Version classiqueVersion mobile

Norbert Elias et l’anthropologie

 | 
Sophie Chevalier
, 
Jean-Marie Privat

VI. Avez-vous relu Norbert Elias ?

Chapitre 22. « Les plus vieux ont le plus souffert ». Réponse à Daniel Gordon1

Roger Chartier

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Les plus vieux ont le plus souffert. Nous, les cadets, Jamais n’en verrons tant, ni ne vivrons tant d’années.
Shakespeare, Le Roi Lear, V, 3.

1. Elias était très vieux lorsqu’il mourut en 1990 à l’âge de quatre-vingt-treize ans. Et comme Lear, il « a le plus souffert ». Son père est mort pendant la guerre en 1940, et sa mère, Sophie, a disparu dans un crématorium d’Auschwitz pendant l’année 1941.

Je connaissais Elias. Je l’ai rencontré plusieurs fois à Göttingen, Paris, Berlin et Amsterdam. Je l’aimais en tant que chercheur et en tant qu’homme, mais je ne me suis jamais considéré comme membre de cette terrible « secte » imaginée par Daniel Gordon. J’ai lu les œuvres d’Elias au milieu des années 70. Je les ai trouvées indispensables pour quiconque veut comprendre, dans une société donnée, les relations entre modes d’exercice du pouvoir, formations sociales et structures psychiques des individus. J’ai commencé à écrire sur les œuvres d’Elias en 1980, après une première rencontre entre lu...

© CNRS Éditions, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search