Version classiqueVersion mobile

Charles de Montalembert

 | 
Antoine de Meaux
, 
Eugène de Montalembert

Auteurs

Texte intégral

1Françoise Bercé est archiviste-paléographe et conservateur général du Patrimoine honoraire. Ses travaux portent principalement sur l’histoire du patrimoine à la fin du xviiie et au xixe siècle : Premiers travaux de la commission des Monuments historiques, 1837-1848, Paris, Picard, 1979 ; Des monuments historiques au Patrimoine, du xviiie siècle à nos jours… Paris, Flammarion, 2000, 226 p. ; « Arcisse de Caumont et les sociétés savantes », in Les Lieux de mémoire, II, La Nation, Paris, Gallimard, 1986 ; La naissance des Monuments historiques, la correspondance de Prosper Mérimée avec Ludovic Vitet (1840-1848), préface, Éditions CTHS, 1998 (Collection Format, 30) ; « Le Musée de Sculpture comparée de Viollet-le-Duc à Enlart », in Le musée des Monuments français, dir. Léon Pressouyre, Nicolas Chaudun, 2007 ; « La destruction de Cluny (1789-1830) », in Cluny, onze siècles de rayonnement, dir. Neil Stratford, Editions du patrimoine/CN, 2010.

2Claude-Isabelle Brelot est professeur émérite d’histoire contemporaine à l’Université Lyon 2. Membre du Laboratoire d’études rurales (EA 3728), spécialiste de l’histoire sociale du xixe siècle, elle a consacré une grande partie de ses travaux à l’étude des noblesses française et européenne après la Révolution et à leur place dans les mondes ruraux et urbains. Elle travaille actuellement sur les processus de déclassement. Elle a publié, entre autres : La noblesse réinventée. Nobles de Franche-Comté de 1814 à 1870, Besançon, Annales littéraires de l’Université de Besançon, no 477 et 478 (Série historique, no 6 et 7) [Diffusion Paris, Belles-Lettres], 1992 ; Cahiers d’histoire, no 3-4 (4e semestre 2000), no spécial Élites en conflits, direction (en collaboration avec Françoise Bayard) et rédaction de l’introduction : « Conflits et déclassement : la légitimité de l’histoire des élites en question » ; « Entre nationalisme et cosmopolitisme aristocratique : les engagements multiples de la noblesse », dans La France de l’affaire Dreyfus, sous la direction de Pierre Birnbaum, Paris, Gallimard (Bibliothèque des Histoires), 1994.

3Réka Csepeli a suivi des études d’histoire et de littérature française à l’Université Eötvös de Budapest. Spécialisée en histoire politique européenne du xixe siècle, elle a poursuivi ses études doctorales à Paris à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales sous la direction de Pierre Rosanvallon, et a soutenu sa thèse en 1999, qu’elle vient de publier sous le titre Les affinités du libéralisme français et hongrois au xixe siècle. Regards croisés (Saarbrücken, Éditions Universitaires Européennes, 2011) ; elle a rédigé en 1997 un article portant sur la « Correspondance entre Charles de Montalembert et Jozsef Eötvös » (Revue AETAS, textes en hongrois, français et allemand).

4Maître de conférences en Histoire contemporaine à l’Université Montpellier III, Michel Fourcade est vice-président du Cercle d’étude Jacques et Raïssa Maritain et membre de la rédaction de la revue Nunc. Après sa thèse de doctorat soutenue en 2000 (« Feu la modernité ? Maritain et les maritainismes »), ses principaux travaux portent sur l’histoire religieuse des intellectuels et l’histoire de la pensée catholique (thomisme contemporain, théologies politiques – bibliographie sur le site de son équipe de recherche : http://recherche.univ-montp3.fr/​crises). Parmi ses dernières publications, il a codirigé le colloque Un nouvel âge de la théologie ? 1965-1980, Paris, Karthala, 2009, et contribué à l’Histoire générale du Christianisme, Paris, PUF, Quadrige, t. 2, 2010.

5Jean-Miguel Garrigues est dominicain et théologien, enseignant dans diverses institutions de formation du clergé en France. Auteur de nombreux livres de théologie et de spiritualité, il a collaboré à la rédaction du Catéchisme de l’Église Catholique, prêché le Carême à Notre-Dame de Paris (1992-1994) et est intervenu dans la préparation des actes de repentance posés par Jean-Paul II en l’an 2000. Il collabore depuis leurs débuts à deux revues de science politique, Commentaire et Liberté politique. Il a publié deux livres en morale politique : L’Église, la société libre et le communisme (coll. « Commentaire », Paris, Julliard, 1982) et La politique du meilleur possible (Paris, Mame, 1994).

6Christopher Guyver a fait sa thèse de doctorat à l’université d’Oxford sur le « parti de l’ordre » pendant la IIe République. Il enseigne actuellement l’histoire à l’université de Bradford et travaille à la transformation de sa thèse en livre.

7Lucien Jaume, agrégé de philosophie et docteur d’État en science politique, est directeur de recherche au CNRS (laboratoire CEVIPOF). Il enseigne la philosophie politique à Sciences Po Paris. Il a consacré une part importante de son livre L’Individu effacé ou le paradoxe du libéralisme français au catholicisme libéral et à la figure de Montalembert. Il a également publié une étude dans Cités (Paris, PUF, no 12, 2002) sur « Liberté et souveraineté politique dans le catholicisme ». Ses autres ouvrages concernent le jacobinisme, le libéralisme en philosophie, l’esprit européen. Son livre Tocqueville (Paris, Fayard, 2008) a reçu le prix Guizot de l’Académie française.

8Jacqueline Lalouette est professeur d’histoire contemporaine émérite (Université de Lille 3) et membre senior de l’Institut universitaire de France. Elle a publié, notamment, La Libre Pensée en France. 1848-1940, Paris, Albin Michel, 1997, 2e éd., 2001 ; La séparation des Églises et de l’État. Genèse et développement d’une idée. 1789-1905, Paris, Seuil, collection « L’Univers historique », 2005 ; L’État et les Cultes. 1789-1905-2005, Paris, La Découverte, collection « Repères », 2005 ; Jours de fête. Jours fériés et fêtes légales dans la France contemporaine, Paris, Tallandier, 2010 ; Les religions à l’école. Europe et Amérique du Nord. xixe-xxie siècles, sous la dir. de Jacqueline Lalouette et de Xavier Boniface, Jean-François Chanet et Imelda Elliott, Letouzey et Ané, 2011.

9Ancien élève de l’École normale supérieure Lettres et Sciences humaines (ex-Fontenay-Saint-Cloud), agrégé de lettres modernes, Bernard Le Drezen a enseigné à l’Université Paris-IV Sorbonne. Il est maintenant haut fonctionnaire. Il achève une thèse de doctorat consacrée à l’éloquence parlementaire de la IIe République. Outre un ouvrage intitulé Victor Hugo ou l’éloquence souveraine (Paris, L’Harmattan, 2005), il a publié un certain nombre d’articles portant notamment sur les rapports entre littérature et politique au xixe siècle.

10Écrivain, Antoine de Meaux est l’auteur de L’Ultime désert, vie et mort de Michel Vieuchange (Paris, Phébus, 2004) et de Charles de Foucauld, l’explorateur fraternel (Paris, Points sagesse, 2008). Également réalisateur, il a signé une dizaine de documentaires pour la télévision, dont Patrick Modiano, « Je me souviens de tout… » (2007, pour la collection « Empreintes » de France 5, avec Bernard Pivot), Philippe Noiret, gentleman saltimbanque (ARTE, 2008), L’Ordre de Malte (France 5, 2011), ou encore Le Procès Céline (ARTE, 2011, avec Alain Moreau). Depuis 2004, il est membre des conseils éditoriaux de la collection Bouquins (Robert Laffont) et de la revue Nunc. Co-fondateur et vice-président de l’Association des amis de Montalembert, il a coordonné avec Eugène de Montalembert le colloque du bicentenaire de 2010 organisé au Sénat.

11Françoise Mélonio, ancienne élève de l’École normale supérieure de jeunes filles, agrégée de lettres modernes, professeur de littérature française à l’université Paris IV-Sorbonne, enseigne aussi l’histoire des représentations politiques à Sciences Po. Responsable de l’édition des Œuvres complètes de Tocqueville (trente volumes, nrf Gallimard), elle a aussi publié des essais : Tocqueville et les Français, Paris, Aubier, 1993 ; Naissance et affirmation d’une culture nationale. La France de 1815 à 1880, Paris, Points Seuil, 2001 ; Tocqueville, ADPF, 2006 ; La littérature française, dynamique et histoire (vol. 2 sous la direction de Jean Yves Tadié), Paris, Gallimard, Folio essais, 2007.

12Eugène de Montalembert enseigne l’analyse musicale, l’histoire de la musique, le contrepoint improvisé, l’ethnomusicologie et la paléographie musicale au Conservatoire à rayonnement régional (CRR) de Dijon. Outre divers travaux, articles et contributions relatifs aux musiques ancienne, classique, contemporaine et traditionnelles, il a, en collaboration avec Claude Abromont, écrit un Guide de la théorie de la musique (Paris, Fayard/Lemoine, 2001), un Guide des genres de la musique occidentale et un Guide des formes de la musique occidentale (Paris, Fayard/Lemoine, 2011). Co-fondateur et vice-président de l’Association des amis de Montalembert, il a coordonné avec Antoine de Meaux le colloque du bicentenaire de 2010 organisé au Sénat.

13Nicole Taillade (publie sous le nom de Nicole Roger-Taillade). Agrégée de Lettres modernes en 1963, elle a enseigné à Toulouse, au lycée, puis, de 1968 à 1997, la littérature comparée à l’Université de Toulouse le Mirail. Elle est diplômée de l’IEP de Toulouse (1966), titulaire d’un DEA de Droit international (1968), d’un doctorat de troisième cycle sur Le Prêtre, la Femme et la Famille de Jules Michelet (sous la direction de Paul Viallaneix, Université de Clermont II, 1981). De 1983 à 1985, elle a été détachée en Pologne, comme directrice du Centre d’Études françaises de Varsovie. Elle a participé à plusieurs colloques : « Lamennais » (Collège de France, 1982), « Prophétisme et messianisme dans les lettres françaises et polonaises à l’époque romantique » (Université de Varsovie, 1982) ; « Libéralisme chrétien et catholicisme libéral dans la première moitié du xixe siècle » (Aix-en-Provence, 1987). Elle a été rapporteur du panel « Dialectique de la tradition et de l’utopie dans la Pologne du xixe siècle » (IIIrd World Congress for Soviet and East European Studies, Washington, 1985). Elle est l’auteur d’articles sur Lamennais, Michelet, les écrivains romantiques polonais Mickiewicz, Slowacki et Krasinski. Elle a collaboré aux revues : Littératures de l’Université de Toulouse par un article et des comptes-rendus sur les éditions successives du Manuscrit trouvé à Saragosse de Jean Potocki (chez Gallimard, José Corti et Garnier-Flammarion, 1977, 1989, 1992, 2009), et en liaison avec les programmes d’agrégation : « La littérature et le labyrinthe » (1994), « Kordian » de Juliusz Slowacki (1999) ; Slavica occitania, « Jacob et l’ange : Bruno Schulz et Rainer Maria Rilke » (2000) ; aux Cahiers mennaisiens par l’édition du « Journal polonais inédit » de Charles de Montalembert (1983-1984), puis, en collaboration avec Jerzy Parvi, Université de Varsovie, de correspondances polonaises de Montalembert : lettres à Jean Kozmian (1984), à César Plater (1989), et, en hommage à Louis Le Guillou, par l’édition des « Lettres inédites de Montalembert aux Pères de la Résurrection » dans Bretagne et romantisme (1989). Retraitée depuis 1997, elle s’emploie à accomplir les travaux commencés, le premier étant l’édition du Journal intime inédit de Charles de Montalembert, en collaboration avec Louis Le Guillou : tomes I et II, Éditions du CNRS (1990) : ces deux volumes ont obtenu un grand prix de l’Académie française (1991) ; tomes III à VIII, éditions Honoré Champion (2003-2009).

14Mario Tesini est professeur d’histoire de la pensée politique à l’Université de Parme. Après avoir été diplômé de l’Université de Bologne en 1980, il passe un doctorat de recherche en histoire des institutions politique à l’Université de Rome « La Sapienza », avec une thèse sur les rapports entre Tocqueville et le catholicisme libéral en France et en Italie. Pendant dix ans, il enseigne et exerce des activités de recherche à l’Université de Rome « Tor Vergata ». Son intérêt se porte initialement sur l’étude des principaux courants politiques italiens dans la période contemporaine (Oltre la città rossa, Bologne, 1986), sur quelques figures remarquables de l’histoire du Risorgimento (Gioacchino Ventura. La chiesanell’età delle rivoluzioni, Rome 1988), sur la pensée de Luigi Sturzo et l’avènement du parti populaire italien. Il porte un intérêt constant à l’œuvre de Tocqueville (Tocqueville tradestra e sinistra, Rome, 1997 ; en 2005, la direction d’une nouvelle édition italienne de La Démocratie en Amérique). D’autres travaux récents portent sur les thèmes de la crise des idéologies et « la fin de l’Histoire » dans le débat actuel, ainsi que sur la figure de Charles de Gaulle, dans la perspective de l’histoire de la pensée politique (« De Gaulle e la pena di morte. Sovranità, ragion di stato e umanesimo cristiano », in Annali di storiamoderna e contemporanea, Milan, 2005).

15Auteur de plusieurs livres dont certains furent remarqués, en particulier François Guizot (Paris, Fayard, 2008), Laurent Theis exerce des activités d’historien, d’éditeur et de critique. Il est président honoraire de la Société de l’histoire du Protestantisme français.

© CNRS Éditions, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search