Version classiqueVersion mobile

Parallaxes transatlantiques

 | 
Anne Raulin
, 
Susan Carol Rogers

Présentation des auteurs

Texte intégral

1David Beriss est associate professor d’anthropologie à l’University of New Orleans, en Louisiane. Il a co-dirigé (avec David Sutton) The Restaurants Book : Ethnographies of Where We Eat (2007, Berg Publishing) et il est l’auteur de Black Skins, French Voices : Caribbean Ethnicity and Activism in Urban France (2004, Westview Press). Il travaille actuellement sur la cuisine, l’ethnicité et la production de la culture à La Nouvelle-Orléans. Contact : dberiss@uno.edu.

2Stefania Capone est anthropologue, directrice de recherche au CNRS et membre du Laboratoire d’ethnologie et de sociologie comparative (Université Paris Ouest Nanterre La Défense). Ses recherches portent sur la transnationalisation des religions afro-américaines aux États-Unis, au Brésil et en Europe, ainsi que sur les liens entre reconstruction d’une mémoire africaine et réafricanisation rituelle. Elle est l’auteur, en outre, de La quête de l’Afrique dans le candomblé. Pouvoir et tradition au Brésil (Paris, Karthala, 1999), traduit en portugais (Brésil, Pallas/Contracapa, 2004) et en anglais (États-Unis, Duke University Press, 2010), ainsi que de Les Yoruba du Nouveau Monde. Religion, ethnicité et nationalisme noir aux États-Unis (Paris, Karthala, 2005), traduit en portugais (Pallas, 2011). Contact : stefania.capone@mae-u-paris10.fr.

3Beth Epstein est anthropologue et directrice académique de NYU-Paris, pôle parisien de la New York University. Ses recherches portent sur la mise-en-œuvre des politiques d’intégration en France et son articulation avec le développement de la banlieue francilienne. Elle était co-réalisatrice du film Kofi chez les Français, documentaire sur la montée médiatique de Kofi Yamgnane, maire noir d’un village breton nommé par la suite Secrétaire d’état à l’intégration par Edith Cresson, ce qui a largement inspiré son intérêt pour la façon dont sont traitées les questions de race et de différence entre la France et les États-Unis. Son livre Collective Terms : Race, Culture, and Community in a State-Planned City in France (Berghahn Books) est sorti en 2011. Contact : beth.epstein@nyu.edu.

4Patrick Gaboriau est anthropologue, directeur de recherche au Centre National de la Recherche Scientifique. Il possède une formation en psychologie et en ethnologie. Ses publications portent sur l’étude des personnes en situation de pauvreté. Il a notamment publié : Clochard. L’univers d’un groupe de sans-abri parisiens (Paris, Julliard, 1993) ; (dir. avec Daniel Terrolle) Ethnologie des sans-logis : étude d’une forme de domination sociale (Paris, L’Harmattan, 2003) ; Le chercheur et la politique. (Paris, Aux Lieux d’Être, 2008). Contact : gaboriau@ivry.cnrs.fr.

5Christian Ghasarian est professeur d’ethnologie à l’Université de Neuchâtel et chercheur associé au LAIOS (CNRS). Après des premières recherches sur les normes et valeurs des originaires de l’Inde dans la société réunionnaise contemporaine, il a passé plusieurs années (de 1992 à 1997) en qualité de Research Associate au Center for South Asia Studies de l’Université de Californie-Berkeley à étudier les ajustements culturels et sociaux des migrants indiens et les pratiques New Age dans la région de San Francisco. Ses recherches actuelles portent sur le multiculturalisme à La Réunion, les pratiques New Age (aux États-Unis et en Europe) et la construction des relations sociales en Polynésie française, précisément à Rapa iti (archipel des Australes). Parmi ses publications : Honneur, chance & destin. La culture indienne à La Réunion (1991) ; Introduction à l’étude de la parenté (1996) ; De l’ethnographie à l’anthropologie réflexive (2002), Anthropologies de La Réunion (2008), Plantes psychotropes. Initiations, thérapies, quêtes de soi (2010). Contact : christian.ghasarian@unine.ch.

6Sara LE Menestrel est anthropologue, chargée de recherches au CNRS, membre du Centre d’études nord-américaines et du laboratoire MASCIPO (UMR 8168) de l’EHESS. Elle coordonne l’ANR « Musiques, danses et mondialisation : circulations, mutations, pouvoirs ». Ses travaux en anthropologie de la musique portent sur la fabrication et la gestion de la différence dans le répertoire franco-louisianais. Elle est l’auteur de La voie des Cadiens. Tourisme et identité en Louisiane (Belin, 1999), co-auteur avec Jacques Henry de Working the Field : Accounts from French Louisiana (Jackson, University Press of Mississippi, 2009) et avec Kali Argyriadis de Vivre la Guinguette (PUF, 2003) et coordinatrice de Des vies en musique. Parcours croisés, mobilités et transformations (Hermann, à paraître en 2012). Depuis 2005, elle a étendu ses recherches en Louisiane à l’anthropologie des catastrophes, au travers de la gestion des ouragans Katrina et Rita. La réflexion sur les catégories traverse l’ensemble de ses thématiques de recherche. Elle a notamment co-dirigé avec Véronique Boyer un numéro spécial du Journal de la Société des Américanistes, « Race, ethnie, communauté » (2009, 95, 1 et 2). Contact : lemenest@ehess.fr.

7William Poulin-Deltour est assistant professor dans le département de français de Middlebury College (Vermont). Ses recherches ethnographiques portent sur la question de l’influence américaine dans les débats français autour du genre et de la sexualité, et sur les tentatives de diversifier les grandes écoles en France. Il a récemment publié « France’s Gais retraités : Questioning the “Image of the Closet” » dans Modern and Contemporary France (2008), et prépare actuellement un article sur la création des classes préparatoires « de proximité », et leur fonction dans les programmes français de « discrimination positive ». Contact : wpoulind@middlebury.edu.

8Anne Raulin est professeure à l’Université de Paris Ouest Nanterre La Défense, membre du Laboratoire d’Anthropologie Urbaine (Cnrs/IIAC) et de Sophiapol. Titulaire d’un Ph. D. de la New School for Social Research (New York), son livre d’anthropologie historique Manhattan ou la mémoire insulaire (1997) considère la métropole comme un ensemble topique d’inscription du temps dans l’espace. À Paris, ses travaux portent sur les minorités urbaines et la formation de centralités minoritaires (L’ethnique est quotidien, Diasporas, marchés et cultures métropolitaines, 2000). Dans ce domaine, elle est aussi l’auteur d’un ouvrage généraliste Anthropologie urbaine (2001, réed. 2007). En outre, sa réflexion porte sur la notion de personne (À la rencontre de la personne, numéro thématique des Cahiers Internationaux de Sociologie, 2008, qu’elle a coordonné avec D. Dussy) : à ce titre, elle s’intéresse au courant Culture et Personnalité et à l’approche biographique en anthropologie (« Sur la vie et le temps de Lewis Henry Morgan », L’Homme, 2010). Contact : araulin@u-paris10.fr.

9Deborah Reed-Danahay est professeure d’anthropologie, et directrice du Centre des études européennes de l’Université de Buffalo (New York). Elle travaille actuellement sur la diaspora vietnamienne en France et aux États-Unis, mais elle continue aussi à s’intéresser à la vie rurale en Auvergne et à la théorie sociale. Elle a publié récemment (en collaboration avec Caroline Brettell) Civic engagements : The citizenship practices of Indian and Vietnamese immigrants (Stanford, 2012) et a co-dirigé (avec Brettell) l’ouvrage Citizenship, political engagement, and belonging : Immigrants in Europe and the United States (Rutgers, 2008). Elle est l’auteur de Locating Bourdieu (Indiana, 2005), Education and identity in rural France : The politics of schooling (Cambridge, 1996), et Auto/Ethnography : Rewriting the self and the social (Berg, 1997). Contact : der5@buffalo.edu.

10Susan Carol Rogers est associate professor d’anthropologie à New York University, où elle a aussi enseigné pendant de nombreuses années dans le cadre de l’Institut des Études Françaises. Menant des recherches ethnographiques sur la France rurale depuis les années 1970, elle est coauteur (avec H. Lamarche et C. Karnoouh) de Paysans, femmes et citoyens : Luttes pour le pouvoir dans un village lorrain (Actes Sud, 1980) et auteur de Shaping Modern Times in Rural France : The transformation and reproduction of an Aveyronnais community (Princeton, 1991). Co-fondatrice de la Society for the Anthropology of Europe au sein de l’American Anthropological Association, elle a aussi publié dans des revues françaises et américaines de nombreux articles sur l’anthropologie de la France et l’anthropologie près-de-chez-soi. Contact : scr1@nyu.edu.

© CNRS Éditions, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search