Version classiqueVersion mobile

L'alimentation demain

 | 
Gilles Fumey

Les Cités de la Gastronomie, lieux culturels, scientifiques et touristiques

Dominique Pagès

Texte intégral

  • 1 <http://www.epicurium.fr/fr>.
  • 2 <https://www.alimentarium.org/fr>.
  • 3 <http://eatalyworld.it/>.
  • 4 <http://www.bmof.org/>.
  • 5 <http://www.mofad.org/>.
  • 6 <http://www.repasgastronomiquedesfrancais.org/reseaudescitesde-la-gastronomie/>.
  • 7 Cf. <http://www.lecese.fr/sites/default/files/pdf/Avis/2009/2009_30_andre_daguin.pdf>, p. 21.
  • 8 Cf. <http://www.leparisien.fr/rungis-94150/rungis-je-veux-que-lacite-devienne-le-louvre-de-la-gastronomie-21-03-2016-5647397.php>.

La gastronomie* et ses rites se réinventent pour répondre à de nouveaux enjeux culturels, économiques, scientifiques, géopolitiques mais aussi démocratiques. De nouveaux lieux lui sont consacrés : des restaurants déclinant tant les valeurs de la bistronomie* que celles de la cuisine moléculaire* à de nouveaux centres d’interprétation aux choix muséologiques et communicationnels contrastés. Ainsi, de la création en 2010 de l’Epicurium1 à Avignon à la réouverture en 2016 de l’Alimentarium2 de Vevey, de l’ouverture en 2014 de Fico Eataly World3 à Bologne à celles en 2015 du British Museum of Food4 de Londres et du Museum of Food and drinks5 (le MOFAD) de Brooklyn, les médiations autour de l’alimentation, du culinaire et du goût se diversifient pour honorer les patrimoines alimentaires et mettre en valeur la créativité locale au fil d’expositions permanentes ou temporaires, de parcours pédagogiques, d’ateliers ludiques et interactifs, ou encore d’espaces conviviaux de démonstration et de dégustation. Citons par exemple l’apprentissage du goût, les expériences polysensorielles ou encore les jeux mémoriels…
Si les Cités de la Gastronomie (Lyon, Tours, Dijon, Paris Rungis) sont encore à l’état de projet dont le modèle économique reste à stabiliser, elles devraient permettre dans les années à venir (annonce des ouvertures successives de 2018 à 2024) de poursuivre et d’amplifier ce renouvellement des dispositifs d’interprétation, notamment dans une perspective symbolique et communicationnelle, favorable à la rencontre des sciences, des arts et des cultures numériques. Actualisant les engagements pris par la France suite à l’inscription en 2010 du « Repas gastronomique des Français » à la liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’Humanité de l’Unesco (candidature portée par la MFPCA – Mission française du patrimoine et des cultures alimentaires), ces Cités (qui ne devaient être qu’une à l’origine) devraient constituer un réseau6 apte à transformer cette reconnaissance officielle et à célébrer de manière inventive l’humanisme de la table.
Dans l’esprit d’autres Cités (des Sciences – la Villette – ou de la Cité de l’Architecture et du patrimoine), elles ne devraient pas seulement mettre en œuvre des mesures de sauvegarde dans une perspective muséale mais redonner surtout à cette pratique d’excellence qu’est le repas (envisagé comme pratique sociale inhérente à la culture française, créative et coutumière, destinée à célébrer les moments les plus importants de la vie) toute sa capacité à renaître comme expérience du goût et du lien, comme forme culturelle respectueuse des ressources naturelles et des produits culinaires de qualité.
Envisageant ces Cités comme des lieux tout à la fois de transmission (de la richesse de la gastronomie française et du monde, de l’art de vivre à la française, des valeurs du bien manger) mais aussi d’échange, d’apprentissage, d’innovation et de découverte, les villes lauréates se sont chacune positionnées autour d’une thématique majeure, tout en envisageant leurs complémentarités : les relations entre alimentation, gastronomie et santé pour Lyon ; l’art de vivre pour Tours ; le vin et la vigne pour Dijon ; les cuisines du monde pour Paris-Rungis. Chacune des Cités souhaiterait devenir un outil incontournable au service des secteurs clés de notre économie, offrir une vitrine aux métiers et savoir-faire en matière alimentaire, renforcer l’attractivité des territoires, développer l’offre touristique et contribuer à affirmer une exception culturelle française. Ouverte sur leur territoire et sur le monde, chacune voudrait associer en un même lieu des activités culturelles, pédagogiques, artistiques, économiques et commerciales dédiées à la découverte des traditions des repas des communautés du monde.
Mais, au-delà des promesses accumulées depuis 2013 (profuses, évolutives et parfois encore faiblement hiérarchisées), il appartiendra aux parties prenantes et notamment aux chercheurs agrégés autour de ces Cités (selon différentes modalités) de penser plus avant non seulement la programmation culturelle et scientifique, les activités éducatives et les politiques des publics (qu’ils soient habitants, touristes ou professionnels) à mettre en œuvre, les médiations à y déployer mais aussi les innovations à en attendre… Ces Cités, présentées comme des établissements culturels pluridisciplinaires et assimilées par certains élus à des Beaubourg7 des cultures culinaires ou à des Louvre8 des patrimoines gastronomiques, devront ainsi définir et installer progressivement une gouvernance participative aux ambitions plurielles : inter-relier les Cités autour de programmations originales ; fédérer des acteurs issus d’univers éloignés dans leurs points de vue sur ces établissements (du monde des marques alimentaires ou hôtelières au monde académique dans toutes ses facettes) ; favoriser des interconnaissances et des mutualisations pour que les apprentissages du goût, la qualité des rituels gastronomiques et plus simplement la connaissance de nos assiettes puissent se renouveler.

Notes

1 <http://www.epicurium.fr/fr>.

2 <https://www.alimentarium.org/fr>.

3 <http://eatalyworld.it/>.

4 <http://www.bmof.org/>.

5 <http://www.mofad.org/>.

6 <http://www.repasgastronomiquedesfrancais.org/reseaudescitesde-la-gastronomie/>.

7 Cf. <http://www.lecese.fr/sites/default/files/pdf/Avis/2009/2009_30_andre_daguin.pdf>, p. 21.

8 Cf. <http://www.leparisien.fr/rungis-94150/rungis-je-veux-que-lacite-devienne-le-louvre-de-la-gastronomie-21-03-2016-5647397.php>.

Auteur

De formation littéraire. Maître de conférences au Celsa-Paris-Sorbonne et actuellement responsable du Master Cultures, Tourismes et Communication (après avoir créé et animé des formations dédiées au management culturel, à la communication territoriale et aux projets multimédias et numériques). Ses travaux en information et communication ont porté avant tout sur le développement culturel et touristique des territoires (et notamment sur la métropolisation) mais aussi les médiations des arts et notamment de la danse et des spectacles vivants. Actuellement, ses recherches s'ouvrent plus particulièrement aux médiations culturelles, artistiques et territoriales de la gastronomie, de l'alimentation et des cultures culinaires.

© CNRS Éditions, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search