Version classiqueVersion mobile

Banlieues vues d'ailleurs

 | 
Bernard Wallon

Clichés, image et photographie

Jean-Manuel Simoes

Note de l’éditeur

Inédit

Texte intégral

1D’aussi loin que je me souvienne, j’ai toujours fréquenté les classes populaires. Être fils de pauvre n’est pas forcément perçu comme une forme d’exclusion dans un pays où les institutions donneront leurs chances à celles et ceux qui y travailleront. Grandir dans un pays qui n’est pas le vôtre a, en revanche, toujours constitué une forme d’exclusion que l’on vous fait sentir mais à laquelle on finit par s’habituer. Le plus dur après tout n’est pas de se sentir exclu de l’endroit où vous vivez, mais d’être exclu de l’endroit que vous pensiez être le vôtre. C’est souvent ce qui arrive aux enfants d’immigrés, rejetés dans leur pays d’accueil et leur pays d’origine, être enfant de nulle part ne facilite aucune intégration. Grandir dans des quartiers populaires n’était pas, du temps de mon enfance, un critère de relégation sociale ; une grande dose de mixité était présente à l’école, donc dans la cour, et fatalement les groupes se constituaient.

2Devenu photographe, je me suis toujours senti à l’aise dans ces milieux populaires. Ayant travaillé pendant de longues années avec les principaux titres de la presse magazine française et étrangère, j’ai souvent photographié ces zones, en Afrique, en Asie, aux États- Unis tout comme au Portugal (c’est de là que je viens), mais aussi et surtout à Paris et ses environs, autour de chez moi. J’y vais sans appréhension, sans a priori et il est plus facile de travailler chez les dominés que chez les dominants : les barrières et les codes sont moindres.

Retour en territoires familiers

3Lorsque les deux adolescents décèdent à Clichy-sous-Bois (93) le 27 octobre 2005, électrocutés dans le transformateur EDF, comme tous les journalistes, photographes, j’ai couvert ces événements de la même façon que l’on couvre une actualité « chaude » : ramener des images sensationnelles (vendables) sans trop de dégâts du côté du matériel.

4Ce drame plonge la France dans une période dite de la « crise des banlieues », durant laquelle l’ensemble des organes de presse du monde se focalise sur ces territoires, ces populations, ces incidents, allant pour certains jusqu’à classer la France comme « pays en état de guerre ». Même si le ministre de l’Intérieur de l’époque, qui allait devenir président de la République dix-huit mois plus tard (et déjà en campagne), a largement utilisé cet épisode, aucune nouveauté fondamentale n’apparaît dans sa stratégie tant l’ensemble des leaders politiques français utilisait le spectre de l’insécurité depuis plus de dix ans.

5Ce que j’ai vu pendant ces deux semaines m’a replongé quelques années en arrière et si les territoires étaient les mêmes, rien n’y était plus pareil. À l’issue de cette période, frustré par le sentiment d’avoir été manipulé, j’ai continué à y retourner pour travailler. Cela fait maintenant dix ans que je photographie dans les banlieues, avec des périodes plus ou moins longues d’immersion sur le terrain.

6D’aussi loin que l’on visualise les cités – autre terme pour désigner ces territoires –, l’image qui s’impose est celle véhiculée par les médias. Que l’on en soit conscient ou non, l’idée que l’on se fait d’un sujet est dominée par son image plutôt que par nos propres expériences – que nous en ayons ou pas –, et la production de celle-ci est un paramètre essentiel à l’exercice du pouvoir, qu’il soit économique ou politique, dans nos sociétés où la circulation de l’information est un domaine devenu difficile à contrôler.

7Même s’il est vrai que, depuis plusieurs années, s’est développée en France une tendance visant à valoriser l’image des banlieues par la mise en avant de personnalités du monde du sport, du show-biz ou encore de la politique, l’imagerie dominante est d’abord celle des incivilités, de l’insécurité, de la violence, des trafics de stupéfiants, désormais de femmes voilées et d’un communautarisme fort qui conditionne le danger de montée du terrorisme islamiste. La banlieue, après la délinquance et le refus d’intégration, est désormais caractérisée par son potentiel criminogène à vocation terroriste. L’ennemi est non seulement à l’intérieur, mais nous savons à quoi il ressemble et où le trouver.

8De 2007 à 2010, j’ai beaucoup photographié le quotidien de la rue dans les cités « chaudes » de la Seine-Saint- Denis avec toujours en tête la même question : « En arrivant dans un lieu inconnu et n’y cherchant rien de particulier, que vois-je ? »

9Les barres d’immeubles posées sur d’immenses dalles de béton ou noyées dans un océan de parkings sont une réalité qui constitue un décor toujours photogénique ; tout comme les groupes de jeunes qui traînent invariablement à proximité et dont les tenues vestimentaires ressemblent fort à celles présentes dans tous les reportages : jeans, chaussures de sport, sweat-capuches. Jusqu’à ce point, tous les clichés produits semblent s’ajuster à la réalité, même si ces détails ne suffisent pas à produire une image de délinquance ou un sentiment d’insécurité.

10La question que je me suis posée au cours de ce travail n’est pas la plus logique qui vienne à l’esprit d’un photographe ou d’un journaliste, pour lesquels partir sur un territoire pour en découvrir les contours ne correspond en rien aux modes de fonctionnement d’un secteur dont la vocation première est la production de contenu.

11Cette logique de production pose les questions du choix des sujets traités et la façon dont ils le sont. (Je laisserai ici de côté l’aspect du choix des sujets, conditionné par des paramètres auxquels les photographes n’ont pas accès, pour me consacrer au mode opératoire.)

La production de contenu

12Tout travail journalistique s’inscrit dans un choix de formats : publication (pages, durée), production (temps d’investigation, de préparation, de réalisation) et calendaire (date de parution). Ce sont les formats et non le terrain qui donnent la direction au travail, et investiguer consiste à travailler dans un cadre établi au départ.

13Si le choix des sujets traités par les médias est traditionnellement défini par « l’agenda », lui-même longtemps déterminé par la télévision, il correspond de plus en plus à une adaptation de la diffusion à un flot ininterrompu d’informations (Internet et ses réseaux sociaux, flux des agences filaires, travail de la rédaction et des correspondants, organes de presse concurrents, actions des services de presse des diverses institutions, entreprises, organismes publics et privés, partis politiques…).

14Au sein de chaque support, outre le poids de l’événement lui-même, la détermination de l’espace qui lui sera attribué est liée à plusieurs facteurs :

  • la ligne éditoriale, car bien qu’étant classé « Info géné » un support peut avoir une orientation politique, économique, culturelle… La ligne conditionne la façon dont les sujets seront traités, un sujet banlieue devenu inévitable par l’actualité, sera abordé sous un angle « culturel » par le magazine Télérama, et sensationnel par Paris-Match ;
  • la place disponible (temps d’antenne, place dans la page) ;
  • les positions au sein même du support qui ne sont jamais figées (un même sujet pourra être traité un jour dans la rubrique « Faits divers » et plus tard dans la rubrique « Société », mais sera lu différemment selon qu’il figure dans l’une ou l’autre) ; un sujet traité par un pigiste ou un éditorialiste aura un poids différent sur l’opinion ;
  • le temps et les contraintes nécessaires à la production d’un reportage (l’éloignement géographique, les barrières de langues ou culturelles, le temps nécessaire à trouver les contacts et au montage, l’absence ou la disponibilité d’experts acceptant d’intervenir sur la question…). Ainsi sur les banlieues le décalage culturel et générationnel peut devenir un obstacle au moment d’une actualité « chaude » ; Jérôme Berthaut (La banlieue du 20 heures, Éditions Agone, 2014) a observé pendant sa période d’insertion au sein de la rédaction de France 2 que les équipes visitaient plus facilement les zones de la banlieue sud de Paris en raison de leur proximité avec les locaux de la chaîne ;
  • la vitesse de renouvellement de l’information dominante : un sujet qui fait la une d’un quotidien, pourra n’être présent dans aucun magazine ou au contraire, y occuper l’espace principal (en raison des délais de bouclage qui sont soit un atout soit un obstacle). Ainsi les événements du 11 septembre 2001 ont-ils été immédiatement très présents dans l’ensemble de la presse française pour des raisons autant symboliques que techniques. Les attentats étant intervenus en début d’après-midi (moment idéal pour les quotidiens, JT et radios), le mardi est jour de bouclage pour les principaux magazines d’info généraliste. Grâce au développement de l’outil de prises de vues numériques, les images de New York sont arrivées en continu pendant tout l’après-midi, alimentant ainsi les pages avant bouclage pour une mise en kiosques le jeudi, soit quarante-huit heures plus tard.

15La composition du contenu relève tout autant de l’ensemble de ces contraintes que de luttes :

  • internes : il faut rappeler le rôle des chefs de rubriques dans la mise en avant de leur rubrique pour l’obtention de la une. Luttes arbitrées par le rédacteur en chef ;
  • externes : de par la pertinence de l’information diffusée et sa reprise par l’ensemble des membres du secteur de l’information. Reprise qui contribuera à asseoir une notoriété au titre, et à ses représentants.

16Outre le fait qu’il est devenu impossible d’ignorer une information lorsqu’elle occupe le devant de l’espace médiatique, qu’il est difficile d’apporter un regard décalé lorsqu’on aborde un terrain inconnu, que le temps d’étude se confond désormais avec le temps de production journalistique – lui-même très proche du temps diffusion – le rédacteur en chef, véritable architecte du contenu, doit désormais composer avec la privatisation des principaux organes de presse, leur appartenance à des groupes industriels ou financiers dont la survie dépend soit de l’obtention de marchés publics, soit de décisions prises dans les plus hautes sphères du pouvoir et influeront sur leur rentabilité.

17Comment déterminer quand et quelle sera l’info qui va prendre semble être le vrai défi du rédacteur en chef. D’où la nécessité de veille permanente, non du terrain dont est issue l’information (domaine bien trop vaste), mais du paysage médiatique dans sa globalité et de l’acceptation ou du rejet des sujets par le public, ainsi que la façon dont ils sont traités.

18Ainsi le travail de préparation « journalistique » sera construit sur la base des données disponibles, le plus souvent acquises par la consultation de l’ensemble des médias et d’interviews des personnalités référentes et disponibles, et à moins d’avoir assisté soi-même aux événements, la production journalistique consistera en un traitement sous un « angle » nouveau, d’un contenu déjà diffusé ailleurs. Non seulement l’image produite sur un sujet sera fortement conditionnée par celle qui la précède et tendra ainsi à la renforcer, mais plus cette image sera forte et plus il deviendra difficile d’en proposer un traitement qui s’en éloigne. On appréhendera ainsi la banlieue sous l’angle de l’insécurité, de la délinquance ou de la drogue ; par manque de temps et par habitude, il sera plus facile d’y aller en patrouillant avec une équipe de la BAC (Brigades anticriminalité, service de la Police nationale), ou lors d’opérations d’interpellations de suspects terroristes menées par les policiers du RAID (Recherche assistance intervention dissuasion, unité de la Police nationale). On l’appréhendera rarement par celui des problèmes de fonctionnement des transports, des temps de trajet à rallonge (se rendre dans une cité de banlieue n’est pas le déplacement le plus facile à entreprendre : éloignée des centres-ville, il faut disposer d’un véhicule ou de beaucoup de temps pour attendre les bus), de l’absence ou de l’insuffisance de bassins d’emploi à proximité des secteurs résidentiels, ou bien encore de la crise de l’immobilier dans les banlieues pavillonnaires…

19On comprend ainsi qu’avec la banlieue, tout comme avec d’autres sujets de société, les grands médias, de par leur fonctionnement en circuit d’auto-observation, soient difficilement en mesure de fournir un travail dont l’origine est le terrain et tendront à superposer leur propre grille de lecture à la réalité de la situation. Usant de cette méthode, ils intéressent de moins en moins ceux dont ils parlent et finissent par s’en couper.

20Lorsque j’arrive dans un lieu, je porte toujours mon appareil photo de manière parfaitement visible. Facilement repérable, j’ai pris l’habitude d’aller directement voir ceux qui se trouvent là pour les saluer, me présenter, expliquer pourquoi je suis venu et ce que je fais. Le refus d’être photographié par un inconnu est fréquent – voire quasi général – et pas forcément conditionné au lieu géographique, à l’origine ethnique ou au milieu social.

21À chaque visite, je retrouve au pied des barres la même population jeune et masculine, porteuse des tenues vestimentaires attendues et connotées. Après les traditionnels refus ou interdiction de photographies, il arrive toujours un moment où tout bascule, et ceux-là même qui quelques instants plus tôt refusaient toute prise de vue, vont adopter les postures symboliques qui habituellement les décrivent (bras croisés ou entièrement dépliés avec deux ou trois doigts ouverts, postures individuelles et en groupe affichant certaines rivalités, effacement des sourires et crispation des visages en masques de tensions…), postures empruntées à la culture américaine du vidéoclip hip-hop ou rap, ou bien encore des séries télévisées se déroulant dans les ghettos noirs ou hispano. L’image entièrement produite pour l’appareil – qu’il soit photo ou vidéo – est un authentique « cliché » dans le double sens du terme car, d’une part, c’est un stéréotype et, d’autre part, il est négatif à l’égard d’une population déjà fortement stigmatisée. La production de ces clichés ne semble pas les perturber, ni d’ailleurs attirer leur attention sur le fait que ces clichés contribuent à alimenter cette mauvaise image.

La réalité du terrain ?

22Avec le temps, j’ai acquis le sentiment que, si la production de « clichés » a contribué à créer une image négative des cités auprès de ceux qui n’en sont pas issus, elle a également contribué à faire exister ceux qui y vivent en leur offrant une tribune. Dans un monde ou l’absence d’image tend à signifier absence d’existence, une image même fausse et négative semble préférable à pas d’image du tout, et ceux qui ne maîtrisent pas les codes des médias ne peuvent qu’en jouer ou les rejeter. Ce constat ne s’applique toutefois qu’à cette population jeune, les parents n’étant pour leur part que rarement sensibilisés à la diffusion de leur image, et je fais ici référence au travail que je mène avec eux, les aînés, depuis trois ans).

23Au cours de mes déambulations dans les « quartiers » j’ai pu photographier de nombreuses personnes de générations différentes. L’approche opérée est différente selon la génération du public photographié, et ce pour au moins deux raisons :

  • on ne les trouve pas aux mêmes endroits ;
  • leur perception de la photographie est différente.

24Ceux que l’on trouve au pied des barres sont les jeunes, qu’ils soient encore élèves, étudiants, sans-emploi ou salariés sans vie de famille construite. N’ayant pas encore de chez-eux, ils occupent l’espace public qu’ils considèrent comme leur espace (territoire). Leurs aînés, grands frères, grandes sœurs, parents sont soit au travail, soit au domicile dans leur rôle familial en dehors de l’espace public puisque eux ont un espace privé. Cette notion d’espace public et privé intervient bien entendu sur l’attitude de chacun, bien au-delà du facteur social ou géographique ; et de même, l’image que chacun cherche à donner de lui sera liée au cadre dans lequel elle se situe. Chaque individu adoptera ainsi une attitude différente face à l’appareil photo selon qu’il est placé dans un groupe au sein de l’espace public ou seul dans son espace privé.

25L’image médiatique dominante des banlieues est principalement orientée vers cette vie « extérieure » dans l’espace public, et plus précisément sur le registre de ses aspects « délinquants ».

26Les jeunes sont parfaitement informés de cela par les reportages régulièrement diffusés et les séries télé, qui offrent de ces espaces une image de zones dangereuses ; à tel point que la plupart me prendront pour un fou quand je leur indique également fréquenter tel ou tel endroit. Pour eux, le danger n’est pas leur zone, territoire familier donc rassurant, mais la zone d’ailleurs, territoire inconnu donc dangereux.

27Ironie de l’histoire, de ces espaces, ils n’ont comme vous et moi que l’image véhiculée par les médias. Cette image, faute de pouvoir la remettre en perspective avec leur propre horizon, certains (mais pas tous, loin de là) ne pourront que rentrer en résonnance avec elle par une mise en concurrence dans une course à davantage de sensationnel. C’est ainsi que je me suis vu à diverses reprises proposé la mise en scène de situations « clichés » (avec chiens, armes, « gangs » aux visages cagoulés…), produites à la fois pour promouvoir l’image d’un quartier mais également pour prendre un peu d’argent dans le partage de la vente d’un reportage.

Monsieur Khan, Le Chêne-Pointu (Clichy-Sous-Bois) © Jean-Manuel Simoes, 2014

Sidi, Clichy-Sous-Bois © Jean-Manuel Simoes, 2013

28Je comprends que pour ces jeunes, ce moment est un jeu mené avec et devant le représentant d’un monde qui, ils le savent, les regarde et les juge. Comme tous ceux de leur génération, ils ont une approche de la photographie déterminée par la présence d’appareils photo dans leurs téléphones et par la facilité de diffusion de leurs propres images sur les réseaux sociaux. Lorsqu’ils se prennent eux-mêmes en photo, ils se mettent en scène dans ces mêmes attitudes pour les mettre ensuite en ligne sur leurs pages. Les photos qu’ils offrent au photographe de passage ne sont rien d’autre que la production de l’image qu’ils veulent offrir d’eux-mêmes, et donc une façon de marquer leur place sur un territoire culturel défini. Pour cette génération – qui va bien au-delà de jeunes issus des classes populaires – ayant grandi avec un téléphone dans la poche, la production photographique et sa diffusion correspondent à la création de sa propre image.

29Le photographe que je suis se doit de prendre ces photos mais en rester là et dire que cette image est la réalité – vérifiable par la photographie – serait juste car je n’ai rien demandé, mais également faux car je sais avoir (même involontairement) contribué à sa production. Produire l’image allant au-delà du cliché nécessite d’investir du temps qui va faire de moi non plus l’un des membres d’un monde extérieur devant lequel chacun joue un rôle prédéfini, mais quelqu’un que l’on finira par oublier, habitué à sa présence.

30Ayant accepté de passer du temps sur ce terrain, mes photographies montrent des jeunes dans leur quotidien ; ils vivent, plaisantent, s’ennuient, se prennent en photo, certains même sont barbus… Ni critique ni angélisme dans cette découverte du quotidien d’une génération dans l’espace public : certains jeunes fument des joints, boivent de l’alcool, d’autres encore jouent sur des voitures calcinées comme sur des trophées, font du deux-roues sans casque pour impressionner les filles, taguent les murs, font la prière sur un coin de trottoir ; certains sortent de prison et y retournent régulièrement, la plupart souvent ne fait rien. Finalement, aucune différence avec d’autres jeunes du même âge vivant ou placés dans un environnement urbain de centre-ville, si ce n’est bien sûr le lieu où ils se trouvent et la façon dont nous les regardons.

31On m’a souvent demandé d’où provient la violence ressentie par la lecture de photographies dans lesquelles aucune violence n’est représentée. Comme toujours le contexte joue un rôle aussi important que la scène photographiée elle-même ; ce contexte est fait de plusieurs choses : les milliers d’images que nos cerveaux ont emmagasinées, le cadre urbanistique/environnemental où se situe l’action, la façon dont sont présentés les photographies et les textes qui leur sont associés (l’impact de la lecture d’une affiche associant photo et texte sera différent selon qu’elle présente le dernier CD d’un groupe hip-hop ou l’affiche de la couverture d’un magazine).

32Pour le public extérieur aux cités, dont la plupart d’entre nous font partie, le sentiment de violence généré par les images de banlieue est malheureusement lié à la lecture de centaines d’autres images associant des événements, sinon dramatiques au moins effrayants, au cadre générique et délabré qui leur sert de toile de fond, revenant se présenter à nos yeux à intervalles réguliers et dont les messages simples et répétitifs finissent par amalgamer lieux, populations et discours sécuritaires.

33Un élément désormais si présent, que la plupart des personnes qui ont vu mon travail louent mon courage d’aller affronter cette population, et ne me croient jamais lorsque je leur explique la simplicité avec laquelle je procède. Même si mon travail se déroule sur plusieurs années, dans des lieux différents, avec des personnes différentes, on me dit toujours que j’ai beaucoup de chance parce que les choses ne se passent jamais comme cela, et l’on me cite pour preuve tel fait divers lu, vu ou entendu.

34Insister pour dire que je parle de ma propre expérience fondée sur du vécu ne pèse pas bien lourd face à l’impact des discours tenus par les « poids lourds » de l’information. Pour le photographe que je suis, il est toujours étrange de constater que le commun des mortels préfère croire ce qui est écrit ou répété plutôt que vu de ses propres yeux. Peut-être les choses évoluent-elles dans une nouvelle direction avec cette génération qui porte sur l’image un tout autre regard que celui de ses aînés ?

Table des illustrations

Légende Monsieur Khan, Le Chêne-Pointu (Clichy-Sous-Bois) © Jean-Manuel Simoes, 2014
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/20694/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 139k
Légende Sidi, Clichy-Sous-Bois © Jean-Manuel Simoes, 2013
URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/20694/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 158k

Auteur

Né en banlieue parisienne, de double culture franco-portugaise. Photographe de presse pendant de longues années, Jean-Manuel Simoes pratique depuis une dizaine d’années une photographie tournée vers l’utilisation de l’appareil photographique pour forcer le regard, et l’utilisation de la photographie comme un medium de diffusion de contenu.
Lauréat du prix spécial du jury du Festival du Scoop, du prix de l’Enquête Photographique et du prix de la Photographie Documentaire, il a notamment exposé au Festival International de la Photographie Environnementale, au Festival Visa pour l’Image, au Festival Images Singulières, au PhotoMed Festival en Italie, au Chelsea Center for the Arts de New York, à l’Atelier 340-Muzeum à Bruxelles et au Centre d’art contemporain de Katowice.
Il est l’auteur de l’ouvrage Chiens de la Casse aux Éditions Michel Husson, de La ville à trois vitesses avec Jacques Donzelot aux Éditions de la Villette, ainsi que plusieurs ouvrages d’artistes : Verni$$ ages, A linha, 35,04, Springstine sur Seine, et Requests.
Sa prochaine exposition aura lieu au printemps 2016 à l’espace KO21 de Paris, « Photographie et publicité ». Il travaille actuellement sur plusieurs ouvrages : Gueules de parisiens et Un dimanche sur le parking qui dépeint les portraits des habitants du « Chêne-Pointu ».

© CNRS Éditions, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search