proposition a fait l’objet d’un certain nombre de réserves parmi lesquelles celles liées à une législation déjà suffisamment protectrice, qu’il suffit de faire respecter en appliquant les sanctions prévues par la loi. Nous ne proposerons pas ici une analyse de l’intérêt de ce projet règlementaire. Nous nous limiterons3 à rapporter des pratiques et à interroger leurs conséquences en matière de recrutement. La question de la traque des traces numériques relatives aux individus pouvant revenir à une problématique plus générale sur la discrimination, nous nous demanderons si cette discrimination s’ajoute ou non à celle dont sont déjà victimes les handicapés psychiques qui entrent dans une démarche de réinsertion sociale et professionnelle.

  • 4 Dans le chapitre « Numérique, plasticité psychique et insertion. Une piste pour les Digital natives(...)

2Dans Handicap psychique et recrutement (Galinon-Mélénec et Saba Ayon, 2012), nous avons présenté la synthèse d’enquêtes que nous avons conduites sur la relation entre traces numériques, recrutement et handicap psychique dans l’estuaire de la Seine. Nos travaux sur la question des liens entre signes-traces du corps et communication y étaient repris en partie, car cet aspect est un facteur important de discrimination pour le recrutement de la personne handicapée psychique. Nous attirons ici l’attention sur une catégorie particulière d’Homme-trace (Galinon-Mélénec, 2012) : les Digital natives. Car en tant que consommateurs de numérique, ils sont aussi producteurs de traces numériques et intéressent à ce titre spécifiquement le marché de consommation comme le marché du travail. Dans la mesure où la définition de l’Homme-trace intègre également la dimension cognitive (psychologique, mémorielle, etc.) construite dans le cerveau par les interactions de l’Homme à son environnement (il est à ce titre un construit de traces), nous avançons l’hypothèse d’un lien entre les schèmes cognitifs développés par les pratiques numériques et les comportements susceptibles d’intéresser des recruteurs. Dans ce prolongement, nous initierons une réflexion situant la place des jeux virtuels en tant que soutien à l’insertion pour des personnes ayant ou non le statut d’handicapé psychique. Cette transversalité du propos trouve sa source dans les suggestions d’utilisation de jeux comme moyen de remédiation pour les personnes en état de réadaptation cognitive (Franck, 2006) et sociale4 et dans la gestion des ressources humaines qui voient dans les jeux, et en particulier les « serious games », un nouveau moyen d’évaluer et de présélectionner les candidats à l’emploi.

Le corps, un acteur toujours présent

L’actuel renouveau de l’intérêt pour le corps

3Les recherches contemporaines sur le corps (Le Breton, 2008), sur la relation corps-esprit (Damasio, 2010), sur l’influence de la société sur l’esprit (Erhenberg, 2000), sur le développement du numérique (Cardon, 2010) et sur l’influence du numérique sur l’esprit (Tisseron, 2012) témoignent, d’une part, de la résurgence des questions relatives au corps et au contexte technique dans lequel il évolue (Mauss, 1950 ; Leroi-Gourhan, 1964) et, d’autre part, de l’explosion du numérique et des craintes ou des espoirs qu’elle provoque chez nos contemporains. Nous ne reviendrons pas ici sur les illustrations que nous avons déjà communiquées en publiant des ouvrages sur le rôle du corps communiquant (Galinon-Mélénec et Martin-Juchat, 2008) et sur son influence dans la façon de Penser autrement la communication (Galinon-Mélénec, 2007), mais nous croyons nécessaire d’effectuer ici quelques rappels.

  • 5 Cité dans Galinon-Mélénec et Martin-Juchat (2007 : 11).

4Dans l’ouvrage Le corps communiquant, nous indiquions que dans les sociétés développées contemporaines l’image du corps est devenue un moyen privilégié de la transmission argumentaire persuasive, les sémiotiques gestuelles et mimo-gestuelles y jouant un grand rôle. Le corps devient « un adjuvant de la communication, un instrument, un accessoire dont use le sujet d’énonciation pour renforcer, redoubler, compléter ce qu’il dit » (Fontanille, 2004 : p. 123)5. Or, la personne handicapée psychique non stabilisée par les médicaments présente des modifications de l’apparence (façon de s’habiller différente de la norme) et des comportements (moindre réactivité ou hyperactivité, regard fixe, etc.) qui font que, pour elle, le corps n’est pas un outil maitrisé de communication. Elle a donc une difficulté à se servir de lui pour appuyer sa démarche d’insertion et de recrutement.

  • 6 « Dans le domaine des maladies psychiques, l’observation des signes-traces externes garde toute sa (...)
  • 7 Ceci bien que le symptôme soit rarement pathognomonique (Galinon-Mélénec, 2011 : 177).

5À la suite d’un certain nombre de chercheurs (Vigarello, 1982 ; Le Breton, 2000 ; Andrieu, 2006 ; Marzano, 2007 ; Eco, 1997), nous avons souligné toute la complexité des signes corporels qui, d’une part, ne sont jamais isolés les uns des autres – et qu’il faut donc saisir dans leurs entrelacements – et, d’autre part, en tout état de cause, sont interprétés différemment selon les contextes situationnels, culturels, etc. Cela nous a conduit à étudier l’interaction des signes-traces entre candidat et recruteur en situation de co-présence (Galinon-Mélénec, 2008) et à passer de la notion de signe à celle de signe-trace du corps (Galinon-Mélénec, 2011) pour expliciter en quoi, au-delà de l’apparence qui fait signe, ce qui se joue est la trace mémorielle et cognitive de la signification du signe, intériorisée au cours de l’histoire de vie et rejouée dans chaque situation. C’est ainsi que les signes du corps (prise de poids, troubles du regard, inertie, tendance au repli, etc.) de la personne handicapée psychique seront interprétés différemment par des recruteurs en « milieu ordinaire » ou par des acteurs participant du proche environnement de la personne handicapée psychique. Pour ces derniers, les signes du corps porteront la trace de son état psychologique. Ils seront des signes-traces-symptômes permettant de situer le stade6 de la maladie (Galinon-Mélénec, 2011 : 177)7.

Signes-traces du corps et communication

  • 8 Les apports de la sémiotique à la notion de « signe-trace » relèvent de ce que Jean-Jacques Boutaud (...)

6Avant d’aller plus loin, il semble indispensable de reprendre ici quelques points du paradigme des signes-traces du corps que nous avons présenté dans un récent séminaire pluridisciplinaire (Mille, 2012). Cette notion est héritière du concept habitus tel qu’il a été défini par Pierre Bourdieu (1979). Nous en avons retenu sa dimension systémique d’intériorisation de l’extériorité (d’incorporation) et d’extériorisation (par les styles de vie, les pratiques, les jugements sociaux) de l’intériorité et nous lui avons associé une partie des analyses sémiotiques communicationnelles contemporaines8 dont certaines examinent au plus près le rôle de la corporéité dans la communication.

  • 9 Ainsi, pour nous, l’Homme apparaît comme un construit de signes-traces. Certains sont de l’ordre de (...)

7Les signes-traces du corps sont à la fois dans le dedans et dans le dehors. Ils sont intégrés dans un processus continu d’intériorisation de l’extériorité et d’extériorisation de l’intériorité. Ils résultent, au minimum, d’un processus intégrant de perpétuelles interactions entre l’Homme et son environnement. Ils entremêlent, en particulier, mais non exclusivement, les signes-traces de la condition animale de l’Homme, dits signes-traces primaires (Galinon-Mélénec, 2013) et les signes-traces de l’intériorisation des artefacts produits par l’Homme (par exemple, les technologies). Le processus d’interaction est un continuum. Les signes-traces du corps correspondent aux interactions effectuées dans une histoire de vie inscrite dans la matière corps9. Les signes-traces sont plus ou moins conscientisés par l’individu, plus ou moins visibles au tiers, mais tous les comportements, toute la matière-corps en sont empreints.

  • 10 Il peut aussi être provoqué par un mimétisme volontaire dans un objectif manipulatoire d’ouverture (...)
  • 11 Il ne nous semble pas utile de revenir ici sur ce point déjà évoqué dans Galinon-Mélénec (2011 : 20 (...)

8Pour nous, les significations données aux signes-traces du corps ne sont ni chez l’émetteur ni chez le récepteur : elles sont au milieu des interactions entre les individus ; car c’est au milieu de ces interactions que peut se produire une reconnaissance du même. L’échoïsation des signes-traces du corps qui s’instaure induit un effet d’ouverture à la communication (Galinon-Mélénec, 2011). Ce processus peut-être spontané et inconscient10. Il aboutit à un jugement dont le contenu est un signe-trace des interactions11.

  • 12 À nos yeux, les signes-traces du corps intègrent (mais ne s’y limitent pas) toutes les interactions (...)

9Nous ne précisons ici qu’une très faible part de l’application du paradigme des signes-traces (Galinon-Mélénec, 2011). Rappelons simplement qu’il s’inscrit dans une anthropologie qui intègre que « la composante physique de notre humanité nous situe dans un continuum matériel au sein duquel nous n’apparaissons pas comme une beaucoup plus significative que n’importe quel autre être organisé » (Descola, 2001)12.

10Le rapport entre l’extériorisation de l’intériorité et l’intériorisation des systèmes d’interaction dans lequel l’Homme s’insère nous a conduit à énoncer que l’Homme est à la fois un construit de traces et un producteur de traces, ce qui nous permet de le définir en tant qu’Homme trace (Galinon-Mélénec, 2012). L’anthropologie de la communication conséquente intègre que, spontanément, l’élan à l’interaction avec l’Autre et la fluidité de la communication s’appuient sur l’échoïsation des signes-traces et la reconnaissance du même. Sensibiliser au fait que le même se situe dans les processus qui fondent la condition humaine constitue une des voies possibles pour lutter contre l’exclusion de la différence – ce qui est l’un des objectifs de nos travaux.

De l’usage du numérique

Le numérique, un facteur discriminant ?13

  • 13 Nous avons déjà effectué cette présentation catégorielle dans Galinon-Mélénec B. (2010 : 41-51). La (...)
  • 14 Terminologie inventée par Marc Prensky, consultant américain en NTIC (Nouvelles Technologies de l’I (...)
  • 15 Nous avons présenté certaines conséquences de ces rapports différenciés au numérique dans Galinon-M (...)
  • 16 Sous forme d’habitus : « Étant le produit de l’histoire, c’est un système de dispositions ouvert, q (...)

11L’appellation14 Digital Natives15 désigne des personnes qui sont nées à un moment où Internet se répand. Leurs interactions, dès le plus jeune âge, avec un environnement numérique ont laissé des signes-traces inscrits dans leurs circuits neuronaux. Ces inscriptions neuronales se révèlent à travers l’extériorisation de pratiques (qui sont donc elles-mêmes des signes-traces) témoignant d’une familiarité dans l’usage des technologies numériques. La relation des Digital natives à l’imaginaire s’avère soutenue par la pratique des jeux virtuels. Avec cet usage systématisé, ils incorporent16 un environnement qui entremêle les règles du jeu des différents mondes (virtuel, naturel, humain, non-humain). Selon le même processus d’intériorisation des interactions avec l’environnement (signes-traces in-corporés) et d’extériorisation via des signes-traces comportementaux, leur pratique assidue des jeux s’extériorise par des aptitudes au monde virtuel et par des capacités d’interaction Homme-machine. Acquis tout en jouant, leurs schèmes cognitifs sont susceptibles d’intéresser le monde professionnel. Le marché de l’emploi leur porte un intérêt tout à fait particulier. Le marketing les reconnaît en tant que consommateurs de l’univers numérique. Les DRH des entreprises innovantes parient sur le lien entre leur représentation augmentée de la Réalité et leurs capacités de créativité, et les considèrent comme particulièrement aptes à l’utilisation de logiciels d’autoformation (voir figure 1).

12Cependant, tout n’est pas positif dans ce rapport spécifique aux jeux virtuels : une dépendance à cette réalité virtuelle peut apparaître. L’impossibilité de s’en échapper peut constituer une forme d’handicap pour certains champs pragmatiques de Réalité, handicap qui peut, par la marginalité induite, virer au cauchemar (Galinon-Mélénec, 2012b).

  • 17 Il signale également que « l’attitude à l’égard de l’affichage de soi semble a priori caractériser (...)
  • 18 Voir également infra, « Numérique, plasticité psychique et insertion. Une piste pour les Digital na (...)

13De façon générale, les Digital natives communiquent assidument via les sites sociaux (Perriault, 2009)17. Une enquête conduite dans l’agglomération havraise auprès de 500 jeunes de 16 à 25 ans spécifiquement pour notre recherche confirme cette prédominance. Il y apparaît également que seulement 18 % des jeunes pensent que l’accès à leur profil sur les réseaux sociaux peut leur nuire dans le cadre d’une recherche d’emploi (Galinon-Mélénec et Saba Ayon, 2012). Les pratiques de recruteurs recherchant via les réseaux sociaux des traces de leurs comportements et de leurs valeurs de référence pourraient donc faire en sorte qu’un jour leurs traces numériques se retournent contre eux. La réflexion que nous conduisons les concerne donc tout particulièrement. Dans l’état actuel de la législation et des usages, elle vise à les alerter sur la durée de vie des traces numériques et sur les conséquences de leurs connexions par des recruteurs. Les enquêteurs sont susceptibles de regrouper des traces numériques de toutes origines, y compris celles liées à des jeux en ligne – nous reviendrons sur ce point18. Cependant, précisons tout de suite que les recruteurs utilisent dorénavant les jeux (par exemple, les serious games) dans les procédures de recrutement. Ceux qui en sont familiers disposent donc d’un large avantage par rapport aux autres types de populations. C’est le cas des Digital natives en général, qu’ils soient ou non handicapés psychiques. Par contre, c’est discriminant pour les autres et en particulier pour les e-analphabètes.

Figure 1 : Les Digital natives : une catégorie d’Homme-trace qui intéresse les marchés.

  • 19 Pour pallier le retard des e-analphabètes, des initiatives de formation – dites de « e-inclusion » (...)

14Pour Marc Premsky, les e-analphabètes désignent d’une part ceux qui n’ayant pas la possibilité de disposer familièrement d’Internet (les « e-exclus »), ne peuvent donc intérioriser les processus cognitifs correspondants, et d’autre part ceux dont les schèmes cognitifs ne sont pas ou plus adaptatifs. Cette exclusion au nom d’une moindre adaptabilité au regard des exigences du marché du travail modifie la représentation de soi, la confiance en ses capacités d’apprentissage et contribue à construire une frontière relationnelle. La création de mondes alternatifs virtuels, extérieurs à « leur » monde, les inquiète d’autant plus que la méconnaissance de ces mondes qui leur sont étrangers alimente un imaginaire où tout est possible, et souvent le pire. Ceux-là ne laissent pas de traces numériques puisqu’ils sont absents de cet univers. Ils ne sont pas aptes à générer volontairement des traces numériques « prêtes à l’emploi ». Ainsi les e-analphabètes et les e-exclus constituent des « acteurs invisibles » au sens où ils ne laissent pas de traces volontaires associant e-marketing personnel, e-réputation et gestion des traces. Ils ne sont pas de ceux qui fournissent des traces numériques complètes, clefs d’interprétation en mains19. Les e-analphabètes et les e-exclus ne sont pas pour autant des « sans-trace numérique ». En effet, dans la mesure où ils sont connus des organisations et des institutions, celles-ci, en convertissant leurs fichiers papier en numérique, laissent des traces numériques les concernant. Si l’on ajoute à cela que ces traces numériques – dont ils ignorent tout – peuvent être connectées entre elles pour faire émerger des identités auxquelles ils n’ont pas accès, on peut considérer qu’ils sont doublement exclus.

  • 20 Le corps n’est jamais totalement absent.
  • 21 De 1936 à 1947, Sullivan travaille avec Donald D. Jackson et, avec divers psychiatres et analystes, (...)
  • 22 Sur ce sujet, et pour des personnes non handicapées : Granovetter, 1973.

15En ce qui concerne la personne handicapée psychique, il est possible d’envisager que la communication à distance via le numérique soit une opportunité : la personne handicapée peut élaborer une présence dans l’environnement virtuel (Singer et Witmer, 1998) et y chercher une présence qui fait disparaître la visibilité de la différence. Il peut penser qu’une présence numérique (Merzeau, 2010, Licoppe, 2012) où les signes-traces du corps sont mis en retrait20 constitue une forme de présence virtuelle lui permettant de ne plus avoir à affronter les discriminations liées à sa différence. Il peut même imaginer cultiver son e-réputation en attirant l’attention sur des marqueurs positifs (créativité, sensibilité littéraire et artistique, compétence pour l’informatique) et ainsi, intéresser des recruteurs qui ne verraient chez eux, à l’instar de Larry Davidson, (Bottero, 2008 : 34) qu’une différence culturelle, une différence de rapport au réel. Pour Davidson, il est en effet tout à fait possible de « considérer les patients atteints de schizophrénie comme vivant dans un autre “monde culturel” que le nôtre, un monde dont il importe de découvrir les règles et les conditions, si l’on veut en interpréter le vécu sans méconnaître les significations qui leur sont propres » (Bottero, 2008). Avec cette posture considérant que « les gens atteints de schizophrénie sont des gens qui se conduisent comme les autres dans les circonstances particulières que leur impose la maladie » (Sullivan, 1940)21, la discrimination pourrait apparaître susceptible de se dissoudre dans l’univers numérique. Les réseaux sociaux numériques pourraient également jouer leur part dans la reconstitution du capital social (Bourdieu, 1980 : n.o 31) des patients ; capital que le passage par la maladie a non seulement entamé mais le plus souvent détruit. Ce capital social pourrait être d’une forme spécifique (regroupant des personnes handicapées extériorisant cette pratique) ou de type ordinaire (les réseaux sociaux sans distinction d’origine). Bien entendu, le patient n’est pas sans réseau (réseaux de soins, institutions facilitant l’insertion sociale et professionnelle de la personne handicapée, associations d’entraide, etc.). Et ces réseaux sont plus ou moins porteurs d’affect. Cependant, cela reste un environnement spécifique et certains handicapés psychiques cherchent via Facebook des nourritures affectives autres que celles apportées par la famille, les logements adaptés et les hôpitaux. Ils trouvent dans les réseaux numériques une sociabilité nouvelle où ils peuvent alterner, comme tout autre internaute, « liens faibles » et « liens forts » (Granovetter, 1973)22. Leur cerveau intériorise les signes-traces de cette familiarité dans la relation homme-machine. Ce qui est susceptible d’éliminer le stress, voire l’émotivité, face aux interactions sociotechniques dans les contextes aussi bien privés qu’éducatifs ou professionnels. Sous cet aspect, le numérique est donc pour eux un facilitateur d’insertion sociale et professionnelle. Par contre, comme pour tout autre internaute, ce qui est échangé laisse des traces susceptibles d’être lues par un « intrus du territoire communicationnel » (Galinon-Mélénec, 2011) engendré par l’interaction.

Jeux et fonctions cognitives

  • 23 Les psychothérapies agissent, par l’écoute et par le langage, sur les représentations mentales comp (...)
  • 24 Ciblant les récepteurs cérébraux des neuromédiateurs.
  • 25 Terme qui désigne l’ensemble des processus mentaux permettant au sujet de structurer ses actions.

16Les jeux sont actuellement examinés pour agir sur la remédiation cognitive des handicapés psychiques (Franck, 2006). Ils ne remplacent ni une psychothérapie23, ni un traitement médicamenteux24. La suggestion de leur intérêt provient d’observations sur la plasticité psychique et sur la plasticité neuronale. Les jeux ont toujours été utilisés dans des objectifs éducatifs – nous y reviendrons – ou pour améliorer chez les personnes âgées les altérations des grandes fonctions cognitives25 (attention, mémoire, fonctions exécutives). Utilisée dans le cadre d’un projet d’insertion des personnes handicapées psychiques, cette pratique du jeu se traduit par une meilleure aisance comportementale qui éloigne la stigmatisation dont elles sont souvent victimes en « milieu ordinaire ». En effet, au travers de certains usages ludiques numériques interactifs, sans en être conscients, les handicapés psychiques activent des systèmes sensoriels et développent des capacités cognitives et imaginaires. Or ces compétences sont susceptibles d’intéresser les entreprises qui recrutent. De plus, la modification cognitive qui s’opère via les jeux produit des signes-traces communs aux joueurs, quels qu’ils soient. L’échoïsation des signes-traces des joueurs facilite leur communication (Galinon-Mélénec, 2011). La communication de la personne handicapée psychique via le numérique devient fluide ce qui éloigne le sentiment d’exclusion.

17Les jeux en ligne présentent donc de nombreux avantages. Ils constituent une proposition d’accompagnement à la reconstitution cognitive, à l’estime de soi et à la récupération de comportements qui s’échoïsent avec les jeunes acteurs de la vie normale ordinaire. L’immersion dans ces jeux est aussi un engagement de soi dans l’interaction (Galibert, 2006), une projection dans des mondes pluriels. Dans la mesure où ils ont la capacité de placer la personne au cœur d’une expérience où le rapport au corps et le rapport à l’autre diffèrent de ce qu’elle connaît par ailleurs, ils constituent une alternative valorisante et socialisante. Les jeux engendrent des communautés virtuelles, qui, bien que n’étant pas dans le monde réel, fonctionnent en créant du lien social. Or, la socialisation en milieu ordinaire est précisément ce qui manque à la personne handicapée psychique.

  • 26 Le film de Cronenberg (1999) est inspiré par les théories de deux chercheurs : Hofstader D. R. et D (...)
  • 27 La notion d’Homme-trace est sous-tendue par le continuum entre corps, affect, et cognition, et conf (...)

18Cependant, et avant tout autre développement, il convient de rappeler que les jeux vidéo peuvent être à l’origine d’addictions sévères et de pertes de repères par rapport au monde réel. Le film eXistenZ26 a illustré l’expérience corporelle liée à ces jeux et la jouissance27 qu’elle procure ainsi que les modifications des codes spatiaux associées. Ce film, qualifié le plus souvent d’angoissant, montre que les empreintes psychiques laissées par les jeux virtuels peuvent être dangereuses au regard d’un objectif de retour à une normalité socialisante. Il existe également des risques d’addiction et de pertes de repères d’autant plus grands que la structure des jeux est conçue par les entreprises exploitantes pour procurer fascination et plaisir (Lafrance, 2012). S’y ajoutent, pour les jeux des réseaux sociaux, la convivialité et la gratuité.

  • 28 Cité par Bonfils, 2012.

19La sélection des jeux et les conditions de pratique des jeux doivent donc faire l’objet d’une attention soutenue car si les environnements immersifs créent bien du lien social et permettent l’apprentissage de « rites numériques entre sphère privée et publique » (Bonfils, 2012), les mécanismes de l’apprentissage générés par les jeux issus des mondes virtuels dépendent non seulement « de la nature du jeu mais aussi des pratiques sociales qu’ils engendrent » (Steinkuehler et Williams, 2006)28.

  • 29 Comme Word of Warcraft.
  • 30 Il faut également à l’usager une solidité psychique et des capacités intactes lui permettant de dis (...)

20Chez les Digital natives (handicapés ou non) les jeux numériques, s’ils ne sont pas sans danger, ne sont donc pas sans intérêt. En plongeant dans un monde imaginaire29, le joueur doit choisir un avatar puis interagir en ligne avec d’autres joueurs. Dans ce processus, le joueur projette une partie de lui tout en s’oubliant. L’avantage du monde numérique imaginaire interactif est d’être régulé par des règles clairement repérées. Il est donc possible d’imaginer gagner en les comprenant. La dimension compétitive de l’individu est ainsi activée. Il faut aussi apprendre à maîtriser les comportements et les déplacements de l’avatar, ce qui développe de nouvelles compétences. L’expérience permet de gagner des points et de progresser. Se développe ainsi un sentiment de valorisation (Segrestin, 2006) que le joueur intériorise au même titre que s’il s’agissait de victoires dans la vie réelle. Autre avantage : des liens se créent entre les joueurs qui partagent cette passion commune. Cependant, passer du jeu en milieu fermé au jeu en ligne n’est pas anodin, dans la mesure où les technologies externalisent l’imaginaire et la visibilité des facultés cognitives de l’être humain : la mémoire, la faculté opératoire et la faculté démonstrative deviennent visibles à l’extérieur et passent du domaine privé au domaine social, voire professionnel dans le cas où un employeur pratiquerait la traque aux chasses numériques. Un internaute régulier sait supprimer un avatar devenu trop dérangeant3030. De la même façon, il sait faire appel aux techniques d’effacement des traces. Dans le cas des patients comme des usagers ordinaires, l’apprentissage peut se faire aisément. La question n’est donc pas seulement la gestion de la visibilité et de l’invisibilité des traces numériques mais aussi celle de leur interprétation. Nous y reviendrons.

Visibilité et invisibilité des traces numériques

La polysémie de la notion de trace numérique

21Avant d’aborder la notion de trace numérique, sans doute faut-il en premier lieu renvoyer au chapitre d’Yves Jeanneret (2011) qui révèle toute la complexité théorique de la notion de trace dans Perspectives anthropologiques des traces contemporaines (Galinon-Mélénec, 2011). Dans la pratique, cette notion reste largement polysémique et sa contextualisation en précise le sens. L’usage du terme « trace numérique » varie également selon les contextes. Différents chapitres (dont Jeanneret, 2013 ; Mille, 2013) au sein-même de cet ouvrage en constituent l’illustration. Nous n’aborderons donc pas la question sous un angle théorique mais proposerons ici quelques exemples d’usage.

  • 31 Signalons pour mémoire que, dans notre contexte (Galinon-Mélénec, 2011), la notion de trace comme c (...)
  • 32 Le Dr. Joël Colloc (op. cit.) rappelle en ce sens qu’il y a de nombreux problèmes médicaux légaux p (...)

22Premier exemple : un informaticien qui effectue un codage numérique, crée à la fois une empreinte31 numérique et une trace numérique. L’inscription dans le support est l’empreinte. La trace renvoie à la dimension indicielle du processus qui a produit l’empreinte. Pour les informaticiens, il est important de garder accessible la trace du processus qui a produit l’empreinte. Cette trace numérique n’est pas forcément visible par tous, mais sa visibilité peut être activée par un informaticien averti, apte à la voir. Elle est donc à la fois invisible pour l’usager ordinaire et visible pour l’informaticien32. La trace numérique des informaticiens diffère donc de la trace numérique de l’usager.

  • 33 En ce sens, il convient de rappeler que les procédures de captation, de traitement, et de connexion (...)
  • 34 Autre exemple posté le 26/08/2012 à 23 h 10 sur Forum O1net. : « Salut Doc, je viens de lire un art (...)
  • 35 « Sous surveillance, Facebook effacera réellement vos photos supprimées », site techno-science. net (...)

23Autre exemple : quand un usager de Facebook supprime des photos de son compte, il anticipe le fait que ce réseau supprime effectivement les photos. Il se base sur les 950 millions membres qui lui font confiance. Mais, pour eux, effacer33 une trace numérique (ici la photo) c’est en supprimer l’accès aux usagers, et ce faisant, la rendre « invisible ». Il croit pouvoir ainsi maîtriser ses traces numériques34. Cependant, « Jusqu’à présent, il suffisait de connaitre l’URL (l’adresse Internet) d’une photo supprimée par son propriétaire sur Facebook pour continuer à y accéder. Preuve que les photos n’étaient pas réellement supprimées des serveurs35. » Ainsi, les métadonnées relatives aux individus qui se multiplient sur le Web sont accessibles aux spécialistes et professionnels du numérique qui sont tout à fait en mesure d’y accéder – même celles que leurs porteurs pensent effacer.

Usage et interprétation des traces numériques

  • 36 Les auteurs de cet ouvrage fournissent une large représentation du traitement des empreintes et des (...)

24À nos yeux, la question est donc moins l’existence de la trace numérique et son contenu que son usage et son interprétation. En fait, pour en évaluer la pertinence, il faudrait en premier lieu rendre visible les processus qui ont produit la trace numérique afin de permettre de repérer les biais qu’ils introduisent. En effet, le support numérique confère des propriétés spécifiques aux empreintes et aux traces : conservation en mémoire, circulations, connexions, calculs, etc.36. Le traitement des empreintes numériques par l’informaticien peut être craint par l’usager en ce qu’il donne un sentiment de vie autonome à ses traces numériques. Des données fragmentaires le concernant sont transformées, colportées et mixées. Les informaticiens cassent le lien direct entre la trace et son origine. C’est la liberté d’usage des traces par les informaticiens ou par les spécialistes qui est à craindre, plus que les traces numériques en elles-mêmes. Le numérique ne fait rien d’autre que de répondre à des tris et à des algorithmes. Si leurs logiques sont inconnues des consommateurs du numériques, elles sont parfaitement connues par les informaticiens qui les ont créées. En conséquence, de notre point de vue, c’est à la racine du traitement des traces que doivent se poser les questions réglementaires et éthiques.

L’autonomie des traces numériques en question

25Ensuite, il faut se rappeler que la peur de l’autonomie de l’inscription de traces sur un support n’est pas nouvelle. Ces propriétés d’autonomie par rapport à leur auteur étaient déjà présentes à l’apparition de l’écriture et rendues encore plus évidentes avec l’apparition de l’imprimerie. À l’époque déjà, le rapport conséquent à l’oralité, en se modifiant, a bouleversé les pratiques et le registre des preuves en matière de jugement, notamment judiciaire. Malgré, l’ancienneté de l’expérience des propriétés mémorielles liées aux inscriptions qui font traces (ici numériques) sur un support, les traces sont toujours à l’origine des inquiétudes contemporaines. Cela se conçoit dans la mesure où, à la crainte ancestrale vis-à-vis des traces écrites, s’ajoute aujourd’hui l’explosion de la place de la numérisation dans tous les domaines de la vie humaine.

  • 37 Ce qualificatif vise à signifier qu’il est à la fois un producteur de traces et un construit de tra (...)

26En fait, le lien avec le caractère conservateur du support numérique et les possibilités de connexions et de transmission qu’il offre entraîne une faculté d’investigation et de profilage sous-évaluée par les consommateurs ordinaires de l’univers numérique. Cependant, tout n’étant pas encore numérisé ni même écrit, il convient de se demander quel est le rôle des traces dans les domaines non encore touchés par la traduction des données sous forme numérique (et ils sont nombreux). Ne serait-ce que parce que, pour nous, l’Homme est fondamentalement un Homme-trace37 et que, comme déjà énoncé, il produit en permanence des traces de toute nature.

Conclusion

  • 38 Poincaré H., La Valeur de la science, 1905 : p. 270. Source : http://www.univnancy2.fr/poincare/bhp (...)

27Avant toute chose, il convient de rappeler que la taxinomie qui conduit à classer les personnes dans la catégorie relevant du handicap psychique, provoque, comme toute autre taxinomie, une double conséquence d’intégration dans la classe concernée et d’exclusion par rapport aux autres classes. Selon la formulation bien connue de Raymond Poincaré « la science n’est qu’une classification […] une classification ne peut être vraie, mais (elle est) commode »38. De surcroît, si on considère que le terme discriminatio signifie originairement « action neutre de séparer » (Rey, 2006) qui permet de distinguer et de regrouper en classe et en catégorie, la discrimination apparaît comme une opération inhérente à toute démarche scientifique. Ce n’est que quand ce terme est connoté à un jugement social négatif qu’il devient le sens coutumier qui lui est attribué aujourd’hui. La classification des maladies provoque donc une discrimination associée de façon inhérente aux méthodes scientifiques qui servent l’avancée des connaissances. En revanche, le classement et le jugement peuvent évoluer. Ainsi, l’hystérie, forme d’« excitation, exaltation » (Sainte-Beuve, 1834 : 23), maladie autrefois attribuée exclusivement aux femmes, a-t-elle disparu des nouvelles classifications du Manuel Diagnostique et Statistique des Troubles Mentaux. Gageons que la discrimination dont souffrent les personnes catégorisées schizophrènes évoluera avec l’évolution des connaissances sur la maladie. Notre travail s’inscrit dans ce mouvement.

  • 39 Immersive tendency : tendance personnelle à se laisser entraîner dans un livre, un roman ou un jeu (...)

28Ce chapitre – qui offre un rapide tour d’horizon sur la relation entre numérique, discrimination et diversité humaine – repose sur l’hypothèse que nous avons présentée selon laquelle le jugement est le résultat d’interactions de signes-traces et la communication en co-présence fortement liée à l’interaction des signes-traces des corps (Galinon-Mélénec, 2011). Appliquée à la situation de recrutement, cela conduit à énoncer que si le recruteur, du fait de son histoire individuelle et sociale, est sensible aux aptitudes cognitives acquises via l’usage du numérique, il portera de l’intérêt aux comportements, signes-traces extériorisant cet usage incorporé (au sens strict) dans les schèmes cognitifs du candidat. Ainsi les personnes que leur parcours psychique amène non seulement au repli social, mais aussi à l’usage de la communication numérique et des jeux en ligne, pourraient y trouver un avantage comparatif au regard des e-analphabètes, dans un contexte de recrutement. Ces hypothèses interfèrent avec l’introduction par les entreprises de serious games pour tester les compétences des candidats. La question est alors de savoir si des jeux vidéo, conçus dans un objectif de psychoéducation en vue de développer le répertoire des compétences psychosociales des patients, ne seraient pas à développer en parallèle. Le transfert dans le domaine de l’insertion des handicapés psychiques de l’utilisation de serious games mérite plus de dépliements explicatifs. À cet effet, nous renvoyons le lecteur au chapitre « Numérique, plasticité psychique et insertion. Une piste pour les Digital natives schizophrènes ? » dans lequel nous explorons plus en avant cette hypothèse. La prudence s’impose en effet dans la mesure où B. Witmer et M. Singer (1998) ont montré l’importance du facteur de l’immersive tendency39 qui module les conséquences psychologiques de la présence dans les jeux virtuels. Ainsi les effets positifs cognitifs – espérés dans certains contextes éducatifs ou de remédiation sociale – des jeux virtuels sur, par exemple, la concentration, l’attention, la capacité prévisionnelle et la rapidité de réponse aux stimuli, doivent être mis en perspective et se penser en tension entre avantages et risques.

Bibliographie

Références bibliographiques

Andrieu B., « L’Externalité du corps cérébré : épistémologie de la constitution interactive du corps et du monde », Philosophia Scientae, no 2, 2007, p. 163-186.

Berthelot J.-M., « Le Discours sociologique et le corps », Quel corps ?, no 34-35, mai 1988, p. 72-83.

Bonfils P., « Environnements immersifs : spectacle, avatars et corps virtuel, entre addiction et dialectique sociales », Hermès, no 62, avril 2012, p. 55-60.

Bottero A., « Recherches sur le processus psychologique de guérison dans les schizophrénies : les travaux de Larry Davidson et de son groupe de Yale », Neuropsychiatrie : Tendances et Débats, no 34, septembre 2008, p. 39-44.

Bottero A., Un autre regard sur la schizophrénie, Paris, Odile Jacob, 2008.

Bourdieu P., La distinction, critique sociale du jugement, Paris, Les Éditions de Minuit, 1979.

Bourdieu P., « Le capital social. Notes provisoires », Actes de la recherche en sciences sociales, n 31, 1980, p. 2-3.

Boutaud J.-J., Veron E., Sémiotique ouverte : Itinéraires sémiotiques en communication, Paris, Hermès, 2007.

Byrne P., D’arienzo S., Elgie R., Hickey C., Lambert M., Mccrae J., Sappia S., Van amerongen A.-P., « Vivre avec une schizophrénie, un nouveau regard sur l’avenir, guide d’information et d’accompagnement à l’usage des malades et de leurs proches », site de l’UNAFAM, [en ligne], disponible sur : <http://www.unafam.org/IMG/pdf/vivre-avecune-schizophrenie-2.pdf>, 2004.

Cardon D., La démocratie Internet. Promesses et limites, Paris, Seuil, 2010.

Castells M., La société en réseaux, Paris, Fayard, 2001.

Castells M., La galaxie Internet, Paris, Fayard, 2002.

Colloc J., Lery N., Secret professionnel et exploitation de bases de données médicales informatisées, ADELF, université de Bordeaux II, 1989.

Damasio A. R., L’Erreur de Descartes. La raison des émotions, Paris, Odile Jacob, 2010.

Davallon J., Jeanneret Y., Flon E., Tardy C., « Traces d’écritures, traces de pratiques, traces d’identités », dans Actes du colloque international H2PTM’09, Paris, Hermès-Lavoisier, 2009, p. 181-191.

Descola P., Anthropologie de la nature. Leçon inaugurale, Collège de France, 2001.

Eco U., Kant et l’ornithorynque, Paris, Grasset, 1997.

Ehrenberg A., La Fatigue d’être soi : dépression et société, Paris, Odile Jacob, 2000.

Fontanille J., Soma et Sema : Figures du corps, Paris, Maisonneuve et Larose, 2004.

Foucault M., La volonté de savoir, histoire de la sexualité, Paris, Gallimard, 1976.

Franck N., La schizophrénie. La reconnaître et la soigner, Paris, Odile Jacob, 2006.

Galibert O., « Pour une construction communicationnelle du concept d’immersion : le cas des jeux vidéo », communication pour le colloque Le Corps communiquant, Dijon, 9 et 10 juin, 2006.

Galinon-Mélénec B., Saba Ayon H., Handicap et recrutement, Tome 1. Soutien à l’insertion de la personne handicapée psychique : le numérique, une piste ouverte pour demain ?, Mont-Saint-Aignan, Éditions Klog, 2012.

Galinon-Mélénec B., (dir.), L’Homme-trace : Perspectives anthropologiques des traces contemporaines, Paris, CNRS Éditions, 2011.

Galinon-Mélénec B., Martin-Juchat F., (dir.), Le corps communiquant, Paris, L’Harmattan, 2008.

Galinon-Mélénec B., Penser autrement la communication, Paris, L’Harmattan, 2007.

Galinon-Mélénec B., Monseigne A., « La sémiotique des “signes-traces” appliquée au recrutement : Le cas de la recherche du “bon candidat” via les traces numériques », Communication et organisation, no 39, 2011, p. 111-124.

Galinon-Mélénec B., « Réseaux sociaux d’entreprise et DRH : Nouveaux outils pour de nouveaux enjeux ? », Communication et Organisation, no 37, 2010, p. 41-51.

Galinon-Mélénec B., « Le numérique. De l’usage aux traces. Du fantasme au doute et au cauchemard », dans Nicole Denoit (dir.), Imaginaire et représentations des nouvelles technologies dans la société contemporaine, PUFR, 2012b (à paraître).

Galinon-Mélénec B., « L’Homme-trace. Apports pour une nouvelle anthropologie de la communication », dans Alain Mille (dir.), Traces Numériques, Connaissances et Cognition, Séminaire Paristech, 14 février 2012a.

Galinon-Mélénec B., « Numérique, plasticité psychique et insertion. Une piste pour les Digital natives schizophrènes ? », dans Béatrice Galinon-Mélénec, Sami Zlitni (dir.), Traces numériques : de la production à l’interprétation, série L’Homme-trace, Paris, CNRS Éditions, 2013b.

Galinon-Mélénec B., « L’Homme trace. Apports pour une nouvelle anthropologie de la communication », Intellectica, no 59, 2013a (à paraître).

Granovetter M.-S., « The Strength of WeakTies », American Journal of Sociology, no 6, mars 1973, p. 1360-1380.

Hofstader D. R., Dennet D.-C., The Mind’s I : Fantasies and Reflections on Self and Soul, New York, Basic Books, 1981.

Jeanneret Y., « Complexité de la notion de trace : de la traque au tracé », dans Béatrice Galinon-Mélénec (dir.), L’Homme trace : Perspectives anthropologiques des traces contemporaines, Paris, CNRS Éditions, 2011.

Jeanneret Y., « Les chimères cartographiques sur l’Internet, panoplie représentationnelle de la “traçabilité” sociale », dans Béatrice Galinon-Mélénec, Sami Zlitni (dir.), Traces numériques : de la production à l’interprétation, série L’Homme trace, Paris, CNRS Éditions, 2013.

Jeanneret Y., Davallon J., Flon E., Tardy C., « Traces d’écritures, traces de pratiques, traces d’identités », dans Actes du colloque international H2PTM’09, Paris, Hermès-Lavoisier, 2009, p. 181-191.

Laberon S. (dir.), Psychologie et recrutement. Modèles, pratiques et nor mativités, Bruxelles, De Boeck, 2011.

Lafrance J.-P., Oliveri N. (dir.), « Les jeux vidéo, quand jouer, c’est communiquer », Hermès, no 62, avril 2012.

Laplantine F., L’Anthropologie, Paris, Payot, 2001.

Le Breton D., Anthropologie du corps et modernité, Paris, PUF, 2008.

Ledoux J., Le Cerveau des émotions, Paris, Odile Jacob, 2005.

Leroi-gourhan A., Le geste et la parole, tome 1, Paris, Armand Colin, 1964.

Licoppe C., « Les formes de la présence », Colloque, La Communication électronique dans la société de l’information, Le Havre, 5 juin 2012.

Marzano M. (dir), Dictionnaire du corps, Paris, PUF, 2007.

Mathias P., « Note introductive aux identités numériques », Cités, no 39, 2009, p. 59-66.

Mauss M., Sociologie et anthropologie, Paris, PUF, 1973.

Merleau-ponty M., L’Œil et l’Esprit, Paris, Gallimard, 1964.

Merzeau L., « La présence, plutôt que l’identité », Documentaliste – Sciences de l’Information, vol. 47, no 1, 2010, p. 32-33.

Mille A. (dir.), « Traces, traces numériques et cognition », Intellectica, no 59, 2013 (à paraître).

Mille A., « Traces numériques et construction de sens », dans Béatrice Galinon-Mélénec, Sami Zlitni (dir.), Traces numériques : de la production à l’interprétation, série L’Homme-trace, Paris, CNRS Éditions, 2013.

Perriault J., « Jeunes générations, réseaux et cultures numériques », Colloque de Cerisy la Salle, Ethnologie prospective : l’empreinte de la Technique. Comment les techniques transforment la société ?, juillet 2009.

Perriault J., « Traces numériques personnelles, incertitude et lien social », Hermès, no 53, 2008, p. 13-20.

Rey A. (dir.), Dictionnaire historique de la langue française, Le Robert, 2006.

Sainte-Beuve Ch. A., Volupté, Paris, édition Imprimerie nationale (2 vol.), 1984.

Singer M. J., Witmer B. G., « Measuring Presence in Virtual Environments : A Presence Questionnaire », Presence, vol. 7, no 3, 1998, p. 225-240.

Steinkuehler C., Williams D., « Where Everybody Knows your (screen) Name : Online Games as “Third Places” », Journal of Computer-Mediated Communication, vol. 11, no 4, 2006, p. 885-909.

Sullivan H. S., La Schizophrénie, un processus humain, Erès, 1998.

Tisseron S., Rêver, fantasmer, virtualiser, du virtuel psychique au virtuel numérique, Dunod, 2012.

Varela F. J., Thompson E., Rosch E., L’Inscription corporelle de l’esprit, Paris, Seuil, 1999.

Wacquant L., Pierre Bourdieu. Réponses, Paris, Seuil, 1992.

Notes

1 Voir http://www.lexpress.fr/emploi-carriere/emploi/un-job-contre-votre-mot-depasse-facebook_1098524.html (consulté le 21/01/2013).

2 Cf. http://ec.europa.eu/commission_2010-2014/reding/multimedia/news/2012/01/20120124_fr.htm (consulté le 21/01/2013).

3 Ce chapitre constitue la synthèse de plusieurs conférences, communications et chapitre d’ouvrages collectifs auxquels nous avons participé en 2011 et 2012. Je remercie spécifiquement deux chercheurs de l’équipe « L’Homme-trace » que je dirige à CIRTAI/IDEES, UMR 6266 CNRS-Université du Havre pour leurs lectures et suggestions : Joël Colloc, docteur en médecine et Professeur des universités en informatique (chercheur permanent) et Annick Monseigne, maître de conférences à Bordeaux 3 (chercheur associée à notre équipe). Je remercie également pour sa relecture le Pr. Cyrille Bertelle (informaticien, co-directeur avec moi-même de RIGHT (Research : International Group of the Human Trace).

4 Dans le chapitre « Numérique, plasticité psychique et insertion. Une piste pour les Digital natives schizophrènes ? » qui prolonge celui-ci (Galinon-Mélénec, 2013b), nous préciserons le cadre d’application de serious games spécifiques au développement du répertoire des compétences psychosociales des Digital natives schizophrènes.

5 Cité dans Galinon-Mélénec et Martin-Juchat (2007 : 11).

6 « Dans le domaine des maladies psychiques, l’observation des signes-traces externes garde toute sa place et les examens paracliniques (imagerie, etc.) ont du mal à franchir les portes des laboratoires et à fournir des moyens de diagnostic utilisables par des praticiens en consultation ordinaire » (Dr. Joël Colloc).

7 Ceci bien que le symptôme soit rarement pathognomonique (Galinon-Mélénec, 2011 : 177).

8 Les apports de la sémiotique à la notion de « signe-trace » relèvent de ce que Jean-Jacques Boutaud nomme une « sémiotique ouverte » : Cette ouverture sémiotique renvoie au-delà d’un modèle, d’une École ou d’une obédience particulière, à l’ouverture du sens par complexité du processus interprétatif. Cf. Boutaud J-J, Veron E., (2007) et Davallon J., Jeanneret Y., Flon E., Tardy C., (2009) : 181-191.

9 Ainsi, pour nous, l’Homme apparaît comme un construit de signes-traces. Certains sont de l’ordre de l’infinitésimal et non visibles mais ils n’en sont pas pour autant d’une moindre importance dans les interactions de l’individu à son environnement. Cette prise de conscience se généralise et de nombreuses disciplines s’en font aujourd’hui l’écho ; voir les ouvrages de Foucault, M. (1976), Ledoux J. (2005), Berthelot J.-M. 1 (988), Laplantine (2001), Varela F. J., Thomson E. et Rosch E. (1999). Cf. Galinon-Mélénec, 2013a.

10 Il peut aussi être provoqué par un mimétisme volontaire dans un objectif manipulatoire d’ouverture à la réception d’un message.

11 Il ne nous semble pas utile de revenir ici sur ce point déjà évoqué dans Galinon-Mélénec (2011 : 205).

12 À nos yeux, les signes-traces du corps intègrent (mais ne s’y limitent pas) toutes les interactions de l’individu à son environnement, ce qui inclut les interactions avec, selon l’expression de Merleau-Ponty (1964 : 13), tous les « corps associés » (animaux, végétaux, objets) tels que les présente Philippe Descola (2001). « Nul besoin de tracer au préalable dans cet entrelacs de discontinuités des lignes de partage, qui distingueraient a priori l’animé de l’inanimé, le solide de l’immatériel, les règnes de la nature des êtres de langage et, parmi ceux-ci, les hommes qui vivent selon les lois de la raison de ceux qui croient au surnaturel. Nous ne ferions ainsi que reconduire le système cosmologique qui nous est le plus familier. Examinons plutôt, avec la suspension de jugement qui sied à toute démarche scientifique, comment, à toutes les époques et sous les climats les plus divers, des hommes ont su collectivement tirer parti du champ des contrastes possibles qui leur était offert pour nouer, sur la texture et la structure des choses, des configurations singulières de rapports de différence et de ressemblance entre les existants, leurs propriétés, leurs dispositions et leurs actions » (Descola, 2001).

13 Nous avons déjà effectué cette présentation catégorielle dans Galinon-Mélénec B. (2010 : 41-51). La présentation catégorielle plus large que celle rappelée ici signalait le lien entre « Différentiel dans l’usage des pratiques NTIC et empreintes cognitives ».Nous y analysions le niveau réel de changement apporté par les médiations technologiques à la communication interne des organisations.

14 Terminologie inventée par Marc Prensky, consultant américain en NTIC (Nouvelles Technologies de l’Information et de la Communication) qui vend des jeux éducatifs.

15 Nous avons présenté certaines conséquences de ces rapports différenciés au numérique dans Galinon-Mélénec B., 2012b.

16 Sous forme d’habitus : « Étant le produit de l’histoire, c’est un système de dispositions ouvert, qui est sans cesse confronté à des expériences nouvelles et donc sans cesse affecté par elles » in Loic J. D. Wacquant, (1992 : 108).

17 Il signale également que « l’attitude à l’égard de l’affichage de soi semble a priori caractériser les jeunes générations ».

18 Voir également infra, « Numérique, plasticité psychique et insertion. Une piste pour les Digital natives schizophrènes ? ».

19 Pour pallier le retard des e-analphabètes, des initiatives de formation – dites de « e-inclusion » – sont de plus en plus fréquemment mises en place à l’initiative du secteur public et du secteur associatif.

20 Le corps n’est jamais totalement absent.

21 De 1936 à 1947, Sullivan travaille avec Donald D. Jackson et, avec divers psychiatres et analystes, développe les principes d’une psychothérapie destinée aux schizophrènes. Il inscrit la psychiatrie dans l’étude des « comportements interpersonnels ».

22 Sur ce sujet, et pour des personnes non handicapées : Granovetter, 1973.

23 Les psychothérapies agissent, par l’écoute et par le langage, sur les représentations mentales complexes du patient.

24 Ciblant les récepteurs cérébraux des neuromédiateurs.

25 Terme qui désigne l’ensemble des processus mentaux permettant au sujet de structurer ses actions.

26 Le film de Cronenberg (1999) est inspiré par les théories de deux chercheurs : Hofstader D. R. et Dennet D. C, 1981.

27 La notion d’Homme-trace est sous-tendue par le continuum entre corps, affect, et cognition, et conforte l’hypothèse qu’il existe des imbrications complexes entre ces composantes humaines et les processus de communication. C’est ainsi, par exemple, que l’on peut avancer aujourd’hui que le rapport émotionnel de l’individu à son environnement construit dans les premières expériences de la vie joue un rôle essentiel dans les processus, conscients ou non, de réceptions ultérieures des stimuli de l’environnement (Galinon-Mélénec, 2013a).

28 Cité par Bonfils, 2012.

29 Comme Word of Warcraft.

30 Il faut également à l’usager une solidité psychique et des capacités intactes lui permettant de discerner le monde réel d’un monde virtuel car les qualités de l’univers esthétique, sonore, etc. et l’émotion induite sont extrêmement puissantes. Voir « Web 2.0 suicide machine » et « Seppukoo ».

31 Signalons pour mémoire que, dans notre contexte (Galinon-Mélénec, 2011), la notion de trace comme celle d’empreinte intègre (mais ne s’y résume pas) une dimension indicielle, la trace couvrant un domaine plus large que celui d’empreinte. Pour l’emploi du terme empreinte nous restons dans la lignée du latin verbe impremere qui signifie « appuyer sur ». Dans cette continuité, en 1250, le terme signifiait marquer par pression sur une surface. L’emploi du terme trace offre, à nos yeux, un champ d’application plus varié. En mettant de côté la connotation de « pression » pour marquer, elle permet d’intégrer l’infinitésimal, voire l’invisible. Sylvie Leleu-Merviel (Mille, 2012), lors d’un séminaire pluridisciplinaire sur la trace, indique dans le même sens : « Un cheveu sur la moquette indique bien la trace d’un passage mais n’est pas pour autant une empreinte »

32 Le Dr. Joël Colloc (op. cit.) rappelle en ce sens qu’il y a de nombreux problèmes médicaux légaux posés par l’utilisation de l’informatique en médecine. Les données nominatives se transforment en traces nominatives manipulables par des informaticiens qui ont ainsi accès à des données médicales qui devraient rester confidentielles.

33 En ce sens, il convient de rappeler que les procédures de captation, de traitement, et de connexions de traces numérisées par les institutions servent aussi à traquer les criminels qui, cherchant à échapper à la justice, souhaitent effacer des traces numériques qui permettraient de les identifier ou de repérer leurs mouvements et leurs actions. Cependant, l’avantage sécuritaire doit être sérieusement examiné au regard d’autres risques liés à une extension de l’usage de profilage des personnes dont nous avons souligné ici tout ce qu’il contenait de biais.

34 Autre exemple posté le 26/08/2012 à 23 h 10 sur Forum O1net. : « Salut Doc, je viens de lire un article sur 01net.com sur : Renforcez les défenses de Windows. Je précise que mon ordi fonctionne avec Windows Vista. Dans la rubrique effacez vos traces de navigation j’ai suivi ce qui écrit à la lettre c-à-d saisir “ipconfig/displaydns” pour voir la liste des domaines visités jusqu’ici tout marche bien mais dès que je tape la commande “ipconfig/fulshdns” pour effacer cette liste, la commande de windows me dit : l’opération demandée nécessite une évaluation. Alors qu’est-ce que cela veut dire ? Et comment y remédier ? Parce que je veux avoir le contrôle de mon PC. Edoscha ».

35 « Sous surveillance, Facebook effacera réellement vos photos supprimées », site techno-science. net, 20-08-2012 (Texte en ligne : http://www.technoscience.net/?onglet=news&news= 0719).

36 Les auteurs de cet ouvrage fournissent une large représentation du traitement des empreintes et des traces numériques.

37 Ce qualificatif vise à signifier qu’il est à la fois un producteur de traces et un construit de traces. Nous ne reviendrons pas ici sur les longues explications que nous avons fournies par ailleurs. Contentons-nous de faire observer qu’il serait difficile de dire que l’Homme-trace est producteur d’empreintes et construits d’empreintes. Il l’est sans aucun doute, mais pas seulement ; tant on sent bien tout ce que le terme « empreinte » produit de limitant dans le champ d’application. De la même façon, si la trace est indicielle, c’est-à-dire si elle fournit des indices sur le passé, elle ne s’y résume pas. Quand la trace est perçue dans le présent en tant que signe, elle devient « signe-trace ». En passant de la notion de trace à la notion de « signe-trace » nous souhaitons avancer qu’une trace peut exister sans être perçue. Et cela quelles que soient les formes de perceptions dont l’Homme dispose. En somme, cela renvoie au postulat qu’il existe une réalité objective indépendante des perceptions que l’Homme peut en avoir. Cette réalité répondrait aux relations de cause à effet que nous observons comme régissant le monde. Comme nous n’y avons pas accès puisqu’elle est en dehors de nos capacités perceptives actuelles, cette réalité ne peut être que supposée. Cependant, cette hypothèse nous amène à appliquer les raisonnements qui conduisent à l’analyse de la trace en distinguant la trace perçue, dite signe-trace, des autres. Cette nuance étant peu connue, nous ne l’utilisons que dans des contextes adaptés. Dans tous les autres cas, nous utilisons le terme trace dans son usage ordinaire avec toute la polysémie que cela induit.

38 Poincaré H., La Valeur de la science, 1905 : p. 270. Source : http://www.univnancy2.fr/poincare/bhp/.

39 Immersive tendency : tendance personnelle à se laisser entraîner dans un livre, un roman ou un jeu virtuel.

Table des illustrations

Légende Figure 1 : Les Digital natives : une catégorie d’Homme-trace qui intéresse les marchés.
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/21729/img-1.jpg
Fichier image/, 291k

© CNRS Éditions, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access