Version classiqueVersion mobile

Banlieues vues d'ailleurs

 | 
Bernard Wallon

Présentation générale. Autres regards sur les « banlieues »

Bernard Wallon

Texte intégral

1Et si les autres voyaient mieux ce qui est à l’œuvre chez nous ? Par ce prisme du regard extérieur, les politiques et la communication sur les quartiers gagneraient-ils à être ainsi renouvelés ? Il est toujours intéressant de voir comment des étrangers comprennent la société française.

  • 1 <http://www.ladocumentationfrancaise.fr/ezexalead/search?SearchText=banlieues&n=slDocFrancaise>.
  • 2 Voir en particulier la bibliographie générale et thématique dans Avenel, 2015.

2Les questions brûlantes liées aux « banlieues » font l’objet en France depuis longtemps de milliers de travaux. Sur le site de la Documentation française, on trouve plus de 100 références depuis 1995 dont une cinquantaine de rapports publics d’informations confiés à des parlementaires ou des experts, édités par celle-ci1. À côté, de nombreuses études sont réalisées par d’autres organismes publics sans compter les publications universitaires. En réalité c’est à partir du lancement de la politique de « développement social des quartiers » (DSQ) en 1981 et des nombreux dispositifs qui se succéderont qu’analyses, bilans, prospectives et recommandations se développent rencontrant un réel intérêt dans l’opinion. On retiendra ici le rapport consacré à « la participation des habitants dans les quartiers de la politique de la Ville » de la sociologue Marie-Hélène Bacqué et du responsable du collectif AC Le Feu, Mohamed Mechmache remis en 8 juillet 2013 au ministre délégué à la Ville (Bacqué et Mechmache, 2013). Ils y préconisent un empowerment à la française, ce concept d’inspiration anglo-saxonne que nous retrouverons chez plusieurs des auteurs. D’excellents ouvrages de politologues et de sociologues français ont contribué à notre connaissance2 et sont largement repris dans les médias.

3En fait, dans ce riche corpus, il n’y a pas de regards décentrés sur la problématique des « banlieues », c’est pourquoi il semblait utile d’écouter des points de vue venus d’ailleurs pour enrichir notre réflexion. Cet objectif a été engagé antérieurement à la succession d’événements dramatiques survenus au cours de l’année 2015. Les articles rédigés parfois avant ou pendant cette période n’y font pas toujours explicitement référence, même si les attentats commis sur le sol français entre le 7 et le 9 janvier 2015 sont évoqués dans certains d’entre eux. La tonalité générale de l’ouvrage renvoie néanmoins bien aux questionnements et analyses sur la société française et le « vivre ensemble », provoqués chez nous et chez nos voisins par les tragédies de janvier et du 13 novembre 2015.

4Quels enseignements nouveaux des acteurs étrangers, journalistes, diplomates ou chefs d’entreprise peuvent-ils apporter à nos politiques territoriales et notre communication sur les « banlieues » ? Le pluriel et les guillemets sont de mise pour un mot-valise dans notre vocabulaire, nous y reviendrons.

5Sont réunies ici des contributions de personnes travaillant en – ou sur la – France, qui apportent leurs regards et leurs expériences croisées sur les quartiers, cités ou périphéries… À quelles approches originales nous invitent leurs analyses pour développer d’autres formes de relations avec les habitants et une image plus juste des quartiers populaires ?

À l’origine de cet ouvrage singulier

6La revue Hermès a très souvent traité des questions liées à l’espace public, la diversité et la cohabitation culturelle ou encore le lien social. La thématique des « banlieues » n’a, jusqu’à présent, pas fait l’objet d’un dossier propre mais a été approchée dans quelques numéros. Mentionnons par exemple le n ° 10, « Espaces publics, traditions et communautés » (1992), avec en particulier l’article d’Anne Querrien consacré à « Un art des centres et des banlieues » (p. 85-93), le n ° 38, « Les sciences de l’information et de la communication » (2004) avec l’article d’Alyette Defrance, « Penser, classer, communiquer. Publicité et catégories sociales » (p. 155-162) ou encore le n ° 51 « L’épreuve de la diversité culturelle » (2008) avec celui de Marie-France Malonga : « La télévision comme lieu de reconnaissance : le cas des minorités noires en France » (p. 161-166). La thématique est traitée de façon plus transversale dans le n ° 63, « Murs et frontières » (2012), dirigé par Thierry Paquot et Michel Lussault.

7La singularité ici est de donner la parole à des auteurs dont le point de vue est extérieur en raison de leur nationalité (ou double nationalité ou vivant à l’étranger) et, pour cette raison, moins conditionnés par les pesanteurs de l’actualité et du contexte dans lesquels sont conduites habituellement nos réflexions. Ni « éditorialistes », ni têtes d’affiches, n’appartenant pas au monde de la politique de la ville, ils sont attachés à notre pays pour lequel ils savent qu’il s’agit d’un enjeu majeur d’avenir.

  • 3 La communauté d’agglomération Plaine Commune est une structure intercommunale française, située en (...)
  • 4 Fondé par le sociologue Denis Muzet en 1982, l’Institut Médiascopie innove en créant une méthode d (...)

8La nécessité d’un tel apport est née de la réflexion que Communication publique, association pour la communication des institutions publiques nationales ou locales, mène depuis quelques années. Dans un premier temps un séminaire « Quelle communication pour les villes périphériques de grandes métropoles », organisé le 17 février 2012 avec la communauté d’agglomération Plaine Commune3 et l’Institut Médiascopie4 a réuni, bien loin des préoccupations de « marketing territorial », des universitaires français de différentes disciplines au côté de maires de communes sensibles de « banlieues ». Cette première rencontre assez classique a conduit à consacrer ensuite un dossier « Faire ville : identité et image des communes périphériques » dans le premier numéro (mars 2013) de Parole publique, revue que venait de lancer l’association.

9Mais le besoin de sortir de l’entre-soi invitait à organiser une deuxième rencontre avec cette fois des intervenants étrangers. Quels enseignements leurs expériences croisées pouvaient susciter pour nos politiques ? Cette manifestation était significativement accueillie dans un centre culturel étranger à la veille des élections municipales par le Centre Wallonie-Bruxelles de Paris le 5 février 2014. Ce cadre invitait comme il le vante à « goûter la différence » et à une certaine « neutralité ». En effet, il n’a pas été si simple de réunir un tel plateau. Les ambassades ou des entreprises étrangères sollicitées pour parler des banlieues françaises n’ont pas toujours manifesté d’enthousiasme aux sollicitations d’interventions. Gêne réelle qui a conduit à des refus polis notamment pour les États-Unis et le Qatar en raison des polémiques que leurs initiatives en « banlieues » ont pu susciter dans les médias français. Pour plusieurs sociétés internationales, « la participation à ce type de manifestation n’entre pas dans leur politique de communication ».

10Les « banlieues » initiatrices de nouvelles formes d’échanges internationaux, territoires de développement pour les entreprises étrangères et sujet d’un traitement différent de l’information par les correspondants étrangers, ont fait alors l’objet d’échanges assez informels pour laisser libre la parole. Plusieurs articles ont fait ensuite écho à ces débats notamment dans la revue Parole publique (en particulier le n ° 6 avec les articles d’Odile Conseil « Nos banlieues vues par la presse étrangère : un espace trouble » et de Nordine Nabili, « Bondy blog : une voix dissonante », ainsi que le n ° 7 avec l’article « Le rêve américain de l’élite émergente des banlieues » de Thomas Kirszbaum). L’idée de poursuivre cette réflexion dans ce volume des Essentiels d’Hermès est née après cette rencontre.

11Il ne s’agit donc pas d’une reprise, qui eut été problématique, des interventions en raison de la mobilité des orateurs et du côté informel des propos, mais d’un élargissement à d’autres points de vue, une démarche qui n’a de sens que si elle se poursuit à diverses occasions. D’autres auteurs ont donc été sollicités ici.

Un regard extérieur

12Ce sont sans doute les « émeutes » urbaines de 2005 en France auxquelles la plupart des contributeurs font d’ailleurs référence, qui ont attiré les regards interloqués des médias du monde entier sur les « banlieues » françaises, favorisant parfois un imaginaire fantasmatique à l’étranger.

  • 5 Aujourd’hui le Bondy Blog, média en ligne créé en 2005, raconte aussi bien les quartiers par ceux (...)

13Mais c’est à une quinzaine de journalistes du magazine suisse L’Hebdo qui se sont alors relayés pendant trois mois dans un petit local de la cité Blanqui de Bondy, que l’on doit une démarche courageuse vue alors comme « un pied de nez » aux médias et politiques français, souvent accusés d’être déconnectés des réalités : le Bondy Blog5. Les internautes qui vivent dans les zones urbaines ou les fréquentent ont un peu mieux pu reconnaître leurs réalités quotidiennes qu’au travers des contenus publiés alors par la presse écrite et surtout la télévision. Pour tous les autres utilisateurs d’Internet, ce fut l’occasion de découvrir de l’intérieur la vie dans les banlieues sous un aspect différent de celui reçu dans l’espace public. Rassemblant journalistes professionnels et jeunes blogueurs, l’objectif du site est de « faire produire l’information sur les banlieues par ceux qui y vivent » (Navarro Pedro, infra). L’aventure se poursuit, comme nous le verrons dans cet ouvrage, avec une équipe locale et des partenariats de médias français. Cet exemple montre combien un regard extérieur peut changer le nôtre et les façons de faire.

14Ces regards extérieurs ne sont pourtant guère sollicités et valorisés. On trouvera ici ou là, de temps à autre, une tribune dans une revue ou un journal français mais quasiment seul l’hebdomadaire Courrier International, par sa sélection d’articles, nous donne à voir non seulement les « banlieues » d’autres pays développés, émergents ou très pauvres mais aussi les analyses portées sur les nôtres par l’étranger. Le numéro 1042 de l’hebdomadaire, daté du 20 octobre 2010, marquait l’anniversaire des « émeutes » par un supplément « Cinq ans après : les banlieues vues par la presse étrangère » avec des reportages de journalistes étrangers effectués dans plusieurs quartiers sensibles. (Un souci de comparer bien rare qui devrait pourtant alimenter utilement les réflexions sur nos politiques urbaines.) Il montrait que les choses n’ont guère changé depuis 2005.

15À la veille de l’élection présidentielle de 2007, une quinzaine de journalistes des plus grands titres de la presse internationale s’essayaient dans un ouvrage Désirs de France à une analyse plurielle, sur les enjeux auxquels l’élu devrait répondre. La politique de la Ville est malheureusement restée en marge de cette campagne, comme de la suivante d’ailleurs, au profit d’un débat centré sur l’immigration et la sécurité. Du côté des chercheurs surtout, lorsqu’il s’agit de revenir sur les « émeutes », on trouvera bien sûr un peu plus d’ouverture à ce que les étrangers peuvent nous apprendre. S’ils sont souvent associés pour aborder les questions institutionnelles, politiques et économiques, ils traitent finalement peu des « banlieues ». Dans quelques ouvrages comme Minorités visibles (2011), coordonné par Esther Benbassa, se retrouvent des auteurs étrangers au côté de chercheurs français sur certaines dimensions (femmes, migrants…) non sans liens évidents. Particulièrement utile est également l’initiative prise par J.-F. Sirinelli dans La France qui vient (2014) de donner la parole uniquement à des universitaires américains sollicités ici pour développer leur analyse. Enfin, autre exemple en 2015 avec En finir avec les banlieues dirigé par Thomas Kirszbaum, intervenu sur les États-Unis lors de notre rencontre de 2014, et qui associe de jeunes chercheurs européens dans une perspective à la fois historique et comparative.

16Ces travaux, issus de séminaires et de rencontres, s’inscrivent généralement dans une démarche comparatiste continue qui permet de faire évoluer un débat bloqué depuis trop longtemps. Pour faire la ville autrement, ils constituent des laboratoires plus créatifs que nos habituels espaces de réflexion. Les sujets complexes appellent en effet des regards croisés.

17C’est par-delà les frontières nationales que la réflexion puise aussi sa vitalité. La circulation de ces idées est à l’origine de projets novateurs. Notre verticalité, notre centralisme… revus de l’extérieur, nous permettent d’amorcer une révolution copernicienne. Ce sont curieusement les étrangers, moins effrayés ou fascinés par les « banlieues », qui voient mieux dans le caractère hétéroclite de nos filiations la recherche de mixité sociale et la cohabitation de cultures différentes, une chance pour notre pays.

18En raison de la mobilité professionnelle ou géographique des intervenants précédents, nous avons sollicité des auteurs venus d’autres horizons. Nous aurions par ailleurs aimé compléter ce dossier par d’autres apports dans le domaine culturel (sur la réception des séries télévisuelles américaines par exemple). Il eut été facile de trouver sur différents champs des auteurs français universitaires ou journalistes, mais nous avons pris le parti de privilégier un regard extérieur (à une exception près – Clément Boisseul – due au fait qu’il s’exprime depuis Chicago). On peut regretter qu’il n’ait pas été possible dans ce volume de solliciter des auteurs asiatiques, sud-américains, voire slaves qui auraient élargi encore notre vision.

Mots et maux

19Partant du constat qu’en France, aujourd’hui, le terme de « banlieue » renvoie à des représentations de territoires très connotées, nous avons précisément choisi de le mettre systématiquement au pluriel et entre guillemets, tant il fait référence à des notions, des réalités et des interprétations différentes selon où l’on se situe.

  • 6 <http://www.larousse.fr/dictionnaires/francais/banlieue/7849>.
  • 7 Édition 2015 du Petit Robert de la langue française.
  • 8 Jusqu’au milieu du xixe siècle la banlieue est vue comme l’arrière-pays, à la fois sanitaire et no (...)

20En ce qui concerne les définitions du terme, pour le Petit Larousse, la banlieue c’est « l’ensemble des agglomérations qui environnent un centre urbain et participent à son existence6 ». Pour le Robert7, formé de « ban » et « lieue », ce mot définit l’« espace d’une lieue autour d’une ville pour la proclamation du ban » et n’est donc pas lié avec l’idée de bannissement comme présenté parfois par un discours polémique. Ce sont les « agglomérations qui entourent une grande ville. Les villes-satellites près des grandes villes, à grands immeubles collectifs et populations pauvres ». L’histoire du mot dans notre vocabulaire vaudrait d’être contée8 tant il a beaucoup évolué les deux siècles derniers. Il n’a pas toujours eu une acception péjorative. Son sens positif a disparu à peu près complètement à partir des années 1980 pour désigner des territoires où la crise sociale et politique sévit plus particulièrement.

21Les politiques et les médias français portent une responsabilité singulière dans cette stigmatisation de populations pourtant très diverses, d’autant que celles-ci résident aussi bien dans la ville (quartiers nord de Marseille ou certains quartiers des 18e et 19e arrondissements de Paris par exemple) qu’à la périphérie. Dans cette dernière, des classes moyennes ou aisées peuvent aussi vivre agréablement (de Neuilly à Saint- Germain-en- Laye…). On assiste par ailleurs à une gentrification, une « boboïsation » de villes de banlieues parisiennes ou en région : perçues un jour de manière négative, elles changent en quelques années, sociologiquement, à commencer par le stigmatisé 93 (Montreuil, Saint-Denis pour partie…). Certaines se dégradent par quartier pour des raisons sociales ou au gré de la lenteur de l’intervention publique, tandis que d’autres bénéficient du renouvellement urbain.

22Pour titrer la thématique du dossier, nous aurions pu retenir des mots équivalents qui connaissent des évolutions comparables. « Cité » ou « quartier » aujourd’hui ont perdu leur majuscule et leur noblesse, désignant dans l’opinion générale essentiellement les lieux symptomatiques d’un urbanisme dégradé au centre ou à la périphérie, des lieux d’insécurité, socialement défavorisés où les services publics sont quasiment absents. Cité ou cités administratives, judiciaires, universitaires, scolaires ou places financières comme les « beaux quartiers », d’affaires ou résidentiels, ces quartiers d’autrefois sont devenus dortoirs, à problèmes, sensibles, difficiles… Ces qualificatifs soulignent la relégation du lieu et des populations qui y vivent au point que les adjectifs ne sont même plus nécessaires pour les qualifier.

23C’est une gageure à laquelle nous avons renoncé que de trouver une traduction en anglais ou dans d’autres langues tant les contextes sont différents. Utilisé de façon générique pour désigner l’urbain, la périphérie, le terme de banlieue renvoie autant à des « singularités françaises » qu’à des « réalités mondiales ». Il est impossible de le traduire parfaitement. Des réalités spatiales comparables, mais qu’il faut distinguer, existent dans les périphéries des grandes agglomérations mondiales. Il est improbable de circuler entre les langues autour du mot banlieue au sens actuel ici retenu. Les auteurs ne s’y sont d’ailleurs pas trompés et n’ont pas vraiment cherché une traduction équivalente. Christian Topalov note d’ailleurs dans l’introduction de L’aventure des mots de la ville (2010) qu’ils « voyagent dans le temps en changeant de sens sans changer d’aspect, et ces changements font partie de l’histoire des villes… Ils voyagent aussi dans l’espace, parfois d’une langue à l’autre ».

24De l’étranger, nous voyons ainsi mieux combien nous sommes piégés par les mots, notamment ceux que l’on associe à la question : émeute, intégration… qui prennent un sens particulier dans le contexte national et difficilement traduisible (émeute comme à Soweto ? ou violences, révoltes ? assimilation, intégration ou insertion ?). De l’extérieur, on perçoit qu’à défaut de pouvoir changer les choses, on change les mots pour faire belle part à la « com’ ». À défaut de répondre aux maux, on aime en France jouer sur les mots. À cela s’ajoute un fourmillement de dispositifs aux terminologies variées qui se chevauchent avec une cohérence très relative (éducation, emploi…).

25Dans cet empilement construit depuis les années 1980, il est difficile aux politiques eux-mêmes d’y retrouver leurs enfants. On notera que les mots et maux de l’immigration connaissent des dérives parallèles depuis les mêmes années, ce qui n’est pas un hasard puisqu’il s’agit principalement de parler des populations qui vivent dans les « banlieues » (Aprile et Dufoix, 2009). Cette « politique de la Ville » fabriquant du neuf avec du vieux, objet d’articles ironiques du Canard enchaîné (cf. Julliard, 2007 et 2015) au gré des changements politiques, fait également sourire les observateurs extérieurs. Au risque de la trouver incomplète, leur vision comparatiste, critique et plus pragmatique mérite d’être sollicitée et entendue. Il s’agit bien pour eux de traiter ici, au-delà des mots, de la question sociale et de l’égalité des territoires.

Nos banlieues en question vue d’ailleurs

26C’est à cette approche que ce numéro s’est essayé avec les limites que suppose forcément une telle démarche. Les trois premiers textes portent un regard de terrain. Jean Manuel Simoes, photographe franco-portugais, nous introduit en banlieue sans cliché. On notera que l’un de ses plus récents reportages « Chiens de la casse » (« chiens de casse » c’est le nom que se donnent entre eux les jeunes des quartiers et cités mal famées), après avoir été exposé peu de temps au Bourget, a connu meilleur succès à Bruxelles puis en Pologne. Christina Horvath, Hongroise, enseignant à Oxford, a consacré nombre de ses travaux à la littérature des banlieues françaises, bien ignorée du monde universitaire et de la critique littéraire chez nous, et en dévoile la richesse et la complexité. Si le Bondy Blog (que nous devons au départ à des journalistes suisses) rencontre cette année un succès d’estime et la reconnaissance des pouvoirs publics, Ana Navarro Pedro, correspondante de journaux portugais, présente ici une première enquête globale sur une expérience unique et durable de journalisme de banlieue qui traite bien d’autres sujets.

  • 9 Claude Dilain (1948-2015) a été maire de Clichy-Sous-Bois puis sénateur de Seine-Saint-Denis. Il e (...)

27Dans les textes suivants, la vision anglo-saxonne de nos politiques de la Ville souligne le mal vivre de nos banlieues. Excellent connaisseur de notre société, en particulier de nos médias et de l’immigration, Alec Hargreaves montre la confusion qu’entraîne le rapport que nous entretenons avec l’islam permettant d’occulter la question sociale. Tyler Stovall, qui a autrefois consacré sa thèse à la « ceinture rouge », décrit l’évolution de la vision aux États-Unis de la situation française. De Chicago, où il a travaillé comme chercheur, Clément Boisseuil (seul auteur national et exception à la règle) montre qu’avec des objectifs similaires des deux côtés de l’Atlantique les méthodes divergent et souligne le retard de notre gouvernance pour associer sérieusement les populations concernées. Les coopérations franco-canadiennes que suit Marc Berthiaume à l’ambassade du Canada à Paris donnent une approche plus positive des dispositifs mis en place et montrent l’intérêt de se nourrir mutuellement des bonnes pratiques de chacun. Francesca Artioli, chercheuse à Paris, identifie également entre la France et l’Italie des problèmes communs et des réponses voisines, même si la question du logement et une approche « globale » plus centrée sur le quartier caractérisent cette dernière. Complétant son intervention de 2014, Alain van Vyve, Belge, ancien patron de Toyota à Valenciennes, revient sur les motivations et les ressources qu’une entreprise étrangère trouve à s’installer en zone dite sensible. Enfin, un encart sur le Réseau de recherches interdisciplinaires Banlieue Network, une des rares initiatives à faire travailler sur la question des universitaires, des intervenants de terrain, des journalistes et des créateurs de différents pays, invite à poursuivre les échanges pour contribuer à renouveler les études et les politiques de la Ville, ce à quoi ce numéro espère contribuer modestement en ouvrant sur d’autres perspectives de regards croisés. Puissent leurs réfléxions nous aider à ce que, selon la formule de Claude Dilain9, des populations « entièrement à part deviennent des citoyens à part entière ».

Bibliographie

Références bibliographiques

[Collectif], Désirs de France : quinze correspondants de la presse internationale nous regardent et interrogent notre avenir, Paris, Michalon, 2007.

Aprile, Sylvie et Dufoix, Stéphane, Les mots de l’immigration, Paris, Belin, 2009.

Avenel, Cyprien, Sociologie des quartiers sensibles, Paris, Armand Colin, 2015.

Bacqué, Marie-Hélène et Mechmache, Mohamed, « Pour une réforme radicale de la politique de la Ville », rapport au ministre délégué chargé de la ville, ministère de la Ville, juillet 2013.

Disponible sur : <http://www.ladocumentationfrancaise.fr/rapportspublics/134000430/>.

Benbassa, Esther (dir.), Minorités visibles, Paris, CNRS Éditions, 2011.

Conseil, Odile, « Nos banlieues vues par la presse étrangère : un espace trouble », Parole publique, no 6, juin 2014, p. 25-26. Disponible sur : <http://fr.calameo.com/books/002241860025b-5065e63e>.

Ferry, Jean-Marc (dir.), Hermès, no 10, « Espaces publics, traditions et communautés », 1992.

Jeanneret, Yves et Ollivier, Bruno (dir.), Hermès, no 38, « Les sciences de l’information et de la communication », 2004.

Julliard, Jean-François, « Crise des banlieues : l’inefficacité des politiques de la ville », Le Canard enchaîné, 14 novembre 2007. Disponible sur : <http://www.politique.net/2007112901-crisedes-banlieues-les-politiques-de-la-ville.htm>.

Julliard, Jean-François, « Quarante ans de “plans d’urgence” et des banlieues toujours en plan », Le Canard enchaîné, 28 janvier 2015.

Kirszbaum, Thomas, « Le rêve américain de l’élite émergente des banlieues », Parole publique, no 7, novembre 2014, p. 21-22. Disponible sur : <http://fr.calameo.com/read/002241860c5fa66-b3b4ad>.

Kirszbaum, Thomas, En finir avec les banlieues, La Tour-d’Aigues, Éditions de l’Aube, 2015.

Nabili, Nordine, « Bondy blog : une voix dissonante », Parole publique, no 6, juin 2014, p. 27-28. Disponible sur : <http://fr.calameo.com/books/002241860025b5065e63e>.

Nowicki, Joanna, Oustinoff, Michaël et Proulx, Serge, Hermès, no 51 « L’épreuve de la diversité culturelle », 2008.

Paquot, Thierry et Lussault, Michel, Hermès, no 63, « Murs et frontières », 2012.

Sirinelli, Jean-François (dir.), La France qui vient, Paris, CNRS Éditions, 2014.

Topalov, Christian (dir.), L’aventure des mots de la ville, Paris, Robert Laffont, coll. « Bouquins », 2010.

Wallon, Bernard (dir.), « Faire ville : identité et image des communes périphériques », dossier thématique, Parole publique, no 1, mars 2013, p. 14-36. Disponible sur : <http://fr.calameo.com/read/0022418605130d0ba025b>.

Notes

1 <http://www.ladocumentationfrancaise.fr/ezexalead/search?SearchText=banlieues&n=slDocFrancaise>.

2 Voir en particulier la bibliographie générale et thématique dans Avenel, 2015.

3 La communauté d’agglomération Plaine Commune est une structure intercommunale française, située en Seine-Saint- Denis, contiguë au nord de Paris, elle regroupe aujourd’hui 9 communes de banlieue. S’y sont installés notamment le stade de France, les Archives nationales et celles du Quai d’Orsay, le Campus Condorcet après les Universités Paris 8 et Paris 13, les services R & D et les sièges de grandes entreprises privées (dont Randstad) et publiques (SNCF). Le territoire de Plaine commune est fortement concerné par les dispositifs de la politique de la Ville. Son président Patrick Braouezec en est un acteur national majeur.

4 Fondé par le sociologue Denis Muzet en 1982, l’Institut Médiascopie innove en créant une méthode de mesure des réactions des téléspectateurs, puis réalise une enquête hebdomadaire sur ce qu’ont retenu les Français de l’actualité. Enfin avec la méthode d’enquête « Les mots de », elle mesure les perceptions associées à un thème du débat public : les mots des territoires, de la ville de demain, du service public, des communes et intercommunalités. <http://mediascopie.fr/actualite_mot_de.html>.

5 Aujourd’hui le Bondy Blog, média en ligne créé en 2005, raconte aussi bien les quartiers par ceux qui y vivent qu’il participe aux débats qui animent la société. Les sujets sont autant locaux que globaux sur les politiques publiques. Il travaille en partenariat avec des médias nationaux. <www.bondyblog.fr>.

6 <http://www.larousse.fr/dictionnaires/francais/banlieue/7849>.

7 Édition 2015 du Petit Robert de la langue française.

8 Jusqu’au milieu du xixe siècle la banlieue est vue comme l’arrière-pays, à la fois sanitaire et nourricier de la ville. L’industrialisation et le peuplement de cette périphérie en changent l’image progressivement prenant le relais des faubourgs ouvriers, voire devenant une « ceinture rouge ». Après 1945, le développement de la construction en fait un nouvel espace urbain perçu de manière ambiguë (modernité-confort/grand ensemble-cité dortoir). À partir de la fin des années 1970, le mot sert à nommer tous les territoires où se conjuguent les effets de la crise économique et sociale. La banlieue est pensée en France à travers le prisme de la région parisienne, en raison du poids de la centralisation et des représentations sociales qu’elle a produites.

9 Claude Dilain (1948-2015) a été maire de Clichy-Sous-Bois puis sénateur de Seine-Saint-Denis. Il est l’une des grandes figures de la politique de la Ville, qu’il a vécue plus que tout autre sur le terrain et dont il avait sans doute la vision la plus éclairée. Cet ouvrage se veut un hommage à son courage et son intelligence.

Auteur

Historien de formation, plus particulièrement intéressé aux questions des rapports mémoire(s) - Histoire, de citoyenneté et de démocratie. Directeur de la communication et des relations extérieures de la Ligue des Droits de l’Homme puis dans le service public (AESN, DGAFP), il participe à plusieurs célébrations nationales dont le centenaire de la loi 1901 comme secrétaire général de la mission interministérielle. Il a également été directeur du SSAE, centre ressources sur les migrations.
Bernard Wallon est aujourd’hui conseiller indépendant (sens, communication, stratégie) pour des organisations de la société civile (Ligue de l’enseignement, Aides, ORSE, Génériques…). Il a animé ou dirigé plusieurs revues (Hommes et libertés, Après-demain, Accueillir) et est aujourd’hui membre du comité de rédaction de Parole publique. La revue de Communication publique (Association pour la communication des institutions publiques) dans laquelle il a initié depuis 2012 plusieurs initiatives sur la politique de la Ville.

© CNRS Éditions, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search