Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Identités numériques

 | 
Jean-Paul Fourmentraux

L’homme, un document comme les autres

Olivier Ertzscheid

Note de l’éditeur

Revue Hermès no 531, Traçabilité et réseaux, 2009.

Texte intégral

  • 2 Mark Zuckerberg est le fondateur du réseau social Facebook : (<http://www.facebook.com>).
  • 3 « Les hommes vont chercher l’information à deux endroits : dans les grands médias ou dans tout autr (...)

1Comment le passage au numérique va-t-il affecter les relations humaines ? « Humans get their information from two places – from mainstream media or some other centralized organization such as a church, and from their network of family, friends, neighbors and colleagues. We’ve already digitized the first […]. What Zuckerberg2 is trying to do with Facebook is digitize the second3 » (Vogelstein, 2007). Nous proposons d’étudier la manière dont une socio-numérisation peut constituer le pendant des innovations techniques apportées par le numérique. En particulier, nous verrons comment la question documentaire de l’indexation et celle des réseaux sociaux s’inscrivent dans la perspective renouvelée d’une économie sociale des documents.

Le contexte d’une économie sociale des documents

La dérive des continents documentaires

  • 4 Sites d’achat de billets de train ou d’avion, catalogues en ligne, etc.
  • 5 Le 11 avril 2008, Google a annoncé qu’il allait être capable d’indexer certaines données situées «  (...)

2La représentation que nous avons du Web est conditionnée par les possibilités de navigation et d’accès que proposent les moteurs de recherche. De sa naissance (Berners-Lee, 1989) jusqu’à la fin des années 1990, le Web comme continent documentaire se confond avec le Web public, indexé par les moteurs. À ses côtés un Web « profond » (Bergman, 2001) se constitue : les pages sont générées dynamiquement à partir des requêtes déposées par les utilisateurs4. Les moteurs de recherche peinent encore (pour des raisons techniques) à indexer ces contenus, justifiant l’expression d’un « Web invisible5 ». En parallèle, l’échange de courriers électroniques et les documents stockés sur les ordinateurs personnels échappent à l’indexation des moteurs. La ligne frontière des continents documentaires visibles et invisibles tient donc à l’impossibilité d’accéder à certains types de contenus pour les indexer. Une frontière aujourd’hui abolie.

  • 6 Les webmails permettent de stocker et de consulter son courrier électronique en ligne. L’offre Desk (...)
  • 7 Google dispose ici d’un leadership incontestable, lequel ne peut être élargi au-delà des deux socié (...)

3Web public, Web profond* (Deep Web), correspondances électroniques personnelles mais aussi fichiers et documents stockés sur nos ordinateurs personnels sont désormais réunis en une même sphère d’indexabilité (Ertzscheid, 2005). La raison : le passage « en ligne » de l’essentiel de nos comportements informationnels, grâce au déploiement d’outils dédiés mis à disposition par les moteurs (webmails, Desktop Search6). L’essentiel du matériau documentaire qui définit notre rapport à l’information et à la connaissance se retrouve entre les mains de quelques sociétés marchandes : courriers privés, fichiers personnels, pages web publiques, pages web d’entreprises, publications savantes, fonds numérisés de bibliothèques. Un seul et même outil, une seule et même société commerciale7 indexe et supervise l’accès à cet ensemble. En terme d’accès et de droit à l’information, le mouvement de concentration extrême qui touche ici la médiasphère fait débat. D’autant que de nouveaux usages produisent une hybridation inédite des sphères publiques et privées : on parle à propos des blogs d’espaces de publication « extimes* » (Tisseron, 2001). Enfin, des comportements informationnels de plus en plus nomades se cristallisent autour des outils bureautiques en ligne offerts par les mêmes acteurs (Google principalement).

4Soit un nouvel écosystème informationnel global préempté par quelques moteurs de recherche qui font commerce de l’accès à ces contenus. Car la gratuité des services offerts ne doit pas masquer la logique marchande de cette mise en mémoire planétaire. L’indexation massive de la sphère documentaire publique, privée et intime n’a plus comme objectif principal de répondre à des logiques de recherche d’information en optimisant la pertinence des résultats proposés. Elle vise la diffusion ciblée de publicités contextuelles sur tout type de contenu documentaire, dans tous les types d’activités sociales ou professionnelles connectées.

La marchandisation de l’indexation

5Avec la réunification des continents documentaires, deux modèles aux antagonismes structurels s’affrontent. Le modèle bibliothéconomique défend l’accès raisonné à des documents choisis pour leur représentativité. Le modèle économique des moteurs de recherche – largement dominant sur le Net – tend à la marchandisation systématique et optimale de tout contenu documentaire en ligne, quelles que soient sa nature et sa granularité. Dans le contexte d’une économie de l’accès et de l’attention (Salaün, 2004, p. 30 ; Davenport et Beek, 2001) totalement préemptée par les moteurs de recherche, tout est mis en œuvre pour accroître les possibilités de recouper systématiquement les données ainsi collectées, jusqu’à constituer une « base de données des intentions » (Battelle, 2003) couvrant l’ensemble des données, informations et connaissances indexables.

  • 8 Les liens sponsorisés (achat de mots-clés) furent introduits pour pallier aux insuffisances du modè (...)
  • 9 Les folksonomies désignent un système de classification collaborative, à l’aide de mots-clés librem (...)
  • 10 Le site del.icio.us (<http://del.icio.us>) a été racheté par Yahoo ! (<http://delicious.com>).
  • 11 L’indexation sociale permet de déposer des tags (mots-clés) sur des micro-contenus (billets de blog (...)

6Notre monde a toujours été documenté. Mais pendant des siècles, l’indexation, humaine ou machinique, demeura hors de toute considération marchande. Avec l’arrivée des liens sponsorisés8 fonctionnant aussi bien en production (« j’achète un mot ») qu’en réception (« j’affiche une publicité »), plus aucune industrie culturelle* n’échappe à cette nouvelle dimension marchande de la représentation et de l’accès à l’information. L’arrivée de nouvelles procédures d’indexation sociale ou « folksonomies9 » (Le Deuff, 2006 ; Ertzscheid et Gallezot, 2006) pourrait introduire une alternative à la situation monopolistique décrite jusqu’ici, si les outils qu’elle nécessite n’appartenaient pas aux mêmes acteurs10. Quoi qu’il en soit, ces pratiques contribuent à faire de chacun de nous des médiateurs-indexeurs de toute trace documentaire, si infime soit-elle11.

7Après cette socialisation de l’indexation, l’individu et ses relations interpersonnelles connectées peuvent être envisagés comme le nouveau corp(u)s documentaire d’une écologie informationnelle globale. Si les modalités de traitement documentaire ont évolué en perdant en logique ce qu’elles gagnaient en usages, et en intégrité ce qu’elles gagnaient en revenus publicitaires, leur finalité demeure : il s’agit de « faire collection » pour permettre à chacun de s’orienter, de choisir, en mettant en place un catalogue global des individualités humaines.

8Trois axes permettent de caractériser cette nouvelle économie sociale des documents numériques. Le premier est celui d’une communautarisation des pratiques (logiques participatives du Web 2). Le second concerne l’homogénéisation de la sphère d’indexabilité des contenus Web et non-Web (espaces public, privé, intime, extime convergent). À la croisée de ces deux axes, les grands acteurs marchands, qui contrôlent l’ensemble des accès et des services numériques.

Vers de nouvelles documentations sociales

L’avènement des réseaux sociaux

9À l’instar du Web renouvelant le fantasme de la bibliothèque universelle d’Odet (Odet, 1934 ; Van Den Heuvel et al., 2003), les réseaux travaillent l’imaginaire du village global et de l’humanité connectée. Le fondateur de Facebook met en avant le concept de graphe social, pour en faire un argument marketing. Le graphe social « est l’ensemble des relations de toutes les personnes dans le monde. Il y en a un seul et il comprend tout le monde. Personne ne le possède. Ce que nous essayons de faire c’est de le modéliser, de représenter exactement le monde réel en en dressant la carte » (Pisani, 2007).

  • 12 Il est possible d’y partager des signets, des billets de blogs mais également des morceaux de musiq (...)

10Initialement simples listes de relations (friendlist), les réseaux sociaux sont aujourd’hui de véritables médias de socialisation : ils autorisent la mise en relation mais également la mise en partage de tous types de médias12. La dynamique de cette évolution est identique, à celle qu’on a déjà décrite : mes informations, mon profil, mes traces numériques documentaires, mes amis et mes relations s’y trouvent réunis en un même panoptique. Mais les pratiques d’enregistrement sur un réseau social se font beaucoup plus incitatives pour la délivrance d’informations relevant de notre vie privée et intime. Le déclaratif et l’explicite y sont la règle : lors de votre inscription sur Facebook, vous devez indiquer vos orientations politiques, sexuelles et religieuses. La justification affichée par le site (mise en relation affinitaire) ne doit pas masquer la constitution d’une collection, d’un fichage organisé d’individualités. Des individualités qui peinent à se dissimuler derrière une ou plusieurs identités numériques.

  • 13 Pour plus d’informations, voir notamment Cardon, 2008.

11L’identité numérique peut être définie comme la collection des traces (écrits, contenus audio ou vidéo, messages sur des forums, identifiants de connexion, actes d’achat ou de consultation, etc.) que nous laissons derrière nous, consciemment ou inconsciemment, au fil de nos navigations et de nos échanges. Une fois « remixées » par les moteurs de recherche ou les sites de réseaux sociaux, ces traces définissent le périmètre de notre réputation numérique13.

Documentations identitaires

12Entre les aspirations des usagers à rassembler leurs traces et l’offre de services très diversifiée des outils de recherche pour optimiser leur ciblage publicitaire, nous documentons en permanence et en toute transparence nos identités numériques. Ou plus précisément, la part « numérique » de nos productions documentaires et ce qu’elles disent de nous dans l’interface des moteurs de recherche ou des réseaux sociaux.

13Stockage et partage de photos, de vidéos, rédaction de blogs, archives ouvertes scientifiques, gestion de profils professionnels, journaliste citoyen, commentaires et contributions diverses : la quantité des traces numériques est d’autant plus considérable que chacune d’elles peut à son tour être commentée, ré-indexée, recompilée pour d’autres usages, dans d’autres dispositifs ou discursifs. En un mot : « redocumentarisée » (Zacklad, 2007). La granularité des documents disponibles devient aussi complexe à appréhender que leur dispersion sur le réseau.

14Dans ce grand désordre, il devient de plus en plus difficile de capter et de maintenir un niveau suffisant d’attention. Grâce aux technologies RSS et aux univers semi-fermés des réseaux sociaux, la moindre trace d’activité documentaire chez l’une de vos relations est capitalisée : chaque mise à jour de son profil, changement de son « statut » ou échange, si anodin soit-il, est instantanément signalé dans votre propre espace. L’in-scription documentaire n’est plus la seule à être décomposée et réfléchie sous différentes formes ; c’est désormais l’attention portée à cette trace en recomposition permanente qui est instrumentalisée. Le document n’est plus simplement vecteur d’attention, c’est l’attention qui devient le vecteur d’une documentation permanente.

Quelles documentations identitaires ?

Facebook est l’interface

15L’interface de Facebook explicite parfaitement ce processus par la disposition des trois grandes unités sémiotiques qui la composent. L’ouverture d’un compte permet de disposer d’une identité centrale factuelle (sexe, date de naissance, opinions politiques, religieuse…) mais toujours possiblement fantasmée (aucune vérification n’étant opérée) – une identité que « nous » documentons avec divers documents (photos, articles). Elle se prolonge alors dans d’autres strates identitaires (profils relationnels, personnels, académiques, professionnels) qui autorisent différentes recompositions, diverses redocumentations croisées. La fouille identitaire (moteur de recherche) peut alors opérer de manière affinitaire (recherche « élective » de personnes partageant les mêmes vues politiques ou religieuses), mais peut également être propagée ou recoupée avec d’autres strates (listes de nos « amis », de nos « réseaux » géographiques, professionnels… elles-mêmes hiérarchisables).

Carré sémiotique de nos identités documentaires

16Le lien entre « identité(s) » et « document(s) » procède d’une identité documentaire autoréférentielle maîtrisée en amont : je remplis ma fiche, mes profils, j’insère mes documents. La dissémination des informations dans les autres strates qui composent le système est beaucoup plus délicate à contrôler.

17Le processus dominant est la réciprocité des documentations identitaires entre amis d’un même groupe ou sur la base d’une exploration affinitaire (recherche de personnes possédant les mêmes préférences sexuelles, politiques ou religieuses).

18Le système exploite toutes les possibilités de fouille et de recoupement disponibles. Propagés dans différents réseaux, mes documents, mes profils, mes « identités », mes « amis » s’affranchissent de mon espace de contrôle.

  • 14 Les applications les plus populaires sur le site Facebook sont de nature ludique : <http://www.allfacebook.com/2007/10/the-top-24-facebook-applications/>. On peut égalem</http> (...)

19L’objectif de maîtrise cède la place à celui de dispersion, de divertissement14 et dans une moindre mesure de travestissement. L’intérêt marchand du processus est d’enrichir la granularité et la rentabilité des documents et des identités via les usages et les recompositions qui seront opérées hors de la sphère de contrôle et de diffusion initiale. Pour le participant au réseau, l’intérêt devient celui de la « sérendipité* » (Perriault, 2000 ; Ertzscheid et Gallezot, 2004), c’est-à-dire la découverte, l’affichage et la réappropriation fortuite de l’ensemble des traces documentaires identitaires et affinitaires disponibles.

L’homme est un document comme les autres

Privauté et persistance

20Ces traces identitaires documentées interrogent la privauté des espaces numériques semi-publics, dans lesquels ce que je dis de moi aujourd’hui restera accessible demain. Cette persistance documentaire est au cœur de l’économie des identités : appliquée aux profils et aux applications utilisées, elle permet de conserver l’activité sociale des individus, pour mieux monétiser l’ensemble au travers de l’offre publicitaire choisie. La fouille identitaire, la searchability – littéralement, capacité à être recherché/retrouvé (Boyd, 2007) – ajoute encore à l’effet panoptique, particulièrement parce qu’elle est mise en œuvre non plus simplement par des proches mais également par des sociétés commerciales, des institutions, et demain peut-être des États.

Le complexe de l’antilope

21« L’antilope qui court dans les plaines d’Afrique ne peut être considérée comme un document. Mais si elle est capturée et devient un objet d’études, on la considère alors comme un document. Elle devient une preuve physique » (Briet, 1951). L’ensemble des strates identitaires qui sont au cœur de la logique déclarative des sites de réseaux sociaux, conjuguée à leur volumétrie considérable, autorise toutes les exploitations procédurales, toutes les ré-ingénieries, toutes les redocumentarisations. L’homme est devenu un document comme les autres, disposant d’une identité dont il n’est plus « propriétaire », dont il ne contrôle que peu la visibilité (ouverture des profils à l’indexation par les moteurs de recherche), et dont il sous-estime la finalité marchande.

Du World Wide Web au World Life Web

  • 15 C’est cette synchronisation totale que propose Google avec le service Google Gears (<http://gears.google.com>), qui fonction</http> (...)

22L’industrialisation de l’indexation rejoint donc inexorablement celle de l’intime (Giffard, 2005). Elle sera complète et réalisée quand un continuum stable sera établi entre nos identités, documents et comportements en ligne et hors ligne. Or, c’est précisément ce mouvement qui est en cours avec la mise en place d’applications effaçant cette dernière frontière entre un monde connecté et un autre déconnecté15. Quand cette ultime frontière aura sauté, tout sera en permanence indexé, mémorisé, stocké, documenté. Ce nouveau continuum numérique sera d’abord le reflet de cette rémanence des flux informationnels qu’imprègnent de manière de plus en plus indélébile les documentations attachées à nos sociabilités virtuelles.

23Après avoir réglé la question de l’adressage des documents (World Wide Web), après s’être donné les moyens d’une indexation en temps réel des flux informationnels (World Live Web), nous sommes aujourd’hui entrés dans un troisième âge documentaire : celui qui systématise l’instrumentalisation de nos sociabilités numériques ainsi que le caractère indexable d’une identité constituée par nos traces sur le réseau, indistinctement publiques, privées ou intimes. Documents et mots-clés ont acquis une dimension marchande. Ils se vendent et s’achètent sur la grande place du marché d’Internet que régule pour une large part le seul moteur Google. Nos traces identitaires numériques sont dès à présent également marchandisables. À quelle échelle le seront-elles demain et de quel niveau de contrôle disposerons-nous encore sur leur dissémination ? Bienvenue dans le World Life Web.

Bibliographie

Références bibliographiques

Battelle, John, « The Database of Intentions », Searchblog, 13/11/2003. [En ligne]
Disponible sur : <http://battellemedia.com/archives/2003/11/the_database_of_intentions.php>.

Bergman, Michael K., « The Deep Web : Surfacing Hidden Value », The Journal of Electronic Publishing, volume 7, no 1, août 2001. [En ligne]
Disponible sur : <http://hdl.handle.net/2027/spo.3336451.0007.104>.

Berners Lee, T., « Hypertext and CERN », 1989. [En ligne]
Disponible sur : <http://histoire-internet.vincaria.net/public/archives/HTandCERN.txt> et <http://www.w3.org/history/1989/proposal.html>.

Briet, Suzanne, Qu’est-ce que la documentation ?, Paris, Édit, 1951.

Cardon, Dominique, « Le design de la visibilité : un essai de typologie du Web 2.0 », InternetActu, 1/02/2008. [En ligne]
Disponible sur : <http://www.internetactu.net/2008/02/01/ledesign-de-la-visibilite-un-essai-de-typologie-du-web-20/>.

Davenport, Thomas H. et Beck, John C., The Attention Economy, Harvard Business School Press, 2001.

Ertzscheid, Olivier, « Le jour où notre disque dur aura disparu », Le Monde, 21 avril 2005.

Ertzscheid, Olivier et Gallezot, Gabriel, « Étude exploratoire des pratiques d’indexation sociale comme une renégociation des espaces documentaires », in Chartron, Ghislaine et Broudoux, Evelyne (dir.), Document numérique et société, ADBS Éditions, 2006.

Ertzscheid, Olivier et Gallezot, Gabriel, « Des machines pour chercher au hasard : moteurs de recherche et recherche d’information », XIVe Congrès de la SFSIC, Questionner l’internationalisation : cultures, acteurs, organisations, machines, Béziers 2004. Disponible sur : <http://archivesic.ccsd.cnrs.fr/sic_00000989/fr>.

Giffard, Alain, « Skyblogs et blogosphère », 8 juin 2005. [En ligne]
Disponible sur : <http://alaingiffard.blogs.com/culture/2005/06/skyblogs_et_blo.html>.

Le Deuff, Olivier, « Folksonomies : les usagers indexent le Web », BBF, no 4, 2006, p. 66-70. [En ligne]
Disponible sur : <http://bbf.enssib.fr/>.

Otlet, Paul, Traité de documentation : le livre sur le livre, Bruxelles, Éd. Mundaneum, 1934.
Disponible sur : <http://lib.ugent.be/fulltxt/handle/1854/5612/Traite_de_documentation_ocr.pdf>.

Perriault, Jacques, « Effet diligence, effet serendip et autres défis pour les sciences de l’information », Actes du colloque international Pratiques collectives distribuées sur Internet, 2000.

Pisani, Francis, « Facebook : c’est pour mieux te connaître mon enfant », Transnets, 18 septembre 2007. [En ligne]
Disponible sur : <http://pisani.blog.lemonde.fr/2007/09/18/>.

Salaün, Jean-Michel, « Libre accès aux ressources scientifiques et place des bibliothèques », BBF, no 6, 2004. [En ligne]
Disponible sur : <http://bbf.enssib.fr>.

Tisseron, Serge, L’intimité surexposée, Paris, Ramsay, 2001.

Van Den Heuvel, Charles, Rayward, Boyd et Uyttenhove, Pieter, « L’architecture du savoir. Une recherche sur le Mundaneum et les précurseurs européens de l’Internet », Associations transnationales, no 1-2 (numéro spécial), janvier-juin 2003, p. 16-28.

Vogelstein, Fred, « The Facebook Revolution », Los Angeles Times, 7 janvier 2007.

Zacklad, Manuel, « Réseaux et communautés d’imaginaire documédiatisées », in Skare, R., Lund, W. L., Varheim, A. (dir.), A Document (Re)turn, 2007, Francfort-sur-Main, Peter Lang, p. 279-297.

Tous les liens vers les articles web ont été mis en jour en mars 2015.

Notes

1 Reprise actualisée de l’article paru p. 33-39.

2 Mark Zuckerberg est le fondateur du réseau social Facebook : (<http://www.facebook.com>).

3 « Les hommes vont chercher l’information à deux endroits : dans les grands médias ou dans tout autre organisation centralisée (comme une église) et auprès de leur réseau familial, de leurs amis, de leurs voisins, de leurs collègues. Nous avons déjà numérisé les premiers. [...] Ce que Zuckerberg essaie de faire avec Facebook, c’est de numériser les seconds. »

4 Sites d’achat de billets de train ou d’avion, catalogues en ligne, etc.

5 Le 11 avril 2008, Google a annoncé qu’il allait être capable d’indexer certaines données situées « derrière » les formulaires Web. Voir ce billet : <http://affordance.typepad.com/mon_weblog/2008/04/de-profundis.html>.

6 Les webmails permettent de stocker et de consulter son courrier électronique en ligne. L’offre Desktop Search permet d’indexer le contenu d’un ordinateur personnel grâce au moteur choisi (Google, Yahoo ! ou Microsoft).

7 Google dispose ici d’un leadership incontestable, lequel ne peut être élargi au-delà des deux sociétés concurrentes que sont Yahoo ! et Microsoft.

8 Les liens sponsorisés (achat de mots-clés) furent introduits pour pallier aux insuffisances du modèle économique qui servait alors de base aux moteurs (location de bannières publicitaires). Ils représentent aujourd’hui l’essentiel des revenus colossaux de Google.

9 Les folksonomies désignent un système de classification collaborative, à l’aide de mots-clés librement choisis.

10 Le site del.icio.us (<http://del.icio.us>) a été racheté par Yahoo ! (<http://delicious.com>).

11 L’indexation sociale permet de déposer des tags (mots-clés) sur des micro-contenus (billets de blogs, images) ou sur des macro-contenus (sites web ou ouvrages en ligne).

12 Il est possible d’y partager des signets, des billets de blogs mais également des morceaux de musique, des photographies, etc.

13 Pour plus d’informations, voir notamment Cardon, 2008.

14 Les applications les plus populaires sur le site Facebook sont de nature ludique : <http://www.allfacebook.com/2007/10/the-top-24-facebook-applications/>. On peut également y jouer en ligne (applications ludiques), y bavarder, ou bien encore y travailler de manière collaborative, à l’aide par exemple de wikis intégrés.

15 C’est cette synchronisation totale que propose Google avec le service Google Gears (<http://gears.google.com>), qui fonctionne déjà sur Gmail (courrier électronique), GoogleReader (agrégateur de flux RSS), GoogleCalendar, et bientôt sur l’ensemble des services de la firme.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/20418/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 50k

Auteur

Maître de conférences en sciences de l’information et de la communication à l’Université de Nantes depuis dix ans. Après un doctorat sur la notion « d’hypertexte », ses travaux portent sur les outils d’accès à l’information et à la connaissance, les modèles économiques qui les sous-tendent, la manière dont ils régulent aujourd’hui des pans entiers de nos vies, connectées ou non, et dans la perspective d’une écologie informationnelle globale. Il est l’auteur du blog scientifique affordance.info ainsi que de nombreux articles de revues.

© CNRS Éditions, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site