Version classiqueVersion mobile

Identités numériques

 | 
Jean-Paul Fourmentraux

L’identité comme stratégie relationnelle

Dominique Cardon

Note de l’éditeur

Revue Hermès no 531, Traçabilité et réseaux, 2009

Texte intégral

Les enquêtes sur les usages d’Internet font systématiquement apparaître deux résultats absolument contradictoires. D’un côté, les usagers se montrent de plus en plus soucieux des risques de contrôle, de détournement et d’exploitation commerciale des données personnelles qu’ils laissent sur Internet. D’un autre côté, les mêmes se révèlent de plus en plus impudiques dans leurs pratiques d’exposition de soi, notamment sur les réseaux sociaux et les blogs. Cette ambivalence n’est apparente que si l’on est attentif au fait qu’elle oppose une pratique à une représentation. La sociologie des usages rencontre souvent de tels désajustements et elle a appris qu’il était généralement préférable de se fier aux pratiques plutôt qu’aux déclarations. Tout, en effet, laisse à penser que la tendance « expressiviste » qui conduit les personnes à afficher de plus en plus d’éléments de leur identité personnelle sur le Web n’est pas près de s’éteindre. Aussi est-il nécessaire de comprendre les ressorts sociaux, culturels et psychologiques de ce phénomène, car l’exposition de soi ne signifie pas un renoncement au contrôle de son image. Elle témoigne, au contraire, d’une volonté que l’on pourrait presque dire stratégique d’agir sur les autres en affichant et en masquant certains traits de son identité. Ce paradoxe est au cœur des débats sur la privacy* dans le Web 2.0.
Public par défaut
Dans le débat sur le respect de la vie privée, il devient de plus en plus utile de distinguer clairement l’agent dont on craint la surveillance. En effet, à la « surveillance institutionnelle » de l’État et des entreprises, autour de laquelle s’organise l’essentiel du débat, se superpose aujourd’hui une « surveillance interpersonnelle » qui prend une importance décisive avec les pratiques du Web 2.0. Sur les plateformes relationnelles, l’exposition de soi est un risque que l’on prend d’abord devant les proches, la famille, les collègues, les employeurs, les amants ou les voisins. Mais si les usagers expriment une crainte générique et prospective à l’égard de la « surveillance institutionnelle », sur laquelle ils n’ont pas d’autre prise que d’espérer une régulation juridique efficace, ils sont en revanche impliqués pratiquement dans la gestion de leur visibilité face à la « surveillance interpersonnelle ». Or, de ce point de vue, avant d’être un risque, la visibilité est perçue par certains comme une opportunité.
La réussite des plateformes relationnelles doit en effet beaucoup au fait que les personnes prennent des risques avec leur identité en rendant publiques des informations sur elles-mêmes. Les social network sites (SNS) exploitent une double dynamique des processus d’individualisation des sociétés contemporaines : un processus de subjectivation qui conduit les personnes à extérioriser leur identité dans des signes qui témoignent moins d’un statut incorporé et acquis que d’une capacité à faire (écrire, photographier, créer…) ; et un processus de simulation qui conduit les personnes à endosser une diversité de rôles exprimant des facettes multiples et plus ou moins réalistes de leur personnalité. Ces deux dynamiques contribuent à l’accélération et à la diversification des signes identitaires : statut civil, photos et vidéos, liste d’amis, de goûts, préférence politique, mais aussi pseudonymes, avatars* et travestissements multiples.
Se publier sous toutes ces facettes sert à la fois à afficher sa différence et son originalité et à accroître les chances d’être identifié par d’autres. Une étude statistique conduite sur les pages personnelles de Facebook montre que le nombre d’amis est étroitement corrélé au nombre d’informations que les utilisateurs ont renseignées sur leur fiche et que les informations qui favorisent le plus de connexions sont celles qui renvoient le plus explicitement à l’univers réel des personnes. Sur les sites de réseau social, l’exposition de soi est la principale technique relationnelle et celle-ci ne trouve son efficacité que si est mise en œuvre la maxime commune à toutes les platesformes du Web 2.0 : les informations postées sont « publiques par défaut ».
Le risque de la visibilité
Il serait cependant hâtif de conclure au développement d’un exhibitionnisme généralisé s’exerçant dans la méconnaissance totale de ses conséquences. Car à bien les observer, les usagers des sites relationnels, même s’ils ont une vue imparfaite des conséquences de leurs actes, mesurent en revanche constamment, par un processus d’essais/erreurs les gênes, troubles, audaces, amusements ou frottements que peut susciter la visibilité particulière que leur donnent les réseaux sociaux. Une partie de l’intérêt qu’ils leur trouvent tient même à la manière dont ces derniers constituent un terrain de jeu singulièrement excitant pour se montrer tout en se cachant. Pour décoder ces pratiques, il faut revenir sur deux notions entendues de façon trop « maximaliste » dans la problématisation juridique de la privacy : l’identité personnelle est moins une information qu’un signe relationnel et l’espace public de l’Internet n’est pas complètement public.
Et si l’identité numérique était un signe relationnel plus qu’une information ?
En premier lieu, on sous-estime considérablement le caractère profondément subjectif des « informations » personnelles produites par les usagers sur eux-mêmes. Loin d’être composé de données objectives, attestées, vérifiables et calculables, le patchwork désordonné et proliférant de signes identitaires exposé sur les SNS est tissé de jeux, de parodies, de pastiches, d’allusions et d’exagérations. L’identité numérique est moins un dévoilement qu’une projection de soi. Les utilisateurs produisent leur visibilité à travers un jeu de masques, de filtres ou de sélection de facettes. Ainsi dévoile-t-on des éléments très différents sur une fiche de Meetic destinée à séduire, sur le profil estudiantin de Facebook, dans le patchwork de goût de Pinterest ou à travers l’iconographie imaginative des avatars de Second Life. Les utilisateurs multiplient par ailleurs les stratégies d’anonymisation pour créer de la distance entre leur personne réelle et leur identité numérique, et ce jusqu’à défaire toute référence à ce qu’ils sont et font dans la « vraie vie ». L’identité numérique produit donc moins des informations que des signaux…
Pourquoi, en effet, les participants ne cessent-ils de changer leur statut, de laisser des commentaires rapides et infantiles sur les pages de leurs contacts, de signaler leurs variations d’humeurs, de goûts et d’activités ? On peut interpréter cet activisme de la démonstration de soi comme une parade indispensable pour marquer sa « petite différence ». Les personnes se sentent obligées de constamment signaler (i.e. se distinguer) aux autres qu’elles sont en mouvement, en se référant à des goûts, des attitudes, des produits, à l’actualité médiatique ou musicale ou encore aux dernières informations virales sur la Toile, afin de montrer qu’elles sont à la pointe des tendances. On comprend mieux alors le développement de comportements « à risque » comme la révélation de situations intimes, les attitudes « aventureuses » des jeunes filles en ligne, le mélange des genres devant des cercles relationnels différents aussi bien que la tendance à toujours exagérer attitudes, prises de position et humeurs. Ces actes d’exhibition ne résultent pas seulement de la méconnaissance des risques. Les utilisateurs pensent en fait que leur position future est suffisamment sûre pour qu’ils soient certains de ne jamais la compromettre. Pour eux, l’exhibition de soi ne représente ni risque ni contrainte. Elle est un bénéfice, une ressource permettant de signaler une certaine forme d’aisance sociale, une attitude cool et une capacité à jouer avec les codes qui séparent habituellement les familiaux, professionnels et amicaux. L’impudeur apparaît alors comme une compétence, très inégalement distribuée, mais indispensable à ceux qui veulent « réussir » dans les SNS.
Et si Internet n’était pas un espace complètement public ?
Lorsque nous nous inquiétons des risques de l’exposition des personnes sur Internet, nous concevons la visibilité sur le Web sur le modèle des médias traditionnels, tout ce qui y est publié étant considéré comme unanimement et uniformément public. Une vision juridique et morale des comportements sur Internet contribue à cette généralisation, faisant du Web un espace transparent d’informations accessibles à tous. Or, les utilisateurs ont une conception beaucoup plus pratique et moins maximaliste de leur exposition sur Internet. Ils considèrent la Toile comme un espace en clair-obscur, plastique et paramétrable. Ils exploitent les propriétés des différentes plateformes pour construire un public adressé tout en se cachant des autres. Sur leurs Skyblogs, les adolescents paradent devant leurs copains. Parents, professeurs ou responsables d’établissements ne font pas partie du public visé et même s’ils peuvent accéder à leur Skyblog, il leur faut pour cela s’engager dans de fastidieuses et complexes explorations pour y parvenir.
L’opposition binaire privé/public cache en fait des dimensions beaucoup plus subtiles et de nombreuses positions intermédiaires. On parle d’une « fractalisation du privé et du public », afin d’insister sur le fait que cette opposition se rejoue toujours à différentes échelles. Il y a toujours du privé dans le public et inversement. Ainsi, sur la plateforme publique de YouTube, il est possible d’observer un ensemble de pratiques « publiquement privées », comme ces vidéos personnelles révélant l’identité du producteur (son image ou sa signature y sont apparentes), mais dont la publicité est limitée à un cercle fermé. Il suffit de ne pas la taguer* ou de n’y avoir accès qu’avec un code ésotérique connu par un petit groupe limité. La faiblesse des outils de recherche sur YouTube permet de préserver des zones de clair-obscur et d’utiliser le système de tagging non pour inscrire la vidéo dans une vaste bibliothèque publique, mais pour l’étiqueter avec un code privé.
L’aparté à la cantonade où la communication privée-publique
L’un des traits les plus originaux de la communication dans ces réseaux tient à la manière dont s’y impose progressivement un espace de pratiques qu’il faut appeler privé-public. On peut faire remonter ces styles de messages privés-publics aux commentaires sur les blogs où à certains posts sur les listes de discussion, mais ils sont devenus de plus en plus « personnalisés », comme en attestent les mots parfois très privés laissés par des utilisateurs sur la page MySpace de leurs amis ou sur le wall de Facebook. Un nombre important de ces messages sont adressés, à la manière de la communication interpersonnelle que l’on enferme habituellement dans un mail réservé à ses seuls destinataires. Mais ils sont aussi visibles de tous ceux qui entrent dans le périmètre relationnel des interactants. Sur les SNS, se généralise ainsi une manière originale de défaire le partage strict entre communications interpersonnelle (privée) et multi-adressée (publique). Sur le modèle de l’aparté à la cantonade, les utilisateurs se targuent de la complicité qu’ils nouent avec quelques-uns, affichent leurs private jokes, laissent filtrer leurs affinités électives. Ils truffent leur statut de sous-entendus, d’allusions ou de codes qui ne peuvent être interprétés que par un petit nombre. Bref, ils prennent manifestement du plaisir à cette exhibition de leurs échanges personnalisés. Cette communication privée-publique leur permet de susciter, chez le destinataire et chez tous ceux qui en sont les spectateurs, toutes sortes de réactions (trouble, gêne, moquerie, agacement, fierté, reconnaissance…), qui reproduisent en les amplifiant les formes vives des relations de groupes. L’affichage de ses communications interpersonnelles devient ainsi une des modalités de l’expression de soi.
L’utilisateur-régulateur
À travers ces quelques éléments, nous ne voulons pas minorer l’importance des questions de régulation des données personnelles sur Internet. Simplement, il nous semble nécessaire de comprendre que les utilisateurs ne sont pas totalement démunis face à la surveillance institutionnelle. Ils sont aussi acteurs des stratégies d’exhibition, de masquage et de capture du nouvel espace de surveillance interpersonnelle qui s’est ouvert à travers les plateformes relationnelles. En étant plus attentif aux motivations sociologiques et culturelles de l’exposition de soi, on comprendra que la manière très particulière dont ces données personnelles sont produites peut aussi être un moyen de les réguler. C’est en renforçant les possibilités de jouer du masque et de l’exposition, et en donnant aux utilisateurs les outils d’un design plastique de leur visibilité que pourront être trouvées des solutions pour une meilleure régulation de la privacy sur les sites du Web 2.0.

Notes

1 Extraits actualisés de l’article paru p. 61-66.

Auteur

Sociologue au Laboratoire des usages d’Orange Labs et professeur associé à l’Université de Marne-la-Vallée. Ses travaux portent sur les usages d’Internet et les transformations de l’espace public numérique. Ses recherches récentes se concentrent sur les réseaux sociaux de l’Internet, les formes d’identité en ligne, l’autoproduction amateur et l’analyse des formes de coopération et de gouvernance dans les grands collectifs en ligne. Il conduit aujourd’hui une analyse sociologique des algorithmes permettant d’organiser l’information sur le Web. Il a dirigé la publication des numéros spéciaux de la revue Réseaux dont « Politique des algorithmes » (no 177, avril 2013) et « Méthodes digitales » (no 188, 2014). Il a publié La démocratie Internet (Paris, Seuil/La République des idées, 2010) et, avec Fabien Granjon, Mediactivistes (Paris, Presses de Science Po, 2010 ; 2ème éd. enrichie : 2013).

© CNRS Éditions, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search