Version classiqueVersion mobile

Banlieues vues d'ailleurs

 | 
Bernard Wallon

Écrire la banlieue dans les années 2000-2015

Christina Horvath

Note de l’éditeur

Inédit

Texte intégral

1De prime abord, cela risque de paraître surprenant qu’une chercheure britannique, d’origine hongroise et spécialiste de la littérature urbaine contemporaine, s’intéresse à la production littéraire de la banlieue française. Pourtant, il ne s’agit pas d’un cas isolé si l’on prend en considération que la plupart des universitaires qui travaillent sur l’écriture de banlieue appartiennent à des universités étrangères, américaines – comme Michel Laronde, Alec G. Hargreaves (voir son article infra), Laura Reeck, Kathryn Kleppinger –, britanniques comme Bruno Levasseur, ou italiennes comme Ilaria Vitali ou Serena Cello. On peut certes tenter d’expliquer ce fait par les différences structurelles des départements de littérature française en France et des départements de « French Studies » dans le monde anglo-saxon, où l’influence des études postcoloniales et des cultural studies ainsi que les frontières institutionnelles moins marquées entre les disciplines favorisent l’étude des littératures considérées comme « mineures » et des auteurs appartenant à des minorités.

2Cependant, du point de vue des chercheurs étrangers (catégorie dans laquelle j’inclus aussi les universitaires français travaillant à l’étranger), bien plus surprenant est le fait qu’une production aussi vaste (plus de cent œuvres publiées depuis l’an 2000) que la littérature de banlieue soit aussi obstinément ignorée par nos collègues en France. Car force est de constater qu’en 2015, la littérature de banlieue est absente dans la plupart des anthologies et tentatives de classement dédiées à la littérature française contemporaine. Si ces romans et les récits de non-fiction traitant de la banlieue suscitent un certain intérêt de la part de la presse quotidienne et de magazines en tant qu’échos plus ou moins directs de la crise fortement médiatisée des cités, la critique universitaire française continue à ignorer ce corpus vaste qui compte pourtant des œuvres de qualité littéraire remarquable.

De la littérature « beur » à la « culture de banlieue »

  • 1 Il s’agit d’un genre résolument tourné vers l’actualité et le social qui fait de la ville non seul (...)

3Toutefois, la littérature de banlieue est loin d’être un phénomène neuf. Les cités HLM des banlieues ont fait leur apparition dans la littérature française il y a une trentaine d’années, avec l’émergence de la littérature « beur » dans les années 1980. Les récits des jeunes issus de l’immigration maghrébine ont souvent, mais pas toujours, la banlieue pour toile de fond : dans Le Gone du Chaâba (1986), Azouz Begag parle encore des bidonvilles précédant les cités ; Les A. N. I. du « Tassili » d’Akli Tadjer (1984) se passe entièrement sur un ferry entre l’Algérie et la France même si le narrateur se dit fortement attaché à sa banlieue, la Garenne-Colombe. Certains romans beurs se tournent entièrement vers un questionnement identitaire qui les éloigne de la thématique de la banlieue alors que beaucoup d’autres, comme le note Ilaria Vitali (2014, p. 57) font partie de la catégorie du « roman urbain1 » et, à plus forte raison, de celle de la littérature de banlieue.

4Si la durée de la littérature beur et son rapport exact avec les récits de banlieue restent difficiles à déterminer, la contribution de certains romanciers beurs à la littérature de banlieue semble incontestable. Ainsi, avec Le Thé au harem d’Archi Ahmed, Mehdi Charef semble avoir fixé pour plusieurs décennies le modèle principal du roman de banlieue basé sur des éléments comme l’humour, le conflit générationnel, la bande de jeunes garçons, les amitiés interethniques, la pauvreté, la confrontation avec la police, le cloisonnement de l’espace et l’usage abondant du langage « des jeunes de banlieue » caractérisé par le verlan, les emprunts et les néologismes.

  • 2 Est-ce le mouvement qui s’épuise, le terme qui tombe en désuétude ou la littérature postcoloniale (...)

5En parallèle, avec le renforcement du stigmate qui pèse sur les cités, la littérature beur s’essouffle peu à peu et, selon Alec G. Hargreaves2, se voit progressivement remplacée par une « culture de banlieue » : « une culture hybride non seulement parce que […] ses pratiquants sont de diverses origines ethniques mais aussi parce que chaque artiste puise dans une diversité des sources » (Hargreaves, 2001). D’après Hargreaves, le passage entre les deux catégories s’opérerait au cours des années 1990, avec, d’une part, l’ethnicisation « du milieu social qui est au cœur de la littérature de “banlieue” » (Hargreaves, 2014) et, d’autre part, avec la médiatisation de la banlieue comme premier sujet associé aux minorités postcoloniales. On pourrait ajouter à cela l’influence des « films de banlieue », terme désignant à partir du milieu des années 1990 les films qui, comme La Haine (1995), Raï (1995) ou Ma 6-T va crack-er (1997), s’organisent autour de l’espace de la banlieue et sont marqués par la nature multiethnique de celle-ci, ainsi que par la fracture sociale (Tarr, 2005, p. 18). Tarr suggère également que ces films tendent à exprimer une résistance contre la perception majoritaire des banlieues et combinent un réalisme poétique avec des approches documentaires.

6Le chevauchement des thèmes comme celui de la recherche d’identité d’une jeunesse d’origine postcoloniale ou celui de la ségrégation à la fois spatiale et raciale qui frappe les habitants des quartiers périphériques rend peu aisée la distinction entre les récits « beur » et « de banlieue » dont la différence réside plus dans le degré de centralité de certains thèmes que dans les thèmes eux-mêmes. Hargreaves note que, malgré la continuité de certains thèmes, l’ancrage identitaire des auteurs évolue, passant d’une identité maghrébine de la deuxième génération à une identité multiethnique incarnée entre autres par les membres du collectif « Qui fait la France ». La littérature de banlieue traiterait essentiellement des mêmes sujets que les beurs dans les années 1980 : « misère, discriminations raciales et exclusion sociale – avec un aggravement du désespoir et un dérèglement de l’esprit qui traduisent la pérennisation de l’exclusion dont souffrent les minorités postcoloniales » (Hargreaves, 2014, p. 148).

7Il est évident qu’aujourd’hui, les récits de banlieue ne se laissent plus réduire à la littérature beur. Trois décennies après son émergence, la littérature de banlieue a évolué et devient de plus en plus diverse et multiforme. Pour se renouveler, elle a bénéficié de l’arrivée de nouvelles générations d’auteurs et de multiples influences dont les plus importantes sont celles de la culture populaire, du rap, des sketchs ethniques, des films de banlieue. Mais ses changements dénotent également une profonde transformation du statut de la banlieue qui se stigmatise progressivement dans l’imaginaire collectif, associée de manière de plus en plus stable à la pauvreté, à l’immigration, au chômage, à l’islam, aux drogues, aux tournantes, à la violence, aux émeutes, voire même au terrorisme.

Les années 2000 et la nouvelle esthétique de la littérature de banlieue

8Les sociologues Michel Kokoreff et Didier Lapeyronnie (2013) divisent la crise des banlieues qui débute à la fin des Trente Glorieuses en trois grandes périodes : l’âge de la « galère » qui dure de 1975 jusqu’à la fin des années 1980, l’âge des « trafics et des violences urbaines » qui occupe la décennie 1990-2000 et finalement l’âge de la « ghettoïsation », marqué par la fermeture et l’éloignement des cités, toujours en cours depuis 2001 (p. 13). Cette dernière période qui débute par les attentats du 11 septembre 2001, est caractérisée par le repli des sociétés occidentales, les politiques répressives à l’égard des migrants et la clôture progressive des quartiers. Alors que la violence urbaine embrase les cités en 2005, 2007 et de nouveau en 2010, les sociologues notent des changements inquiétants menant à la « sécession » des banlieues, notamment : « l’augmentation d’une violence conflictuelle interne […] l’incrustation de trafics de grande ampleur ; la rupture de la communication entre hommes et femmes ; l’installation d’une religiosité quotidienne et […] la distance et l’hostilité aux institutions » (p. 28-29).

9À l’image des cités secouées par les émeutes, la littérature de banlieue est également traversée par une série de bouleversements. Dans un volume collectif consacré aux littératures de « post-migration », Ilaria Vitali constate que, si la présence de la banlieue est presque systématique dans l’imaginaire beur depuis les années 1980, ce sont surtout l’influence des émeutes de 2005 et l’intérêt accru des éditeurs pour la banlieue qui sont responsables du fait que les cités se mettent à dominer cette production (2011, p. 10).

10Cependant, le tournant semble s’opérer avant même les émeutes, marqué par la publication Boumkœur (1999) de Rachid Djaïdani. Succès de librairie avec plus de 100 000 copies vendues, le roman symbolise la clôture de la banlieue par l’huis clos souterrain du narrateur Yaz et son informateur-kidnappeur Grézi qui s’enferment dans une cave aménagée en bunker. Leur enfermement physique trouve son écho dans l’hermétisme du langage de Grézi que Yaz doit traduire en français standard pour le rendre intelligible au lecteur. La préface, par le groupe de rap Suprême NTM, souligne l’authenticité de ce récit narré à la première personne dont le phrasé s’inspire autant du rap que du langage des cités : « Mais aujourd’hui, cette jeunesse se crée ses propres repères, sa propre culture […] Le côté anecdotique, choisi par Rachid, pour raconter cette vie de quartier, rend son roman proche d’une authenticité qui n’appartient qu’à ceux qui naissent dans un bunker » (Djaïdani, 1999, p. 7). Yaz, le narrateur, précise dès l’incipit qu’il écrit pour exister : son but est de témoigner de son vécu à l’heure où la banlieue fait objet des débats publics : « Le sujet est mon quartier. Faut en profiter, en ce moment c’est la mode, la banlieue, les jeunes délinquants, le rap et tous les faits divers qui font les titres de journaux » (p. 11-13).

11Alors que depuis la publication du roman de Charef (1988), des éléments d’une culture jeune s’opposant à celle des parents d’origine maghrébine ont souvent été convoqués dans les romans traitant de la banlieue, dans Boumkœur cette tendance prend de nouvelles proportions. Avec ce roman dont le langage est truffé de rythmes, de rimes, de jeux de mots et d’autres éléments détournés du langage des jeunes de banlieue qui rappellent les paroles de rap, débute la vague des romans qui se distinguent des textes précédents par leur point de vue interne à la banlieue et par l’appartenance marquée à une contre-culture de jeunesse. Les allusions au rap et à la musique en général deviennent abondantes et plusieurs auteurs cherchent à doter leurs textes d’une bande-son, incluse en exergue, comme dans Sarcelles-Dakar d’Insa Sané (2006) et dans Zone Cinglée de Kaoutar Harchi (2009), ou à la fin du texte comme dans Flic ou caillera (2013) de Rachid Santaki.

Espaces, personnages et thèmes

12Comparant les films de banlieue aux westerns américains, Tarr propose de fonder leur définition sur l’unité d’un espace (Tarr, 2005, p. 18) et une structure syntaxique particulière (« wilderness » vs « civilisation ») mais, comme le suggère Raphaëlle Moine (2003), on pourrait également tenter d’établir un répertoire de lieux emblématiques et de personnages types. Les personnages caractéristiques incluent d’une part les résidents – les jeunes, les grands frères, les petits frères, les filles, les parents, les voisins, la bande rivale, les dealers, les entraîneurs, etc. – et, d’autre part, les personnages représentant l’ordre républicain tel que les profs, la police, les employés de la mairie, les assistantes sociales. D’autres personnages interviennent moins systématiquement dont les journalistes, les islamistes et les terroristes.

13Les personnages principaux des romans sont des jeunes, à peu d’exceptions près des garçons, souvent mais pas toujours d’origine immigrée et en général formant des groupes d’amis solidaires. Certaines comme Malik, Abdou et Sam dans Le Petit Malik (Rachedi, 2008) font écho au trio beur-black-juif de La Haine, d’autres forment des groupes interethniques comme Sébastien et ses amis dans Banlieue noire (Ryam, 2006), ou des groupes composés de membres maghrébins comme les « 9cube Devils » dans Wam (Slimane, 2011). Dans d’autres romans comme Kiffe kiffe demain (Guène, 2004), Fleur de béton (N’Sondé, 2012), Azima la rouge (Patricot, 2006), Des Impatientes (Pattieu, 2012), Kiffer sa race (Mahany, 2008), Les Saisons de Louveplaine (Korman, 2013), ou On s’est juste embrassés (Papandazopoulos, 2009), des personnages féminins occupent le devant de la scène, favorisant le traitement de thèmes comme le couple, les tournantes, l’honneur des femmes de banlieue, l’émancipation, l’amour interethnique ou la violence entre les sexes. Les personnages principaux sont rarement des êtres d’exception (sauf peut-être l’héroïne surdouée de La Petite Malika – Rachedi et Mahany, 2010) : la plupart du temps, ils sont ni bons, ni mauvais, ni de vrais criminels, ni des enfants de chœur. Cependant, souvent ils se décrivent eux-mêmes comme les porteurs d’une certaine déviance, à l’image du narrateur parricide de Dit violent (Razane, 2006) ou Cissé, le narrateur d’Abreuvons nos sillons qui se réfèrent à eux-mêmes comme des monstres : « j’en suis un, de monstre. […] Les autres, c’est les humains. Ils font la fête, ils boivent des coups, ils baisent et ils nous traitent comme les déchets qu’on est. Mais bon, un jour, y a un big bang, une explosion, une révolution, on se bouge un peu le cul, on sort de notre cage et la Force est avec nous. La Civilisation affaiblit. La Misère renforce. C’est le Maître et c’est l’Esclave. Et qui gagne à la fin ? Celui qui égorge l’autre » (Kali, 2008, p. 10).

14Quant à l’espace des cités, les romans de banlieue des années 2000-2015 continuent à l’explorer et à le décrire sous les traits stéréotypés de la grisaille, de la monotonie, du délabrement et de la laideur. Les métaphores animales (« ici les rats portent des combinaisons en Téflon, les rats font du smurf sur le dos des mollards » ; Djaïdani, 2007, p. 7) et médicales (« le béton a de l’herpès soigné au Kärcher, les barbelés, le sida » ; ibid.) abondent, de même que les références aux matériaux de construction (« le béton et moi on est des vieux potes. Des amoureux même, tellement ça fait longtemps qu’on se chauffe » ; Amellal, 2006, p. 11) et aux formes architecturales (« j’arrivais pas à décoller mes yeux des barres et des tours qui plombaient mon décor. Ils ont joué aux Lego avec nous les politicards » ; ibid. p. 14).

15Certains textes insistent sur le vide et l’absence d’animation et de services caractéristiques des cités comme le fait Mabrouck Rachedi (2008, p. 17-18) : « la librairie, devenue libre-service, a fermé. Puis l’épicerie, le nouveau repaire des dealers. Le café a été la seule victime d’un règlement de compte. […] Un jour le centre-ville fut vidé de ses petits commerces ». Cependant, la description des espaces de vie des personnages comme des lieux repoussoirs en somme assez semblables aux clichés médiatiques n’empêche pas une forte identification avec ces lieux stigmatisés : « une zone sensible, un quartier d’une rare saleté […] j’ai passé là des journées inoubliables, des soirées “pleines” » (Ryam, 2006). L’investissement affectif des personnages s’exprime dans les textes souvent à travers les affrontements violents qui les opposent aux habitants d’autres quartiers comme dans Banlieue noire ou Dembo Story (Goumane, 2006, p. 29) qui décrivent des bagarres et « fauches parties » entre quartiers rivaux : « on irait là-bas à deux cents […] tous armés de bâtons, de battes de baseball en aluminium, de gazeuses, de sabres, nunchakus, matraques électriques et autres ».

16Si la présence de la banlieue en tant que thème et décor constitue un des rares points communs des « romans de banlieue », l’usage que ces textes font de l’espace est soumis à de fortes variations. Parfois l’intrigue est entièrement située en banlieue alors que dans d’autres romans, c’est justement l’éloignement des personnages de la cité qui déclenche une série d’aventures dans la ville comme dans Wam. Dans Banlieue noire et Abreuvons nos sillons, la virée nocturne à Paris dégénère et conduit à des meurtres et à l’emprisonnement des personnages. L’école et la prison apparaissent fréquemment dans les romans : ils forment un continuum avec l’espace des cités, des lieux de passages incontournables où les personnages côtoient leurs congénères, essentiellement toujours les mêmes, avec qui ils entretiennent des liens de solidarité. Lieux clos, répressifs, contrôlés par l’État, l’école et la prison ressemblent même physiquement aux cités : « des murs jaunis, une peinture qui craquelle, Lounès se croirait revenu dans l’appartement familial, à un détail près : en face de lui, un homme le matraque de questions » (Rachedi, 2006, p. 63).

17L’école est décrite tantôt comme le lieu banal de l’enfance, tantôt comme une zone de non-droit où certains couloirs abandonnés par les enseignants sont dédiés à des tournantes comme dans Azima la rouge. L’école détient le pouvoir d’orienter les jeunes personnages vers des voies professionnelles souvent peu désirables comme dans Kiffe kiffe demain ou Des Impatientes, roman dont l’espace est curieusement divisé entre le lycée de la banlieue et un magasin d’ameublement parisien qui accueillera parmi son personnel deux élèves exclues pour un incident de discipline. Encore plus extrême, la division de l’espace dans Nous aurons de l’or (Boulin, 2014) oppose le Bourget des émeutes de 2005 à la ville de Charlotte, aux États- Unis, dans les années 2030. Si de tels écarts sont rares, la plupart de romans distinguent entre espaces privés (appartements), semi-privés (halls, cages d’escalier, caves, toits) et publics (parkings, pieds de tours) à l’intérieur de la banlieue même, ou opposent les HLM aux zones pavillonnaires. D’autres décors typiques incluent le centre socioculturel, la supérette, le commissariat et des espaces souvent improvisés pour l’amusement des jeunes comme le « Black Hole », discothèque aménagée dans la cave d’un immeuble désaffecté, dont la fermeture par la municipalité déclenche l’émeute dans Fleur de béton. Les grands travaux urbains des dernières années – démolitions, réhabilitations ou constructions – restent souvent confinés à l’arrière-plan, ce qui n’empêche pas les auteurs de questionner le rôle de la mémoire individuelle et collective ni de réfléchir sur la participation, possible ou souhaitable, des résidents au façonnement de leur environnement.

Genres, sous-genres et types d’intrigue

  • 3 Les monographies les plus importantes explorant la forme et le contenu des romans « beur » incluen (...)

18Le grand nombre des romans de banlieue (plus d’une centaine d’œuvres depuis 2000) et l’extrême variété de leurs thèmes, formes et visées narratives, nous incitent inévitablement à réfléchir à leur catégorisation en genres ou sous-genres. Alors que nombreux romans beurs sont classés dans les travaux de Laronde, Hargreaves, Vitali ou Reeck3 dans la catégorie du Bildungsroman (Vitali, 2014, chapitre 4), les années 2000 font exploser les frontières génériques du roman de banlieue et conquièrent de nouveaux sous-genres comme tels du polar, du roman noir, du roman d’anticipation ou du roman politique. Si certains textes se donnent à lire comme des tranches de vie ordinaires (Le Petit Malik, Kiffe kiffe demain) multipliant des anecdotes et suivant le cheminement de leurs héros de l’école à la petite délinquance pour déboucher parfois sur la découverte d’une vocation comme dans Qu’Allah bénisse la France (Abdal-Malik, 2004) ou Dembo Story, d’autres montrent des personnages poussés à la révolte qui courent inéluctablement à leur perte, pris dans un engrenage fatal pour différentes raisons telles que l’honneur, la vengeance ou la manipulation. Victimes d’un système montré comme implacable, nombreux sont les personnages qui se font assassiner (Viscéral, Abreuvons nos sillons, Nous aurons de l’or), tueurs (Dit violent, Fleur de béton), recruter par des terroristes (Allah superstar – Y.B., 2003 ; Cités à comparaître) ou finissent violées ou prostituées (Azima la rouge, Fleur de béton).

19On observe également une certaine concurrence, ou simple coexistence, entre romans et récits de non-fiction produits souvent dans des ateliers d’écriture ou par des groupes collectifs. Cité Rouge, publié en 2006 par Christiane Ben Barek et Anne Coudin, Paroles libres de… jeunes de banlieue, édité en 2011 par la journaliste Anne Dhoquois et le sociologue Ahmed Boubeker, Les Gars de Villiers, le récit de onze auteurs encadrés par la journaliste Pascale Égré ou Nous… la cité, publié par quatre « jeunes de banlieue » et l’éducateur Joseph Ponthus qui les a suivis durant cinq ans, développent des thèmes souvent proches de ceux des romans. Motivés par le défi de maîtriser l’expression littéraire ou encore par le désir de démentir certain clichés propagés par les discours médiatiques sur la banlieue, les auteurs abordent les questions des conditions de vie, de la citoyenneté, du quotidien ordinaire, du racisme, des discriminations et des injustices qui frappent les habitants contemporains des cités. Ce qui rapproche les œuvres de fiction et de non-fiction, c’est un certain engagement, la volonté d’exprimer son mécontentement de la société française et de ses inégalités et de dénoncer la représentation souvent unilatérale et caricaturale des banlieues dans les médias et les discours politiques.

Pour conclure

20Nous avons vu que la production littéraire de la banlieue puise de multiples sources, cumule des influences variées et exploite différents genres. Les raisons pour lesquelles cette production qualitativement et quantitativement importante reste toujours largement ignorée en France, sont également multiples. D’une part, il s’agit peut-être d’un certain mépris pour les genres mineurs ou populaires auxquels appartiennent certaines œuvres telles que la littérature de jeunesse ou le polar. D’autre part, la critique universitaire française peut également se méfier d’une littérature dont l’esthétique est fortement marquée par l’influence du « français contemporain des cités », langue certes novatrice et inventive mais à qui manque le prestige du français standard normé, approuvé et certifié par l’Académie française. Il n’est pas à exclure non plus que les jeunes auteurs de la périphérie urbaine, issus de l’immigration et portant des noms de consonance étrangère, ne sont pas suffisamment français pour figurer dans les rayons de « littérature française » (et non pas « francophone ») de certaines librairies parisiennes, et encore moins pour être inclus un jour dans le corpus national et les programmes scolaires.

21Enfin, il se peut également que le scepticisme français face à la littérature de banlieue soit en partie imputable au snobisme de certains universitaires qui, influencés par l’image stigmatisée des cités que véhiculent les médias, ne croient simplement pas que les résidents de la banlieue puissent devenir des auteurs dignes de leur attention. La vitalité des « études de banlieue » à l’étranger, mesurable au grand nombre des publications et des recherches récemment entreprises par des doctorants allemands, irlandais, américains, italiens, tchèques, slovaques ou britanniques, montre cependant que la production littéraire de la banlieue est un sujet digne d’intérêt qui est actuellement largement exploré en dehors de l’Hexagone.

Bibliographie

Références bibliographiques

Ouvrages de référence cités

Hargreaves, Alec G., Immigration and Identity in Beur Fiction, Paris, Berg, 1997.

Hargreaves, Alec G., « Une culture innommable ? » in Gafaïti, Hafid, Cultures Transnationales de France, Paris, L’Harmattan, 2001, p. 27-36.

Hargreaves, Alec G., « De la littérature de “beur” à la littérature de “banlieue” : des écrivains en quête de reconnaissance », in Bocandé, Anne (dir.), Africulture, « La Marche en héritage », 2014, p. 144-149.

Horvath, Christina, Le roman urbain contemporain en France, Paris, Presses de la Sorbonne Nouvelle, 2007.

Kokoreff, Michel et Lapeyronnie, Didier, Refaire la cité, Paris, Seuil, 2013.

Laronde, Michel, Autour du roman beur, Paris, L’Harmattan, 1993.

Moine, Raphaëlle, « Le genre cinématographique : une catégorie d’interprétation », Belphégor, Vol III, no 1, décembre 2003. [En ligne]. Disponible sur : <http://dalspace.library.dal.ca/bitstream/handle/10222/47673/03_01_Moine_gencin_fr_cont.pdf?sequence=1>.

Reeck, Laura, Writerly Identities in Beur Fiction and Beyond, Lanham, Plymoth, Lexington Books, 2011.

Tarr, Carrie, Reframing difference : Beur and Banlieue Filmmaking in France, Manchester, MUP, 2005.

Vitali, Ilaria, Intrangers (tome 1) : Post-migration et nouvelles frontières de la littérature beur, Louvain-La- Neuve, l’Harmattan/Academia, coll. « Sefar no 2 », 2011.

Vitali, Ilaria, La Nebulosa beur : Scrittori di seconda generazione tra spazio francese e letteratura-mondo, Bologna, I libri di EMIL, 2014.

Romans cités

Abd-al-Malik, Qu’Allah bénisse la France, Paris, Albin Michel, 2004.

Amellal, Karim, Cités à comparaître, Stock, 2006.

Begag, Azouz, Le gone du Chaâba, Paris, Seuil, 1986.

Ben Barek, Christiane et Coudin, Anne, Cité Rouge, Paris, Patrick Robin éditeur, 2006.

Ben Bella, Rachid, Érambert, Sylvain, Lakhéchene, Riadh, Philibert, Alexandre et Ponthus, Joseph, Nous… la cité, Paris, La Découverte, coll. « Zones », 2012.

Boulin, Jean Éric, Nous aurons de l’or, Paris, Seuil, 2014.

Charef, Mehdi, Le thé au harem d’Archi Ahmed, Paris, Gallimard, coll. « Folio no 1958 », 1988.

Djaïdani, Rachid, Boumkœur, Paris, Seuil, 1999.

Djaïdani, Rachid, Viscéral, Paris, Seuil, 2007.

Dhoquois, Anne et Boubeker, Ahmed, Paroles libres de… jeunes de banlieue (préface de Lilian Thuram), Paris, l’Express, 2011.

Égré, Pascale et al., Les gars de Villiers, Paris, Ginkgo, 2011.

Goumane, Dembo, Dembo story, Paris, Hachette, 2006.

Guène, Faïza, Kiffe kiffe demain, Paris, Hachette, 2004.

Harchi, Kaoutar, Zone Cinglée, Paris, Sarbacane, 2009.

Kali, Skander, Abreuvons nos sillons, Arles, éditions du Rouergue, 2008.

Korman, Cloé, Les saisons de Louveplaine, Paris, Seuil, 2013.

NSondé, Wilfried, Fleur de béton, Arles, Actes Sud, 2012.

Mahany, Habiba, Kiffer sa race, Paris, J.-C. Lattès, 2008.

Papandazopoulos, Isabelle, On s’est juste embrassés, Paris, Scripto/Gallimard Jeunesse, 2009.

Patricot, Aymeric, Azima la rouge, Paris, Flammarion, 2006.

Pattieu, Sylvain, Des impatientes, Arles, éditions du Rouergue, 2012.

Rachedi, Mabrouck, Le poids d’une âme, Paris, J.-C. Lattès, 2006.

Rachedi, Mabrouck, Le petit Malik, Paris, J.-C. Lattès, 2008.

Rachedi, Mabrouck et Mahany, Habiba, La petite Malika, Paris, J.-C. Lattès, 2010.

Razane, Mohamed, Dit violent, Paris, Gallimard, 2006.

Ryam, Thomté, Banlieue noire (préface de Lilian Thuram), Paris, Présence Africaine, 2006.

Sané, Insa, Sarcelles-Dakar, Paris, Sarbacane, 2006.

Santaki, Rachid, Flic ou caillera, Paris, Éditions du Masque, 2013.

Slimane, Kader, Wam, Paris, NiL, 2011.

Tadjer, Akli, Les A.N.I. du « Tassili », Paris, Seuil, 1984.

Y. B., Allah superstar, Paris, Grasset, 2003.

Pour aller plus loin

[Collectif], Qui fait la France ?, Chroniques d’une société annoncée, Paris, Stock, 2007.

Chaulet Achour, Christiane, « Banlieue et littérature », in Bertucci, Marie-Madeleine et Houdart-Merot, Violaine (dir.), Situations de banlieues : Enseignement, langues, cultures, Paris, Institut national de recherche pédagogique, coll. « Éducation, politiques, sociétés » 2005, p. 129-150.

Derville, Gregory, « La stigmatisation des jeunes de banlieue », Communication et langage, vol. 113, no 1, 1997, p. 104-117.

Donzelot, Jacques, La France des cités : le chantier de la citoyenneté urbaine, Paris, Fayard, 2013.

Longhi, Julien, « Représentations et stéréotypes dans la sémiotisation du mythe de la banlieue et des jeunes de banlieue », in Turpin, Béatrice (dir.), Discours de sémiotisation de l’espace. Les représentations de la banlieue et de sa jeunesse, Paris, l’Harmattan, 2012, p. 123-142.

Merlin, Pierre, Des grands ensembles aux cités, Paris, Ellipses, 2012.

Ndiaye, Christiane, Introduction aux littératures francophones, Les presses de l’Université de Montréal, 2004.

Notes

1 Il s’agit d’un genre résolument tourné vers l’actualité et le social qui fait de la ville non seulement son décor de prédilection mais également son personnage principal. La presse utilise le terme parfois comme un synonyme de la littérature de banlieue ou du bitume mais dans cet article, je l’utilise dans le sens de la définition donnée dans Horvath, 2007.

2 Est-ce le mouvement qui s’épuise, le terme qui tombe en désuétude ou la littérature postcoloniale française qui s’internationalise ? En tout cas, le rejet massif de l’adjectif par les auteurs eux-mêmes dès l’apparition du terme amène les critiques à se poser la question de l’existence réelle de la littérature beur comme le fait Laura Reeck dans son article « Lettre ouverte au monde des Lettres françaises : Sur ma ligne de Rachid Djaïdani » dans Vitali, 2011.

3 Les monographies les plus importantes explorant la forme et le contenu des romans « beur » incluent les études de Michel Laronde (1993), d’Alec Hargreaves (1997) et plus récemment de Laura Reeck, (2011) et d’Ilaria Vitali, (2014).

Auteur

Universitaire et écrivaine née en Hongrie. Après avoir poursuivi ses études d’histoire et de langues modernes (français et allemand) en Hongrie, à l’Université de Vienne et à l’Université Libre de Bruxelles, elle arrive en France en 1996 avec une bourse du gouvernement français pour préparer un DEA, suivi d’un doctorat en littérature française contemporaine à l’université Paris 3 – Sorbonne Nouvelle. Soutenue en 2003, sa thèse porte sur un concept jusqu’alors peu théorisé en France : le roman urbain, défini comme un genre emblématique de l’ère de la surmodernité dont l’intrigue, située dans un milieu éminemment urbain, traite du « ici et maintenant » et porte un regard social aigu sur la société contemporaine.
Depuis 2007, Christina Horvath poursuit sa carrière d’enseignante-chercheure au Royaume-Uni en tant que maître de conférences, d’abord à l’Université Oxford Brookes puis, depuis 2015, à l’Université de Bath. Cosmopolite et multilingue, elle vit aujourd’hui entre un quartier multiethnique de Londres et le 18e arrondissement de Paris et de ce fait, porte un regard à la fois intérieur et extérieur sur la France et ses banlieues.
À l’initiative de nombreuses manifestations, en collaboration avec des artistes internationaux et des chercheurs de disciplines diverses, elle a notamment organisé l’exposition itinérante Voix et Images de la banlieue qui a attiré des centaines de visiteurs à Oxford, à l’Échomusée de la Goutte d’Or, à Lyon et à Bath. Elle a, entre autres, dirigé un numéro spécial de la revue Francosphères publié en décembre 2014 et un livre collectif, Regards croisés sur la banlieue, paru en 2015 chez Peter Lang, fruits de l’effervescence intellectuelle créée par Banlieue Network.

© CNRS Éditions, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search