Version classiqueVersion mobile

Banlieues vues d'ailleurs

 | 
Bernard Wallon

Banlieue Network

Christina Horvath

Note de l’éditeur

Inédit

Texte intégral

  • 1 Association collectif liberté égalité fraternité ensemble unis.
  • 2 <http://www.banlieuenetwork.org/gallery/set/explorer-labanlieue-une-residence-dete-en-images>.
  • 3 <http://www.iul-urbanisme.fr/new/wp-content/uploads/Affiche-exposition-Bron-Voix-et-images-de-la-banlieue.pdf>.
  • 4 <http://echomusee.fr/>.
  • 5 <http://www.fabula.org/actualites/banlieues-periferie-quelles representations-contemporaines-des-quartiers-sensibles_67689.php>.
  • 6 <http://www.asmcf.org/>.
  • 7 <http://www.sfs.ac.uk/wp-content/uploads/2010/09/Cardiff-2015-playbill.pdf>.

Banlieue Network est un réseau de recherche interdisciplinaire qui fut fondé en septembre 2012 par deux chercheures de l’université Oxford Brookes, Christina Horvath et Juliet Carpenter. Travaillant dans des domaines aussi éloignés que la littérature française et la géographie urbaine, nous étions animées par une vision similaire des banlieues comme des espaces hétérogènes qui se laissent peu ou pas du tout aborder depuis un unique point de vue disciplinaire. Notre but était donc de créer un forum de dialogue large et ouvert à tous, permettant de croiser les regards des chercheurs de disciplines variées (sociologie, anthropologie, architecture, géographie, urbanisme, linguistique, littérature, film, histoire, esthétique, etc.) avec ceux des acteurs urbains (politiques, éducateurs, urbanistes, associations de résidents) de même que des artistes et des journalistes. Bénéficiaires d’une subvention de l’AHRC (Arts and Humanities Research Council), nous avons lancé un programme initial de vingt-quatre mois qui visait à bâtir un réseau en créant d’abord son « noyau dur », un comité scientifique composé de 10 universitaires français et européens, puis en proposant divers événements susceptibles d’attirer des publics variés.
De la recherche internationale, inter- et pluridisciplinaire…
Afin de creuser la thématique de la perception des banlieues, nous avons organisé deux colloques. Le premier, ayant eu lieu à Londres en avril 2013, explorait les discours médiatiques et politiques souvent tendancieux qui portent sur les cités alors que le second, organisé à Oxford en avril 2014, s’intéressait aux discours alternatifs que les stigmates diffusés par les médias suscitent de la part des résidents des banlieues. Parmi la centaine de participants inscrits aux deux événements, nous avons compté des artistes, des chercheurs, des journalistes mais aussi des politiques comme Mohamed Mechmache, président de l’association ACLEFEU1. Nos débats ont abouti à un volume collectif, Regards croisés sur la banlieue (2015) dont les 14 chapitres constituent une entrée en matière pluridisciplinaire présentant les recherches les plus récentes sur les banlieues françaises. Il est intéressant de voir la contribution importante des chercheurs étrangers (originaires d’Algérie, d’Argentine, de Hongrie, de Grande-Bretagne ou d’Italie) dans cet ouvrage, car il est à l’image de leur participation massive à l’exploration de la banlieue dans différentes disciplines telles que les études culturelles, l’esthétique, la géographie, le cinéma, la musique ou la littérature. Les raisons de cette attirance sont multiples. Si d’une part il s’agit de chercheurs comparatistes comme la Britannique Juliet Carpenter, qui étudie les processus de participation dans les prises de décision urbanistiques en France et en Angleterre, d’autre part les chercheurs sont intéressés par les aspects multiculturels de la banlieue, les origines multiples des artistes qui y travaillent ou simplement l’actualité du sujet. Il est cependant également possible que les chercheurs internationaux soient mobilisés par l’injustice sociale flagrante à laquelle, en raison de leur culture d’origine, ils sont particulièrement sensibles, ou encore par l’absence chez eux des préjugés qui feraient de la banlieue un sujet « périphérique », d’importance modeste.
En juillet 2013 nous avons organisé une résidence d’été « Explorer la banlieue2 » dans le département 93. Il s’agissait d’un événement expérimental qui cherchait à créer des synergies entre différentes audiences. Pendant une semaine, dans cinq villes (Saint-Denis, Drancy, La Courneuve, Bobigny et Bondy) de la Seine-Saint-Denis se déroulaient des débats, balades urbaines, projections de film, tables rondes, ateliers créatifs de dessin, de photographie et d’écriture animés par des artistes français – Jean-Michel Delage, Kalou Kaba, Fabienne Kanor, Mamadou Mahmoud N’Dongo, Samuel Nja Kwa et Sophie Tonneau – et britanniques – Mish Aminoff, John Perivolaris, Lisa Dimbleby et Dianne Regisford. Au-delà de la découverte d’un territoire par un groupe mixte de chercheurs et d’étudiants internationaux, ces programmes encourageant la créativité cherchaient à promouvoir la rencontre entre chercheurs, artistes, et résidents. Le travail créatif entrepris durant les ateliers a abouti à une exposition3 qui, après sa création à Oxford, tournait ensuite à Paris et à Lyon et à la publication d’un livre photographique, Voix et Images de la Banlieue (2014) réunissant des textes et des images de vingt-cinq auteurs. D’autre part, les débats interdisciplinaires thématisant les représentations visuelles et textuelles, les espaces, les identités et la mémoire collective des banlieues menées durant la résidence se sont cristallisés dans la publication d’un numéro spécial de la revue Francosphères (février 2014).
Notre dernière série d’événements, organisée en juillet 2014 à l’Échomusée de la Goutte d’Or4, fut portée par une volonté de comparer la banlieue aux quartiers populaires de Paris intra-muros avec, au programme, une exposition accompagnée d’activités créatives incluant écriture, slam et graff et de rencontres avec des écrivains, des photographes et des chercheurs. La plupart des activités furent filmées et sont aujourd’hui en ligne, accessibles sur le site du projet www.banlieuenetwork.org et YouTube. Enfin, au programme, figurait également un atelier de réflexion sur l’avenir du Banlieue Network.
Le bilan de nos deux premières années est plutôt positif : nous avons connecté 127 personnes dont à peu près la moitié vit ou travaille à l’étranger, nos podcasts ont été visionnés plus de 2 000 fois, nous avons réussi à mettre en relation des artistes et des chercheurs qui continuent à travailler ensemble. Parmi les jeunes chercheurs français, américains, allemands, italiens, britanniques et irlandais qui ont participé à notre résidence d’été, beaucoup ont soutenu leur thèse ou la soutiendront dans les quelques années à venir. Certains d’entre eux sont à l’origine de nouveaux réseaux ou de nouveaux colloques sur la banlieue comme Serena Cello qui a initié à l’université de Gênes le colloque5 « Banlieues/Periferie : quelles représentations contemporaines des quartiers “sensibles” ? » (Université de Gênes 16-17 septembre 2015). Les participants internationaux de Banlieue Network continuent à travailler ensemble également dans le cadre de panels sur la banlieue présentés à des colloques et des congrès tels que le colloque annuel de ASMCF6 (Assocation for the Study of Modern and Contemporary France) à Southampton en septembre 2014 ou le colloque de la Society for French Studies, organisé à Cardiff en juillet 20157. Ces nouveaux panels et colloques dédiés à la banlieue témoignent de l’effervescence qui entoure le sujet et de l’existence de multiples réseaux formels et informels qui portent à la banlieue un intérêt persistant pour les chercheurs étrangers.
… À la « cocréation »
Après avoir conclu une première phase de recherches interdisciplinaires et de dissémination auprès les spécialistes et la société au sens plus large, notre ambition est d’initier des projets collaboratifs. Actuellement, nous cherchons à explorer le potentiel de la création artistique autour du concept de la « cocréation », méthode qui consiste à réaliser des ateliers d’art avec la participation de chercheurs, d’artistes, de résidents, d’élus et d’autres acteurs urbains dans les quartiers. D’autre part, nous visons à élargir le champ de nos investigations en privilégiant des perspectives comparées avec des quartiers urbains ségrégués de différents pays d’Europe et d’Amérique latine. Pour réaliser ces objectifs, nous avons proposé un nouveau projet international dans le cadre de RISE sous le titre de « Co-Create » avec la participation de cinq universités européennes et latino-américaines : (l’Université Oxford Brookes, l’IRS Berlin, l’Université de Bath, l’Université Autonome de Mexico et l’Université catholique pontificale de Rio de Janeiro. La proposition, encore en voie d’évaluation, inclurait également trois partenaires de la sphère associative, City Mine(d) à Bruxelles, Alternatives Européennes à Paris et Trànsit Projectes à Barcelone. Ce projet viserait à favoriser l’échange de savoirs autour du sujet de la Ville cohésive. Il propose de conceptualiser les processus de ségrégation sociospatiale tout en développant un outil méthodologique dérivé des travaux précédents de Banlieue Network : celui de la cocréation qui réunit des artistes, des chercheurs et des élus et forge des liens entre la recherche-action et la création artistique avec le but de développer une série de directives et recommandations politiques qui peuvent être adaptées à différents contextes.
Nous soutenons l’idée que l’art peut être un catalyseur idéal pour faire réfléchir ensemble des partenaires issus de différents milieux et disciplines et pour jeter des ponts entre les chercheurs et les acteurs urbains ayant une expérience solide du terrain. Nous espérons que le programme prévu dans la proposition de projet qui inclut des échanges de savoir, des séjours d’échange, des ateliers, des écoles d’été et des formations offertes aux participants, aboutira à une transformation de l’espace public et promouvra de nouvelles approches. Les comparaisons internationales sont particulièrement utiles pour faire avancer le débat théorique et améliorer les politiques appliquées dans différents contextes. Le développement d’approches visant à améliorer la situation des quartiers sensibles dans différents contextes urbains dépend fortement de structures institutionnelles, politiques, économiques et culturelles, structures inhérentes à chaque ville. En prenant en compte ces facteurs, nous cherchons à connaître la vision des artistes et des acteurs urbains afin d’intégrer leurs perspectives originales dans la recherche et, vice versa, diffuser les résultats de recherches les plus récents auprès des artistes et des élus afin de les inspirer et leur donner de nouvelles pistes de réflexion. Nous nous inspirons également de différents modèles étrangers développés pour lutter contre la ségrégation tels que le festival littéraire FLUPP, organisé depuis quelques années dans les favelas brésiliennes, idée que nous aimerions adopter pour impliquer dans nos travaux un public plus large.

Bibliographie

Références bibliographiques

Carpenter, Juliet et Horvath, Christina (dir.), Regards croisés sur la banlieue, Bruxelles, Bern, Berlin, Frankfurt am Main, New York, Oxford, Wien, Peter Lang, 2015.

Carpenter, Juliet et Horvath, Christina (dir.), Voix et Images de la Banlieue/Voices and Images from the Banlieue, Oxford, Banlieue Network, 2014.

Revue Francosphères, vol. 3, no 2, février 2014. Disponible sur : <http://online.liverpooluniversitypress.co.uk/toc/franc/3/2>.

Notes

1 Association collectif liberté égalité fraternité ensemble unis.

2 <http://www.banlieuenetwork.org/gallery/set/explorer-labanlieue-une-residence-dete-en-images>.

3 <http://www.iul-urbanisme.fr/new/wp-content/uploads/Affiche-exposition-Bron-Voix-et-images-de-la-banlieue.pdf>.

4 <http://echomusee.fr/>.

5 <http://www.fabula.org/actualites/banlieues-periferie-quelles representations-contemporaines-des-quartiers-sensibles_67689.php>.

6 <http://www.asmcf.org/>.

7 <http://www.sfs.ac.uk/wp-content/uploads/2010/09/Cardiff-2015-playbill.pdf>.

Auteur

Universitaire et écrivaine née en Hongrie. Après avoir poursuivi ses études d’histoire et de langues modernes (français et allemand) en Hongrie, à l’Université de Vienne et à l’Université Libre de Bruxelles, elle arrive en France en 1996 avec une bourse du gouvernement français pour préparer un DEA, suivi d’un doctorat en littérature française contemporaine à l’université Paris 3 – Sorbonne Nouvelle. Soutenue en 2003, sa thèse porte sur un concept jusqu’alors peu théorisé en France : le roman urbain, défini comme un genre emblématique de l’ère de la surmodernité dont l’intrigue, située dans un milieu éminemment urbain, traite du « ici et maintenant » et porte un regard social aigu sur la société contemporaine.
Depuis 2007, Christina Horvath poursuit sa carrière d’enseignante-chercheure au Royaume-Uni en tant que maître de conférences, d’abord à l’Université Oxford Brookes puis, depuis 2015, à l’Université de Bath. Cosmopolite et multilingue, elle vit aujourd’hui entre un quartier multiethnique de Londres et le 18e arrondissement de Paris et de ce fait, porte un regard à la fois intérieur et extérieur sur la France et ses banlieues.
À l’initiative de nombreuses manifestations, en collaboration avec des artistes internationaux et des chercheurs de disciplines diverses, elle a notamment organisé l’exposition itinérante Voix et Images de la banlieue qui a attiré des centaines de visiteurs à Oxford, à l’Échomusée de la Goutte d’Or, à Lyon et à Bath. Elle a, entre autres, dirigé un numéro spécial de la revue Francosphères publié en décembre 2014 et un livre collectif, Regards croisés sur la banlieue, paru en 2015 chez Peter Lang, fruits de l’effervescence intellectuelle créée par Banlieue Network.

© CNRS Éditions, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search