Version classiqueVersion mobile

La communication environnementale

 | 
Thierry Libaert

Communication et changements climatiques : le cas du GIEC

Jean-Pascal van Ypersele et Bruna Gaino

Note de l’auteur

Les auteurs remercient Philippe Marbaix et Jonathan Lynn pour leurs utiles suggestions.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Les changements climatiques sont un des sujets autour desquels la communication est parfois difficile. Ceci est notamment lié à la complexité des sciences du climat, au caractère lointain des conséquences des changements climatiques et aux efforts délibérés de certains pour « semer le doute » sur le sujet. L’habitabilité même d’une partie de notre planète est pourtant en jeu, et il importe donc de mettre les résultats de la recherche climatique au service de la société et de les communiquer clairement. Nous examinons ici le rôle particulier du GIEC à cet égard.
Le GIEC
Le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) a été créé par les Nations unies en 1988 en vue de fournir des évaluations objectives et rigoureuses de l’état des connaissances scientifiques, techniques et socioéconomiques sur les changements climatiques, leurs causes, leurs répercussions potentielles et les stratégies de parade2. Le GIEC est « un lien entre la science des changements climatique...

Auteurs

Docteur en sciences physiques de l’Université catholique de Louvain (UCL), climatologue, professeur de climatologie et de sciences de l’environnement à l’UCL, membre du Centre de recherche sur la Terre et le climat Georges Lemaître. Il était vice-président du groupe de travail II du GIEC lorsque celui-ci a obtenu, simultanément à Al Gore, le prix Nobel de la Paix 2007 pour ses travaux sur les changements climatiques. Il a ensuite été vice-président du GIEC de 2008 à 2015. Il est membre depuis 1993 du Conseil fédéral belge du développement durable et en préside depuis 1998 le groupe de travail Énergie et climat. Il est membre depuis 2009 de l’Académie royale de Belgique.

Docteur en sciences, assistante de recherche à l’Université catholique de Louvain (UCL), membre du Centre de recherche sur la Terre et le climat Georges Lemaître.

© CNRS Éditions, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search