Version classiqueVersion mobile

Banlieues vues d'ailleurs

 | 
Bernard Wallon

Écrire la banlieue dans les années 2000-2015

Christina Horvath

Note de l’éditeur

Inédit

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

De prime abord, cela risque de paraître surprenant qu’une chercheure britannique, d’origine hongroise et spécialiste de la littérature urbaine contemporaine, s’intéresse à la production littéraire de la banlieue française. Pourtant, il ne s’agit pas d’un cas isolé si l’on prend en considération que la plupart des universitaires qui travaillent sur l’écriture de banlieue appartiennent à des universités étrangères, américaines – comme Michel Laronde, Alec G. Hargreaves (voir son article infra), Laura Reeck, Kathryn Kleppinger –, britanniques comme Bruno Levasseur, ou italiennes comme Ilaria Vitali ou Serena Cello. On peut certes tenter d’expliquer ce fait par les différences structurelles des départements de littérature française en France et des départements de « French Studies » dans le monde anglo-saxon, où l’influence des études postcoloniales et des cultural studies ainsi que les frontières institutionnelles moins marquées entre les disciplines favorisent l’étude des littératures...

Auteur

Universitaire et écrivaine née en Hongrie. Après avoir poursuivi ses études d’histoire et de langues modernes (français et allemand) en Hongrie, à l’Université de Vienne et à l’Université Libre de Bruxelles, elle arrive en France en 1996 avec une bourse du gouvernement français pour préparer un DEA, suivi d’un doctorat en littérature française contemporaine à l’université Paris 3 – Sorbonne Nouvelle. Soutenue en 2003, sa thèse porte sur un concept jusqu’alors peu théorisé en France : le roman urbain, défini comme un genre emblématique de l’ère de la surmodernité dont l’intrigue, située dans un milieu éminemment urbain, traite du « ici et maintenant » et porte un regard social aigu sur la société contemporaine.
Depuis 2007, Christina Horvath poursuit sa carrière d’enseignante-chercheure au Royaume-Uni en tant que maître de conférences, d’abord à l’Université Oxford Brookes puis, depuis 2015, à l’Université de Bath. Cosmopolite et multilingue, elle vit aujourd’hui entre un quartier multiethnique de Londres et le 18e arrondissement de Paris et de ce fait, porte un regard à la fois intérieur et extérieur sur la France et ses banlieues.
À l’initiative de nombreuses manifestations, en collaboration avec des artistes internationaux et des chercheurs de disciplines diverses, elle a notamment organisé l’exposition itinérante Voix et Images de la banlieue qui a attiré des centaines de visiteurs à Oxford, à l’Échomusée de la Goutte d’Or, à Lyon et à Bath. Elle a, entre autres, dirigé un numéro spécial de la revue Francosphères publié en décembre 2014 et un livre collectif, Regards croisés sur la banlieue, paru en 2015 chez Peter Lang, fruits de l’effervescence intellectuelle créée par Banlieue Network.

© CNRS Éditions, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search