Version classiqueVersion mobile

Lucien Lévy-Bruhl

 | 
Frédéric Keck

Chapitre 4. Vers un élargissement de l’expérience

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Dans une lettre à Georges Davy datée du 4 mars 1930, Lévy-Bruhl écrit :

Vous marquez très bien ce qui me sépare de Durkheim (…) Vous dites avec raison (…) que je suis plus empiriste, plus relativiste, et que je n’ai pas la même idée de la science. (…) Il faut dire qu’au fur et à mesure que je travaillais, je prenais conscience de ma propre méthode, de mon propre objectif, et aussi de ce qui me séparait de Durkheim. (…) La réflexion sur les faits m’éloignait peu à peu des formules qui m’avaient d’abord satisfait1.

Il s’agira ici de prendre la mesure de cet « empirisme relativiste » du dernier Lévy-Bruhl, par rapport à ce qui peut être identifié comme un « rationalisme universaliste » chez Durkheim. Si les premiers ouvrages sur la mentalité primitive reprenaient largement les concepts de Durkheim, en analysant les représentations collectives pour voir comment une causalité sociale y agit à travers des catégories, les derniers ouvrages creusent un sillon plus singulier, en se dégageant d...

© CNRS Éditions, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search