Version classiqueVersion mobile

Lucien Lévy-Bruhl

 | 
Frédéric Keck

Chapitre premier. De la critique de l’évolutionnisme au débat sur la responsabilité

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

FIGURES DU PRIMITIF DANS LA PHILOSOPHIE DE L’HISTOIRE DE COUSIN

Lévy-Bruhl publie en 1884 sa thèse, L’idée de responsabilité, et un article sur « La sociologie de Herbert Spencer ». Quel rapport entre une thèse d’apparence très kantienne sur la responsabilité et une lecture critique de l’évolutionnisme britannique ? Et en quoi ces premiers travaux, publiés à l’âge de vingt-sept ans, annoncent-ils les travaux ultérieurs sur la « mentalité primitive » ? Dans quelle mesure peut-on y voir poindre la critique radicale de l’évolutionnisme qu’introduit Lévy-Bruhl dans la démarche anthropologique, par l’affirmation d’une logique radicalement différente de la nôtre dans les « sociétés primitives » ? Pour le comprendre, il faut faire un détour par l’histoire de la philosophie française au dix-neuvième siècle, et par la formation de la notion de « primitif » qui s’y opère. Un tel détour doit éclairer en quoi la critique de l’évolutionnisme vise une conception trop homogène de la causalité comme...

© CNRS Éditions, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search